SlideShare une entreprise Scribd logo
REPUBLIQUE DU CAMEROUN

             Paix-Travail-Patrie




           LOI DE FINANCES 2013



        RAPPORT SUR LA SITUATION
ET LES PERSPECTIVES ECONOMIQUES, SOCIALES,
       ET FINANCIERES DE LA NATION


              EXERCICE 2012




              Novembre 2012
SOMMAIRE
CHAPITRE 1: VUE D’ENSEMBLE...................................................................................... 1
1.1. Environnement économique international ......................................................................................1
1.1.1. Une reprise affaiblie .......................................................................................................................1
1.1.2. Les défis pétroliers..........................................................................................................................4
1.2. Evolution récente de l’économie camerounaise .............................................................................6
1.2.1. Croissance et prix ...........................................................................................................................6
1.2.2. Relations avec le reste du monde ...................................................................................................7
1.2.3. Monnaie et financement de l’économie ..........................................................................................9
1.2.4. Finances publiques .......................................................................................................................10
1.2.5. Secteurs sociaux ...........................................................................................................................11
1.2.6. Réformes structurelles et institutionnelles ....................................................................................12
1.3. Perspectives macroéconomiques et budgétaires 2013 ..................................................................14
1.3.1. Perspectives macroéconomiques ..................................................................................................14
1.3.2. Contraintes budgétaires ................................................................................................................18
1.3.3. Projections et cadrage budgétaires 2013.......................................................................................22
CHAPITRE 2 : PRODUCTION ........................................................................................... 24
2.1 Secteur primaire ...............................................................................................................................24
2.1.1 Sous-secteur agricole .....................................................................................................................24
2.1.2 Elevage, chasse et pêche................................................................................................................27
2.1.3 Exploitation forestière et faunique ................................................................................................30
2.2. Secteur secondaire ...........................................................................................................................31
2.2.1 Industries manufacturières.............................................................................................................31
2.2.2 Industries extractives .....................................................................................................................32
2.2.3 Eau et Electricité ...........................................................................................................................33
2.2.4 Bâtiments et Travaux Publics ........................................................................................................34
2.2.5 PME, économie sociale et artisanat ...............................................................................................35
2.3 Secteur tertiaire.................................................................................................................................36
2.3.1 Commerce… .................................................................................................................................36
2.3.2 Transports…. .................................................................................................................................37
2.3.3 Télécommunications .....................................................................................................................39
2.3.4 Tourisme……................................................................................................................................39
CHAPITRE 3: DEMANDE ................................................................................................... 41
3.1. Demande intérieure .........................................................................................................................41
3.1.1. Consommation finale ...................................................................................................................41
3.1.2. Investissement ..............................................................................................................................43
3.2. Demande extérieure nette ................................................................................................................44
3.2. 1. Demande extérieure nette des biens ............................................................................................44
3.2.2 Demande extérieure nette des services ..........................................................................................45
CHAPITRE 4 : PRIX ET COMPETITIVITE .................................................................... 47
4.1.1. Déflateur du PIB ...........................................................................................................................47

                                                                               i
4.1.2. Prix à la consommation finale des ménages .................................................................................47
4.2      Compétitivité… ............................................................................................................................49
4.3     Climat des affaires ........................................................................................................................49
CHAPITRE 5 : FINANCEMENT DE L’ECONOMIE ...................................................... 51
5.1- Politique monétaire .........................................................................................................................51
5.1.1 Politique des taux d’intérêts ..........................................................................................................51
5.1.2 Politique de refinancement ............................................................................................................52
5.2 Situation monétaire...........................................................................................................................52
5.2.1 Contreparties de la masse monétaire .............................................................................................52
5.2.2 Masse monétaire ............................................................................................................................53
5.2.3 Taux de couverture de la monnaie.................................................................................................54
5.3 Secteur bancaire et financier ............................................................................................................54
5.3.1 Secteur bancaire ............................................................................................................................54
5.3.2 Microfinance………………………………………………………………………………………56
5.3.3 Secteur des assurances...................................................................................................................57
5.3.4 Marché financier............................................................................................................................57
5.4 Stratégie de financement de l’économie...........................................................................................58
CHAPITRE 6 : SECTEUR EXTERIEUR ........................................................................... 59
6. 1 Balance des paiements.....................................................................................................................59
6.1.1 Solde global et financement ..........................................................................................................59
6.1.2 Compte des transactions courantes ................................................................................................59
6.1.3 Compte de capital et d’opérations financières ...............................................................................62
6.2 Commerce extérieur .........................................................................................................................64
6.2.1 Balance commerciale ....................................................................................................................64
6.2.2 Orientation géographique des échanges ........................................................................................66
CHAPITRE 7 : SECTEURS SOCIAUX .............................................................................. 71
7.1 Education…… ………………………………………………………………………………………71
7.1.1 Enseignements maternel et primaire .............................................................................................71
7.1.2 Enseignement secondaire ..............................................................................................................72
7.1.3 Enseignement supérieur.................................................................................................................74
7.2 Santé……………….. .......................................................................................................................75
7.2.1 Lutte contre la maladie ..................................................................................................................75
7.2.2 Programme Elargi de Vaccination.................................................................................................77
7.2.3 Amélioration de l’offre en soins et services de santé ....................................................................78
7.3 Emploi………. .................................................................................................................................78
7.4 Habitat et assainissement..................................................................................................................79
7.4.1 Assainissement ..............................................................................................................................79
7.4.2 Construction de logements sociaux ...............................................................................................79
7.5 Affaires sociales, promotion du genre, de la famille et de la jeunesse .............................................79
7.5.1 Prévention et protection sociales ...................................................................................................79
7.5.2 Solidarité nationale et lutte contre l’exclusion sociale ..................................................................80
7.5.3 Promotion de la femme et de la famille.........................................................................................80
                                                                             ii
7.5.4 Encadrement des jeunes ................................................................................................................81
CHAPITRE 8 : EXECUTION DU BUDGET 2012 ET PROJET DE BUDGET 2013 .... 82
8.1 Réalisations provisoires et estimations de l’exercice 2012 ..............................................................82
8.1.1 Ressources budgétaires totales ......................................................................................................82
8.1.2 Exécution des dépenses budgétaires ..............................................................................................84
8.2 Projet de budget de l’exercice 2013 .................................................................................................85
8.2.1 Présentation du budget programme ...............................................................................................85
8.2.2 Rappel des paramètres clés du projet de budget 2013 ...................................................................87
8.2.3 Analyse des recettes ......................................................................................................................87
8.2.4 Analyse des dépenses ....................................................................................................................88
8.3 Projections budgétaires en 2014 et 2015 ..........................................................................................91
8.4 Exposé de motifs des mesures nouvelles..........................................................................................93
8.4.1 Dispositions relatives aux droits de douane ..................................................................................93
8.4.2 Dispositions relatives au code général des impôts ........................................................................94
GLOSSAIRE DES SIGLES ................................................................................................ 100




                                                                           iii
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : Quelques indicateurs de performance de l’économie mondiale ................................................... 6
Tableau 2 : Taux de croissance du PIB en termes réels (en %)..................................................................... 15
Tableau 3 : Quelques indicateurs clés de l’économie camerounaise............................................................. 17
Tableau 4 : Statistiques salariales des actifs civils ........................................................................................ 20
Tableau 5 : Projections budgétaires pour l'exercice 2013 ............................................................................. 23
Tableau 6 : Cultures de rente et produits industriels d’origine agricole ........................................................ 26
Tableau 7 : Production des principales cultures vivrières (en tonnes) .......................................................... 27
Tableau 8 : Production et exportations dans le secteur forestier (en milliers de m3) .................................... 30
Tableau 9 : Indice de la production industrielle ............................................................................................ 32
Tableau 10 : Production de pétrole brut (en millions de barils) .................................................................... 33
Tableau 11 : Mises à la consommation des produits pétroliers (en tonnes m3) ............................................. 33
Tableau 12 : Production d'eau potable (en milliers de m3) ............................................................................ 33
Tableau 13 : Production d'électricité (en milliers de KWH) ......................................................................... 34
Tableau 14 : Entreprises créées dans les CFCE d’avril 2010 à novembre 2011 ........................................... 36
Tableau 15 : Transport aérien global ............................................................................................................. 38
Tableau 16 : Evolution du trafic ferroviaire .................................................................................................. 38
Tableau 17: Evolution du trafic maritime ..................................................................................................... 39
Tableau 18 : Effectif d’abonnés et chiffre d’affaires dans le sous- secteur des télécommunications ........... 39
Tableau 19 : Structure des dépenses de consommation finale des ménages (en %) ..................................... 42
Tableau 20 : Variation du déflateur du PIB et ses emplois (en %) ............................................................... 47
Tableau 21: Evolution de l’indice des prix à la consommation finale des ménages ..................................... 48
Tableau 22 : Classement du Cameroun selon certains indicateurs caractéristiques ...................................... 49
Tableau 23 : Taux directeurs de la BEAC et conditions de banque (en %) .................................................. 51
Tableau 24 : Situation monétaire (en milliards) ............................................................................................ 53
Tableau 25 : Principaux indicateurs de la situation monétaire ...................................................................... 54
Tableau 26 : Dépôts de la clientèle (en milliards) ......................................................................................... 55
Tableau 27: Dépôts de la clientèle par nature (en milliards) ......................................................................... 55
Tableau 28 : Répartition des crédits par type de clientèle ............................................................................. 56
Tableau 29 : Principaux agrégats du marché des assurances en 2011 (en milliards) .................................... 57
Tableau 30 : Balance des Paiements 2007-2013 (en milliards)..................................................................... 63
Tableau 31 : Résultats du commerce extérieur (en milliards) ....................................................................... 64
Tableau 32 : Exportations du Cameroun (Q : quantité en milliers de tonnes, V : valeur en milliards)......... 65
Tableau 33 : Evolution des importations (Q : quantité en milliers de tonnes, V : valeur en milliards) ........ 66
Tableau 34: Poids des échanges par zone géographique (en %) ................................................................... 67
Tableau 35 : Principaux partenaires bilatéraux ............................................................................................. 70
Tableau 36: Nombre de salles de classe fonctionnelles, des élèves et des enseignants ................................ 72
(primaire et maternel) .................................................................................................................................... 72
Tableau 37 : Ratios élèves/enseignant et élèves/salle de classe .................................................................... 72
Tableau 38 : Effectifs des élèves et des enseignants dans l’enseignement secondaire.................................. 73
Tableau 39 : Ratios élèves/enseignant et élèves/salle de classe .................................................................... 73

                                                                             iv
Tableau 40 : Taux de réussite aux examens officiels de l’enseignement secondaire (en %) ........................ 73
Tableau 41 : Répartition des étudiants et des enseignants............................................................................. 74
Tableau 42 : Ratios d’encadrement (étudiants/enseignant) ........................................................................... 75
Tableau 43 : Evolution de la couverture vaccinale au Cameroun (en %) ..................................................... 77
Tableau 44 : Ressources budgétaires de l’exercice 2012 .............................................................................. 83
Tableau 45 : Dépenses budgétaires de l'exercice 2012 ................................................................................. 85
Tableau 46 : Ventilation des recettes (en millions) ....................................................................................... 87
Tableau 47 : Structure des dépenses de l’Etat (en milliards) ........................................................................ 88
Tableau 48 : Propositions de crédits ouverts pour l’exercice 2013 (en millions) ......................................... 89
Tableau 49 : Projections budgétaires (en milliards) ...................................................................................... 92


LISTE DES GRAPHIQUES
Graphique 1 : Evolution comparée du PIB nominal, du taux de croissance réel et de l’inflation ................... 7
Graphique 2 : Evolution des recettes forestières (en milliards)..................................................................... 30
Graphique 3 : Contributions à la croissance du PIB (en %) .......................................................................... 41
Graphique 4 : Taux de croissance de l’investissement (en %) ...................................................................... 43
Graphique 5 : Contributions de la demande extérieure à la croissance (en %) ............................................. 44
Graphique 6 : Structure des exportations de services en 2011 ...................................................................... 45
Graphique 7 : Structure des importations des services en 2011 .................................................................... 46
Graphique 8 : Soldes des services en 2011 (en milliards) ............................................................................. 46
Graphique 9: Taux de change effectif réel (base 100 = 2005) ...................................................................... 49
Graphique 10 : Evolution des cours des actions sur 12 mois ........................................................................ 58
Graphique 11 : Solde global et variations des avoirs extérieurs nets en milliards...................................... 59
Graphique 12 : Evolution du solde du compte courant et de ses composantes (en milliards)....................... 60
Graphique 13 : Transferts de capital et opérations financières (en milliards) ............................................... 62
Graphique 14: Echanges hors pétrole par zone en 2011 ............................................................................... 67
Graphique 15 : Echanges avec la CEMAC (en milliards) ............................................................................. 68
Graphique 16 : Poids des échanges commerciaux avec l’Asie Orientale (en %) .......................................... 69




                                                                      v
CHAPITRE 1: VUE D’ENSEMBLE
Conformément aux dispositions de la Loi n°2007/006 du 26 décembre 2007 portant régime
financier de l’Etat, qui fait obligation au Gouvernement de joindre au projet de loi de finances,
un rapport sur la situation et les perspectives économiques, sociales et financières de la Nation, le
présent Rapport présente les faits socio-économiques et financiers marquants, la conjoncture à
fin juin voire à fin septembre 2012. Sur cette base sont estimées les réalisations de l’exercice
2012 et les prévisions pour l’exercice 2013. Le Rapport est complété par l’exposé des motifs des
propositions de mesures nouvelles. Afin de permettre d’apprécier le projet de budget et d’éclairer
son exécution, le Rapport souligne les contraintes et les arbitrages faits pour l’équilibrer.
D’application progressive depuis le 1er janvier 2008, la Loi n°2007/006 du 26/12/2007 entre en
vigueur dans son intégralité le 1er janvier 2013. Entre autres innovations, elle introduit l’exigence
de spécialisation des crédits par programme et, des autorisations d’engagement qui constituent la
limite supérieure des dépenses pouvant être engagées au cours d’une période n’excédant pas trois
ans. Le Rapport rappelle l’apport de ces innovations.
1.1. Environnement économique international
    1.1.1. Une reprise affaiblie
Dans l’édition des « Perspectives de l’économie mondiale » d’octobre 2012, le FMI vient pour la
seconde fois dans l’année de réviser à la baisse le taux de croissance de l’économie mondiale, en
le projetant à 3,3% en 2012 et 3,6% en 2013 contre respectivement 3,5% et 3,9% dans l’édition
de juillet 2012. En particulier, les prévisions de croissance des économies avancées et, des pays
émergents et en développement baissent respectivement de 0,3% et de 0,2% en 2013, surtout
parce que l’intensité de la crise dans la zone euro n’a pas diminué comme l’envisageaient les
projections antérieures. En conséquence, le chômage restera élevé dans beaucoup de pays.
La croissance des pays avancés est freinée par le rééquilibrage budgétaire pesant sur la demande
et, par la fragilité persistante des banques du fait de la croissance faible de nombreux pays. En
effet, les banques exigent encore à certains emprunteurs des conditions rigoureuses. Néanmoins
la croissance reste tirée par la politique monétaire accommodante des banques centrales qui
maintiennent des taux directeurs très faibles, et mettent en œuvre des mesures novatrices visant à
réduire les taux sur certains marchés, à aider certaines catégories d’emprunteurs, ou à favoriser
l’intermédiation financière de manière générale.
Malheureusement, l’incertitude est entretenue par des craintes concernant, d’une part, la capacité
des dirigeants européens à maîtriser la crise dans la zone euro et, d’autre part, l’incapacité des
dirigeants américains à s’accorder jusqu’ici sur un plan budgétaire. La faiblesse de la croissance
et l’incertitude dans les pays avancés ont des répercussions négatives sur les pays émergents et
les pays en développement, à travers le commerce et la finance.
La crise dans la zone euro s’est aggravée et a nécessité de nouvelles interventions pour empêcher
une détérioration rapide de la situation. Les banques, les compagnies d’assurance et les
entreprises ont transféré leurs liquidités inutilisées de la périphérie au cœur de la zone euro : les
écarts de taux souverains espagnols ont atteint des niveaux records et les écarts italiens ont
augmenté nettement aussi, en raison de la persistance des doutes concernant : la capacité des
pays de la périphérie d’opérer les ajustements budgétaires et structurels nécessaires; la volonté
des Etats d’appliquer les mesures adéquates au niveau de la zone euro pour combattre la crise et ;
la volonté de réaction de la Banque Centrale Européenne et du Fonds européen de stabilité
financière/mécanisme européen de stabilité si les scénarios les plus défavorables se matérialisent.
Ces doutes ont remis en question la viabilité de la zone euro et nécessité d’autres mesures. Entre
autres, les dirigeants ont engagé des travaux sur une union bancaire. A la suite, la Commission
européenne a présenté une proposition d’un mécanisme unique de surveillance. La Banque
Centrale Européenne a envisagé l’achat de titres de dette publique. Ces mesures ont apaisé et fait
remonter les marchés financiers, et l’euro s’est apprécié vis-à-vis des monnaies principales.
                                                 1
Quant à l’économie américaine, sa croissance plus élevée que prévue en début 2012, a ralenti à
1,7 % au second trimestre. Face à la faiblesse persistante de la consommation et du marché du
travail, la Réserve fédérale a pris de nouvelles mesures de relance. Mais, la question du précipice
budgétaire attendra les élections de novembre. Du côté positif, le marché immobilier serait en
train de se stabiliser à un bas niveau, et le crédit privé a continué de progresser en dépit de la
réduction du crédit octroyé par les banques de l’Union Européenne sur le marché américain.
Dans les pays émergents et en développement, le durcissement de la politique économique, le
fléchissement de la demande des pays avancés, et des facteurs internes ont fait chuter la
croissance. Selon le FMI, plus de la moitié des révisions à la baisse de la croissance du PIB réel
en 2012 tiennent à des facteurs intérieurs. En Chine, l’activité a ralenti nettement, en raison d’un
resserrement du crédit, d’un retour à une cadence plus soutenable de l’investissement public et
d’un fléchissement de la demande extérieure.
Le FMI prévoit un regain d’activité modeste, que favoriserait une réduction de l’incertitude liée
aux politiques publiques dans la zone euro et aux États-Unis, la poursuite d’une politique
monétaire accommodante et un assouplissement progressif de la situation financière, la
reconstitution du stock de capital et une augmentation progressive de la consommation des biens
durables. L’assouplissement des politiques monétaires et budgétaires stimulera la croissance
dans les pays émergents et en développement.
Deux hypothèses cruciales sous-tendent ces prévisions. La première est que les dirigeants
européens prennent des mesures supplémentaires pour faire avancer l’ajustement au niveau des
pays et l’intégration au niveau de la zone euro. La deuxième hypothèse est que les dirigeants
américains évitent le précipice budgétaire et relèvent le plafond de la dette, tout en avançant dans
la mise en place d’un plan global de rétablissement de la viabilité des finances publiques. Si ces
mesures ne sont pas prises, il est possible que les prévisions s’avèrent de nouveau optimistes.
La reprise serait anémique dans les principaux pays avancés, tandis que la croissance resterait
relativement rapide dans de nombreux pays émergents et pays en développement. Les paramètres
économiques fondamentaux restent solides dans de nombreux pays qui n’ont pas connu de crise
financière, notamment dans beaucoup de pays émergents et en développement. Dans ces pays, la
nette progression de l’emploi et la vigueur de la consommation alimenteraient la demande et,
conjuguées à un assouplissement de la politique macroéconomique, devraient concourir à un
investissement et à une croissance robustes. Cependant, les taux de croissance ne devraient pas
retrouver leur niveau d’avant la crise.
Le taux de chômage mondial resterait stable en 2012 et 2013. Étant donné le ralentissement de
l’activité et l’abondance des capacités inutilisées dans de nombreux pays avancés, l’inflation a
reculé. Les cours ont aussi replié, mais dans une moindre mesure. Un nouveau recul de
l’inflation est prévu dans les pays avancés. Dans les pays émergents et les pays en
développement, l’inflation globale devrait plus ou moins stagner.
Ces prévisions d’inflation reposent sur des cours des produits de base plus ou moins inchangés.
Mais, la forte hausse des prix de l’alimentation est de plus en plus préoccupante. Jusqu’à présent,
elle ne concerne pas toutes les principales cultures vivrières, contrairement à ce qui s’était passé
en 2007 et 2008. Selon le FMI, la politique monétaire ne doit pas réagir à des hausses de
l’inflation globale liées aux prix de l’alimentation à moins qu’il n’y ait des risques considérables
d’effets secondaires sur les salaires. Les pouvoirs publics devront peut-être renforcer des
mesures sociales ciblées et adopter d’autres mesures budgétaires par exemple, réduire les taxes
sur l’alimentation lorsqu’ils en ont les moyens. À plus long terme, il est nécessaire d’opérer des
réformes de plus large portée pour réduire la volatilité des prix mondiaux de l’alimentation.
En définitive, les perspectives sont particulièrement incertaines. Les risques à court terme les
plus importants auxquels sont exposées les prévisions sont une escalade de la crise dans la zone
euro et l’inaction budgétaire aux États-Unis.

                                                 2
A moyen et à long terme, les risques d’un sérieux ralentissement de l’économie mondiale sont
alarmants. La probabilité que la croissance mondiale tombe au-dessous de 2% en 2013, ce qui
correspondrait à une récession dans les pays avancés et à un sérieux ralentissement dans les pays
émergents et les pays en développement, est montée à environ 17%, contre environ 4% en avril
2012.
Par ailleurs, les prix du pétrole pourraient de nouveau monter en flèche. Si le scénario négatif
européen ou américain se matérialisait, il est probable que les prix du pétrole baisseraient
considérablement. Mais il existe aussi un risque important qu’une exacerbation des tensions
géopolitiques les fasse monter.
Les problèmes structurels contribuent aux déséquilibres courants élevés à l’échelle mondiale, qui
ont aggravé la crise dans la zone euro. Des réformes qui s’attaquent à ces problèmes structurels
peuvent avoir des effets considérables sur la croissance. Par leurs effets sur la confiance et la
richesse, ainsi qu’en facilitant les ajustements des prix relatifs, les réformes structurelles peuvent
stimuler la demande globale au fil du temps, en particulier l’investissement. Mais il est peu
probable que ces bénéfices se matérialisent si ces réformes ne sont pas appuyées par des
politiques macroéconomiques qui réduisent l’incertitude et renforcent la confiance parmi les
investisseurs.
Les réformes structurelles seront importantes pour stimuler la croissance et faciliter le
rééquilibrage de la demande mondiale, tout en réduisant la vulnérabilité y afférente. Dans les
pays en excédent tels que la Chine et l’Allemagne, ces réformes sont nécessaires pour stimuler la
demande intérieure; dans les pays en déficit à l’instar du Brésil et de l’Inde, elles sont nécessaires
pour améliorer l’offre.
En Afrique subsaharienne qui profite de la persistance des cours élevés des produits de base, la
croissance devrait rester supérieure à 5% en 2012 et en 2013 selon le FMI. Elle est soutenue par
une demande intérieure forte et en particulier, l’investissement dans les pays à faible revenu.
L’environnement international contrariera toutefois les pays à revenu intermédiaire exportant
significativement vers l’Union Européenne.
Quant à la Banque Mondiale, elle se dit optimiste concernant la situation de la région Afrique
car, le taux de croissance moyen y est de 5% voire de 6% en excluant l’Afrique du Sud. On y
trouve les pays qui affichent les taux de croissance les plus rapides au monde. Par ailleurs, le
cadre macroéconomique s’est amélioré avec notamment une inflation en baisse de moitié. En
outre, la réduction de la pauvreté y est de 1% par an et en nombre absolu depuis 2000, et il en est
de même de la mortalité.
Cet optimisme est tempéré par des risques majeurs de décélération de la croissance à savoir :
l’environnement économique international incertain ; le chômage élevé ; la malédiction des
découvertes de minerais étant donné des processus budgétaires plus opaques ou de mauvais
indices de développement humain dans les pays producteurs ; la difficulté à sortir de la trappe
une fois une économie fragilisée. La Banque Mondiale indique entre autres que la croissance
crée jusqu’à présent peu d’emplois, ou que par exemple malgré des coûts identiques qu’en
France, les prix du transport sont 118% plus élevés sur l’axe Ngaoundéré-Ndjamena à cause des
monopoles et des syndicats.
Au Nigéria voisin, le FMI estime à 7,1% le taux de croissance en 2012 et le prévoit à 6,7% en
2013. Le Bureau National des Statistiques a calculé un taux d’inflation en glissement annuel de
11,3% en septembre 2012, et postulé sur la base du trend baissier un taux d’inflation inférieur à
10% au premier trimestre 2013 voire au quatrième trimestre 2012.
Pour la zone CEMAC, le FMI estime le taux de croissance à 5,5% en 2012 et le projette à 4,3%
en 2013. La BEAC précise que l’accroissement de la production pétrolière, le renchérissement
du baril, et la demande intérieure toujours soutenue, expliquent largement l’accélération de la


                                                  3
croissance en 2012. Quant à la demande extérieure nette, son impact reste négatif. Hors pétrole,
les taux de croissance sont de 6,8% en 2012 et de 6,7% en 2013 selon le FMI.
Projetés par le FMI à 4,1% en 2012 et à 3,8% en 2013, les prix à la consommation resteraient au-
dessus de la norme communautaire qui les plafonne à 3%. Selon la BEAC, l’accélération des
pressions inflationnistes en début 2012 s’explique par : (i) la fermeté de la demande intérieure
dans la CEMAC, face à une offre locale limitée ; (ii) le rebond de l’activité économique au
Cameroun ; (iii) la révision à la hausse depuis le 1er janvier des prix à la pompe des produits
pétroliers en RCA ; (iv) la faiblesse de l’offre locale en produits vivriers et céréaliers au Tchad,
en raison d’une faible pluviométrie. L’année 2012 devrait être marquée par un retour de
l’inflation dans la sous-région. Le taux dépasserait légèrement la norme communautaire, pour se
situer à 3,2% en fin 2012, contre 2,7% un an plus tôt.
En définitive, la BEAC considère que la tenue de l’économie Sous régionale est bonne, grâce au
dynamisme du secteur non pétrolier, à la poursuite des grands chantiers publics, à la vigueur de
la consommation et de la bonne orientation du secteur pétrolier. A l’instar de l’ensemble de
l’Afrique Subsaharienne, les pays de la CEMAC résistent bien au ralentissement économique
mondial grâce notamment à la diversification des exportations vers les pays émergents d’Asie, la
faible intégration du système financier et la fermeté des cours des matières premières. Toutefois,
compte tenu de la faible diversification des bases productives, les pays de la CEMAC restent
vulnérables aux soubresauts de l’environnement international. La persistance, voire l’aggravation
de la crise de la dette en Zone euro pourrait se traduire à terme par une dégradation de la
conjoncture Sous-régionale, d’où l’importance d’une gestion macroéconomique prudente.
    1.1.2. Les défis pétroliers
Atout pour les pays producteurs, l’envolée des cours mondiaux du pétrole a représenté un défi
pour tous les pays d’Afrique subsahariens au sujet de la fixation du niveau des prix intérieurs. A
l’instar du Nigéria, l’inflation en 2013 dépendra de la déréglementation des prix des carburants.
Le FMI estime néanmoins important pour les pays subsahariens de réduire les subventions
énergétiques car : d’une part elles absorbent une grande part des maigres ressources publiques
alors que les principaux bénéficiaires sont les classes aisées ; d’autre part elles ont des effets
dissuasifs sur l’entretien et l’investissement dans le secteur énergétique, ce qui perpétue les
pénuries et les faibles niveaux d’accès.
Etant donné qu’elle porte surtout préjudice aux pauvres, la suppression des subventions nécessite
des mesures d’accompagnement. Le FMI cite en exemples divers pays :
 le Gabon où les prix de l’essence et du gazole ont été relevés de 26% en mars 2007, avec 6
  mesures ciblées dont la gratuité de l’inscription et la fourniture des livres de classe à l’école
  primaire publique et, l’élargissement du réseau des transports en commun de Libreville ;
 le Ghana où on a relevé les prix des carburants de 50% en février 2005 tout en supprimant les
  droits d’inscription aux écoles primaires et secondaires, en augmentant et en accélérant les
  investissements dans les transports en commun, en allouant davantage de fonds au programme
  d’électrification rurale, etc. ;
 le Mozambique qui a relevé les prix des carburants de 38% en 2008, et fortement augmenté les
  crédits budgétaires affectés à toute une série de programmes de protection sociale ;
 l’Indonésie qui a relevé de plus de 100% les prix des carburants en mars et octobre 2005, puis
  de 25-33% en mai 2008. Un programme temporaire de transferts monétaires destiné à 19
  millions de familles pauvres a été exécuté en 2005. Un programme analogue a accompagné les
  hausses des prix de carburant en 2008 pendant sept mois. Certaines économies budgétaires
  réalisées grâce à la réduction des subventions ont été affectées aux programmes dans les
  domaines de la santé, de l’éducation et des infrastructures dont bénéficient les ménages à faible
  revenu ou à revenu intermédiaire ;

                                                 4
 la Jordanie a amorcé en 2005 une réduction progressive des subventions. A la libéralisation
  intégrale en février 2008, les prix des carburants ont été majorés de 33-76%. On a relevé le
  salaire minimum et accordé les plus fortes augmentations de salaires aux agents de l’Etat au
  bas de l’échelle. Une prime ponctuelle a été versée aux retraités et agents de l’Etat à faible
  revenu. Des transferts monétaires en espèces ont été accordés aux autres ménages à faible
  revenu dont le chef n’était ni agent ni retraité de la fonction publique. L’accès à l’électricité
  étant presque universel, un tarif social a été maintenu.
Dire que les subventions énergétiques profitent surtout aux riches est quelque peu spécieux car,
les riches bénéficient de beaucoup d’avantages parfois exclusifs. Ainsi, les distorsions de prix ou
de concurrence profitent aux entreprises dont l’actionnariat exclut les pauvres. La question du
ciblage semble donc secondaire à bien des égards.
Par contre, il est établi qu’un blocage des prix, une distorsion de prix ou de concurrence en
général, empêche une économie de marché de bien fonctionner. Les subventions énergétiques en
Afrique subsaharienne sont coûteuses et inefficaces. Leur réduction fait augmenter l’inflation, et
est surtout préjudiciable voire fatale aux pauvres. Les soulèvements contre la hausse des prix
dans les seuls pays pauvres rappellent qu’il s’agit d’un problème de pauvreté qu’il convient
d’aborder avec méthode dans sa globalité, sans faire une fixation sur une conséquence. Les
mesures d’accompagnement ci-haut montrent que l’efficacité d’une politique de réduction voire
de suppression des subventions dépend de l’état particulier de chaque économie.
Dans la CEMAC où seule la RCA ne produit pas du pétrole, les problèmes semblent spécifiques
comme l’atteste une publication du FMI d’octobre 2012 « Oil Wealth in Central Africa : Policies
for Inclusive Growth » qui relève que le pétrole représente 41% du PIB, 86% des exportations, et
67% des recettes budgétaires de la CEMAC. Mais les ressources pétrolières ont eu peu d’impact
sur le développement. En particulier, l’indice de développement humain est très en retrait par
rapport au revenu moyen par tête de certains pays de la CEMAC.
Selon l’étude, l’un des plus grands obstacles au développement de la CEMAC se trouve être les
conflits récurrents dans deux pays, conflits liés au contrôle des ressources. Le second obstacle est
la gestion des prix cycliques : quand les prix du pétrole sont élevés, les dépenses explosent ;
quand les prix chutent, les dépenses sont rigides à la baisse d’où l’éviction des investissements
dans les infrastructures, l’éducation et la santé. Du fait de la prédominance de la production
pétrolière qui est peu intensive en main d’œuvre, l’emploi est rare, les économies sont peu
diversifiées et l’intégration régionale piétine en l’absence de produits pouvant alimenter le
commerce intra-CEMAC.
L’étude recommande notamment de rendre productif l’investissement public, regrettant que les
pays y consacrent aujourd’hui des milliards de dollars américains, et que sur place on ne trouve
pas de routes à la hauteur de ces dépenses. Les Gouvernements doivent donc conduire des
évaluations de projets d’investissements de qualité et planifier davantage.
Cette recommandation n’est qu’une exigence et une contrainte de base en économie, à savoir
qu’on doit acheter au plus bas prix sinon on gaspille des ressources, et produire au plus bas coût
autrement on dilapide les ressources et on n’est pas compétitif. La régulation des coûts et des
prix élevés dans la CEMAC permettraient de sauvegarder voire de relever le pouvoir d’achat des
plus pauvres malgré une réduction des subventions énergétiques. Ce serait une bonne mesure
d’accompagnement qui en outre est un préalable à la croissance économique. Pour le Cameroun,
le passage en revue des contraintes budgétaires plus loin, fait apparaître que c’est l’une des rares
voire la seule mesure qui reste aux pouvoirs publics pour accompagner la réduction ou la
suppression des subventions énergétiques.




                                                 5
Tableau 1 : Quelques indicateurs de performance de l’économie mondiale
                                              Historiques        Estimations        Projections
                                           2010         2011         2012              2013
Croissance du PIB (en %)
Economie mondiale                              5,1         3,8          3,3             3,6
Etats Unis                                      3          1,6          1,3             1,5
Zone euro                                      2,4         1,8          2,2             2,1
Japon                                          4,5        -0,8          2,2             1,2
Chine                                         10,4         9,2          7,8             8,2
Inde                                          10,1         6,8          4,9              6
Afrique subsaharienne                          5,3         5,1           5              5,7
Nigeria                                         8          7,4          7,1             6,7
CEMAC                                          5,2         4,8          5,5             4,3
Inflation (en %)
Etats-Unis                                     1,6         3,1            2             1,8
Zone euro                                      1,6         2,7           2,3            1,6
Afrique subsaharienne                          7,5         9,7           9,1            7,1
Nigeria                                       13,7        10,8          11,4            9,5
CEMAC                                          2,2         2,9           4,1            3,8
Sources: FMI (World Economic Outlook, Octobre 2012)
1.2. Evolution récente de l’économie camerounaise
    1.2.1. Croissance et prix
Après la reprise entamée en 2010, l’activité économique s’est consolidée en 2011, avec une
croissance estimée à 4,1% contre 3,3% l’année d’avant. Cette évolution est tirée par les services
et l’agriculture vivrière avec des contributions à la croissance respectives de 2,1% et 0,6%.
Dans le secteur primaire, le taux de croissance est estimé à 3,1% en 2011, contre 6% en 2010. Ce
ralentissement est imputable au repli des activités dans les branches « agriculture industrielle et
d’exportation » et « sylviculture et exploitation forestière ». Ces deux branches ont enregistré un
ralentissement en 2011 ; leurs taux de croissance sont respectivement estimés à -1,6% et 2,1%
contre 7,8% et 32,8% en 2010. Par contre, l’«agriculture vivrière » et l’«élevage et pêche » ont
maintenu leur dynamisme, avec des taux de croissance respectifs de 3,8% et 4,1% en 2011
contre 3,7% et 2,7% en 2010.
Le secteur secondaire a renoué avec une croissance significative ; il a affiché un taux de 1,6% en
2011 contre 0,5% l’année précédente. Outre la baisse moindre de la production pétrolière (-7,3%
en 2011 contre -12,6% en 2010), ce secteur a bénéficié de la bonne tenue des « bâtiments et
travaux publics » (+9,6%) et des « industries agro-alimentaires » (+4,2%).
Le secteur tertiaire a enregistré un taux de croissance de 5,5% en 2011 contre 4% en 2010. Cette
progression est essentiellement attribuable à celles des branches «commerce, hôtels et
restaurants» (+4,8%), « transports, entrepôts et communications » (+4,7%), « banques et
organismes financiers » (+8,4%) et « services non marchands des APU » (+4,6%).
Sous l’optique demande, la croissance reste tirée principalement par la demande intérieure dont
la contribution s’est située à 7%. Par composante, les évolutions se présentent comme suit :
La consommation privée a progressé de 5,3% grâce à une inflation modérée et à l’augmentation
du revenu global des ménages. Celle-ci s’explique par des recrutements dans la Fonction
publique, des embauches par les entreprises en lien avec les grands chantiers, et la bonne tenue
des ventes des produits agro-pastoraux.
La consommation publique s’est accrue de 5,5% en 2011 mais a décéléré par rapport à 2010 où
sa progression était de 8,4%. Ce relâchement s’explique par les efforts entrepris par le
                                                      6
Gouvernement en vue de rationaliser et d’améliorer la qualité de la dépense publique,
notamment celle relative aux achats de biens et services.
Après une hausse de 11,6% en 2010, l’investissement privé a crû de 12,3% ; cette accélération
est reflétée dans l’accroissement des achats des produits métallurgiques de base et ouvrages en
métaux (+29,6%), des équipements et appareils audiovisuels (+17,2%), des machines et appareils
électriques (+15,2%) et des meubles et mobiliers (+13,2%). L’investissement public a augmenté
de 10,8% en 2011 contre 4,4% en 2010, en rapport avec le démarrage effectif des grands
chantiers dans les domaines des infrastructures, de l’énergie et des transports.
Les exportations de biens, dominées par le bois, le cacao et le café, se sont accrues de 8,7% et
celles des services progressent de 1,5%. Les importations de biens et celles de services
augmentent respectivement de 17,4% et 1,6%. Ces évolutions ont situé à -2,9% en 2011 la
contribution de la demande extérieure nette à la croissance.
S’agissant des prix, le taux d’inflation s’est établi à 2,9% contre 1,3% en 2010. Cette hausse
résulte de l’augmentation des prix des produits alimentaires (+4,8%), des articles d’habillement
et chaussures (+3,1%) et des dépenses de maison (+3%).
La hausse des prix des produits alimentaires est consécutive à celle des produits vivriers (+6%),
des poissons (+7,4%) et des céréales (+2,9%). Le renchérissement du poste « habillement et
chaussures » est imputable à celui des pagnes en liaison avec l’accroissement des cours
mondiaux de coton. La progression des prix des dépenses de maison est liée, en partie, à
l’augmentation du tarif de la seconde tranche de consommation d’électricité qui est passé de 70 à
77 francs depuis janvier 2011.
Graphique 1 : Evolution comparée du PIB nominal, du taux de croissance réel et de l’inflation
                                                                                                                                   6
  10000,0
                                                                                                                                   5
   8000,0
                                                                                                                                   4
   6000,0
                                                                                                                                   3
   4000,0                                                                                                                          2

   2000,0                                                                                                                          1

      0,0                                                                                                                          0
             2004      2005           2006        2007         2008            2009          2010           2011       2012 proj

                     PIB nominal (en milliards)      taux d'inflation (en %)          taux de croissance réel (en %)

Source : MINFI/DAE
     1.2.2. Relations avec le reste du monde
                    1.2.2.1 Compétitivité
La compétitivité est appréhendée à travers le taux de change effectif réel (TCER) et le climat des
affaires. En 2011, le TCER s’est déprécié de 0,02%, traduisant un gain de compétitivité globale
de l’économie en liaison avec l’amélioration des termes de l’échange de 22,1%.
Selon le rapport 2012-2013 du Forum économique mondial sur la compétitivité des économies,
l’attractivité du Cameroun s’est améliorée. Le pays a été classé au 112e rang mondial parmi 144
pays, soit une progression de 4 rangs. Il occupe la 11e place sur les 38 pays d’Afrique classés.
Concernant l’environnement macroéconomique, le pays connaît une progression de la stabilité
macroéconomique et de la taille du marché intérieur ainsi qu’un développement du marché
financier.
Afin d’améliorer l’environnement des affaires et faciliter l’activité des entreprises, le
Gouvernement a mené plusieurs actions : il s’est agi notamment de : (i) l’instauration d’un mode

                                                             7
de paiement unique par virement bancaire des impôts, droits, taxes fiscales et parafiscales ; (ii) le
renforcement de la lutte contre la contrebande, la fraude et la contrefaçon par l’estampillage des
vignettes sécurisées sur les tabacs et les alcools ; (iii) la création et la nomination des présidents
des chambres commerciales auprès des juridictions d’instance afin de faciliter le règlement des
différends commerciaux.
                     1.2.2.2 Echanges
En 2011, les échanges avec l’extérieur ont été influencés par les facteurs suivants : (i) la crise de
la dette souveraine dans certains pays de la zone euro ; (ii) le ralentissement de la demande dans
les pays de l’OCDE ; (iii) le tsunami et l’accident nucléaire au Japon affectant la production
mondiale de l’automobile ; (iv) le recul des cours des produits de base à l’exception de ceux du
pétrole brut qui se sont élevés en moyenne à 104 dollars le baril, moyenne la plus élevée de leur
histoire ; (v) la dépréciation du franc CFA par rapport au dollar.
Les exportations ont été de 2 171,5 milliards contre 1°924,2 milliards en 2010, soit une hausse de
12,9% consécutive à la celle des carburants et lubrifiants (+39,9%), des huiles brutes de pétrole
(+14,4%), du coton brut (+33,9%), du caoutchouc brut (+31,1%), des bois sciés (+10,5%), des
bananes fraîches (+3,2%) et des cafés (+4,1%). Par contre, les exportations de cacao brut en
fèves, d’aluminium et du bois grume sont en baisse de 19,8%, 8,1%, et 6,2% respectivement.
Hors pétrole, les exportations se sont accrues de 12% pour s’établir à 1372,4 milliards.
Les importations se sont élevées à 3 209,8 milliards contre 2 503 milliards en 2010, soit une
augmentation de 28,2% consécutive à celle des achats des huiles brutes de pétrole (+49%) et des
équipements pour la réalisation des grands projets (+32%). Hors pétrole, les importations ont
augmenté de 22,9%. Cette progression est principalement attribuable aux achats des biens
d’équipement (+32%), des poissons de mer congelés (+59,1%), des céréales (+38,1%), des
engrais (+45,2%) et des produits pharmaceutiques (+22,7%).
Reflétant ces évolutions, le solde de la balance commerciale s’est détérioré, passant de -459,5
milliards en 2010 à -1 038 milliards en 2011. Il en de même du solde hors pétrole qui est passé
de -763,9 milliards à -1 072,9 milliards.
Au premier semestre 2012, le déficit commercial s’est situé à 345,6 milliards, se rétrécissant de
260,7 milliards par rapport à la même période de 2011. Cette réduction découle d’une
augmentation de 20,8% des exportations et d’une diminution de 4,5% des importations.
Le Nigéria est le premier fournisseur (22,6% des importations), suivi de la France (12,8%). Les
principaux clients sont l’Espagne (14,3% du total des exportations) et les Pays-Bas (10,1%). Par
zone géographique, l’Union Européenne demeure le premier partenaire commercial avec 38% du
total des échanges contre 43% en 2010. Elle est suivie dans l’ordre par l’Afrique (27,1% dont
14,4% avec le Nigéria et 5,7% avec la CEMAC), l’Asie (23,7%) et l’Amérique (10,1%).
Quant à la balance des paiements, le solde du compte courant a affiché un déficit de 353,1
milliards, soit 2,8% du PIB, en amélioration de 43,2 milliards par rapport à 2010. Ce déficit
résulte de ceux de la balance des biens (-273,5 milliards), de la balance des revenus (-142,8
milliards) et de la balance des services (-58,3 milliards). Le solde du compte d’opérations
financières est excédentaire de 235,2 milliards mais se rétrécit de 173 milliards. Il en résulte un
déficit de 163,5 milliards du solde global (1,8% du PIB) contre un excédent de 99 milliards en
2010.




                                                  8
1.2.3. Monnaie et financement de l’économie
1.3.3.1 Situation monétaire
En 2011, la situation monétaire est caractérisée par une augmentation du crédit intérieur et un
recul des avoirs extérieurs nets.
Au 31 décembre 2011, le crédit intérieur a augmenté de 48% par rapport à la même date en
2010, pour s’établir à 1 440,9 milliards. Cette évolution est imputable à l’accroissement de 19%
des créances nettes sur l’Etat et de 21% des crédits à l’économie.
Les avoirs extérieurs nets du système monétaire ont régressé de 11,8%, par rapport à fin
décembre 2010 pour s’établir à 1 627 milliards. Cette situation découle au niveau de la BEAC de
la baisse de 8,6% de ses avoirs extérieurs concomitamment à l’augmentation de ses engagements
extérieurs et, au niveau des banques de la hausse plus que proportionnelle de leurs engagements
par rapport à leurs avoirs extérieurs.
La masse monétaire s’est accrue de 9,6% et se situe à 2 897 milliards. Elle est constituée à 42%
de la monnaie scripturale, à 41% de la quasi-monnaie et à 17% de la monnaie fiduciaire.
Au 30 juin 2012 et en glissement annuel, le crédit intérieur, tiré par la progression du crédit à
l’économie (+16,4%) et des créances nettes sur l’Etat (+8%) augmente de 29,9% pour s’établir à
1495,7 milliards. Le crédit à l’économie se répartit en crédits à court terme (67,5% du total), en
crédits à moyen terme (30,6%), et en crédits à long terme (1,9%). Il reste dominé à 90% par le
crédit au secteur privé. Les avoirs extérieurs nets ont diminué de 11,4% et s’établissent à 1 484
milliards. La masse monétaire est en hausse de 4,5% par rapport à la même date en 2011.
S’agissant des taux d’intérêt, la majorité d’entre eux est en hausse, particulièrement, le taux
d’intérêt sur placements publics au titre du fonds de réserves sur les générations futures et du
mécanisme de stabilisation des recettes budgétaires qui a été révisé à 1,5% le 1er novembre 2011
avant d’être ramené à son niveau antérieur (1,25%).
1.3.3.2 Financement de l’économie
En 2011, la diversification du financement de l’économie s’est poursuivie avec le lancement de
l’émission des titres publics et de nouveaux instruments à l’instar du crédit-bail.
L’activité bancaire à fin décembre 2011 et comparativement à la même période de 2010, s’est
caractérisée par un accroissement des fonds propres (+13,3%), des dépôts (+17%) et des crédits à
l’économie (+13,3%), et une baisse des avoirs extérieurs nets (-22%). Les créances sur l’Etat ont
progressé de 20,8% tandis que les dépôts de ce dernier ont augmenté de 5,4%.
A fin juin 2012, l’activité bancaire, animée par 13 banques, se caractérise par une augmentation
des dépôts bancaires (+4,1%) et des concours accordés à la clientèle (+13,2%) par rapport à fin
juin 2011 pour se situer respectivement à 2 604,1 milliards et 1 953,5 milliards.
Les dépôts sont constitués à 40,5% par ceux des particuliers, à 21% par ceux des entreprises
privées, à 8,09% pour l’administration publique centrale et à 8,06% pour les entreprises
publiques. Par nature, les dépôts à vue représentent 78,7 % de l’encours des dépôts, ceux à terme
14,3 % et ceux à régime spécial 7%.
Par type de clientèle, 68,4% des crédits sont accordés aux entreprises privées, 12,9% aux
particuliers, 7,8% aux entreprises publiques et 1% aux organismes publics. Ces crédits financent
notamment le commerce de gros et détail, la restauration et l’hôtellerie à hauteur de 25%, les
bâtiments et travaux publics (17%), les industries extractives (12,4%), les services sociaux et
personnels (12,4%), l’agriculture, élevage, pêche et sylviculture (11,9%) et les transports et
télécommunications (8,1%). Au 30 juin 2012, le niveau d’intermédiation mesuré par le rapport
des crédits sur les dépôts se situe à 74% contre 69% à fin juin 2011.



                                                9
S’agissant des normes prudentielles, plusieurs banques présentent une relative solidité ; d’autres
sont fragiles au niveau des fonds propres et peinent à se conformer à la règlementation COBAC.
Dans le secteur de la microfinance, les dépôts de la clientèle sont de l’ordre de 410 milliards à fin
décembre 2011, pour un encours de crédits de 240 milliards. Par rapport à l’année 2010, les
crédits distribués sont en augmentation de 16,6%. Ils sont destinés en priorité au commerce (40%
du total) et à la consommation (30%). Les principaux bénéficiaires en sont les PME, les très
petites entreprises et le secteur informel.
Sur le marché des assurances 25 sociétés ont été agréées en 2011, dont 18 dans la branche
« IARDT » et 7 en « Assurance vie ». Le chiffre d’affaires réalisé s’est situé à 139,8 milliards, en
progression de 8,5% par rapport à 2010 et le résultat net d’exploitation a été de 11,7 milliards. Le
ratio des actifs admis sur les engagements réglementés est de 10% supérieur au minimum de
100% exigé, traduisant le respect de la norme prudentielle liée à la couverture des engagements
par les actifs admis.
Au niveau de la Douala Stock Exchange, la capitalisation boursière au 30 août 2012, s’élève à
332 milliards, contre 314 milliards un an plus tôt, soit une hausse de 5,7%. Elle se décompose en
112,9 milliards pour le marché des actions et 219,1 milliards pour le marché obligataire.
Sur le marché des obligations, le Trésor public procède depuis 2011 à l’émission des bons du
trésor à l’effet de couvrir ses besoins de trésorerie à court terme. Ainsi, en 2011, une somme de
50 milliards a été levée en Bons de Trésor Assimilables (BTA) à un taux d’intérêt moyen de
2,3%. A fin juin 2012, un montant de 55 milliards a déjà été levé à un taux d’intérêt moyen de
2,2%. Cette opération relève d’une stratégie permettant à l'Etat d’emprunter à moindre coût et
d’assurer le paiement à date de ses prestataires.
    1.2.4. Finances publiques
L’exécution du budget de l’exercice 2012 se déroule de façon conforme aux prévisions grâce à la
bonne tenue de l’activité économique en 2011 et 2012, et aux plus-values issues des recettes
internes. Au terme des sept premiers mois dudit exercice, le taux de recouvrement des recettes
internes est estimé à 64,6% et celui de l’exécution des dépenses à 56,1%.
A fin juillet 2012, le cumul des ressources budgétaires recouvrées se chiffre à 1609,2 milliards,
en augmentation de 15,9% par rapport à fin juillet 2011. Cette hausse est observable aussi bien
au niveau des recettes internes qu’à celui des autres recettes.
Les recettes internes progressent de 13% pour se situer à 1473,1 milliards. Elles sont constituées
de 393,8 milliards de recettes pétrolières et 1079,3 milliards de recettes non pétrolières.
Les recettes pétrolières augmentent de 24,4% consécutivement à une hausse de 13% de la
redevance SNH et de 69,9% d’impôts sur les sociétés pétrolières. Cette augmentation s’explique
essentiellement par le niveau élevé des cours mondiaux de pétrole brut.
Les recettes non pétrolières, quant à elles s’accroissent de 9,3% du fait de la progression des trois
composantes : recettes des impôts et taxes (+7,2%), recettes douanières (+10,7%) et, recettes non
fiscales (+27,3%). Ces trois catégories de recettes se chiffrent respectivement à 666,4 milliards,
350,5 milliards et 62,4 milliards. Cet accroissement résulte de l’amélioration des procédures de
recouvrement, de l’effort des administrations d’assiette et de l’évolution positive des activités du
secteur non pétrolier.
Les autres recettes progressent de 61,1% pour s’établir à 136,1 milliards. Cette hausse est
attribuable aux prêts projets et aux dons qui passent respectivement de 32,1 milliards à 101,3
milliards et de 20,9 milliards à 34,8 milliards. L’amélioration de la capacité de mobilisation et
d’absorption des financements extérieurs expliquent ces évolutions.
Les dépenses budgétaires totales sont estimées à 1 570 milliards, en augmentation de 20,1% suite
à l’accroissement des dépenses courantes et des dépenses d’investissement. Cette évolution

                                                 10
reflète l’amélioration dans le processus d’engagement et de paiement de la dépense publique. En
particulier, les émissions de bons du trésor permettent de rencontrer les besoins de trésorerie en
tout temps, ce qui ramène de façon permanente les délais de paiement par le Trésor à moins de
60 jours au lieu des évolutions erratiques pouvant faire dépasser la norme CEMAC qui plafonne
ce délai à 90 jours.
Les dépenses courantes sont en hausse de 12,5% et se situent à 984,5 milliards dont : 393,9
milliards de dépenses de personnel ; 334,7 milliards de dépenses de biens et services ; 74,7
milliards de dépenses de pensions et 181,2 milliards pour les bourses et subventions.
Les paiements au titre du budget d’investissement public s’élèvent à 445,1 milliards, en hausse
de 70,7%. Cette hausse s’observe sur toutes les composantes : les dépenses d’investissement sur
financements extérieurs passent de 46 milliards à 112,9 milliards ; les dépenses d’investissement
sur ressources intérieures de 196,3 milliards à 292,1 milliards et, les dépenses de restructurations
de 18,4 milliards à 40,1 milliards.
Le service de la dette publique est évalué à 140,4 milliards et augmente de 7,8%. Ce montant
comprend 52,8 milliards de service effectif de la dette extérieure (11,6 milliards d’intérêts et 41,2
milliards de principal) et 87,6 milliards pour la dette intérieure (constituée de 33,9 milliards
d’amortissement du principal ; 42 milliards de remboursement de crédits TVA et 10,7 milliards
d’arriérées intérieurs).
    1.2.5. Secteurs sociaux
Une enveloppe de 587,6 milliards est allouée aux secteurs sociaux en 2012, soit 21% du budget
de l’Etat contre 529,6 milliards en 2011. Cette enveloppe est destinée au financement des
activités inscrites dans la politique sociale du pays, notamment : (i) la promotion de l’éducation
universelle et professionnelle; (ii) l’amélioration de l’état de santé des populations ; (iii) la
promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes ; (iv) la protection sociale de
la petite enfance et des personnes marginales ; (v) la promotion de la jeunesse, de l’emploi et de
l’habitat social.
Dans le secteur éducatif, les effectifs sont les suivants pour l’année 2011/2012 : 375 300 élèves
encadrés par 16 863 enseignants dans l’enseignement maternel ; 3 747 404 élèves pour 107 092
enseignants dans le primaire ; 22 668 élèves et 2 512 enseignants dans l’enseignement normal ;
1 415 401 élèves pour 24 465 enseignants dans le secondaire général ; 357 928 élèves et 6844
enseignants dans le secondaire technique ; 283 488 étudiants et 3 550 enseignants dans le
supérieur. Le secteur éducatif a bénéficié d’une enveloppe de 405,3 milliards en 2012, soit
14,5% du budget de l’Etat. Cette somme a permis de renforcer l’offre d’éducation à travers la
construction et l’équipement des établissements scolaires et universitaires.
S’agissant de la santé, les principaux indicateurs en matière de lutte contre la maladie ont été
encourageants en 2011. En effet, le taux de prévalence du SIDA est estimé à 4,3% contre 5,1%
en 2010 ; le taux de mortalité liée au paludisme dans la population a reculé, passant de 24% à
19%, le taux de réussite thérapeutique chez les nouveaux cas de tuberculose à 78,3% contre 78%
et, les taux de prévalence du diabète et de l’hypertension artérielle à 6% et 24% respectivement.
Par contre, la couverture vaccinale enregistre un léger recul par rapport à 2010 en raison de la
rupture de certains vaccins. Des nouveaux centres d’hémodialyse ont été rendus opérationnels.
En 2012, la santé bénéficie d’une allocation budgétaire de 151,4 milliards et de nombreux
financements extérieurs pour divers programmes axés sur la lutte contre la maladie, la
vaccination et l’amélioration de l’offre de soins de santé.
S’agissant de l’emploi, le taux de chômage au sens du BIT est estimé à 11,4% en milieu urbain
et 2,4% en milieu rural. Par contre, le taux de sous-emploi global est de 70,6%. Pour améliorer la
situation de l’emploi, le Gouvernement poursuit les recrutements directs et l’insertion de jeunes à
travers différents projets, programmes et autres institutions spécialisées comme le FNE. Par
ailleurs, afin de renforcer l’offre de formation professionnelle, le Gouvernement a reçu des
                                                 11
appuis financiers de la part de ses partenaires au développement pour la construction des centres
de formations professionnelles d’excellence et pour la mise en place de 6 centres de formation
aux métiers agricoles.
Concernant l’urbanisme et l’habitat, la mise en œuvre du programme de construction de 10 000
logements sociaux s’est poursuivie ainsi que les travaux d’assainissement du cadre urbain,
notamment la réhabilitation des stations d’épuration, la construction des drains et le recalibrage des
canaux.
Pour ce qui est des Affaires sociales et de la promotion du genre, de la famille et de la jeunesse,
les principales actions menées en 2011 ont porté sur : (i) le renforcement des capacités d’environ
500 intervenants en matière d’identification et de prise en charge des orphelins et enfants
vulnérables ; (ii) la promotion de l’entreprenariat féminin avec la formation de 16 968 femmes
au montage des projets dans des domaines variés (conservation des produits agricoles, industrie
de l’habillement, hôtellerie, restauration, TIC, intervention sociale, etc.) et l’octroi des
subventions d’un montant global de 75 millions à 53 associations et groupes de femmes ; (iii) le
financement de 2 321 projets de jeunes.
    1.2.6. Réformes structurelles et institutionnelles
La simplification des procédures de création d’entreprises a consisté en la suppression parmi les
pièces exigées : du certificat de célibat, de l’attestation de domiciliation ainsi que de la copie
certifiée de la carte nationale d’identité ou de l’acte de naissance. Par ailleurs, une nouvelle
procédure d’obtention du numéro du registre de commerce et du crédit mobilier a vu le jour et
l’exigence du titre foncier différé de trois mois. Les coûts de création d’entreprise ont été réduits
de 22% dans les Centres de formalités de création d’entreprises et un délai de 48 heures est
désormais prescrit pour les actes notariés.
Le paiement des impôts et taxes a été simplifié par : (i) l’instauration d’un mode unique de
paiement par virement bancaire ou par voie électronique ; (ii) l’opérationnalisation du Centre des
impôts destiné aux petites entreprises; (iii) la déclaration de la sécurité sociale en ligne ;
(iv) l’application des vignettes sécurisées sur certains produits manufacturés (tabac, alcools).
Pour l’exécution des contrats d’affaires et la protection des investisseurs, les Chambres
commerciales auprès des juridictions d’instance ont été créées afin de faciliter les règlements des
différends commerciaux. Les présidents de ces Chambres ont été nommés et le programme
d’informatisation du système judiciaire s’est poursuivi à Yaoundé, notamment en ce qui
concerne le registre de commerce.
Dans le domaine du commerce transfrontalier, les réformes ont concerné : (i) la dématérialisation
des procédures à travers le paiement électronique des droits de douanes, la déclaration et le
dédouanement des marchandises ; (ii) la création d’une plateforme virtuelle entre le système
SYDONIA et le système OSCAR qui permet de repérer des containers ; (iii) l’interconnexion
des bureaux de douane au niveau national.
En ce qui concerne l’électricité, la Loi régissant le secteur et consacrant la libéralisation de la
production, du transport et de la distribution a été promulguée le 14 décembre 2011. Sa mise en
application devrait induire la réduction des coûts d’accès à l’énergie électrique avec l’entrée de
nouveaux producteurs.
1.3.6.2 Marchés publics
Le Gouvernement a engagé en 2011 une réforme du cadre juridique et institutionnel des marchés
publics qui a abouti à : (i) la création d’un Ministère chargé des Marchés publics (MINMAP) ;
(ii) la réorganisation de l’Agence de Régulation des Marchés Publics (ARMP).
Ainsi, le MINMAP assure désormais l’attribution des marchés publics. A ce titre, il : (i) lance les
appels d’offres des marchés publics (supérieurs à 50 millions) sous réserve des seuils de
compétence des commissions régionales et celles internes ; (ii) procède à la passation des
                                                 12
marchés publics et en assure le contrôle d’exécution sur le terrain ; (iii) autorise la passation des
marchés de gré à gré conformément à la réglementation ; (iv) crée les commissions et en nomme
les présidents et les secrétaires ; (v) signe les marchés et suit leur exécution avec délégation de
cette compétence ; (vi) arbitre les différends éventuellement après avis de l’organe de régulation.
Aussi ont été mises sur pied : (i) 5 commissions centrales sous l’autorité du Ministre des marchés
publics ; (ii) les commissions ministérielles auprès des services centraux des ministères et de
certaines administrations publiques pour les marchés compris entre 5 et 50 millions ; (iii) les
commissions locales (régionales et départementales) auprès des services déconcentrés du
MINMAP en remplacement de celles jusque-là existantes auprès des gouverneurs et des préfets ;
(iv) les commissions internes, auprès des établissements et entreprises du secteur public et
parapublic, des collectivités territoriales décentralisées et des projets ; (v) les commissions
spéciales pour les projets à financement conjoint.
Quant à l’ARMP, le décret relatif à sa création, son organisation et son fonctionnement a été
modifié et complété. Ses missions sont restées pratiquement les mêmes, mais la plupart d’entre
elles sont désormais exécutées à la demande du MINMAP ou d’autres administrations.
1.3.6.3 Entreprises publiques
Au niveau de la Cameroon Telecommunications (CAMTEL), des efforts de restructuration pour
adapter l’entreprise à la concurrence ont été entrepris avec la fin des travaux de construction du
backbone national de transmission de la fibre optique. Sur le marché de la téléphonie mobile, le
Gouvernement, sur la base des manifestations d’intérêt reçues, a achevé la phase de pré
qualification des candidats pour l’attribution d’une troisième licence.
Pour ce qui est de la Cameroon Airlines Corporation (CAMAIR Co), elle a lancé ses activités en
mars 2011 et a poursuivi le déploiement de son réseau en Afrique de l’Ouest et dans la
CEMAC ; toutes ces destinations sont desservies à partir du hub de Douala. Un plan de
renforcement progressif de la flotte a été adopté pour faire face à la vive concurrence.
Concernant la CAMPOST, son redressement se poursuit dans le cadre de l’exécution du contrat
de partenariat signé entre l’Etat et la SOFREPOST. Il s’agit de : (i) la mise en place d’un
organigramme adapté aux besoins de la clientèle ; (ii) la mise en œuvre du plan d’acheminement
du courrier ; (iii) la révision à la baisse du taux d’intérêt servi aux épargnants ainsi que des
grilles tarifaires de tous les produits et prestations. Par ailleurs, des contrats ont été signés avec
certains partenaires comme Bolloré pour l’acheminement du courrier en France, ECOBANK
pour offrir des crédits scolaires aux clients, l’Ecole Nationale Supérieure des Postes et
Télécommunications pour le renforcement des capacités du personnel, et la Camerounaise des
Eaux pour le règlement des factures d’eau. Ces actions ont permis une meilleure maîtrise de la
situation financière de la CAMPOST dont le chiffre d’affaires est passé de 4,6 milliards en 2010
et à 5,3 milliards en 2011, et le résultat net de -3,1 milliards en 2010 à -1,8 milliard en 2011.
S’agissant de la SONARA, le plan de modernisation de la raffinerie a été élaboré. Il permettra de
traiter le pétrole lourd et porter la production annuelle à 3,5 millions de tonnes. Sa mise en œuvre
nécessite des ressources évaluées à 405,8 milliards. Le financement de la première phase, d’un
montant de 134,5 milliards, a été bouclé avec l’autofinancement et la participation d’un pool de
banques locales. Les travaux, réalisés à 75%, devraient s’achever en juin 2013. Pour la deuxième
phase, la SONARA a signé avec une syndication de banques locales, une convention de prêt de
75 milliards. Les négociations sont en cours avec des partenaires financiers pour la mobilisation
du reliquat. La fin des travaux de cette phase est prévue au plus tard au premier semestre 2016.
S’agissant du Parc National de Matériel de Génie Civil, le processus de réhabilitation décidé par
le Gouvernement en 2007 a franchi une étape clef avec la réception de 120 engins neufs destinés
à renforcer sa capacité d’intervention. Ces engins ont été réceptionnés et mis en exploitation
depuis février 2012. Dans le cadre du plan de restructuration, un contrat-plan triennal est en
cours d’élaboration. Ce dernier permettra un retour à un équilibre durable de l’exploitation.
                                                 13
1.3.6.4 Budget programme : une nouvelle ère dans la gestion économique et financière
Le budget programme est un nouvel outil de gestion des finances publiques consistant à élaborer,
présenter et exécuter la loi de finances sur la base de programmes. Ce dernier est la structuration
d’une politique conduite dans le champ de compétence d’un ministère ou d’une institution, et
orientée sur la recherche des résultats précis. Pour comprendre ce qui change par rapport au
régime qui était en vigueur, il faut revenir à l’ordonnance de 1962 qui avait consacré le budget
dit de « moyens » qui reconduisait les crédits votés et donc parfois des projets qui n’étaient plus
pertinents au détriment de nouveaux. Les insuffisances de cette pratique que le budget
programme vise à corriger sont notamment : (i) la reconduction automatique des crédits d’une
année à une autre ; (ii) le manque de prévisibilité à moyen terme ; (iii) la dichotomie entre les
budgets de fonctionnement et d’investissement ; (iv) l’absence d’une exigence de performance.
Parmi les principes du budget programme, la pluriannualité et l’exigence de la performance
constituent un pas en avant dans la modernisation de la gestion économique et financière. La
mesure de la performance fait que le contrôle budgétaire ne soit plus seulement axée sur la
régularité mais, sur l’efficacité et l’efficience de la dépense publique. Par ailleurs, avec la
pluriannualité, la mise en œuvre des projets peut se dérouler au-delà d’un exercice budgétaire,
ce qui garantit une meilleure prévisibilité à moyen terme. C’est également sur ce plan que la
prévision joue son rôle.
Aux résultats à atteindre, le budget programme associe systématiquement les ressources requises.
Sa mise en œuvre nécessite une bonne prévision qui permet de préparer, d’orienter et d’anticiper
les effets des décisions de politique économique, financière sociale. La prévision fournit les
indicateurs macroéconomiques et budgétaires projetés et présentés sur une période triennale.
Chaque programme, conçu sur base triennale, est assorti d’un objectif et des indicateurs de
performance précis, ce qui permet de suivre et d’évaluer la mise en œuvre effective des projets
de développement.
Il reste que la planification et la conduite efficace des projets envisagés vont dépendre de la
disponibilité à bonne date des financements nécessaires. Ceux-ci sont davantage tributaires de la
prévisibilité des ressources qui seule garantit leur bonne programmation et leur réalisation
effective dans les délais convenus. C’est aussi à ce titre que la gestion économique et financière
pourrait s’en trouver améliorée.
1.3. Perspectives macroéconomiques et budgétaires 2013
    1.3.1. Perspectives macroéconomiques
Malgré un environnement international morose et en particulier les risques de stagnation voire de
récession chez les principaux partenaires européens, la croissance de l’économie camerounaise
poursuit son accélération enclenchée en 2010. En 2013, la croissance se consoliderait à 6,1%
contre 5,1% en 2012.
Cette accélération serait liée à la croissance soutenue de l’agriculture tant vivrière qu’industrielle
ou d’exportation, aux services non marchands des administrations à la faveur des recrutements
dans la fonction publique, à un second élan des BTP avec la mise en œuvre des grands travaux
d’infrastructure, et dans leur sillage au dynamisme des industries agro-alimentaires, des branches
« transports, entrepôts et communications », « banques et organismes financiers. En même temps
après des années de déclin, la production pétrolière rebondit en 2012 puis en 2013. Par ailleurs,
après la réalisation du programme thermique d’urgence en 2012, le goulot d’étranglement que
constituait le rationnement en électricité commencera à être dégagé par la mise en service de la
centrale à gaz de Kribi en 2013 qui apportera 216 MW à partir du second trimestre 2013.
L’élan devrait continuer en 2014 et 2015 avec des taux de croissance respectifs de 4,8 et 7,3%.
Le ralentissement de 2014 s’explique par un passage à vide de la production pétrolière. La
production d’électricité croîtrait de 27,8% en 2015 avec la mise en eau au troisième trimestre

                                                 14
2014 du barrage de retenu de Lom Pangar qui fera croître de 170 MW la production des barrages
hydroélectriques d’Edéa et de Song Loulou, et la mise en service en décembre 2014 du barrage
de Mekin d’une puissance de 15 MW. La sylviculture stagnerait en 2013 du fait de la crise dans
les principaux pays clients, et repartirait en 2014 et 2015. En dehors de ces trois sous-secteurs,
les autres connaîtraient des croissances régulières en 2014 et 2015.
Tableau 2 : Taux de croissance du PIB en termes réels (en %)
                                                      Historiques              Estimations     Projections
                                             2006   2007 2008 2009 2010        2011   2012 2013 2014 2015
Secteur primaire                             3,0    5,9    5,2    2,9    6,0   3,1    4,0     3,6   4,6      5,3
Agriculture des produits vivriers            3,2    5,6    6,6    5,0    3,7   3,8    4,5     4,1   4,0      4,0
Agriculture industrielle et d'exportation    -3,3   -5,1   2,1    4,2    7,8   -1,6   9,0     4,5   9,3 13,3
Elevage, chasse                              1,9    4,9    2,8    0,0    2,7   4,1    3,6     2,9   3,5      3,2
Pêche                                        25,2   26,9 -33,0    1,2    3,5   1,9    2,0     3,0   3,0      3,0
Sylviculture et exploitation forestière      -8,3   2,0    56,9 -10,6 32,8     2,1    -2,6    0,0   7,5 12,4
Secteur secondaire                           1,8    -1,4   1,2    -2,5   0,5   1,6    6,4     8,7   3,8 12,1
Industries extractives                       7,6    -7,7   -1,8 -13,6 -12,6    -7,3   9,7    15,8   -6,6 20,8
   Dont : Hydrocarbures                      7,7    -8,1   -1,8 -13,6 -12,6    -7,3   9,7    15,8   -6,6 20,8
Industries Agro-alimentaires                 -0,7   3,4    1,8    -1,2   5,8   4,2    5,5     4,9   4,3      4,5
Autres Industries manufacturières            -0,6   -1,0   4,4    -0,9   1,1   1,2    3,8     6,4   5,2 12,2
Electricité, gaz et eau                      3,3    4,5    5,7    -0,6   3,9   3,6    4,5    18,4   5,5 27,8
BTP                                          4,0    0,5    -8,2   12,5   9,1   9,6    13,9   12,5 11,7 10,9
Secteur tertiaire                            3,5    5,0    2,3    3,5    4,0   5,5    5,0     5,9   5,3      5,7
Commerce, restaurants et hôtels              1,8    2,0    0,3    -0,1   1,9   4,8    2,8     5,5   4,3      5,4
Transports, entrepôts, communications        11,9   9,2    8,6    7,5    5,2   4,7    8,5     8,3   7,9      8,3
Banques et organismes financiers             -3,9   6,6    7,2    3,8    6,1   8,4    5,9     5,0   6,0      5,3
Autres services marchands                    1,5    5,8    -2,3   7,4    7,5   4,7    5,4     4,8   6,0      5,3
SIFIM (serv. D'intermé. indirect. mesurés)   -3,8   -7,7   6,3    -6,0   4,3   3,7    4,0     2,8   2,6      2,3
Services non marchands des APU               2,9    6,0    4,2    3,5    3,7   4,6    5,4     5,1   3,7      3,7
Autres services non marchands                2,7    7,7    4,8    4,5    5,2   3,3    4,4     4,3   4,3      4,1
PIB aux coûts des facteurs                   2,9    3,3    2,6    1,7    3,5   3,9    5,1     6,1   4,8      7,3
Impôts et taxes moins subventions (% PIB)    7,3    2,9    6,0    4,9    0,4   6,7    6,7     6,7   6,7      6,7
PM: impôts et taxes (%PIB CF)                8,2    8,2    8,5    8,7    8,5   8,7    8,7     8,7   8,7      8,7
PIB                                          3,2    3,3    2,9    1,9    3,3   4,1    5,1     6,1   4,8      7,3
Source : MINFI/ DAE

Dans le secteur primaire, la réhabilitation des fermes de multiplication des semences, la mise à
disposition des semences pour plusieurs spéculations (riz pluvial, maïs, manioc, banane plantain,
pomme de terre, igname), l’aménagement des bassins de production, l’acquisition des engrais à
moindre coût, ainsi que la demande régionale et locale, contribueraient à augmenter la
production vivrière. Parallèlement, l’extension des superficies (cacao, hévéa, coton, huile de
palme), l’amélioration de la productivité, la distribution des plants à haut rendement, l’entretien
des vergers, ainsi que l’entrée en production de nouvelles plantations, stimuleraient la production
des cultures de rente. En ce qui concerne le bois, la crise dans la zone euro et le ralentissement de
la Chine expliquent la stabilité projetée de la production en 2013 ; mais la croissance de cette
branche repartirait en 2014, le MINFOF continuant à attribuer des concessions forestières et des

                                                      15
ventes de coupe. Sur la période 2013-2015, la croissance du secteur primaire est projetée à 4,5%
en moyenne et sa contribution à la croissance à 1%.
Le secteur secondaire connaîtrait l’accélération de croissance la plus forte. De 6,4% en 2012 et
8,7% en 2013, son taux de croissance atteindrait 12,1% en 2015. Ce boom est sous tendu par la
croissance des industries extractives consécutive à la réouverture de certains puits, à l’entrée en
exploitation de nouveaux, ainsi qu’à l’amélioration des taux d’extraction dans les champs
matures. L’ensemble du secteur industriel bénéficiera d’une meilleure fourniture en énergie
électrique. Les grands chantiers (bitumage, construction et réhabilitation des routes, programme
de construction de logements sociaux, construction des ponts ...) accéléraient la croissance des
BTP. Ainsi, la croissance du secteur secondaire pourrait avoisiner 8,2% en moyenne sur la
période 2013-2015 et, le secteur contribuerait pour 2% à la croissance.
La croissance du secteur tertiaire est estimée à 5% en 2012 et prévue à 5,9% en 2013. Le secteur,
qui a représenté 43,2% du PIB en 2011, bénéficie du dynamisme des secteurs primaire et
secondaire. En matière de télécommunications en particulier, il est prévu l’octroi de nouvelles
licences et l’entrée de nouveaux opérateurs sur le marché de la téléphonie mobile. Sur la période
2013-2015, la croissance du secteur tertiaire serait de 5,7% en moyenne et sa contribution à la
croissance de 2,6%.
Du côté de la demande l’absorption interne continue de soutenir la croissance, tirée par ses deux
composantes que sont la consommation et l’investissement. De 5,4% en 2012, la contribution à
la croissance de la demande intérieure est projetée à 6,2% en 2015. Sur la période 2013-2015, la
contribution moyenne à la croissance serait de l’ordre de 5,6% dont 3,7% pour la consommation
et 2% pour l’investissement. La contribution à la croissance de la demande extérieure deviendrait
positive à hauteur de 0,4% en moyenne.
Concernant les prix, l’inflation est projetée à 3%, nonobstant le poids sur les finances publiques
du blocage des prix des carburants à la pompe et de la subvention à la SONARA. Les termes de
l’échange redeviendraient défavorables (-6% en moyenne sur la période 2012-2015) à cause
notamment de l’amorce d’un moindre appétit de la Chine pour les matières premières.
A prix constants, le PIB non pétrolier est projeté à 5,7% en 2013 et son déflateur à 2,5%. On en
déduit un taux de croissance de 8,2% de la valeur nominale du PIB non pétrolier sur laquelle est
adossée la projection des recettes non pétrolières.




                                                16
Tableau 3 : Quelques indicateurs clés de l’économie camerounaise
                                              Historiques               Estimations                Projections
                                           2008 2009      2010          2011      2012      2013        2014     2015
PIB à prix courant (milliards de
FCFA)                                      10444 11040      11700    12546     13488      14589       15468      17015
     PIB pétrolier                           911   789        757       941     1045       1107        1005       1186
     PIB non pétrolier                      9533 10251      10943    11605     12443      13482       14463      15829
PIB à prix constant                         8699 8867        9157     9536     10023      10633       11138      11954
     PIB pétrolier                           488   421        368       342      375        434         405        489
     PIB non pétrolier                      8211 8445        8788     9194      9649      10200       10734      11465
                                                                  Croissance annuelle (en %)
PIB à prix constant                          2,9     1,9      3,3       4,1       5,1        6,1         4,8       7,3
      PIB pétrolier                         -1,8   -13,6    -12,6      -7,3       9,7      15,8         -6,6      20,8
      PIB non pétrolier                      3,2     2,9      4,1       4,6       4,9        5,7         5,2       6,8
Prix
Déflateur du PIB                             3,8     3,8      2,7        3,1        2,4      2,1         1,3       2,7
Déflateur du PIB pétrolier                  -1,6     0,3      9,7       34,0        1,3     -8,5        -2,7      -2,3
Déflateur du PIB non pétrolier               4,4     4,5      2,6        1,4        2,2      2,5         1,9       2,5
Prix à la consommation                       5,3     3,0      1,3        2,9        3,0      3,0         3,0       3,0
Prix des exportations                       20,0   -15,4     26,3       24,3        1,3     -1,8        -2,5      -2,2
    dont prix du pétrole camerounais        29,6   -29,1     31,3       27,0        8,4     -3,0        -2,4      -2,1
Prix des importations                        1,4     3,1      9,2        2,2       11,6      3,5         1,8       1,9
Termes de l'échange                         18,7   -18,5     17,0       22,1      -10,2     -5,3        -4,2      -4,1
Répartition sectorielle
Secteur Primaire                             5,2     2,9      6,0         3,1       4,0      3,6         4,6       5,3
Secteur Secondaire                           1,2    -2,5      0,5         1,6       6,4      8,7         3,8      12,1
    dont pétrole                            -1,8   -13,6    -12,6        -7,3       9,7     15,8        -6,6      20,8
Secteur Tertiaire                            2,3     3,5      4,0         5,5       5,0      5,9         5,3       5,7
                                                                    En pourcentage du PIB
Répartition sectorielle
Secteur Primaire                            21,6   21,7      21,7       21,7      22,1      21,6        21,7      21,2
Secteur Secondaire                          26,7   27,6      27,7       27,3      27,5      27,6        26,8      27,9
    dont pétrole                             8,7    7,1       6,5        7,5       7,7       7,6         6,5       7,0
Secteur Tertiaire                           43,9   43,0      43,2       43,2      42,9      43,3        43,9      43,4
Impôts et taxes moins subventions            7,8    7,7       7,4        7,8       7,6       7,6         7,6       7,6
Les composantes de la demande
Consommation                                85,9   86,5      86,6       87,5      85,2      84,3        83,2      81,1
     Privée                                 75,1   75,2      75,0       75,9      73,5      72,9        72,5      71,1
     Publique                               10,8   11,3      11,6       11,6      11,8      11,4        10,7      10,0
FBCF                                        17,6   17,8      19,0       20,6      22,3      22,8        24,4      24,5
     Privée                                 15,2   15,6      16,7       18,2      19,5      19,8        21,2      21,2
     Publique                                2,4    2,2       2,2        2,4       2,8       2,9         3,2       3,3
Exportations B&S                            24,1   16,0      17,3       18,4      19,7      19,4        18,2      19,1
Importations B&S                            28,2   21,0      23,0       26,5      27,3      26,4        25,9      24,7
Gouvernement
Recettes hors Dons                          19,7   16,3      15,4       16,9      16,9      16,8        18,7      19,3
   Pétrolières                               7,8    4,6       4,2        5,1       4,9       4,8         4,3       4,4
   non pétrolières                          11,9   11,7      11,1       11,8      12,0      12,0        14,4      14,9
   non pétrolières (% PIB non pétrolier)    13,0   12,6      11,9       12,7      13,0      13,0        15,4      16,0
Dépenses                                    18,4   17,5      17,2       19,7      19,4      24,9        26,8      27,5
  Courantes                                 13,0   13,5      13,7       14,1      13,5      17,6        18,1      17,9
  en capital                                 5,6    4,0       3,6        5,5       5,9       7,3         8,7       9,7
Secteur extérieur
Balance commerciale                          2,0    -1,7     -0,9        -2,2      -1,8     -2,1        -3,3      -1,9
Solde compte courant                        -0,9    -4,8     -3,4        -2,8      -1,9     -2,0        -2,5      -1,1
Source : MINFI/DAE

                                                       17
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012
Cameroun: Rapport économique et financier 2012

Contenu connexe

Tendances

RAPPORT NATIONAL SUR L’EMPLOI 2016
RAPPORT NATIONAL SUR L’EMPLOI 2016RAPPORT NATIONAL SUR L’EMPLOI 2016
RAPPORT NATIONAL SUR L’EMPLOI 2016
Jamaity
 
Cipav technologia
Cipav technologiaCipav technologia
Cipav technologia
Léo Guittet
 
Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal
Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal
Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal
Serigne Diagne
 
Rapport economique et_financier_2012
Rapport economique et_financier_2012Rapport economique et_financier_2012
Rapport economique et_financier_2012Meriam Hadji-kobiyh
 
2012 perspectives d avenir cap vert - bad
2012 perspectives d avenir cap vert - bad2012 perspectives d avenir cap vert - bad
2012 perspectives d avenir cap vert - badWilliams Paolo Bella
 
Gestion financière
Gestion financièreGestion financière
Gestion financière
Manon Cuylits
 
296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...
296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...
296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...
Olivier Coulibaly
 
Orse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommesOrse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommesPhilippe Porta
 
2384 rapport economique_financier
2384 rapport economique_financier2384 rapport economique_financier
2384 rapport economique_financier
Outhami Bennaceur
 
Fiche d'inscription SME 2015
Fiche d'inscription SME 2015Fiche d'inscription SME 2015
Fiche d'inscription SME 2015
Jamaity
 
Guide étude sectorielle
Guide étude sectorielleGuide étude sectorielle
Guide étude sectoriellePhilippe Porta
 
Analyse financiere
Analyse financiereAnalyse financiere
Analyse financiereKHALOUF
 
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...Silicon Village
 
Mémoire profésionnalisé master 2
Mémoire profésionnalisé master 2Mémoire profésionnalisé master 2
Mémoire profésionnalisé master 2
Patrice Oulié
 
Plan d'affaires
Plan d'affairesPlan d'affaires
Plan d'affaires
proviseur
 
RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...
RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...
RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...
Stanleylucas
 
Memoire de fin d'etude 353
Memoire de fin d'etude 353Memoire de fin d'etude 353
Memoire de fin d'etude 353
proviseur
 
L'EXPERT COMPTABLE DEVANT LE REJET DE LA PREUVE COMPTABLE ET LE POUVOIR D'APP...
L'EXPERT COMPTABLE DEVANT LE REJET DE LA PREUVE COMPTABLE ET LE POUVOIR D'APP...L'EXPERT COMPTABLE DEVANT LE REJET DE LA PREUVE COMPTABLE ET LE POUVOIR D'APP...
L'EXPERT COMPTABLE DEVANT LE REJET DE LA PREUVE COMPTABLE ET LE POUVOIR D'APP...
FINALIANCE
 

Tendances (19)

RAPPORT NATIONAL SUR L’EMPLOI 2016
RAPPORT NATIONAL SUR L’EMPLOI 2016RAPPORT NATIONAL SUR L’EMPLOI 2016
RAPPORT NATIONAL SUR L’EMPLOI 2016
 
Cipav technologia
Cipav technologiaCipav technologia
Cipav technologia
 
Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal
Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal
Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal
 
Rapport economique et_financier_2012
Rapport economique et_financier_2012Rapport economique et_financier_2012
Rapport economique et_financier_2012
 
2012 perspectives d avenir cap vert - bad
2012 perspectives d avenir cap vert - bad2012 perspectives d avenir cap vert - bad
2012 perspectives d avenir cap vert - bad
 
Gestion financière
Gestion financièreGestion financière
Gestion financière
 
296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...
296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...
296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...
 
Orse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommesOrse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommes
 
Charte aeenap
Charte aeenapCharte aeenap
Charte aeenap
 
2384 rapport economique_financier
2384 rapport economique_financier2384 rapport economique_financier
2384 rapport economique_financier
 
Fiche d'inscription SME 2015
Fiche d'inscription SME 2015Fiche d'inscription SME 2015
Fiche d'inscription SME 2015
 
Guide étude sectorielle
Guide étude sectorielleGuide étude sectorielle
Guide étude sectorielle
 
Analyse financiere
Analyse financiereAnalyse financiere
Analyse financiere
 
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
 
Mémoire profésionnalisé master 2
Mémoire profésionnalisé master 2Mémoire profésionnalisé master 2
Mémoire profésionnalisé master 2
 
Plan d'affaires
Plan d'affairesPlan d'affaires
Plan d'affaires
 
RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...
RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...
RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...
 
Memoire de fin d'etude 353
Memoire de fin d'etude 353Memoire de fin d'etude 353
Memoire de fin d'etude 353
 
L'EXPERT COMPTABLE DEVANT LE REJET DE LA PREUVE COMPTABLE ET LE POUVOIR D'APP...
L'EXPERT COMPTABLE DEVANT LE REJET DE LA PREUVE COMPTABLE ET LE POUVOIR D'APP...L'EXPERT COMPTABLE DEVANT LE REJET DE LA PREUVE COMPTABLE ET LE POUVOIR D'APP...
L'EXPERT COMPTABLE DEVANT LE REJET DE LA PREUVE COMPTABLE ET LE POUVOIR D'APP...
 

En vedette

Statistiques du transport aérien au Cameroun de 2011 à 2013
Statistiques du transport aérien au Cameroun de 2011 à 2013Statistiques du transport aérien au Cameroun de 2011 à 2013
Statistiques du transport aérien au Cameroun de 2011 à 2013
Edouard TAMBA
 
Loi 2004/003 régissant l'Urbanisme au Cameroun
Loi 2004/003 régissant l'Urbanisme au CamerounLoi 2004/003 régissant l'Urbanisme au Cameroun
Loi 2004/003 régissant l'Urbanisme au Cameroun
Edouard TAMBA
 
Loi des Finances 2013 du Cameroun
Loi des Finances  2013 du CamerounLoi des Finances  2013 du Cameroun
Loi des Finances 2013 du Cameroun
Edouard TAMBA
 
Discours cloture forum.economique_cameroun_turquie
Discours cloture forum.economique_cameroun_turquieDiscours cloture forum.economique_cameroun_turquie
Discours cloture forum.economique_cameroun_turquie
Edouard TAMBA
 
Recrutement des 25000 les journalistes contractuels présélectionnés
Recrutement des 25000 les journalistes contractuels présélectionnésRecrutement des 25000 les journalistes contractuels présélectionnés
Recrutement des 25000 les journalistes contractuels présélectionnés
Edouard TAMBA
 
แบบฟอร์มหนังสือมอบอำนาจ
แบบฟอร์มหนังสือมอบอำนาจแบบฟอร์มหนังสือมอบอำนาจ
แบบฟอร์มหนังสือมอบอำนาจWeevy Wee
 
PPT ON 220KV GSS
PPT ON 220KV GSSPPT ON 220KV GSS
PPT ON 220KV GSS
SIIT, Jaipur
 
PPt on 220 kV substation
PPt on 220 kV substationPPt on 220 kV substation
PPt on 220 kV substation
Ishank Ranjan
 

En vedette (8)

Statistiques du transport aérien au Cameroun de 2011 à 2013
Statistiques du transport aérien au Cameroun de 2011 à 2013Statistiques du transport aérien au Cameroun de 2011 à 2013
Statistiques du transport aérien au Cameroun de 2011 à 2013
 
Loi 2004/003 régissant l'Urbanisme au Cameroun
Loi 2004/003 régissant l'Urbanisme au CamerounLoi 2004/003 régissant l'Urbanisme au Cameroun
Loi 2004/003 régissant l'Urbanisme au Cameroun
 
Loi des Finances 2013 du Cameroun
Loi des Finances  2013 du CamerounLoi des Finances  2013 du Cameroun
Loi des Finances 2013 du Cameroun
 
Discours cloture forum.economique_cameroun_turquie
Discours cloture forum.economique_cameroun_turquieDiscours cloture forum.economique_cameroun_turquie
Discours cloture forum.economique_cameroun_turquie
 
Recrutement des 25000 les journalistes contractuels présélectionnés
Recrutement des 25000 les journalistes contractuels présélectionnésRecrutement des 25000 les journalistes contractuels présélectionnés
Recrutement des 25000 les journalistes contractuels présélectionnés
 
แบบฟอร์มหนังสือมอบอำนาจ
แบบฟอร์มหนังสือมอบอำนาจแบบฟอร์มหนังสือมอบอำนาจ
แบบฟอร์มหนังสือมอบอำนาจ
 
PPT ON 220KV GSS
PPT ON 220KV GSSPPT ON 220KV GSS
PPT ON 220KV GSS
 
PPt on 220 kV substation
PPt on 220 kV substationPPt on 220 kV substation
PPt on 220 kV substation
 

Similaire à Cameroun: Rapport économique et financier 2012

Statec lux en_chiffres_2021_fr
Statec lux en_chiffres_2021_frStatec lux en_chiffres_2021_fr
Statec lux en_chiffres_2021_fr
NicolasLonard3
 
27 certification des_comptes_rapport_tome1
27 certification des_comptes_rapport_tome127 certification des_comptes_rapport_tome1
27 certification des_comptes_rapport_tome1mohamcool
 
Rapport d'information sur l'e-commerce
Rapport d'information sur l'e-commerceRapport d'information sur l'e-commerce
Rapport d'information sur l'e-commercePrecepta Groupe Xerfi
 
Guide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impactsGuide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impacts
smemanager
 
Dpes version-finale
Dpes version-finaleDpes version-finale
Dpes version-finaleleral
 
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" - Analyse de la mise en oe...
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" -  Analyse de la mise en oe...Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" -  Analyse de la mise en oe...
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" - Analyse de la mise en oe...
Public Service of Wallonia
 
Orse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommesOrse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommesPhilippe Porta
 
Reussir sa-demarche-de-marketing-territorial-sommaire-detai
Reussir sa-demarche-de-marketing-territorial-sommaire-detaiReussir sa-demarche-de-marketing-territorial-sommaire-detai
Reussir sa-demarche-de-marketing-territorial-sommaire-detaiAdeline Fray
 
France stratégie
France stratégieFrance stratégie
France stratégie
NetPME
 
Plu clermont diagnostic_juin2011
Plu clermont diagnostic_juin2011Plu clermont diagnostic_juin2011
Plu clermont diagnostic_juin2011
Communication Clermont
 
Biznis plan
Biznis planBiznis plan
Biznis plan
seminarskid
 
Cours de-finance
Cours de-financeCours de-finance
Cours de-finance
Akobe Jean Stanislas Akobe
 
Rapport annuel 2014 de Federal Finance
Rapport annuel 2014 de Federal FinanceRapport annuel 2014 de Federal Finance
Rapport annuel 2014 de Federal Finance
FederalFinance
 
Memoiredefindetude353 160507122028
Memoiredefindetude353 160507122028Memoiredefindetude353 160507122028
Memoiredefindetude353 160507122028
BowbaliSidimohamed
 
Le-commissariat-au-compte
 Le-commissariat-au-compte Le-commissariat-au-compte
Le-commissariat-au-compteTima Ait Tayeb
 
Shema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaia
Shema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaiaShema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaia
Shema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaia
Archi Guelma
 
Rapport stage pact13
Rapport stage pact13Rapport stage pact13
Rapport stage pact13
Faustine Loiseau
 
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achat
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achatMémoire gestion des risques fournisseurs en achat
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achat
Audrey Sigoure
 

Similaire à Cameroun: Rapport économique et financier 2012 (20)

Statec lux en_chiffres_2021_fr
Statec lux en_chiffres_2021_frStatec lux en_chiffres_2021_fr
Statec lux en_chiffres_2021_fr
 
27 certification des_comptes_rapport_tome1
27 certification des_comptes_rapport_tome127 certification des_comptes_rapport_tome1
27 certification des_comptes_rapport_tome1
 
Rapport d'information sur l'e-commerce
Rapport d'information sur l'e-commerceRapport d'information sur l'e-commerce
Rapport d'information sur l'e-commerce
 
Guide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impactsGuide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impacts
 
Elfakiri
ElfakiriElfakiri
Elfakiri
 
Dpes version-finale
Dpes version-finaleDpes version-finale
Dpes version-finale
 
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" - Analyse de la mise en oe...
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" -  Analyse de la mise en oe...Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" -  Analyse de la mise en oe...
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" - Analyse de la mise en oe...
 
Orse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommesOrse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommes
 
manuel de procedure INATRASO
manuel de procedure INATRASOmanuel de procedure INATRASO
manuel de procedure INATRASO
 
Reussir sa-demarche-de-marketing-territorial-sommaire-detai
Reussir sa-demarche-de-marketing-territorial-sommaire-detaiReussir sa-demarche-de-marketing-territorial-sommaire-detai
Reussir sa-demarche-de-marketing-territorial-sommaire-detai
 
France stratégie
France stratégieFrance stratégie
France stratégie
 
Plu clermont diagnostic_juin2011
Plu clermont diagnostic_juin2011Plu clermont diagnostic_juin2011
Plu clermont diagnostic_juin2011
 
Biznis plan
Biznis planBiznis plan
Biznis plan
 
Cours de-finance
Cours de-financeCours de-finance
Cours de-finance
 
Rapport annuel 2014 de Federal Finance
Rapport annuel 2014 de Federal FinanceRapport annuel 2014 de Federal Finance
Rapport annuel 2014 de Federal Finance
 
Memoiredefindetude353 160507122028
Memoiredefindetude353 160507122028Memoiredefindetude353 160507122028
Memoiredefindetude353 160507122028
 
Le-commissariat-au-compte
 Le-commissariat-au-compte Le-commissariat-au-compte
Le-commissariat-au-compte
 
Shema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaia
Shema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaiaShema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaia
Shema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaia
 
Rapport stage pact13
Rapport stage pact13Rapport stage pact13
Rapport stage pact13
 
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achat
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achatMémoire gestion des risques fournisseurs en achat
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achat
 

Plus de Edouard TAMBA

Cameroun: Projet de loi de finances 2018
Cameroun: Projet de loi de finances 2018Cameroun: Projet de loi de finances 2018
Cameroun: Projet de loi de finances 2018
Edouard TAMBA
 
Communiqué prc libération otages français #KidnapCmr
Communiqué prc libération otages français #KidnapCmrCommuniqué prc libération otages français #KidnapCmr
Communiqué prc libération otages français #KidnapCmr
Edouard TAMBA
 
PROGRAMME ECONOMIQUE, FINANCIER, SOCIAL ET CULTUREL DU CAMEROUN POUR L’EXERCI...
PROGRAMME ECONOMIQUE, FINANCIER, SOCIAL ET CULTUREL DU CAMEROUN POUR L’EXERCI...PROGRAMME ECONOMIQUE, FINANCIER, SOCIAL ET CULTUREL DU CAMEROUN POUR L’EXERCI...
PROGRAMME ECONOMIQUE, FINANCIER, SOCIAL ET CULTUREL DU CAMEROUN POUR L’EXERCI...
Edouard TAMBA
 
Communiqué final 11e Sommet Cemac 2012
Communiqué final 11e Sommet Cemac 2012Communiqué final 11e Sommet Cemac 2012
Communiqué final 11e Sommet Cemac 2012
Edouard TAMBA
 
La réponse du père Ludovic Lado à la lettre de Tonyè Bakot
La réponse du père Ludovic Lado à la lettre de Tonyè BakotLa réponse du père Ludovic Lado à la lettre de Tonyè Bakot
La réponse du père Ludovic Lado à la lettre de Tonyè Bakot
Edouard TAMBA
 
GreenVox #1
GreenVox #1GreenVox #1
GreenVox #1
Edouard TAMBA
 
2e lettre ouverte de marafa hamidou au président de la république
2e lettre ouverte de marafa hamidou au président de la république2e lettre ouverte de marafa hamidou au président de la république
2e lettre ouverte de marafa hamidou au président de la républiqueEdouard TAMBA
 
Jubilé frères Biyick
Jubilé frères BiyickJubilé frères Biyick
Jubilé frères Biyick
Edouard TAMBA
 
Lettre ouverte de marafa hamidou yaya à paul biya
Lettre ouverte de marafa hamidou yaya à paul biyaLettre ouverte de marafa hamidou yaya à paul biya
Lettre ouverte de marafa hamidou yaya à paul biyaEdouard TAMBA
 
Nouveau Code électoral au Cameroun: L'analyse de Maurice Kamto
Nouveau Code électoral au Cameroun: L'analyse de Maurice KamtoNouveau Code électoral au Cameroun: L'analyse de Maurice Kamto
Nouveau Code électoral au Cameroun: L'analyse de Maurice Kamto
Edouard TAMBA
 
Reponse de la beac aux rumeurs de la dévaluation du Fcfa
Reponse de la beac aux rumeurs de la dévaluation du FcfaReponse de la beac aux rumeurs de la dévaluation du Fcfa
Reponse de la beac aux rumeurs de la dévaluation du FcfaEdouard TAMBA
 
Maurice kamto: Pourquoi j'ai démissionné
Maurice kamto: Pourquoi j'ai démissionnéMaurice kamto: Pourquoi j'ai démissionné
Maurice kamto: Pourquoi j'ai démissionné
Edouard TAMBA
 
Emeutes de Deido : critique philosophique
Emeutes de Deido : critique philosophiqueEmeutes de Deido : critique philosophique
Emeutes de Deido : critique philosophique
Edouard TAMBA
 
Le plan d'action du Minpostel pour 2012
Le plan d'action du Minpostel pour 2012Le plan d'action du Minpostel pour 2012
Le plan d'action du Minpostel pour 2012
Edouard TAMBA
 
Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...
Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...
Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...
Edouard TAMBA
 
Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...
Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...
Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...
Edouard TAMBA
 
DSCE - Cameroun
DSCE - CamerounDSCE - Cameroun
DSCE - Cameroun
Edouard TAMBA
 

Plus de Edouard TAMBA (18)

Cameroun: Projet de loi de finances 2018
Cameroun: Projet de loi de finances 2018Cameroun: Projet de loi de finances 2018
Cameroun: Projet de loi de finances 2018
 
Communiqué prc libération otages français #KidnapCmr
Communiqué prc libération otages français #KidnapCmrCommuniqué prc libération otages français #KidnapCmr
Communiqué prc libération otages français #KidnapCmr
 
PROGRAMME ECONOMIQUE, FINANCIER, SOCIAL ET CULTUREL DU CAMEROUN POUR L’EXERCI...
PROGRAMME ECONOMIQUE, FINANCIER, SOCIAL ET CULTUREL DU CAMEROUN POUR L’EXERCI...PROGRAMME ECONOMIQUE, FINANCIER, SOCIAL ET CULTUREL DU CAMEROUN POUR L’EXERCI...
PROGRAMME ECONOMIQUE, FINANCIER, SOCIAL ET CULTUREL DU CAMEROUN POUR L’EXERCI...
 
Greenvox 2
Greenvox 2Greenvox 2
Greenvox 2
 
Communiqué final 11e Sommet Cemac 2012
Communiqué final 11e Sommet Cemac 2012Communiqué final 11e Sommet Cemac 2012
Communiqué final 11e Sommet Cemac 2012
 
La réponse du père Ludovic Lado à la lettre de Tonyè Bakot
La réponse du père Ludovic Lado à la lettre de Tonyè BakotLa réponse du père Ludovic Lado à la lettre de Tonyè Bakot
La réponse du père Ludovic Lado à la lettre de Tonyè Bakot
 
GreenVox #1
GreenVox #1GreenVox #1
GreenVox #1
 
2e lettre ouverte de marafa hamidou au président de la république
2e lettre ouverte de marafa hamidou au président de la république2e lettre ouverte de marafa hamidou au président de la république
2e lettre ouverte de marafa hamidou au président de la république
 
Jubilé frères Biyick
Jubilé frères BiyickJubilé frères Biyick
Jubilé frères Biyick
 
Lettre ouverte de marafa hamidou yaya à paul biya
Lettre ouverte de marafa hamidou yaya à paul biyaLettre ouverte de marafa hamidou yaya à paul biya
Lettre ouverte de marafa hamidou yaya à paul biya
 
Nouveau Code électoral au Cameroun: L'analyse de Maurice Kamto
Nouveau Code électoral au Cameroun: L'analyse de Maurice KamtoNouveau Code électoral au Cameroun: L'analyse de Maurice Kamto
Nouveau Code électoral au Cameroun: L'analyse de Maurice Kamto
 
Reponse de la beac aux rumeurs de la dévaluation du Fcfa
Reponse de la beac aux rumeurs de la dévaluation du FcfaReponse de la beac aux rumeurs de la dévaluation du Fcfa
Reponse de la beac aux rumeurs de la dévaluation du Fcfa
 
Maurice kamto: Pourquoi j'ai démissionné
Maurice kamto: Pourquoi j'ai démissionnéMaurice kamto: Pourquoi j'ai démissionné
Maurice kamto: Pourquoi j'ai démissionné
 
Emeutes de Deido : critique philosophique
Emeutes de Deido : critique philosophiqueEmeutes de Deido : critique philosophique
Emeutes de Deido : critique philosophique
 
Le plan d'action du Minpostel pour 2012
Le plan d'action du Minpostel pour 2012Le plan d'action du Minpostel pour 2012
Le plan d'action du Minpostel pour 2012
 
Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...
Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...
Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...
 
Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...
Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...
Rapport sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun 2008-2011 - P...
 
DSCE - Cameroun
DSCE - CamerounDSCE - Cameroun
DSCE - Cameroun
 

Cameroun: Rapport économique et financier 2012

  • 1. REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix-Travail-Patrie LOI DE FINANCES 2013 RAPPORT SUR LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES ECONOMIQUES, SOCIALES, ET FINANCIERES DE LA NATION EXERCICE 2012 Novembre 2012
  • 2. SOMMAIRE CHAPITRE 1: VUE D’ENSEMBLE...................................................................................... 1 1.1. Environnement économique international ......................................................................................1 1.1.1. Une reprise affaiblie .......................................................................................................................1 1.1.2. Les défis pétroliers..........................................................................................................................4 1.2. Evolution récente de l’économie camerounaise .............................................................................6 1.2.1. Croissance et prix ...........................................................................................................................6 1.2.2. Relations avec le reste du monde ...................................................................................................7 1.2.3. Monnaie et financement de l’économie ..........................................................................................9 1.2.4. Finances publiques .......................................................................................................................10 1.2.5. Secteurs sociaux ...........................................................................................................................11 1.2.6. Réformes structurelles et institutionnelles ....................................................................................12 1.3. Perspectives macroéconomiques et budgétaires 2013 ..................................................................14 1.3.1. Perspectives macroéconomiques ..................................................................................................14 1.3.2. Contraintes budgétaires ................................................................................................................18 1.3.3. Projections et cadrage budgétaires 2013.......................................................................................22 CHAPITRE 2 : PRODUCTION ........................................................................................... 24 2.1 Secteur primaire ...............................................................................................................................24 2.1.1 Sous-secteur agricole .....................................................................................................................24 2.1.2 Elevage, chasse et pêche................................................................................................................27 2.1.3 Exploitation forestière et faunique ................................................................................................30 2.2. Secteur secondaire ...........................................................................................................................31 2.2.1 Industries manufacturières.............................................................................................................31 2.2.2 Industries extractives .....................................................................................................................32 2.2.3 Eau et Electricité ...........................................................................................................................33 2.2.4 Bâtiments et Travaux Publics ........................................................................................................34 2.2.5 PME, économie sociale et artisanat ...............................................................................................35 2.3 Secteur tertiaire.................................................................................................................................36 2.3.1 Commerce… .................................................................................................................................36 2.3.2 Transports…. .................................................................................................................................37 2.3.3 Télécommunications .....................................................................................................................39 2.3.4 Tourisme……................................................................................................................................39 CHAPITRE 3: DEMANDE ................................................................................................... 41 3.1. Demande intérieure .........................................................................................................................41 3.1.1. Consommation finale ...................................................................................................................41 3.1.2. Investissement ..............................................................................................................................43 3.2. Demande extérieure nette ................................................................................................................44 3.2. 1. Demande extérieure nette des biens ............................................................................................44 3.2.2 Demande extérieure nette des services ..........................................................................................45 CHAPITRE 4 : PRIX ET COMPETITIVITE .................................................................... 47 4.1.1. Déflateur du PIB ...........................................................................................................................47 i
  • 3. 4.1.2. Prix à la consommation finale des ménages .................................................................................47 4.2 Compétitivité… ............................................................................................................................49 4.3 Climat des affaires ........................................................................................................................49 CHAPITRE 5 : FINANCEMENT DE L’ECONOMIE ...................................................... 51 5.1- Politique monétaire .........................................................................................................................51 5.1.1 Politique des taux d’intérêts ..........................................................................................................51 5.1.2 Politique de refinancement ............................................................................................................52 5.2 Situation monétaire...........................................................................................................................52 5.2.1 Contreparties de la masse monétaire .............................................................................................52 5.2.2 Masse monétaire ............................................................................................................................53 5.2.3 Taux de couverture de la monnaie.................................................................................................54 5.3 Secteur bancaire et financier ............................................................................................................54 5.3.1 Secteur bancaire ............................................................................................................................54 5.3.2 Microfinance………………………………………………………………………………………56 5.3.3 Secteur des assurances...................................................................................................................57 5.3.4 Marché financier............................................................................................................................57 5.4 Stratégie de financement de l’économie...........................................................................................58 CHAPITRE 6 : SECTEUR EXTERIEUR ........................................................................... 59 6. 1 Balance des paiements.....................................................................................................................59 6.1.1 Solde global et financement ..........................................................................................................59 6.1.2 Compte des transactions courantes ................................................................................................59 6.1.3 Compte de capital et d’opérations financières ...............................................................................62 6.2 Commerce extérieur .........................................................................................................................64 6.2.1 Balance commerciale ....................................................................................................................64 6.2.2 Orientation géographique des échanges ........................................................................................66 CHAPITRE 7 : SECTEURS SOCIAUX .............................................................................. 71 7.1 Education…… ………………………………………………………………………………………71 7.1.1 Enseignements maternel et primaire .............................................................................................71 7.1.2 Enseignement secondaire ..............................................................................................................72 7.1.3 Enseignement supérieur.................................................................................................................74 7.2 Santé……………….. .......................................................................................................................75 7.2.1 Lutte contre la maladie ..................................................................................................................75 7.2.2 Programme Elargi de Vaccination.................................................................................................77 7.2.3 Amélioration de l’offre en soins et services de santé ....................................................................78 7.3 Emploi………. .................................................................................................................................78 7.4 Habitat et assainissement..................................................................................................................79 7.4.1 Assainissement ..............................................................................................................................79 7.4.2 Construction de logements sociaux ...............................................................................................79 7.5 Affaires sociales, promotion du genre, de la famille et de la jeunesse .............................................79 7.5.1 Prévention et protection sociales ...................................................................................................79 7.5.2 Solidarité nationale et lutte contre l’exclusion sociale ..................................................................80 7.5.3 Promotion de la femme et de la famille.........................................................................................80 ii
  • 4. 7.5.4 Encadrement des jeunes ................................................................................................................81 CHAPITRE 8 : EXECUTION DU BUDGET 2012 ET PROJET DE BUDGET 2013 .... 82 8.1 Réalisations provisoires et estimations de l’exercice 2012 ..............................................................82 8.1.1 Ressources budgétaires totales ......................................................................................................82 8.1.2 Exécution des dépenses budgétaires ..............................................................................................84 8.2 Projet de budget de l’exercice 2013 .................................................................................................85 8.2.1 Présentation du budget programme ...............................................................................................85 8.2.2 Rappel des paramètres clés du projet de budget 2013 ...................................................................87 8.2.3 Analyse des recettes ......................................................................................................................87 8.2.4 Analyse des dépenses ....................................................................................................................88 8.3 Projections budgétaires en 2014 et 2015 ..........................................................................................91 8.4 Exposé de motifs des mesures nouvelles..........................................................................................93 8.4.1 Dispositions relatives aux droits de douane ..................................................................................93 8.4.2 Dispositions relatives au code général des impôts ........................................................................94 GLOSSAIRE DES SIGLES ................................................................................................ 100 iii
  • 5. LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Quelques indicateurs de performance de l’économie mondiale ................................................... 6 Tableau 2 : Taux de croissance du PIB en termes réels (en %)..................................................................... 15 Tableau 3 : Quelques indicateurs clés de l’économie camerounaise............................................................. 17 Tableau 4 : Statistiques salariales des actifs civils ........................................................................................ 20 Tableau 5 : Projections budgétaires pour l'exercice 2013 ............................................................................. 23 Tableau 6 : Cultures de rente et produits industriels d’origine agricole ........................................................ 26 Tableau 7 : Production des principales cultures vivrières (en tonnes) .......................................................... 27 Tableau 8 : Production et exportations dans le secteur forestier (en milliers de m3) .................................... 30 Tableau 9 : Indice de la production industrielle ............................................................................................ 32 Tableau 10 : Production de pétrole brut (en millions de barils) .................................................................... 33 Tableau 11 : Mises à la consommation des produits pétroliers (en tonnes m3) ............................................. 33 Tableau 12 : Production d'eau potable (en milliers de m3) ............................................................................ 33 Tableau 13 : Production d'électricité (en milliers de KWH) ......................................................................... 34 Tableau 14 : Entreprises créées dans les CFCE d’avril 2010 à novembre 2011 ........................................... 36 Tableau 15 : Transport aérien global ............................................................................................................. 38 Tableau 16 : Evolution du trafic ferroviaire .................................................................................................. 38 Tableau 17: Evolution du trafic maritime ..................................................................................................... 39 Tableau 18 : Effectif d’abonnés et chiffre d’affaires dans le sous- secteur des télécommunications ........... 39 Tableau 19 : Structure des dépenses de consommation finale des ménages (en %) ..................................... 42 Tableau 20 : Variation du déflateur du PIB et ses emplois (en %) ............................................................... 47 Tableau 21: Evolution de l’indice des prix à la consommation finale des ménages ..................................... 48 Tableau 22 : Classement du Cameroun selon certains indicateurs caractéristiques ...................................... 49 Tableau 23 : Taux directeurs de la BEAC et conditions de banque (en %) .................................................. 51 Tableau 24 : Situation monétaire (en milliards) ............................................................................................ 53 Tableau 25 : Principaux indicateurs de la situation monétaire ...................................................................... 54 Tableau 26 : Dépôts de la clientèle (en milliards) ......................................................................................... 55 Tableau 27: Dépôts de la clientèle par nature (en milliards) ......................................................................... 55 Tableau 28 : Répartition des crédits par type de clientèle ............................................................................. 56 Tableau 29 : Principaux agrégats du marché des assurances en 2011 (en milliards) .................................... 57 Tableau 30 : Balance des Paiements 2007-2013 (en milliards)..................................................................... 63 Tableau 31 : Résultats du commerce extérieur (en milliards) ....................................................................... 64 Tableau 32 : Exportations du Cameroun (Q : quantité en milliers de tonnes, V : valeur en milliards)......... 65 Tableau 33 : Evolution des importations (Q : quantité en milliers de tonnes, V : valeur en milliards) ........ 66 Tableau 34: Poids des échanges par zone géographique (en %) ................................................................... 67 Tableau 35 : Principaux partenaires bilatéraux ............................................................................................. 70 Tableau 36: Nombre de salles de classe fonctionnelles, des élèves et des enseignants ................................ 72 (primaire et maternel) .................................................................................................................................... 72 Tableau 37 : Ratios élèves/enseignant et élèves/salle de classe .................................................................... 72 Tableau 38 : Effectifs des élèves et des enseignants dans l’enseignement secondaire.................................. 73 Tableau 39 : Ratios élèves/enseignant et élèves/salle de classe .................................................................... 73 iv
  • 6. Tableau 40 : Taux de réussite aux examens officiels de l’enseignement secondaire (en %) ........................ 73 Tableau 41 : Répartition des étudiants et des enseignants............................................................................. 74 Tableau 42 : Ratios d’encadrement (étudiants/enseignant) ........................................................................... 75 Tableau 43 : Evolution de la couverture vaccinale au Cameroun (en %) ..................................................... 77 Tableau 44 : Ressources budgétaires de l’exercice 2012 .............................................................................. 83 Tableau 45 : Dépenses budgétaires de l'exercice 2012 ................................................................................. 85 Tableau 46 : Ventilation des recettes (en millions) ....................................................................................... 87 Tableau 47 : Structure des dépenses de l’Etat (en milliards) ........................................................................ 88 Tableau 48 : Propositions de crédits ouverts pour l’exercice 2013 (en millions) ......................................... 89 Tableau 49 : Projections budgétaires (en milliards) ...................................................................................... 92 LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 1 : Evolution comparée du PIB nominal, du taux de croissance réel et de l’inflation ................... 7 Graphique 2 : Evolution des recettes forestières (en milliards)..................................................................... 30 Graphique 3 : Contributions à la croissance du PIB (en %) .......................................................................... 41 Graphique 4 : Taux de croissance de l’investissement (en %) ...................................................................... 43 Graphique 5 : Contributions de la demande extérieure à la croissance (en %) ............................................. 44 Graphique 6 : Structure des exportations de services en 2011 ...................................................................... 45 Graphique 7 : Structure des importations des services en 2011 .................................................................... 46 Graphique 8 : Soldes des services en 2011 (en milliards) ............................................................................. 46 Graphique 9: Taux de change effectif réel (base 100 = 2005) ...................................................................... 49 Graphique 10 : Evolution des cours des actions sur 12 mois ........................................................................ 58 Graphique 11 : Solde global et variations des avoirs extérieurs nets en milliards...................................... 59 Graphique 12 : Evolution du solde du compte courant et de ses composantes (en milliards)....................... 60 Graphique 13 : Transferts de capital et opérations financières (en milliards) ............................................... 62 Graphique 14: Echanges hors pétrole par zone en 2011 ............................................................................... 67 Graphique 15 : Echanges avec la CEMAC (en milliards) ............................................................................. 68 Graphique 16 : Poids des échanges commerciaux avec l’Asie Orientale (en %) .......................................... 69 v
  • 7. CHAPITRE 1: VUE D’ENSEMBLE Conformément aux dispositions de la Loi n°2007/006 du 26 décembre 2007 portant régime financier de l’Etat, qui fait obligation au Gouvernement de joindre au projet de loi de finances, un rapport sur la situation et les perspectives économiques, sociales et financières de la Nation, le présent Rapport présente les faits socio-économiques et financiers marquants, la conjoncture à fin juin voire à fin septembre 2012. Sur cette base sont estimées les réalisations de l’exercice 2012 et les prévisions pour l’exercice 2013. Le Rapport est complété par l’exposé des motifs des propositions de mesures nouvelles. Afin de permettre d’apprécier le projet de budget et d’éclairer son exécution, le Rapport souligne les contraintes et les arbitrages faits pour l’équilibrer. D’application progressive depuis le 1er janvier 2008, la Loi n°2007/006 du 26/12/2007 entre en vigueur dans son intégralité le 1er janvier 2013. Entre autres innovations, elle introduit l’exigence de spécialisation des crédits par programme et, des autorisations d’engagement qui constituent la limite supérieure des dépenses pouvant être engagées au cours d’une période n’excédant pas trois ans. Le Rapport rappelle l’apport de ces innovations. 1.1. Environnement économique international 1.1.1. Une reprise affaiblie Dans l’édition des « Perspectives de l’économie mondiale » d’octobre 2012, le FMI vient pour la seconde fois dans l’année de réviser à la baisse le taux de croissance de l’économie mondiale, en le projetant à 3,3% en 2012 et 3,6% en 2013 contre respectivement 3,5% et 3,9% dans l’édition de juillet 2012. En particulier, les prévisions de croissance des économies avancées et, des pays émergents et en développement baissent respectivement de 0,3% et de 0,2% en 2013, surtout parce que l’intensité de la crise dans la zone euro n’a pas diminué comme l’envisageaient les projections antérieures. En conséquence, le chômage restera élevé dans beaucoup de pays. La croissance des pays avancés est freinée par le rééquilibrage budgétaire pesant sur la demande et, par la fragilité persistante des banques du fait de la croissance faible de nombreux pays. En effet, les banques exigent encore à certains emprunteurs des conditions rigoureuses. Néanmoins la croissance reste tirée par la politique monétaire accommodante des banques centrales qui maintiennent des taux directeurs très faibles, et mettent en œuvre des mesures novatrices visant à réduire les taux sur certains marchés, à aider certaines catégories d’emprunteurs, ou à favoriser l’intermédiation financière de manière générale. Malheureusement, l’incertitude est entretenue par des craintes concernant, d’une part, la capacité des dirigeants européens à maîtriser la crise dans la zone euro et, d’autre part, l’incapacité des dirigeants américains à s’accorder jusqu’ici sur un plan budgétaire. La faiblesse de la croissance et l’incertitude dans les pays avancés ont des répercussions négatives sur les pays émergents et les pays en développement, à travers le commerce et la finance. La crise dans la zone euro s’est aggravée et a nécessité de nouvelles interventions pour empêcher une détérioration rapide de la situation. Les banques, les compagnies d’assurance et les entreprises ont transféré leurs liquidités inutilisées de la périphérie au cœur de la zone euro : les écarts de taux souverains espagnols ont atteint des niveaux records et les écarts italiens ont augmenté nettement aussi, en raison de la persistance des doutes concernant : la capacité des pays de la périphérie d’opérer les ajustements budgétaires et structurels nécessaires; la volonté des Etats d’appliquer les mesures adéquates au niveau de la zone euro pour combattre la crise et ; la volonté de réaction de la Banque Centrale Européenne et du Fonds européen de stabilité financière/mécanisme européen de stabilité si les scénarios les plus défavorables se matérialisent. Ces doutes ont remis en question la viabilité de la zone euro et nécessité d’autres mesures. Entre autres, les dirigeants ont engagé des travaux sur une union bancaire. A la suite, la Commission européenne a présenté une proposition d’un mécanisme unique de surveillance. La Banque Centrale Européenne a envisagé l’achat de titres de dette publique. Ces mesures ont apaisé et fait remonter les marchés financiers, et l’euro s’est apprécié vis-à-vis des monnaies principales. 1
  • 8. Quant à l’économie américaine, sa croissance plus élevée que prévue en début 2012, a ralenti à 1,7 % au second trimestre. Face à la faiblesse persistante de la consommation et du marché du travail, la Réserve fédérale a pris de nouvelles mesures de relance. Mais, la question du précipice budgétaire attendra les élections de novembre. Du côté positif, le marché immobilier serait en train de se stabiliser à un bas niveau, et le crédit privé a continué de progresser en dépit de la réduction du crédit octroyé par les banques de l’Union Européenne sur le marché américain. Dans les pays émergents et en développement, le durcissement de la politique économique, le fléchissement de la demande des pays avancés, et des facteurs internes ont fait chuter la croissance. Selon le FMI, plus de la moitié des révisions à la baisse de la croissance du PIB réel en 2012 tiennent à des facteurs intérieurs. En Chine, l’activité a ralenti nettement, en raison d’un resserrement du crédit, d’un retour à une cadence plus soutenable de l’investissement public et d’un fléchissement de la demande extérieure. Le FMI prévoit un regain d’activité modeste, que favoriserait une réduction de l’incertitude liée aux politiques publiques dans la zone euro et aux États-Unis, la poursuite d’une politique monétaire accommodante et un assouplissement progressif de la situation financière, la reconstitution du stock de capital et une augmentation progressive de la consommation des biens durables. L’assouplissement des politiques monétaires et budgétaires stimulera la croissance dans les pays émergents et en développement. Deux hypothèses cruciales sous-tendent ces prévisions. La première est que les dirigeants européens prennent des mesures supplémentaires pour faire avancer l’ajustement au niveau des pays et l’intégration au niveau de la zone euro. La deuxième hypothèse est que les dirigeants américains évitent le précipice budgétaire et relèvent le plafond de la dette, tout en avançant dans la mise en place d’un plan global de rétablissement de la viabilité des finances publiques. Si ces mesures ne sont pas prises, il est possible que les prévisions s’avèrent de nouveau optimistes. La reprise serait anémique dans les principaux pays avancés, tandis que la croissance resterait relativement rapide dans de nombreux pays émergents et pays en développement. Les paramètres économiques fondamentaux restent solides dans de nombreux pays qui n’ont pas connu de crise financière, notamment dans beaucoup de pays émergents et en développement. Dans ces pays, la nette progression de l’emploi et la vigueur de la consommation alimenteraient la demande et, conjuguées à un assouplissement de la politique macroéconomique, devraient concourir à un investissement et à une croissance robustes. Cependant, les taux de croissance ne devraient pas retrouver leur niveau d’avant la crise. Le taux de chômage mondial resterait stable en 2012 et 2013. Étant donné le ralentissement de l’activité et l’abondance des capacités inutilisées dans de nombreux pays avancés, l’inflation a reculé. Les cours ont aussi replié, mais dans une moindre mesure. Un nouveau recul de l’inflation est prévu dans les pays avancés. Dans les pays émergents et les pays en développement, l’inflation globale devrait plus ou moins stagner. Ces prévisions d’inflation reposent sur des cours des produits de base plus ou moins inchangés. Mais, la forte hausse des prix de l’alimentation est de plus en plus préoccupante. Jusqu’à présent, elle ne concerne pas toutes les principales cultures vivrières, contrairement à ce qui s’était passé en 2007 et 2008. Selon le FMI, la politique monétaire ne doit pas réagir à des hausses de l’inflation globale liées aux prix de l’alimentation à moins qu’il n’y ait des risques considérables d’effets secondaires sur les salaires. Les pouvoirs publics devront peut-être renforcer des mesures sociales ciblées et adopter d’autres mesures budgétaires par exemple, réduire les taxes sur l’alimentation lorsqu’ils en ont les moyens. À plus long terme, il est nécessaire d’opérer des réformes de plus large portée pour réduire la volatilité des prix mondiaux de l’alimentation. En définitive, les perspectives sont particulièrement incertaines. Les risques à court terme les plus importants auxquels sont exposées les prévisions sont une escalade de la crise dans la zone euro et l’inaction budgétaire aux États-Unis. 2
  • 9. A moyen et à long terme, les risques d’un sérieux ralentissement de l’économie mondiale sont alarmants. La probabilité que la croissance mondiale tombe au-dessous de 2% en 2013, ce qui correspondrait à une récession dans les pays avancés et à un sérieux ralentissement dans les pays émergents et les pays en développement, est montée à environ 17%, contre environ 4% en avril 2012. Par ailleurs, les prix du pétrole pourraient de nouveau monter en flèche. Si le scénario négatif européen ou américain se matérialisait, il est probable que les prix du pétrole baisseraient considérablement. Mais il existe aussi un risque important qu’une exacerbation des tensions géopolitiques les fasse monter. Les problèmes structurels contribuent aux déséquilibres courants élevés à l’échelle mondiale, qui ont aggravé la crise dans la zone euro. Des réformes qui s’attaquent à ces problèmes structurels peuvent avoir des effets considérables sur la croissance. Par leurs effets sur la confiance et la richesse, ainsi qu’en facilitant les ajustements des prix relatifs, les réformes structurelles peuvent stimuler la demande globale au fil du temps, en particulier l’investissement. Mais il est peu probable que ces bénéfices se matérialisent si ces réformes ne sont pas appuyées par des politiques macroéconomiques qui réduisent l’incertitude et renforcent la confiance parmi les investisseurs. Les réformes structurelles seront importantes pour stimuler la croissance et faciliter le rééquilibrage de la demande mondiale, tout en réduisant la vulnérabilité y afférente. Dans les pays en excédent tels que la Chine et l’Allemagne, ces réformes sont nécessaires pour stimuler la demande intérieure; dans les pays en déficit à l’instar du Brésil et de l’Inde, elles sont nécessaires pour améliorer l’offre. En Afrique subsaharienne qui profite de la persistance des cours élevés des produits de base, la croissance devrait rester supérieure à 5% en 2012 et en 2013 selon le FMI. Elle est soutenue par une demande intérieure forte et en particulier, l’investissement dans les pays à faible revenu. L’environnement international contrariera toutefois les pays à revenu intermédiaire exportant significativement vers l’Union Européenne. Quant à la Banque Mondiale, elle se dit optimiste concernant la situation de la région Afrique car, le taux de croissance moyen y est de 5% voire de 6% en excluant l’Afrique du Sud. On y trouve les pays qui affichent les taux de croissance les plus rapides au monde. Par ailleurs, le cadre macroéconomique s’est amélioré avec notamment une inflation en baisse de moitié. En outre, la réduction de la pauvreté y est de 1% par an et en nombre absolu depuis 2000, et il en est de même de la mortalité. Cet optimisme est tempéré par des risques majeurs de décélération de la croissance à savoir : l’environnement économique international incertain ; le chômage élevé ; la malédiction des découvertes de minerais étant donné des processus budgétaires plus opaques ou de mauvais indices de développement humain dans les pays producteurs ; la difficulté à sortir de la trappe une fois une économie fragilisée. La Banque Mondiale indique entre autres que la croissance crée jusqu’à présent peu d’emplois, ou que par exemple malgré des coûts identiques qu’en France, les prix du transport sont 118% plus élevés sur l’axe Ngaoundéré-Ndjamena à cause des monopoles et des syndicats. Au Nigéria voisin, le FMI estime à 7,1% le taux de croissance en 2012 et le prévoit à 6,7% en 2013. Le Bureau National des Statistiques a calculé un taux d’inflation en glissement annuel de 11,3% en septembre 2012, et postulé sur la base du trend baissier un taux d’inflation inférieur à 10% au premier trimestre 2013 voire au quatrième trimestre 2012. Pour la zone CEMAC, le FMI estime le taux de croissance à 5,5% en 2012 et le projette à 4,3% en 2013. La BEAC précise que l’accroissement de la production pétrolière, le renchérissement du baril, et la demande intérieure toujours soutenue, expliquent largement l’accélération de la 3
  • 10. croissance en 2012. Quant à la demande extérieure nette, son impact reste négatif. Hors pétrole, les taux de croissance sont de 6,8% en 2012 et de 6,7% en 2013 selon le FMI. Projetés par le FMI à 4,1% en 2012 et à 3,8% en 2013, les prix à la consommation resteraient au- dessus de la norme communautaire qui les plafonne à 3%. Selon la BEAC, l’accélération des pressions inflationnistes en début 2012 s’explique par : (i) la fermeté de la demande intérieure dans la CEMAC, face à une offre locale limitée ; (ii) le rebond de l’activité économique au Cameroun ; (iii) la révision à la hausse depuis le 1er janvier des prix à la pompe des produits pétroliers en RCA ; (iv) la faiblesse de l’offre locale en produits vivriers et céréaliers au Tchad, en raison d’une faible pluviométrie. L’année 2012 devrait être marquée par un retour de l’inflation dans la sous-région. Le taux dépasserait légèrement la norme communautaire, pour se situer à 3,2% en fin 2012, contre 2,7% un an plus tôt. En définitive, la BEAC considère que la tenue de l’économie Sous régionale est bonne, grâce au dynamisme du secteur non pétrolier, à la poursuite des grands chantiers publics, à la vigueur de la consommation et de la bonne orientation du secteur pétrolier. A l’instar de l’ensemble de l’Afrique Subsaharienne, les pays de la CEMAC résistent bien au ralentissement économique mondial grâce notamment à la diversification des exportations vers les pays émergents d’Asie, la faible intégration du système financier et la fermeté des cours des matières premières. Toutefois, compte tenu de la faible diversification des bases productives, les pays de la CEMAC restent vulnérables aux soubresauts de l’environnement international. La persistance, voire l’aggravation de la crise de la dette en Zone euro pourrait se traduire à terme par une dégradation de la conjoncture Sous-régionale, d’où l’importance d’une gestion macroéconomique prudente. 1.1.2. Les défis pétroliers Atout pour les pays producteurs, l’envolée des cours mondiaux du pétrole a représenté un défi pour tous les pays d’Afrique subsahariens au sujet de la fixation du niveau des prix intérieurs. A l’instar du Nigéria, l’inflation en 2013 dépendra de la déréglementation des prix des carburants. Le FMI estime néanmoins important pour les pays subsahariens de réduire les subventions énergétiques car : d’une part elles absorbent une grande part des maigres ressources publiques alors que les principaux bénéficiaires sont les classes aisées ; d’autre part elles ont des effets dissuasifs sur l’entretien et l’investissement dans le secteur énergétique, ce qui perpétue les pénuries et les faibles niveaux d’accès. Etant donné qu’elle porte surtout préjudice aux pauvres, la suppression des subventions nécessite des mesures d’accompagnement. Le FMI cite en exemples divers pays :  le Gabon où les prix de l’essence et du gazole ont été relevés de 26% en mars 2007, avec 6 mesures ciblées dont la gratuité de l’inscription et la fourniture des livres de classe à l’école primaire publique et, l’élargissement du réseau des transports en commun de Libreville ;  le Ghana où on a relevé les prix des carburants de 50% en février 2005 tout en supprimant les droits d’inscription aux écoles primaires et secondaires, en augmentant et en accélérant les investissements dans les transports en commun, en allouant davantage de fonds au programme d’électrification rurale, etc. ;  le Mozambique qui a relevé les prix des carburants de 38% en 2008, et fortement augmenté les crédits budgétaires affectés à toute une série de programmes de protection sociale ;  l’Indonésie qui a relevé de plus de 100% les prix des carburants en mars et octobre 2005, puis de 25-33% en mai 2008. Un programme temporaire de transferts monétaires destiné à 19 millions de familles pauvres a été exécuté en 2005. Un programme analogue a accompagné les hausses des prix de carburant en 2008 pendant sept mois. Certaines économies budgétaires réalisées grâce à la réduction des subventions ont été affectées aux programmes dans les domaines de la santé, de l’éducation et des infrastructures dont bénéficient les ménages à faible revenu ou à revenu intermédiaire ; 4
  • 11.  la Jordanie a amorcé en 2005 une réduction progressive des subventions. A la libéralisation intégrale en février 2008, les prix des carburants ont été majorés de 33-76%. On a relevé le salaire minimum et accordé les plus fortes augmentations de salaires aux agents de l’Etat au bas de l’échelle. Une prime ponctuelle a été versée aux retraités et agents de l’Etat à faible revenu. Des transferts monétaires en espèces ont été accordés aux autres ménages à faible revenu dont le chef n’était ni agent ni retraité de la fonction publique. L’accès à l’électricité étant presque universel, un tarif social a été maintenu. Dire que les subventions énergétiques profitent surtout aux riches est quelque peu spécieux car, les riches bénéficient de beaucoup d’avantages parfois exclusifs. Ainsi, les distorsions de prix ou de concurrence profitent aux entreprises dont l’actionnariat exclut les pauvres. La question du ciblage semble donc secondaire à bien des égards. Par contre, il est établi qu’un blocage des prix, une distorsion de prix ou de concurrence en général, empêche une économie de marché de bien fonctionner. Les subventions énergétiques en Afrique subsaharienne sont coûteuses et inefficaces. Leur réduction fait augmenter l’inflation, et est surtout préjudiciable voire fatale aux pauvres. Les soulèvements contre la hausse des prix dans les seuls pays pauvres rappellent qu’il s’agit d’un problème de pauvreté qu’il convient d’aborder avec méthode dans sa globalité, sans faire une fixation sur une conséquence. Les mesures d’accompagnement ci-haut montrent que l’efficacité d’une politique de réduction voire de suppression des subventions dépend de l’état particulier de chaque économie. Dans la CEMAC où seule la RCA ne produit pas du pétrole, les problèmes semblent spécifiques comme l’atteste une publication du FMI d’octobre 2012 « Oil Wealth in Central Africa : Policies for Inclusive Growth » qui relève que le pétrole représente 41% du PIB, 86% des exportations, et 67% des recettes budgétaires de la CEMAC. Mais les ressources pétrolières ont eu peu d’impact sur le développement. En particulier, l’indice de développement humain est très en retrait par rapport au revenu moyen par tête de certains pays de la CEMAC. Selon l’étude, l’un des plus grands obstacles au développement de la CEMAC se trouve être les conflits récurrents dans deux pays, conflits liés au contrôle des ressources. Le second obstacle est la gestion des prix cycliques : quand les prix du pétrole sont élevés, les dépenses explosent ; quand les prix chutent, les dépenses sont rigides à la baisse d’où l’éviction des investissements dans les infrastructures, l’éducation et la santé. Du fait de la prédominance de la production pétrolière qui est peu intensive en main d’œuvre, l’emploi est rare, les économies sont peu diversifiées et l’intégration régionale piétine en l’absence de produits pouvant alimenter le commerce intra-CEMAC. L’étude recommande notamment de rendre productif l’investissement public, regrettant que les pays y consacrent aujourd’hui des milliards de dollars américains, et que sur place on ne trouve pas de routes à la hauteur de ces dépenses. Les Gouvernements doivent donc conduire des évaluations de projets d’investissements de qualité et planifier davantage. Cette recommandation n’est qu’une exigence et une contrainte de base en économie, à savoir qu’on doit acheter au plus bas prix sinon on gaspille des ressources, et produire au plus bas coût autrement on dilapide les ressources et on n’est pas compétitif. La régulation des coûts et des prix élevés dans la CEMAC permettraient de sauvegarder voire de relever le pouvoir d’achat des plus pauvres malgré une réduction des subventions énergétiques. Ce serait une bonne mesure d’accompagnement qui en outre est un préalable à la croissance économique. Pour le Cameroun, le passage en revue des contraintes budgétaires plus loin, fait apparaître que c’est l’une des rares voire la seule mesure qui reste aux pouvoirs publics pour accompagner la réduction ou la suppression des subventions énergétiques. 5
  • 12. Tableau 1 : Quelques indicateurs de performance de l’économie mondiale Historiques Estimations Projections 2010 2011 2012 2013 Croissance du PIB (en %) Economie mondiale 5,1 3,8 3,3 3,6 Etats Unis 3 1,6 1,3 1,5 Zone euro 2,4 1,8 2,2 2,1 Japon 4,5 -0,8 2,2 1,2 Chine 10,4 9,2 7,8 8,2 Inde 10,1 6,8 4,9 6 Afrique subsaharienne 5,3 5,1 5 5,7 Nigeria 8 7,4 7,1 6,7 CEMAC 5,2 4,8 5,5 4,3 Inflation (en %) Etats-Unis 1,6 3,1 2 1,8 Zone euro 1,6 2,7 2,3 1,6 Afrique subsaharienne 7,5 9,7 9,1 7,1 Nigeria 13,7 10,8 11,4 9,5 CEMAC 2,2 2,9 4,1 3,8 Sources: FMI (World Economic Outlook, Octobre 2012) 1.2. Evolution récente de l’économie camerounaise 1.2.1. Croissance et prix Après la reprise entamée en 2010, l’activité économique s’est consolidée en 2011, avec une croissance estimée à 4,1% contre 3,3% l’année d’avant. Cette évolution est tirée par les services et l’agriculture vivrière avec des contributions à la croissance respectives de 2,1% et 0,6%. Dans le secteur primaire, le taux de croissance est estimé à 3,1% en 2011, contre 6% en 2010. Ce ralentissement est imputable au repli des activités dans les branches « agriculture industrielle et d’exportation » et « sylviculture et exploitation forestière ». Ces deux branches ont enregistré un ralentissement en 2011 ; leurs taux de croissance sont respectivement estimés à -1,6% et 2,1% contre 7,8% et 32,8% en 2010. Par contre, l’«agriculture vivrière » et l’«élevage et pêche » ont maintenu leur dynamisme, avec des taux de croissance respectifs de 3,8% et 4,1% en 2011 contre 3,7% et 2,7% en 2010. Le secteur secondaire a renoué avec une croissance significative ; il a affiché un taux de 1,6% en 2011 contre 0,5% l’année précédente. Outre la baisse moindre de la production pétrolière (-7,3% en 2011 contre -12,6% en 2010), ce secteur a bénéficié de la bonne tenue des « bâtiments et travaux publics » (+9,6%) et des « industries agro-alimentaires » (+4,2%). Le secteur tertiaire a enregistré un taux de croissance de 5,5% en 2011 contre 4% en 2010. Cette progression est essentiellement attribuable à celles des branches «commerce, hôtels et restaurants» (+4,8%), « transports, entrepôts et communications » (+4,7%), « banques et organismes financiers » (+8,4%) et « services non marchands des APU » (+4,6%). Sous l’optique demande, la croissance reste tirée principalement par la demande intérieure dont la contribution s’est située à 7%. Par composante, les évolutions se présentent comme suit : La consommation privée a progressé de 5,3% grâce à une inflation modérée et à l’augmentation du revenu global des ménages. Celle-ci s’explique par des recrutements dans la Fonction publique, des embauches par les entreprises en lien avec les grands chantiers, et la bonne tenue des ventes des produits agro-pastoraux. La consommation publique s’est accrue de 5,5% en 2011 mais a décéléré par rapport à 2010 où sa progression était de 8,4%. Ce relâchement s’explique par les efforts entrepris par le 6
  • 13. Gouvernement en vue de rationaliser et d’améliorer la qualité de la dépense publique, notamment celle relative aux achats de biens et services. Après une hausse de 11,6% en 2010, l’investissement privé a crû de 12,3% ; cette accélération est reflétée dans l’accroissement des achats des produits métallurgiques de base et ouvrages en métaux (+29,6%), des équipements et appareils audiovisuels (+17,2%), des machines et appareils électriques (+15,2%) et des meubles et mobiliers (+13,2%). L’investissement public a augmenté de 10,8% en 2011 contre 4,4% en 2010, en rapport avec le démarrage effectif des grands chantiers dans les domaines des infrastructures, de l’énergie et des transports. Les exportations de biens, dominées par le bois, le cacao et le café, se sont accrues de 8,7% et celles des services progressent de 1,5%. Les importations de biens et celles de services augmentent respectivement de 17,4% et 1,6%. Ces évolutions ont situé à -2,9% en 2011 la contribution de la demande extérieure nette à la croissance. S’agissant des prix, le taux d’inflation s’est établi à 2,9% contre 1,3% en 2010. Cette hausse résulte de l’augmentation des prix des produits alimentaires (+4,8%), des articles d’habillement et chaussures (+3,1%) et des dépenses de maison (+3%). La hausse des prix des produits alimentaires est consécutive à celle des produits vivriers (+6%), des poissons (+7,4%) et des céréales (+2,9%). Le renchérissement du poste « habillement et chaussures » est imputable à celui des pagnes en liaison avec l’accroissement des cours mondiaux de coton. La progression des prix des dépenses de maison est liée, en partie, à l’augmentation du tarif de la seconde tranche de consommation d’électricité qui est passé de 70 à 77 francs depuis janvier 2011. Graphique 1 : Evolution comparée du PIB nominal, du taux de croissance réel et de l’inflation 6 10000,0 5 8000,0 4 6000,0 3 4000,0 2 2000,0 1 0,0 0 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 proj PIB nominal (en milliards) taux d'inflation (en %) taux de croissance réel (en %) Source : MINFI/DAE 1.2.2. Relations avec le reste du monde 1.2.2.1 Compétitivité La compétitivité est appréhendée à travers le taux de change effectif réel (TCER) et le climat des affaires. En 2011, le TCER s’est déprécié de 0,02%, traduisant un gain de compétitivité globale de l’économie en liaison avec l’amélioration des termes de l’échange de 22,1%. Selon le rapport 2012-2013 du Forum économique mondial sur la compétitivité des économies, l’attractivité du Cameroun s’est améliorée. Le pays a été classé au 112e rang mondial parmi 144 pays, soit une progression de 4 rangs. Il occupe la 11e place sur les 38 pays d’Afrique classés. Concernant l’environnement macroéconomique, le pays connaît une progression de la stabilité macroéconomique et de la taille du marché intérieur ainsi qu’un développement du marché financier. Afin d’améliorer l’environnement des affaires et faciliter l’activité des entreprises, le Gouvernement a mené plusieurs actions : il s’est agi notamment de : (i) l’instauration d’un mode 7
  • 14. de paiement unique par virement bancaire des impôts, droits, taxes fiscales et parafiscales ; (ii) le renforcement de la lutte contre la contrebande, la fraude et la contrefaçon par l’estampillage des vignettes sécurisées sur les tabacs et les alcools ; (iii) la création et la nomination des présidents des chambres commerciales auprès des juridictions d’instance afin de faciliter le règlement des différends commerciaux. 1.2.2.2 Echanges En 2011, les échanges avec l’extérieur ont été influencés par les facteurs suivants : (i) la crise de la dette souveraine dans certains pays de la zone euro ; (ii) le ralentissement de la demande dans les pays de l’OCDE ; (iii) le tsunami et l’accident nucléaire au Japon affectant la production mondiale de l’automobile ; (iv) le recul des cours des produits de base à l’exception de ceux du pétrole brut qui se sont élevés en moyenne à 104 dollars le baril, moyenne la plus élevée de leur histoire ; (v) la dépréciation du franc CFA par rapport au dollar. Les exportations ont été de 2 171,5 milliards contre 1°924,2 milliards en 2010, soit une hausse de 12,9% consécutive à la celle des carburants et lubrifiants (+39,9%), des huiles brutes de pétrole (+14,4%), du coton brut (+33,9%), du caoutchouc brut (+31,1%), des bois sciés (+10,5%), des bananes fraîches (+3,2%) et des cafés (+4,1%). Par contre, les exportations de cacao brut en fèves, d’aluminium et du bois grume sont en baisse de 19,8%, 8,1%, et 6,2% respectivement. Hors pétrole, les exportations se sont accrues de 12% pour s’établir à 1372,4 milliards. Les importations se sont élevées à 3 209,8 milliards contre 2 503 milliards en 2010, soit une augmentation de 28,2% consécutive à celle des achats des huiles brutes de pétrole (+49%) et des équipements pour la réalisation des grands projets (+32%). Hors pétrole, les importations ont augmenté de 22,9%. Cette progression est principalement attribuable aux achats des biens d’équipement (+32%), des poissons de mer congelés (+59,1%), des céréales (+38,1%), des engrais (+45,2%) et des produits pharmaceutiques (+22,7%). Reflétant ces évolutions, le solde de la balance commerciale s’est détérioré, passant de -459,5 milliards en 2010 à -1 038 milliards en 2011. Il en de même du solde hors pétrole qui est passé de -763,9 milliards à -1 072,9 milliards. Au premier semestre 2012, le déficit commercial s’est situé à 345,6 milliards, se rétrécissant de 260,7 milliards par rapport à la même période de 2011. Cette réduction découle d’une augmentation de 20,8% des exportations et d’une diminution de 4,5% des importations. Le Nigéria est le premier fournisseur (22,6% des importations), suivi de la France (12,8%). Les principaux clients sont l’Espagne (14,3% du total des exportations) et les Pays-Bas (10,1%). Par zone géographique, l’Union Européenne demeure le premier partenaire commercial avec 38% du total des échanges contre 43% en 2010. Elle est suivie dans l’ordre par l’Afrique (27,1% dont 14,4% avec le Nigéria et 5,7% avec la CEMAC), l’Asie (23,7%) et l’Amérique (10,1%). Quant à la balance des paiements, le solde du compte courant a affiché un déficit de 353,1 milliards, soit 2,8% du PIB, en amélioration de 43,2 milliards par rapport à 2010. Ce déficit résulte de ceux de la balance des biens (-273,5 milliards), de la balance des revenus (-142,8 milliards) et de la balance des services (-58,3 milliards). Le solde du compte d’opérations financières est excédentaire de 235,2 milliards mais se rétrécit de 173 milliards. Il en résulte un déficit de 163,5 milliards du solde global (1,8% du PIB) contre un excédent de 99 milliards en 2010. 8
  • 15. 1.2.3. Monnaie et financement de l’économie 1.3.3.1 Situation monétaire En 2011, la situation monétaire est caractérisée par une augmentation du crédit intérieur et un recul des avoirs extérieurs nets. Au 31 décembre 2011, le crédit intérieur a augmenté de 48% par rapport à la même date en 2010, pour s’établir à 1 440,9 milliards. Cette évolution est imputable à l’accroissement de 19% des créances nettes sur l’Etat et de 21% des crédits à l’économie. Les avoirs extérieurs nets du système monétaire ont régressé de 11,8%, par rapport à fin décembre 2010 pour s’établir à 1 627 milliards. Cette situation découle au niveau de la BEAC de la baisse de 8,6% de ses avoirs extérieurs concomitamment à l’augmentation de ses engagements extérieurs et, au niveau des banques de la hausse plus que proportionnelle de leurs engagements par rapport à leurs avoirs extérieurs. La masse monétaire s’est accrue de 9,6% et se situe à 2 897 milliards. Elle est constituée à 42% de la monnaie scripturale, à 41% de la quasi-monnaie et à 17% de la monnaie fiduciaire. Au 30 juin 2012 et en glissement annuel, le crédit intérieur, tiré par la progression du crédit à l’économie (+16,4%) et des créances nettes sur l’Etat (+8%) augmente de 29,9% pour s’établir à 1495,7 milliards. Le crédit à l’économie se répartit en crédits à court terme (67,5% du total), en crédits à moyen terme (30,6%), et en crédits à long terme (1,9%). Il reste dominé à 90% par le crédit au secteur privé. Les avoirs extérieurs nets ont diminué de 11,4% et s’établissent à 1 484 milliards. La masse monétaire est en hausse de 4,5% par rapport à la même date en 2011. S’agissant des taux d’intérêt, la majorité d’entre eux est en hausse, particulièrement, le taux d’intérêt sur placements publics au titre du fonds de réserves sur les générations futures et du mécanisme de stabilisation des recettes budgétaires qui a été révisé à 1,5% le 1er novembre 2011 avant d’être ramené à son niveau antérieur (1,25%). 1.3.3.2 Financement de l’économie En 2011, la diversification du financement de l’économie s’est poursuivie avec le lancement de l’émission des titres publics et de nouveaux instruments à l’instar du crédit-bail. L’activité bancaire à fin décembre 2011 et comparativement à la même période de 2010, s’est caractérisée par un accroissement des fonds propres (+13,3%), des dépôts (+17%) et des crédits à l’économie (+13,3%), et une baisse des avoirs extérieurs nets (-22%). Les créances sur l’Etat ont progressé de 20,8% tandis que les dépôts de ce dernier ont augmenté de 5,4%. A fin juin 2012, l’activité bancaire, animée par 13 banques, se caractérise par une augmentation des dépôts bancaires (+4,1%) et des concours accordés à la clientèle (+13,2%) par rapport à fin juin 2011 pour se situer respectivement à 2 604,1 milliards et 1 953,5 milliards. Les dépôts sont constitués à 40,5% par ceux des particuliers, à 21% par ceux des entreprises privées, à 8,09% pour l’administration publique centrale et à 8,06% pour les entreprises publiques. Par nature, les dépôts à vue représentent 78,7 % de l’encours des dépôts, ceux à terme 14,3 % et ceux à régime spécial 7%. Par type de clientèle, 68,4% des crédits sont accordés aux entreprises privées, 12,9% aux particuliers, 7,8% aux entreprises publiques et 1% aux organismes publics. Ces crédits financent notamment le commerce de gros et détail, la restauration et l’hôtellerie à hauteur de 25%, les bâtiments et travaux publics (17%), les industries extractives (12,4%), les services sociaux et personnels (12,4%), l’agriculture, élevage, pêche et sylviculture (11,9%) et les transports et télécommunications (8,1%). Au 30 juin 2012, le niveau d’intermédiation mesuré par le rapport des crédits sur les dépôts se situe à 74% contre 69% à fin juin 2011. 9
  • 16. S’agissant des normes prudentielles, plusieurs banques présentent une relative solidité ; d’autres sont fragiles au niveau des fonds propres et peinent à se conformer à la règlementation COBAC. Dans le secteur de la microfinance, les dépôts de la clientèle sont de l’ordre de 410 milliards à fin décembre 2011, pour un encours de crédits de 240 milliards. Par rapport à l’année 2010, les crédits distribués sont en augmentation de 16,6%. Ils sont destinés en priorité au commerce (40% du total) et à la consommation (30%). Les principaux bénéficiaires en sont les PME, les très petites entreprises et le secteur informel. Sur le marché des assurances 25 sociétés ont été agréées en 2011, dont 18 dans la branche « IARDT » et 7 en « Assurance vie ». Le chiffre d’affaires réalisé s’est situé à 139,8 milliards, en progression de 8,5% par rapport à 2010 et le résultat net d’exploitation a été de 11,7 milliards. Le ratio des actifs admis sur les engagements réglementés est de 10% supérieur au minimum de 100% exigé, traduisant le respect de la norme prudentielle liée à la couverture des engagements par les actifs admis. Au niveau de la Douala Stock Exchange, la capitalisation boursière au 30 août 2012, s’élève à 332 milliards, contre 314 milliards un an plus tôt, soit une hausse de 5,7%. Elle se décompose en 112,9 milliards pour le marché des actions et 219,1 milliards pour le marché obligataire. Sur le marché des obligations, le Trésor public procède depuis 2011 à l’émission des bons du trésor à l’effet de couvrir ses besoins de trésorerie à court terme. Ainsi, en 2011, une somme de 50 milliards a été levée en Bons de Trésor Assimilables (BTA) à un taux d’intérêt moyen de 2,3%. A fin juin 2012, un montant de 55 milliards a déjà été levé à un taux d’intérêt moyen de 2,2%. Cette opération relève d’une stratégie permettant à l'Etat d’emprunter à moindre coût et d’assurer le paiement à date de ses prestataires. 1.2.4. Finances publiques L’exécution du budget de l’exercice 2012 se déroule de façon conforme aux prévisions grâce à la bonne tenue de l’activité économique en 2011 et 2012, et aux plus-values issues des recettes internes. Au terme des sept premiers mois dudit exercice, le taux de recouvrement des recettes internes est estimé à 64,6% et celui de l’exécution des dépenses à 56,1%. A fin juillet 2012, le cumul des ressources budgétaires recouvrées se chiffre à 1609,2 milliards, en augmentation de 15,9% par rapport à fin juillet 2011. Cette hausse est observable aussi bien au niveau des recettes internes qu’à celui des autres recettes. Les recettes internes progressent de 13% pour se situer à 1473,1 milliards. Elles sont constituées de 393,8 milliards de recettes pétrolières et 1079,3 milliards de recettes non pétrolières. Les recettes pétrolières augmentent de 24,4% consécutivement à une hausse de 13% de la redevance SNH et de 69,9% d’impôts sur les sociétés pétrolières. Cette augmentation s’explique essentiellement par le niveau élevé des cours mondiaux de pétrole brut. Les recettes non pétrolières, quant à elles s’accroissent de 9,3% du fait de la progression des trois composantes : recettes des impôts et taxes (+7,2%), recettes douanières (+10,7%) et, recettes non fiscales (+27,3%). Ces trois catégories de recettes se chiffrent respectivement à 666,4 milliards, 350,5 milliards et 62,4 milliards. Cet accroissement résulte de l’amélioration des procédures de recouvrement, de l’effort des administrations d’assiette et de l’évolution positive des activités du secteur non pétrolier. Les autres recettes progressent de 61,1% pour s’établir à 136,1 milliards. Cette hausse est attribuable aux prêts projets et aux dons qui passent respectivement de 32,1 milliards à 101,3 milliards et de 20,9 milliards à 34,8 milliards. L’amélioration de la capacité de mobilisation et d’absorption des financements extérieurs expliquent ces évolutions. Les dépenses budgétaires totales sont estimées à 1 570 milliards, en augmentation de 20,1% suite à l’accroissement des dépenses courantes et des dépenses d’investissement. Cette évolution 10
  • 17. reflète l’amélioration dans le processus d’engagement et de paiement de la dépense publique. En particulier, les émissions de bons du trésor permettent de rencontrer les besoins de trésorerie en tout temps, ce qui ramène de façon permanente les délais de paiement par le Trésor à moins de 60 jours au lieu des évolutions erratiques pouvant faire dépasser la norme CEMAC qui plafonne ce délai à 90 jours. Les dépenses courantes sont en hausse de 12,5% et se situent à 984,5 milliards dont : 393,9 milliards de dépenses de personnel ; 334,7 milliards de dépenses de biens et services ; 74,7 milliards de dépenses de pensions et 181,2 milliards pour les bourses et subventions. Les paiements au titre du budget d’investissement public s’élèvent à 445,1 milliards, en hausse de 70,7%. Cette hausse s’observe sur toutes les composantes : les dépenses d’investissement sur financements extérieurs passent de 46 milliards à 112,9 milliards ; les dépenses d’investissement sur ressources intérieures de 196,3 milliards à 292,1 milliards et, les dépenses de restructurations de 18,4 milliards à 40,1 milliards. Le service de la dette publique est évalué à 140,4 milliards et augmente de 7,8%. Ce montant comprend 52,8 milliards de service effectif de la dette extérieure (11,6 milliards d’intérêts et 41,2 milliards de principal) et 87,6 milliards pour la dette intérieure (constituée de 33,9 milliards d’amortissement du principal ; 42 milliards de remboursement de crédits TVA et 10,7 milliards d’arriérées intérieurs). 1.2.5. Secteurs sociaux Une enveloppe de 587,6 milliards est allouée aux secteurs sociaux en 2012, soit 21% du budget de l’Etat contre 529,6 milliards en 2011. Cette enveloppe est destinée au financement des activités inscrites dans la politique sociale du pays, notamment : (i) la promotion de l’éducation universelle et professionnelle; (ii) l’amélioration de l’état de santé des populations ; (iii) la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes ; (iv) la protection sociale de la petite enfance et des personnes marginales ; (v) la promotion de la jeunesse, de l’emploi et de l’habitat social. Dans le secteur éducatif, les effectifs sont les suivants pour l’année 2011/2012 : 375 300 élèves encadrés par 16 863 enseignants dans l’enseignement maternel ; 3 747 404 élèves pour 107 092 enseignants dans le primaire ; 22 668 élèves et 2 512 enseignants dans l’enseignement normal ; 1 415 401 élèves pour 24 465 enseignants dans le secondaire général ; 357 928 élèves et 6844 enseignants dans le secondaire technique ; 283 488 étudiants et 3 550 enseignants dans le supérieur. Le secteur éducatif a bénéficié d’une enveloppe de 405,3 milliards en 2012, soit 14,5% du budget de l’Etat. Cette somme a permis de renforcer l’offre d’éducation à travers la construction et l’équipement des établissements scolaires et universitaires. S’agissant de la santé, les principaux indicateurs en matière de lutte contre la maladie ont été encourageants en 2011. En effet, le taux de prévalence du SIDA est estimé à 4,3% contre 5,1% en 2010 ; le taux de mortalité liée au paludisme dans la population a reculé, passant de 24% à 19%, le taux de réussite thérapeutique chez les nouveaux cas de tuberculose à 78,3% contre 78% et, les taux de prévalence du diabète et de l’hypertension artérielle à 6% et 24% respectivement. Par contre, la couverture vaccinale enregistre un léger recul par rapport à 2010 en raison de la rupture de certains vaccins. Des nouveaux centres d’hémodialyse ont été rendus opérationnels. En 2012, la santé bénéficie d’une allocation budgétaire de 151,4 milliards et de nombreux financements extérieurs pour divers programmes axés sur la lutte contre la maladie, la vaccination et l’amélioration de l’offre de soins de santé. S’agissant de l’emploi, le taux de chômage au sens du BIT est estimé à 11,4% en milieu urbain et 2,4% en milieu rural. Par contre, le taux de sous-emploi global est de 70,6%. Pour améliorer la situation de l’emploi, le Gouvernement poursuit les recrutements directs et l’insertion de jeunes à travers différents projets, programmes et autres institutions spécialisées comme le FNE. Par ailleurs, afin de renforcer l’offre de formation professionnelle, le Gouvernement a reçu des 11
  • 18. appuis financiers de la part de ses partenaires au développement pour la construction des centres de formations professionnelles d’excellence et pour la mise en place de 6 centres de formation aux métiers agricoles. Concernant l’urbanisme et l’habitat, la mise en œuvre du programme de construction de 10 000 logements sociaux s’est poursuivie ainsi que les travaux d’assainissement du cadre urbain, notamment la réhabilitation des stations d’épuration, la construction des drains et le recalibrage des canaux. Pour ce qui est des Affaires sociales et de la promotion du genre, de la famille et de la jeunesse, les principales actions menées en 2011 ont porté sur : (i) le renforcement des capacités d’environ 500 intervenants en matière d’identification et de prise en charge des orphelins et enfants vulnérables ; (ii) la promotion de l’entreprenariat féminin avec la formation de 16 968 femmes au montage des projets dans des domaines variés (conservation des produits agricoles, industrie de l’habillement, hôtellerie, restauration, TIC, intervention sociale, etc.) et l’octroi des subventions d’un montant global de 75 millions à 53 associations et groupes de femmes ; (iii) le financement de 2 321 projets de jeunes. 1.2.6. Réformes structurelles et institutionnelles La simplification des procédures de création d’entreprises a consisté en la suppression parmi les pièces exigées : du certificat de célibat, de l’attestation de domiciliation ainsi que de la copie certifiée de la carte nationale d’identité ou de l’acte de naissance. Par ailleurs, une nouvelle procédure d’obtention du numéro du registre de commerce et du crédit mobilier a vu le jour et l’exigence du titre foncier différé de trois mois. Les coûts de création d’entreprise ont été réduits de 22% dans les Centres de formalités de création d’entreprises et un délai de 48 heures est désormais prescrit pour les actes notariés. Le paiement des impôts et taxes a été simplifié par : (i) l’instauration d’un mode unique de paiement par virement bancaire ou par voie électronique ; (ii) l’opérationnalisation du Centre des impôts destiné aux petites entreprises; (iii) la déclaration de la sécurité sociale en ligne ; (iv) l’application des vignettes sécurisées sur certains produits manufacturés (tabac, alcools). Pour l’exécution des contrats d’affaires et la protection des investisseurs, les Chambres commerciales auprès des juridictions d’instance ont été créées afin de faciliter les règlements des différends commerciaux. Les présidents de ces Chambres ont été nommés et le programme d’informatisation du système judiciaire s’est poursuivi à Yaoundé, notamment en ce qui concerne le registre de commerce. Dans le domaine du commerce transfrontalier, les réformes ont concerné : (i) la dématérialisation des procédures à travers le paiement électronique des droits de douanes, la déclaration et le dédouanement des marchandises ; (ii) la création d’une plateforme virtuelle entre le système SYDONIA et le système OSCAR qui permet de repérer des containers ; (iii) l’interconnexion des bureaux de douane au niveau national. En ce qui concerne l’électricité, la Loi régissant le secteur et consacrant la libéralisation de la production, du transport et de la distribution a été promulguée le 14 décembre 2011. Sa mise en application devrait induire la réduction des coûts d’accès à l’énergie électrique avec l’entrée de nouveaux producteurs. 1.3.6.2 Marchés publics Le Gouvernement a engagé en 2011 une réforme du cadre juridique et institutionnel des marchés publics qui a abouti à : (i) la création d’un Ministère chargé des Marchés publics (MINMAP) ; (ii) la réorganisation de l’Agence de Régulation des Marchés Publics (ARMP). Ainsi, le MINMAP assure désormais l’attribution des marchés publics. A ce titre, il : (i) lance les appels d’offres des marchés publics (supérieurs à 50 millions) sous réserve des seuils de compétence des commissions régionales et celles internes ; (ii) procède à la passation des 12
  • 19. marchés publics et en assure le contrôle d’exécution sur le terrain ; (iii) autorise la passation des marchés de gré à gré conformément à la réglementation ; (iv) crée les commissions et en nomme les présidents et les secrétaires ; (v) signe les marchés et suit leur exécution avec délégation de cette compétence ; (vi) arbitre les différends éventuellement après avis de l’organe de régulation. Aussi ont été mises sur pied : (i) 5 commissions centrales sous l’autorité du Ministre des marchés publics ; (ii) les commissions ministérielles auprès des services centraux des ministères et de certaines administrations publiques pour les marchés compris entre 5 et 50 millions ; (iii) les commissions locales (régionales et départementales) auprès des services déconcentrés du MINMAP en remplacement de celles jusque-là existantes auprès des gouverneurs et des préfets ; (iv) les commissions internes, auprès des établissements et entreprises du secteur public et parapublic, des collectivités territoriales décentralisées et des projets ; (v) les commissions spéciales pour les projets à financement conjoint. Quant à l’ARMP, le décret relatif à sa création, son organisation et son fonctionnement a été modifié et complété. Ses missions sont restées pratiquement les mêmes, mais la plupart d’entre elles sont désormais exécutées à la demande du MINMAP ou d’autres administrations. 1.3.6.3 Entreprises publiques Au niveau de la Cameroon Telecommunications (CAMTEL), des efforts de restructuration pour adapter l’entreprise à la concurrence ont été entrepris avec la fin des travaux de construction du backbone national de transmission de la fibre optique. Sur le marché de la téléphonie mobile, le Gouvernement, sur la base des manifestations d’intérêt reçues, a achevé la phase de pré qualification des candidats pour l’attribution d’une troisième licence. Pour ce qui est de la Cameroon Airlines Corporation (CAMAIR Co), elle a lancé ses activités en mars 2011 et a poursuivi le déploiement de son réseau en Afrique de l’Ouest et dans la CEMAC ; toutes ces destinations sont desservies à partir du hub de Douala. Un plan de renforcement progressif de la flotte a été adopté pour faire face à la vive concurrence. Concernant la CAMPOST, son redressement se poursuit dans le cadre de l’exécution du contrat de partenariat signé entre l’Etat et la SOFREPOST. Il s’agit de : (i) la mise en place d’un organigramme adapté aux besoins de la clientèle ; (ii) la mise en œuvre du plan d’acheminement du courrier ; (iii) la révision à la baisse du taux d’intérêt servi aux épargnants ainsi que des grilles tarifaires de tous les produits et prestations. Par ailleurs, des contrats ont été signés avec certains partenaires comme Bolloré pour l’acheminement du courrier en France, ECOBANK pour offrir des crédits scolaires aux clients, l’Ecole Nationale Supérieure des Postes et Télécommunications pour le renforcement des capacités du personnel, et la Camerounaise des Eaux pour le règlement des factures d’eau. Ces actions ont permis une meilleure maîtrise de la situation financière de la CAMPOST dont le chiffre d’affaires est passé de 4,6 milliards en 2010 et à 5,3 milliards en 2011, et le résultat net de -3,1 milliards en 2010 à -1,8 milliard en 2011. S’agissant de la SONARA, le plan de modernisation de la raffinerie a été élaboré. Il permettra de traiter le pétrole lourd et porter la production annuelle à 3,5 millions de tonnes. Sa mise en œuvre nécessite des ressources évaluées à 405,8 milliards. Le financement de la première phase, d’un montant de 134,5 milliards, a été bouclé avec l’autofinancement et la participation d’un pool de banques locales. Les travaux, réalisés à 75%, devraient s’achever en juin 2013. Pour la deuxième phase, la SONARA a signé avec une syndication de banques locales, une convention de prêt de 75 milliards. Les négociations sont en cours avec des partenaires financiers pour la mobilisation du reliquat. La fin des travaux de cette phase est prévue au plus tard au premier semestre 2016. S’agissant du Parc National de Matériel de Génie Civil, le processus de réhabilitation décidé par le Gouvernement en 2007 a franchi une étape clef avec la réception de 120 engins neufs destinés à renforcer sa capacité d’intervention. Ces engins ont été réceptionnés et mis en exploitation depuis février 2012. Dans le cadre du plan de restructuration, un contrat-plan triennal est en cours d’élaboration. Ce dernier permettra un retour à un équilibre durable de l’exploitation. 13
  • 20. 1.3.6.4 Budget programme : une nouvelle ère dans la gestion économique et financière Le budget programme est un nouvel outil de gestion des finances publiques consistant à élaborer, présenter et exécuter la loi de finances sur la base de programmes. Ce dernier est la structuration d’une politique conduite dans le champ de compétence d’un ministère ou d’une institution, et orientée sur la recherche des résultats précis. Pour comprendre ce qui change par rapport au régime qui était en vigueur, il faut revenir à l’ordonnance de 1962 qui avait consacré le budget dit de « moyens » qui reconduisait les crédits votés et donc parfois des projets qui n’étaient plus pertinents au détriment de nouveaux. Les insuffisances de cette pratique que le budget programme vise à corriger sont notamment : (i) la reconduction automatique des crédits d’une année à une autre ; (ii) le manque de prévisibilité à moyen terme ; (iii) la dichotomie entre les budgets de fonctionnement et d’investissement ; (iv) l’absence d’une exigence de performance. Parmi les principes du budget programme, la pluriannualité et l’exigence de la performance constituent un pas en avant dans la modernisation de la gestion économique et financière. La mesure de la performance fait que le contrôle budgétaire ne soit plus seulement axée sur la régularité mais, sur l’efficacité et l’efficience de la dépense publique. Par ailleurs, avec la pluriannualité, la mise en œuvre des projets peut se dérouler au-delà d’un exercice budgétaire, ce qui garantit une meilleure prévisibilité à moyen terme. C’est également sur ce plan que la prévision joue son rôle. Aux résultats à atteindre, le budget programme associe systématiquement les ressources requises. Sa mise en œuvre nécessite une bonne prévision qui permet de préparer, d’orienter et d’anticiper les effets des décisions de politique économique, financière sociale. La prévision fournit les indicateurs macroéconomiques et budgétaires projetés et présentés sur une période triennale. Chaque programme, conçu sur base triennale, est assorti d’un objectif et des indicateurs de performance précis, ce qui permet de suivre et d’évaluer la mise en œuvre effective des projets de développement. Il reste que la planification et la conduite efficace des projets envisagés vont dépendre de la disponibilité à bonne date des financements nécessaires. Ceux-ci sont davantage tributaires de la prévisibilité des ressources qui seule garantit leur bonne programmation et leur réalisation effective dans les délais convenus. C’est aussi à ce titre que la gestion économique et financière pourrait s’en trouver améliorée. 1.3. Perspectives macroéconomiques et budgétaires 2013 1.3.1. Perspectives macroéconomiques Malgré un environnement international morose et en particulier les risques de stagnation voire de récession chez les principaux partenaires européens, la croissance de l’économie camerounaise poursuit son accélération enclenchée en 2010. En 2013, la croissance se consoliderait à 6,1% contre 5,1% en 2012. Cette accélération serait liée à la croissance soutenue de l’agriculture tant vivrière qu’industrielle ou d’exportation, aux services non marchands des administrations à la faveur des recrutements dans la fonction publique, à un second élan des BTP avec la mise en œuvre des grands travaux d’infrastructure, et dans leur sillage au dynamisme des industries agro-alimentaires, des branches « transports, entrepôts et communications », « banques et organismes financiers. En même temps après des années de déclin, la production pétrolière rebondit en 2012 puis en 2013. Par ailleurs, après la réalisation du programme thermique d’urgence en 2012, le goulot d’étranglement que constituait le rationnement en électricité commencera à être dégagé par la mise en service de la centrale à gaz de Kribi en 2013 qui apportera 216 MW à partir du second trimestre 2013. L’élan devrait continuer en 2014 et 2015 avec des taux de croissance respectifs de 4,8 et 7,3%. Le ralentissement de 2014 s’explique par un passage à vide de la production pétrolière. La production d’électricité croîtrait de 27,8% en 2015 avec la mise en eau au troisième trimestre 14
  • 21. 2014 du barrage de retenu de Lom Pangar qui fera croître de 170 MW la production des barrages hydroélectriques d’Edéa et de Song Loulou, et la mise en service en décembre 2014 du barrage de Mekin d’une puissance de 15 MW. La sylviculture stagnerait en 2013 du fait de la crise dans les principaux pays clients, et repartirait en 2014 et 2015. En dehors de ces trois sous-secteurs, les autres connaîtraient des croissances régulières en 2014 et 2015. Tableau 2 : Taux de croissance du PIB en termes réels (en %) Historiques Estimations Projections 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Secteur primaire 3,0 5,9 5,2 2,9 6,0 3,1 4,0 3,6 4,6 5,3 Agriculture des produits vivriers 3,2 5,6 6,6 5,0 3,7 3,8 4,5 4,1 4,0 4,0 Agriculture industrielle et d'exportation -3,3 -5,1 2,1 4,2 7,8 -1,6 9,0 4,5 9,3 13,3 Elevage, chasse 1,9 4,9 2,8 0,0 2,7 4,1 3,6 2,9 3,5 3,2 Pêche 25,2 26,9 -33,0 1,2 3,5 1,9 2,0 3,0 3,0 3,0 Sylviculture et exploitation forestière -8,3 2,0 56,9 -10,6 32,8 2,1 -2,6 0,0 7,5 12,4 Secteur secondaire 1,8 -1,4 1,2 -2,5 0,5 1,6 6,4 8,7 3,8 12,1 Industries extractives 7,6 -7,7 -1,8 -13,6 -12,6 -7,3 9,7 15,8 -6,6 20,8 Dont : Hydrocarbures 7,7 -8,1 -1,8 -13,6 -12,6 -7,3 9,7 15,8 -6,6 20,8 Industries Agro-alimentaires -0,7 3,4 1,8 -1,2 5,8 4,2 5,5 4,9 4,3 4,5 Autres Industries manufacturières -0,6 -1,0 4,4 -0,9 1,1 1,2 3,8 6,4 5,2 12,2 Electricité, gaz et eau 3,3 4,5 5,7 -0,6 3,9 3,6 4,5 18,4 5,5 27,8 BTP 4,0 0,5 -8,2 12,5 9,1 9,6 13,9 12,5 11,7 10,9 Secteur tertiaire 3,5 5,0 2,3 3,5 4,0 5,5 5,0 5,9 5,3 5,7 Commerce, restaurants et hôtels 1,8 2,0 0,3 -0,1 1,9 4,8 2,8 5,5 4,3 5,4 Transports, entrepôts, communications 11,9 9,2 8,6 7,5 5,2 4,7 8,5 8,3 7,9 8,3 Banques et organismes financiers -3,9 6,6 7,2 3,8 6,1 8,4 5,9 5,0 6,0 5,3 Autres services marchands 1,5 5,8 -2,3 7,4 7,5 4,7 5,4 4,8 6,0 5,3 SIFIM (serv. D'intermé. indirect. mesurés) -3,8 -7,7 6,3 -6,0 4,3 3,7 4,0 2,8 2,6 2,3 Services non marchands des APU 2,9 6,0 4,2 3,5 3,7 4,6 5,4 5,1 3,7 3,7 Autres services non marchands 2,7 7,7 4,8 4,5 5,2 3,3 4,4 4,3 4,3 4,1 PIB aux coûts des facteurs 2,9 3,3 2,6 1,7 3,5 3,9 5,1 6,1 4,8 7,3 Impôts et taxes moins subventions (% PIB) 7,3 2,9 6,0 4,9 0,4 6,7 6,7 6,7 6,7 6,7 PM: impôts et taxes (%PIB CF) 8,2 8,2 8,5 8,7 8,5 8,7 8,7 8,7 8,7 8,7 PIB 3,2 3,3 2,9 1,9 3,3 4,1 5,1 6,1 4,8 7,3 Source : MINFI/ DAE Dans le secteur primaire, la réhabilitation des fermes de multiplication des semences, la mise à disposition des semences pour plusieurs spéculations (riz pluvial, maïs, manioc, banane plantain, pomme de terre, igname), l’aménagement des bassins de production, l’acquisition des engrais à moindre coût, ainsi que la demande régionale et locale, contribueraient à augmenter la production vivrière. Parallèlement, l’extension des superficies (cacao, hévéa, coton, huile de palme), l’amélioration de la productivité, la distribution des plants à haut rendement, l’entretien des vergers, ainsi que l’entrée en production de nouvelles plantations, stimuleraient la production des cultures de rente. En ce qui concerne le bois, la crise dans la zone euro et le ralentissement de la Chine expliquent la stabilité projetée de la production en 2013 ; mais la croissance de cette branche repartirait en 2014, le MINFOF continuant à attribuer des concessions forestières et des 15
  • 22. ventes de coupe. Sur la période 2013-2015, la croissance du secteur primaire est projetée à 4,5% en moyenne et sa contribution à la croissance à 1%. Le secteur secondaire connaîtrait l’accélération de croissance la plus forte. De 6,4% en 2012 et 8,7% en 2013, son taux de croissance atteindrait 12,1% en 2015. Ce boom est sous tendu par la croissance des industries extractives consécutive à la réouverture de certains puits, à l’entrée en exploitation de nouveaux, ainsi qu’à l’amélioration des taux d’extraction dans les champs matures. L’ensemble du secteur industriel bénéficiera d’une meilleure fourniture en énergie électrique. Les grands chantiers (bitumage, construction et réhabilitation des routes, programme de construction de logements sociaux, construction des ponts ...) accéléraient la croissance des BTP. Ainsi, la croissance du secteur secondaire pourrait avoisiner 8,2% en moyenne sur la période 2013-2015 et, le secteur contribuerait pour 2% à la croissance. La croissance du secteur tertiaire est estimée à 5% en 2012 et prévue à 5,9% en 2013. Le secteur, qui a représenté 43,2% du PIB en 2011, bénéficie du dynamisme des secteurs primaire et secondaire. En matière de télécommunications en particulier, il est prévu l’octroi de nouvelles licences et l’entrée de nouveaux opérateurs sur le marché de la téléphonie mobile. Sur la période 2013-2015, la croissance du secteur tertiaire serait de 5,7% en moyenne et sa contribution à la croissance de 2,6%. Du côté de la demande l’absorption interne continue de soutenir la croissance, tirée par ses deux composantes que sont la consommation et l’investissement. De 5,4% en 2012, la contribution à la croissance de la demande intérieure est projetée à 6,2% en 2015. Sur la période 2013-2015, la contribution moyenne à la croissance serait de l’ordre de 5,6% dont 3,7% pour la consommation et 2% pour l’investissement. La contribution à la croissance de la demande extérieure deviendrait positive à hauteur de 0,4% en moyenne. Concernant les prix, l’inflation est projetée à 3%, nonobstant le poids sur les finances publiques du blocage des prix des carburants à la pompe et de la subvention à la SONARA. Les termes de l’échange redeviendraient défavorables (-6% en moyenne sur la période 2012-2015) à cause notamment de l’amorce d’un moindre appétit de la Chine pour les matières premières. A prix constants, le PIB non pétrolier est projeté à 5,7% en 2013 et son déflateur à 2,5%. On en déduit un taux de croissance de 8,2% de la valeur nominale du PIB non pétrolier sur laquelle est adossée la projection des recettes non pétrolières. 16
  • 23. Tableau 3 : Quelques indicateurs clés de l’économie camerounaise Historiques Estimations Projections 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 PIB à prix courant (milliards de FCFA) 10444 11040 11700 12546 13488 14589 15468 17015 PIB pétrolier 911 789 757 941 1045 1107 1005 1186 PIB non pétrolier 9533 10251 10943 11605 12443 13482 14463 15829 PIB à prix constant 8699 8867 9157 9536 10023 10633 11138 11954 PIB pétrolier 488 421 368 342 375 434 405 489 PIB non pétrolier 8211 8445 8788 9194 9649 10200 10734 11465 Croissance annuelle (en %) PIB à prix constant 2,9 1,9 3,3 4,1 5,1 6,1 4,8 7,3 PIB pétrolier -1,8 -13,6 -12,6 -7,3 9,7 15,8 -6,6 20,8 PIB non pétrolier 3,2 2,9 4,1 4,6 4,9 5,7 5,2 6,8 Prix Déflateur du PIB 3,8 3,8 2,7 3,1 2,4 2,1 1,3 2,7 Déflateur du PIB pétrolier -1,6 0,3 9,7 34,0 1,3 -8,5 -2,7 -2,3 Déflateur du PIB non pétrolier 4,4 4,5 2,6 1,4 2,2 2,5 1,9 2,5 Prix à la consommation 5,3 3,0 1,3 2,9 3,0 3,0 3,0 3,0 Prix des exportations 20,0 -15,4 26,3 24,3 1,3 -1,8 -2,5 -2,2 dont prix du pétrole camerounais 29,6 -29,1 31,3 27,0 8,4 -3,0 -2,4 -2,1 Prix des importations 1,4 3,1 9,2 2,2 11,6 3,5 1,8 1,9 Termes de l'échange 18,7 -18,5 17,0 22,1 -10,2 -5,3 -4,2 -4,1 Répartition sectorielle Secteur Primaire 5,2 2,9 6,0 3,1 4,0 3,6 4,6 5,3 Secteur Secondaire 1,2 -2,5 0,5 1,6 6,4 8,7 3,8 12,1 dont pétrole -1,8 -13,6 -12,6 -7,3 9,7 15,8 -6,6 20,8 Secteur Tertiaire 2,3 3,5 4,0 5,5 5,0 5,9 5,3 5,7 En pourcentage du PIB Répartition sectorielle Secteur Primaire 21,6 21,7 21,7 21,7 22,1 21,6 21,7 21,2 Secteur Secondaire 26,7 27,6 27,7 27,3 27,5 27,6 26,8 27,9 dont pétrole 8,7 7,1 6,5 7,5 7,7 7,6 6,5 7,0 Secteur Tertiaire 43,9 43,0 43,2 43,2 42,9 43,3 43,9 43,4 Impôts et taxes moins subventions 7,8 7,7 7,4 7,8 7,6 7,6 7,6 7,6 Les composantes de la demande Consommation 85,9 86,5 86,6 87,5 85,2 84,3 83,2 81,1 Privée 75,1 75,2 75,0 75,9 73,5 72,9 72,5 71,1 Publique 10,8 11,3 11,6 11,6 11,8 11,4 10,7 10,0 FBCF 17,6 17,8 19,0 20,6 22,3 22,8 24,4 24,5 Privée 15,2 15,6 16,7 18,2 19,5 19,8 21,2 21,2 Publique 2,4 2,2 2,2 2,4 2,8 2,9 3,2 3,3 Exportations B&S 24,1 16,0 17,3 18,4 19,7 19,4 18,2 19,1 Importations B&S 28,2 21,0 23,0 26,5 27,3 26,4 25,9 24,7 Gouvernement Recettes hors Dons 19,7 16,3 15,4 16,9 16,9 16,8 18,7 19,3 Pétrolières 7,8 4,6 4,2 5,1 4,9 4,8 4,3 4,4 non pétrolières 11,9 11,7 11,1 11,8 12,0 12,0 14,4 14,9 non pétrolières (% PIB non pétrolier) 13,0 12,6 11,9 12,7 13,0 13,0 15,4 16,0 Dépenses 18,4 17,5 17,2 19,7 19,4 24,9 26,8 27,5 Courantes 13,0 13,5 13,7 14,1 13,5 17,6 18,1 17,9 en capital 5,6 4,0 3,6 5,5 5,9 7,3 8,7 9,7 Secteur extérieur Balance commerciale 2,0 -1,7 -0,9 -2,2 -1,8 -2,1 -3,3 -1,9 Solde compte courant -0,9 -4,8 -3,4 -2,8 -1,9 -2,0 -2,5 -1,1 Source : MINFI/DAE 17