SlideShare une entreprise Scribd logo
La participation de tous
à la réduction de
gaz à effet de serre
depuis 20 ans
sur le Pays de Fougères
La classe de CM1/CM2
de l’école Notre Dame à Landéan
Avril 2015
Édition spéciale
Mardi 28 avril 2015
CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL
ET ENVIRONNEMENTAL
Mandature 2010-2015 – Séance du 28 avril 2015
Ilann Barbedette, Victoire Degasne, Camille Grouazel, Gaël Jeuland, Karine Logeais, Maëlle Massin,
Maxence Maulave, Inès Messier, Maxence Mottay, Léa Niveaux, Lou Pautonnier, Elodie Roizil,
Adeline Ronceray, Melvin Travers, Cloé Bourel, Kilian Delin, Shaann Fontaine, Méline Gardan,
Meg Gaudot,Thaô Herisson, Benjamin Maud’hui, Lola Monthorin, Maëlys Piron, Malo Royer, LorisViel
et leur professeure Diana Lefeuvre.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION
DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE
DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES
Rapport et avis présentés par
les élèves de la classe CM1/CM2
de l’école Notre-Dame à Landéan
Sommaire
Editos_______________________________________5
Préface______________________________________9
„„ Processus suivi à la manière du CESE	 10
„„ Le point de départ : l’alerte au niveau mondial	 13
ÊÊ Le GIEC, L’ONU et les sommets	 13
ÊÊ Les recherches	 13
„„ En France depuis quand ? Qui ?	 17
„„ Les résultats : l’évolution des émissions	 17
„„ L’évolution et le rôle de l’école
et de l’éducation en général	 18
ÊÊ Les manuels	 18
ÊÊ Les programmes	 18
„„ La mobilisation de tous	 21
ÊÊ L’énergie	 21
„„ Les transports	 23
„„ L’agriculture	 25
„„ La forêt	 27
„„ Le bâtiment	 28
„„ L’industrie	 29
„„ Nos préconisations pour la participation de tous
à la réduction des émissions à Effet de Serre	 33
ÊÊ Nos préconisations pour l’énergie 	 33
ÊÊ Nos préconisations pour le transport 	 34
ÊÊ Nos préconisations pour l’agriculture 	 34
ÊÊ Nos préconisations pour la forêt 	 35
ÊÊ Nos préconisations pour le bâtiment	 35
ÊÊ Nos préconisations pour l’industrie	 35
ÊÊ Nos préconisations pour l’Éducation de tous	 36
Annexes____________________________________ 37
Nos pièces de théâtre_______________________________________________ 37
La biodiversite s’evapore________________________________________________ 38
Au poële _______________________________________________________________ 40
Le covoitur’âge_________________________________________________________ 41
Changer en famille______________________________________________________ 42
École’ogie climatique____________________________________________________ 43
Isol’action______________________________________________________________ 44
TGV : Très Grande Vitesse pour le climat__________________________________ 45
L’agriculture au four_____________________________________________________ 47
Chacun chez soi, quoique !_______________________________________________ 48
« Hêtres » en danger_____________________________________________________ 49
Méthode pour le développement durable ________________________________ 50
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 5
Editos
Jean-Paul DELEVOYE,
Président du CESE.
Éclairer l’avenir, construire collectivement notre futur, accompagner les
mutationsdesociétéetposerdemanièreapaisélesdéfisàlongterme…
telle est la vocation du Conseil économique, social et environnemental.
Je me réjouis que notre Assemblée, sensible aux générations futures,
ait pris l’initiative de travailler non seulement pour elles mais avec elles
en associant étroitement des classes aux réflexions de la section.
Leur apport est remarquable d’intelligence et de maturité, combinant
une conscience très claire des enjeux à une ferme volonté d’agir et
d’apporter des réponses.
A l’évidence, cette nouvelle génération développe un autre rapport de
l’homme à son environnement, naturel mais aussi social.
Nous pouvons compter sur leur engagement pour relever ce défi
formidable du XXIe
siècle de concilier performance économique,
performance sociale et performance environnementale.
L’enjeu du changement climatique n’est pas qu’environnemental ni
même économique, il est éminemment politique. Face à un risque
avéré et proche, en présence d’un diagnostic mondialement partagé,
quelle est la capacité des hommes à élaborer et suivre une politique
commune à moyen et long terme ?
L’inaction est un surcoût, elle est également le plus bref chemin vers
l’affrontement des uns contre les autres. Anticiper, agir et faire agir, c’est
se donner la chance, par la négociation et le dialogue, d’écrire un avenir
pour chacun et pour tous.
Tous nos remerciements vont aux élèves et aux équipes éducatives.
Teilhard de Chardin résume très bien cela « l’avenir appartient à celles
et ceux qui offrent aux générations futures les raisons d’espérer ».
6 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Anne-Marie DUCROUX,
Présidente de la section de l’Environnement au CESE.
Devenir citoyen, ne se limite pas à apprendre une somme de petits
gestes utiles pour la planète par exemple, ou à comprendre dans un
manuel ce qu’est un département, une région ou le Parlement… C’est
aussi apprendre à réfléchir aux questions communes et apprendre à
participer aux débats de la société. « En vrai ».
Nous constatons, au CESE, la richesse de débattre, trouver des accords,
identifier les désaccords, et proposer des pistes d’évolution pour
l’avenir. Nous nous emparons de questions qui intéressent les citoyens
d’aujourd’hui, comme les citoyens de demain. Pour ce faire, nous
nous documentons, rencontrons des personnalités, des experts. Des
comptes-rendus d’auditions sont partagés. Un rapporteur est désigné
pour la section et nous bâtissons au final un document dans lequel
sont réunies nos analyses et nos recommandations.
Dès lors, notre proposition à votre égard, consistait non seulement à
vous voir aborder une grande question comme le climat, intéressant
toute la société, mais aussi à entrer « en vrai » dans le débat avec des
adultes et entre élèves, pour encourager la contribution de chacun et
trouver une opinion partagée si possible entre le plus grand nombre.
À la manière éprouvée chaque semaine par le CESE. Échanger par
visioconférence fut notre première étape pour écouter votre manière
decomprendrecetenjeu.Puisvousinviterlorsdenotreséanceplénière,
pour vous entendre restituer votre travail collectif devant la 3ème
Assemblée voulue par la République… un grand pas d’entrée dans
l’exercice de la citoyenneté. Enfin, vous donner la parole à nouveau lors
du colloque Vivre ensemble du CESE consacré au climat.
Une chose est sûre, après ce partage entre la classe de CM1/CM2 à
Landéan, en IIle-et-Vilaine, comme avec celles du collège de Gien dans
le Loiret et du lycée d’Angers dans le Maine et Loire, tous les conseillers
de la section de l’Environnement sont heureux d’avoir partagé avec
vous ces moments, et rencontré les citoyens d’aujourd’hui qui seront
aussi les citoyens de demain. Il ne restait plus qu’à faire de votre
travail… une publication du CESE à part entière ! C’est chose faite.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 7
Gaël VIRLOUVET,
Rapporteur de l’avis Vingt ans de lutte contre le réchauffement climatique
en France : bilan et perspectives des politiques publiques, au nom de
la section de l’Environnement du CESE.
La lutte contre le réchauffement climatique est une question majeure
du 21ème siècle. Le monde dans lequel vont grandir et vivre les enfants
nés après 2000 dépendra de notre capacité collective à répondre à ce
défi.
Paris accueille en 2015 la 21ème conférence internationale des
Nations Unies sur les changements climatiques (COP21). Ce rendez-
vous important est l’occasion de faire le point sur les démarches de
réduction des émissions de gaz à effet de serre dans notre pays.
La France veut diviser par 4 ses émissions de GES entre 1990 et 2050.
Pour y parvenir, la participation de tous est nécessaire. Les CM1-CM2 de
l’école Notre-Dame de Landéan ont accepté de se pencher sur ce sujet.
Après avoir passé en revue les manuels scolaires, ils ont observé les
évolutions en cours sur leur territoire. Ils ont auditionné les principaux
acteurs locaux. A partir des éléments rassemblés, les élèves ont
construit leur réflexion collective.
Leur rapport est de grande qualité. Il doit être lu avec attention. Leur
constat illustre la situation actuelle, où apparaissent les prémices
des changements à venir. Il témoigne aussi de la complexité du sujet
climatique, de la confrontation entre la demande collective d’une
métamorphose et les difficultés concrètes du changement. Enfin, leurs
préconisations dessinent le monde dans lequel ils ont envie de vivre.
Aux adultes que nous sommes, les enfants de Landéan demandent
d’accepter de changer. Changer pour éviter que le réchauffement
climatique ne vienne sonner le glas d’une vie authentiquement
humaine sur terre, ne mette fin à la beauté du monde que nous
connaissons. Pour autant, loin de tout catastrophisme, les élèves
décrivent des solutions concrètes et invitent à regarder l’avenir avec
espoir. A travers les pièces de théâtre en annexe, ils nous rappellent que
la pédagogie sur un sujet sérieux passe aussi par les rires et la légèreté.
8 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Tout d’abord un grand merci à toutes les personnes qui ont rendu
cette incroyable expérience possible.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 9
Préface
L’école Notre Dame de Landéan est une école rurale de 5 classes en Haute Bretagne dont
1/3 de la commune est recouvert par une hêtraie, la forêt domaniale de Fougères. L’école est
entourée de champs et c’est tout naturellement que les enfants sont attirés par tout ce qui touche
leur environnement et la nature. En novembre dernier l’école a d’ailleurs reçu le 9ème trophée
breton du Développement Durable dans la catégorie enseignement pour son projet de jardin. Les
enfants ont assuré sa réalisation du début à la fin et suite à diverses interventions sur les circuits-
courts alimentaires, l’alimentation, l’eau… Ils ont décidé de faire un jardin au naturel. Ce projet de
participation de classes à un avis du CESE m’est apparu comme une opportunité exceptionnelle
de poursuivre sur cette dynamique écocitoyenne avec ma classe de CM1/ CM2. Je tiens à préciser
queceprojetestpournousunprojetd’annéeauqueltouslesdomainesd’enseignementdel’école
primaire contribuent (Éducation civique, Géographie, Sciences, Technologie, Mathématiques,
Littérature…).Ilpermetainsidedonnerdusens,commejen’avaisjamaisréussiàlefaireauparavant,
à de nombreux apprentissages, savoirs, savoir-faire et savoirs être. Des saynètes ont d’ailleurs été
réalisées par les élèves à l’occasion (cf. annexes).
Avec ce beau projet, j’ai découvert en tant que professionnelle de l’éducation une relation
entre les enfants et les adultes que je n’avais pas encore observé. Lors des différentes auditions,
l’adulte n’était pas, comme habituellement, là pour apporter une connaissance, un savoir-faire
sur un domaine donné. Il ne s’agissait pas d’apprendre quelque chose aux enfants mais bien de
leur rendre compte d’une situation, établir un état des lieux. Le rapport n’était pas le même, je l’ai
vraiment ressenti comme un rapport d’égal à égal ou du moins de citoyen d’aujourd’hui à citoyen
de demain.
Ce projet a été un outil exceptionnel d’éducation citoyenne. Il a permis aux élèves de prendre
conscience de l’importance de comprendre le fonctionnement de notre démocratie. Les élèves se
sont appliqués à suivre avec beaucoup de rigueur le cadre posé, fiers de pouvoir faire à la manière
du CESE. Les élèves qui ont assumés à tour de rôle la fonction de président et de rapporteur y ont
trouvé une véritable satisfaction personnelle.
Les 26 élèves de la classe espèrent avoir réussi le triple challenge qu’ils s’étaient fixés lors du
lancementduprojet.Toutd’abord,ilsespèrentavoirpuprouverquedesenfantspeuventdonnerleur
avissurlechangementclimatique,qu’ilssontcapabledecomprendreetréfléchirsurlesconstatsetles
enjeux d’une problématique particulièrement complexe. Ensuite, ils espèrent que cette expérience
avecleCESEpourraàl’avenirêtreproposéeàd’autresclassesdeprimaire.Enfin,ilssouhaitentquele
changementclimatiquesoitétudiépartouslesenfantsetqueceux-cipuissentàleurtouragiretfaire
réagirlesadultespourlimiterensemblelesémissionsdeGazàeffetsdeserre(GES).
Leurregardsurlaproblématiqueestparticulièrementintéressant,lesenfantsvontàl’essentiel,
lasurviedel’espècehumaine.Lepointdevuen’estpaslemêmeetlaconfrontationaveclediscours
et les freins identifiés par les adultes est particulièrement intéressante et enrichissante.
Ce projet a été aussi l’occasion de comprendre que la mobilisation de tous les acteurs est
nécessaire pour réussir à changer le processus en cours. Il ne s’agit pas que du problème des
personnesquivontseretrouveràParisfin2015pourdiscutermaisbiendechacundenous,denos
proches, voisins… ou les lointains habitants de la planèteTerre.
Diana Lefeuvre, professeure des écoles
École Notre Dame de Landéan.
10 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Processus suivi à la manière du CESE
M. Virlouvet est venu nous présenter le projet et l’avis du CESE. Nous avons choisi avec
lui qui nous allions inviter. Mme Lefeuvre a ensuite envoyé les invitations. Tout le monde a
répondu oui et ça c’est bien.
Nous avons préparé la première audition et nous avons décidé de les faire comme au
CESE. Nous avons choisi un président et un rapporteur pour chaque audition. A chaque fois
le rapporteur et le président ont préparé l’audition avec Mme Lefeuvre pendant les APC.
Nous avons préparé ensemble en classe les autres questions.
Nous avons fait et filmé les auditions. Nous avons pris des notes. Le lendemain, nous
avons fait des comptes-rendus en mettant en commun nos notes. Nous les avons complétés
avec les vidéos que les rapporteurs et les présidents ont regardées avec Mme Lefeuvre.
Nous avons décidé de suivre à peu près le même plan que le CESE pour notre rapport et
notre avis. Nous avons aussi écrit sept saynètes à partir de nos préconisations.
Certains ont eu du mal à se tenir pendant les auditions d’environ une heure et quart.
Tous ceux qui ont été rapporteurs ou présidents ont bien aimé mener la séance. Nous avons
aimé préparer les auditions et prendre des notes. Nous avons aussi bien aimé pouvoir visiter
la Sagem.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 11
Les personnes auditionnées :
33 M. SORRE,
responsable environnement à la SNCF Bretagne
33 M. Steven BOBE,
chargé de mission énergie, climat à la Région Bretagne
33 M. Jean Philippe BELLAY,
responsable pédagogique premier degré de l’ institut supérieur de formation des maitres de
l’Enseignement Catholique à Rennes ( ISFEC), membre du groupe de veille en sciences
au niveau du secrétariat national de l’enseignement Catholique
33 M. Fréderic MARCHAND,
chargé de mission énergie au pays de Fougères
33 M. Thierry BENOIT,
député et président du pays de Fougères
33 Mme Justine Le DREVO,
directrice de l’école
33 Mme Valérie MATHELIER,
responsable environnement du site de Fougères Safran/ Sagem, premier employeur privé
du pays de Fougères
33 M. Dominique RAMARD,
conseiller régional en charge des dossiers énergie et climat
33 M. Jean JOUZEL,
glaciologue, chercheur membre du GIEC et conseiller au CESE
12 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Travailler à la façon du CESE, c’était comme si on était des grands. C’était bien que les
personnes invitées acceptent de venir nous voir. Ils ne nous ont pas pris pour des enfants
mais comme pour des adultes, ils nous ont parlé de choses sérieuses. Parfois ils ne savaient
pas trop comment nous expliquer sans dire des mots compliqués. Les auditions étaient
longues mais très intéressantes. La dernière audition avec M. Jean Jouzel était spéciale. Nous
l’avons fait à Fougères et nous avons invité 6 autres classes à venir l’écouter. Nous avons eu
beaucoup de chance de pouvoir le rencontrer.
Nous avons aussi bien aimé aller à Rennes pour notre « propre audition » avec le CESE
en visioconférence, nous étions dans la salle immersive de l’Université Européenne de
Bretagne.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 13
Rapport
Le point de départ : l’alerte au niveau mondial
Le GIEC, L’ONU et les sommets
Il y a 20 ans, on ne parlait pas de changement climatique. Les premiers à parler du
changement climatique, ce sont les chercheurs du GIEC comme M. Jean Jouzel. Après il y a
eu plusieurs sommets mondiaux où on en a parlé de plus en plus.
Les recherches
Les chercheurs sont d’accord pour dire qu’aujourd’hui le réchauffement climatique est
surtout dû à l’homme. Depuis la naissance de la terre, le climat a beaucoup changé. C’est très
compliqué. Il y a plusieurs choses qui peuvent faire changer le climat.
–– La trajectoire de la terre autour du Soleil qui peut changer et passer de la forme
d’un ballon de rugby à celle d’un ballon de foot
–– L’axe de la terre sur lequel elle tourne qui peut bouger légèrement comme celui
d’une toupie
–– L’activité du soleil
–– Sur terre dans l’atmosphère on peut avoir comme une sorte de couverture qui peut
empêcher les rayons du soleil de passer et de réchauffer la terre (c’est peut-être ce
qui s’est passé avec les dinosaures, avec des volcans ou une météorite).
14 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
–– On peut aussi avoir comme une sorte de couverture translucide plus ou moins
importante qui laisse passer les rayons du soleil mais qui empêche plus ou moins
aussi la chaleur de partir dans l’espace. C’est ce qu’on appelle les Gaz à effet de
serre (GES), c’est le même principe que dans les serres que nous avons réalisé pour
notre jardin.
Chaque élève a réalisé une maquette de serre à l’échelle.
Elles nous servent dans notre classe pour nos plants de tomates
Sans les GES, la vie sur Terre ne serait pas possible il ferait trop froid
mais avec trop de GES il ferait trop chaud et
la vie telle que nous la connaissons ne serait plus possible
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 15
Des chercheurs étudient les climats du passé. Les glaciologues comme Jean Jouzel
peuvent comprendre ce qui s’est passé en étudiant ce qu’ils trouvent dans des carottes de
glace faites dans l’Antarctique ou au Groenland.
Les changements climatiques ont été fréquents dans l’histoire de la terre mais souvent
cela laissait le temps à la nature de s’adapter. En France, il y a 21  000 ans, les hommes
préhistoriques pouvaient aller à pied de notre France à l’Angleterre actuelles.
16 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
On voit bien que les GES et la température sur la terre sont liés mais on voit aussi qu’il n’y a
jamais eu autant de GES dans l’air que maintenant.
Les chercheurs constatent que la température sur la terre augmente. La fonte de la
banquise doit nous alerter sur les conséquences du changement climatique.
Différence de température entre 2010 /1970 (Hansen et al. , 2011)
Réchauffement moyen de 0. 66 °C ; deux fois plus en Arctique.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 17
En France depuis quand ? Qui ?
En France on a vraiment commencé à en parler avec le grenelle de l’environnement en
2007. Il y a 20 ans à la Région on ne parlait pas de changement climatique. La région ne s’en
occupe que depuis 2006, quand l’État français lui a demandé de le faire, avant ils n’avaient
pas le droit, ce n’était pas leur mission. En 2005, on a crée la mission énergie au Pays de
Fougères. Au début il n’y avait qu’un conseiller M. Marchand, aujourd’hui ils sont 5.
Quand M. Ramard est devenu maire en 2008, il devait être dans les seuls à réfléchir à la
question de l’énergie et du climat en Bretagne, il y avait juste une trentaine de communes
autour de Rennes à avoir signé un engagement. Aujourd’hui tous les maires sont au
courant et on peut dire que 1/3 des communes sont vraiment engagées sur notre région.
Les habitants du Pays de Fougères sont aussi de plus en plus au courant surtout grâce la
télévision et internet.
Les résultats : l’évolution des émissions
Les GES ont diminué sans trop d’actions en Bretagne mais ce n’est pas assez pour arriver
à l’objectif de 2050 (seulement 12 % au lieu de 52 %).
18 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
L’évolution et le rôle de l’école
et de l’éducation en général
De plus en plus de personnes croient au changement climatique mais tous les
gens ne sont pas encore convaincus. Il faut leur expliquer pour qu’ils comprennent
que c’est vrai. Ca a déjà commencé à changer. C’est compliqué de prendre conscience
qu’il y a quelque chose qui est en train de changer car c’est peut-être que dans 20 ou 30
ans que les conséquences seront très graves et que l’on verra vraiment le changement
climatique.
Les manuels
Nous avons regardé plus de 40 manuels de cycle 3. Nous constatons que depuis 20 ans
la plupart des manuels de sciences parlent de sources d’énergies, d’énergies renouvelables
et d’économies d’énergie. On trouve parfois, en sciences, des informations sur les habitations
et les économies d’énergie à la maison.
Nous avons trouvé les climats dans tous les livres de géographie, ainsi que l’agriculture
et l’industrie. Nous avons souvent trouvé des informations sur la réduction des pesticides en
agriculture et de la pollution dans l’industrie.
Nous n’avons pas trouvé le réchauffement climatique et/ou l’effet de serre dans les
manuels avant 2006. Nous les avons trouvés dans tous les manuels de sciences édités après
2010 mais deux seulement expliquent ce que c’est. Nous avons trouvé deux manuels de
géographie, un de 2006 et un de 2012 mais là aussi on en parle sans l’expliquer.
Les manuels sont là pour nous expliquer les choses mais nous constatons que sur
les 8 manuels qui en parlent, seuls deux expliquent ce que c’est. Nous pensons qu’il faut
faire quelque chose car beaucoup d’enfants vont les regarder et si on ne trouve pas les
bonnes informations, ça ne sert à rien de les faire. Nous pensons que des enfants peuvent
comprendre avec des schémas pour expliquer et juste un texte pour résumer les schémas…
Certains pensent que les manuels expliquent des petites choses mais pas l’essentiel, ils
ne développent pas assez. Nous pensons que pour parler du changement climatique, les
manuels ce n’est pas ce qui est de mieux.
Les programmes
Ce que l’on fait toute l’année en classe a été décidé par un groupe de personnes en 2008
qui ont rédigé les programmes. Les programmes nous apprennent des choses. En 2015, ils
devraient à nouveau changer. Ils changent régulièrement tous les 6-10 ans car il y a des
nouvelles choses à apprendre. Avant 1996, il n’y avait pas d’informatique ; mais si des choses
sont rajoutées, il faut aussi en enlever sinon cela en fait trop.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 19
Les marées noires polluent la mer et tuent des animaux. Après des grandes marées
noires, on a mis la protection de l’environnement à l’école (en 1996). On pollue souvent sans
s’en apercevoir. C’est important d’apprendre à l’école à protéger notre planète.
Dans les programmes de 2008 et ceux d’avant on ne parle pas de réchauffement
climatique. On en parle un peu dans les progressions qui ont été rajoutées en sciences en
2012 pour le CM2 :
Élémentsdeconnaissancesetdecompétencessurl’environnementetdéveloppement
durable
L’air et les pollutions de l’air.
–– Mobiliser ses connaissances dans les différents domaines et disciplines et
rechercher des solutions alternatives pour agir sur la pollution de l’air.
Vocabulaire : réchauffement climatique, effet de serre.
On ne l’étudiait pas avant 2008 car avant les chercheurs n’étaient pas assez sûrs ; mais
maintenant ils sont plus sûrs.
Le changement climatique n’est pas dans les programmes comme un savoir, un fait à
enseigner mais il permet de réfléchir de faire des hypothèses et de travailler sur la démarche
scientifique. A l’école on ne doit pas apprendre que des savoirs mais aussi des savoirs faire et
des savoirs être car plus tard le monde va changer et c’est nous qui devrons nous en occuper.
On ne peut pas enseigner ce dont on n’est pas sûr sur le changement climatique mais
on peut observer les faits, les constats comme les températures qui montent, la fonte de la
banquise et des glaciers, l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère, le niveau de la mer qui
monte, les plantes et les animaux qui vont du Sud vers le Nord pour trouver la température
dont ils ont besoin… Les plantes qui commencent à pousser plus tôt.
On peut aussi étudier l’impact du changement climatique sur les chaines alimentaires.
Toute chaine commence par des plantes, s’il n’y a plus certaines plantes c’est toute la chaine
qui disparait. Les chaines alimentaires sont fragiles, si on casse un morceau, tout se casse.
20 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
On peut aussi étudier tout ce qui émet du CO2 surtout ce qui est lié aux êtres humains.
Les sources d’émissions de GES dues à l’homme
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 21
La mobilisation de tous
L’énergie
Comme il y a 20 ans, nous continuons à utiliser beaucoup les énergies fossiles mais il
va y en avoir de moins en moins et cela coûtera de plus en plus cher. En plus, les énergies
fossiles polluent beaucoup.
Il y a 20 ans, il n’y avait pas beaucoup d’énergies renouvelables en Bretagne. Aujourd’hui
nous en avons mais nous n’en avons pas assez. Il faut continuer à en mettre. Dans notre
commune, il ne peut pas y avoir d’éoliennes, nous sommes sur une voie aérienne pour
les entraînements militaires. M. Ramard nous a dit avoir justement un rendez-vous avec
un Général pour essayer de remonter la hauteur de ces voies et permettre de mettre des
éoliennes. Dans certains endroits ce sont les habitants qui se sont mis ensemble pour
financer la construction d’éolienne ; nous trouvons que c’est une bonne idée solidaire.
Un de nos exposés sur les sources et formes d’énergies :
la production d’électricité avec l’énergie hydraulique
EnBretagne,nousneproduisonsque12 %del’électricitéquenousconsommons.Nousne
sommes pas autonomes. Nous la faisons venir de loin, nous en perdons beaucoup en chemin,
en plus elle vient souvent de centrales thermiques ou nucléaires. En Bretagne, il n’y a pas de
centrales nucléaires, en 2012 les conseillers de la Région ont voté qu’ils n’en voulaient pas.
L’objectif de la Région, c’est de produire en 2050 en Bretagne plus de 50 % de l’énergie
dont nous avons besoin avec les énergies marines.
22 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Les gens font plus attention maintenant à l’énergie qu’il y a 20 ans
mais cela ne suffit pas
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 23
Les transports
Dans les villes, on commence à développer la multimodalité.
Nous avons comparé tous les moyens de transport. Le train est celui qui fait le moins
de GES, la voiture est celui qui en fait le plus surtout quand il n’y a qu’une personne dedans.
Nous avons appris que le train était économique car il marche sur l’ERRE. Il glisse sur les rails.
Il prend de l’élan et après il continue à rouler avec les moteurs coupés. Cela permet de faire
de sacrées économies. Pour bien en profiter, les chauffeurs sont formés à l’éco-conduite et
ils ont des cartes avec le relief pour profiter au maximum des descentes et des montées. Les
nouveaux trains sont plus économiques, les moteurs consomment moins d’électricité et ils
sont de plus en plus aérodynamiques. La Bretagne a aussi acheté des trains à deux étages
pour transporter plus de voyageurs.
Un train = toutes ces voitures
24 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Le problème c’est que nous n’avons plus de train à Fougères. Il faut prendre le car
pour aller prendre le train à Laval ou à Rennes mais il n’y a pas beaucoup d’horaires. Pour
aller au CESE, des adultes nous emmènent jusqu’à Laval dans leur voiture, c’est compliqué.
Beaucoup de gens voudraient que le train reviennent à Fougères ; M. Benoit président du
Pays est pour mais M. Ramard de la Région nous a dit que c’était compliqué car cela coûte
très cher.
En attendant, il faut mieux prendre le car que la voiture.
Un bus en ville c’est toutes ces voitures en moins
qui polluent et émettent des GES
Il y a de plus en plus de covoiturage mais il n’y a la plupart du temps qu’une personne
par voiture.
Il y a aussi trop de camions sur les routes et pas beaucoup de
marchandises transportées par les trains, cela produit beaucoup de GES
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 25
L’agriculture
L’agriculture est un point que nous avons beaucoup abordé en classe car en Bretagne
c’est 40 % des GES et au niveau du pays de Fougères c’est encore plus 61 %. Les GES que nous
trouvons dans l’agriculture sont le méthane qui vient des animaux, le protoxyde d’azote qui
vient de l’engrais et un peu de CO2 qui vient des véhicules.
Avec notre projet jardin, nous avons aussi vu que les circuits courts alimentaires
permettaient aussi de réduire les GES car il y a moins de trajets et en plus cela permet aux
agriculteurs locaux de travailler. Le problème est que cela coûte encore un peu trop cher.
Tout le monde à l’école voudrait pouvoir manger des produits locaux durables mais pour
l’instant cela coûte trop cher. Les cantines ont besoin d’aide pour le faire.
Sur le Pays de Fougères, il y a beaucoup de vaches laitières. Pour réduire le méthane, il
y a aussi ce que mangent les animaux. Une vache par exemple quand elle mange du maïs
comme c’est plus dur à digérer elle va rejeter plus de pets et de gaz que si elle mange du lin.
Le lin va être plus facile à digérer et elle va donc moins rejeter de GES.
Pour les exploitations laitières du pays de Fougères, les bâtiments de la ferme ne
consomment presque pas d’énergie car ils n’en ont pas besoin à part la salle de traite avec la
pompe de la machine à traire.
26 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Un papa d’élève agriculteur vient d’installer
des panneaux photovoltaïques sur un hangar
Pour réduire le méthane, il y a la méthanisation. Elle utilise le méthane des déchets
de l’élevage, surtout les déjections des animaux, pour en faire de l’énergie. Ce qui reste, le
digestat, peut servir d’engrais. Cela remplace l’engrais artificiel qui produit beaucoup de
protoxyde d’azote. Il y a plusieurs projets sur le Pays de Fougères.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 27
La forêt
Nous avons appris que des recherches ont été faites dans notre forêt sur les effets de
l’augmentation des GES.
Nous avons aussi découvert que le hêtre risque de disparaître d’une grande partie de
la France avec le changement climatique car il a besoin d’humidité. Il risque à l’avenir d’y
avoir moins de hêtre dans notre forêt. Pour nos enfants ce ne sera peut-être plus une hêtraie.
Suite à la tempête de 1999, l’INRA a conseillé à l’ONF
de planter du chêne plutôt que du hêtre.
28 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Le bâtiment
Il y a 20 ans, les maisons n’étaient pas isolées parce qu’on n’y pensait pas et cela coutait
cher. Les nouvelles maisons que l’on construit sont beaucoup plus isolées qu’avant.
C’est toujours un problème d’argent. Maintenant, on y pense mais pas assez. Dans le
pays de Fougères, c’est ce qui consomme le plus d’énergie, presque la moitié.
On doit rénover petit à petit. On doit aussi penser au chauffage. On peut utiliser le bois
et des chaudières économiques qui consomment moins. Il faut aussi penser à la ventilation.
Mettre les fenêtres au Sud, ils n’y ont pas pensé quand ils ont fait notre cantine il y a 2 ans.
Il faut continuer à aider les gens à isoler leurs maisons surtout ceux qui n’ont pas les
moyens. Il faut de l’argent et des personnes pour les conseillers comme au pays de Fougères.
Beaucoup de gens ne savent pas à qui s’adresser.
M. Ramard nous a dit que l’objectif de la région est de rénover 45 000 maisons par an.
Mais cela ne sert à rien d’isoler si on laisse les portes ou les fenêtres ouvertes ou si on
met le chauffage à fond. Il faut faire attention tous les jours à ce qu’on fait et mettre des pulls.
Le pays de Fougères a beaucoup de projets. Ils ont commencé à aborder la question
mais il reste beaucoup à faire  : plus d’actions pour isoler plus les maisons, mettre plus
d’énergies renouvelables et faire en sorte que les gens comprennent ce qui se passe.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 29
L’industrie
Des entreprises font beaucoup d’efforts pour réduire les GES. Nous avons visité l’usine
SAFRAN/ SAGEM à Fougères. Ils nous ont invités pour nous montrer les actions qu’ils ont
menées depuis 20 ans. Il y a des salles immenses mais aussi beaucoup de bureaux et de
robots. Pour transporter les colis, les pièces et les déchets dans l’usine, ils utilisent un petit
train. Ils fabriquent des cartes électroniques comme pour les moteurs des avions A380.
La sécurité est très importante car le danger est partout et les composants électroniques
fragiles, nous portions des blouses et des talonnettes. Nous avons vu des machines capables
de déposer très vite les composants sur les cartes. Les personnes surveillent et réparent les
cartes sur les lignes, c’est un travail très minutieux et précis. C’est très impressionnant.
30 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Quand on fabrique quelque chose dans une usine, il y a pleins de choses
qui peuvent produire des GES.
Beaucoup de pièces viennent d’Asie, d’Inde ou de Chine. Le site de Fougères fait
partie de Safran qui mène aussi des actions avec les fournisseurs de matières premières. Ils
doivent préserver l’environnement et Safran les contrôle pour ça. Safran travaille sur l’éco-
conception depuis plusieurs années. Par exemple, pour les moteurs des avions, ils travaillent
pour diminuer la consommation énergétique des avions.
Ils essayent d’optimiser les transports en évitant les camions « à vide » et en privilégiant
les transporteurs locaux. Ils forment les transporteurs à l’éco-conduite et demandent aux
transporteurs de couper leur moteur quand ils chargent ou déchargent des marchandises.
Ils n’utilisent pas le train pour le transport de marchandises.
La consommation en électricité par an est de 8 000 MWH, c’est la consommation
annuelle de 1  600 foyers. Pour réduire leur consommation, ils mettent de l’éclairage
automatique dans certains sanitaires, ils mettent de l’éclairage par ilot pour que ce soit plus
facile à éteindre lors des pauses ou à la fin de la journée. Ils remplacent les vieux éclairages
par des éclairages à basse consommation.
Pour chauffer l’usine il faut 7 000 MWH c’est le chauffage annuel de 350 foyers. Pour
réduire leur consommation, ils suivent leur consommation et ont changé leur chaudière il y
a deux ans, c’est 20 % d’énergie utilisée en moins. Ils isolent aussi petit à petit les bâtiments
quand ils ont été faits, les personnes ne pensaient pas à tout cela ( rénovation des façades,
double-vitrage, isolation des portes d’entrée, groom, bâchage des puits de lumière l’été,
débâchage l’hiver).
Ils sensibilisent aussi le personnel aux éco-gestes, aux économies d’énergie à l’usine
(éteindre son ordinateur, les lumières, ne pas trop utiliser la climatisation…) mais aussi à la
maison et dans les transports.
Ils trient et valorisent maintenant 100 % de leurs déchets. Les plastiques et les cartons
sont compactés pour faire des grandes balles.Tout le personnel a été sensibilisé au tri sélectif
par matière au poste de travail.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 31
Le petit train récolte et permet de trier tous les déchets.
Pour les déplacements professionnels, ils favorisent les conférences téléphoniques et
le covoiturage entre les sites. Pour les déplacements « domicile-travail », ils proposent aussi
des formations d’éco-conduite aux personnes volontaires, nous avons également vu un
tableau de covoiturage.
En 2013, Safran a entrepris un partenariat avec l’association Pur Projet pour sensibiliser
le personnel au RC et à la préservation de la forêt primaire.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 33
Avis
Nos préconisations pour la participation de tous
à la réduction des émissions à Effet de Serre
Nos préconisations pour l’énergie 
–– Diminuer la consommation d’énergie et d’électricité
–– Continuer à économiser l’énergie, acheter des appareils plus économes, éteindre
les veilles, les lumières… ;
–– Développer les réseaux énergétiques intelligents avec internet ;
–– Stoker l’électricité quand on en n’a pas besoin ;
–– mettre des pulls et réagir quand les gens n’ont pas un comportement respectueux
de l’environnement en leur expliquant ;
–– Mettre plus de panneaux photovoltaïques sur les maisons et les usines ;
–– Développer les poteaux solaires pour les lampadaires, les feux tricolores… ;
–– Utiliser le soleil pour chauffer l’eau, pour le chauffage ;
–– Mettre plus d’éoliennes sur terre et en mer ;
–– Développer et installer des hydroliennes ;
–– Aider les associations d’habitants qui veulent installer des éoliennes sur leur
commune ;
–– Chercher d’autres sources d’énergie qui n’augmentent pas les GES, aider les
chercheurs ;
–– Améliorer le système de la turbine pour produire l’électricité.
34 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Nos préconisations pour le transport 
–– Développer les visioconférences comme la nôtre avec le CESE ;
–– Continuer à faire des voitures, des trains, des avions moins lourds, plus
aérodynamiques, de plus en plus économiques qui émettent le moins possible
de GES ;
–– Moins consommer et suivre sa consommation (compteurs) ;
–– Développer l’éco-conduite. Les chauffeurs de train et de camions le font mais il
faudrait aussi que tout le monde le fasse et pas que ceux qui passent leur permis.
–– Pour les petits trajets se déplacer à pied ou à vélo ;
–– Prendre le train, le bus, le car dès que c’est possible ;
–– Convaincre les gens d’utiliser le train pour le transport de marchandise ;
–– Développer les voitures hybrides et électriques ;
–– Faire des avions solaires ;
–– Penser à remplir plus les voitures, faire du covoiturage et ne se déplacer en
voiture que quand nous en avons besoin.
Notre visioconférence le 28 janvier avec le CESE
Depuis la salle immersive de l’Université Européenne de Bretagne.
Nos préconisations pour l’agriculture 
–– Développer la méthanisation. Le meilleur moyen selon nous contre les GES dans
l’agriculture sur le pays de Fougères, c’est la méthanisation ;
–– Utiliser plutôt le lin que le maïs pour nourrir les vaches ;
–– Epandre et enfouir directement le lisier et le fumier dans la terre ;
–– Avoir des champs plus près pour ne pas faire de longs trajets ;
–– Nepastoutfaireentracteur.Iln’yapasquelestracteursdanslavied’unagriculteur.
On peut aussi faire des choses à la main ;
–– Aider les cantines pour qu’elles puissent acheter des produits locaux
durables.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 35
Nos préconisations pour la forêt 
–– Protéger les forêts des incendies ;
–– Utiliser la biomasse comme énergie mais ne pas trop en abuser ;
–– Ne pas enlever les talus et les haies, au contraire en mettre plus ;
–– Mettre plus d’arbres sur les talus. Un talus sans arbre, c’est un talus sans vie ;
–– Planter des arbres ayant besoin de moins d’eau et résistants aux sécheresses ;
–– Ne pas planter que des chênes ou des pins mais des espèces différentes ;
–– Faire des recherches pour savoir quels sont les arbres qui retiennent le plus le CO2 ;
–– Ne pas couper d’arbres sans en replanter. Encore mieux en planter deux à
chaque fois qu’on en coupe un.
Devant l’école les branchages de la grande allée ont été déchiquetés
pour faire des plaquettes de bois
Nos préconisations pour le bâtiment
–– Rénover petit à petit. On doit aussi penser au chauffage ;
–– Utiliser le bois et des chaudières économiques qui consomment moins ;
–– Penser à la ventilation ;
–– Mettre du double ou triple vitrage et les fenêtres au Sud ;
–– Faire attention tous les jours à ce qu’on fait et mettre des pulls. Cela ne sert à rien
d’isoler si on laisse les portes ou les fenêtres ouvertes ou si on met le chauffage à
fond ;
–– Continuer à aider les gens à isoler leurs maisons surtout ceux qui n’ont pas les
moyens. Il faut de l’argent et des personnes pour les conseiller. Beaucoup de
gens ne savent pas à qui s’adresser.
Nos préconisations pour l’industrie
Toutes les actions que nous avons vu à Safran/Sagem peuvent être menées dans les
autres entreprises du pays de Fougères,
–– Lesfaireconnaîtreetencouragerlesautresaussiàlefairecarellespermettent
de réduire les GES mais aussi de faire des économies.
36 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Nos préconisations pour l’Éducation de tous
Les choses changent comme les programmes. On apprend plus les mêmes choses qu’il y a
20 ans. On apprend plus certaines choses mais d’autres comme le changement climatique sont
importantes pour notre avenir.
–– D’abord il faut qu’on comprenne ce qui se passe, les faits qu’on observe déjà ;
–– Ensuite il faut réfléchir, faire des hypothèses, accepter qu’on peut se tromper, qu’il
faut alors recommencer et ne pas baisser les bras ;
–– Les futurs citoyens doivent apprendre à questionner le monde qui les entoure.
Ils doivent apprendre à adopter des gestes respectueux de leur environnement ;
–– Enfin on peut apprendre plein de choses à l’école pour réduire les GES. On étudie en
sciences et en géographie les transports, l’énergie, les déchets, la biodiversité et les chaines
alimentaires,l’agriculture…Entechnologieonpeutapprendreàfairedesvoituresavecpeu
defrottements… ;
–– L’école doit nous aider à nous préparer, à réfléchir sur notre avenir, sur ce
qu’on pourra faire pour lutter contre le changement climatique ;
–– Il faudrait que tout le monde puisse comme nous apprendre tout cela. Il faut leur
expliquer pour qu’ils comprennent que c’est important et qu’ils décident de limiter leur
GES.
Touslesgensnesontpasencoreconvaincusparlechangementclimatique.Ilfautleurexpliquer
pourqu’ilscomprennentquec’estvrai.Çaadéjàcommencéàchanger.C’estcompliquédeprendre
consciencequ’ilyaquelquechosequiestentraindechangercarc’estpeut-êtrequedans20ou30
ans que les conséquences seront très graves et que l’on verra vraiment le changement climatique.
Nous pensons que les gens ont peur du changement climatique car ça les oblige
à changer et ils ont peur du changement. Il faut leur expliquer que c’est normal de
changer. Pour aider au changement, il faut regarder ce qui est positif, ce qui est bon
pour tous. Pour que les gens acceptent de changer pour limiter les GES et agissent de
leur propre volonté, il faudrait faire comme nous.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 37
Annexes
Nos pièces de théâtre
Les 7 premières ont été écrites cette année par les élèves de la classe dans le cadre de
ce projet. Les 4 autres par des camarades des années passées qui nous les ont laissés et que
nous souhaitons partager.
38 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
La biodiversite s’evapore
Sarah, Stéphanie	Bonjour.
Maxence Malo 	 Bonjour qui êtes-vous ?
Sarah, Stéphanie 	Nous venons du futur.
Malo 		 Vous venez du futur ? Je ne croyais pas cela possible.
Maxence 	 Comment êtes-vous arrivées ici ?
Stéphanie 	 Par un portail derrière la forêt.
Malo		 Pourquoi êtes-vous là ?
Sarah  		 Pour voir comment était la nature sur la Terre en 2015.
Stéphanie 	 Ouiànotreépoquedansvotrefutur,beaucoupd’espècesontdisparu.
Sarah 	 	 D’ailleurs c’est quoi cet arbre, je ne le connais pas ?
Malo	 	 C’est un hêtre.
Stéphanie	 Un être vivant ?
Maxence 	 Non un hêtre avec un H. Ici il y en a partout c’est une hêtraie.
Stéphanie 	 Ah oui, j’en ai déjà entendu parler par mon arrière-grand-père.
Sarah 		 Oui, ils ont disparu à cause du changement climatique.
Maxence 	 C’est vrai le hêtre il a besoin de plus d’eau l’été.
Sarah 	 	 Vous avez de la chance !
Malo 		 Je ne trouve pas ça si extraordinaire que cela.
Stéphanie 	Hein quoi ! Vous êtes fous, nous n’avons plus beaucoup de biodiversité dans
le futur. Vous devriez faire plus attention.
Sarah 		 C’est un beau cadeau, fragile.
Maxence  	 N’importe quoi !
Stéphanie 	En leur enlevant leurs écosystèmes, l’homme a déjà fait disparaître pas mal
d’espèces mais avec le changement climatique tout s’accélère.
Malo 		Ouais ! Il y a de moins en moins de place pour la nature. C’est vrai qu’il y a
des oiseaux que je ne vois presque plus.
Maxence 	Il y en a aussi qu’on n’avait jamais vu avant.
Sarah 	 	Oui avec le changement climatique, les espèces remontent du Sud vers
le Nord en France. Mais cela va trop vite et certaines espèces n’y arriveront
pas.
Malo 		 Tout est déréglé du coup, si je comprends bien ?
Stéphanie 	Tu ne crois pas si bien dire. C’est tout le système qui est en péril, toutes
les chaînes alimentaires.
Sarah 		 Prenons l’exemple de la mésange.
Maxence 	 J’adore les mésanges, c’est trop mignon.
Malo 		En plus c’est une super auxiliaire pour notre jardin, nous lui avons fait
un nichoir. Elle nous aide pour que nos plantations ne soient pas dévorées.
Stéphanie 	Si le printemps arrive plus tôt les plantes poussent plus tôt, les chenilles
viennent plus vite.
Sarah 		Mais la mésange elle pond toujours à la même période. Les chenilles sont
trop grosses pour ses poussins.
Malo 		 Oui mais sans mésange que va devenir mon jardin ?
Stéphanie 	Vous avez compris. Est-ce qu’il faut que toutes les espèces disparaissent pour
que vous réagissiez ?
Malo 		Bon d’accord, on ne va pas faire le pari, ce serait prendre un trop gros risque.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 39
Maxence 	 Il faut qu’on fasse plus attention.
Sarah 		A force de faire disparaître des espèces, il y en a une en particulier qui risque
de disparaître.
Stéphanie 	 Vous voyez de qui je parle ?
Maxence 	 Oui, de l’espèce humaine !
Malo 		 Du coup, on ne va pas faire long… feu !
Sarah 		 Qu’est-ce que tu veux dire ?
Malo 		Il ne nous a pas fallu longtemps pour tout détruire. L’homme est doué
pour détruire et casser mais il est moins bon pour reconstruire et réparer
ses bêtises.
Sarah 		On est doué pour détruire en un jour ce que la planète a mis des milliers
d’années à construire.
Stéphanie 	 Allez soyons optimiste !
Sarah 		 On peut encore rattraper le coup.
Maxence 	 A nous de prendre soin de notre planète et de la biodiversité.
Malo		 Allez faut se bouger et agir tous ensemble.
Stéphanie 	 Bravo ! Vous avez compris !
Sarah 		 On compte tous sur vous !
40 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Au poële
Tous 		 Bonjour !
Benjamin 	 Bon on commence la visite.
Ilann 		 Allez suivez-moi.
(Ils entrent dans l’usine)
Kilian		 Eh dites-moi. Elles servent à quoi les grosses turbines là-bas ?
Benjamin 	Ces grosses turbines ! Elles produisent l’électricité que nous récupérons avec
les panneaux solaires.
Gaël 		 Ha ! Je viens de comprendre !
Kilian 		 Ha et ben pas moi ! Heu, pas du tout même !
Ilann  		Avant, nous faisions des cheminées et maintenant nous faisons des poêles
à bois.
Gaël 		Mais les cheminées c’est mieux que les poêles à bois  !? Alors pourquoi
vous faites des poêles à bois ?
Ilann 		 Parce que les poêles à bois …. C’est MIEUX !
Gaël 		 Mais non les cheminées c’est plus joli !
Ilann 		C’est peut-être joli une cheminée ouverte mais pas très efficace coté
énergétique ! Dans un poêle on met beaucoup moins de bois et cela chauffe
beaucoup mieux.
Benjamin 	 Passons à la salle suivante.
Kilian 		 Qu’est-ce qu’ils font ces gens avec leurs microscopes ?
Benjamin 	 Ils inspectent le verre pour voir s’il n’y a pas de fissures.
Gaël 		Il faut une vitre solide et isolante pour garder la chaleur dans le poêle à bois.
Benjamin 	 Bon la visite est terminée on vous offre un café.
Ilann 		 Alors vous avez des questions.
Gaël 		Oui est ce que votre usine produit beaucoup de Gaz à effet de serre ?
Ilann 		 Oui assez ! Comme beaucoup d’usines.
Kilian 		 Comment vous faites pour les réduire ?
Ilann 		 On a installé des panneaux photovolcaniques. Heu !
Kilian 		 Et ils sont où ?
Benjamin 	 Là sur le toit !
Ilann 		 On a aussi isolé les murs, changer la chaudière…
Benjamin 	Quand les ampoules grillent on les remplace par des basses consommation.
Kilian 		 Moi aussi je le fais à la maison.
Ilann 		Quand on nous livre, ou qu’on charge un camion, on demande au chauffeur
de couper le moteur.
Benjamin 	Les chauffeurs sont formés à l’éco-conduite et on achète des camions moins
polluants, plus économes.
Gaël 		En fait produire moins de Gaz à effet de serre, c’est aussi faire des économies.
Kilian 		 Oui, tout le monde y gagne. Et vos matières premières, elles viennent d’où ?
Benjamin 	On essaye d’avoir les Matières Premières les plus proches de chez nous car
le transport pollue. Et en plus c’est du travail pour les gens de chez nous.
Ilann 		 Et bien la visite est terminée il est déjà 18h00 !
Kilian  		 Bon eh ben au revoir !
Tous 		 Au revoir !
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 41
Le covoitur’âge
Alice 		 Bonjour enchantée, je m’appelle Alice et je travaille dans les bureaux.
Aurélie 		 Bonjour, moi, c’est Aurélie et je travaille avec Alice.
Mickaël 		Bonjour, moi, c’est Mickaël et je suis au service des déchets. À votre service
pour les déchets.
Clara 		 Salut! Mais c’est quoi ce panneau?
Mickaël 		 Ce panneau c’est un panneau de covoiturage.
Clara 		 Mais c’est quoi ce truc?
Alice 		 Nous allons t’expliquer.
Aurélie 		 C’est normal que tu ne comprennes pas c’est nouveau.
Mickaël 		 C’est comme toi ! Toi aussi tu es nouvelle.
Clara 		 Bon vous allez m’expliquer.
Alice 		 Avec ce panneau, tu sais où habitent tous les employés de l’entreprise.
Aurélie 		 Tu peux regarder qui habite près de chez toi.
Mickaël 		Si tu veux faire du covoiturage avec, tu regardes le numéro et tu vois avec
la personne.
Alice 		 Il y a trois avantages à faire du covoiturage.
Aurélie 		 Tu pollues moins la planète chérie.
Mickael 		 Tu te fais des amis.
Alice 		 Et tu fais des sacrées économies.
Aurélie 		Si tu habites en ville, prends le bus ou ton vélo mais bon sang si tu dois
prendre ta voiture ne la prends pas toute seule.
Clara 		Ah ok ! Je pourrais aussi prendre ma trottinette à deux roues si j’habitais en
ville mais j’habite loin, loin dans la campagne.
Alice 		 Si tu veux.
Aurélie 		Ça m’a l’air une bonne idée ta trottinette à deux roues comme le vélo. Mais
cela ne le fait pas pour faire 20 km matin et soir.
Mickaël 		Tu viens avec nous demain? On covoiture, tu habites à coté de chez moi
et d’Alice.
Alice 		 Mais sois à l’heure sinon on part sans toi.
Clara 		Ne vous inquiétez pas oh oh !... Bon ce n’est pas tout mais je dois retourner
au boulot.
Les autres 	 Ouais Ouais ! Nous aussi ! …Tchao !!!
42 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Changer en famille
Enfant 		 Coucou maman, coucou mamie.
Maman 		 Coucou ma chérie. Ta journée s’est bien passée ?
Mamie 		 Bah oui ! Écoute toutes les journées se passent bien.
Enfant 		 Bah oui ! Ça s’est bien passé. J’ai travaillé sur le changement climatique.
Maman 		Au fait maman qu’est-ce que tu penses du changement climatique. On en
parle souvent en ce moment à la télé ?
Mamie 		 J’entends parler beaucoup de ça mais on ne le voit pas.
Maman 		 Explique-nous alors ma chérie.
Enfant 		Moijeveuxbienvousexpliquermaisleproblèmec’estquebeaucoupdegens
ont peur de changer pour éviter le réchauffement climatique.
Maman 		 C’est bien ça le problème.
Mamie 		 Il faut trouver une solution.
Maman 		Les adultes ont peut-être peur de changer parce qu’ils ont pleins de choses
à perdre mais il faut avancer, tu as raison mon poussin.
Enfant 		C’est peut-être à nous les enfants de leur montrer ce qu’il faut faire. A l’école,
on nous demande tout le temps de changer et on le fait bien même si ce n’est
pas toujours facile.
Maman 		 Ben d’ailleurs pourquoi les gens ont peur ?
Mamie 		Vous savez ! On a nos petites habitudes nous les vieux. Il ne faut pas trop
nous bousculer. Vous nous demandez trop de choses. On est perdu à la fin,
on n’y comprend rien.
Maman		Mais ce n’est pas partout pareil. Quand je suis allée courir au Sénégal avec
la Sénegazelle, les gens étaient prêts à changer.
Mamie 		 Eux ils voient peut-être plus le réchauffement qu’en France ?
Enfant 		C’est vrai, on voit plus le réchauffement climatique en Afrique qu’en
Bretagne. Pourtant s’il y a plus de GES, c’est plus de notre faute que de la leur.
La planète chauffe, faut pas traîner à agir.
Maman 		Mais on en produit tout le temps des GES, en voiture, à la maison, au boulot,
avec l’agriculture… Oh là là ! C’est la catastrophe, je ne sais pas si on va y
arriver !
Enfant 		Allez maman, ne désespère pas ! Nous les enfants nous sommes motivés
et on va vous motiver vous les adultes s’il le faut pour que cela change
rapidement.
Maman 		Oui mais d’abord il faut qu’on soit bien informé, faut pas qu’on nous raconte
des bêtises et qu’on raconte des bêtises aux autres !
Enfant 		Ce que dit le GIEC et Jean Jouzel, on est sure que ce n’est pas des bêtises.
Les chercheurs ont bien avancé sur le changement climatique !
Maman 		Toi tu apprends ça à l’école, tu peux nous expliquer et nous une fois qu’on
sait, on peut aussi expliquer aux autres en fait !
Mamie 		 Il faut faire une chaîne.
Enfant 		 Oui ! Si on est motivé, on peut y arriver.
Tous  		 Tous ensemble.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 43
école’ogie climatique
Professeur 	 Bonjour !... Asseyez-vous !
Les élèves 	 Bonjour.
Professeur 	 Aujourd’hui nous allons continuer à parler du changement climatique.
Sarah 		 Mais monsieur, comment on sait qu’il y a un changement climatique ?
Professeur 	 Ce sont les chercheurs du GIEC qui l’ont montré.
Didier 		 Comme M. Jouzel qui étudie le climat avec des carottes ?
Sarah 		 Des carottes ? Il est où le lapin ?
Didier 		 Des carottes de glace. Tu dis vraiment n’importe quoi !
Professeur 	Revenons aux choses sérieuses. Je vous ai demandé hier de chercher
des informations sur le changement climatique et l’effet de serre dans tous
les manuels que je vous avais donnés. Sarah qu’as-tu trouvé ?
Sarah		J’ai cherché mais je n’ai rien trouvé. Ils parlent de sources d’énergie, d’énergies
renouvelables et d’économies d’énergie, de la réduction des pesticides en
agricultureetdelapollutiondel’air…maisriensurlechangementclimatique.
Professeur 	Et toi Didier  ? Qu’as-tu trouvé  ? Je rappelle que tu n’as pas été très
sympathique et que tu as pris tous les nouveaux manuels.
Didier  		Et bien moi j’ai trouvé  !!!... J’ai trouvé un petit peu de tout. Ils parlent
du changement climatique et de l’effet de serre mais c’est vrai qu’ils
n’expliquent pas trop surtout que c’est super compliqué à comprendre.
Professeur 	C’est normal Sarah que tu n’aies rien trouvé dans les vieux manuels car
ce n’est au programme que depuis 2008 et surtout 2012 pour les CM2.
Didier  		On ne l’étudiait pas avant 2008 car avant les chercheurs n’étaient pas assez
sûrs mais maintenant ils sont plus sûrs.
Professeur 	 Exactement.
Sarah  		Les choses changent ! On apprend plus les mêmes choses qu’il y a 20 ans,
c’est comme l’informatique.
Professeur 	Le changement climatique n’est pas dans les programmes comme un savoir,
un fait à enseigner mais il permet de réfléchir de faire des hypothèses et
de travailler sur la démarche scientifique.
Didier  		A oui ! Vous nous avez dit qu’à l’école on apprend des savoirs et aussi euh !…
comment on dit déjà ?
(Sarah lève la main)
Professeur 	 Sarah !
Sarah 		 Oui des savoirs, des savoirs faire et des savoirs être.
Professeur  	 Oui très bien c’est exact. Bravo !
Didier  		 Ouais, c’est important car plus tard le monde va changer…
Sarah 		 … et c’est nous qui devront nous en occuper.
Didier  		 Ouais il est trop sympa notre prof de nous apprendre ça.
Sarah 		 Ouais il faudrait que tous les profs fassent ça.
Professeur 	Merci ! Vous pouvez apprendre plein de choses à l’école pour réduire les GES.
Sarah 		Oui en sciences, en géographie en travaillant sur l’énergie, les déchets,
la biodiversité, la technologie.
Professeur 	 Mais qu’est-ce que tu fais Didier !
Didier 		Ben je travaille monsieur  !… Je cherche comment réduire les GES…
Comment faire des avions super aérodynamiques qui ne consomment pas
beaucoup.
44 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Isol’action
Emily, Sarah, Talia Salut !
Charlène 	 Comment ça va les filles ?
Talia 		 Bien et toi ?
Charlène 	 Ouais ça va, vous voulez prendre un café?
Sarah 		 Ouais on veut bien.
Charlène 	 Enlevez votre manteau et mettez-vous à l’aise.
Emily 		 OK.
Charlène 	 Asseyez-vous.
Sarah 		 Il fait froid ici, tu es sûre que ta maison est bien isolée.
Charlène 	 Bein ! Je ne sais pas moi.
Sarah 		 T’es grave !
Charlène 	 Non je suis aiguë.
Emily 		 Arrête tes bêtises ! Tu jettes l’argent par les fenêtres.
Talia 		 Et puis niveau Gaz à effet de serre merci !
Emily 		Non mais sérieux ! Sarah a raison, il fait froid. Faut faire quelque chose, faut
se bouger ma petite dame.
Charlène 	Je n’y connais rien. Comment veux-tu que j’isole ma maison ? Je n’ai pas
confiance en ces gens qui m’appellent au téléphone.
Talia 		 Ouais, des fois c’est de l’arnaque.
Sarah 		 Bon écoute, nous on va t’aider.
Emily 		 Tu peux appeler le pôle énergie du Pays de Fougères.
Talia 		 Ils sont supers cools, ils sont là pour aider tout le monde.
Charlène 	Je ne savais pas que cela existait en plus j’aime bien qu’on s’occupe de moi,
qu’on me bichonne.
Emily 		 En plus tu peux avoir de sacrées aides de l’ADEME, de l’État, de la Région…
Sarah 		 Tu peux avoir des crédits d’impôts.
Charlène 	 Ouais ça me tente bien. J’ai bien envie de m’y mettre.
Talia 		Ouais mais tarde pas. Il ne faut pas remettre à demain ce qu’on peut faire
aujourd’hui comme le fainéant sur une des planètes du petit prince.
Emily 		 Oui « Enfants, faites attention aux baobabs ! ».
Sarah 		Et encore un truc, si t’isole ta maison, ce n’est pas pour cela qu’après
tu pourras te promener en bikini dans la maison.
Talia 		Ouais il ne faut pas mettre le chauffage à fond ni laisser les fenêtres et
les portes ouvertes.
Charlène	 Je ne suis pas idiote à ce point-là !
Talia 		 Il faut accepter de changer ses habitudes si on veut que cela marche.
Sarah 		Il faut qu’on s’y mette tous si on veut que cela marche et réduire les Gaz
à effet de serre.
Charlène 	 Merci, ce soir je vais me coucher moins bête grâce à vous je vous adore.
Talia 		 ISOLEZ.
Emily 		 BIEN.
Charlène 	 VOTRE.
Sarah 		 MAISON.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 45
TGV : Très Grande Vitesse pour le climat
Nadège 		 Famille Lyonet !
Maëlle	 	 On est ici !
Nadège 		 Bonjour. C’est bien vous la famille Lyonet.
Maëlle 		 Oui, c’est bien nous.
Nadège		 Je m’appelle Nadège, nous allons visiter le TGV.
Maëlle 		 Nous allons visiter tout le train ?
Nadège 		 Non pas exactement mais une bonne partie.
Maxence 	 Je peux jouer à la DS.
Maëlle 		 NON ! Tu dois écouter !... Vraiment n’importe quoi ces jeunes !
Nadège 		 Bon, commençons la visite.
Maxence 	 On peut visiter les toilettes.
Maelle 		 Arrête de faire ton petit malin, voyons !
Nadège 		 Bon nous commençons la visite oui ou non.
Maelle 		 OUI, je veux en savoir plus sur le TGV.
Maxence 	 Moi aussi je veux en savoir plus sur la Télé.
Nadège 		 Bon commençons par la cabine du conducteur.
Maxence 	 C’est qui ce monsieur dans la cabine ?
Nadège 		 Et bien c’est le conducteur du train.
Cloé, Maxence 	
et Maëlle 	 Bonjour
Thao 		 Bonjour. Je suis le conducteur du train.
Nadège 		 Vous pouvez lui poser toutes les questions que vous voulez.
Maxence 	 A quelle vitesse vous roulez ?
Thao 		Cela dépend déjà si on est sur une ligne à grande vitesse ou pas en moyenne
entre Le Mans et Paris, le TGV va à plus de 300 km/h.
Maëlle 		 A quoi il fonctionne ?
Thao 		 A l’électricité.
Maëlle 		 Est-ce que cela consomme beaucoup ?
Thao 		Ouicelaconsommedel’énergiemaisc’estlemoyendetransportquienconsomme
lemoinsparvoyageuretducoupc’estceluiquiémetlemoinsdeGES.
Maxence 	 Trop fort ! Mais pourquoi ???
Thao 		 Et bien, le train peut marcher sur l’ERRE.
Maxence 	 On va marcher sur l’air !?! (marche dans l’air)
Maelle et Nadège 	Mais qu’il est bête !
Nadège  		 Non E, deux R, E.
Maxence 	 Bon d’accord, mais je ne comprends toujours pas ?
Thao 		Il glisse sur les rails. Il prend de l’élan et après il continue à rouler avec
les moteurs coupés.
Nadège 		 Ça permet de faire de sacrées économies.
Thao 		Pour bien en profiter, les chauffeurs sont formés à l’éco-conduite et ils ont
descartesaveclereliefpourprofiteraumaximumdesdescentesetdesmontées.
Maëlle 		 Et les nouveaux trains, ils sont plus économiques que ceux d’avant ?
Thao 		 Oui, on fait des moteurs de plus en plus économiques.
Nadège 		 On essaye aussi de les faire de plus en plus aérodynamiques.
46 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Thao 		 On fait aussi des trains à deux étages qui transportent plus de voyageurs !
Maelle 		Du coup cela fait moins de GES, c’est bien pour lutter contre le changement
climatique. Merci pour ces explications.
Maxence 	Ouais, il va falloir passer à la TRES grande vitesse pour empêcher
le changement climatique.
Thao 		 Oui, tous ensemble on peut y arriver.
Nadège 		 Merci, à bientôt et n’hésitez pas à prendre le train.
Tous 		 Au revoir !
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 47
L’agriculture au four
Malo		 Hey ! Tu as vu le maïs comment il est tout petit !
Ethan 		 Normal il n’y a pas assez d’eau.
Dorian 		 Bien oui ! Ça fait deux mois qu’il n’a pas plu.
Romain 		Il va falloir planter des plantes moins gourmandes en eau parce qu’il y aura
de plus en plus de sécheresse.
Ethan 		Oui on pourra planter du sorgho ça remplace le maïs et il lui faut beaucoup
moins d’eau.
Malo 		 Il faut accepter de changer et de remplacer le maïs.
Dorian 		En plus c’est une plante qui demande moins de traitement et qui résiste
aux maladies.
Malo 		 Vous croyez que c’est dû au réchauffement climatique ?
Ethan 		 Possible mais c’est peut-être tout simplement les cycles de la terre.
(Les quatre amis continuent à avancer dans le champ)
Romain 		 A mettre trop de pesticides on va perdre tous nos ouvriers.
Ethan 		 Il faut faire attention à ce qu’on met dans les champs.
Malo 		 Quoi ? De qui vous parlez ?
Romain 		De nos abeilles et des pollinisateurs mon gars ! Sans eux, on n’est pas sorti
de l’auberge ! Adieu les bons fruits et légumes…
Malo 		 Faut utiliser plus d’engrais naturel que chimique.
Dorian 		 Faut le savoir !
Romain 		Bon, vous sauvez les copains et moi dans mon champ je vais mettre
des éoliennes pour réduire ma facture d’électricité et les gaz à effet de serre.
Malo 		 Ouais mec bien joué !
Dorian 		 Moi aussi, je veux faire des économies d’énergie pour la planète !
Romain 		En plus, moi ce matin des messieurs sont venus installer des panneaux
solaires au-dessus de la stabulation et de la maison. Comme ça mes parents
vont moins consommer d’électricité.
Ethan 		Oui et c’est aussi moins de gaz à effet de serre. On en produit aussi pas mal
avec les tracteurs et les voitures !
Dorian 		Oui, il y a plein de choses à inventer pour qu’on puisse vivre de notre terre
pendant encore longtemps.
Ethan 		 Ouais, faut apprendre à vivre avec notre TERRE !
Malo 		 Mieux vaut se préparer maintenant que plus tard.
Tous 		 TOUS ENSEMBLE !
48 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Chacun chez soi, quoique !
Ben 		 Ah bah voila encore un truc nouveau.
Émilie 		 Quoi? Ma nouvelle tenue ?
Ben 		 Non pas ça, le documentaire sur les glaciers !
Max 		 De toutes façons on s’en fiche des glaciers !
Marine 		Mais t’es fou ! Si tous les glaciers fondent nous ne pourrons plus vivre il y aura
un déséquilibre total !!!!!
Max 		 Mais on s’en fiche ! C’est pas chez nous ! C’est chez les pingouins.
Émilie 		 T’a rien compris!
Marine 		C’est les africains qui vont souffrir le plus du réchauffement climatique
et c’est de notre faute!
Ben 		 Mais c’est ce que Max dit !! C’est pas grave ! C’est pas chez nous!!
Émilie et Marine  	 Ah ces deux là ! Ils ne comprennent rien !!!
Max 		 Si on ne comprend rien, allez-y ! Expliquez-nous!!
Émilie 		Et bien  ! Si les glaciers fondent c›est que la planète se réchauffe avec
l›augmentation des gaz à effet de serre!
Marine 		 Donc il va faire plus chaud.
Émilie 		Et les Africains qui sont les moins responsables du réchauffement climatique
vont vouloir venir dans les pays où il fait moins chaud.
Marine 		 Comme en France!
Ben 		 Ah d’accord je viens de comprendre!
Max 		 Bah ! Pas moi!
Marine 		Ce n’est pourtant pas très très… (Émilie chuchote à Marine que si. ) Si  !
En fait, c’est très compliqué !!!
Émilie 		Les Africains vont venir parce que tous les pauvres qui vivent au bord de l’eau
vont être inondés en plus des sécheresses !!
Max 		Ah !Ok ! Jeviensdecomprendre,ilnefautpasqu’onlesrejette.Onenproduit
pas mal des gaz à effet de serre avec les Américains du Nord. Nous sommes
responsables de ce qui se prépare !
Ben 		 Il faut essayer de les comprendre et les accepter !
Tous les quatre 	 IL FAUT ÊTRE SOLIDAIRE ET VIVRE TOUS ENSEMBLE SUR NOTRE PLANETE.
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 49
« Hêtres » en danger
Ben			 Bonjour.
Olivier  		 Bonjour, qui êtes-vous ?
Jeanno		 Bonjour, nous sommes des agents « ONF ».
Olivier 		 Vous plantez quoi ?
Jeanno		 Des chênes, pourquoi ?
Ben			 Mais il faut planter des hêtres, c’est une hêtraie ici !
Hubert		Des chercheurs de l’’INRA nous ont prévenu qu’en 2100 les hêtres risquaient
de ne plus pouvoir survivre par ici.
Olivier 		 C’est dans 100 ans, on s’en fiche !
Jeanno		Oui pour toi 100 ans c’est beaucoup mais pour cet arbre ce sera juste
le début de l’âge adulte. Le hêtre a besoin de beaucoup plus d’eau que le
chêne surtout en été. C’est pour cela que nous plantons des chênes.
Hubert		Dans le sud de la France, les hêtres souffriront encore plus du réchauffement
climatique. Ils risquent de totalement disparaître. Il n’y en aurait plus que
dans le Nord, Nord-est de la France.
Jeanno		 C’est pour préserver les forêts que nous plantons des chênes.
Olivier 		 Ah! D’accord, je commence à comprendre.
Ben			 Attends, j’ai une idée, si on les aidait ? Tu es d’accord Olivier ?
Jeanno		Pourquoi pas, allons-y mais d’abord je dois aller chercher des jeunes plants.
Olivier 		 Je suis d’accord pour vous aider, mais comment faire ?
Jeanno		Et bien nous plantons et si vous voulez vous pourrez mettre les tuteurs et
le grillage de protection.
Ben			Ok, le tuteur c’est pour les aider à pousser bien droit mais le grillage ça sert
à quoi ?
Hubert		Les chevreuils aiment les jeunes pousses du chêne, beaucoup plus que
ceux du hêtre.
Jeanno		 C’est pour cela aussi qu’il ne faut pas trop de chevreuils dans la forêt.
Ben			 Oui, avant il y avait les loups mais les hommes les ont tous tués.
Hubert		 Et oui, le prédateur du chevreuil a disparu de la forêt de Fougères.
Olivier 		 Ça fait longtemps ?
Jeanno		 Vers la fin du XIXe
siècle.
Hubert		Il manque un bout de la chaine alimentaire. Du coup nous avons besoin
de la chasse pour éviter de tout déséquilibrer.
Olivier 		 Ah d’accord ! Il faut trouver le juste équilibre comme pour le hêtre.
Ben			Il faut préserver les forêts, en plus c’est beau, et moins il y aura de forêts plus
il y aura de gaz à effets de serre.
Hubert		Bon, maintenant j’espère que vous avez compris  et que vous penserez
à planter des arbres aussi dans vos jardins, vos champs.
Jeanno		Oui et il va falloir vite s’adapter. Nos forêts vont changer. Allez au boulot,
faut pas traîner on a encore un hectare à faire Hubert.
TOUS ENSEMBLE PRESERVONS NOS FORETS !
50 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL
Méthode pour le développement durable
August 		J’arrête de lire les journaux. Je n’y comprends plus rien  ; Ils parlent tout
le temps de développement durable.
Jean Paul 	Ouais, on ne sait pas trop ce qui se développe mais à les entendre ça va durer
un sacré bout de temps. Dans mon temps on ne parlait pas de tous ces trucs.
On y comprend rien. Un coup ils parlent des voitures, un autre de la forêt
amazonienne pour ensuite ils nous parlent de la fonte de la banquise pour
finalement nous parler de nos poubelles.
August 		Ils sont fous. Comme si ma poubelle avait un rapport avec les crues en Asie.
Je te dis ils tournent pas ronds.
Ramzi 		Alors, les vieux, on comprend rien au développement durable. Faut se mettre
à la page.
Tag 			 Alors qu’est-ce que tu fous Ramzi.
Ramzi 		 J’apprends la leçon sur le développement durable à l’ancien.
Jean Paul 	 Laisse tomber de toute façon on y comprend rien.
Tag 			Bin, t’es fou ou quoi, faut bouger mec et agir. La planète elle a besoin de
nous tous.
August 		 Et bien, gros malin, vas-y explique puisque t’as l’air d’avoir tout compris.
Ramzi 		Le développement durable, c’est vrai c’est compliqué. On n’est pas tous
d’accord sauf sur une chose, ça peut plus continuer comme ça.
Tag 			En votre temps, on croyait qu’on pouvait tout faire. Que l’homme était tout
puissant. Vous avez fait plein de choses sans trop réfléchir aux conséquences
pour les générations à venir comme nous et nos enfants.
Ramzi 		 Ouais c’est pas très cool. Vous nous la laissez dans un sale état.
Jean-Paul 	 Oui, mais on savait pas que ça allait faire ça.
Tag 			 Ouais mais maintenant on sait.
Ramzi 		 Il faut qu’on se bouge le derrière grand-père.
August 		 Et le développement durable, c’est quoi au juste dans tout ça.
Tag 			Dans le développement durable, il y a plein de choses. On peut parler de
la biodiversité.
Ramzi 		 De l’eau.
Tag 			 De l’énergie.
Ramzi 		 Des transports.
Tag 			 Des déchets.
Ramzi 		 De l’alimentation.
Jean-Paul 	 C’est ce que je disais. Ils mélangent tout.
Tag 			 Tu veux peut-être un petit exemple.
Ramzy 		 Quand tu mets des pesticides dans ton jardin. Tu pollues l’eau.
Tag 			 Tu produis des déchets.
Ramzi 		 Ce que tu cultives, c’est plein de pesticides et tu les manges.
August 		 Je suis dégoûté.
Tag 			Attends, en plus les pesticides, ça tue tous les insectes même ceux dont
on a besoin.
Ramzi 		Peu à peu des espèces disparaissent. Et moins, il y aura d’espèces moins
il y aura de biodiversité.
Jean Paul 	 Quel joli mot. Et l’énergie et les transports dans tout ça ?
LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 51
Tag 			Ben imagine que tu ne cultives pas tes tomates mais que tu les fasses venir
d’Afrique du Sud.
August 		 C’est vrai que hors saison, ça vient souvent de très loin.
Ramzi 		Tu l’as dit. Et bien, il va en falloir du pétrole pour les faire venir dans
ton assiette. Et du pétrole il y en a plus des masses.
Tag 			En plus, on produit vachement de CO2 pour les faire venir en France par
avion. C’est un gaz à effet de serre et plus il y en a et plus le climat de notre
planète risque de complètement se dérégler.
Jean Paul 	 Je commence à comprendre.
Ramzi 		Le Développement Durable, c’est pas que la nature, ni le fric, ni les gens,
c’est les trois à la fois. Il faut juste trouver le juste équilibre.
Jean Paul 	 Qu’est-ce que tu me chantes ?
Ramzi 		Bon j’explique mon gars  ! A chaque fois que l’on choisit de produire ou
de consommer un produit, il faudrait être sur qu’il ne gaspille pas
les ressources de l’environnement et qu’il permet à tous les mecs de vivre
avec dignité.
August 		Ah  ! D’accord. Il faut que ça soit équitable. Il faut trouver le moyen de
partager les richesses. Trouver l’équilibre entre le social et l’économique.
Tag 			 Ouais ! Super mec ! Cool !
Jean-Paul 	La nature ne doit pas disparaître pour que les hommes produisent plus.
Ca ne serait pas viable.
Ramzi 		 Dans le mille ! Si on continue ! C’est la fin des haricots pour notre pomme.
August 		Il faut aussi que les hommes vivent en harmonie avec la nature pour que ça
soit vivable, jouable si tu préfères.
Tag 			Ouais ! Respect mec !... Respect pour toutes les formes de vie d’aujourd’hui et
à venir.
CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL
ET ENVIRONNEMENTAL
9, place d’Iéna
75775 Paris Cedex 16
Tél. : 01 44 43 60 00
www.lecese.fr
Ilann BARBEDETTE,Victoire DEGASNE, Camille GROUAZEL, Gaël JEULAND, Karine LOGEAIS, Maëlle
MASSIN, Maxence MAULAVE, Inès MESSIER, Maxence MOTTAY, Léa NIVEAUX, Lou PAUTONNIER,
Elodie ROIZIL, Adeline RONCERAY, MelvinTRAVERS, Cloé BOUREL, Kilian DELIN, Shaann FONTAINE,
Méline GARDAN, Meg GAUDOT, Thaô HERISSON, Benjamin MAUD’HUI, Lola MONTHORIN, Maëlys
PIRON, Malo ROYER, Loris VIEL et leur professeure Diana LEFEUVRE.
Édition spéciale

Contenu connexe

Tendances

#JIPC2015 : message du Ministre de l'Intérieur et des Collectivités territori...
#JIPC2015 : message du Ministre de l'Intérieur et des Collectivités territori...#JIPC2015 : message du Ministre de l'Intérieur et des Collectivités territori...
#JIPC2015 : message du Ministre de l'Intérieur et des Collectivités territori...
Joseph Edgard Célestin
 
Appel Des Ecolos Bn
Appel Des Ecolos BnAppel Des Ecolos Bn
Appel Des Ecolos Bn
webmestre lesvertsbn
 
Comprendre le développement durable
Comprendre le développement durableComprendre le développement durable
Comprendre le développement durable
Mar Tur
 
AGENDA 21
AGENDA 21AGENDA 21
AGENDA 21
Fenua21
 
Ccas et transition ecologique
Ccas et transition ecologiqueCcas et transition ecologique
Ccas et transition ecologique
Cedric Baudouin
 
Développement durable au Maroc_Bilan et Perspectives
Développement durable au Maroc_Bilan et PerspectivesDéveloppement durable au Maroc_Bilan et Perspectives
Développement durable au Maroc_Bilan et Perspectives
Adil Diani
 
Livret optimisation des dechets et recyclage par économie circulaire
Livret optimisation des dechets et recyclage par économie circulaire Livret optimisation des dechets et recyclage par économie circulaire
Livret optimisation des dechets et recyclage par économie circulaire
david zentao
 
Plan sortie crise convention climat
Plan sortie crise convention climatPlan sortie crise convention climat
Plan sortie crise convention climat
PatrickTanz
 
Introduction au Développement Durable
Introduction au Développement DurableIntroduction au Développement Durable
Introduction au Développement DurableOTPornichet
 
Livret 100% énergies renouvelables
Livret 100% énergies renouvelablesLivret 100% énergies renouvelables
Livret 100% énergies renouvelables
david zentao
 
0907 Devtdurable Ccil
0907 Devtdurable Ccil0907 Devtdurable Ccil
0907 Devtdurable CcilCCI Loiret
 
Livret sur la planification écologique fFace à l’urgence climatique
Livret sur la planification écologique fFace à l’urgence climatiqueLivret sur la planification écologique fFace à l’urgence climatique
Livret sur la planification écologique fFace à l’urgence climatique
david zentao
 
Crises climat chantier-du-plan-shift-project
Crises climat chantier-du-plan-shift-projectCrises climat chantier-du-plan-shift-project
Crises climat chantier-du-plan-shift-project
thierry jolaine
 
Livret Eau, bien commun
Livret Eau, bien commun Livret Eau, bien commun
Livret Eau, bien commun
david zentao
 
Programme jea 2019_bd
Programme jea 2019_bdProgramme jea 2019_bd
Programme jea 2019_bd
Guillaume Sangay
 
Programme des Journées de l'Economie Autrement 2019
Programme des Journées de l'Economie Autrement 2019Programme des Journées de l'Economie Autrement 2019
Programme des Journées de l'Economie Autrement 2019
Guillaume Sangay
 
Dossier de presse - Les rendez-vous de la Transition Environnementale
Dossier de presse - Les rendez-vous de la Transition EnvironnementaleDossier de presse - Les rendez-vous de la Transition Environnementale
Dossier de presse - Les rendez-vous de la Transition Environnementale
OpenOdyssey
 
Développement Durable : Concepts, réalité & enjeux (cas de l'Algérie)
Développement Durable : Concepts, réalité & enjeux (cas de l'Algérie)Développement Durable : Concepts, réalité & enjeux (cas de l'Algérie)
Développement Durable : Concepts, réalité & enjeux (cas de l'Algérie)
Réda ALLAL
 
Livret agriculture avenir en commun
Livret  agriculture avenir en communLivret  agriculture avenir en commun
Livret agriculture avenir en commun
david zentao
 
J Vvs 2007 2011
J Vvs 2007 2011J Vvs 2007 2011
J Vvs 2007 2011
davidguglielmina
 

Tendances (20)

#JIPC2015 : message du Ministre de l'Intérieur et des Collectivités territori...
#JIPC2015 : message du Ministre de l'Intérieur et des Collectivités territori...#JIPC2015 : message du Ministre de l'Intérieur et des Collectivités territori...
#JIPC2015 : message du Ministre de l'Intérieur et des Collectivités territori...
 
Appel Des Ecolos Bn
Appel Des Ecolos BnAppel Des Ecolos Bn
Appel Des Ecolos Bn
 
Comprendre le développement durable
Comprendre le développement durableComprendre le développement durable
Comprendre le développement durable
 
AGENDA 21
AGENDA 21AGENDA 21
AGENDA 21
 
Ccas et transition ecologique
Ccas et transition ecologiqueCcas et transition ecologique
Ccas et transition ecologique
 
Développement durable au Maroc_Bilan et Perspectives
Développement durable au Maroc_Bilan et PerspectivesDéveloppement durable au Maroc_Bilan et Perspectives
Développement durable au Maroc_Bilan et Perspectives
 
Livret optimisation des dechets et recyclage par économie circulaire
Livret optimisation des dechets et recyclage par économie circulaire Livret optimisation des dechets et recyclage par économie circulaire
Livret optimisation des dechets et recyclage par économie circulaire
 
Plan sortie crise convention climat
Plan sortie crise convention climatPlan sortie crise convention climat
Plan sortie crise convention climat
 
Introduction au Développement Durable
Introduction au Développement DurableIntroduction au Développement Durable
Introduction au Développement Durable
 
Livret 100% énergies renouvelables
Livret 100% énergies renouvelablesLivret 100% énergies renouvelables
Livret 100% énergies renouvelables
 
0907 Devtdurable Ccil
0907 Devtdurable Ccil0907 Devtdurable Ccil
0907 Devtdurable Ccil
 
Livret sur la planification écologique fFace à l’urgence climatique
Livret sur la planification écologique fFace à l’urgence climatiqueLivret sur la planification écologique fFace à l’urgence climatique
Livret sur la planification écologique fFace à l’urgence climatique
 
Crises climat chantier-du-plan-shift-project
Crises climat chantier-du-plan-shift-projectCrises climat chantier-du-plan-shift-project
Crises climat chantier-du-plan-shift-project
 
Livret Eau, bien commun
Livret Eau, bien commun Livret Eau, bien commun
Livret Eau, bien commun
 
Programme jea 2019_bd
Programme jea 2019_bdProgramme jea 2019_bd
Programme jea 2019_bd
 
Programme des Journées de l'Economie Autrement 2019
Programme des Journées de l'Economie Autrement 2019Programme des Journées de l'Economie Autrement 2019
Programme des Journées de l'Economie Autrement 2019
 
Dossier de presse - Les rendez-vous de la Transition Environnementale
Dossier de presse - Les rendez-vous de la Transition EnvironnementaleDossier de presse - Les rendez-vous de la Transition Environnementale
Dossier de presse - Les rendez-vous de la Transition Environnementale
 
Développement Durable : Concepts, réalité & enjeux (cas de l'Algérie)
Développement Durable : Concepts, réalité & enjeux (cas de l'Algérie)Développement Durable : Concepts, réalité & enjeux (cas de l'Algérie)
Développement Durable : Concepts, réalité & enjeux (cas de l'Algérie)
 
Livret agriculture avenir en commun
Livret  agriculture avenir en communLivret  agriculture avenir en commun
Livret agriculture avenir en commun
 
J Vvs 2007 2011
J Vvs 2007 2011J Vvs 2007 2011
J Vvs 2007 2011
 

Similaire à La participation de tous à la réduction de gaz à effet de serre depuis 2 ans sur le Pays de Fougères

"Des solutions pour ma planète" le Livre Blanc de France Info et 1000 collégiens
"Des solutions pour ma planète" le Livre Blanc de France Info et 1000 collégiens"Des solutions pour ma planète" le Livre Blanc de France Info et 1000 collégiens
"Des solutions pour ma planète" le Livre Blanc de France Info et 1000 collégiens
franceinfo
 
Guide co-d-l-gu-coll-ge-47963
Guide co-d-l-gu-coll-ge-47963Guide co-d-l-gu-coll-ge-47963
Guide co-d-l-gu-coll-ge-47963
Yann Lefebvre
 
developpement_durable_comprendre_et_agir.ppt
developpement_durable_comprendre_et_agir.pptdeveloppement_durable_comprendre_et_agir.ppt
developpement_durable_comprendre_et_agir.ppt
Tipho
 
Réponse d'Anne Grommerch aux associations environnementales
Réponse d'Anne Grommerch aux associations environnementalesRéponse d'Anne Grommerch aux associations environnementales
Réponse d'Anne Grommerch aux associations environnementales
ThionvilleAuCoeur
 
Gaspillage alimentaire
Gaspillage alimentaire Gaspillage alimentaire
Gaspillage alimentaire
Marie BOUVART
 
Programme politique pour bien vivre #EELV
Programme politique pour bien vivre #EELVProgramme politique pour bien vivre #EELV
Programme politique pour bien vivre #EELV
nous sommes vivants
 
Le maire, responsable de la propreté, acteur de la prévention des déchets sau...
Le maire, responsable de la propreté, acteur de la prévention des déchets sau...Le maire, responsable de la propreté, acteur de la prévention des déchets sau...
Le maire, responsable de la propreté, acteur de la prévention des déchets sau...
seineenpartageII
 
CR 05-02-2024 groupe de travail de sensibilisation à la Grande Muraille Verte...
CR 05-02-2024 groupe de travail de sensibilisation à la Grande Muraille Verte...CR 05-02-2024 groupe de travail de sensibilisation à la Grande Muraille Verte...
CR 05-02-2024 groupe de travail de sensibilisation à la Grande Muraille Verte...
Kevin Lognoné
 
Partenariat de sensibilisation aux enjeux de la Grande Muraille Verte
Partenariat de sensibilisation aux enjeux de la Grande Muraille VertePartenariat de sensibilisation aux enjeux de la Grande Muraille Verte
Partenariat de sensibilisation aux enjeux de la Grande Muraille Verte
Kevin Lognoné
 
Dossier partenaire des rénovateurs COP22 COP21
Dossier partenaire  des rénovateurs COP22 COP21Dossier partenaire  des rénovateurs COP22 COP21
Dossier partenaire des rénovateurs COP22 COP21
Les rénovateurs de la planète
 
En quoi le développement durable modifie-t-il les modes de consommation ?
En quoi le développement durable modifie-t-il les modes de consommation ?En quoi le développement durable modifie-t-il les modes de consommation ?
En quoi le développement durable modifie-t-il les modes de consommation ?
Laura Demessine
 
Soutenance fin d\'études
Soutenance fin d\'étudesSoutenance fin d\'études
Soutenance fin d\'études
CyrilMeuley
 
Note d’orientation pour le développement d’une stratégie nationale d’apprenti...
Note d’orientation pour le développement d’une stratégie nationale d’apprenti...Note d’orientation pour le développement d’une stratégie nationale d’apprenti...
Note d’orientation pour le développement d’une stratégie nationale d’apprenti...
UN CC:Learn
 
Programme Climateweek Hd
Programme Climateweek HdProgramme Climateweek Hd
Programme Climateweek Hdsogobs
 
Programme Climateweek Hd
Programme Climateweek HdProgramme Climateweek Hd
Programme Climateweek Hdsogobs
 
MGEN - Regards croisés enseignants et parents sur l'éducation à l'environneme...
MGEN - Regards croisés enseignants et parents sur l'éducation à l'environneme...MGEN - Regards croisés enseignants et parents sur l'éducation à l'environneme...
MGEN - Regards croisés enseignants et parents sur l'éducation à l'environneme...
OpinionWay
 
Webographie EDD
Webographie EDDWebographie EDD
Les Français et l'environnement /ADEME
Les Français et l'environnement /ADEMELes Français et l'environnement /ADEME
Les Français et l'environnement /ADEMEFanny Despouys
 
Slideshow Emma Bellurget et Veronika Tonkha - We Love Green
Slideshow Emma Bellurget et Veronika Tonkha - We Love GreenSlideshow Emma Bellurget et Veronika Tonkha - We Love Green
Slideshow Emma Bellurget et Veronika Tonkha - We Love Green
Veronika Tonkha
 
Perceptions, images et imaginaires du Changement Climatique dans le monde
Perceptions, images et imaginaires du Changement Climatique dans le mondePerceptions, images et imaginaires du Changement Climatique dans le monde
Perceptions, images et imaginaires du Changement Climatique dans le monde
Eldoux
 

Similaire à La participation de tous à la réduction de gaz à effet de serre depuis 2 ans sur le Pays de Fougères (20)

"Des solutions pour ma planète" le Livre Blanc de France Info et 1000 collégiens
"Des solutions pour ma planète" le Livre Blanc de France Info et 1000 collégiens"Des solutions pour ma planète" le Livre Blanc de France Info et 1000 collégiens
"Des solutions pour ma planète" le Livre Blanc de France Info et 1000 collégiens
 
Guide co-d-l-gu-coll-ge-47963
Guide co-d-l-gu-coll-ge-47963Guide co-d-l-gu-coll-ge-47963
Guide co-d-l-gu-coll-ge-47963
 
developpement_durable_comprendre_et_agir.ppt
developpement_durable_comprendre_et_agir.pptdeveloppement_durable_comprendre_et_agir.ppt
developpement_durable_comprendre_et_agir.ppt
 
Réponse d'Anne Grommerch aux associations environnementales
Réponse d'Anne Grommerch aux associations environnementalesRéponse d'Anne Grommerch aux associations environnementales
Réponse d'Anne Grommerch aux associations environnementales
 
Gaspillage alimentaire
Gaspillage alimentaire Gaspillage alimentaire
Gaspillage alimentaire
 
Programme politique pour bien vivre #EELV
Programme politique pour bien vivre #EELVProgramme politique pour bien vivre #EELV
Programme politique pour bien vivre #EELV
 
Le maire, responsable de la propreté, acteur de la prévention des déchets sau...
Le maire, responsable de la propreté, acteur de la prévention des déchets sau...Le maire, responsable de la propreté, acteur de la prévention des déchets sau...
Le maire, responsable de la propreté, acteur de la prévention des déchets sau...
 
CR 05-02-2024 groupe de travail de sensibilisation à la Grande Muraille Verte...
CR 05-02-2024 groupe de travail de sensibilisation à la Grande Muraille Verte...CR 05-02-2024 groupe de travail de sensibilisation à la Grande Muraille Verte...
CR 05-02-2024 groupe de travail de sensibilisation à la Grande Muraille Verte...
 
Partenariat de sensibilisation aux enjeux de la Grande Muraille Verte
Partenariat de sensibilisation aux enjeux de la Grande Muraille VertePartenariat de sensibilisation aux enjeux de la Grande Muraille Verte
Partenariat de sensibilisation aux enjeux de la Grande Muraille Verte
 
Dossier partenaire des rénovateurs COP22 COP21
Dossier partenaire  des rénovateurs COP22 COP21Dossier partenaire  des rénovateurs COP22 COP21
Dossier partenaire des rénovateurs COP22 COP21
 
En quoi le développement durable modifie-t-il les modes de consommation ?
En quoi le développement durable modifie-t-il les modes de consommation ?En quoi le développement durable modifie-t-il les modes de consommation ?
En quoi le développement durable modifie-t-il les modes de consommation ?
 
Soutenance fin d\'études
Soutenance fin d\'étudesSoutenance fin d\'études
Soutenance fin d\'études
 
Note d’orientation pour le développement d’une stratégie nationale d’apprenti...
Note d’orientation pour le développement d’une stratégie nationale d’apprenti...Note d’orientation pour le développement d’une stratégie nationale d’apprenti...
Note d’orientation pour le développement d’une stratégie nationale d’apprenti...
 
Programme Climateweek Hd
Programme Climateweek HdProgramme Climateweek Hd
Programme Climateweek Hd
 
Programme Climateweek Hd
Programme Climateweek HdProgramme Climateweek Hd
Programme Climateweek Hd
 
MGEN - Regards croisés enseignants et parents sur l'éducation à l'environneme...
MGEN - Regards croisés enseignants et parents sur l'éducation à l'environneme...MGEN - Regards croisés enseignants et parents sur l'éducation à l'environneme...
MGEN - Regards croisés enseignants et parents sur l'éducation à l'environneme...
 
Webographie EDD
Webographie EDDWebographie EDD
Webographie EDD
 
Les Français et l'environnement /ADEME
Les Français et l'environnement /ADEMELes Français et l'environnement /ADEME
Les Français et l'environnement /ADEME
 
Slideshow Emma Bellurget et Veronika Tonkha - We Love Green
Slideshow Emma Bellurget et Veronika Tonkha - We Love GreenSlideshow Emma Bellurget et Veronika Tonkha - We Love Green
Slideshow Emma Bellurget et Veronika Tonkha - We Love Green
 
Perceptions, images et imaginaires du Changement Climatique dans le monde
Perceptions, images et imaginaires du Changement Climatique dans le mondePerceptions, images et imaginaires du Changement Climatique dans le monde
Perceptions, images et imaginaires du Changement Climatique dans le monde
 

Plus de Conseil Economique Social et Environnemental

Vers la démocratie culturelle
Vers la démocratie culturelle Vers la démocratie culturelle
Vers la démocratie culturelle
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Les conséquences des séparations parentales sur les enfants
Les conséquences des séparations parentales sur les enfantsLes conséquences des séparations parentales sur les enfants
Les conséquences des séparations parentales sur les enfants
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Repérer, prévenir et lutter contre les discriminations syndicales
Repérer, prévenir et lutter contre les discriminations syndicalesRepérer, prévenir et lutter contre les discriminations syndicales
Repérer, prévenir et lutter contre les discriminations syndicales
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Revenu minimum social garanti
Revenu minimum social garanti Revenu minimum social garanti
Revenu minimum social garanti
Conseil Economique Social et Environnemental
 
La qualité de l'habitat, condition environnementale du bien-être et du mieux ...
La qualité de l'habitat, condition environnementale du bien-être et du mieux ...La qualité de l'habitat, condition environnementale du bien-être et du mieux ...
La qualité de l'habitat, condition environnementale du bien-être et du mieux ...
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Vers une bioéconomie durable
Vers une bioéconomie durable Vers une bioéconomie durable
Vers une bioéconomie durable
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Pleniere economie finances-pme-tpe
Pleniere economie finances-pme-tpePleniere economie finances-pme-tpe
Pleniere economie finances-pme-tpe
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Comment mieux répondre aux besoins en logements dans les territoires ?
Comment mieux répondre aux besoins en logements dans les territoires ?Comment mieux répondre aux besoins en logements dans les territoires ?
Comment mieux répondre aux besoins en logements dans les territoires ?
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Prix et accès aux traitements médicamenteux innovants
Prix et accès aux traitements médicamenteux innovantsPrix et accès aux traitements médicamenteux innovants
Prix et accès aux traitements médicamenteux innovants
Conseil Economique Social et Environnemental
 
L'évolution de la fonction publique et des principes qui la régissent
L'évolution de la fonction publique et des principes qui la régissentL'évolution de la fonction publique et des principes qui la régissent
L'évolution de la fonction publique et des principes qui la régissent
Conseil Economique Social et Environnemental
 
La construction d'une Europe dotée d'un socle des droits sociaux
La construction d'une Europe dotée d'un socle des droits sociaux La construction d'une Europe dotée d'un socle des droits sociaux
La construction d'une Europe dotée d'un socle des droits sociaux
Conseil Economique Social et Environnemental
 
La transition agroécologique : défis et enjeux
La transition agroécologique : défis et enjeuxLa transition agroécologique : défis et enjeux
La transition agroécologique : défis et enjeux
Conseil Economique Social et Environnemental
 
La coproduction à l'heure du numérique : risques et opportunités pour le cons...
La coproduction à l'heure du numérique : risques et opportunités pour le cons...La coproduction à l'heure du numérique : risques et opportunités pour le cons...
La coproduction à l'heure du numérique : risques et opportunités pour le cons...
Conseil Economique Social et Environnemental
 
La politique française de coopération internationale dans le cadre de l’agend...
La politique française de coopération internationale dans le cadre de l’agend...La politique française de coopération internationale dans le cadre de l’agend...
La politique française de coopération internationale dans le cadre de l’agend...
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Justice climatique : enjeux et perspectives pour la France
Justice climatique : enjeux et perspectives pour la FranceJustice climatique : enjeux et perspectives pour la France
Justice climatique : enjeux et perspectives pour la France
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Contribution des emplois de la biodiversité à la transition écologique
Contribution des emplois de la biodiversité à la transition écologiqueContribution des emplois de la biodiversité à la transition écologique
Contribution des emplois de la biodiversité à la transition écologique
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Les certificats de qualification professionnelle (CQP)
Les certificats de qualification professionnelle (CQP)Les certificats de qualification professionnelle (CQP)
Les certificats de qualification professionnelle (CQP)
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Avant-projet de loi de programmation en faveur de l’égalité réelle Outre-mer
Avant-projet de loi de programmation en faveur de l’égalité réelle Outre-mer Avant-projet de loi de programmation en faveur de l’égalité réelle Outre-mer
Avant-projet de loi de programmation en faveur de l’égalité réelle Outre-mer
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Rapport annuel sur l'état de la France en 2016 - Croire toujours en la France
Rapport annuel sur l'état de la France en 2016 - Croire toujours en la FranceRapport annuel sur l'état de la France en 2016 - Croire toujours en la France
Rapport annuel sur l'état de la France en 2016 - Croire toujours en la France
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Le développement de la culture du dialogue social en France
Le développement de la culture du dialogue social en FranceLe développement de la culture du dialogue social en France
Le développement de la culture du dialogue social en France
Conseil Economique Social et Environnemental
 

Plus de Conseil Economique Social et Environnemental (20)

Vers la démocratie culturelle
Vers la démocratie culturelle Vers la démocratie culturelle
Vers la démocratie culturelle
 
Les conséquences des séparations parentales sur les enfants
Les conséquences des séparations parentales sur les enfantsLes conséquences des séparations parentales sur les enfants
Les conséquences des séparations parentales sur les enfants
 
Repérer, prévenir et lutter contre les discriminations syndicales
Repérer, prévenir et lutter contre les discriminations syndicalesRepérer, prévenir et lutter contre les discriminations syndicales
Repérer, prévenir et lutter contre les discriminations syndicales
 
Revenu minimum social garanti
Revenu minimum social garanti Revenu minimum social garanti
Revenu minimum social garanti
 
La qualité de l'habitat, condition environnementale du bien-être et du mieux ...
La qualité de l'habitat, condition environnementale du bien-être et du mieux ...La qualité de l'habitat, condition environnementale du bien-être et du mieux ...
La qualité de l'habitat, condition environnementale du bien-être et du mieux ...
 
Vers une bioéconomie durable
Vers une bioéconomie durable Vers une bioéconomie durable
Vers une bioéconomie durable
 
Pleniere economie finances-pme-tpe
Pleniere economie finances-pme-tpePleniere economie finances-pme-tpe
Pleniere economie finances-pme-tpe
 
Comment mieux répondre aux besoins en logements dans les territoires ?
Comment mieux répondre aux besoins en logements dans les territoires ?Comment mieux répondre aux besoins en logements dans les territoires ?
Comment mieux répondre aux besoins en logements dans les territoires ?
 
Prix et accès aux traitements médicamenteux innovants
Prix et accès aux traitements médicamenteux innovantsPrix et accès aux traitements médicamenteux innovants
Prix et accès aux traitements médicamenteux innovants
 
L'évolution de la fonction publique et des principes qui la régissent
L'évolution de la fonction publique et des principes qui la régissentL'évolution de la fonction publique et des principes qui la régissent
L'évolution de la fonction publique et des principes qui la régissent
 
La construction d'une Europe dotée d'un socle des droits sociaux
La construction d'une Europe dotée d'un socle des droits sociaux La construction d'une Europe dotée d'un socle des droits sociaux
La construction d'une Europe dotée d'un socle des droits sociaux
 
La transition agroécologique : défis et enjeux
La transition agroécologique : défis et enjeuxLa transition agroécologique : défis et enjeux
La transition agroécologique : défis et enjeux
 
La coproduction à l'heure du numérique : risques et opportunités pour le cons...
La coproduction à l'heure du numérique : risques et opportunités pour le cons...La coproduction à l'heure du numérique : risques et opportunités pour le cons...
La coproduction à l'heure du numérique : risques et opportunités pour le cons...
 
La politique française de coopération internationale dans le cadre de l’agend...
La politique française de coopération internationale dans le cadre de l’agend...La politique française de coopération internationale dans le cadre de l’agend...
La politique française de coopération internationale dans le cadre de l’agend...
 
Justice climatique : enjeux et perspectives pour la France
Justice climatique : enjeux et perspectives pour la FranceJustice climatique : enjeux et perspectives pour la France
Justice climatique : enjeux et perspectives pour la France
 
Contribution des emplois de la biodiversité à la transition écologique
Contribution des emplois de la biodiversité à la transition écologiqueContribution des emplois de la biodiversité à la transition écologique
Contribution des emplois de la biodiversité à la transition écologique
 
Les certificats de qualification professionnelle (CQP)
Les certificats de qualification professionnelle (CQP)Les certificats de qualification professionnelle (CQP)
Les certificats de qualification professionnelle (CQP)
 
Avant-projet de loi de programmation en faveur de l’égalité réelle Outre-mer
Avant-projet de loi de programmation en faveur de l’égalité réelle Outre-mer Avant-projet de loi de programmation en faveur de l’égalité réelle Outre-mer
Avant-projet de loi de programmation en faveur de l’égalité réelle Outre-mer
 
Rapport annuel sur l'état de la France en 2016 - Croire toujours en la France
Rapport annuel sur l'état de la France en 2016 - Croire toujours en la FranceRapport annuel sur l'état de la France en 2016 - Croire toujours en la France
Rapport annuel sur l'état de la France en 2016 - Croire toujours en la France
 
Le développement de la culture du dialogue social en France
Le développement de la culture du dialogue social en FranceLe développement de la culture du dialogue social en France
Le développement de la culture du dialogue social en France
 

La participation de tous à la réduction de gaz à effet de serre depuis 2 ans sur le Pays de Fougères

  • 1. La participation de tous à la réduction de gaz à effet de serre depuis 20 ans sur le Pays de Fougères La classe de CM1/CM2 de l’école Notre Dame à Landéan Avril 2015 Édition spéciale
  • 2. Mardi 28 avril 2015 CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Mandature 2010-2015 – Séance du 28 avril 2015 Ilann Barbedette, Victoire Degasne, Camille Grouazel, Gaël Jeuland, Karine Logeais, Maëlle Massin, Maxence Maulave, Inès Messier, Maxence Mottay, Léa Niveaux, Lou Pautonnier, Elodie Roizil, Adeline Ronceray, Melvin Travers, Cloé Bourel, Kilian Delin, Shaann Fontaine, Méline Gardan, Meg Gaudot,Thaô Herisson, Benjamin Maud’hui, Lola Monthorin, Maëlys Piron, Malo Royer, LorisViel et leur professeure Diana Lefeuvre. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES Rapport et avis présentés par les élèves de la classe CM1/CM2 de l’école Notre-Dame à Landéan
  • 3. Sommaire Editos_______________________________________5 Préface______________________________________9 „„ Processus suivi à la manière du CESE 10 „„ Le point de départ : l’alerte au niveau mondial 13 ÊÊ Le GIEC, L’ONU et les sommets 13 ÊÊ Les recherches 13 „„ En France depuis quand ? Qui ? 17 „„ Les résultats : l’évolution des émissions 17 „„ L’évolution et le rôle de l’école et de l’éducation en général 18 ÊÊ Les manuels 18 ÊÊ Les programmes 18 „„ La mobilisation de tous 21 ÊÊ L’énergie 21 „„ Les transports 23 „„ L’agriculture 25 „„ La forêt 27 „„ Le bâtiment 28 „„ L’industrie 29 „„ Nos préconisations pour la participation de tous à la réduction des émissions à Effet de Serre 33 ÊÊ Nos préconisations pour l’énergie  33 ÊÊ Nos préconisations pour le transport  34 ÊÊ Nos préconisations pour l’agriculture  34 ÊÊ Nos préconisations pour la forêt  35 ÊÊ Nos préconisations pour le bâtiment 35 ÊÊ Nos préconisations pour l’industrie 35 ÊÊ Nos préconisations pour l’Éducation de tous 36
  • 4. Annexes____________________________________ 37 Nos pièces de théâtre_______________________________________________ 37 La biodiversite s’evapore________________________________________________ 38 Au poële _______________________________________________________________ 40 Le covoitur’âge_________________________________________________________ 41 Changer en famille______________________________________________________ 42 École’ogie climatique____________________________________________________ 43 Isol’action______________________________________________________________ 44 TGV : Très Grande Vitesse pour le climat__________________________________ 45 L’agriculture au four_____________________________________________________ 47 Chacun chez soi, quoique !_______________________________________________ 48 « Hêtres » en danger_____________________________________________________ 49 Méthode pour le développement durable ________________________________ 50
  • 5.
  • 6. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 5 Editos Jean-Paul DELEVOYE, Président du CESE. Éclairer l’avenir, construire collectivement notre futur, accompagner les mutationsdesociétéetposerdemanièreapaisélesdéfisàlongterme… telle est la vocation du Conseil économique, social et environnemental. Je me réjouis que notre Assemblée, sensible aux générations futures, ait pris l’initiative de travailler non seulement pour elles mais avec elles en associant étroitement des classes aux réflexions de la section. Leur apport est remarquable d’intelligence et de maturité, combinant une conscience très claire des enjeux à une ferme volonté d’agir et d’apporter des réponses. A l’évidence, cette nouvelle génération développe un autre rapport de l’homme à son environnement, naturel mais aussi social. Nous pouvons compter sur leur engagement pour relever ce défi formidable du XXIe siècle de concilier performance économique, performance sociale et performance environnementale. L’enjeu du changement climatique n’est pas qu’environnemental ni même économique, il est éminemment politique. Face à un risque avéré et proche, en présence d’un diagnostic mondialement partagé, quelle est la capacité des hommes à élaborer et suivre une politique commune à moyen et long terme ? L’inaction est un surcoût, elle est également le plus bref chemin vers l’affrontement des uns contre les autres. Anticiper, agir et faire agir, c’est se donner la chance, par la négociation et le dialogue, d’écrire un avenir pour chacun et pour tous. Tous nos remerciements vont aux élèves et aux équipes éducatives. Teilhard de Chardin résume très bien cela « l’avenir appartient à celles et ceux qui offrent aux générations futures les raisons d’espérer ».
  • 7. 6 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Anne-Marie DUCROUX, Présidente de la section de l’Environnement au CESE. Devenir citoyen, ne se limite pas à apprendre une somme de petits gestes utiles pour la planète par exemple, ou à comprendre dans un manuel ce qu’est un département, une région ou le Parlement… C’est aussi apprendre à réfléchir aux questions communes et apprendre à participer aux débats de la société. « En vrai ». Nous constatons, au CESE, la richesse de débattre, trouver des accords, identifier les désaccords, et proposer des pistes d’évolution pour l’avenir. Nous nous emparons de questions qui intéressent les citoyens d’aujourd’hui, comme les citoyens de demain. Pour ce faire, nous nous documentons, rencontrons des personnalités, des experts. Des comptes-rendus d’auditions sont partagés. Un rapporteur est désigné pour la section et nous bâtissons au final un document dans lequel sont réunies nos analyses et nos recommandations. Dès lors, notre proposition à votre égard, consistait non seulement à vous voir aborder une grande question comme le climat, intéressant toute la société, mais aussi à entrer « en vrai » dans le débat avec des adultes et entre élèves, pour encourager la contribution de chacun et trouver une opinion partagée si possible entre le plus grand nombre. À la manière éprouvée chaque semaine par le CESE. Échanger par visioconférence fut notre première étape pour écouter votre manière decomprendrecetenjeu.Puisvousinviterlorsdenotreséanceplénière, pour vous entendre restituer votre travail collectif devant la 3ème Assemblée voulue par la République… un grand pas d’entrée dans l’exercice de la citoyenneté. Enfin, vous donner la parole à nouveau lors du colloque Vivre ensemble du CESE consacré au climat. Une chose est sûre, après ce partage entre la classe de CM1/CM2 à Landéan, en IIle-et-Vilaine, comme avec celles du collège de Gien dans le Loiret et du lycée d’Angers dans le Maine et Loire, tous les conseillers de la section de l’Environnement sont heureux d’avoir partagé avec vous ces moments, et rencontré les citoyens d’aujourd’hui qui seront aussi les citoyens de demain. Il ne restait plus qu’à faire de votre travail… une publication du CESE à part entière ! C’est chose faite.
  • 8. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 7 Gaël VIRLOUVET, Rapporteur de l’avis Vingt ans de lutte contre le réchauffement climatique en France : bilan et perspectives des politiques publiques, au nom de la section de l’Environnement du CESE. La lutte contre le réchauffement climatique est une question majeure du 21ème siècle. Le monde dans lequel vont grandir et vivre les enfants nés après 2000 dépendra de notre capacité collective à répondre à ce défi. Paris accueille en 2015 la 21ème conférence internationale des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21). Ce rendez- vous important est l’occasion de faire le point sur les démarches de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans notre pays. La France veut diviser par 4 ses émissions de GES entre 1990 et 2050. Pour y parvenir, la participation de tous est nécessaire. Les CM1-CM2 de l’école Notre-Dame de Landéan ont accepté de se pencher sur ce sujet. Après avoir passé en revue les manuels scolaires, ils ont observé les évolutions en cours sur leur territoire. Ils ont auditionné les principaux acteurs locaux. A partir des éléments rassemblés, les élèves ont construit leur réflexion collective. Leur rapport est de grande qualité. Il doit être lu avec attention. Leur constat illustre la situation actuelle, où apparaissent les prémices des changements à venir. Il témoigne aussi de la complexité du sujet climatique, de la confrontation entre la demande collective d’une métamorphose et les difficultés concrètes du changement. Enfin, leurs préconisations dessinent le monde dans lequel ils ont envie de vivre. Aux adultes que nous sommes, les enfants de Landéan demandent d’accepter de changer. Changer pour éviter que le réchauffement climatique ne vienne sonner le glas d’une vie authentiquement humaine sur terre, ne mette fin à la beauté du monde que nous connaissons. Pour autant, loin de tout catastrophisme, les élèves décrivent des solutions concrètes et invitent à regarder l’avenir avec espoir. A travers les pièces de théâtre en annexe, ils nous rappellent que la pédagogie sur un sujet sérieux passe aussi par les rires et la légèreté.
  • 9. 8 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Tout d’abord un grand merci à toutes les personnes qui ont rendu cette incroyable expérience possible.
  • 10. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 9 Préface L’école Notre Dame de Landéan est une école rurale de 5 classes en Haute Bretagne dont 1/3 de la commune est recouvert par une hêtraie, la forêt domaniale de Fougères. L’école est entourée de champs et c’est tout naturellement que les enfants sont attirés par tout ce qui touche leur environnement et la nature. En novembre dernier l’école a d’ailleurs reçu le 9ème trophée breton du Développement Durable dans la catégorie enseignement pour son projet de jardin. Les enfants ont assuré sa réalisation du début à la fin et suite à diverses interventions sur les circuits- courts alimentaires, l’alimentation, l’eau… Ils ont décidé de faire un jardin au naturel. Ce projet de participation de classes à un avis du CESE m’est apparu comme une opportunité exceptionnelle de poursuivre sur cette dynamique écocitoyenne avec ma classe de CM1/ CM2. Je tiens à préciser queceprojetestpournousunprojetd’annéeauqueltouslesdomainesd’enseignementdel’école primaire contribuent (Éducation civique, Géographie, Sciences, Technologie, Mathématiques, Littérature…).Ilpermetainsidedonnerdusens,commejen’avaisjamaisréussiàlefaireauparavant, à de nombreux apprentissages, savoirs, savoir-faire et savoirs être. Des saynètes ont d’ailleurs été réalisées par les élèves à l’occasion (cf. annexes). Avec ce beau projet, j’ai découvert en tant que professionnelle de l’éducation une relation entre les enfants et les adultes que je n’avais pas encore observé. Lors des différentes auditions, l’adulte n’était pas, comme habituellement, là pour apporter une connaissance, un savoir-faire sur un domaine donné. Il ne s’agissait pas d’apprendre quelque chose aux enfants mais bien de leur rendre compte d’une situation, établir un état des lieux. Le rapport n’était pas le même, je l’ai vraiment ressenti comme un rapport d’égal à égal ou du moins de citoyen d’aujourd’hui à citoyen de demain. Ce projet a été un outil exceptionnel d’éducation citoyenne. Il a permis aux élèves de prendre conscience de l’importance de comprendre le fonctionnement de notre démocratie. Les élèves se sont appliqués à suivre avec beaucoup de rigueur le cadre posé, fiers de pouvoir faire à la manière du CESE. Les élèves qui ont assumés à tour de rôle la fonction de président et de rapporteur y ont trouvé une véritable satisfaction personnelle. Les 26 élèves de la classe espèrent avoir réussi le triple challenge qu’ils s’étaient fixés lors du lancementduprojet.Toutd’abord,ilsespèrentavoirpuprouverquedesenfantspeuventdonnerleur avissurlechangementclimatique,qu’ilssontcapabledecomprendreetréfléchirsurlesconstatsetles enjeux d’une problématique particulièrement complexe. Ensuite, ils espèrent que cette expérience avecleCESEpourraàl’avenirêtreproposéeàd’autresclassesdeprimaire.Enfin,ilssouhaitentquele changementclimatiquesoitétudiépartouslesenfantsetqueceux-cipuissentàleurtouragiretfaire réagirlesadultespourlimiterensemblelesémissionsdeGazàeffetsdeserre(GES). Leurregardsurlaproblématiqueestparticulièrementintéressant,lesenfantsvontàl’essentiel, lasurviedel’espècehumaine.Lepointdevuen’estpaslemêmeetlaconfrontationaveclediscours et les freins identifiés par les adultes est particulièrement intéressante et enrichissante. Ce projet a été aussi l’occasion de comprendre que la mobilisation de tous les acteurs est nécessaire pour réussir à changer le processus en cours. Il ne s’agit pas que du problème des personnesquivontseretrouveràParisfin2015pourdiscutermaisbiendechacundenous,denos proches, voisins… ou les lointains habitants de la planèteTerre. Diana Lefeuvre, professeure des écoles École Notre Dame de Landéan.
  • 11. 10 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Processus suivi à la manière du CESE M. Virlouvet est venu nous présenter le projet et l’avis du CESE. Nous avons choisi avec lui qui nous allions inviter. Mme Lefeuvre a ensuite envoyé les invitations. Tout le monde a répondu oui et ça c’est bien. Nous avons préparé la première audition et nous avons décidé de les faire comme au CESE. Nous avons choisi un président et un rapporteur pour chaque audition. A chaque fois le rapporteur et le président ont préparé l’audition avec Mme Lefeuvre pendant les APC. Nous avons préparé ensemble en classe les autres questions. Nous avons fait et filmé les auditions. Nous avons pris des notes. Le lendemain, nous avons fait des comptes-rendus en mettant en commun nos notes. Nous les avons complétés avec les vidéos que les rapporteurs et les présidents ont regardées avec Mme Lefeuvre. Nous avons décidé de suivre à peu près le même plan que le CESE pour notre rapport et notre avis. Nous avons aussi écrit sept saynètes à partir de nos préconisations. Certains ont eu du mal à se tenir pendant les auditions d’environ une heure et quart. Tous ceux qui ont été rapporteurs ou présidents ont bien aimé mener la séance. Nous avons aimé préparer les auditions et prendre des notes. Nous avons aussi bien aimé pouvoir visiter la Sagem.
  • 12. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 11 Les personnes auditionnées : 33 M. SORRE, responsable environnement à la SNCF Bretagne 33 M. Steven BOBE, chargé de mission énergie, climat à la Région Bretagne 33 M. Jean Philippe BELLAY, responsable pédagogique premier degré de l’ institut supérieur de formation des maitres de l’Enseignement Catholique à Rennes ( ISFEC), membre du groupe de veille en sciences au niveau du secrétariat national de l’enseignement Catholique 33 M. Fréderic MARCHAND, chargé de mission énergie au pays de Fougères 33 M. Thierry BENOIT, député et président du pays de Fougères 33 Mme Justine Le DREVO, directrice de l’école 33 Mme Valérie MATHELIER, responsable environnement du site de Fougères Safran/ Sagem, premier employeur privé du pays de Fougères 33 M. Dominique RAMARD, conseiller régional en charge des dossiers énergie et climat 33 M. Jean JOUZEL, glaciologue, chercheur membre du GIEC et conseiller au CESE
  • 13. 12 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Travailler à la façon du CESE, c’était comme si on était des grands. C’était bien que les personnes invitées acceptent de venir nous voir. Ils ne nous ont pas pris pour des enfants mais comme pour des adultes, ils nous ont parlé de choses sérieuses. Parfois ils ne savaient pas trop comment nous expliquer sans dire des mots compliqués. Les auditions étaient longues mais très intéressantes. La dernière audition avec M. Jean Jouzel était spéciale. Nous l’avons fait à Fougères et nous avons invité 6 autres classes à venir l’écouter. Nous avons eu beaucoup de chance de pouvoir le rencontrer. Nous avons aussi bien aimé aller à Rennes pour notre « propre audition » avec le CESE en visioconférence, nous étions dans la salle immersive de l’Université Européenne de Bretagne.
  • 14. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 13 Rapport Le point de départ : l’alerte au niveau mondial Le GIEC, L’ONU et les sommets Il y a 20 ans, on ne parlait pas de changement climatique. Les premiers à parler du changement climatique, ce sont les chercheurs du GIEC comme M. Jean Jouzel. Après il y a eu plusieurs sommets mondiaux où on en a parlé de plus en plus. Les recherches Les chercheurs sont d’accord pour dire qu’aujourd’hui le réchauffement climatique est surtout dû à l’homme. Depuis la naissance de la terre, le climat a beaucoup changé. C’est très compliqué. Il y a plusieurs choses qui peuvent faire changer le climat. –– La trajectoire de la terre autour du Soleil qui peut changer et passer de la forme d’un ballon de rugby à celle d’un ballon de foot –– L’axe de la terre sur lequel elle tourne qui peut bouger légèrement comme celui d’une toupie –– L’activité du soleil –– Sur terre dans l’atmosphère on peut avoir comme une sorte de couverture qui peut empêcher les rayons du soleil de passer et de réchauffer la terre (c’est peut-être ce qui s’est passé avec les dinosaures, avec des volcans ou une météorite).
  • 15. 14 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL –– On peut aussi avoir comme une sorte de couverture translucide plus ou moins importante qui laisse passer les rayons du soleil mais qui empêche plus ou moins aussi la chaleur de partir dans l’espace. C’est ce qu’on appelle les Gaz à effet de serre (GES), c’est le même principe que dans les serres que nous avons réalisé pour notre jardin. Chaque élève a réalisé une maquette de serre à l’échelle. Elles nous servent dans notre classe pour nos plants de tomates Sans les GES, la vie sur Terre ne serait pas possible il ferait trop froid mais avec trop de GES il ferait trop chaud et la vie telle que nous la connaissons ne serait plus possible
  • 16. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 15 Des chercheurs étudient les climats du passé. Les glaciologues comme Jean Jouzel peuvent comprendre ce qui s’est passé en étudiant ce qu’ils trouvent dans des carottes de glace faites dans l’Antarctique ou au Groenland. Les changements climatiques ont été fréquents dans l’histoire de la terre mais souvent cela laissait le temps à la nature de s’adapter. En France, il y a 21  000 ans, les hommes préhistoriques pouvaient aller à pied de notre France à l’Angleterre actuelles.
  • 17. 16 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL On voit bien que les GES et la température sur la terre sont liés mais on voit aussi qu’il n’y a jamais eu autant de GES dans l’air que maintenant. Les chercheurs constatent que la température sur la terre augmente. La fonte de la banquise doit nous alerter sur les conséquences du changement climatique. Différence de température entre 2010 /1970 (Hansen et al. , 2011) Réchauffement moyen de 0. 66 °C ; deux fois plus en Arctique.
  • 18. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 17 En France depuis quand ? Qui ? En France on a vraiment commencé à en parler avec le grenelle de l’environnement en 2007. Il y a 20 ans à la Région on ne parlait pas de changement climatique. La région ne s’en occupe que depuis 2006, quand l’État français lui a demandé de le faire, avant ils n’avaient pas le droit, ce n’était pas leur mission. En 2005, on a crée la mission énergie au Pays de Fougères. Au début il n’y avait qu’un conseiller M. Marchand, aujourd’hui ils sont 5. Quand M. Ramard est devenu maire en 2008, il devait être dans les seuls à réfléchir à la question de l’énergie et du climat en Bretagne, il y avait juste une trentaine de communes autour de Rennes à avoir signé un engagement. Aujourd’hui tous les maires sont au courant et on peut dire que 1/3 des communes sont vraiment engagées sur notre région. Les habitants du Pays de Fougères sont aussi de plus en plus au courant surtout grâce la télévision et internet. Les résultats : l’évolution des émissions Les GES ont diminué sans trop d’actions en Bretagne mais ce n’est pas assez pour arriver à l’objectif de 2050 (seulement 12 % au lieu de 52 %).
  • 19. 18 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL L’évolution et le rôle de l’école et de l’éducation en général De plus en plus de personnes croient au changement climatique mais tous les gens ne sont pas encore convaincus. Il faut leur expliquer pour qu’ils comprennent que c’est vrai. Ca a déjà commencé à changer. C’est compliqué de prendre conscience qu’il y a quelque chose qui est en train de changer car c’est peut-être que dans 20 ou 30 ans que les conséquences seront très graves et que l’on verra vraiment le changement climatique. Les manuels Nous avons regardé plus de 40 manuels de cycle 3. Nous constatons que depuis 20 ans la plupart des manuels de sciences parlent de sources d’énergies, d’énergies renouvelables et d’économies d’énergie. On trouve parfois, en sciences, des informations sur les habitations et les économies d’énergie à la maison. Nous avons trouvé les climats dans tous les livres de géographie, ainsi que l’agriculture et l’industrie. Nous avons souvent trouvé des informations sur la réduction des pesticides en agriculture et de la pollution dans l’industrie. Nous n’avons pas trouvé le réchauffement climatique et/ou l’effet de serre dans les manuels avant 2006. Nous les avons trouvés dans tous les manuels de sciences édités après 2010 mais deux seulement expliquent ce que c’est. Nous avons trouvé deux manuels de géographie, un de 2006 et un de 2012 mais là aussi on en parle sans l’expliquer. Les manuels sont là pour nous expliquer les choses mais nous constatons que sur les 8 manuels qui en parlent, seuls deux expliquent ce que c’est. Nous pensons qu’il faut faire quelque chose car beaucoup d’enfants vont les regarder et si on ne trouve pas les bonnes informations, ça ne sert à rien de les faire. Nous pensons que des enfants peuvent comprendre avec des schémas pour expliquer et juste un texte pour résumer les schémas… Certains pensent que les manuels expliquent des petites choses mais pas l’essentiel, ils ne développent pas assez. Nous pensons que pour parler du changement climatique, les manuels ce n’est pas ce qui est de mieux. Les programmes Ce que l’on fait toute l’année en classe a été décidé par un groupe de personnes en 2008 qui ont rédigé les programmes. Les programmes nous apprennent des choses. En 2015, ils devraient à nouveau changer. Ils changent régulièrement tous les 6-10 ans car il y a des nouvelles choses à apprendre. Avant 1996, il n’y avait pas d’informatique ; mais si des choses sont rajoutées, il faut aussi en enlever sinon cela en fait trop.
  • 20. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 19 Les marées noires polluent la mer et tuent des animaux. Après des grandes marées noires, on a mis la protection de l’environnement à l’école (en 1996). On pollue souvent sans s’en apercevoir. C’est important d’apprendre à l’école à protéger notre planète. Dans les programmes de 2008 et ceux d’avant on ne parle pas de réchauffement climatique. On en parle un peu dans les progressions qui ont été rajoutées en sciences en 2012 pour le CM2 : Élémentsdeconnaissancesetdecompétencessurl’environnementetdéveloppement durable L’air et les pollutions de l’air. –– Mobiliser ses connaissances dans les différents domaines et disciplines et rechercher des solutions alternatives pour agir sur la pollution de l’air. Vocabulaire : réchauffement climatique, effet de serre. On ne l’étudiait pas avant 2008 car avant les chercheurs n’étaient pas assez sûrs ; mais maintenant ils sont plus sûrs. Le changement climatique n’est pas dans les programmes comme un savoir, un fait à enseigner mais il permet de réfléchir de faire des hypothèses et de travailler sur la démarche scientifique. A l’école on ne doit pas apprendre que des savoirs mais aussi des savoirs faire et des savoirs être car plus tard le monde va changer et c’est nous qui devrons nous en occuper. On ne peut pas enseigner ce dont on n’est pas sûr sur le changement climatique mais on peut observer les faits, les constats comme les températures qui montent, la fonte de la banquise et des glaciers, l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère, le niveau de la mer qui monte, les plantes et les animaux qui vont du Sud vers le Nord pour trouver la température dont ils ont besoin… Les plantes qui commencent à pousser plus tôt. On peut aussi étudier l’impact du changement climatique sur les chaines alimentaires. Toute chaine commence par des plantes, s’il n’y a plus certaines plantes c’est toute la chaine qui disparait. Les chaines alimentaires sont fragiles, si on casse un morceau, tout se casse.
  • 21. 20 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL On peut aussi étudier tout ce qui émet du CO2 surtout ce qui est lié aux êtres humains. Les sources d’émissions de GES dues à l’homme
  • 22. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 21 La mobilisation de tous L’énergie Comme il y a 20 ans, nous continuons à utiliser beaucoup les énergies fossiles mais il va y en avoir de moins en moins et cela coûtera de plus en plus cher. En plus, les énergies fossiles polluent beaucoup. Il y a 20 ans, il n’y avait pas beaucoup d’énergies renouvelables en Bretagne. Aujourd’hui nous en avons mais nous n’en avons pas assez. Il faut continuer à en mettre. Dans notre commune, il ne peut pas y avoir d’éoliennes, nous sommes sur une voie aérienne pour les entraînements militaires. M. Ramard nous a dit avoir justement un rendez-vous avec un Général pour essayer de remonter la hauteur de ces voies et permettre de mettre des éoliennes. Dans certains endroits ce sont les habitants qui se sont mis ensemble pour financer la construction d’éolienne ; nous trouvons que c’est une bonne idée solidaire. Un de nos exposés sur les sources et formes d’énergies : la production d’électricité avec l’énergie hydraulique EnBretagne,nousneproduisonsque12 %del’électricitéquenousconsommons.Nousne sommes pas autonomes. Nous la faisons venir de loin, nous en perdons beaucoup en chemin, en plus elle vient souvent de centrales thermiques ou nucléaires. En Bretagne, il n’y a pas de centrales nucléaires, en 2012 les conseillers de la Région ont voté qu’ils n’en voulaient pas. L’objectif de la Région, c’est de produire en 2050 en Bretagne plus de 50 % de l’énergie dont nous avons besoin avec les énergies marines.
  • 23. 22 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Les gens font plus attention maintenant à l’énergie qu’il y a 20 ans mais cela ne suffit pas
  • 24. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 23 Les transports Dans les villes, on commence à développer la multimodalité. Nous avons comparé tous les moyens de transport. Le train est celui qui fait le moins de GES, la voiture est celui qui en fait le plus surtout quand il n’y a qu’une personne dedans. Nous avons appris que le train était économique car il marche sur l’ERRE. Il glisse sur les rails. Il prend de l’élan et après il continue à rouler avec les moteurs coupés. Cela permet de faire de sacrées économies. Pour bien en profiter, les chauffeurs sont formés à l’éco-conduite et ils ont des cartes avec le relief pour profiter au maximum des descentes et des montées. Les nouveaux trains sont plus économiques, les moteurs consomment moins d’électricité et ils sont de plus en plus aérodynamiques. La Bretagne a aussi acheté des trains à deux étages pour transporter plus de voyageurs. Un train = toutes ces voitures
  • 25. 24 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Le problème c’est que nous n’avons plus de train à Fougères. Il faut prendre le car pour aller prendre le train à Laval ou à Rennes mais il n’y a pas beaucoup d’horaires. Pour aller au CESE, des adultes nous emmènent jusqu’à Laval dans leur voiture, c’est compliqué. Beaucoup de gens voudraient que le train reviennent à Fougères ; M. Benoit président du Pays est pour mais M. Ramard de la Région nous a dit que c’était compliqué car cela coûte très cher. En attendant, il faut mieux prendre le car que la voiture. Un bus en ville c’est toutes ces voitures en moins qui polluent et émettent des GES Il y a de plus en plus de covoiturage mais il n’y a la plupart du temps qu’une personne par voiture. Il y a aussi trop de camions sur les routes et pas beaucoup de marchandises transportées par les trains, cela produit beaucoup de GES
  • 26. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 25 L’agriculture L’agriculture est un point que nous avons beaucoup abordé en classe car en Bretagne c’est 40 % des GES et au niveau du pays de Fougères c’est encore plus 61 %. Les GES que nous trouvons dans l’agriculture sont le méthane qui vient des animaux, le protoxyde d’azote qui vient de l’engrais et un peu de CO2 qui vient des véhicules. Avec notre projet jardin, nous avons aussi vu que les circuits courts alimentaires permettaient aussi de réduire les GES car il y a moins de trajets et en plus cela permet aux agriculteurs locaux de travailler. Le problème est que cela coûte encore un peu trop cher. Tout le monde à l’école voudrait pouvoir manger des produits locaux durables mais pour l’instant cela coûte trop cher. Les cantines ont besoin d’aide pour le faire. Sur le Pays de Fougères, il y a beaucoup de vaches laitières. Pour réduire le méthane, il y a aussi ce que mangent les animaux. Une vache par exemple quand elle mange du maïs comme c’est plus dur à digérer elle va rejeter plus de pets et de gaz que si elle mange du lin. Le lin va être plus facile à digérer et elle va donc moins rejeter de GES. Pour les exploitations laitières du pays de Fougères, les bâtiments de la ferme ne consomment presque pas d’énergie car ils n’en ont pas besoin à part la salle de traite avec la pompe de la machine à traire.
  • 27. 26 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Un papa d’élève agriculteur vient d’installer des panneaux photovoltaïques sur un hangar Pour réduire le méthane, il y a la méthanisation. Elle utilise le méthane des déchets de l’élevage, surtout les déjections des animaux, pour en faire de l’énergie. Ce qui reste, le digestat, peut servir d’engrais. Cela remplace l’engrais artificiel qui produit beaucoup de protoxyde d’azote. Il y a plusieurs projets sur le Pays de Fougères.
  • 28. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 27 La forêt Nous avons appris que des recherches ont été faites dans notre forêt sur les effets de l’augmentation des GES. Nous avons aussi découvert que le hêtre risque de disparaître d’une grande partie de la France avec le changement climatique car il a besoin d’humidité. Il risque à l’avenir d’y avoir moins de hêtre dans notre forêt. Pour nos enfants ce ne sera peut-être plus une hêtraie. Suite à la tempête de 1999, l’INRA a conseillé à l’ONF de planter du chêne plutôt que du hêtre.
  • 29. 28 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Le bâtiment Il y a 20 ans, les maisons n’étaient pas isolées parce qu’on n’y pensait pas et cela coutait cher. Les nouvelles maisons que l’on construit sont beaucoup plus isolées qu’avant. C’est toujours un problème d’argent. Maintenant, on y pense mais pas assez. Dans le pays de Fougères, c’est ce qui consomme le plus d’énergie, presque la moitié. On doit rénover petit à petit. On doit aussi penser au chauffage. On peut utiliser le bois et des chaudières économiques qui consomment moins. Il faut aussi penser à la ventilation. Mettre les fenêtres au Sud, ils n’y ont pas pensé quand ils ont fait notre cantine il y a 2 ans. Il faut continuer à aider les gens à isoler leurs maisons surtout ceux qui n’ont pas les moyens. Il faut de l’argent et des personnes pour les conseillers comme au pays de Fougères. Beaucoup de gens ne savent pas à qui s’adresser. M. Ramard nous a dit que l’objectif de la région est de rénover 45 000 maisons par an. Mais cela ne sert à rien d’isoler si on laisse les portes ou les fenêtres ouvertes ou si on met le chauffage à fond. Il faut faire attention tous les jours à ce qu’on fait et mettre des pulls. Le pays de Fougères a beaucoup de projets. Ils ont commencé à aborder la question mais il reste beaucoup à faire  : plus d’actions pour isoler plus les maisons, mettre plus d’énergies renouvelables et faire en sorte que les gens comprennent ce qui se passe.
  • 30. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 29 L’industrie Des entreprises font beaucoup d’efforts pour réduire les GES. Nous avons visité l’usine SAFRAN/ SAGEM à Fougères. Ils nous ont invités pour nous montrer les actions qu’ils ont menées depuis 20 ans. Il y a des salles immenses mais aussi beaucoup de bureaux et de robots. Pour transporter les colis, les pièces et les déchets dans l’usine, ils utilisent un petit train. Ils fabriquent des cartes électroniques comme pour les moteurs des avions A380. La sécurité est très importante car le danger est partout et les composants électroniques fragiles, nous portions des blouses et des talonnettes. Nous avons vu des machines capables de déposer très vite les composants sur les cartes. Les personnes surveillent et réparent les cartes sur les lignes, c’est un travail très minutieux et précis. C’est très impressionnant.
  • 31. 30 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Quand on fabrique quelque chose dans une usine, il y a pleins de choses qui peuvent produire des GES. Beaucoup de pièces viennent d’Asie, d’Inde ou de Chine. Le site de Fougères fait partie de Safran qui mène aussi des actions avec les fournisseurs de matières premières. Ils doivent préserver l’environnement et Safran les contrôle pour ça. Safran travaille sur l’éco- conception depuis plusieurs années. Par exemple, pour les moteurs des avions, ils travaillent pour diminuer la consommation énergétique des avions. Ils essayent d’optimiser les transports en évitant les camions « à vide » et en privilégiant les transporteurs locaux. Ils forment les transporteurs à l’éco-conduite et demandent aux transporteurs de couper leur moteur quand ils chargent ou déchargent des marchandises. Ils n’utilisent pas le train pour le transport de marchandises. La consommation en électricité par an est de 8 000 MWH, c’est la consommation annuelle de 1  600 foyers. Pour réduire leur consommation, ils mettent de l’éclairage automatique dans certains sanitaires, ils mettent de l’éclairage par ilot pour que ce soit plus facile à éteindre lors des pauses ou à la fin de la journée. Ils remplacent les vieux éclairages par des éclairages à basse consommation. Pour chauffer l’usine il faut 7 000 MWH c’est le chauffage annuel de 350 foyers. Pour réduire leur consommation, ils suivent leur consommation et ont changé leur chaudière il y a deux ans, c’est 20 % d’énergie utilisée en moins. Ils isolent aussi petit à petit les bâtiments quand ils ont été faits, les personnes ne pensaient pas à tout cela ( rénovation des façades, double-vitrage, isolation des portes d’entrée, groom, bâchage des puits de lumière l’été, débâchage l’hiver). Ils sensibilisent aussi le personnel aux éco-gestes, aux économies d’énergie à l’usine (éteindre son ordinateur, les lumières, ne pas trop utiliser la climatisation…) mais aussi à la maison et dans les transports. Ils trient et valorisent maintenant 100 % de leurs déchets. Les plastiques et les cartons sont compactés pour faire des grandes balles.Tout le personnel a été sensibilisé au tri sélectif par matière au poste de travail.
  • 32. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 31 Le petit train récolte et permet de trier tous les déchets. Pour les déplacements professionnels, ils favorisent les conférences téléphoniques et le covoiturage entre les sites. Pour les déplacements « domicile-travail », ils proposent aussi des formations d’éco-conduite aux personnes volontaires, nous avons également vu un tableau de covoiturage. En 2013, Safran a entrepris un partenariat avec l’association Pur Projet pour sensibiliser le personnel au RC et à la préservation de la forêt primaire.
  • 33.
  • 34. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 33 Avis Nos préconisations pour la participation de tous à la réduction des émissions à Effet de Serre Nos préconisations pour l’énergie  –– Diminuer la consommation d’énergie et d’électricité –– Continuer à économiser l’énergie, acheter des appareils plus économes, éteindre les veilles, les lumières… ; –– Développer les réseaux énergétiques intelligents avec internet ; –– Stoker l’électricité quand on en n’a pas besoin ; –– mettre des pulls et réagir quand les gens n’ont pas un comportement respectueux de l’environnement en leur expliquant ; –– Mettre plus de panneaux photovoltaïques sur les maisons et les usines ; –– Développer les poteaux solaires pour les lampadaires, les feux tricolores… ; –– Utiliser le soleil pour chauffer l’eau, pour le chauffage ; –– Mettre plus d’éoliennes sur terre et en mer ; –– Développer et installer des hydroliennes ; –– Aider les associations d’habitants qui veulent installer des éoliennes sur leur commune ; –– Chercher d’autres sources d’énergie qui n’augmentent pas les GES, aider les chercheurs ; –– Améliorer le système de la turbine pour produire l’électricité.
  • 35. 34 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Nos préconisations pour le transport  –– Développer les visioconférences comme la nôtre avec le CESE ; –– Continuer à faire des voitures, des trains, des avions moins lourds, plus aérodynamiques, de plus en plus économiques qui émettent le moins possible de GES ; –– Moins consommer et suivre sa consommation (compteurs) ; –– Développer l’éco-conduite. Les chauffeurs de train et de camions le font mais il faudrait aussi que tout le monde le fasse et pas que ceux qui passent leur permis. –– Pour les petits trajets se déplacer à pied ou à vélo ; –– Prendre le train, le bus, le car dès que c’est possible ; –– Convaincre les gens d’utiliser le train pour le transport de marchandise ; –– Développer les voitures hybrides et électriques ; –– Faire des avions solaires ; –– Penser à remplir plus les voitures, faire du covoiturage et ne se déplacer en voiture que quand nous en avons besoin. Notre visioconférence le 28 janvier avec le CESE Depuis la salle immersive de l’Université Européenne de Bretagne. Nos préconisations pour l’agriculture  –– Développer la méthanisation. Le meilleur moyen selon nous contre les GES dans l’agriculture sur le pays de Fougères, c’est la méthanisation ; –– Utiliser plutôt le lin que le maïs pour nourrir les vaches ; –– Epandre et enfouir directement le lisier et le fumier dans la terre ; –– Avoir des champs plus près pour ne pas faire de longs trajets ; –– Nepastoutfaireentracteur.Iln’yapasquelestracteursdanslavied’unagriculteur. On peut aussi faire des choses à la main ; –– Aider les cantines pour qu’elles puissent acheter des produits locaux durables.
  • 36. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 35 Nos préconisations pour la forêt  –– Protéger les forêts des incendies ; –– Utiliser la biomasse comme énergie mais ne pas trop en abuser ; –– Ne pas enlever les talus et les haies, au contraire en mettre plus ; –– Mettre plus d’arbres sur les talus. Un talus sans arbre, c’est un talus sans vie ; –– Planter des arbres ayant besoin de moins d’eau et résistants aux sécheresses ; –– Ne pas planter que des chênes ou des pins mais des espèces différentes ; –– Faire des recherches pour savoir quels sont les arbres qui retiennent le plus le CO2 ; –– Ne pas couper d’arbres sans en replanter. Encore mieux en planter deux à chaque fois qu’on en coupe un. Devant l’école les branchages de la grande allée ont été déchiquetés pour faire des plaquettes de bois Nos préconisations pour le bâtiment –– Rénover petit à petit. On doit aussi penser au chauffage ; –– Utiliser le bois et des chaudières économiques qui consomment moins ; –– Penser à la ventilation ; –– Mettre du double ou triple vitrage et les fenêtres au Sud ; –– Faire attention tous les jours à ce qu’on fait et mettre des pulls. Cela ne sert à rien d’isoler si on laisse les portes ou les fenêtres ouvertes ou si on met le chauffage à fond ; –– Continuer à aider les gens à isoler leurs maisons surtout ceux qui n’ont pas les moyens. Il faut de l’argent et des personnes pour les conseiller. Beaucoup de gens ne savent pas à qui s’adresser. Nos préconisations pour l’industrie Toutes les actions que nous avons vu à Safran/Sagem peuvent être menées dans les autres entreprises du pays de Fougères, –– Lesfaireconnaîtreetencouragerlesautresaussiàlefairecarellespermettent de réduire les GES mais aussi de faire des économies.
  • 37. 36 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Nos préconisations pour l’Éducation de tous Les choses changent comme les programmes. On apprend plus les mêmes choses qu’il y a 20 ans. On apprend plus certaines choses mais d’autres comme le changement climatique sont importantes pour notre avenir. –– D’abord il faut qu’on comprenne ce qui se passe, les faits qu’on observe déjà ; –– Ensuite il faut réfléchir, faire des hypothèses, accepter qu’on peut se tromper, qu’il faut alors recommencer et ne pas baisser les bras ; –– Les futurs citoyens doivent apprendre à questionner le monde qui les entoure. Ils doivent apprendre à adopter des gestes respectueux de leur environnement ; –– Enfin on peut apprendre plein de choses à l’école pour réduire les GES. On étudie en sciences et en géographie les transports, l’énergie, les déchets, la biodiversité et les chaines alimentaires,l’agriculture…Entechnologieonpeutapprendreàfairedesvoituresavecpeu defrottements… ; –– L’école doit nous aider à nous préparer, à réfléchir sur notre avenir, sur ce qu’on pourra faire pour lutter contre le changement climatique ; –– Il faudrait que tout le monde puisse comme nous apprendre tout cela. Il faut leur expliquer pour qu’ils comprennent que c’est important et qu’ils décident de limiter leur GES. Touslesgensnesontpasencoreconvaincusparlechangementclimatique.Ilfautleurexpliquer pourqu’ilscomprennentquec’estvrai.Çaadéjàcommencéàchanger.C’estcompliquédeprendre consciencequ’ilyaquelquechosequiestentraindechangercarc’estpeut-êtrequedans20ou30 ans que les conséquences seront très graves et que l’on verra vraiment le changement climatique. Nous pensons que les gens ont peur du changement climatique car ça les oblige à changer et ils ont peur du changement. Il faut leur expliquer que c’est normal de changer. Pour aider au changement, il faut regarder ce qui est positif, ce qui est bon pour tous. Pour que les gens acceptent de changer pour limiter les GES et agissent de leur propre volonté, il faudrait faire comme nous.
  • 38. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 37 Annexes Nos pièces de théâtre Les 7 premières ont été écrites cette année par les élèves de la classe dans le cadre de ce projet. Les 4 autres par des camarades des années passées qui nous les ont laissés et que nous souhaitons partager.
  • 39. 38 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL La biodiversite s’evapore Sarah, Stéphanie Bonjour. Maxence Malo  Bonjour qui êtes-vous ? Sarah, Stéphanie  Nous venons du futur. Malo  Vous venez du futur ? Je ne croyais pas cela possible. Maxence  Comment êtes-vous arrivées ici ? Stéphanie  Par un portail derrière la forêt. Malo Pourquoi êtes-vous là ? Sarah  Pour voir comment était la nature sur la Terre en 2015. Stéphanie  Ouiànotreépoquedansvotrefutur,beaucoupd’espècesontdisparu. Sarah D’ailleurs c’est quoi cet arbre, je ne le connais pas ? Malo C’est un hêtre. Stéphanie Un être vivant ? Maxence  Non un hêtre avec un H. Ici il y en a partout c’est une hêtraie. Stéphanie  Ah oui, j’en ai déjà entendu parler par mon arrière-grand-père. Sarah  Oui, ils ont disparu à cause du changement climatique. Maxence  C’est vrai le hêtre il a besoin de plus d’eau l’été. Sarah  Vous avez de la chance ! Malo  Je ne trouve pas ça si extraordinaire que cela. Stéphanie  Hein quoi ! Vous êtes fous, nous n’avons plus beaucoup de biodiversité dans le futur. Vous devriez faire plus attention. Sarah  C’est un beau cadeau, fragile. Maxence  N’importe quoi ! Stéphanie  En leur enlevant leurs écosystèmes, l’homme a déjà fait disparaître pas mal d’espèces mais avec le changement climatique tout s’accélère. Malo  Ouais ! Il y a de moins en moins de place pour la nature. C’est vrai qu’il y a des oiseaux que je ne vois presque plus. Maxence  Il y en a aussi qu’on n’avait jamais vu avant. Sarah  Oui avec le changement climatique, les espèces remontent du Sud vers le Nord en France. Mais cela va trop vite et certaines espèces n’y arriveront pas. Malo  Tout est déréglé du coup, si je comprends bien ? Stéphanie  Tu ne crois pas si bien dire. C’est tout le système qui est en péril, toutes les chaînes alimentaires. Sarah  Prenons l’exemple de la mésange. Maxence  J’adore les mésanges, c’est trop mignon. Malo  En plus c’est une super auxiliaire pour notre jardin, nous lui avons fait un nichoir. Elle nous aide pour que nos plantations ne soient pas dévorées. Stéphanie  Si le printemps arrive plus tôt les plantes poussent plus tôt, les chenilles viennent plus vite. Sarah  Mais la mésange elle pond toujours à la même période. Les chenilles sont trop grosses pour ses poussins. Malo  Oui mais sans mésange que va devenir mon jardin ? Stéphanie  Vous avez compris. Est-ce qu’il faut que toutes les espèces disparaissent pour que vous réagissiez ? Malo  Bon d’accord, on ne va pas faire le pari, ce serait prendre un trop gros risque.
  • 40. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 39 Maxence  Il faut qu’on fasse plus attention. Sarah  A force de faire disparaître des espèces, il y en a une en particulier qui risque de disparaître. Stéphanie  Vous voyez de qui je parle ? Maxence  Oui, de l’espèce humaine ! Malo  Du coup, on ne va pas faire long… feu ! Sarah  Qu’est-ce que tu veux dire ? Malo  Il ne nous a pas fallu longtemps pour tout détruire. L’homme est doué pour détruire et casser mais il est moins bon pour reconstruire et réparer ses bêtises. Sarah  On est doué pour détruire en un jour ce que la planète a mis des milliers d’années à construire. Stéphanie  Allez soyons optimiste ! Sarah  On peut encore rattraper le coup. Maxence  A nous de prendre soin de notre planète et de la biodiversité. Malo Allez faut se bouger et agir tous ensemble. Stéphanie  Bravo ! Vous avez compris ! Sarah  On compte tous sur vous !
  • 41. 40 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Au poële Tous  Bonjour ! Benjamin  Bon on commence la visite. Ilann  Allez suivez-moi. (Ils entrent dans l’usine) Kilian Eh dites-moi. Elles servent à quoi les grosses turbines là-bas ? Benjamin  Ces grosses turbines ! Elles produisent l’électricité que nous récupérons avec les panneaux solaires. Gaël  Ha ! Je viens de comprendre ! Kilian  Ha et ben pas moi ! Heu, pas du tout même ! Ilann  Avant, nous faisions des cheminées et maintenant nous faisons des poêles à bois. Gaël  Mais les cheminées c’est mieux que les poêles à bois  !? Alors pourquoi vous faites des poêles à bois ? Ilann  Parce que les poêles à bois …. C’est MIEUX ! Gaël  Mais non les cheminées c’est plus joli ! Ilann  C’est peut-être joli une cheminée ouverte mais pas très efficace coté énergétique ! Dans un poêle on met beaucoup moins de bois et cela chauffe beaucoup mieux. Benjamin  Passons à la salle suivante. Kilian  Qu’est-ce qu’ils font ces gens avec leurs microscopes ? Benjamin  Ils inspectent le verre pour voir s’il n’y a pas de fissures. Gaël  Il faut une vitre solide et isolante pour garder la chaleur dans le poêle à bois. Benjamin  Bon la visite est terminée on vous offre un café. Ilann  Alors vous avez des questions. Gaël  Oui est ce que votre usine produit beaucoup de Gaz à effet de serre ? Ilann  Oui assez ! Comme beaucoup d’usines. Kilian  Comment vous faites pour les réduire ? Ilann  On a installé des panneaux photovolcaniques. Heu ! Kilian  Et ils sont où ? Benjamin  Là sur le toit ! Ilann  On a aussi isolé les murs, changer la chaudière… Benjamin  Quand les ampoules grillent on les remplace par des basses consommation. Kilian  Moi aussi je le fais à la maison. Ilann  Quand on nous livre, ou qu’on charge un camion, on demande au chauffeur de couper le moteur. Benjamin  Les chauffeurs sont formés à l’éco-conduite et on achète des camions moins polluants, plus économes. Gaël  En fait produire moins de Gaz à effet de serre, c’est aussi faire des économies. Kilian  Oui, tout le monde y gagne. Et vos matières premières, elles viennent d’où ? Benjamin  On essaye d’avoir les Matières Premières les plus proches de chez nous car le transport pollue. Et en plus c’est du travail pour les gens de chez nous. Ilann  Et bien la visite est terminée il est déjà 18h00 ! Kilian  Bon eh ben au revoir ! Tous  Au revoir !
  • 42. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 41 Le covoitur’âge Alice  Bonjour enchantée, je m’appelle Alice et je travaille dans les bureaux. Aurélie  Bonjour, moi, c’est Aurélie et je travaille avec Alice. Mickaël  Bonjour, moi, c’est Mickaël et je suis au service des déchets. À votre service pour les déchets. Clara  Salut! Mais c’est quoi ce panneau? Mickaël  Ce panneau c’est un panneau de covoiturage. Clara  Mais c’est quoi ce truc? Alice  Nous allons t’expliquer. Aurélie  C’est normal que tu ne comprennes pas c’est nouveau. Mickaël  C’est comme toi ! Toi aussi tu es nouvelle. Clara  Bon vous allez m’expliquer. Alice  Avec ce panneau, tu sais où habitent tous les employés de l’entreprise. Aurélie  Tu peux regarder qui habite près de chez toi. Mickaël  Si tu veux faire du covoiturage avec, tu regardes le numéro et tu vois avec la personne. Alice  Il y a trois avantages à faire du covoiturage. Aurélie  Tu pollues moins la planète chérie. Mickael  Tu te fais des amis. Alice  Et tu fais des sacrées économies. Aurélie  Si tu habites en ville, prends le bus ou ton vélo mais bon sang si tu dois prendre ta voiture ne la prends pas toute seule. Clara  Ah ok ! Je pourrais aussi prendre ma trottinette à deux roues si j’habitais en ville mais j’habite loin, loin dans la campagne. Alice  Si tu veux. Aurélie  Ça m’a l’air une bonne idée ta trottinette à deux roues comme le vélo. Mais cela ne le fait pas pour faire 20 km matin et soir. Mickaël  Tu viens avec nous demain? On covoiture, tu habites à coté de chez moi et d’Alice. Alice  Mais sois à l’heure sinon on part sans toi. Clara  Ne vous inquiétez pas oh oh !... Bon ce n’est pas tout mais je dois retourner au boulot. Les autres  Ouais Ouais ! Nous aussi ! …Tchao !!!
  • 43. 42 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Changer en famille Enfant  Coucou maman, coucou mamie. Maman  Coucou ma chérie. Ta journée s’est bien passée ? Mamie  Bah oui ! Écoute toutes les journées se passent bien. Enfant  Bah oui ! Ça s’est bien passé. J’ai travaillé sur le changement climatique. Maman  Au fait maman qu’est-ce que tu penses du changement climatique. On en parle souvent en ce moment à la télé ? Mamie  J’entends parler beaucoup de ça mais on ne le voit pas. Maman  Explique-nous alors ma chérie. Enfant  Moijeveuxbienvousexpliquermaisleproblèmec’estquebeaucoupdegens ont peur de changer pour éviter le réchauffement climatique. Maman  C’est bien ça le problème. Mamie  Il faut trouver une solution. Maman  Les adultes ont peut-être peur de changer parce qu’ils ont pleins de choses à perdre mais il faut avancer, tu as raison mon poussin. Enfant  C’est peut-être à nous les enfants de leur montrer ce qu’il faut faire. A l’école, on nous demande tout le temps de changer et on le fait bien même si ce n’est pas toujours facile. Maman  Ben d’ailleurs pourquoi les gens ont peur ? Mamie  Vous savez ! On a nos petites habitudes nous les vieux. Il ne faut pas trop nous bousculer. Vous nous demandez trop de choses. On est perdu à la fin, on n’y comprend rien. Maman Mais ce n’est pas partout pareil. Quand je suis allée courir au Sénégal avec la Sénegazelle, les gens étaient prêts à changer. Mamie  Eux ils voient peut-être plus le réchauffement qu’en France ? Enfant  C’est vrai, on voit plus le réchauffement climatique en Afrique qu’en Bretagne. Pourtant s’il y a plus de GES, c’est plus de notre faute que de la leur. La planète chauffe, faut pas traîner à agir. Maman  Mais on en produit tout le temps des GES, en voiture, à la maison, au boulot, avec l’agriculture… Oh là là ! C’est la catastrophe, je ne sais pas si on va y arriver ! Enfant  Allez maman, ne désespère pas ! Nous les enfants nous sommes motivés et on va vous motiver vous les adultes s’il le faut pour que cela change rapidement. Maman  Oui mais d’abord il faut qu’on soit bien informé, faut pas qu’on nous raconte des bêtises et qu’on raconte des bêtises aux autres ! Enfant  Ce que dit le GIEC et Jean Jouzel, on est sure que ce n’est pas des bêtises. Les chercheurs ont bien avancé sur le changement climatique ! Maman  Toi tu apprends ça à l’école, tu peux nous expliquer et nous une fois qu’on sait, on peut aussi expliquer aux autres en fait ! Mamie  Il faut faire une chaîne. Enfant  Oui ! Si on est motivé, on peut y arriver. Tous  Tous ensemble.
  • 44. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 43 école’ogie climatique Professeur  Bonjour !... Asseyez-vous ! Les élèves  Bonjour. Professeur  Aujourd’hui nous allons continuer à parler du changement climatique. Sarah  Mais monsieur, comment on sait qu’il y a un changement climatique ? Professeur  Ce sont les chercheurs du GIEC qui l’ont montré. Didier  Comme M. Jouzel qui étudie le climat avec des carottes ? Sarah  Des carottes ? Il est où le lapin ? Didier  Des carottes de glace. Tu dis vraiment n’importe quoi ! Professeur  Revenons aux choses sérieuses. Je vous ai demandé hier de chercher des informations sur le changement climatique et l’effet de serre dans tous les manuels que je vous avais donnés. Sarah qu’as-tu trouvé ? Sarah J’ai cherché mais je n’ai rien trouvé. Ils parlent de sources d’énergie, d’énergies renouvelables et d’économies d’énergie, de la réduction des pesticides en agricultureetdelapollutiondel’air…maisriensurlechangementclimatique. Professeur  Et toi Didier  ? Qu’as-tu trouvé  ? Je rappelle que tu n’as pas été très sympathique et que tu as pris tous les nouveaux manuels. Didier  Et bien moi j’ai trouvé  !!!... J’ai trouvé un petit peu de tout. Ils parlent du changement climatique et de l’effet de serre mais c’est vrai qu’ils n’expliquent pas trop surtout que c’est super compliqué à comprendre. Professeur  C’est normal Sarah que tu n’aies rien trouvé dans les vieux manuels car ce n’est au programme que depuis 2008 et surtout 2012 pour les CM2. Didier  On ne l’étudiait pas avant 2008 car avant les chercheurs n’étaient pas assez sûrs mais maintenant ils sont plus sûrs. Professeur  Exactement. Sarah  Les choses changent ! On apprend plus les mêmes choses qu’il y a 20 ans, c’est comme l’informatique. Professeur  Le changement climatique n’est pas dans les programmes comme un savoir, un fait à enseigner mais il permet de réfléchir de faire des hypothèses et de travailler sur la démarche scientifique. Didier  A oui ! Vous nous avez dit qu’à l’école on apprend des savoirs et aussi euh !… comment on dit déjà ? (Sarah lève la main) Professeur  Sarah ! Sarah  Oui des savoirs, des savoirs faire et des savoirs être. Professeur  Oui très bien c’est exact. Bravo ! Didier  Ouais, c’est important car plus tard le monde va changer… Sarah  … et c’est nous qui devront nous en occuper. Didier  Ouais il est trop sympa notre prof de nous apprendre ça. Sarah  Ouais il faudrait que tous les profs fassent ça. Professeur  Merci ! Vous pouvez apprendre plein de choses à l’école pour réduire les GES. Sarah  Oui en sciences, en géographie en travaillant sur l’énergie, les déchets, la biodiversité, la technologie. Professeur  Mais qu’est-ce que tu fais Didier ! Didier  Ben je travaille monsieur  !… Je cherche comment réduire les GES… Comment faire des avions super aérodynamiques qui ne consomment pas beaucoup.
  • 45. 44 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Isol’action Emily, Sarah, Talia Salut ! Charlène  Comment ça va les filles ? Talia  Bien et toi ? Charlène  Ouais ça va, vous voulez prendre un café? Sarah  Ouais on veut bien. Charlène  Enlevez votre manteau et mettez-vous à l’aise. Emily  OK. Charlène  Asseyez-vous. Sarah  Il fait froid ici, tu es sûre que ta maison est bien isolée. Charlène  Bein ! Je ne sais pas moi. Sarah  T’es grave ! Charlène  Non je suis aiguë. Emily  Arrête tes bêtises ! Tu jettes l’argent par les fenêtres. Talia  Et puis niveau Gaz à effet de serre merci ! Emily  Non mais sérieux ! Sarah a raison, il fait froid. Faut faire quelque chose, faut se bouger ma petite dame. Charlène  Je n’y connais rien. Comment veux-tu que j’isole ma maison ? Je n’ai pas confiance en ces gens qui m’appellent au téléphone. Talia  Ouais, des fois c’est de l’arnaque. Sarah  Bon écoute, nous on va t’aider. Emily  Tu peux appeler le pôle énergie du Pays de Fougères. Talia  Ils sont supers cools, ils sont là pour aider tout le monde. Charlène  Je ne savais pas que cela existait en plus j’aime bien qu’on s’occupe de moi, qu’on me bichonne. Emily  En plus tu peux avoir de sacrées aides de l’ADEME, de l’État, de la Région… Sarah  Tu peux avoir des crédits d’impôts. Charlène  Ouais ça me tente bien. J’ai bien envie de m’y mettre. Talia  Ouais mais tarde pas. Il ne faut pas remettre à demain ce qu’on peut faire aujourd’hui comme le fainéant sur une des planètes du petit prince. Emily  Oui « Enfants, faites attention aux baobabs ! ». Sarah  Et encore un truc, si t’isole ta maison, ce n’est pas pour cela qu’après tu pourras te promener en bikini dans la maison. Talia  Ouais il ne faut pas mettre le chauffage à fond ni laisser les fenêtres et les portes ouvertes. Charlène Je ne suis pas idiote à ce point-là ! Talia  Il faut accepter de changer ses habitudes si on veut que cela marche. Sarah  Il faut qu’on s’y mette tous si on veut que cela marche et réduire les Gaz à effet de serre. Charlène  Merci, ce soir je vais me coucher moins bête grâce à vous je vous adore. Talia  ISOLEZ. Emily  BIEN. Charlène  VOTRE. Sarah  MAISON.
  • 46. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 45 TGV : Très Grande Vitesse pour le climat Nadège  Famille Lyonet ! Maëlle   On est ici ! Nadège  Bonjour. C’est bien vous la famille Lyonet. Maëlle  Oui, c’est bien nous. Nadège Je m’appelle Nadège, nous allons visiter le TGV. Maëlle  Nous allons visiter tout le train ? Nadège  Non pas exactement mais une bonne partie. Maxence  Je peux jouer à la DS. Maëlle  NON ! Tu dois écouter !... Vraiment n’importe quoi ces jeunes ! Nadège  Bon, commençons la visite. Maxence  On peut visiter les toilettes. Maelle  Arrête de faire ton petit malin, voyons ! Nadège  Bon nous commençons la visite oui ou non. Maelle  OUI, je veux en savoir plus sur le TGV. Maxence  Moi aussi je veux en savoir plus sur la Télé. Nadège  Bon commençons par la cabine du conducteur. Maxence  C’est qui ce monsieur dans la cabine ? Nadège  Et bien c’est le conducteur du train. Cloé, Maxence et Maëlle Bonjour Thao  Bonjour. Je suis le conducteur du train. Nadège  Vous pouvez lui poser toutes les questions que vous voulez. Maxence  A quelle vitesse vous roulez ? Thao  Cela dépend déjà si on est sur une ligne à grande vitesse ou pas en moyenne entre Le Mans et Paris, le TGV va à plus de 300 km/h. Maëlle  A quoi il fonctionne ? Thao  A l’électricité. Maëlle  Est-ce que cela consomme beaucoup ? Thao  Ouicelaconsommedel’énergiemaisc’estlemoyendetransportquienconsomme lemoinsparvoyageuretducoupc’estceluiquiémetlemoinsdeGES. Maxence  Trop fort ! Mais pourquoi ??? Thao  Et bien, le train peut marcher sur l’ERRE. Maxence  On va marcher sur l’air !?! (marche dans l’air) Maelle et Nadège  Mais qu’il est bête ! Nadège  Non E, deux R, E. Maxence  Bon d’accord, mais je ne comprends toujours pas ? Thao  Il glisse sur les rails. Il prend de l’élan et après il continue à rouler avec les moteurs coupés. Nadège  Ça permet de faire de sacrées économies. Thao  Pour bien en profiter, les chauffeurs sont formés à l’éco-conduite et ils ont descartesaveclereliefpourprofiteraumaximumdesdescentesetdesmontées. Maëlle  Et les nouveaux trains, ils sont plus économiques que ceux d’avant ? Thao  Oui, on fait des moteurs de plus en plus économiques. Nadège  On essaye aussi de les faire de plus en plus aérodynamiques.
  • 47. 46 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Thao  On fait aussi des trains à deux étages qui transportent plus de voyageurs ! Maelle  Du coup cela fait moins de GES, c’est bien pour lutter contre le changement climatique. Merci pour ces explications. Maxence  Ouais, il va falloir passer à la TRES grande vitesse pour empêcher le changement climatique. Thao  Oui, tous ensemble on peut y arriver. Nadège  Merci, à bientôt et n’hésitez pas à prendre le train. Tous  Au revoir !
  • 48. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 47 L’agriculture au four Malo Hey ! Tu as vu le maïs comment il est tout petit ! Ethan  Normal il n’y a pas assez d’eau. Dorian  Bien oui ! Ça fait deux mois qu’il n’a pas plu. Romain  Il va falloir planter des plantes moins gourmandes en eau parce qu’il y aura de plus en plus de sécheresse. Ethan  Oui on pourra planter du sorgho ça remplace le maïs et il lui faut beaucoup moins d’eau. Malo  Il faut accepter de changer et de remplacer le maïs. Dorian  En plus c’est une plante qui demande moins de traitement et qui résiste aux maladies. Malo  Vous croyez que c’est dû au réchauffement climatique ? Ethan  Possible mais c’est peut-être tout simplement les cycles de la terre. (Les quatre amis continuent à avancer dans le champ) Romain  A mettre trop de pesticides on va perdre tous nos ouvriers. Ethan  Il faut faire attention à ce qu’on met dans les champs. Malo  Quoi ? De qui vous parlez ? Romain  De nos abeilles et des pollinisateurs mon gars ! Sans eux, on n’est pas sorti de l’auberge ! Adieu les bons fruits et légumes… Malo  Faut utiliser plus d’engrais naturel que chimique. Dorian  Faut le savoir ! Romain  Bon, vous sauvez les copains et moi dans mon champ je vais mettre des éoliennes pour réduire ma facture d’électricité et les gaz à effet de serre. Malo  Ouais mec bien joué ! Dorian  Moi aussi, je veux faire des économies d’énergie pour la planète ! Romain  En plus, moi ce matin des messieurs sont venus installer des panneaux solaires au-dessus de la stabulation et de la maison. Comme ça mes parents vont moins consommer d’électricité. Ethan  Oui et c’est aussi moins de gaz à effet de serre. On en produit aussi pas mal avec les tracteurs et les voitures ! Dorian  Oui, il y a plein de choses à inventer pour qu’on puisse vivre de notre terre pendant encore longtemps. Ethan  Ouais, faut apprendre à vivre avec notre TERRE ! Malo  Mieux vaut se préparer maintenant que plus tard. Tous  TOUS ENSEMBLE !
  • 49. 48 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Chacun chez soi, quoique ! Ben  Ah bah voila encore un truc nouveau. Émilie  Quoi? Ma nouvelle tenue ? Ben  Non pas ça, le documentaire sur les glaciers ! Max  De toutes façons on s’en fiche des glaciers ! Marine  Mais t’es fou ! Si tous les glaciers fondent nous ne pourrons plus vivre il y aura un déséquilibre total !!!!! Max  Mais on s’en fiche ! C’est pas chez nous ! C’est chez les pingouins. Émilie  T’a rien compris! Marine  C’est les africains qui vont souffrir le plus du réchauffement climatique et c’est de notre faute! Ben  Mais c’est ce que Max dit !! C’est pas grave ! C’est pas chez nous!! Émilie et Marine  Ah ces deux là ! Ils ne comprennent rien !!! Max  Si on ne comprend rien, allez-y ! Expliquez-nous!! Émilie  Et bien  ! Si les glaciers fondent c›est que la planète se réchauffe avec l›augmentation des gaz à effet de serre! Marine  Donc il va faire plus chaud. Émilie  Et les Africains qui sont les moins responsables du réchauffement climatique vont vouloir venir dans les pays où il fait moins chaud. Marine  Comme en France! Ben  Ah d’accord je viens de comprendre! Max  Bah ! Pas moi! Marine  Ce n’est pourtant pas très très… (Émilie chuchote à Marine que si. ) Si  ! En fait, c’est très compliqué !!! Émilie  Les Africains vont venir parce que tous les pauvres qui vivent au bord de l’eau vont être inondés en plus des sécheresses !! Max  Ah !Ok ! Jeviensdecomprendre,ilnefautpasqu’onlesrejette.Onenproduit pas mal des gaz à effet de serre avec les Américains du Nord. Nous sommes responsables de ce qui se prépare ! Ben  Il faut essayer de les comprendre et les accepter ! Tous les quatre  IL FAUT ÊTRE SOLIDAIRE ET VIVRE TOUS ENSEMBLE SUR NOTRE PLANETE.
  • 50. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 49 « Hêtres » en danger Ben Bonjour. Olivier  Bonjour, qui êtes-vous ? Jeanno Bonjour, nous sommes des agents « ONF ». Olivier  Vous plantez quoi ? Jeanno Des chênes, pourquoi ? Ben Mais il faut planter des hêtres, c’est une hêtraie ici ! Hubert Des chercheurs de l’’INRA nous ont prévenu qu’en 2100 les hêtres risquaient de ne plus pouvoir survivre par ici. Olivier  C’est dans 100 ans, on s’en fiche ! Jeanno Oui pour toi 100 ans c’est beaucoup mais pour cet arbre ce sera juste le début de l’âge adulte. Le hêtre a besoin de beaucoup plus d’eau que le chêne surtout en été. C’est pour cela que nous plantons des chênes. Hubert Dans le sud de la France, les hêtres souffriront encore plus du réchauffement climatique. Ils risquent de totalement disparaître. Il n’y en aurait plus que dans le Nord, Nord-est de la France. Jeanno C’est pour préserver les forêts que nous plantons des chênes. Olivier  Ah! D’accord, je commence à comprendre. Ben Attends, j’ai une idée, si on les aidait ? Tu es d’accord Olivier ? Jeanno Pourquoi pas, allons-y mais d’abord je dois aller chercher des jeunes plants. Olivier  Je suis d’accord pour vous aider, mais comment faire ? Jeanno Et bien nous plantons et si vous voulez vous pourrez mettre les tuteurs et le grillage de protection. Ben Ok, le tuteur c’est pour les aider à pousser bien droit mais le grillage ça sert à quoi ? Hubert Les chevreuils aiment les jeunes pousses du chêne, beaucoup plus que ceux du hêtre. Jeanno C’est pour cela aussi qu’il ne faut pas trop de chevreuils dans la forêt. Ben Oui, avant il y avait les loups mais les hommes les ont tous tués. Hubert Et oui, le prédateur du chevreuil a disparu de la forêt de Fougères. Olivier  Ça fait longtemps ? Jeanno Vers la fin du XIXe siècle. Hubert Il manque un bout de la chaine alimentaire. Du coup nous avons besoin de la chasse pour éviter de tout déséquilibrer. Olivier  Ah d’accord ! Il faut trouver le juste équilibre comme pour le hêtre. Ben Il faut préserver les forêts, en plus c’est beau, et moins il y aura de forêts plus il y aura de gaz à effets de serre. Hubert Bon, maintenant j’espère que vous avez compris  et que vous penserez à planter des arbres aussi dans vos jardins, vos champs. Jeanno Oui et il va falloir vite s’adapter. Nos forêts vont changer. Allez au boulot, faut pas traîner on a encore un hectare à faire Hubert. TOUS ENSEMBLE PRESERVONS NOS FORETS !
  • 51. 50 – AVIS SUR LE RAPPORT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Méthode pour le développement durable August  J’arrête de lire les journaux. Je n’y comprends plus rien  ; Ils parlent tout le temps de développement durable. Jean Paul  Ouais, on ne sait pas trop ce qui se développe mais à les entendre ça va durer un sacré bout de temps. Dans mon temps on ne parlait pas de tous ces trucs. On y comprend rien. Un coup ils parlent des voitures, un autre de la forêt amazonienne pour ensuite ils nous parlent de la fonte de la banquise pour finalement nous parler de nos poubelles. August  Ils sont fous. Comme si ma poubelle avait un rapport avec les crues en Asie. Je te dis ils tournent pas ronds. Ramzi  Alors, les vieux, on comprend rien au développement durable. Faut se mettre à la page. Tag  Alors qu’est-ce que tu fous Ramzi. Ramzi  J’apprends la leçon sur le développement durable à l’ancien. Jean Paul  Laisse tomber de toute façon on y comprend rien. Tag  Bin, t’es fou ou quoi, faut bouger mec et agir. La planète elle a besoin de nous tous. August  Et bien, gros malin, vas-y explique puisque t’as l’air d’avoir tout compris. Ramzi  Le développement durable, c’est vrai c’est compliqué. On n’est pas tous d’accord sauf sur une chose, ça peut plus continuer comme ça. Tag  En votre temps, on croyait qu’on pouvait tout faire. Que l’homme était tout puissant. Vous avez fait plein de choses sans trop réfléchir aux conséquences pour les générations à venir comme nous et nos enfants. Ramzi  Ouais c’est pas très cool. Vous nous la laissez dans un sale état. Jean-Paul  Oui, mais on savait pas que ça allait faire ça. Tag  Ouais mais maintenant on sait. Ramzi  Il faut qu’on se bouge le derrière grand-père. August  Et le développement durable, c’est quoi au juste dans tout ça. Tag  Dans le développement durable, il y a plein de choses. On peut parler de la biodiversité. Ramzi  De l’eau. Tag  De l’énergie. Ramzi  Des transports. Tag  Des déchets. Ramzi  De l’alimentation. Jean-Paul  C’est ce que je disais. Ils mélangent tout. Tag  Tu veux peut-être un petit exemple. Ramzy  Quand tu mets des pesticides dans ton jardin. Tu pollues l’eau. Tag  Tu produis des déchets. Ramzi  Ce que tu cultives, c’est plein de pesticides et tu les manges. August  Je suis dégoûté. Tag  Attends, en plus les pesticides, ça tue tous les insectes même ceux dont on a besoin. Ramzi  Peu à peu des espèces disparaissent. Et moins, il y aura d’espèces moins il y aura de biodiversité. Jean Paul  Quel joli mot. Et l’énergie et les transports dans tout ça ?
  • 52. LA PARTICIPATION DE TOUS À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DEPUIS 20 ANS SUR LE PAYS DE FOUGÈRES – 51 Tag  Ben imagine que tu ne cultives pas tes tomates mais que tu les fasses venir d’Afrique du Sud. August  C’est vrai que hors saison, ça vient souvent de très loin. Ramzi  Tu l’as dit. Et bien, il va en falloir du pétrole pour les faire venir dans ton assiette. Et du pétrole il y en a plus des masses. Tag  En plus, on produit vachement de CO2 pour les faire venir en France par avion. C’est un gaz à effet de serre et plus il y en a et plus le climat de notre planète risque de complètement se dérégler. Jean Paul  Je commence à comprendre. Ramzi  Le Développement Durable, c’est pas que la nature, ni le fric, ni les gens, c’est les trois à la fois. Il faut juste trouver le juste équilibre. Jean Paul  Qu’est-ce que tu me chantes ? Ramzi  Bon j’explique mon gars  ! A chaque fois que l’on choisit de produire ou de consommer un produit, il faudrait être sur qu’il ne gaspille pas les ressources de l’environnement et qu’il permet à tous les mecs de vivre avec dignité. August  Ah  ! D’accord. Il faut que ça soit équitable. Il faut trouver le moyen de partager les richesses. Trouver l’équilibre entre le social et l’économique. Tag  Ouais ! Super mec ! Cool ! Jean-Paul  La nature ne doit pas disparaître pour que les hommes produisent plus. Ca ne serait pas viable. Ramzi  Dans le mille ! Si on continue ! C’est la fin des haricots pour notre pomme. August  Il faut aussi que les hommes vivent en harmonie avec la nature pour que ça soit vivable, jouable si tu préfères. Tag  Ouais ! Respect mec !... Respect pour toutes les formes de vie d’aujourd’hui et à venir.
  • 53.
  • 54. CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL 9, place d’Iéna 75775 Paris Cedex 16 Tél. : 01 44 43 60 00 www.lecese.fr Ilann BARBEDETTE,Victoire DEGASNE, Camille GROUAZEL, Gaël JEULAND, Karine LOGEAIS, Maëlle MASSIN, Maxence MAULAVE, Inès MESSIER, Maxence MOTTAY, Léa NIVEAUX, Lou PAUTONNIER, Elodie ROIZIL, Adeline RONCERAY, MelvinTRAVERS, Cloé BOUREL, Kilian DELIN, Shaann FONTAINE, Méline GARDAN, Meg GAUDOT, Thaô HERISSON, Benjamin MAUD’HUI, Lola MONTHORIN, Maëlys PIRON, Malo ROYER, Loris VIEL et leur professeure Diana LEFEUVRE. Édition spéciale