SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  39
La Toxoplasmose
3ème Année / 1er Semestre
Professeur Redouane MOUTAJ
Parasitologie Mycologie Médicale
Faculté de Médecine et de Pharmacie de Marrakech
Université Cadi Ayyad
OBJECTIFS:
• Connaître les spécificités de l’épidémiologie, de la physiopathologie et des modalités de
transmission de la toxoplasmose.
• Prescrire et interpréter les examens biologiques en cas de suspicion d’une toxoplasmose aiguë face à
un syndrome mononucléosique ou la découverte d’adénopathie(s).
• Faire pratiquer le sérodiagnostic de la toxoplasmose en prénuptial et en début de grossesse
• Etre en mesure d’informer une patiente sur les risques théoriques de transmission et de séquelles
potentielles fœtales ou postnatales d’une infection toxoplasmique survenant en cours de grossesse.
• Connaître les complications toxoplasmiques pouvant survenir chez les sujets immunodéprimés
• Connaître les principaux schémas thérapeutiques de la toxoplasmose.
• Connaître les mesures prophylactiques recommandées chez une femme enceinte séronégative
pour la toxoplasmose et chez le sujet immunodéprimé 2
3
INTRODUCTION
– La toxoplasmose est une anthropozoonose cosmopolite due à un
protozoaire :
Toxoplasma gondii : Sporozoaire, coccidie à multiplication
intracellulaire obligatoire.
– Parasite des animaux à sang chaud.
– Préférence pour les cellules du SRE.
– L’infection est souvent asymptomatique et bénigne.
– Redoutable pour 2 populations:
* Patients immunodéprimés et
* femmes enceintes non immunisées.
4
ETUDE DU PARASITE
1/ Taxonomie
Embranchement: Apicomplexa
Classe: Sporozoaires
Sous classe: Coccidies
Ordre: Eucoccidies
Famille: Sarcocystidae
Sous famille: Toxoplasmatinae
Toxoplasma gondii
5
ETUDE DU PARASITE
2/ Morphologie
* 3 formes évolutives:
Tachyzoïte, Kyste, oocyste :
Tachyzoïte:
• Protozoaire intracellulaire obligatoire.
• Arciforme
• Pôle effilé: complexe apical
• Pôle renflé avec le noyau
• 6 à 8 µ / 3 à 4 µ
• Diffusion dans l’organisme par voie sanguine et lymphatique.
• Passe chez le fœtus après multiplication dans le placenta.
6
Kyste :
* 12 à 14 µ avec 2 à 6 bradyzoïtes et 100 µ avec 3000 bradyzoïtes.
* Forme quiescente de résistance et dissémination.
* Kyste inaccessible aux anticorps et aux traitements.
* Siège: SNC, muscles striés (myocarde) et œil.
* Destruction du kyste: 30 minutes à 50°C,
congélation à – 20°C pendant 24 heures
suivie d’une décongélation.
7
Oocyste:
• formes de résistance dans le milieu extérieur et sont responsable de
la contamination des herbivores et de l’Homme.
• Contient les sporozoïtes
• Eliminés dans les fèces du chat,
• les oocystes maturent en 48 heures dans
le milieu extérieur ou dans un bac à chat.
• L'oocyste est très résistant, résiste aux grands
froids ce qui lui confère un pouvoir infectant remarquable
8
oocyste:
• Issu de la reproduction sexuée
• L’oocyste demeure infestant 1 an dans les
sols humides.
* Agent de contamination des herbivores et de
l’homme.
9
EPIDEMIOLOGIE
1- Prévalence
– Augmente avec l’ âge et dépend aussi de:
– Alimentation: origine géographique
– Présence des hôtes définitifs
– Environnement (eau, hygiène, climat)
10
PRÉVALENCE DE LA TOXOPLASMOSE
Cosmopolite, prévalence (13-78%) et mode de contamination variables selon les pays
Maroc (Rabat): 50,6% de femmes enceintes en 2007 / 35% en 2002 El Mansouri B; Bull
Soc Pathol Exot. 2007/ Tligui L; JBC 2002
11
EPIDEMIOLOGIE
2/ Transmission:
* Alimentaire : Ingestion de: Oocystes ou kystes.
* Transplacentaire: en cas de parasitémie chez une femme enceinte
(infestation après la conception et le placenta développé).
* Greffe d’un organe (cœur, rein, foie, poumon…): contenant des kystes
chez un receveur séronégatif pour la toxoplasmose.
* Accidentelle: personnel de laboratoire par l’inoculation directe.
12
2/ Cycle évolutif
• Hôtes intermédiaires: homme, oiseaux domestiques (pigeons),
animaux domestiques (porc, chien, lapin …) et animaux sauvages.
• Hôtes définitifs: chat, chat léopard, chat tigre, puma, lynx.
* 2 cycles:
- Cycle asexué chez l’HI.
- Cycle asexué et sexué chez l’HD.
13
Cycle sexué complet:
L’hôte définitif (le chat) se contamine en ingérant des kystes contenus dans
ses proies ou même des oocystes contenus dans l’eau ou les aliments .
Les formes végétatives libérées dans l’intestin grêle du chat vont pénétrer
dans les cellules entero-épithéliales où elles se reproduisent par
multiplication asexuée (schizogonie) réalisant un schizonte.
Cette étape schizogonique qui dure environ 48 heures se répètent
plusieurs fois.
14
Cycle sexué complet:
• Elle va donner naissance après quelques multiplications à des éléments
sexués mâles ou femelles (micro ou macro gamétocytes), toujours situés
dans les cellules de l’intestin grêle.
• La fécondation (gamogonie) aboutit à la formation d’un œuf particulier :
l’oocyste, non sporulé qui est rejeté dans le milieu extérieur avec les fèces
du chat.
• Cette phase dite gamogonique constitue le cycle sexué.
• La sporulation (maturation) a lieu en présence d’oxygène et à température
inférieure à 37°C.
PARASITE
15
16
Cycle asexué incomplet:
-La contamination humaine est essentiellement alimentaire. Elle est double :
► soit par ingestion d’oocystes contenus dans l’eau ou les aliments
souillés par les déjections du chat,
► soit par ingestion de viandes mal cuites contenant des kystes (viande de
mouton, bœuf, porc, cheval voire même de volaille).
- La voie de contamination transplacentaire est responsable de la
toxoplasmose congénitale.
17
Le déroulement du cycle asexué chez l’hôte intermédiaire se fait en deux phases :
* Phase aigue :
Dans le tube digestif de l’Homme l’oocyste ou le kyste vont libérer respectivement
des sporozoïtes ou des bradyzoïtes qui vont diffuser dans l’organisme par voie
sanguine et lymphatique et se transformer en tachyzoïtes.
Ces derniers vont envahir les cellules du système réticulo-endothélial, s’y
multiplier, entraînant leur lyse et provoquant ainsi des lésions de nécrose dans les
tissus parasités.
Remarque: Cet épisode est dangereux chez la femme enceinte en
l’absence d’immunité protectrice.
18
• * Phase chronique ou latente :
Après installation d’une immunité efficace,
les parasites une fois dans la cellule vont ralentir leur multiplication et leur
métabolisme, se transformant en bradyzoïtes
et la cellule parasitée s’enkyste donnant un vrai kyste, principalement dans
les organes pauvres en anticorps (cerveau, muscle strié et œil)
19
CYCLE DE LA TOXOPLASMOSE
20
Formes cliniques de la Toxoplasmose
Les tableaux cliniques de la toxoplasmose se distinguent en trois
grandes situations:
• * La toxoplasmose acquise postnatale de l’immunocompétent ;
• * La toxoplasmose congénitale, acquise in utero ;
• * La toxoplasmose de l’immunodéprimé :
acquise ou due à la réactivation d’une infection latente (kystes)
21
1- Toxoplasmose acquise de l’immunocompétent:
1.1 La forme asymptomatique :
– C’est la plus fréquente (> 80 %).
– Une sérologie positive témoigne d’une infection ancienne
1.2 La forme apparente bénigne :
– 15 à 20 % des toxoplasmoses acquises.
– Incubation de quelques jours
– Un syndrome mononucléosique: la triade symptomatique : fièvre,
adénopathies (cervicales +), asthénie.
– Elle atteint généralement le grand enfant, ou l’adulte jeune
1.3 La forme grave: rare
22
2- Toxoplasmose de l’immunodéprimé:
• Déficit immunitaire acquis (cas du SIDA)
patients immunisés contre la toxoplasmose, donc porteurs de kystes qui
réactivent l'infection lors d'une baisse conséquente de leurs défenses
immunitaires >>> (Toxoplasmose cérébrale)
• Déficit immunitaire provoqué par immunosupresseurs
(cas des transplantés et des greffés): Introduction chez le receveur de
kystes contenus dans le greffon (ex: greffe du cœur).
>>>Toxoplasmose aigue disséminée
23
3- Toxoplasmose congénitale :
si la mère fait une toxoplasmose aiguë en cours de grossesse, on aura:
• 1- Les formes inapparentes ou infra-cliniques à la naissance :
80% des toxoplasmoses congénitales.
A dépister (sérologie) et à traiter pour éviter les complications
• 2- Les formes gaves: foetopathie
La transmission toxoplasmique à travers la barrière placentaire peut
causer:
> Avortement / prématurité
> Formes neuro-oculaires: (hydrocéphalie, microphtalmie, calcifications
intracraniennes, retard psychomoteur.
> Formes ictériques mortelles
> Formes oculaires isolées
15
25
13% 26% 61%
61 % :
26
La gravité des lésions dépend de la date de
contamination maternelle
• Précoce: rare, grave+++
• Tardive: fréquente, moins grave
–
27
Girl with hydrocephalus due to congenital toxoplasmosis
(From Dubey JP, and Beattie CP. Toxoplasmosis of animals and Man. CRC Press, Baca Raton,
Florida, 52, 1988.)
Toxoplasma gondii.
Congital toxoplasmosis with
chorioretinitis and
hydrocephaly
CRC Press, Baca Raton, Florida, 53, 1988.)
28
Toxoplasmose oculaire
Le plus souvent, c’est
la forme tardive d’une toxoplamose
congénitale
rétinite pigmentaire
Chorio-rétinite toxoplasmique
29
DIAGNOSTIC DE LA
TOXOPLASMOSE MATERNOFOETALE
Etapes:
• Diagnostic et datation de la primo-infection maternelle
• Diagnostic de passage transplacentaire
• Evaluer les Répercussions de l’infection fœtale
Objectifs : Traiter, prévenir les lésions fœtales
30
LA MERE:
Outils de diagnostic sérologique et dépistage de l’infection
maternelle
Antigène Figuré Antigène soluble
Techniques de première
intention
Test de lyse
IFI
Agglutination
ELISA
Hémagglutination/ Latex
Techniques
complémentaires
Agglutination différentielle
ISAGA
Avidité IgG
ELIFA
Western blot
Objectifs:
- Définir le Profil sérologique de la femme enceinte
- Dater une séroconversion per-gravidique
31
Séroconversion - infection maternelle
Cinétiques
cinétiques + avidité = datation de la séroconversion
H. Pelloux & al, Diag. Microbiol. Infect. Dis., 1998,H. Fricker-Hidalgo & al, Diag. Microbiol. Infect. Dis., 2006
32
Diagnostic de passage transplacentaire= Diagnostic in utero
- Indications:
- En cas de séroconversion entre 6 et 36 SA chez une F. enceinte non immunisée
devenant immunisée au cours de la grossesse
- échographie fœtale anormale
- Prélèvements:
- liquide amniotique++
- sang fœtal: contre indiqué
Ponction du liquide amniotique (>16-18 sem; un mois après la date supposée de contamination)
» Inoculation à la souris:
- la plus ancienne
- référence
- sensibilité 53%, spécificité 100%
» Cultures cellulaires:
- 4 à 6 jours et sensibilité + ⁄ - souris
Ctenodactylus gondi
33
Diagnostic de passage transplacentaire
= Diagnostic in utero
» PCR qualitative (2000)
» PCR quantitative (2004)
Rapide ( 2 heures)
- Quantification de la charge parasitaire
( plutôt pour explorer l’efficacité des
thérapeutiques antitoxoplasmiques que pour
évaluer la gravité de la toxoplasmose
congénitale)
S. Romand & al, Am. J. Obst. Gyn., 2004, I.
Ordinaire:Ann Biol Clin 2005
34
- Spiramycine (Rovamycine®)
- Pyriméthamine – sulfadoxine (Fansidar®)
- Pyriméthamine – sulfadiazine (Malocide®)
1/ Toxoplasmose acquise chez la femme enceinte:
* Spiramycine: 3 g/j  fin de grossesse si pas d’ADN dans liquide amniotique
* Si ADN + : Pyriméthamine (50 mg/j) + Sulfadiazine (4 à 6 g/j)  fin de grossesse.
2/ Toxoplasmose chez le N.né:
•Pyriméthamine (0,5 a 1 mg/kg/j) + sulfadiazine (50 a 80 mg/kg/j)  2 ans + Acide
folinique.
3/ immunodéprimés (SIDA) -> protocoles d’équipes
SCHEMAS THERAPEUTIQUES
35
PROPHYLAXIE:
la femme enceinte non immunisée
• 1- Identifier les jeunes femmes non immunes et limiter leur risque de
contamination en cours de grossesse
 mesures prophylactiques.
• 2- Dépister le plus précocement possible les toxoplasmoses
pergravidiques et éviter ou limiter la transmission au fœtus.
36
• 3- Après un diagnostic de séroconversion maternelle, réaliser le diagnostic
de toxoplasmose fœtale et traiter le fœtus in utero.
• 4- diagnostiquer et traiter à la naissance les toxoplasmoses
congénitales, même cliniquement inapparentes, pour prévenir le risque de
réactivation et de complications tardives.
• Avant, pendant et après la grossesse.
37
Prévention +++ :
la femme enceinte non immunisée
et l’Immunodéprimé séronégatif
• Consommation viande cuite (éviter viande fumée, marinée): (cuisson à
plus de 67 °C au cœur des viandes)
• Laver fruits, légumes, plantes aromatiques,
• Éviter consommation crudités,
• Laver ustensiles et plan de travail,
• Ne pas adopter de chats errants ou jeune chat pendant une grossesse,
38
• Éviter contact direct avec objets pouvant être contaminés par les
excréments du chat (litière, terre),
• Vider et désinfecter chaque jour le bac à litière des chats (le faire par
quelqu’un d‘autre ou porter des gants),
(par étuvage à 70 °C pendant 10 minutes au moins)
• Se laver les mains après chaque activité de jardinage, porter des gants,
cours de toxoplasmose model de parasitologie

Contenu connexe

Similaire à cours de toxoplasmose model de parasitologie

Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires
Dr. Kerfah Soumia
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaire
Dr. Kerfah Soumia
 
Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)
Amel Ammar
 
Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)
Amel Ammar
 

Similaire à cours de toxoplasmose model de parasitologie (20)

CULTURE DE VIRUS
CULTURE DE VIRUSCULTURE DE VIRUS
CULTURE DE VIRUS
 
Présentation1.pptx
Présentation1.pptxPrésentation1.pptx
Présentation1.pptx
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires
 
Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)
 
Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040
 
2 nematodes
2 nematodes2 nematodes
2 nematodes
 
Amibes
AmibesAmibes
Amibes
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaire
 
Cestodes à l'état larvaire.pptx
Cestodes à l'état larvaire.pptxCestodes à l'état larvaire.pptx
Cestodes à l'état larvaire.pptx
 
Cysticercose + photos
Cysticercose + photosCysticercose + photos
Cysticercose + photos
 
Ebola Virus.pptx
Ebola Virus.pptxEbola Virus.pptx
Ebola Virus.pptx
 
oeuf_féconde_1semaine (2).ppt
oeuf_féconde_1semaine (2).pptoeuf_féconde_1semaine (2).ppt
oeuf_féconde_1semaine (2).ppt
 
Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)
 
Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)
 
CM L3. Parasitologie-Virologie_2022-2023.pdf
CM L3.  Parasitologie-Virologie_2022-2023.pdfCM L3.  Parasitologie-Virologie_2022-2023.pdf
CM L3. Parasitologie-Virologie_2022-2023.pdf
 
Lessentiel En Maladies InféCtieuses
Lessentiel En Maladies InféCtieusesLessentiel En Maladies InféCtieuses
Lessentiel En Maladies InféCtieuses
 
Tp 9 mucoviscidose
Tp 9 mucoviscidoseTp 9 mucoviscidose
Tp 9 mucoviscidose
 
cours d'hématologie
cours d'hématologiecours d'hématologie
cours d'hématologie
 
Cours de pédiatrie médicale Tétanos néonatal.ppt
Cours de pédiatrie médicale Tétanos néonatal.pptCours de pédiatrie médicale Tétanos néonatal.ppt
Cours de pédiatrie médicale Tétanos néonatal.ppt
 
Cahier N°3.pdf
Cahier N°3.pdfCahier N°3.pdf
Cahier N°3.pdf
 

cours de toxoplasmose model de parasitologie

  • 1. La Toxoplasmose 3ème Année / 1er Semestre Professeur Redouane MOUTAJ Parasitologie Mycologie Médicale Faculté de Médecine et de Pharmacie de Marrakech Université Cadi Ayyad
  • 2. OBJECTIFS: • Connaître les spécificités de l’épidémiologie, de la physiopathologie et des modalités de transmission de la toxoplasmose. • Prescrire et interpréter les examens biologiques en cas de suspicion d’une toxoplasmose aiguë face à un syndrome mononucléosique ou la découverte d’adénopathie(s). • Faire pratiquer le sérodiagnostic de la toxoplasmose en prénuptial et en début de grossesse • Etre en mesure d’informer une patiente sur les risques théoriques de transmission et de séquelles potentielles fœtales ou postnatales d’une infection toxoplasmique survenant en cours de grossesse. • Connaître les complications toxoplasmiques pouvant survenir chez les sujets immunodéprimés • Connaître les principaux schémas thérapeutiques de la toxoplasmose. • Connaître les mesures prophylactiques recommandées chez une femme enceinte séronégative pour la toxoplasmose et chez le sujet immunodéprimé 2
  • 3. 3 INTRODUCTION – La toxoplasmose est une anthropozoonose cosmopolite due à un protozoaire : Toxoplasma gondii : Sporozoaire, coccidie à multiplication intracellulaire obligatoire. – Parasite des animaux à sang chaud. – Préférence pour les cellules du SRE. – L’infection est souvent asymptomatique et bénigne. – Redoutable pour 2 populations: * Patients immunodéprimés et * femmes enceintes non immunisées.
  • 4. 4 ETUDE DU PARASITE 1/ Taxonomie Embranchement: Apicomplexa Classe: Sporozoaires Sous classe: Coccidies Ordre: Eucoccidies Famille: Sarcocystidae Sous famille: Toxoplasmatinae Toxoplasma gondii
  • 5. 5 ETUDE DU PARASITE 2/ Morphologie * 3 formes évolutives: Tachyzoïte, Kyste, oocyste : Tachyzoïte: • Protozoaire intracellulaire obligatoire. • Arciforme • Pôle effilé: complexe apical • Pôle renflé avec le noyau • 6 à 8 µ / 3 à 4 µ • Diffusion dans l’organisme par voie sanguine et lymphatique. • Passe chez le fœtus après multiplication dans le placenta.
  • 6. 6 Kyste : * 12 à 14 µ avec 2 à 6 bradyzoïtes et 100 µ avec 3000 bradyzoïtes. * Forme quiescente de résistance et dissémination. * Kyste inaccessible aux anticorps et aux traitements. * Siège: SNC, muscles striés (myocarde) et œil. * Destruction du kyste: 30 minutes à 50°C, congélation à – 20°C pendant 24 heures suivie d’une décongélation.
  • 7. 7 Oocyste: • formes de résistance dans le milieu extérieur et sont responsable de la contamination des herbivores et de l’Homme. • Contient les sporozoïtes • Eliminés dans les fèces du chat, • les oocystes maturent en 48 heures dans le milieu extérieur ou dans un bac à chat. • L'oocyste est très résistant, résiste aux grands froids ce qui lui confère un pouvoir infectant remarquable
  • 8. 8 oocyste: • Issu de la reproduction sexuée • L’oocyste demeure infestant 1 an dans les sols humides. * Agent de contamination des herbivores et de l’homme.
  • 9. 9 EPIDEMIOLOGIE 1- Prévalence – Augmente avec l’ âge et dépend aussi de: – Alimentation: origine géographique – Présence des hôtes définitifs – Environnement (eau, hygiène, climat)
  • 10. 10 PRÉVALENCE DE LA TOXOPLASMOSE Cosmopolite, prévalence (13-78%) et mode de contamination variables selon les pays Maroc (Rabat): 50,6% de femmes enceintes en 2007 / 35% en 2002 El Mansouri B; Bull Soc Pathol Exot. 2007/ Tligui L; JBC 2002
  • 11. 11 EPIDEMIOLOGIE 2/ Transmission: * Alimentaire : Ingestion de: Oocystes ou kystes. * Transplacentaire: en cas de parasitémie chez une femme enceinte (infestation après la conception et le placenta développé). * Greffe d’un organe (cœur, rein, foie, poumon…): contenant des kystes chez un receveur séronégatif pour la toxoplasmose. * Accidentelle: personnel de laboratoire par l’inoculation directe.
  • 12. 12 2/ Cycle évolutif • Hôtes intermédiaires: homme, oiseaux domestiques (pigeons), animaux domestiques (porc, chien, lapin …) et animaux sauvages. • Hôtes définitifs: chat, chat léopard, chat tigre, puma, lynx. * 2 cycles: - Cycle asexué chez l’HI. - Cycle asexué et sexué chez l’HD.
  • 13. 13 Cycle sexué complet: L’hôte définitif (le chat) se contamine en ingérant des kystes contenus dans ses proies ou même des oocystes contenus dans l’eau ou les aliments . Les formes végétatives libérées dans l’intestin grêle du chat vont pénétrer dans les cellules entero-épithéliales où elles se reproduisent par multiplication asexuée (schizogonie) réalisant un schizonte. Cette étape schizogonique qui dure environ 48 heures se répètent plusieurs fois.
  • 14. 14 Cycle sexué complet: • Elle va donner naissance après quelques multiplications à des éléments sexués mâles ou femelles (micro ou macro gamétocytes), toujours situés dans les cellules de l’intestin grêle. • La fécondation (gamogonie) aboutit à la formation d’un œuf particulier : l’oocyste, non sporulé qui est rejeté dans le milieu extérieur avec les fèces du chat. • Cette phase dite gamogonique constitue le cycle sexué. • La sporulation (maturation) a lieu en présence d’oxygène et à température inférieure à 37°C.
  • 16. 16 Cycle asexué incomplet: -La contamination humaine est essentiellement alimentaire. Elle est double : ► soit par ingestion d’oocystes contenus dans l’eau ou les aliments souillés par les déjections du chat, ► soit par ingestion de viandes mal cuites contenant des kystes (viande de mouton, bœuf, porc, cheval voire même de volaille). - La voie de contamination transplacentaire est responsable de la toxoplasmose congénitale.
  • 17. 17 Le déroulement du cycle asexué chez l’hôte intermédiaire se fait en deux phases : * Phase aigue : Dans le tube digestif de l’Homme l’oocyste ou le kyste vont libérer respectivement des sporozoïtes ou des bradyzoïtes qui vont diffuser dans l’organisme par voie sanguine et lymphatique et se transformer en tachyzoïtes. Ces derniers vont envahir les cellules du système réticulo-endothélial, s’y multiplier, entraînant leur lyse et provoquant ainsi des lésions de nécrose dans les tissus parasités. Remarque: Cet épisode est dangereux chez la femme enceinte en l’absence d’immunité protectrice.
  • 18. 18 • * Phase chronique ou latente : Après installation d’une immunité efficace, les parasites une fois dans la cellule vont ralentir leur multiplication et leur métabolisme, se transformant en bradyzoïtes et la cellule parasitée s’enkyste donnant un vrai kyste, principalement dans les organes pauvres en anticorps (cerveau, muscle strié et œil)
  • 19. 19 CYCLE DE LA TOXOPLASMOSE
  • 20. 20 Formes cliniques de la Toxoplasmose Les tableaux cliniques de la toxoplasmose se distinguent en trois grandes situations: • * La toxoplasmose acquise postnatale de l’immunocompétent ; • * La toxoplasmose congénitale, acquise in utero ; • * La toxoplasmose de l’immunodéprimé : acquise ou due à la réactivation d’une infection latente (kystes)
  • 21. 21 1- Toxoplasmose acquise de l’immunocompétent: 1.1 La forme asymptomatique : – C’est la plus fréquente (> 80 %). – Une sérologie positive témoigne d’une infection ancienne 1.2 La forme apparente bénigne : – 15 à 20 % des toxoplasmoses acquises. – Incubation de quelques jours – Un syndrome mononucléosique: la triade symptomatique : fièvre, adénopathies (cervicales +), asthénie. – Elle atteint généralement le grand enfant, ou l’adulte jeune 1.3 La forme grave: rare
  • 22. 22 2- Toxoplasmose de l’immunodéprimé: • Déficit immunitaire acquis (cas du SIDA) patients immunisés contre la toxoplasmose, donc porteurs de kystes qui réactivent l'infection lors d'une baisse conséquente de leurs défenses immunitaires >>> (Toxoplasmose cérébrale) • Déficit immunitaire provoqué par immunosupresseurs (cas des transplantés et des greffés): Introduction chez le receveur de kystes contenus dans le greffon (ex: greffe du cœur). >>>Toxoplasmose aigue disséminée
  • 23. 23 3- Toxoplasmose congénitale : si la mère fait une toxoplasmose aiguë en cours de grossesse, on aura: • 1- Les formes inapparentes ou infra-cliniques à la naissance : 80% des toxoplasmoses congénitales. A dépister (sérologie) et à traiter pour éviter les complications • 2- Les formes gaves: foetopathie La transmission toxoplasmique à travers la barrière placentaire peut causer: > Avortement / prématurité > Formes neuro-oculaires: (hydrocéphalie, microphtalmie, calcifications intracraniennes, retard psychomoteur. > Formes ictériques mortelles > Formes oculaires isolées
  • 24. 15
  • 26. 26 La gravité des lésions dépend de la date de contamination maternelle • Précoce: rare, grave+++ • Tardive: fréquente, moins grave –
  • 27. 27 Girl with hydrocephalus due to congenital toxoplasmosis (From Dubey JP, and Beattie CP. Toxoplasmosis of animals and Man. CRC Press, Baca Raton, Florida, 52, 1988.) Toxoplasma gondii. Congital toxoplasmosis with chorioretinitis and hydrocephaly CRC Press, Baca Raton, Florida, 53, 1988.)
  • 28. 28 Toxoplasmose oculaire Le plus souvent, c’est la forme tardive d’une toxoplamose congénitale rétinite pigmentaire Chorio-rétinite toxoplasmique
  • 29. 29 DIAGNOSTIC DE LA TOXOPLASMOSE MATERNOFOETALE Etapes: • Diagnostic et datation de la primo-infection maternelle • Diagnostic de passage transplacentaire • Evaluer les Répercussions de l’infection fœtale Objectifs : Traiter, prévenir les lésions fœtales
  • 30. 30 LA MERE: Outils de diagnostic sérologique et dépistage de l’infection maternelle Antigène Figuré Antigène soluble Techniques de première intention Test de lyse IFI Agglutination ELISA Hémagglutination/ Latex Techniques complémentaires Agglutination différentielle ISAGA Avidité IgG ELIFA Western blot Objectifs: - Définir le Profil sérologique de la femme enceinte - Dater une séroconversion per-gravidique
  • 31. 31 Séroconversion - infection maternelle Cinétiques cinétiques + avidité = datation de la séroconversion H. Pelloux & al, Diag. Microbiol. Infect. Dis., 1998,H. Fricker-Hidalgo & al, Diag. Microbiol. Infect. Dis., 2006
  • 32. 32 Diagnostic de passage transplacentaire= Diagnostic in utero - Indications: - En cas de séroconversion entre 6 et 36 SA chez une F. enceinte non immunisée devenant immunisée au cours de la grossesse - échographie fœtale anormale - Prélèvements: - liquide amniotique++ - sang fœtal: contre indiqué Ponction du liquide amniotique (>16-18 sem; un mois après la date supposée de contamination) » Inoculation à la souris: - la plus ancienne - référence - sensibilité 53%, spécificité 100% » Cultures cellulaires: - 4 à 6 jours et sensibilité + ⁄ - souris Ctenodactylus gondi
  • 33. 33 Diagnostic de passage transplacentaire = Diagnostic in utero » PCR qualitative (2000) » PCR quantitative (2004) Rapide ( 2 heures) - Quantification de la charge parasitaire ( plutôt pour explorer l’efficacité des thérapeutiques antitoxoplasmiques que pour évaluer la gravité de la toxoplasmose congénitale) S. Romand & al, Am. J. Obst. Gyn., 2004, I. Ordinaire:Ann Biol Clin 2005
  • 34. 34 - Spiramycine (Rovamycine®) - Pyriméthamine – sulfadoxine (Fansidar®) - Pyriméthamine – sulfadiazine (Malocide®) 1/ Toxoplasmose acquise chez la femme enceinte: * Spiramycine: 3 g/j  fin de grossesse si pas d’ADN dans liquide amniotique * Si ADN + : Pyriméthamine (50 mg/j) + Sulfadiazine (4 à 6 g/j)  fin de grossesse. 2/ Toxoplasmose chez le N.né: •Pyriméthamine (0,5 a 1 mg/kg/j) + sulfadiazine (50 a 80 mg/kg/j)  2 ans + Acide folinique. 3/ immunodéprimés (SIDA) -> protocoles d’équipes SCHEMAS THERAPEUTIQUES
  • 35. 35 PROPHYLAXIE: la femme enceinte non immunisée • 1- Identifier les jeunes femmes non immunes et limiter leur risque de contamination en cours de grossesse  mesures prophylactiques. • 2- Dépister le plus précocement possible les toxoplasmoses pergravidiques et éviter ou limiter la transmission au fœtus.
  • 36. 36 • 3- Après un diagnostic de séroconversion maternelle, réaliser le diagnostic de toxoplasmose fœtale et traiter le fœtus in utero. • 4- diagnostiquer et traiter à la naissance les toxoplasmoses congénitales, même cliniquement inapparentes, pour prévenir le risque de réactivation et de complications tardives. • Avant, pendant et après la grossesse.
  • 37. 37 Prévention +++ : la femme enceinte non immunisée et l’Immunodéprimé séronégatif • Consommation viande cuite (éviter viande fumée, marinée): (cuisson à plus de 67 °C au cœur des viandes) • Laver fruits, légumes, plantes aromatiques, • Éviter consommation crudités, • Laver ustensiles et plan de travail, • Ne pas adopter de chats errants ou jeune chat pendant une grossesse,
  • 38. 38 • Éviter contact direct avec objets pouvant être contaminés par les excréments du chat (litière, terre), • Vider et désinfecter chaque jour le bac à litière des chats (le faire par quelqu’un d‘autre ou porter des gants), (par étuvage à 70 °C pendant 10 minutes au moins) • Se laver les mains après chaque activité de jardinage, porter des gants,