SlideShare une entreprise Scribd logo
MASTE1:HABITATET PAYSAGES
Groupe:4
UNIVERSITE EL HADJ LAKHDAR-BATNA-
Département d’Architecture
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Les Étudiants
BOUZIDA Djihane
BOUTOUTHousna
CHAIRA Amina
CHEBBAH Mohamed Iheb
L’Enseignante:
L’ANNEE UNIVERSITAIRE:2014/2015
Plan de travail
Analyse thématique:
• Qu’est ce que l’habitat ?
• Classification de l’habitat
• Qu’est ce quel’habitat individuel ?
• L’habitat individuel dans le monde a travers l’histoire
• L’habitat individuel en littoral
l’habitat individuel aJijel :
• Présentation dela ville:
• Analyseclimatique
• Analysetypo-morphologique:
• Analysesociologique:
Qu’est ceque l’habitatécologique?
• l’habitat écologiqueenzonehumide
• Présentation des solutionsactiveset passives
Analyse des exemples
Qu´est ce que l´habitat ?
Selon:Larousse : «Lieu habité par unepopulation ; ensemble
defaits
géographiques relatifs à la résidence del’homme
(formes, emplacement, groupement des individus);
l’ensemble des
conditions relatives à l’habitation amélioration del’habitat ».
Classification d’habitat
Selon la
localisation
• 1- Habitat urbain
• 2- Habitat rural
Selon le type de
regroupement
• 1- Habitat dispersé
• 2- Habitat planifié
• 3- Habitat spontané
Selonle nombre
delogement
rassemblés
• 1- Habitat individuel
• 2- Habitat semi collectif
• 3- habitat collectif
Qu´est ce que l´habitat individuel ?
L’habitat individuel est un espace qui impose une autonomie physique et morale dela
famille restreinte .En effet, chaque habitat individuel est caractérisé par ses propres murs
etportes qui séparentles déférents groupes familiaux. Cela implique spécifiquement une
cohésion du même groupe par rapportaux relations interfamiliales, à la culture spécifique
et aux revenus et dépenses économiques. Cette indépendance par rapport à l’entourage
solidifie l’intimité dugroupe familial d’où le style devie individuel.
Contrairement à ce que l'on peut croire, l'homme préhistorique ne vivait pas
dans les grottes. Tout simplement parce que les conditions ne s'y prêtaient pas
forcément. Toutes les régions ne bénéficiaient pas d'un relief comportant des
grottes ou abris sous roches.
Préhistoire:
Hutte de la Verberie
Hutte de Terra Amata
L'habitat au paléolithique
L'habitat nomade:
Besoin : un abri vite installé pour se protéger
des intempéries et des animaux sauvages.
L'habitat au néolithique
L'habitat sédentaire
Besoin : un abri durable pour se protéger des
intempéries et des animaux sauvages Sources :
http://www.archeosite.be
L'habitat à l'âge du bronze : -2200 à – 800 ans /L'habitat à l'âge du fer : -800 à – 52 ans
L’habitat gaulois
Cette maison de
village est une
reconstitution de
l’habitat en 50 av.
J.C, à la fin de l’Age
de fer. Située àpro--
ximité d’un grenier,
d’une cave, d’un
puits et délimité par
un enclos.
Elle est construite avec des matériaux disponibles à proximité:
Du bois: pour la structure du
bâtiment et la charpente du toit,
du torchis (mélange humide
de terre, de sable, de paille)
qui recouvre un clayonnage de
branches de noisetier tressées
fixé sur les poteaux des murs,
De la paille de seigle ou des
roseaux pour couvrir le toit.
L’intérieur de la
maison
La maison est composée de deux pièces séparées par une cloison :
la plus petite située à l'entrée de la maison est une réserve à
provisions ou un endroit où ranger outils et objets de la vie
quotidienne
la plus grande est la pièce principale où vit toute la famille.
Au dessus d'une partie de cette pièce se trouve un grenier avec un
plancher où il fait plus chaud pour dormir.
Sources :
http://www.archeosite.be
L'habitat sédentaire:
Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux
sauvages, marqué par un début de confort.
L'habitat à l'âge gallo-romain : -52 à 476 après JC
L'habitat sédentaire:
Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages. La ville et
l'habitat va contribuer à civiliser les peuples conquis. Grande évolution technique et début de
réel confort.
La villa gallo-romaine
La villa gallo-romaine
: est un lieu
d'habitation, mais elle
est aussi , et surtout, le
centre d'exploitation
d'un domaine agricole.
En fait, il s'agit d'une
ferme, pourvue d'un
domaine foncier. Un
mode d'exploitation de
la terre, qui ne rompt
pas avec les traditions
gauloises, se met en
place : la villa (villas au
pluriel).
1 : cuisine et toilettes
2 : salle à manger
3 : chambre à coucher
4 : porte de service
5 : corridor
6 : bibliothèque
7 : bassin
8 : atrium (grande salle)
9 : vestibule
10 : autel des dieux lares
11 : escaliers donnant accès aux chambres des serviteurs
12 : jardin 13 : promenade 14 : maison de jardin
15, 16, 17 : thermes privés
Zone
d’habitation
Péristyle
Le péristyle
Les thermes
vestiaire
Salle de chauffe
Salle de bain
avec baignoire
Sources :
http://www.archeosite.be
Moyen-âge de 476 à 1492
L'habitat sédentaire:
Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages, se
protéger des invasions, et honorer l'église.
L'habitat fortifié
L'habitat urbain
L'habitat rural
Est composé d'une ou
plusieurs unités agricoles,
ou fermes, comprenant un
bâtiment d'exploitation
entouré de ses annexes.
Les bâtiments sont
construits sur des
soubassements en pierre
ou des sablières en bois,
mais la plupart le sont sur
des poteaux plantés. Les
murs sont en terre (torchis)
et en bois et la toiture
couverte de chaume.
Est construit à base de
torchis et de bois, la pierre
étant réservée aux plus
luxueuses. Les façades
sont étroites et munies de
colombages, les vitres ne
se diffusent qu'à partir du
XIVe siècle. La maison à
étage se développe.
Est une forteresse
défensive, mais aussi la
résidence du seigneur.
D'abord construit en
bois à la fin de Xe siècle,
il est ensuite construit
en pierre.
les fenêtres de larges
baies décorées de
pignons, d'arcs et de
moulures annexes. (Le
château, symbole de
puissance).
Sources : http://www.archeosite.be
Époque moderne de 1492 à 1799
L'habitat sédentaire:
Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages. Retour aux sciences,
besoin d'esthétisme, de symétrie, besoin de bâtiments plus importants avec plus de Confort.
L’hôtel de la Renaissance
Sources : http://www.archeosite.be
La Renaissance est une période de l’histoire européenne (du 14ème au 16ème siècle) très marquée par un
intérêt pour les arts et la culture de l’Antiquité. C’est en Italie que ce mouvement trouve son origine. Les
architectes de cette époque cherchaient à respecter un certain nombre de règles générales : la régularité
dans la création des ouvertures et les éléments de décors, la symétrie dans la conception des structures, la
proportion entre les différentes dimensions.
L'égalité des travées:
régularité dans le
rythme des
ouvertures.
L'alignement des baies
à un même niveau .
La symétrie : similitude entre les deux moitiés d'un
bâtiment.
Un plan régulier : tracés rigoureux, façades rectilignes, raccord à angle
droit.
Les décors s’inspirent de l’architecture antique.
(Quelques termes techniques ):
XIXe siècle
L'habitat sédentaire:
Besoin : un abri durable
pour se protéger des
intempéries et des animaux
sauvages. Besoin de
plus de logement en ville, de
moins d'insalubrité, de plus
de confort
XXe siècle
L'habitat sédentaire:
Besoin : un abri durable pour se
protéger des intempéries et des
animaux sauvages. Besoin de
logements sociaux en ville, de
plus de confort. Besoin de
logement individuel, de liberté.
XXIe siècleL'habitat sédentaire:
Besoin : un abri durable
pour se protéger des
intempéries et des
animaux sauvages. Besoin
de logement individuel, de
liberté. Besoin d'économie
d'énergies.
Place de Catalogne vue de
la tour Montparnasse à
Paris
Sources
:http://www.archeosite.be
L’habitat
écologique
Les nouvelles habitations dites « passives » se
différencient de
l'habitat traditionnel par les matériaux utilisés, les
techniques de chauffage ou d'apport électrique ainsi que
la configuration des bâtiments qui permettent une
dépense d'énergie amoindrie. La notion d'habitat passif
est une norme allemande énergétique d'un bâtiment
ainsi qu'une appellation utilisée pour certains types de
maisons. C'est un habitat à très faible consommation
électrique.
L’habitat individuel en littoral
Analyse dela maison traditionnelle
Nousavonspris pourexemple
vernaculaireles maisonsdela
Médina d’Alger
« LaCasbah»
Dans les îlots onremarqueun
conditionnement dûà la
densification dela surface, le plus
souvent les maisons sont
limitrophes et partagent un, deux
ou trois murs mitoyens et sont
groupées dans desrues très étroites
enpente dela Médina .
Plandu rezdechausséedel’îlotentreles ruesSidi
DrissHamidouche,Arouri,N’fissa,SmalaRabah
Source:AndréRavérau
Suivant le pouvoir
économique dela famille, les maisons
présentent de grandes différences
quant à la taille
d’occupation au sol .
Les différences en
hauteurn’existentpas
ou ne sont pas en
général
extraordinaires .
Source: André Ravérau
Groupe analytique :
•Milieu : urbain
•Implantation: groupée
•Statut économique: bas/
moyen/élevé
•Morphologie: compacte
Source: André Ravérau
Nous pouvons distinguer 3 types demaisons :
MaisonAlaoui
Maisonà Patio
Maisonàchebk
Qu'est-ce qui les
différencie ?
• La maison à patio :
(maison à West Edar, maison à portiques)
• La maison à patio :
(maison à West Edar, maison àportiques)
• Elle se développe sur une surface
de80m²minimum .
• Pouvant accueillir de2 à 4familles
avecdes liens familiaux .
• La maison est ouverte sur le ciel
par une ouverture centrale encadrée
par des portiques degaleries à 1, 2
ou 3arcatures suivant la taille dela
parcelle. PlanRDC+1erd’unemaisonàpatio
Source:AndréRavérau
Couped’unemaisonàpatio
Les ouvertures en
façades sont presque
inexistantes sauf dans le
soubassementpuisque
l’air et la lumière sont pris
depuis lePatio.
La maison à chebk:
• Une surfaceausol de50 m²
• Typologierépondantàla contraintedesurfaceminimale
Petitemaison(douera) quiest souventdépendanted’une
maisonplus grande.
• Pouvantaccueillir uneseule famille
• Lamaisonest ouverte sur leciel paruneouverturecentrale
recouverted’unegrille de1m de côté .
PlanRDC+1+2+terrasseCouped’unemaisonchebk
Source:AndréRavérau
Maison Alaoui :
• une surface au sol de30 m²
• Pouvant accueillir une seule famille
• Habitation avec un local de commerce ou d’entrepôt en rez-de-
chaussée, l’espace habitable commence à l’étage
• Ne prend ni l’air ni lalumière depuis un patio mais par une fenêtre
ouvrant sur larue.
• laparcelle est située en angle d’îlot
Ou devant une rue pour permettre une ouverture des fenêtres
devant un espace libre.
Source : André Ravérau
Typologie de la maison traditionnelle
Dans le but de satisfaire des exigences culturelleset
religieuses sa conception s’est fondée sur:
• un système introverti
• La spécialisation etla hiérarchisationdes sous-espaces
Ainsi , le passage dela ruea la maison se fait par unespace
detransition surélevépar rapport au niveau de la ruequi
se présente souvent en chicaneappelé skiffa.
Une sortedevestibule, espacedetransitionetdefiltreentrele dehorsetle
dedans,elle donnedirectement surle patio.
Pourleconfortdesvisiteursdurantl’attenteonytrouvesouventun bon
construitdansl’épaisseur dumur.
West-al-Dar :
C'est l'espace centrale de l'organisation de la maison dans toute sa signification.
Appelé aussi patio, il est le lieu privilégié des activités domestiques etdu déroulementde la vie familiale.
Ilpermetla régularisation thermiqueet la ventilation à partir des fontaines, mais aussi l'éclairage naturel.
Partiellement couvertou découvert, le patio est le seul endroit où l'on puisse voir les façades décorées.
Al- bit :
Al Bit ouchambre,espace multifonctionnels de
forme rectangulaire,s'organisent autour du Wast-al-
dare. Elles s'ouvrent sur les galeries par uneporte à deux
battants.
Par leursituation , elles ont uneappellation
particulièreet qui en mêmetemps désigne l’étage:
-aurez-de-chausséeonles appelle « bioutes ».
-aupremierniveau on les appelle « el ghourfa ».
Au deuxième niveau onles appelle « el menzeh».
Le kbou :
Auxétages , les pièces sortent enencorbellement
(Kbou),ces derniers par leurjuxtaposition et leur
traitement participent a l’enrichissement des façades
aveugles. Ils régularisent la forme irrégulièredes
pièces et augmentent leursurface.
La terrasse (Stah) :
Un largeespaceentièrement ouvert, donnantsur
la baied’Alger. constituantl’espaceféminin par
excellence, il permet unecommunicationdiscrète
etunéchange quotidiendirectesanspasserpar
l’extérieur(la rue).
Le s´hin :
Espace de circulation, couloir ou galerie qui entoureWest-al-dare,
elle jour le rôle de communication horizontale et dedistribution aux
autrespièces.
Droudj :
Aves la Skiffa et S’hin constituent
une succession d’èspaces communs
qui assurent L’articulation et l’unité de
la maison traditionnelle.
Ces escaliers sont indépendants des
deux niveaux qu’ils relient, et se
trouvent entre deux murs.
Les éléments de structure dans la maison
Les rondins :
Rondins de thuyaécorcés, sorte depoutres dotées d’une
certaine élasticité qui servent à la consolidation duplancher.
Les tirants
Les portiques
Les arcs brisés outrepassés
Arc outrepassé : Arc circulairepince
légèrement à la base formant unesorte de fer
à cheval
Arcbrisé : Uneversion brisée del’arc enfer à
cheval devint courante
Les coupoles
Les voûtes
en berceau
Les murs porteurs
Composésdebriquesmincescuitesou séchées ausoleil murées avecdumortier deterre
rouge argileuse,souvent pure,quelques foismêlé à unpeu dechaux.Lamaçonnerieest
traverséeàsonintérieur parlestuyauxen terrecuitesdu réseauderécoltedeseauxpluviales
.
Les éléments architecturaux
Les chapiteaux
Appartenant à l’ordre
Corinthien
Les balustrades(Derbouz)
Garde-corpsfabriquéen bois
Les portes extérieures : Dedimensions modestes, elles se composent d’un seul vantail à
ouvertureintérieure,doublé par un vantail mineur
supplémentaire joint au principal par des charnières, percéesur
son montantfixe d’uneouverturemunied’unegrille qui permet
defaire entrerl’airombragé dela rue.
Enbois ou enstuc elle sont dotés de décors minimalistes.
Les portes intérieures
Majestueuses,
extravaganteset
monumentalesc’est tout
l’inversedesportes
extérieures.
Divisées en dedeux
vantaux àouverture
extérieure, doubléepar
deuxvantauxmineurs
Supplémentaires.
Les fenêtres :
A Alger, lesfenêtres commencent à
35cm dusol.Cela est calculépour
satisfaireà lastationassise.
Lafenêtresur couraun rôlede
communication.Lefranchissement
decette fenêtreva s’effectuerà
l’aided’unarcsurbaisséoutrepassé.
Lesplacards:ne sontautrechoseque la
fenêtresansouverture,avec étagères
échelonnées, Lesvolets sontlesportesdu
placard.
Matériaux et décoration
Le bois:étaitutilisé pourles porteset
fenêtres,balustradesainsi quepourles
éléments porteursqui servaientà
maintenirl'extérieuredes Kbouappelé
encorbellements.
La pierre
2èmematériaule plus utilisé, trèssolidelorsqu'elle est soumiseà des forcesdecompression, elle a
courammentétéutiliséepourles colonnesetles murs.
Lapierrelaplus employéeest le
marbre,utilisée pourles colonneset
pourlesol du patiomais aussipourles
fontaines.
Le stuc :
l'utilisation la plus répondue dugypse et
celle du plâtre fin connu sous le nom de stuc
;celui-ci peut êtremoulé ou sculpté et
permet d'obtenir à peu présn'importe
quelle forme en 3dimensions .
La faïence :
Utilisée pour la décoration des murs et
des sols, comme le marbre, la faïence était
importait deTunisie ou d'Italie oude Finlande.
La décoration
Géométrique :
souvent utilisé enmosaïque à partird’une unité de base.
Florale :
enforme de feuilles et de plantes
Calligraphique :
Généralement desécrits du saintCoran
L´habitat colonial
•C’est unespaceconformeàl’intérieur dela maisonoccidentale .
•Il répondà lalogique de répartirdes fonctions précises dansdesespaces Nettementdifférenciés.
Des maisonscoquettes:
Structurésseulement par un couloir plus au moins
large, qui dessert les différente Pièces.
Toutefois, les nombreuxéléments à décors réalisés
confèrent uneapparence coquette
À cesintérieurs .
-Plafonds ornés de frises en plâtre.
-Cheminées encadrées de marbreou de pierre taillée
-Arcades.
-Escalier balancé.
-Rampe en fer forgé.
-Muren faïence.
-Le soubassement en pierre de taille.
-Les menuiseries en bois.
-Le toit entuile bordé de génoise ou d’une
cornicheenredent de briques.
-L’entrée souvent traitée en arcade en verreou
encéramique contribue à attribuer cetespace
coquet à la maison.
lotissementcolonialà Blida
Typologie de la maison coloniale
La maison coloniale possédait impérativement deux compartiments :
•Le premiercouvert, le corps du logis, généralement composé dequatre pièces :une piècede réception dont les
dimensions sont légèrement supérieuresà celles des autrespièces, deux chambresà coucher(l’une pourles parents,
l’autre pour les enfants) et unecuisine.
•L’autredécouvert : la cour arrièreet les dépendance ainsi que le bloc sanitaire.
la vérandadela maisoncolonialedésigna, selon la
terminologie même des colons,l’espaceextérieuràvivre,
noncouvert, généralement situéedansle prolongement
del’habitationprincipale,en ouverturedela ruecet
espaceprivépermettantla hiérarchisationspatiale,était
quasimentinexistantdanslemodèle d’habitat
vernaculaire.Il représentaitle symboleparexcellence de
l’architecturecoloniale.Parla faiblehauteurdeses murs
declôture,ne dépassantpasles 1,20m, lavéranda
symbolisaitl’extraversiondulogis àvaleur très intime
auxyeuxdescolonisés.
Eléments architecturaux del’époque coloniale :
Portes Fenêtres
Vérandas Murs extérieurs
Présentation de la ville
Son appellation viens du latin IGILGILI
faisantréférence à une ligne d’écueils
sur laquelle a été établie au 19 siècle
une partie du port de Jiejel .
historique
La fondation d’IGILGILI fut
attribuée au phéniciens
10siècleavJC
5siècleavJC
Elle devintsuccessivementun
comptoirCartaginois puisune
colonieromaine.
429
Elle connueles incursionsdes
vandaleset desbyzantins
Débutdu10siècle
Elle fut placéarabe,grâce au
règne desfatimideset
Hammadidesellerésistaaux
invasionsnormandes;
pisanesetgénoises.
1514
LesfrèresAroudj etKheir
Edine firentdela vielleleur
base,leurprésenceetleur
rôlede puissanceen mer
méditterannéemarquaune
époqueflorissante
1611
1839
Lesespagnolstentèrent
quelquesinvasionsmais
sansrésultatjusqu’à
l’arrivédesfrançais.
Situation géographique
•Lawilayade Jijel estsituéeaunord-
estde l’Algérie, elle s’étendsurune
superficie de 23980 km c’estun
balcon surlamer méditerranée
puisqu’elle possède 120 km de
façademaritime.
•environ 350 km lasépare de la
capitalAlger .
N
Cartede localisationde la Wilayade Jijel,Algérietellequ'en 2009.
NGDC WorldCoastLine (publicdomain)
Elle est limitée:
• à l’est par la wilaya de Skikda
• à l’ouest par la wilaya deBijaīa
• aunord par la merméditerranée
• ausud par la wilaya deMila etde Sétif
N
Administrativementla wilayaest composée de 11 Daïraset de 28
communes .
N
Division administrative de lawilaya de Jijel
Jijel.Igelgili
Relief et topographie
Appartenantau domaineorientalnord atlastique,lawilayafaitpartiedela chainedes Baborsdanslapetite Kabylie; lazone montagneuse
constituel’essentielduterritoire.
Bien que L’altitude moyennesoitde 600 à1000 m, onretrouvedessommetsqui dépassent1800 m pourculminerà 2004m pour Djbel
Babor.
CartetopographiquedelapetiteKabylie
Source:NaturalEarth
Lesplainescôtièresdela région de Jijel sontentourées auSudparles reliefsdela petiteKabylie.La
topographieest sub-planeetaugmenteen progressantversle sud.
Cartetopographique. Wilayade Jijel. 2009
S.D.A.TJijel
N
Laplaine est situéeaunord, le long de labande littoraleallantdes petites plainesde Jijel, les
plaines d’El-Aouana,le bassinde Jijel, les vallées de Oued Kébir, Oued Boussiabaetles petites
plaines de Oued Z’hour .
www.maphill.com
Cartetopographique dela wilaya de Jijel, 2011
Ziama Mansouriah
Jijel _Taher
Al-Aouna
. Dans cette région, la montagne tombe souvent à
pic dans la mer et forme unecôte trèsdécoupée
appelée Cornichejijelienne, où l’onadmire caps,
falaises .
ANALYSE CLIMATIQUE
• Climatde Jijel
• D’après Im :32,5donc :30<32,5<55
• La région de Jijel est de climat méditerranéen
humide
Lescaractéristiques:
-trèshumide duranttoutel’année.
-tempéré,douxet trèspluvieuxavec desamplitudesfaibleen
hiver.
-unehumidité relativetrès élevée.
-unvolume importantdeprécipitationspendantles saisons
pluviales.
-destempératuresélevées mais sansexcédéun écartde
températurediurnetrèsfaibleen été
ANALYSE BIOCLIMATIQUE
• Recommandationgénérale:
OrientationNORD-SUD(axelong est-ouest)
N
S
OE
Desespacesouvertpourpénétrationdesbrisesd’étéet
protégés contrelesvents froidsetchauds
séjour
ch
ch
ch
ch
cuisine
Chambreindividuelle permettantuncourantd’airpermanent
Ouverture detaille moyenne
Mursextérieurs légers avecunecourte durée de déphasage
Murléger
Toitléger etbien isolant
• Recommandationdétaillé :
Taillemoyennedesouvertures 25%-40%
Ouverturessur murnordetsuda
hauteurdu corps
Protéctiond’ouverturescontrela pluie
Mursetplanchers légers d’unefaiblecapacitéthermique
murléger
Drainageadéquatdeseauxpluviales.
Habitat individuel
à Jijel
A / Habitat individuel colonial :
Il s'agitbien surdeshabitationsconçuesen
période coloniale,dontles spécificités se
traduisentparcelles del'architecture
exclusivement française.
Source: Encyclopédie Encarta junior 2008
B /Habitat individuel
Traditionnel
Estconçupourrépondreauxexigences d'un modedevie
traditionnel.Généralement cetyped'habitatestréaliséàla
compagneà l'aidedesmatériauxtraditionnelslocauxtel que
la pierreetle bois.
C /Habitat
individuelContemporain:
Çaconcerne touttyped'habitationayantété
construiteen époqueactuelle,et reflétantun aspect
architecturalequi traduitfidèlement l'époque
moderne.
Analyse
typo-morphologique
Source:MEMOIRE; pourl’obtentiondediplômedeMagistèreRéaliséepar:
M.ROUIDITARIK
THÈME: Les pratiquesocialeset leursimpactssurl’espacedel’habitatindividuel
enAlgérie
CasdulotissementBourmel4,Jijel.Sousladirection:Dr.MEGHRAOUI Nacira
Habitat individuel :R+1 avec
sous sol
Orientation :NE-SO (bonne
orientation)
Habitat individuel :R+4
Orientation :NO-SE (moyenne
orientation)
Habitat individuel :R+1
Orientation :NO-SE (moyenne
orientation)
Habitat individuel :R+3
Orientation :NO-SE(moyenne
orientation)
Habitat individuel :R+1
Orientation :NE-SO(bonne
orientation)
Plande masse
Ex:01
Ex:02
Ex:03
Ex:05
Ex:04
Façades
Commentaire Photo
Forme Les habitations ont des volumes simples
,compactes par fois avec des décrochements.
formes régulières généralement rectangulaires..
Traitement des
façades
Façades simples L'utilisation par fois des
éléments décoratifs( la pierre, formes
géométrique...... etc.)on remarque aussi la
symétrie dans ces façades.
Couleur et
texture
L'utilisation de différente couleurs et
revêtements(blanc ,blanc cassé, marron,
gris...)et( la faïence, la pierre...)
Toitures On trouve quelques maisons avec la toiture en
tuile mais la plupart des maisons ont des
terrasse accessible.
Commentaires: Photos:
Fenêtres:
La plus part des maisons
possèdent des portes
fenêtres et des fenêtres
classiques rectangulaires
ou arquées en harmonie
avec la forme de
l’habitation .
Portes:
on remarque : deux accès
une grande porte pour
le garage et la petite
pour accéder à la
maison
Balcons:
Tous les balcons sont
accessibles
Analyse sociologique
0
5
10
15
20
25
30
35
40
45
PAR AGE
00-20 ans
20-40 ans
40-60 ans
plus que 60
ans
famille
conjugal
e
80%
famille
large
20%
On remarque que:
la plupart des familles de la ville de
Jijel sont des familles conjugales
La classe dominante dans la ville de
Jijel est la classe des jeunes.
on constate que le taux féminité est
presque égale le taux masculinité.48
48,5
49
49,5
50
50,5
51
PAR SEXE
FEMMES
HOMMES
Structure familiale
0
5
10
15
20
25
30
35
40
NIVEAUX SCOLAIRES
PRIMAIRE
MOYENE
SECONDAIRE
UNIVERSITAIR
E
NIVEAUXSCOLAIRE
Le niveau scolaire très important et varié selon la capacité de chaque
personne.
0
10
20
30
40
50
60
PAR SECTEUR
SECTURE
PRIVE
SECTEUR
PUBLIQUE
0
10
20
30
40
50
60
PAR SEXE
HOMME
FEMME
TRAVAIL
On remarque:
_ Le secteur privé absorbele plus grandnombrede travailleursparrapport ausecteur
étatique.
_ Les travailleurs hommes sontbeaucoup plus que les femmes.
Exemple d’habitat traditionnel
à Jijel
Moded’implantation et
d’organisations
Lesmaisonsoccupenten général unecrête,un
plateau;elles sontconstruites
perpendiculairementauxcourbesdeniveau au
soleil levant.
a) Larue: vois principale du village qui distribue les autres espaces.
b) l’impasse:espace semi privé, généralement perpendiculaire à la rue
principale, elle est utilisée par les habitants du quartier.
c) Groupement : située à l’entréedu village, elle lui permetd’avoir le
contrôle panoramique.
d) Espaceréservé: pour les villageoises endehors dechez-elles. Les
femmes s’y rendent généralement en groupe, afin d’y puiser de l’eau, tout
endiscutant et s’échangeant des nouvelles.
Les passages
ElHara:
• ELHara: est unensemble des maisonset depièce
juxtaposéesdominantsur unemême courintérieur
ayantun même accès(( Asquif)).
1, 2,3, 4, 5 les
maisons
6-le cour.
7-Asquif
La maison
C’est laplus petitecellule social, cetermedésigne la maisonet
parextension,tousceuxqui l’habitent:la famille
Sourcedesécurité pourl’individu elle est aussiun élément de
continuitépourlasociété toutesentière .
PsychologieSécuritéIntimitéContactProductionSubsistance
Stocker
Cuisiner
Manger
Sechouffer
se laver
Ranger
Dormir
Tissage
poterie
Elevage
Culture
des
champs
Entre les
membresdes
familles
Entre femmes
Entre hommes
Entre enfants
Entre les
membresdes
familles
Entre
l’intérieur
et
l’extérieur
Défense
Identification
Délimitation
Besoins
Espaces:
• Taqaat : c’est la partie hautede la maison, cette disposition répond à des
impératifs géographiques etaux nécessités technique
• Addaynin ou étable : se trouveen contrebas par rapport à Taqaat
• Taarict : est soupente située sur l’étable , sa fonction de séparation de l’espace
intérieur.
Devantle murqui faitfaceàla porte,
•Lieu deshumainseten particulierdel’invité.
•Lieu quisymbole l’honneurféminin.
•Symboledetouteprotection.
Conclusion
La maison traditionnelle, monde de
l’intimité et du secret, a la fois sacrée et
illicitepour tout homme qui n’en fait
pas partie.
Aspect culturel et social
Uneculturearabo-
islamique florissante
régnais sur le bassin
méditerranée
Domination
française à partir
de1830
En résultat un
choc entre
valeurs
traditionnelles et
modernité
Les retombées qui ont suivies :
• Un bouleversement :
•Des habitudes
•Des comportements
•Des mentalités
• unentrelacs culturel
• Un tiraillemententre deux cultures
Conséquences désastreuse ! ! !
Le peuple algérien souffre:
_ D’une carenceau niveaudela conscience culturelle,sociale et historique.
_ D’une ambigüitéd’appartenanceidentitaire.
_ Etest en quêteperpétuelle d’uneidentitéperdue .
Conclusion:
Le citoyen algérien est confronté à 3 oppositions majeures :
TRADITIONNEL MODERNE
ISLAM LAÏCITÉ
ORIENT OCCIDENT
Changement dans la structure sociale
Ensomme , la Médina s’est transforméeen «quartierrefuge » pour les populations démunies, issues del’exode
rurale, après que ses habitants l’est désertée pour se réapproprier les maisons abandonnées par la population
européenne.
La Médina fait fonction delieu detransit pour des catégories attirés par le très bas loyeret enquête
D’un logement en ville
Répartition dela population occupée dela médina
d’Alger selon la tranchederevenu,2002.
Les conditionsd’habitation:
vers plusde promiscuité
Cechangementdans la structure sociale a provoqué deprofonds bouleversements
dans l’appropriation, l’usage et les pratiques spatiales decet espace.
De surcroît, la pratique delocation à la pièce a provoqué la fragmentation du
logement et la pertedesanciennes valeurs d’usage des maisons traditionnelles.
Désormais, chacunedes pièces d’habitation de la maison traditionnelle fait fonction,
dans une grandemajorité descas, delogement. Ces faits témoignent dela rupture entre
l’unité spatiale dela maison et la cohésion sociale .
Chaque partie du logement a gardéun caractère plus ou
moins privéou public., L’espace reste donc hiérarchisé.
Qualitésspatio-symboliques,ancienneset actuelles,des
espacesdelamaisontraditionnelle
La maison traditionnelle:
entre passé etprésent
la skiffa demeureun espace où les étrangers peuvent
être reçus ; stah, steha, beyt el ma et west eddar ne sont
accessibles qu’aux locataires du logement. Seuls les
intimes oules membres
dela famille peuvent accéder à la pièce.
Les espaces semi-privés qui étaient communà tous
les membresde la famille élargie, sont devenus
communsà tous les locataires d’unmême logement.
Quant à la cuisine (cousina), elleacessé d’êtreun
espaceprivédufait qu’elle est souvent aménagée
dans la galerie (steha) qui est traversée par les autres
locataires .
les espaces communssont devenus des espaces sales ;
les relations entreles ménages sont loin d’être parfaits,
etle nettoyage et l’entretien de ces espaces sont
souvent l’occasion dediscordes.
La pièce (beyt) reste unespace propre constamment
entretenuemalgré les nombreuses activités qui s’y
déroulent.
Aujourd’hui,suite à la cohabitation forcéedes
ménages, la pièce(beyt) demeurel’uniqueespace qui
permet de préserver l’intimité.
Qualités spatio-symboliques, anciennes et actuelles, des
espaces dela maison traditionnelle
Le transfert d’occupation des maisons à l’époque coloniale
Aprèsle départ d’unmillion d’européens en1962,laissant derrièreeuxdes logements sous forme d’immeubles, villas
, maisons villageoises et fermesrurales, il y eul’afflux des rurauxqui aspiraient à prendrela place des précédents.
L’opération de modification illicite :
Aussi appelée« retapage»parmodificationsdes
rapportsdeshauteurset prolongementdesfaçades,
suite auxrajoutsdenouveauxespacesdomestiques
ainsi quedeséléments architectoniques.
Un essai d’adaptationdececadrephysiqueaux
besoins socio-physiquesdesusagers.Enréalitéil s’agit
detransformationsanarchiques et incontrôlées.
Exemple de récupération de la Véranda /source: revue année Maghreb
Récupéré pour servir :
_ D’extension à l’espace habitable généralement à l’espace deréception dans 22% des cas.
_ Aun garage destationnement dans 14%des cas.
_ Al’aménagement d’unlocal commercial dans 64%des cas.
1er cas defigure :
Récupération dela
Véranda
Lorsque l’habitation se trouve dans uneallée marchande,cet espace est créé, le plus
souvent, d’unefaçon anarchique, afin de réaliser unecertaineintimité pour ses
habitants, empiétant ainsi surl’espace urbain .
Récupérationdelavéranda /source:revueannéeMaghreb2009
Deuxième cas
de figure
Modification par rajout d’un étage:
Le rajout d’unétage. Cetteopération s’effectue par étapes, en additionnant
transversalement les pièces uneà unejusqu’à l’occupation totale duniveau.
Cette élasticité verticaleest généralement le résultat d’unréajustement de
l’espace par rapport à la taille de la famille ou à la libération totale du rez-de-
chaussée à des fins lucratives. De cette
nouvelle morphologie issue dela surélévation, résulte le plus souvent, une
incohérencedes volumeset des ruptures d’échelles.
Pareillement au niveau planaire, la façade subit les bouleversements les plus
diversifiés allant del’oblitération aux percements les plus variés en termes de formes
et dedimensions jusqu’à l’excroissance.
La véranda sera transformée enune courintérieure pour des raisons sécuritaires et
d’intimité rendu aveugle, seule ouverture la porte d’entrée principale, lorsque une
partie ou la totalité du rez-de-chaussée estvouéeaux activités lucratives le mur est
remplacé par une vitrine rutilante deverreetd’aluminium, sans renvoi aux
dimensions desouvertures del’époque coloniale ni aux matériaux .
Surélévation des murs de clôture /source : année Maghreb
Obstruction et rajout d’ouvertures
Obstruction , rajout d’ouvertures / source : année Maghreb 2009
On assisteàuneoccupationillégale nonpasdemaisonsmais d’équipementsdel’époque tel est lecas
del’ancien tribunal,où lesnouveauxhabitantssepermettentdesséparationsinternesetdes
modificationsexternessur lafaçade.
L’obstructiondesporteset/oudesfenêtress’effectue pardesbriquesempilées les unessurles autres.

Contenu connexe

Tendances

63 logement h&e a paris
63 logement h&e  a paris63 logement h&e  a paris
63 logement h&e a parisMohamed Ziane
 
Analyse de maisons semi collective à Djelfa
Analyse de maisons semi collective à DjelfaAnalyse de maisons semi collective à Djelfa
Analyse de maisons semi collective à Djelfacelinerabehi
 
Affichage exemples habitat collectif
Affichage exemples habitat collectifAffichage exemples habitat collectif
Affichage exemples habitat collectifstudent
 
L’habitat intermédiaire
L’habitat   intermédiaire L’habitat   intermédiaire
L’habitat intermédiaire Sami Sahli
 
L’habitat intermédiaire
L’habitat intermédiaire L’habitat intermédiaire
L’habitat intermédiaire Sami Sahli
 
Habitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaouiHabitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaouiHiba Architecte
 
Style mauresque
Style mauresqueStyle mauresque
Style mauresqueSami Sahli
 
la grande mosquée du Cordoue
la grande mosquée du Cordouela grande mosquée du Cordoue
la grande mosquée du CordoueSami Sahli
 
Comment faire une bonne analyse de site
Comment faire une bonne analyse de siteComment faire une bonne analyse de site
Comment faire une bonne analyse de siteArchi Guelma
 
Analyse typologique de l habitat du m zab
Analyse typologique de l habitat du m zabAnalyse typologique de l habitat du m zab
Analyse typologique de l habitat du m zabhafouu
 
la Maison mozabite
la Maison mozabitela Maison mozabite
la Maison mozabiteSami Sahli
 
Architecture islamique 1 (cours)
Architecture islamique 1 (cours)Architecture islamique 1 (cours)
Architecture islamique 1 (cours)tbelkacem
 
Projets intégrés : Plan d’implantation et d’intégration architecturale
Projets intégrés : Plan d’implantation et d’intégration architecturaleProjets intégrés : Plan d’implantation et d’intégration architecturale
Projets intégrés : Plan d’implantation et d’intégration architecturaleVille de Châteauguay
 
analyse de site urbanisme.pptx
analyse de site urbanisme.pptxanalyse de site urbanisme.pptx
analyse de site urbanisme.pptxAMINFERNANE
 
L'habitat m'zab
L'habitat m'zabL'habitat m'zab
L'habitat m'zabhafouu
 
Confort en architecture
Confort en architectureConfort en architecture
Confort en architectureSami Sahli
 

Tendances (20)

63 logement h&e a paris
63 logement h&e  a paris63 logement h&e  a paris
63 logement h&e a paris
 
Analyse de maisons semi collective à Djelfa
Analyse de maisons semi collective à DjelfaAnalyse de maisons semi collective à Djelfa
Analyse de maisons semi collective à Djelfa
 
Affichage exemples habitat collectif
Affichage exemples habitat collectifAffichage exemples habitat collectif
Affichage exemples habitat collectif
 
L’habitat intermédiaire
L’habitat   intermédiaire L’habitat   intermédiaire
L’habitat intermédiaire
 
Expose dellys
Expose dellysExpose dellys
Expose dellys
 
Numausus
NumaususNumausus
Numausus
 
L’habitat intermédiaire
L’habitat intermédiaire L’habitat intermédiaire
L’habitat intermédiaire
 
Habitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaouiHabitat traditionnel chaoui
Habitat traditionnel chaoui
 
L'habitat
L'habitat L'habitat
L'habitat
 
Style mauresque
Style mauresqueStyle mauresque
Style mauresque
 
L'habitat écologique
L'habitat écologiqueL'habitat écologique
L'habitat écologique
 
la grande mosquée du Cordoue
la grande mosquée du Cordouela grande mosquée du Cordoue
la grande mosquée du Cordoue
 
Comment faire une bonne analyse de site
Comment faire une bonne analyse de siteComment faire une bonne analyse de site
Comment faire une bonne analyse de site
 
Analyse typologique de l habitat du m zab
Analyse typologique de l habitat du m zabAnalyse typologique de l habitat du m zab
Analyse typologique de l habitat du m zab
 
la Maison mozabite
la Maison mozabitela Maison mozabite
la Maison mozabite
 
Architecture islamique 1 (cours)
Architecture islamique 1 (cours)Architecture islamique 1 (cours)
Architecture islamique 1 (cours)
 
Projets intégrés : Plan d’implantation et d’intégration architecturale
Projets intégrés : Plan d’implantation et d’intégration architecturaleProjets intégrés : Plan d’implantation et d’intégration architecturale
Projets intégrés : Plan d’implantation et d’intégration architecturale
 
analyse de site urbanisme.pptx
analyse de site urbanisme.pptxanalyse de site urbanisme.pptx
analyse de site urbanisme.pptx
 
L'habitat m'zab
L'habitat m'zabL'habitat m'zab
L'habitat m'zab
 
Confort en architecture
Confort en architectureConfort en architecture
Confort en architecture
 

Similaire à Habitat individuel à jijel

Evolution de l'habitation
Evolution de l'habitationEvolution de l'habitation
Evolution de l'habitationPaulo Marques
 
Théorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdf
Théorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdfThéorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdf
Théorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdfFahemFahem1
 
Lhabitat un modele_fige
Lhabitat un modele_figeLhabitat un modele_fige
Lhabitat un modele_figeshare888
 
Habiter le patrimoine patrimoine au présent
Habiter le patrimoine patrimoine au présentHabiter le patrimoine patrimoine au présent
Habiter le patrimoine patrimoine au présentlamanufacturedespaysages
 
Habitat troglodytique larabi marwa
Habitat troglodytique larabi marwaHabitat troglodytique larabi marwa
Habitat troglodytique larabi marwaMarwa Larabi
 
La Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitale
La Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitaleLa Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitale
La Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitalevealisimmobilier
 
La Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitale
La Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitaleLa Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitale
La Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitalevealisimmobilier
 
Les premiers occupants
Les premiers occupantsLes premiers occupants
Les premiers occupantsDanny Blais
 
Maison traditionelle à mzab 5
Maison traditionelle à mzab 5Maison traditionelle à mzab 5
Maison traditionelle à mzab 5hafouu
 
Rôle du tourisme
Rôle du tourismeRôle du tourisme
Rôle du tourismeSami Sahli
 
Derinkuyu ville souterraine
Derinkuyu ville souterraineDerinkuyu ville souterraine
Derinkuyu ville souterrainedenis
 
Villle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jjVillle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jjjl11100
 
Villle sous terre_derinkuyu_jj1 ( c h )1
Villle sous terre_derinkuyu_jj1 ( c h )1Villle sous terre_derinkuyu_jj1 ( c h )1
Villle sous terre_derinkuyu_jj1 ( c h )1Sylvain Drenne
 
Villle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jjVillle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jjDominique Pongi
 
Villle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jjVillle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jjRenée Bukay
 
Hassan fethy houria.pptx
Hassan fethy houria.pptxHassan fethy houria.pptx
Hassan fethy houria.pptxSouha Üstün
 

Similaire à Habitat individuel à jijel (20)

Evolution de l'habitation
Evolution de l'habitationEvolution de l'habitation
Evolution de l'habitation
 
Théorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdf
Théorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdfThéorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdf
Théorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdf
 
Lhabitat un modele_fige
Lhabitat un modele_figeLhabitat un modele_fige
Lhabitat un modele_fige
 
Habiter le patrimoine patrimoine au présent
Habiter le patrimoine patrimoine au présentHabiter le patrimoine patrimoine au présent
Habiter le patrimoine patrimoine au présent
 
Habitat troglodytique larabi marwa
Habitat troglodytique larabi marwaHabitat troglodytique larabi marwa
Habitat troglodytique larabi marwa
 
Jardins 02
Jardins 02Jardins 02
Jardins 02
 
03 mésopotamie
03 mésopotamie03 mésopotamie
03 mésopotamie
 
La Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitale
La Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitaleLa Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitale
La Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitale
 
La Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitale
La Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitaleLa Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitale
La Belle Aire, Artigues-près-Bordeaux - Plaquette digitale
 
Les premiers occupants
Les premiers occupantsLes premiers occupants
Les premiers occupants
 
Maison traditionelle à mzab 5
Maison traditionelle à mzab 5Maison traditionelle à mzab 5
Maison traditionelle à mzab 5
 
Rôle du tourisme
Rôle du tourismeRôle du tourisme
Rôle du tourisme
 
Derinkuyu ville souterraine
Derinkuyu ville souterraineDerinkuyu ville souterraine
Derinkuyu ville souterraine
 
Villle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jjVillle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jj
 
Villle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jjVillle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jj
 
Villle sous terre_derinkuyu_jj1 ( c h )1
Villle sous terre_derinkuyu_jj1 ( c h )1Villle sous terre_derinkuyu_jj1 ( c h )1
Villle sous terre_derinkuyu_jj1 ( c h )1
 
Villle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jjVillle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jj
 
Villle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jjVillle sous terre_derinkuyu_jj
Villle sous terre_derinkuyu_jj
 
Hassan fethy houria.pptx
Hassan fethy houria.pptxHassan fethy houria.pptx
Hassan fethy houria.pptx
 
Tétouan
TétouanTétouan
Tétouan
 

Habitat individuel à jijel

  • 1. MASTE1:HABITATET PAYSAGES Groupe:4 UNIVERSITE EL HADJ LAKHDAR-BATNA- Département d’Architecture REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Les Étudiants BOUZIDA Djihane BOUTOUTHousna CHAIRA Amina CHEBBAH Mohamed Iheb L’Enseignante: L’ANNEE UNIVERSITAIRE:2014/2015
  • 2. Plan de travail Analyse thématique: • Qu’est ce que l’habitat ? • Classification de l’habitat • Qu’est ce quel’habitat individuel ? • L’habitat individuel dans le monde a travers l’histoire • L’habitat individuel en littoral l’habitat individuel aJijel : • Présentation dela ville: • Analyseclimatique • Analysetypo-morphologique: • Analysesociologique: Qu’est ceque l’habitatécologique? • l’habitat écologiqueenzonehumide • Présentation des solutionsactiveset passives Analyse des exemples
  • 3. Qu´est ce que l´habitat ? Selon:Larousse : «Lieu habité par unepopulation ; ensemble defaits géographiques relatifs à la résidence del’homme (formes, emplacement, groupement des individus); l’ensemble des conditions relatives à l’habitation amélioration del’habitat ».
  • 4. Classification d’habitat Selon la localisation • 1- Habitat urbain • 2- Habitat rural Selon le type de regroupement • 1- Habitat dispersé • 2- Habitat planifié • 3- Habitat spontané Selonle nombre delogement rassemblés • 1- Habitat individuel • 2- Habitat semi collectif • 3- habitat collectif
  • 5. Qu´est ce que l´habitat individuel ? L’habitat individuel est un espace qui impose une autonomie physique et morale dela famille restreinte .En effet, chaque habitat individuel est caractérisé par ses propres murs etportes qui séparentles déférents groupes familiaux. Cela implique spécifiquement une cohésion du même groupe par rapportaux relations interfamiliales, à la culture spécifique et aux revenus et dépenses économiques. Cette indépendance par rapport à l’entourage solidifie l’intimité dugroupe familial d’où le style devie individuel.
  • 6. Contrairement à ce que l'on peut croire, l'homme préhistorique ne vivait pas dans les grottes. Tout simplement parce que les conditions ne s'y prêtaient pas forcément. Toutes les régions ne bénéficiaient pas d'un relief comportant des grottes ou abris sous roches. Préhistoire: Hutte de la Verberie Hutte de Terra Amata L'habitat au paléolithique L'habitat nomade: Besoin : un abri vite installé pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages. L'habitat au néolithique L'habitat sédentaire Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages Sources : http://www.archeosite.be
  • 7. L'habitat à l'âge du bronze : -2200 à – 800 ans /L'habitat à l'âge du fer : -800 à – 52 ans L’habitat gaulois Cette maison de village est une reconstitution de l’habitat en 50 av. J.C, à la fin de l’Age de fer. Située àpro-- ximité d’un grenier, d’une cave, d’un puits et délimité par un enclos. Elle est construite avec des matériaux disponibles à proximité: Du bois: pour la structure du bâtiment et la charpente du toit, du torchis (mélange humide de terre, de sable, de paille) qui recouvre un clayonnage de branches de noisetier tressées fixé sur les poteaux des murs, De la paille de seigle ou des roseaux pour couvrir le toit. L’intérieur de la maison La maison est composée de deux pièces séparées par une cloison : la plus petite située à l'entrée de la maison est une réserve à provisions ou un endroit où ranger outils et objets de la vie quotidienne la plus grande est la pièce principale où vit toute la famille. Au dessus d'une partie de cette pièce se trouve un grenier avec un plancher où il fait plus chaud pour dormir. Sources : http://www.archeosite.be L'habitat sédentaire: Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages, marqué par un début de confort.
  • 8. L'habitat à l'âge gallo-romain : -52 à 476 après JC L'habitat sédentaire: Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages. La ville et l'habitat va contribuer à civiliser les peuples conquis. Grande évolution technique et début de réel confort. La villa gallo-romaine La villa gallo-romaine : est un lieu d'habitation, mais elle est aussi , et surtout, le centre d'exploitation d'un domaine agricole. En fait, il s'agit d'une ferme, pourvue d'un domaine foncier. Un mode d'exploitation de la terre, qui ne rompt pas avec les traditions gauloises, se met en place : la villa (villas au pluriel). 1 : cuisine et toilettes 2 : salle à manger 3 : chambre à coucher 4 : porte de service 5 : corridor 6 : bibliothèque 7 : bassin 8 : atrium (grande salle) 9 : vestibule 10 : autel des dieux lares 11 : escaliers donnant accès aux chambres des serviteurs 12 : jardin 13 : promenade 14 : maison de jardin 15, 16, 17 : thermes privés Zone d’habitation Péristyle Le péristyle Les thermes vestiaire Salle de chauffe Salle de bain avec baignoire Sources : http://www.archeosite.be
  • 9. Moyen-âge de 476 à 1492 L'habitat sédentaire: Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages, se protéger des invasions, et honorer l'église. L'habitat fortifié L'habitat urbain L'habitat rural Est composé d'une ou plusieurs unités agricoles, ou fermes, comprenant un bâtiment d'exploitation entouré de ses annexes. Les bâtiments sont construits sur des soubassements en pierre ou des sablières en bois, mais la plupart le sont sur des poteaux plantés. Les murs sont en terre (torchis) et en bois et la toiture couverte de chaume. Est construit à base de torchis et de bois, la pierre étant réservée aux plus luxueuses. Les façades sont étroites et munies de colombages, les vitres ne se diffusent qu'à partir du XIVe siècle. La maison à étage se développe. Est une forteresse défensive, mais aussi la résidence du seigneur. D'abord construit en bois à la fin de Xe siècle, il est ensuite construit en pierre. les fenêtres de larges baies décorées de pignons, d'arcs et de moulures annexes. (Le château, symbole de puissance). Sources : http://www.archeosite.be
  • 10. Époque moderne de 1492 à 1799 L'habitat sédentaire: Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages. Retour aux sciences, besoin d'esthétisme, de symétrie, besoin de bâtiments plus importants avec plus de Confort. L’hôtel de la Renaissance Sources : http://www.archeosite.be La Renaissance est une période de l’histoire européenne (du 14ème au 16ème siècle) très marquée par un intérêt pour les arts et la culture de l’Antiquité. C’est en Italie que ce mouvement trouve son origine. Les architectes de cette époque cherchaient à respecter un certain nombre de règles générales : la régularité dans la création des ouvertures et les éléments de décors, la symétrie dans la conception des structures, la proportion entre les différentes dimensions. L'égalité des travées: régularité dans le rythme des ouvertures. L'alignement des baies à un même niveau . La symétrie : similitude entre les deux moitiés d'un bâtiment. Un plan régulier : tracés rigoureux, façades rectilignes, raccord à angle droit. Les décors s’inspirent de l’architecture antique. (Quelques termes techniques ):
  • 11. XIXe siècle L'habitat sédentaire: Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages. Besoin de plus de logement en ville, de moins d'insalubrité, de plus de confort XXe siècle L'habitat sédentaire: Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages. Besoin de logements sociaux en ville, de plus de confort. Besoin de logement individuel, de liberté. XXIe siècleL'habitat sédentaire: Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages. Besoin de logement individuel, de liberté. Besoin d'économie d'énergies. Place de Catalogne vue de la tour Montparnasse à Paris Sources :http://www.archeosite.be
  • 12. L’habitat écologique Les nouvelles habitations dites « passives » se différencient de l'habitat traditionnel par les matériaux utilisés, les techniques de chauffage ou d'apport électrique ainsi que la configuration des bâtiments qui permettent une dépense d'énergie amoindrie. La notion d'habitat passif est une norme allemande énergétique d'un bâtiment ainsi qu'une appellation utilisée pour certains types de maisons. C'est un habitat à très faible consommation électrique.
  • 13. L’habitat individuel en littoral Analyse dela maison traditionnelle Nousavonspris pourexemple vernaculaireles maisonsdela Médina d’Alger « LaCasbah»
  • 14. Dans les îlots onremarqueun conditionnement dûà la densification dela surface, le plus souvent les maisons sont limitrophes et partagent un, deux ou trois murs mitoyens et sont groupées dans desrues très étroites enpente dela Médina . Plandu rezdechausséedel’îlotentreles ruesSidi DrissHamidouche,Arouri,N’fissa,SmalaRabah Source:AndréRavérau Suivant le pouvoir économique dela famille, les maisons présentent de grandes différences quant à la taille d’occupation au sol .
  • 15. Les différences en hauteurn’existentpas ou ne sont pas en général extraordinaires . Source: André Ravérau
  • 16. Groupe analytique : •Milieu : urbain •Implantation: groupée •Statut économique: bas/ moyen/élevé •Morphologie: compacte Source: André Ravérau
  • 17. Nous pouvons distinguer 3 types demaisons : MaisonAlaoui Maisonà Patio Maisonàchebk Qu'est-ce qui les différencie ?
  • 18. • La maison à patio : (maison à West Edar, maison à portiques)
  • 19. • La maison à patio : (maison à West Edar, maison àportiques) • Elle se développe sur une surface de80m²minimum . • Pouvant accueillir de2 à 4familles avecdes liens familiaux . • La maison est ouverte sur le ciel par une ouverture centrale encadrée par des portiques degaleries à 1, 2 ou 3arcatures suivant la taille dela parcelle. PlanRDC+1erd’unemaisonàpatio Source:AndréRavérau Couped’unemaisonàpatio
  • 20. Les ouvertures en façades sont presque inexistantes sauf dans le soubassementpuisque l’air et la lumière sont pris depuis lePatio.
  • 21. La maison à chebk: • Une surfaceausol de50 m² • Typologierépondantàla contraintedesurfaceminimale Petitemaison(douera) quiest souventdépendanted’une maisonplus grande. • Pouvantaccueillir uneseule famille • Lamaisonest ouverte sur leciel paruneouverturecentrale recouverted’unegrille de1m de côté . PlanRDC+1+2+terrasseCouped’unemaisonchebk Source:AndréRavérau
  • 23. • une surface au sol de30 m² • Pouvant accueillir une seule famille • Habitation avec un local de commerce ou d’entrepôt en rez-de- chaussée, l’espace habitable commence à l’étage • Ne prend ni l’air ni lalumière depuis un patio mais par une fenêtre ouvrant sur larue. • laparcelle est située en angle d’îlot Ou devant une rue pour permettre une ouverture des fenêtres devant un espace libre. Source : André Ravérau
  • 24. Typologie de la maison traditionnelle Dans le but de satisfaire des exigences culturelleset religieuses sa conception s’est fondée sur: • un système introverti • La spécialisation etla hiérarchisationdes sous-espaces Ainsi , le passage dela ruea la maison se fait par unespace detransition surélevépar rapport au niveau de la ruequi se présente souvent en chicaneappelé skiffa.
  • 25. Une sortedevestibule, espacedetransitionetdefiltreentrele dehorsetle dedans,elle donnedirectement surle patio. Pourleconfortdesvisiteursdurantl’attenteonytrouvesouventun bon construitdansl’épaisseur dumur.
  • 26. West-al-Dar : C'est l'espace centrale de l'organisation de la maison dans toute sa signification. Appelé aussi patio, il est le lieu privilégié des activités domestiques etdu déroulementde la vie familiale. Ilpermetla régularisation thermiqueet la ventilation à partir des fontaines, mais aussi l'éclairage naturel. Partiellement couvertou découvert, le patio est le seul endroit où l'on puisse voir les façades décorées.
  • 27. Al- bit : Al Bit ouchambre,espace multifonctionnels de forme rectangulaire,s'organisent autour du Wast-al- dare. Elles s'ouvrent sur les galeries par uneporte à deux battants. Par leursituation , elles ont uneappellation particulièreet qui en mêmetemps désigne l’étage: -aurez-de-chausséeonles appelle « bioutes ». -aupremierniveau on les appelle « el ghourfa ». Au deuxième niveau onles appelle « el menzeh». Le kbou : Auxétages , les pièces sortent enencorbellement (Kbou),ces derniers par leurjuxtaposition et leur traitement participent a l’enrichissement des façades aveugles. Ils régularisent la forme irrégulièredes pièces et augmentent leursurface.
  • 28. La terrasse (Stah) : Un largeespaceentièrement ouvert, donnantsur la baied’Alger. constituantl’espaceféminin par excellence, il permet unecommunicationdiscrète etunéchange quotidiendirectesanspasserpar l’extérieur(la rue).
  • 29. Le s´hin : Espace de circulation, couloir ou galerie qui entoureWest-al-dare, elle jour le rôle de communication horizontale et dedistribution aux autrespièces.
  • 30. Droudj : Aves la Skiffa et S’hin constituent une succession d’èspaces communs qui assurent L’articulation et l’unité de la maison traditionnelle. Ces escaliers sont indépendants des deux niveaux qu’ils relient, et se trouvent entre deux murs.
  • 31. Les éléments de structure dans la maison Les rondins : Rondins de thuyaécorcés, sorte depoutres dotées d’une certaine élasticité qui servent à la consolidation duplancher. Les tirants
  • 32. Les portiques Les arcs brisés outrepassés Arc outrepassé : Arc circulairepince légèrement à la base formant unesorte de fer à cheval Arcbrisé : Uneversion brisée del’arc enfer à cheval devint courante
  • 34. Les murs porteurs Composésdebriquesmincescuitesou séchées ausoleil murées avecdumortier deterre rouge argileuse,souvent pure,quelques foismêlé à unpeu dechaux.Lamaçonnerieest traverséeàsonintérieur parlestuyauxen terrecuitesdu réseauderécoltedeseauxpluviales .
  • 35. Les éléments architecturaux Les chapiteaux Appartenant à l’ordre Corinthien
  • 37. Les portes extérieures : Dedimensions modestes, elles se composent d’un seul vantail à ouvertureintérieure,doublé par un vantail mineur supplémentaire joint au principal par des charnières, percéesur son montantfixe d’uneouverturemunied’unegrille qui permet defaire entrerl’airombragé dela rue. Enbois ou enstuc elle sont dotés de décors minimalistes.
  • 38. Les portes intérieures Majestueuses, extravaganteset monumentalesc’est tout l’inversedesportes extérieures. Divisées en dedeux vantaux àouverture extérieure, doubléepar deuxvantauxmineurs Supplémentaires.
  • 39. Les fenêtres : A Alger, lesfenêtres commencent à 35cm dusol.Cela est calculépour satisfaireà lastationassise. Lafenêtresur couraun rôlede communication.Lefranchissement decette fenêtreva s’effectuerà l’aided’unarcsurbaisséoutrepassé. Lesplacards:ne sontautrechoseque la fenêtresansouverture,avec étagères échelonnées, Lesvolets sontlesportesdu placard.
  • 40. Matériaux et décoration Le bois:étaitutilisé pourles porteset fenêtres,balustradesainsi quepourles éléments porteursqui servaientà maintenirl'extérieuredes Kbouappelé encorbellements.
  • 41. La pierre 2èmematériaule plus utilisé, trèssolidelorsqu'elle est soumiseà des forcesdecompression, elle a courammentétéutiliséepourles colonnesetles murs. Lapierrelaplus employéeest le marbre,utilisée pourles colonneset pourlesol du patiomais aussipourles fontaines.
  • 42. Le stuc : l'utilisation la plus répondue dugypse et celle du plâtre fin connu sous le nom de stuc ;celui-ci peut êtremoulé ou sculpté et permet d'obtenir à peu présn'importe quelle forme en 3dimensions .
  • 43. La faïence : Utilisée pour la décoration des murs et des sols, comme le marbre, la faïence était importait deTunisie ou d'Italie oude Finlande.
  • 44. La décoration Géométrique : souvent utilisé enmosaïque à partird’une unité de base.
  • 45. Florale : enforme de feuilles et de plantes
  • 47. L´habitat colonial •C’est unespaceconformeàl’intérieur dela maisonoccidentale . •Il répondà lalogique de répartirdes fonctions précises dansdesespaces Nettementdifférenciés.
  • 48. Des maisonscoquettes: Structurésseulement par un couloir plus au moins large, qui dessert les différente Pièces. Toutefois, les nombreuxéléments à décors réalisés confèrent uneapparence coquette À cesintérieurs . -Plafonds ornés de frises en plâtre. -Cheminées encadrées de marbreou de pierre taillée -Arcades. -Escalier balancé. -Rampe en fer forgé. -Muren faïence. -Le soubassement en pierre de taille. -Les menuiseries en bois. -Le toit entuile bordé de génoise ou d’une cornicheenredent de briques. -L’entrée souvent traitée en arcade en verreou encéramique contribue à attribuer cetespace coquet à la maison. lotissementcolonialà Blida
  • 49. Typologie de la maison coloniale La maison coloniale possédait impérativement deux compartiments : •Le premiercouvert, le corps du logis, généralement composé dequatre pièces :une piècede réception dont les dimensions sont légèrement supérieuresà celles des autrespièces, deux chambresà coucher(l’une pourles parents, l’autre pour les enfants) et unecuisine. •L’autredécouvert : la cour arrièreet les dépendance ainsi que le bloc sanitaire.
  • 50. la vérandadela maisoncolonialedésigna, selon la terminologie même des colons,l’espaceextérieuràvivre, noncouvert, généralement situéedansle prolongement del’habitationprincipale,en ouverturedela ruecet espaceprivépermettantla hiérarchisationspatiale,était quasimentinexistantdanslemodèle d’habitat vernaculaire.Il représentaitle symboleparexcellence de l’architecturecoloniale.Parla faiblehauteurdeses murs declôture,ne dépassantpasles 1,20m, lavéranda symbolisaitl’extraversiondulogis àvaleur très intime auxyeuxdescolonisés.
  • 51. Eléments architecturaux del’époque coloniale : Portes Fenêtres
  • 53. Présentation de la ville Son appellation viens du latin IGILGILI faisantréférence à une ligne d’écueils sur laquelle a été établie au 19 siècle une partie du port de Jiejel .
  • 54. historique La fondation d’IGILGILI fut attribuée au phéniciens 10siècleavJC 5siècleavJC Elle devintsuccessivementun comptoirCartaginois puisune colonieromaine. 429 Elle connueles incursionsdes vandaleset desbyzantins Débutdu10siècle Elle fut placéarabe,grâce au règne desfatimideset Hammadidesellerésistaaux invasionsnormandes; pisanesetgénoises. 1514 LesfrèresAroudj etKheir Edine firentdela vielleleur base,leurprésenceetleur rôlede puissanceen mer méditterannéemarquaune époqueflorissante 1611 1839 Lesespagnolstentèrent quelquesinvasionsmais sansrésultatjusqu’à l’arrivédesfrançais.
  • 55. Situation géographique •Lawilayade Jijel estsituéeaunord- estde l’Algérie, elle s’étendsurune superficie de 23980 km c’estun balcon surlamer méditerranée puisqu’elle possède 120 km de façademaritime. •environ 350 km lasépare de la capitalAlger . N Cartede localisationde la Wilayade Jijel,Algérietellequ'en 2009. NGDC WorldCoastLine (publicdomain)
  • 56. Elle est limitée: • à l’est par la wilaya de Skikda • à l’ouest par la wilaya deBijaīa • aunord par la merméditerranée • ausud par la wilaya deMila etde Sétif N
  • 57. Administrativementla wilayaest composée de 11 Daïraset de 28 communes . N Division administrative de lawilaya de Jijel Jijel.Igelgili
  • 58. Relief et topographie Appartenantau domaineorientalnord atlastique,lawilayafaitpartiedela chainedes Baborsdanslapetite Kabylie; lazone montagneuse constituel’essentielduterritoire. Bien que L’altitude moyennesoitde 600 à1000 m, onretrouvedessommetsqui dépassent1800 m pourculminerà 2004m pour Djbel Babor. CartetopographiquedelapetiteKabylie Source:NaturalEarth
  • 59. Lesplainescôtièresdela région de Jijel sontentourées auSudparles reliefsdela petiteKabylie.La topographieest sub-planeetaugmenteen progressantversle sud. Cartetopographique. Wilayade Jijel. 2009 S.D.A.TJijel N
  • 60. Laplaine est situéeaunord, le long de labande littoraleallantdes petites plainesde Jijel, les plaines d’El-Aouana,le bassinde Jijel, les vallées de Oued Kébir, Oued Boussiabaetles petites plaines de Oued Z’hour . www.maphill.com Cartetopographique dela wilaya de Jijel, 2011
  • 62. . Dans cette région, la montagne tombe souvent à pic dans la mer et forme unecôte trèsdécoupée appelée Cornichejijelienne, où l’onadmire caps, falaises .
  • 63. ANALYSE CLIMATIQUE • Climatde Jijel • D’après Im :32,5donc :30<32,5<55 • La région de Jijel est de climat méditerranéen humide Lescaractéristiques: -trèshumide duranttoutel’année. -tempéré,douxet trèspluvieuxavec desamplitudesfaibleen hiver. -unehumidité relativetrès élevée. -unvolume importantdeprécipitationspendantles saisons pluviales. -destempératuresélevées mais sansexcédéun écartde températurediurnetrèsfaibleen été
  • 64. ANALYSE BIOCLIMATIQUE • Recommandationgénérale: OrientationNORD-SUD(axelong est-ouest) N S OE Desespacesouvertpourpénétrationdesbrisesd’étéet protégés contrelesvents froidsetchauds séjour ch ch ch ch cuisine Chambreindividuelle permettantuncourantd’airpermanent
  • 65. Ouverture detaille moyenne Mursextérieurs légers avecunecourte durée de déphasage Murléger Toitléger etbien isolant
  • 66. • Recommandationdétaillé : Taillemoyennedesouvertures 25%-40% Ouverturessur murnordetsuda hauteurdu corps
  • 67. Protéctiond’ouverturescontrela pluie Mursetplanchers légers d’unefaiblecapacitéthermique murléger Drainageadéquatdeseauxpluviales.
  • 69. A / Habitat individuel colonial : Il s'agitbien surdeshabitationsconçuesen période coloniale,dontles spécificités se traduisentparcelles del'architecture exclusivement française. Source: Encyclopédie Encarta junior 2008
  • 70. B /Habitat individuel Traditionnel Estconçupourrépondreauxexigences d'un modedevie traditionnel.Généralement cetyped'habitatestréaliséàla compagneà l'aidedesmatériauxtraditionnelslocauxtel que la pierreetle bois.
  • 71. C /Habitat individuelContemporain: Çaconcerne touttyped'habitationayantété construiteen époqueactuelle,et reflétantun aspect architecturalequi traduitfidèlement l'époque moderne.
  • 72. Analyse typo-morphologique Source:MEMOIRE; pourl’obtentiondediplômedeMagistèreRéaliséepar: M.ROUIDITARIK THÈME: Les pratiquesocialeset leursimpactssurl’espacedel’habitatindividuel enAlgérie CasdulotissementBourmel4,Jijel.Sousladirection:Dr.MEGHRAOUI Nacira
  • 73. Habitat individuel :R+1 avec sous sol Orientation :NE-SO (bonne orientation) Habitat individuel :R+4 Orientation :NO-SE (moyenne orientation) Habitat individuel :R+1 Orientation :NO-SE (moyenne orientation) Habitat individuel :R+3 Orientation :NO-SE(moyenne orientation) Habitat individuel :R+1 Orientation :NE-SO(bonne orientation) Plande masse
  • 75. Commentaire Photo Forme Les habitations ont des volumes simples ,compactes par fois avec des décrochements. formes régulières généralement rectangulaires.. Traitement des façades Façades simples L'utilisation par fois des éléments décoratifs( la pierre, formes géométrique...... etc.)on remarque aussi la symétrie dans ces façades. Couleur et texture L'utilisation de différente couleurs et revêtements(blanc ,blanc cassé, marron, gris...)et( la faïence, la pierre...) Toitures On trouve quelques maisons avec la toiture en tuile mais la plupart des maisons ont des terrasse accessible.
  • 76. Commentaires: Photos: Fenêtres: La plus part des maisons possèdent des portes fenêtres et des fenêtres classiques rectangulaires ou arquées en harmonie avec la forme de l’habitation . Portes: on remarque : deux accès une grande porte pour le garage et la petite pour accéder à la maison Balcons: Tous les balcons sont accessibles
  • 78. 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 PAR AGE 00-20 ans 20-40 ans 40-60 ans plus que 60 ans famille conjugal e 80% famille large 20% On remarque que: la plupart des familles de la ville de Jijel sont des familles conjugales La classe dominante dans la ville de Jijel est la classe des jeunes. on constate que le taux féminité est presque égale le taux masculinité.48 48,5 49 49,5 50 50,5 51 PAR SEXE FEMMES HOMMES Structure familiale
  • 79. 0 5 10 15 20 25 30 35 40 NIVEAUX SCOLAIRES PRIMAIRE MOYENE SECONDAIRE UNIVERSITAIR E NIVEAUXSCOLAIRE Le niveau scolaire très important et varié selon la capacité de chaque personne.
  • 80. 0 10 20 30 40 50 60 PAR SECTEUR SECTURE PRIVE SECTEUR PUBLIQUE 0 10 20 30 40 50 60 PAR SEXE HOMME FEMME TRAVAIL On remarque: _ Le secteur privé absorbele plus grandnombrede travailleursparrapport ausecteur étatique. _ Les travailleurs hommes sontbeaucoup plus que les femmes.
  • 82. Moded’implantation et d’organisations Lesmaisonsoccupenten général unecrête,un plateau;elles sontconstruites perpendiculairementauxcourbesdeniveau au soleil levant.
  • 83. a) Larue: vois principale du village qui distribue les autres espaces. b) l’impasse:espace semi privé, généralement perpendiculaire à la rue principale, elle est utilisée par les habitants du quartier. c) Groupement : située à l’entréedu village, elle lui permetd’avoir le contrôle panoramique. d) Espaceréservé: pour les villageoises endehors dechez-elles. Les femmes s’y rendent généralement en groupe, afin d’y puiser de l’eau, tout endiscutant et s’échangeant des nouvelles. Les passages
  • 84. ElHara: • ELHara: est unensemble des maisonset depièce juxtaposéesdominantsur unemême courintérieur ayantun même accès(( Asquif)). 1, 2,3, 4, 5 les maisons 6-le cour. 7-Asquif
  • 85. La maison C’est laplus petitecellule social, cetermedésigne la maisonet parextension,tousceuxqui l’habitent:la famille Sourcedesécurité pourl’individu elle est aussiun élément de continuitépourlasociété toutesentière .
  • 86. PsychologieSécuritéIntimitéContactProductionSubsistance Stocker Cuisiner Manger Sechouffer se laver Ranger Dormir Tissage poterie Elevage Culture des champs Entre les membresdes familles Entre femmes Entre hommes Entre enfants Entre les membresdes familles Entre l’intérieur et l’extérieur Défense Identification Délimitation Besoins
  • 87. Espaces: • Taqaat : c’est la partie hautede la maison, cette disposition répond à des impératifs géographiques etaux nécessités technique • Addaynin ou étable : se trouveen contrebas par rapport à Taqaat • Taarict : est soupente située sur l’étable , sa fonction de séparation de l’espace intérieur.
  • 88. Devantle murqui faitfaceàla porte, •Lieu deshumainseten particulierdel’invité. •Lieu quisymbole l’honneurféminin. •Symboledetouteprotection.
  • 89. Conclusion La maison traditionnelle, monde de l’intimité et du secret, a la fois sacrée et illicitepour tout homme qui n’en fait pas partie.
  • 90. Aspect culturel et social Uneculturearabo- islamique florissante régnais sur le bassin méditerranée Domination française à partir de1830 En résultat un choc entre valeurs traditionnelles et modernité
  • 91. Les retombées qui ont suivies : • Un bouleversement : •Des habitudes •Des comportements •Des mentalités • unentrelacs culturel • Un tiraillemententre deux cultures
  • 92. Conséquences désastreuse ! ! ! Le peuple algérien souffre: _ D’une carenceau niveaudela conscience culturelle,sociale et historique. _ D’une ambigüitéd’appartenanceidentitaire. _ Etest en quêteperpétuelle d’uneidentitéperdue .
  • 93. Conclusion: Le citoyen algérien est confronté à 3 oppositions majeures : TRADITIONNEL MODERNE ISLAM LAÏCITÉ ORIENT OCCIDENT
  • 94. Changement dans la structure sociale Ensomme , la Médina s’est transforméeen «quartierrefuge » pour les populations démunies, issues del’exode rurale, après que ses habitants l’est désertée pour se réapproprier les maisons abandonnées par la population européenne. La Médina fait fonction delieu detransit pour des catégories attirés par le très bas loyeret enquête D’un logement en ville Répartition dela population occupée dela médina d’Alger selon la tranchederevenu,2002.
  • 95. Les conditionsd’habitation: vers plusde promiscuité Cechangementdans la structure sociale a provoqué deprofonds bouleversements dans l’appropriation, l’usage et les pratiques spatiales decet espace. De surcroît, la pratique delocation à la pièce a provoqué la fragmentation du logement et la pertedesanciennes valeurs d’usage des maisons traditionnelles. Désormais, chacunedes pièces d’habitation de la maison traditionnelle fait fonction, dans une grandemajorité descas, delogement. Ces faits témoignent dela rupture entre l’unité spatiale dela maison et la cohésion sociale .
  • 96. Chaque partie du logement a gardéun caractère plus ou moins privéou public., L’espace reste donc hiérarchisé. Qualitésspatio-symboliques,ancienneset actuelles,des espacesdelamaisontraditionnelle La maison traditionnelle: entre passé etprésent la skiffa demeureun espace où les étrangers peuvent être reçus ; stah, steha, beyt el ma et west eddar ne sont accessibles qu’aux locataires du logement. Seuls les intimes oules membres dela famille peuvent accéder à la pièce. Les espaces semi-privés qui étaient communà tous les membresde la famille élargie, sont devenus communsà tous les locataires d’unmême logement. Quant à la cuisine (cousina), elleacessé d’êtreun espaceprivédufait qu’elle est souvent aménagée dans la galerie (steha) qui est traversée par les autres locataires .
  • 97. les espaces communssont devenus des espaces sales ; les relations entreles ménages sont loin d’être parfaits, etle nettoyage et l’entretien de ces espaces sont souvent l’occasion dediscordes. La pièce (beyt) reste unespace propre constamment entretenuemalgré les nombreuses activités qui s’y déroulent. Aujourd’hui,suite à la cohabitation forcéedes ménages, la pièce(beyt) demeurel’uniqueespace qui permet de préserver l’intimité. Qualités spatio-symboliques, anciennes et actuelles, des espaces dela maison traditionnelle
  • 98. Le transfert d’occupation des maisons à l’époque coloniale Aprèsle départ d’unmillion d’européens en1962,laissant derrièreeuxdes logements sous forme d’immeubles, villas , maisons villageoises et fermesrurales, il y eul’afflux des rurauxqui aspiraient à prendrela place des précédents. L’opération de modification illicite : Aussi appelée« retapage»parmodificationsdes rapportsdeshauteurset prolongementdesfaçades, suite auxrajoutsdenouveauxespacesdomestiques ainsi quedeséléments architectoniques. Un essai d’adaptationdececadrephysiqueaux besoins socio-physiquesdesusagers.Enréalitéil s’agit detransformationsanarchiques et incontrôlées.
  • 99. Exemple de récupération de la Véranda /source: revue année Maghreb Récupéré pour servir : _ D’extension à l’espace habitable généralement à l’espace deréception dans 22% des cas. _ Aun garage destationnement dans 14%des cas. _ Al’aménagement d’unlocal commercial dans 64%des cas. 1er cas defigure : Récupération dela Véranda
  • 100. Lorsque l’habitation se trouve dans uneallée marchande,cet espace est créé, le plus souvent, d’unefaçon anarchique, afin de réaliser unecertaineintimité pour ses habitants, empiétant ainsi surl’espace urbain . Récupérationdelavéranda /source:revueannéeMaghreb2009
  • 101. Deuxième cas de figure Modification par rajout d’un étage: Le rajout d’unétage. Cetteopération s’effectue par étapes, en additionnant transversalement les pièces uneà unejusqu’à l’occupation totale duniveau. Cette élasticité verticaleest généralement le résultat d’unréajustement de l’espace par rapport à la taille de la famille ou à la libération totale du rez-de- chaussée à des fins lucratives. De cette nouvelle morphologie issue dela surélévation, résulte le plus souvent, une incohérencedes volumeset des ruptures d’échelles.
  • 102. Pareillement au niveau planaire, la façade subit les bouleversements les plus diversifiés allant del’oblitération aux percements les plus variés en termes de formes et dedimensions jusqu’à l’excroissance. La véranda sera transformée enune courintérieure pour des raisons sécuritaires et d’intimité rendu aveugle, seule ouverture la porte d’entrée principale, lorsque une partie ou la totalité du rez-de-chaussée estvouéeaux activités lucratives le mur est remplacé par une vitrine rutilante deverreetd’aluminium, sans renvoi aux dimensions desouvertures del’époque coloniale ni aux matériaux . Surélévation des murs de clôture /source : année Maghreb
  • 103. Obstruction et rajout d’ouvertures Obstruction , rajout d’ouvertures / source : année Maghreb 2009 On assisteàuneoccupationillégale nonpasdemaisonsmais d’équipementsdel’époque tel est lecas del’ancien tribunal,où lesnouveauxhabitantssepermettentdesséparationsinternesetdes modificationsexternessur lafaçade. L’obstructiondesporteset/oudesfenêtress’effectue pardesbriquesempilées les unessurles autres.

Notes de l'éditeur

  1. m