SlideShare une entreprise Scribd logo
Evaluation de la mise en œuvre de la réforme du secteur eau potable et
assainissement en Haïti et préparation du plan d’action
Actualisation du Plan Stratégique Sectoriel
DDEEFFIISS EETT EENNJJEEUUXX
Nom de l’organisation Office International de l’Eau
Adresse 15 rue E. Chamberland – 87065 Limoges Cedex
Téléphone Secrétariat : +33 5 55 11 47 80
Date Avril 2016
2
Table des matières
Abréviations et acronymes ............................................................................................................................ 4
Introduction................................................................................................................................................... 5
Définitions préalables : déconcentration et décentralisation.................................................................... 6
Conventions de lecture.............................................................................................................................. 6
1 Représentation graphique des défis et enjeux et de leurs interrelations.............................................. 7
2 Défis et enjeux liés à la gouvernance, à la régulation, et à la connaissance .......................................... 9
2.1 Défis externes à la DINEPA............................................................................................................. 9
2.1.1 Obtenir un soutien fort de la part des différents acteurs politiques du pays ............................ 9
2.1.2 Améliorer la coordination entre ministères compétents dans le secteur de la gestion de l’eau.
................................................................................................................................................... 9
2.2 Défis et enjeux stratégiques pour la DINEPA ............................................................................... 10
2.2.1 Poursuivre la réforme du secteur EPA à un rythme soutenu................................................... 10
2.2.2 Déconcentration de certaines fonctions de la DINEPA et décentralisation ............................. 10
2.2.3 Renforcer la planification sectorielle ....................................................................................... 11
2.2.4 Appropriation de la stratégie sectorielle par les acteurs ......................................................... 11
2.3 Défis liés au fonctionnement....................................................................................................... 12
2.3.1 Développer des synergies en termes d’échange et de travail en équipe................................. 12
2.3.2 Pérenniser et fidéliser des ressources humaines du secteur EPA............................................ 12
2.3.3 Augmenter les compétences et capacités techniques des entreprises locales ....................... 13
2.3.4 Structurer de nouvelles entités de gestion des Services d’EPA, et assurer leur régulation et
leur contrôle ........................................................................................................................................ 14
2.4 Défis et enjeux liés à la régulation ............................................................................................... 14
2.4.1 Mise en œuvre du contrôle financier du secteur..................................................................... 14
2.4.2 Renforcement, diffusion et application des prescriptions techniques et règlementaires ....... 15
2.4.3 Mettre en place des moyens coercitifs et incitatifs : un enjeu important ............................... 15
2.5 Défis en termes d’outils............................................................................................................... 16
2.5.1 Ancrage de l’observatoire national de l’EPA............................................................................ 16
2.5.2 Renforcer la maitrise du foncier : enjeux pour l’EPA ............................................................... 16
2.6 Défis en termes de connaissance ................................................................................................ 17
2.6.1 Augmentation du savoir-faire des acteurs sectoriels............................................................... 17
2.6.2 Professionnalisation et qualification des acteurs intervenant dans le domaine de l’EPA........ 18
2.6.3 Harmonisation des formations techniques ou règlementaires dans le domaine de l’Eau
Potable et de l’Assainissement ............................................................................................................ 18
2.6.4 Mise en place d’une Education Environnementale transversale ............................................. 18
2.6.5 Systématiser l’éducation à l’hygiène familiale......................................................................... 18
3 Défis et enjeux liés à l’accès aux services............................................................................................. 19
3.1 Défis et enjeux stratégiques ........................................................................................................ 19
3.1.1 Définition et application d’une politique des services publics pour le secteur EPA................. 19
3.1.2 Définir une politique en ce qui concerne les PPP et plus généralement les modèles de gestion
................................................................................................................................................. 19
3.1.3 Définir les niveaux de service d’Eau Potable et d’Assainissement........................................... 20
3.2 Défis techniques .......................................................................................................................... 20
3.2.1 Poursuivre la construction ou la reconstruction d’infrastructures EPA pérennes ................... 20
3.2.2 Impulser la gestion patrimoniale ............................................................................................. 21
3.2.3 Améliorer la supervision des travaux....................................................................................... 21
3
3.2.4 Développer la recherche appliquée et l’innovation................................................................. 22
3.3 Préparation des réponses aux situations de crise : un enjeu majeur........................................... 22
3.4 Enjeux sociaux.............................................................................................................................. 23
3.4.1 Modifier la perception de la population vis à vis des PPP........................................................ 23
3.4.2 Développement de l’ingenierie sociale.................................................................................... 23
3.5 Défis commerciaux ...................................................................................................................... 23
3.5.1 Donner l’accès à l’eau potable et à l’assainissement au plus grand nombre........................... 23
3.5.2 Mettre en place des stratégies commerciales permettant la durabilités des services. ........... 24
4 Défis et enjeux liés aux financements.................................................................................................. 25
4.1 Enjeux stratégiques liés aux financements .................................................................................. 26
4.1.1 Augmenter les dotations du trésor public au secteur.............................................................. 26
4.1.2 Mobilisation de capitaux pour l’investissement via les banques et les institutions de
microcrédits......................................................................................................................................... 26
4.1.3 Un enjeu de diversification des types de financement............................................................ 26
4.2 Défis et enjeux liés à la mise en œuvre........................................................................................ 27
4.2.1 Mettre en place des règles nationales de tarification.............................................................. 27
4.2.2 Aller vers un suivi comptable intégré et analytique................................................................. 28
4.2.3 PTF : continuer le subventionnement des investissements..................................................... 28
4.2.4 DINEPA : aller vers un rôle strict de régulateur financé par le trésor public............................ 28
4.2.5 OREPA : les vrais maitres d’ouvrage des travaux sur financement extérieurs avant la
décentralisation................................................................................................................................... 28
5 Défis et enjeux transversaux................................................................................................................ 30
5.1 Adaptation des services EPA à l’urbanisation et régulation de cette dernière........................... 30
5.2 Eradication de l’épidémie de choléra et la réduction au minimum des autres maladies hydriques
..................................................................................................................................................... 31
5.3 Gestion Intégrée des Ressources en Eau..................................................................................... 31
5.4 Pérennisation des acquis de la réforme....................................................................................... 31
6 Défis et enjeux sous la forme de liste, associés au chronogramme..................................................... 32
4
Abréviations et acronymes
AEP Alimentation en Eau Potable
AEPA Alimentation en Eau Potable et Assainissement
BID Banque Interaméricaine de Développement
CAEPA Comité d’Approvisionnement en Eau Potable et d’Assainissement
CPE Comité de Point d’Eau
CTE Centre Technique d’Exploitation
DINEPA Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement
EPA Eau Potable et Assainissement
GIRE Gestion Intégrée des Ressources en Eau
INFP Institut National de Formation Professionnelle
MENFP Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle
MICT Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales
MSPP Ministère de la Santé Publique et de la Population
MTPTC Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications
ONEPA Observatoire National de l’Eau Potable et de l’Assainissement
OREPA Office Régional de l’Eau Potable et de l’Assainissement
PEPA Plateforme Eau Potable et Assainissement
PPP Partenariat Public Privé
PSS Plan Stratégique Sectoriel
RTN Référentiel Technique National
SESAM Société des Eaux de Saint-Marc
TEPAC Technicien Eau Potable et Assainissement Communal
URD Unité Rurale Départementale
5
Introduction
Le présent rapport constitue la phase 3 du processus d’actualisation du Plan Stratégique Sectoriel (PSS)
du secteur de l’Eau Potable et de l’Assainissement (EPA conduit par la Direction Nationale de l’Eau
Potable et de l’Assainissement (DINEPA), institution de l’Etat Haïtien en charge de ce secteur, en
partenariat technique et financier avec la Banque Interaméricaine de Développement (BID). Durant les
deux phases précédentes, l’analyse initiale des enjeux et l’élaboration d’un diagnostic ont permis
d’évaluer le degré de mise en place de la réforme du secteur EPA en Haïti, initiée en 2006 et instituée en
2009 par la ratification de la Loi Cadre portant organisation de ce secteur.
Les défis et enjeux identifiés issus des constats réalisés lors de la phase de diagnostic, portent sur:
le cadre juridique et institutionnel du secteur EPA ;
l’accès aux services d’EPA et la qualité des services ;
la disponibilité et qualité de l’information relative aux services et aux entreprises ;
les pratiques et sources de financement ;
les actions de réformes identifiées ou en cours ;
les facteurs politiques, sociaux, financiers et environnementaux impactant la mise en place et
l’application de la réforme.
Des facteurs politiques, économiques, sociaux et environnementaux (absence de gestion intégrée des
ressources hydriques ; crises majeures répétées telles que les cyclones ou l’épidémie de choléra ;
situation de désastre après le tremblement de terre de 2010) ont eu un impact négatif sur la mise en
place et l’application de la réforme.
A ce jour :
il existe de nombreuses institutions qui ont une compétence sur l’eau et l’assainissement et il
convient de les coordonner ;
la situation économique du pays reste très préoccupante et l’Etat manque de fonds propres pour
assurer le développement des territoires ;
le développement urbain reste non maitrisé en l’absence notamment de cadastre ;
la Gestion Intégrée de la Ressource en Eau n’est pas encore mise en place en Haïti ;
la pollution des ressources hydriques est très forte notamment au niveau des forages au sein de
Port au Prince;
l’accès à la ressource en eau est limité. En zone rurale, il faut parfois faire de longs trajets pour
atteindre une borne fontaine ;
la pauvreté et la précarité empêche certains usagers d’accéder à la propriété ou de louer un bien
immobilier respectant les normes sanitaires minimales (OMS) ; elle limite aussi la capacité à
payer ce qui peut rendre difficile l’atteinte du petit équilibre pour les services d’EPA ;
le référentiel technique national existe depuis 2013 mais son application, dans les faits, reste à
démontrer ;
la formation des professionnels des entreprises locales reste insuffisante et de sérieuses
améliorations sont nécessaires ;
le secteur reste très fortement dépendant des PTF et le trésor public participe très peu à la
construction et au fonctionnement du secteur EPA (2 % du budget de la DINEPA).
6
La Figure 1 du chapitre 1 constitue une représentation schématique des défis et enjeux identifiés pour le
secteur EPA. Ce schéma, base du sommaire de ce document, procure une vision d’ensemble des défis et
enjeux du secteur EPA en Haïti, en 2016.
Définitions préalables : déconcentration et décentralisation
Lors de la déconcentration, une administration centrale délègue certains pouvoirs à des services répartis
sur le territoire. Par exemple, en Haïti, le Ministre de l’Agriculture délègue certains pouvoirs aux
Directeurs Départementaux de l’agriculture, qui appliquent sa politique sous sa tutelle directe. Dans le
domaine de l’EPA, les OREPA sont des organismes déconcentrés de la DINEPA.
Lors de la décentralisation, l’Etat transfère des attributions aux collectivités territoriales. Ces dernières
disposent d'un pouvoir juridique et d'une autonomie financière. L’Etat garde un rôle de régulateur des
institutions décentralisées. Par exemple, en Haïti, la collecte des déchets est décentralisée. Les
communes sont responsables de l’organisation et de la gestion de ce service. Le Ministère de l’Intérieur
et des Collectivités Territoriales reste l’autorité de tutelle et parallèlement le Ministère des Travaux
Publics, Transports et Communications (MTPTC) fournit un appui technique. Dans le domaine de l’Eau
Potable et de l’Assainissement, la décentralisation doit se faire vers les municipalités. L’article 19 de la
Loi Cadre stipule « qu’au terme de la période de transition, tous les systèmes gérés par les OREPA
devront avoir été transférés aux municipalités selon leur situation géographique ».
Conventions de lecture
Dans ce rapport, les défis et enjeux auxquels la DINEPA est confrontée sont présentés en police normale.
Les défis ne doivent pas être confondus avec des actions ou des propositions d’action. Certains
nécessitent plusieurs actions, dont certaines ne relèvent pas uniquement de la DINEPA mais aussi
d’autres institutions, par exemple :
son ministère de tutelle, le MTPTC ;
d’autres ministères ;
des ONG ;
des Partenaires Techniques et Financiers (PTF).
Les défis ne relevant pas de la seule compétence de la DINEPA, sont présentés dans ce rapport en police
rouge. La DINEPA a, toutefois, une certaine influence sur les actions qui répondront à ce type de défi. En
particulier, la DINEPA peut avoir un rôle de sensibilisateur ou de catalyseur en construisant des
plaidoyers pour appuyer sa stratégie et les intérêts du secteur EPA, de ses opérateurs et de ses usagers.
Les phrases apparaissant encadrées sur fond grisé sont des propositions d’actions, des exemples ou des
précisions, permettant de mieux comprendre le défi en question. Ils ne constituent pas obligatoirement
les priorités de la DINEPA qui feront l’objet du Plan Stratégique Sectoriel et du Plan d’Actions actualisés.
7
1 Représentation graphique des défis et enjeux et de
leurs interrelations
Les défis et enjeux identifiés sont regroupés en trois thèmes :
la gouvernance, la régulation et la gestion de la connaissance ;
l’accès aux services EPA et leurs qualités ;
les aspects financiers.
Les liens entre les différents défis peuvent déterminer ultérieurement l’enchainement des actions à
mener pour y répondre.
Les cases présentant un D rouge sont des défis à relever. Les cases présentant un E bleu décrivent des
enjeux pour le secteur EPA auxquels il faut répondre.
8
Défis et enjeux liés à la régulation
DEFIS ET ENJEUX LIES A LA GOUVERNANCE, LA REGULATION, LA CONNAISSANCE ET A LA PLANIFICATION SECTORIELLE
DEFIS ET ENJEUX LIES AUX FINANCEMENTS
Enjeux stratégiques liés aux financements
Défis et enjeux liés à la mise en oeuvre
Objectifs
Défis et enjeux en termes d'outils
Défis en termes de connaissance
Défis liés au fonctionnementDéfis et enjeux stratégiques DINEPA
DEFIS ET ENJEUX LIES A l'ACCES AUX SERVICES
Déconcentration decertaines des
fonctions dela DINEPA et
décentralisation
Poursuivrela réforme du secteurEPA à
un rythme soutenu
Coordination entreles Ministères
intervenant surla gestion de l’eau
Maîtriser le foncier
Obtenir un soutien politiquefort au
secteurEPA.
Développerdes synergies en termes
d’échangeet de travail en équipe
Structurerdenouvelles entités de
gestion des Services d’EPA, et assurer
leur régulation et leur contrôle
Ancrage del’observatoirenationalde
l’EPA.
Professionnalisation et qualification des
secteurs intervenant dans ledomaine de
l’EPA.
Renforcement, diffusion et application
des prescriptions techniques et
règlementaires
Appropriation dela stratégiesectorielle
par les acteurs
Pérenniser et fidéliser les Ressources
Humaines du secteurEPA.
Augmentation du savoir-faire des acteurs
sectoriels
Systématiserl’éducation à l’hygiène
familiale
Mise en place d’uneEducation
Environnementaletransversale
Eradication de l’épidémie de choléraet
réduction des autres maladies hydriques.
Harmonisation des formations
techniques ou règlementaires dans le
domaine del’Eau Potable et de
l’Assainissement
Mobilisation decapitaux pour
l’investissement via les banques et les
institutions demicrocrédits
Diversification des types de financement
Poursuivrele subventionnement des
investissements dans le secteurEPA en
intégrant la pérennité
Elaboreret publier les comptes consolidés
de l'institution
Atteindre le petit équilibre des services
d’EPA
Planifier le financement des structures
Mettre en place des règles de tarificationAugmenter les dotations publiques au
secteur
Intégrerl’assainissement et l’eau potableà
l’urbanisation et réguler cette dernière
Objectifs
Enjeux sociaux
Défis techniques
Défis et enjeux stratégiques
Préparation de l'EPAH
pourles situations decrise
(5 à 10 prochaines années)
Poursuivrela construction ou la
reconstruction d’infrastructures EPA
pérennes
Définition et application d’unepolitique
des services publics pourle secteurEPA
Définir les niveaux deservice d’Eau
Potable et d’Assainissement.
Améliorer les performances
opérationnelles des services et
permettre ainsi uneaugmentation des
taux de recouvrements
Developpement del’ingeniere sociale
Impulserla gestion patrimoniale
Améliorer la supervision des travaux
Accroissement de l’accès aux
services d’eau et d’assainissement
Créer et développerles infrastructures
collectives et les services
d'assainissement
Développerla rechercheappliquéeet
l’innovation pourlesecteurEPA en Haïti.
Définir les mécanismes de GIRE, répartir
les compétences et déployer
GIRE pourle SecteurEPA:
appliquerles périmètres de protection
et maximiser protection dela ressource
La DINEPA doit se doterde moyens
coercitifs et incitatifs
Modifier la perception parla population
de l'exploitation des SAEP
Pérennisation des acquis de le reforme
Définir unepolitique claire en ce qui
concerneles PPP
Augmenter les compétences et capacités
techniques des entreprises locales
Renforcerla planification sectorielle
DINEPA : aller vers un rôle strict de
régulateurfinancé par le trésorpublic
Les OREPA, maître d'ouvragedes travaux
surfinancements extérieurs
Défis commerciaux
Mettre en placedes stratégies
commerciales permettant la durabilité
des services
Donnerl’accès à l’eau potableet à
l’assainissement au plus grand nombre
D D
E
D
E
D
D
D
D
D
Mise en œuvredu contrôlefinancier du
secteur D
D
E
E
D
D
D
D
D
D
D
E
E
D
D
D
D
D
E
E
D
D
E
E
E
E
D
E
E
E
E
E
D
D
D
AtATTEINDRE LA DECENTRALISATION:
TRANSFERT DE LA COMPETENCE "SERVICE"
Objectifs
Bien-être social Meilleure sécurité sanitaire
Résilience en cas d'urgences dévelloppement économique
Figure 1 : Représentation schématique des défis identifiés pour le secteur EPA
9
2 Défis et enjeux liés à la gouvernance, à la
régulation, et à la connaissance
La réponse aux enjeux et défis présentés dans ce chapitre doit permettre d’atteindre les objectifs de
bonne gouvernance sectorielle incluant un fonctionnement pérenne des institutions impliquées, mais
également une régulation optimale du secteur et une évolution positive du niveau de connaissance de
tous les acteurs. Elle participe aux objectifs généraux d’augmentation des conditions de sécurité sanitaire,
de meilleure résilience aux évènements déclencheurs d’urgences, de croissance économique sectorielle et
de bien-être social.
2.1 Défis externes à la DINEPA
2.1.1 Obtenir un soutien fort de la part des différents acteurs politiques du pays
La DINEPA doit obtenir un soutien politique de la part de son Ministère de tutelle, de la Primature et de la
Présidence. Il est absolument nécessaire que le gouvernement priorise le secteur de l’EPA dans sa
politique générale, lorsqu’il prépare le budget de l’Etat et lors des demandes de financement auprès des
partenaires Techniques et Financiers (PTF). La mise en place de moyens pour accroitre l’accès à l’eau et à
l’assainissement au profit de la population doit être considérée comme une nécessité absolue et une
condition au développement.
2.1.2 Améliorer la coordination entre ministères compétents dans le secteur de la
gestion de l’eau
La coordination entre les Ministères intervenant sur la gestion de l’eau est indispensable notamment pour
la gestion et la protection des ressources en eaux, selon les différents usages. Chaque ministère doit
intervenir sur ses compétences propres et respecter les périmètres des compétences de ses
interlocuteurs. Ces périmètres doivent donc être explicites. Le CIAT a pour mandat de faciliter la
coordination entre les différents ministères intervenant, entre autres, dans la gestion de l’eau et de
l’assainissement.
Remarque : chaque ministère doit respecter les normes et directives édictées par la DINEPA
La gestion de bâtiments publics, et donc celle de leurs installations sanitaires, relève de leur ministère de
tutelle : MSPP pour les centres de santé, MENFP pour les écoles, MICT pour les mairies, etc. Ces
ministères doivent suivre les prescriptions de la DINEPA. Les installations internes aux bâtiments se
doivent d’être compatibles avec les infrastructures gérées par la DINEPA. Aussi, les recommandations et
directives édictées par le RTN pour l’Eau Potable et l’Assainissement doivent être également prises en
compte par les autres ministères.
10
2.2 Défis et enjeux stratégiques pour la DINEPA
2.2.1 Poursuivre la réforme du secteur EPA à un rythme soutenu
Le défi réside dans la capacité réelle des acteurs compétents à réaliser les actions nécessaires en vue
d’aboutir à une structuration optimale du secteur en affirmant les rôles des différentes entités et leurs
interdépendances.
Propositions des principales actions à entreprendre
La DINEPA doit être dotée d’un Conseil d’Administration prévu et défini par les articles 7, 8 et 9 de la Loi
Cadre. Une liste de noms proposés a été transmise, mi-2014, pour approbation au Sénat.
Les rôles de la DINEPA doivent être mieux définis. Conformément à l’article 5 de la Loi Cadre, elle doit
exercer sa mission autour de trois grands axes : le développement du secteur AEPA au niveau national, la
régulation du secteur et le contrôle des acteurs. Elle a aussi sa place dans la supervision des grands projets
et travaux nationaux. Sa mission de gestionnaire des ressources humaines des agents du secteur EPA au
sens large reste à mieux définir. Les fonctions de mise en œuvre des projets d’infrastructures locales
qu’elle assume durant cette période de transition, doivent en revanche devenir de plus en plus limitées, et
finir par disparaître.
La préparation du projet de loi organique relatif aux OREPA tel que mentionné à l’article 13 de la Loi
cadre1
devient maintenant une urgence. Les périmètres de compétences de la DINEPA, de ses structures
déconcentrées, des autres institutions et acteurs du secteur EPA2
devront ainsi être clairement
hiérarchisés.
2.2.2 Déconcentration de certaines fonctions de la DINEPA et décentralisation
La DINEPA cumule trop de fonctions et doit se recentrer sur son rôle de régulateur tel que cela était prévu
par l’esprit de la réforme. De plus, un système où tout est centralisé est en général très coûteux et la
bonne gestion des services et leur accompagnement sont plus efficaces localement.
1
L’article 13 de la Loi cadre stipule notamment qu’une loi doit venir fixer le statut définitif des OREPA. Cette loi doit proposer
également les politiques et les procédures de fonctionnement des OREPA.
2
OREPA assurant la maitrise d’ouvrage – incluant les URD et TEPAC ; les entités assurant l’exploitation, telles que CTE, CAEPA,
Comités de l’eau, société délégataire, Opérateurs Privés ; les PPP locaux, fournisseurs de services EPA, Fournisseurs d’assistance
technique.
11
Une priorité réside donc dans la déconcentration de certaines fonctions de la DINEPA vers les OREPA (qui
doivent endosser actuellement le rôle de maitres d’ouvrage des systèmes EPA). L’enjeu est d’assurer
progressivement la décentralisation de cette maitrise d’ouvrage vers les communes. Encore aujourd’hui,
la DINEPA conserve la plupart des tâches de mise en œuvre des différents projets EPA. Il convient donc de
déconcentrer vers les OREPA puis de décentraliser vers les municipalités en tenant compte des prescrits
de la loi Cadre.
Les PTF, tout comme le MTPTC, soutiennent la démarche de déconcentration et de décentralisation mise
en place par la réforme du secteur EPA, ce qui est un levier essentiel pour le secteur.
L’esprit de la Loi Cadre : d’abord déconcentrer, puis à plus long terme décentraliser
La déconcentration requiert que l’échelon régional (OREPA) prenne en charge la maîtrise d’ouvrage, et
que le niveau central, la DINEPA, se recentre sur ses rôles de planificateur et de régulateur. A terme, c’est
aux communes que doit revenir la responsabilité des services publics d’EPA. Cette décentralisation ne
pourra se faire qu’avec le soutien des différentes structures de la DINEPA : OREPA, URD, CTE avec une
DINEPA jouant pleinement ses rôles stratégiques de planificateur et de régulateur.
2.2.3 Renforcer la planification sectorielle
Le Plan Stratégique Sectoriel et la feuille de route associée doivent être validés par la DINEPA. Mettre en
œuvre ces outils de planification sectorielle constituera un défi pour les acteurs du secteur.
Par exemple, la programmation de chaque action de développement des équipements ou infrastructures
devra découler du PSS et de la feuille de route. Bien évidemment, toutes les réparations et interventions
d’urgence ne peuvent être planifiées mais une ressource financière devra être prévue à cette fin.
2.2.4 Appropriation de la stratégie sectorielle par les acteurs
Pour assurer leurs missions relatives au développement du secteur EPA, à la régulation et au contrôle des
acteurs (conformément à l’article 5 de la Loi Cadre), tous les services ou structures de la DINEPA doivent
mieux connaître la stratégie sectorielle et la porter vers les acteurs externes. C’est un enjeu fort car il a été
clairement constaté que les PSS, comme les feuilles de route précédentes, n’étaient pas forcément bien
maîtrisés par les acteurs du secteur, y compris par certains agents de la DINEPA.
Ce problème reste facilement surmontable. Il s’agira pour la DINEPA de réaliser des actions de
concertation et d’information sur la stratégie sectorielle et de s’assurer qu’elle a bien été comprise et
acceptée par les agents.
Exemples d’actions pour renforcer l’appropriation de la stratégie EPA par les services de la DINEPA et les
acteurs du secteur
Une information, voire une formation sur la stratégie à court, moyen et long termes (PSS, feuille de route
et outils de priorisation des financements, etc.) pourrait être dispensée à l’ensemble des acteurs du
secteur, en premier lieu les employés de la DINEPA et des OREPA.
12
2.3 Défis liés au fonctionnement
2.3.1 Développer des synergies en termes d’échange et de travail en équipe
Une véritable synergie en termes d’échange d’informations et de travail en équipe doit se mettre en place
au sein de la DINEPA et de ses structures déconcentrées, puis se décliner vers les autres acteurs du
secteur EPA. La meilleure répartition des rôles et la coordination globale seront un préalable à la réussite
de la déconcentration des fonctions.
Ces synergies et coordinations peuvent, au sein de la DINEPA et de ses entités déconcentrées, bénéficier
des actions de la Direction des Opérations Régionales dans un rôle transversal entre toutes les Directions.
Son implication sur les synergies externes, dans le cadre des orientations stratégiques, sera alors favorisée
par la déconcentration.
Exemples
La coordination des projets, le contrôle et les échanges doivent être améliorés en interne et en externe
par la mise en commun des stratégies des différentes directions au sein d’une stratégie globale connue de
tous. En externe, la mise en place de l’accord-cadre avec les ONG et l’encadrement des actions de la
société civile font débat (cf. au 2.4.3 concernant l’accord cadre). Certains y voient une amélioration de la
coordination, d’autres pointent les biais d’application et la lourdeur administrative.
Les modalités de coordination avec les ONG doivent donc être approfondies sur les points suivants :
renforcement des échanges lors des tables sectorielles, à Port au Prince comme en région,
poursuite de la collaboration avec la PEPA,
mise en place d’étages régionaux de coordination via les OREPA3
.
2.3.2 Pérenniser et fidéliser des ressources humaines du secteur EPA
Stabiliser et pérenniser les Ressources Humaines des institutions du secteur EPA doit permettre
d’augmenter l’efficacité et la lisibilité de l’institution. La DINEPA, en tant que régulateur, et ses structures
déconcentrées, auront comme défi de rendre le secteur attractif pour du personnel qualifié et fidélisé. Le
service public de l’eau et de l’assainissement doit être assuré par des professionnels reconnus et motivés.
3
Il y a déjà des expériences de tables sectorielles tenues au niveau départemental.
13
Exemples d’actions permettant de stabiliser et pérenniser les Ressources Humaines
Renforcer la culture du service public au sein du personnel et le sentiment de fournir un réel service
aux usagers ;
Mettre en place des grilles salariales claires permettant une homogénéité des rémunérations pour des
fonctions ou des niveaux de qualification similaires ;
Les agents de la DINEPA doivent représenter la DINEPA avant d’être des représentants des projets
dont ils ont la charge, quelques soient les PTF engagés. La DINEPA doit s’assurer que leurs actions
s’inscrivent bien dans la stratégie sectorielle nationale qu’elle a validée.
La politique de renouvellement du personnel doit capitaliser sur les connaissances et le savoir-faire
des plus anciens ; et particulier pour la connaissance des infrastructures existantes.
Faire respecter l’âge légal de la retraite après vérification que toutes les cotisations dues ont bien été
versées.
Le management du personnel de la DINEPA et des autres acteurs publics du secteur EPA (en particulier les
OREPA) doit être étudié et renforcé. Le travail en équipe et la coordination des ressources humaines sont
les principaux défis auxquels les organisations publiques du secteur EPA doivent faire face. L’enjeu est une
plus grande efficacité des équipes de la DINEPA, une augmentation du bien-être et de l’implication au
travail et l’adhésion durable des agents dans le cadre de la stratégie poursuivie.
Pour les services d’eau en régie au niveau des CTE, il faut ainsi évaluer les forces et faiblesses des
pratiques en termes de gestion des ressources humaines. De même une évaluation des apports de
l’expérience du management d’un service d’eau par une entité privée (la SESAM à Saint-Marc) serait une
information importante pour définir une stratégie managériale future, mais nécessite que d’autres
partenariats public-privé se développent avant de pouvoir en tirer des enseignements représentatifs.
2.3.3 Augmenter les compétences et capacités techniques des entreprises locales
Il est nécessaire d’inciter au transfert de connaissances technologiques lors des projets d’importance dans
les secteurs où le besoin a été identifié. De nombreuses personnes rencontrées lors de nos entretiens
(agents de la DINEPA, des OREPA, URD, ONG) ont fait état, par exemple, de la faiblesse des capacités
techniques des entreprises locales de pose des conduites pour les matériaux récents (soudure du PEHD
par exemple). Le transfert de connaissances techniques des entreprises étrangères vers les entreprises
locales et la formation des agents des entreprises locales par des institutions nationales sont les
principales solutions pour répondre à ce défi. Ce transfert ne doit pas être limité à un chantier ponctuel, à
un fournisseur, mais faire l’objet d’une planification et de critères d’application sur les projets approuvés.
Dans ce cadre, la coordination des transferts de connaissance et des opérations de formation, est encore
une fois essentielle et se heurte à une approche « par projet » manquant d’efficacité ou de portée.
14
Situation et perspectives des entreprises prestataires de service locales
La professionnalisation des entreprises locales prestataires de service reste limitée par les facteurs
suivants :
Les formations initiales locales de techniciens et d’ingénieurs pour les métiers très techniques de l’eau
et de l’assainissement sont insuffisantes en particulier vis-à-vis des nouvelles techniques intégrées ou
incitées par le RTN : conception et pose de conduites PEHD ; maîtrise des techniques de
potabilisation ; conduite d’usine de traitement de l’eau potable ; conduite de station d’épuration ;
organisation des circuits de collecte et de traitement des matières de vidanges ;
Peu de programmes de stages pratiques dans des pays ou ces techniques sont plus développées, sont
organisés, notamment dans le cadre de l’exploitation des SAEPA ;
Peu de programmes de stages dans les entreprises prestataires de services internationales mettant en
œuvre des techniques complexes sont programmés ;
Les notions d’amortissement, de renouvellement ne sont pas dominées;
L’économie du secteur reste informelle dans certains domaines : bayakou, revente d’eau, livraison
d’eau par camion ;
Ce constat est aussi valable pour les agents des services publics d’eau potable en Régie.
2.3.4 Structurer de nouvelles entités de gestion des Services d’EPA, et assurer leur
régulation et leur contrôle
La DINEPA doit favoriser la multiplication de nouvelles entités de gestion des Services d’EPA, qu’ils soient
publics, mixtes ou privés, et assurer leur régulation et contrôle4
au niveau national mais aussi régional
sous coordination de la Direction des Opérations Régionales de la DINEPA. Les mécanismes visant à
renforcer l’attractivité du secteur pour de potentiels opérateurs doivent être identifiés et déployés.
Pour cela, le cadre de création de ces nouvelles entités de gestion doit évoluer et ceci requiert
l’implication et le soutien d’autres ministères en charge du développement économique, d’autres entités
de l’Etat, ou du secteur privé (par exemple, l’Unité Centrale de Gestion des Partenariats Publics-Privés
(UCGPPP) du Ministère de l’Economie et des Finances, le Centre de Facilitation des Investissement (CFI)),
le secteur bancaire, le secteur privé des affaires, les assurances.
2.4 Défis et enjeux liés à la régulation
2.4.1 Mise en œuvre du contrôle financier du secteur
Il est nécessaire de renforcer ou mettre en place le rôle de
contrôle financier de la DINEPA. Celui-ci doit s’exercer en
particulier sur les structures gestionnaires de services, à
toutes les échelles (CAEPA, CTE en régie ou délégués). La
transmission des indicateurs de performance et des rapports
consolidés par les OREPA, sous contrôle de l’ONEPA puis de la
DOR, est une nécessité. La DINEPA doit jouer un rôle de
définition des bonnes pratiques des gestionnaires et des
niveaux de contrôle à mettre en œuvre par les OREPA.
Tout comme pour les autres aspects du suivi de la
4
L’article 18 de la Loi Cadre stipule que « la gestion d’un système pourra être confié par un OREPA, à une entité
publique, privée ou mixte, dans le cadre d’une concession, d’un contrat d’affermage ou de gestion, sur la base de
critères établis par la DINEPA. »
15
performance des gestionnaires de services, le contrôle des aspects financiers, en particulier, devrait être
effectué par les OREPA, encadré par la DINEPA. Les OREPA doivent donc disposer de capacités
d’intervention et d’incitation au suivi des bonnes pratiques, et la DINEPA doit pouvoir mobiliser des
capacités de pénalisation en cas de mauvaise gestion.
2.4.2 Renforcement, diffusion et application des prescriptions techniques et
règlementaires
Trois points principaux sont à souligner :
- La connaissance et la bonne utilisation du Référentiel Technique National (RTN) doivent être
élargies à l’ensemble des acteurs du secteur. Sa portée officielle, tout comme le contrôle de son
application, doivent être renforcés pour qu’il devienne un instrument contraignant opposable aux
tiers. Cela contribuerait à l’application de l’article 6 de la Loi Cadre qui stipule que la DINEPA a
pour attribution « d’appliquer et faire appliquer les sanctions prévues pour la violation des normes
et règlements établis pour le secteur. »
- Les outils de régulation de la tarification de l’eau doivent être mis en place.
- La définition des normes de qualité de l’eau potable, portée par le Ministère de la Santé Publique
et de la Population (MSPP), doit être finalisée et mise en application. Elle est une des clefs des
contrôles des services EPA.
Exemples actions pour renforcer la diffusion du RTN
La formation à ce référentiel et à son utilisation doit être déployée vers tous les acteurs.
Le RTN doit également être mis à jour, comme plusieurs responsables rencontrés l’ont rappelé. Il est
nécessaire de prendre en compte les observations et réserves provenant des acteurs de terrain sur la
première version publiée en 2013. Depuis sa mise en application, aucune des modifications demandées
n’a été réalisées et aucune évolution du référentiel n’est constatée. Le risque est de voir certains acteurs
récuser progressivement l’application du RTN.
La DINEPA doit se charger de rendre ou maintenir obligatoire l’application du RTN mais d’en permettre
aussi l’évolution. Il faut en effet rappeler que le choix stratégique d’un référentiel plutôt que des normes a
été retenu pour assurer l’évolutivité rapide des textes qui compose cet élément de régulation.
2.4.3 Mettre en place des moyens coercitifs et incitatifs : un enjeu important
La DINEPA peut et doit se doter de moyens coercitifs et incitatifs pour l’application de ses décisions et
stratégies. Cela représente un enjeu essentiel car il s’agit d’assurer la régulation du secteur et le contrôle
des acteurs (Article 5 de la Loi Cadre déjà cité). Ces moyens peuvent être pris en application de l’article 6
sur les attributions de la DINEPA.
16
Exemples de dispositions incitatives ou coercitives
L’accord cadre, revu et corrigé, pourrait être étendu aux organisations qui ne sont pas concernées
aujourd’hui (associations, fondations, etc.). Les manquements aux engagements de cet accord devraient
être constatés lors de visites sur le terrain par les équipes de la DINEPA, et donner lieu à des
conséquences concrètes pour les projets / organisations. Les possibles sanctions devant être
proportionnelles à la fréquence et à l’importance de des manquements.
Les incitations pour les acteurs les plus impliqués dans la réforme doivent être poursuivies, et la DINEPA
doit s’assurer que tous les Partenaires Techniques et Financiers conditionnent leur soutien au suivi des
recommandations nationales.
Les exploitants de SAEPA doivent faire l’objet d’incitations plus fortes pour adopter les bonnes pratiques
(gestion des redevances, appui à l’assainissement) ou de contraintes, en cas de mauvaises pratiques.
Les maitres d’ouvrage et le régulateur doivent pouvoir s’appuyer sur une règlementation et les sanctions
qu’elle prévoit, en cas de contentieux avec un consommateur ou une institution.
2.5 Défis en termes d’outils
2.5.1 Ancrage de l’observatoire national de l’EPA
La production et la présentation de données, informations,
cartes et rapports synthétiques est un enjeu important pour
guider les décisions et les stratégies, évaluer et réguler le
secteur. L’Observatoire National de l’Eau Potable et de
l’Assainissement (ONEPA) doit être renforcé en termes
d’effectifs et de prérogatives. D’une part, l’ONEPA doit voir
son nombre d’agents significativement augmenté et d’autre
part, il doit devenir l’organisme responsable au niveau
national de la gestion des données du secteur EPA pour Haïti.
Proposition pour la gestion des données
L’Observatoire National de l’Eau Potable et de l’Assainissement doit :
produire des statistiques fiables sur les niveaux de service et les rendre disponibles pour les acteurs et
usagers du secteur ;
produire des statistiques simples mais fiables sur les infrastructures d’EPA ;
améliorer la connaissance des ressources en eau ;
Pour cela, les effectifs de l’ONEPA doivent être significativement augmentés.
2.5.2 Renforcer la maitrise du foncier : enjeux pour l’EPA
Un défi urgent à relever consiste à lutter contre l’urbanisation sauvage responsable de nombreux
problèmes de distribution d’eau et d’assainissement. Une meilleure maitrise du foncier permettrait une
gestion plus efficace de l’eau potable et de l’assainissement.
La mise en place d’un cadastre permettant à connaissance précise des propriétés est essentielle pour la
réalisation d’infrastructures d’EPA sans risque de conflit ou litige.
17
2.6 Défis en termes de connaissance
2.6.1 Augmentation du savoir-faire des acteurs sectoriels
L’augmentation du savoir-faire est un défi car il n’existe pas de
cursus de formation initiale pour les techniciens de l’eau en Haïti.
Beaucoup viennent de formation de génie civil et ne possèdent pas
de savoir spécifique indispensable, ou alors doivent effectuer une
formation coûteuse à l’étranger. La cohorte disponible de
techniciens spécifiquement formés reste donc insuffisante.
Il n’existe pas non plus de Centre de Formation continue aux
Métiers de l’Eau qui prendrait en charge la dispense des savoirs
techniques indispensables sur des sessions courtes très orientées
« métiers ». Seule le CTE de Port-au-Prince revendique la
réalisation de formations nombreuses de ses agents,
principalement par du coaching interne.
Une initiative récente de l’INFP pourrait cependant assurer à court
terme la proposition d’une offre de formation professionnelle
dédiée aux métiers de l’eau et de l’assainissement.
Nota : la question du financement de la formation continue (perfectionnement, formation
complémentaire à la formation initiale) pour le secteur, et en particulier pour le personnel de la DINEPA et
de ses structures déconcentrées, reste très problématique. La DINEPA ne s’est pas dotée d’un plan réel de
formation de son personnel, sur la base d’une approche pragmatique des métiers, et les formations
organisées sont encore très souvent liées à des projets financés par les PTF. Ainsi, chaque direction ou
responsable d’un projet saisit l’occasion de former sans coordination réelle.
Exemples d’actions visant à augmenter le savoir-faire des acteurs sectoriels :
Les préconisations suivantes représentent des solutions partielles immédiatement mobilisables :
Concevoir, rédiger et publier les manuels d’exploitation pour les OREPA, CTE, CAEPA, CPE.
Mettre en place un plan de formation continue détaillé pour l’ensemble des niveaux : DINEPA au
niveau central, OREPA, CTE, URD, CAEPA, opérateurs privés ;
Mettre en place les formations techniques (hydraulique, traitement de l’eau potable, traitement des
eaux usées et des excrétas, pose de conduites, gestions techniques des SAEP, etc.),
Mettre en place des formations administratives et commerciales (gestion administrative des SAEP,
facturation / recouvrement) et d’ingénierie sociale (sciences humaines).
Former (travaux, études, gestion de SAEP) et certifier ou qualifier5
les entreprises. La possibilité de
fournir des preuves de compétence reconnue dans le cadre de l’accès à certains marchés publics de
travaux ou de délégation de service est une incitation forte au renforcement de capacité
Ces actions requièrent que la responsabilité de la formation (interne et externe) soit rattachée à une
personne ou un poste clairement identifié, définissant les stratégies et les plans de formations internes et
développant les incitations ou la sensibilisation envers les acteurs externes, en particulier le secteur privé.
5
Certifier correspond à l’obtention d’un titre / diplôme reconnu par l’éducation nationale, qualifier ne débouche pas
sur un titre.
18
2.6.2 Professionnalisation et qualification des acteurs intervenant dans le domaine de
l’EPA
Il est essentiel de professionnaliser les secteurs d’activité plus ou moins formels dans le domaine de l’Eau
Potable et de l’Assainissement (entreprises de watertrucking, vendeurs d’eau traitée, vidangeurs, etc.). La
DINEPA doit encadrer les activités de service public délégué, par des règles, des contrôles ou des
contraintes réglementaires. Il convient ainsi d’évaluer, avec les autres acteurs compétents dans le
domaine (ministère du Commerce et de l'Industrie, artisans et compagnies travaillant dans le secteur), la
possibilité d’encadrer les prix de certaines prestations.
2.6.3 Harmonisation des formations techniques ou règlementaires dans le domaine de
l’Eau Potable et de l’Assainissement
L’ensemble les formations techniques ou réglementaires EPA mises en œuvre dans le pays doit être
harmonisé avec la réglementation sur l’Eau Potable et l’Assainissement nationale, en particulier le
Référentiel Technique National. Cela représente un défi en l’absence de structure de formation
spécialisée dans le domaine EPA connaissant parfaitement les règles techniques édictées. Les conventions
entre la DINEPA et le secteur de la formation professionnelle sont possibles (existante pour certaines) et
doivent édicter le respect des règles du RTN dans les contenus de formation.
2.6.4 Mise en place d’une Education Environnementale transversale
L’éducation à l’environnement est aussi à mettre en place. Elle doit impliquer et rassembler de nombreux
acteurs de l’État, collectivités territoriales, écoles, associations, ONG, établissements publics, centres de
recherche et acteurs économiques.
2.6.5 Systématiser l’éducation à l’hygiène familiale
L’éducation à l’hygiène familiale (lavage des mains et du corps, lavage des aliments, utilisation de toilettes
conformes) doit être développée, mais parvenir à toucher de manière efficace l’ensemble des citoyens
haïtiens y compris les plus vulnérables (population ne sachant pas lire par exemple) est le défi à relever.
Limiter ainsi le risque de contamination d’origine fécale est un enjeu dont l’épidémie de choléra a déjà
illustré l’importance.
19
3 Défis et enjeux liés à l’accès aux services
Les objectifs prioritaires d’accès aux services d’eau et d’assainissement en Haïti sont les suivants :
 Améliorer les performances opérationnelles des
services d’eau : une fois les niveaux de service définis,
l’objectif sera d’atteindre les niveaux les plus élevés dans
des délais raisonnables (à l’horizon 2040).
 Créer et développer des infrastructures collectives
d’assainissement (stations de traitement des excrétas,
projets pilotes de réseaux condominiaux, etc.) et les
services associés (maison de l’assainissement,
organisation / régulation des services de vidange, etc.).
Accroitre l’accès aux services d’eau et d’assainissement
par la population avec comme cibles les Objectifs de
Développement Durable.
3.1 Défis et enjeux stratégiques
3.1.1 Définition et application d’une politique des services publics pour le secteur EPA
Il est nécessaire de définir une politique de services publics dans le secteur EPA en Haïti pour la faire
appliquer par les entités opératrices publiques, mixtes et privées du secteur. Les notions suivantes doivent
y être développées :
égalité devant le service ;
continuité du service public ;
veille et intégration des évolutions techniques ;
veille sur les besoins des usagers et leur prise en compte ;
tarification en fonction des niveaux de service (voir ci-après)
La notion de service public est déjà largement documentée et la définition d’une politique des services
publics pour le secteur EPA en Haïti doit pouvoir être effectuée en moins d’un an par la DINEPA.
Cette politique affirmée, pour tout le secteur EPA, permettra de fixer les modalités de régulation et les
outils de tarification nécessaires des différents services. Les niveaux de prix devront être fonction des
niveaux de services rendus qui resteront soumis à des obligations de résultats (cf. défis et enjeux
financiers).
3.1.2 Définir une politique en ce qui concerne les PPP et plus généralement les
modèles de gestion
Une stratégie relative aux modes de gestion et à la possibilité de développer différentes formes de PPP
(Partenariats Public/Privé, dont les Délégations de services Publics) doit être établie à partir des retours
d’expérience existants en Haïti. Il conviendra de soutenir ou inciter plus fortement le modèle le plus
approprié (pérennité financière et qualité de service) selon la typologie des territoires à desservir.
20
Une seule expérience, soumise à évaluation, de la gestion déléguée d’un grand service public d’eau
potable en Haïti (le cas de Saint-Marc) ne permet pas d’affirmer des règles et des invariants à l’échelle du
pays.
Dans ce contexte, se positionner vis-à-vis des PPP reste très difficile. Par contre, il faut évaluer les
expériences de gestion publique (Port de Paix, Ouanaminthe, Jacmel) et en déduire des éléments de
comparaison.
Saint-Marc un exemple qui ne s’est pas diffusé
Le modèle de délégation mis en place à Saint-Marc n’est pas largement diffusé sur le territoire en
particulier pour les raisons suivantes :
Peu de sociétés délégataires internationales sont prêtes à venir en Haïti par crainte d’une faible
solvabilité des habitants;
Les entreprises locales ne maîtrisent pas encore les métiers nécessaires à la gestion technique,
administrative et commerciale d’un réseau d’eau, l’initiative est donc très faible dans ce secteur ;
Malgré des investissements initiaux, le cas de Saint-Marc montre que le « petit équilibre » n’est pas
encore atteint, six ans après la signature du contrat ;
Il est donc nécessaire de soutenir d’autres initiatives « tests », évaluées pour plusieurs modèles. Cette
seule opération pilote ne suffit pas pour tirer des enseignements sur apports éventuels d’une gestion
déléguée en termes d’équilibre financier et de niveau de service.
3.1.3 Définir les niveaux de service d’Eau Potable et d’Assainissement
Différents niveaux de service devront être définis dès la première année du plan quinquennal, de façon à
évaluer les écarts entre service recherché et service rendu réel. Du niveau de service réel dépendra le
niveau tarification que l’opérateur pourra pratiquer. Obtenir un consensus sur les définitions des services
publics et leur qualité, sera un défi difficile à surmonter.
La connaissance du niveau de service réel dans les différentes zones du pays permettra également de
prioriser plus finement les actions et de mieux identifier les endroits où il faut concéder un effort
particulier. Cette connaissance à l’échelle du pays constitue aussi un défi pour la DINEPA.
3.2 Défis techniques
3.2.1 Poursuivre la construction ou la reconstruction d’infrastructures EPA pérennes
A ce jour, seuls les réseaux urbains d’eau potable de Jacmel et de Port de Paix assurent une desserte
continue sous pression (en cours pour Jacmel).
Nota : une infrastructure pérenne et en continu de
distribution d’eau potable, peut subir des variations de la
qualité de la ressource. Le SAEP doit alors être en mesure
d’utiliser une technique de potabilisation efficace (cf. au
2.3.4) ou d’optimiser l’utilisation d’une ou plusieurs
ressources alternatives (cf. 5.1.3).
En ce qui concerne l’assainissement, mis à part les très
rares projets pilotes de réseaux condominiaux en cours ou
à l’étude, les réseaux collectifs ne constituent pas une
solution qui pourrait se généraliser sur les dix années à
21
venir. Le recours aux toilettes individuelles ou regroupées et aux dispositifs d’assainissement autonome,
est donc nécessaire en phase de transition. Par ailleurs, la construction de sites pour le traitement des
excrétas doit se poursuivre pour desservir l’ensemble du territoire. Définir les bonnes règles de
conception et de dimensionnement pour des effluents si fortement chargés est difficile mais
indispensable. Les enseignements des réalisations passées doivent être pris en compte pour les futures
installations.
3.2.2 Impulser la gestion patrimoniale
La gestion patrimoniale doit permettre la pérennisation des ouvrages (qualité des infrastructures et de
leur gestion/maintenance/renouvellement). Certains réseaux d’eau potable sont maintenant très âgés,
certains sont déjà qualifiés comme non fonctionnels ou présentent des dysfonctionnements graves. Le
manque de connaissances fines des infrastructures existantes devra être un préalable pour relever le défi
que représente la mise en place d’une gestion patrimoniale au sein des services qui doit être engagée dès
le début du plan quinquennal et s’intégrer dans les modalités de contrôle par la DINEPA.
Gestion patrimoniale : principes et actions possibles
Comme toute infrastructure, les ouvrages d’EPA doivent être entretenus, réparés et, à terme, renouvelés.
La gestion patrimoniale doit prévoir, organiser et intégrer les coûts dans la gestion des SAEP pour garantir
et pérenniser la qualité du service délivré aux usagers.
Au préalable, la cartographie des infrastructures des services existants doit être mise en place, avec
différentes données qualifiant l’état des structures et équipements et d’autres assurant un suivi historique
des opérations effectuées.
Les opérations de réhabilitation et de renouvellement doivent être planifiées dans les plans de gestion des
services pour que l’infrastructure ne se dégrade pas et qu’il n’y ait pas de consommation de capital fixe6 7
.
La mise en place d’une gestion patrimoniale présuppose qu’il y ait eu avant tout une phase
d’appropriation du patrimoine du secteur. L’inventaire des équipements et des infrastructures de chaque
service permettra également de connaitre la valeur du patrimoine.
3.2.3 Améliorer la supervision des travaux
L’amélioration de la supervision des travaux doit se porter tant sur le suivi de chantier que sur le suivi des
études et maitrise d’œuvre (contrôle des projets). Le diagnostic a mis en évidence ce point faible qui
concerne l’ensemble du secteur. Augmenter les capacités des acteurs haïtiens constitue un des défis
majeurs des prochaines années pour le secteur EPA d’Haïti.
Les différentes responsabilités devront être les suivantes :
 Le suivi de chantier est une responsabilité des opérateurs (CTE) ou des maitres d’ouvrages si ce ne
sont pas les mêmes (OREPA, chefs de projet) ;
 La supervision des études et de la maitrise d’œuvre est une responsabilité du Maitre
d’ouvrage assisté ou non ;
 Le contrôle des travaux exécutés ou des programmes mis en œuvre par acteurs EPA est le rôle du
régulateur (DINEPA et OREPA + TEPAC ou URD pour l’application pratique en région).
6
Capital fixe : l'ensemble des actifs corporels ou incorporels destinés à être utilisés dans le processus de production
pendant au moins un an (ce sont des biens durables). Ici ce sont les actifs corporels ou incorporels des infrastructures
d’Eau Potable et d’Assainissement.
7
Consommation de capital fixe : Dépréciation subie par le capital fixe au cours de la période considérée par suite
d'usure normale et d'obsolescence prévisible.
22
Améliorer la supervision des travaux : quelles pratiques à renforcer ou imposer ?
Les modalités suivantes pourront être étudiées et incitées (imposées pour certaines) :
Meilleur suivi technique et règlementaire : autorisations ou déclarations relatives à l’ouverture de
chantier, vérification du respect des délais, contrôle effectif des matériaux et matériels employés, et
du respect des prescriptions techniques ;
Meilleur suivi financier : paiements mensuels ou paiement par phase ;
Mesures répressives ou conservatoires possibles pour les entreprises défaillantes dans le cadre
réglementaire national ;
Insertion d’obligations contractuelles dans les marchés passés (pénalités ou non-paiement des
ouvrages non conformes, par exemple)
On notera que ces éléments sont pour la plupart déjà intégrés dans les guides et outils inclus au RTN,
proposés aux acteurs. L’application doit être renforcée.
3.2.4 Développer la recherche appliquée et l’innovation
Développer la recherche appliquée et l’innovation au sein du secteur EPA en Haïti est une nécessité. Elle
permettra de soutenir le développement des acteurs privés et leur renforcement de capacité sur des
techniques haïtiennes très adaptées. Le transfert des identifications de besoins et des résultats de
développement entre les entités de recherche et les acteurs sectoriels doit également être facilité. Enfin,
le transfert technologique doit être intégré dans la définition des projets internationaux.
Les innovations développées par la DINEPA ont déjà permis de répondre de manière pratique à des
problématiques rencontrées sur les SAEP (HYPOKLOR, SYSKLOR, etc.). L’innovation pour le secteur doit se
poursuivre dans les domaines des techniques à faible coût pour l’eau et l’assainissement même si les
capacités du pays en la matière restent limitées (peu d’équipes travaillant sur la recherche appliquée et le
développement, peu de sites pilotes pour tester les innovations).
3.3 Préparation des réponses aux situations de crise : un enjeu majeur
Les mesures EPA destinées à répondre aux éventuelles situations de crise pouvant survenir dans les 5 à
10 prochaines années sont définies par la DINEPA, elles doivent continuer à être définies et à être
appliquées en ce qui concerne les aspects EPAH.
La poursuite de la participation de la DINEPA aux mises à jour des plans de contingence est nécessaire. La
participation aux équipes mobiles d’intervention rapide pour les nouveaux foyers de cholera doit être
évaluée et déployée sur d’autres urgences, tels que les impacts des évènements météorologiques
extrêmes sur les qualités d’eau, la substitution des eaux distribuées et les traitements ponctuels en cas de
dégradation de la ressource ou d’inondation des infrastructures de desserte.
Le rôle de la DINEPA est de définir les recommandations propres au secteur EPA au sein du dispositif de
réponse aux urgences institutionnel (DPC, MICT) et de s’assurer que les acteurs humanitaires,
principalement, mettent en œuvre des actions rapides, efficaces, coordonnées et harmonisées avec les
prescriptions nationales EPA.
Au-delà de ce rôle prescriptif, la DINEPA doit également jouer un rôle de facilitateur des actions
d’urgence : être un point focal de la coordination, identifier les acteurs et les moyens mobilisables
localement, suivre les actions. L’OREPA est le relai local des actions de réponse aux urgences définies à
l’échelle nationale.
23
La cellule urgence de la DINEPA doit donc s’impliquer sur les mécanismes techniques de réponse aux
situations de crise et capitaliser les expériences. Elle doit être en mesure en tout temps d’apporter une
aide à la mise en œuvre rapide des acteurs pré-identifiés. Pour cela, il est nécessaire qu’au-delà des plans
de contingences la cellule ad-Hoc de la DINEPA soit dimensionnée techniquement et financièrement et
possède une capacité augmentée pour :
- Influencer les réglementations techniques ou générales pour augmenter la résilience des
installations et des modes de gestion de crise par les différents acteurs ;
- Accéder à des financements immédiats ou préfinancer les actions sous la forme de dotations
réservées.
3.4 Enjeux sociaux
3.4.1 Modifier la perception de la population vis à vis des PPP
Actuellement, la prise en charge par un Opérateur Privé de la gestion de service d’eau urbain (Saint-Marc)
ou de points d’eau ruraux (kiosques, bornes fontaines)
est perçue par les populations locales comme un
désengagement voire un désintérêt de l’Etat.
Communiquer vers les usagers et les autres acteurs
sectoriels sur le rôle de régulation et de contrôle de l’Etat
via la DINEPA représente un enjeu important car cela
permettra une meilleure acceptation des PPP et une
meilleure identification de la DINEPA.
3.4.2 Développement de l’ingenierie sociale
Les mécanismes de prise en compte de la demande sociale doivent être intégrés aux démarches de mise
en place et de gestion des infrastructures d’EPA. La question sociale dans les quartiers est prise en compte
par les acteurs de l’eau potable depuis de nombreuses années et doit être étendue à tous les domaines et
zones d’intervention de la DINEPA et de ses services déconcentrés.
Cette approche doit, dans le secteur EPA :
 faire appel à l’approche participative et concertée ;
 prendre en compte les questions de genre, et de vulnérabilité ;
 faire appel non seulement aux sciences et techniques pour l’ingénieur, mais aussi aux sciences
sociales : économie, sociologie, psychosociologie ;
 privilégier la formation et / ou la sensibilisation à l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène ;
Les principes d’ingénierie sociale peuvent faciliter le déroulement de travaux et permettre une meilleure
conception des ouvrages en fonction des besoins des usagers et des contraintes d’acceptabilité. Les
principes plus spécifiquement liés à la gestion des services, au management, ont déjà été présentés au
chapitre 2 et sont également concernés.
3.5 Défis commerciaux
3.5.1 Donner l’accès à l’eau potable et à l’assainissement au plus grand nombre
Les objectifs du millénaire devaient être atteints pour
2015. Ils ne le sont ni en zone urbaine, ni en zone rurale.
Haïti doit se tourner maintenant vers les objectifs de
développement durables qui constituent un nouveau défi
24
pour le secteur de l’EPA. Il est nécessaire, pour l’eau potable, d’augmenter non seulement les
branchements individuels mais aussi de continuer à développer les kiosques en zone urbaine et en zone
rurale. La mobilisation de la ressource doit aussi être améliorée par la mise en place de nouveaux
captages, la réhabilitation d’anciens, la mobilisation de nouvelles ressources. L’implication de la DINEPA
dans la gestion globale des ressources est donc essentielle.
Parallèlement à ces politiques de développement des infrastructures et équipements, les services doivent
mettre en place des équipes bien formées en nombre suffisant pour la gestion des abonnés sur les
réseaux d’eau, et des usagers des kiosques.
En ce qui concerne l’assainissement, les maisons de l’assainissement sont des entités programmées dans
la stratégie assainissement de la DINEPA pour :
Soutenir et vulgariser la recherche en matière d’assainissement
Renforcer les capacités des acteurs : subventions à l’activité, conseils aux usagers/clients des
services d’assainissement, assistance aux permis de construire.
Promouvoir l’assainissement auprès d’entreprises privées de services
Participer aux infrastructures d’assainissement publiques et à leur vidange
Les maisons de l’assainissement visent un marketing de l’assainissement qui doit permettre d’aider et
d’inciter à la mise en place de toilettes privées au niveau des propriétés. La voie réglementaire et le
renforcement de son application, contrôlés par les services de l’Etat, sont une partie de la solution :
construire des toilettes doit être, concrètement, une obligation pour les propriétaires.
Les études pilotes sur les solutions semi-collectives et collectives doivent être poursuivies et multipliées
mais ce n’est qu’à très long terme que l’équipement en solutions d’assainissement collectif pourra être
envisagé dans les planifications. Dans les dix ans à venir, seules des solutions d’assainissement autonome
et regroupé pourront être envisagées au niveau de quartiers où l’urbanisation est bien maîtrisée ou
planifiée.
Il conviendra aussi de faire comprendre, à l’aide notamment de l’ingénierie sociale, la nécessité de payer
le service d’assainissement rendu. L’intégration au paiement des volumes d’eau consommés n’est pas la
seule solution envisageable. Le calcul d’une facture basé sur les volumes vidangés et sur les sommes
nécessaires au bon entretien et au renouvellement des infrastructures est une voie à étudier, voire à
privilégier. Le service de vidange payant même informel démontre déjà une capacité de paiement. Le
modèle économique est donc à étudier et à affirmer dans les 5 ans à venir.
3.5.2 Mettre en place des stratégies commerciales permettant la durabilités des
services.
Les défis sont d’atteindre le petit équilibre des services AEP dans les 10 ans à venir puis de se rapprocher
du grand équilibre.
L’enjeu du plan stratégique doit être que « l’eau paye l’eau » sans l’aide des Partenaires Techniques et
Financiers pour ce qui concerne les coûts de fonctionnement et de rénovation dans un premier temps.
L’investissement initial ne pourra, en revanche, pas se faire sans les bailleurs de fonds internationaux et
une plus forte implication financière du gouvernement haïtien. Un défi consubstantiel à l’atteinte du petit
équilibre est l’atteinte d’un niveau de service suffisant et justifie pleinement la recherche de taux de
recouvrement des factures élevé (plus de 90%). Le suivi commercial et les possibilités de rétorsion (à
définir, la coupure d’eau étant le dernier recours en cas de mauvais payeurs avérés) font aussi partie des
outils à mettre en œuvre.
25
4 Défis et enjeux liés aux financements
La pérennité et la résilience des services EPA, l’essor d’un secteur économique lié aux services sont
conditionnés par l’équilibre financier des structures. Cette condition est un préalable à un objectif de
décentralisation des compétences eaux et assainissement vers les communes. Les enjeux sectoriels et les
défis qui sont présentés ci-après sont donc des préalables à la décentralisation recherchée pour, in fine,
proposer aux communes des gages de faisabilité financière pour la gestion des compétences eaux et
assainissement avec le soutien des services nationaux et déconcentrés.
Les enjeux et défis à relever dans le cadre des
financements sont donc de deux types : atteindre un
équilibre des services et pérenniser le financement des
structures d’encadrement du secteur, liées à la DINEPA.
L’atteinte du petit équilibre doit intégrer les principes suivants :
Améliorer le service (qualité et quantité) ;
Augmenter le taux de recouvrement du paiement des services d’EPA ;
Définir et appliquer les principes tarifaires en fonction des conditions locales et des niveaux de
service ;
Etudier et intégrer les possibilités de solidarités financières vis-à-vis des contraintes différentes
liées aux coûts d’investissement ou de fonctionnement des infrastructures (faible densité de
l’habitat impliquant des linéaires importants, zone défavorisée à recouvrement difficile,
différences de coûts entre infrastructures gravitaires ou non du fait de la géographie de la zone
desservie). Des péréquations ou compensations ou dotations de soutien devront être envisagées
dans le cadre de la régulation, pour favoriser les égalités de services rendus et les objectifs de
développement durable.
Le financement de la DINEPA et des structures connexes telles que OREPA, CTE, URD, TEPAC, CAEPA devra
également être pérennisé :
en augmentant le taux de recouvrement de la redevance OREPA ;
en augmentant le taux de recouvrement de la facture d’eau ;
en faisant appel aux Partenaires Techniques et Financiers.
26
4.1 Enjeux stratégiques liés aux financements
4.1.1 Augmenter les dotations du trésor public au secteur
Il s’agit d’impliquer plus fortement le gouvernement
haïtien dans le financement du fonctionnement et de
l’investissement du secteur.
L’Eau Potable et l’Assainissement constituent un enjeu
majeur pour le développement d’un pays. Ce sont deux
services de base pour la population qui sont également
structurants dans le cadre de l’aménagement des
territoires et du développement économique. La forte
participation du Gouvernement haïtien dans la
reconstruction / construction / développement et
gestion des infrastructures de l‘Eau Potable et
d’Assainissement est essentiel pour la souveraineté et
l’essor du secteur.
L’appui budgétaire national aux coûts d’exploitation et d’investissements de la DINEPA ne s’élève qu’à
130.000.000 Gourdes pour l’exercice 2015/2016 (sans augmentation par rapport à 2014/2015). Il est très
inférieur à l’appui à d’autres secteurs structurants (aménagement routier et énergie par exemple en
gardant à l’esprit les services par « réseaux») et représente moins de 2% du budget.
4.1.2 Mobilisation de capitaux pour l’investissement via les banques et les institutions
de microcrédits
Les services en charge de la maitrise d’ouvrage et de l’exploitation des SAEPA doivent aussi avoir accès
aux crédits bancaires. Les investissements rendus possibles ainsi devront être associés à des services
capables de dégager suffisamment de revenus pour couvrir les amortissements induits. Les institutions
de microcrédits pourraient aussi être mobilisées pour les petites entreprises privées du secteur EPA (par
exemple, les gestionnaires délégués pour des kiosques ou des bornes fontaines). Il faudra également
évaluer auparavant si l’activité créée grâce à ce micro-crédit est génératrice de suffisamment de revenus.
Ces micro-crédits peuvent amorcer le développement des acteurs privés locaux.
Cependant, le recours au crédit doit rester limité durant les premières années du plan d’actions. C’est
aujourd’hui à l’Etat (et aux PTF si les ressources de l’Etat haïtien sont trop limitées) de prendre en charge
les investissements du secteur EPA tant que n’est pas prouvée, par un modèle de gestion dûment évalué,
la possibilité d’équilibrer les services (en tenant compte des investissements).
Actuellement, les recettes de la majorité des services ne couvrent que très rarement les coûts de
fonctionnement et sont donc loin de couvrir la réalisation des infrastructures, tel que le nécessiterait une
concession de service public. Mais le faible nombre d’expériences de délégation par affermage ou
concession, ne permet aucune conclusion sur la faisabilité. Il est donc nécessaire dès les premières
années du plan quinquennal, de multiplier ce type d’expérience, et de renforcer les compétences de la
DINEPA dans leur suivi et évaluation, pour définir la stratégie financière sur des bases connues.
4.1.3 Un enjeu de diversification des types de financement
Diversifier et pérenniser les types de financements présentent de très forts enjeux pour le secteur.
27
Beaucoup de financements obtenus il y a 3 ans et plus arrivent bientôt à échéance. La Banque Mondiale
va apporter un soutien de 50 millions de US$ pour un projet sur le milieu rural principalement. La BID
devrait apporter une nouvelle contribution dont le montant n’est pas encore précisé, mais ces fonds ne
seront pas suffisants pour supporter les investissements et les coûts de fonctionnement nécessaires au
développement du secteur. L’autofinancement n’est pas atteint par la DINEPA, ni même, à court terme,
le petit équilibre financier. Le recours aux PTF en particulier ne doit pas être systématisé et l’enjeu global
est de diversifier les sources de financement, favoriser les investisseurs privés en concevant à terme les
mécanismes financiers autonomes pour les services.
Actions proposées, à titre d’exemple pour diversifier et pérenniser les types de financements
Le rôle de recherche de financement doit être renforcé à la DINEPA par l’identification d’au moins une
personne affectée spécifiquement à cette mission. Cette personne devra interagir fortement avec la
Direction Générale.
Le rôle de coordonnateur des PTF, appuyant la DINEPA et / ou le secteur, doit continuer à être assumé
par la DINEPA. Cette coordination doit être transparente et doit aussi maintenir dans un premier temps
l’implication de PTF nouveaux ou anciens (à l’image du nouveau projet de la Banque Mondiale ou de
l’implication récente des coopérations canadienne et japonaise). Il s’agit de favoriser une réelle synergie
entre ces PTF.
4.2 Défis et enjeux liés à la mise en œuvre
4.2.1 Mettre en place des règles nationales de tarification
Une politique tarifaire nationale, prenant en compte la durabilité du service, les aspects sociaux, mais
aussi le niveau de service doit être définie et appliquée. De même que la définition des différents niveaux
de services, la définition des règles de tarification incombe à la DINEPA en tant que régulateur du secteur
et doit être consensuelle.
28
4.2.2 Aller vers un suivi comptable intégré et analytique
La mise en place d’un suivi comptable harmonisé, intégré et analytique8
, est essentiel pour tous les
services en charge de la maitrise d’ouvrage et/ou de l’exploitation, quel qu’en soit le mode de gestion.
L’article 16 h de la Loi cadre prévoit que le « directeur d’un OREPA a pour attribution de tenir un registre
de comptabilité analytique qui permet d’établir les recettes et les dépenses encourues pour les systèmes
urbains dont il a la responsabilité, ainsi que pour leurs activités de support aux réseaux ruraux ».
La normalisation internationale de la comptabilité analytique étant développée, il ne devrait pas y avoir
de difficulté majeure pour la mettre en place, mais suivre les coûts de chaque équipement, travaux et
services délivrés par un SAEP reste un enjeu fort.
Suivi comptable intégré et analytique : actions possibles
Pour la DINEPA, les OREPA, les CTE, mettre en place leurs budgets prévisionnels et bilan annuel et les
présenter à leur tutelle (et au Conseil d’Administration pour la DINEPA) ;
Imposer contractuellement les rapports annuels des délégataires intégrant les évaluations de la qualité
de service;
Publier le bilan annuel, après audit par un commissaire aux comptes;
4.2.3 PTF : continuer le subventionnement des investissements
Les PTF doivent poursuivre le subventionnement des investissements dans le secteur EPA, mais ils
doivent le faire en intégrant la notion de pérennité technique et de gestion. Pour cela, il est nécessaire
qu’ils prévoient de subventionner aussi le début du fonctionnement des investissements réalisés. Il faut
se prémunir contre le risque de subventionner l’investissement d’un équipement que le service d’EPA ne
pourra faire fonctionner faute de moyens. L’enjeu est ainsi de réduire au minimum les investissements
difficilement utilisables ou peu pérennes.
4.2.4 DINEPA : aller vers un rôle strict de régulateur financé par le trésor public
Afin que la DINEPA puisse s’affirmer en tant que régulateur du secteur EPA, indépendant des autres
acteurs, comme le prévoit la loi cadre, elle doit être fortement financée par le trésor public. Elle sera ainsi
fondée à réguler tout projet quel que soit le financeur. Il est délicat que la DINEPA assure ces tâches de
régulation sur un projet financé par un PTF soutenant par ailleurs le budget de fonctionnement de la
DINEPA. L’enjeu est donc ici d’assurer l’indépendance de la DINEPA comme régulateur du secteur.
4.2.5 OREPA : les vrais maitres d’ouvrage des travaux sur financement extérieurs
avant la décentralisation
Alors que seule la régulation et le contrôle devront être réalisés par la DINEPA, les OREPA devront
renforcer leur compétence de maitres d’ouvrage afin d’assurer le développement des infrastructures EPA
notamment financées par les différents Partenaires Techniques et Financiers ou l’Etat. Il doit donc y avoir
dans les toutes prochaines années un transfert effectif, de la DINEPA vers les OREPA, des compétences et
des personnels dédiés pour la gestion des programmes et le suivi d’exécution des travaux. Cette mesure
de poursuite de la déconcentration est urgente pour augmenter la lisibilité et l’efficacité des acteurs
institutionnels.
8
La comptabilité analytique est un mode de traitement des données comptables dont les objectifs essentiels sont de :
connaître les coûts des différentes fonctions assumées par l’organisation ;
expliquer et analyser les résultats de l’organisation publique ou privée en calculant les coûts des produits
pour les comparer aux recettes ou aux prix de vente correspondants;
fixer des prix au regard d’un objectif de marge.
29
La phase suivante sera le transfert aux municipalités. La loi-cadre sur l’eau prévoit, dans son article 19, le
transfert des systèmes EPA aux municipalités / Collectivités Territoriales qui en deviendront les maîtres
d’ouvrage. Cet article prévoit que les municipalités prennent alors en charge les actifs et les passifs
découlant de tout emprunt contracté par un OREPA. Ce transfert ne peut être engagé dans le cadre du
plan quinquennal.
30
5 Défis et enjeux transversaux
Au-delà des objectifs liés à l’accès aux services EPA, à la déconcentration et décentralisation de la
gouvernance ainsi qu’à la pérennité financière des structures sectorielles, il est nécessaire d’élargir les
enjeux et défis portant sur des thématiques transversales soit dépendantes d’autres secteurs ou d’autres
compétences, soit liées à un contexte sanitaire particulier.
5.1 Adaptation des services EPA à l’urbanisation et régulation de cette
dernière
L'urbanisation rapide et non contrôlée en Haïti génère des défis très importants en matière de
développement des services de base. La croissance considérable des zones urbaines n'est pas
accompagnée d’une création proportionnelle d'infrastructures et d'aménagements nécessaires pour
assurer des conditions de vie décentes aux populations. L'eau ne parvient pas, notamment aux plus
pauvres qui ne peuvent que se tourner vers les marchands du secteur privé non structuré et non régulé,
fournissant de l’eau à des prix très élevés.
Réguler l’urbanisation en y associant les infrastructures linéaires de desserte est un défi incontournable
pour Haïti qui peine à mettre en place un cadastre moderne et fiable.
31
5.2 Eradication de l’épidémie de choléra et la réduction au minimum
des autres maladies hydriques
L’un des plus grands et des plus urgents défis est l’éradication de l’épidémie de choléra et la réduction au
minimum des autres maladies hydriques. La régulation technique, le suivi, la bonne gouvernance doivent
participer à relever ce défi pour éviter en cas de crises connexes (inondations, évènement sismique…) la
réapparition d’épidémies d’ampleur catastrophique. Toutes les actions de structuration et de gestion du
secteur participeront à ce défi mais certaines actions du plan sectoriel pourront être priorisées vis-à-vis
des risques sanitaires pandémiques hydriques.
5.3 Gestion Intégrée des Ressources en Eau
 Définir les mécanismes de Gestion Intégrée des Ressources en Eau, répartir les compétences et la
déployer :
La GIRE est basée sur le présupposé qu’une approche trop sectorielle de la gestion de l’eau tend à
imposer des coûts économiques, sociaux et écologiques élevés. Dans cette optique, les prises de décision
doivent intégrer plusieurs secteurs et s’appliquer sur plusieurs échelles. Pour relever ce défi, les acteurs
du secteur EPA, de l’agriculture, de l’énergie (barrages), du tourisme (etc.) et de l’aménagement doivent
coordonner leurs actions au sein de planifications et de stratégies communes et concertées. La DINEPA en
coordination avec le Ministère de l’Environnement doit jouer un rôle prépondérant dans la définition des
mécanismes à mettre en place notamment en ce qui concerne la protection des ressources pour l’eau
potable et la protection des écosystèmes en aval des points de rejets des installations de traitement des
eaux usées matières de vidange, (Loi cadre, article 27 h).
 Les autres enjeux de la GIRE pour le secteur EPA sont de faire appliquer les périmètres de protection et
de maximiser la protection de la ressource en eau. Les périmètres de protection doivent être établis
autour des sites de production d’eau destinée à la consommation humaine, en vue d’assurer la
préservation de la ressource (risques de pollutions ponctuelles et accidentelles).
5.4 Pérennisation des acquis de la réforme
Toutes les actions mises en œuvre par la DINEPA qui apportent une amélioration sensible pour le secteur
EPA (accès pour la population au service EPA, régulation, contrôle) doivent être poursuives, renforcées ou
améliorées. Le diagnostic a en particulier mis l’accent sur certaines actions considérées comme des
réussites de la DINEPA mais dont la poursuite / la pérennisation sont des défis. On peut citer les URD, les
TEPAC, le SISKLOR, l’HYPOKLOR24, la mise en place du RTN…
32
6 Défis et enjeux sous la forme de liste, associés au
chronogramme
Le tableau ci-après présente l’ensemble des défis identifiés dans les chapitres précédents, sous la forme
d’une liste. Une codification est attribuée à chaque défi :
 1ère
lettre = groupe auquel ce défi appartient ;
 2ème
lettre = sous-groupe auquel le défi appartient (le cas échéant) ;
 chiffre = numéro du défi dans le sous-groupe.
Le chronogramme présente la répartition des priorités pour les défis dans les 9 prochaines années. Les
couleurs vont du plus foncé (priorité la plus élevée) au plus clair (priorité moins élevée) ; les couleurs sous
forme de dégradé représentent donc une montée en charge progressive ou au contraire dégressive. Une
couleur unie représente donc un degré de priorité restant constant chaque année.
Ce chronogramme permet de montrer que tous les défis doivent faire l’objet d’un début de prise en
charge durant la période 2016 – 2019, mais que certains seront potentiellement définitivement relevés
qu’au-delà de 2019.
33
Tableau : Chronogramme de la prise en compte des défis
Code 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025
G DEFIS ET ENJEUX LIES A LA GOUVERNANCE, LA REGULATION, ET A LA CONNAISSANCE
G1 Obtenir un soutien politique fort au secteur EPA Défi
G2 Coordination entre les Ministères intervenant sur la gestion de l’eau Défi
GS Défis et enjeux stratégiques DINEPA
GS1 Poursuivre la réformes du secteur EPA à un rythme soutenu Défi
GS2 Déconcentration de certaines es fonctions de la DINEPA et décentralisation Enjeu
GS3 Renforcer la planification sectorielle Défi
GS4 Appropriation de la stratégie sectorielle par les acteurs Enjeu
GF Défis liés au fonctionnement
GF1 Développer des synergies en termes d’échange et de travail en équipe Défi
GF2 Pérenniser et fidéliser les Ressources Humaines du secteur EPA Défi
GF3 Augmenter les compétences et capacités techniques des entreprises locales Défi
GF4 Structurer de nouvelles entités de gestion des Services d’EPA, et assurer leur régulation et leur contrôle Défi
GR Défis et enjeux liés à la régulation
GR1 Mise en œuvre du contrôle financier du secteur Défi
GR2 Renforcement, diffusion et application des prescriptions techniques et règlementaires Défi
GR3 La DINEPA doit se doter de moyens coercitifs et incitatifs Enjeu
GO Défis et enjeux en termes d'outils
GO1 Ancrage de l’Observatoire National de l’Eau Potable et d’Assainissement (ONEPA) Enjeu
GO2 Maîtriser le foncier Défi
GC Défis en terme de connaissance
GC1 Augmentation du savoir-faire des acteurs sectoriels Défi
GC2 Professionnalisation et qualification des secteurs intervenant dans le domaine de l’EPA Défi
GC3 Harmonisation des formations techniques ou règlementaires dans le domaine de l’Eau Potable et de l’Assainissement Défi
GC4 Mise en place d’une Education Environnementale transversale Défi
GC5 Systématiser l’éducation à l’hygiène familiale Défi
S DEFIS ET ENJEUX LIES A l'ACCES AUX SERVICES
SP Défis et enjeux stratégiques
SP1 Définition et application d’une politique des services publics pour le secteur EPA Enjeu
SP2 Définir une politique claire en ce qui concerne les PPP Défi
SP3 Définir les niveaux de service d’Eau Potable et d’Assainissement. Défi
ST Défis techniques
ST1 Poursuivre la construction ou la reconstruction d’infrastructures EPA pérennes Défi
ST2 Impulser la gestion patrimoniale Défi
ST3 Améliorer la supervision des travaux Défi
ST4 Développer la recherche appliquée et l’innovation pour le secteur EPA en Haïti. Défi
S2 Préparation du secteur EPAH pour les situations de crise Enjeu
SS Enjeux sociaux
SS1 Modifier la perception par la population de l'exploitation des SAEP Enjeu
SS2 Développement de l'ingénierie sociale Enjeu
SC Défis commerciaux
SC1 Donner l'accès à l'eau potable et à l'assainissement au plus grand nombre Défi
SC2 Mettre en place des stratégies commercials permettant la durabilité des services Défi
F DEFIS ET ENJEUX LIES AUX FINANCEMENTS
FP Enjeux stratégiques liés au financement
FP1 Augmenter les dotations publiques au secteur Enjeux
FP2 Mobilisation de capitaux pour l’investissement via les banques et les institutions de microcrédits Enjeux
FP3 Diversification des types de financements Enjeux
FM Défis liés à la mise en œuvre
FM1 Mettre en place des règles nationales de tarification Défi
FM2 Elaborer et publier les comptes consolidés de l'institution Enjeu
FM3 Poursuivre le subventionnement des investissements dans le secteur EPA en intégrant la pérennité Enjeu
FM4 DINEPA : aller vers un rôle strict de régulateur financé par le trésor public Enjeu
FM5 OREPA, maitres d'ouvrage des travaux sur financements extérieurs Enjeu
A1 Intégrer l’assainissement et l’eau potable à l’urbanisation et réguler cette dernière Défi
A2 Eradication de l’épidémie de choléra et réduction des autres maladies hydriques Défi
A3 Définir les mécanismes de GIRE, répartir les compétences et déployer Enjeu
A4 GIRE pour le Secteur EPA: appliquer les périmètres de protection et maximiser protection de la ressource Enjeu
A5 Pérennisation des acquis de la réforme Défi
MISE EN PLACE PROGRESSIVE
MISE EN PLACE PROGRESSIVE
MISE EN PLACE PROGRESSIVE
DEFINTION APPLICATION
EAU POT. ASSAINIST
MISE EN PLACE PROGRESSIVE
MISE EN PLACE PROGRESSIVE
EAU POT. ASSAINIST

Contenu connexe

Tendances

296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...
296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...
296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...
Olivier Coulibaly
 
Digimind: Benchmark Solutions de Veille 2011
Digimind: Benchmark Solutions de Veille 2011Digimind: Benchmark Solutions de Veille 2011
Digimind: Benchmark Solutions de Veille 2011
Digimind
 
AGAP rapport technique intermédiaire sur la Protection de la Biodiversité et ...
AGAP rapport technique intermédiaire sur la Protection de la Biodiversité et ...AGAP rapport technique intermédiaire sur la Protection de la Biodiversité et ...
AGAP rapport technique intermédiaire sur la Protection de la Biodiversité et ...
Ministère de l'Environnement
 
Guide de mise en conformité
Guide de mise en conformitéGuide de mise en conformité
Guide de mise en conformité
smemanager
 
Barometre des Pratiques de Veille 2008
Barometre des Pratiques de Veille 2008Barometre des Pratiques de Veille 2008
Barometre des Pratiques de Veille 2008
Digimind
 
Avis technique - Vérification des informations RSE par l'OTI
Avis technique - Vérification des informations RSE par l'OTIAvis technique - Vérification des informations RSE par l'OTI
Avis technique - Vérification des informations RSE par l'OTI
Groupe SFC, cabinet d'expertise comptable
 
Management des risques_ww_w.vosbooks.net__0
Management des risques_ww_w.vosbooks.net__0Management des risques_ww_w.vosbooks.net__0
Management des risques_ww_w.vosbooks.net__0
rahma amine
 
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achat
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achatMémoire gestion des risques fournisseurs en achat
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achat
Audrey Sigoure
 
gestion de notariat avec openerp
gestion de notariat avec openerpgestion de notariat avec openerp
gestion de notariat avec openerp
HORIYASOFT
 
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffonMem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
chaimael
 
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
Freelance
 
Business plan Deucalion
Business plan DeucalionBusiness plan Deucalion
Business plan Deucalion
Stéphane Gasser
 
Manuel d’audit interne usaid établissement publique
Manuel d’audit interne usaid établissement publiqueManuel d’audit interne usaid établissement publique
Manuel d’audit interne usaid établissement publique
Youssef Bensafi
 
Memoire de fin d'etude 353
Memoire de fin d'etude 353Memoire de fin d'etude 353
Memoire de fin d'etude 353
proviseur
 
27 certification des_comptes_rapport_tome1
27 certification des_comptes_rapport_tome127 certification des_comptes_rapport_tome1
27 certification des_comptes_rapport_tome1
mohamcool
 
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
France Stratégie
 
Guide cetmef lite2008
Guide cetmef lite2008Guide cetmef lite2008
Guide cetmef lite2008
Rachid Abdi
 
Les 5S bureau
Les 5S bureauLes 5S bureau
Les 5S bureau
Eric Métais
 
L'optimisation du precessus de cloture des résultats
L'optimisation du precessus de cloture des résultats L'optimisation du precessus de cloture des résultats
L'optimisation du precessus de cloture des résultats
David Leclercq
 
5S dans l'atelier
5S dans l'atelier5S dans l'atelier
5S dans l'atelier
Eric Métais
 

Tendances (20)

296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...
296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...
296 pages management support cours gestion projet + exercices + outils + arti...
 
Digimind: Benchmark Solutions de Veille 2011
Digimind: Benchmark Solutions de Veille 2011Digimind: Benchmark Solutions de Veille 2011
Digimind: Benchmark Solutions de Veille 2011
 
AGAP rapport technique intermédiaire sur la Protection de la Biodiversité et ...
AGAP rapport technique intermédiaire sur la Protection de la Biodiversité et ...AGAP rapport technique intermédiaire sur la Protection de la Biodiversité et ...
AGAP rapport technique intermédiaire sur la Protection de la Biodiversité et ...
 
Guide de mise en conformité
Guide de mise en conformitéGuide de mise en conformité
Guide de mise en conformité
 
Barometre des Pratiques de Veille 2008
Barometre des Pratiques de Veille 2008Barometre des Pratiques de Veille 2008
Barometre des Pratiques de Veille 2008
 
Avis technique - Vérification des informations RSE par l'OTI
Avis technique - Vérification des informations RSE par l'OTIAvis technique - Vérification des informations RSE par l'OTI
Avis technique - Vérification des informations RSE par l'OTI
 
Management des risques_ww_w.vosbooks.net__0
Management des risques_ww_w.vosbooks.net__0Management des risques_ww_w.vosbooks.net__0
Management des risques_ww_w.vosbooks.net__0
 
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achat
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achatMémoire gestion des risques fournisseurs en achat
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achat
 
gestion de notariat avec openerp
gestion de notariat avec openerpgestion de notariat avec openerp
gestion de notariat avec openerp
 
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffonMem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
 
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
 
Business plan Deucalion
Business plan DeucalionBusiness plan Deucalion
Business plan Deucalion
 
Manuel d’audit interne usaid établissement publique
Manuel d’audit interne usaid établissement publiqueManuel d’audit interne usaid établissement publique
Manuel d’audit interne usaid établissement publique
 
Memoire de fin d'etude 353
Memoire de fin d'etude 353Memoire de fin d'etude 353
Memoire de fin d'etude 353
 
27 certification des_comptes_rapport_tome1
27 certification des_comptes_rapport_tome127 certification des_comptes_rapport_tome1
27 certification des_comptes_rapport_tome1
 
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
 
Guide cetmef lite2008
Guide cetmef lite2008Guide cetmef lite2008
Guide cetmef lite2008
 
Les 5S bureau
Les 5S bureauLes 5S bureau
Les 5S bureau
 
L'optimisation du precessus de cloture des résultats
L'optimisation du precessus de cloture des résultats L'optimisation du precessus de cloture des résultats
L'optimisation du precessus de cloture des résultats
 
5S dans l'atelier
5S dans l'atelier5S dans l'atelier
5S dans l'atelier
 

En vedette

Il Marketing Capovolto - Bernard Cova
Il Marketing Capovolto - Bernard CovaIl Marketing Capovolto - Bernard Cova
Il Marketing Capovolto - Bernard Cova
Tommaso Sorchiotti
 
Wael Abd Elghaffar, Instrumentation Engineer
Wael Abd Elghaffar, Instrumentation EngineerWael Abd Elghaffar, Instrumentation Engineer
Wael Abd Elghaffar, Instrumentation Engineer
wael mohamed
 
Bulletin sisklor onepa_juillet2015_rev pv
Bulletin sisklor onepa_juillet2015_rev pvBulletin sisklor onepa_juillet2015_rev pv
Bulletin sisklor onepa_juillet2015_rev pv
dinepacom
 
Bonustro-Resume
Bonustro-ResumeBonustro-Resume
Bonustro-Resume
Marco Donnie Bonustro
 
Magical Wedding Sales Kit
Magical Wedding Sales KitMagical Wedding Sales Kit
Magical Wedding Sales Kit
nicholaszfox
 
SEMESTER 3 : PROJECT 1 BRIEF BUILDING SCIENCE 1
SEMESTER 3 : PROJECT 1 BRIEF BUILDING SCIENCE 1SEMESTER 3 : PROJECT 1 BRIEF BUILDING SCIENCE 1
SEMESTER 3 : PROJECT 1 BRIEF BUILDING SCIENCE 1
Darshiini Vig
 
Catálogo Novy Premium
Catálogo Novy PremiumCatálogo Novy Premium
Catálogo Novy Premium
Gustavo Bono
 
Break even analysis
Break even analysisBreak even analysis
Break even analysis
Shivam Jhajj
 
BESTMINDS COMPANY PROFILE 2016
BESTMINDS COMPANY PROFILE 2016BESTMINDS COMPANY PROFILE 2016
BESTMINDS COMPANY PROFILE 2016
ICT Select Professionals at BESTMINDS
 

En vedette (9)

Il Marketing Capovolto - Bernard Cova
Il Marketing Capovolto - Bernard CovaIl Marketing Capovolto - Bernard Cova
Il Marketing Capovolto - Bernard Cova
 
Wael Abd Elghaffar, Instrumentation Engineer
Wael Abd Elghaffar, Instrumentation EngineerWael Abd Elghaffar, Instrumentation Engineer
Wael Abd Elghaffar, Instrumentation Engineer
 
Bulletin sisklor onepa_juillet2015_rev pv
Bulletin sisklor onepa_juillet2015_rev pvBulletin sisklor onepa_juillet2015_rev pv
Bulletin sisklor onepa_juillet2015_rev pv
 
Bonustro-Resume
Bonustro-ResumeBonustro-Resume
Bonustro-Resume
 
Magical Wedding Sales Kit
Magical Wedding Sales KitMagical Wedding Sales Kit
Magical Wedding Sales Kit
 
SEMESTER 3 : PROJECT 1 BRIEF BUILDING SCIENCE 1
SEMESTER 3 : PROJECT 1 BRIEF BUILDING SCIENCE 1SEMESTER 3 : PROJECT 1 BRIEF BUILDING SCIENCE 1
SEMESTER 3 : PROJECT 1 BRIEF BUILDING SCIENCE 1
 
Catálogo Novy Premium
Catálogo Novy PremiumCatálogo Novy Premium
Catálogo Novy Premium
 
Break even analysis
Break even analysisBreak even analysis
Break even analysis
 
BESTMINDS COMPANY PROFILE 2016
BESTMINDS COMPANY PROFILE 2016BESTMINDS COMPANY PROFILE 2016
BESTMINDS COMPANY PROFILE 2016
 

Similaire à Pss epa ht_ defis_repris-myl 21 juin 2016

Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA
Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSAManuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA
Le commerce cross-canal, quels enjeux pour les entreprises ?
Le commerce cross-canal, quels enjeux pour les entreprises ?Le commerce cross-canal, quels enjeux pour les entreprises ?
Le commerce cross-canal, quels enjeux pour les entreprises ?
lorent75
 
Analyse de la FoodTech et des spécificités des stratégies des entreprises sur...
Analyse de la FoodTech et des spécificités des stratégies des entreprises sur...Analyse de la FoodTech et des spécificités des stratégies des entreprises sur...
Analyse de la FoodTech et des spécificités des stratégies des entreprises sur...
Marine ALLEON
 
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
Collectif PAPERA
 
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
PEXE
 
Dpes version-finale
Dpes version-finaleDpes version-finale
Dpes version-finale
leral
 
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014 Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
AdeBakawan
 
Guide étude sectorielle
Guide étude sectorielleGuide étude sectorielle
Guide étude sectorielle
Philippe Porta
 
20090708 commodities in the if study undp cover and table of content
20090708 commodities in the if study undp cover and table of content20090708 commodities in the if study undp cover and table of content
20090708 commodities in the if study undp cover and table of content
Lichia Saner-Yiu
 
Compte personnel de formation : rapport 2018
Compte personnel de formation : rapport 2018Compte personnel de formation : rapport 2018
Compte personnel de formation : rapport 2018
Société Tripalio
 
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
nuntiis
 
2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf
2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf
2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf
Yannick Le Guern
 
2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf
2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf
2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf
Laura Iuliana PETRACHE
 
Manuel technique-gire-fr
Manuel technique-gire-frManuel technique-gire-fr
Manuel technique-gire-fr
foyozaki
 
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" - Analyse de la mise en oe...
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" -  Analyse de la mise en oe...Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" -  Analyse de la mise en oe...
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" - Analyse de la mise en oe...
Public Service of Wallonia
 
Cour des comptes gestion des piscines de Paris
Cour des comptes gestion des piscines de ParisCour des comptes gestion des piscines de Paris
Cour des comptes gestion des piscines de Paris
Société Tripalio
 
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunionLa strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
Silicon Village
 
Les territoires bretons et le projet Bretagne à Grande Vitesse. Un travail co...
Les territoires bretons et le projet Bretagne à Grande Vitesse. Un travail co...Les territoires bretons et le projet Bretagne à Grande Vitesse. Un travail co...
Les territoires bretons et le projet Bretagne à Grande Vitesse. Un travail co...
AudéLor
 
Orse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommesOrse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommes
Philippe Porta
 
Orse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommesOrse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommes
Philippe Porta
 

Similaire à Pss epa ht_ defis_repris-myl 21 juin 2016 (20)

Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA
Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSAManuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA
Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA
 
Le commerce cross-canal, quels enjeux pour les entreprises ?
Le commerce cross-canal, quels enjeux pour les entreprises ?Le commerce cross-canal, quels enjeux pour les entreprises ?
Le commerce cross-canal, quels enjeux pour les entreprises ?
 
Analyse de la FoodTech et des spécificités des stratégies des entreprises sur...
Analyse de la FoodTech et des spécificités des stratégies des entreprises sur...Analyse de la FoodTech et des spécificités des stratégies des entreprises sur...
Analyse de la FoodTech et des spécificités des stratégies des entreprises sur...
 
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
 
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
 
Dpes version-finale
Dpes version-finaleDpes version-finale
Dpes version-finale
 
Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014 Rapport annuel 2014
Rapport annuel 2014
 
Guide étude sectorielle
Guide étude sectorielleGuide étude sectorielle
Guide étude sectorielle
 
20090708 commodities in the if study undp cover and table of content
20090708 commodities in the if study undp cover and table of content20090708 commodities in the if study undp cover and table of content
20090708 commodities in the if study undp cover and table of content
 
Compte personnel de formation : rapport 2018
Compte personnel de formation : rapport 2018Compte personnel de formation : rapport 2018
Compte personnel de formation : rapport 2018
 
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
 
2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf
2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf
2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf
 
2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf
2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf
2023-10-02 B1 AKT Catalogue formations privé public territorial et CGV 1.pdf
 
Manuel technique-gire-fr
Manuel technique-gire-frManuel technique-gire-fr
Manuel technique-gire-fr
 
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" - Analyse de la mise en oe...
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" -  Analyse de la mise en oe...Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" -  Analyse de la mise en oe...
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" - Analyse de la mise en oe...
 
Cour des comptes gestion des piscines de Paris
Cour des comptes gestion des piscines de ParisCour des comptes gestion des piscines de Paris
Cour des comptes gestion des piscines de Paris
 
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunionLa strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
 
Les territoires bretons et le projet Bretagne à Grande Vitesse. Un travail co...
Les territoires bretons et le projet Bretagne à Grande Vitesse. Un travail co...Les territoires bretons et le projet Bretagne à Grande Vitesse. Un travail co...
Les territoires bretons et le projet Bretagne à Grande Vitesse. Un travail co...
 
Orse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommesOrse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommes
 
Orse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommesOrse enjeux et_des_hommes
Orse enjeux et_des_hommes
 

Dernier

Déclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonneDéclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonne
LaLibre
 
Programme d'animations du Pays d'art et d'histoire Aure Louron du 15 au 18 ju...
Programme d'animations du Pays d'art et d'histoire Aure Louron du 15 au 18 ju...Programme d'animations du Pays d'art et d'histoire Aure Louron du 15 au 18 ju...
Programme d'animations du Pays d'art et d'histoire Aure Louron du 15 au 18 ju...
Philippe Villette
 
Le Territoire Exemplaire - présentation globale
Le Territoire Exemplaire - présentation globaleLe Territoire Exemplaire - présentation globale
Le Territoire Exemplaire - présentation globale
LakhdarFrigoulier
 
Déclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonneDéclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonne
grynbergsammy
 
Déclaration de politique communautaire FWB
Déclaration de politique communautaire FWBDéclaration de politique communautaire FWB
Déclaration de politique communautaire FWB
grynbergsammy
 
Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979
Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979
Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Déclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonneDéclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonne
LaLibre
 
Chercheurs de sens. — 023. Depuis 1980
Chercheurs de sens. — 023.  Depuis  1980Chercheurs de sens. — 023.  Depuis  1980
Déclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonneDéclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonne
grynbergsammy
 

Dernier (9)

Déclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonneDéclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonne
 
Programme d'animations du Pays d'art et d'histoire Aure Louron du 15 au 18 ju...
Programme d'animations du Pays d'art et d'histoire Aure Louron du 15 au 18 ju...Programme d'animations du Pays d'art et d'histoire Aure Louron du 15 au 18 ju...
Programme d'animations du Pays d'art et d'histoire Aure Louron du 15 au 18 ju...
 
Le Territoire Exemplaire - présentation globale
Le Territoire Exemplaire - présentation globaleLe Territoire Exemplaire - présentation globale
Le Territoire Exemplaire - présentation globale
 
Déclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonneDéclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonne
 
Déclaration de politique communautaire FWB
Déclaration de politique communautaire FWBDéclaration de politique communautaire FWB
Déclaration de politique communautaire FWB
 
Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979
Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979
Chercheurs de sens. — 022. De 1969 à 1979
 
Déclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonneDéclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonne
 
Chercheurs de sens. — 023. Depuis 1980
Chercheurs de sens. — 023.  Depuis  1980Chercheurs de sens. — 023.  Depuis  1980
Chercheurs de sens. — 023. Depuis 1980
 
Déclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonneDéclaration de politique régionale wallonne
Déclaration de politique régionale wallonne
 

Pss epa ht_ defis_repris-myl 21 juin 2016

  • 1. Evaluation de la mise en œuvre de la réforme du secteur eau potable et assainissement en Haïti et préparation du plan d’action Actualisation du Plan Stratégique Sectoriel DDEEFFIISS EETT EENNJJEEUUXX Nom de l’organisation Office International de l’Eau Adresse 15 rue E. Chamberland – 87065 Limoges Cedex Téléphone Secrétariat : +33 5 55 11 47 80 Date Avril 2016
  • 2. 2 Table des matières Abréviations et acronymes ............................................................................................................................ 4 Introduction................................................................................................................................................... 5 Définitions préalables : déconcentration et décentralisation.................................................................... 6 Conventions de lecture.............................................................................................................................. 6 1 Représentation graphique des défis et enjeux et de leurs interrelations.............................................. 7 2 Défis et enjeux liés à la gouvernance, à la régulation, et à la connaissance .......................................... 9 2.1 Défis externes à la DINEPA............................................................................................................. 9 2.1.1 Obtenir un soutien fort de la part des différents acteurs politiques du pays ............................ 9 2.1.2 Améliorer la coordination entre ministères compétents dans le secteur de la gestion de l’eau. ................................................................................................................................................... 9 2.2 Défis et enjeux stratégiques pour la DINEPA ............................................................................... 10 2.2.1 Poursuivre la réforme du secteur EPA à un rythme soutenu................................................... 10 2.2.2 Déconcentration de certaines fonctions de la DINEPA et décentralisation ............................. 10 2.2.3 Renforcer la planification sectorielle ....................................................................................... 11 2.2.4 Appropriation de la stratégie sectorielle par les acteurs ......................................................... 11 2.3 Défis liés au fonctionnement....................................................................................................... 12 2.3.1 Développer des synergies en termes d’échange et de travail en équipe................................. 12 2.3.2 Pérenniser et fidéliser des ressources humaines du secteur EPA............................................ 12 2.3.3 Augmenter les compétences et capacités techniques des entreprises locales ....................... 13 2.3.4 Structurer de nouvelles entités de gestion des Services d’EPA, et assurer leur régulation et leur contrôle ........................................................................................................................................ 14 2.4 Défis et enjeux liés à la régulation ............................................................................................... 14 2.4.1 Mise en œuvre du contrôle financier du secteur..................................................................... 14 2.4.2 Renforcement, diffusion et application des prescriptions techniques et règlementaires ....... 15 2.4.3 Mettre en place des moyens coercitifs et incitatifs : un enjeu important ............................... 15 2.5 Défis en termes d’outils............................................................................................................... 16 2.5.1 Ancrage de l’observatoire national de l’EPA............................................................................ 16 2.5.2 Renforcer la maitrise du foncier : enjeux pour l’EPA ............................................................... 16 2.6 Défis en termes de connaissance ................................................................................................ 17 2.6.1 Augmentation du savoir-faire des acteurs sectoriels............................................................... 17 2.6.2 Professionnalisation et qualification des acteurs intervenant dans le domaine de l’EPA........ 18 2.6.3 Harmonisation des formations techniques ou règlementaires dans le domaine de l’Eau Potable et de l’Assainissement ............................................................................................................ 18 2.6.4 Mise en place d’une Education Environnementale transversale ............................................. 18 2.6.5 Systématiser l’éducation à l’hygiène familiale......................................................................... 18 3 Défis et enjeux liés à l’accès aux services............................................................................................. 19 3.1 Défis et enjeux stratégiques ........................................................................................................ 19 3.1.1 Définition et application d’une politique des services publics pour le secteur EPA................. 19 3.1.2 Définir une politique en ce qui concerne les PPP et plus généralement les modèles de gestion ................................................................................................................................................. 19 3.1.3 Définir les niveaux de service d’Eau Potable et d’Assainissement........................................... 20 3.2 Défis techniques .......................................................................................................................... 20 3.2.1 Poursuivre la construction ou la reconstruction d’infrastructures EPA pérennes ................... 20 3.2.2 Impulser la gestion patrimoniale ............................................................................................. 21 3.2.3 Améliorer la supervision des travaux....................................................................................... 21
  • 3. 3 3.2.4 Développer la recherche appliquée et l’innovation................................................................. 22 3.3 Préparation des réponses aux situations de crise : un enjeu majeur........................................... 22 3.4 Enjeux sociaux.............................................................................................................................. 23 3.4.1 Modifier la perception de la population vis à vis des PPP........................................................ 23 3.4.2 Développement de l’ingenierie sociale.................................................................................... 23 3.5 Défis commerciaux ...................................................................................................................... 23 3.5.1 Donner l’accès à l’eau potable et à l’assainissement au plus grand nombre........................... 23 3.5.2 Mettre en place des stratégies commerciales permettant la durabilités des services. ........... 24 4 Défis et enjeux liés aux financements.................................................................................................. 25 4.1 Enjeux stratégiques liés aux financements .................................................................................. 26 4.1.1 Augmenter les dotations du trésor public au secteur.............................................................. 26 4.1.2 Mobilisation de capitaux pour l’investissement via les banques et les institutions de microcrédits......................................................................................................................................... 26 4.1.3 Un enjeu de diversification des types de financement............................................................ 26 4.2 Défis et enjeux liés à la mise en œuvre........................................................................................ 27 4.2.1 Mettre en place des règles nationales de tarification.............................................................. 27 4.2.2 Aller vers un suivi comptable intégré et analytique................................................................. 28 4.2.3 PTF : continuer le subventionnement des investissements..................................................... 28 4.2.4 DINEPA : aller vers un rôle strict de régulateur financé par le trésor public............................ 28 4.2.5 OREPA : les vrais maitres d’ouvrage des travaux sur financement extérieurs avant la décentralisation................................................................................................................................... 28 5 Défis et enjeux transversaux................................................................................................................ 30 5.1 Adaptation des services EPA à l’urbanisation et régulation de cette dernière........................... 30 5.2 Eradication de l’épidémie de choléra et la réduction au minimum des autres maladies hydriques ..................................................................................................................................................... 31 5.3 Gestion Intégrée des Ressources en Eau..................................................................................... 31 5.4 Pérennisation des acquis de la réforme....................................................................................... 31 6 Défis et enjeux sous la forme de liste, associés au chronogramme..................................................... 32
  • 4. 4 Abréviations et acronymes AEP Alimentation en Eau Potable AEPA Alimentation en Eau Potable et Assainissement BID Banque Interaméricaine de Développement CAEPA Comité d’Approvisionnement en Eau Potable et d’Assainissement CPE Comité de Point d’Eau CTE Centre Technique d’Exploitation DINEPA Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement EPA Eau Potable et Assainissement GIRE Gestion Intégrée des Ressources en Eau INFP Institut National de Formation Professionnelle MENFP Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle MICT Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales MSPP Ministère de la Santé Publique et de la Population MTPTC Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications ONEPA Observatoire National de l’Eau Potable et de l’Assainissement OREPA Office Régional de l’Eau Potable et de l’Assainissement PEPA Plateforme Eau Potable et Assainissement PPP Partenariat Public Privé PSS Plan Stratégique Sectoriel RTN Référentiel Technique National SESAM Société des Eaux de Saint-Marc TEPAC Technicien Eau Potable et Assainissement Communal URD Unité Rurale Départementale
  • 5. 5 Introduction Le présent rapport constitue la phase 3 du processus d’actualisation du Plan Stratégique Sectoriel (PSS) du secteur de l’Eau Potable et de l’Assainissement (EPA conduit par la Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (DINEPA), institution de l’Etat Haïtien en charge de ce secteur, en partenariat technique et financier avec la Banque Interaméricaine de Développement (BID). Durant les deux phases précédentes, l’analyse initiale des enjeux et l’élaboration d’un diagnostic ont permis d’évaluer le degré de mise en place de la réforme du secteur EPA en Haïti, initiée en 2006 et instituée en 2009 par la ratification de la Loi Cadre portant organisation de ce secteur. Les défis et enjeux identifiés issus des constats réalisés lors de la phase de diagnostic, portent sur: le cadre juridique et institutionnel du secteur EPA ; l’accès aux services d’EPA et la qualité des services ; la disponibilité et qualité de l’information relative aux services et aux entreprises ; les pratiques et sources de financement ; les actions de réformes identifiées ou en cours ; les facteurs politiques, sociaux, financiers et environnementaux impactant la mise en place et l’application de la réforme. Des facteurs politiques, économiques, sociaux et environnementaux (absence de gestion intégrée des ressources hydriques ; crises majeures répétées telles que les cyclones ou l’épidémie de choléra ; situation de désastre après le tremblement de terre de 2010) ont eu un impact négatif sur la mise en place et l’application de la réforme. A ce jour : il existe de nombreuses institutions qui ont une compétence sur l’eau et l’assainissement et il convient de les coordonner ; la situation économique du pays reste très préoccupante et l’Etat manque de fonds propres pour assurer le développement des territoires ; le développement urbain reste non maitrisé en l’absence notamment de cadastre ; la Gestion Intégrée de la Ressource en Eau n’est pas encore mise en place en Haïti ; la pollution des ressources hydriques est très forte notamment au niveau des forages au sein de Port au Prince; l’accès à la ressource en eau est limité. En zone rurale, il faut parfois faire de longs trajets pour atteindre une borne fontaine ; la pauvreté et la précarité empêche certains usagers d’accéder à la propriété ou de louer un bien immobilier respectant les normes sanitaires minimales (OMS) ; elle limite aussi la capacité à payer ce qui peut rendre difficile l’atteinte du petit équilibre pour les services d’EPA ; le référentiel technique national existe depuis 2013 mais son application, dans les faits, reste à démontrer ; la formation des professionnels des entreprises locales reste insuffisante et de sérieuses améliorations sont nécessaires ; le secteur reste très fortement dépendant des PTF et le trésor public participe très peu à la construction et au fonctionnement du secteur EPA (2 % du budget de la DINEPA).
  • 6. 6 La Figure 1 du chapitre 1 constitue une représentation schématique des défis et enjeux identifiés pour le secteur EPA. Ce schéma, base du sommaire de ce document, procure une vision d’ensemble des défis et enjeux du secteur EPA en Haïti, en 2016. Définitions préalables : déconcentration et décentralisation Lors de la déconcentration, une administration centrale délègue certains pouvoirs à des services répartis sur le territoire. Par exemple, en Haïti, le Ministre de l’Agriculture délègue certains pouvoirs aux Directeurs Départementaux de l’agriculture, qui appliquent sa politique sous sa tutelle directe. Dans le domaine de l’EPA, les OREPA sont des organismes déconcentrés de la DINEPA. Lors de la décentralisation, l’Etat transfère des attributions aux collectivités territoriales. Ces dernières disposent d'un pouvoir juridique et d'une autonomie financière. L’Etat garde un rôle de régulateur des institutions décentralisées. Par exemple, en Haïti, la collecte des déchets est décentralisée. Les communes sont responsables de l’organisation et de la gestion de ce service. Le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales reste l’autorité de tutelle et parallèlement le Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) fournit un appui technique. Dans le domaine de l’Eau Potable et de l’Assainissement, la décentralisation doit se faire vers les municipalités. L’article 19 de la Loi Cadre stipule « qu’au terme de la période de transition, tous les systèmes gérés par les OREPA devront avoir été transférés aux municipalités selon leur situation géographique ». Conventions de lecture Dans ce rapport, les défis et enjeux auxquels la DINEPA est confrontée sont présentés en police normale. Les défis ne doivent pas être confondus avec des actions ou des propositions d’action. Certains nécessitent plusieurs actions, dont certaines ne relèvent pas uniquement de la DINEPA mais aussi d’autres institutions, par exemple : son ministère de tutelle, le MTPTC ; d’autres ministères ; des ONG ; des Partenaires Techniques et Financiers (PTF). Les défis ne relevant pas de la seule compétence de la DINEPA, sont présentés dans ce rapport en police rouge. La DINEPA a, toutefois, une certaine influence sur les actions qui répondront à ce type de défi. En particulier, la DINEPA peut avoir un rôle de sensibilisateur ou de catalyseur en construisant des plaidoyers pour appuyer sa stratégie et les intérêts du secteur EPA, de ses opérateurs et de ses usagers. Les phrases apparaissant encadrées sur fond grisé sont des propositions d’actions, des exemples ou des précisions, permettant de mieux comprendre le défi en question. Ils ne constituent pas obligatoirement les priorités de la DINEPA qui feront l’objet du Plan Stratégique Sectoriel et du Plan d’Actions actualisés.
  • 7. 7 1 Représentation graphique des défis et enjeux et de leurs interrelations Les défis et enjeux identifiés sont regroupés en trois thèmes : la gouvernance, la régulation et la gestion de la connaissance ; l’accès aux services EPA et leurs qualités ; les aspects financiers. Les liens entre les différents défis peuvent déterminer ultérieurement l’enchainement des actions à mener pour y répondre. Les cases présentant un D rouge sont des défis à relever. Les cases présentant un E bleu décrivent des enjeux pour le secteur EPA auxquels il faut répondre.
  • 8. 8 Défis et enjeux liés à la régulation DEFIS ET ENJEUX LIES A LA GOUVERNANCE, LA REGULATION, LA CONNAISSANCE ET A LA PLANIFICATION SECTORIELLE DEFIS ET ENJEUX LIES AUX FINANCEMENTS Enjeux stratégiques liés aux financements Défis et enjeux liés à la mise en oeuvre Objectifs Défis et enjeux en termes d'outils Défis en termes de connaissance Défis liés au fonctionnementDéfis et enjeux stratégiques DINEPA DEFIS ET ENJEUX LIES A l'ACCES AUX SERVICES Déconcentration decertaines des fonctions dela DINEPA et décentralisation Poursuivrela réforme du secteurEPA à un rythme soutenu Coordination entreles Ministères intervenant surla gestion de l’eau Maîtriser le foncier Obtenir un soutien politiquefort au secteurEPA. Développerdes synergies en termes d’échangeet de travail en équipe Structurerdenouvelles entités de gestion des Services d’EPA, et assurer leur régulation et leur contrôle Ancrage del’observatoirenationalde l’EPA. Professionnalisation et qualification des secteurs intervenant dans ledomaine de l’EPA. Renforcement, diffusion et application des prescriptions techniques et règlementaires Appropriation dela stratégiesectorielle par les acteurs Pérenniser et fidéliser les Ressources Humaines du secteurEPA. Augmentation du savoir-faire des acteurs sectoriels Systématiserl’éducation à l’hygiène familiale Mise en place d’uneEducation Environnementaletransversale Eradication de l’épidémie de choléraet réduction des autres maladies hydriques. Harmonisation des formations techniques ou règlementaires dans le domaine del’Eau Potable et de l’Assainissement Mobilisation decapitaux pour l’investissement via les banques et les institutions demicrocrédits Diversification des types de financement Poursuivrele subventionnement des investissements dans le secteurEPA en intégrant la pérennité Elaboreret publier les comptes consolidés de l'institution Atteindre le petit équilibre des services d’EPA Planifier le financement des structures Mettre en place des règles de tarificationAugmenter les dotations publiques au secteur Intégrerl’assainissement et l’eau potableà l’urbanisation et réguler cette dernière Objectifs Enjeux sociaux Défis techniques Défis et enjeux stratégiques Préparation de l'EPAH pourles situations decrise (5 à 10 prochaines années) Poursuivrela construction ou la reconstruction d’infrastructures EPA pérennes Définition et application d’unepolitique des services publics pourle secteurEPA Définir les niveaux deservice d’Eau Potable et d’Assainissement. Améliorer les performances opérationnelles des services et permettre ainsi uneaugmentation des taux de recouvrements Developpement del’ingeniere sociale Impulserla gestion patrimoniale Améliorer la supervision des travaux Accroissement de l’accès aux services d’eau et d’assainissement Créer et développerles infrastructures collectives et les services d'assainissement Développerla rechercheappliquéeet l’innovation pourlesecteurEPA en Haïti. Définir les mécanismes de GIRE, répartir les compétences et déployer GIRE pourle SecteurEPA: appliquerles périmètres de protection et maximiser protection dela ressource La DINEPA doit se doterde moyens coercitifs et incitatifs Modifier la perception parla population de l'exploitation des SAEP Pérennisation des acquis de le reforme Définir unepolitique claire en ce qui concerneles PPP Augmenter les compétences et capacités techniques des entreprises locales Renforcerla planification sectorielle DINEPA : aller vers un rôle strict de régulateurfinancé par le trésorpublic Les OREPA, maître d'ouvragedes travaux surfinancements extérieurs Défis commerciaux Mettre en placedes stratégies commerciales permettant la durabilité des services Donnerl’accès à l’eau potableet à l’assainissement au plus grand nombre D D E D E D D D D D Mise en œuvredu contrôlefinancier du secteur D D E E D D D D D D D E E D D D D D E E D D E E E E D E E E E E D D D AtATTEINDRE LA DECENTRALISATION: TRANSFERT DE LA COMPETENCE "SERVICE" Objectifs Bien-être social Meilleure sécurité sanitaire Résilience en cas d'urgences dévelloppement économique Figure 1 : Représentation schématique des défis identifiés pour le secteur EPA
  • 9. 9 2 Défis et enjeux liés à la gouvernance, à la régulation, et à la connaissance La réponse aux enjeux et défis présentés dans ce chapitre doit permettre d’atteindre les objectifs de bonne gouvernance sectorielle incluant un fonctionnement pérenne des institutions impliquées, mais également une régulation optimale du secteur et une évolution positive du niveau de connaissance de tous les acteurs. Elle participe aux objectifs généraux d’augmentation des conditions de sécurité sanitaire, de meilleure résilience aux évènements déclencheurs d’urgences, de croissance économique sectorielle et de bien-être social. 2.1 Défis externes à la DINEPA 2.1.1 Obtenir un soutien fort de la part des différents acteurs politiques du pays La DINEPA doit obtenir un soutien politique de la part de son Ministère de tutelle, de la Primature et de la Présidence. Il est absolument nécessaire que le gouvernement priorise le secteur de l’EPA dans sa politique générale, lorsqu’il prépare le budget de l’Etat et lors des demandes de financement auprès des partenaires Techniques et Financiers (PTF). La mise en place de moyens pour accroitre l’accès à l’eau et à l’assainissement au profit de la population doit être considérée comme une nécessité absolue et une condition au développement. 2.1.2 Améliorer la coordination entre ministères compétents dans le secteur de la gestion de l’eau La coordination entre les Ministères intervenant sur la gestion de l’eau est indispensable notamment pour la gestion et la protection des ressources en eaux, selon les différents usages. Chaque ministère doit intervenir sur ses compétences propres et respecter les périmètres des compétences de ses interlocuteurs. Ces périmètres doivent donc être explicites. Le CIAT a pour mandat de faciliter la coordination entre les différents ministères intervenant, entre autres, dans la gestion de l’eau et de l’assainissement. Remarque : chaque ministère doit respecter les normes et directives édictées par la DINEPA La gestion de bâtiments publics, et donc celle de leurs installations sanitaires, relève de leur ministère de tutelle : MSPP pour les centres de santé, MENFP pour les écoles, MICT pour les mairies, etc. Ces ministères doivent suivre les prescriptions de la DINEPA. Les installations internes aux bâtiments se doivent d’être compatibles avec les infrastructures gérées par la DINEPA. Aussi, les recommandations et directives édictées par le RTN pour l’Eau Potable et l’Assainissement doivent être également prises en compte par les autres ministères.
  • 10. 10 2.2 Défis et enjeux stratégiques pour la DINEPA 2.2.1 Poursuivre la réforme du secteur EPA à un rythme soutenu Le défi réside dans la capacité réelle des acteurs compétents à réaliser les actions nécessaires en vue d’aboutir à une structuration optimale du secteur en affirmant les rôles des différentes entités et leurs interdépendances. Propositions des principales actions à entreprendre La DINEPA doit être dotée d’un Conseil d’Administration prévu et défini par les articles 7, 8 et 9 de la Loi Cadre. Une liste de noms proposés a été transmise, mi-2014, pour approbation au Sénat. Les rôles de la DINEPA doivent être mieux définis. Conformément à l’article 5 de la Loi Cadre, elle doit exercer sa mission autour de trois grands axes : le développement du secteur AEPA au niveau national, la régulation du secteur et le contrôle des acteurs. Elle a aussi sa place dans la supervision des grands projets et travaux nationaux. Sa mission de gestionnaire des ressources humaines des agents du secteur EPA au sens large reste à mieux définir. Les fonctions de mise en œuvre des projets d’infrastructures locales qu’elle assume durant cette période de transition, doivent en revanche devenir de plus en plus limitées, et finir par disparaître. La préparation du projet de loi organique relatif aux OREPA tel que mentionné à l’article 13 de la Loi cadre1 devient maintenant une urgence. Les périmètres de compétences de la DINEPA, de ses structures déconcentrées, des autres institutions et acteurs du secteur EPA2 devront ainsi être clairement hiérarchisés. 2.2.2 Déconcentration de certaines fonctions de la DINEPA et décentralisation La DINEPA cumule trop de fonctions et doit se recentrer sur son rôle de régulateur tel que cela était prévu par l’esprit de la réforme. De plus, un système où tout est centralisé est en général très coûteux et la bonne gestion des services et leur accompagnement sont plus efficaces localement. 1 L’article 13 de la Loi cadre stipule notamment qu’une loi doit venir fixer le statut définitif des OREPA. Cette loi doit proposer également les politiques et les procédures de fonctionnement des OREPA. 2 OREPA assurant la maitrise d’ouvrage – incluant les URD et TEPAC ; les entités assurant l’exploitation, telles que CTE, CAEPA, Comités de l’eau, société délégataire, Opérateurs Privés ; les PPP locaux, fournisseurs de services EPA, Fournisseurs d’assistance technique.
  • 11. 11 Une priorité réside donc dans la déconcentration de certaines fonctions de la DINEPA vers les OREPA (qui doivent endosser actuellement le rôle de maitres d’ouvrage des systèmes EPA). L’enjeu est d’assurer progressivement la décentralisation de cette maitrise d’ouvrage vers les communes. Encore aujourd’hui, la DINEPA conserve la plupart des tâches de mise en œuvre des différents projets EPA. Il convient donc de déconcentrer vers les OREPA puis de décentraliser vers les municipalités en tenant compte des prescrits de la loi Cadre. Les PTF, tout comme le MTPTC, soutiennent la démarche de déconcentration et de décentralisation mise en place par la réforme du secteur EPA, ce qui est un levier essentiel pour le secteur. L’esprit de la Loi Cadre : d’abord déconcentrer, puis à plus long terme décentraliser La déconcentration requiert que l’échelon régional (OREPA) prenne en charge la maîtrise d’ouvrage, et que le niveau central, la DINEPA, se recentre sur ses rôles de planificateur et de régulateur. A terme, c’est aux communes que doit revenir la responsabilité des services publics d’EPA. Cette décentralisation ne pourra se faire qu’avec le soutien des différentes structures de la DINEPA : OREPA, URD, CTE avec une DINEPA jouant pleinement ses rôles stratégiques de planificateur et de régulateur. 2.2.3 Renforcer la planification sectorielle Le Plan Stratégique Sectoriel et la feuille de route associée doivent être validés par la DINEPA. Mettre en œuvre ces outils de planification sectorielle constituera un défi pour les acteurs du secteur. Par exemple, la programmation de chaque action de développement des équipements ou infrastructures devra découler du PSS et de la feuille de route. Bien évidemment, toutes les réparations et interventions d’urgence ne peuvent être planifiées mais une ressource financière devra être prévue à cette fin. 2.2.4 Appropriation de la stratégie sectorielle par les acteurs Pour assurer leurs missions relatives au développement du secteur EPA, à la régulation et au contrôle des acteurs (conformément à l’article 5 de la Loi Cadre), tous les services ou structures de la DINEPA doivent mieux connaître la stratégie sectorielle et la porter vers les acteurs externes. C’est un enjeu fort car il a été clairement constaté que les PSS, comme les feuilles de route précédentes, n’étaient pas forcément bien maîtrisés par les acteurs du secteur, y compris par certains agents de la DINEPA. Ce problème reste facilement surmontable. Il s’agira pour la DINEPA de réaliser des actions de concertation et d’information sur la stratégie sectorielle et de s’assurer qu’elle a bien été comprise et acceptée par les agents. Exemples d’actions pour renforcer l’appropriation de la stratégie EPA par les services de la DINEPA et les acteurs du secteur Une information, voire une formation sur la stratégie à court, moyen et long termes (PSS, feuille de route et outils de priorisation des financements, etc.) pourrait être dispensée à l’ensemble des acteurs du secteur, en premier lieu les employés de la DINEPA et des OREPA.
  • 12. 12 2.3 Défis liés au fonctionnement 2.3.1 Développer des synergies en termes d’échange et de travail en équipe Une véritable synergie en termes d’échange d’informations et de travail en équipe doit se mettre en place au sein de la DINEPA et de ses structures déconcentrées, puis se décliner vers les autres acteurs du secteur EPA. La meilleure répartition des rôles et la coordination globale seront un préalable à la réussite de la déconcentration des fonctions. Ces synergies et coordinations peuvent, au sein de la DINEPA et de ses entités déconcentrées, bénéficier des actions de la Direction des Opérations Régionales dans un rôle transversal entre toutes les Directions. Son implication sur les synergies externes, dans le cadre des orientations stratégiques, sera alors favorisée par la déconcentration. Exemples La coordination des projets, le contrôle et les échanges doivent être améliorés en interne et en externe par la mise en commun des stratégies des différentes directions au sein d’une stratégie globale connue de tous. En externe, la mise en place de l’accord-cadre avec les ONG et l’encadrement des actions de la société civile font débat (cf. au 2.4.3 concernant l’accord cadre). Certains y voient une amélioration de la coordination, d’autres pointent les biais d’application et la lourdeur administrative. Les modalités de coordination avec les ONG doivent donc être approfondies sur les points suivants : renforcement des échanges lors des tables sectorielles, à Port au Prince comme en région, poursuite de la collaboration avec la PEPA, mise en place d’étages régionaux de coordination via les OREPA3 . 2.3.2 Pérenniser et fidéliser des ressources humaines du secteur EPA Stabiliser et pérenniser les Ressources Humaines des institutions du secteur EPA doit permettre d’augmenter l’efficacité et la lisibilité de l’institution. La DINEPA, en tant que régulateur, et ses structures déconcentrées, auront comme défi de rendre le secteur attractif pour du personnel qualifié et fidélisé. Le service public de l’eau et de l’assainissement doit être assuré par des professionnels reconnus et motivés. 3 Il y a déjà des expériences de tables sectorielles tenues au niveau départemental.
  • 13. 13 Exemples d’actions permettant de stabiliser et pérenniser les Ressources Humaines Renforcer la culture du service public au sein du personnel et le sentiment de fournir un réel service aux usagers ; Mettre en place des grilles salariales claires permettant une homogénéité des rémunérations pour des fonctions ou des niveaux de qualification similaires ; Les agents de la DINEPA doivent représenter la DINEPA avant d’être des représentants des projets dont ils ont la charge, quelques soient les PTF engagés. La DINEPA doit s’assurer que leurs actions s’inscrivent bien dans la stratégie sectorielle nationale qu’elle a validée. La politique de renouvellement du personnel doit capitaliser sur les connaissances et le savoir-faire des plus anciens ; et particulier pour la connaissance des infrastructures existantes. Faire respecter l’âge légal de la retraite après vérification que toutes les cotisations dues ont bien été versées. Le management du personnel de la DINEPA et des autres acteurs publics du secteur EPA (en particulier les OREPA) doit être étudié et renforcé. Le travail en équipe et la coordination des ressources humaines sont les principaux défis auxquels les organisations publiques du secteur EPA doivent faire face. L’enjeu est une plus grande efficacité des équipes de la DINEPA, une augmentation du bien-être et de l’implication au travail et l’adhésion durable des agents dans le cadre de la stratégie poursuivie. Pour les services d’eau en régie au niveau des CTE, il faut ainsi évaluer les forces et faiblesses des pratiques en termes de gestion des ressources humaines. De même une évaluation des apports de l’expérience du management d’un service d’eau par une entité privée (la SESAM à Saint-Marc) serait une information importante pour définir une stratégie managériale future, mais nécessite que d’autres partenariats public-privé se développent avant de pouvoir en tirer des enseignements représentatifs. 2.3.3 Augmenter les compétences et capacités techniques des entreprises locales Il est nécessaire d’inciter au transfert de connaissances technologiques lors des projets d’importance dans les secteurs où le besoin a été identifié. De nombreuses personnes rencontrées lors de nos entretiens (agents de la DINEPA, des OREPA, URD, ONG) ont fait état, par exemple, de la faiblesse des capacités techniques des entreprises locales de pose des conduites pour les matériaux récents (soudure du PEHD par exemple). Le transfert de connaissances techniques des entreprises étrangères vers les entreprises locales et la formation des agents des entreprises locales par des institutions nationales sont les principales solutions pour répondre à ce défi. Ce transfert ne doit pas être limité à un chantier ponctuel, à un fournisseur, mais faire l’objet d’une planification et de critères d’application sur les projets approuvés. Dans ce cadre, la coordination des transferts de connaissance et des opérations de formation, est encore une fois essentielle et se heurte à une approche « par projet » manquant d’efficacité ou de portée.
  • 14. 14 Situation et perspectives des entreprises prestataires de service locales La professionnalisation des entreprises locales prestataires de service reste limitée par les facteurs suivants : Les formations initiales locales de techniciens et d’ingénieurs pour les métiers très techniques de l’eau et de l’assainissement sont insuffisantes en particulier vis-à-vis des nouvelles techniques intégrées ou incitées par le RTN : conception et pose de conduites PEHD ; maîtrise des techniques de potabilisation ; conduite d’usine de traitement de l’eau potable ; conduite de station d’épuration ; organisation des circuits de collecte et de traitement des matières de vidanges ; Peu de programmes de stages pratiques dans des pays ou ces techniques sont plus développées, sont organisés, notamment dans le cadre de l’exploitation des SAEPA ; Peu de programmes de stages dans les entreprises prestataires de services internationales mettant en œuvre des techniques complexes sont programmés ; Les notions d’amortissement, de renouvellement ne sont pas dominées; L’économie du secteur reste informelle dans certains domaines : bayakou, revente d’eau, livraison d’eau par camion ; Ce constat est aussi valable pour les agents des services publics d’eau potable en Régie. 2.3.4 Structurer de nouvelles entités de gestion des Services d’EPA, et assurer leur régulation et leur contrôle La DINEPA doit favoriser la multiplication de nouvelles entités de gestion des Services d’EPA, qu’ils soient publics, mixtes ou privés, et assurer leur régulation et contrôle4 au niveau national mais aussi régional sous coordination de la Direction des Opérations Régionales de la DINEPA. Les mécanismes visant à renforcer l’attractivité du secteur pour de potentiels opérateurs doivent être identifiés et déployés. Pour cela, le cadre de création de ces nouvelles entités de gestion doit évoluer et ceci requiert l’implication et le soutien d’autres ministères en charge du développement économique, d’autres entités de l’Etat, ou du secteur privé (par exemple, l’Unité Centrale de Gestion des Partenariats Publics-Privés (UCGPPP) du Ministère de l’Economie et des Finances, le Centre de Facilitation des Investissement (CFI)), le secteur bancaire, le secteur privé des affaires, les assurances. 2.4 Défis et enjeux liés à la régulation 2.4.1 Mise en œuvre du contrôle financier du secteur Il est nécessaire de renforcer ou mettre en place le rôle de contrôle financier de la DINEPA. Celui-ci doit s’exercer en particulier sur les structures gestionnaires de services, à toutes les échelles (CAEPA, CTE en régie ou délégués). La transmission des indicateurs de performance et des rapports consolidés par les OREPA, sous contrôle de l’ONEPA puis de la DOR, est une nécessité. La DINEPA doit jouer un rôle de définition des bonnes pratiques des gestionnaires et des niveaux de contrôle à mettre en œuvre par les OREPA. Tout comme pour les autres aspects du suivi de la 4 L’article 18 de la Loi Cadre stipule que « la gestion d’un système pourra être confié par un OREPA, à une entité publique, privée ou mixte, dans le cadre d’une concession, d’un contrat d’affermage ou de gestion, sur la base de critères établis par la DINEPA. »
  • 15. 15 performance des gestionnaires de services, le contrôle des aspects financiers, en particulier, devrait être effectué par les OREPA, encadré par la DINEPA. Les OREPA doivent donc disposer de capacités d’intervention et d’incitation au suivi des bonnes pratiques, et la DINEPA doit pouvoir mobiliser des capacités de pénalisation en cas de mauvaise gestion. 2.4.2 Renforcement, diffusion et application des prescriptions techniques et règlementaires Trois points principaux sont à souligner : - La connaissance et la bonne utilisation du Référentiel Technique National (RTN) doivent être élargies à l’ensemble des acteurs du secteur. Sa portée officielle, tout comme le contrôle de son application, doivent être renforcés pour qu’il devienne un instrument contraignant opposable aux tiers. Cela contribuerait à l’application de l’article 6 de la Loi Cadre qui stipule que la DINEPA a pour attribution « d’appliquer et faire appliquer les sanctions prévues pour la violation des normes et règlements établis pour le secteur. » - Les outils de régulation de la tarification de l’eau doivent être mis en place. - La définition des normes de qualité de l’eau potable, portée par le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), doit être finalisée et mise en application. Elle est une des clefs des contrôles des services EPA. Exemples actions pour renforcer la diffusion du RTN La formation à ce référentiel et à son utilisation doit être déployée vers tous les acteurs. Le RTN doit également être mis à jour, comme plusieurs responsables rencontrés l’ont rappelé. Il est nécessaire de prendre en compte les observations et réserves provenant des acteurs de terrain sur la première version publiée en 2013. Depuis sa mise en application, aucune des modifications demandées n’a été réalisées et aucune évolution du référentiel n’est constatée. Le risque est de voir certains acteurs récuser progressivement l’application du RTN. La DINEPA doit se charger de rendre ou maintenir obligatoire l’application du RTN mais d’en permettre aussi l’évolution. Il faut en effet rappeler que le choix stratégique d’un référentiel plutôt que des normes a été retenu pour assurer l’évolutivité rapide des textes qui compose cet élément de régulation. 2.4.3 Mettre en place des moyens coercitifs et incitatifs : un enjeu important La DINEPA peut et doit se doter de moyens coercitifs et incitatifs pour l’application de ses décisions et stratégies. Cela représente un enjeu essentiel car il s’agit d’assurer la régulation du secteur et le contrôle des acteurs (Article 5 de la Loi Cadre déjà cité). Ces moyens peuvent être pris en application de l’article 6 sur les attributions de la DINEPA.
  • 16. 16 Exemples de dispositions incitatives ou coercitives L’accord cadre, revu et corrigé, pourrait être étendu aux organisations qui ne sont pas concernées aujourd’hui (associations, fondations, etc.). Les manquements aux engagements de cet accord devraient être constatés lors de visites sur le terrain par les équipes de la DINEPA, et donner lieu à des conséquences concrètes pour les projets / organisations. Les possibles sanctions devant être proportionnelles à la fréquence et à l’importance de des manquements. Les incitations pour les acteurs les plus impliqués dans la réforme doivent être poursuivies, et la DINEPA doit s’assurer que tous les Partenaires Techniques et Financiers conditionnent leur soutien au suivi des recommandations nationales. Les exploitants de SAEPA doivent faire l’objet d’incitations plus fortes pour adopter les bonnes pratiques (gestion des redevances, appui à l’assainissement) ou de contraintes, en cas de mauvaises pratiques. Les maitres d’ouvrage et le régulateur doivent pouvoir s’appuyer sur une règlementation et les sanctions qu’elle prévoit, en cas de contentieux avec un consommateur ou une institution. 2.5 Défis en termes d’outils 2.5.1 Ancrage de l’observatoire national de l’EPA La production et la présentation de données, informations, cartes et rapports synthétiques est un enjeu important pour guider les décisions et les stratégies, évaluer et réguler le secteur. L’Observatoire National de l’Eau Potable et de l’Assainissement (ONEPA) doit être renforcé en termes d’effectifs et de prérogatives. D’une part, l’ONEPA doit voir son nombre d’agents significativement augmenté et d’autre part, il doit devenir l’organisme responsable au niveau national de la gestion des données du secteur EPA pour Haïti. Proposition pour la gestion des données L’Observatoire National de l’Eau Potable et de l’Assainissement doit : produire des statistiques fiables sur les niveaux de service et les rendre disponibles pour les acteurs et usagers du secteur ; produire des statistiques simples mais fiables sur les infrastructures d’EPA ; améliorer la connaissance des ressources en eau ; Pour cela, les effectifs de l’ONEPA doivent être significativement augmentés. 2.5.2 Renforcer la maitrise du foncier : enjeux pour l’EPA Un défi urgent à relever consiste à lutter contre l’urbanisation sauvage responsable de nombreux problèmes de distribution d’eau et d’assainissement. Une meilleure maitrise du foncier permettrait une gestion plus efficace de l’eau potable et de l’assainissement. La mise en place d’un cadastre permettant à connaissance précise des propriétés est essentielle pour la réalisation d’infrastructures d’EPA sans risque de conflit ou litige.
  • 17. 17 2.6 Défis en termes de connaissance 2.6.1 Augmentation du savoir-faire des acteurs sectoriels L’augmentation du savoir-faire est un défi car il n’existe pas de cursus de formation initiale pour les techniciens de l’eau en Haïti. Beaucoup viennent de formation de génie civil et ne possèdent pas de savoir spécifique indispensable, ou alors doivent effectuer une formation coûteuse à l’étranger. La cohorte disponible de techniciens spécifiquement formés reste donc insuffisante. Il n’existe pas non plus de Centre de Formation continue aux Métiers de l’Eau qui prendrait en charge la dispense des savoirs techniques indispensables sur des sessions courtes très orientées « métiers ». Seule le CTE de Port-au-Prince revendique la réalisation de formations nombreuses de ses agents, principalement par du coaching interne. Une initiative récente de l’INFP pourrait cependant assurer à court terme la proposition d’une offre de formation professionnelle dédiée aux métiers de l’eau et de l’assainissement. Nota : la question du financement de la formation continue (perfectionnement, formation complémentaire à la formation initiale) pour le secteur, et en particulier pour le personnel de la DINEPA et de ses structures déconcentrées, reste très problématique. La DINEPA ne s’est pas dotée d’un plan réel de formation de son personnel, sur la base d’une approche pragmatique des métiers, et les formations organisées sont encore très souvent liées à des projets financés par les PTF. Ainsi, chaque direction ou responsable d’un projet saisit l’occasion de former sans coordination réelle. Exemples d’actions visant à augmenter le savoir-faire des acteurs sectoriels : Les préconisations suivantes représentent des solutions partielles immédiatement mobilisables : Concevoir, rédiger et publier les manuels d’exploitation pour les OREPA, CTE, CAEPA, CPE. Mettre en place un plan de formation continue détaillé pour l’ensemble des niveaux : DINEPA au niveau central, OREPA, CTE, URD, CAEPA, opérateurs privés ; Mettre en place les formations techniques (hydraulique, traitement de l’eau potable, traitement des eaux usées et des excrétas, pose de conduites, gestions techniques des SAEP, etc.), Mettre en place des formations administratives et commerciales (gestion administrative des SAEP, facturation / recouvrement) et d’ingénierie sociale (sciences humaines). Former (travaux, études, gestion de SAEP) et certifier ou qualifier5 les entreprises. La possibilité de fournir des preuves de compétence reconnue dans le cadre de l’accès à certains marchés publics de travaux ou de délégation de service est une incitation forte au renforcement de capacité Ces actions requièrent que la responsabilité de la formation (interne et externe) soit rattachée à une personne ou un poste clairement identifié, définissant les stratégies et les plans de formations internes et développant les incitations ou la sensibilisation envers les acteurs externes, en particulier le secteur privé. 5 Certifier correspond à l’obtention d’un titre / diplôme reconnu par l’éducation nationale, qualifier ne débouche pas sur un titre.
  • 18. 18 2.6.2 Professionnalisation et qualification des acteurs intervenant dans le domaine de l’EPA Il est essentiel de professionnaliser les secteurs d’activité plus ou moins formels dans le domaine de l’Eau Potable et de l’Assainissement (entreprises de watertrucking, vendeurs d’eau traitée, vidangeurs, etc.). La DINEPA doit encadrer les activités de service public délégué, par des règles, des contrôles ou des contraintes réglementaires. Il convient ainsi d’évaluer, avec les autres acteurs compétents dans le domaine (ministère du Commerce et de l'Industrie, artisans et compagnies travaillant dans le secteur), la possibilité d’encadrer les prix de certaines prestations. 2.6.3 Harmonisation des formations techniques ou règlementaires dans le domaine de l’Eau Potable et de l’Assainissement L’ensemble les formations techniques ou réglementaires EPA mises en œuvre dans le pays doit être harmonisé avec la réglementation sur l’Eau Potable et l’Assainissement nationale, en particulier le Référentiel Technique National. Cela représente un défi en l’absence de structure de formation spécialisée dans le domaine EPA connaissant parfaitement les règles techniques édictées. Les conventions entre la DINEPA et le secteur de la formation professionnelle sont possibles (existante pour certaines) et doivent édicter le respect des règles du RTN dans les contenus de formation. 2.6.4 Mise en place d’une Education Environnementale transversale L’éducation à l’environnement est aussi à mettre en place. Elle doit impliquer et rassembler de nombreux acteurs de l’État, collectivités territoriales, écoles, associations, ONG, établissements publics, centres de recherche et acteurs économiques. 2.6.5 Systématiser l’éducation à l’hygiène familiale L’éducation à l’hygiène familiale (lavage des mains et du corps, lavage des aliments, utilisation de toilettes conformes) doit être développée, mais parvenir à toucher de manière efficace l’ensemble des citoyens haïtiens y compris les plus vulnérables (population ne sachant pas lire par exemple) est le défi à relever. Limiter ainsi le risque de contamination d’origine fécale est un enjeu dont l’épidémie de choléra a déjà illustré l’importance.
  • 19. 19 3 Défis et enjeux liés à l’accès aux services Les objectifs prioritaires d’accès aux services d’eau et d’assainissement en Haïti sont les suivants :  Améliorer les performances opérationnelles des services d’eau : une fois les niveaux de service définis, l’objectif sera d’atteindre les niveaux les plus élevés dans des délais raisonnables (à l’horizon 2040).  Créer et développer des infrastructures collectives d’assainissement (stations de traitement des excrétas, projets pilotes de réseaux condominiaux, etc.) et les services associés (maison de l’assainissement, organisation / régulation des services de vidange, etc.). Accroitre l’accès aux services d’eau et d’assainissement par la population avec comme cibles les Objectifs de Développement Durable. 3.1 Défis et enjeux stratégiques 3.1.1 Définition et application d’une politique des services publics pour le secteur EPA Il est nécessaire de définir une politique de services publics dans le secteur EPA en Haïti pour la faire appliquer par les entités opératrices publiques, mixtes et privées du secteur. Les notions suivantes doivent y être développées : égalité devant le service ; continuité du service public ; veille et intégration des évolutions techniques ; veille sur les besoins des usagers et leur prise en compte ; tarification en fonction des niveaux de service (voir ci-après) La notion de service public est déjà largement documentée et la définition d’une politique des services publics pour le secteur EPA en Haïti doit pouvoir être effectuée en moins d’un an par la DINEPA. Cette politique affirmée, pour tout le secteur EPA, permettra de fixer les modalités de régulation et les outils de tarification nécessaires des différents services. Les niveaux de prix devront être fonction des niveaux de services rendus qui resteront soumis à des obligations de résultats (cf. défis et enjeux financiers). 3.1.2 Définir une politique en ce qui concerne les PPP et plus généralement les modèles de gestion Une stratégie relative aux modes de gestion et à la possibilité de développer différentes formes de PPP (Partenariats Public/Privé, dont les Délégations de services Publics) doit être établie à partir des retours d’expérience existants en Haïti. Il conviendra de soutenir ou inciter plus fortement le modèle le plus approprié (pérennité financière et qualité de service) selon la typologie des territoires à desservir.
  • 20. 20 Une seule expérience, soumise à évaluation, de la gestion déléguée d’un grand service public d’eau potable en Haïti (le cas de Saint-Marc) ne permet pas d’affirmer des règles et des invariants à l’échelle du pays. Dans ce contexte, se positionner vis-à-vis des PPP reste très difficile. Par contre, il faut évaluer les expériences de gestion publique (Port de Paix, Ouanaminthe, Jacmel) et en déduire des éléments de comparaison. Saint-Marc un exemple qui ne s’est pas diffusé Le modèle de délégation mis en place à Saint-Marc n’est pas largement diffusé sur le territoire en particulier pour les raisons suivantes : Peu de sociétés délégataires internationales sont prêtes à venir en Haïti par crainte d’une faible solvabilité des habitants; Les entreprises locales ne maîtrisent pas encore les métiers nécessaires à la gestion technique, administrative et commerciale d’un réseau d’eau, l’initiative est donc très faible dans ce secteur ; Malgré des investissements initiaux, le cas de Saint-Marc montre que le « petit équilibre » n’est pas encore atteint, six ans après la signature du contrat ; Il est donc nécessaire de soutenir d’autres initiatives « tests », évaluées pour plusieurs modèles. Cette seule opération pilote ne suffit pas pour tirer des enseignements sur apports éventuels d’une gestion déléguée en termes d’équilibre financier et de niveau de service. 3.1.3 Définir les niveaux de service d’Eau Potable et d’Assainissement Différents niveaux de service devront être définis dès la première année du plan quinquennal, de façon à évaluer les écarts entre service recherché et service rendu réel. Du niveau de service réel dépendra le niveau tarification que l’opérateur pourra pratiquer. Obtenir un consensus sur les définitions des services publics et leur qualité, sera un défi difficile à surmonter. La connaissance du niveau de service réel dans les différentes zones du pays permettra également de prioriser plus finement les actions et de mieux identifier les endroits où il faut concéder un effort particulier. Cette connaissance à l’échelle du pays constitue aussi un défi pour la DINEPA. 3.2 Défis techniques 3.2.1 Poursuivre la construction ou la reconstruction d’infrastructures EPA pérennes A ce jour, seuls les réseaux urbains d’eau potable de Jacmel et de Port de Paix assurent une desserte continue sous pression (en cours pour Jacmel). Nota : une infrastructure pérenne et en continu de distribution d’eau potable, peut subir des variations de la qualité de la ressource. Le SAEP doit alors être en mesure d’utiliser une technique de potabilisation efficace (cf. au 2.3.4) ou d’optimiser l’utilisation d’une ou plusieurs ressources alternatives (cf. 5.1.3). En ce qui concerne l’assainissement, mis à part les très rares projets pilotes de réseaux condominiaux en cours ou à l’étude, les réseaux collectifs ne constituent pas une solution qui pourrait se généraliser sur les dix années à
  • 21. 21 venir. Le recours aux toilettes individuelles ou regroupées et aux dispositifs d’assainissement autonome, est donc nécessaire en phase de transition. Par ailleurs, la construction de sites pour le traitement des excrétas doit se poursuivre pour desservir l’ensemble du territoire. Définir les bonnes règles de conception et de dimensionnement pour des effluents si fortement chargés est difficile mais indispensable. Les enseignements des réalisations passées doivent être pris en compte pour les futures installations. 3.2.2 Impulser la gestion patrimoniale La gestion patrimoniale doit permettre la pérennisation des ouvrages (qualité des infrastructures et de leur gestion/maintenance/renouvellement). Certains réseaux d’eau potable sont maintenant très âgés, certains sont déjà qualifiés comme non fonctionnels ou présentent des dysfonctionnements graves. Le manque de connaissances fines des infrastructures existantes devra être un préalable pour relever le défi que représente la mise en place d’une gestion patrimoniale au sein des services qui doit être engagée dès le début du plan quinquennal et s’intégrer dans les modalités de contrôle par la DINEPA. Gestion patrimoniale : principes et actions possibles Comme toute infrastructure, les ouvrages d’EPA doivent être entretenus, réparés et, à terme, renouvelés. La gestion patrimoniale doit prévoir, organiser et intégrer les coûts dans la gestion des SAEP pour garantir et pérenniser la qualité du service délivré aux usagers. Au préalable, la cartographie des infrastructures des services existants doit être mise en place, avec différentes données qualifiant l’état des structures et équipements et d’autres assurant un suivi historique des opérations effectuées. Les opérations de réhabilitation et de renouvellement doivent être planifiées dans les plans de gestion des services pour que l’infrastructure ne se dégrade pas et qu’il n’y ait pas de consommation de capital fixe6 7 . La mise en place d’une gestion patrimoniale présuppose qu’il y ait eu avant tout une phase d’appropriation du patrimoine du secteur. L’inventaire des équipements et des infrastructures de chaque service permettra également de connaitre la valeur du patrimoine. 3.2.3 Améliorer la supervision des travaux L’amélioration de la supervision des travaux doit se porter tant sur le suivi de chantier que sur le suivi des études et maitrise d’œuvre (contrôle des projets). Le diagnostic a mis en évidence ce point faible qui concerne l’ensemble du secteur. Augmenter les capacités des acteurs haïtiens constitue un des défis majeurs des prochaines années pour le secteur EPA d’Haïti. Les différentes responsabilités devront être les suivantes :  Le suivi de chantier est une responsabilité des opérateurs (CTE) ou des maitres d’ouvrages si ce ne sont pas les mêmes (OREPA, chefs de projet) ;  La supervision des études et de la maitrise d’œuvre est une responsabilité du Maitre d’ouvrage assisté ou non ;  Le contrôle des travaux exécutés ou des programmes mis en œuvre par acteurs EPA est le rôle du régulateur (DINEPA et OREPA + TEPAC ou URD pour l’application pratique en région). 6 Capital fixe : l'ensemble des actifs corporels ou incorporels destinés à être utilisés dans le processus de production pendant au moins un an (ce sont des biens durables). Ici ce sont les actifs corporels ou incorporels des infrastructures d’Eau Potable et d’Assainissement. 7 Consommation de capital fixe : Dépréciation subie par le capital fixe au cours de la période considérée par suite d'usure normale et d'obsolescence prévisible.
  • 22. 22 Améliorer la supervision des travaux : quelles pratiques à renforcer ou imposer ? Les modalités suivantes pourront être étudiées et incitées (imposées pour certaines) : Meilleur suivi technique et règlementaire : autorisations ou déclarations relatives à l’ouverture de chantier, vérification du respect des délais, contrôle effectif des matériaux et matériels employés, et du respect des prescriptions techniques ; Meilleur suivi financier : paiements mensuels ou paiement par phase ; Mesures répressives ou conservatoires possibles pour les entreprises défaillantes dans le cadre réglementaire national ; Insertion d’obligations contractuelles dans les marchés passés (pénalités ou non-paiement des ouvrages non conformes, par exemple) On notera que ces éléments sont pour la plupart déjà intégrés dans les guides et outils inclus au RTN, proposés aux acteurs. L’application doit être renforcée. 3.2.4 Développer la recherche appliquée et l’innovation Développer la recherche appliquée et l’innovation au sein du secteur EPA en Haïti est une nécessité. Elle permettra de soutenir le développement des acteurs privés et leur renforcement de capacité sur des techniques haïtiennes très adaptées. Le transfert des identifications de besoins et des résultats de développement entre les entités de recherche et les acteurs sectoriels doit également être facilité. Enfin, le transfert technologique doit être intégré dans la définition des projets internationaux. Les innovations développées par la DINEPA ont déjà permis de répondre de manière pratique à des problématiques rencontrées sur les SAEP (HYPOKLOR, SYSKLOR, etc.). L’innovation pour le secteur doit se poursuivre dans les domaines des techniques à faible coût pour l’eau et l’assainissement même si les capacités du pays en la matière restent limitées (peu d’équipes travaillant sur la recherche appliquée et le développement, peu de sites pilotes pour tester les innovations). 3.3 Préparation des réponses aux situations de crise : un enjeu majeur Les mesures EPA destinées à répondre aux éventuelles situations de crise pouvant survenir dans les 5 à 10 prochaines années sont définies par la DINEPA, elles doivent continuer à être définies et à être appliquées en ce qui concerne les aspects EPAH. La poursuite de la participation de la DINEPA aux mises à jour des plans de contingence est nécessaire. La participation aux équipes mobiles d’intervention rapide pour les nouveaux foyers de cholera doit être évaluée et déployée sur d’autres urgences, tels que les impacts des évènements météorologiques extrêmes sur les qualités d’eau, la substitution des eaux distribuées et les traitements ponctuels en cas de dégradation de la ressource ou d’inondation des infrastructures de desserte. Le rôle de la DINEPA est de définir les recommandations propres au secteur EPA au sein du dispositif de réponse aux urgences institutionnel (DPC, MICT) et de s’assurer que les acteurs humanitaires, principalement, mettent en œuvre des actions rapides, efficaces, coordonnées et harmonisées avec les prescriptions nationales EPA. Au-delà de ce rôle prescriptif, la DINEPA doit également jouer un rôle de facilitateur des actions d’urgence : être un point focal de la coordination, identifier les acteurs et les moyens mobilisables localement, suivre les actions. L’OREPA est le relai local des actions de réponse aux urgences définies à l’échelle nationale.
  • 23. 23 La cellule urgence de la DINEPA doit donc s’impliquer sur les mécanismes techniques de réponse aux situations de crise et capitaliser les expériences. Elle doit être en mesure en tout temps d’apporter une aide à la mise en œuvre rapide des acteurs pré-identifiés. Pour cela, il est nécessaire qu’au-delà des plans de contingences la cellule ad-Hoc de la DINEPA soit dimensionnée techniquement et financièrement et possède une capacité augmentée pour : - Influencer les réglementations techniques ou générales pour augmenter la résilience des installations et des modes de gestion de crise par les différents acteurs ; - Accéder à des financements immédiats ou préfinancer les actions sous la forme de dotations réservées. 3.4 Enjeux sociaux 3.4.1 Modifier la perception de la population vis à vis des PPP Actuellement, la prise en charge par un Opérateur Privé de la gestion de service d’eau urbain (Saint-Marc) ou de points d’eau ruraux (kiosques, bornes fontaines) est perçue par les populations locales comme un désengagement voire un désintérêt de l’Etat. Communiquer vers les usagers et les autres acteurs sectoriels sur le rôle de régulation et de contrôle de l’Etat via la DINEPA représente un enjeu important car cela permettra une meilleure acceptation des PPP et une meilleure identification de la DINEPA. 3.4.2 Développement de l’ingenierie sociale Les mécanismes de prise en compte de la demande sociale doivent être intégrés aux démarches de mise en place et de gestion des infrastructures d’EPA. La question sociale dans les quartiers est prise en compte par les acteurs de l’eau potable depuis de nombreuses années et doit être étendue à tous les domaines et zones d’intervention de la DINEPA et de ses services déconcentrés. Cette approche doit, dans le secteur EPA :  faire appel à l’approche participative et concertée ;  prendre en compte les questions de genre, et de vulnérabilité ;  faire appel non seulement aux sciences et techniques pour l’ingénieur, mais aussi aux sciences sociales : économie, sociologie, psychosociologie ;  privilégier la formation et / ou la sensibilisation à l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène ; Les principes d’ingénierie sociale peuvent faciliter le déroulement de travaux et permettre une meilleure conception des ouvrages en fonction des besoins des usagers et des contraintes d’acceptabilité. Les principes plus spécifiquement liés à la gestion des services, au management, ont déjà été présentés au chapitre 2 et sont également concernés. 3.5 Défis commerciaux 3.5.1 Donner l’accès à l’eau potable et à l’assainissement au plus grand nombre Les objectifs du millénaire devaient être atteints pour 2015. Ils ne le sont ni en zone urbaine, ni en zone rurale. Haïti doit se tourner maintenant vers les objectifs de développement durables qui constituent un nouveau défi
  • 24. 24 pour le secteur de l’EPA. Il est nécessaire, pour l’eau potable, d’augmenter non seulement les branchements individuels mais aussi de continuer à développer les kiosques en zone urbaine et en zone rurale. La mobilisation de la ressource doit aussi être améliorée par la mise en place de nouveaux captages, la réhabilitation d’anciens, la mobilisation de nouvelles ressources. L’implication de la DINEPA dans la gestion globale des ressources est donc essentielle. Parallèlement à ces politiques de développement des infrastructures et équipements, les services doivent mettre en place des équipes bien formées en nombre suffisant pour la gestion des abonnés sur les réseaux d’eau, et des usagers des kiosques. En ce qui concerne l’assainissement, les maisons de l’assainissement sont des entités programmées dans la stratégie assainissement de la DINEPA pour : Soutenir et vulgariser la recherche en matière d’assainissement Renforcer les capacités des acteurs : subventions à l’activité, conseils aux usagers/clients des services d’assainissement, assistance aux permis de construire. Promouvoir l’assainissement auprès d’entreprises privées de services Participer aux infrastructures d’assainissement publiques et à leur vidange Les maisons de l’assainissement visent un marketing de l’assainissement qui doit permettre d’aider et d’inciter à la mise en place de toilettes privées au niveau des propriétés. La voie réglementaire et le renforcement de son application, contrôlés par les services de l’Etat, sont une partie de la solution : construire des toilettes doit être, concrètement, une obligation pour les propriétaires. Les études pilotes sur les solutions semi-collectives et collectives doivent être poursuivies et multipliées mais ce n’est qu’à très long terme que l’équipement en solutions d’assainissement collectif pourra être envisagé dans les planifications. Dans les dix ans à venir, seules des solutions d’assainissement autonome et regroupé pourront être envisagées au niveau de quartiers où l’urbanisation est bien maîtrisée ou planifiée. Il conviendra aussi de faire comprendre, à l’aide notamment de l’ingénierie sociale, la nécessité de payer le service d’assainissement rendu. L’intégration au paiement des volumes d’eau consommés n’est pas la seule solution envisageable. Le calcul d’une facture basé sur les volumes vidangés et sur les sommes nécessaires au bon entretien et au renouvellement des infrastructures est une voie à étudier, voire à privilégier. Le service de vidange payant même informel démontre déjà une capacité de paiement. Le modèle économique est donc à étudier et à affirmer dans les 5 ans à venir. 3.5.2 Mettre en place des stratégies commerciales permettant la durabilités des services. Les défis sont d’atteindre le petit équilibre des services AEP dans les 10 ans à venir puis de se rapprocher du grand équilibre. L’enjeu du plan stratégique doit être que « l’eau paye l’eau » sans l’aide des Partenaires Techniques et Financiers pour ce qui concerne les coûts de fonctionnement et de rénovation dans un premier temps. L’investissement initial ne pourra, en revanche, pas se faire sans les bailleurs de fonds internationaux et une plus forte implication financière du gouvernement haïtien. Un défi consubstantiel à l’atteinte du petit équilibre est l’atteinte d’un niveau de service suffisant et justifie pleinement la recherche de taux de recouvrement des factures élevé (plus de 90%). Le suivi commercial et les possibilités de rétorsion (à définir, la coupure d’eau étant le dernier recours en cas de mauvais payeurs avérés) font aussi partie des outils à mettre en œuvre.
  • 25. 25 4 Défis et enjeux liés aux financements La pérennité et la résilience des services EPA, l’essor d’un secteur économique lié aux services sont conditionnés par l’équilibre financier des structures. Cette condition est un préalable à un objectif de décentralisation des compétences eaux et assainissement vers les communes. Les enjeux sectoriels et les défis qui sont présentés ci-après sont donc des préalables à la décentralisation recherchée pour, in fine, proposer aux communes des gages de faisabilité financière pour la gestion des compétences eaux et assainissement avec le soutien des services nationaux et déconcentrés. Les enjeux et défis à relever dans le cadre des financements sont donc de deux types : atteindre un équilibre des services et pérenniser le financement des structures d’encadrement du secteur, liées à la DINEPA. L’atteinte du petit équilibre doit intégrer les principes suivants : Améliorer le service (qualité et quantité) ; Augmenter le taux de recouvrement du paiement des services d’EPA ; Définir et appliquer les principes tarifaires en fonction des conditions locales et des niveaux de service ; Etudier et intégrer les possibilités de solidarités financières vis-à-vis des contraintes différentes liées aux coûts d’investissement ou de fonctionnement des infrastructures (faible densité de l’habitat impliquant des linéaires importants, zone défavorisée à recouvrement difficile, différences de coûts entre infrastructures gravitaires ou non du fait de la géographie de la zone desservie). Des péréquations ou compensations ou dotations de soutien devront être envisagées dans le cadre de la régulation, pour favoriser les égalités de services rendus et les objectifs de développement durable. Le financement de la DINEPA et des structures connexes telles que OREPA, CTE, URD, TEPAC, CAEPA devra également être pérennisé : en augmentant le taux de recouvrement de la redevance OREPA ; en augmentant le taux de recouvrement de la facture d’eau ; en faisant appel aux Partenaires Techniques et Financiers.
  • 26. 26 4.1 Enjeux stratégiques liés aux financements 4.1.1 Augmenter les dotations du trésor public au secteur Il s’agit d’impliquer plus fortement le gouvernement haïtien dans le financement du fonctionnement et de l’investissement du secteur. L’Eau Potable et l’Assainissement constituent un enjeu majeur pour le développement d’un pays. Ce sont deux services de base pour la population qui sont également structurants dans le cadre de l’aménagement des territoires et du développement économique. La forte participation du Gouvernement haïtien dans la reconstruction / construction / développement et gestion des infrastructures de l‘Eau Potable et d’Assainissement est essentiel pour la souveraineté et l’essor du secteur. L’appui budgétaire national aux coûts d’exploitation et d’investissements de la DINEPA ne s’élève qu’à 130.000.000 Gourdes pour l’exercice 2015/2016 (sans augmentation par rapport à 2014/2015). Il est très inférieur à l’appui à d’autres secteurs structurants (aménagement routier et énergie par exemple en gardant à l’esprit les services par « réseaux») et représente moins de 2% du budget. 4.1.2 Mobilisation de capitaux pour l’investissement via les banques et les institutions de microcrédits Les services en charge de la maitrise d’ouvrage et de l’exploitation des SAEPA doivent aussi avoir accès aux crédits bancaires. Les investissements rendus possibles ainsi devront être associés à des services capables de dégager suffisamment de revenus pour couvrir les amortissements induits. Les institutions de microcrédits pourraient aussi être mobilisées pour les petites entreprises privées du secteur EPA (par exemple, les gestionnaires délégués pour des kiosques ou des bornes fontaines). Il faudra également évaluer auparavant si l’activité créée grâce à ce micro-crédit est génératrice de suffisamment de revenus. Ces micro-crédits peuvent amorcer le développement des acteurs privés locaux. Cependant, le recours au crédit doit rester limité durant les premières années du plan d’actions. C’est aujourd’hui à l’Etat (et aux PTF si les ressources de l’Etat haïtien sont trop limitées) de prendre en charge les investissements du secteur EPA tant que n’est pas prouvée, par un modèle de gestion dûment évalué, la possibilité d’équilibrer les services (en tenant compte des investissements). Actuellement, les recettes de la majorité des services ne couvrent que très rarement les coûts de fonctionnement et sont donc loin de couvrir la réalisation des infrastructures, tel que le nécessiterait une concession de service public. Mais le faible nombre d’expériences de délégation par affermage ou concession, ne permet aucune conclusion sur la faisabilité. Il est donc nécessaire dès les premières années du plan quinquennal, de multiplier ce type d’expérience, et de renforcer les compétences de la DINEPA dans leur suivi et évaluation, pour définir la stratégie financière sur des bases connues. 4.1.3 Un enjeu de diversification des types de financement Diversifier et pérenniser les types de financements présentent de très forts enjeux pour le secteur.
  • 27. 27 Beaucoup de financements obtenus il y a 3 ans et plus arrivent bientôt à échéance. La Banque Mondiale va apporter un soutien de 50 millions de US$ pour un projet sur le milieu rural principalement. La BID devrait apporter une nouvelle contribution dont le montant n’est pas encore précisé, mais ces fonds ne seront pas suffisants pour supporter les investissements et les coûts de fonctionnement nécessaires au développement du secteur. L’autofinancement n’est pas atteint par la DINEPA, ni même, à court terme, le petit équilibre financier. Le recours aux PTF en particulier ne doit pas être systématisé et l’enjeu global est de diversifier les sources de financement, favoriser les investisseurs privés en concevant à terme les mécanismes financiers autonomes pour les services. Actions proposées, à titre d’exemple pour diversifier et pérenniser les types de financements Le rôle de recherche de financement doit être renforcé à la DINEPA par l’identification d’au moins une personne affectée spécifiquement à cette mission. Cette personne devra interagir fortement avec la Direction Générale. Le rôle de coordonnateur des PTF, appuyant la DINEPA et / ou le secteur, doit continuer à être assumé par la DINEPA. Cette coordination doit être transparente et doit aussi maintenir dans un premier temps l’implication de PTF nouveaux ou anciens (à l’image du nouveau projet de la Banque Mondiale ou de l’implication récente des coopérations canadienne et japonaise). Il s’agit de favoriser une réelle synergie entre ces PTF. 4.2 Défis et enjeux liés à la mise en œuvre 4.2.1 Mettre en place des règles nationales de tarification Une politique tarifaire nationale, prenant en compte la durabilité du service, les aspects sociaux, mais aussi le niveau de service doit être définie et appliquée. De même que la définition des différents niveaux de services, la définition des règles de tarification incombe à la DINEPA en tant que régulateur du secteur et doit être consensuelle.
  • 28. 28 4.2.2 Aller vers un suivi comptable intégré et analytique La mise en place d’un suivi comptable harmonisé, intégré et analytique8 , est essentiel pour tous les services en charge de la maitrise d’ouvrage et/ou de l’exploitation, quel qu’en soit le mode de gestion. L’article 16 h de la Loi cadre prévoit que le « directeur d’un OREPA a pour attribution de tenir un registre de comptabilité analytique qui permet d’établir les recettes et les dépenses encourues pour les systèmes urbains dont il a la responsabilité, ainsi que pour leurs activités de support aux réseaux ruraux ». La normalisation internationale de la comptabilité analytique étant développée, il ne devrait pas y avoir de difficulté majeure pour la mettre en place, mais suivre les coûts de chaque équipement, travaux et services délivrés par un SAEP reste un enjeu fort. Suivi comptable intégré et analytique : actions possibles Pour la DINEPA, les OREPA, les CTE, mettre en place leurs budgets prévisionnels et bilan annuel et les présenter à leur tutelle (et au Conseil d’Administration pour la DINEPA) ; Imposer contractuellement les rapports annuels des délégataires intégrant les évaluations de la qualité de service; Publier le bilan annuel, après audit par un commissaire aux comptes; 4.2.3 PTF : continuer le subventionnement des investissements Les PTF doivent poursuivre le subventionnement des investissements dans le secteur EPA, mais ils doivent le faire en intégrant la notion de pérennité technique et de gestion. Pour cela, il est nécessaire qu’ils prévoient de subventionner aussi le début du fonctionnement des investissements réalisés. Il faut se prémunir contre le risque de subventionner l’investissement d’un équipement que le service d’EPA ne pourra faire fonctionner faute de moyens. L’enjeu est ainsi de réduire au minimum les investissements difficilement utilisables ou peu pérennes. 4.2.4 DINEPA : aller vers un rôle strict de régulateur financé par le trésor public Afin que la DINEPA puisse s’affirmer en tant que régulateur du secteur EPA, indépendant des autres acteurs, comme le prévoit la loi cadre, elle doit être fortement financée par le trésor public. Elle sera ainsi fondée à réguler tout projet quel que soit le financeur. Il est délicat que la DINEPA assure ces tâches de régulation sur un projet financé par un PTF soutenant par ailleurs le budget de fonctionnement de la DINEPA. L’enjeu est donc ici d’assurer l’indépendance de la DINEPA comme régulateur du secteur. 4.2.5 OREPA : les vrais maitres d’ouvrage des travaux sur financement extérieurs avant la décentralisation Alors que seule la régulation et le contrôle devront être réalisés par la DINEPA, les OREPA devront renforcer leur compétence de maitres d’ouvrage afin d’assurer le développement des infrastructures EPA notamment financées par les différents Partenaires Techniques et Financiers ou l’Etat. Il doit donc y avoir dans les toutes prochaines années un transfert effectif, de la DINEPA vers les OREPA, des compétences et des personnels dédiés pour la gestion des programmes et le suivi d’exécution des travaux. Cette mesure de poursuite de la déconcentration est urgente pour augmenter la lisibilité et l’efficacité des acteurs institutionnels. 8 La comptabilité analytique est un mode de traitement des données comptables dont les objectifs essentiels sont de : connaître les coûts des différentes fonctions assumées par l’organisation ; expliquer et analyser les résultats de l’organisation publique ou privée en calculant les coûts des produits pour les comparer aux recettes ou aux prix de vente correspondants; fixer des prix au regard d’un objectif de marge.
  • 29. 29 La phase suivante sera le transfert aux municipalités. La loi-cadre sur l’eau prévoit, dans son article 19, le transfert des systèmes EPA aux municipalités / Collectivités Territoriales qui en deviendront les maîtres d’ouvrage. Cet article prévoit que les municipalités prennent alors en charge les actifs et les passifs découlant de tout emprunt contracté par un OREPA. Ce transfert ne peut être engagé dans le cadre du plan quinquennal.
  • 30. 30 5 Défis et enjeux transversaux Au-delà des objectifs liés à l’accès aux services EPA, à la déconcentration et décentralisation de la gouvernance ainsi qu’à la pérennité financière des structures sectorielles, il est nécessaire d’élargir les enjeux et défis portant sur des thématiques transversales soit dépendantes d’autres secteurs ou d’autres compétences, soit liées à un contexte sanitaire particulier. 5.1 Adaptation des services EPA à l’urbanisation et régulation de cette dernière L'urbanisation rapide et non contrôlée en Haïti génère des défis très importants en matière de développement des services de base. La croissance considérable des zones urbaines n'est pas accompagnée d’une création proportionnelle d'infrastructures et d'aménagements nécessaires pour assurer des conditions de vie décentes aux populations. L'eau ne parvient pas, notamment aux plus pauvres qui ne peuvent que se tourner vers les marchands du secteur privé non structuré et non régulé, fournissant de l’eau à des prix très élevés. Réguler l’urbanisation en y associant les infrastructures linéaires de desserte est un défi incontournable pour Haïti qui peine à mettre en place un cadastre moderne et fiable.
  • 31. 31 5.2 Eradication de l’épidémie de choléra et la réduction au minimum des autres maladies hydriques L’un des plus grands et des plus urgents défis est l’éradication de l’épidémie de choléra et la réduction au minimum des autres maladies hydriques. La régulation technique, le suivi, la bonne gouvernance doivent participer à relever ce défi pour éviter en cas de crises connexes (inondations, évènement sismique…) la réapparition d’épidémies d’ampleur catastrophique. Toutes les actions de structuration et de gestion du secteur participeront à ce défi mais certaines actions du plan sectoriel pourront être priorisées vis-à-vis des risques sanitaires pandémiques hydriques. 5.3 Gestion Intégrée des Ressources en Eau  Définir les mécanismes de Gestion Intégrée des Ressources en Eau, répartir les compétences et la déployer : La GIRE est basée sur le présupposé qu’une approche trop sectorielle de la gestion de l’eau tend à imposer des coûts économiques, sociaux et écologiques élevés. Dans cette optique, les prises de décision doivent intégrer plusieurs secteurs et s’appliquer sur plusieurs échelles. Pour relever ce défi, les acteurs du secteur EPA, de l’agriculture, de l’énergie (barrages), du tourisme (etc.) et de l’aménagement doivent coordonner leurs actions au sein de planifications et de stratégies communes et concertées. La DINEPA en coordination avec le Ministère de l’Environnement doit jouer un rôle prépondérant dans la définition des mécanismes à mettre en place notamment en ce qui concerne la protection des ressources pour l’eau potable et la protection des écosystèmes en aval des points de rejets des installations de traitement des eaux usées matières de vidange, (Loi cadre, article 27 h).  Les autres enjeux de la GIRE pour le secteur EPA sont de faire appliquer les périmètres de protection et de maximiser la protection de la ressource en eau. Les périmètres de protection doivent être établis autour des sites de production d’eau destinée à la consommation humaine, en vue d’assurer la préservation de la ressource (risques de pollutions ponctuelles et accidentelles). 5.4 Pérennisation des acquis de la réforme Toutes les actions mises en œuvre par la DINEPA qui apportent une amélioration sensible pour le secteur EPA (accès pour la population au service EPA, régulation, contrôle) doivent être poursuives, renforcées ou améliorées. Le diagnostic a en particulier mis l’accent sur certaines actions considérées comme des réussites de la DINEPA mais dont la poursuite / la pérennisation sont des défis. On peut citer les URD, les TEPAC, le SISKLOR, l’HYPOKLOR24, la mise en place du RTN…
  • 32. 32 6 Défis et enjeux sous la forme de liste, associés au chronogramme Le tableau ci-après présente l’ensemble des défis identifiés dans les chapitres précédents, sous la forme d’une liste. Une codification est attribuée à chaque défi :  1ère lettre = groupe auquel ce défi appartient ;  2ème lettre = sous-groupe auquel le défi appartient (le cas échéant) ;  chiffre = numéro du défi dans le sous-groupe. Le chronogramme présente la répartition des priorités pour les défis dans les 9 prochaines années. Les couleurs vont du plus foncé (priorité la plus élevée) au plus clair (priorité moins élevée) ; les couleurs sous forme de dégradé représentent donc une montée en charge progressive ou au contraire dégressive. Une couleur unie représente donc un degré de priorité restant constant chaque année. Ce chronogramme permet de montrer que tous les défis doivent faire l’objet d’un début de prise en charge durant la période 2016 – 2019, mais que certains seront potentiellement définitivement relevés qu’au-delà de 2019.
  • 33. 33 Tableau : Chronogramme de la prise en compte des défis Code 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 G DEFIS ET ENJEUX LIES A LA GOUVERNANCE, LA REGULATION, ET A LA CONNAISSANCE G1 Obtenir un soutien politique fort au secteur EPA Défi G2 Coordination entre les Ministères intervenant sur la gestion de l’eau Défi GS Défis et enjeux stratégiques DINEPA GS1 Poursuivre la réformes du secteur EPA à un rythme soutenu Défi GS2 Déconcentration de certaines es fonctions de la DINEPA et décentralisation Enjeu GS3 Renforcer la planification sectorielle Défi GS4 Appropriation de la stratégie sectorielle par les acteurs Enjeu GF Défis liés au fonctionnement GF1 Développer des synergies en termes d’échange et de travail en équipe Défi GF2 Pérenniser et fidéliser les Ressources Humaines du secteur EPA Défi GF3 Augmenter les compétences et capacités techniques des entreprises locales Défi GF4 Structurer de nouvelles entités de gestion des Services d’EPA, et assurer leur régulation et leur contrôle Défi GR Défis et enjeux liés à la régulation GR1 Mise en œuvre du contrôle financier du secteur Défi GR2 Renforcement, diffusion et application des prescriptions techniques et règlementaires Défi GR3 La DINEPA doit se doter de moyens coercitifs et incitatifs Enjeu GO Défis et enjeux en termes d'outils GO1 Ancrage de l’Observatoire National de l’Eau Potable et d’Assainissement (ONEPA) Enjeu GO2 Maîtriser le foncier Défi GC Défis en terme de connaissance GC1 Augmentation du savoir-faire des acteurs sectoriels Défi GC2 Professionnalisation et qualification des secteurs intervenant dans le domaine de l’EPA Défi GC3 Harmonisation des formations techniques ou règlementaires dans le domaine de l’Eau Potable et de l’Assainissement Défi GC4 Mise en place d’une Education Environnementale transversale Défi GC5 Systématiser l’éducation à l’hygiène familiale Défi S DEFIS ET ENJEUX LIES A l'ACCES AUX SERVICES SP Défis et enjeux stratégiques SP1 Définition et application d’une politique des services publics pour le secteur EPA Enjeu SP2 Définir une politique claire en ce qui concerne les PPP Défi SP3 Définir les niveaux de service d’Eau Potable et d’Assainissement. Défi ST Défis techniques ST1 Poursuivre la construction ou la reconstruction d’infrastructures EPA pérennes Défi ST2 Impulser la gestion patrimoniale Défi ST3 Améliorer la supervision des travaux Défi ST4 Développer la recherche appliquée et l’innovation pour le secteur EPA en Haïti. Défi S2 Préparation du secteur EPAH pour les situations de crise Enjeu SS Enjeux sociaux SS1 Modifier la perception par la population de l'exploitation des SAEP Enjeu SS2 Développement de l'ingénierie sociale Enjeu SC Défis commerciaux SC1 Donner l'accès à l'eau potable et à l'assainissement au plus grand nombre Défi SC2 Mettre en place des stratégies commercials permettant la durabilité des services Défi F DEFIS ET ENJEUX LIES AUX FINANCEMENTS FP Enjeux stratégiques liés au financement FP1 Augmenter les dotations publiques au secteur Enjeux FP2 Mobilisation de capitaux pour l’investissement via les banques et les institutions de microcrédits Enjeux FP3 Diversification des types de financements Enjeux FM Défis liés à la mise en œuvre FM1 Mettre en place des règles nationales de tarification Défi FM2 Elaborer et publier les comptes consolidés de l'institution Enjeu FM3 Poursuivre le subventionnement des investissements dans le secteur EPA en intégrant la pérennité Enjeu FM4 DINEPA : aller vers un rôle strict de régulateur financé par le trésor public Enjeu FM5 OREPA, maitres d'ouvrage des travaux sur financements extérieurs Enjeu A1 Intégrer l’assainissement et l’eau potable à l’urbanisation et réguler cette dernière Défi A2 Eradication de l’épidémie de choléra et réduction des autres maladies hydriques Défi A3 Définir les mécanismes de GIRE, répartir les compétences et déployer Enjeu A4 GIRE pour le Secteur EPA: appliquer les périmètres de protection et maximiser protection de la ressource Enjeu A5 Pérennisation des acquis de la réforme Défi MISE EN PLACE PROGRESSIVE MISE EN PLACE PROGRESSIVE MISE EN PLACE PROGRESSIVE DEFINTION APPLICATION EAU POT. ASSAINIST MISE EN PLACE PROGRESSIVE MISE EN PLACE PROGRESSIVE EAU POT. ASSAINIST