SlideShare une entreprise Scribd logo
UNIVERSITE DE GOMA
UNIGOM
B.P. 204 Goma (Rép. Dém. du Congo) B.P 277 Gisenyi (Rwanda)
E-Mail : facmed@unigom.org; unigom2007@yahoo.fr
FACULTE DE MEDECINE
TRAVAIL PRATIQUE DE L’HISTOLOGIE GENERALE
Deuxième Graduat En Sciences Biomédicales
RETICULUM
ENDOPLASMIQUE
Année Académique: 2017- 2018
CE TRAVAIL A ÉTÉ RÉALISÉ PAR :
1. BAGINAMA DOMBI Betty
2. BAHATI BWIRA Chance
3. BAMWISHO KUBUYA Blaise
4. BIRINDWA DANIEL Jackson
5. FURAHA MUSOKA
6. JANVIER LAMEKE
7. KATUNGU VANGANAHIRE Charly
8. KISHAALUKO MISHONYA Désiré
9. KYUNA SELENGE Gabriel
10. KOKO NTUMULO John
11. MASIKA MUMBESA
12. MUHOZI RUBAKA Prince
13. OMBENI LWABOSHI Isaac
14. RAFIKI BUSHUBWEKA Christian
15. TSHOMBA ALLIANCE Eunice
16. UMOJA KALUMBI
17. MUSA MUCHINYA Moise
INTRODUCTION
 La cellule est l’unité structurale, fonctionnelle
et fondamentale de la matière vivante. Toute
cellule a besoin de garder une équilibre
constante de son milieu intérieur en facilitant
les entrées et les sorties des substances.
 La cellule est constitue des organites. A cela
notre travail va se pencher sur le réticulum
endoplasmique, qui est un organite présent
dans les cellules d’eucaryotes en forme de
réseau de vésicules et des canaux, qui modifie
les protéines, produit des macromolécules, les
stocke dans les saccules et transfère des
substances vers l’appareil de Golgi.
OBJECTIFS DU TRAVAIL
 Connaitre la structure du RE
 Connaitre le rôle du RE
 Décrire les composantes du RE et ses
différentes fonctions
 Savoir situer le RE dans la cellule par
rapport à d’autres organites
Réticulum endoplasmique
 Le cytoplasme de la plupart des cellules contient un
réseau membranaire appelé le réticulum
endoplasmique (RE).
 Ce
réseau (réticulum) s'étend de la surface du noyau
à la membrane cellulaire et renferme une série de
canaux d'intercommunications
et sacs appelés citernes (figure 2-10).
 Avec une surface de membrane jusqu'à 30 fois celle
de la membrane cellulaire,
le RE fournit un site majeur pour les activités
cellulaires vitales
RETICULUM ENDOPLASMIQUE / UNIVERSITE DE GOMA
BIOGENESE DU RETICULUM
ENDOPLASMIQUE
 Les constituants des membranes du RE sont
en renouvellement continu a des vitesses
différentes selon les molecules.la demi-vie des
grosses protéines est de quatre a cinq jours.
 Les petites protéines de 16 a 28 jours, celles
des lipides de quelques heures a 2 jours.
 La dégradation des protéines membranaires
se fait dans le hyaloplasme ou les chaines
polypeptidiques débutent dans les membranes
qui possèdent des phospholipases.
RETICULUM ENDOPLASMIQUE / UNIVERSITE DE GOMA
RETICULUM ENDOPLASMIQUE / UNIVERSITE DE GOMA
Fonctions du réticulum
endoplasmique
 1. Synthèse
Fournit une place pour les réactions
chimiques.
a. RE lisse est le site de la synthèse des
lipides et du métabolisme des glucides
b. RE rugueux : synthétise les protéines
pour la sécrétion, l'incorporation dans le
plasma, membrane, et comme
enzymes dans les lysosomes:
2. Transport: déplace des molécules à
travers l'espace ci sternal d'une partie
de la cellule à l'autre, séquestrée loin du
cytoplasme
3. Stockage: stocke les molécules
nouvellement synthétisées
4. Détoxification: le REL détoxifie les
drogues et l'alcool.
1. Le réticulum endoplasmique est un
réseau anastomosé
de canaux communicants ou de
citernes formées par une membrane
continue, avec certaines régions qui
portent des polysomes apparaissant
rugueuse et d'autres régions
apparaissant lisses.
Pendant que Le RER est le site de synthèse
de la plupart des protéines liées à la
membrane, trois activités diverses sont
associées au RE lisse:
a) la biosynthèse des lipides,
b) la détoxification et
c) la séquestration des ions Ca ++.
Les types des cellules avec RE lisse bien
développés sont généralement spécialisés
pour un de ces fonctions.
3. Par TEM, les citernes du RER
apparaissent séparées, mais elles
forment un canal ou un compartiment
continu dans le cytoplasme.
Les citernes membraneuses
interconnectées du RER sont
aplaties, alors que celles de RE lisse
sont souvent tubulaires 14 000 fois.
3. Dans une cellule endothéliale très mince cultivée, RE
(vert) et
mitochondrie (orange) peut être visualisée avec des
colorants vitaux fluorescents qui sont séquestrés
spécifiquement dans ces organites.
Cette méthode de coloration avec des cellules
intactes révèle clairement la continuité du RE
lacrymale présente dans toutes les régions du
cytoplasme.
(Figure 2-10c, avec la permission d'invitrogene.)
Y compris la biosynthèse des protéines et des
lipides.
 En outre, le
RE ci sternal (L. ci sternal, réservoirs), qui apparaissent comme des
espaces séparés dans des sections microscopiques électroniques,
comprennent des
compartiments cellulaires internes continus qui recueillent des
protéines nouvellement synthétisées pour la modification et la livraison
dans les voies
conduisant à d'autres organites et à la sécrétion. Dans la plupart des
cellules plus d’un quart de toutes les protéines sont importées dans la
lumière du RE ou intégré dans les membranes du RE.
 Dans de nombreux endroits, le côté cytologique de la membrane du RE
est
couvert par des polyribosomes formant les polypeptides qui entrent
dans
la citerne adjacente pendant la synthèse. Les polysomes attachés
permettent la distinction entre les deux types de RE: rugueux et
lisse.
Réticulum endoplasmique
rugueux
 Le réticulum endoplasmique rugueux (RER)
est important dans les cellules spécialisées
pour la sécrétion de protéines, telles que les
cellules pancréatiques acineuses (fabrication
d'enzymes digestives), de fibroblastes
(collagène) et de plasma cellules
(immunoglobulines).
 Le RER se compose de saccule ainsi que des
piles parallèles de citernes aplaties (Figure 2-
10), chacune limitée
par des membranes qui sont continues avec la
membrane externe
de l'enveloppe nucléaire.
 La présence des polyribosomes sur la
surface cytosolique du RER confère des
propriétés colorantes basophiles
sur cet organite lorsqu'on le voit avec le
microscope optique.
Les principales activités du RER
comprennent la synthèse et la ségrégation
de protéines non destinées au cytosol. Les
fonctions additionnelles comprennent la
glycosylation initiale (de base) des
glycoprotéines.
RETICULUM ENDOPLASMIQUE / UNIVERSITE DE GOMA
RETICULUM ENDOPLASMIQUE / UNIVERSITE DE GOMA
 L'extrémité amino nouvellement traduite d'une protéine à être
incorporé dans des membranes ou séquestré en vésicules
contient 15 à 40 acides aminés qui comprennent une séquence spécifique
de résidus hydrophobes comprenant la séquence signal ou
peptide signal. Cette séquence est liée par une particule de reconnaissance
de signal (PRS), qui reconnaît alors et se lie à un récepteur sur le RE. Un
autre récepteur de la membrane du RE se lie à la
protéine structurelle de la grande sous-unité ribosomiale, plus fermement
attachant le ribosome au RE.
 Le signal peptide hydrophobique est transloqué à travers un pore protéique
(translocon)
dans la membrane du RE, et la PRS est libéré pour être réutilisé. Le signal
peptide est retiré de la protéine en croissance par une peptidase
et la translocation du polypeptide en croissance continue jusqu'à ce qu'il
soit complètement séparé dans la citerne du RE. Certaines autres
modifications post-traductionnelles de polypeptides, et l'assemblage de
protéines multi chaines. Ces activités sont médiées par les enzymes
résidentes du RER et
par des complexes protéiques agissant comme des chaperons moléculaires
guidant le repliement des protéines naissantes, inhibant l'agrégation, et
surveillant généralement la qualité des protéines dans le RE.
 La synthèse des protéines commence sur les polyribosomes dans le
cytosol.
Les 5 extrémités des ARNm pour les protéines destinées à être
séparées
dans le RE codent une séquence de signal N-terminal de15-40 acides
aminés qui comprend une série de six ou plus de résidus
hydrophobiques. Comme le montre la ( figure 2-11), la nouvelle
traduction
 Séquence de signal est liée par un complexe protéique appelé
la particule de reconnaissance de signal (PRS), qui inhibe
autre élongation de polypeptide. Le PRS-ribosome-naissant
le complexe peptidique se lie aux récepteurs PRS sur la membrane du
RE. La
PRS libère alors la séquence de signal, permettant la traduction
pour continuer avec la chaîne polypeptidique naissante transférée
à un complexe de translocateur (aussi appelé translocon ou canal
conducteur protéique) à travers la membrane du RE
(Figure 2-11). A l'intérieur de la lumière du RER, la séquence de signal
est éliminée par une enzyme, signal peptidase.
 Avec le ribosome amarré à la surface du RE, la traduction continue
avec le polypeptide en croissance se poussant, pendant que les chaperons
et d'autres protéines servent à "tirer" le polypeptide naissant
à travers le complexe translocation. À la sortie du ribosome, des modifications post-
traductionnelles et pliage correct des polypeptides continuent.
 Comme mentionné, les protéines synthétisées dans le RER peuvent avoir
plusieurs destinations: le stockage intracellulaire (par exemple, dans les lysosomes
et granules spécifiques de leucocytes), le stockage intracellulaire provisoire
des protéines avant l'exocets (par exemple, dans le pancréas,
certaines cellules endocrines) et en tant que protéines membranaires intégrales.
Les diagrammes de la Figure 2-12 montrent quelques types de cellules avec des
différences dans les destinations de leurs principaux produits protéiques
et comment ces différences déterminent des fonctionnalités histologiques d'une cellule.
 Le RER dispose d'un système hautement réglementé pour éviter les
disfonctionnements des protéines étant transmises à la voie de la sécrétion
ou à d'autres organites. Les nouvelles protéines qui ne peuvent pas être pliées
ou assemblées correctement par les chaperons subissent une dégradation associée au
RE, dans laquelle des protéines irrécupérables sont
transloquees dans le cytosol, conjugué à l'ubiquitine,
puis dégradé par les protéasomes.
APPLICATION MÉDICALE
 Le contrôle de qualité pendant la production
de protéines dans le RER et correctement
fonctionnant dans la dégradation associée au
RE pour disposer des protéines défectueuses
est extrêmement important et plusieurs
maladies héréditaires résultent
des disfonctionnements dans ce système. Par
exemple, sous certaines formes des cellules
osseuses ostéogéniques imparfaites
synthétisent et sécrètent
les molécules de pro collagènes défectueuses
qui ne peuvent pas s'assembler correctement
et produire un tissu osseux très faible.
RETICULUM ENDOPLASMIQUE / UNIVERSITE DE GOMA
RETICULUM ENDOPLASMIQUE / UNIVERSITE DE GOMA
L'ultra structure et l'aspect général histologique d'une cellule sont
déterminés par la nature de la plupart des protéines importantes que la
cellule fabrique.
a.Les cellules qui fabriquent peu ou pas de protéines pour la
sécrétion
très peu de RER, sans pratiquement tous les
polyribosomes libres dans le
cytoplasme.
b. Les cellules qui synthétisent, séparent et stockent diverses
protéines dans une sécrétion spécifique des granules ou
vésicules ont toujours le RER, un appareil de Golgi, et
une réserve de granules contenant les protéines prêtes à
être sécrétées.
c. Les cellules avec RER étendu et un appareil de Golgi bien
développé
montrent quelques granules de sécrétion parce que les
protéines
subissent une exocytose immédiatement après le
traitement de Golgi.
De nombreuses cellules, en particulier celles
des épithéliums, sont polarisées,
signifiant que la distribution du RER et des
sécrétions vésiculaires est
différente dans diverses régions ou pôles de la
cellule.
d. Les cellules épithéliales spécialisées pour la
sécrétion ont une polarité distincte, avec RER
abondant à leurs extrémités basales et
sécrétion mature des
granules au niveau des pôles apicaux
subissant l’exocytose dans un compartiment
extracellulaire clot, la lumière d'une glande.
Réticulum endoplasmique
lisse
 Les régions du RE qui manquent les polyribosomes liés constituent le
RE lisse, qui est continu avec le RER mais souvent sans abondance
(Figure 2-10). Manquant de polyribosomes, le RE lisse n'est pas
basophile et est mieux vu
avec le TEM. Les citernes de RE lisse sont souvent plus tubulaires et
plus susceptibles d'apparaître comme des canaux interconnectés de
formes et tailles que des piles de ciseaux aplatis. Le RE lisse
contient des enzymes présentes également dans le RER, mais est
spécialisé
pour d'autres fonctions distinctes, y compris les glycogènes et
lipide de métabolisme, détoxification de réactions, et la séquestration
temporaire de Ca2 +.
Un rôle majeur des enzymes dans la synthèse des iso phospholipides
dans le RE lisse, y compris les divers phospholipides qui sont majeurs
constituants des membranes cellulaires. Les phospholipides sont
transférés du RE lisse à d'autres membranes dans diverses
façons:
1. par une communication directe avec le RER,
permettant la
diffusion latérale,
2. Par des vésicules qui se détachent, se déplacent le
long
du cytosquelette, et fusionnent les organites thermo-
membraneux,
3. par des protéines de transfert de phospholipides.
Dans les cellules que
les hormones sécrétéroïdes (par exemple, les
cellules du cortex surrénalien), le
RE lisse occupe une grande partie du cytoplasme et
contient des enzymes nécessaires pour la
stéroïdogenèse.
 Le RE lisse est également abondante dans beaucoup des
cellules du foie, où il contient des enzymes responsables du
métabolisme du glycogène, pour le traitement des molécules
endogènes comme les composants de la bile,
et pour l'oxydation, la conjugaison et les réactions de
méthylation
 qui neutralisent les molécules exogènes potentiellement
toxiques, tels que l'alcool, les barbituriques et d'autres drogues.
Important pour des telles
réactions de détoxification sont des enzymes du cytochrome.
Une autre fonction du RE lisse est de séquestrer, de libérer les
ions
Ca2 + d'une manière contrôlée, qui fait partie de rapide réponse
des cellules à divers stimuli. Cette fonction est très bien
développée dans les cellules musculaires, où le RE lisse a un
important rôle dans le processus de contraction et suppose une
forme spécialisée appelé le réticulum sarcoplasmique (voir le
chapitre 10).
APPLICATION MÉDICALE
 La jaunisse dénote une décoloration jaunâtre de la
peau et
est causée par l'accumulation dans le liquide
extracellulaire de la bilirubine
et d'autres composés pigmentés, qui sont
normalement
métabolisé par les enzymes du RE lisse dans les
cellules du foie et
excrété sous forme de bile. Une cause fréquente
d'ictère chez le nouveau-né,
les nourrissons est un état sous-développé de RE
lisse dans les cellules hépatiques, avec l'échec de la
bilirubine à être converti en une forme qui peut
être facilement excrété.
RETICULUM ENDOPLASMIQUE / UNIVERSITE DE GOMA
BIBLIOGRAPHIE
 Janquiera’s Basic Histology Text and
Atlas,13th Ed
 Cours d’histologie generale
 wikipedia.fr
CONCLUSION
 Le réticulum endoplasmique est une
structure qu’on rencontre chez les cellules
eucaryotes. De plus, on dit que le réticulum
endoplasmique est un réseau étendu et
complexe d’assemblage et des tubules
aplatis délimitent par une seule membrane
unitaire. Il n’existe pas chez les cellules
procaryotes (archéobactéries et
eubactéries) qui sont dépourvues
d’organites.

Contenu connexe

Similaire à RETICULUM ENDOPLASMIQUE / UNIVERSITE DE GOMA

LA MITOCHONDRIE
LA MITOCHONDRIELA MITOCHONDRIE
LA MITOCHONDRIE
stevenbigirimana
 
LA MEMBRANE PLASMIQUE/ UNIVERSITE DE GOMA
LA MEMBRANE PLASMIQUE/ UNIVERSITE DE GOMALA MEMBRANE PLASMIQUE/ UNIVERSITE DE GOMA
LA MEMBRANE PLASMIQUE/ UNIVERSITE DE GOMA
William A. MAHAZI
 
Tphistologiefrancaiscorrig
TphistologiefrancaiscorrigTphistologiefrancaiscorrig
Tphistologiefrancaiscorrig
SamuelKubuyakubwirwa
 
MITOCHONDRIE, PEROXYSOME, ET SYTOSQUELETTE.
MITOCHONDRIE, PEROXYSOME,  ET SYTOSQUELETTE. MITOCHONDRIE, PEROXYSOME,  ET SYTOSQUELETTE.
MITOCHONDRIE, PEROXYSOME, ET SYTOSQUELETTE.
TKALISA
 
LE MITOCHONDRIE/ UNIVERSITE DE GOMA
LE MITOCHONDRIE/ UNIVERSITE DE GOMALE MITOCHONDRIE/ UNIVERSITE DE GOMA
LE MITOCHONDRIE/ UNIVERSITE DE GOMA
William A. MAHAZI
 
Reticulum endoplasmique et granule secretoire
Reticulum endoplasmique et granule secretoireReticulum endoplasmique et granule secretoire
Reticulum endoplasmique et granule secretoire
PierrotMD
 
Tp unigom groupe_nâ°14_(le_noyau)unigom[1]
Tp unigom groupe_nâ°14_(le_noyau)unigom[1]Tp unigom groupe_nâ°14_(le_noyau)unigom[1]
Tp unigom groupe_nâ°14_(le_noyau)unigom[1]
NDOOLENGASHANIDieume
 
Le lysosome et le protéasome
Le lysosome et le protéasomeLe lysosome et le protéasome
Le lysosome et le protéasome
SimpliceSibamutaki
 
Cours Microbio 2.pdf
Cours Microbio 2.pdfCours Microbio 2.pdf
Cours Microbio 2.pdf
zinebagourram
 
Biologie - Cours: 1: La Vie
Biologie - Cours: 1: La VieBiologie - Cours: 1: La Vie
Biologie - Cours: 1: La Vie
Pharma 1F 2012-2013
 
Travail pratique d'hystologie unigom
Travail pratique d'hystologie unigomTravail pratique d'hystologie unigom
Travail pratique d'hystologie unigom
Patient Muluvo
 
histologie: membrane plasmique
 histologie: membrane plasmique histologie: membrane plasmique
histologie: membrane plasmique
Rodriguez Vyatsuka
 
TRAVAIL PRATIQUE DE l'HISTOLOGIE-UNIVERSITE DE KOLWEZI-G2-BIOMED
TRAVAIL PRATIQUE DE l'HISTOLOGIE-UNIVERSITE DE KOLWEZI-G2-BIOMEDTRAVAIL PRATIQUE DE l'HISTOLOGIE-UNIVERSITE DE KOLWEZI-G2-BIOMED
TRAVAIL PRATIQUE DE l'HISTOLOGIE-UNIVERSITE DE KOLWEZI-G2-BIOMED
university of kolwezi, group, searchers
 
Tp histologie corrigé
Tp histologie corrigéTp histologie corrigé
Tp histologie corrigé
musaka mweze
 
Cycle cellulaire mitose et cellules souches
Cycle cellulaire mitose et cellules souchesCycle cellulaire mitose et cellules souches
Cycle cellulaire mitose et cellules souches
TKALISA
 
Biologie cellulaire : CHAPITRE I STRUCTURE DE LA CELLULE.pdf
Biologie cellulaire : CHAPITRE I STRUCTURE DE LA CELLULE.pdfBiologie cellulaire : CHAPITRE I STRUCTURE DE LA CELLULE.pdf
Biologie cellulaire : CHAPITRE I STRUCTURE DE LA CELLULE.pdf
roukayabichett1
 
systémes de sécretion bactérienne
systémes de sécretion bactériennesystémes de sécretion bactérienne
systémes de sécretion bactérienne
ARICHI Bouchra
 
histologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusions
histologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusionshistologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusions
histologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusions
Rodriguez Vyatsuka
 
histologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusions
histologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusionshistologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusions
histologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusions
Rodriguez Vyatsuka
 
BIOCHIMIE-MICROBIENNE- explication étude
BIOCHIMIE-MICROBIENNE- explication étudeBIOCHIMIE-MICROBIENNE- explication étude
BIOCHIMIE-MICROBIENNE- explication étude
MdBourabah
 

Similaire à RETICULUM ENDOPLASMIQUE / UNIVERSITE DE GOMA (20)

LA MITOCHONDRIE
LA MITOCHONDRIELA MITOCHONDRIE
LA MITOCHONDRIE
 
LA MEMBRANE PLASMIQUE/ UNIVERSITE DE GOMA
LA MEMBRANE PLASMIQUE/ UNIVERSITE DE GOMALA MEMBRANE PLASMIQUE/ UNIVERSITE DE GOMA
LA MEMBRANE PLASMIQUE/ UNIVERSITE DE GOMA
 
Tphistologiefrancaiscorrig
TphistologiefrancaiscorrigTphistologiefrancaiscorrig
Tphistologiefrancaiscorrig
 
MITOCHONDRIE, PEROXYSOME, ET SYTOSQUELETTE.
MITOCHONDRIE, PEROXYSOME,  ET SYTOSQUELETTE. MITOCHONDRIE, PEROXYSOME,  ET SYTOSQUELETTE.
MITOCHONDRIE, PEROXYSOME, ET SYTOSQUELETTE.
 
LE MITOCHONDRIE/ UNIVERSITE DE GOMA
LE MITOCHONDRIE/ UNIVERSITE DE GOMALE MITOCHONDRIE/ UNIVERSITE DE GOMA
LE MITOCHONDRIE/ UNIVERSITE DE GOMA
 
Reticulum endoplasmique et granule secretoire
Reticulum endoplasmique et granule secretoireReticulum endoplasmique et granule secretoire
Reticulum endoplasmique et granule secretoire
 
Tp unigom groupe_nâ°14_(le_noyau)unigom[1]
Tp unigom groupe_nâ°14_(le_noyau)unigom[1]Tp unigom groupe_nâ°14_(le_noyau)unigom[1]
Tp unigom groupe_nâ°14_(le_noyau)unigom[1]
 
Le lysosome et le protéasome
Le lysosome et le protéasomeLe lysosome et le protéasome
Le lysosome et le protéasome
 
Cours Microbio 2.pdf
Cours Microbio 2.pdfCours Microbio 2.pdf
Cours Microbio 2.pdf
 
Biologie - Cours: 1: La Vie
Biologie - Cours: 1: La VieBiologie - Cours: 1: La Vie
Biologie - Cours: 1: La Vie
 
Travail pratique d'hystologie unigom
Travail pratique d'hystologie unigomTravail pratique d'hystologie unigom
Travail pratique d'hystologie unigom
 
histologie: membrane plasmique
 histologie: membrane plasmique histologie: membrane plasmique
histologie: membrane plasmique
 
TRAVAIL PRATIQUE DE l'HISTOLOGIE-UNIVERSITE DE KOLWEZI-G2-BIOMED
TRAVAIL PRATIQUE DE l'HISTOLOGIE-UNIVERSITE DE KOLWEZI-G2-BIOMEDTRAVAIL PRATIQUE DE l'HISTOLOGIE-UNIVERSITE DE KOLWEZI-G2-BIOMED
TRAVAIL PRATIQUE DE l'HISTOLOGIE-UNIVERSITE DE KOLWEZI-G2-BIOMED
 
Tp histologie corrigé
Tp histologie corrigéTp histologie corrigé
Tp histologie corrigé
 
Cycle cellulaire mitose et cellules souches
Cycle cellulaire mitose et cellules souchesCycle cellulaire mitose et cellules souches
Cycle cellulaire mitose et cellules souches
 
Biologie cellulaire : CHAPITRE I STRUCTURE DE LA CELLULE.pdf
Biologie cellulaire : CHAPITRE I STRUCTURE DE LA CELLULE.pdfBiologie cellulaire : CHAPITRE I STRUCTURE DE LA CELLULE.pdf
Biologie cellulaire : CHAPITRE I STRUCTURE DE LA CELLULE.pdf
 
systémes de sécretion bactérienne
systémes de sécretion bactériennesystémes de sécretion bactérienne
systémes de sécretion bactérienne
 
histologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusions
histologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusionshistologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusions
histologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusions
 
histologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusions
histologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusionshistologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusions
histologie:cytosquelette,appareil de golgi,lysosome et inclusions
 
BIOCHIMIE-MICROBIENNE- explication étude
BIOCHIMIE-MICROBIENNE- explication étudeBIOCHIMIE-MICROBIENNE- explication étude
BIOCHIMIE-MICROBIENNE- explication étude
 

Plus de William A. MAHAZI

MECANISME PHYSIOPATHOLOGIE DE L'INFECTION A VIH ET PERSPECTIVE THERAPEUTIQUE
MECANISME PHYSIOPATHOLOGIE DE L'INFECTION A VIH ET PERSPECTIVE THERAPEUTIQUEMECANISME PHYSIOPATHOLOGIE DE L'INFECTION A VIH ET PERSPECTIVE THERAPEUTIQUE
MECANISME PHYSIOPATHOLOGIE DE L'INFECTION A VIH ET PERSPECTIVE THERAPEUTIQUE
William A. MAHAZI
 
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMAIMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA
William A. MAHAZI
 
SYNDROME DE L'IMMUNODEFICIENCE ACQUISE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)
SYNDROME DE L'IMMUNODEFICIENCE ACQUISE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)SYNDROME DE L'IMMUNODEFICIENCE ACQUISE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)
SYNDROME DE L'IMMUNODEFICIENCE ACQUISE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)
William A. MAHAZI
 
LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)
LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)
LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)
William A. MAHAZI
 
APPAREIL DE GOLGI ET GRANULES SECRETOIRES/ UNIVERSITE DE GOMA
APPAREIL DE GOLGI ET GRANULES SECRETOIRES/ UNIVERSITE DE GOMAAPPAREIL DE GOLGI ET GRANULES SECRETOIRES/ UNIVERSITE DE GOMA
APPAREIL DE GOLGI ET GRANULES SECRETOIRES/ UNIVERSITE DE GOMA
William A. MAHAZI
 
LE CYTOSQUELETTE/ UNIVERSITE DE GOMA
LE CYTOSQUELETTE/ UNIVERSITE DE GOMALE CYTOSQUELETTE/ UNIVERSITE DE GOMA
LE CYTOSQUELETTE/ UNIVERSITE DE GOMA
William A. MAHAZI
 

Plus de William A. MAHAZI (6)

MECANISME PHYSIOPATHOLOGIE DE L'INFECTION A VIH ET PERSPECTIVE THERAPEUTIQUE
MECANISME PHYSIOPATHOLOGIE DE L'INFECTION A VIH ET PERSPECTIVE THERAPEUTIQUEMECANISME PHYSIOPATHOLOGIE DE L'INFECTION A VIH ET PERSPECTIVE THERAPEUTIQUE
MECANISME PHYSIOPATHOLOGIE DE L'INFECTION A VIH ET PERSPECTIVE THERAPEUTIQUE
 
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMAIMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA
 
SYNDROME DE L'IMMUNODEFICIENCE ACQUISE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)
SYNDROME DE L'IMMUNODEFICIENCE ACQUISE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)SYNDROME DE L'IMMUNODEFICIENCE ACQUISE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)
SYNDROME DE L'IMMUNODEFICIENCE ACQUISE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)
 
LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)
LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)
LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA (UNIGOM)
 
APPAREIL DE GOLGI ET GRANULES SECRETOIRES/ UNIVERSITE DE GOMA
APPAREIL DE GOLGI ET GRANULES SECRETOIRES/ UNIVERSITE DE GOMAAPPAREIL DE GOLGI ET GRANULES SECRETOIRES/ UNIVERSITE DE GOMA
APPAREIL DE GOLGI ET GRANULES SECRETOIRES/ UNIVERSITE DE GOMA
 
LE CYTOSQUELETTE/ UNIVERSITE DE GOMA
LE CYTOSQUELETTE/ UNIVERSITE DE GOMALE CYTOSQUELETTE/ UNIVERSITE DE GOMA
LE CYTOSQUELETTE/ UNIVERSITE DE GOMA
 

RETICULUM ENDOPLASMIQUE / UNIVERSITE DE GOMA

  • 1. UNIVERSITE DE GOMA UNIGOM B.P. 204 Goma (Rép. Dém. du Congo) B.P 277 Gisenyi (Rwanda) E-Mail : facmed@unigom.org; unigom2007@yahoo.fr FACULTE DE MEDECINE TRAVAIL PRATIQUE DE L’HISTOLOGIE GENERALE Deuxième Graduat En Sciences Biomédicales RETICULUM ENDOPLASMIQUE Année Académique: 2017- 2018
  • 2. CE TRAVAIL A ÉTÉ RÉALISÉ PAR : 1. BAGINAMA DOMBI Betty 2. BAHATI BWIRA Chance 3. BAMWISHO KUBUYA Blaise 4. BIRINDWA DANIEL Jackson 5. FURAHA MUSOKA 6. JANVIER LAMEKE 7. KATUNGU VANGANAHIRE Charly 8. KISHAALUKO MISHONYA Désiré 9. KYUNA SELENGE Gabriel 10. KOKO NTUMULO John 11. MASIKA MUMBESA 12. MUHOZI RUBAKA Prince 13. OMBENI LWABOSHI Isaac 14. RAFIKI BUSHUBWEKA Christian 15. TSHOMBA ALLIANCE Eunice 16. UMOJA KALUMBI 17. MUSA MUCHINYA Moise
  • 3. INTRODUCTION  La cellule est l’unité structurale, fonctionnelle et fondamentale de la matière vivante. Toute cellule a besoin de garder une équilibre constante de son milieu intérieur en facilitant les entrées et les sorties des substances.  La cellule est constitue des organites. A cela notre travail va se pencher sur le réticulum endoplasmique, qui est un organite présent dans les cellules d’eucaryotes en forme de réseau de vésicules et des canaux, qui modifie les protéines, produit des macromolécules, les stocke dans les saccules et transfère des substances vers l’appareil de Golgi.
  • 4. OBJECTIFS DU TRAVAIL  Connaitre la structure du RE  Connaitre le rôle du RE  Décrire les composantes du RE et ses différentes fonctions  Savoir situer le RE dans la cellule par rapport à d’autres organites
  • 5. Réticulum endoplasmique  Le cytoplasme de la plupart des cellules contient un réseau membranaire appelé le réticulum endoplasmique (RE).  Ce réseau (réticulum) s'étend de la surface du noyau à la membrane cellulaire et renferme une série de canaux d'intercommunications et sacs appelés citernes (figure 2-10).  Avec une surface de membrane jusqu'à 30 fois celle de la membrane cellulaire, le RE fournit un site majeur pour les activités cellulaires vitales
  • 7. BIOGENESE DU RETICULUM ENDOPLASMIQUE  Les constituants des membranes du RE sont en renouvellement continu a des vitesses différentes selon les molecules.la demi-vie des grosses protéines est de quatre a cinq jours.  Les petites protéines de 16 a 28 jours, celles des lipides de quelques heures a 2 jours.  La dégradation des protéines membranaires se fait dans le hyaloplasme ou les chaines polypeptidiques débutent dans les membranes qui possèdent des phospholipases.
  • 10. Fonctions du réticulum endoplasmique  1. Synthèse Fournit une place pour les réactions chimiques. a. RE lisse est le site de la synthèse des lipides et du métabolisme des glucides b. RE rugueux : synthétise les protéines pour la sécrétion, l'incorporation dans le plasma, membrane, et comme enzymes dans les lysosomes:
  • 11. 2. Transport: déplace des molécules à travers l'espace ci sternal d'une partie de la cellule à l'autre, séquestrée loin du cytoplasme 3. Stockage: stocke les molécules nouvellement synthétisées 4. Détoxification: le REL détoxifie les drogues et l'alcool.
  • 12. 1. Le réticulum endoplasmique est un réseau anastomosé de canaux communicants ou de citernes formées par une membrane continue, avec certaines régions qui portent des polysomes apparaissant rugueuse et d'autres régions apparaissant lisses.
  • 13. Pendant que Le RER est le site de synthèse de la plupart des protéines liées à la membrane, trois activités diverses sont associées au RE lisse: a) la biosynthèse des lipides, b) la détoxification et c) la séquestration des ions Ca ++. Les types des cellules avec RE lisse bien développés sont généralement spécialisés pour un de ces fonctions.
  • 14. 3. Par TEM, les citernes du RER apparaissent séparées, mais elles forment un canal ou un compartiment continu dans le cytoplasme. Les citernes membraneuses interconnectées du RER sont aplaties, alors que celles de RE lisse sont souvent tubulaires 14 000 fois.
  • 15. 3. Dans une cellule endothéliale très mince cultivée, RE (vert) et mitochondrie (orange) peut être visualisée avec des colorants vitaux fluorescents qui sont séquestrés spécifiquement dans ces organites. Cette méthode de coloration avec des cellules intactes révèle clairement la continuité du RE lacrymale présente dans toutes les régions du cytoplasme. (Figure 2-10c, avec la permission d'invitrogene.) Y compris la biosynthèse des protéines et des lipides.
  • 16.  En outre, le RE ci sternal (L. ci sternal, réservoirs), qui apparaissent comme des espaces séparés dans des sections microscopiques électroniques, comprennent des compartiments cellulaires internes continus qui recueillent des protéines nouvellement synthétisées pour la modification et la livraison dans les voies conduisant à d'autres organites et à la sécrétion. Dans la plupart des cellules plus d’un quart de toutes les protéines sont importées dans la lumière du RE ou intégré dans les membranes du RE.  Dans de nombreux endroits, le côté cytologique de la membrane du RE est couvert par des polyribosomes formant les polypeptides qui entrent dans la citerne adjacente pendant la synthèse. Les polysomes attachés permettent la distinction entre les deux types de RE: rugueux et lisse.
  • 18.  Le réticulum endoplasmique rugueux (RER) est important dans les cellules spécialisées pour la sécrétion de protéines, telles que les cellules pancréatiques acineuses (fabrication d'enzymes digestives), de fibroblastes (collagène) et de plasma cellules (immunoglobulines).  Le RER se compose de saccule ainsi que des piles parallèles de citernes aplaties (Figure 2- 10), chacune limitée par des membranes qui sont continues avec la membrane externe de l'enveloppe nucléaire.
  • 19.  La présence des polyribosomes sur la surface cytosolique du RER confère des propriétés colorantes basophiles sur cet organite lorsqu'on le voit avec le microscope optique. Les principales activités du RER comprennent la synthèse et la ségrégation de protéines non destinées au cytosol. Les fonctions additionnelles comprennent la glycosylation initiale (de base) des glycoprotéines.
  • 22.  L'extrémité amino nouvellement traduite d'une protéine à être incorporé dans des membranes ou séquestré en vésicules contient 15 à 40 acides aminés qui comprennent une séquence spécifique de résidus hydrophobes comprenant la séquence signal ou peptide signal. Cette séquence est liée par une particule de reconnaissance de signal (PRS), qui reconnaît alors et se lie à un récepteur sur le RE. Un autre récepteur de la membrane du RE se lie à la protéine structurelle de la grande sous-unité ribosomiale, plus fermement attachant le ribosome au RE.  Le signal peptide hydrophobique est transloqué à travers un pore protéique (translocon) dans la membrane du RE, et la PRS est libéré pour être réutilisé. Le signal peptide est retiré de la protéine en croissance par une peptidase et la translocation du polypeptide en croissance continue jusqu'à ce qu'il soit complètement séparé dans la citerne du RE. Certaines autres modifications post-traductionnelles de polypeptides, et l'assemblage de protéines multi chaines. Ces activités sont médiées par les enzymes résidentes du RER et par des complexes protéiques agissant comme des chaperons moléculaires guidant le repliement des protéines naissantes, inhibant l'agrégation, et surveillant généralement la qualité des protéines dans le RE.
  • 23.  La synthèse des protéines commence sur les polyribosomes dans le cytosol. Les 5 extrémités des ARNm pour les protéines destinées à être séparées dans le RE codent une séquence de signal N-terminal de15-40 acides aminés qui comprend une série de six ou plus de résidus hydrophobiques. Comme le montre la ( figure 2-11), la nouvelle traduction  Séquence de signal est liée par un complexe protéique appelé la particule de reconnaissance de signal (PRS), qui inhibe autre élongation de polypeptide. Le PRS-ribosome-naissant le complexe peptidique se lie aux récepteurs PRS sur la membrane du RE. La PRS libère alors la séquence de signal, permettant la traduction pour continuer avec la chaîne polypeptidique naissante transférée à un complexe de translocateur (aussi appelé translocon ou canal conducteur protéique) à travers la membrane du RE (Figure 2-11). A l'intérieur de la lumière du RER, la séquence de signal est éliminée par une enzyme, signal peptidase.
  • 24.  Avec le ribosome amarré à la surface du RE, la traduction continue avec le polypeptide en croissance se poussant, pendant que les chaperons et d'autres protéines servent à "tirer" le polypeptide naissant à travers le complexe translocation. À la sortie du ribosome, des modifications post- traductionnelles et pliage correct des polypeptides continuent.  Comme mentionné, les protéines synthétisées dans le RER peuvent avoir plusieurs destinations: le stockage intracellulaire (par exemple, dans les lysosomes et granules spécifiques de leucocytes), le stockage intracellulaire provisoire des protéines avant l'exocets (par exemple, dans le pancréas, certaines cellules endocrines) et en tant que protéines membranaires intégrales. Les diagrammes de la Figure 2-12 montrent quelques types de cellules avec des différences dans les destinations de leurs principaux produits protéiques et comment ces différences déterminent des fonctionnalités histologiques d'une cellule.  Le RER dispose d'un système hautement réglementé pour éviter les disfonctionnements des protéines étant transmises à la voie de la sécrétion ou à d'autres organites. Les nouvelles protéines qui ne peuvent pas être pliées ou assemblées correctement par les chaperons subissent une dégradation associée au RE, dans laquelle des protéines irrécupérables sont transloquees dans le cytosol, conjugué à l'ubiquitine, puis dégradé par les protéasomes.
  • 25. APPLICATION MÉDICALE  Le contrôle de qualité pendant la production de protéines dans le RER et correctement fonctionnant dans la dégradation associée au RE pour disposer des protéines défectueuses est extrêmement important et plusieurs maladies héréditaires résultent des disfonctionnements dans ce système. Par exemple, sous certaines formes des cellules osseuses ostéogéniques imparfaites synthétisent et sécrètent les molécules de pro collagènes défectueuses qui ne peuvent pas s'assembler correctement et produire un tissu osseux très faible.
  • 28. L'ultra structure et l'aspect général histologique d'une cellule sont déterminés par la nature de la plupart des protéines importantes que la cellule fabrique. a.Les cellules qui fabriquent peu ou pas de protéines pour la sécrétion très peu de RER, sans pratiquement tous les polyribosomes libres dans le cytoplasme. b. Les cellules qui synthétisent, séparent et stockent diverses protéines dans une sécrétion spécifique des granules ou vésicules ont toujours le RER, un appareil de Golgi, et une réserve de granules contenant les protéines prêtes à être sécrétées. c. Les cellules avec RER étendu et un appareil de Golgi bien développé montrent quelques granules de sécrétion parce que les protéines subissent une exocytose immédiatement après le traitement de Golgi.
  • 29. De nombreuses cellules, en particulier celles des épithéliums, sont polarisées, signifiant que la distribution du RER et des sécrétions vésiculaires est différente dans diverses régions ou pôles de la cellule. d. Les cellules épithéliales spécialisées pour la sécrétion ont une polarité distincte, avec RER abondant à leurs extrémités basales et sécrétion mature des granules au niveau des pôles apicaux subissant l’exocytose dans un compartiment extracellulaire clot, la lumière d'une glande.
  • 31.  Les régions du RE qui manquent les polyribosomes liés constituent le RE lisse, qui est continu avec le RER mais souvent sans abondance (Figure 2-10). Manquant de polyribosomes, le RE lisse n'est pas basophile et est mieux vu avec le TEM. Les citernes de RE lisse sont souvent plus tubulaires et plus susceptibles d'apparaître comme des canaux interconnectés de formes et tailles que des piles de ciseaux aplatis. Le RE lisse contient des enzymes présentes également dans le RER, mais est spécialisé pour d'autres fonctions distinctes, y compris les glycogènes et lipide de métabolisme, détoxification de réactions, et la séquestration temporaire de Ca2 +. Un rôle majeur des enzymes dans la synthèse des iso phospholipides dans le RE lisse, y compris les divers phospholipides qui sont majeurs constituants des membranes cellulaires. Les phospholipides sont transférés du RE lisse à d'autres membranes dans diverses façons:
  • 32. 1. par une communication directe avec le RER, permettant la diffusion latérale, 2. Par des vésicules qui se détachent, se déplacent le long du cytosquelette, et fusionnent les organites thermo- membraneux, 3. par des protéines de transfert de phospholipides. Dans les cellules que les hormones sécrétéroïdes (par exemple, les cellules du cortex surrénalien), le RE lisse occupe une grande partie du cytoplasme et contient des enzymes nécessaires pour la stéroïdogenèse.
  • 33.  Le RE lisse est également abondante dans beaucoup des cellules du foie, où il contient des enzymes responsables du métabolisme du glycogène, pour le traitement des molécules endogènes comme les composants de la bile, et pour l'oxydation, la conjugaison et les réactions de méthylation  qui neutralisent les molécules exogènes potentiellement toxiques, tels que l'alcool, les barbituriques et d'autres drogues. Important pour des telles réactions de détoxification sont des enzymes du cytochrome. Une autre fonction du RE lisse est de séquestrer, de libérer les ions Ca2 + d'une manière contrôlée, qui fait partie de rapide réponse des cellules à divers stimuli. Cette fonction est très bien développée dans les cellules musculaires, où le RE lisse a un important rôle dans le processus de contraction et suppose une forme spécialisée appelé le réticulum sarcoplasmique (voir le chapitre 10).
  • 34. APPLICATION MÉDICALE  La jaunisse dénote une décoloration jaunâtre de la peau et est causée par l'accumulation dans le liquide extracellulaire de la bilirubine et d'autres composés pigmentés, qui sont normalement métabolisé par les enzymes du RE lisse dans les cellules du foie et excrété sous forme de bile. Une cause fréquente d'ictère chez le nouveau-né, les nourrissons est un état sous-développé de RE lisse dans les cellules hépatiques, avec l'échec de la bilirubine à être converti en une forme qui peut être facilement excrété.
  • 36. BIBLIOGRAPHIE  Janquiera’s Basic Histology Text and Atlas,13th Ed  Cours d’histologie generale  wikipedia.fr
  • 37. CONCLUSION  Le réticulum endoplasmique est une structure qu’on rencontre chez les cellules eucaryotes. De plus, on dit que le réticulum endoplasmique est un réseau étendu et complexe d’assemblage et des tubules aplatis délimitent par une seule membrane unitaire. Il n’existe pas chez les cellules procaryotes (archéobactéries et eubactéries) qui sont dépourvues d’organites.