SlideShare une entreprise Scribd logo
40 • Programme de recherche du CgIAR sur les systèmes des zones arides
Les données climatiques montrent qu’une pluviométrie an-
nuelle pouvant atteindre 1 000 mm dans le village de Kani dans
la région de Koutiala suffit pour pratiquer l’agriculture et l’éle-
vage. Toutefois, dans ce contexte, l’évapotranspiration poten-
tielle est élevée, les pluies irrégulières, l’érosion généralisée et
le stockage de l’eau limité. Les chercheurs et les agriculteurs
sont en train de tester de nouvelles idées.
La plupart des travaux de recherche agronomique qui appuient
le développement ont mis l’accent sur les problèmes de pro-
ductivité au niveau de l’exploitation et, dans une mesure moin-
dre, la gestion des interactions parmi les composantes et les
acteurs au-delà du niveau de l’exploitation. Ces dernières an-
nées, cependant, d’importants efforts ont été déployés par les
gouvernements et les milieux académiques internationaux,
ainsi que les bailleurs de fonds pour évoluer vers des unités
d’analyse et d’intervention plus larges, notamment le terroir et
le bassin versant (German et al., 2005). Bien que les arbres,
les cultures, l’élevage et le sol soient présents tant au niveau
de l’exploitation/champ que du bassin versant, des compo-
santes supplémentaires ne sont pas couvertes, notamment par
les analyses au niveau de l’exploitation et sont cependant pri-
mordiales pour les analyses au niveau du bassin hydrogra-
phique. Parmi ces composantes figurent les processus
hydrologiques (qui comprennent les sources de recharge de
l’eau souterraine, les cours d’eau et les systèmes d’irrigation)
et d’autres ressources de propriété commune (utilisations des
terres, forêts communautaires ou zones de pâturage). Le Mali
n’est pas différent des autres régions semi-arides du monde,
où les ressources en terres et en eau sont de plus en plus
rares. A l’échelle mondiale, ces deux ressources sont très uti-
lisées pour les systèmes agricoles, tant pluviaux qu’irrigués,
mais la demande nécessaire dans les régions semi-arides n’est
pas satisfaite en raison de la variabilité de la pluviométrie, des
événements climatiques extrêmes et de la perte de nutriments
importants due à l’érosion. Les services de l’écosystème, qui
sont les avantages que les populations tirent des écosystèmes,
dépendent également de la quantité et de la qualité de l’eau et
du fonctionnement sûr de la terre (Garg et al., 2012). Ceci né-
cessite une approche intégrée au-delà des efforts au niveau
du champ/exploitation.
Un site d’apprentissage sur le bassin versant géré par la com-
munauté a été créé dans le village du bassin versant de Kani
dans la zone soudanienne du Sud du Mali pour la recherche
et le renforcement des capacités des ONG locales, des agri-
culteurs et des organisations de recherche. La pluviométrie se
situe entre 800 et 1000 mm, le système de production mettant
essentiellement l’accent sur le coton et le sorgho (Birhanu et
al., 2014). La caractérisation biophysique a été effectuée à
l’aide de données collectées à partir du climat et des mesures
d’intervention disponibles, notamment les digues de contour et
les puits peu profonds.
Des informations explicites sur le plan spatial concernant
l’adoption des puits peu profonds et les aménagements en
courbe de niveau (ACN) ont donné une nouvelle dimension
aux changements des pratiques agricoles. De nouvelles séries
de stations de suivi hydrométéorologiques, notamment une sta-
tion météo, des jauges de pluies ordinaires, des équipements
de suivi de l’humidité du sol et de l’eau souterraine, ont été
créés afin d’améliorer l’écart entre les stations de suivi.
un site d’apprentissage géré par la communauté au Mali est utilisé pour les premières étapes
de l’approche intégrée de la gestion des bassins versants appuyée par des agriculteurs volon-
taires et des organisations de recherche désireuses d’optimiser l’utilisation de l’eau par les cul-
tures dans les zones semi-arides qui recèlent en principe une capacité suffisante d’eau, mais
non encore dans la réalité.
LA gESTION DES BASSINS vERSANTS IMpLIquE LA COMMuNAuTé Au-DELà DE
L’ExpLOITATION AgRICOLE
IRF French:Mise en page 1 19/11/2015 08:32 Page40
0
2
4
6
8
10
12
14
janv. févr. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc.
Valeursmoyennesàlongterme(mm)
Mois
Pluviométrie
Évaporation
MAR 845mm
MAE 1752mm
Reprendre possession des terroirs, apporter davantage de la nourriture et de l’espoir
FAITS SAIllAnTS I 2014
41
Des programmes de consultations communautaires ont été
exécutés afin d’identifier les principales contraintes agricoles
et les options d’intervention technologiques éventuelles. Les
principaux objectifs de l’étude étaient les suivants :
• l’identification d’un bassin versant géré par la communauté
pour l’intégration des composantes au niveau du système et
la compréhension des composantes biophysiques ;
• l’identification des contraintes prioritaires par le truchement
d’un programme de consultations des parties prenantes ;
• l’identification d’options technologiques éventuelles pour la
gestion intégrée des bassins hydrographiques.
Les données climatiques (1980-2010) ont été collectées à partir
de la station météo de Koutiala et les variations saisonnières
sont présentées à la Figure 6. La pluviométrie est monomodale
avec une hauteur moyenne des pluies annuelles de 845 mm.
Parmi les autres valeurs climatiques figurent les températures
dont la maximale est 34 °C et la minimale 22 °C, l’ensoleille-
ment (20 MJ/m2), la vitesse du vent (2,3 m/s) et l’humidité re-
lative (31 %).
La hauteur maximale historique de pluies enregistrée était de
97 mm (2 août 1998), tandis que le nombre moyen à long terme
de jours pluviaux au cours d’une année était de 193.
De même, les températures maxima et minima historiques en-
registrées étaient 43 °C et 8 °C, respectivement et les valeurs
de l’humidité relative et de la vitesse du vent étaient 86 % et
5,4 m/s respectivement. Le système saisonnier de l’évapo-
transpiration potentielle (ETP), ainsi que la pluviométrie sont
présentés à la Figure 7. La hauteur des pluies annuelle
moyenne calculée et l’ETP étaient de 845 mm et 1 752 mm,
respectivement. Selon le système de pluviométrie saisonnière,
la saison des pluies commence en mai, atteint son point culmi-
nant en août et prend fin en octobre. L’ETP était plus importante
que la pluviométrie pendant neuf mois de l’année (d’octobre à
juin). Pendant 31 années (1980–2010), une légère augmenta-
tion de la pluviométrie, mais insignifiante sur le plan statistique
a été constatée (Figure7).
0
5
10
15
20
25
30
35
40
45
500
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
janv. févr. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc.
Hauteurdespluies(mm)
Valeur
Mois
Température maximale Température minimale
Ensoleillement Vitesse du vent
Hauteur de pluies (mm) Hauteur des pluies
Figure 6 : Variation saisonnière des données climatiques dans le cercle de Koutiala (données de 1980 à 2010)
Figure 7 : Pluviométrie saisonnière et évaporation, données de 1980-2010, station météo de Koutiala
valeurs moyennes à long terme (mm) Pluviométrie évaporation
IRF French:Mise en page 1 19/11/2015 08:32 Page41
42 • Programme de recherche du CgIAR sur les systèmes des zones arides
Consultations avec les parties prenantes
Un programme de consultations avec les parties prenantes a été mis en œuvre d’avril à juin 2014 au cours duquel quatre
contraintes ont été identifiées qui freinent la productivité de l’agriculture dans la zone d’étude. Par ordre d’importance, il
s’agit de la pénurie d’eau, de l’érosion du sol, des problèmes de santé liés aux usages agricoles inappropriés, ainsi que
du manque de fourrage pour le bétail et de traction animale. Le Tableau 9 ci-dessous présente un résumé des résultats
des consultations avec les parties prenantes dans le village du bassin hydrographique de Kani concernant les défis et
contraintes liés à la productivité agricole.
Erosion et ruissellements
excessifs
Perte de nutriments dans les
exploitations agricoles
Avec le temps, les options
agroforestières sont en
baisse.
Pénurie de fourrage et de
traction animale
Manque de sensibilisation sur
l’utilisation correcte des in-
trants agricoles
Sécheresse, pluies insuffi-
santes et pénurie d’eau de
surface et souterraine
Cordons pierrieux
Aménagements en courbe
de niveau
Compostage
Néant
Les communautés utilisent-
elles les résidus de niébé
pour l’alimentation du bétail
en y intégrant davantage de
légumineuses, par exemple
l’arachide ?
Conseils prodigués par une
antenne cotonnière locale
(CMDT) sur l’application des
engrais
Construction de barrages
afin de stocker l’eau pour les
besoins domestiques et pour
le bétail
Construction de puits peu
profonds
Les digues de pierres ont un peu changé pour devenir une dé-
limitation des parcelles et ont perdu leur utilité comme moyen
de réduire l’érosion et le ruissellement.
Les communautés locales ont jugé la pratique utile et plus indi-
quée pour réduire l’érosion que les digues de pierres. Cepen-
dant,ellenefaittoujourspasl’objetd’unelargeapplication,faute
de sensibilisation sur la méthode de construction et son utilité.
Cettepratiqueestlargementappliquéeafind’améliorerlafertilité
du sol. Mais, son application est menacée par le lessivage des
nutriments pendant la saison des pluies, si aucune mesure de
protection n’est prise pour réduire l’érosion dans les champs.
Le problème de manque de traction animale a été résolu par le
partage de la main-d’œuvre. Cependant, les agriculteurs qui
n’ont pas de bœufs pour la traction animale labourent leurs
terres après ceux qui en ont. Ceci s’est traduit par des semis
tardifs et la réduction de la productivité.
Les conseils concernaient essentiellement la culture de rente
(coton),étantdonnéquel’offred’engraisetd’autresintrantspour
les autres cultures de base était limitée, voire inexistante. En
outre, aucune campagne de sensibilisation n’a été organisée
concernant les préoccupations de santé et l’utilisation inappro-
priée des engrais, pesticides et herbicides.
Le barrage ne contient de l’eau que sur quatre mois, après la
findelasaisondespluies(novembre-février),parlasuite,ils’as-
sèche complètement de mars à juin.
Les niveaux d’eau dans la plupart de ces puits atteignent
une profondeur de 3 à 4 m pendant la saison des pluies et
dépassent 20 m en saison sèche. L’accès en saison sèche
constitue une préoccupation majeure.
Défis/contraintes Mesures prises Efficacité des interventions
depuis l’application
Tableau 9 : Résumé des résultats des consultations avec les parties prenantes dans le village de
Kani sur les défis et contraintes liés à la productivité agricole
IRF French:Mise en page 1 19/11/2015 08:32 Page42
Reprendre possession des terroirs, apporter davantage de la nourriture et de l’espoir
FAITS SAIllAnTS I 2014
43
Options technologiques pour la gestion intégrée des bassins versants
Les consultations avec les parties prenantes révèlent que les
agriculteurs ont une attitude positive en ce qui concerne l’ap-
plication des pratiques de gestion améliorée des terres et de
l’eau dans leurs champs. Les diguettes de contour se sont
avérées mieux indiquées pour réduire l’érosion et accroître la
teneur en humidité du sol et, partant, éviter les périodes de sé-
cheresse. Les résultats de la recherche (Traoré et al. 2004 ;
Gigou et al. 2006) montrent que les ACN constituent une
méthode bien connue de réduction du ruissellement de l’eau
et de lutte contre l’érosion du sol au Sud du Mali. Bien que
les avantages biophysiques et socioéconomiques de la tech-
nologie des ACN dans le village du bassin versant de Kani
n’aient pas encore fait l’objet de test, près de 50 agriculteurs
l’appliquent déjà dans leurs champs depuis 2014. La Figure
8 montre un agriculteur dans un champ de coton avec et sans
diguettes de contour.
30%
36%
18%
12%
3%
0%
5%
10%
15%
20%
25%
30%
35%
40%
[3,5-6,5] [6,5-9,5] [9,5-12,5] [12,5-15,5] [15,5-18,5]
Fréquence
Profondeur de l'eau dans les puits en saison sèche (m)
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
[0-4] [4-8] [8-12] [12-16] [16-20]
Fréquence
Profondeur de l'eau dans les puits en saison des pluies (m)
52%
24%
4%
12%
8%
Figure 9 : Distribution par fréquence des variations de profondeurs du niveau d’eau dans les puits en saison sèche et en saison des pluies.
Des puits peu profonds sont également utilisés dans le
cadre de la gestion de l’eau.Afin d’étudier la capacité de ré-
tention à long terme de l’eau des puits gérés par les com-
munautés, au total 259 puits peu profonds ont été
géoréférencés et étudiés dans le village du bassin versant
de Kani. Les profondeurs minimale et maximale des puits
enregistrées étaient de 3 m et 33 m, respectivement. La plu-
part des puits (71 %) ont une profondeur de 8,5 à 18,5 m,
seul l’un d’entre eux atteint 33 m. Des données qualitatives
et quantitatives ont été obtenues sur la fluctuation du niveau
de profondeur et les analyses qualitatives ont montré que
90 % des puits peu profonds voient leur niveau d’eau bais-
ser en saison sèche. Sur le plan quantitatif, 36 % des puits
peu profonds voient leur niveau d’eau baisser dans une four-
chette de 6,5 à 9,5 m. Ce chiffre est suivi d’une baisse du
niveau d’eau dans une fourchette de 3,5 à 6,5 m (30 %) et
de 9,5 à 12,5 m (18 %). Le niveau d’eau de 3 % des puits
baisse dans une fourchette de 15,5 et 18,5 m.
La même analyse a été faite pendant la saison des pluies.
Cinquante-deux pour cent (52 %) des puits voient leur ni-
veau d’eau monter de zéro jusqu’à 4 m et 72 % sont acces-
sibles à 8 m à partir du niveau du sol.
Figure 8 : Champs de l’agriculteur : champs de coton a) et b) avec et sans aménagements en courbe de niveau ; champs de
sorgho c) et d) avec et sans aménagements en courbe de niveau
A
B
C
D
IRF French:Mise en page 1 19/11/2015 08:32 Page43
44 • Programme de recherche du CgIAR sur les systèmes des zones arides
Conclusions, perspectives et prochaines étapes
Le village du bassin versant de Kani reçoit des précipitations
annuelles d’une hauteur moyenne de 845 mm, ce qui est lar-
gement suffisant pour la production tant pour l’agriculture que
l’élevage. Cependant, le principal problème concerne la va-
riabilité inter- et intra-annuelle des précipitations et le manque
d’innovation appropriée pour le stockage de l’eau de pluie aux
fins d’utilisation en saison sèche. L’évapotranspiration poten-
tielle (ETP) enregistrée dans la zone d’étude (1 752 mm par
an) représente plus du double de la hauteur annuelle
moyenne des pluies, ce qui réduit à néant les efforts de
stockage de l’eau de surface.
L’aridité dans la zone d’étude (faible pluviométrie et ETP im-
portante) et le faible potentiel de stockage des eaux de ruis-
sellement de surface exigent, comme mesure d’intervention
importante, une approche de conservation in situ de l’eau de
pluie. Par exemple, l’on peut remédier à la réduction du niveau
d’eau dans la plupart des puits peu profonds en saison sèche
(dans 87 % des puits, le niveau de l’eau varie entre 3,5 et 18,5
m) et rehausser le niveau grâce à la conservation in situ de
l’eau de pluie. Afin d’assurer ces deux interventions les plus
répandues, les options identifiées étaient la gestion du niveau
de l’eau dans les puits peu profonds et les diguettes de contour
à une échelle allant des champs au bassin versant.
Les preuves disponibles indiquent que les champs entourés
desACN génèrent deux types d’avantages, à savoir l’accrois-
sement de la capacité de recharge des puits en ralentissant
le rythme du ruissellement et la réduction du niveau élevé
d’érosion et de lessivage des nutriments dans les champs.
Afin d’assurer un meilleur impact, la construction de diguettes
de contour dans les champs doit coexister avec d’autres pra-
tiques de gestion de la fertilité du sol. Au nombre de celles-ci
figurent l’application d’engrais, le compostage, l’adoption de
systèmes de cultures appropriés, le maintien du couvert vé-
gétal et la mise en valeur des espèces fourragères.
Les puits peu profonds ont été identifiés comme les princi-
pales sources d’eau pour la consommation domestique,
l’abreuvement du bétail et les pratiques agricoles en saison
sèche dans la zone d’étude. L’on a constaté que bien que la
profondeur fluctue dans 87 % des puits, l’eau demeure ac-
cessible à une profondeur raisonnable en saison sèche.
Un petit effort supplémentaire pour aménager le bassin ver-
sant avec un couvert végétal garantirait une amélioration de
la capacité de recharge des puits. A l’heure actuelle, l’aug-
mentation de la superficie cultivée dans le bassin versant se
fait au détriment de la végétation naturelle, et il existe peu
d’études qui évaluent ce compromis.
Prises ensemble, ces analyses soulignent la nécessité de me-
sures intégrées afin d’améliorer la productivité agricole et la
gestion des ressources naturelles, cette mesure intégrée re-
posant sur différentes composantes dont l’eau, les cultures,
le sol, les arbres, les fleuves, les forêts et les zones dégra-
dées, notamment une unité hydrologique définie. Dans le
cadre des activités dans le bassin versant, l’on doit veiller à
ce que les puits soient rechargés et l’humidité du sol et les
nutriments des exploitations agricoles maintenus, tandis que
l’érosion et le ruissellement seraient réduits au minimum.
Cependant, les efforts d’aménagement du bassin hydrogra-
phique ne sont pas toujours couronnés de succès. Un solide
appui institutionnel s’avère nécessaire à tous les niveaux. Le
gouvernement malien ne dispose pas de preuves de re-
cherche documentées à l’heure actuelle concernant la gestion
du bassin hydrographique, en dépit du vif intérêt à cet égard
de l’institut national de recherche agronomique (IER) qui,
grâce à son rôle important dans la recherche appliquée et
adaptative et à ses liens via le service de vulgarisation auprès
des communautés locales et des agriculteurs, est un acteur
potentiel très important du programme d’aménagement du
bassin versant.
En outre, l’on a tiré des leçons des programmes d’aména-
gement de bassins hydrographiques en Inde et en Afrique
de l’Est. Une documentation complète et une analyse com-
parative de l’efficacité, de l’efficience et de la durabilité des
technologies appropriées s’avèrent essentielles pour mettre
au point un programme durable d’aménagement du bassin
versant.
Les activités prometteuses doivent être reproduites par les
habitants du bassin versant et les leçons apprises sur le site
d’apprentissage pilote extrapolées au profit d’autres zones
confrontées à des problèmes similaires.
Cette recherche a été entreprise dans le cadre des programmes du CgIAR sur l’eau, la terre et les écosys-
tèmes (Wle) et sur les systèmes des zones arides (RdS).
IRF French:Mise en page 1 19/11/2015 08:32 Page44

Contenu connexe

Tendances

AIDES AESN EAUX POTABLES
AIDES AESN EAUX POTABLESAIDES AESN EAUX POTABLES
AIDES AESN EAUX POTABLES
SMBS contact
 
Ji 2015 atelier bocage 3 expose
Ji 2015 atelier bocage 3 exposeJi 2015 atelier bocage 3 expose
Ji 2015 atelier bocage 3 expose
SMBS contact
 
Ji 2015 atelier ex pot atelier 4 elodie expose
Ji 2015 atelier ex pot atelier 4 elodie exposeJi 2015 atelier ex pot atelier 4 elodie expose
Ji 2015 atelier ex pot atelier 4 elodie expose
SMBS contact
 
Copil bilan 2016_doc
Copil bilan 2016_docCopil bilan 2016_doc
Copil bilan 2016_doc
SMBS contact
 
La SNPN et les zones humides - Ramsar
La SNPN et les zones humides - RamsarLa SNPN et les zones humides - Ramsar
La SNPN et les zones humides - Ramsar
SNPN
 
JI 2015 atelier asst 2
JI 2015 atelier asst 2JI 2015 atelier asst 2
JI 2015 atelier asst 2
SMBS contact
 
Aménagements pastoraux au mali - Jean Mbayahaga (PRODEZEM, CTB Mali)
Aménagements pastoraux au mali - Jean Mbayahaga (PRODEZEM, CTB Mali)Aménagements pastoraux au mali - Jean Mbayahaga (PRODEZEM, CTB Mali)
Aménagements pastoraux au mali - Jean Mbayahaga (PRODEZEM, CTB Mali)
BTC CTB
 
Ji 2015 atelier ex pot atelier 1 expose
Ji 2015 atelier ex pot atelier 1 exposeJi 2015 atelier ex pot atelier 1 expose
Ji 2015 atelier ex pot atelier 1 expose
SMBS contact
 
JI 2015 atelier ma 2
JI 2015 atelier ma 2JI 2015 atelier ma 2
JI 2015 atelier ma 2
SMBS contact
 
Le barrage de Diama (Sénégal): Evaluation des avantages sociaux et environnem...
Le barrage de Diama (Sénégal): Evaluation des avantages sociaux et environnem...Le barrage de Diama (Sénégal): Evaluation des avantages sociaux et environnem...
Le barrage de Diama (Sénégal): Evaluation des avantages sociaux et environnem...
Global Water Initiative - West Africa
 
Eau dakar-juin-2013
Eau dakar-juin-2013Eau dakar-juin-2013
Eau dakar-juin-2013
Catherine Pfeifer
 
Abou: Rôle des différentes sources d’information dans l’adaptation des éleveu...
Abou: Rôle des différentes sources d’information dans l’adaptation des éleveu...Abou: Rôle des différentes sources d’information dans l’adaptation des éleveu...
Abou: Rôle des différentes sources d’information dans l’adaptation des éleveu...AfricaAdapt
 
Le fleuve en Île-de-France : la reconquête des berges, un enjeu majeur
Le fleuve en Île-de-France : la reconquête des berges, un enjeu majeurLe fleuve en Île-de-France : la reconquête des berges, un enjeu majeur
Le fleuve en Île-de-France : la reconquête des berges, un enjeu majeur
L'Institut Paris Region
 
Copil bilan 2016_pwp
Copil bilan 2016_pwpCopil bilan 2016_pwp
Copil bilan 2016_pwp
SMBS contact
 
Lettre de la seiche n°1
Lettre de la seiche n°1Lettre de la seiche n°1
Lettre de la seiche n°1
SIBVSEICHE
 
Manuel compensation zones humides
Manuel compensation zones humidesManuel compensation zones humides
Manuel compensation zones humides
SMBS contact
 
Ji 2015 atelier ex pot atelier 2 pj 1
Ji 2015 atelier ex pot atelier 2 pj 1Ji 2015 atelier ex pot atelier 2 pj 1
Ji 2015 atelier ex pot atelier 2 pj 1
SMBS contact
 
Carsolel 2021 sommet
Carsolel 2021 sommet Carsolel 2021 sommet
Carsolel 2021 sommet
Institut de l'Elevage - Idele
 
Ji 2015 atelier bocage 2 pj1
Ji 2015 atelier bocage 2 pj1Ji 2015 atelier bocage 2 pj1
Ji 2015 atelier bocage 2 pj1
SMBS contact
 
Stéphane ROBICHON, économiste de lenvironnement à l'agence de l'eau Adour-Gar...
Stéphane ROBICHON, économiste de lenvironnement à l'agence de l'eau Adour-Gar...Stéphane ROBICHON, économiste de lenvironnement à l'agence de l'eau Adour-Gar...
Stéphane ROBICHON, économiste de lenvironnement à l'agence de l'eau Adour-Gar...
AREC Occitanie
 

Tendances (20)

AIDES AESN EAUX POTABLES
AIDES AESN EAUX POTABLESAIDES AESN EAUX POTABLES
AIDES AESN EAUX POTABLES
 
Ji 2015 atelier bocage 3 expose
Ji 2015 atelier bocage 3 exposeJi 2015 atelier bocage 3 expose
Ji 2015 atelier bocage 3 expose
 
Ji 2015 atelier ex pot atelier 4 elodie expose
Ji 2015 atelier ex pot atelier 4 elodie exposeJi 2015 atelier ex pot atelier 4 elodie expose
Ji 2015 atelier ex pot atelier 4 elodie expose
 
Copil bilan 2016_doc
Copil bilan 2016_docCopil bilan 2016_doc
Copil bilan 2016_doc
 
La SNPN et les zones humides - Ramsar
La SNPN et les zones humides - RamsarLa SNPN et les zones humides - Ramsar
La SNPN et les zones humides - Ramsar
 
JI 2015 atelier asst 2
JI 2015 atelier asst 2JI 2015 atelier asst 2
JI 2015 atelier asst 2
 
Aménagements pastoraux au mali - Jean Mbayahaga (PRODEZEM, CTB Mali)
Aménagements pastoraux au mali - Jean Mbayahaga (PRODEZEM, CTB Mali)Aménagements pastoraux au mali - Jean Mbayahaga (PRODEZEM, CTB Mali)
Aménagements pastoraux au mali - Jean Mbayahaga (PRODEZEM, CTB Mali)
 
Ji 2015 atelier ex pot atelier 1 expose
Ji 2015 atelier ex pot atelier 1 exposeJi 2015 atelier ex pot atelier 1 expose
Ji 2015 atelier ex pot atelier 1 expose
 
JI 2015 atelier ma 2
JI 2015 atelier ma 2JI 2015 atelier ma 2
JI 2015 atelier ma 2
 
Le barrage de Diama (Sénégal): Evaluation des avantages sociaux et environnem...
Le barrage de Diama (Sénégal): Evaluation des avantages sociaux et environnem...Le barrage de Diama (Sénégal): Evaluation des avantages sociaux et environnem...
Le barrage de Diama (Sénégal): Evaluation des avantages sociaux et environnem...
 
Eau dakar-juin-2013
Eau dakar-juin-2013Eau dakar-juin-2013
Eau dakar-juin-2013
 
Abou: Rôle des différentes sources d’information dans l’adaptation des éleveu...
Abou: Rôle des différentes sources d’information dans l’adaptation des éleveu...Abou: Rôle des différentes sources d’information dans l’adaptation des éleveu...
Abou: Rôle des différentes sources d’information dans l’adaptation des éleveu...
 
Le fleuve en Île-de-France : la reconquête des berges, un enjeu majeur
Le fleuve en Île-de-France : la reconquête des berges, un enjeu majeurLe fleuve en Île-de-France : la reconquête des berges, un enjeu majeur
Le fleuve en Île-de-France : la reconquête des berges, un enjeu majeur
 
Copil bilan 2016_pwp
Copil bilan 2016_pwpCopil bilan 2016_pwp
Copil bilan 2016_pwp
 
Lettre de la seiche n°1
Lettre de la seiche n°1Lettre de la seiche n°1
Lettre de la seiche n°1
 
Manuel compensation zones humides
Manuel compensation zones humidesManuel compensation zones humides
Manuel compensation zones humides
 
Ji 2015 atelier ex pot atelier 2 pj 1
Ji 2015 atelier ex pot atelier 2 pj 1Ji 2015 atelier ex pot atelier 2 pj 1
Ji 2015 atelier ex pot atelier 2 pj 1
 
Carsolel 2021 sommet
Carsolel 2021 sommet Carsolel 2021 sommet
Carsolel 2021 sommet
 
Ji 2015 atelier bocage 2 pj1
Ji 2015 atelier bocage 2 pj1Ji 2015 atelier bocage 2 pj1
Ji 2015 atelier bocage 2 pj1
 
Stéphane ROBICHON, économiste de lenvironnement à l'agence de l'eau Adour-Gar...
Stéphane ROBICHON, économiste de lenvironnement à l'agence de l'eau Adour-Gar...Stéphane ROBICHON, économiste de lenvironnement à l'agence de l'eau Adour-Gar...
Stéphane ROBICHON, économiste de lenvironnement à l'agence de l'eau Adour-Gar...
 

En vedette

Interest Rate
Interest RateInterest Rate
Interest Rate
Edward Hanrahan
 
2015 Scale up survey slides for svc2 uk
2015 Scale up survey slides for svc2 uk2015 Scale up survey slides for svc2 uk
2015 Scale up survey slides for svc2 uk
Sherry Coutu CBE
 
Q6- powerpoint for media
Q6- powerpoint for mediaQ6- powerpoint for media
Q6- powerpoint for media
cogureje
 
Gabaritos
GabaritosGabaritos
Gabaritos
Renato Oliveira
 
Bagaimana cara merubah pengunjung menjadi pembeli
Bagaimana cara merubah pengunjung menjadi pembeliBagaimana cara merubah pengunjung menjadi pembeli
Bagaimana cara merubah pengunjung menjadi pembeli
Kireina Lamia Parsha Daughtervy
 
Pr3 ex2 oral_latino_navarrocarolina
Pr3 ex2 oral_latino_navarrocarolinaPr3 ex2 oral_latino_navarrocarolina
Pr3 ex2 oral_latino_navarrocarolinaCarolina Latino
 
Brhmani events
Brhmani eventsBrhmani events
Brhmani events
Gaurav Patel
 
A. SME 1 MALAYSIA BIRO (1)
A. SME 1 MALAYSIA BIRO (1)A. SME 1 MALAYSIA BIRO (1)
A. SME 1 MALAYSIA BIRO (1)
Alfrell Chan
 
2. guia organelos celulares
2. guia organelos celulares2. guia organelos celulares
2. guia organelos celulares
Alejandra Jiménez Rodríguez
 
Arthur Santos E Hudson
Arthur Santos E HudsonArthur Santos E Hudson
Arthur Santos E Hudson
francibondan
 
Ciencias naturales
Ciencias naturalesCiencias naturales
Ciencias naturales
Aquino01
 
International Sport(s) Marketing
International Sport(s) MarketingInternational Sport(s) Marketing
International Sport(s) Marketing
Bert Van der Auwera
 
たねとりのたのしみ(2)はじめるならどれ?科別種採り難易度
たねとりのたのしみ(2)はじめるならどれ?科別種採り難易度たねとりのたのしみ(2)はじめるならどれ?科別種採り難易度
たねとりのたのしみ(2)はじめるならどれ?科別種採り難易度
chisato maeda
 
Formación de usuarios
Formación de usuariosFormación de usuarios
Formación de usuarios
Jois Natalia Mojica Carrero
 

En vedette (15)

Interest Rate
Interest RateInterest Rate
Interest Rate
 
2015 Scale up survey slides for svc2 uk
2015 Scale up survey slides for svc2 uk2015 Scale up survey slides for svc2 uk
2015 Scale up survey slides for svc2 uk
 
Q6- powerpoint for media
Q6- powerpoint for mediaQ6- powerpoint for media
Q6- powerpoint for media
 
ModificacaoObjectiva
ModificacaoObjectivaModificacaoObjectiva
ModificacaoObjectiva
 
Gabaritos
GabaritosGabaritos
Gabaritos
 
Bagaimana cara merubah pengunjung menjadi pembeli
Bagaimana cara merubah pengunjung menjadi pembeliBagaimana cara merubah pengunjung menjadi pembeli
Bagaimana cara merubah pengunjung menjadi pembeli
 
Pr3 ex2 oral_latino_navarrocarolina
Pr3 ex2 oral_latino_navarrocarolinaPr3 ex2 oral_latino_navarrocarolina
Pr3 ex2 oral_latino_navarrocarolina
 
Brhmani events
Brhmani eventsBrhmani events
Brhmani events
 
A. SME 1 MALAYSIA BIRO (1)
A. SME 1 MALAYSIA BIRO (1)A. SME 1 MALAYSIA BIRO (1)
A. SME 1 MALAYSIA BIRO (1)
 
2. guia organelos celulares
2. guia organelos celulares2. guia organelos celulares
2. guia organelos celulares
 
Arthur Santos E Hudson
Arthur Santos E HudsonArthur Santos E Hudson
Arthur Santos E Hudson
 
Ciencias naturales
Ciencias naturalesCiencias naturales
Ciencias naturales
 
International Sport(s) Marketing
International Sport(s) MarketingInternational Sport(s) Marketing
International Sport(s) Marketing
 
たねとりのたのしみ(2)はじめるならどれ?科別種採り難易度
たねとりのたのしみ(2)はじめるならどれ?科別種採り難易度たねとりのたのしみ(2)はじめるならどれ?科別種採り難易度
たねとりのたのしみ(2)はじめるならどれ?科別種採り難易度
 
Formación de usuarios
Formación de usuariosFormación de usuarios
Formación de usuarios
 

Similaire à Watershed Management involves the community beyond farm level (French)

Synthese Bibliographique Sur Les Technologies De Maitrise De L’eau Pour Les C...
Synthese Bibliographique Sur Les Technologies De Maitrise De L’eau Pour Les C...Synthese Bibliographique Sur Les Technologies De Maitrise De L’eau Pour Les C...
Synthese Bibliographique Sur Les Technologies De Maitrise De L’eau Pour Les C...
Christel Kénou
 
Système hydraulique de la Tunisie à l'horizon 2030
Système hydraulique de la Tunisie à l'horizon 2030Système hydraulique de la Tunisie à l'horizon 2030
Système hydraulique de la Tunisie à l'horizon 2030
طارق الكحلاوي
 
Gestion intégré de l'eau et de l'environnement
Gestion intégré de l'eau  et de l'environnementGestion intégré de l'eau  et de l'environnement
Gestion intégré de l'eau et de l'environnement
cbenhsinat
 
Gestion de la sécheresse vision de la profession finale.pptx
Gestion de la sécheresse vision de la profession finale.pptxGestion de la sécheresse vision de la profession finale.pptx
Gestion de la sécheresse vision de la profession finale.pptx
sghairi mnaouer
 
Un million d’hectare supplémentaire 2015/2019
Un million d’hectare supplémentaire 2015/2019Un million d’hectare supplémentaire 2015/2019
Un million d’hectare supplémentaire 2015/2019
NENAwaterscarcity
 
Ji selune 2017_enjeux_et_strategie_adaptation_bsn
Ji selune 2017_enjeux_et_strategie_adaptation_bsnJi selune 2017_enjeux_et_strategie_adaptation_bsn
Ji selune 2017_enjeux_et_strategie_adaptation_bsn
SMBS contact
 
Senegal | Aug-16 | AGRICULTURE-EAU-ENERGIE: OBSTACLES, SOLUTIONS SYNERGIE ET ...
Senegal | Aug-16 | AGRICULTURE-EAU-ENERGIE: OBSTACLES, SOLUTIONS SYNERGIE ET ...Senegal | Aug-16 | AGRICULTURE-EAU-ENERGIE: OBSTACLES, SOLUTIONS SYNERGIE ET ...
Senegal | Aug-16 | AGRICULTURE-EAU-ENERGIE: OBSTACLES, SOLUTIONS SYNERGIE ET ...
Smart Villages
 
Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...
Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...
Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...
laurentlamothe
 
perspective-de-l'agriculture-à-léchelle-planétaire
perspective-de-l'agriculture-à-léchelle-planétaireperspective-de-l'agriculture-à-léchelle-planétaire
perspective-de-l'agriculture-à-léchelle-planétaire
RamanandraibeIorenan
 
Amélioration de la gestion des ressouces en eau par la gestion par bassin ver...
Amélioration de la gestion des ressouces en eau par la gestion par bassin ver...Amélioration de la gestion des ressouces en eau par la gestion par bassin ver...
Amélioration de la gestion des ressouces en eau par la gestion par bassin ver...
Caridad Camacho
 
Regional work pna-s massa
Regional work pna-s massaRegional work pna-s massa
Regional work pna-s massa
UNDP Climate
 
La réutilisation des eaux usées traitées
La réutilisation des eaux usées traitéesLa réutilisation des eaux usées traitées
La réutilisation des eaux usées traitées
Voarino
 
Restauration du mondoro douentza- mali
Restauration du mondoro  douentza- maliRestauration du mondoro  douentza- mali
Restauration du mondoro douentza- maliMaikeita
 
Briefing de Bruxelles n. 56 : Olufunke Cofie " Cas de bonnes pratiques d’util...
Briefing de Bruxelles n. 56 : Olufunke Cofie " Cas de bonnes pratiques d’util...Briefing de Bruxelles n. 56 : Olufunke Cofie " Cas de bonnes pratiques d’util...
Briefing de Bruxelles n. 56 : Olufunke Cofie " Cas de bonnes pratiques d’util...
Brussels Briefings (brusselsbriefings.net)
 
Capitalisation irrigation au Burkina Faso coop Suisse
Capitalisation irrigation au  Burkina Faso coop SuisseCapitalisation irrigation au  Burkina Faso coop Suisse
Capitalisation irrigation au Burkina Faso coop Suisse
PatrickTanz
 
Développement d'une station locale de gestion de l'irrigation au Burkina Faso...
Développement d'une station locale de gestion de l'irrigation au Burkina Faso...Développement d'une station locale de gestion de l'irrigation au Burkina Faso...
Développement d'une station locale de gestion de l'irrigation au Burkina Faso...
regiosuisse
 
Briefing de Bruxelles n. 56 : Dawit Guta " Atténuation des compromis et promo...
Briefing de Bruxelles n. 56 : Dawit Guta " Atténuation des compromis et promo...Briefing de Bruxelles n. 56 : Dawit Guta " Atténuation des compromis et promo...
Briefing de Bruxelles n. 56 : Dawit Guta " Atténuation des compromis et promo...
Brussels Briefings (brusselsbriefings.net)
 
117,proteger gerer-ressource-en-ea
117,proteger gerer-ressource-en-ea117,proteger gerer-ressource-en-ea
117,proteger gerer-ressource-en-eaSaoussen Obey
 
Questions émergentes liées au changement climatique au regard de la deuxièm...
Questions émergentes liées au  changement climatique au regard de  la deuxièm...Questions émergentes liées au  changement climatique au regard de  la deuxièm...
Questions émergentes liées au changement climatique au regard de la deuxièm...
CIFOR-ICRAF
 

Similaire à Watershed Management involves the community beyond farm level (French) (20)

Synthese Bibliographique Sur Les Technologies De Maitrise De L’eau Pour Les C...
Synthese Bibliographique Sur Les Technologies De Maitrise De L’eau Pour Les C...Synthese Bibliographique Sur Les Technologies De Maitrise De L’eau Pour Les C...
Synthese Bibliographique Sur Les Technologies De Maitrise De L’eau Pour Les C...
 
Système hydraulique de la Tunisie à l'horizon 2030
Système hydraulique de la Tunisie à l'horizon 2030Système hydraulique de la Tunisie à l'horizon 2030
Système hydraulique de la Tunisie à l'horizon 2030
 
Gestion intégré de l'eau et de l'environnement
Gestion intégré de l'eau  et de l'environnementGestion intégré de l'eau  et de l'environnement
Gestion intégré de l'eau et de l'environnement
 
Gestion de la sécheresse vision de la profession finale.pptx
Gestion de la sécheresse vision de la profession finale.pptxGestion de la sécheresse vision de la profession finale.pptx
Gestion de la sécheresse vision de la profession finale.pptx
 
Un million d’hectare supplémentaire 2015/2019
Un million d’hectare supplémentaire 2015/2019Un million d’hectare supplémentaire 2015/2019
Un million d’hectare supplémentaire 2015/2019
 
Ji selune 2017_enjeux_et_strategie_adaptation_bsn
Ji selune 2017_enjeux_et_strategie_adaptation_bsnJi selune 2017_enjeux_et_strategie_adaptation_bsn
Ji selune 2017_enjeux_et_strategie_adaptation_bsn
 
Senegal | Aug-16 | AGRICULTURE-EAU-ENERGIE: OBSTACLES, SOLUTIONS SYNERGIE ET ...
Senegal | Aug-16 | AGRICULTURE-EAU-ENERGIE: OBSTACLES, SOLUTIONS SYNERGIE ET ...Senegal | Aug-16 | AGRICULTURE-EAU-ENERGIE: OBSTACLES, SOLUTIONS SYNERGIE ET ...
Senegal | Aug-16 | AGRICULTURE-EAU-ENERGIE: OBSTACLES, SOLUTIONS SYNERGIE ET ...
 
Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...
Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...
Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...
 
perspective-de-l'agriculture-à-léchelle-planétaire
perspective-de-l'agriculture-à-léchelle-planétaireperspective-de-l'agriculture-à-léchelle-planétaire
perspective-de-l'agriculture-à-léchelle-planétaire
 
Amélioration de la gestion des ressouces en eau par la gestion par bassin ver...
Amélioration de la gestion des ressouces en eau par la gestion par bassin ver...Amélioration de la gestion des ressouces en eau par la gestion par bassin ver...
Amélioration de la gestion des ressouces en eau par la gestion par bassin ver...
 
Regional work pna-s massa
Regional work pna-s massaRegional work pna-s massa
Regional work pna-s massa
 
La réutilisation des eaux usées traitées
La réutilisation des eaux usées traitéesLa réutilisation des eaux usées traitées
La réutilisation des eaux usées traitées
 
Restauration du mondoro douentza- mali
Restauration du mondoro  douentza- maliRestauration du mondoro  douentza- mali
Restauration du mondoro douentza- mali
 
Briefing de Bruxelles n. 56 : Olufunke Cofie " Cas de bonnes pratiques d’util...
Briefing de Bruxelles n. 56 : Olufunke Cofie " Cas de bonnes pratiques d’util...Briefing de Bruxelles n. 56 : Olufunke Cofie " Cas de bonnes pratiques d’util...
Briefing de Bruxelles n. 56 : Olufunke Cofie " Cas de bonnes pratiques d’util...
 
Capitalisation irrigation au Burkina Faso coop Suisse
Capitalisation irrigation au  Burkina Faso coop SuisseCapitalisation irrigation au  Burkina Faso coop Suisse
Capitalisation irrigation au Burkina Faso coop Suisse
 
Développement d'une station locale de gestion de l'irrigation au Burkina Faso...
Développement d'une station locale de gestion de l'irrigation au Burkina Faso...Développement d'une station locale de gestion de l'irrigation au Burkina Faso...
Développement d'une station locale de gestion de l'irrigation au Burkina Faso...
 
Briefing de Bruxelles n. 56 : Dawit Guta " Atténuation des compromis et promo...
Briefing de Bruxelles n. 56 : Dawit Guta " Atténuation des compromis et promo...Briefing de Bruxelles n. 56 : Dawit Guta " Atténuation des compromis et promo...
Briefing de Bruxelles n. 56 : Dawit Guta " Atténuation des compromis et promo...
 
117,proteger gerer-ressource-en-ea
117,proteger gerer-ressource-en-ea117,proteger gerer-ressource-en-ea
117,proteger gerer-ressource-en-ea
 
Ahmed Gaaloul Ppt
Ahmed Gaaloul PptAhmed Gaaloul Ppt
Ahmed Gaaloul Ppt
 
Questions émergentes liées au changement climatique au regard de la deuxièm...
Questions émergentes liées au  changement climatique au regard de  la deuxièm...Questions émergentes liées au  changement climatique au regard de  la deuxièm...
Questions émergentes liées au changement climatique au regard de la deuxièm...
 

Plus de ICRISAT

ICRISAT’s soil laboratory registers with FAO’s International Network on Ferti...
ICRISAT’s soil laboratory registers with FAO’s International Network on Ferti...ICRISAT’s soil laboratory registers with FAO’s International Network on Ferti...
ICRISAT’s soil laboratory registers with FAO’s International Network on Ferti...
ICRISAT
 
Uzbek delegation explores climate-resilient crop options for arid, degraded e...
Uzbek delegation explores climate-resilient crop options for arid, degraded e...Uzbek delegation explores climate-resilient crop options for arid, degraded e...
Uzbek delegation explores climate-resilient crop options for arid, degraded e...
ICRISAT
 
Indian Ambassador to Niger explores opportunities for South-South cooperation
Indian Ambassador to Niger explores opportunities for South-South cooperationIndian Ambassador to Niger explores opportunities for South-South cooperation
Indian Ambassador to Niger explores opportunities for South-South cooperation
ICRISAT
 
WFP, ICRISAT to partner on climate-resilience, food security, nutrition and l...
WFP, ICRISAT to partner on climate-resilience, food security, nutrition and l...WFP, ICRISAT to partner on climate-resilience, food security, nutrition and l...
WFP, ICRISAT to partner on climate-resilience, food security, nutrition and l...
ICRISAT
 
Visit by Sri Lankan Deputy High Commissioner to ICRISAT opens opportunities f...
Visit by Sri Lankan Deputy High Commissioner to ICRISAT opens opportunities f...Visit by Sri Lankan Deputy High Commissioner to ICRISAT opens opportunities f...
Visit by Sri Lankan Deputy High Commissioner to ICRISAT opens opportunities f...
ICRISAT
 
UK Ambassador to Niger discusses climate change adaptation and humanitarian i...
UK Ambassador to Niger discusses climate change adaptation and humanitarian i...UK Ambassador to Niger discusses climate change adaptation and humanitarian i...
UK Ambassador to Niger discusses climate change adaptation and humanitarian i...
ICRISAT
 
New climate-resilient, disease-resistant chickpea varieties coming farmers’ way
New climate-resilient, disease-resistant chickpea varieties coming farmers’ wayNew climate-resilient, disease-resistant chickpea varieties coming farmers’ way
New climate-resilient, disease-resistant chickpea varieties coming farmers’ way
ICRISAT
 
Deputy Collector gets training on agriculture research at ICRISAT Hyderabad
Deputy Collector gets training on agriculture research at ICRISAT HyderabadDeputy Collector gets training on agriculture research at ICRISAT Hyderabad
Deputy Collector gets training on agriculture research at ICRISAT Hyderabad
ICRISAT
 
Cereal-legume value chain stakeholders in WCA meet to develop demand-driven a...
Cereal-legume value chain stakeholders in WCA meet to develop demand-driven a...Cereal-legume value chain stakeholders in WCA meet to develop demand-driven a...
Cereal-legume value chain stakeholders in WCA meet to develop demand-driven a...
ICRISAT
 
ICRISAT to share expertise on sorghum production with farmers in Somalia
ICRISAT to share expertise on sorghum production with farmers in SomaliaICRISAT to share expertise on sorghum production with farmers in Somalia
ICRISAT to share expertise on sorghum production with farmers in Somalia
ICRISAT
 
4CAST: New digital tool to enhance farmers’ access to modern varieties
4CAST: New digital tool to enhance farmers’ access to modern varieties4CAST: New digital tool to enhance farmers’ access to modern varieties
4CAST: New digital tool to enhance farmers’ access to modern varieties
ICRISAT
 
New ‘one-stop shop’ team formed to take ICRISAT’S plant breeding program in W...
New ‘one-stop shop’ team formed to take ICRISAT’S plant breeding program in W...New ‘one-stop shop’ team formed to take ICRISAT’S plant breeding program in W...
New ‘one-stop shop’ team formed to take ICRISAT’S plant breeding program in W...
ICRISAT
 
ICRISAT awarded 2021 Africa Food Prize
ICRISAT awarded 2021 Africa Food PrizeICRISAT awarded 2021 Africa Food Prize
ICRISAT awarded 2021 Africa Food Prize
ICRISAT
 
Rooting for strong partnerships and participatory extension in Nigeria for ro...
Rooting for strong partnerships and participatory extension in Nigeria for ro...Rooting for strong partnerships and participatory extension in Nigeria for ro...
Rooting for strong partnerships and participatory extension in Nigeria for ro...
ICRISAT
 
Understanding consumption preferences for sorghum and millets globally
Understanding consumption preferences for sorghum and millets globallyUnderstanding consumption preferences for sorghum and millets globally
Understanding consumption preferences for sorghum and millets globally
ICRISAT
 
ICRISAT introduces an invigorated research structure (The research structure ...
ICRISAT introduces an invigorated research structure (The research structure ...ICRISAT introduces an invigorated research structure (The research structure ...
ICRISAT introduces an invigorated research structure (The research structure ...
ICRISAT
 
Training on science communication to engage funders and stakeholders
Training on science communication to engage funders and stakeholdersTraining on science communication to engage funders and stakeholders
Training on science communication to engage funders and stakeholders
ICRISAT
 
Virtual training in the use of remote sensing for the agriculture sector in P...
Virtual training in the use of remote sensing for the agriculture sector in P...Virtual training in the use of remote sensing for the agriculture sector in P...
Virtual training in the use of remote sensing for the agriculture sector in P...
ICRISAT
 
Icrisat strategic plan 2021 2025
Icrisat strategic  plan 2021  2025Icrisat strategic  plan 2021  2025
Icrisat strategic plan 2021 2025
ICRISAT
 
ICRISAT and HarvestPlus to collaborate on mainstreaming nutrition research an...
ICRISAT and HarvestPlus to collaborate on mainstreaming nutrition research an...ICRISAT and HarvestPlus to collaborate on mainstreaming nutrition research an...
ICRISAT and HarvestPlus to collaborate on mainstreaming nutrition research an...
ICRISAT
 

Plus de ICRISAT (20)

ICRISAT’s soil laboratory registers with FAO’s International Network on Ferti...
ICRISAT’s soil laboratory registers with FAO’s International Network on Ferti...ICRISAT’s soil laboratory registers with FAO’s International Network on Ferti...
ICRISAT’s soil laboratory registers with FAO’s International Network on Ferti...
 
Uzbek delegation explores climate-resilient crop options for arid, degraded e...
Uzbek delegation explores climate-resilient crop options for arid, degraded e...Uzbek delegation explores climate-resilient crop options for arid, degraded e...
Uzbek delegation explores climate-resilient crop options for arid, degraded e...
 
Indian Ambassador to Niger explores opportunities for South-South cooperation
Indian Ambassador to Niger explores opportunities for South-South cooperationIndian Ambassador to Niger explores opportunities for South-South cooperation
Indian Ambassador to Niger explores opportunities for South-South cooperation
 
WFP, ICRISAT to partner on climate-resilience, food security, nutrition and l...
WFP, ICRISAT to partner on climate-resilience, food security, nutrition and l...WFP, ICRISAT to partner on climate-resilience, food security, nutrition and l...
WFP, ICRISAT to partner on climate-resilience, food security, nutrition and l...
 
Visit by Sri Lankan Deputy High Commissioner to ICRISAT opens opportunities f...
Visit by Sri Lankan Deputy High Commissioner to ICRISAT opens opportunities f...Visit by Sri Lankan Deputy High Commissioner to ICRISAT opens opportunities f...
Visit by Sri Lankan Deputy High Commissioner to ICRISAT opens opportunities f...
 
UK Ambassador to Niger discusses climate change adaptation and humanitarian i...
UK Ambassador to Niger discusses climate change adaptation and humanitarian i...UK Ambassador to Niger discusses climate change adaptation and humanitarian i...
UK Ambassador to Niger discusses climate change adaptation and humanitarian i...
 
New climate-resilient, disease-resistant chickpea varieties coming farmers’ way
New climate-resilient, disease-resistant chickpea varieties coming farmers’ wayNew climate-resilient, disease-resistant chickpea varieties coming farmers’ way
New climate-resilient, disease-resistant chickpea varieties coming farmers’ way
 
Deputy Collector gets training on agriculture research at ICRISAT Hyderabad
Deputy Collector gets training on agriculture research at ICRISAT HyderabadDeputy Collector gets training on agriculture research at ICRISAT Hyderabad
Deputy Collector gets training on agriculture research at ICRISAT Hyderabad
 
Cereal-legume value chain stakeholders in WCA meet to develop demand-driven a...
Cereal-legume value chain stakeholders in WCA meet to develop demand-driven a...Cereal-legume value chain stakeholders in WCA meet to develop demand-driven a...
Cereal-legume value chain stakeholders in WCA meet to develop demand-driven a...
 
ICRISAT to share expertise on sorghum production with farmers in Somalia
ICRISAT to share expertise on sorghum production with farmers in SomaliaICRISAT to share expertise on sorghum production with farmers in Somalia
ICRISAT to share expertise on sorghum production with farmers in Somalia
 
4CAST: New digital tool to enhance farmers’ access to modern varieties
4CAST: New digital tool to enhance farmers’ access to modern varieties4CAST: New digital tool to enhance farmers’ access to modern varieties
4CAST: New digital tool to enhance farmers’ access to modern varieties
 
New ‘one-stop shop’ team formed to take ICRISAT’S plant breeding program in W...
New ‘one-stop shop’ team formed to take ICRISAT’S plant breeding program in W...New ‘one-stop shop’ team formed to take ICRISAT’S plant breeding program in W...
New ‘one-stop shop’ team formed to take ICRISAT’S plant breeding program in W...
 
ICRISAT awarded 2021 Africa Food Prize
ICRISAT awarded 2021 Africa Food PrizeICRISAT awarded 2021 Africa Food Prize
ICRISAT awarded 2021 Africa Food Prize
 
Rooting for strong partnerships and participatory extension in Nigeria for ro...
Rooting for strong partnerships and participatory extension in Nigeria for ro...Rooting for strong partnerships and participatory extension in Nigeria for ro...
Rooting for strong partnerships and participatory extension in Nigeria for ro...
 
Understanding consumption preferences for sorghum and millets globally
Understanding consumption preferences for sorghum and millets globallyUnderstanding consumption preferences for sorghum and millets globally
Understanding consumption preferences for sorghum and millets globally
 
ICRISAT introduces an invigorated research structure (The research structure ...
ICRISAT introduces an invigorated research structure (The research structure ...ICRISAT introduces an invigorated research structure (The research structure ...
ICRISAT introduces an invigorated research structure (The research structure ...
 
Training on science communication to engage funders and stakeholders
Training on science communication to engage funders and stakeholdersTraining on science communication to engage funders and stakeholders
Training on science communication to engage funders and stakeholders
 
Virtual training in the use of remote sensing for the agriculture sector in P...
Virtual training in the use of remote sensing for the agriculture sector in P...Virtual training in the use of remote sensing for the agriculture sector in P...
Virtual training in the use of remote sensing for the agriculture sector in P...
 
Icrisat strategic plan 2021 2025
Icrisat strategic  plan 2021  2025Icrisat strategic  plan 2021  2025
Icrisat strategic plan 2021 2025
 
ICRISAT and HarvestPlus to collaborate on mainstreaming nutrition research an...
ICRISAT and HarvestPlus to collaborate on mainstreaming nutrition research an...ICRISAT and HarvestPlus to collaborate on mainstreaming nutrition research an...
ICRISAT and HarvestPlus to collaborate on mainstreaming nutrition research an...
 

Watershed Management involves the community beyond farm level (French)

  • 1. 40 • Programme de recherche du CgIAR sur les systèmes des zones arides Les données climatiques montrent qu’une pluviométrie an- nuelle pouvant atteindre 1 000 mm dans le village de Kani dans la région de Koutiala suffit pour pratiquer l’agriculture et l’éle- vage. Toutefois, dans ce contexte, l’évapotranspiration poten- tielle est élevée, les pluies irrégulières, l’érosion généralisée et le stockage de l’eau limité. Les chercheurs et les agriculteurs sont en train de tester de nouvelles idées. La plupart des travaux de recherche agronomique qui appuient le développement ont mis l’accent sur les problèmes de pro- ductivité au niveau de l’exploitation et, dans une mesure moin- dre, la gestion des interactions parmi les composantes et les acteurs au-delà du niveau de l’exploitation. Ces dernières an- nées, cependant, d’importants efforts ont été déployés par les gouvernements et les milieux académiques internationaux, ainsi que les bailleurs de fonds pour évoluer vers des unités d’analyse et d’intervention plus larges, notamment le terroir et le bassin versant (German et al., 2005). Bien que les arbres, les cultures, l’élevage et le sol soient présents tant au niveau de l’exploitation/champ que du bassin versant, des compo- santes supplémentaires ne sont pas couvertes, notamment par les analyses au niveau de l’exploitation et sont cependant pri- mordiales pour les analyses au niveau du bassin hydrogra- phique. Parmi ces composantes figurent les processus hydrologiques (qui comprennent les sources de recharge de l’eau souterraine, les cours d’eau et les systèmes d’irrigation) et d’autres ressources de propriété commune (utilisations des terres, forêts communautaires ou zones de pâturage). Le Mali n’est pas différent des autres régions semi-arides du monde, où les ressources en terres et en eau sont de plus en plus rares. A l’échelle mondiale, ces deux ressources sont très uti- lisées pour les systèmes agricoles, tant pluviaux qu’irrigués, mais la demande nécessaire dans les régions semi-arides n’est pas satisfaite en raison de la variabilité de la pluviométrie, des événements climatiques extrêmes et de la perte de nutriments importants due à l’érosion. Les services de l’écosystème, qui sont les avantages que les populations tirent des écosystèmes, dépendent également de la quantité et de la qualité de l’eau et du fonctionnement sûr de la terre (Garg et al., 2012). Ceci né- cessite une approche intégrée au-delà des efforts au niveau du champ/exploitation. Un site d’apprentissage sur le bassin versant géré par la com- munauté a été créé dans le village du bassin versant de Kani dans la zone soudanienne du Sud du Mali pour la recherche et le renforcement des capacités des ONG locales, des agri- culteurs et des organisations de recherche. La pluviométrie se situe entre 800 et 1000 mm, le système de production mettant essentiellement l’accent sur le coton et le sorgho (Birhanu et al., 2014). La caractérisation biophysique a été effectuée à l’aide de données collectées à partir du climat et des mesures d’intervention disponibles, notamment les digues de contour et les puits peu profonds. Des informations explicites sur le plan spatial concernant l’adoption des puits peu profonds et les aménagements en courbe de niveau (ACN) ont donné une nouvelle dimension aux changements des pratiques agricoles. De nouvelles séries de stations de suivi hydrométéorologiques, notamment une sta- tion météo, des jauges de pluies ordinaires, des équipements de suivi de l’humidité du sol et de l’eau souterraine, ont été créés afin d’améliorer l’écart entre les stations de suivi. un site d’apprentissage géré par la communauté au Mali est utilisé pour les premières étapes de l’approche intégrée de la gestion des bassins versants appuyée par des agriculteurs volon- taires et des organisations de recherche désireuses d’optimiser l’utilisation de l’eau par les cul- tures dans les zones semi-arides qui recèlent en principe une capacité suffisante d’eau, mais non encore dans la réalité. LA gESTION DES BASSINS vERSANTS IMpLIquE LA COMMuNAuTé Au-DELà DE L’ExpLOITATION AgRICOLE IRF French:Mise en page 1 19/11/2015 08:32 Page40
  • 2. 0 2 4 6 8 10 12 14 janv. févr. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. Valeursmoyennesàlongterme(mm) Mois Pluviométrie Évaporation MAR 845mm MAE 1752mm Reprendre possession des terroirs, apporter davantage de la nourriture et de l’espoir FAITS SAIllAnTS I 2014 41 Des programmes de consultations communautaires ont été exécutés afin d’identifier les principales contraintes agricoles et les options d’intervention technologiques éventuelles. Les principaux objectifs de l’étude étaient les suivants : • l’identification d’un bassin versant géré par la communauté pour l’intégration des composantes au niveau du système et la compréhension des composantes biophysiques ; • l’identification des contraintes prioritaires par le truchement d’un programme de consultations des parties prenantes ; • l’identification d’options technologiques éventuelles pour la gestion intégrée des bassins hydrographiques. Les données climatiques (1980-2010) ont été collectées à partir de la station météo de Koutiala et les variations saisonnières sont présentées à la Figure 6. La pluviométrie est monomodale avec une hauteur moyenne des pluies annuelles de 845 mm. Parmi les autres valeurs climatiques figurent les températures dont la maximale est 34 °C et la minimale 22 °C, l’ensoleille- ment (20 MJ/m2), la vitesse du vent (2,3 m/s) et l’humidité re- lative (31 %). La hauteur maximale historique de pluies enregistrée était de 97 mm (2 août 1998), tandis que le nombre moyen à long terme de jours pluviaux au cours d’une année était de 193. De même, les températures maxima et minima historiques en- registrées étaient 43 °C et 8 °C, respectivement et les valeurs de l’humidité relative et de la vitesse du vent étaient 86 % et 5,4 m/s respectivement. Le système saisonnier de l’évapo- transpiration potentielle (ETP), ainsi que la pluviométrie sont présentés à la Figure 7. La hauteur des pluies annuelle moyenne calculée et l’ETP étaient de 845 mm et 1 752 mm, respectivement. Selon le système de pluviométrie saisonnière, la saison des pluies commence en mai, atteint son point culmi- nant en août et prend fin en octobre. L’ETP était plus importante que la pluviométrie pendant neuf mois de l’année (d’octobre à juin). Pendant 31 années (1980–2010), une légère augmenta- tion de la pluviométrie, mais insignifiante sur le plan statistique a été constatée (Figure7). 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 500 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 janv. févr. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. Hauteurdespluies(mm) Valeur Mois Température maximale Température minimale Ensoleillement Vitesse du vent Hauteur de pluies (mm) Hauteur des pluies Figure 6 : Variation saisonnière des données climatiques dans le cercle de Koutiala (données de 1980 à 2010) Figure 7 : Pluviométrie saisonnière et évaporation, données de 1980-2010, station météo de Koutiala valeurs moyennes à long terme (mm) Pluviométrie évaporation IRF French:Mise en page 1 19/11/2015 08:32 Page41
  • 3. 42 • Programme de recherche du CgIAR sur les systèmes des zones arides Consultations avec les parties prenantes Un programme de consultations avec les parties prenantes a été mis en œuvre d’avril à juin 2014 au cours duquel quatre contraintes ont été identifiées qui freinent la productivité de l’agriculture dans la zone d’étude. Par ordre d’importance, il s’agit de la pénurie d’eau, de l’érosion du sol, des problèmes de santé liés aux usages agricoles inappropriés, ainsi que du manque de fourrage pour le bétail et de traction animale. Le Tableau 9 ci-dessous présente un résumé des résultats des consultations avec les parties prenantes dans le village du bassin hydrographique de Kani concernant les défis et contraintes liés à la productivité agricole. Erosion et ruissellements excessifs Perte de nutriments dans les exploitations agricoles Avec le temps, les options agroforestières sont en baisse. Pénurie de fourrage et de traction animale Manque de sensibilisation sur l’utilisation correcte des in- trants agricoles Sécheresse, pluies insuffi- santes et pénurie d’eau de surface et souterraine Cordons pierrieux Aménagements en courbe de niveau Compostage Néant Les communautés utilisent- elles les résidus de niébé pour l’alimentation du bétail en y intégrant davantage de légumineuses, par exemple l’arachide ? Conseils prodigués par une antenne cotonnière locale (CMDT) sur l’application des engrais Construction de barrages afin de stocker l’eau pour les besoins domestiques et pour le bétail Construction de puits peu profonds Les digues de pierres ont un peu changé pour devenir une dé- limitation des parcelles et ont perdu leur utilité comme moyen de réduire l’érosion et le ruissellement. Les communautés locales ont jugé la pratique utile et plus indi- quée pour réduire l’érosion que les digues de pierres. Cepen- dant,ellenefaittoujourspasl’objetd’unelargeapplication,faute de sensibilisation sur la méthode de construction et son utilité. Cettepratiqueestlargementappliquéeafind’améliorerlafertilité du sol. Mais, son application est menacée par le lessivage des nutriments pendant la saison des pluies, si aucune mesure de protection n’est prise pour réduire l’érosion dans les champs. Le problème de manque de traction animale a été résolu par le partage de la main-d’œuvre. Cependant, les agriculteurs qui n’ont pas de bœufs pour la traction animale labourent leurs terres après ceux qui en ont. Ceci s’est traduit par des semis tardifs et la réduction de la productivité. Les conseils concernaient essentiellement la culture de rente (coton),étantdonnéquel’offred’engraisetd’autresintrantspour les autres cultures de base était limitée, voire inexistante. En outre, aucune campagne de sensibilisation n’a été organisée concernant les préoccupations de santé et l’utilisation inappro- priée des engrais, pesticides et herbicides. Le barrage ne contient de l’eau que sur quatre mois, après la findelasaisondespluies(novembre-février),parlasuite,ils’as- sèche complètement de mars à juin. Les niveaux d’eau dans la plupart de ces puits atteignent une profondeur de 3 à 4 m pendant la saison des pluies et dépassent 20 m en saison sèche. L’accès en saison sèche constitue une préoccupation majeure. Défis/contraintes Mesures prises Efficacité des interventions depuis l’application Tableau 9 : Résumé des résultats des consultations avec les parties prenantes dans le village de Kani sur les défis et contraintes liés à la productivité agricole IRF French:Mise en page 1 19/11/2015 08:32 Page42
  • 4. Reprendre possession des terroirs, apporter davantage de la nourriture et de l’espoir FAITS SAIllAnTS I 2014 43 Options technologiques pour la gestion intégrée des bassins versants Les consultations avec les parties prenantes révèlent que les agriculteurs ont une attitude positive en ce qui concerne l’ap- plication des pratiques de gestion améliorée des terres et de l’eau dans leurs champs. Les diguettes de contour se sont avérées mieux indiquées pour réduire l’érosion et accroître la teneur en humidité du sol et, partant, éviter les périodes de sé- cheresse. Les résultats de la recherche (Traoré et al. 2004 ; Gigou et al. 2006) montrent que les ACN constituent une méthode bien connue de réduction du ruissellement de l’eau et de lutte contre l’érosion du sol au Sud du Mali. Bien que les avantages biophysiques et socioéconomiques de la tech- nologie des ACN dans le village du bassin versant de Kani n’aient pas encore fait l’objet de test, près de 50 agriculteurs l’appliquent déjà dans leurs champs depuis 2014. La Figure 8 montre un agriculteur dans un champ de coton avec et sans diguettes de contour. 30% 36% 18% 12% 3% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% [3,5-6,5] [6,5-9,5] [9,5-12,5] [12,5-15,5] [15,5-18,5] Fréquence Profondeur de l'eau dans les puits en saison sèche (m) 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% [0-4] [4-8] [8-12] [12-16] [16-20] Fréquence Profondeur de l'eau dans les puits en saison des pluies (m) 52% 24% 4% 12% 8% Figure 9 : Distribution par fréquence des variations de profondeurs du niveau d’eau dans les puits en saison sèche et en saison des pluies. Des puits peu profonds sont également utilisés dans le cadre de la gestion de l’eau.Afin d’étudier la capacité de ré- tention à long terme de l’eau des puits gérés par les com- munautés, au total 259 puits peu profonds ont été géoréférencés et étudiés dans le village du bassin versant de Kani. Les profondeurs minimale et maximale des puits enregistrées étaient de 3 m et 33 m, respectivement. La plu- part des puits (71 %) ont une profondeur de 8,5 à 18,5 m, seul l’un d’entre eux atteint 33 m. Des données qualitatives et quantitatives ont été obtenues sur la fluctuation du niveau de profondeur et les analyses qualitatives ont montré que 90 % des puits peu profonds voient leur niveau d’eau bais- ser en saison sèche. Sur le plan quantitatif, 36 % des puits peu profonds voient leur niveau d’eau baisser dans une four- chette de 6,5 à 9,5 m. Ce chiffre est suivi d’une baisse du niveau d’eau dans une fourchette de 3,5 à 6,5 m (30 %) et de 9,5 à 12,5 m (18 %). Le niveau d’eau de 3 % des puits baisse dans une fourchette de 15,5 et 18,5 m. La même analyse a été faite pendant la saison des pluies. Cinquante-deux pour cent (52 %) des puits voient leur ni- veau d’eau monter de zéro jusqu’à 4 m et 72 % sont acces- sibles à 8 m à partir du niveau du sol. Figure 8 : Champs de l’agriculteur : champs de coton a) et b) avec et sans aménagements en courbe de niveau ; champs de sorgho c) et d) avec et sans aménagements en courbe de niveau A B C D IRF French:Mise en page 1 19/11/2015 08:32 Page43
  • 5. 44 • Programme de recherche du CgIAR sur les systèmes des zones arides Conclusions, perspectives et prochaines étapes Le village du bassin versant de Kani reçoit des précipitations annuelles d’une hauteur moyenne de 845 mm, ce qui est lar- gement suffisant pour la production tant pour l’agriculture que l’élevage. Cependant, le principal problème concerne la va- riabilité inter- et intra-annuelle des précipitations et le manque d’innovation appropriée pour le stockage de l’eau de pluie aux fins d’utilisation en saison sèche. L’évapotranspiration poten- tielle (ETP) enregistrée dans la zone d’étude (1 752 mm par an) représente plus du double de la hauteur annuelle moyenne des pluies, ce qui réduit à néant les efforts de stockage de l’eau de surface. L’aridité dans la zone d’étude (faible pluviométrie et ETP im- portante) et le faible potentiel de stockage des eaux de ruis- sellement de surface exigent, comme mesure d’intervention importante, une approche de conservation in situ de l’eau de pluie. Par exemple, l’on peut remédier à la réduction du niveau d’eau dans la plupart des puits peu profonds en saison sèche (dans 87 % des puits, le niveau de l’eau varie entre 3,5 et 18,5 m) et rehausser le niveau grâce à la conservation in situ de l’eau de pluie. Afin d’assurer ces deux interventions les plus répandues, les options identifiées étaient la gestion du niveau de l’eau dans les puits peu profonds et les diguettes de contour à une échelle allant des champs au bassin versant. Les preuves disponibles indiquent que les champs entourés desACN génèrent deux types d’avantages, à savoir l’accrois- sement de la capacité de recharge des puits en ralentissant le rythme du ruissellement et la réduction du niveau élevé d’érosion et de lessivage des nutriments dans les champs. Afin d’assurer un meilleur impact, la construction de diguettes de contour dans les champs doit coexister avec d’autres pra- tiques de gestion de la fertilité du sol. Au nombre de celles-ci figurent l’application d’engrais, le compostage, l’adoption de systèmes de cultures appropriés, le maintien du couvert vé- gétal et la mise en valeur des espèces fourragères. Les puits peu profonds ont été identifiés comme les princi- pales sources d’eau pour la consommation domestique, l’abreuvement du bétail et les pratiques agricoles en saison sèche dans la zone d’étude. L’on a constaté que bien que la profondeur fluctue dans 87 % des puits, l’eau demeure ac- cessible à une profondeur raisonnable en saison sèche. Un petit effort supplémentaire pour aménager le bassin ver- sant avec un couvert végétal garantirait une amélioration de la capacité de recharge des puits. A l’heure actuelle, l’aug- mentation de la superficie cultivée dans le bassin versant se fait au détriment de la végétation naturelle, et il existe peu d’études qui évaluent ce compromis. Prises ensemble, ces analyses soulignent la nécessité de me- sures intégrées afin d’améliorer la productivité agricole et la gestion des ressources naturelles, cette mesure intégrée re- posant sur différentes composantes dont l’eau, les cultures, le sol, les arbres, les fleuves, les forêts et les zones dégra- dées, notamment une unité hydrologique définie. Dans le cadre des activités dans le bassin versant, l’on doit veiller à ce que les puits soient rechargés et l’humidité du sol et les nutriments des exploitations agricoles maintenus, tandis que l’érosion et le ruissellement seraient réduits au minimum. Cependant, les efforts d’aménagement du bassin hydrogra- phique ne sont pas toujours couronnés de succès. Un solide appui institutionnel s’avère nécessaire à tous les niveaux. Le gouvernement malien ne dispose pas de preuves de re- cherche documentées à l’heure actuelle concernant la gestion du bassin hydrographique, en dépit du vif intérêt à cet égard de l’institut national de recherche agronomique (IER) qui, grâce à son rôle important dans la recherche appliquée et adaptative et à ses liens via le service de vulgarisation auprès des communautés locales et des agriculteurs, est un acteur potentiel très important du programme d’aménagement du bassin versant. En outre, l’on a tiré des leçons des programmes d’aména- gement de bassins hydrographiques en Inde et en Afrique de l’Est. Une documentation complète et une analyse com- parative de l’efficacité, de l’efficience et de la durabilité des technologies appropriées s’avèrent essentielles pour mettre au point un programme durable d’aménagement du bassin versant. Les activités prometteuses doivent être reproduites par les habitants du bassin versant et les leçons apprises sur le site d’apprentissage pilote extrapolées au profit d’autres zones confrontées à des problèmes similaires. Cette recherche a été entreprise dans le cadre des programmes du CgIAR sur l’eau, la terre et les écosys- tèmes (Wle) et sur les systèmes des zones arides (RdS). IRF French:Mise en page 1 19/11/2015 08:32 Page44