SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  70
LES ALEAS GEOLOGIQUES
EN HAÏTI
Claude PREPETIT
Ing. Géologue
UEH/BME
Contenu
 Définitions
 Classification des aléas d’Haïti
 Aléa sismique
 Aléa volcanique
 Glissements de terrain
 Erosion , sédimentation, inondations
Le risque est une invention humaine
MENACE (Aléa)
Processus
naturel
VULNÉRABILITÉ
Dégâts potentiels dus au degré
d’exposition et de fragilité; en
relation avec leur valeur
économique et sociale, la vie
humaine et l’environnement
RISQUE
f(M,V)
Évaluation
anticipée d’une
potentialité
FACTEURS
D’AGGRAVATION
Possibilité d’apparition
d’un événement en espace
& temps spécifiques,
suffisamment intense
pour produire des dégâts
Probabilité de dégâts dus à l’intensité
du phénomène et à la fragilité des
éléments exposés: économie, vie
humaine, environnement
Probabilité
combinée de la
menace et de la
vulnérabilité
S.Mora
Alors, le risque est donc…

...une évaluation “à l’avance”
des dégâts susceptibles de se produire
sur des éléments exposés,
suivant leurs caractéristiques, situation,
conditions et contexte spatio-temporel ...
...les causes et les conséquences
ne sont pas toujours prévisibles.
S.Mora
S.Mora
EXTRÊMES DANS LE BILAN
HYDRIQUE: EXCÈS-DÉFICIT;
CRUES, INONDATIONS,
AUGMENTATION-RÉDUCTION DE
L’ALBÉDO, DÉGRADATION DES
TERRES
RUPTURE DU SOL,
LIQUÉFACTION,
ÉBOULEMENTS,
TSUNAMI,
SOULÈVEMENT-
AFFAISSEMENT
CORTICAL-
CONTINENTAL
SISMICITÉ
VIBRATION DU
TERRAIN,
RÉPONSE
SPECTRALE,
ACCÉLÉRATION,
INTENSITÉ
MENACES NATURELLES EN HAÏTI: CLASSIFICATION SUIVANT LEUR ORIGINE
DÉGRADATION DES TERRES,
BARRAGE DE COURS D’EAU,
SÉDIMENTATION-
DÉJECTION, ENVASEMENT
DE COURS D’EAU ET DE
PORTS
COULÉES
TORRENTIELLES
PROCESSUS GLOBAUX,
RÉGIONAUX, LOCAUX
SÉCHERESSE VENTS
ÉROSION GLISSEMENTS
VARIABILITÉ ET CHANGEMENT
CLIMATIQUE, EL NIÑO,
CONVERGENCE INTERTROPICALE,
ONDES-CYCLONES TROPICAUX,
TORNADES, TEMPÊTES
CONVECTIVES-OROGRAPHIQUES
GÉODYNAMIQUE INTERNE HYDROMÉTÉOROLOGIE GÉODYNAMIQUE EXTERNE
PLUIES INTENSES
Carrefour
Port-au-prince
Pétion-Ville
LE RISQUE SISMIQUE EN HAÏTI
Aéroport
ALEA VOLCANIQUE EN HAÏTI
Un volcan est un appareil qui met en relation la surface du globe avec
des zones internes où les roches sont à une température permettant
leur fusion. Ce terme évoque l’image d’une montagne conique dont le
sommet a une forme de cratère.
Carte géologique d’Haïti
REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES ROCHES
VOLCANIQUES D’HAITI
Le substratum de la Presqu’île du sud constitué
d’un empilement de coulées basaltiques le plus
souvent sous-marines et qui apparaissent en
fenêtres ou en intercalation dans les formations
sédimentaires. Leur âge varie de 61 à 100
millions d’années (e-cm,s).
Presqu’île du sud
Dans la Chaîne des Matheux et les Montagnes du Trou
d’Eau existent des épanchements basaltiques qui
indiquent l’existence de plusieurs phases volcaniques
dans cette zone. Les secteurs de la Vigie et de Thomazeau
sont bien connus en tant que témoins des dernières
manifestations du volcanisme en Haiti. La morphologie
des appareils et les structures volcaniques sont bien
conservées. Age quaternaire (Pléistocène).
Chaîne des Matheux
Dans la Presqu’île du Nord-Ouest et le Massif
de Terre Neuve affleurent d’importantes
extensions de roches volcaniques d’âge
variant de 30 à 67 millions d’années.
Le Massif du Nord est constitué de roches
volcaniques recoupées par des roches
intrusives.
Le nord-ouest et le nord
LES VOLCANS RECENTS D’HAITI
 Éruptions datées du crétacé au pléistocène
 Type Strombolien
 Altitude 831 m
 Occupe une dépression d’environ 40 km au
coeur des Matheux, au Nord de Cabaret et au
Sud-Ouest de Ville Bonheur ou Saut D’eau. Le
secteur est connu sous les noms de Savane
Michel et de Grande Savane et est dominé par le
Morne La VIGIE
LA
VIGIE
THOMAZEAU
 Eruptions datées du crétacé au pléistocène
 Deux petits cônes de type Strombolien
 Volcan situé sur la bordure Nord de la Plaine
du Cul-de-Sac, juste au-dessus de l’Etang
Saumâtre et de Thomazeau (Ca Elie) et occupe
une superficie de 10 km2 . Utilisation
pouzzolane
Les
formations
volcaniques
de la Chaîne
des
Matheux et
des
Montagnes
du Trou
d’Eau
Volcan de la Vigie
La Vigie
CONCLUSION
Aucune manifestation volcanique n’a été
signalée depuis la colonisation de l’Ile,
mais cela n’exclut pas la reprise d’une
activité de type effusif dans la chaîne des
Matheux et les montagnes du Trou d’Eau,
sans pour autant donner une trop grande
importance à cette éventualité. De toutes
façons, l’aléa volcanique resterait limité à
l’environnement immédiat des points de
sortie des laves.
LES GLISSEMENTS DE TERRAIN
Facteurs anthropiques
Imposition de Surcharges
Déforestation
Exploitation minière ou de carrières
Excavations
Vibration artificielle
•Facteur topographique
• Facteur pluviométrique
• Facteur géologique et
géotechnique
• Facteur sismique
• Facteurs hydrologique et
hydrogéologique
FACTEURS DE GLISSEMENTS EN HAÏTI
Facteur topographique : 80 % de structures montagneuses > 100 m
d’altitude
Facteur pluviométrique
Facteur géologique
TYPES DE GLISSEMENTS
Glissements plans
Glissements
rotationnels
W
N
T
Tr < T
u
• 9-10 février 1764 : Chute d’un bloc d’environ 500 m3 provenant du Morne du Cap (Moreau de St. MERY,
1797),
• 1780-1788 : Face septentrionale du Morne de Dondon (Moreau de St. MERY, 1797), (affalage)
•Amont de la
•4 juin 1986 et 19 juin 1996 : Glissement à “Dieumoune” Marigot après des pluies diluviennes
•11 décembre 1987 : Glissement sur la route Port-au-Prince/Pétionville (Bourdon-Reinbold).
Effondrement de la route
•29 janvier 1988 : Glissement à Treuil, au Nord de la ville de Gros Morne après de fortes pluies. Cinq
personnes tuées, 4 maisons ensevelies, 100.000 m3 de matériaux déplacés
•16 au 22 octobre 1989 : Glissement à Delmas 32
•Juin 2000 : Glissement sur la route de Jérémie au niveau de “Fanm pa dra”. Route effondrée
•Mai 2002 : Glissement à Delmas 95 (Vivy Mitchell)
•21 au 22 juin 2002 : Glissement à Balais au Port-à-Piment. 10 morts, 50 maisons englouties, animaux
disparus
•4 juin 1986 et 19 juin 1996 : Glissement à “Dieumoune” Marigot après des pluies diluviennes
•11 décembre 1987 : Glissement sur la route Port-au-Prince/Pétionville (Bourdon-Reinbold).
Effondrement de la route
•29 janvier 1988 : Glissement à Treuil, au Nord de la ville de Gros Morne après de fortes pluies. Cinq
personnes tuées, 4 maisons ensevelies, 100.000 m3 de matériaux déplacés
•16 au 22 octobre 1989 : Glissement à Delmas 32
•Juin 2000 : Glissement sur la route de Jérémie au niveau de “Fanm pa dra”. Route effondrée
•Mai 2002 : Glissement à Delmas 95 (Vivy Mitchell)
•21 au 22 juin 2002 : Glissement à Balais au Port-à-Piment. 10 morts, 50 maisons englouties, animaux
disparus
• 7 octobre 2003 : Glissement à Vivy Mitchell destruction de deux maisons et fissuration de plusieurs
autres.
• Glissements au Cap haïtien en décembre 2003 à la suite d’une inondation
• 12 septembre 2005 : Glissement à l’entrée de la ville de Saut d’Eau (route coupée)
• Septembre 2006 : Glissement à Robin, Kenscoff
• 23 avril 2008 : Glissement à proximité route Canapé-vert
Inventaire des glissements survenus en Haïti
Diomoune
Juin 1996
Delmas 32
Fam pa dra
Juin 2000
Kenscoff
Septembre 2006
Glissement du 23 avril 2008 à Canapé -vert
LE GLISSEMENT DE VIVY MITCHELL
o Date : Début mai 2002 et début octobre 2003
o Localisation : Rue des Palmiers, rue de l’Amitié, Vivy Mitchell,
Delmas 95
o Géologie : Formation de Delmas
o Type de mouvement : Affaissement et glissement rotationnel
o Pente : 20 à 25 %
o Pluviométrie : 233.7 mm en mars et 442.6 mm en avril 2002
(676.3 mm au total); 170.9 mm en mars 2001 et 89 mm en avril
2001 (259.9 mm au total)
o Volume de matériau déplacé : 150.000 m3
o Bilan : 5 maisons détruites, une dizaine de maisons fissurées,
trois tronçons de route fissurés
Mai 2002
Juin 2002
Mai 2002
Octobre 2003
Facteur
géologique
•Epaisseur:
300 à 400 m
• Age: Pliocène
(1.6-5Ma)
• Composition:
matériaux
détritiques
composés de
conglomérats,
sables, grès,
argiles
grossières
Facteur
géotechnique
Limon
45<Wl <73
15<Ip<33
Argile
36<Wl <58
10<Ip<27
Pluviométrie en mm à Delmas
Facteur pluviométrique
EROSION ET SEDIMENTATION
IMPACT DE LA DEFORESTATION SUR LES
ECOSYSTEMES FORESTIERS TROPICAUX
Deforestation
Inondations
Retard dans
la régénération
érosion
Erosion en Haïti :
Phénomène très actif lié aux deux facteurs essentiels suivants :
 un relief jeune, élevé et accidenté;
 la violence des pluies tropicales et le passage de certains
cyclones.
Actuellement le phénomène est amplifié par le déboisement
Indicateurs de l’érosion en Haiti :
 Précipitations/an: 40 milliards m3
 Infiltration : 10 % ; Evaporation : 60 % ; Ruissellement : 30 %
 Couverture forestière :
 20 % en 1956
 9 % en 1978
 < 2 % en 1989
 superficies déboisées du territoire : 98 %
 Perte des terres arables /an : 15 000 ha
 Nombre d’arbres abattus /an : 30 millions
 Consommation annuelle de charbon Port-au-Prince : 300 000 t et
370 000 t (Haiti);
 Le bois et le charbon de bois représentent 72 % des sources
d’énergie en Haiti.
Cône de débris
torrentiels à
Malpasse
Morne Biénac (Gonaïves)
Janvier 90
2002
Djobel mars 2001 Djobel octobre 2003
(1.5 an)
Djobel octobre 2003
LES INONDATIONS
Lit majeur
Lit mineur
Zones inondables en Haiti
Gonaives Sept. 04
1886 MORTS
800 DISPARUS
200.000 SINISTRÉS
Gonaives septembre 2008
Mapou
Fonds Verettes
Carte ortho photoplan 1966
du Morne l’Hôpital
Photo aérienne – MPCE / UTSIG 2002
Spatio carte P-au-P, MPCE/UTSIG 2002
373.916 704.777
Exploitation de roches sur les
berges de la Rivière Froide
Rivière Froide et
environnement
Carrefour
Petit Goave
Leogane
Port au Prince
Plaine du Cul de sac
Menace intégrée
S.Mora
Capacité
nationale en
Gestion du
Risque
inadéquate
FACTEURS AGGRAVANTS DE LA VULNÉRABILITÉ
Processus de
développement génère
des conflits avec
l’environnement
Menaces
naturelles
sous-estimées
Impunité,
et cadre
légal
insuffisant
Arguments scientifiques-
techniques manquent de
poids politique
Gestion
territoriale
inadéquate
Environnement et
ressources
naturelles mal gérés
Gestion du risque
n’est pas adoptée
par les institutions
Codes de
construction
inexistants
Population,
constructions
et activités
productives
vulnérables
Population,
infrastructure,
activités
productives
surexposées aux
menaces
Espace urbain
sans contrôle
Détérioration intense
de l’environnement et
des ressources
naturelles
Population mal
préparée pour
comprendre le
risque et faire
face aux
urgences
Pertes sociales, économiques et
environnementales élevées et
récurrentes: Le développement est
chroniquement interrompu et stagnant
Gestion du risque
n’est pas encore
transversale
Gestion des
urgences et des
désastres encore
enracinée
Cesser de construire
notre vulnérabilité
Maitriser les
menaces

Contenu connexe

Tendances

Agence urbaine : Carte d’aptitude à l’urbanisation Taounate
Agence urbaine : Carte d’aptitude à l’urbanisation TaounateAgence urbaine : Carte d’aptitude à l’urbanisation Taounate
Agence urbaine : Carte d’aptitude à l’urbanisation TaounateOECD Governance
 
Les risques naturels.pptx
Les risques naturels.pptxLes risques naturels.pptx
Les risques naturels.pptxssuserf216fa
 
Drilling Engineering - Drilling Economics
Drilling Engineering - Drilling EconomicsDrilling Engineering - Drilling Economics
Drilling Engineering - Drilling EconomicsJames Craig
 
Static model development
Static model developmentStatic model development
Static model developmentKunal Rathod
 
Q923+rrl+l04
Q923+rrl+l04Q923+rrl+l04
Q923+rrl+l04AFATous
 
Abh Sebou : Prevention et protection inondations
Abh Sebou  : Prevention et protection inondationsAbh Sebou  : Prevention et protection inondations
Abh Sebou : Prevention et protection inondationsOECD Governance
 
Melut basin Petroleum System
Melut basin Petroleum SystemMelut basin Petroleum System
Melut basin Petroleum SystemDeng Wol
 
Borehole Seismic Solutions for Integrated Reservoir Characterization and Moni...
Borehole Seismic Solutions for Integrated Reservoir Characterization and Moni...Borehole Seismic Solutions for Integrated Reservoir Characterization and Moni...
Borehole Seismic Solutions for Integrated Reservoir Characterization and Moni...Society of Petroleum Engineers
 
Présentation Maroc
Présentation MarocPrésentation Maroc
Présentation Maroccciducher
 
Reservoirs De Tunisie
Reservoirs De TunisieReservoirs De Tunisie
Reservoirs De Tunisiegueste4fbf76
 
05Fluctuationcycles
05Fluctuationcycles05Fluctuationcycles
05Fluctuationcyclesabelgueli
 
Reservoir managenet
Reservoir managenetReservoir managenet
Reservoir managenetHendri Anur
 
L5 Factors Affecting River Levels
L5 Factors Affecting River LevelsL5 Factors Affecting River Levels
L5 Factors Affecting River Levelstudorgeog
 

Tendances (20)

Agence urbaine : Carte d’aptitude à l’urbanisation Taounate
Agence urbaine : Carte d’aptitude à l’urbanisation TaounateAgence urbaine : Carte d’aptitude à l’urbanisation Taounate
Agence urbaine : Carte d’aptitude à l’urbanisation Taounate
 
Les risques naturels.pptx
Les risques naturels.pptxLes risques naturels.pptx
Les risques naturels.pptx
 
Drilling Engineering - Drilling Economics
Drilling Engineering - Drilling EconomicsDrilling Engineering - Drilling Economics
Drilling Engineering - Drilling Economics
 
Static model development
Static model developmentStatic model development
Static model development
 
Q923+rrl+l04
Q923+rrl+l04Q923+rrl+l04
Q923+rrl+l04
 
Ley de corte óptima
Ley de corte óptimaLey de corte óptima
Ley de corte óptima
 
Abh Sebou : Prevention et protection inondations
Abh Sebou  : Prevention et protection inondationsAbh Sebou  : Prevention et protection inondations
Abh Sebou : Prevention et protection inondations
 
Melut basin Petroleum System
Melut basin Petroleum SystemMelut basin Petroleum System
Melut basin Petroleum System
 
Cours2 exploration petroliere
Cours2 exploration petroliereCours2 exploration petroliere
Cours2 exploration petroliere
 
Velocity model building in Petrel
Velocity model building in PetrelVelocity model building in Petrel
Velocity model building in Petrel
 
Cours masterlyon
Cours masterlyonCours masterlyon
Cours masterlyon
 
Borehole Seismic Solutions for Integrated Reservoir Characterization and Moni...
Borehole Seismic Solutions for Integrated Reservoir Characterization and Moni...Borehole Seismic Solutions for Integrated Reservoir Characterization and Moni...
Borehole Seismic Solutions for Integrated Reservoir Characterization and Moni...
 
Présentation Maroc
Présentation MarocPrésentation Maroc
Présentation Maroc
 
Reservoirs De Tunisie
Reservoirs De TunisieReservoirs De Tunisie
Reservoirs De Tunisie
 
Barrages.
Barrages.Barrages.
Barrages.
 
05Fluctuationcycles
05Fluctuationcycles05Fluctuationcycles
05Fluctuationcycles
 
Reservoir managenet
Reservoir managenetReservoir managenet
Reservoir managenet
 
Seismic signature of Fractures
Seismic signature of Fractures Seismic signature of Fractures
Seismic signature of Fractures
 
Convolution and deconvolution
Convolution and deconvolution Convolution and deconvolution
Convolution and deconvolution
 
L5 Factors Affecting River Levels
L5 Factors Affecting River LevelsL5 Factors Affecting River Levels
L5 Factors Affecting River Levels
 

Similaire à LES RISQUES GEOLOGIQUES atelier.ppt

Mouvment de terrain sur le pente
Mouvment de terrain sur le penteMouvment de terrain sur le pente
Mouvment de terrain sur le penteZEMOUR Youcef
 
Lac de La Crégut : géologie du territoire et bathymétrie du lac
Lac de La Crégut : géologie du territoire et bathymétrie du lacLac de La Crégut : géologie du territoire et bathymétrie du lac
Lac de La Crégut : géologie du territoire et bathymétrie du lacMuriel Tournadre
 
Gérer le risque inondation on au Cap-Haïtien: le guide du Maire
Gérer le risque inondation on au Cap-Haïtien: le guide du MaireGérer le risque inondation on au Cap-Haïtien: le guide du Maire
Gérer le risque inondation on au Cap-Haïtien: le guide du MaireStanleylucas
 
Comprendre et connaitre les catastrophes environnementales
Comprendre et connaitre les catastrophes environnementalesComprendre et connaitre les catastrophes environnementales
Comprendre et connaitre les catastrophes environnementalesUSIGGENEVE
 
Chapitre 8 - cours L1 Université Lyon 1
Chapitre 8 - cours L1 Université Lyon 1Chapitre 8 - cours L1 Université Lyon 1
Chapitre 8 - cours L1 Université Lyon 1Nicolas Coltice
 
Cours 9 : Les roches sédimentaires et le climat
Cours 9 : Les roches sédimentaires et le climatCours 9 : Les roches sédimentaires et le climat
Cours 9 : Les roches sédimentaires et le climatNicolas Coltice
 
Sur la route des volcans
Sur la route des volcansSur la route des volcans
Sur la route des volcanscolACadet
 
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnesCours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnesNicolas Coltice
 
Echokarst 67
Echokarst 67Echokarst 67
Echokarst 67tridaine
 
Paysages Allos
Paysages AllosPaysages Allos
Paysages AllosNadineHG
 
Akad Image(Catastrophes)
Akad Image(Catastrophes)Akad Image(Catastrophes)
Akad Image(Catastrophes)Edogawa Akad
 
Esteban Faure dg le teil
Esteban Faure dg le teil Esteban Faure dg le teil
Esteban Faure dg le teil BlogGES
 
P2 les inondations sur le bassin de la sélune
P2 les inondations sur le bassin de la séluneP2 les inondations sur le bassin de la sélune
P2 les inondations sur le bassin de la séluneSMBS contact
 
Cours 9 : Interactions géologie - climat
Cours 9 : Interactions géologie - climatCours 9 : Interactions géologie - climat
Cours 9 : Interactions géologie - climatNicolas Coltice
 
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnesCours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnesNicolas Coltice
 

Similaire à LES RISQUES GEOLOGIQUES atelier.ppt (20)

Mouvment de terrain sur le pente
Mouvment de terrain sur le penteMouvment de terrain sur le pente
Mouvment de terrain sur le pente
 
Lac de La Crégut : géologie du territoire et bathymétrie du lac
Lac de La Crégut : géologie du territoire et bathymétrie du lacLac de La Crégut : géologie du territoire et bathymétrie du lac
Lac de La Crégut : géologie du territoire et bathymétrie du lac
 
La crégut 2 géologie du territoire, bathymétrie du lac
La crégut 2 géologie du territoire, bathymétrie du lacLa crégut 2 géologie du territoire, bathymétrie du lac
La crégut 2 géologie du territoire, bathymétrie du lac
 
Gérer le risque inondation on au Cap-Haïtien: le guide du Maire
Gérer le risque inondation on au Cap-Haïtien: le guide du MaireGérer le risque inondation on au Cap-Haïtien: le guide du Maire
Gérer le risque inondation on au Cap-Haïtien: le guide du Maire
 
Comprendre et connaitre les catastrophes environnementales
Comprendre et connaitre les catastrophes environnementalesComprendre et connaitre les catastrophes environnementales
Comprendre et connaitre les catastrophes environnementales
 
Chapitre 8 - cours L1 Université Lyon 1
Chapitre 8 - cours L1 Université Lyon 1Chapitre 8 - cours L1 Université Lyon 1
Chapitre 8 - cours L1 Université Lyon 1
 
Cours 9 : Les roches sédimentaires et le climat
Cours 9 : Les roches sédimentaires et le climatCours 9 : Les roches sédimentaires et le climat
Cours 9 : Les roches sédimentaires et le climat
 
Sur la route des volcans
Sur la route des volcansSur la route des volcans
Sur la route des volcans
 
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnesCours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
 
Réchauffement climatique
Réchauffement climatiqueRéchauffement climatique
Réchauffement climatique
 
Echokarst 67
Echokarst 67Echokarst 67
Echokarst 67
 
3ºeso chapitre10
3ºeso chapitre103ºeso chapitre10
3ºeso chapitre10
 
Paysages Allos
Paysages AllosPaysages Allos
Paysages Allos
 
Akad Image(Catastrophes)
Akad Image(Catastrophes)Akad Image(Catastrophes)
Akad Image(Catastrophes)
 
Siesmes
Siesmes Siesmes
Siesmes
 
Esteban Faure dg le teil
Esteban Faure dg le teil Esteban Faure dg le teil
Esteban Faure dg le teil
 
Géologie cozon
Géologie cozonGéologie cozon
Géologie cozon
 
P2 les inondations sur le bassin de la sélune
P2 les inondations sur le bassin de la séluneP2 les inondations sur le bassin de la sélune
P2 les inondations sur le bassin de la sélune
 
Cours 9 : Interactions géologie - climat
Cours 9 : Interactions géologie - climatCours 9 : Interactions géologie - climat
Cours 9 : Interactions géologie - climat
 
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnesCours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
Cours 7 : Des rifts aux chaînes de montagnes
 

LES RISQUES GEOLOGIQUES atelier.ppt

  • 1. LES ALEAS GEOLOGIQUES EN HAÏTI Claude PREPETIT Ing. Géologue UEH/BME
  • 2. Contenu  Définitions  Classification des aléas d’Haïti  Aléa sismique  Aléa volcanique  Glissements de terrain  Erosion , sédimentation, inondations
  • 3. Le risque est une invention humaine MENACE (Aléa) Processus naturel VULNÉRABILITÉ Dégâts potentiels dus au degré d’exposition et de fragilité; en relation avec leur valeur économique et sociale, la vie humaine et l’environnement RISQUE f(M,V) Évaluation anticipée d’une potentialité FACTEURS D’AGGRAVATION Possibilité d’apparition d’un événement en espace & temps spécifiques, suffisamment intense pour produire des dégâts Probabilité de dégâts dus à l’intensité du phénomène et à la fragilité des éléments exposés: économie, vie humaine, environnement Probabilité combinée de la menace et de la vulnérabilité S.Mora
  • 4. Alors, le risque est donc…  ...une évaluation “à l’avance” des dégâts susceptibles de se produire sur des éléments exposés, suivant leurs caractéristiques, situation, conditions et contexte spatio-temporel ... ...les causes et les conséquences ne sont pas toujours prévisibles. S.Mora
  • 5. S.Mora EXTRÊMES DANS LE BILAN HYDRIQUE: EXCÈS-DÉFICIT; CRUES, INONDATIONS, AUGMENTATION-RÉDUCTION DE L’ALBÉDO, DÉGRADATION DES TERRES RUPTURE DU SOL, LIQUÉFACTION, ÉBOULEMENTS, TSUNAMI, SOULÈVEMENT- AFFAISSEMENT CORTICAL- CONTINENTAL SISMICITÉ VIBRATION DU TERRAIN, RÉPONSE SPECTRALE, ACCÉLÉRATION, INTENSITÉ MENACES NATURELLES EN HAÏTI: CLASSIFICATION SUIVANT LEUR ORIGINE DÉGRADATION DES TERRES, BARRAGE DE COURS D’EAU, SÉDIMENTATION- DÉJECTION, ENVASEMENT DE COURS D’EAU ET DE PORTS COULÉES TORRENTIELLES PROCESSUS GLOBAUX, RÉGIONAUX, LOCAUX SÉCHERESSE VENTS ÉROSION GLISSEMENTS VARIABILITÉ ET CHANGEMENT CLIMATIQUE, EL NIÑO, CONVERGENCE INTERTROPICALE, ONDES-CYCLONES TROPICAUX, TORNADES, TEMPÊTES CONVECTIVES-OROGRAPHIQUES GÉODYNAMIQUE INTERNE HYDROMÉTÉOROLOGIE GÉODYNAMIQUE EXTERNE PLUIES INTENSES
  • 7. ALEA VOLCANIQUE EN HAÏTI Un volcan est un appareil qui met en relation la surface du globe avec des zones internes où les roches sont à une température permettant leur fusion. Ce terme évoque l’image d’une montagne conique dont le sommet a une forme de cratère.
  • 9. REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES ROCHES VOLCANIQUES D’HAITI Le substratum de la Presqu’île du sud constitué d’un empilement de coulées basaltiques le plus souvent sous-marines et qui apparaissent en fenêtres ou en intercalation dans les formations sédimentaires. Leur âge varie de 61 à 100 millions d’années (e-cm,s). Presqu’île du sud
  • 10. Dans la Chaîne des Matheux et les Montagnes du Trou d’Eau existent des épanchements basaltiques qui indiquent l’existence de plusieurs phases volcaniques dans cette zone. Les secteurs de la Vigie et de Thomazeau sont bien connus en tant que témoins des dernières manifestations du volcanisme en Haiti. La morphologie des appareils et les structures volcaniques sont bien conservées. Age quaternaire (Pléistocène). Chaîne des Matheux
  • 11. Dans la Presqu’île du Nord-Ouest et le Massif de Terre Neuve affleurent d’importantes extensions de roches volcaniques d’âge variant de 30 à 67 millions d’années. Le Massif du Nord est constitué de roches volcaniques recoupées par des roches intrusives. Le nord-ouest et le nord
  • 12. LES VOLCANS RECENTS D’HAITI  Éruptions datées du crétacé au pléistocène  Type Strombolien  Altitude 831 m  Occupe une dépression d’environ 40 km au coeur des Matheux, au Nord de Cabaret et au Sud-Ouest de Ville Bonheur ou Saut D’eau. Le secteur est connu sous les noms de Savane Michel et de Grande Savane et est dominé par le Morne La VIGIE LA VIGIE THOMAZEAU  Eruptions datées du crétacé au pléistocène  Deux petits cônes de type Strombolien  Volcan situé sur la bordure Nord de la Plaine du Cul-de-Sac, juste au-dessus de l’Etang Saumâtre et de Thomazeau (Ca Elie) et occupe une superficie de 10 km2 . Utilisation pouzzolane
  • 13. Les formations volcaniques de la Chaîne des Matheux et des Montagnes du Trou d’Eau
  • 14. Volcan de la Vigie
  • 16. CONCLUSION Aucune manifestation volcanique n’a été signalée depuis la colonisation de l’Ile, mais cela n’exclut pas la reprise d’une activité de type effusif dans la chaîne des Matheux et les montagnes du Trou d’Eau, sans pour autant donner une trop grande importance à cette éventualité. De toutes façons, l’aléa volcanique resterait limité à l’environnement immédiat des points de sortie des laves.
  • 18. Facteurs anthropiques Imposition de Surcharges Déforestation Exploitation minière ou de carrières Excavations Vibration artificielle •Facteur topographique • Facteur pluviométrique • Facteur géologique et géotechnique • Facteur sismique • Facteurs hydrologique et hydrogéologique FACTEURS DE GLISSEMENTS EN HAÏTI
  • 19. Facteur topographique : 80 % de structures montagneuses > 100 m d’altitude
  • 22.
  • 23. TYPES DE GLISSEMENTS Glissements plans Glissements rotationnels W N T Tr < T u
  • 24.
  • 25. • 9-10 février 1764 : Chute d’un bloc d’environ 500 m3 provenant du Morne du Cap (Moreau de St. MERY, 1797), • 1780-1788 : Face septentrionale du Morne de Dondon (Moreau de St. MERY, 1797), (affalage) •Amont de la •4 juin 1986 et 19 juin 1996 : Glissement à “Dieumoune” Marigot après des pluies diluviennes •11 décembre 1987 : Glissement sur la route Port-au-Prince/Pétionville (Bourdon-Reinbold). Effondrement de la route •29 janvier 1988 : Glissement à Treuil, au Nord de la ville de Gros Morne après de fortes pluies. Cinq personnes tuées, 4 maisons ensevelies, 100.000 m3 de matériaux déplacés •16 au 22 octobre 1989 : Glissement à Delmas 32 •Juin 2000 : Glissement sur la route de Jérémie au niveau de “Fanm pa dra”. Route effondrée •Mai 2002 : Glissement à Delmas 95 (Vivy Mitchell) •21 au 22 juin 2002 : Glissement à Balais au Port-à-Piment. 10 morts, 50 maisons englouties, animaux disparus •4 juin 1986 et 19 juin 1996 : Glissement à “Dieumoune” Marigot après des pluies diluviennes •11 décembre 1987 : Glissement sur la route Port-au-Prince/Pétionville (Bourdon-Reinbold). Effondrement de la route •29 janvier 1988 : Glissement à Treuil, au Nord de la ville de Gros Morne après de fortes pluies. Cinq personnes tuées, 4 maisons ensevelies, 100.000 m3 de matériaux déplacés •16 au 22 octobre 1989 : Glissement à Delmas 32 •Juin 2000 : Glissement sur la route de Jérémie au niveau de “Fanm pa dra”. Route effondrée •Mai 2002 : Glissement à Delmas 95 (Vivy Mitchell) •21 au 22 juin 2002 : Glissement à Balais au Port-à-Piment. 10 morts, 50 maisons englouties, animaux disparus • 7 octobre 2003 : Glissement à Vivy Mitchell destruction de deux maisons et fissuration de plusieurs autres. • Glissements au Cap haïtien en décembre 2003 à la suite d’une inondation • 12 septembre 2005 : Glissement à l’entrée de la ville de Saut d’Eau (route coupée) • Septembre 2006 : Glissement à Robin, Kenscoff • 23 avril 2008 : Glissement à proximité route Canapé-vert Inventaire des glissements survenus en Haïti
  • 26. Diomoune Juin 1996 Delmas 32 Fam pa dra Juin 2000 Kenscoff Septembre 2006
  • 27.
  • 28. Glissement du 23 avril 2008 à Canapé -vert
  • 29. LE GLISSEMENT DE VIVY MITCHELL o Date : Début mai 2002 et début octobre 2003 o Localisation : Rue des Palmiers, rue de l’Amitié, Vivy Mitchell, Delmas 95 o Géologie : Formation de Delmas o Type de mouvement : Affaissement et glissement rotationnel o Pente : 20 à 25 % o Pluviométrie : 233.7 mm en mars et 442.6 mm en avril 2002 (676.3 mm au total); 170.9 mm en mars 2001 et 89 mm en avril 2001 (259.9 mm au total) o Volume de matériau déplacé : 150.000 m3 o Bilan : 5 maisons détruites, une dizaine de maisons fissurées, trois tronçons de route fissurés
  • 30. Mai 2002 Juin 2002 Mai 2002 Octobre 2003
  • 31. Facteur géologique •Epaisseur: 300 à 400 m • Age: Pliocène (1.6-5Ma) • Composition: matériaux détritiques composés de conglomérats, sables, grès, argiles grossières Facteur géotechnique Limon 45<Wl <73 15<Ip<33 Argile 36<Wl <58 10<Ip<27
  • 32. Pluviométrie en mm à Delmas Facteur pluviométrique
  • 33.
  • 35. IMPACT DE LA DEFORESTATION SUR LES ECOSYSTEMES FORESTIERS TROPICAUX Deforestation Inondations Retard dans la régénération érosion
  • 36. Erosion en Haïti : Phénomène très actif lié aux deux facteurs essentiels suivants :  un relief jeune, élevé et accidenté;  la violence des pluies tropicales et le passage de certains cyclones. Actuellement le phénomène est amplifié par le déboisement
  • 37. Indicateurs de l’érosion en Haiti :  Précipitations/an: 40 milliards m3  Infiltration : 10 % ; Evaporation : 60 % ; Ruissellement : 30 %  Couverture forestière :  20 % en 1956  9 % en 1978  < 2 % en 1989  superficies déboisées du territoire : 98 %  Perte des terres arables /an : 15 000 ha  Nombre d’arbres abattus /an : 30 millions  Consommation annuelle de charbon Port-au-Prince : 300 000 t et 370 000 t (Haiti);  Le bois et le charbon de bois représentent 72 % des sources d’énergie en Haiti.
  • 38.
  • 39. Cône de débris torrentiels à Malpasse Morne Biénac (Gonaïves)
  • 40.
  • 41.
  • 42.
  • 44.
  • 45.
  • 46. Djobel mars 2001 Djobel octobre 2003 (1.5 an) Djobel octobre 2003
  • 48.
  • 54. Mapou
  • 56. Carte ortho photoplan 1966 du Morne l’Hôpital
  • 57. Photo aérienne – MPCE / UTSIG 2002
  • 58. Spatio carte P-au-P, MPCE/UTSIG 2002 373.916 704.777
  • 59.
  • 60. Exploitation de roches sur les berges de la Rivière Froide
  • 66. Plaine du Cul de sac
  • 68. S.Mora Capacité nationale en Gestion du Risque inadéquate FACTEURS AGGRAVANTS DE LA VULNÉRABILITÉ Processus de développement génère des conflits avec l’environnement Menaces naturelles sous-estimées Impunité, et cadre légal insuffisant Arguments scientifiques- techniques manquent de poids politique Gestion territoriale inadéquate Environnement et ressources naturelles mal gérés Gestion du risque n’est pas adoptée par les institutions Codes de construction inexistants Population, constructions et activités productives vulnérables Population, infrastructure, activités productives surexposées aux menaces Espace urbain sans contrôle Détérioration intense de l’environnement et des ressources naturelles Population mal préparée pour comprendre le risque et faire face aux urgences Pertes sociales, économiques et environnementales élevées et récurrentes: Le développement est chroniquement interrompu et stagnant Gestion du risque n’est pas encore transversale Gestion des urgences et des désastres encore enracinée
  • 69.
  • 70. Cesser de construire notre vulnérabilité Maitriser les menaces

Notes de l'éditeur

  1. Mai, 2010
  2. Mai, 2010
  3. Mai, 2010
  4. Mai, 2010