N° et date de parution : 3226 - 17/02/2011                                                                                ...
L\'Usine Nouvelle 17 02 11
L\'Usine Nouvelle 17 02 11
L\'Usine Nouvelle 17 02 11
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L\'Usine Nouvelle 17 02 11

341 vues

Publié le

L\'autre facture de l\'affaire Servier

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
341
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L\'Usine Nouvelle 17 02 11

  1. 1. N° et date de parution : 3226 - 17/02/2011 Diffusion : 62500 Page : 40 Périodicité : Hebdomadaire Taille : 100 % USINENOUV_3226_40_26.pdf 1494 cm2 Site Web : http://www.usinenouvelle.com Pharmacie AUTREFACTUREDE L AFFAIRE SERVIER L industrie françaisedumédicament paiera Toute l les suites de affaire duMediator Les meilleures . l pratiques promises pourraient coûter plusieurs milliardsparan Nous avons dressé . la facture. PAR GALLE FLEITOUR branlée par affaire duMediator lesmauvaises et l pratiquesqu elle révélées industrie a l , pharmaceutique doitseremettre encause Notrecrédibilité . « estatteinte nousfaut et il rétablir Nonpasseulement la . enparoles maisenactes , » , a reconnu Christian Lajoux , le présidentduLEEM Lesentreprises dumédicament ( ) . Et il y a urgence Selonlui situation économique deslaboratoires . , la vaêtreimpactée par pertedeconfiance induite par la le scandale.. Même toute profession tente désespérément . si la desedistinguer decelui qui fait figure , depuisquelques mois épouvantail pour profession laboratoire , d la : le Danssonrapport Inspectiongénérale desaffaires Servier . « , l sociales Igas précisé qu agissait duproblème un il d l a s , , produit une seuleentreprise Onnepeutpas assimiler l . d Servier à toute industrie nous confiéChris Viehbacher l » , a , le contaminé a directeur général deSanofi-Aventis Avant dereconnaître . l industrie qu fallait probablementaméliorer système avec plus il « le pharmaceutique. detransparence. » Début janvier toute industriepharmaceutiquefrançaise l , en fait promesse Maiscesbonnesrésolutions elles a la . , si sont tenues pourraient coûter cher auxlaboratoires Alors , . la réglementationeuropéenne oblige pasleslaboratoires n à que ministre de Santé Xavier Bertrand promisde le la , , a comparer lorsdecetestquidure parfoisquelques années , , nouvelles loisdèscetteannée pourréformer système. le leurmédicament unautretraitement mais unplacebo à , à « L UsineNouvelle évalué impactpour industrie » a l l unproduit sansprincipeactif ( étaient contraints de ) . S ils pharmaceutique desdifférentes mesures quipourraient réaliser systématiquement comparaison avec meilleur la le êtreprisesafinderendreplus transparent processus de le traitementexistant , ils devraient alorsrecruter desmilliers développementdesmédicaments. denouveauxpatientspourleurs études Lesindustriels . devraientalors débourser jusqu 30%% depluspour mener à RENFORCEMENT DESESSAISCLINIQUES bien phase on considèreque Agence française de l la 3 . Si l à MILLIARDS EUROS sécurité sanitairedesproduitsdesanté Afssaps autorise l , D , 4 ,2 Quelque milliards euros est ceque pourrait coûter 4 ,2 d ! C environ 350essais cliniques cestade chaqueannée Les à . auxlaboratoires renforcement duprocessus des labosdevraient donc débourser 120millions eurosde d le demisesur marché AMM Cesésame plus pourdécrocher AMM ajouter aux autorisations . À l . le ) , ( quipermet unproduit être commercialisé 400 millions eurosdéboursés pour chaque milliards d d à , sérieusement étémisencause par essai aujourd hui. le ascan< daleduMediator issudulaboratoireServier. 5 Lafacture pourraitnéanmoins êtreallégée. pointé leslimitesdesprocédures actuelles Car plupartdesindustriels comparent est coût de miseenplace « la Il a endoutant de fiabilitéde certaines études déjàleur médicamentautraitementexistant la C le , la unnouveau système. cliniques Lepointfaible cesontcellesde enparticulier pourles pathologies graves d » , . ,e . phase Bien qu agisse uneétape cruciale 3 . il s d , affirmePierre Attali directeur général , le 1/4 Copyright (LUsine Nouvelle) Reproduction interdite sans autorisation Alcimed

×