Avons-nous assez d’eau pournourrir la planète ? Oui…, mais…             Alain Vidal, Directeur  CGIAR Challenge Program on...
4
Crues de l’Indus            2010
Gange : un désastre annoncé pour500 millions d’habitants ?
Demande croissante, rareté etchangement global : une crise parfaite? 9+ milliards d’habitants Des crises alimentaires plus...
Avons-nous assez d’eaupour nourrir la planète ?
Le lien avec la crise de l’eau   2-5L                   20-500L 500-3000L          par jour                   Par jour    ...
La demande en eau pour l’alimentationaugmente avec le PNB                               Lundqvist, 2008              GDP U...
30 à 40% de notre alimentation -donc de l’eau agricole - est gaspillée
Qui nourrit le monde ?                         ETC Group, 2009
Water, food and poverty analyzed in 10 basins1,5 milliard d’habitants50% des « très pauvres » < 1€/j                      ...
Un déterminant majeur :la démographie                14
La rareté de l’eau est moinsinfluente qu’on ne le croit                        World Bank, 2007                           ...
La productivité de l’eau reste trèsfaible dans la plupart des régions       WP (potentiel estimé / typiquement 1-2 kg/m3) ...
Il y a assez d’eau pour couvrir nosbesoins, mais nous la gérons mal ! Une intensification durable     Au-delà de la produ...
Oui…mais… Comment ?                      GANGE                              MEKONG          LIMPOPO
L’élevage: sécurité et levier dedéveloppement en Afrique australe
Le bassin du Limpopo : rareté del’eau, inégalités et jeux de pouvoir Une forte pression du         2005 Rainfall   1998-20...
Les plateformes d’innovation: un cerclevertueux pour sortir de la pauvreté                                                ...
Soutien à la stratégie régionaled’adaptation au changement climatique Stratégie d’adaptation régionale – 3 niveaux Résulta...
Pêche et hydro-électricité durables         dans le bassin du Mekong
Soif d’énergie mais faim de poisson… Un bassin riche en eau La pêche fournit 50-80% des protéines animales pour 60 million...
Comment faire co-exister durablementpêche et production d’énergie ? Techniques et pratiques de gestion de l’eau améliorant...
Dialogue et partage des bénéfices                         Dialogues multi-acteurs                         montrant les fai...
La montée des eaux : une opportunitépour les pauvres du Delta du Ganges ?
Une des régions lesplus pauvres de la planète Pauvreté, insécurité alimentaire, vulnérabilité   Exploitations 0,2 à 0,6 h...
Un potentiel inexploité mais unepression croissante de la salinité Large potentiel d’amélioration de la sécurité alimentai...
Intensification durable des polders:enjeux techniques et institutionnels                                          Daily wa...
Comment ces interventionsaméliorent la sécurité alimentaire Une meilleure résilience     Combinaison d’innovations techni...
Merci Danke schön        a.vidal@cgiar.org www.waterandfood.orgwww.slideshare.net/cpwf
SDC Water Conference Lucerne 2012 A. Vidal
SDC Water Conference Lucerne 2012 A. Vidal
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

SDC Water Conference Lucerne 2012 A. Vidal

380 vues

Publié le

In French

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
380
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Poor communities, especially in Sub-Saharan Africa will be the most at risk, given the high degree of natural resource-based livelihoods, social and climatic vulnerability, food insecurity, future growth in water demand, and decline in food production as a result of droughts or floods. In 2012, Eighteen million people in the Sahel region face food shortages from a combination of climate change, low productivity, political conflict and soaring prices.
  • Climate change and increased disaster risks being mostly felt through alterations in the hydrological cycle, impacting on water availability, communities access to water and sanitation, and ultimately affecting people ’ s health, nutrition and food security.
  • These factors, along with an ever-increasing population predicted to reach 9 billion and beyond, will lead to more food and water crises given the increased pressure on already limited resources. Global systems may be approaching ‘ tipping points ’ warns a recent paper in Nature. Avoiding such outcomes is a problem for today, not tomorrow, points out an article in The Economist. Add in the uncertainties of climate change and we are in what UK Chief Scientist, Sir John Beddington, called a ‘ perfect storm ’ of growth in demand, resource scarcity and uncertainty.
  • The Challenge Program on Water and Food (CPWF) of the CGIAR has analyzed poverty-water relationships on 10 river basins including: the Andes and São Francisco in South America; the Limpopo, Niger, Nile and Volta basins in Africa; and the Ganges, Indus, Karkheh, Mekong, and Yellow in Asia. These basins – distinct and gargantuan geographic areas defined by water flows from high-ground to streams that feed major river systems – cover 13.5 million square kilometers and are home to some 1.5 billion people, and half of the world ’ s poorest .
  • The conclusions are just amazing: water scarcity is not affecting our ability to grow enough food today and tomorrow . Yet there is scarcity in certain areas, but our findings show that the problem overall is a failure to make efficient and fair use of the water available in these river basins. This is ultimately an institutional and political challenge, not a resource concern .
  • Comparing the performance of agricultural systems between river basins, based on the production in kg per m 3 of water consumed or water productivity . With few exceptions, water productivity of cereals is very low (between 0.2 and 0.5 kg/m 3 ). Efficient farmers achieve water productivity of 2.0 kg/m 3 , but in most basins it is only a fraction of this level.
  • Huge potential to continue to increase production in areas where levels are currently low, if proper access to water and markets is given to communities. This, in turn, could create the right incentives for &apos;sustainable intensification ’ . There is a need to go beyond concepts of &apos;transfers&apos;, such as Payment for Environmental Service schemes, to more nuanced agreements that promote collaboration and &apos;win-win&apos; situations where benefits are shared between different groups. Benefits (and risks) need to be shared in order for all of the diverse actor groups that make up society to be able to develop. While globally there is enough water to sustain human development and environmental needs, water-related conflicts will continue if we do not manage our resources well. A radical reform of how water is managed and used is necessary. This includes reform of the institutions that govern water resources . For the most part, there is a complete fragmentation of how water is managed amongst different actors, and even countries, where the water needs of different sectors—agriculture, industry, environment, mining—are considered separately, rather than as interrelated and interdependent. Institutions must develop a holistic approach to address the issues of unequal development that lead to unequal sharing of resources and benefits.
  • Long-standing project in Zimbabwe. In Gwanda district, a diverse and active innovation platform has created a strong local market for goats , helping raise the value of one goat from US$10 to $60. The increased value serves as an incentive for farmers to invest in the survival of their goats, by growing their own stock feed, purchasing commercial stock feed and improving rangeland management. The innovation platform has engendered a virtuous cycle, in which farmers ’ self-esteem and confidence has improved and a more biodiverse and productive farming system has emerged. And the system is more resilient than before; the rainwater that falls on the improved production systems is now adding value to the system and water is also saved by the sharp reduction in goat mortality.
  • CPWF supports SADC Climate change strategy for the water sector, which has three main intervention areas namely management (Water), Development (infrastructure) and Governance (People). Innovation platforms at basin an regional levels used to diagnose, discuss and design better management and governance systems for Small Water Infrastructures. In Zimbabwe, the Mzingwane Catchment Council acts as another Platform, having a major role in water resources planning and management and could use the best available information from research outcomes to do so. Yet they also serve as a platform for various water users in the catchment, not just agriculture. GWP and FANRPAN specifically engaging provincial, national, basin and regional decision makers in dialogue platforms using findings of the research.
  • SDC Water Conference Lucerne 2012 A. Vidal

    1. 1. Avons-nous assez d’eau pournourrir la planète ? Oui…, mais… Alain Vidal, Directeur CGIAR Challenge Program on Water and Food
    2. 2. 4
    3. 3. Crues de l’Indus 2010
    4. 4. Gange : un désastre annoncé pour500 millions d’habitants ?
    5. 5. Demande croissante, rareté etchangement global : une crise parfaite? 9+ milliards d’habitants Des crises alimentaires plus fréquentes Des « limites planétaires » atteintes ou dépassées Des incertitudes liées au changement climatique…
    6. 6. Avons-nous assez d’eaupour nourrir la planète ?
    7. 7. Le lien avec la crise de l’eau 2-5L 20-500L 500-3000L par jour Par jour Par KgUn régime végétarien consomme 2000 L/jourUn régime à base de viande nourrie au grain 5000 L/jour
    8. 8. La demande en eau pour l’alimentationaugmente avec le PNB Lundqvist, 2008 GDP US$/cap/yr
    9. 9. 30 à 40% de notre alimentation -donc de l’eau agricole - est gaspillée
    10. 10. Qui nourrit le monde ? ETC Group, 2009
    11. 11. Water, food and poverty analyzed in 10 basins1,5 milliard d’habitants50% des « très pauvres » < 1€/j Niger
    12. 12. Un déterminant majeur :la démographie 14
    13. 13. La rareté de l’eau est moinsinfluente qu’on ne le croit World Bank, 2007 15
    14. 14. La productivité de l’eau reste trèsfaible dans la plupart des régions WP (potentiel estimé / typiquement 1-2 kg/m3) YR IGB Mekong Nile Limpopo Volta Niger
    15. 15. Il y a assez d’eau pour couvrir nosbesoins, mais nous la gérons mal ! Une intensification durable  Au-delà de la productivité Un partage équitable des risques et des bénéfices  Un meilleur équilibre entre acteurs et des solutions “gagnant-gagnant” Une évolution des institutions actrices de l’eau  Une approche intégrée pour éviter la fragmentation des politiques et des décisions
    16. 16. Oui…mais… Comment ? GANGE MEKONG LIMPOPO
    17. 17. L’élevage: sécurité et levier dedéveloppement en Afrique australe
    18. 18. Le bassin du Limpopo : rareté del’eau, inégalités et jeux de pouvoir Une forte pression du 2005 Rainfall 1998-2008 changement climatique sur les ressources en eau Des politiques de l’eau élaborées mais non mises en œuvre Des marchés défaillants et de fortes inégalités accentuant la pauvreté De jeux de pouvoir toujours importants (minéraux)
    19. 19. Les plateformes d’innovation: un cerclevertueux pour sortir de la pauvreté Marchés locaux Responsabilisation des produteurs (50% de femmes), meilleure gestion des pâturages remplaçant 15$US par chèvre de fourrageElevage amélioré: 60$US / chèvre 150$US par an Sécheresses récurrentes Mortalité 10% variabilité climatique croissante, faible connection aux marchés Maïs pluvial : 16$US par exploitation Elevage: 30$US par an – mortalité 20%
    20. 20. Soutien à la stratégie régionaled’adaptation au changement climatique Stratégie d’adaptation régionale – 3 niveaux Résultats de la recherche sur la valorisation des infrastructures hydrauliques pour l’agriculture et l’élevage Gestion et planification plus équitables des ressources en eau  Echelle locale : conseils de bassins (Mzingwane, Zimbabwe)  Echelles nationale et régionale : GWP, FANRPAN, SADC
    21. 21. Pêche et hydro-électricité durables dans le bassin du Mekong
    22. 22. Soif d’énergie mais faim de poisson… Un bassin riche en eau La pêche fournit 50-80% des protéines animales pour 60 millions d’habitants et MRC, 2010 50% du revenu des ruraux Pêche et sécurité alimentaire menacées par les discontinuités dues aux grands barrages hydroélectriques
    23. 23. Comment faire co-exister durablementpêche et production d’énergie ? Techniques et pratiques de gestion de l’eau améliorant les bénéfices des communautés riveraines Systèmes riz-poisson Recréation de zones humides dans les réservoirs
    24. 24. Dialogue et partage des bénéfices Dialogues multi-acteurs montrant les faiblesses institutionnelles dans la mise en oeuvre des règlementations Valeurs patrimoniales pour les producteurs d’énergie et les communautés
    25. 25. La montée des eaux : une opportunitépour les pauvres du Delta du Ganges ?
    26. 26. Une des régions lesplus pauvres de la planète Pauvreté, insécurité alimentaire, vulnérabilité  Exploitations 0,2 à 0,6 ha  Revenu par famille 700$US/an  80% de la population sous le seuil de pauvreté Excès d’eau en saison des pluies Salinité et pénurie en saison sèche BBS / WorldBank / WFP (2009)
    27. 27. Un potentiel inexploité mais unepression croissante de la salinité Large potentiel d’amélioration de la sécurité alimentaire et des revenus Salinité : une contrainte à transformer en Soil salinity opportunité None Very slight Slight Strong Very strong
    28. 28. Intensification durable des polders:enjeux techniques et institutionnels Daily water salinity Lower threshold limit of salinity - Shrimp Upper threshold limit of salinity - Rice Water salinity (ppt) Rice ShrimpPlusieursmises en valeurpossibles :diversification descultures, poisson Dateet crevettesDes changements politiques nécessaires à tous les niveaux :maintenance des canaux, abandon de la monoculture de riz
    29. 29. Comment ces interventionsaméliorent la sécurité alimentaire Une meilleure résilience  Combinaison d’innovations techniques et institutionnelles protège les agroécosystèmes des chocs (climatiques, économiques…) Sécurité hydrique et alimentaire  Regarder au-delà du « gap » de rendement permet de diversifier la production alimentaire (cultures, pêche et élevage) et les services écosystémiques  Des revenus additionnels qui aident à lutter contre la pauvreté Empowerment  Des droits des individus mieux respectés et une meilleure gouvernance institutionnelle
    30. 30. Merci Danke schön a.vidal@cgiar.org www.waterandfood.orgwww.slideshare.net/cpwf

    ×