LDC13-janvier-fevrier08

126 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
126
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

LDC13-janvier-fevrier08

  1. 1. Lesdébutsd’annéeenAsieontcetavantagedeserépéterplusqu’onnepourraityêtrehabitué. A peine sortis des festivités de la Saint Sylvestre, nous voici face au rouge des bannières et au bruit des pétards, en pleine nouvelle année chinoise. Il est donc encore temps de se souhaiter la meilleure des années du rat. La saison est propice à un bilan que vous retrouverez dans ces pages: notre Chambre de Commerce se porte à merveille. Association d’affaires étrangère la plus nombreuse au Cambodge avec plus de 100 membres, bénéiciant d’un calendrier bien construit autour d’événements qui gagnent sans cesse en importance et en reconnaissance, la CCFC est plus solidement ancrée que jamais dans le paysage économique cambodgien. Et si le défaut de parution de cette Lettre début janvier devait être un signe, ce serait celui de la continuation et de la passation, puisque Madame Ratana Phurik Callebaut a quitté les fonctions de directrice, remplacée depuis le 1er janvier par Monsieur Denis Gambade à un poste qu’elle a beaucoup travaillé à rendre enviable. En plus de l’actualité de ces deux derniers mois, vous trouverez dans ce numéro un dossier constitué sur le marché de la publicité et le rôle du graphisme. Comme d’habitude, nous vous faisons partager l’expérience de professionnels du secteur. Une enquête réalisée sur l’impact des marques et de leur notoriété dans les pays d’Asie du Sud Est continentale complète cette étude. Après bientôt quinze années d’ouverture, il était intéressant de se pencher sur les nouvelles habitudes de consommation, et la manière dont le contact avec l’économie internationale les avait fait évoluer. Vous trouverez aussi, brièvement présenté, le contenu du programme européen de promotion de l’éco-tourisme dont nous sommes partenaire pour le Cambodge, et qui nous emmenera tout au long de l’année de Turin à Shanghai. Bonne Lecture à tous Denis Gambade Directeur de la Chambre de Commerce Franco-Cambodgienne LA LETTRE DU CAMBODGE SOMMAIRE ÉDITORIAL 1 DOSSIER SPÉCIAL 2 LE MARCHÉ DE LA PUBLICITÉ ET DU DESIGN - présentation du secteur et interviews - enquête régionale: qu’y a-t-il dans une marque? 7 BRÈVES 11 -Conjoncture - Banque et Finance - Agriculture - Investissement - Energie - Tourisme - Droit des Affaires ECO-TOURISME 15 ACTIVITÉS DE LA CCFC 16 ÉDITEUR ChambredeCommerceFranco-Cambodgienne Hôtel Cambodiana, 313 Quai Sisowath, Phnom Penh, Cambodge Directeur de la Publication: Denis GAMBADE ccfc@online.com.kh Date de parution : 5 Février 2008 www.ccfcambodge.org Abonnement : ccfc@online.com.kh UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE ÉDITORIALNuméro 13 JANVIER-FÉVRIER 2008
  2. 2. LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 DOSSIER: LE MARCHE DE LA PUBLICITE ET DU DESIGN faire savoir, se faire connaitre Denis Gambade Directeur Valentine Munck CCFC ccfc@online.com.kh Fairesavoir,sefaireconnaître,maisaussisusciterl’envie,fairepasserunmessage,publierunenouvelleopportunité dumarché :toutcelaexisteauCambodgedepuisquelquestempsdéjà.Cequiestnouveau,cesontlesimplications financières et commerciales, les montants engagés, les retombées attendues: et le nombre d’entreprises qui proposent maintenant des services dans ce domaine. Danslepaysagecambodgien, la« pub »arécemmentchangéd’échelle.Diversifiée,bénéficiantdeplusdesupports et de moyens, mieux assumée techniquement, elle suit l’évolution du marché. INTRODUCTION Dans un Cambodge qui n’en finit pas de s’adapter aux réalités économiques et commerciales modernes, la publicité s’impose comme un corollaire naturel à la mise en place des mécanismes d’une économie de marché. Dans le sillage du développement du pays, de son intégration croissante dans l’économie régionale, de la multiplication des acteurs du monde des affaires, la nécessité de se faire connaître et de promouvoir ses activités se fait de plus en plus forte. Le développement de nouveaux services urbains, à Phnom Penh surtout, multiplie sans cesse les possibilités offertes aux professionnels du secteur, qui se sont fait plus nombreux ces dernières années. La publicité est devenue un marché avec un panel de prestations complètes, depuis l’appui à la création de concept jusqu’à l’offre d’espaces, en passant par la production et la vente de contenu. Les supports eux aussi se sont diversifiés: médias traditionnels et électroniques, télés, radios, affichages urbains, centres commerciaux qui jouent ouvertement la carte de la modernité: ils accompagnent naturellement un intérêt croissant pour un marché cambodgien porté par la hausse du niveau de vie citadin et les nouvelles habitudes de consommations. Tout est réuni pour que les attentes des investisseurs aillent toujours croissant, poussant ces derniers à envisager plus sereinement l’intérêt d’un plan de communication bien conçu. Les acteurs du secteur qui ont été interviewés pour ce dossier soulignent tous le fort taux de croissance de ces dernières années, et le besoin actuel de rationalisation. Celui-ci passe par une prise de conscience locale de l’évolution du marché, et une adaptation à ses nouvelles spécificités. QUI FAIT DE LA PUBLICITE? Ce n’est pas tant la possibilité de se montrer, que la nécessité grandissante de se faire connaître qui draine la clientèle. Dans un Cambodge à l’offre réduite, le bouche à oreille à longtemps suffit à assurer communication et notoriété. Ce n’est plus vrai aujourd’hui dans une économie plus riche et plus complexe. A ce titre on peut dire que le marché se bâti sur l’offre plus que sur la demande. On peut isoler plusieurs types de démarches d’annonce et de communication: La communication institutionnelle: elle reste importante, dans un pays qui accueille plusieurs milliers d’ONG, et ou toutes les agences de l’ONU ont un rôle actif. Les marques à stratégie globale: certaines marques représentées au Cambodge bénéficient d’une communication gérée depuis un bureau régional, ou ont mis sur pieds un plan d’action commerciale. Dans cette situation, le client dispose d’un budget, qu’il choisit d’opérer ou de confier à une agence. Lareprésentationlocaledesgrosimportateurs:certainesmarques,aucontraire,nesontprésentesqueviades importateurs - revendeurs en situation d’exclusivité sur le Cambodge. Cette activité de trading est beaucoup
  3. 3. NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE DOSSIER moins porteuse en terme de communication, sauf si le contrat réponds d’une typologie de représentant distributeur, ce qui est de plus en plus courant. Les initiatives locales: elles sont généralement très éclatées. A ce niveau du marché, opacité, cloisonnement, manque de transparence sont lot quotidien. Le manque d’organisation de la filière, allié souvent au manque de budget des entrepreneurs locaux, rend cette part de marché difficile à cerner. LES AGENCES DE PUBLICITE Bates141, Phibious, Orchid, Mindshare, Ogilvy Action (voir encadre), Reddot, IMS… quelques uns des noms qui se sont imposés aux industries médiatiques comme partenaires importants: ces agences gèrent pour le Cambodge les budgets publicité de marques comme Camko, Hello (opérateurs mobiles), Tiger Beer, Unilever... Actifs tout au long de la chaîne, elles gèrent les intérêts de leurs clients en créant concept, plan média et plan de communication. Elles n’ont pas toujours l’exclusivité de leur client, qui parfois tronçonne son budget et le répartie. Ces budgets annuels peuvent être de 50 000 dollars a plus d’1 million de dollars pour les marques les plus visibles. SUPPORTS ET DIFFUSEURS Presse écrite, radio, télévision, affichage, sponsoring d’événements : la publicité au Cambodge possède beaucoup d’opportunités de création à ce niveau. La télévision, media aussi puissant ici qu’ailleurs, offre la possibilité de diffuser des spots lors des coupures publicité, mais aussi de sponsoriser des programmes entiers. Sont intéressés par cette seconde opportunité à la fois des représentants de grandes marques qui veulent s’associer à un programme spécifique, et des institutions désireuses de faire passer un message: ministères, agences de l’ONU ou de développement. Le sponsor peut prendre la forme d’un fonds de scène publicitaire, ou la production complète de l’émission si elle est par exemple à but éducatif, la télévision vendant alors son temps d’antenne. Les prix, très variables, peuvent aller de 10 dollars un simple spot à 1000 dollars l’heure de diffusion. Dans ce domaine, la concurrence très rude induite par le nombre des acteurs (7 chaînes de télévision pour 14 millions d’habitants) a tiré le marché vers le bas. La radio au coût beaucoup plus faible, bénéficie au Cambodge d’une audience importante et très homogène parmi la population. Elle représente un bon moyen de créer un effet de répétition. La presse écrite s’adresse à une population cambodgienne ciblée, éduquée et généralement résidant en ville La publicité s’y inscrit dans la durée. Il est toujours possible de montrer une parution, de distribuer des exemplaires, ce qui est souvent perçu comme un avantage. Presse en khmer, en français, en anglais, chinois, coréen, japonais,lechoixestlarge.Unepartimportantedecetteoffre,dédiée 4 QUESTIONS A ELIDA DELBOURG - OGILVY ACTION Depuis combien de temps et pour quels objectifs Ogilvy Action s’est il installé au Cambodge ? L agence s’est ouverte début 2007. Ogilvy est le premier réseau d’agence de publicité en Asie, nous voulions profiter de l’amélioration du climat au Cambodge, l’ouverture de son économie, l’investissement croissant des grandes marques sur ce marché. Quels types de services proposez vous a vos clients ? Ogilvy Action se spécialise dans le marketing expérientiel: de la conceptualisation d’une campagne publicitaire à ses applications sur le lieu de vente, nous nous appuyons sur des « insights » de la population pour créer des expériences de marque qui se traduiront par une augmentation des ventes. Le marché cambodgien vous a-t-il imposé des spécificités ? Le marché publicitaire cambodgien est très éclaté: agences de design, media, événementielles ou digitales... Il n’est pas facile pour un client voulant communiquer de s’y retrouver. Nous souhaitons nous imposer comme des partenaires long terme apportant des solutions adaptées et durables. Pour cela, nous nous obligeons à une formation interne constante, les personnes qualifiées n’étant que trop rares sur ce marché. Quelles perspectives voyez-vous pour ce marché? C’est un marché qui ne demande qu’à grandir ! De plus, beaucoup de champs d’action publicitaires restent encore peu explorés, notamment dans le trade marketing, le marketing direct et l’usage de nouvelles technologies en milieu urbain.
  4. 4. LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 DOSSIER à un certain type d’annonceurs, est constituée de parutions périodiques gratuites destinées aux touristes. Ces médias, qui vivent sur une niche particulière, démarchent eux même leurs clients. La publicité joue un rôle important dans l’émergence d’un certain nombre de titres de la presse écrite, notamment de la presse magasine. Ces titres se créent pour apporter à un lectorat essentiellement urbain une information qui lui est spécifiquement destinée. Une pleine page couleur dans un magasine hebdomadaire vaut de 400 a 900 dollars par parution. L’importance prise ces dernières années par les médias de presse écrite a permis le développement d’un important tissu d’agences graphiques et de design. L’affichage urbain est un des signes les plus voyants de l’entrée du Cambodge dans une économie globalisée. Panneaux géants et affichages de voierie de la société PPML se sont multipliés aux principaux carrefours de Phnom Penh et des villes de province, vantant les produits les plus distribués: téléphones et opérateurs de téléphonie, motos, voitures… PPML est une société singapourienne. Le niveau de leurs investissements, leur ancienneté sur le marché (l’entreprise a été créée en 1994) font la vie très dure à leurs concurrents: JCDecaux a renoncé à s’implanter au Cambodge. Communication événementielle et animation marketing font leur début au Cambodge, portés par l’ouverture récente de lieux ou ces nouvelles activités sont possibles: centres commerciaux, salles polyvalentes capables de recevoir expositions-ventes et foires commerciales. Ces endroits vendent aux annonceurs leur notoriété, la cible que représente leur clientèle habituelle. PRODUCTION ET CONTENU : LE ROLE PARTICULIER DE LA PAO ET DU DESIGN La croissance, autant de l’offre que de la demande, pousse à professionnaliser la production de supports visuels. Cette tendance s’est dégagée parallèlement au développement des services informatiques, ceux-ci trouvant une offre de services immédiate pour des clients locaux essentiellement. Ces ateliers de PAO et agences de design accompagnent généralement leur client local dans la conception du support visuel, cumulant l’aide conceptuelle, les services de création et de production. Brochures, prospectus, encarts de presse, affiches sont les réalisations phares sur lesquelles ces intervenants travaillent. La cible la plus facile est aussi la plus nombreuse: les petites et moyennes entreprises, qui doivent se faire connaître sans forcément avoir de gros moyens. Une niche particulière existe à Siem Reap et Sihanoukville, constituée par les PME du tourisme pour lesquelles la communication est essentielle. Dans les faits, ces intervenants assurent donc souvent un service de publicité, dédié le plus souvent au support écrit, dont la PAO et le graphisme sont la principale valeur ajoutée. Ceux qui n’ont pas intégré une publication, généralement gratuite, en aval, savent conseiller leur client et l’accompagner pour se faire publier. Peuvent s’y ajouter des services de traduction, de photo, d’événementiel. Le client gérant lui-même la distribution des brochures, les affichages. Le marché de la sous-traitance pour les grosses agences, qui n’ont pas toujours les moyens de production en interne, est assez peu développé.
  5. 5. NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE DOSSIER LA PUBLICITE CAMBODGIENNE ET LE MARCHE INTERNATIONAL ? Si plusieurs opérateurs du secteur ont une activité à l’international, il ne s’agit encore que de levées de fonds, ventes d’espaces ou de service. Au cœur du métier, il y a les agences de publicité qui vont chercher à l’étranger les budgets des marques pour le Cambodge Certains ateliers de PAO et agences de design savent profiter du faible coût de la main d’œuvre au Cambodge pour démarcher des clients a l’étranger : Ainsi Graphic Roots, installé depuis 12 ans au Cambodge, a su séduire et convaincre des clients en Europe, avec un argument massue: à service égal, il vend trois fois et demi moins cher que les agences européennes. Certainsannonceursetsupportsdepresseontsudiversifierleuraudience pour aller vendre leur support à l’étranger. Le magasine hebdomadaire Popular Magasine a des éditions en France, en Australie, au Canada, dédiées aux diasporas cambodgiennes ; c’est l’occasion de vendre des espaces à des prix plus proches des marchés européens. Solaris, propriétaire de la chaîne de télévision Apsara, a eu la même démarche(voirencadré).Danslesdeuxcas,c’estuneciblecambodgienne qu’on va chercher à l’étranger, en visant le public de la diaspora. La possibilité de diffuser sur des marchés plus porteurs financièrement est vue comme un vrai ballon d’oxygène pour une activité qui reste basée au Cambodge. PROBLEMES RENCONTRES DANS LA FILIERE Tous les acteurs interviewés mettent l’accent sur la difficulté à trouver du personnel. Les agences de publicité, qui proposent des services a forte plus value créatives forment leur personnel en interne. Les agences de design et les ateliers de création graphique, si elles estiment pouvoir trouver sans trop de souci de jeunes infographistes connaissant bien les outils de PAO, soulignent toutes le manque de créativité, l’absence de formation pour y remédier, le manque aussi de formation pour des métiers spécifiques comme les opérateurs et monteurs vidéos, la faute cette fois à un marché trop étroit. Cela induit pour les plus grosses agences un souci particulier: il n’apparaît pas toujours commercialement intéressant de s’équiper en interne de toute la chaîne de production, mais il est très difficile de sous traiter en maintenant le niveau de qualité vendu au client. Enfin, dans un marché ou une grosse partie du travail de PAO est réalisé pour être imprimé, le coût des prestations est grevé par le prix des encres et des papiers, importés en quantités relativement faibles: sur ce terrain, le Cambodge n’est pas du tout compétitif avec le Vietnam. 4 QUESTIONS A SYLUOM DAR, APSARA TV Qu est ce qui caractérise le marché de la publicité télé? L’impact d’une publicité à la télé, c’est l’audience. Or, le Cambodge n’a pas de moyen de mesurer celle- ci. Le seul retour est individuel, basé sur les réactions recueillies, ou alors de partenariat avec des événements particuliers, pour mesurer sur place le taux d’écoute que la chaîne a reçu. Quels types d’annonces proposez vous ? Du spot traditionnel, au sponsoring d’émissions, en passant par les annonces de plateaux, bannières commerciales. Nous sommes aussi partenaires de certains événements ciblés. Enfin, nous avons diversifié notre offre de programme, pour coller au mieux à la cible de nos annonceurs. Comment la télé se situe t elle sur le marché des diffuseurs ? Tout le monde veut passer à la télé, mais c’est encore perçu comme un dû. L’effondrement récent du marché et des prix en est le signe le plus flagrant. Face à la presse écrite, la télé est plus éphémère, le client ne repart pas avec sa diffusion dans la poche, comme il peut le faire avec un journal ou un magasine. Le manque de professionnalisme de beaucoup de chaînes, qui ne respectent pas forcément les accords de diffusion, ne nous aide pas à changer cette image. Comment êtes vous présents en France ? Apsara est diffusée par trois fournisseurs internet : Free, Neuf et Orange, ce qui nous assure une bonne couverture. Notre cible en France est essentiellement la diaspora cambodgienne. Nous produisons un programme diffusé simultanément au Cambodge de 23h30 a 06h00, en France pendant les horaires de la journée.
  6. 6. LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 DOSSIER LA TOUCHE CAMBODGIENNE La communication de masse, avec tout ce qu’elle implique de simplification, est arrivée brusquement voilà dix ans, parfois véhiculant des messages et des images jusque là inusitées, parfois reprenant et accentuant des penchants déjà très présents dans la société. Dans un pays où la moitié de la population a moins de 20 ans, il a fallu faire une place aux nouvelles libertés offertes aux jeunes : celles ce se divertir autrement, de communiquer, de se déplacer plus facilement ; celle de s’habiller autrement. Les annonceurs, par souci de démarquage, cherchent généralement à s’associer à une image de modernité, parfois copiée sur les pays voisins. Malgré tout, la famille, le respect qui lui est dû et la place de chacun en son sein restent des thèmes très porteurs. A contrario, l’utilisation des thèmes récurrents de la fierté nationale sont aussi délicats d’emploi : l’association d’image avec la grandeur khmère, la beauté d’Angkor n’étant pas profitable pour tous les produits. C est donc aux créatifs et opérateurs de percevoir jusqu’où ils peuvent innover: le message se devant de communiquer une image de modernité quis soit aceptable pour le plus grand nombre. Equilibre pas toujours facile à trouver, dans un pays où le niveau d’information, s’il progresse sans cesse, reste assez faible. Enfin, les graphistes nous disent que le sens graphique cambodgien a horreur du vide: quand les créatifs européens s’attachent à dépouiller leur visuel pour rendre le message plus clair, et sa compréhension plus immédiate, la mode au Cambodge veut qu’on optimise l’espace de publication, avec pléthore de détails. C’est particulièrement notable sur les documents promotionnels, brochures, prospectus, livrets, supports facilement réalisés par des intervenants locaux. Peut être la profusion artistique du style décoratif du temple angkorien Banteay Srei ressurgit elle ici… LISTE PARTIELLE DE CONTACTS PROFESSIONNELS Ogilvy Action Mss Elida DELBOURG elida.delbourg@ogilvy.com www.ogilvyaction.com Bates Mr Andrew MARTIN Andrew.Martin@batesasia.com www.batesasia.com Mindshare Mr KIM Hak To kimhak.to@mindshareworld.com www.mindshareworld.com Phibious Mr Mervyn CHEO cambodia@phibious.com www.phibious.com Reddot Mr John SEOW service@reddot.com.kh www.reddot.com.kh IMS Mr TEM Ken Seng info@imsgroups.biz www.imsgroups.biz graphic roots Mr SIV Sam Ath graphicroots@online.com.kh www.graphicroots.com.kh
  7. 7. NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE Lenombredemarquesprésentesdanslesvillesprincipalesdelarégion estdeplusenplusimportant.Cetteéditiondu Indochina Research’s I-TRAK™ examine la reconnaissance de marque ainsi que les facteurs influençant la marque ENQUÊTE RÉGIONALE QU’Y A-T-IL DANS UN NOM DE MARQUE? Portable, Moto et Electronique Les marques de téléphones portables, motos et électroniques ont les plus hauts taux de notoriété. Nokia domine clairement la reconnaissance de marque auprès des consommateurs de la région Les taux de notoriété publicitaire et d’utilisation de ces marques sont aussi significatifs, ce qui montre quel’importancedelacommunicationetl’expérience de la marque sont des facteurs essentiels pour promouvoir la reconnaissance du nom. Quid des autres marques? Les taux de notoriété des autres marques sont assez élevés en particulier pour les marques évoluant dans les secteurs des produits de soins personnels, lessive et vêtements. Le lieu joue aussi un rôle dans la notoriété de marque. Les consommateurs vietnamiens reconnaissent un plus grand nombre de marques d’électronique et autres marques locales, ce qui reflète un environnement retail plus divers. Les consommateurs cambodgiens reconnaissent plus une variété de marques de produits de soins personnels alors que ceux au Laos ont été plus capables de se rappeler d’une plus grande gamme de produits vestimentaires. Des différences entre les genres existent aussi dûes à différents niveaux d’expérience des marques. Les femmes ont plus tendance à se rappeler de marques de produits de soins personnels alors qu’une plus forte proportion d’hommes a cité des marques d’électronique, autos et motos, bière (Tiger, Anchor, Beer Laos) ou tabac (Vinataba, 555, A Red). Les raisons d’une préférence Les raisons liées à la préférence et utilisation de telle ou telle marque varient par catégorie de produits mais quelques points communs existent. Plus de 40% des consommateurs achètent une marque parce qu’ils croient que cette marque est de grande qualité ou est durable. La “popularité” est importante au Cambodge et au Laos alors que la “varété des modèles ou designs” est une source d’influence au Vietnam. Les critères de sélection dúne marque les plus importants sont les suivants: marques locales et équivalence Bien que les marques locales aient toujours existé, leur présence a souvent été minimisée dûe à un manque d’initiatives publicitaires et à des problèmes de qualité par rapport aux marques internationales. Depuis peu, le taux de notoriété et acceptabilité des marques locales a augmenté. Les consommateurs au Cambodge ont plus tendance à préférer une marque locale alors que ceux au Laos ont le taux d’indifférence le plus élevé. Purchase Preference by Brand Origin 32% 40% 26% 52% 38% 17% 1% 57% 47% Laos Cambodia Vietnam Local Brand Foreign Brand No Preference Qualité 6.57 Prouvé mondialement/cliniquement 6.20 Bon rapport qualité-prix 5.87 “A la pointe” 5.82 “Confiance”dans la marque 5.81 Echelle de 1 à 7 Méthodologie de I-TRAK™: Sélection aléatoire de 600 personnes agées de 18 à 45 ans selon 2 segments d’âge: 18- 29 ans et 30-45 ans et divisé à égalitéentrehommesetfemmes. Etude menée en novembre 2007 auprès de résidents de Hanoi et HCMC (Vietnam), Phnom Penh (Cambodge) et Vientiane (Laos). www.indochinaresearch.com Vietnam – Sagarika@indochinaresearch.com Cambodia – Laurent@indochinaresearch.com Laos – Chansada@indochinaresearch.com
  8. 8. LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 Conjoncture Textile au Cambodge : trou d’air ou retournement de cycle ? Les exportateurs de la confection (M. Ken Loo, Secrétaire général de l’Association des industriels du textile, le GMAC) ont annoncé que les exportations textiles n’auraient pratiquement pas progressé en 2007, suite à un effondrement de 46% au dernier trimestre. Au total, les exportations auraient représenté 2,93 milliards de dollars en 2007, contre 2,88 en 2006, soit une hausse moins de 2% seulement. En 2006, les exportations textiles avaient progressé de 18 % sur 2005. Les autorités n’ont pas encore fourni de données officielles pour 2007. Il convient donc de rester prudent. Les commentateurs voient deux explications : la réduction de la croissance américaine, qui absorbe 80 % des exportations textiles cambodgiennes, et la levée des mesures de protection européenne à l’encontre des textiles chinois. Les industriels s’inquiétaient également de la concurrence vietnamienne, suite à l’entrée de ce pays dans l’OMC. Il n’en reste pas moins que le textile est l’un des quatre moteurs de la croissance du Cambodge. Il représente plus de 300 000 emplois industriels, et est de très loin la première industrie d’un pays encore peu diversifié. Sa contribution à la croissance générale était de plus de 3 points de PIB en 2006 (pour une croissance totale du PIB de 10,8%), et la contribution attendue pour 2007 était de plus de 2 points. Le textile représente près de 70 % des quelques  4,3 milliards de dollars d exportations totales du pays pour 2007. La fin du textile cambodgien est annoncée depuis le milieu des années 2000, et sa résilience tout autant saluée depuis fin 2005. Début 2005 un bref trou d’air s’était produit avec la fin des accords multifibre. Les industriels étaient manifestement attentistes. Mais la croissance du textile avait repris de plus belle. Aujourd’hui, le surplomb de productivité du textile cambodgien par rapport à ses concurrents, et notamment au Viêt-Nam, est faible. Mais des efforts de productivité sont en cours. année 2003 2004 2005 2006 2007 Croissance annuelle du secteur de la confection (%) 16,8 24,9 9,2 20,4 1,73 % ? Source : EIC jusqu’en 2006 Augmentation de l’Inflation au Cambodge Le ministre d’Etat, ministre du plan, et à ce titre chargé de l’Institut National de la Statistique (INS) a indiqué lors d’un discours le lundi 14 janvier que l’inflation était de 6 % en 2007, après avoir été de 4,7 % en 2006. Selon l’Institut national des statistiques, l’indice général des prix a augmenté de 5,85 % en moyenne annuelle en 2007. En glissement mensuel, l’indice général des prix à la consommation a augmenté de 10,79 %de décembre 2006 à décembre 2007. L’INS suit deux séries d’indices : un indice hors loyers et un indice incluant les loyers. L’évolution de l’indice général hors loyers a été de 7,63 % en moyenne annuelle, mais de 14,45 % en glissement de décembre à décembre. L’indice des prix du logement a évolué quand à lui de 4,12 % en moyenne annuelle, et de 6,45 % en glissement. Parmi les 8 groupes de produits suivis par l’INS, les plus fortes augmentations en glissement ont concerné le groupe nourriture, boissons et tabac (19,77 %), et le groupe transport et communications (13,5 %). Onmesurebienlàl’effetdelahaussemondialeduprixdesmatièrespremièresénergétiques.Cetteaugmentation de l’inflation touche tous les pays de la zone. La hausse des prix des carburants pèse sur le budget de l’Etat Après avoir contribué (avec l’augmentation des prix des produits alimentaires) à nourrir la reprise de l’inflation, le prix des carburants importés pèse maintenant sur le budget de l’Etat. Celui-ci subventionne en effet les prix de l’essence à la pompe, surtout en ce qui concerne les administrations civiles et militaires cambodgiennes. Le BRÈVES
  9. 9. NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE premier ministre s’est récemment ému de la situation et a demander aux fonctionnaires de limiter l’usage des véhicules d’administration « faute de quoi le budget des dépenses 2008 du pays devra être revu à la hausse ». Cambodge : le prix du foncier atteint des sommets à Phnom-Penh Le prix du foncier a poursuivi sa flambée au Cambodge, et tout particulièrement à Phnom-Penh. Les prix ont connu leur plus forte croissance en 2007, passant pour la moyenne des quartiers résidentiels de 700 $/m² à 1600$. En 2000 ces terrains se vendaient 400$/m². En décembre 2007 les terrains situés le long des boulevards Monivong et Norodom se vendaient entre 2000 et 3000 US$/m². Deux courants de pensée s’opposent. Lesoptimistesconsidèrentquecetteflambéeestuneffetderattrapagedesprixrégionaux,lui-mêmedûàlapaix civile qui règne au Cambodge depuis une dizaine d’années. Ils font valoir que les achats se font massivement en cash, et notamment à partir de fonds importés par des cambodgiens expatriés qui reviennent investir au pays. La part de foncier achetée à crédit reste très faible. Par ailleurs l’absence de réelle intermédiation bancaire et de marchés financiers conduit ceux qui détiennent des fonds au Cambodge même à privilégier l’acquisition foncière. Au total le risque de réajustement du marché serait limité, et le risque systémique très faible. Les pessimistes font valoir que le prix des baux a atteint des niveaux très bas, proches de 2 %, ce qui devrait produire des effets à terme. Le rattrapage des pris régionaux ne devrait pas être total, les infrastructures offertes à la population étant d’un niveau bien inférieur. Par ailleurs la construction est l’un des piliers de la croissance du pays. Un effet de freinage marqué des programmes de construction, en cas de tassement du marché, pourrait donc avoir des conséquences en termes de croissance. Banque et finance La Banque Nationale exhorte les banques commerciales cambodgiennes à supporter la micro-finance Alors même que l’épargne non réinvestie des banques commerciales cambodgiennes s’élève à 1 milliard de dollars US, ces dernières prêtent peu, et à un taux élevé. Le manque de confiance et l’absence de garanties nécessaires à la sécurisation d’un prêt constituent les principales raisons de cet état de fait. Pourtant l’activité de micro-finance, en pleine expansion, pourrait profiter aux prêteurs cambodgiens. En 2006, des prêts pour un total de 94 millions de dollars US ont été accordés. Entre janvier et septembre 2007, leur montant atteignait déjà 146 millions de dollars US. Les intérêts de ces prêts, particulièrement élevés, sont majoritairement reversés aux investisseurs étrangers, principaux acteurs du cadre de la micro-finance (entre 10 à 20 millions de dollars US chaque année). En encourageant les banques commerciales à s’intéresser à la micro-finance, la Banque Nationale espère ainsi que les revenus générés par l’activité de micro-finance profitent davantage aux nationaux, et que cela contribue dans le même temps à faire baisser les taux d’emprunt. Cambodge : à présent un rating pour une banque privée : ACLEDA Après le rating de la dette publique cambodgienne par Standard and Poors et Moody’s et le classement COFACE, c’est à présent une banque privée cambodgienne, ACLEDA, qui vient de se voir accorder un rating par Standards and Poors. Certes il s’agit de la seule véritable banque de détail du pays, et d’une des plus transparentes. Pour autant, ceci contribue à faire que le pays, qui connait une croissance exceptionnelle, atteignant les deux chiffres depuis trois ans, ne soit plus dans ce domaine une « zone blanche » sur la carte du Monde. ACLEDA poursuit ses augmentations de capital et son expansion Pour fêter son 15ème anniversaire, la banque ACLEDA augmente son capital de 30 millions de dollars US à 50 millions de dollars US. ACLEDA est possédée à 51% par des intérêts cambodgiens et pour le reste à parts égales par la SFI et les institutions financières allemande DEG et hollandaises FMO, Stichting Triodos Doen et Triodos Custody B.V. ACLEDA a connu une augmentation régulière de ses bénéfices nets, de 475 0000 dollars US en 2001 à 6,7 millions de dollars US en 2006. Par ailleurs la banque cambodgienne a annoncé récemment qu’après avoir créé une filiale au Laos (pour un coût de 10,5 millions de dollars US en co-financement avec ses trois partenaires hollandais), elle allait lancer des opérations en Chine et au Vietnam dans les cinq ans à venir. ACLEDA, qui est la BRÈVES
  10. 10. 10 LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 première banque cambodgienne par son réseau et qui est issue d’une ONG de microfinance dans les années 90, base son expansion dans les trois pays sur son positionnement à destination des consommateurs aux revenus les plus faibles, avec des prêts de petits montants, à partir de 20 ou 30 dollars US. Agriculture Cambodge : troisième bonne année de récolte rizicole. Le ministère de l’agriculture vient d’indiquer que la récolte rizicole progressera pour la troisième année de suite. Elle se situera 100 000 tonnes au-dessus de la précédente, qui était de près de 6 millions de tonnes, et permettra de dégager un surplus exportable de 2 millions de tonnes. Le riz reste, de loin, la principale production agricole du pays, les efforts de diversification entamés n’ayant pas encore apportés de contribution majeure à la production ou aux exportations. L’augmentation de la récolte est donc une bonne nouvelle pour le pays, puisque l’agriculture représente le tiers du PIB mais emploie les deux tiers de la main-d’œuvre. Deux éléments peuvent expliquer cette bonne nouvelle. Les efforts en faveur de l’irrigation peuvent avoir porté leurs fruits. Il peut aussi s’agir de la conséquence de la pluviométrie. Les agronomes considèrent que la date des dernières pluies de saison humide est déterminante pour le volume de la récolte. Cette année encore la saison sèche a commencé assez tardivement. Les plantations d’hévéa progressent La production de caoutchouc devrait augmenter au cours des quatre années à venir pendant que les prix sur les marchés internationaux continuent de monter. Les plantes à croissance rapide introduites au Cambodge au cours de ces dernières années sont maintenant matures et la production augmente. Les exportations de caoutchouc, de 35 000 tonnes en 2007, pourraient atteindre 40 000 tonnes cette année et atteindre la valeur de 25 à 30 millions de dollars US. Toutefois, l’absence d’usine de transformation du caoutchouc entrave la croissance de la production d’hévéa au Cambodge alors que le pays est toujours un exportateur de produit brut plutôt que de caoutchouc transformé. Selon le ministre de l’agriculture, l’installation d’usines de transformation pourrait augmenter significativement la valeur des exportations de caoutchouc cambodgien. Les plantations d’hévéa appartenant à l’Etat et à des propriétaires privés, situées majoritairement dans les provinces de Kampong Cham, Ratanakiri et Kampong Thom, couvrent sur une superficie totale de 70 000 ha. La surface des plantations familiales a augmenté de 8 000 ha en 2006 à 11 000 ha en 2007. L’an dernier le gouvernement a perçu 5 millions de dollars US de taxe d’exportation. Les prix sur le marché international du latex sous forme sèche atteignaient 2 200 à 2 400 dollars US par tonne l’an dernier et devraient atteindre 2 600 dollars US par tonne à la fin de la première récolte autour du mois de février de cette année. La qualité et les prix baissent pendant la saison des pluies. Privatisation des plantations d’hévéa à Kampong Cham Le gouvernement a attribué à bail de 99 ans deux plantations d’hévéa à Kampong Cham aux investisseurs privés dans le cadre visant à ouvrir les plantations appartenant à l’Etat aux investisseurs privés. En mai 2007, le Conseil des Ministres a annoncé les appels d’offres pour la privatisation des plantations de Chamcar Andong, Boeung Ket et Memot. Deux sociétés locales,TTY Corporation et Long Sreng International ont été sélectionnées pour opérer respectivement les 9 000 ha de plantation de Memot et 8 000 ha de plantation de Boeung Ket. Indications géographiques Deux produits cambodgiens, le sucre de palme de Kampong Speu et le poivre de Kampot ont reçu un certificat d’indication géographique décerné par l’Union Européenne. L’obtention du certificat IG ouvrira la porte des exportations vers le marché européen. D’ailleurs, le produit typique de Siem Reap, le prahok (poisson fermenté) est en discussion avec des donateurs pour obtenir un financement qui permettrait de relancer la demande de certification de cette spécialité. BRÈVES
  11. 11. NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 11 LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE BRÈVES Une firme japonaise investit dans le secteur agricole du Cambodge La firme japonaise Kobe Bussan a annoncé un investissement de 10 millions de dollars dans le secteur agricole du Cambodge après une rencontre entre la délégation des hommes d’affaires japonaise et le Vice Primier Ministre Sok An au Conseil des Ministres. La firme a reçu un contrat de 80 ans du gouvernement cambodgien pour investir sur un terrain de 1 300 ha à la province de Kampong Cham. La firme investira entre 15 et 20 millions de dollars US dans les cultures de concombre, gingembre, patates et radis pour vendre dans le marché local et exporter en Chine, au Japon et en Égypte. Une usine de transformation de manioc à Pailin La société Tay Seng Co., Ltd, prévoit de construire une usine de production de farine à Pailin dans le but d’aider les producteurs locaux de manioc. La culture de manioc couvre actuellement une superficie de 6 000 ha dans la région mais elle pourrait tripler si le marché s’avère assez large. Le manioc récolté est souvent vendu à bas prix aux commerçants thaïlandais alors que son prix augmente. La future usine aura une capacité de transformation de 240 à 280 tonnes de manioc frais par jour. Investissements Restauration du réseau ferré cambodgien Les travaux de restauration des deux lignes de chemin de fer cambodgien ont été confiés à trois sociétés, dont la française TSO, les thaïlandaises AS et NAWARAT. Une cérémonie officielle a rassemblé un représentant de TSO et le Ministre des Transport Sun Chanthol. La restauration du tronçon de 264 km entre Phnom Penh et Sihanoukville prendra 23 mois, alors que celle de la ligne Phnom Penh – Poipet (386 km) prendra 22 mois. Les travaux de restauration, y compris la construction de 64 nouveaux ponts, de 38 grands et petits égouts et de 71 stations d’arrêt, estimés à 83,2 millions de dollars US, sont financés par un prêt de 42 millions de dollars US de la Banque Asiatique de Développement, par 13 millions de dollars US de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole), et 13 millions de dollars US de dons en nature du gouvernement malaisien et par 15,2 millions de dollars US du gouvernement cambodgien. Les lignes Phnom Penh – Sihanoukville et Phnom Penh – Poïpet ont été créées respectivement en 1960 et 1931. Les deux seules lignes du royaume sont obsolètes et les trains y circulent à seulement 20 – 30 km/h. Inauguration de la cimenterie de Kampot La plus grosse cimenterie du Cambodge a été inaugurée le mardi 14 janvier 2008 par le Premier Ministre Hun Sen. Kampot Cement, ou K. Cement, est une joint-venture khmèro-thaïe dont le capital, de 93 millions de dollars US, est détenu à 80% par Siam Cement Group et à 20% par la société locale Khaou Chuly Group. La capacité de production prévue est de 960 000 tonnes par an dans un premier temps. Il est prévu de doubler la capacité d’ici deux ans. 100 millions de dollars US supplémentaires seront investis pour cela. Le boom du secteur de la construction au cours des dernières années tire la demande en ciment, qui atteindrait actuellement 1,5 millions de tonnes et devrait passer à 2 millions de tonnes en 2008 et 5 millions de tonnes en 2015. Nouveau port maritime, l’un des projets pour Kampot Pour la 1re phase de projets de plusieurs millions de dollars prévus dans la construction de la zone économique spéciale et du développement de la ville nouvelle pour la province côtière tranquille, un nouveau port maritime international a été construit en joint venture de 35 millions de dollars US avec la société Malaisienne. Les travaux ont débuté en 2007 et prévoient de finir en 2009. La zone économique spéciale de Kampot a reçu l’autorisation du gouvernement en 2006 pour construire sur un terrain de 1 000 ha au long de la côte, environ 8 km du pied de la montagne Bokor. Suite à cette phase, en 2010, la société construira des bâtiments, des usines de textiles et des logements pour les ouvriers. Les villas, les appartements, les hôtels et un stade seront similaires à Camko City à Phnom Penh. Le nouveau port maritime de Kampot est le dernier dans la série de 14 zones économiques spéciales qui ont été mises en place partout au Cambodge au cours des dernières années.
  12. 12. 12 LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 BRÈVES Exploration minière à Mondulkiri Depuis quelques mois, la firme minière australienne PHP Billiton a commencé l’exploitation de bauxite à Mondulkiri. La firme a signé la concession en 2006 pour exploiter 1 000 km² à Mondulkiri. D’ailleurs, certaines zones sont encore parsemées de mines non explosées et de terres de mines depuis 40 ans. Le minerai de bauxite est le composant non raffiné de l’aluminium. Billiton espère en trouver assez dans les quantités recouvrables pour construire une raffinerie d’aluminium à Mondulkiri. Dans un autre côté, la firme australienne Oxiana Ltd., avait également exploité dans cette province depuis un an l’or et le cuivre. Oxiana exploite l’or de Sepon et les mines de cuivre à travers la frontière au Laos. Energie Le Laos et le Vietnam fourniront de l’électricité au Cambodge Un accord de coopération sur l’énergie a été signé entre le Cambodge, le Laos et le Vietnam. Cet accord porte sur l’accélération de la construction de deux lignes de transmission financées par la Banque Mondiale. Une ligne reliera le Vietnam de la province de Tay Ninh à la province de Kampong Cham au Cambodge et la deuxième ligne la province de Champasak du Laos à la province de Stung Treng au Cambodge. Les travaux, estimés à 18 millions de dollars US, débuteront en 2008 et seront terminés en 2010. C’est la première fois que le Laos fournira de l’électricité au Cambodge, alors que le Vietnam en a déjà fait l’expérience à sept points frontaliers. Projet de constructions des centrales électriques Face à une augmentation constante de demande de l’énergie, le gouvernement cambodgien recherche 3 milliards de dollars US pour investir dans les constructions de sept centrales électriques dans les prochaines décades. Le gouvernement prévoit d’autoriser la construction de six centrales hydroélectriques à partir de 2016 et d’une centrale électrique au charbon à partir de 2011, pour une capacité totale environ 900 MW. Selon le Secrétaire d’Etat à l’Industrie, le gouvernement aurait besoin de plus de 3 milliards de dollars pour construire les centrales électriques. Le gouvernement est en pourparlers avec des investisseurs, dont des sociétés chinoises et coréennes. La demande d’énergie a augmenté ces dernières années avec le développement du pays. Le réseau électrique peut supporter 200 MW mais la demande atteint près de 300 MW. Le manque de centrales ainsi que le fait que la quasi-totalité de l’électricité produite le soit à partir de fuel lourd ou de diesel conduit à un coût élevé qui freine l’investissement. Le coût du KWh d’électricité à Phnom Penh est de l’ordre de 0,20$/KWh et atteint 0,50 à 0,80$ dans les zones rurales, pour les rares qui sont connectées. Projet de construction de centrale électrique au charbon à Koh Kong Le gouvernement Cambodgien a approuvé un projet d’investisseurs thaïlandais d’étude de faisabilité pour la construction d’une centrale électrique au charbon dans la province de Koh Kong. Une production de 3 600 MW d’électricité est destinée au marché thaïlandais et 200 ou 300 MW pour le Cambodge. La centrale Koh Kong Power Light, sur la côte de Pouy Yeaysem, à environ 50 km du nord-ouest de la ville de Koh Kong, devrait entrer en production à partir de 2014. Le charbon utilisé sera importé de l’Australie ou d’Indonésie. A l’heure actuelle, aucune licence de production n’est encore accordée aux investisseurs. LesinvestisseurssontlagrandesociététhaïlandaiseItalien-ThaiDevelopmentPlc,EgcoPlc,RatchaburiElectricity Holding Plc, Dqtang International (Hong Kong) Ltd, Egat International and Sino Thai Resources Development Plc. La centrale électrique à Koh Kong est la deuxième centrale au charbon en chantier pour le Cambodge. Une centrale électrique au charbon de 200 MW à Sihanoukville est en travaux et devrait entrer en service d’ici 2012. Siem Reap reçoit l’électricité de Thaïlande Depuis la fin novembre, Siem Reap utilise l’électricité importée de Thaïlande provenant de la compagnie nationale d’électricité thaïlandaise EGAT. Les générateurs utilisés jusqu’ici, dont la capacité n’excédait pas 22 kV, ontétéstoppéspourêtreremplacésparuneligneàhautetensionde115kV.Cettenouvellelignedetransmission connecte également Banteay Mean Chey et Battambang. Grâce à cette puissance supplémentaire, Siem Reap sera davantage capable de faire face à l’affluence de touristes. La société Sou Ching Co. Ltd a reçu l’autorisation dedistribuerl’électricitéàSiemReap.Lecoûtdecelle-ciseraau-dessousdes0,21$/KWhprécédemmentfacturés sans qu’on en connaisse encore le montant précis, la discussion entre les autorités n’étant pas achevée.
  13. 13. NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 13 LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE BRÈVES Pétrole : les Chinois commencent l’exploration sismique du Bloc F Un navire d’exploration sismique de pétrole opéré par la société chinois Chinese National Offshore Oil Ltd (CNOOC) a reçu une autorisation du gouvernement cambodgien pour mener des recherches pétrolières dans le Bloc F du Cambodge, comprenant les zones côtières de Mong Rethy à l’île Rong. L’exploration dure plus de 20 jours. Des recherches profondes seront conduites avant de lancer officiellement le forage du pétrole si la société constate que le pétrole et le gaz dans le Bloc F sont extractibles. Tourisme Un visa unique pour le Cambodge et la Thaïlande Un projet de visa unique pour deux pays est en cours d’élaboration entre le Cambodge et laThaïlande. Ce projet entre dans l’accord de coopération entre 5 pays la Birmanie, le Cambodge, le Laos, la Thaïlande et le Vietnam signé en 2003. Le but de cet accord est d’amener plus de touriste aux deux destinations et pourrait être mis en place dès le premier semestre 2008. Deux millions de touristes en 2007 Le Cambodge a accueilli deux millions de touristes en 2007, un chiffre en hausse de 20 % par rapport à l’année précédente. Le royaume enregistre une hausse constante du nombre de visiteurs étrangers de 20 % en moyenne depuis dix ans. Si cette progression se maintient, le pays devrait accueillir trois millions de touristes étrangers en 2010 et cinq millions en 2015. Les coréens restent en tête des premiers visiteurs du pays avec 301 798 arrivées pour les 11 premiers mois de l’année 2007, suivi par les japonais et les américains pour 143 514 et 123 388 arrivées respectivement. Le tourisme génère plus de 1,5 milliards de dollars US de revenus en 2007, en augmentation de près de 27 %. La province de Siem Reap a reçu 60 % des visiteurs, Phnom Penh 35 %, Sihanoukville 10 % et les 5 % restant sont répartis entre les autres lieux touristiques du Cambodge. Un premier vol commercial direct d’Europe Pour la première fois depuis la politique du ciel ouvert du pays, un Boeing 757 de l’Air Finland s’est posé à Phnom Penh en début du mois de décembre dernier amenant 215 suédois et danois à son bord. Le nombre de touristes suédois ont augmenté de 45 % cette année passant de 9 000 à plus de 13 500 pour les 10 premiers mois de l’année 2007. Plus de 9 vols à raison de 3 par mois sont prévus entre la Suède et le Cambodge d’ici avril 2008. Ce premier vol commercial historique en provenance d’Europe montre que le Cambodge peut désormais accueillir les grands charters sur son territoire. Les touristiques étrangers devaient jusqu’à présent transiter dans les villes de la région avant de pouvoir joindre le Cambodge. Les touristes européens, qui représentent 18 % au total en 2006, pourront ainsi voyager à Phnom Penh en moindre coût et sans escale. Nouvel itinéraire de China Eastern Airline vers Phnom Penh China Eastern Airlines, l’un des plus grands charters, a ouvert le nouvel itinéraire du sud-ouest de la ville de Kunming vers Phnom Penh. Depuis début novembre, 3 vols réguliers par semaine ont volé à Phnom Penh. Le CRJ 200 de 50 passagers a été utilisé pour le nouveau service aérien. Les vols décollent de Kunming, ville de Yunnan, à 7h15 tous les mercredis, vendredis et dimanches et arrivent à Phnom Penh à 10h40, heure locale. Les vols de retour partent de Phnom Penh à 11h30, heure locale, du même jour. Les vols font une escale de 40 minutes dans le sud de la ville de Nanning. Le nouveau service aérien aidera à renforcer le marché de voyage de Yunnan et du Cambodge et également les échanges économiques entre les deux pays. Le développement du Mont Bokor a débuté Bénéficiant d’un contrat de concession avec le gouvernement cambodgien pour une durée de 99 ans, la société Sokha Hotels and Resorts, une branche du groupe Sokimex, vient d’annoncer l’ouverture des travaux d’aménagementduparcnatureldu« Bokor »,d’aprèslenomd’unemontagnesituéedanslaprovincedeKampot. L’amélioration des infrastructures du parc, la construction des résidences, d’écoles, de centres commerciaux, d’hôpitaux seront réalisés sur un investissement d’un milliard de dollar. Ce projet nécessitera 15 années de travaux. Le site du parc national de Bokor existe depuis les années 20. Le début des travaux a toutefois conduit à la fermeture de la route d’accès de ce site prisé des touristes passant par Kampot.
  14. 14. 14 LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 BRÈVES Droit des affaires La loi sur la faillite promulguée La loi sur la faillite a été promulguée le 7 décembre dernier. Est ainsi fourni un cadre légal aux poursuites engagéesparlescréanciersàl’encontredeleurdébiteurdéfaillant.Cetteloin’acependantvocationàs’appliquer qu’aux commerçants et personnes morales qui possèdent des biens au Royaume du Cambodge. Sont exclus les débiteurs ou créanciers qui relèvent d’autres dispositons telles que la loi sur les institutions financières et les banques ou la loi sur les assurances Et le Code de Procédure Civile s’appliquera chaque fois que la loi ne comporte pas de dispositions spécifiques à la situation litigieuse. A l’instar de la loi française sur les entreprises en difficulté, la loi sur la faillite organise le paiement collectif de la dette, ou son remboursement selon le rang et les privilèges des créanciers, tout en respectant l’équité. Le réaménagement de la dette est également prévu dans la mesure où la situation le permet et où les parties arrivent à un accord. Enfin, les juridictions commerciales auront vocation à appliquer ce texte dès lors qu’elles auront été instituées. En attendant ce sont les Cours ordinaires qui ont compétence. Le Parlement a adopté un projet de loi sur les échanges commerciaux avec le Japon Un projet de loi sur la libéralisation et la protection des échanges commerciaux avec le Japon a été ratifié par le Parlement. Cet accord bilatéral, prévu pour une période de 10 ans, devrait permettre un accroissement des investissements nippons. En effet, les importations de matériaux de construction et de production seront libres de taxes. Les entreprises pourront profiter de la réduction d’impôt sur les bénéfices. Les investisseurs japonais pourront également rapatrier les profits et bénéfices, et obtenir des prêts fonciers à long terme dans les zones économiques spéciales (ZES). Cetteloi devrait encourager le début des constructions sur les 70 hectares de ZES attenantes au port de Sihanoukville. Adoption de la loi sur les garanties La loi sur l’émission et le commerce de garanties non-étatiques a été promulguée le 19 octobre 2007 (Décret Royal n° NS/RKM/1007/028). Cette loi a pour objet de réguler le marché des garanties, les autorisations et les moyens de paiement des opérations, le dépôt de garanties, et les autres opérateurs sur le marché des garanties qui gèrent ou procurent des services financiers, y compris les sociétés à responsabilité limitée et les entités juridiques qui peuvent émettre les garanties. Projet de loi sur l’Aviation Civile Le projet de loi sur l’Aviation Civile a pour objet de doter le Cambodge des standards internationaux pour les lignes commerciales. Ainsi, parmi les principales dispositions en discussion, celles relatives à la sécurité des passagers. Notamment le secrétaire d’Etat à l’Aviation Civile souhaite instaurer une unité permanente de recherche et de sauvetage des vies humaines. Dans le même temps, les compagnies commerciales seront responsables des dommages corporels causés à leurs voyageurs.
  15. 15. NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 15 LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE Le programme européen ASIA INVEST développe cette année une composante éco-tourisme, pour laquelle la CCFC est le partenaire cambodgien. Le but de ce programme qui va s’étaler sur toute l’année, est de mettre en contact des professionnels asiatiques et européens actifs dans différents domaines de l’éco-tourisme: de l’artisanat et la préservation des savoirs-faire traditionnels, aux activités nature et d’extérieur, en passant par les techniques de construction et de gestion d’activités éco-responsables et les ingéniéries de certification et de labellisation. Le programme qui commence ce mois de février ne se conclura qu’en novembre, à l’occasion du salon international du tourisme à Shanghai auquel assisteront les partenaires du programme. Ce sera l’occasion de concrétiser les contacts déjà pris pour continuer à travailler sur les projets publiés au cours de l’année. Avec 2 millions de touristes annuels, le Cambodge a maintenant la possibilité de mettre en valeur un patrimoine naturel riche et diversifié: Avec plusieurs réserves naturelles bénéficiant de suivi et de surveillance, et qui proposent déjà des promenades touristiques de découverte de l’environnement, le Cambodge peut être un paradis pour amateurs d’oiseaux, de plantes exotiques, tout simplement d’activités en extérieur. Parcs du Bokor et réserve de Ream sur la côte, réserves ornithologiques de Prek Toal sur le Tonlé Sap et de Ang Tropeang Thmor dans Banteay Meanchey, parc de Virachey dans le Rattanakiri, parc de Kirirom, les possibilités sont nombreuses et peuvent se conjuguer avec la découverte de communautés humaines et leurs différentes spécificités ethnographiques : artisanat, architecture traditionnelle... Même dans les temples d’Angkor, des programmes de découverte des environnements peuvent être proposés. L’éco-tourisme, c’est aussi la maîtrise de technologies et de savoirs-faire éco-responsables en matière de recyclage, d’énergies, de construction. Tous domaines dans lesquels la rapidité des évolutions nécessite une information de qualité. Enfin, dans un contexte où le développement durable est en train de devenir un label autant qu’un support de communication, il est important de se tenir au fait des possibilités d’enregistrer une action spécifique dans un contexte déjà existant, de façon à en multiplier les retombées. Les certifications internationales existent déjà, pas toujours suffisamment connues. Elles peuvent permettre d’inscrire une initiative dans un cadre facilité, leur faisant bénéficier d’un cahier des charges qui soit un guide d’action. Les domaines d’application du programme sont donc beaucoup plus larges que la simple promotion de ballades dans la nature.Tout un pan d’ingénierie peut aussi être développé, qui permette de publier une offre cohérente de produits labellisés, reconnus par les cercles professionnels, et basée sur un partage de valeurs autant qu’une volonté de développer un segment particulier d’une activité déjà en pleine expansion.   ECO-TOURISME PARTENARIAT EUROPÉEN anhinga à ventre noir réserve de biosphère - PrekToal
  16. 16. 16 LA LETTRE DU CAMBODGE - UNE PUBLICATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-CAMBODGIENNE NUMERO 13 - JANVIER-FÉVRIER 2008 Copyright Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Chambre de Commerce Franco- Cambodgienne. La CCFC s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, elle ne peut en aucun cas ACTIVITES DE LA CHAMBRE : bilan annuel de l’Asssemblé Générale Denis Gambade Directeur CCFC L’Assemblée générale qui s’est tenue le 14 décembre 2007 a permis de statuer sur les réalisations de l’année passée, et de procéder à l’élection du conseil d’administration. Ont été élus ou ré-élus aux postes suivants : Président Jean Boris Roux, Vice présidents Pily Wong, Fabrice de Lapparent, Ludovic Protin, Secrétaire Générale et Secrétaire Général adjoint Anne Guérineau, Laurent Notin, Trésorier et Trésorier adjoint Franck Touch, Richard Tardieu, Administrateurs Christine Soutif, Jean Daniel Gardere, Stéphane Dion, Dominique Catry, Guillaume Massin, Alain Gascuel. 2007 fut une année riche, ou nous avons eu le plaisir d’accueillir notre centième membre, preuve s’il en est du rôle important de la communauté d’affaires française au Cambodge. La CCFC conforte ainsi son positionnement de plus grosse association d’affaire étrangère au Cambodge. La meilleure visibilité de notre chambre à l’étranger est un élément important: La participation au centenaire de l’UCCIFE a permis de rappeler le rôle fondateur de la Chambre de Commerce de Phnom Penh, dont nous héritons; L’année 2008 verra l’organisation d’une mission co-organisée avec la Chambre de Commerce et d’Industrie Franco-Vietnamienne, sur le thème du tourisme; Enfin,laCCFCestpartenairepourleCambodged’unprojeteuropéendepromotiondel’éco-tourismeenasiequi permettra de mettre en valeur l’importance confirmée du secteur touristique pour l’économie cambodgienne. Le développement des activités de la CCFC accompagne donc logiquement une économie de plus en plus ouverte et intégrée à son environnement international. L’implication de la CCFC dans le domaine de l’emploi se confirme, de même que le niveau d’attente d’une populationtrèsjeunepourlesquestionsliéesàl’insertionprofessionnelle ;l’édition2007duForumpourl’Emploi fut un succès en réunissant 9000 jeunes avides d’information sur le monde de l’entreprise. Ce succès met la barre très haut pour l’édition 2008 : exigences financières, attentes de nos entreprise-partenaires, attentes de la population ciblée, le forum 2008 est devenu un rendez vous central dans le calendrier d’activités de la CCFC.

×