Approvisionnement fluvial de paris

701 vues

Publié le

Découvrez le commerce alimentant Paris par la Seine

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
701
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
266
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Approvisionnement fluvial de paris

  1. 1. HistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoires--------dededededededede--------Paris.frParis.frParis.frParis.frParis.frParis.frParis.frParis.fr - Histoires de Seine - L’approvisionnement de Paris par la voiefluvialeL’approvisionnement de Paris par la voiefluvialeL’approvisionnement de Paris par la voiefluvialeL’approvisionnement de Paris par la voiefluviale
  2. 2. Idéalement placé sur la Seine, on apportait par le fleuvedesIdéalement placé sur la Seine, on apportait par le fleuvedesIdéalement placé sur la Seine, on apportait par le fleuvedesIdéalement placé sur la Seine, on apportait par le fleuvedesIdéalement placé sur la Seine, on apportait par le fleuvedesIdéalement placé sur la Seine, on apportait par le fleuvedesIdéalement placé sur la Seine, on apportait par le fleuvedesIdéalement placé sur la Seine, on apportait par le fleuvedes produits utilisés chaquejour pour se nourrir et se chaufferproduits utilisés chaquejour pour se nourrir et se chaufferproduits utilisés chaquejour pour se nourrir et se chaufferproduits utilisés chaquejour pour se nourrir et se chaufferproduits utilisés chaquejour pour se nourrir et se chaufferproduits utilisés chaquejour pour se nourrir et se chaufferproduits utilisés chaquejour pour se nourrir et se chaufferproduits utilisés chaquejour pour se nourrir et se chauffer Le bléLe blé Le foinLe foin Le vinLe vin
  3. 3. Au Moyen Age, le commercepar voie de terreétait difficilecarAu Moyen Age, le commercepar voie de terreétait difficilecarAu Moyen Age, le commercepar voie de terreétait difficilecarAu Moyen Age, le commercepar voie de terreétait difficilecarAu Moyen Age, le commercepar voie de terreétait difficilecarAu Moyen Age, le commercepar voie de terreétait difficilecarAu Moyen Age, le commercepar voie de terreétait difficilecarAu Moyen Age, le commercepar voie de terreétait difficilecar peu sûr et plus coûteux. Aussi, il laissa celui par eau sepeu sûr et plus coûteux. Aussi, il laissa celui par eau sepeu sûr et plus coûteux. Aussi, il laissa celui par eau sepeu sûr et plus coûteux. Aussi, il laissa celui par eau sepeu sûr et plus coûteux. Aussi, il laissa celui par eau sepeu sûr et plus coûteux. Aussi, il laissa celui par eau sepeu sûr et plus coûteux. Aussi, il laissa celui par eau sepeu sûr et plus coûteux. Aussi, il laissa celui par eau se développer.développer.développer.développer.développer.développer.développer.développer. Plus simple, il n’était pas exempts d’inconvénients : pas de possibilité de navigation par basses et grandes eaux. Ensuite, de nombreux péages se développèrent le long de son parcours et de nombreuses ordonnances visèrent à la tenter de les contenir. Pourtant, plus simple, moins chers et surtout ne dépendant pas de l’état des routes, il se développa sous le contrôle de la puissante Confrérie des marchands de l’eau, la Hanse.
  4. 4. Un commerce que les péagesn’épargnaient pas.Un commerce que les péagesn’épargnaient pas.Un commerce que les péagesn’épargnaient pas.Un commerce que les péagesn’épargnaient pas.Un commerce que les péagesn’épargnaient pas.Un commerce que les péagesn’épargnaient pas.Un commerce que les péagesn’épargnaient pas.Un commerce que les péagesn’épargnaient pas. Tout au long du parcours, de multiples péages se succédaient. Aussi, au cours du temps les rois tentèrent de les limiter par ordonnances tout en les attribuer d’une autre main car ils permettaient de satisfaire des barons locaux. En périodes de faiblesse royale, les péages se multiplièrent tenus tantôt par des seigneurs tantôt par des particuliers. Ainsi au début du XVe siècle, le duc de Bourgogne concéda à de En périodes de faiblesse royale, les péages se multiplièrent tenus tantôt par des seigneurs tantôt par des particuliers. Ainsi au début du XVe siècle, le duc de Bourgogne concéda à de nombreux puissants des péages en contrepartie de leur obéissance. Chaque seigneur se devait d’avoir son péage et chacune des créations de nouveaux fiefs s’accompagnait par celles de nouvelles barrières. Ils étaient tenus par des fermiers, hommes de mauvaise réputation, qui s’installaient sur des obstacles à la navigation.
  5. 5. Le commerce fluvial alimentant Paris:Le commerce fluvial alimentant Paris:Le commerce fluvial alimentant Paris:Le commerce fluvial alimentant Paris:Le commerce fluvial alimentant Paris:Le commerce fluvial alimentant Paris:Le commerce fluvial alimentant Paris:Le commerce fluvial alimentant Paris: deux systèmes différents mais complémentaires :deux systèmes différents mais complémentaires :deux systèmes différents mais complémentaires :deux systèmes différents mais complémentaires :deux systèmes différents mais complémentaires :deux systèmes différents mais complémentaires :deux systèmes différents mais complémentaires :deux systèmes différents mais complémentaires : Rouen Mantes PARIS Marne PARIS Sens Troyes Auxerre
  6. 6. Le commerce d’amont alimentépar les bourguignonsLe commerce d’amont alimentépar les bourguignonsLe commerce d’amont alimentépar les bourguignonsLe commerce d’amont alimentépar les bourguignonsLe commerce d’amont alimentépar les bourguignonsLe commerce d’amont alimentépar les bourguignonsLe commerce d’amont alimentépar les bourguignonsLe commerce d’amont alimentépar les bourguignons PARIS Marne FaisantarriverversParisFaisantarriverversParisFaisantarriverversParisFaisantarriverversParis de :de :de :de : • du vin, du charbon, du bois et du blé de Bourgogne, •du blé et du foin des bassins de la Sens Troyes Auxerre •du blé et du foin des bassins de la Seine et de la Marne
  7. 7. PARIS Marne Le transport du boisLe transport du boisLe transport du boisLe transport du boisLe transport du boisLe transport du boisLe transport du boisLe transport du bois Produits très consommé à Paris, le bois provenait de Bourgogne, Nivernais, Bourbonnais et de France Comté. 1 Le bois était jeté dans les ruisseaux (Arce, Aube, Armençon et la Cure) 3 Une fois arrivé sur la Seine ou l’Yonne, on le recueillait. L’amont Sens Troyes Auxerre 1 2 2 3 Une fois arrivé sur la Seine ou l’Yonne, on le recueillait. On les regroupait en train, abandonné ensuite dans le courant ou chargé dans des bateaux Arrivé à Paris, le bois était déchargé dans les ports : La Grève et la Bûcherie près du Petit Pont au Moyen Age puis à la Tournelle, Saint Bernard et le port au plâtre ensuite.
  8. 8. PARIS Marne Le transport du charbonLe transport du charbonLe transport du charbonLe transport du charbonLe transport du charbonLe transport du charbonLe transport du charbonLe transport du charbon Combustible important, le charbon de bois était aussi acheminé de Bourgogne 1 Tout d’abord, le charbon était chargé dans des bateaux de faible tonnage ou dans des bennes, chariots formés d’arbres maintenues par des traverses dans les ruisseaux3 L’amont Sens Troyes Auxerre 1 2 2 3 A Auxerre, Joigny ou Sens, on déchargeait le charbon de ces embarcations pour des bateaux plus gros Arrivé à Paris, le bois était déchargé dans le port de la grève
  9. 9. Le transport du vin par le fluvialLe transport du vin par le fluvialLe transport du vin par le fluvialLe transport du vin par le fluvialLe transport du vin par le fluvialLe transport du vin par le fluvialLe transport du vin par le fluvialLe transport du vin par le fluvial La région autour de Paris produisait du vin mais en faisant venir également par ailleurs : Au milieu du XIVe siècle, on déchargeait du vin de Bourgogne en Grève considéré déjà comme un Avec l’ouverture du Canal de Briare en 1642, du Canal d’Orléans en 1692, reliés par le Canal du Le vin de Bourgogne dés le Moyen Age Le vin de Bourgogne dés le Moyen Age Le vin de Loire à partir du XVIIIe siècle Le vin de Loire à partir du XVIIIe siècle L’amont Bourgogne en Grève considéré déjà comme un produit de grande qualité Plus tard on le déchargea dans les ports de l’ île Louviers, Saint Paul et Saint Bernard. Les bateaux de vin devaient souvent attendre avant d’être déchargé. Toutefois, cette attente ne devait excéder 1 mois, cas où le propriétaire était dédommagé. Canal d’Orléans en 1692, reliés par le Canal du Loing en 1724, on utilisa cette nouvelle voie en parallèle des routes vers Paris
  10. 10. PARIS Marne Le transport du blé et du foinpar le commerceLe transport du blé et du foinpar le commerceLe transport du blé et du foinpar le commerceLe transport du blé et du foinpar le commerceLe transport du blé et du foinpar le commerceLe transport du blé et du foinpar le commerceLe transport du blé et du foinpar le commerceLe transport du blé et du foinpar le commerce fluvial amontfluvial amontfluvial amontfluvial amontfluvial amontfluvial amontfluvial amontfluvial amont Combustible important, le charbon de bois était aussi acheminé de Bourgogne La Brie pour le blé De nombreuses origines : •La Bourgogne, •Les bords de Seine et de l’Yonne •La Brie L’amont Sens Troyes Auxerre Le Bourgogne, produisant du blé et du foin Les bords de Seine et de l’Yonne pour le foin A Sens, Nogent sur Seine et à Bray, les cargaisons des différentes provenances étaient mélangés pour être transportés vers Paris A Paris, le blé et le foin étaient déchargés dans les ports de la Tournelle, l’île Louviers et en Grève.
  11. 11. Le commerce d’aval, animé par les picards etLe commerce d’aval, animé par les picards etLe commerce d’aval, animé par les picards etLe commerce d’aval, animé par les picards etLe commerce d’aval, animé par les picards etLe commerce d’aval, animé par les picards etLe commerce d’aval, animé par les picards etLe commerce d’aval, animé par les picards et les normandsles normandsles normandsles normandsles normandsles normandsles normandsles normands Rouen Mantes Le commerce en aval fut longtemps marqué par la rivalité entre les ducs de Normandie, ancêtres des rois d’Angleterre et les rois de France. L’aval Mantes PARIS En 1181, Philippe Auguste interdit tout bateau de se déplacer de Mantes à Paris sans être piloté par un bourgeois de la Hanse, la confréries des marchands de l’eau de Paris jusqu’à la vente des marchandises. Ce n’est qu’en 1672 que ce monopôle fu supprimé Zone de monopôle de la Hanse parisienne
  12. 12. Le bois venant d’avalLe bois venant d’avalLe bois venant d’avalLe bois venant d’avalLe bois venant d’avalLe bois venant d’avalLe bois venant d’avalLe bois venant d’aval Rouen Mantes Le bois venant des bords de l’Andelle était transporté flotté dans la rivière. Arrivé sur la Seine, il était embarqué à destination des ports de la Grève, de Saint Nicolas ou du Louvre. Le bois issus des forêts bordant l’Oise était Picardie Bords de l’Andelle Bords de L’aval Mantes PARIS Le bois issus des forêts bordant l’Oise était transporté par bateau jusqu’à Conflans Sainte Honorine d’où il remontait la Seine vers le port Saint Nicolas. Le charbon provenant de ces origines était acheminé vers l’école Saint Germain. Bords de Seine
  13. 13. Le blé venant d’avalLe blé venant d’avalLe blé venant d’avalLe blé venant d’avalLe blé venant d’avalLe blé venant d’avalLe blé venant d’avalLe blé venant d’aval Rouen Mantes Trois grandes zones d’approvisionnement en aval : •La Picardie pour le blé, •Les prairies de bords d’Oise pour le foin, •La Beauce pour le blé.Foin des prairies de Blé de Noyon, Soissons, Chauny et la Fère L’aval Mantes PARIS •La Beauce pour le blé. Le blé était acheminé vers l’école Saint Germain et le foin à la Grève. Foin des prairies de Poissy, Pontoise, Ile Adam Blé de la Beauce
  14. 14. HistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoires--------dededededededede--------Paris.frParis.frParis.frParis.frParis.frParis.frParis.frParis.fr http://www.histoireshttp://www.histoireshttp://www.histoireshttp://www.histoires----dededede----paris.fr/approvionnementparis.fr/approvionnementparis.fr/approvionnementparis.fr/approvionnement----fluvial/fluvial/fluvial/fluvial/ Sources bibliographiques : ◦ Nisard, Charles. Étude sur le langage populaire ou patois de Paris et de sa banlieue 1872 http://www.histoireshttp://www.histoireshttp://www.histoireshttp://www.histoires----dededede----paris.fr/approvionnementparis.fr/approvionnementparis.fr/approvionnementparis.fr/approvionnement----fluvial/fluvial/fluvial/fluvial/

×