Histoires-deHistoires-de-Paris.fr
- Repères Les métiers au Moyen Age
d’après le livre des Métiers d’Etienne Boileau
Alimentation : les talemeliers ou boulangiers
doubleau,
Les boulangers parisiens faisaient trois sortes de pains : le doub...
Alimentation : les pécheurs
Trois professions se répartissaient l’activité de vente du poisson : les
pécheurs de la Seine,...
Orfèvrerie, joaillerie, sculpture : les orfèvres
Les orfèvres avaient obligation d’utiliser dans leur production de l’or e...
Orfèvrerie, joaillerie, sculpture : les imagiers
Les imagiers était un métier de luxe à destination de
l’Eglise, les princ...
Métaux: les épingliers
L’apprentissage nécessitait au moins 6 ans
Un maître ne pouvait employer plus d’un
apprenti et deva...
Métaux: les couteliers
Pour exercer ce métier, il convenait de l’acheter 5
sous.
L’apprentissage durait six ans,.
Un maîtr...
Etoffes et habillement : les Tisserands
Pour pouvoir exercer il était nécessaire d’acheter le métier au
roi.
Toutefois, le...
Cuirs et peaux : les cordonniers
Pour pouvoir exercer le métier, les cordonniers
(dix
devaient l’acheter pour la somme de ...
Cuirs et peaux : les selliers
Le sellier était un métier franc, ce qui signifiait qu’il n’était pas
nécessaire de l’achete...
Bâtiment : les charpentiers
Les charpentiers étaient des ouvriers qui travaillent le
bois avec leurs outils
Une dizaine de...
Histoires-deHistoires-de-Paris.fr
http://www.histoires-de-paris.fr/livre-des-metiers-moyen-agehttp://www.histoires-de-pari...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le Livre des métiers au Moyen Age d'Etienne Boileau

3 142 vues

Publié le

En savoir plus : http://www.histoires-de-paris.fr/livre-des-metiers-moyen-age-boileau/
Découvrez les métiers de Paris au Moyen Age, tels que décrit par le Livre des métiers d'Etienne Boileau au XIIIe siècle

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 142
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 950
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le Livre des métiers au Moyen Age d'Etienne Boileau

  1. 1. Histoires-deHistoires-de-Paris.fr - Repères Les métiers au Moyen Age d’après le livre des Métiers d’Etienne Boileau
  2. 2. Alimentation : les talemeliers ou boulangiers doubleau, Les boulangers parisiens faisaient trois sortes de pains : le doubleau, la demie et la denrée. Quatre années d’apprentissage étaient nécessaires. Le pain, dont le prix était fixé par règlement, était vendu sur des étaux situés près du cimetière des innocents les jours de marché . Le dimanche, le pain de rebut était vendu sur le parvis de Notre Dame. Seuls les boulangers parisiens pouvaient vendre le pain en boutique la semaine en dehors des jours de marché Les boulangers avaient interdiction de faire cuire le pain les jours chômés. Le Grand Panetier du roi (avec un maître et douze jurés) contrôlait la profession et pouvait donner des amendes. amendes. Sous l’autorité des seigneurs de leur quartier, les boulangers devaient s’acquitter de divers impôts : le hauban (annuel), le tonlieu (hebdomadaire), la coutume (versée en trois tiers) tiers)
  3. 3. Alimentation : les pécheurs Trois professions se répartissaient l’activité de vente du poisson : les pécheurs de la Seine, les marchands de poissons d’eau douce et les marchands de poissons d’eau de mer. Les pécheurs de la Seine, intervenaient sur le territoire du roi, tant sur la Seine que sur la Marne (de Saint Maur jusqu’au bout de l’île Notre Dame), Depuis Philippe Auguste, cette profession des pécheurs de la Seine était contrôlée par une famille : les Guérin Pour pouvoir exercer la pèche, il était nécessaire d’acheter le métier 5 sous (4 aux Guérin et 1 au roi) Les poissons pris devaient respecter une taille minimale (pour les barbeaux, brochets, les barbeaux, les anguilles et les carpes) et les filets utilisés devaient respecter le modèle du Maître Queux du roi pour la mailles. dimension de leurs mailles.
  4. 4. Orfèvrerie, joaillerie, sculpture : les orfèvres Les orfèvres avaient obligation d’utiliser dans leur production de l’or et l’argent. Ils ne pouvaient la travailler la nuit que pour la maison du roi ou de l’évêque de Paris Du fait de leur activité, ils étaient dispensés du guet et du péage des marchandises. Chaque dimanche et jour de fête, la boutique d’un orfèvre était ouverte. Le bénéfice de la vente était attribué aux pauvres de l’hôtel Dieu le jour de Pâques.
  5. 5. Orfèvrerie, joaillerie, sculpture : les imagiers Les imagiers était un métier de luxe à destination de l’Eglise, les prince et la noblesse Ils taillaient ou réalisaient des statues, statuettes pierre, os, mais aussi des crucifix en bois, en pierre, en os, en corne ou en ivoire. Deux branches les composaient : les peintres et les sculpteurs. Ils étaient exemptés du guet et autres impôts industriels. industriels.
  6. 6. Métaux: les épingliers L’apprentissage nécessitait au moins 6 ans Un maître ne pouvait employer plus d’un apprenti et devait attendre que l’apprentissage soit accompli pour pouvoir prendre un nouvel apprenti. Les épingliers avaient pour interdiction de sous traiter tout ou partie de leur production. La profession était contrôlée par 2 prud’hommes
  7. 7. Métaux: les couteliers Pour exercer ce métier, il convenait de l’acheter 5 sous. L’apprentissage durait six ans,. Un maître ne pouvait avoir que deux apprentis. Le travail était interdit la nuit et les jours de fête Des Jurés surveillaient la profession en contrôlant l’application des règlements et des qualités de la production. production. Les couteliers étaient placés sous l’autorité du Prévôt de Paris
  8. 8. Etoffes et habillement : les Tisserands Pour pouvoir exercer il était nécessaire d’acheter le métier au roi. Toutefois, les tisserands avaient obtenus le privilège de pouvoir transmettre au sein de leur famille leur profession L’apprentissage se réalisait sur une durée de 4 à 7 ans Un maître ne pouvait avoir qu’un seul apprenti étranger à sa famille. famille. Il lui était interdit de changer d’apprenti durant les quatre première années (même en cas de fuite, de mariage ou de pèlerinage). Ils étaient autorisés à teindre chez eux sauf pour la couleur bleu Ils commercialisaient leur production en boutique en semaine ainsi qu’aux halles les jour de marché. La profession était contrôlée par un maître et quatre jurés. Le choix des teintures, des laines tout comme la taille du drap (cinq quartiers) était soumis à un contrôle.
  9. 9. Cuirs et peaux : les cordonniers Pour pouvoir exercer le métier, les cordonniers (dix devaient l’acheter pour la somme de 16 sous (dix pour le chambellan et 6 pour le chambrier du roi). Ils devaient utiliser du cuir à la façon de Cordoue (cordouan) (cordouan) et avaient interdiction de faire des souliers de basane (peau de mouton) plus grands que ceux des savetiers. Il leur était interdit de mélanger le basane et le cordouan, tout comme le cuir neuf et le vieux. marché) Les cordonniers vendaient en semaine chez eux lui et le samedi (jour de marché) aux halles. Une vente sur le Grand Pont était organisée la veille de Pâques ou de Pentecôte. Les maîtres n’étaient pas limités pour le nombre d’apprentis et étaient autorisés à prendre en charge eux même le guet.
  10. 10. Cuirs et peaux : les selliers Le sellier était un métier franc, ce qui signifiait qu’il n’était pas nécessaire de l’acheter au préalable. Les maîtres avaient le droit d’employer deux apprentis (l’un peintre et l’autre garnisseur) et pouvaient compter sur leurs enfants. Des critères de qualité concernant la production était exigés : la selle devait être solide, composée avec un même cuir. Elle pouvait être pourvue d’ornement de couleur ou de dorure. Les lormiers réalisaient les rênes. La profession était contrôlée par un maître et trois prud’hommes.
  11. 11. Bâtiment : les charpentiers Les charpentiers étaient des ouvriers qui travaillent le bois avec leurs outils Une dizaine de catégories différentes étaient recensées huchiers, entre les charpentiers grossiers, les huchiers, les huissiers, tourneurs… huissiers, les tourneurs… Ils avaient obligation de cesser le travail 3 heures de l’après midi le samedi et étaient interdis d’exercice la nuit L’apprentissage durait quatre ans et un maître n’était pas autorisé à avoir plus d’un apprenti à la fois.
  12. 12. Histoires-deHistoires-de-Paris.fr http://www.histoires-de-paris.fr/livre-des-metiers-moyen-agehttp://www.histoires-de-paris.fr/livre-des-metiers-moyen-agewww.histoires boileau/ Sources bibliographiques : ◦ Boileau Etienne, Livre de métiers, version imprimée par René de Lespinasse en 1879 Crédits photo : Bibliothèque nationale de France ◦ ◦ Lacroix, Paul Moyen Age et Renaissance Histoire et description des mœurs et usages, du commerce et de l’industrie, des sciences des arts, des littératures et des beaux arts Tome 3, 1850 Forgeais, Arthur, Collection de plombs historiés trouvés dans la Seine Méréaux des corporations de métiers 1862

×