COMMUNIQUE DE PRESSE - CONCERT DU 24 MARS 2013Contact presseMarie de Lombardon01 58 39 30 30, communication@orchestrelamou...
Dimanche 24 mars 201317h, Théâtre des Champs-ElyséesFayçal Karoui, directionHelène Mercier, pianoFrank Braley, pianoEmmanu...
Note d’intentionEn 1881, Charles Lamoureux fonde la « Société des Nouveaux Concerts ». Cet orchestre,qui plus tard prendra...
L’Orchestre LamoureuxFormation fondée en 1881 par Charles LamoureuxSon fondateur Charles Lamoureux lui avait à l’époque do...
Crédit : Rouge 202Fayçal Karoui Directeur musical de l’Orchestre LamoureuxAlors que l’Orchestre Lamoureux a fêté en 2011 s...
Crédit : EliaHélène Mercier PianoNée à Montréal, Hélène Mercier commence ses études de piano dès l’âge de six ans et trèst...
Elle joue avec le violoniste Vladimir Spivakov à Paris, Saint Petersbourg, Montréal,au Festival de Colmar et aux Rencontre...
Crédit : Kring RecordsFrank Braley PianoAprès avoir longtemps hésité entre études scientifiques et musicales, Frank BRALEY...
En récital, il a joué à Paris, Londres, Vienne, Amsterdam, Bruxelles, Hanovre, Ferrare, et enduo avec Renaud CAPUÇON à Ams...
Crédit : Stéphane OUZOUNOFFPhilippe Hersant CompositeurNé le 21 juin 1948 à Rome (Italie)Licencié ès LettresPrix décriture...
•   Nommé, pour deux ans, « compositeur en résidence » auprès de lOrchestre    National de Lyon (de septembre 1998 à septe...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cp lamoureux 240313

426 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
426
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cp lamoureux 240313

  1. 1. COMMUNIQUE DE PRESSE - CONCERT DU 24 MARS 2013Contact presseMarie de Lombardon01 58 39 30 30, communication@orchestrelamoureux.com
  2. 2. Dimanche 24 mars 201317h, Théâtre des Champs-ElyséesFayçal Karoui, directionHelène Mercier, pianoFrank Braley, pianoEmmanuel Chabrier, España1ère audition de l’œuvre par l’Orchestre Lamoureux sous la direction de Charles Lamoureux,le 4 novembre 1883Francis Poulenc, Concerto deux pianosPhilippe Hersant, Mort d’HeathcliffErnest Chausson, Symphonie en si bémol majeurA 16h : rencontre pour le public de 30 min dans la grande salle avec Fayçal Karouiet le compositeur invité.Tarifs de 5 à 40 eurosRéservations auprès du Théâtre des Champs-Elysées : 15 avenue Montaigne 7500801 49 52 50 50, www.theatrechampselysees.fr Suivez l’Orchestre Lamoureux sur et
  3. 3. Note d’intentionEn 1881, Charles Lamoureux fonde la « Société des Nouveaux Concerts ». Cet orchestre,qui plus tard prendra son nom, a pour but de faire entendre à un large public des musiquesinédites, contemporaines pour la plupart. Ce n’est pas un hasard si c’est à cet orchestreque l’on doit la première d’España d’Emmanuel Chabrier, le 4 novembre 1883et sous la direction de Charles Lamoureux. Fayçal Karoui est l’héritier de cette idéed’un orchestre promoteur de la nouveauté musicale, et donne une place de choixaux compositeurs contemporains français. Après Guillaume Connesson, c’est PhilippeHersant qui sera mis à l’honneur sur la scène du Théâtre des Champs-Elysées, aux côtésd’Emmanuel Chabrier, d’Ernest Chausson et de Francis Poulenc.Ces croisements entre musique classique et musique contemporaine permettentde soulever des problématiques essentielles. Si la musique française du XIXe et du débutdu XXe siècles cherche son identité entre les influences italienne puis allemande,la musique contemporaine multiplie dès les années 1930 les voies de composition.Au cœur de toutes ces tendances, une donnée commune : l’inspiration, impulsioncréatrice aux formes multiples.Le compositeur trouve tout d’abord une inspiration chez son professeur :la Symphonie en si bémol majeur d’Ernest Chausson, si elle contient d’évidentesoriginalités propres à son créateur, ne peut être séparée des œuvres de César Frank.L’inspiration se cache également dans nos voyages. C’est en Espagne et accompagnéde sa famille qu’Emmanuel Chabrier trouvera les principaux thèmes de la bien nomméerhapsodie pour orchestre España… Dès son retour en France, il prometà Charles Lamoureux une pièce qui ferait se lever et s’embrasser les personnes présentesdans le public !L’inspiration est aussi dans nos lectures, comme Les Hauts du Hurlevent, romand’Emily Brontë ayant donné son nom à la musique de ballet de Philippe Hersant(dont est tirée la suite Heathcliff).La plus grande source d’inspiration du compositeur est finalement et bien évidemmentdans les œuvres qu’il écoute : entre les notes du Concerto pour deux pianosde Francis Poulenc, on entend l’écho du Concerto en sol de Ravel, mais aussi celuide la musique de Prokofiev, Stravinsky et Mozart.Comme les compositeurs de ce programme, la musique française s’est inspiréede ce qui l’entourait. Elle y a gagné sa particularité, entre la quête de perfectionde Chausson, l’enthousiasme coloré de Chabrier, la clarté tragique de Philippe Hersantet l’élégance cocasse de Poulenc. Pour animer les richessesdu Concerto pour deux pianos de ce dernier, les pianistes Hélène Mercier et Frank Braleyuseront de tous leurs talents d’interprètes. Sous la baguette de Fayçal Karoui, ils selaisseront à leur tour saisir par l’inspiration, pour faire entendre au spectateur leur visionde la musique française.Le visuel de ce concert est un extrait d’A la recherche du temps perdu de Marcel Proust(écrit entre 1908 et 1922).« En jouant cette mesure, et bien que Vinteuil fût là en train dexprimer un rêve qui fût resté tout àfait étranger à Wagner, je ne pus mempêcher de murmurer : « Tristan », avec le sourire qua lamidune famille retrouvant quelque chose de laïeul dans une intonation, un geste du petit-fils qui nela pas connu. Et comme on regarde alors une photographie qui permet de préciser laressemblance, par-dessus la sonate de Vinteuil, jinstallai sur le pupitre la partition de Tristan, donton donnait justement cet après-midi-là des fragments au concert Lamoureux. ».
  4. 4. L’Orchestre LamoureuxFormation fondée en 1881 par Charles LamoureuxSon fondateur Charles Lamoureux lui avait à l’époque donné pour nom "Société desnouveaux Concerts". Lamoureux était un violoniste et chef d’orchestre d’originebordelaise. C’était un grand admirateur - entre autres - de la musique de Richard Wagner.Ce n’est donc pas un hasard si c’est à Charles Lamoureux, et à l’orchestre qu’il venait decréer, (quelques petites années auparavant) que l’on doit d’avoir entendu en France, pourla première fois, Lohengrin : c’était en 1887, dans une version de concert donnée à l’EdenThéâtre (en lieu et place de l’actuel Théâtre de l’Athénée).Les décennies qui suivirent ont imposé l’Orchestre Lamoureux dans le répertoire français.Debussy et Ravel lui doivent les premières auditions de La Mer, du Concerto en sol,de La Valse, du Boléro… et puis l’histoire du Lamoureux est aussi liée aux nomsde quelques grands chefs, de Paul Paray à Igor Markevitch, de Jean Martinonà Yutaka Sado, qui a présidé aux destinées de cette formation pendant 17 ans.Aujourd’hui, l’Orchestre Lamoureux regarde vers l’avenir avec un nouveau directeurmusical. Il s’appelle Fayçal Karoui. Il a une formidable ambition pour ses musiciens. Stéphane GrantSaison 2012-2013 de l’Orchestre LamoureuxAvec l’arrivée en 2011 de son nouveau directeur musical Fayçal Karoui,l’Orchestre Lamoureux affirme avec force sa volonté de poursuivre au plus haut niveaumusical cette aventure artistique et humaine unique en son genre dans l’histoirede la musique symphonique française.Pour la saison 2012-2013, l’Orchestre joue les œuvres dont il est à l’origine de la création(Le Boléro de Ravel, La Mer de Debussy, España de Chabrier, etc.) et c’est cette mêmemusique française qu’il interprète à Nantes et au Japon à la Folle Journée 2013 pour unesérie exceptionnelle de 30 concerts. Cette saison fait aussi la part belle aux compositeurscontemporains, Thierry Escaich ou Guillaume Connesson, invités à déployer les passerellesentre hier, aujourd’hui et demain. L’histoire de l’Orchestre est marquée cette annéepar la création du Chœur Lamoureux qui, sous la direction de Patrick Marco, participenotamment au Grand concert de Noël le 20 décembre 2012 à la Salle Pleyel (événementRadio Classique) et à Pénélope de Fauré le 20 juin 2013 dans le cadre du Centenairedu Théâtre des Champs-Elysées.
  5. 5. Crédit : Rouge 202Fayçal Karoui Directeur musical de l’Orchestre LamoureuxAlors que l’Orchestre Lamoureux a fêté en 2011 son 130e anniversaire, il a confiésa destinée à un nouveau chef permanent : Fayçal Karoui.Le français succède au japonais Yutaka Sado, chef principal de la formation durantdix-sept ans (1993-2010), et ajoute son nom à une liste de baguettes prestigieuses.Il débute sa saison en septembre 2012. Il anime également l’Orchestre de Paudepuis sa fondation en 2002 et a assuré la direction musicale du New York City Balletde 2006 à 2011.Né à Paris en 1971, Fayçal Karoui obtient en 1997 son premier prix de direction d’orchestreau Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, ainsi que l’entrée en classede perfectionnement.La bourse « Aida » lui permet alors de travailler comme assistant de Michel Plassonà l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, poste qu’il occupe jusqu’en 2002.Cette collaboration l’amène à diriger avec passion les œuvres du répertoire français.Musicien complet, architecte et bâtisseur infatigable de projets riches, originaux et divers,Fayçal Karoui fait partie de ces rares jeunes chefs français remarqués en France et àl’étranger par les plus grands orchestres. Il est invité à diriger l’Orchestre de Paris,l’Orchestre de l’Opéra National de Paris, l’Orchestre National de France, l’OrchestrePhilharmonique de Radio-France, L’Orchestra Giuseppe Verdi de Milan, l’OrchestraAccademia Santa Cecilia de Rome, l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’OrchestrePhilharmonique de Liège, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’OrchestrePhilharmonique de Monte-Carlo.
  6. 6. Crédit : EliaHélène Mercier PianoNée à Montréal, Hélène Mercier commence ses études de piano dès l’âge de six ans et trèstôt remporte les premiers prix en piano solo et piano-violon à plusieurs concoursnationaux.Elle est également lauréate du Concours International de Musique de Chambre de Prague.Dès l’âge de quinze ans, elle entre à l’Académie de Vienne invitée par le professeur DieterWeber. Elle fait ensuite des études à l’Ecole Juilliard de New York avec Sasha Gorodnitski,après avoir mérité une bourse suite au concours d’admission. De là elle se rend en Francepour étudier auprès de Pierre Sancan du Conservatoire national Supérieur de Pariset avec Germaine Mounier à l’Ecole Normale de Musique.Elle travaille aussi avec Maria Curcio, Stanislav Neuhaus, et en musique de chambre,avec Gidon Kremer et Henryk Szeryng en sessions d’été.Hélène Mercier vit maintenant à Paris et participe en France à de nombreux festivalsprestigieux, dont ceux d’Aix-en-Provence, Menton, Colmar, Reims, Evian, La Chaise-Dieu,Piano aux Jacobins à Toulouse et Radio-France à Montpellier. Elle se fait entendreà France-Musique, Radio Classique, France-Culture, à la Radio Suisse-Romande,ainsi qu’à Radio-Canada et CBS aux U.S.A. En Europe et en Amérique du Nord,elle se produit régulièrement comme soliste et chambriste : à Parisau Théâtre des Champs-Elysées, au Théâtre du Châtelet, à la Salle Pleyel et à la SalleGaveau, à Londres au South Bank Centre, en Allemagne au Konzerthaus de Berlinet au Gewandhaus de Leipzig, en Italie à la Villa Medicis, au Piccolo Teatro de Milan,à l’Académie de Musique de Sienne, au Teatro Comunale de Ferrara, au Teatro Verdi dePise, à l’auditorium Lingotto de Turin ... et ailleurs, à Bruxelles, à Genève, Monte-Carlo,Athènes, Madrid, Moscou, Varsovie, Sofia, ainsi qu’à Montréal, Québec, Ottawa, Toronto,Vancouver, et New York. Enfin, elle est invitée à jouer avec plusieurs différents orchestreseuropéens et nord-américains, entre autres, au Festival International de Brescia-Bergamo,à Minneapolis et St. Paul avec le Minnesota Orchestra. A Paris, elle joue sous la directionde Zubin Mehta avec l’Orchestre Philharmonique d’Israël et sous la direction de Kurt Masurau Théâtre des Champs-Elysées. Elle se produit également avec l’Orchestre Nationalde Russie dirigé par Vladimir Spivakov et au Canada avec les orchestres de Vancouver,Toronto, Ottawa et Montréal sous la direction de Charles Dutoit. Avec l’Orchestre de Paris,sous la direction de Semyon Bychkov, elle interprète le Triple Concerto de Beethoven avecNatalia Gutman et Salvatore Accardo.
  7. 7. Elle joue avec le violoniste Vladimir Spivakov à Paris, Saint Petersbourg, Montréal,au Festival de Colmar et aux Rencontres Musicales d’Evian. Elle se produit en récitalavec le violoncelliste Mstislav Rostropovitch Copenhague et Paris.Au Japon, elle fait ses débuts avec le New Japan Philharmonic sous la direction de SeijiOzawa.A la demande du chef d’orchestre Kurt Masur, elle se joint au quatuor du Gewandhausde Leipzig pour une série de concerts. Elle se produit également avec le quatuor Ludwig,le quatuor de Leipzig, les musiciens des Virtuoses de Moscou, ainsi qu’avec les violonistesIvry Gitlis, Renaud Capuçon, Laurent Korcia et le violoncelliste Gautier Capuçon.Ses activités de chambriste s’épanouissent aussi dans la formation à deux pianos,et elle s’associe avec différents pianistes : Louis Lortie, Brigitte Engerer, Boris Berezovsky…Avec Louis Lortie, deux enregistrements sous la marque Chandos offrant des œuvresde Ravel, Schubert et Mozart ont déjà recueilli de très élogieuses critiques à traversle monde. La prestigieuse revue Gramophone de Londres les classa parmi les « TOP SIX »dans leur Quarterly Retrospect et le Penguin Guide leur attribua les plus hautesdistinctions : « La Rosette » et les trois étoiles.Avec le violoniste Vladimir Spivakov, elle enregistre un disque consacré à Ernest Chausson,sous la marque Capriccio. Cet enregistrement a recueilli un succès considérabletant par la critique que le public et a reçu le disque « Choc » du Monde de la Musique.Hélène Mercier est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.Cette biographie est la seule utilisable et ne peut être modifiée sans l’accord du bureau deConcerts de Valmalète.
  8. 8. Crédit : Kring RecordsFrank Braley PianoAprès avoir longtemps hésité entre études scientifiques et musicales, Frank BRALEY décidede quitter l’Université pour se consacrer entièrement à la musique. Au CNSMDP, il suit lescours de Pascal DEVOYON, Christian IVALDI et Jacques ROUVIER, avant d’y obtenir, àl’unanimité, ses Premiers Prix de Piano et de Musique de Chambre. En 1991 il remporte lePremier Grand Prix et le Prix du Public du prestigieux Concours Reine Elisabeth de Belgique.Régulièrement invité au Japon, aux U.S.A., au Canada et dans toute l’Europe, Frank BRALEYest partenaire des plus grandes formations françaises et internationales (l’Orchestre deParis, l’Orchestre National de France, le Philharmonique de Radio-France, l’Ensembleorchestral de Paris, les Orchestres de Bordeaux, Lille, Montpellier et Toulouse, l’OrchestreNational de Belgique, le Philharmonique de Liège, l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, leLondon Philharmonic, le BBC Wales Orchestra, le Royal National Scottish Orchestra, leBournemouth Symphony, les Orchestres de la Suisse Romande et de la Suisse Italienne,l’Orchestre de la Radio de Berlin, le Rotterdam Philharmonic, le Göteborg Symphony,l’Orchestre Royal de Copenhague, le Göteborg Symphony Orchestra, le Tokyo Philharmonic,le Boston Symphony, le Baltimore Sympony, le Seattle Symphony, le Los AngelesPhilharmonic)… Il a joué sous la baguette de chefs comme J-C CASADESUS, StéphaneDENEVE, Charles DUTOIT, Armin JORDAN, Hans GRAF, Gunther HERBIG, ChristopherHOGWOOD, Eliahu INBAL, Marek JANOWSKI, Kiril KARABITS, Emmanuel KRIVINE, LouisLANGREE, Kurt MASUR, Paul Mc CREESH, Sir Yehudi MENUHIN, John NELSON, MichelPLASSON, Yutaka SADO, Michael SCHONWANDT, Antonio PAPPANO, Walter WELLER…Frank BRALEY a effectué des tournées dans le monde entier : en Chine avec l’OrchestreNational de France, au Japon et en Chine avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse,en Italie avec l’Orchestre Français des Jeunes et l’Orchestra di Padova e del Veneto. Il a jouéau Festival de Tanglewood (USA) avec le Boston Symphony dirigé par Hans GRAF et aparticipé à l’inauguration de la nouvelle salle de Carnegie Hall, le Zankel Hall, à New Yorkavec l’Ensemble Intercontemporain.En juillet 2011, il remplace Martha Argerich au Proms à Londres avec l’OrchestrePhilharmonique de Radio France dirigé par Myung-Whun Chung (Beethoven Triple avecRenaud et Gautier Capuçon).
  9. 9. En récital, il a joué à Paris, Londres, Vienne, Amsterdam, Bruxelles, Hanovre, Ferrare, et enduo avec Renaud CAPUÇON à Amsterdam, Athènes, Birmingham, Bonn, Bruxelles, Rome,Florence, Trieste, New York, Washington, Paris, Vienne… En musique de chambre il a pourpartenaires Renaud et Gautier CAPUÇON, Maria Joao PIRES, Gérard CAUSSE, Eric LE SAGE,Paul MEYER, Emmanuel PAHUD…Outre son activité régulière de soliste, il se passionne pour des projets originaux : il participenotamment à une intégrale des Sonates pour piano de Beethoven, donnée au festival de LaRoque d’Anthéron ainsi que dans plusieurs villes françaises, à Rome, Bilbao, Lisbonne,Tokyo et au Brésil. En 2011 et 2012, il donne l’Intégrale des Sonates pour violon et pianoavec Renaud Capuçon à Paris (Théâtre des Champs-Elyéses), Bordeaux, Grenoble,Chambéry, Lyon, ainsi qu’à Londres (Wigmore Hall), Luxembourg, Singapour, Hong-Kong …Le public et la presse s’accordent à reconnaître en lui un « grand » lauréat, aux qualitésmusicales et poétiques exceptionnelles.Sa discographie comprend : chez Harmonia Mundi, la Sonate D.959 et les Klavierstücke D.946 de Schubert, (Diapasond’Or) - qui lui valurent des comparaisons flatteuses avec Claudio Arrau, Alfred Brendel, Radu Lupu, Andras Schiff -,l’œuvre pour piano de Richard Strauss, des sonates de Beethoven (op. 27/2 « Clair de lune », op.57 «Appassionata » etopus 110), un récital Gershwin et le Double Concerto de Poulenc (BMG – Prix Caecilia en Belgique, Diapason d’Or). Il aparticipé à l’enregistrement de l’intégrale Schumann par Eric Le Sage. Chez Naïve : le DVD Liszt- Debussy-Gershwin(Choc - Monde de la Musique). Chez Virgin Classics, il a enregistré la musique de chambre de Ravel, Le Carnaval desAnimaux de Saint-Saëns (« Choc » du Monde de la Musique, « Recording of the month » de Gramophone), la Truite deSchubert (Virgin Classics), les trios de Schubert avec Renaud et Gautier Capuçon et les Danses Hongroises avecNicholas Angelich. Vient de paraître : l’Intégrale des Sonates pour violon et piano de Beethoven avec Renaud Capuçon,unanimement saluée par la critique.
  10. 10. Crédit : Stéphane OUZOUNOFFPhilippe Hersant CompositeurNé le 21 juin 1948 à Rome (Italie)Licencié ès LettresPrix décriture au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où il a été lélèvedAndré JOLIVET (Classe de Composition).Boursier de la Casa Velázquez, à Madrid (1970-72) et de la Villa Médicis, à Rome (1978-80)Producteur à France Musique, depuis 1973. • Prix Georges Enesco (1982) et Prix de la meilleure création contemporaine (1986), pour son Quatuor à cordes n° 1, décernés par la SACEM. • Nommé aux Victoires de la Musique en 1986, pour son Quatuor à cordes n° 1. • Grand Prix Musical de la Ville de Paris (1990) • Prix des Compositeurs de la SACEM (1991) • Missa brevis (en 1991) et Landschaft mit Argonauten (en 1995) ont été distingués par la Tribune Internationale de lUNESCO. • Prix Nouveaux Talents, décerné par la SACD (1993). • Nommé dans les catégories « Musique Contemporaine » et « Spectacle Lyrique » aux Victoires de la Musique Classique 1993, pour Le Château des Carpathes. • Les enregistrements du Quatuor à cordes n° 1 et du Château des Carpathes ont obtenu un Grand Prix de lAcadémie du Disque français. • Prix Arthur Honegger 1994, pour le Concerto n°1 pour violoncelle. • Prix du Syndicat de la Critique Musicale et Dramatique 1994, pour Le Château des Carpathes et le Concerto n°1 pour violoncelle. • Prix Maurice Ravel (1996)
  11. 11. • Nommé, pour deux ans, « compositeur en résidence » auprès de lOrchestre National de Lyon (de septembre 1998 à septembre 2000)• Grand Prix de la Musique Symphonique, décerné par la SACEM (1998)• Grand Prix Musical de la Fondation Simone et Cino del Duca, décerné par lAcadémie des Beaux-Arts. (2001).• Victoire de la Musique classique - Compositeur de l’Année en 2005• Tête d’affiche du Festival Présences de Radio France en 2004. Une rétrospective de ses œuvres a été proposée à cette occasion, ainsi que la création de son Concerto pour violon, commandé par Radio France.• Lopéra Le Moine noir (daprès Anton Tchekhov), commandé par lOpéra de Leipzig, a été créé en mai 2006.• Président de la Commission Musique à la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD) (2008 – 2009)• Nommé en 2008 compositeur en résidence à lOrchestre de Bretagne pour trois saisons.• Nommé en 2008 - 2009 - 2010 aux Victoires de la Musique Classique – catégorie Compositeur de l’Année

×