Storycode Paris - Transmedia Master Class

6 929 vues

Publié le

Slides de la Master Class organisée le vendredi 4 octobre dans le cadre de la Transmedia Week organisée par TIU à Paris.
Storycode Paris est un rendez vous mensuel où auteurs, producteurs et créateurs de projets transmedia ou /et de documentaires interactifs se retrouvent pour échanger à propos de leurs expériences.
Storycode Paris est une association créée par Gerald Holubowicz (Chewbahat) Benjamin Hoguet (Djehouti) Florent Maurin (thePixelHunt) Louis Viller (Webdocu.fr) et Adrien Aumont (KissKissBankBank).

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
12 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
6 929
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4 582
Actions
Partages
0
Téléchargements
73
Commentaires
0
J’aime
12
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Bonjour!Merci d’être venu assister àcetteMasterclassStorycode Paris. Quelques mots pour rappelerqueStorycode Paris organise des conférencesunefois par mois, l’idéec’estd’inviter des professionels du documentaireinteractifou du transmediaàpartager avec vousl’expériencequ’ilsontputirer de leurprojets. Alorsbiensurils nous livrent les bon cotés, maisaussi et surtout les mauvaiscotés, ce qui a mal tournée, les petits points noir. Par ailleursil y a égalementuneséquence de pitch de 3x5min qui permet aux créateurs de présenterleurprojet et de faire appelà la communauté pour un coup de main. Je me présente, je suis Gerald Holubowicz, photojournaliste, co-fondateur de Chewbahat storytelling lab, et également co-fondateur de Storycode Paris. Je vais laisser mes collègues se presénter à leur tour puis on pourraattaquer à explorer l'univers du transmedia.
  • La première question qu’onpeut se poser c’estdoncqu’estcequec’estque le transmedia?C’est un mot qu’onentendssouventdans le petit cercle de la créationaudiovisuelle, on y colleàpeuprès tout cequ’on a envied’ycoller,Certain en parle d’un point de vuepûrement marketing, d’autres, d’un point de vuenarratif,
  • J’aimerai commencer par cette citation de Tim Kring, scénariste de la sérieAméricaine “Heroes”, (Le TRANSMEDIA:c’est un mot compliqué qui désigne un concept simple: Raconter une histoire sur plusieurs plateformes. ) De son propreaveu, la première saison de Heroes doitcomporter plus d’unecentaine de fois la mention “we’re all connected”En effet le transmedia, c’est un peuça, une histoire qui permet au public de connecter avec un univers, des personnages, une histoire
  • Alors on va se faire une petite plongéedans le temps, pour voird’oùvient concept qui mélange narration et marketing…
  • La productrice Executive du “Labyrinth Project” parle de “commercial transmediasuperstructures” dans son livre “Playing with Power in Movies, Television, and VideoGames” et explique le pouvoir du Transmediastorytelling dans la pub.
  • ANDY & LANA WACHOWSKISortie du premier épisode de “The Matrix”,première franchise basée sur les techniques deTransmedia Storytelling. (Mars)
  • Sortie en octobre de “The Blair Witch Project” basé sur une narration Transmedia.Il y a biensur le film, maisaussi:Le livre The Blair Witch project: A Dossier8 autreslivresappelés The Blair Witch FilesUn comic bookUn jeux videoPlus une constellation de sites web
  • Henry Jenkins qui est prof de communication, journalism et d’artscinematiquesà la Annenberg School of Communication de L’UniversitéSudCalifornie.Il définit le “Transmedia” comme un “processus oùl’intégralité des éléments d’une fiction sont disséminés à travers multiples canaux de diffusion”.
  • Dans “Convergence Culture” il cerne le terme“Transmedia”. “Une audience est immergée dans un univers à travers une multitude de points d’entrée, donnant ainsi une expérience complète & coordonnée d’une histoire.”
  • En France pour qu'unprojetsoitéligibleàune aide de la commission aux projets nouveaux médiasildoitêtre un concept original comprenant des contenusspécifiques (linéairesouinteractifs) pour les nouveaux médias;ildoitêtredestinéàplusieursmédias, dont le cinéma et/ou la télévision et doit proposer des développementsnarratifsspécifiquessurchacun des supports;ildoit former un univers et présenterune dimension interactive et/ou participative;ildoitêtreconçu et écrit en langue française.
  • L’histoire de True Blood: Uneboisson de sang synthétiqueestinventé et permet aux Vampires de vivre parmi les hommes
  • Bryant Park NY a vu fleurir des posters pub pour la fameuseboisson de vampire. Les hard core fans ontreçu par courrier des petites fiolescontenant le precieuxliquideainsiqu’unelettreécrite en “Ancien”, le language des vampires.
  • Plus tard un blog appeléBabyvamp Jessica a étéouvert, un personnage de la sérieracontedans la vraie vie les aléas de la vie de vampire.
  • Enavril 2001, le film A.I de steven Spielberg sort sur les écrans.En parallèle se deploiesur internet toutecampagnetransmediaà travers des sites telsque Anti-Robot Militia
  • Donc la narration transmediaapporteà la foisunerichesse et uneprofondeur plus grandequ’une histoire classique,Elle doitchercheràsatisfaireune audience, un public en luiproposant un universcohérent et des points d’accès multiples pour favoriserl’engagement. En gros, on chercheàtransmettreuneexpériencemémorableLes différents éléments qui composent cet univers peuvent être explorés et compris indépendamment les uns des autres : il s'agit de points d'entrée multiples dans l'histoire. En s'adaptant aux nouveaux usages des médias - une audience qui se propage et circule au travers de nombreux médias - cette nouvelle forme de narration permet de toucher différents publics : le spectateur peut par exemple découvrir l'histoire sur Internet, rester en contact avec elle au quotidien sur son mobile, et la suivre hebdomadairement à la télévision. Par l'utilisation de médias interactifs et des nouvelles technologies de l'information et de la communication, cette expérience de divertissement enrichie recherche une participation plus active et un engagement plus profond de la part des publics visés.Les médias utilisés ne sont pas tous linéaires (sur Internet, l'histoire s'installe dans le temps, tandis que la diffusion télévisée est ponctuelle). Le transmédia modifie les modes classiques de narration.
  • Les grandes histoires sont pertinentes, convaincantes, elles transmettent une émotion et sont authentiques – elle permettent aux individus et aux organisations de se connecter avec d'autres. Fiction ou non-fiction, les grandes histoires commencent avec une idée, viens à la vie à travers les gens et acquièrent un sens quand elle sont partagée.
  • Si toutes les histoiresreposentsur les mêmescaractéristiques communes (structure et personnages), certaines ne necessitent pas de passer par un dispositiftransmedia pour exploiter tout leurpotentiel. En revanche pour exploiter le potentield’une narration transmediail y a besoin de réunir un certainsnombres de points permettant au public de naviguer au sein de l’universdanslequelestinclusl’histoire.
  • Les élémentspeuventêtrepartagésfacilement:C’està dire que le public peuts’engageractivementdans la circulation d’un contenuou d’un médiaàl’aide des réseauxsociaux et en augmenter la valeurcommerciale et culturelle. En gros, le partage encourage la dispersion horizontale, l’accumulation de spectateurs sans pour autant encourager un engagement à long terme
  • Une histoire danslaquelle le public peutcreuserprofondémentCaconcerneévidementmoins de gens, unepartiemoins large du public, pour la simple raison quel’effort pour rentrerdansl’univers et en découvrirsesmoindresrecoinsest plus intense. Il fautdoncêtretrés attaché àl’histoire et àl’univers qui l’abrite. En revanche on s’adresse aux 1% dontvousparlera Nadia un peu plus tard.
  • Une histoire offrantdifférentesapproches (plateformes genres et styles) Soit la narration transmediafavorise la coherence du canon de l’histoire, sacohérence tout au long de la narration (matrix),soitelleautoriseà travers des universparallèlesou des versions de personnagesune plus granderichesse narrative (starwars)
  • Une histoire danslaquelle le public peuts’immergercomplètement.C’està dire quedans le cas de star wars par exemple, à la fois le public peutrentrerdansl’histoire par les contenusproduit par Georges Lucas et d’autres auteurs franchisés (Les films, les comic book etc) maisilpeutégalement
  • Une histoire dont les élémentsnarratifssontfacilementappropriables (Remix)
  • Et donc, un univers capable de tenirsurplusieursplateformes
  • Un univers qui permetl’UGC.
  • Definition: GamificationLe transfert de Mécanismes de jeudansd’autresdomainesafind’augmenterl’acceptabilité et l’usage de ces applications.
  • Definition: Serious game
  • Definition: Game Design
  • Definition: Qu’estcequ’unjeu?
  • Pourquoi faire un jeu?
  • Portrait d’uneexpérience de jeu
  • Definition: Le secret de la motivation
  • Definition: Le secret de la motivation
  • L’importance de l’engagement de l’audience,
  • L’engagement
  • La place du public dansl’oeuvre
  • La place d’animateur du community Manager
  • C’est quoi uneéquipetransmédia
  • Auteur, Chef d’orchestreouarchitectenarratif?
  • Le webdesignerou information designer
  • L’expérience designer / DA en interactivité
  • Le producteurtransmédia
  • Le point de vuejuridique – le flouartistique
  • Les acteursracontentleurexpérience.
  • Storycode Paris - Transmedia Master Class

    1. 1. TRANSMEDIA AU COEUR DE L’HISTOIRE Gerald HOLUBOWICZ - @gholubowicz Florent MAURIN - @thepixelhunt Nadia BERG - @bergnadia Storycodeparis.org
    2. 2. C’est quoi le Transmedia ??
    3. 3. « TRANSMEDIA: c’est un mot compliqué qui désigne un concept simple: Raconter une histoire sur plusieurs plateformes. » Tim Kring – Createur de Heroes
    4. 4. 1991 MARSHA KINDER Productrice Executive du “Labyrinth Project” Elle parle de “commercial transmedia superstructures” dans son livre “Playing with Power in Movies, Television, and Video Games” et explique le pouvoir du Transmedia storytelling dans la pub.
    5. 5. ANDY & LANA WACHOWSKI Sortie du premier épisode de “The Matrix”, première franchise basée sur les techniques de Transmedia Storytelling. (Mars)
    6. 6. 1999 DANIEL MYRICK & EDUARDO SANCHEZ Sor6e de “The Blair Witch Project” basé sur une narra6on Transmedia (octobre).
    7. 7. 2003 HENRY JENKINS Publie dans le “MIT Technology Review” un ar6cle 6tré “Transmedia Storytelling”. Il définit le “Transmedia” comme un “processus où l’intégralité des éléments d’une fic6on sont disséminés à travers mul6ples canaux de diffusion”.
    8. 8. 2006 HENRY JENKINS Dans “Convergence Culture” il cerne le terme “Transmedia”. “Une audience est immergée dans un univers à travers une mul6tude de points d’entrée, donnant ainsi une expérience complète & coordonnée d’une histoire.”
    9. 9. 2010 JEFF GOMEZ CEO de Starlight Runner Entertainment, impose le crédit TRANSMEDIA PRODUCER auprès de la PGA (Producer Guild of America) qui l’adopte en Mars.
    10. 10. DEFINITION UNE FRANCHISE TRANSMEDIA CONSISTE EN: • Au moins 3 lignes narratives au sein d’un même univers fictionnel. • Sur n’importe quelle des plateformes suivantes: Film, Television, Short Film, Broadband, Publishing, Comics, Animation, Mobile, DVD/Blu-ray/CD-ROM, Narrative Commercial and Marketing rollouts, et autres technologies à venir. • Ces extensions narratives sont DIFFERENTES d’un matériel calibré pour correspondre à un nouveau format.
    11. 11. DEFINITION UNE FRANCHISE TRANSMEDIA REPOSE SUR: • Une histoire forte & un univers riche • La colonne vertébrale du projet repose sur un medium. • Relation honnête sur le long terme et engagement réciproque avec le public.
    12. 12. DEFINITION UNE FRANCHISE TRANSMEDIA DOIT: • Être un concept original comprenant des contenus spécifiques (linéaires ou interac6fs) pour les nouveaux médias. • Être des6né à plusieurs médias, dont le cinéma et/ou la télévision et doit proposer des développements narra6fs spécifiques sur chacun des supports. • Former un univers et présenter une dimension interac6ve et/ou par6cipa6ve. • Être conçu et écrit en langue française.
    13. 13. EXEMPLE!
    14. 14. The Happiness Factory
    15. 15. THE ART OF THE HEIST
    16. 16. Cartes “Joker” à découvrir Billet de 1$ menant au site whysoserious.com Un site officiel d’Harvey Dent et un “non-officiel”
    17. 17. UNE DEFINITION OUVERTE La narration transmédia est une méthode de développement d'oeuvres de fiction ou documentaires et de produits de divertissement qui se caractérise par l'utilisation combinée de plusieurs médias pour développer des univers narratifs, chaque média employé développant un contenu différent. Wikipédia
    18. 18. Un univers plus Riche!
    19. 19. I. L’HISTOIRE
    20. 20. L’histoire au coeur du dispositif. PERTINENCE, EMOTION, AUTHENTICITE. L’histoire commence avec une idée, vit à travers le public et ne prends de sens que quand elle est partagée.
    21. 21. Romance, Drame, Science Fiction, Documentaire… la vie! Nos histoires se déclinent toutes de la même façon et se composent de personnages et de situations clefs que la narration transmedia peut exploiter. Pourtant TOUTES les histoires ne font pas de bons projets transmedia.
    22. 22. NARRATION TRANSMEDIA Concepts essentiels de la narration Transmedia
    23. 23. Les éléments de l’histoire se partagent facilement
    24. 24. PROFONDEUR Le public peut plonger profondément dans l’histoire
    25. 25. COHERENCE & VERSIONS L’histoire colle aux canons de l’univers ou en est une variation.
    26. 26. IMMERSION & EXTRACTION Le public entre soit dans l’univers narratif, soit il en extrait des éléments The art of immersion – Frank Rose
    27. 27. UN UNIVERS MULTI PLATEFORMES Dispersion
    28. 28. 2011 L’année de l’UGC “USER GENERATED CONTENT”
    29. 29. II. ECRITURES LUDIQUES
    30. 30. GAMIFICATION Transfert de mécanismes de jeu dans d’autres domaines afin d’augmenter l’acceptabilité et l’usage de ces applications.
    31. 31. "logiciels qui combinent une intention sérieuse avec des ressorts ludiques"
    32. 32. GAME DESIGN Créer les règles qui encadrent le jeu
    33. 33. QU’EST CE QU’UN JEU? Une expérience interactive Régie par des règles Disposant d’un objectif Dont le résultat varie en fonction de l’utilisateur
    34. 34. POURQUOI FAIRE UN JEU? Transmettre l’info/l’histoire sous forme interactive. Impliquer l’utilisateur. L’encourager à explorer. Permettre la compréhension par la manipulation. BREF… générer une EXPÉRIENCE
    35. 35. UNE EXPÉRIENCE DE JEU MOTIVATION : On joue pour atteindre un but. DES CHOIX QUI ONT DU SENS: On se creuse la tête EQUILIBRE et SENS de PROGRESSION CLARTÉ: On comprends pourquoi on gagne, pourquoi on perds. ESTHÉTIQUE: C’est (aussi) une expérience sensorielle
    36. 36. LE SECRET DE LA MOTIVATION
    37. 37. IMMERSION : “Suspension of Disbelief” AUTONOMIE: La liberté entre les règles COMPÉTENCE: L’art de la rejouabilité CATHARSIS: La fin des interdits ACCOMPLISSEMENTS: D’autres vies que la mienne VIE SOCIALE: Une expérience à partager CRÉATIVITÉ: Jouer à Créer
    38. 38. À VOUS DE JOUER! Les questions à se poser: Quel est votre objectif? Qui sont les utilisateurs/joueurs Quel est le conflit? Le jeu a-t-il une fin? Le jeu est il linéaire? Peut-on jouer à plusieurs?
    39. 39. III. LES ACTEURS DU TRANSMEDIA
    40. 40. LA PLACE DU PUBLIC Dans la Création
    41. 41. ENGAGEMENT Dans l’univers narratif
    42. 42. UN ANIMATEUR Le Community Manager. Les Fans et la communauté. Le CM, une part d’un tout plus grand
    43. 43. IV. L’ÉQUIPE “TRANSMEDIA”
    44. 44. Auteur, Chef d’orchestre ou architecte narratif? !
    45. 45. LE WEB DESIGNER Celui qui prépare l’information afin qu’elle puisse être utilisée par tous avec efficacité
    46. 46. L’EXPERIENCE DESIGNER
    47. 47. LE PRODUCTEUR TRANSMEDIA Coordination?
    48. 48. D’un point de vue juridique C’est le flou complet !
    49. 49. LES PROS EN PARLENT

    ×