STRATÉGIES & PQR
s’intéresser aux résultats concrets
de ses actions, sur chacun de
ses secteurs d’activité, et
partout en ...
Vous avez proposé un 4 pages en fin
de campagne. De quoi s’agissait-il ?
PG : Ce 4 pages était le point d’orgue de l’opéra...
e… ça bouge… ■ La Dépêche du Midi a lancé le 3 novembre son nouveau journal au format Berlinois. Produit des nouvelles rot...
MÉMO SERVICES MA PQR À MOI
Services
& Études
PQR
Audience
et média marché
• “SPQR/EUROPQN” (Ipsos) édition
2002 - 2003 (to...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Newsletter Impact n°3

366 vues

Publié le

<h3>Au sommaire :</h3>
La prise de parole d'EDF en PQR, le score d'Impact de la CGPME, les Français et le logement et la PQR de Mercedes Erra, Présidente de BETC EURO RSCG et Chairman de EURO RSCG France.

Publié dans : Marketing
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
366
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Newsletter Impact n°3

  1. 1. STRATÉGIES & PQR s’intéresser aux résultats concrets de ses actions, sur chacun de ses secteurs d’activité, et partout en France. Un discours par la preuve et sur le terrain, pour que nous méritions que chaque français nous renouvelle sa confiance et nous “choisisse” demain ! LE SCORE Mercedes Erra parle avec l’accent catalan p. 4 Dossier : Français, la priorité au logement p. 3 Pour ce troisième dossier « In Situ Marketing », Impact PQR projette les évolutions de l’habitat des Français à l’horizon 2010. Nouvelles générations et nouveaux seniors devraient bouleverser le paysage de la démographie française en donnant la priorité à de nouveaux choix de vie. Regards croisés avec le BIPE. La newsletter de la Presse Quotidienne Régionale N° 3 EDF en prise multiple avec le local suite en page 2… C’est le score obtenu par la CGPME pour avoir invité les patrons de PME à participer, sur Internet, à une grande consultation. Implication à la formation professionnelle oblige. ■ Annonceur : CGPME ■ Dispositif PQR 66 : 3 demi pages quadri ■ Score : 75 %* ■ Période : entre le 28 août et le 5 septembre 2003 ■ Responsable Annonceur : Anne Cuillé (Secrétaire Générale) ■ Agence Conseil : Image et Stratégie ■ Responsable Agence Conseil : Claude Cœurderoy ■ Agence Média : Médiatrack : Manuel Jaïs Méthodologie des tests Impact 66 : Réalisés par IFOP depuis 1991 sur la base de 200 interviewés minimum, représentatifs nationalement, en face à face au domicile *Définition du score d’impact : Score Vu ou Lu 75% Philippe Germain Directeur Adjoint de la Direction de la Communication et des Affaires Publiques d’EDF Quels sont les éléments qui ont motivé cette exceptionnelle prise de parole en PQR ? Philippe Germain : Le 1er juillet 2004, 2 500 000 artisans, commerçants, profes- sions libérales, PME, PMI et agriculteurs pourront choisir leur fournisseur en électricité. En 2007, ce sera 100 % de notre clientèle… Cette ouverture à la concurrence est un virage historique pour l’entreprise, mais aussi pour tous nos “clients-citoyens- consommateurs”. Avant cette grande échéance, il a semblé important à François Roussely, Président d’EDF, de réactiver avec force l’attachement qu’ont toujours éprouvé les Français à l’égard d’EDF et de ses acteurs. Ouverture à la concurrence ? 70 % de notre marché en 2004, 100 % en 2007 Cet attachement est à la fois lié à l’histoire d’EDF, à son patrimoine industriel et humain, et enfin - bien sûr - à son ancrage territorial. Le concept général de cette campagne n’était donc pas de montrer EDF en tant que tel et de bâtir une énième “publicité institutionnelle”, mais de Manifestement, EDF avait beaucoup de choses à dire, si l’on regarde le dispositif… PG : Il est vrai que c’était une action d’une envergure exceptionnelle. Le principe était simple : une campagne par publi-reportages, en mettant l’accent sur les réalisations concrètes sur l’ensemble de nos pôles de métiers et de compétences. La production de la campagne a été en tant que telle une opération de communication interne de grande ampleur. Réunissant les différents Dircoms des principales directions d’EDF (transport, EDF GDF SERVICES, Energie, Commerce…), le Comité de Pilotage national (lui-même relayé par un groupe réunissant les 22 respon- sables régionaux de la communication EDF), a préalablement défini dix thèmes de travail (voir encadré). Des comités de pilotage ont fleuri partout en France Ensuite, ces thèmes ont fait l’objet de traductions dans chaque département. Des comités de pilotage ont donc fleuri partout en France, animés par les communicants locaux, pour donner corps aux sujets les plus variés. Ainsi, tous les sujets impliquant le niveau local ont été traités dans une logique de décentralisation et de délégation : hydraulique, nucléaire, environnement, partenariat avec les élus, etc. Au final, ce sont 1452 articles qui ont été rédigés, avec le concours de 22 jour- nalistes sélectionnés par EURO RSCG C&O et sa filiale Publishing ! Une véritable saga nationale-locale, et interne-externe. Impact PQR bientôt disponible sur Internet www.pqr.org
  2. 2. Vous avez proposé un 4 pages en fin de campagne. De quoi s’agissait-il ? PG : Ce 4 pages était le point d’orgue de l’opération, puisqu’il s’agissait ni plus ni moins du projet d’entreprise d’EDF à 3 ans ! C’est un acte de transparence qui nous engage fortement, mais il fallait que les Français sachent qu’EDF a un projet ambitieux et mobilisateur. Bref, que “l’avenir continue” pour nos agents, au service de nos clients. En PQR, le projet d’entreprise d’EDF Il était important, aussi, de clore l’opération en réaffirmant nos valeurs de service public. La solidarité, l’égalité de traitement, ou encore la proximité et le respect de la personne ne sont pas des mots qui doivent disparaître en 2007… bien au contraire, ces traits qui font EDF sont précieux pour notre modernité de demain. Que pouvez-vous nous dire des résultats et retombées de cette action ? PG : Un gros travail d’études quanti et quali a été réalisé par TNS Sofres en trois vagues (à l’issue de la cinquième insertion, puis de la dixième, et enfin à l’issue de l’encart 4 pages). Globalement, les résultats confirment l’attachement et la confiance des français à l’égard d’EDF. En validant l’intérêt d’une telle action de communication glo- bale et locale, le lecteur a récompensé le travail éditorial réalisé pour eux et à leur porte. Les lec- teurs de PQR sont bien “rentrés” avec implica- tion dans ces sujets lo- caux, au bénéfice, notam- ment, d’un gain d’image d’EDF sur l’item de proximité. Qu’avez-vous à nous dire sur le média PQR, à l’issue de cette campagne ? Une forme de “service public de l’information” PG : Je connais le poids de la PQR sur la “vraie vie”, économique, sociale, politique et culturelle, et je ne suis pas ça bouge… ça bouge… ça bouge… ça bouge… ça bouge… ça bouge… ça bouge… ça bouge… ça boug 10 % sur 4 ans et compte sur l’augmentation de ses capacités quadri pour développer son chiffre d’affaires publicitaire ■ Le Prix des Éditorialistes “Victor Hugo” a été décerné le 8 octobre à M. Jacques premier mois de lancement ■ L’Est Eclair et Libération Champagne lancent un City-Guide commun au format tabloïd distribué chaque vendredi sur le département de l’Aube ■ Le Bien Public et une étude avec TNS Sofres, qui met en évidence les 3 facteurs-clés de l’impact dans le journal, ainsi qu’une série d’indicateurs d’optimisation ■ L’Indépendant lance une nouvelle formule en deux cahier ■ 1 – La solidarité ■ 2 – Le service aux collectivités locales ■ 3 – Les partenariats en faveur du développement économique ■ 4 – L’innovation, la recherche et le développement ■ 5 – La protection de l’environnement ■ 6 – Le service aux entreprises et aux professionnels ■ 7 – Le service aux clients particuliers ■ 8 – Les énergies renouvelables ■ 9 – Le mix énergétique ■ 10 – Les métiers d’EDF Enfin, un encart 4 pages, identique dans toutes les régions : le Projet d’Entreprise EDF à 3 ans. …suite de la page 1 Il y a eu de l’électricité dans la PQR Bernard Sananess EURO RSCG C&O Vice-Président «… EDF est une entreprise excep- tionnelle, et qui a des choses excep- tionnelles autant qu’importantes à raconter. Le projet était ambitieux, mais quand la machine EDF se met en route, alors tout est possible. C’est vraiment impressionnant !... »«… une action de communication globale de cette envergure n’a été réalisable que grâce à une collaboration plus qu’étroite entre EDF et nos équipes : on était vraiment sur le même bateau, et chacun savait, en temps réel, où mettre les pieds et les mains pour tenir le cap stratégique... »«… la PQR a joué son rôle à plein elle aussi : c’est une collaboration annon- ceur – agence conseil – agence média, et média, qui marquera les annales en ma- tière de communication citoyenne. » STRATÉGIES & PQR Charles Plourdeau Responsable de la communication EDF Bretagne «… C’était une très bonne démarche de montrer aux citoyens ce qu’on fait au quotidien. On a recensé un panel très significatif de sujets… » «… les agents ont été sollicités pour raconter ce qu’ils font au quotidien. Ils se sont impliqués, et ont ensuite été fiers de voir que leur travail était ainsi traduit dans la presse. Un signe de reconnaissance très fort, c’était aussi cela cette opération. » «… nos chargés d’affaires ont obtenu de nombreux RDV, auprès de chefs d’entreprises et d’élus locaux, qui ont pu s’exprimer librement en tant que clients.» «… je pense que les citoyens ont pu comprendre qu’EDF intervenait bien au-delà de la seule fourniture d’électricité, ou autrement que pour les tempêtes ou la canicule... par exemple, ils savent maintenant ce que nous faisons pour l’insertion des handicapés dans le monde du travail, ou pour la maîtrise de la consommation d’énergie dans les quartiers défavorisés… » «… quand les premiers articles sont parus, cela a libéré ceux qui pouvaient avoir des doutes ou des réticences quant à la difficulté apparente de l’exercice. » «… il y a eu une mise à disposition très large des tirés à part des articles, remis tant aux agents qu’aux entreprises et élus locaux, qu’ils soient ou non intervenus directement. » VERBATEAM VERBATIM VERBATIM 10 thèmes EDF pour 1452 articles en PQR ! Récapitulatif de campagne Chaque semaine et pendant 10 semaines – du 21 avril au 21 juillet 2003 –, un thème est choisi pour illustrer la re-fondation du lien entre EDF et le citoyen-lecteur. Chaque thème est décliné de façon spécifique dans chaque Titre et chaque région de France. à convaincre des qualités de ce vrai média, qui touche tout le monde, à commencer par les élus… Par ailleurs, il y a des convergences entre les valeurs EDF et celles de la PQR, qui assure à sa façon une forme de “service public de l’information” ! Il est évident qu’une telle campagne pu- bli-rédactionnelle trouve avec la PQR son écrin média le plus naturel, car elle exige l’implication du lecteur ainsi que son ouverture “contractuelle” à l’information. Je précise ici que cette campagne universelle était visible aussi dans les quotidiens départementaux et dans une sélection de 174 titres de PHR. Que va devenir cette manne d’informations ? PG : Il y a une vie hors média après la campagne ! Nous avons réalisé des compilations régionales de ces publi- reportages. Chaque maire de France s’est vu remettre ce document par son interlocuteur EDF privilégié. Par ailleurs, nous avons fait un Collector en 200 exemplaires numérotés, véritable tour de France des activités et services EDF. Ce document unique va être offert à une sélection de personnalités du monde politique et médiatique. Au final, on peut dire qu’il s’agit d’une vraie opération de communication globale : une action interne et externe, média et hors média, stratégique et tactique, rédactionnelle et publicitaire, grand public et hyper ciblée, citoyenne et service… EDF et son avenir méritent bien cela : une action de proximité pour faciliter la refondation du pacte entre EDF et la Nation. Propos recueillis pour Impact PQR par Emmanuel de Chevigny. edechevigny@lcnet.fr Sophie Lepoivre EURO RSCG Publishing Editrice conseil «... Quand les choses se sont décidées, c’est parti sur les chapeaux de roues, et on savait qu’on rentrait dans une charrette de plusieurs mois. Passée l’appréhension de départ, c’est une aventure profes- sionnelle unique que nous avons vécue, grâce à une très bonne entente. »«… le premier travail : créer 26 tandems journaliste-photographe… en quinze jours. »«… je ne sais plus combien d’articles, de pellicules photos, de CD à vérifier… une armada d’informations venant de toutes les régions, sans parler des vérifications finales avant envois aux journaux : le bon article pour la bonne région, pour le bon journal et dans le bon format, avec les bonnes photos ; et cela dix fois, et pour plus de 200 titres ! Un défi d’organisation et de manage- ment. »«… il y avait une hot line qui tra- vaillait aussi à flux tendu pour répondre à tous besoins venant du local : validation des sommaires, accords juri- diques d’EDF… »«… c’était comme une équipe de tournage sur un film : tous et tout le temps sur la brèche, rapidité et réactivité totales de rigueur, week-ends compris, de mars à juillet... » 2
  3. 3. e… ça bouge… ■ La Dépêche du Midi a lancé le 3 novembre son nouveau journal au format Berlinois. Produit des nouvelles rotatives, le quotidien vise une progression de sa diffusion de Camus, PDG de la République du Centre ■ La NRCO a lancé sa nouvelle formule le 1er Octobre. “Plus pratique, plus proche, plus pertinent”, le titre a connu une hausse de 2,5 % de sa diffusion sur le le Journal de Saône-et-Loire mettent en ligne 60 % des municipalités de la région Bourgogne sur le portail “Cybercommunes”, espace interactif destiné aux citoyens de la Région ■ Les DNA ont mené s et double sa pagination quadri ■ Après un premier semestre étale, l’audience de la PQR a connu une nette croissance au cours de l’été 2003 à + 5,1 %, soit 17,8 millions de lecteurs au Numéro Moyen. suite de la page 1… IN SITU MARKETING L’analyse faite par le Bureau d’Investigation et de Prévision Economique met en lumière plusieurs phénomènes importants : la confirmation des déplacements vers le sud, mais aussi un nouveau courant de migration vers la façade atlantique, le regain d’attractivité de certaines zones rurales et la désaffection croissante de l’Ile-de-France. Le ras-le-bol des jeunes générations On aurait tort de croire que ces évolutions s’expliquent uniquement par la recherche de calme et de soleil d’une population croissante de retraités. On observe de plus en plus de jeunes ménages quittant l’Ile-de-France pour la province. La somme des motivations des jeunes générations tient de l’inventaire à la Prévert : refus du stress de la capitale, conviction que les carrières ne sont plus nécessairement parisiennes, moindre atta- chement à l’entreprise, primauté de la vie personnelle ou désir de maison individuelle, sont autant de facteurs qui incitent un nombre grandissant de moins de 35 ans à quitter la région parisienne. Les efforts des grandes métropoles régionales en matière d’éducation et de culture ne sont d’ailleurs pas sans effet dès lors que les jeunes ménages renforcent leurs exigences en termes d’habitat et de qualité de vie, avec la naissance des premiers enfants. Le travail suivra le logement Partant de ce constat, le BIPE a élaboré un scénario démographique qui remet en cause les schémas de pensée traditionnels dans ce domaine et permet de mieux comprendre les phénomènes migratoires à venir. Entre 1950 et 1980, les migrations (donc le logement) ont suivi l’emploi. Il est probable que nous entamons maintenant une autre phase de développement où l’emploi commence à suivre le logement. La tertiarisation croissante de l’économie, le développement des nouvelles technologies de l’information permettant le travail distant et la primauté accordée au cadre de vie expliquent en grande partie ce phénomène. Le Panel européen des ménages fait en effet apparaître que les raisons professionnelles ne représentent plus que 62 % des raisons de déménagement (cf. tableau 1). 2010 : l’explosion des seniors Entre 1999 et 2010, la population française augmentera de près de trois millions de personnes. Cette progression globale masque une quasi-stagnation des 15-24 ans, une très forte baisse des actifs de 25 à 39 ans et une explosion de la population des seniors de 55 à 64 ans (cf. graphique 2). Ce n’est pas sur ce phénomène déjà amplement commenté que se situe l’apport original de l’étude du BIPE, mais plutôt sur les conséquences des mutations démographiques sur les stratégies migratoires des ménages. L’étude montre par exemple que le comportement des seniors est très dépendant de la possession ou non d’une maison secondaire : on distingue ainsi des “seniors nomades” qui choisissent d’alterner leur vie entre deux logements et ceux qui font le choix de quitter définitivement leur région pour s’installer ailleurs. La typologie des “jeunes actifs” met en regard une forte proportion de mobiles au sein des couples biactifs franciliens de CSP élevées. Entreprises à réseau : un enjeu majeur Au cours de la période 1999-2010, la France va connaître près de sept millions de déplacements de personnes (vs 5,5 millions entre 1990 et 1999). L’écart se creusera davantage encore entre la France du Sud et de l’Ouest d’un côté, et celle du Nord et de l’Est de l’autre. Vingt départements enregistreront une baisse de leur population. Les 39 départements les plus dynamiques explique- ront près de 90 % de la variation démographique nationale. Le solde migratoire de l’Ile-de-France pourrait accuser une diminution d’un million de personnes, en raison d’une proportion croissante de jeunes actifs désireux de quitter la région parisienne (cf. carte 3). La nouvelle répartition de la population risque de modifier sensiblement le marché de l’emploi et le potentiel de dynamisme des régions françaises, ce qui pose bien sûr la question de l’implantation des entreprises organisées en réseaux (distribution, automobile, etc.). Le pouvoir d’achat se déplace En 2010, les onze régions les plus dynamiques expliqueront 70 % de la variation totale du nombre de ménages. L’estimation de la demande potentielle de logements qui en découle conduit à dessiner une nouvelle carte des besoins : les deux-tiers de la demande s’exprimeront sur une zone représentant moins de la moitié du territoire national. Le marché immobilier pourrait connaître de profondes mutations : accélération des transactions dans l’ancien et modification relative des prix. En Ile- de-France, notamment, les départs de seniors auront pour conséquence une mise sur le marché de nombreux logements dont la valeur pourrait baisser pour les plus grands d’entre eux. Plusieurs effets vont se conjuguer pour redessiner la carte des revenus des ménages. Le plus grand dynamisme économique de certaines régions et le déplacement des populations seniors, plus riches, vont plutôt avantager les régions du Sud. Ce phénomène aura des conséquences importantes sur l’orga- nisation des réseaux bancaires comme pour la plupart des services aux ménages (énergie, eau, transport, poste, télécommunications…). L’étude réalisée par le BIPE s’appuie notamment sur deux enquêtes (700 "jeunes actifs" de 25 à 34 ans et 700 "Seniors" de 55 à 64 ans), qui permettent de proposer une typologie des ménages en termes de mobilité. Pour tout renseignement concernant cette étude, contacter Patrick de LA MORVONNAIS (01 46 94 45 30-dlm@bipe.fr) Quels modèles d’habitat pour demain ? Si le cadre de vie est le principal moteur des migrations des Français à l’horizon 2010, le logement est plus que jamais le lieu de l’investissement et de l’épanouissement. Focus sur les grandes tendances du logement de demain. Familles recomposées, mutations du travail, nouvelle gestion du temps, arrivée du multimédia… Notre logement s’adapte à l’évolution de nos modes de vie et devient de plus en plus modulable. Le défi des décorateurs et des architectes consiste à réconcilier le plaisir et le travail, le fonctionnel et l’affectif, le besoin d’ouverture et celui d’isolement. Altema (le journal des tendances de consommation) fait le point sur les grandes tendances de demain : Un lieu de vie multifonctionnel La maison est devenue un lieu de vie "multifonctionnel". Chaque pièce devient une pièce à vivre à part entière, à usages multiples, où l'on peut faire différentes choses : lire, dormir, manger, travailler... Un habitat modulable La modularité devient une notion essentielle avec la généralisation des familles à "géométrie variable" ou recomposées. L'habitat modulable, proposant des pans ouverts, des cloisons amovibles et pouvant s'adapter à l'évolution de la famille est une aspiration forte. Un espace plus personnalisé La participation des consommateurs à la finition des plans de leur maison va se développer de plus en plus. Une aspiration forte à la nature Le désir d'avoir un logement "végétalisé", en prise directe sur une nature réelle (le jardin) ou recomposée (terrasse ou jardin d’hiver) : en 30 ans, le nombre de jardins a doublé en France et le secteur enregistre une croissance de + de 4 % par an… spécialement en milieu urbain. L'éco-conception gagne l'habitat Les Français sont de plus en plus demandeurs de maisons climatiques ou “vertes” qui intègrent dans leur conception l'utilisation de l'énergie solaire, le recyclage des déchets, un purificateur d'air, un récupérateur d'eau de pluie, des matériaux sains comme des peintures bio… L'intrusion des nouvelles technologies Les nouvelles technologies révolutionnent notre façon de vivre. La maison va s'adapter à l'être humain, selon qu'il ait besoin de lumière, de chaleur, d'espace ou d'intimité. Les objets sans fil, les télécommandes (volets roulants, éclairage…), la programmation (électroménager, chauffage, climatisation…) permettront gain de temps, simplicité et économies d'énergie. Migrations Raison du déménagement inter- départementales • Un nouvel emploi pour l’un des membres du ménage 20 • Une autre raison liée à l’emploi (se rapprocher du lieu de travail) 42 • Une raison liée au logement (accès à la propriété, agrandissement de la famille ou volonté d’un logement plus spacieux, loyers) 17 • Une autre raison (meilleur environnement, rapprochement familial, etc.) 18 • Autres 3 Tableau 1 - Raisons de déménagement (en %) 30– 60 (3) 10– 29 (4) -10– 9 (8) -30– -11 (5) -140– -31 (2) -1000 -1500 -500 0 500 1000 1500 2000 2500 0-14 1982-1990 1990-1999 1999-2010 +2,5 Millions Milliers de personnes +1,9 Millions +3 Millions 15-24 25-39 40-54 55-64 65+ Graphique 2 - Variations de la population française par tranches d’âge Carte 3 - Le palmarès des régions privilégiées par les nouvelles générations Note : Solde des notes positives et négatives accordées aux différentes régions par les jeunes actifs déclarant vouloir changer de région. 3 Les migrations résidentielles de la population française à l’horizon 2010 2010 : le big bang de la mobilité Le BIPE vient de terminer une étude offrant une nouvelle projection de la population française à l’horizon 2010. Outre l’évolution démographique des régions, on y apprend que le moteur de la mobilité géographique des Français sera de moins en moins le travail et de plus en plus le logement. Une recomposition du paysage français aux multiples implications stratégiques.
  4. 4. MÉMO SERVICES MA PQR À MOI Services & Études PQR Audience et média marché • “SPQR/EUROPQN” (Ipsos) édition 2002 - 2003 (tous les chiffres d’audience du PQR 66) • SPQR “Cumul 3 ans” 2002 (tous les chiffres d’audience et les car- tographies associées de 34 titres et 25 groupes de PQR) Audience sur cibles • La France des Cadres Actifs 2003 (Ipsos) • Les Décideurs de la Grande Distri- bution (Ipsos) • Les Décideurs de Collectivités Territoriales (Ipsos) Efficacité • Suivi Impact 66 : base de données compilant plus de 200 000 inter- views et 2000 post-tests d’impacts sur les dix dernières années (IFOP). Cette base est à la disposition des clients via leurs régies : analyses et résultats, scores moyens, analyses sectorielles, recherche (la Persis- tance Mémorielle, IREP 2002), etc. • PQR-PRO : post-tests SOFRES sur la cible des décideurs économiques, via une méthode novatrice : le CAWI. Réservé aux annonceurs B2B. Quali • Proximités : Une étude de Socio- vision sur les nouveaux vécus de la proximité (IREP 2001) • La communication textuelle en PQR/le texte et la conviction (SORGEM) www.pqr.org Le site rassemble un grand nombre d'informations sur les titres, les études, les tarifs et les contacts commerciaux, ainsi que des réfé- rents qualitatifs et résultats de post tests de campagnes... Accès libre. Contactez directement votre régie qui pourra vous proposer des services spécifiques : • Hexagone Régie 01 40 89 82 82 • Nord et Est Publicité 01 53 04 21 40 • Régions Communication 01 72 32 72 32 • Socprint Régions 01 56 52 24 46 Et s’il y avait d’intelligentes occasions de communiquer ? Quelques rendez-vous… Mercedes Erra vue par Marc Enguérand, le photographe du monde du théâtre. «Les citoyens du monde que nous sommes, nous qui communiquons avec aisance, rapidité, immédia- teté, avec nos amis chinois, américains, australiens, nous qui aimons tant les aéroports que nous y faisons des photos de mode, comment continuons-nous, obstinément, à nous plonger dans la lecture de nos chers quotidiens régionaux ? Qu’est-ce qui fait qu’un été sans l’Indépendant Catalan n’est pas vraiment un été ? Se retrouver à Perpignan ou dans les somptueuses Corbières sans l’Indépendant, est-ce vraiment envisageable ? Plus le monde nous appartient et plus l’attachement à une terre, un lieu, à une culture précise se fait sentir. Est-ce cela l’identité ? Le journal de ma région raconte autrement les nouvelles du monde. Son point de vue est ancré dans un endroit précis. Et cela change beaucoup de choses. Le journal de ma région raconte aussi ma région, mon pays et cela, comment s’en passer ? Même si le monde semble parfois nous appartenir, on est toujours de quelque part. Je suis là. Je suis là concrètement, simplement, et cette presse me raconte cela concrètement, simplement. L’Indépendant Catalan, peut-être un des plus beaux noms que l’on puisse donner à un journal. “L’indépendant”, c’est peut-être savoir, dans ce monde toujours plus vaste, raconter une histoire précise. Et j’aime tant la précision... » STABILODATES Du 14 au 16 janvier 2004 ➩ SIVAL à Angers : le salon du matériel et des techniques pour la vitiviniculture, l’horticulture, l’arboriculture et les cultures légumières. Du 16 janvier au 25 janvier 2004 ➩ 16ème édition du Festival de cinéma européen à Angers : “Premiers plans d’Angers” sous la présidence de Claude Chabrol. Du 23 au 25 janvier 2004 ➩ Salon du Tourisme à Rennes : les passionnés du tourisme se retrouvent à Rennes pour l’un des plus grands salons de France consacrés à ce thème. Du 2 au 4 février 2004 ➩ Salon des Vins de Loire à Angers : un rendez-vous à ne pas manquer pour les amateurs de vins. Du 6 au 9 février 2004 ➩ Salon des Artisans d’Art à Troyes. Du 13 février au 29 février 2004 ➩ À Menton, “la Fête du Citron”, symbole de la ville, accueille des milliers de spectateurs venus des quatre coins du monde. Du 24 février au 7 mars 2004 ➩ Théâtre de rue à Toulouse, “Mirà ! rencontres avec l’Espagne” est consacré aux courants les plus représentatifs et les plus novateurs de la création contemporaine espagnole et française dans les domaines du Théâtre, de la Danse et de la Musique. Du 8 mars au 13 mars 2004 ➩ 6ème édition du " Printemps des Poètes " à Saumur : la ville se met à l’heure de la poésie : poésie d’hier et d’aujourd’hui, avec cette année la présence d’André Dussollier. Du 11 mars au 28 mars 2004 ➩ Critérium International du Cyclisme à Charleville-Mezières. Du 1er au 30 avril 2004 ➩ Parole aux Jeunes à Bordeaux : consultations et rencontres sont organisées dans divers lieux de la ville pour les jeunes de 15 à 22 ans. ... /... Le plus beau nom pour un journal Cette presse me raconte cela, concrètement, simplement. Pour tout contact avec la Rédaction d’IMPACT PQR : 01 40 73 85 90 impact@spqr.fr Mercedes Erra Présidente de BETC EURO RSCG Chairman de EURO RSCG France. Présidente de l'AACC -R.C.S.PARISB342631207-Créditphotos:GettyImages Evénements régionaux et plus si affinité de marque 4

×