Cahier mémoire C. Morand Fehr

3 593 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 593
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
344
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cahier mémoire C. Morand Fehr

  1. 1. Cahier mémoire sur la Première Guerre Mondiale La Guerre Gromaire Année 2013- 2014 Morand- Fehr Christophe Collège AMJ
  2. 2. Plan ● I Le conflit ● II Journaux de voyage (Verdun et Meaux) ● III Trace mémorielle (mes ancêtres)
  3. 3. I Le conflit ● a) Les causes ● Le 28 juin 1914, un Serbe nationaliste abat l'archiduc François-Ferdinand, héritier de la couronne d'Autriche, à Sarajevo. Un mois plus tard, l'Europe sombre dans un conflit terrible, dont nul ne soupçonne alors la durée, l'intensité, la violence et les énormes bouleversements qu'il causera. Comment en est-on arrivé là? L'attentat de Sarajevo
  4. 4. Les empires coloniaux L'Europe, en 1914, domine le monde. En effet, la plupart des pays européens possèdent de vastes empires coloniaux ainsi que d'importants capitaux dans le monde entier. Cependant, certains pays se sont appropriés une plus grande part du gâteau colonial. Par exemple, le Royaume-Uni possède le plus grand empire, celui sur lequel « le soleil ne se couche jamais ». La France, elle, possède le deuxième empire, ayant de grandes possessions, africaines notamment, tandis que l'Allemagne fait pâle figure avec quelques miettes de l'Afrique. En 1898 a lieu une grave crise franco-anglaise à Fachoda à propos du Soudan et en 1905 entre la France et l'Allemagne pour la possession du Maroc. L'Allemagne, plus généralement, souhaiterait s'étendre davantage sur le plan colonial et est jalouse du Royaume-Uni et de la France. Ces rivalités seront donc l'une des causes de la guerre. Caricatures d'époque sur les rivalités coloniales en Chine et au Maroc
  5. 5. Carte des empires coloniaux
  6. 6. Les tensions sur le sol européen En 1914, l'Europe est un baril de poudre prêt à exploser. Ce continent est divisé en tensions territoriales: ● La France souhaite regagner l'Alsace-Lorraine, allemande depuis 1871 ● L'Italie revendique les terres irrédentes, (Trentin, Istrie), territoires de langue italienne occupés par l'Autriche ● L'empire d'Autriche-Hongrie est une mosaïque de peuples de cultures différentes qui souhaiteraient devenir indépendants ● L'empire allemand cherche une position prépondérante sur le continent européen, pour contrebalancer la puissance maritime britannique: c'est le pangermanisme ● La Serbie aimerait regrouper sous sa bannière tous les slaves du sud pour former une grande Serbie ● La Russie souhaite devenir la protectrice de tous les slaves, notamment dans les Balkans, et contrebalancer l'Allemagne, c'est le panslavisme ● L'empire Ottoman est alors un empire moribond; les autres nations européennes cherchent à se disputer ses restes
  7. 7. Les systèmes d'alliances et le déclenchement de la guerre Conséquence de toutes ces tensions, les pays européens se sont regroupés dans deux grandes alliances: la triple entente et la triple alliance. ● Triple entente: ● France ● Russie ● Royaume-Uni ● Triple alliance: ● Allemagne ● Autriche-Hongrie ● (Italie) Suite à l'attentat de Sarajevo, l'Autriche menace la Serbie, qu'elle considère responsable de la mort de l'archiduc. Cependant, la Russie considère la nation slave comme sa protégée et mobilise contre l'Autriche-Hongrie. A son tour, l'Allemagne mobilise pour soutenir son allié face à la Russie. La France, liée par des traités, déclare la guerre à l'Allemagne, suivie peu après par le Royaume-Uni. Seule l'Italie n'entrera pas alors en guerre.
  8. 8. Carte de l'europe en 1914
  9. 9. Le système d'alliances
  10. 10. b) La guerre 191 4 1915 1916 1917 191 8 Guerre de mouvemen t Guerre de position Guerre de mouvemen t Plan Schlieffen Bataille de la Marne Taxis Victoire allemande De Tannenberg Course à la mer Offensives françaises en Artois en en Champagne Les Dardanelles Entrée en guerre De l'Italie Bataille de Verdun Bataille de la Somme Bataille navale Du Jutland Offensive du chemin Des Dames Mutineries Première révolution russe Révolution d'Octobre Entrée en guerre Des Etats-Unis Paix russo-allemande De Brest-Litovsk Offensives allemandes Offensives alliées Armistice du 11 novembre
  11. 11. 1914 L'Allemagne souhaite au début de la guerre vaincre rapidement la France pour se retourner ensuite vers la Russie. C'est le plan Schlieffen, cherchant à contourner le gros des armées françaises en passant par la Belgique, qui échoue à la bataille de la Marne, notamment grâce aux célèbres taxis qui permirent d'envoyer les renforts sur le front. Sur le front de l'est, l'armée allemande écrase les russes à Tannenberg. Bientôt, sur tous les fronts, la guerre de mouvement laisse place aux tranchées. La guerre va s'installer dans la durée. Plan Schlieffen Taxis de la Marne
  12. 12. 1915 La guerre s'est maintenant enterrée: sur le front français, le front s'étale, de tranchées en tranchées, de la mer du Nord à la Suisse. La France lance des offensives, mais elles sont sanglantes et ne progressent pas. Les Allemands, eux, progressent en Russie. Comme l'empire Ottoman est entré en guerre aux côtés des empires centraux, les Franco-anglais tentent de s'emparer des détroits, lors de la campagne des Dardanelles, qui se soldera par un échec cuisant. L'Italie, quant à elle, entre en guerre aux côtés de l'entente, motivée par la perspective de recouvrer les terres irrédentes. Les tranchées
  13. 13. 1916 En 1916 se déroulent les batailles les plus terribles de toute la guerre: Verdun et la Somme. L'armée allemande attaque à Verdun en février, elle progresse de quelques kilomètres mais l'armée française, commandée par Pétain, les reprend avant la fin de l'année. Bilan dérisoire comparé aux 300 000 morts que la bataille a causés. Sur la Somme, l'armée anglaise attaque, gagne quelques kilomètres pour plusieurs centaines de milliers de morts. Tableau et photographie de la Voie sacrée, par où transite renforts et munitions à Verdun
  14. 14. 1917 En 1917, les soldats, découragés, ne veulent plus se battre: ce sont les mutineries. En France, l'échec de l'offensive du Chemin des Dames et les pertes extrèmement importantes ont provoqué des révoltes, calmées à la fois par des exécutions que par des mesures d'assouplissements prises par Pétain. En Russie, c'est la révolution, le Tsar est renversé, et en octobre, Lénine et les Bolcheviques arrive au pouvoir. Cependant, suite à la guerre sous-marine à outrance des Allemands, les Etats-Unis rejoignent l'entente. Mutin fusillé pour l'exemple Révolution Russe
  15. 15. 1918 En mars, la Russie de Lénine se retire de la guerre. L'Allemagne concentre alors ses troupes sur le front français dans le but de vaincre avant l'arrivée massive des Américains. Elle lance plusieurs offensives qui annoncent le retour à la guerre de mouvement. Toutefois, elles échouent finalement durant la seconde bataille de la Marne et les armées alliées, soutenues par les Américains, contre-attaquent. Les Alliés de l'Allemagne décidant d'arrêter la guerre, la révolte grondant en Allemagne, le Kaiser renversé et ses armées forcées de reculer, l'Allemagne signe l'armistice à Rethondes le 11 novembre. La guerre est finie. L'armistice du 11 novembre
  16. 16. c) Le bilan Les pertes La première guerre mondiale fut très meurtrière; son bilan humain se chiffre aux alentours de 10 millions de victimes. Contrairement à la seconde guerre mondiale, les pertes concernent surtout les soldats. La France fut considérablement touchée, avec 1,3 millions de morts, plus fortement ressentis que les 2 millions de morts de l'Allemagne, disposant d'une population plus nombreuse. Pays Nombre de morts Allemagne 2 000 000 Autriche- 1 100 000 -Hongrie France 1 300 000 Royaume-Uni 900 000 Russie 1 800 000 Etats-Unis 100 000
  17. 17. La guerre totale La première guerre mondiale est une guerre totale. Pour la première fois de l'Histoire, le concept de guerre absolue d'Etat à Etat de Clausewitz, décrit dans son ouvrage De la Guerre, trouve sa pleine application. Amplifiant le phénomène émergeant déjà durant la guerre de Sécession, les belligérants se livrent une guerre de masse, d'anéantissement, dans laquelle toutes les forces vives de la Nation sont poussées dans l'engrenage qui vise à détruire l'adversaire. Les armées ne se battent plus seulement entre elles, comme au temps de l'Ancien Régime. Il s'agit d'un conflit d'un nouveau type dans lequel la distinction entre civil et militaire n'existe plus. La mobilisation est non seulement humaine, mais aussi économique, industrielle et morale. Ce type de conflit trouvera son paroxysme dans la seconde guerre mondiale, avec la guerre d'extermination que se livrent Allemagne nazie et Russie soviétique. Cependant, ce type de conflit ne disparaît pas après les conflits mondiaux; le XXème siècle fourmille de conflits de cet acabit plus localisés: la guerre Iran-Irak (1980-1988) en est un bon exemple.
  18. 18. La mobilisation économique La première guerre mondiale se caractérise par l'adoption par les bélligérants d'une véritable économie de guerre: toutes les usines et les industries participent à l'effort de guerre. Les hommes partis au front, les femmes les remplacent aux usines. Toutefois, ceci coûte cher et les Etats financent leur production par des emprunts massifs. Les pays européens de l'entente s'endettèrent beaucoup auprès des Etats-Unis, ce qui aida les Etas-Unis à devenir la première puissance mondiale à la suite de la guerre. Femmes fabriquant des munitions dans des usines
  19. 19. La propagande Durant la guerre, les belligérants sont obligés d'entretenir le moral de leur population, afin de maintenir ses efforts et sa motivation, conditions indispensables pour mener une guerre de cette ampleur. Pour ce faire, ils lancent de grandes campagnes de propagande, souvent par voie d'affiches. Ces affiches glorifient en général les soldats du pays, célèbrent ses alliés et diabolisent l'ennemi. D'autres, dans un genre différent, cherchent à recruter des soldats ou à inciter la population à prêter de l'argent à l'Etat, sous la forme de bons de la Défense Nationale. Affiche française Encourageant le financement De la guerre Affiche française anti-allemande Affiche de recrutement américaine
  20. 20. Les nouveaux armements La première guerre mondiale vit apparaître quantité de nouvelles armes, surtout après l'apparition de la guerre de position, car le front ne bougeait pas et les bélligérants realisèrent que la victoire passait par l'utilisation de nouveaux armements. Sous-marin Gaz de combat Mitrailleus e Avion Char de combat
  21. 21. II Journaux de voyage a) Verdun Nous avons fait une sortie le 4 octobre sur les lieux de la bataille. Nous avons visité le fort de Douaumont, l'ossuaire et les tranchées de la butte de Vauquois. En 1916, le front français est immobile depuis près de deux ans. L'Etat-Major allemand souhaite en terminer avec la France, et programme de saigner à blanc l'armée française dans une grande bataille d'attrition et d'usure, afin de l'amener à la paix. Reste à déterminer le lieu de l'attaque. Le secteur de Verdun est finalement choisi, car il forme un grand saillant dans le front allemand. L'offensive débute le 16 février, et après quelques succès initiaux, s'enraye vite. La France, malgré des pertes énormes, tient bon, et ravitaille ses troupes par la Voie Sacrée, seule route qui mène à Verdun. A partir du mois de juillet, les Français contre-attaquent et quand s'arrête la bataille en décembre, une grande partie du terrain précedemment perdu est reconquis. Le plan allemand a échoué, la France a tenu. Cette bataille se caractérise par des pertes effroyables de chaque côté, plusieurs centaines de milliers de morts, pour un résultat opérationnel quasi-nul. La plupart des pertes humaines fut provoquée par un usage excessif de l'artillerie, qui contribua à l'aspect inhumain de cette bataille. La boucherie de Verdun est l'une des plus terribles batailles de l'humanité, à mettre au même plan que Stalingrad.
  22. 22. Carte de la bataille de Verdun
  23. 23. Le fort de Douaumont Le fort de Douaumont est en 1916 la cible de l'attaque allemande à Verdun. Il est pris rapidement par les troupes allemandes le 25 février 1916. Il sera le théâtre d'âpres combats et ne sera repris par les Ffrançais que le 24 octobre 1916. Le fort et ses trois drapeaux L'extérieur du fort Chapelle française à l'intérieur Du fort
  24. 24. L'ossuaire Cet ossuaire fut construit dans les années 20 en mémoire des soldats morts à Verdun. Reposent dans le cimetière environ 16000 soldats français, tandis que les ossements de 130 000 soldats, sans distinctions de nationalités, reposent dans l'ossuaire. Le cimetière L'ossuaire
  25. 25. La butte de Vauquois La butte de Vauquois était une position stratégique, car surélevée. C'est pourquoi les armées allemandes et françaises se sont battues avec acharnement pour la colline, faisant un usage excessif des mines. Les nombreuses explosions qu'elles ont causées sont à l'origine d'énormes cratères, encore visibles aujourd'hui. Le monument aux morts vu des tranchées allemandes Ce qu'il reste de l'église du village...
  26. 26. b) Meaux Nous avons fait le 12 décembre une deuxième sortie à Meaux. Nous avons visité le musée de la Grande Guerre le matin, et nous nous sommes rendus sur les lieux de la bataille de la Marne l'après-midi. Musée de la Grande Guerre
  27. 27. Le musée de la Grande Guerre de Meaux est moderne: il a été inauguré en 2011. L'architecte qui a mené le projet, Christophe Lab, a doté le musée d'une architecture moderne. L'exposition comporte plusieurs milliers d'objets d'époque, et a adapté les technologies numériques pour rendre la visite plus vivante. Une tranchée française et une tranchée allemande ont été reconstituées, avec le no man's land qui les sépare. Les uniformes de plusieurs belligérants, de différents corps d'armée, de différentes époques sont exposés ainsi que plusieurs objets plus volumineux, comme des avions, ou un fac similé d'un taxi de la Marne. Dans l'ensemble, j'ai apprécié l'exposition que j'ai trouvée vivante et intéressante, comme la diversité des objets exposés. Reconstitution d'une tranchée française
  28. 28. Les uniformes Zouave Barda du soldat
  29. 29. Char français FT-17 Soldats britanniques
  30. 30. Mitrailleuse abritée derrière les sacs de sable d'une tranchée
  31. 31. Taxi de la Marne
  32. 32. Les champs de bataille Le 4 août 1914, l'Allemagne entre en Belgique, dans le but de contourner et de détruire les armées françaises massées face à l'Allemagne. C'est le plan Schlieffen, qui vise à vaincre la France en six semaines, pour ensuite se retourner contre la Russie. L'armée allemande, menée par von Moltke, fait face à une farouche résistance de l'armée belge, qui succombe sous le nombre. Foch, à la tête des armées françaises, ne reste pas inactif: c'est la bataille des frontières. Les Français, n'ayant pour doctrine que l'offensive, subissent de très lourdes pertes, et la retraite générale est déclarée. Les armées allemandes s'approchent alors de Paris, mais l'un des généraux allemands, von Kluck, décide de contourner Paris par l'ouest, et prête par conséquent son flanc à une contre- attaque. Foch décrète la contre-offensive générale et l'armée de Paris, la sixième armée, commandée par Galliéni, monte alors au front, certains de des soldats étant transportés dans des taxis réquisitionnés. Les Français surprennent en plein mouvement le flanc allemand, et une terrible bataille commence alors sur un large front, bataille qui n'a pour la France d'autre alternative que d'être gagnée. Au bout de plusieurs jours de combats, von Moltke décide de reculer: les armées françaises ont vaincu. C'est le miracle de la Marne. Le plan Schieffen a échoué: la France tiendra quatre longues années qui la mèneront à la victoire finale. C'est sur le lieu de cette bataille, près de Meaux, que nous avons passé notre après-midi.
  33. 33. Tombe collective de soldats français, parmi lesquels repose l'écrivain Charles Péguy
  34. 34. III Mes ancêtres J'ai dans ma famille plusieurs ancêtres qui ont participé à la Première Guerre Mondiale: deux arrière-arrière grands-pères et une arrière-arrière grand-mère du côté paternel, et quatre arrière-arrière grands-pères du côté maternel. Côté paternel: Lucien Fehr Abel Dionet (Noémie Lizé) Côté maternel: Henri Dumont Marcel Dumont André Louis Walusinski Henri Walusinski
  35. 35. Lucien Fehr Mon arrière-arrière grand-père Lucien FEHR est né en Alsace en 1872. Il apprend le métier de cuisinier en Alsace, mais ne veut pas faire son service militaire en Allemagne, comme beaucoup d'Alsaciens à cette époque et il le fait en France vers 1892. Très patriote,il reste dans l'armée après la fin de son service militaire. Vers1902-1904, il quitte l'armée, comme sous-officier, pour s'associer avec son beau-frère à la tête d'une entreprise de vente de vins à Paris. Mais les affaires étant un peu décevantes, il se rengage dans l'armée vers 1910 où il reste jusqu'en 1914. A la déclaration de guerre, il se fait admettre avec difficulté car il a 42 ans. Très apprécié, il fait partie de l'état-major du général Charles Mangin qui s'était illustré en Afrique et obtient le grade de Capitaine de Zouaves, reflétant son penchant pour l'Afrique et les Africains. C'est durant la guerre qu'il prend le nom de Morand, pour éviter qu'en cas de capture par les Allemands, il soit passé par les armes. En effet, les Allemands l'auraient considéré comme déserteur, étant Alsacien. C'est pour cela que ma famille s'appelle aujourd'hui Morand-Fehr. Il devient par la suite espion en Allemagne, surtout à Munich, car il parle parfaitement l'allemand, l'ayant appris enfant. Revenu en France, il combat à Verdun. Cependant, il fait partie de ces officiers qui, en 1917, ont critiqué la stratégie du général Nivelle, qui conduisait la bataille du Chemin des Dames, très sanglante pour les Français. En conséquence, il est dégradé, et finit la guerre comme adjudant en Tunisie. Il fut plusieurs fois médaillé, mais la Légion d'Honneur lui fut refusé, compte-tenu de son attitude vis-à-vis du commandement.
  36. 36. Mon arrière-arrière grand père Lucien Fehr en uniforme
  37. 37. Abel Dionet et sa femme Noémie Lizé Abel Dionet naît à Saint-Jean d'Angély (17) en 1886. Il fait son apprentissage de cuisinier puis s'installe dans divers restaurants à Paris. Marié à Noémie Lizé en 1910, il est mobilisé en 1914. Il est affecté au service de l'intendance, dans les zones de combat. Sa femme, elle, est infirmière et soigne les blessés au front. Abel Dionet est chargé de faire la cuisine pour les combattants des tranchées, et participe parfois aux combats. Il racontait à mon grand-père qu'il essayait, avec les moyens du bord, de faire des plats qui faisaient plaisir aux combattants. Il fait toute la bataille de Verdun et jour de 1917 il est atteint par un obus allemand, et perd une jambe. Il fut soigné tout d'abord soigné des conditions précaires qu'il n'aimait pas évoquer devant mon grand-père. Il me raconta qu'il ne s'apitoyait pas sur son sort car il jugeait qu'il avait perdu trop de camarades. Mon grand-père se souvient de sa jambe articulée qui faisait du bruit à chaque pas, et qui irritait son moignon. Il mettait plusieurs linges pourl'éviter et manoeuvrait un système de lacets pour bien tenir cet appareillage. Un jour, il voulut jouer au ballon avec mon grand- père: il veut frapper le ballon mais c'est sa jambe articulée qui fit un bond de vingt mètres et le ballon ne bougea pas. A la fin de la guerre,ne pouvant plus être cuisinier, il est nommé responsable du bureau de placement des cuisiniers de Paris. C'est ici qu'il connut mon autre arrière-arrière grand-père (Lucien), restaurateur à qui il fournit des cuisiniers.
  38. 38. Henri Dumont Henri Dumont est né à Rennes le 14 septembre 1880. Il fit la guerre comme caporal au 30éme régiment d'infanterie, et trouva la mort durant la bataille de Verdun le 28 juillet 1916. D'abord enterré dans un village de Lorraine, il fut ensuite transféré à l'ossuaire de Douaumont que nous avons visité. De plus, il fut décoré à titre posthume le 7 novembre 1920: il obtint la croix de guerre. Fiche du caporal Henri Dumont
  39. 39. Certificat de médaille militaire avis de déplacement de la tombe à Douaumont
  40. 40. Marcel Dumont Marcel Dumont est né à Rennes le 29 octobre 1883. Il combattit au 853ème régiment d'infanterie et trouva la mort à Bois-le-Prêtre, en Meurthe-et-Moselle; son corps n'a pas été retrouvé. Sa fiche militaire
  41. 41. André-Louis Walusinski Il est né le 17 décembre 1882 à Paris. D'origine polonaise, il obtient la nationalité française. Durant la guerre, il est adjudant au 31ème régiment d'infanterie. Il est tombé gravement malade de dysenterie en septembre 1914. Une fois rétabli, il obtient la médaille militaire et la croix de guerre. Il meurt à Vauquois, lieu de notre sortie, le 1er mars 1915. Sa fiche militaire
  42. 42. André-Louis est le deuxième à partir de la gauche Il est tout en haut à droite
  43. 43. Henri Walusinski Il est le petit frère d'André-Louis. Instituteur et marié avant la guerre, il y participa et survécut. Henri Walusinski Henri est à droite Photo prise le 10 janvier 1915
  44. 44. Henri Walusinski
  45. 45. Henri Walusinski à cheval
  46. 46. Conclusion Nous sommes arrivés au terme de ce cahier mémoire, sur lequel j'ai travaillé plusieurs mois. Tout d'abord, la première partie sur la guerre m'a permis de bien synthétiser mes connaissances. Les journaux de voyage ont été l'occasion de faire le point sur ce que nous avons visité et d'en garder une trace. Toutefois, c'est la dernière partie qui m'a le plus intéressé. En effet, j'ignorais totalement ce que faisait ma famille pendant la guerre avant de commencer mes recherches. Grâce à l'aide de certains membres de ma famille (merci à eux), j'ai pu découvrir plusieurs photos et documents de l'époque dont j'ignorais l'existence. Ces sorties et ces recherches m'ont fortement enrichi et ont permis de relier mon histoire familiale à la grande Histoire.
  47. 47. http://lewebpedagogique.com/curiem/page/4/ Diapo 8: http://www.ctrdv.fr/GaleriePhoto/picture.php?/1399/category/173 Diapo 9: http://www.atlas-historique.net/1815-1914/cartes/Europe1914.html Diapo 11: http://www.schoolhistory.co.uk/gcselinks/wars/firstwwlinks/schlieffen_summary.html Et http://www.devoir-de-philosophie.com/dissertation-taxis-marne-28110.html Diapo 12: http://www.anyssa.org/classedesgnomes/tag/tranchees/feed/ Diapo 13 : http://aufildesmotsetdelhistoire.unblog.fr/2009/09/10/la-voie-sacree/ et http://www.wereldoorlog1418.nl/battleverdun/battleverdun22/voiesacree22.htm Diapo 14: http://www.hervepolypcf62.com/article-14-18-hommage-aux-mutins-et-fusilles-pour-l-exemple-88439026.htmlDiapo 15: http://fr.wikipedia.org/wiki/Armistice_de_1918 Diapo 18 :http://back.ac-rennes.fr/orient/egalchanc/fem3rep/guerre/index.htm Diapo 19: http://www.bn-r.fr/fr/notice.php?id=AFF_001_A_029 http://crdp.ac-amiens.fr/pensa/3_13_case2.php http://www.allposters.fr/-sp/I-Want-You-for-the-U-S-Army-recrutement-pour-l-armee-americaine-vers-1917-Affiches_i376927_.htm Diapo 20:

×