l’Actionuniversitaire                      ❚ LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE ❚ N°231 ❚ novembre 2003 ❚...
plissement de formations à l’é-     l’harmonisation      européennetranger, favorise la libre circu-   des diplômes répond...
Communiqué de Presse                                                           (suite de la page 2)                       ...
(suite de la page 3) Manifestations étudiantes :                                                                          ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Action universitaire - novembre 2003

557 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
557
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Action universitaire - novembre 2003

  1. 1. l’Actionuniversitaire ❚ LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE ❚ N°231 ❚ novembre 2003 ❚ 2 Euros ❚❚ Pour une Europe des dipômes L ’Europe est aujourd’- hui une réalité en devoir se doter d’un cadre de référence et mettre en place au contraire s’appuyer sur la diversité des formations, desterme d’échanges humains et des mécanismes cohérents d’é- expériences et des approcheséconomiques. Par ailleurs, face valuation de la qualité des pédagogiques. L’enseignementà l’évolution des équilibres diplômes. supérieur européen n’a demondiaux, l’Europe apparaît sens et ne constitue une chan-de plus en plus ce pour les étu-comme une nécessi- diants que si il estté. source d’innovation et d’enrichissement,Dans ce contexte, en phase avec lesl’”Europe des diplô- aspirations et lesmes” est, non seule- capacités des étu-ment une opportu- diants.nité, mais un enjeumajeur pourl’Europe. Pour une Europe de la mobilitéEn effet, par la défi-nition d’une harmo-nisation européenne La mise en placedes diplômes, des d’un espace euro-générations d’étu- péen de l’enseigne-diants tisseront dans la durée ment supérieur apparaîtdes liens culturels solides de comme une des conditions ànature à renforcer l’identité Pour une Europe au ser- l’efficacité de l’Unioneuropéenne. vice de ses étudiants Européenne Au-delà des enjeux culturels et éducatifs,Néanmoins, la mise en place L’harmonisation européenne l’Europe des diplômes estde l’espace européen de l’en- ne signifie pas pour autant inhérente à l’Europe écono-seignement supérieur doit être uniformisation européenne. En mique. La reconnaissancecohérent, efficace et lisible s’il effet, cette harmonisation ne mutuelle des diplômes, grâce àveut être attractif pour les étu- peut se résumer à un moule une reconnaissance desdiants européens. C’est la rai- unique type 3/5/8. Elle doit niveaux d’études et l’accom-son pour laquelle l’Europe va UNI - LA DROITE UNIVERSITAIRE - 8, rue de Musset - 75016 Paris - + 01.45.25.34.65 - fax. : 01.45.25.51.33 Directeur de la publication : J. Rougeot - CPPAP 51358 - dépôt légal premier trimestre 2003L’action universitaire - page 1
  2. 2. plissement de formations à l’é- l’harmonisation européennetranger, favorise la libre circu- des diplômes répond à l’ambi- Appel des universi-lation de la population active tion commune de rendre les taires pour le LMDen Europe, et constitue un sup- universités européennes plusport essentiel du marché du attractives et plus influentestravail européen. Dans le cadre sur la scène internationale. Les universitaires (professeurs etde l’Europe des diplômes la Il s’agit donc d’attirer, grâce à maîtres de conférence) de l’UNImobilité est possible et efficace une politique ambitieuse, un (droite universitaire) [1]. expri-grâce aux outils qu’offre plus grand nombre d’étudiants ment leur inquiétude devant l’é-l’ECTS. L’ECTS est destiné à sur le plan international. volution actuelle de la situationfaciliter la reconnaissance réci- L’Europe des diplômes est un dans les universités. Certains éta-proque, par les universités, des objectif clair et réaliste pour blissements sont aujourd’huirésultats académiques des étu- les dirigeants politiques. paralysés privant ainsi les étu- diants de leurs cours. Les déra- pages auxquels on assiste, allant jusqu’à la violence, montrent bien que les instigateurs de ces actions n’ont nullement en vue l’intérêt des étudiants et ont comme principal objectif de créer des perturbations à des fins politiques. Le prétexte choisi est, d’ailleurs, particulièrement mauvais. En effet, l’harmonisation des diplô- mes français avec le régime euro- péen est aujourd’hui une nécessi- té, c’est la condition indispensa-diants grâce à l’utilisation ble pour que les étudiants fran-d’une unité commune de mesu- Pour une réforme des çais trouvent des débouchés nonre comprise par tous de la enseignements supérieurs seulement à l’intérieur de notremême manière. Ainsi, l’ECTS pays mais également à l’échelleapparaît comme la véritable Mais, au-delà de l’harmonisa- internationale. Ceux qui bloquentinnovation de l’harmonisation tion des diplômes, la construc- les universités aujourd’hui n’hési-européenne. C’est dans ce pro- tion de l’Europe des enseigne- tent pas à prendre le risquecessus que résident la capacité ments supérieurs doit être l’oc- d’enfermer les étudiants françaisde chaque étudiant à accéder à casion de faire émerger des dans un véritable ghetto.la mobilité, et les outils per- structures d’enseignementsmettant de s’assurer de la supérieurs de qualité. Chacun Les enseignants de l’UNI rappel-reconnaissance des études des systèmes nationaux connaît lent que la tradition deeffectuées à l’étranger. aujourd’hui ses spécificités l’Université française n’est pas de mais tous ont une ambition se replier sur elle-même mais dePour une Europe attracti- commune : rendre l’université tenir toute sa place dans la com-ve et rayonnante plus attractive et plus compéti- munauté universitaire internatio- tive en matière d’insertion pro- nale. C’est ainsi que nous pour-L’Europe doit affirmer son pro- fessionnelle et de recherche. rons maintenir et développer lapre modèle culturel, ses valeurs qualité de notre enseignement,et préserver son identité. seule garante de la valeur desL’Europe des diplômes doit diplômes.être un référant tant au niveaude la qualité que de la perti-nence de ses universités. Ainsi, ( suite page 3) page 2 - L’action universitaire
  3. 3. Communiqué de Presse (suite de la page 2) C’est pourquoi, les universitairesVictoire de l’UNI de l’UNI approuvent l’action menée en ce domaine par Luc Ferry et le gouvernement. IlsLa Cour Administrative d’Appel de Paris a rendu son arrêt le jeudi 6 appellent leurs collègues à s’op-novembre dans « l’affaire Conventions ZEP » qui opposait l’UNI à la poser à la désinformation et àdirection de Sciences Po. ne pas laisser le monopole de la parole à ceux qui instrumentali-La cour a conclu à l’annulation de la procédure permettant à la direc- sent le débat à des fins corpora-tion de l’IEP de Paris de signer des conventions avec certains lycées de tistes et politicienneszones classées ZEP afin de dispenser certains de leurs élèves duconcours d’entrée à Sciences-Po. Communiqué deL’UNI (droite universitaire) se félicite que le juge administratif ait ainsiréaffirmé le principe d’égalité devant l’accès à l’enseignement, clef de l’EDSvoûte du modèle d’enseignement français. Elle y voit un coup d’arrêt àune procédure qui, bien qu’étiquetée en faveur de la démocratisation,était inefficace en plus d’être contraire à la Constitution, comme l’avaitaffirmé le commissaire du gouvernement dans ses conclusions, en consi-dérant « qu’elle dérogeait au principe constitutionnel d’égal accès à l’é-ducation ».L’UNI voit dans cette décision une réaffirmation du principe républicaind’égalité des chances visant à donner les mêmes chances de réussir àchaque jeune quelque soit son origine ethnique, sociale ou ses moyensfinanciers. L’EDS, (European DemocratL’UNI considère, après cette victoire, qu’il est temps de tourner le dos Students) première organisationà la discrimination positive qui est désormais remise en cause partout étudiante européenne, regroupeoù elle a servi de fondement. L’UNI tenait à rappeler que ce n’est pas 30 associations ou syndicats étu-parce que les conventions ZEP ont permis à 18 lycéens d’intégrer diants de 30 pays différents. Lesl’Institut que le problème d’égalité des chances devant l’enseignement 400 000 étudiants membres desupérieur est résolu. l’E.D.S agissent sur l’ensemble des campus européens en faveur de la construction d’un espace communAfin de tenter d’apporter enfin une vraie réponse à ce problème, l’UNI de l’enseignement supérieur.et le journal « Promotion Grandes Ecoles » lancent une grande campa- Aujourd’hui, cette ambition segne de pétition (diffusée dans toutes les Grandes Ecoles) afin de deman- concrétise dans l’ensemble desder à l’ensemble des présidents et des directeurs de Grandes Ecoles de pays de l’union et en Frances’engager en faveur d’une véritable démocratisation respectueuse du notamment par la mise en placeprincipe d’égalité. de la réforme L-M-D. L’E.D.S rappel que l’engagementL’UNI souhaite, qu’à leur initiative, soit créées des classes préparatoires des étudiants européens en faveurgratuites ouvertes à tous, seules à mêmes d’assurer à chacun la possibi- de cette réforme s’est traduit parlité de présenter, dans les mêmes conditions de départ, les concours une motion votée à l’unanimité ded’accès à ces Ecoles et de rétablir la méritocratie comme principe direc- l’ensemble des organisationsteur de l’enseignement supérieur. (suite page 4) page 3 - L’action universitaire
  4. 4. (suite de la page 3) Manifestations étudiantes : membres de l’E.D.S, à l’occasion de la Berezina la journée de l’Europe le 9 mai 2003 à Paris.MOINS DE 0,3 % DES ÉTUDIANTS Cette motion, transmise à la com- mission européenne, rappelait que MANIFESTENT CONTRE LE PROJET LMD la construction d’une « Europe des diplômes » était aujourd’hui laLa grande journée de mobilisa- fortement progresser (+ 4 élus) principale attente des étudiantstion contre la réforme LMD alors que la gauche, UNEF en européens. La réforme LMD permetinitiée par la gauche et l’extrê- tête, s’effondrait. déjà de faciliter les échanges et lame gauche étudiante a tourné à mobilité de nombreux étudiants.la blague. En effet, le nombre de Elle garantira une meilleure prisemanifestants apparaît bien ridi- La multiplication ces derniers en compte dans les cursus descule (moins de 0,3 %) par rap- jours des actions violentes de années d’études passées à l’étran-port aux 2 200 000 étudiants l’extrême gauche et de la gau- ger, c’est pourquoi, il est importantfrançais. che étudiante (SUD, CNT, de la mener à son terme. UNEF) a définitivement fait L’EDS France regrette que le débat tomber le masque. Les étudiants soit aujourd’hui confisqué par uneL’UNI (droite universitaire) ont ainsi compris que leurs minorité d’activistes et d’extrémis-constate que le mouvement, revendications n’étaient que du tes souvent issus de la mouvancemalgré les renforts d’intermit- vent, et n’avaient comme objec- anti-mondialisation ainsi que de latents, d’alter mondialistes ou tif que d’installer une agitation gauche et de l’extrême gauche quimême d’ouvriers Lu, comme à permanente à des fins poli- travestissent la réalité pour s’oppo-Nantes, est un véritable fiasco. tiques. ser à un processus voulu et attendu par une très large majorité d’étu-L’UNI se félicite que les étu- L’UNI demande aujourd’hui diants européens, mais aussi fran-diants aient réagi en rejetant aux rectorats de prendre toutes çais.très fortement cette tentative de les mesures nécessaires afin demanipulation. A Paris 1, notam- faire lever les derniers piquets Afin de rétablir la vérité, l’E.D.S France s’est associé à l’UNI pourment, ils ont sanctionné les de grèves d’un mouvement qui, mener une campagne d’informationprofessionnels de la désinfor- on l’a vu aujourd’hui, n’est pas afin de défendre l’ambition portéemation et du mensonge à l’oc- soutenu par les étudiants par les étudiants européens. Cettecasion des élections universitai- campagne se décline à travers desres. En effet, ces élections qui se affiches, une pétition et un sitedéroulaient mardi 25 et merc- internet (www.reforme-lmd.com).redi 26 novembre ont vu l’UNI l’Action Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . universitaire LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code Postal : . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. : . . . . . . . . . . 8, rue de Musset 75016 Paris Profession : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Etablissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . ✆ 01.45.25.34.65 ❏ désire s’abonner à l’Action universitaire 38 euros (un an) fax : 01.45.25.51.33 ❏ désire souscrire un abonnement de soutien à partir de 230 euros : . . . . ❏ désire soutenir financièrement l’UNI et verse : ❏ 300 euros ❏ 500 euros ❏ 1.000 euros ❏ . . . . . . . euros Imprimé par nos soins ❏déclare adhérer à l’UNI 35 euros (lycéens 5 euros, étudiants 10 euros, membre bienfaiteur 100 euros, cotisation de soutien à partir de 200 euros) CCP 30 075 33 Y Orléans La Source Date et signature : page 4 - L’action universitaire

×