Manger des animaux?

675 vues

Publié le

Cégep de Limoilou, 13 avril 2015

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
675
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Merci aux organisateurs :

    Andréanne Lacasse
    Evelyne Bédard
    Rodrigo Alvarenga
    Léa Blouin-Rodrigue

  • J’ai grandi en aimant le lait.
    Pas juste le lait, le fromage, le yogourt, la crème glacée aussi.
    Longtemps, je ne me suis pas posé de questions.
    Le lait, c’était bon au goût et c’était aussi bon pour ma santé. Que demander de plus.

    Au cours des dernières années, j’ai commencé à m’intéresser aux questions éthiques liées à l’alimentation, j’ai constaté que notre rapport aux produits laiiters – et aux protines animales en général avait quelque chose de particulier. S
  • On parlait des arguments écolos plus tôt. Dans un film comme Cowspiracy, on voit à quel point il semble plus facile de remettre en question notre dépendance au pétrole que de remettre en question notre consommation de viande ou de fromage.
    En creusant la question, j’ai constaté que notre rapport aux produits des animaux est contruit autour de l’idée qu’il est normal, naturel et nécessaire de boire du lait, de manger de la viande et du poisson. Ébranler ça, c’est ébranler les piliers de notre société. Pourtant, c’est un mythe.
  • Un argument qu’on entend souvent, c’est…
  • Os et lait sont synonymes.
    La pub nous le dit.
    Le lait contient du calclium. On a besoin du calcium pour les os. On a besoin de lait pour les os.
  • Et on peut pas voir un animal autrement que comme un paquet de morceaux de viande
  • Moins, c’est bien aussi, tant qu’on prend son calcium ailleurs.
    Recommandations d’organismes indépendants comme Harvard : limiter sa consommation de produits laitiers.
  • Pourtant…
  • Même le professeur qui détient la chaire de recherche du Canada en nutrition fait la promotion du véganisme
  • Boissons enrichies de calcium (soja, orange)
    Tofu avec calcium
    Feuilles de navet
    Chou de Chine (bok-choi ou pak-choi)
    Feuilles de moutarde
    Chou vert frisé
    Haricots blancs
    Rutabaga
    Brocoli
    Amandes
  • http://www.chiphealth.com/about_chip/documents/HealthImplicationsofVegetarianDiet.pdf
    Jusqu’à 75%
  • Dans le normal et naturel, y’a aussi l’iéde que les animaux sont là pour être mangés
  • Enfin, pas tous les animaux.
  • Mais on peut justement ce demander pourquoi y’a des animaux qu’on aime, dont la vie a une valeur à nos yeux et d’autres pas.
  • Cette question de perception est importante.

    On attribue typiquement des capacité mentales différentes selon les espèces.
    On considère qu'un crevette à moins de capacité mentale qu'une vache (sur une échelle de 1 à 7, les rats sont à 4 et les chiens à 6).

    1) Typiquement, on attribue moins de capacités mentales aux espèces destinées à la consommation.
    2) On attribue moins de capacités mentales à un animal donné s'il est destiné à la consommation.


    Pour les auteurs de l'étude, démentaliser permet de réduire les affect négatifs liés à la dissonance cognitive (entre la répugnance à faire mal aux animaux et des habitudes culinaires).
  • Cette question de perception est importante.

    On attribue typiquement des capacité mentales différentes selon les espèces.
    On considère qu'un crevette à moins de capacité mentale qu'une vache (sur une échelle de 1 à 7, les rats sont à 4 et les chiens à 6).

    1) Typiquement, on attribue moins de capacités mentales aux espèces destinées à la consommation.
    2) On attribue moins de capacités mentales à un animal donné s'il est destiné à la consommation.


    Pour les auteurs de l'étude, démentaliser permet de réduire les affect négatifs liés à la dissonance cognitive (entre la répugnance à faire mal aux animaux et des habitudes culinaires).
  • Sentience : C’est la capacité de ressentir des émotions et de vivre des expériences, « On ne devrait pas faire de tort à un animal sentient sans nécessité »

    Les écoféministes antispécistes soutiennent que l'appartenance à un certain groupe biologique/social (sexe, race, espèce) ne devrait pas être un critère de considération morale de base.
    C’est la sentience qui devrait l’être.
  • Les animaux ne sont pas des choses mais pourtant, on les traite comme de simples moyens de production.
  • Non
    Passent leur vie attachée.
    Pour produire du lait, faut donner naissance à un veau.
    Elle sont Inséminées.artificiellement et leur bébé leur est enlevé à la naissance.
    Pour qu’elles produisent du lait pour nous, pas pour leur veau.
    Si c’est un mâle, il va devenir de la viande.
    Si c’est une femelle, elle deviendra une autre vache laitière.

    Les vaches passent aussi pratiquement tout son temps enceinte pour garder leur productivité élevée.
    Pourquoi plein hormones de grossesse dans le lait.
  • Ça veut donc dire deux chose :

    D’abord, la séparation du veau de sa mère cause une détresse psychologique importante tant chez la mère que chez le veau.
    Ensuite, les vaches fournissent des efforts physiques constants.

    Il n’y a pas de lait sans souffrance.
  • Y’a pas que les conditions d’élevage.
    Esther – intérêt à vivre.

  • Souvent, on me dit qu’il vaut mieux acheter boeuf ou fromage local que du tofu importé.
    C’est vrai que c’est bien acheter local, le transport c’est seulement 10% des émissions.
    Assez peu.
  • On peut pas dissocier le problème de faim dans le monde de l’évolution de la population. La population mondiale a doublé durant les 45 dernières années. Si le taux d’accroissement actuel de 1,3% par année persiste, la population doublera encore en seulement 50 ans.
  • Dans le normal et naturel, y’a aussi l’iéde que les animaux sont là pour être mangés
  • Manger des animaux?

    1. 1. Manger des animaux ? ÉLISE DESAULNIERS
    2. 2. Normal Naturel Nécessaire
    3. 3. On en a besoin pour être en santé
    4. 4. «L’American Dietetic Association et les Diététiciens canadiens estiment que les régimes végétariens, incluant les régimes végétaliens, lorsqu'ils sont bien planifiés, sont sains, adéquats au point de vue nutritionnel et bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. » American Dietetic Association, "Position of the American Dietetic Association: vegetarian diets", J Am Diet Assoc.July 2009 L’alimentation carnée n’est pas une nécessité
    5. 5. David Jenkins Chaire de Recherche du Canada en nutrition
    6. 6. Top 10 des sources végétales riches en calcium facilement assimilé Extenso
    7. 7. http://www.vegetarisme.fr/wp-content/uploads/2012/06/guide-vegetarien-debutant.pdf
    8. 8. Principales causes de décès (Canada, % Tumeurs malignes (cancer) 29,80 Maladies du coeur 20,70 Maladies cérébrovasculaires (accidents cérébrovasculaires) 5,90 Maladies chroniques des voies respiratoires inférieures 4,60 Accidents (blessures involontaires) 4,30 Diabète sucré (diabète) 2,90 Maladie d'Alzheimer 2,60 Grippe et pneumopathie 2,40 L’incidence de plusieurs maladies graves comme les maladies du coeur, l’obésité, le cancer et le diabète peut être réduite par l’adoption d’une alimentation végétarienne. Kate Marsh et al. “Health Implications of a Vegetarian Diet: A Review”, American Journal of Lifestyle Medicine, 2012 Prévenu et/ou inversé par une diète végétarienne
    9. 9. Les animaux sont là pour être mangés
    10. 10. «Nous aimons les chiens et mangeons des vaches non parce qu'ils sont fondamentalement différents - les vaches, comme les chiens, ont des sentiments, des préférences et une conscience - mais parce que nous les percevons comme différents.» Melanie Joy Why we love Dogs, eat Pigs and Eat Cows
    11. 11. Cet agneau va être changé de pré et va passer le reste de sa vie à manger de l'herbe avec d'autres agneaux. Cet agneau va être conduit à l'abattoir, tué, découpé et sa viande sera vendu à un supermarché. Bastian et al. 2012
    12. 12. Cet agneau va être changé de pré et va passer le reste de sa vie à manger de l'herbe avec d'autres agneaux. Cet agneau va être conduit à l'abattoir, tué, découpé et sa viande sera vendu à un supermarché. Bastian et al. 2012
    13. 13. Les animaux ne sont pas des choses : ils sont conscients « Des données convergentes indiquent que les animaux non-humains possèdent les substrats neuroanatomiques, neurochimiques et neurophysiologiques des états conscients, ainsi que la capacité de se livrer à des comportements intentionnels. Par conséquent, la force des preuves nous amène à conclure que les humains ne sont pas seuls à posséder les substrats neurologiques de la conscience. Des animaux non-humains, notamment l’ensemble des mammifères et des oiseaux ainsi que de nombreuses autres espèces telles que les pieuvres, possèdent également ces substrats neurologiques. » La Déclaration de Cambridge a été proclamée publiquement à Cambridge (Royaume-Uni) le 7 juillet 2012. La Déclaration a été signée par les participants à ce colloque le soir-même, en présence de Stephen Hawking.
    14. 14. Les animaux sont des êtres sentients : ils éprouvent des émotions, perçoivent le monde dans lequel ils évoluent, ont une vie mentale subjective.
    15. 15. Le problème est pas dans notre assiette
    16. 16. Et maintenant ?
    17. 17. Pour aller plus loin @edesaulniers Penseravantdouvrirlabouche.com

    ×