Ill 100 rapportactivite_2008

1 459 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 459
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ill 100 rapportactivite_2008

  1. 1. RAPPORT D’ACTIVITE ANNEE 2008Assemblée générale ordinaire du 6 juin 2009Association reconnue d’utilité publique (décret du 8 mai 1969) 6, cité Monthiers 75009 Paris Tél. : 01 55 07 25 25 – FAX : 01 49 95 02 85 e-mail : contact@sosve.org web : www.sosve.org
  2. 2. SOMMAIREINTRODUCTION p. 3I. ACTIVITE EN FRANCE p. 5II. ACTIVITE DANS LE MONDE p. 13III. COMMUNICATION p. 18IV. COLLECTE DE FONDS p. 20V. PROSPECTIVE p. 22 2
  3. 3. INTRODUCTIONL’année 2008 Le professionnalisme et l’engagement de chacun au quotidien ont permis à notre association d’afficher des résultats à la hauteur des objectifs initiaux. Certes, nous sommes confrontés, comme la plupart des associations, à la mise en place d’une nouvelle réglementation fiscale à l’avantage des fondations et au durcissement de la politique budgétaire des conseils généraux, et ce, dans un environnement difficile, soumis à la fois à une conjoncture de crise économique - crise alimentaire du début d’année suivie de la crise financière en septembre. De ce fait, nous avons dû limiter nos ambitions de développement, notamment en ce qui concerne les actions Monde, en freinant les projets de construction de nouveaux villages, et en nous concentrant d’abord sur l’existant afin d’y optimiser véritablement notre engagement. Cependant, nous disposons d’atouts significatifs pour surmonter ces difficultés : - Notre spécificité d’intervention qui fait notre originalité : la fratrie. - Notre situation financière saine. - Notre réelle capacité d’innovation et de mobilisation. En effet, SOS Villages d’Enfants a poursuivi son travail de réorganisation en interne, afin d’apporter plus de rigueur, plus de visibilité et plus d’efficacité à son activité, et parallèlement a accentué ses efforts pour promouvoir davantage son image. Notre ambition est de construire sur ces principes fondamentaux et de confirmer SOS Villages d’Enfants comme acteur incontestable de développement de la protection de l’enfance, apportant par son professionnalisme et son implication, un réel potentiel d’avenir aux enfants en détresse et en danger. Pour cela, nous avons défini une stratégie d’amélioration autour de 4 axes : - Une organisation simplifiée et fluide par : • la poursuite du processus qualité au sein des villages et l’association du siège à cette démarche. • l’optimisation du mode de recrutement des mères SOS. - Une communication structurée et dynamisée : • Plus de réactivité : campagne « crise alimentaire » lancée début juillet, par exemple. • Des opérations de communication et de collecte plus créatives et audacieuses, en s’appuyant sur le développement de notre site Internet. • Le rajeunissement de nos supports de communication, notamment notre revue Villages de Joie, dont le tout nouveau numéro sort en juin 2009, l’Echo des villages, la Lettre aux membres adhérents et le site Internet. • La conduite d’un groupe de travail presse dont l’objectif est d’améliorer nos relations et notre visibilité auprès des professionnels de la presse. - Des sources de financement consolidées et pérennes : • Apporter plus de rigueur, plus de visibilité et plus d’efficacité en instaurant des indicateurs de suivi mensuel de l’activité. • Poursuivre la mise en place d’un progiciel de gestion intégrée, PIPOL, qui permettra une meilleure synergie et circulation de l’information et des données entre les différents services du siège. 3
  4. 4. INTRODUCTION • Restreindre les coûts de fonctionnement par la recherche permanente de contrats de prestations les plus rentables possibles, et accentuer notre effort pour développer un mode de collecte plus économique, tel que le prélèvement automatique.- Une démarche permanente d’innovation : Nous avons la volonté constante de nous adapter à l’évolution de notre environnement social, et de nous intégrer dans le tissu institutionnel de la protection de l’enfance, afin de répondre aux problématiques qui surgissent, voire de les anticiper. Pour cela, nous nous sommes mobilisés dans : • Des études et recherches, en coopération avec des universités ainsi qu’avec d’autres associations SOS européennes, autour de trois thèmes de réflexion : la fratrie, la prévention de l’échec scolaire, l’accompagnement des jeunes à l’autonomie. • Des rencontres et des partenariats avec des associations ou organismes publics œuvrant dans le domaine de la protection de l’enfance (ODAS, ONED, etc.), des participations à des colloques.L’année 2008 a été marquée par plusieurs évènements importants, dont le plus symboliqueest la cérémonie de la pose de la première pierre du village de Persan dans le Val d’Oise.Nous avons aussi engagé un chantier important parce que lourd de conséquence pourl’avenir : l’élaboration du plan à 5 ans (2009-2014). C’est un travail qui s’est déroulé tout aulong de l’année et a impliqué à la fois les instances statutaires et les équipes.Nous sommes fiers de pouvoir affirmer qu’avec ceux et celles qui nous soutiennent et sanslesquels rien n’est possible, nous avons et nous continuerons d’œuvrer, toujours dans lerespect de l’Enfant et de l’Engagement que nous avons pris ensemble. Joris Lugtigheid 4
  5. 5. I. ACTIVITÉ EN FRANCEI.1. Les villages d’enfants Admissions Au total 66 enfants ont été admis en 2008 (50 enEn France 2007) soit 22 fratries et 5 accueils individuels (pour permettre à ces enfants de rejoindre leurs frèresAu 31 décembre 2008, 894 enfants et jeunes et sœurs déjà présents au village d’enfants). Dansmajeurs étaient accueillis : les 2/3 des cas ces admissions ont permis le regroupement de fratries dispersées dans des 575 au sein des 12 villages d’enfants en accueils différents (39 étaient précédemment en métropole Maison d’enfants ou foyers, 16 chez une assistante 31 à la Maison Claire Morandat familiale et 11 auprès de leurs parents). 109 jeunes salariés à la Ferme du Major 136 jeunes salariés aux Ateliers de la Garenne Motifs des admissions : 43 enfants au village de Papara, Polynésie ▪ 58 mesures d’assistance éducative suite à situation de danger ▪ 3 mesures de tutelle ▪ 5 accueils administratifsEnfants accueillis Type d’accueil : ▪ 56 ont été accueillis par une mère SOS Au Au Nbre de ▪ 9 par une MAF 31/12/2007 31/12/2008 journées ▪ 1 par la maison d’accueil des adolescents à Busigny 54 58 20.596 Plaisir. Calais 50 48 17.309 Ages à l’admission : Carros 41 46 15.668 ▪ Moins de 6 ans : 32 45 47 16.630 ▪ 6 à 10 ans : 16 Châteaudun ▪ 11 à 15 ans : 17 Digne 35 32 12.132 ▪ Plus de 15 ans : 1 Jarville 43 49 16.428 Sorties Marange 46 50 18.138 Marly 51 50 17.002 54 mineurs et jeunes majeurs ont quitté les villages d’enfants SOS contre 62 en 2007. Marseille 56 54 20.994 Neuville 46 49 17.124 Motifs : ▪ Autonomie et mesure d’accès à l’autonomie : 14 Plaisir 45 46 16.358 ▪ Retour en famille : 17 ▪ Réorientation vers un autre établissement : 1 Ste Luce 49 46 16.782 ▪ Suite à des difficultés ou pour un projet Total 561 575 205.161 spécifique : 22 Il est à noter un moins grand nombre de retours enCette activité de 205 161 journées est légèrement famille par rapport à 2007 (17 contre 27).excédentaire par rapport à celle de 2007 (203 522journées) et supérieure aux prévisions (199 650 Age des enfants à la sortie :journées soit +2,7%). Cette augmentation ▪ Moins de 6 ans : 1d’activité est le résultat d’une pleine activité ▪ 6 à 10 ans : 10supérieure aux prévisions dans 9 villages d’enfants ▪ 11 à 15 ans : 21et à l’ouverture de la 10ème maison de Marange. ▪ 16/17 ans : 5Il faut néanmoins souligner des déficits d’activité ▪ Majeurs : 17conjoncturels : A noter une augmentation de l’âge moyen à la - départ d’enfants non prévu à Carros ; sortie par rapport à 2007. - gel des admissions à Marly ; - une maison fermée faute de recrutement d’une mère SOS à Digne. 5
  6. 6. I. ACTIVITÉ EN FRANCEScolarité ▪ 8 par une action combinant ces deux types de soutien.Cursus scolaires suivis Non scolarisé 24 Les engagements financiers associatifs pour la même tranche d’âge 18/25 ans se décomposent de Scolarité préélémentaire 70 la façon suivante : Scolarité élémentaire (dont 10 en scolarité 224 adaptée) Nombre de Montant des Scolarité secondaire 1er cycle (dont 25 en 173 jeunes aides scolarité adaptée) Etudes/formation 3 5 800 € Scolarité professionnelle courte (BEP, CAP…) 39 BAFA 1 480 € ème Scolarité secondaire 2 cycle (dont 3 en bac 13 Permis de conduire 8 4 313 € professionnel) 3 Installation en Enseignement supérieur 2 879 € appartement Scolarité adaptée/IME, enseignement 35 spécialisé Autre 3 925 € Apprentissage/Alternance 10 Prêts 4 2 930 € Total 21 15 327 €Résultats scolaires Diplôme Préparé Réussi Brevet des collèges 26 21 Activités des villages Cap – BEP 17 15 Bac professionnel 3 1 Investissements et travaux Bac technologique et général 5 3 Marange : la 10ème maison a pu être ouverte BTS, DUT, Licence 1 1 conformément aux objectifs et les travaux Autre 2 2 d’agrandissement et de réorganisation de la maison commune ont débuté comme prévu. Ils se TOTAL 54 43 termineront à la mi-2009. Calais : l’achat d’une maison pour l’installation de80 % des diplômes préparés ont été obtenus : sur studios préparatoires à l’autonomie et l’accueil54 diplômes préparés, 43 ont été obtenus, ce qui des parents a été finalisé. Les travauxreste d’un bon niveau. Néanmoins, un effort d’aménagement ont eu lieu au 1er semestre pourparticulier est à mener dans le domaine de la une ouverture en août. A noter, l’incendie en maiscolarité, lorsque l’on considère le degré de d’une MAF (en l’absence des enfants). La causequalification obtenu, dont le niveau n’est pas assez exacte n’a pu être déterminée. Les travaux deambitieux. restauration auront lieu en 2009, après connaissance des montants alloués par l’assurance. Jarville : la réorganisation et l’agrandissement desSuivis thérapeutiques 2 MAF a nécessité la fermeture provisoire de l’un des deux appartements. Les travaux seront269 enfants ont bénéficié de suivis thérapeutiques terminés pour une réouverture début 2009.extérieurs (153 de type psychothérapie et 116rééducations fonctionnelles type orthophonie,psychomotricité…). Actions en faveur des enfantsCes chiffres sont plus inquiétants que ceux de l’andernier et vont supposer un gros travail de Outre les engagements et activités pérennes il fautréflexion de l’équipe éducative pour trouver des noter pour 2008 les points suivants :solutions plus satisfaisantes (meilleur suivi,partenariats, etc.). Vacances Les vacances sont des moments privilégiés, loin duSoutien auprès des anciens quotidien et du rythme scolaire. Les mères SOS peuvent prendre le temps de partager desA noter que les villages ont soutenu : moments de complicité avec les enfants pour qui ▪ 33 jeunes anciens des villages, par des conseils c’est aussi l’occasion de s’épanouir et de prendre et suivis réguliers. confiance en eux à travers la pratique d’une ▪ 21 par une aide financière. activité sportive, la rencontre avec d’autres enfants, la découverte d’une région… 6
  7. 7. I. ACTIVITÉ EN FRANCEPlusieurs entreprises permettent aux enfants et besoins et préoccupations propres, a élaboré unaux jeunes accueillis dans les établissements de projet autour de l’éveil culturel ou artistique, oul’association de bénéficier de vacances, qu’il encore de l’accompagnement scolaire au senss’agisse de vacances familiales avec l’éducatrice large.familiale ou de séjours plus autonomes (ex : L’engagement financier des entreprises Daimler etPlanète Aventures). Les jeunes de la Maison Claire Genworth a complété ces projets, notamment parMorandat ont quant à eux bénéficié du soutien de l’octroi de soutiens scolaires académiques et fraisl’Agence nationale des chèques vacances. Enfin, de scolarité.le Groupe Pierre & Vacances offre depuis 2007des séjours de type familial au sein de ses villages L’activité du groupe Foot avec des stages inter-clubs de France. Chaque année, près de 200 frères villages, visites de clubs professionnels etet sœurs et éducatrices familiales peuvent ainsi participation à des matchs, s’est poursuivie en 2008. Une nouvelle organisation est prévue pourpartager des moments de détente et de loisirs. 2009.Accompagnement des adolescents etautonomie des jeunes ProjetsPlusieurs entreprises s’engagent aux côtés de notreassociation : Persan (Val d’Oise) : le projet s’est concrétisé etRobert Half International organise depuis 2 ans la pose de la 1ère pierre a eu lieu le 22 novembre.des ateliers de recherche d’emploi et des Ce village d’enfants créé pour 45 enfants, aura lasimulations d’entretiens pour les jeunes de la particularité d’être un village « haute qualitéMaison Claire Morandat. environnementale et bâtiments basseLe programme de prévention des violences chez les consommation d’énergie ». Son ouverture estjeunes, mis en œuvre avec l’association « je-tu-il » prévue en début 2010.a bénéficié du soutien de la Fondation Henri Guyane : Début 2008 le Conseil d’AdministrationLachmann abritée sous l’Institut de France et de de l’association a donné son accord pour laRobert Half International. continuation de l’étude du projet. Le nouveauLa Fondation du Groupe SEB apporte son soutien Président du Conseil Général de Guyane, élu auaux Ateliers de la Garenne en finançant les ateliers printemps, a confirmé la demande de sonde cuisine, couture et ménage qui permettent aux prédécesseur. Nous restons donc en attente d’unjeunes d’acquérir les bases pour être autonomes calendrier de travail proposé par les services dudans les actes de la vie quotidienne. Elle offre Conseil Général.régulièrement des lots d’appareils électro-ménagers pour ces ateliers et, grâce à unpartenariat avec l’Agence du Don en Nature, plus Gestion du personnel et des ressourcesde 80 jeunes ont bénéficié d’un lot d’appareils humainesélectroménagers pour leur utilisation personnelle.Activités éducatives, culturelles, sportives et Effectifsartistiques L’année 2008 a été marquée par une grandeSoutenu pendant deux années par la Fondation stabilité de l’effectif, aucun village ou serviceDécathlon, le village denfants de Marly a mené un nouveau n’ayant été créé.projet autour de la pratique du VTT et d’un atelierd’entretien du matériel, organisé avec et au Au 31/12/2007 Au 31/12/2008collège de Marly. Il a connu un temps fort cette Qualification ETP Réel ETP Réelannée lors d’un raid VTT organisé au Maroc, qui audelà d’être un véritable défi sportif pour 9 jeunes Direction 19.50 20 20 20collégiens (majoritairement issus du village Chefs de service éducatif 14.00 14 14 14d’enfants), a surtout été une rencontre Cadre administratif 17.70 18 17.70 18particulièrement intense avec des jeunes du Psychologues 11.83 19 12.80 19village denfants d’Aït Ourir au Maroc. Le village Administration 32.21 38 33.71 40denfants, mobilisé bien au-delà des seulsparticipants, a réuni tous les acteurs français en Mère SOS 108.17 109 108.67 109décembre 2008, pour présenter le bilan de cette Aide-familiales 116.70 124 112 120riche expérience, illustré d’un diaporama et d’un Educateurs 56.76 60 58.81 63carnet de voyage conçu par les jeunes et l’équipe. Agents d’entretien 34.52 40 34.21 39 TOTAL CDI 411.39 442 411.90 442Le groupe HSBC, dans le cadre de son programmemondial Future First, a accordé son soutienfinancier pour 2 années à « 12 projets pour12 villages denfants ». Chaque village, selon ses 7
  8. 8. I. ACTIVITÉ EN FRANCE Formation continue Au 31/12/2007 Au 31/12/2008 Le plan de formation a été exécuté normalement, Qualification ETP Réel ETP Réel avec des formations prioritaires pour les directeurs dans le domaine des ressources humaines.Autres contrats Une nouveauté dans la formation : un nouvelContrat a durée 17.83 21 17.33 19 accord de la branche sanitaire et sociale prévoit ladéterminée transférabilité des « droits individuels à laContrats de qualification et formation » (DIF) en cas de changementapprentissage 1 1 1 1 d’employeur.Contrat avenir 4.44 6 3.70 5CAE 6.71 9 4.14 5 Gestion prévisionnelle des emplois et compétences (GPEC)Total tous types de La loi prévoit pour les organisations de plus de 300 441.37 479 438.07 472 salariés l’obligation d’ouvrir des négociations aveccontrats* ETP = équivalent temps plein. les organisations syndicales en vue d’un accord sur la gestion prévisionnelle des emplois etMouvements du personnel « cadre » compétences. Dans ce contexte, un accord a étéRecrutement de : signé en septembre par l’ensemble des ▪ Baptiste Cohen, directeur des activités, en organisations syndicales et mis en œuvre prévision du départ à la retraite début 2009 de immédiatement. Il porte sur la mobilité Rémy Mazin, directeur général adjoint. professionnelle, le recrutement et l’intégration ▪ Eric Bellin du Coteau en tant que directeur du des nouveaux salariés ainsi que sur la formation, village d’enfants de Châteaudun, en en particulier celle des mères SOS et AF. remplacement d’Hervé Pousset, démissionnaire. Il sera complété en 2009 par la préparation d’un ▪ Marc Gilles, chef de service à la Maison Claire nouvel accord d’entreprise, également obligatoire, Morandat en remplacement de Vincent Lebon, sur l’emploi des seniors. démissionnaire. ▪ Vincent Douillet, chef de service au village d’enfants de Calais en remplacement de Michel Etudes et recherches Vasseur, démissionnaire. ▪ Eric Donadieu, Chef de projet Intranet et La démarche de recherche autour de la Fratrie Internet (création de poste) au siège social. Engagée depuis le colloque de 2006, la démarche ▪ Franck Stives, psychologue au village d’enfants de recherche (présentée dans le rapport d’activité de Châteaudun en remplacement d’Adeline 2007) s’est poursuivie et développée au cours de Drecourt. l’année 2008.Mères SOS et aide-familiales Ainsi, cette année a vu l’aboutissement des deuxMalgré quelques difficultés rencontrées, liées au premières phases financées par la Fondation demanque de candidatures, nous avons recruté en France, par la production de deux rapports :2008, 6 mères SOS et 15 aide-familiales. « Etat de la littérature concernant le placement de fratries » et « Analyse des pratiques en villagesDepuis septembre dernier, dans un souci de d’enfants ».cohérence des activités, le service recrutement Ces deux rapports ont été réalisés sous lades éducatrices et aide-familiales a été intégré à responsabilité de Régine Scelles, professeure àla direction des ressources humaines. Il en est de l’Université de Rouen.même pour la formation qui a été regroupée en un Par ailleurs, une 3ème phase a obtenu, dans lemême pôle. cadre d’un appel à projets, un financement de l’Observatoire National de l’Enfance en DangerUn groupe de travail comprenant des (ONED) sur 18 mois. Ce projet a pour objet deadministrateurs, directeurs « siège et villages » « doter les professionnels d’un « référentielchefs de service, mères SOS, a été constitué pour fratrie » composé notamment d’outilsréfléchir sur « le recrutement, la formation, la d’observation et d’accompagnement des relationsfidélisation et la reconversion des éducatrices et fraternelles, afin d’en faire une réelle ressourceaide-familiales ». L’objectif de ce groupe est pour les enfants accueillis.d’analyser les processus existants, et aboutir à la Enfin, dans la suite de la démarche française,présentation de propositions qui tiendront compte 5 associations SOS Villages d’Enfants européennesdes évolutions des métiers, des attentes des (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Italie etsalariés, de l’évolution de la société… Pologne) et la Fédération internationale SOS KDI se sont engagées à nos côtés pour élaborer un projet européen sur ce thème de l’accompagnement des fratries. 8
  9. 9. I. ACTIVITÉ EN FRANCEFavoriser la réussite scolaire disponible dans la rubrique " Dispositifs etUne convention de partenariat a été signée avec Pratiques " de leur site Internet.l’Université de Paris 8 pour la réalisation d’une Enfin, l’ONED a sollicité la participation de SOSétude avec deux objectifs principaux : Villages d’Enfants au séminaire de recherche qu’il ▪ Dresser une image précise et exhaustive de la a mis en place afin de créer les conditions pour scolarité de l’ensemble des enfants accueillis l’émergence de recherches indispensables pour pendant l’année scolaire 2007/2008. accompagner les évolutions dans le champ de la ▪ Analyser plus précisément la nature des protection de lenfance. difficultés rencontrées par les enfants, à partir d’observations et d’analyses de dossiers scolaires des enfants d’un village d’enfants. PublicationsLes 1ers résultats quantitatifs mettent en évidence Le n°3 des cahiers de SOS Villages d’Enfants a étédes retards scolaires plus importants et fréquents publié en 2008. Il est consacré aux principauxque dans la population générale et une plus grande résultats de l’étude confiée à l’INSERM concernantpropension à poursuivre des études courtes et le devenir des anciens du village d’enfants SOS deprofessionnelles de type BEP ou CAP. Cependant, Marseille depuis sa création. Rappelons que cesen l’absence de données équivalentes dans le résultats ont principalement mis en évidence :champ de la protection de lenfance, il importe decompléter ces résultats par une analyse qualitative ▪ Un niveau d’insertion sociale et professionnelleet un recensement des pratiques satisfaisante.d’accompagnement scolaire en villages denfants, ▪ Une continuité importante des liens fraternelsqui permettront de mieux comprendre ce qui se après la sortie du village d’enfants.joue et d’élaborer des plans d’actions pour ▪ Un maintien très fréquent des relations avec laaméliorer les pratiques d’accompagnement mère SOS, voire avec d’autres membres descolaire que nous dispensons. l’équipe du village d’enfants.Le rapport final d’étude devrait être disponible au ▪ L’expression des difficultés que représente le temps de la sortie du village et de l’accès àcours du second trimestre 2009. l’autonomie (d’où l’élaboration d’un dispositif plus performant d’aide aux jeunes dans le planAccompagnement vers l’autonomie à 5 ans).SOS Villages d’Enfants a intégré le programmeinternational de « Campagne pour l’Intégration Ce n°3 des cahiers a été largement diffusé etSociale des Jeunes à l’issue du Placement », l’intérêt des résultats a été salué, d’autant plusengagée par le bureau de Plaidoyer de KDI. Cette que le secteur de la protection de l’enfancecampagne a deux objectifs principaux : souffre de la rareté de telles données. ▪ Contribuer à une meilleure compréhension des problèmes liés à la sortie du placement. Plusieurs articles sont parus dans le prolongement ▪ Développer la participation des jeunes dans des recherches réalisées : leur prise en charge et la préparation de leur ▪ « Placement à long terme en villages denfants sortie de placement. depuis plus de 30 ans : troubles psychiques etIl ne s’agit pas de développer des activités prises en charge », A-C. Dumaret, M. Crost,spécifiques pour ce programme mais à l’inverse de dans la revue Neuropsychiatrie de l’enfance etfédérer, lorsque cela est possible, les études et de l’adolescence, 52, pages 512-519 (2008).actions en cours autour de cette thématique. ▪ « Du placement en village d’enfants à la vie d’adulte : des relations fraternelles en évolu-Par ailleurs, nous avons été sollicités par l’ONED tion » M. Constantin-Kuntz et A-C. Dumaret.pour : Dialogue n°182 (2008). ▪ Participer au groupe de travail « Préparation à ▪ « La spécificité du fraternel en Villages la sortie des jeunes pris en charge en d’enfants SOS : la cohabitation comme protection de l’enfance et accompagnement à maintien du lien et sources de liens » la vie autonome » lancé fin 2008, avec pour A. Poittevin. Dialogue n° 179 (2008). mission d’élaborer un rapport faisant l’état des lieux et recensant des pratiques innovantes. ▪ Organiser une visite de la Maison Claire Autres travaux Morandat et une rencontre de l’équipe ; cette visite s’inscrit dans la cadre de la mission de Progiciel de gestion intégrée l’ONED de recensement et diffusion des Depuis novembre 2007, SOS Villages d’Enfants pratiques professionnelles en matière de bénéficie du soutien bénévole de professionnels protection de lenfance. Une fiche de pour la préparation et la mise en œuvre d’un présentation de la Maison Claire Morandat est progiciel de gestion intégrée au siège social de SOS Villages d’Enfants. Ce projet doit en effet 9
  10. 10. I. ACTIVITÉ EN FRANCEpermettre à l’association de fluidifier la ▪ 13 retours en famille (dont 9 auprès de lacirculation de l’information avec la mise en place famille élargie)d’une base de données unique pour la gestion ▪ 4 autres cas (retour au pays, autre foyer)financière et comptable et pour la gestion des Les difficultés à la sortie restent nombreuses dansressources humaines. une région particulièrement touchée par leL’association Passerelles et Compétences a chômage puisqu’on note :accompagné SOS Villages d’Enfants au début du ▪ 18 sorties sans engagement professionnel ou deprojet dans le cadre de l’expression des besoins et formation, et sans indemnité.de l’appel d’offres lancé en avril 2008. Le choix ▪ 7 pour suivre une formations’est porté en septembre 2008 sur la société Sage ▪ 2 avec un emploi (CDI, CDD, contrat aidé)et son offre progicielle SAGE X3.Depuis, le mécénat de compétences accordé par la Il est d’ailleurs à noter que sur les 31 présents auFondation Accenture permet à l’association de 31 décembre, 11 n’avaient ni emploi nibénéficier d’un consultant à plein temps dont formation.16 jours et demi en 2008, pour la mise en œuvrede cette nouvelle solution informatique. FonctionnementLe projet se poursuivra sur 2009 et le nouveau Après 1 an d’ouverture du service des studiossystème sera opérationnel au 1er janvier 2010. regroupés, il est apparu un certain nombre de difficultés qui ont nécessité une intervention conjointe du Directeur et de la Direction Générale. Ces difficultés concernaient les critèresI.2. Le village associé de Papara d’admission, l’organisation de l’équipe éducative et la sécurité des bâtiments. Dès la rentrée deUne convention nous lie avec l’association SOS septembre ces problèmes ont trouvé des réponsesVillages d’Enfants de Polynésie. Cette convention satisfaisantes. Leur application est suivie parporte sur un soutien pédagogique (conseil, l’équipe de direction.formation) et financier.En 2008, ce village a enregistré 4 admissions de Le service d’accompagnement social (1/2 postejeunes enfants et 9 départs, dont 7 adolescents de d’éducateur) a par ailleurs accompagné la mise en16 à 20 ans. logement et le suivi social de 18 anciens résidentsLe nombre d’enfants accueillis au 31 décembre est de la Maison Claire Morandat (dont plusieurs desde 43. villages d’enfants). En 2008 le suivi social a pu êtreL’association emploie 27 salariés. interrompu pour 9 anciens, leur niveau10 maisons sont ouvertes : 8 maisons d’accueil d’autonomie étant jugé satisfaisant.familial, 2 maisons d’action éducative (préparationà l’autonomie). A cela s’ajoute, une maison relais Remarque : le contrat liant la Maison Claireet une maison non occupée à ce jour (départ d’une Morandat à l’association pour l’insertion par lemère SOS en cours de recrutement). logement de Valenciennes (APIL) est remis enLe village est pris en charge à 71 % par une cause par cet organisme. Ce contrat porte sur lesubvention du pays, déterminée par arrêté financement de 1,5 postes pour des missions deministériel. suivi social de familles en difficulté mais n’impacteLa subvention de SOS Villages d’Enfants France se pas directement l’action de la Maison Clairemonte à 99 464 € en 2008 contre 94 172 € en Morandat.2007 ;Les autres ressources proviennent de parrainages,de dons ou de partenariats locaux. I.4. Les établissements associésI.3. La Maison Claire Morandat La Ferme du MajorActivité Les jeunes accueillisLes objectifs d’activité ont été atteints avec 12434 En 2008, la Ferme du Major a accueilli 109 jeunesjournées, soit une moyenne annuelle de 34 jeunes. salariés en insertion dans le cadre de ses ateliersL’établissement a admis 23 jeunes (6 mineurs et 17 et chantiers d’insertion : maraîchage, façonnagemajeurs). 19 de ces jeunes étaient précédemment et transformation alimentaire.placés, 3 en villages d’enfants, 12 auprès d’uneassistante familiale, 4 en foyer éducatif. L’accompagnement social des jeunesParallèlement 27 jeunes sont sortis de l’établis- Tous ont bénéficié d’un accompagnement socialsement après un séjour moyen de 14 mois, dont : individuel pour résoudre les différentes problématiques freinant leur insertion : ▪ 10 pour un accès à l’autonomie ▪ absence ou précarité de logement 10
  11. 11. I. ACTIVITÉ EN FRANCE ▪ surendettement ou difficultés à gérer un budget publique ou dorganismes dinsertion. Cette ▪ tensions ou ruptures familiales réduction dISF est plafonnée à 50.000 euros. ▪ souffrance psychique ou histoire personnelle En tant que chantier d’insertion au sens du code chaotique du travail, la Ferme du Major peut bénéficier de ce ▪ violences familiales ou conjugales… dispositif fiscal. Plusieurs donateurs imposables sur la fortune se sont manifestés auprès de SOSDes actions collectives leur ont été également Villages d’Enfants qui, faute de pouvoir en profiterproposées afin de les aider à reprendre confiance en son nom, a réorienté ces donateurs vers laen eux, se découvrir de nouvelles capacités et Ferme du Major : 67 000 € ont ainsi été collectés.construire des relations avec les autres, leursenfants ou leur famille.Les jeunes ont participé au choix des thèmes Les Ateliers de la Garenneabordés et à l’organisation de ces activités. Ellesont concerné des domaines très divers :- en juin, un week-end sportif à Olhain Le 4 août 2008, les Ateliers de la Garenne ont été- en août, des vacances en Savoie grâce au rattachés à la ligne budgétaire des CHRS ou partenariat mis en place avec Planète Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale, Aventures et l’association SOS Villages avec l’autorisation de passer du statut CAVA d’Enfants, (Centre d’Adaptation à la Vie Active) à celui de- en fin d’année, un module d’Art’thérapie CHRS.- ou encore des sorties culturelles ou Les Ateliers disposent désormais d’une dotation « citoyennes ». globale de financement qui sera versée en 2009 par douzième.Ateliers de lecture et écriture70 jeunes avaient à l’entrée un niveau d’études Les entréesinférieur au niveau CAP/BEP et 20 d’entre eux 44 admissions ont été réalisées en 2008 au titre durencontraient de sérieuses difficultés de lecture et CAVA (57 places).d’écriture. Il s’agit, le plus souvent de jeunes en ruptureDes temps de formation au contenu individualisé familiale, n’ayant pas achevé leur scolarité et sesont assurés chaque semaine. 107 jeunes y ont trouvant dans l’impossibilité de trouver un emploiparticipé et à des rythmes très différents pour un ou de suivre une formation qualifiante.total de 3000 heures. 21 jeunes ont suivi l’atelier Beaucoup connaissent d’importantes difficultésde remédiation à l’illettrisme avec pour 2 d’entre psychologiques et certains ont dérapé dans laeux le franchissement d’une étape selon le délinquance ou sont en danger de prostitution.référentiel de base de lutte contre l’illettrisme On constate chez ces jeunes un taux de pauvretéétabli par la région Nord-Pas de Calais. particulièrement élevé. Ils ont du mal à résoudre au jour le jour leurs problèmes immédiats deActivité économique survie (hébergement, nourriture, soins…).L’année 2008 a été marquée par le déménagementde l’atelier de façonnage au 1er juin. Installés dans Les sortiesune zone d’activité de plus de 1000 salariés, à Parallèlement, 44 jeunes ont quitté l’établis-proximité du site principal de la Ferme du Major, sement :les ateliers du Major offrent aux jeunes un ▪ 27 avec un projet de formation d’emploi ouenvironnement de travail très professionnel. Ces d’intégration sociale.nouveaux locaux permettent également d’élargir ▪ 17 ont malheureusement été rattrapés par del’offre de services aux entreprises avec en graves problèmes de santé ou sont repartis encorollaire, une diversification des techniques et errance.des apprentissages pour les jeunes. Au total, ce sont 136 jeunes qui auront, en 2008, bénéficié d’un accompagnement social etUne même démarche de modernisation a été professionnel au CAVA, qu’ils soient ou non pris enconduite au niveau de l’atelier de maraîchage. Elle charge en atelier de production.prend corps dans l’élaboration d’un « projet vert »en plusieurs volets. Le premier d’entre eux L’établissement et service d’aide par le travailconcerne la conversion en bio des cultures (ESAT)maraîchères dès 2009. ▪ Extension de 5 postes à compter du 1er octobre 2008, ce qui porte l’effectif de 25 à 30Financement places.Depuis 2008, la loi TEPA prévoit un dispositif ▪ 6 admissions ont été réalisées au titre depermettant au redevable de bénéficier au titre de l’ESAT, extension comprise.limpôt de solidarité sur la fortune (ISF), dune ▪ 1 jeune a quitté l’établissement.réduction dimpôt égale à 75% du montant des donsréalisés au profit de fondations reconnues dutilité 11
  12. 12. I. ACTIVITÉ EN FRANCEActivités de formation et socialisationL’activité reste importante et a mobilisél’ensemble des bénéficiaires.Activité économiqueDans une conjoncture difficile, le chiffre d’affaires2008 est sensiblement inférieur à 2007. Nouspouvons légitimement nourrir quelques inquiétudesquant à l’exercice 2009.En conclusion, une enquête de satisfaction amontré que la grande majorité des bénéficiairess’estimait bien accueillie (93 %), les trois quartsd’entre eux estiment que les Ateliers ont été unechance pour leur vie et leur accès à l’autonomie. Katerina Ilievska Pose de la 1ère pierre du village d’enfants SOS de Persan (le 22 novembre 2008) Katerina Ilievska SOS Villages d’Enfants De gauche à droite : Viviane Gris (Représentante du Conseil général du Val d’Oise), Pierre Pascal (Président de SOS Villages d’Enfants) et Arnaud Bazin (Maire de Persan) 12
  13. 13. II. ACTIVITÉ DANS LE MONDE▪ Soutien de 35 villages d’enfants SOS, dont 32 en Santé : Dispensaires et PMI fonctionnement et 3 en construction (Kita au L’activité des dispensaires est restée très Mali, Akouda en Tunisie et Idjevan en Arménie). soutenue, tant au niveau quantitatif (toutes les▪ Prise en charge quotidienne de 6055 enfants et structures ont fonctionné au plein de leur jeunes, dont : capacité), qu’au niveau qualitatif, avec la mise en- 407 nouveaux enfants ont été accueillis en œuvre de diverses innovations et d’actions de 2008. formations destinées à renforcer la compétence- 14250 élèves bénéficient des 70 structures des équipes. scolaires (maternelles, écoles primaires, L’ensemble des dispensaires a réalisé pour 2008, secondaires et centres de formation) rattachées 17155 consultations, dont 10829 destinées aux aux villages d’enfants SOS. enfants.▪ 54 structures médicales, sociales et programmes Leur activité s’oriente de plus en plus vers une de renforcement de la famille (PRF) œuvrent action de PMI, notamment en développant des pour la santé et la prévention de l’abandon. actions de santé communautaires, en s’associant▪ 3646 personnes sont bénéficiaires des avec d’autres structures ou en participant à des programmes de renforcement de la famille. actions nationales de sensibilisation sur la santé de la mère et l’enfant. Les villages d’enfantsII.1. Madagascar Les trois villages sont au plein de leur capacité et à Vontovorona et Tamatave les départs de jeunesAccueil (au 31/12/ 2008) vers les structures d’insertion (foyers et activités économiques) sont régulièrement compensés parStructures d’accueil (Maisons Effectifs de nouvelles arrivées.familiales, foyers des jeunes, d’enfants et de Dans ces 2 villages l’équipe des mères SOS estlogements intermédiaires) jeunes aussi maintenant entrée dans une phase de renouvellement, avec plusieurs mères SOS en3 Villages d’enfants 379 position « hors village » pour leur permettre de2 placements familiaux 62 terminer leur carrière. Les deux premiers départs2 SISOP (structures pour à la retraite ont eu lieu à Vontovorona. 172 Les résultats scolaires moyens ont amené lesadolescents et jeunes)Total 613 directeurs à renforcer le soutien à la scolarité de nombre d’enfants. Placement familialAccueil de jour (fin décembre 2008) Il n’y a pas eu d’extension de ce dispositif en 2008 Nombre Nbre Nbre Effectifs Effectifs Bénéficiaires de de d’enfants Classe Post ASAMA Cantines afin de prendre le temps d’évaluer sonstructures Familles ASAMA Boursiers scolaires fonctionnement. Une intervention de soutien a été Aides effectuée par l’ancienne directrice adjointe du externes village de Tamatave afin de renforcer la qualité 8 167 595 180 195 1019 des pratiques. SISOPScolarité (fin décembre 2008) Les effectifs continuent de croître du fait de l’arrivée plus importante chaque année de jeunesEtablissements Scolaires Bénéficiaires Effectifs issus du village d’enfants de Tamatave et bientôt(plus centre agricole et Cantines d’élèves de celui d’Antsirabé (en ce qui concerne celui decentre foot) scolaires Vontovorona arrivées et départs s’équilibrent).Total 2044 2160 Un important travail de renforcement à la préparation à l’insertion économique a été entrepris avec la création d’un répertoire des métiers et entreprises sur la région de Tananarive et par l’ouverture de 2 nouveaux sites d’insertion rurale permettant l’installation de 22 nouveaux jeunes (80 au total en insertion rurale). 13
  14. 14. II. ACTIVITÉ DANS LE MONDEScolarité II.2. MaliEn septembre 2008 l’établissement scolaired’Antsirabé a continué sa montée en charge en SOS Villages d’Enfants au Mali en chiffresouvrant les classes de 5ème. L’année a été marquée par le renforcement des Structures Bénéficiairescritères de sélection pour les enfants ne venantpas des villages d’enfants, afin de s’assurer qu’ils 2 villages d’enfants SOS 283 enfantssont bien issus des familles les plus pauvres. Location maisons Kita 20 enfantsDe plus, les équipes enseignantes ont préparé uneimportante réforme de la scolarité voulue par le 1 structure d’encadrement 66 jeunesMinistère Malgache de l’éducation. des jeunesUn point de faiblesse du dispositif est lié à une 2 jardins d’enfants 471 élèvescertaine instabilité des enseignants qui partent 2 écoles * 1 500 élèvestrop tôt pour que puissent être constituées deséquipes stables et soudées. 3 programmes de 995 enfants et leurs renforcement de la famille parentsA noter l’ouverture des jardins d’enfants sousforme de garderie pendant les vacances scolaires, * ces 2 écoles sont financées respectivement par SOS Villages d’Enfants Luxembourg et la Fondationafin d’éviter les phénomènes de dénutrition et Hermann Gmeinerd’errance de jeunes enfants issus des familles lesplus démunies. Nouveau village d’enfants de Kita La pose officielle de la 1ère pierre du villageCentres de jour d’enfants de Kita a eu lieu le 23 juin 2008, en présence de représentants du gouvernement et deEn 2008 l’ensemble des centres a travaillé sur la nombreuses personnalités locales. Marie-Claudebase d’un guide des bonnes pratiques afin Hamon, administratrice, représentait le Présidentd’homogénéiser les actions menées. Pierre Pascal, lors de la cérémonie.A noter également un renforcement du travail Depuis début 2008, 20 enfants sont déjà pris enauprès des parents (cours d’alphabétisation, micro charge dans des maisons en location et uncrédits…) programme de renforcement de la famille soutient tous les jours 185 enfants issus de 40 familles de laAu niveau associatif région. Le village d’enfants SOS disposera à terme deUn important travail de formation des directeurs a 15 maisons familiales destinées à l’accueil deété réalisé, notamment dans les domaines de la 150 enfants. Il sera complété d’un jardin d’enfantsgestion des ressources humaines et de la gestion et de deux écoles, élémentaire et secondaire. Lesdes projets sociaux ; ce qui a donné lieu à divers délais seront respectés : les maisons familiales,séminaires. ainsi qu’une partie de l’école SOS, pourront ouvrirL’association a également développé un service leurs portes aux premiers enfants pour la rentréeinformatique en réseau afin d’améliorer la scolaire 2009-2010.communication et de bénéficier de tarifs plus Le recrutement des mères SOS et des aide-compétitifs. Un site WEB est actuellement à familiales est terminé. Leur formation initialel’étude. théorique et pratique a débuté en janvier 2009.Préparation du 20ème anniversaire en 2009 : uncomité de pilotage s’est mis en place pour Les villages d’enfants SOS de Sanankoroba àpréparer cet évènement qui prendra différents Bamako et de Socoura à Mopti ont augmenté leuraspects : festivités, colloque, cérémonie et capacité d’accueil en 2008 grâce à l’ouverture finpublication d’un numéro des cahiers SOS consacré 2007 de 2 nouvelles maisons familiales dans chacunà l’action à Madagascar. de ces villages : 150 enfants sont pris en charge à Sanankoroba et 133 à Mopti.Divers Les programmes de renforcement de la familleL’association malgache a engagé une aide Le programme de renforcement des liens familiauxd’urgence aux sinistrés du cyclone « Yvan » en initialement mis en place au sein de la localité defévrier. Sanankoroba, s’est élargi à 8 autres villages de la région. Fin 2008, ce sont donc 460 enfants qui sont ainsi accompagnés dans la journée au même titre que leur famille. De plus, des « personnes relais », à même de seconder le personnel d’encadrement, ont été 14
  15. 15. II. ACTIVITÉ DANS LE MONDEformées cette année. A Mopti, 350 enfants Un nouveau directeur national, M. Emmanuelbénéficient de ce mode de soutien. Bado, a pris ses fonctions fin 2008. Il assurera la coordination et la supervision de l’ensemble desMali : vers l’autonomie des familles activités des villages d’enfants SOS et structures SOS du Burkina Faso et s’attachera à développerLe 1er programme de renforcement de la famille les compétences des collaborateurs locaux.avait été lancé à Mopti en juin 2005 par SOS L’association burkinabé n’étant pas encoreVillages d’Enfants Mali, afin de prévenir le risque constituée, le directeur national est rattachéd’abandon des enfants dans les milieux les plus directement à la direction régionale de SOSdémunis. Les familles retenues se trouvaient dans Kinderdorf International.une situation d’extrême pauvreté, les parents nepouvant assurer l’alimentation, les soins médicauxet la scolarisation de leurs enfants. Certainesfamilles étaient monoparentales, d’autres très II.4. Nouvelles implantationstouchées par la maladie.Un appui nutritionnel a été apporté aux enfants demoins de deux ans. Les mères de famille ont Arméniebénéficié de sessions d’information et deformation : santé et vaccination des enfants, Début février 2008, Gilles Paillard, directeurscolarisation de filles, planification familiale… En général, et Jean-Pierre Legrand, trésorier, se sontparallèle, les familles ont reçu des équipements rendus sur place afin de rencontrer lesleur permettant de commencer des activités responsables de l’association arménienne SOSgénératrices de revenus (charrette, charrue, âne, Villages d’Enfants et de visiter les différentesbœufs). La scolarisation des enfants a été prise en structures, dont la gestion et le fonctionnementcharge par SOS Villages d’Enfants, ainsi que sont d’une grande qualité. Notre délégation al’apprentissage d’un métier pour les jeunes. Les également rencontré le maire de la ville d’Idjevanconditions de vie des familles ont été améliorées : et le directeur de l’urbanisme.consultations, soins, prévention, hygiène.Ces familles sont aujourd’hui en mesure d’assurer Les travaux de construction du 2ème villagela prise en charge de leurs enfants et elles ont d’enfants SOS arménien ont commencé à Idjevanquitté le programme en juillet 2008. en mars 2008. Ils devraient être terminés avant l’été 2009. Le recrutement des mères SOS et des aide-familiales est en cours. Ce nouveau village est destiné à l’accueil à terme de 91 enfants dansII.3. Burkina Faso 14 appartements familiaux. En parallèle, un programme de renforcement de la famille vient déjà en aide depuis 2008 àSOS Villages d’Enfants au Burkina Faso en 100 enfants issus de 59 familles vivant danschiffres l’environnement du futur village. Il est basé dans les locaux d’une école voisine, dans le cadre d’un Structures Bénéficiaires partenariat avec l’établissement.2 villages d’enfants SOS 240 enfants Le village d’enfants SOS de Kotajk, près1 structure d’encadrement d’Erevan, a 18 ans d’existence. Il accueille 75 jeunesdes jeunes 68 enfants orphelins ou abandonnés dans2 jardins d’enfants 300 élèves 13 maisons familiales. Le jardin d’enfants SOS est fréquenté par 123 jeunes élèves. 72 jeunes vivent2 écoles 1 135 élèves dans les 3 foyers de jeunes implantés à Erevan ou1 programme de 230 enfants et leurs sont suivis dans le cadre du programme de semirenforcement de la famille parents indépendance. CamerounUn programme de renforcement de la famille a étélancé à Bobo-Dioulasso en avril 2008 : il concerne Terminé en avril 2007, le village d’enfants SOS de230 enfants et leurs parents. Douala mène une politique d’admission progressive et a accueilli, au cours de l’année 2008, 11De plus, il a été initié un travail autour de nouveaux enfants, 5 filles et 6 garçons, âgés de 2 àl’engagement professionnel et l’amélioration de la 8 ans. 50 enfants sont pris en charge au sein desqualité de la prise en charge pour le 12 maisons familiales, toutes ouvertes. En 2009, cedéveloppement harmonieux des enfants et des village devrait accueillir 31 nouveaux enfants.jeunes. 15
  16. 16. II. ACTIVITÉ DANS LE MONDELes 3 classes du jardin d’enfants SOS (petite, « Malgré notre visite au village de courte durée,moyenne et grande section) sont fréquentées par nous avons eu un aperçu de la vie des enfants au67 touts jeunes élèves, dont 9 du village et 58 de sein d’une famille. Les appartements sontl’extérieur. spacieux. En entendant les rires des enfants, on seLe centre médico-social a ouvert ses portes en rend compte qu’ils sont heureux et ne diffèrentseptembre 2008 et ses activités au service des pas d’une famille « normale ». Merci pourhabitants des environs se développeront en 2009. l’accueil et la gentillesse… »Le programme de renforcement des famillesaccompagne au quotidien 100 enfants issus de Le village d’enfants SOS d’Imzouren a dû être30 familles. évacué temporairement en octobre 2008, lors des pluies diluviennes qui ont frappé le nord du pays et provoqué des inondations. Les enfants etInde l’ensemble du personnel, tous sains et saufs, avaient trouvé refuge dans la ville d’Al Hoceima.Les villages d’enfants SOS de Raïpur et dePondichéry, en Inde, ont été inaugurésrespectivement les 7 et 9 janvier 2008, en Vietnamprésence d’Helmut Kutin, Président de laFédération internationale. Notre association était Du 26 août au 8 septembre 2008, Pierre Pascal etreprésentée par Marie-Claude Hamon et Michel Gilles Paillard se sont rendus dans 9 des 12 villagesRémond, administrateurs, Gilles Paillard, directeur d’enfants SOS du Vietnam, en particulier ceux degénéral. Dalat, Vinh et Dong Hoi, soutenus par notre association. Ils ont étudié les projets en cours avecLe village d’enfants SOS de Raïpur prend en charge les responsables de l’association vietnamienne et133 enfants, 45 d’entre eux ayant été accueillis en des différentes structures et rencontré les familles2008. Le jardin d’enfants SOS est fréquenté par et les équipes. Ce fut l’occasion de se joindre à16 élèves du village. 300 enfants sont bénéficiaires l’organisation et à l’action sur place de nos amisdu programme de renforcement de la famille. de l’association Aide à l’Enfance du VietnamLe village d’enfants SOS de Pondichéry, construit (AEVN), Kim Tran Thanh Van, présidente, et Jeanpour accueillir les orphelins du Tsunami de 2004, a Tran Thanh Van. Odon Vallet et eux-mêmes ontaccueilli 23 nouveaux enfants en 2008. Ils sont remis plus de 2 000 bourses à des étudiantsaujourd’hui 111. 30 élèves sont inscrits au jardin vietnamiens.d’enfants SOS : 12 du village SOS et 18 duvoisinage. 200 enfants bénéficient du programme Le village d’enfants SOS de Dong Hoi, cofinancé àde renforcement de la famille. parts égales avec l’association Aide à l’Enfance du Vietnam, et inauguré en 2006, prend en charge 102 enfants, dont 27 accueillis en 2008. Le jardinIndonésie d’enfants SOS est fréquenté par 172 jeunes élèves, dont 13 du village d’enfants SOS.Le village d’enfants SOS de Meulaboh a étéinauguré officiellement le 25 juin 2008. Construitpour accueillir des enfants orphelins après le TunisieTsunami, ce village comprend 15 maisonsfamiliales, dont 3 sont financées par notre La construction du village d’enfants SOSassociation, pour la prise en charge de 150 enfants d’Akouda, situé près de la ville de Sousse, aà terme. commencé en juillet 2008. L’ensemble sera achevé au cours de l’été 2009 et les premiers enfantsIl accueille au total 86 enfants, dont 36 arrivés en devraient être accueillis au mois d’octobre2008. Le jardin d’enfants SOS devrait ouvrir ses suivant. Ce village est prévu pour l’accueil à termeportes en 2009. 58 enfants sont bénéficiaires du de 112 enfants dans 14 maisons familiales. A noter,programme de renforcement de la famille. le fort engagement, tant des équipes sur place que des autorités locales.Maroc Un programme de renforcement de la famille a été lancé en avril 2008. Il s’adresse à des famillesLe village d’enfants SOS d’El Jadida accueille fin monoparentales très défavorisées et ayant des2008, 43 filles et 39 garçons dans 12 appartements enfants âgés de moins de 6 ans. En 2008, 176familiaux. Parmi eux, 61 enfants ont moins de enfants ont été les bénéficiaires directs de ce6 ans. programme adapté aux besoins de chacune desMme P. (44), par ailleurs marraine du village de 123 familles (produits alimentaires, santé,Raïpur, s’y est rendue en octobre 2008 : hygiène, inscriptions dans le système d’éducation préscolaire…). 16
  17. 17. II. ACTIVITÉ DANS LE MONDEII.5. Autres villages parrainésEn plus des villages d’enfants SOS qu’elle financeentièrement et des autres villages mentionnéségalement ci-dessus, notre association a poursuivien 2008 sa contribution au financement des 15villages d’enfants SOS suivants :Villages d’enfants SOS Pays Bucarest Roumanie Sibiu Roumanie Sarajevo Bosnie Herzégovine Abobo-Gare Côte d’Ivoire Kigali Rwanda Mogadiscio Somalie Kara Togo Quito Equateur Esmeraldas Equateur Cap Haïtien Haïti Tegucigalpa Honduras Choglamsar Inde Vientiane Laos Pakse Laos Pokhara NépalSituation en Somalie en 2008Depuis l’évacuation du village d’enfants SOS deMogadiscio, Somalie, fin 2007, les enfants et lesmères SOS vivent toujours dans des maisons louéesdans d’autres quartiers de la ville. L’hôpital SOS arecommencé à fonctionner, au service des mèreset des enfants les plus démunis de Mogadiscio.En mars 2008, Helmut Kutin, président de laFédération internationale SOS Kinderdorf, s’estrendu sur place afin d’apporter son soutien auxfamilles et aux équipes. Construction du village d’enfants SOS d’Akouda (Tunisie) SOS Villages d’Enfants 17
  18. 18. III. COMMUNICATIONL’enjeu fixé pour 2008 était de faire émerger la particulier l’arrivée d’une fratrie dans unmarque SOS Villages d’Enfants dans sa spécificité village d’enfants SOS.et sa légitimité. ▪ A l’occasion de la journée de la FemmeL’ambition de SOS Villages d’Enfants est de faire (8 mars), des portraits de femmes ont étéreconnaître son savoir-faire et son expertise dans présentés sur notre site.la prise en charge des enfants en milieu familial. ▪ A noter également, le film témoignage de Thérèse Gardères, mère SOS pendant 36 ans auLe thème de la fratrie est resté un axe fort, voire village d’enfants SOS de Marseille.renforcé, de notre communication auprès deplusieurs publics : partenaires et professionnels de Le trafic du site a évolué qualitativement, avecl’enfance, donateurs et grand public : des visites plus longues, des nouveaux visiteurs qui marquent plus d’intérêt à notre action et un ▪ Publié en avril, le Cahier SOS « Parcours et nombre de pages vues par visiteur en très nette devenir de fratries accueillies au village augmentation. d’enfants SOS de Marseille » a fait l’objet Nous poursuivons nos efforts en ce sens, en d’une conférence de presse et d’une grande restructurant plus efficacement notre diffusion auprès des professionnels de l’enfance communication Internet afin qu’elle puisse (voir rubrique « publications en page 12). davantage encore servir notre notoriété et ▪ La fratrie était encore au cœur de notre renforcer notre collecte de fonds. communication lors de la pose de la première pierre du village d’enfants SOS de Persan, dans Une réflexion a été menée par un Comité de le Val d’Oise, le samedi 22 novembre, en Pilotage autour de la revue « Villages de Joie », présence du Conseil Général, de la Mairie et de afin d’en redéfinir le positionnement et la donateurs, date choisie symboliquement à réalisation. L’objectif est de parvenir à une l’occasion de la journée Internationale des nouvelle approche en 2009. Droits de l’Enfant. ▪ La fratrie a aussi été mise en valeur dans la L’actualité événementielle s’est centrée autour communication faite auprès du grand public. La de l’épanouissement de l’enfant par les loisirs, campagne de publicité, soutien à la marque culturels ou sportifs, thème fermement défendu SOS Villages d’Enfants, a développé cette par notre association dans le cadre de son projet spécificité. pédagogique. ▪ L’opération « Villages enchantés » enCette dynamique publicitaire a reposé sur prolongement de l’opération « Cinémali » del’utilisation complémentaire de deux canaux à très 2007 a eu lieu en janvier au Burkina Fasoforte exposition : la télévision et Internet. (Bobo Dioulasso) et au Mali (Mopti et Bamako)Le message de 15 secondes a fait l’objet d’une avec la participation de l’acteur Pierre-approche totalement renouvelée et innovante dans François Martin Laval (animation) et d’Isabellesa forme. Anny Duperey a une nouvelle fois prêté Giordano (interview sur France Inter et repriseson concours pour la voix. Ce spot a été largement presse).diffusé en fin d’année, du 25 octobre au10 novembre et le week-end des 20 et ▪ Une démarche militante, menée conjointement21 décembre, majoritairement sur France avec la Fédération Française du Football, laTélévision. Il a été relayé par une campagne Ligue de Football Amateurs et la Fondation dubannières sur 2 portails Internet : Orange et MSN Football, a été menée en faveur de la défenseet quelques sites en affinité. Une attention du « droit à jouer », article 31 de la Conventionparticulière a été portée pour une synergie avec Internationale des Droits de l’Enfant : couples appels de fonds. Un relais dans la presse a été d’envoi du match France/Uruguay par unétabli avec 2 parutions dans Version Femina. enfant de SOS Villages d’Enfants diffusé surEn parallèle avec cette campagne télévisée, le TF1, prise de position dans la Tribune du Figarotraitement spécifique de la page d’accueil du site et appel de mobilisation par Internet auprèsInternet a permis de favoriser la première prise de des 15 000 clubs de la Ligue de Footballcontact des internautes tout en facilitant les liens Amateursvers les pages de soutien. Les medias se sont principalement mobilisésLe site Internet s’est doté d’une nouvelle autour d’Anny Duperey et de sa 15ème annéedynamique. Outre la refonte de la page d’accueil, d’engagement à nos côtés avec France 5 « Lel’introduction de vidéos a permis de valoriser Journal de la santé » et Europe 1 « Découverte ».l’action concrète de notre association sur le Ils ont par ailleurs illustré le métier de mère SOSterrain en France et dans le monde : avec M6 « 100% Actu », France Inter « Reporter », ▪ Un nouveau film sur Madagascar illustre les Europe 1 et Maxi ; mais aussi celui tout aussi différents volets de notre mission et en important des assistantes sociales des villages d’enfants, qui sortent les enfants de leur 18
  19. 19. III. COMMUNICATIONisolement tel le reportage sur Europe 1 autour deZoé, à Madagascar.La presse professionnelle a relayé notre capacité àévaluer le retour de nos actions suite à laconférence de presse d’avril mais il nous reste àdévelopper notre prise de parole autour del’enfance en danger sur les medias grand public età dynamiser nos relations publiques. Des actionsseront menées en ce sens en 2009.En effet, la notoriété spontanée de notre associationreste faible. Evaluée à 4% selon le baromètre IFOPd’avril 2008 réalisé pour le compte des associationsmembres de France Générosités, elle permetnéanmoins à notre association de se maintenir à la10ème place des ONG que les français ont envie desoutenir financièrement. C’est souligner l’importancede la visibilité médiatique qui stimule l’intention dedonner. 19
  20. 20. IV. COLLECTE DE FONDS PRIVESAu 31 décembre 2008, les produits de la collecte Notre association cherche toujours à convaincrede fonds privés s’élèvent à 23,8 millions d’euros, ses donateurs d’opter pour ce mode de soutien,soit une progression de près de 16% par rapport à nous garantissant une sécurité dans la prise enl’année précédente. charge quotidienne des enfants et nous permettant de réduire nos coûts d’appels à dons. Elle a doncLes legs, donations et assurances-vie atteignent mené en octobre et novembre 2008 une opérationcette année un montant exceptionnel de 7,82 M€ d’appels téléphoniques en ce sens sur plus de 4300qui représente un tiers du total des ressources donateurs. Près de 5% d’entre eux ont rejoint ceprivées de 2008. Les assurances-vie se sont élevées groupe de donateurs réguliers.à 2 M€ soit près du double par rapport à l’année A noter que ces appels ont également convaincuprécédente et un peu plus d’un quart des sommes plus de 440 donateurs de nous faire un nouveauperçues en 2008. don.Les opérations d’appels à dons vers les Les opérations de recrutementparticuliers et les entreprises ont enregistré une Les efforts menés en 2008 ont cherché toutprogression de 3,5 % en 2008 avec un total collecté particulièrement à améliorer la performance dede 15,9 M€ malgré un environnement social, nos campagnes de mobilisation, en privilégiant àéconomique et financier très difficile, notamment nouveau l’accès aux fichiers d’échanges avecen fin d’année. d’autres associations. Avec 25800 nouveaux donateurs en 2008, soit 20%Appels à dons de plus que l’année dernière, nous avonsL’objectif de cette année 2008 portait enregistré un montant de collecte « recrutement »essentiellement sur une stratégie de réduction en croissance de plus de 15%.des investissements marketing. Avec moins 24%de charges cette année, la marge nette sur fonds Mécénats et partenariatsprivés affectée aux projets s’élève en 2008 à En 2008, SOS Villages d’Enfants a poursuivi la17,5 M€ d’euros et s’améliore de +36,4%. diversification de ses ressources à travers le développement des partenariats avec lesLa promotion du paiement en ligne a été conduite entreprises.en 2008, en lien avec l’amélioration en septembrede notre site internet http://www.sosve.org. Ce Ce sont ainsi près de 892 000 € qui ont ététravail a permis de dynamiser notre collecte en collectés cette année, soit 17 % de croissance parligne mais celle-ci ne représente encore que 1,8% rapport à 2007, sous forme de mécénats,des montants collectés. d’opérations de produit-partage et grâce à la commercialisation d’objets pratiques aux couleursLes opérations de fidélisation de l’association.Nous remercions cette année encore nos donateursde leur très grande fidélité puisque leur soutien D’autres entreprises ont choisi de nous soutenirreprésente près de 80% de la collecte, en par le biais de dons en nature (vacances,progression de 3% par rapport à 2007. équipement) ou encore de mécénat de compétences (consulting) afin de faire profiterMalgré une performance légèrement inférieure à l’association de leur savoir-faire.l’an dernier pour l’appel de fin août et celui deNoël, tous les autres messages ont reçu le fortsoutien de nos donateurs en enregistrant desmontants de collecte supérieurs à l’annéeprécédente. Soulignons que nos donateurs ont étéextrêmement sensibles à notre appel d’urgenceautour de la crise alimentaire puisqu’une margenette de 507 000 € a été collectée pour soutenirnos villages et programmes dans les paysgravement touchés par cette crise.Fin 2008, près de 30000 donateurs avaient choisi leprélèvement automatique comme moyen desoutien régulier, ce qui représente aujourd’hui 39%des montants collectés. D’ailleurs, plus de 7%d’entre eux ont accepté cette année d’augmenterleur prélèvement en soutien à nos actions. 20
  21. 21. IV. COLLECTE DE FONDS PRIVESIls nous ont fait confiance en 2008 Agence de communicationPro Deo Passage Piéton Association / FondationAgence du Don en Nature Fondation ZythonInstitut de France – Œuvre des LayettesFondation Henri Lachmann Passerelles etFondation Air France CompétencesFondation Nahmias SolidaimeFondation Veolia pour Sunsmile Foundationl’environnement Banque - AssurancesEpargne en Conscience IsicaGenworth Société Financière InterHSBC EquipementLa Redoute Mercedes – DaimlerMaisons du Monde Staedtler IndustrieCAMI GMC MatinesJuva Santé SenobleFond daction Négobois Wagon AutomotiveGroupe SEB Loisirs - TourismeAbritel MarriottAgence nationale des Pierre et Vacanceschèques vacances Planète AventuresAir France / Fondation Air Voyages CarrefourFrance Voyages LeclercKuoni Voyageurs du Monde ServicesAccenture ProsodieAccor Services Rena DumaAlcatel Lucent Robert Half InternationalAvis Immobilier SAIDelta Trailers SatasEdit 66 Wild Side VideoEditions IvoireIls étaient également à nos côtés au cours del’année 2008Fnac Eveil et Jeux avec la vente d’une peluchesolidaire « Gaspard le Chat ».Satas et son opération de produit-partagerenouvelé en faveur du nouveau village d’enfantsSOS de Persan.Daxon avec le soutien de notre marraine AnnyDuperey comme « mannequin d’un jour » sur un2ème catalogue.La Fondation Accor et les préparatifs pourconstruire une cantine dans le village d’enfantsSOS de Douala au Cameroun. 21
  22. 22. V. PROSPECTIVEPréparation du plan à 5 ans2009-2014Il a donné lieu à de nombreux travaux : ▪ Analyse du contexte actuel et prévisionnel de la protection de l’enfance avec l’Observatoire national Décentralisé de l’Action Sociale (ODAS) et l’ONED qui ont accueilli l’ensemble des directeurs. ▪ Echange avec P. Naves, inspecteur général de l’action sociale et auteur de plusieurs ouvrages et rapport sur ce thème. ▪ Séminaire des directeurs et chefs de service avec 4 thèmes de travail : 1. Préparer l’adolescent à son autonomie et Brenda Dimbleby accompagner sa sortie. 2. Sécuriser le recrutement et le parcours professionnel des mères SOS. 3. Développer l’insertion des villages d’enfants dans leur environnement. 4. Quelles innovations possibles dans les villages d’enfants ? Chaque atelier a donné lieu à un ensemble de préconisations dont la finalisation et la réalisation seront inscrites dans le plan à 5 ans. ▪ 3 réunions de travail entre les directeurs du Robert Fleischanderl siège et la commission exécutive. ▪ 2 réunions de travail avec le conseil d’administration et les directeurs de siège. Hilary Atkins Rita Newman 22
  23. 23. Association reconnue d’utilité publique (décret du 8 mai 1969)-Membre de la Fédération Internationale SOS Villages d’Enfants 6, cité Monthiers 75009 Paris Tél. : 01 55 07 25 25 – FAX : 01 49 95 02 85 e-mail : contact@sosve.org web : www.sosve.org

×