Pierre St Vincent

Life Source Quest
COMPLOTSEDEN
Résumé du livre précédent.

Alors qu’Aristide Adhémar Prasigarett, président de la
plus grosse multinationale mondiale, ét...
7

Des informations sur les agissements du président,
rapportées au QG des forces de défense d’Empires par l’un
ou plusieu...
8

directement de la 2ème plateforme, l’accès pédestre vers
Atlantide, et devant la navette un ensemble d’éboulis
bloquant...
9

- les pays économiquement faibles, vulgairement appelés
pauvres, pillés par des groupes d’exploitations industriels et
...
10

- des traitements liés à l’hygiène (ordures, nettoyage,
dépollution des rivières, des rues, des locaux).
- des moyens ...
Chapitre 1 Destruction…
Au sommet du mont Laoshan sur le site du Taiqing
Palace, John Malicorn regarde avec appréhension s...
12

. Complotseden

Groggy l’espace d’un instant, dans son inconscience, il
entend une voix familière qui s’excuse :
« Bou...
13

. Complotseden

Ils franchissent la porte de la salle de la caverne, et
descendent quatre à quatre les marches de l’im...
14

. Complotseden

John fait un sourire en lui montrant ce qu’il a récupéré
pendant le temps de surprise un peu prolongé ...
15

. Complotseden

maintenant que je me suis fait mal aux jambes pour
descendre. Tout ça pour mourir à petits feux !!! A ...
16

. Complotseden

Oubliant cette amorce de conflit, John contemple la masse
incroyable de la navette la plus proche de l...
Chapitre 2 La route est dégagée !
Après une réunion animée entre les chevaliers, Aristide
Adhémar Prasigarett avait accept...
20

. Complotseden

John Aliwan, Ali Khoury, John Artus, restés à la base-vie
du bas du vaisseau Atlantis, viennent de rec...
21

. Complotseden

Un silence impressionnant vient de suivre ce feu
d’artifice, les poussières viennent d’être avalées pa...
22

. Complotseden

Il ne peut s’empêcher de poser la question qui lui brûle les
lèvres :
« Tenant compte de ce que vous a...
23

. Complotseden

*
Non seulement An Teh-hai l’immortel recevait les
messages, mais il allait leur apporter une solution...
24

. Complotseden

plateforme il faut notamment : accéder à l’atelier, évacuer les
gravats, réparer les rails de guidage,...
25

. Complotseden

piédestal… Très proche, la fontaine commune où murmurait
une source d’eau vive, bruissait dans un sile...
26

. Complotseden

Sans nouvelles du président, Ali avait établi de son propre
chef, des relations avec la seconde platef...
27

. Complotseden

Impossible, encore une fois « impossible », ce mot
commençait à l’agacer !
L’ombre gigantesque précède...
Chapitre 3 Souvenirs.
Eon le Grand ressent à nouveau l’excitation de la reprise
en main de cette étrange navette. Les imag...
29

. Complotseden

Tous nos savants et notre lignée complète sont prisonniers
au fond de cette terre ingrate.
Leur esprit...
30

. Complotseden

Nous engendrerons des enfants. Nous conduirons des
tribus, nous transmettrons la mémoire de notre peup...
31

. Complotseden

Ils parcourront les cent escaliers !
Des messages évanescents jalonneront leur parcours.
A la fin de l...
Chapitre 4 Sauvetage.
Lors de l’arrivée de la navette, effrayé par les
grondements venant du sous-sol, Gérard le cuisinier...
33

. Complotseden

d’Atlantide par une entrée proche de cet escalier ! Ce bruit
ahurissant avait poussé Gérard à revenir ...
34

. Complotseden

Son regard suppliant se transforme, et à nouveau la peur
qui venait à peine de le quitter se réinstall...
35

. Complotseden

Jamais Ali Khoury n’avait vu le président prendre des
décisions aussi hâtives. Le danger existait sûre...
36

. Complotseden

Ali qui observe ses deux collègues constate que Gérard est
au bout de ses forces. Poursuivre une avent...
37

. Complotseden

*
Le cuisinier énervé ne comprend plus rien et prononce une
phrase totalement décalée…
« On dirait Zor...
38

. Complotseden

balise céleste. Le sésame était désormais revenu à son lieu
d’origine, près de la fontaine commune.
*
...
Chapitre 5 Epuration !
L’explosion avait fait trembler le vaisseau Atlantis, ainsi
que les navettes…
Un silence impression...
40

. Complotseden

fur et à mesure du passage des mois, des années, des
décennies, des centaines d’années, des millénaire...
41

. Complotseden

Alerté par les faisceaux des projecteurs, Aliwan et Artus
abandonnent les travaux de déblaiement en co...
42

. Complotseden

Trois jours après le retour de la 2ème plateforme, Eon et
l’équipe du président se préparent à pénétre...
43

. Complotseden

« Si Eon le Grand est bien James Dawsinger, et vous êtes
le seul à le savoir, président… pourquoi l’av...
44

. Complotseden

Mais de quel temps est-il question ? Celui qui règle
l’estomac de Gérard le cuisinier, qui apparaît to...
45

. Complotseden

Le cuisinier présentait au fur et à mesure, des signes
inquiétants, comme s’il remontait le temps et s...
46

. Complotseden

Nous allons avoir à faire des choix pertinents à chaque
nouvelle situation… ».
Ali réalise que la gest...
47

. Complotseden

La critique du président est aisée, mais Ali a envie de lui
rappeler qu’il a découvert tardivement le ...
48

. Complotseden

Le président devait se baigner dans la source et recevoir
l’assentiment du Grand Organisateur, puis de...
Chapitre 6 L’Empire contre-attaque !
« Bon sang mais où sont passées les troupes que nous
avons envoyées sur le mont Laosh...
50

. Complotseden

Jetant sa casquette sur la table de réunion, il s’éponge le
visage en tremblant et regarde à nouveau l...
51

. Complotseden

De même, des transporteurs ayant monopolisé les plus
grosses de nos navettes ont signalé des container...
52

. Complotseden

Stephen Richer s’adresse avec autorité à son adjoint :
« Colonel, vous avez commis une erreur monument...
53

. Complotseden

Interloqué par cette intervention véhémente, déstabilisé un
instant le général cherche un support dans...
54

. Complotseden

dégradé !!! Et je serai le premier à vous détruire vous êtes
d’une incompétence rare… ».
Abasourdi, le...
55

. Complotseden

qu’à signer le départ de cette vie, abandonner… quoi au fait ?
».
Les phrases se déversent en flots co...
56

. Complotseden

Contrairement à ses parents, elle avait lu et écouté des
reportages qui se passaient de main en main d...
57

. Complotseden

Sûr de l’effet de ces 2 informations le général reprend :
« Comprenez-moi… écoutez-moi, je suis en ret...
58

. Complotseden

« Mme Isabelle Prost, toutes les questions que je vous
poserai ne peuvent avoir qu’une seule réponse :...
59

. Complotseden

le camp d’ici et ne pas partir de cette terre qui m’a vu
naître… ».
Il devient tout à coup quasi pater...
60

. Complotseden

« Qu’est devenu le beau système imaginé par le docteur
Barrates ? Un monde sans maladies… Tout ceci ét...
61

. Complotseden

organisation, qui telle un énorme cancer, s’infiltrait par tous
les pores de ce système sclérosant néo...
Chapitre 7 Contacts.
Le résultat de cette conversation entre Isabelle Prost et le
général Stephen Richer s’était traduit p...
64

. Complotseden

nommèrent néo-individualiste, basé principalement sur les 10
manipulations de Noam Chomsky…
Une pointe...
65

. Complotseden

Sur le point d’aller sauver 6 membres de son équipe dans
la base-vie, le président regarde avec appréh...
66

. Complotseden

Transformé en un instant, il endosse le personnage
d’Alexus ; en fait, il est à nouveau Alexus corps e...
Chapitre 8 Rien n’est simple…
Depuis quelques heures les membres de l’équipe,
rassemblés au niveau de la base-vie, commenç...
69

. Complotseden

Les souvenirs de sa sortie d’Atlantis, 62 millions d’années
avant, s’estompaient pour devenir ceux de ...
70

. Complotseden

Ali ne voulait toujours pas comprendre. L’idée d’avoir en
face de lui la chose était tout simplement i...
71

. Complotseden

« Vous voulez dire que vous êtes sûr que cette chose est,
le… le clone de l’un de ceux qui sont enterr...
72

. Complotseden

Suite à une discussion animée entre Adam le Singulier et
Alexus, il avait été décidé de transférer sur...
73

. Complotseden

méritait pas une telle stupidité, et que la mission dont le
temps était compté ne pouvait pas être ret...
74

. Complotseden

Soudain, la pente du conduit se met à descendre
brutalement, les obligeant à se cramponner où ils le
p...
75

. Complotseden

corps… La balise avait soudé l’esprit, immatériel, à ce
moyen de déplacement commode mais tellement le...
76

. Complotseden

James Dawsinger se retourne vers ses compagnons
essayant à son tour d’attirer leur attention… Seul Ale...
Chapitre 9 Un pied sur Atlantide...

Eon venait d’arrêter les compresseurs magnétiques de la
navette royale…
6 paires d’ye...
79

. Complotseden

Pour sortir de son questionnement, il touche la paroi
accessible…
Il s’agit bien de matière, encore de...
80

. Complotseden

Mais cette idée de Big Bang, comme le début à tout,
n’était-elle pas… qu’un pas… qui en suivait un aut...
81

. Complotseden

Son regard furetait à droite et à gauche… le nez en
alerte…
*
Le passage sur le promontoire avait donn...
82

. Complotseden

géant plusieurs machines qui transformaient les algues en les
compactant… sous différentes formes… A q...
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
10 premiers chapitres et preambule
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

10 premiers chapitres et preambule

853 vues

Publié le

Intégré au centre de la Saga Life Source Quest, Complotseden rebondit sur la fin apocalyptique du premier tome : Cervoclonis.

Publié dans : Art & Photos
1 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
853
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
1
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

10 premiers chapitres et preambule

  1. 1. Pierre St Vincent Life Source Quest COMPLOTSEDEN
  2. 2. Résumé du livre précédent. Alors qu’Aristide Adhémar Prasigarett, président de la plus grosse multinationale mondiale, était sur la piste de ses ancêtres, l’objet réel de ses recherches avait été porté à la connaissance des autorités de l’Empire du Levant… Depuis plusieurs mois, son équipe et lui-même résidaient sur le haut du sommet du mont Laoshan, la demeure des immortels… Arrivé à un instant crucial du projet, il avait été obligé d’annoncer comment allait se dérouler la suite de ses investigations. La moitié des cadres présents sur le site avait refusé de le suivre dans cet étrange vaisseau nommé Atlantis qui s’était incrusté profondément dans la terre… quelques 62 millions d’années plus tôt. A l’extrémité de ce vaisseau, plus de 50 kms sous terre, avait été construit l’Atlantide, berceau de ses ancêtres. Le reste de l’équipe du président avait par la suite abouti au but de leur quête… Cette découverte, en haut du mont Laoshan, était fondamentale pour sa recherche. Grâce à l’aide de « 6 chevaliers » et d’un cerveau biochimique nommé Cervoclonis, il avait trouvé la source de la vie… *
  3. 3. 7 Des informations sur les agissements du président, rapportées au QG des forces de défense d’Empires par l’un ou plusieurs de ses collaborateurs, avaient été jugées d’une extrême gravité. Elles venaient de justifier, à l’instant même de l’aboutissement de ses recherches, l’enclenchement d’une opération militaire d’envergure des armées d’Empires contre ce site, « mettant en cause le système néo-individualiste en vigueur en 2080 dans les 3 grands Empires ». Au moment de l’action militaire l’équipe du président, est constituée : - des 6 chevaliers (Adam le singulier l’immortel, James Dawsinger le volcanologue, Childéric Reyna le fils du président, Luan Shing Peï l’archéologue, Takamaki le savant capable de recréer le monde à sa manière, et lui-même, Aristide Adhémar Prasigarett dit le président). Ils sont localisés au sein du mont Laoshan dans la zone Atlantide (cette zone est à découvrir, mais il y a : la grande salle du conseil où résident les chevaliers, le labyrinthe qui conduit au piédestal où repose la balise céleste, la fontaine commune où coule la source de jouvence) à plus de 50 kms de profondeur sous le site du Taiqing Palace où se trouvait toute la logistique principale de l’opération du président. - de l’équipe (constituée d’Ali Khoury le psychiatre, John Artus l’expert en astronomie, John Aliwan l’archéologue spécialiste en égyptologie) située à la base-vie, à environ 40 kms de profondeur sous le site du Taiqing Palace où se trouve la base-vie (à 20 kms à pied de la zone Atlantide). Se trouvent également à ce niveau la navette royale, arrivée
  4. 4. 8 directement de la 2ème plateforme, l’accès pédestre vers Atlantide, et devant la navette un ensemble d’éboulis bloquant sa progression vers l’entrée normale. - de l’équipe (constituée par John Malicorn, directeur technique de la société du président, et Gérard le cuisinier du site du Taiqing Palace, seuls rescapés de l’attaque des armées d’Empire.) localisée sur la 2ème plateforme où s’était établie la logistique prévue juste avant l’odyssée du président… Se trouvent 2 navettes à ce niveau. Ces 3 équipes, tenant compte de l’agression de l’Empire, sont bloquées dans leur zone respective à la recherche des meilleures solutions pour se rejoindre… * En 2040 la quasi-totalité du monde s’était trouvé partagée en 3 Empires englobant tous les pays économiquement viables dans deux systèmes monétaires majeurs gouvernés par deux monnaies fortes : le dollar (Empire d’Amérique et Empire du Moyen-Orient) et le yuan (Empire du levant) Les autres pays, soit enclavés en Amérique du sud, en Afrique, au Moyen Orient, en Europe soit sur des îles sans grand intérêt économique, se trouvaient les parents pauvres de ces immenses conglomérats financio-industriels… Leurs dettes avaient été effacées lors des accords de 2040 des 3 Grands, et leur autonomie et leur destinée laissées entre leurs mains. Le monde était alors découpé en 2 catégories :
  5. 5. 9 - les pays économiquement faibles, vulgairement appelés pauvres, pillés par des groupes d’exploitations industriels et des systèmes financiers tentaculaires. - les pays riches, organisés, se combattant entre eux financièrement et économiquement…promulguant des décrets, des lois, limitant de plus en plus la dimension de l’homme par rapport au système, et selon les dix commandements de Chomsky, adoptés comme règles de management de ce système… Au sein de ces systèmes, des lobbies ultra puissants gouvernaient depuis longtemps dans l’ombre, les destinées : - des groupes financiers… - des fluides vitaux (eau, traitement d’eau, oxygène, hydrogène, lait, électricité, gaz, réseaux informatiques), - des besoins vitaux (semences, engrais, protéines, lipides, glucides… groupes alimentaires, logements, transports, infrastructures, hygiène, propreté) - des matières premières (pétrole, cuivre, or, celles destinées aux hautes technologies) - des matières biologiques vitalisées. (matière de Cervoclonis) - des besoins importants annexes nécessaires au bien-être du corps (et au contrôle des masses), (groupes pharmaceutiques, centre de santé, cosmétiques, luxe, hôtels, lieux de jeux et d’amusements de toutes sortes) et à la distraction des classes moyennes (domotique, robotique, médiathèques)…
  6. 6. 10 - des traitements liés à l’hygiène (ordures, nettoyage, dépollution des rivières, des rues, des locaux). - des moyens de contrôles des masses (presse, télévision, police, armée…milices…). S’ajoutaient à ces lobbies, des puissances occultes et perturbatrices, en provenance : - des groupes de pression par sociétés secrètes et confréries de tout genre, clubs de toutes sortes… - des groupes volontaires, inféodés à la défense des lois, des règles d’hygiènes, d’éthique du système néo individualiste, lequel (système) donnait à l’homme l’indépendance acquise par sa volonté d’autonomie par rapport aux autres… ses serviteurs et assistants robotisés… ses assistants de quotidien… - des groupes intellectuels définissant les idéologies du système… Ce monde « idéal » ne pouvait continuer sans fractures, sans contestations, sans oppositions, mais n’était-ce pas là les structures bien réelles d’une dictature dans laquelle restait à chacun, un fragment de conscience personnelle et de liberté ?
  7. 7. Chapitre 1 Destruction… Au sommet du mont Laoshan sur le site du Taiqing Palace, John Malicorn regarde avec appréhension se dissiper la fumée qui s’étale sur l’étendue du site. Il découvre peu à peu des dizaines de silhouettes, équipées de masques, en train d’enfoncer brutalement avec leurs armes les portes démantelées par les déflagrations. Un silence malsain enrobe ces heurtements métalliques. Les arbres ont projeté au loin leurs bras congelés par un froid intense. Ils gisent désormais sur un sol noirci, brûlants, calcinés… John songe à son équipe de protection et imagine leurs derniers instants d’agonies… Des corps étendus à quelques mètres de lui paraissent sans vie. Il attend quelques secondes, lorsqu’il croit deviner, rampant sur le sol jonché de débris, une masse vivante couverte de cendres. Il attend encore quelques secondes pour juger globalement la situation du site. Encore protégée par des blocs de béton disséminés, cette masse s’anime. Pas d’uniforme apparent… John sort de l’escalier en colimaçon au péril de sa vie, muni de son arme de service. Il se précipite au secours de ce corps quasi-inerte. Se baissant, il en soulève la tête, mais ne peut éviter un uppercut inattendu...
  8. 8. 12 . Complotseden Groggy l’espace d’un instant, dans son inconscience, il entend une voix familière qui s’excuse : « Boudiou ! Mais vous m’avez tordu le cerveau ! Désolé, mais avec tout ce tintouin je pouvais pas deviner que c’était vous… M Malicorn… Qu’est ce qui s’est passé, j’ai l’impression que le ciel m’est tombé sur la tête ? ». John en relevant la tête s’aperçoit de la présence… du cuisinier de la base-vie ! Il se relève en vacillant, frottant de sa main droite son menton endolori. « Rien n’est perdu, on réglera ça plus tard, vite suivezmoi, bon sang… mais où avez-vous appris à boxer comme ça ? Tout va bien ! Suivez-moi… vite… là… Oui… ». Gérard le cuisinier hésite, se retourne et constatant l’état apocalyptique du site se précipite derrière John dans l’escalier en forme de vrille, qu’il découvre malgré lui… « Boudiou, c’est là que vous jouiez tous à cache-cache… » crie-t’il essoufflé, s’appuyant sur la paroi… John lui fait signe de le suivre par des gestes d’impatience. « Plus tard, bon sang, allons… venez ! Gérard, nous sommes sûrement les seuls survivants, si vous n’arrivez pas à la vitesse grand V, nous allons être les suivants…Venez, ne me posez plus de questions… Gardez votre souffle, suivezmoi… nous allons peut-être nous en sortir ! ». Gérard ne bouge plus, hypnotisé par la vision de la grande salle du QG technique. John revient sur ses pas et l’attrape violemment par la manche. « Nom de D… allez, venez, arrêtez de réfléchir… ».
  9. 9. 13 . Complotseden Ils franchissent la porte de la salle de la caverne, et descendent quatre à quatre les marches de l’immense escalier conduisant à la bibliothèque pré-sumérienne. Hébété, Gérard arrive sur le palier de la première plateforme. Il n’a pas le temps de livrer ses sentiments : John le pousse brutalement à l’intérieur de la bibliothèque. A partir de cet instant il suit les directives d’Adam le Singulier l’immortel (voir préambule). Ils pénètrent dans l’escalier de jonction vers la deuxième plateforme… découvre en commun un immense espace où sont parqués… deux immenses « véhicules » étranges aux allures antédiluviennes… * John et Gérard reprennent leur souffle en contemplant ce lieu qu’ils voient pour la première fois. Gérard, le cuisinier toujours volubile, s’exclame ébahi : « Boudiou, c’est quoi ces bidules là-bas, on dirait des gros lézards. On fait quoi John ? Ce truc-là ne me donne pas confiance ! ». John le rassure, tout en n’étant pas sûr de la suite des événements… « Les soldats de l’Empire ne sont pas prêts de nous trouver. On a bien 2 mois devant nous avant qu’ils sachent comment entrer et arriver jusqu’ici ! ». Le cuisinier fait une moue affichant un doute non dissimulé : « Je demande qu’à vous croire. Au fait ça sert à quoi la perruque que vous avez sur la tête ? ».
  10. 10. 14 . Complotseden John fait un sourire en lui montrant ce qu’il a récupéré pendant le temps de surprise un peu prolongé de Gérard. « A votre tour, prenez cette perruque et écoutez ce que je vais vous dire… Cet objet… est la chose la plus élaborée de ces 30 dernières années, un cerveau biochimique de dernière génération, baptisé Cervoclonis par le président responsable de ce site ! ». En le disant, John positionne la machine sur la tête du cuisinier… « Je vais ressembler à Louis XIV, moi qui suis chauve comme le cul d’un macaque… J’espère que ce bidule a des recettes de cuisine ! ». John ne peut s’empêcher de sourire aux remarques saugrenues de Gérard. « Gérard, je vois que vous savez considérer les choses avec un humour que j’apprécie. Nous avons besoin de vous comme cuisinier… mais si en plus vous nous faites oublier par votre franc-parler les situations dramatiques que nous vivons, cela sera parfait !!! Hélas ! L’étendue de notre problème actuel se résume en 3 mots : plus… de… nourriture ! ». Comme s’il avait d’un seul coup identifié un gros souci, Gérard se tâte la panse et émet, avec une conviction profonde, une phrase incongrue : « Plutôt mourir, vous auriez dû me laisser là-haut… Mais M Malicorn… la bouffe c’est le nerf de la guerre !… Napoléon avait des cantinières, elles ne faisaient que la tambouille et n’avaient que ça à faire… Les victuailles étaient fournies tous les jours. Et vous me dites ça,
  11. 11. 15 . Complotseden maintenant que je me suis fait mal aux jambes pour descendre. Tout ça pour mourir à petits feux !!! A la fin… qui va manger l’autre ?». * John, souriant, écoute pensivement en observant le balancement de l’énorme ventre en besace de son compagnon d’infortune… jusqu’à sa dernière phrase étrange, révélatrice de son « anthropophagie » latente… John le regarde droit dans les yeux. Jamais il n’avait pris le temps de savoir les antécédents de cet homme jugé jovial par tous… « Alors vous êtes cannibale, M le cuisinier ? », dit John avec un sourire forcé. Gérard regarde fixement John quelques instants, ne relève pas la phrase et se rend vers les étranges véhicules. John le suit de quelques pas, se demandant de quel personnage il a hérité… * Depuis l’attaque des forces de l’Empire, John avait eu l’occasion d’avoir plusieurs fois des giclées d’adrénaline. Il avait franchi avec l’aide d’Adam le singulier alias An Tehhai des obstacles qui lui paraissaient insurmontables... Sur cette plateforme perdue sous la terre, John le bras droit du président, se trouvait maintenant face à un drôle d’individu et ne savait pas « sur quel pied danser ». Le cuisinier et lui venaient de subir des chocs émotionnels qui pouvaient les avoir perturbés, bien plus que de petites peurs au quotidien ! *
  12. 12. 16 . Complotseden Oubliant cette amorce de conflit, John contemple la masse incroyable de la navette la plus proche de la sortie. Il se pose les mêmes questions que James Dawsinger (l’un des 6 « chevaliers »), s’était posé quelques jours avant : comment y pénétrer, comment faire ensuite… pour la conduire… * Heureusement, sur le site d’Atlantide, les 5 chevaliers représentant tout le staff rapproché du président étaient concentrés sur le challenge de John Malicorn et Gérard. Le rapatriement paraissait difficile sans l’aide de James Dawsinger, le conducteur de navettes. Il était actuellement comme tous les autres chevaliers à 50 ou 100 kilomètres de la 2ème plateforme, quelque part en dessous… sous la terre. James Dawsinger possédait seul le pouvoir de mettre en service et conduire les véhicules que John et le cuisinier avaient en face d’eux. Il fallait que James sorte de la zone d’Atlantide. * Pour regagner la navette royale stationnée sur le quai de la base-vie proche de l’entrée des cent escaliers, il se passerait au moins 4 jours de marche… plus le temps de retour vers la 2ème plateforme… solution à priori trop longue pour John et le cuisinier, après un tel choc psychologique… John Malicorn et Gérard devraient patienter sans eau et sans nourriture avec le risque de conflit toujours présent. Une seule solution semblait possible pour les libérer plus vite : faire exploser les rocs empêchant le passage de la navette royale vers Atlantide.
  13. 13. Chapitre 2 La route est dégagée ! Après une réunion animée entre les chevaliers, Aristide Adhémar Prasigarett avait accepté la destruction des éboulis de rocs qui avaient bloqué la navette royale stationnée sur le quai de la base-vie. La découverte d’une issue proche, quelques jours plus tôt, avait conduit les 6 chevaliers à l’immense salle du conseil (proche du socle de la balise et de la fontaine commune)… Une salle féérique située sous la mer, dans le monde d’Atlantide, ce lieu dont le président avait rêvé et où il avait rejoint ses ancêtres d’une manière plus qu’originale… Adam le Singulier l’immortel, devenu désormais le maître de ces lieux, connaissait parfaitement l’agencement du vaisseau qui l’avait transporté 62 millions d’années plus tôt, ainsi que les aménagements de la zone Atlantide. * Alors que John Malicorn sur la seconde plateforme cherchait des solutions pour conduire la 2ème navette, la décision venait d’être prise de détruire l’éboulement qui empêchait la navette de regagner vraisemblablement l’accès direct à l’Atlantide… où se trouvaient les 6 chevaliers… *
  14. 14. 20 . Complotseden John Aliwan, Ali Khoury, John Artus, restés à la base-vie du bas du vaisseau Atlantis, viennent de recevoir les instructions de destruction des éboulis. Aliwan s’empare avec précaution des charges d’explosif et commence la pose en trois endroits équidistants. Tenant compte de la proximité de la navette, Artus et Ali Khoury positionnent des écrans de matière souple capables d’amortir les projectiles de rocs. Tout doit être fait sous 2 jours, gravats évacués, l’objectif étant de parvenir sur la 2ème plateforme où se trouve prisonnier John et le cuisinier le troisième jour au plus tard. Aliwan positionne ses charges dans certaines alvéoles qui lui paraissent appropriées… Il revient calmement en réfléchissant aux trajectoires possibles des divers débris dont il pense avoir guidé l’essentiel vers la carcasse de la navette. Il rejoint ses collègues effrayés à l’intérieur de l’étrange engin. Un échange bref avec ses compagnons d’infortune, et il positionne la télécommande en direction des charges. * Trois lueurs éblouissantes, suivies d’un bruit incroyable, précédant un souffle chaud ; des impacts de matières résonnent et rebondissent faisant gicler des myriades d’étincelles fugaces. Un impressionnant nuage de poussière se diffuse dans l’immense caverne, s’incrustant sur les faces de la navette, rendant l’intérieur complétement opaque... Des odeurs soufrées se répandent ensuite, prenant le cheminement du nez de chacun après que les vibrations aient assourdi leur conduit auditif.
  15. 15. 21 . Complotseden Un silence impressionnant vient de suivre ce feu d’artifice, les poussières viennent d’être avalées par l’immense conduit quasi-vertical qui rejoint la deuxième plateforme. * Ils se regardent hébétés, et se dirigent vers la sortie de la navette… Un immense travail les attend. * Avant toute chose John Aliwan doit observer l’autre côté du chambardement. Ali et John Artus l’ont précédé et ont sauté sur les blocs épars, franchissant lestement la zone éboulée. Un tunnel aux dimensions démesurées, de structure identique aux conduits déjà parcourus, se présente à leurs yeux incrédules. Aliwan analyse les risques présentés par la voûte dont d’innombrables fissures parcourent la surface. Les faisceaux de leurs lampes s’incrustent dans l’espace supérieur du chamboulement et découvrent la présence de l’immense fracture apparue lors du séisme. Les lèvres des fissures semblent s’être ressoudées, sûrement par le poids des milliards de mètre-cubes de rocs dans lesquels le vaisseau au cours de son impact avait frayé son chemin. * Ali Khoury observe le tunnel, regarde ses compagnons, se posant sûrement la question de sa présence ici. Il se réserve pour le fondement de son métier ; guérir les maux de l’esprit. Il le fera lors de sa future rencontre avec Malicorn et le cuisinier.
  16. 16. 22 . Complotseden Il ne peut s’empêcher de poser la question qui lui brûle les lèvres : « Tenant compte de ce que vous avez vu, dans combien de temps allons-nous récupérer nos deux amis sur la plateforme, sachant que les armées qui occupent le site doivent être déjà dans la caverne du QG… et projeter des actions dont nous n’avons aucune idée de la teneur et de l’intensité ? ». Ali reprend inquiet : « Je vous vois perplexes et interrogatifs, que se passe-til ? ». Le premier, Aliwan, précise que les travaux de déblaiement seront possibles dans les délais impartis, mais le problème réside dans la distance que la navette devra franchir sans rails… Il enchaine aussitôt : « Une chose est certaine : nous allons avoir à couper, souder et dessouder les rails… et il est probable que quelques centimètres manquent. ». John Artus complémente les explications d’Aliwan et dit avec un brin d’inquiétude : « Aliwan vient de faire un broadcasting vers le fond d’Atlantide, mais An Teh hai ne porte plus Cervoclonis ! ». * Ali Khoury, ni d’ailleurs Artus et Aliwan, n’avaient vécu la prise de pouvoir d’Adam le Singulier alias An Teh-hai l’immortel, devenu lui-même un géant. Tenant compte de sa nouvelle condition il n’avait plus de machine biochimique ; plus besoin de Cervoclonis ! John Artus continue : « J’ai peur que nous ne puissions l’atteindre. ».
  17. 17. 23 . Complotseden * Non seulement An Teh-hai l’immortel recevait les messages, mais il allait leur apporter une solution rapidement ! * Artus et Aliwan ainsi qu’Ali viennent de capter le message d’An Teh-hai quasi-simultanément à leur questionnement. D’une voix impersonnelle il s’exprime, protecteur et condescendant : « N’ayez plus peur, créatures imparfaites, croyez-vous que nous ayons franchi toutes ces étapes, pour que vous périssiez ainsi ? ». Un silence lourd et craintif s’établit aussitôt. An Teh-hai reprend : « Les réparations de toutes les machines se faisaient dans un atelier situé 200 mètres après la zone d’incident… Tout doit être en état ! A vous de travailler et de revenir chercher James Dawsinger lorsque le passage sera libre. Je vous guiderai en temps utile. ». * Aliwan et Artus parcourent les premiers mètres du tunnel découverts à la suite des 3 explosions, et trouvent, juste après une légère courbe, le lieu dont a parlé An Teh-hai. Un nouveau problème apparaît alors. Comment pénétrer à l’intérieur ? Où sont les clés… qui y a accès ? L’équipe du président une fois de plus se trouve confrontée à la résolution de problèmes qui les dépassent. Pour aller chercher John et le cuisinier sur la 2ème
  18. 18. 24 . Complotseden plateforme il faut notamment : accéder à l’atelier, évacuer les gravats, réparer les rails de guidage, manœuvrer la première navette (impossible) … ensuite aller chercher Eon (impossible sans la navette)… Les 3 rescapés de la base-vie, en plus des problèmes identifiés, se devaient d’approvisionner au plus vite en eau le groupe aqua-synthétique de la base-vie… Il avait été question, lors de la dernière réunion d’information du président, de se nourrir de substances d’origine aquatique… * Deux petits détails d’une extrême importance avaient modifié tout le système bien élaboré d’Aristide Adhémar Prasigarett : l’abandon de la moitié de son équipe et l’intervention punitive brutale des armées d’Empires ! * Sans informer les chevaliers des raisons de son départ, Adam le Singulier alias An Teh-hai vient de disparaître dans le labyrinthe conduisant à la fontaine commune, accompagné de James Dawsinger. James n’avait jamais franchi ces lieux sinon au travers des géants recréés par Takamaki et des machines (Cervoclonis) installées sur ces derniers… La reprise de contact à travers la balise vers le Grand Organisateur s’était terminée par… la destruction de 5 géants « n’appartenant pas à sa création !!! ». * James et le géant Adam le Singulier, venaient de se positionner auprès de la balise céleste reposant sur son
  19. 19. 25 . Complotseden piédestal… Très proche, la fontaine commune où murmurait une source d’eau vive, bruissait dans un silence religieux. Adam touche la balise… Un éclair en jaillit et une voix sourde rompt le silence… Adam fait une génuflexion pour montrer sa soumission, James surprit en fait autant. « Qu’il se baigne dans la source… et qu’il jure toute sa vie de vous obéir, Adam le Singulier… Cet être s’appelle maintenant : « Eon le Grand », le conducteur de mes navettes… Ce monde qui s’appelle Terre vient de franchir une étape vers sa rédemption… ». * James venait de franchir l’étape que seul An Teh-hai avait passée pour devenir Adam le Singulier, ce géant magnanime avec les petites créatures humaines. James Dawsinger en devenant Eon le grand ne savait pas que cette étape qui le rendait fort et très performant ne durerait que le temps de franchir les cent escaliers, conduire la navette, sauver John et le cuisinier, revenir et accéder à l’entrée normale d’Atlantide. Seul Adam était géant et immortel, et le resterait. * De retour dans l’immense salle sous-marine du conseil d’Atlantide, James, devenus Eon le Grand s’empare de son barda, salue les 4 chevaliers et part en courant vers la basevie où John Artus, John Aliwan, et Ali Khoury cherchent à résoudre leurs problèmes. *
  20. 20. 26 . Complotseden Sans nouvelles du président, Ali avait établi de son propre chef, des relations avec la seconde plateforme…Il avait calmé le cuisinier par l’intermédiaire de Cervoclonis. La santé mentale du collaborateur principal du président, John Malicorn, lui était apparue satisfaisante ; il avait récupéré de ses émotions… La notion du temps n’était précisée que par les indications des montres de chacun. Nuits et jours de l’extérieur n’avaient plus de signification, mais Ali Khoury le psychiatre s’occupait de gérer le sommeil de ses compagnons à des heures bien établies, les équipiers de la seconde plateforme compris… * 24 heures venaient de s’écouler depuis les explosions… Il restait deux jours pour résoudre les équations posées, dont la récupération des équipiers de la seconde plateforme. Une présumée nuit venait de s’écouler pour les compagnons de la base-vie. * Ali, le premier debout, regarde en se frottant les yeux l’étendue des travaux à accomplir. Aucune nouvelle piste pour résoudre les problèmes jugés impossible à démêler ! Il les énumère mentalement à nouveau. * Alors qu’Ali retourne les problèmes dans tous les sens, il aperçoit de l’autre côté de la navette une ombre démesurée qui s’affiche en provenance du labyrinthe emprunté pour rejoindre la salle sous-marine…
  21. 21. 27 . Complotseden Impossible, encore une fois « impossible », ce mot commençait à l’agacer ! L’ombre gigantesque précède l’apparition d’un corps immense… Sa première pensée est pour le géant qui réside encore dans un des containers… et qui se serait échappé… Impossible, encore ce terme ! Il regarde à nouveau, mais la chose apparue est déjà à quelques mètres de lui… Impossible ! Ce géant n’est pas celui du container… Ali, pris de panique, fait un geste puéril pour se protéger… Artus et Aliwan sortent à leur tour à l’instant où la créature s’adresse à Ali : « Mon nom est Eon le Grand, je suis chargé de conduire la navette royale et revenir chercher deux passagers de petite taille sur la plateforme où se trouvent, en « léthargie », les deux autres navettes… ». Ali venait d’imaginer que ce géant, selon les informations du président, devait être James Dawsinger… Peu probable, peu imaginable, mais le but recherché semblait résolu par ce colosse... Le président avait tout raconté aux chevaliers, mais avait négligé ses proches collaborateurs, ceux qui ne l’avaient pas abandonné. Les événements devaient dépasser un entendement normal…
  22. 22. Chapitre 3 Souvenirs. Eon le Grand ressent à nouveau l’excitation de la reprise en main de cette étrange navette. Les images défilent dans son esprit. Le grand chambardement venait de se produire enfermant au sein d’Atlantide un peuple entier décimé principalement par la déflagration ahurissante produite par un séisme d’amplitude jamais atteinte. Le domicile du roi était dans une zone protégée de même que tous les notables du royaume. Lui, Eon le Grand, en tant que conducteur de navette royale, résidait dans cette aire. Le dernier roi d’Atlantide, Gastrula le Preux, avait jugé l’événement suffisamment important pour s’emparer de la balise céleste et ainsi la préserver... Eon se rappelait du dernier message transcrit avant de se lancer, avec les quelques personnalités indemnes, dans cette aventure que le roi qualifiait « d’humaine ». « Qui que vous soyez, lorsque vous verrez ou entendrez ce texte, l’univers aura engendré plus de matière qu’il n’en existait à la période d’où nous nous adressons à vous. Un immense et dernier tremblement de l’écorce terrestre a mis à bas la source de notre puissante organisation. Combien de rotations autour de son étoile laisseront apparaître encore sur cette planète les ferments que nous avons essaimés pour l’avenir ?
  23. 23. 29 . Complotseden Tous nos savants et notre lignée complète sont prisonniers au fond de cette terre ingrate. Leur esprit et leur corps, privés du lien et de la fontaine commune, s’étioleront peu à peu comme meurent les fleurs. Plus jamais peut-être, ils ne reverront ces êtres humains qu’ils ont engendrés. Je me nomme Gastrula le Preux, roi de la dernière génération d’Atlantis, le vaisseau enchâssé dans l’écrin de cette terre inhospitalière, et voici ma bien aimée, Alinée la Bienheureuse. S’il est encore temps, délivrez mon peuple. Mais, hélas, personne ne nous découvrira vivants, car le chambardement a modifié la structure de cette immense planète. Nous pensions qu’elle était propice à nous recevoir, le temps de réaliser le dessein du Grand Organisateur. Nous nous étions trompés ! Nous avons bâti ailleurs de grands royaumes ! Autre part que sur cette planète, sur d’autres galaxies, près d’autres étoiles. Jamais nous n’avions rompu notre liaison céleste ! Mon épouse et moi-même, ainsi que deux assesseurs, avons été désignés pour laisser ce message et enseigner le chemin pour rétablir la liaison avec le Grand Organisateur. Nous avons été choisis pour continuer d’éduquer cette terre et en cultiver le ferment sacré. Redevenus mortels, faits de chair et d’esprit, nous devrons perpétuer notre mémoire.
  24. 24. 30 . Complotseden Nous engendrerons des enfants. Nous conduirons des tribus, nous transmettrons la mémoire de notre peuple ; des messagers porteront notre parole. Un jour, ceux que nous aurons fécondés reviendront en ce lieu. Notre mode de communication se réalise normalement par la pensée, ce message ne s’adresse plus à notre peuple, mais à cette horde humaine. Nous utilisons pour votre compréhension les ressources de notre apparence terrestre : la voix et l’écriture. Ce message lorsque vous le lirez utilise les moyens de communication entre notre langage, des écritures simplifiées, la mémoire céleste de ce vaisseau et des ondes émises qui, sans fin, parcourent l’univers et… éternellement reviennent en ce lieu. Les pendules du temps tournant lentement, notre tâche sera longue et ardue. Un manuscrit, soigneusement préparé par nos deux assesseurs, établira le lien initial. Un long processus attirera en ces lieux ceux qui seront désignés : le secret ne sera délivré qu’à eux et à leurs serviteurs lorsque les temps seront venus… 6 chevaliers de fontaine commune, casqués, munis du céleste sésame, s’enfonceront sous la voûte ; ils seront accompagnés d’autant de serviteurs. Le temps alors, suspendra son cours ; pour retrouver sa source, il inversera sa spirale. Ils découvriront le manuscrit, la balise céleste et le secret des clés.
  25. 25. 31 . Complotseden Ils parcourront les cent escaliers ! Des messages évanescents jalonneront leur parcours. A la fin de leur voyage, ils devront replacer la balise sur son siège sacré… Alors, tous ne seront plus qu’un, car c’est de l’amalgame divin que jaillira la Vérité. 92 clés ouvriront alors 92 issues pour l’éternité. ». * Eon essaie de se souvenir de son séjour sur cette Terre, mais ses souvenirs sont perdus infiniment loin dans le passé… il sait que tout peut revenir au fil des jours à venir. Il avait abandonné ses proches au fond d’Atlantide pour secourir la famille royale. Il s’en souvient alors qu’il remet en route l’étrange engin qui fait de nouveau ressentir la puissance de ses compresseurs magnétiques… Ses souvenirs, renaissant lentement, lui font essuyer une larme. * Du haut de son immense siège il fait signe à Ali Khoury de venir à l’intérieur par la partie arrière de la navette. En passant près d’Eon, Ali ne peut imaginer à quoi sont occupées ses pensées, mais à travers son expression de désespoir il a compris le brin d’humanité qui habitait cette montagne de muscles. Alors qu’à son tour, une somme de regrets et une partie de désespoir prennent possession de son esprit, il s’apprête à supporter la poussée de montée jamais encore subie…
  26. 26. Chapitre 4 Sauvetage. Lors de l’arrivée de la navette, effrayé par les grondements venant du sous-sol, Gérard le cuisinier avait couru vers l’escalier de jonction à la bibliothèque et commencé une fuite déraisonnée. Complétement affolé, il s’était retourné un instant pour dire à John de le suivre. Ce dernier ne bougeant pas de la zone des navettes, le cuisinier s’était arrêté, la moitié du corps engagé vers l’entrée de l’escalier. John, lui, avait gardé Cervoclonis, et était donc au courant de l’arrivée de ses collègues. Personne n’avait osé lui dire que James Dawsinger était devenu Eon le Grand à part entière. * Le nez de la navette, émergeant brutalement des 16 parties de plateformes pointées verticalement vers un ciel qu’il ne pensait plus voir, avait paralysé les mouvements du cuisinier. L’apparition complète de la navette, s’élevant majestueusement sur ses ergots magnétiques, achevait de s’ajouter à ses émotions. * Une déflagration sourde, à peine perçue, puis une seconde, plus forte, venaient de la zone de l’escalier où il se tenait. Childéric et Luan avaient pénétré dans la nécropole des rois
  27. 27. 33 . Complotseden d’Atlantide par une entrée proche de cet escalier ! Ce bruit ahurissant avait poussé Gérard à revenir sur ses pas. En revenant hâtivement vers la navette royale, pointant fixement son index vers l’escalier qu’il venait de quitter, il bute dans un sac laissé sur le sol et tombe brutalement en criant : « Boudiou ça chauffe dehors ils sont sous l’escalier… putain... ça explose dans tous les coins… M Malicorn, ils arrivent, il faut se tirer d’ici ! Fissa… Vingt dieux ça canarde… ». Se relevant, une plaie saignant abondamment il arrive en clopinant, pathétique, les mains se frappant le front : « John, par pitié, dites au Bon Dieu que j’ai rien fait d’autre que d’être un bon cuisinier… c’est quoi tout ce qu’il nous arrive ? ». Arrivé finalement à l’aire des navettes, il lève les yeux, et, voyant Ali Khoury le psychiatre, lui dit : « Ça y est… je suis fou, vous venez pour m’interner ? J’espère que vous avez amené de quoi boire et manger ? ». Ali ne l’écoute pas, il lui pose une question sans rapport avec son souci : « Que criiez-vous en venant vers nous, vous vous êtes écroulé … nous n’avons rien compris ? ». Gérard le cuisinier ne pensait qu’à manger et il avait oublié l’objet de sa panique… « S’il vous plaît M Khoury ? De l’eau et une bonne tranche de jambon sur du pain tout chaud et finalement après tout ce qu’on a vécu… avec un petit coup de rouquin, s’il vous plaît… après je vous répondrai. ».
  28. 28. 34 . Complotseden Son regard suppliant se transforme, et à nouveau la peur qui venait à peine de le quitter se réinstalle ! « Là, là… ». La sueur se met à couler sur son visage ingrat et bouffi. « Derrière vous ! Ils sont déjà là… d’où je viens, ils y sont aussi, mais pas aussi près ! Pourvu qu’ils ne soient pas tous comme celui-ci ! ». Ali se retourne et comprend la panique du cuisinier : « C’est James Dawsinger, ne craignez rien ! Par contre de qui parliez-vous en arrivant de l’escalier ? ». Gérard ne comprend plus rien et s’écroule. John se précipite et lui applique plusieurs claques brutales en pensant à l’uppercut reçu… « Il ne manquait plus que ça ! », s’exclame t’il. Ali alerté par les derniers propos du cuisinier se dirige vers l’escalier qui conduit à la bibliothèque. Des chocs et des bruits de marteaux piqueurs viennent de cet endroit… Il décide d’appeler le président pour savoir à quoi correspond cette zone. Il reçoit une réponse angoissée immédiate… « Ils ont trouvé le point faible ! En 4 jours… Nous avons été trahis par l’entreprise qui a travaillé sur le percement vers la nécropole… Croyez-moi déguerpissez au plus vite, ils vont entrer d’un instant à l’autre… Fuyez, si vous avez récupéré John et le cuisinier, laissez les deux navettes et piégez-les tant qu’Eon le Grand est ici. C’est la pire des catastrophes, ils vont nous retrouver ! ». *
  29. 29. 35 . Complotseden Jamais Ali Khoury n’avait vu le président prendre des décisions aussi hâtives. Le danger existait sûrement et Ali découvrait instant après instant ce que certains connaissaient déjà. Mais cinq des chevaliers étaient en Atlantide… Près de leurs rêves, proches de leurs ancêtres, prêts à relancer la pendule du temps dans un monde en folie où l’homme n’avait plus conscience de son passé et vivait un présent où l’amour avait été galvaudé, oublié, où les êtres étaient devenus égoïstes, la famille disloquée… * Ce que le président lui avait dit l’avait anéanti l’espace de quelques minutes. Imaginer que tout ce que le président avait échafaudé, bâti, découvert, rêvé pouvait s’écrouler là en quelques instants… * De son côté le cuisinier essaie de réaliser ce qu’il arrive, mais il ne connaît rien d’autre que la faim et la soif qui vrillent ses entrailles. Sa pensée ne peut franchir cette muraille. Lorsqu’il découvrira que les nourritures stockées dans le centre de vie du bas du vaisseau ne sont que des magmas protéinés, glucidés, sans saveur… quelle sera sa réaction ? John lui aussi a faim et soif, mais sa vie dans ce monde néo-individualiste l’a habitué à de la nourriture insipide… Lorsqu’il s’aperçoit du retour à la conscience de son compagnon d’infortune, il l’invite sur une table improvisée… Gérard s’approche de John et s’assoit, regarde d’un œil désabusé ce qui lui est proposé et d’une petite voix dit « merci ».
  30. 30. 36 . Complotseden Ali qui observe ses deux collègues constate que Gérard est au bout de ses forces. Poursuivre une aventure, largement modifiée par des évènements incroyables, avec des personnes à bout de souffle, paraissait dangereux pour le reste de l’équipe… Il n’aurait sûrement pas le temps de s’occuper de Gérard comme de Luan ou du président. Comment le cuisinier allaitil se comporter à la découverte de l’autre géant du container, de la base-vie et ses nourritures insipides ? Comment allait-il supporter les jours de « disette », puis la prise de conscience aux abords d’Atlantide des futures aventures et découvertes permettant l’accès aux cinq chevaliers enfermés dans la salle sous-marine ? * Profitant d’un instant où John est près du géant, fort de ces informations dramatiques à court terme, Ali les informe de ce qu’il vient d’apprendre du président : à savoir la profanation de la nécropole. En apprenant cette nouvelle, Eon contenant une douleur insupportable s’éloigne comme un fou vers la zone de l’escalier. Une souffrance indicible, empreinte sur son visage normalement impénétrable, lui fait lâcher un cri de toute la force de ses tripes gigantesques. En courant il se retourne et lâche cet anathème : « Personne ne peut profaner les lieux où sont enterrés mes ancêtres, une telle action ne peut avoir que la mort comme punition !!! Protégez-vous dans la navette, je reviens, je ne serais pas longtemps absent, sauf si je dois me sacrifier pour que la Terre ait une renaissance. ».
  31. 31. 37 . Complotseden * Le cuisinier énervé ne comprend plus rien et prononce une phrase totalement décalée… « On dirait Zorro en plus gros… si il meurt… on est encore plus dans la merde. On y est déjà… mais il faudrait qu’il se bouge les fesses. ? Parce que moi j’en ai marre de bouffer du chimique ! ». John et Ali haussent les épaules, débutant un semblant de rictus amusé, mais très vite ils comprennent la pertinence de la phrase de Gérard. Que voulait faire Eon, qu’allait-il accomplir ? Alors qu’ils se posaient la question de savoir comment s’en tirer sans Eon, dans la pire des hypothèses, un immense tremblement ébranle les parois du vaisseau Atlantis. Il réalise le sens de la phrase du géant Eon : «Protégez-vous dans la navette !!! ». Ils s’y précipitent et viennent à peine d’y pénétrer, qu’un bruit apocalyptique les secoue pendant au moins 10 secondes. Tous sont devenus sourds, mais ils sont loin d’imaginer ce qui s’est passé. * Adam le Singulier, sous la coupole d’Atlantide, était au courant seconde après seconde de la situation. En apprenant la profanation de la nécropole, il avait précisé à Eon ce qu’il devait faire… Jamais depuis les décès de Gastrula le Preux et Alinée la Bienheureuse, personne n’avait imaginé l’utilisation de la puissance du Grand Organisateur. Cette idée était impossible à mettre en œuvre sans l’aide de la
  32. 32. 38 . Complotseden balise céleste. Le sésame était désormais revenu à son lieu d’origine, près de la fontaine commune. * Rien n’aurait été possible si le président n’avait mis en œuvre ce plan démentiel avec Cervoclonis et le dôme gigantesque de recréation des vies inventé par Takamaki alias Esus, et les autres chevaliers. Eon avait appelé cette force qui avait créée l’univers. Au travers d’Adam le Singulier l’immortel, le céleste sésame avait canalisé sa vengeance sur les envahisseurs du site du mont Laoshan. Comme pour Sodome et Gomorrhe, les feux du ciel étaient venus frapper chaque assaillant, et en premier, ceux qui avaient profané les dépouilles mortelles des bâtisseurs de la Terre.
  33. 33. Chapitre 5 Epuration ! L’explosion avait fait trembler le vaisseau Atlantis, ainsi que les navettes… Un silence impressionnant venait de s’installer après que la Terre ait secoué le vaisseau Atlantis et les navettes de la 2ème plateforme. Eon le Grand avait rempli sa mission, mais seuls les cinq autres chevaliers le savaient. A son retour, son pas calme et son regard apaisé avaient surpris les 3 membres de l’équipe du président présents sur la plateforme ! * Sans aucun commentaire il s’installe aux commandes de la navette royale. Il est heureux d’avoir accompli le plan d’Adam le Singulier. De nouveaux voyages seront possibles désormais, peut-être jusqu’à la 1ère plateforme, laquelle avait été abandonnée suite au chambardement. Cet événement démentiel avait détruit tout le ferment de l’Atlantide, et à cause de ce cataclysme ceux qui avaient été sauvés n’avaient eu d’autre choix que de développer leur présence sur la Terre… Mais la majeure partie de leurs pouvoirs avait été perdue par l’abandon de la fontaine commune et l’éloignement de la balise. Depuis l’arrivée de l’accident du chambardement leur esprit et leur corps s’étaient étiolés… Ils étaient devenus, au
  34. 34. 40 . Complotseden fur et à mesure du passage des mois, des années, des décennies, des centaines d’années, des millénaires, peu à peu de la taille de ceux qu’ils avaient éduqués… Seul, Adam le Singulier l’immortel, avait gardé les traces de l’esprit depuis l’origine d’Atlantide, jusqu’à l’arrivée fortuite du président et son équipe au sommet du mont Laoshan... Le destin, le hasard et la science, s’étaient enfin rencontrés, près de 62 millions d’années plus tard... * Eon, alias James Dawsinger, constate que ses souvenirs reviennent lentement, il a oublié qu’il vit en 2080 ; ses pensées sont celles de son ancêtre. Il appuie résolument sur le manche qui déclenche la puissance de son compresseur magnétique. Un voyage de plus dans lequel son intervention aura été fondamentale ! La navette suit le cheminement de ses 2 rails et plus que d’habitude, il s’inquiète des tunnels latéraux dont il ne se servait que rarement. Il les avait utilisés pour que certains prêtres d’Atlantide apparaissent mystérieusement et sortent en des lieux où, plus tard les croyances les vénèreraient : 9 palais, 8 temples et 72 couvents taoïstes, qui se sont retrouvés comme par hasard sur les flancs du mont Laoshan, le mont où résidaient les immortels… * Eon allume les phares de la navette royale à l’approche de la base-vie, puis s’arrête devant la zone où Aliwan a déclenché les explosions libératrices…
  35. 35. 41 . Complotseden Alerté par les faisceaux des projecteurs, Aliwan et Artus abandonnent les travaux de déblaiement en cours et viennent accueillir Ali Khoury, John Malicorn, et finalement Gérard le cuisinier, descendant avec difficulté, Eon arrête le compresseur magnétique, et saute sur le quai. La deuxième partie de sa mission vient d’être accomplie. * En quittant le site, le président et ses chevaliers s’étaient munis des fameuses 92 clés dont l’usage se dévoilait avec le déroulement des besoins et des événements. Des utilisations avaient été liées de manière indissociable avec la balise et son porteur : l’entrée du grand escalier en sortie de l’immense caverne du QG technique, l’entrée de la bibliothèque pré-sumérienne, l’entrée de l’escalier de liaison vers la deuxième plateforme, l’entrée de l’accès vers la « cathédrale » après l’arrivée sur le quai de la base-vie actuelle, la clé nécessaire à l’entrée des cent escaliers… 87 autres clés restaient donc, dont l’usage se faisait seulement par la qualification de la personne qui en avait acquis l’autorisation. Eon le Grand, en tant que pilote de la navette royale, avait le droit d'utilisation de l’atelier de réparation des navettes. * A peine arrivé sur le quai, il se dirige naturellement vers ce lieu. En se faufilant parmi les débris encore épars, il fait signe à Artus et Aliwan de l’accompagner. *
  36. 36. 42 . Complotseden Trois jours après le retour de la 2ème plateforme, Eon et l’équipe du président se préparent à pénétrer dans la navette royale. Les rails ont été réparés, les gravats entassés… * La discussion qui vient d’être établie avec Adam le Singulier ne résout pas les problèmes d’Eon le Grand. Plusieurs de ses souvenirs semblent absents pour se lancer sans danger dans l'équipée suivante : rejoindre les cinq chevaliers sous la coupole d’Atlantide, dans la salle du conseil… La durée du déblaiement ne s’était pas passée selon la planification… Pourtant il s’était baigné dans la source de la fontaine commune. Comme Adam le Singulier, James Dawsinger avait franchi les barrières du temps et était devenu Eon le Grand, le géant. Adam, lui, était immortel, il tirait sa force de la balise, ce qui n’était pas le cas d’Eon… de plus Adam était dans la zone Atlantide, proche du sésame… * Ali Khoury observait et devinait à leurs mimiques les échanges mentaux qui devaient se faire entre les deux chevaliers. Une évidence venait de lui sauter aux yeux : pourquoi Eon, alias James Dawsinger n’avait-il pas amené Cervoclonis, sa machine ? Devant cette certitude, saisissant sa propre machine il établit la liaison avec le président. Sûr de son analyse Ali Khoury assaille instantanément le président :
  37. 37. 43 . Complotseden « Si Eon le Grand est bien James Dawsinger, et vous êtes le seul à le savoir, président… pourquoi l’avez-vous laissé partir sans sa machine ?». Ali ressent à travers le silence d’Aristide Adhémar Prasigarett que la réponse est gênante… Ce calme se poursuit, laissant à leurs deux machines le temps de faire un travail qui les dépasse. Adam l’immortel ou le président auraient-ils pris leur désir pour des réalités ? Peu probable… La notion de la durée entre la période d’Adam et celle actuelle était-elle différente ? Ali attend, le concept du temps en Orient est différent… Celui d’Allah n’a pas d’importance… Mais le président, celui qui a déplacé des montagnes en permanence pour faire aboutir son projet, ne sait plus quoi dire, sauf une pensée puérile sans consistance qu’il lâche, impuissant. « Vous le savez, le maître des lieux c’est Adam…Ici, dans Atlantide, je ne suis qu’un des six chevaliers… Je suis d’accord, il aurait dû penser à la machine… ». Abasourdi par cette réponse, Ali ne peut que répondre en baissant les bras devant cette surprenante vérité : « Mais que fait-on alors ? ». Reprenant sur lui, le président ne voit qu’une solution : aller à la source, solliciter la balise, se baigner dans la source de la fontaine commune, re-parcourir les 100 escaliers… * « Que de temps perdu en tergiversations ! », pensent anxieusement les équipiers du président…
  38. 38. 44 . Complotseden Mais de quel temps est-il question ? Celui qui règle l’estomac de Gérard le cuisinier, qui apparaît toujours aussi inconsistant et perdu devant ce qu’il découvre ? Celui d’Adam, face à son éternité ? Celui d’Aliwan et Ali, réglé par Allah ? Celui de Childéric et Luan, éperdus d’amour ? Celui d’Eon, qui semble déjà compté ? Celui, actuel, du président et de son bras droit John Malicorn qui ne contrôlent plus rien ? Celui de Takamaki, qui sait le faire renaître dans son laboratoire de Kyoto ? Celui d’Artus l’expert en astronomie, qui devait prévoir celui des étoiles ? * Avec les heures et les jours qui s’égrènent le cuisinier recommence ses gémissements… Ali l’observe à nouveau…Depuis la veille il s’est installé sur un grabat près de la navette royale dans l’attente de quoi ? Le regard est vide… comme son ventre rebondi ; des bruits continus de gargouillements stomacaux perturbent le silence. Il semble dormir, blême… Des grommellements ont précédé les geignements, des grognements animaux, proches de feulements de lion viennent à l’instant de faire vibrer l’air... John Malicorn, déjà confronté depuis plusieurs jours au cuisinier, pense à la réflexion de ce dernier : « A la fin, alors qui va manger l’autre !!! ». Malgré lui il frémit… Bien sûr il n’est plus seul, mais des exemples de situations extrêmes comme celles-ci avaient conduit à du cannibalisme…
  39. 39. 45 . Complotseden Le cuisinier présentait au fur et à mesure, des signes inquiétants, comme s’il remontait le temps et se retrouvait à l’époque des hommes des cavernes. La présence en ces lieux préhistoriques, lui qui était fragile, ne lui faisait-elle pas accomplir un retour dans un passé lointain par le biais de Cervoclonis ? Cette idée traverse l’esprit d’Ali… il s’approche de Gérard et lui retire la machine… * Sur certains esprits simples, dans cette zone perdue au fond de la Terre, la machine ne présentait-t’elle pas un dysfonctionnement ? Ali soumet immédiatement cette idée farfelue au président. Sans attendre, ce dernier lui apporte une réponse inattendue… « Ali, Cervoclonis devient trop humain. Vous le savez, Childéric et Luan ont pu le constater, la fameuse fonction d’autocréation peut conduire à des analyses conduisant à la prise en compte de l’amour, de la compassion, de la peur… Cervoclonis, en s’implantant dans chacun de nous, je le pense maintenant, peut en intégrer le pire : nos cauchemars, nos pulsions, et ressortir des émotions ou des envies dans les pires des registres : sexuels, besoin de tuer, cannibalisme… Ceci pourrait expliquer le comportement surprenant du cuisinier. Vous avez bien réagi en lui supprimant la machine. Oui… Ali, je le pense vraiment, Cervoclonis peut agir comme ça ; je crois aussi qu’Adam en a conscience…
  40. 40. 46 . Complotseden Nous allons avoir à faire des choix pertinents à chaque nouvelle situation… ». Ali réalise que la gestion du temps, celui des hommes mais aussi des machines, va être fondamentale dans la suite des événements. « Imaginez-vous… vraiment, dans vos raisonnements, ce que vous venez de me dire !!! », dit Ali le psychiatre, en repensant aux schémas mentaux affectés à la machine au moment des études… Il en avait été le chef de projet. Le président lui répond sans hésitation, légèrement excédé : « Evidemment, je suis tout de même le concepteur, l’auriez-vous oublié M Khoury, il ne s’agit pas d’un défaut de « hardware » mais bien un défaut qui a trait au comportement de la « programmation » de la matière biochimique, donc de votre boulot ! ». * Ali Khoury s’aperçoit qu’il a atteint Aristide Adhémar Prasigarett au plus profond de son puissant égo… Il pense qu’en restant en retrait, la colère montante du président va s’arrêter toute seule. Ali a conscience que plusieurs fois déjà, il a été obligé de modifier les protocoles de la machine dans des situations particulièrement stratégiques : lors du réveil du géant Eon dans le container au début de l’aventure, lors de la perte de conscience de Luan, lors de la tentative de suicide du président… 3 dysfonctionnements majeurs sont arrivés incontestablement dans des conditions dangereuses…
  41. 41. 47 . Complotseden La critique du président est aisée, mais Ali a envie de lui rappeler qu’il a découvert tardivement le but final de sa mission et qu’il a été écarté des chevaliers. Vexé à son tour au plus profond de lui-même, Ali perd sa retenue habituelle. Il lance hargneusement au président cette remarque directe, sans sous-entendu : « M Aristide Adhémar Prasigarett vous êtes le concepteur d’un projet dont la finalité n’était connue que de vous… Pour l’extension neuronale vous m’en avez confié les études, mais sur un cahier des charges rédigé par vous-même !!! J’ai suivi pas à pas vos directives… Désolé mais vous êtes le premier coupable d’avoir fait concevoir des « programmations pour des jeux » alors que votre but avait trait à un type d’études et de conceptions de niveau « fiabilité médicale » !!! Débrouillez-vous avec Adam pour résoudre vos problèmes métaphysiques… Vous nous avez tous mis dans la merde ! ». Jamais Ali n’avait franchi ces limites avec quiconque. A cet instant, il se moquait de la portée de ses propos… Il en avait marre de supporter les autres, de les soigner, de les guérir… Pourquoi s’encombrer d’un cuisinier débile ? * Le niveau de discussion âpre entre Ali et le président devait se résoudre… Le président devait s’occuper avant tout du problème de la sauvegarde de l’ensemble de l’équipe… * Adam interrompt brutalement sa relation avec Eon, bloque la colère d’Ali en rompant la liaison cervoclonique pour partir avec le président dans le labyrinthe conduisant à la balise…
  42. 42. 48 . Complotseden Le président devait se baigner dans la source et recevoir l’assentiment du Grand Organisateur, puis devenir le corps et l’esprit d’Alexus, et transporter sa machine (Cervoclonis) et celle d’Eon à la base-vie, où ses équipiers vivaient des situations impossibles…
  43. 43. Chapitre 6 L’Empire contre-attaque ! « Bon sang mais où sont passées les troupes que nous avons envoyées sur le mont Laoshan, elles ne peuvent pas avoir été pulvérisées… Je suis entouré d’une bande d’incapables… ». Stephen Richer, général 5 étoiles, coordinateur des actions militaires des Empires, venait, en présence de son équipe de crise de vérifier plusieurs fois les images satellites de la zone où avaient pris pied 3 brigades de 20 hommes aguerris, spécialisés dans les tâches relatives aux actions terroristes. Toute action était jugée terroriste si des atteintes étaient perpétrées contre les règles du monde néo-individualiste : - entrées de semences illicites hors standard, - fraude sur la nourriture, - grèves imprévues mettant en cause les règles déontologiques clairement exprimées, - conspirations en vue de rétablir des sectes religieuses… La liste était longue, de plus en plus mystérieuse… * Les visages rouges, les yeux fatigués de ses collaborateurs, reflétaient les émotions et surtout l’incompréhension qui habitaient chacun d’eux. Jamais une telle chose ne s’était produite.
  44. 44. 50 . Complotseden Jetant sa casquette sur la table de réunion, il s’éponge le visage en tremblant et regarde à nouveau les photos du champ de bataille. Il n’avait pas imaginé qu’une telle catastrophe puisse se produire sous son commandement… Recherchant d’autres responsabilités que la sienne, il foudroie du regard son collaborateur direct dans le rang inférieur, et demande sans conviction mais d’une voix forte qui résonne dans l’immense salle de débriefing… « Colonel, rappelez-moi à nouveau pour quelles raisons nous avons reçu cet ordre de cette mission… Qui a signé le document ? Où se trouve ce document ? ». Un instant déstabilisé par la perspective de la mort probable de 60 de ses meilleurs experts, son bras droit cherche la définition de l’ordre de mission… Il le ressort et le brandit devant son supérieur et se lance dans sa lecture… Il est clairement notifié : « Lors d’une mission dans l’est de l’Empire du Levant, 3 avions de dernière génération ont identifié des travaux étranges exécutés dans une des régions laissée il y a 40 ans entre les mains de rebelles taoïstes… (après plus de 5 ans de combats, un ordre venant de nos autorités avait arrêté les hostilités et laissé le champ libre à cette zone au sommet du mont Laoshan). Parallèlement à cette mission, 2 dénonciations de personnes ayant travaillé sur ce site récemment ont précisé qu’une nécropole avait été mise à jour, et que de lourds travaux de terrassement mystérieux avaient été accomplis…
  45. 45. 51 . Complotseden De même, des transporteurs ayant monopolisé les plus grosses de nos navettes ont signalé des containers hors gabarits… Des ingénieurs ayant travaillé sur ce site ont fait part de présence de « géants »…, de nourritures interdites en importation illicite… Le président de la plus grosse multinationale ERT a investi des capitaux énormes sur ce site sans raisons plausibles ou connues. En conséquence ces actes sont considérés comme une recherche délibérée de déstabilisation de notre système de valeurs. Tenant compte de ces faits, 3 brigades investiront ce site avec pour 1er ordre sans sommation, la destruction totale par bombardement et assainissement par la suite, par les troupes. ». * La dernière phrase rebondit dans l’esprit du général, qui, sans conviction, vient de trouver une faille sur l’ordre de mission. Il grommelle faisant une mimique de dédain : « Encore un de ces petits gratte-papiers qui savent tout… Cet ordre aurait dû vous interpeller, officier, la stratégie et les moyens c’est nous qui les définissons, pas les ronds-de-cuir… ». * Avec une mauvaise foi évidente, il se conforte dans son analyse en regardant les autres officiers présents, qui opinant de la tête, confirment ainsi son propos, à l’exception de l’un d’entre eux.
  46. 46. 52 . Complotseden Stephen Richer s’adresse avec autorité à son adjoint : « Colonel, vous avez commis une erreur monumentale en ne demandant pas plus d’informations… En tant que votre supérieur je suis obligé de vous couvrir et d’endosser une partie de la responsabilité, car vous le remarquerez le document est notamment signé… par moi !!! ». De rage, il jette le papier en beuglant : « Vous êtes tous des incapables, que vous faut-il de plus que des armes de dernière génération ? Vous rendez vous compte que l’union des 3 Empires n’a plus d’ennemis militaires… à part des pays sans aucune richesses, sinon celles que nos multinationales exploitent chez eux : plus de guerres depuis 2040 date à laquelle nos forces d’Empires ont signés des pactes de non-agression financière et militaire avec des dizaines de sous pays sans avenir, dirigés par des fantoches… ». Il continue observant les réactions de ses officiers… « Vous êtes tous des soldats de pacotille, vous ne savez pas ce que c’est… une vrai bataille avec de véritables ennemis… ». Courroucé au plus haut point par ces accusations graves et offensantes, l’un des officiers se lève, prend la parole sans la demander. « Mon général, vos paroles me paraissent déplacées, nous venons de perdre 60 de nos meilleurs militaires, et tout ce que vous trouvez à dire, c’est des critiques sur tout le monde. Vous êtes-vous rendu sur le site ? Qu’attendez-vous, qu’avez-vous fait, au lieu de chercher des responsables ? ».
  47. 47. 53 . Complotseden Interloqué par cette intervention véhémente, déstabilisé un instant le général cherche un support dans la salle. Il fait signe à un auxiliaire de sécurité et crie : « Débarrassez-moi de… de… ». Envahi de colère, bredouillant, il demande : « Oui…oui… votre nom… lieutenant, je ferais un rapport sur votre compte, vous semblez ignorer les règlements militaires et le respect que l’on doit à ses officiers supérieurs !!! ». Le lieutenant interpelé braque son regard plein d’insolence dans les yeux du général : « Je suis le lieutenant Bracelin Jack, détaché de l’Empire du Moyen-Orient. Trente de nos hommes ont été envoyés, sans appréhender les risques, sur un site délaissé par les générations qui ont précédé l’accord militaro-économique des 3 Empires, sans envoyer d’espions pour évaluer les risques. Vous ne savez que montrer votre inaptitude, votre impuissance ? Nos experts sont-ils morts, oui ou non ? ». Puis il reprend avec une moue marquant son mépris : « Vous faites partie des personnages dont j’ai horreur… Je vous ai interrompu et j’en suis fier… Ne prenez pas la peine de faire un rapport ni de faire intervenir vos sbires de sécurité ! ». D’un geste dédaigneux il repousse le garde et se dirige vers la sortie en explosant de ressentiment : « Je quitte cette réunion dans laquelle pour moi… vous n’avez plus votre place… notre état-major attend vos explications…Mon général vous allez être cassé…
  48. 48. 54 . Complotseden dégradé !!! Et je serai le premier à vous détruire vous êtes d’une incompétence rare… ». Abasourdi, le général essuie la sueur qui coule en rigoles sur son visage blême… Il balaie d’un regard le reste des officiers et déclare pitoyablement : « Qui a permis à cet olibrius de partager cette réunion ? ». Complétement déstabilisé, il s’appuie sur le rebord du bureau ne pouvant plus que produire des onomatopées sans aucun sens… * Alors que le lieutenant s’éloigne en claquant la porte, le général reprenant ses esprits, déclare la réunion terminée. Il se dirige vers l’étage du QG, jette son attaché-case sur son bureau, s’affale sur son fauteuil et se verse un verre d’alcool. Sa secrétaire, surprise, se dirige vers lui pour déposer les dossiers à traiter. « Ça ne va pas mon général ? Vous buvez de l’alcool, je ne dirai rien, mais vous le savez c’est défendu ! ». Il relève la tête qu’il avait projetée en arrière, et la regarde comme s’il ne l’avait jamais vue… « De quoi vous mêlez-vous ! », jette-t’il avec agressivité. « Occupez-vous de votre c... ! Vous en avez un monstrueux … », continue-t’il, déversant des années d’amertume cumulée, puis il se calme, pathétique. « Excusez-moi Isabelle, vous avez 20 ans et moi bientôt 75, vous savez ce que ça veut dire 75 ans, 55 ans de travail… ça veut dire qu’elle est finie ma putain de vie… Je n’ai plus
  49. 49. 55 . Complotseden qu’à signer le départ de cette vie, abandonner… quoi au fait ? ». Les phrases se déversent en flots continus, il termine en se défoulant sur le lieutenant qui l’a déshonoré : « Et ce petit con de lieutenant de merde, Bracelin c’est ça… qui fout en l’air ma dernière réunion en activité et me traite d’incapable… B… il devait savoir que c’était mes derniers instants d’activité… Je n’intéresse plus personne, je suis fini, fini… ». La secrétaire s’éloigne, connaissant bien les colères de son patron… Elle attend la fin de ses plaintes. Il réalise qu’Isabelle s’est éloignée. Une question lui trotte à l’esprit… « Ne partez pas… ne m’abandonnez pas ? Comme ils vont le faire dans 10 jours… Que disent les jeunes de votre génération ? Sur les vieux cons comme nous… ». Isabelle est très gênée car elle fait partie des classes jugées inférieures et le général… des classes jugées supérieures. Lui, jusqu’à l’annonce de sa fin de vie avait bénéficié des appartements domotisés, des aides robotisées, des voyages interplanétaires gratuits, des stages de formation, des vacances à la mer ou à la montagne des classes dirigeantes… Une sorte de nomenklatura, une classe sociale liée à l'État et bénéficiant d'importants privilèges dans un pays basiquement capitaliste… Un communisme à l’envers mais qui conduisait aux mêmes errements. Elle faisait partie du petit peuple. Les 10 commandements de la manipulation de Noam Chomsky avaient remplacé ceux originels de Dieu et gouvernaient le peuple.
  50. 50. 56 . Complotseden Contrairement à ses parents, elle avait lu et écouté des reportages qui se passaient de main en main dans l’ombre et qui montraient l’absurdité du système néo-individualiste. Certains disaient que des complots se fomentaient… Elle avait franchi les barrières de ses peurs pour rejoindre les autres… La question du général était-elle dépourvue de fiel ? Forcément, car il était en fin de vie dans ce système coercitif qui conduisait les gens dans des colonies à développer… ailleurs, dans des planètes mystérieuses dont le secret était dans les mains des dirigeants… Plus aucun contact avec la Terre n’existait alors… une mort déguisée ? Le général avait la hantise de franchir ce cap ultime. Il voulait que sa secrétaire avoue ce qu’il devinait par ses services de renseignement et avait conduit à cette action militaire quasi incompréhensible… « Isabelle, vous le savez, je quitte le service dans dix jours, je ne veux pas quitter cette Terre, bien que je n’y ai plus d’amis, seulement des contacts sociaux… ». Pour l’inciter à se livrer, il ajoute, mentant à peine : « Les gens des renseignements sont sur vos traces… Dans dix jours je ne suis plus là… On dit que le président, Dieu ait son âme, est à l’origine d’implantations suspectes dans les pays hors des 3 Empires… ». * A l’annonce de ses deux informations la respiration d’Isabelle devient plus rapide, son visage rougit. L’annonce de la mort de celui que tous appellent le président détruit en un instant les rêves qu’elle construisait jours après jours…
  51. 51. 57 . Complotseden Sûr de l’effet de ces 2 informations le général reprend : « Comprenez-moi… écoutez-moi, je suis en retraite dans 10 jours, mon intérêt majeur c’est de ne pas finir je ne sais où… à mon âge !!! Je n’ai aucun intérêt à vous mentir, ditesmoi ce que je dois faire… comprenez que ce système me déplaît. Je suis prêt à joindre les foules incontrôlables qui suivent ce président. ». Isabelle rebondit sur cette dernière phrase, emplie tout à coup d’un nouvel espoir. « Mais vous avez dit que le président était mort… ». Enfin une vraie réaction pense le général. « C’est ce que j’ai dit, mais vous savez ce système n’incite pas à la franchise… je comprends que vous ne vouliez pas me répondre… Nous allons faire un jeu de questionsréponses dans lequel mes questions seront sincères, répondez-moi par des gestes significatifs ou des phrases courtes… Nous avons dix jours pour repousser toutes les demandes mettant en cause ce que je vais vous annoncer. ». Isabelle répond d’un hochement positif de la tête… Le général commence, énigmatique… « De nombreux éléments dissidents dont vous faites partie ont des relations techniques et financières avec 2 ou 3 états secondaires… ». Isabelle est terrorisée au fond d’elle-même par cette affirmation à laquelle la réponse est oui, mais, tétanisée elle ne bouge pas un cil. L’officier Stephen Richer continue son questionnement :
  52. 52. 58 . Complotseden « Mme Isabelle Prost, toutes les questions que je vous poserai ne peuvent avoir qu’une seule réponse : oui. Alors je peux attendre… ». Il laisse s’écouler quelques secondes et reprend : « A chaque question, vous comprendrez mieux pourquoi cette action en haut du mont Laoshan a eu lieu et pourquoi je peux retarder un certain nombre d’actions dont j’ai la charge. Tenant compte de ma retraite proche… je ne veux pas les mettre en chantier. Me comprenez-vous ? ». Isabelle tremble de peur, elle est paralysée par le ton tout à coup autoritaire de son supérieur. Le général Stephen Richer est sûr de récupérer des détails qu’il ne possède pas, auprès de cette fille… « Le président est suffisamment habile pour ne pas avoir été piégé lors de l’attaque, nous sommes certains qu’il a bâti d’autres usines en dehors des 3 Empires. Il y fabrique notamment sa machine diabolique appelé « Cervoclonis. ». Il continue : « Plusieurs personnes identifiées ayant l’âge de 75 ans ont disparu. Nous savons qu’elles n’ont pas été transportées dans les cités dites « de l’espace », les Empires perdant de ce fait un certain nombre de leurs plus éminents savants… ». Il martèle ses mots pour mieux lui faire comprendre que ce qu’il dit est pertinent, circonstancié : « Les informations que je possède peuvent être confortées dans les dix prochains jours… Je ne le veux pas… Bon sang ne soyez pas obtuse… Nous sommes là seulement… vous et moi… Je ne vous torture pas, je veux votre aide pour foutre
  53. 53. 59 . Complotseden le camp d’ici et ne pas partir de cette terre qui m’a vu naître… ». Il devient tout à coup quasi paternel et assène ce qu’il considère comme son atout décisif… « J’ai des enregistrements de vous, Isabelle Prost, photographiant des dossiers ultra sensibles… Voulez-vous les voir ? ». * A partir de cet instant, malgré le ton inquisiteur du général qui lui faisait penser qu’elle était coupable et condamnable, la secrétaire sort de son mutisme, excédée. Le général sait à cet instant qu’il va gagner… « Mais que voulez-vous exactement ? Pensez-vous que je sois un maillon important de la résistance dans ce système pourri… Si cela était, nous fonctionnerions par cellules, et toutes nos rencontres seraient codées. Si l’une des mailles de notre filet cassait il serait impossible de savoir qui est avant ou à côté, car nous-mêmes ne le saurions pas… Lorsqu’une société se crée c’est bien comme cela que ça fonctionne mon général ? Nous savons une seule chose, le système va imploser naturellement, et nous serons là pour guider nos concitoyens ! ». * Isabelle le provoque délibérément, elle s’arrête un instant pour réinsuffler en elle une partie de l’énergie que le général avait fait dangereusement baisser par ses accusations… Désormais quasi hystérique, à son tour, Isabelle lâche la pression qu’elle avait accumulée.
  54. 54. 60 . Complotseden « Qu’est devenu le beau système imaginé par le docteur Barrates ? Un monde sans maladies… Tout ceci était valable tout au début dans un univers où la terre n’était pas encore polluée, où les semences existaient encore et n’étaient pas devenues ces graines sans rapport avec le sol… ». Elle l’accuse en pointant agressivement son index droit : « Vous, comme les autres de votre classe dite « supérieure », vous ne pensiez qu’à gagner du pognon, toujours plus… pour installer des colonies dans l’espace… Folies… Notre sol n’a plus de nutriments, tout le monde s’en fout… On abandonne la Terre parce que ces messieurs de la nomenklatura ne voient pas plus loin que le bout de leur nez… ». Elle s’arrête, la hargne et les larmes présentes sur son visage ne lui permettent plus de voir son supérieur… Elle réalise soudain qu’elle vient d’agresser son patron. Elle ne savait rien de lui sinon qu’elle devait photocopier ou photographier ses dossiers ultra-secrets… En fait elle ne voulait rien savoir de l’homme, de sa vie de ses habitudes, où il habitait… Rien absolument rien… Tout ignorer de ses éventuelles qualités humaines, pour pouvoir mieux le détruire ! Au travers de cette discussion elle comprenait qu’il n’était plus complice du système, il avait seulement saisi trop tard. Elle avait remplacé l’ancienne secrétaire partie à la retraite deux ans plus tôt : sa beauté naturelle, sa blondeur platine et son sourire lumineux avait charmé immédiatement le vieil officier. Ensuite, elle avait été contactée par cette
  55. 55. 61 . Complotseden organisation, qui telle un énorme cancer, s’infiltrait par tous les pores de ce système sclérosant néo-individualiste… Elle avait réalisé, en lisant des documents conservés précieusement et mis à disposition « sous le manteau », que la vie se devait de s’épanouir, que les 5 éléments chinois avaient disparu ou étaient sur le point de l’être... bois, feu, terre, métal et eau. Le monde avait épuisé la terre, extrait les métaux, brûlé le bois sans réfléchir, par les incendies apportés par la sécheresse, utilisé l’eau dans un processus d’équilibre non réversible… En agressant son patron, elle venait de se piéger ellemême, de tels actes d’insubordinations étaient punissables de prison ; de nombreuses années… Elle répète à nouveau avec amertume alors que la colère s’apaise en elle… « Mais enfin… que voulez-vous de moi ? ». Devant cette avalanche de mots et d’exaspérations, le général, ayant atteint son but, annonce enfin ce qu’il souhaite. « Je veux un point de chute dans ce monde… Nous avons dix jours pour organiser ceci… Vous me trouvez un havre de retraite et j’oublie tout ce que vous avez dit. Je laisse les problèmes à mon successeur, sûrement un supérieur de ce maudit Bracelin de l’Empire du Moyen Orient… Pendant ces dix jours nous allons falsifier toutes les informations… ça laissera le temps à l’équipe du président de se réorganiser… Je lui donnerai les noms de ceux qui l’ont trahi… Sommesnous d’accord ? ».
  56. 56. Chapitre 7 Contacts. Le résultat de cette conversation entre Isabelle Prost et le général Stephen Richer s’était traduit par une transmission à travers le maillage d’amitiés que le président avait créé. Ce réseau s’était constitué lorsqu’Aristide Adhémar Prasigarett avait réalisé qu’une société bâtie par l’homme ne pouvait avoir de finalité que dans l’accomplissement d’un certain bonheur, non dans l’exploitation coercitive des uns par les autres !!! Il était heureux d’avoir conçu Cervoclonis ce cerveau biochimique vecteur de l’aboutissement de la félicité sur terre… et non de la haine… * Dans l’attente du voyage de la navette royale vers le site d’Atlantide, Cervoclonis en place sur son crâne, lui remémore les étapes de vie qu’il a franchies avant sa transformation récente. 3 Empires avaient développé un système et s’étaient rapprochés les uns des autres par affinités et niveaux de progrès… Leurs points communs étaient la finance, la défense de leurs frontières et un niveau de vie équivalent… Etrangement, ils étaient arrivés à un système qu’ils
  57. 57. 64 . Complotseden nommèrent néo-individualiste, basé principalement sur les 10 manipulations de Noam Chomsky… Une pointe d’humanisme avait culminée en 2040, lorsque les Empires avaient annulé les dettes des pays hors du nouveau conglomérat. * Alors que ses pensées vagabondaient, l’arrivée d’un message cervoclonique venant de l’extérieur de la zone du mont Laoshan s’affiche. « Point de contact 0 appelle MLA. » La machine travaillait à décrypter le message reçu. Quelques dixièmes de seconde séparaient les bouts de phrases réceptionnées. « Le général Stephen Richer commandant des armées d’Empire demande une intégration… Les critères ne sont pas acceptables… Il n’est pas scientifique. Mais le problème présenté est délicat, et nécessite votre analyse. L’un des nôtres est dans une situation telle qu’il s’agit d’un échange donnant donnant. Il peut bloquer toutes les données ayant abouti au bombardement à l’endroit où vous êtes et les « biaiser » pendant dix jours... Ce temps défini la durée qui existe avant la fin de son exercice. Ce deal en échange de son intégration et du respect de son rang… Notre agent, en cours de négociation, attend la réponse… Il semble que le marché proposé n’ait pas d’autre issue que l’acceptation… Infos suivent en images… ». *
  58. 58. 65 . Complotseden Sur le point d’aller sauver 6 membres de son équipe dans la base-vie, le président regarde avec appréhension, puis intérêt, les éléments transférés en image… « RMLA à RPOINT 0. D’accord après analyse, intégration acceptée. Immédiate. La négociation est inespérée. Sauvons l’agent et nous aviserons ultérieurement de son utilisation dès mon retour sur terre… ». * Cette information donnait le temps à l’équipe complète du président de trouver les moyens de s’échapper de cette souricière. La présence d’Adam le singulier était réconfortante, mais sa notion du temps et des raisonnements actuels étaient aux limites de sa toute-puissance… Adam l’entraîne dans le labyrinthe qui serpente parmi des pans de murs fissurés mais revêtus de magnifiques et étranges ornements… Le président avait vu ce cheminement surprenant mais quelques jours avant, alors qu’il n’était que spectateur du géant Alexus… créé par le savant Takamaki Sone. Il devait, cette fois, pendant une durée limitée redevenir Alexus pour rejoindre la base-vie au plus vite. Il allait revoir la balise et se baigner dans l’eau merveilleuse de la fontaine commune. * Adam exécute le rite et obtient le pouvoir temporaire de le faire redevenir « Alexus », un des premiers géants à vivre sur la Terre. *
  59. 59. 66 . Complotseden Transformé en un instant, il endosse le personnage d’Alexus ; en fait, il est à nouveau Alexus corps et esprit… Le président disparaît… Cette fois, Adam a demandé à Alexus de ne pas oublier la machine de James Dawsinger. * En revenant de la fontaine, il contemple la grande salle du conseil, observe émerveillé un instant le spectacle sous-marin et sa lueur bleutée. Alexus salue les petites créatures présentes : Childéric Reyna, Luan Shing Peï, Takamaki Sone… puis s’enfonce dans les reflets marbrés des cent escaliers, dévoilés par l’usage de sa puissante torche…
  60. 60. Chapitre 8 Rien n’est simple… Depuis quelques heures les membres de l’équipe, rassemblés au niveau de la base-vie, commençaient à s’impatienter. Gérard le cuisinier continuait de grommeler, Ali de le surveiller bien que Cervoclonis lui ait été supprimé… Les 3 John (Malicorn, Aliwan et Artus) échangeaient leurs émotions, mais surtout s’interrogeaient sur la suite des événements. Ils se demandaient notamment ce qu’ils pourraient faire du dernier géant du container… Ali, ainsi que John Aliwan, pour avoir été confrontés avec le créateur des géants, Takamaki Sone, n’avaient pas tout compris… La prise en compte de l’état surnaturel d’An Tehhai avait été dur à imaginer… Le programme à vivre, plutôt à survivre, dans les jours suivants était intense, mais ils ignoraient les dernières informations reçues par Aristide Adhémar Prasigarett, rassurantes d’un certain point de vue, mais inquiétantes quant aux décisions qui seraient prises dans une dizaine de jours. Pour occuper le temps, ils dressaient la liste des futures actions à accomplir. Eon le Grand sentait que son esprit redevenait de plus en plus celui de James Dawsinger.
  61. 61. 69 . Complotseden Les souvenirs de sa sortie d’Atlantis, 62 millions d’années avant, s’estompaient pour devenir ceux de James… Il venait de se voir entrer dans la navette royale sur la deuxième plateforme, quelques jours auparavant… Pourvu qu’il garde sa taille actuelle pour pouvoir conduire la navette le temps de rejoindre Atlantide, peut-être la dernière partie du voyage ! Cervoclonis avait intégré les éléments de l’histoire passée. Il pourrait donc atteindre le terme du voyage avec l’aide d’Adam le Singulier et la machine. Tout n’était pas simple, loin de là… Alors que les derniers souvenirs de son court séjour dans la peau d’Eon le Grand ne se bousculent plus avec ceux de James Dawsinger, il aperçoit l’arrivée d’Alexus en provenance de l’accès de secours d’Atlantide, de l’autre côté du quai… * John Malicorn identifie également l’arrivée d’Alexus. Comme il l’a toujours fait, il se précipite respectueusement vers le géant, mais il est méconnaissable : aucunes similitudes physiques avec le président… Ali, qui se dirige vers le point de ralliement reconnaît les traits d’un des géants des containers… Alexus. Il pense à Takamaki et à ses échanges avec ce dernier il y a un mois environ : « « Très bien, voyons maintenant à quoi ressemble votre pantin en action, position debout. On fait de très belles choses imitant la peau et les fonctions essentielles aujourd’hui !!! ».
  62. 62. 70 . Complotseden Ali ne voulait toujours pas comprendre. L’idée d’avoir en face de lui la chose était tout simplement inconcevable. Takamaki ne relève pas ce propos caustique ; d’un mouvement de sourcils, il incite le psychiatre à lancer la mise en mouvement de la chose. « Allez-y, vous allez être surpris de mon bébé en celluloïd… ». Takamaki, très excité, lui demande : « Vous en pensez quoi ? Dans combien de temps va-t’on pouvoir le « tenir en laisse » ? Ali n’apprécie pas la formule employée par son collègue. « Le tenir en laisse ? J’ai vu des symptômes identiques sur des personnes dans le coma depuis six mois et qui y sont restés encore pendant six autres. Répondez-moi avant toute chose, aux questions suivantes : Quel produit avez-vous injecté ? Quand ? Combien pèse cette chose ? ». « Vous, vous considérez enfin, qu’il s’agit d’un être vivant. ». Ali, surpris de l’interprétation de ses propos, répond du tac au tac : « Ce n’est pas parce qu’il est vivant que ça vient de votre site de Kyoto. ». Takamaki blessé par cette dernière remarque fait une grimace méprisante. « Voulez-vous comparer l’ADN des échantillons en provenance de la nécropole et celui de ce géant ?
  63. 63. 71 . Complotseden « Vous voulez dire que vous êtes sûr que cette chose est, le… le clone de l’un de ceux qui sont enterrés dans la nécropole. Des millions d’années après !!! ». Takamaki sent monter en lui une colère brutale : « Vous n’avez rien compris M le psychiatre. Il ne s’agit pas d’un clone, mais de l’original recréé. L’ADN ne sert qu’à prouver que ce géant est celui que nous cherchons parmi d’autres recréés à Kyoto dans notre laboratoire, entre moins soixante-deux millions neuf cent quatre-vingt-douze mille quatre-vingt années et trois cent dix-neuf jours et quelques minutes, et, moins soixante-deux millions neuf cent quatre-vingt-douze mille quatre-vingt années et trois cent vingt jours, par rapport à la date d’aujourd’hui 16 novembre 2080, dans une zone comme celle-ci, à l’endroit précis de la navette ! » » * Ali se souvenait de cette partie de l’aventure dans laquelle il avait douté des travaux de Takamaki Sone… La présence actuelle des 2 géants, Eon le Grand et Alexus, prouvait qu’il n’avait pas vécu un… rêve ou un… cauchemar. Comme pour les containers de la 2ème plateforme, il avait du mal à réaliser... Mais ces containers étaient stockés ici sur la base-vie… et il y avait encore un géant… vivant… Mais à quoi allait servir cette masse de muscle, sinon réclamer des quantités de nourriture invraisemblables !!! A quoi pouvaiton l’utiliser sans Cervoclonis… et sans la balise ? *
  64. 64. 72 . Complotseden Suite à une discussion animée entre Adam le Singulier et Alexus, il avait été décidé de transférer sur Atlantide le container qui contenait le double génétique d’Adam le Singulier. Pour se faire comprendre des équipiers du président, Alexus le géant s’était dirigé vers le container, avait montré la navette et exprimé par gestes l’ordre de manutention du container vers la navette royale. * Les deux géants, les trois John et Ali venaient de se diriger vers la réserve de nourriture et de boissons, après avoir manutentionné le container, le groupe aqua synthétique de production des énergies principales de chaleurs et d’électricité. * Etendue sur son grabat devant la porte de la réserve, bien éveillé, Gérard le cuisinier ne veut pas bouger d’un pouce… A leur arrivée, il les empêche résolument de pénétrer à l’intérieur : « Il faudra me passer sur le corps, je suis prêt à mourir ; même si ce qu’il y a à l’intérieur est insipide, c’est de la nourriture… la nourriture c’est sacré… ». Ayant dit cela, il se dresse devant l’entrée du container les bras étendus… « Vous vouliez me laisser… hein ! Apprenez Messieurs que c’est le président qui m’a embauché ! Vous partiez en me laissant ici après tout ce que j’ai fait… ». Ils se regardent tous en pensant qu’il s’agit d’une scène de théâtre comique… que le sérieux de ce qui se passe ne
  65. 65. 73 . Complotseden méritait pas une telle stupidité, et que la mission dont le temps était compté ne pouvait pas être retardée par un demifou… Il reprend le fil de son idée : « Ah... vous vouliez me laisser là, comme un vieux sac qui ne sert plus à rien… Pas de nourriture !! Vous êtes privés de nourriture… ou alors vous m’amenez avec… ». * Eon qui a repris l’esprit de James, profitant de sa force encore présente, se jette sur lui, le soulève tel un fétu de paille, et conseille aux autres de faire leur travail. Ce faisant, il déplace le cuisinier qui gigote comiquement les bras et les jambes, entre dans la navette et finalement le positionne brutalement sur un siège de la navette. Son étrange colis déposé, il revient aider les autres. * Après avoir déplacé le cuisinier, Eon, alias James, s’assois sur le siège de la navette royale, ajuste son Cervoclonis, attendant de ressentir l’effet apaisant et magique de la reconnexion. Le positionnement de la machine libère les tensions en cours. Adam le Singulier donne l’ordre de départ et guide James Dawsinger. D’un long silence oppressant, le bruit du feulement magnétique se fait entendre brutalement. Juchés sur des fauteuils ils essaient de voir un paysage qui n’est qu’une suite ininterrompue de rails… *
  66. 66. 74 . Complotseden Soudain, la pente du conduit se met à descendre brutalement, les obligeant à se cramponner où ils le peuvent… Presque tous revivent les souvenirs de leur jeunesse, agrippés à des barres sur des sièges dévalant à grande vitesse des boucles de grands huit. * Ali pense à cette folie qui l’a conduit dans la société ERT… Il n’imaginait pas cette folle descente, ni… Tellement de détails reviennent… John Malicorn revit les années passées à la conception, aux échecs, aux avancées technologiques qui ont permis la naissance de la version finale de la machine qu’il porte fièrement sur son crâne… John Aliwan vit l’aventure le cœur serré mais avec l’espoir fou de retour dans son pays près de ses amis. John Artus ne saisit pas tout et ne comprend pas son refus de partir… Mais le président lui avait proposé une somme d’argent tellement affolante qu’il n’avait pas pu refuser… Son stress actuel n’avait d’égal que les regrets qu’il avait d’avoir cédé au dieu dollar. Et s’il ne revenait pas de cette aventure ? Alexus ne comprend pas tout ce qui l’entoure, toute cette technologie ; ces aménagements n’existaient pas, il avait juste positionné la balise, et sa vie s’était écoulée, à bâtir, imaginer, imaginer encore, passer de la pensée à la matière… Il ne comprenait pas le déroulement de sa vie…Il devait être dans un rêve. Il se souvenait de l’arrivée d’Atlantis et de l’impact, des étranges créatures dont ils avaient utilisé le
  67. 67. 75 . Complotseden corps… La balise avait soudé l’esprit, immatériel, à ce moyen de déplacement commode mais tellement lent qui était le corps. Sous sa nouvelle apparence peu à peu, des instincts propres à son corps l’avaient entrainé à rencontrer des femelles qui ne demandaient qu’à être engrossées. Esus avait vécu les mêmes instants… et tous les envoyés du voyage de ce vaisseau Atlantis… Et puis Adam le Singulier avait découvert l’amour, un tremblement surprenant… qui modifiait la pensée… Des petits êtres en étaient nés… résultat émouvant de mélange entre la matière et l’esprit… Et puis plus rien, le vide jusqu’à cette nouvelle rencontre avec Adam… Que faisait-il dans cette étrange navette qui faisait partie de leur premier voyage ? * Eon placé sur son siège de géant découvre tout à coup que la couleur des conduits s’éclaire d’une lueur bleutée… Il ralentit et pénètre dans une zone étonnante dans laquelle s’agitent des milliers de poissons qui tournent autour d’eux comme dans un aquarium géant… Le conduit, transparent, devient de plus en plus horizontal. Alors qu’il vient de parcourir deux ou trois kilomètres dans cet étrange boyau, il reçoit un message d’Adam qui lui dit de regarder vers la gauche de l’engin. Il aperçoit, au loin, les 4 chevaliers qui font de grands gestes pour attirer son attention.
  68. 68. 76 . Complotseden James Dawsinger se retourne vers ses compagnons essayant à son tour d’attirer leur attention… Seul Alexus, qui a la taille requise pour regarder par les fenêtres, aperçoit ses amis… Adam le Singulier les guide pendant les derniers cent mètres qui conduisent à nouveau dans des conduits plus étroits où le pilote rallume les projecteurs… Fin du voyage… L’équipe au complet du président vient de mettre le pied sur Atlantide, cuisinier compris...
  69. 69. Chapitre 9 Un pied sur Atlantide... Eon venait d’arrêter les compresseurs magnétiques de la navette royale… 6 paires d’yeux effarés contemplaient le lieu de leur arrivée. Au-dessus d’eux et en face, un promontoire. Sur la droite au loin, perdu dans la lueur bleutée, apparaissait un horizon terrestre, mais avec une courbure beaucoup plus accentuée. Couvrant l’ensemble et paraissant aussi haut que notre ciel, se devinait une limite sur laquelle circulait… des nuages. Lorsqu’ils sortaient de leur étonnement, et qu’ils tournaient leurs yeux, ils les essuyaient d’un geste puéril, comme pour s’expulser d’un rêve. John Artus, le plus épaté de l’équipe, se dirige vers des espèces de fjords immenses et ne peut s’empêcher de monter sur les quais qui bordent des engins en forme de baleine. L’apparence ressemble vraiment à ces immenses cétacés, mais la taille en est démesurée… la même taille que les navettes : plus de 50 mètres de long. Leur partie inférieure est immergée dans un liquide ressemblant à de l’eau de mer… L’eau de la mer Jaune, baignant les côtes de la Chine dans l’Empire du Levant.
  70. 70. 79 . Complotseden Pour sortir de son questionnement, il touche la paroi accessible… Il s’agit bien de matière, encore de cette substance étrange qui constitue les parois du vaisseau Atlantis !! A la vue des installations présentes en ce lieu, à des kilomètres sous la terre… la civilisation des Atlantes avait déjà dû exister quelque part dans l’espace. Cette pensée venait de s’imposer aux nouveaux arrivants… En s’éloignant du quai où Eon avait stoppé la navette, en remontant vers le promontoire, la vue sur les structures de cette espèce de port sous-marin, s’étendait sur des... kilomètres. La voûte, s’élevait à une hauteur d’au moins 3000 mètres et s’enfonçait dans la mer… on le devinait en forçant le regard… Takamaki, qui accompagnait Adam, ne disait rien mais son cerveau de savant bouillonnait dans l’attente de plus de données. Ce qui semblait être une coupole démesurée, lui rappelait la sienne à Kyoto où il avait développé les cycles générateurs de la vie. En ce lieu l’objectif était différent, conserver une vie extraterrestre de haut niveau… Hormis le gigantisme des installations, son projet allait beaucoup plus loin, il pouvait s’il le voulait remonter au Big Bang… et pouvait imaginer de prédire le futur sur 10 000 années… (la durée d’Atlantide avant le chambardement, depuis l’arrivée d’Alexus avec le vaisseau Atlantis.). Le tremblement de terre qui avait détruit Atlantide n’étaitil pas un autre Big Bang ?
  71. 71. 80 . Complotseden Mais cette idée de Big Bang, comme le début à tout, n’était-elle pas… qu’un pas… qui en suivait un autre… le 2ème Big Bang ou le 3ème… pourquoi pas ? Ce lieu l’inspirait, et il ne savait pas pourquoi, en entrant dans ce monde d’Atlantide, cette étrange idée lui était venue… le Big Bang serait une construction de l’esprit qui comme toujours se donnait des limites. Les mots eux-mêmes étaient des limites… Le mot Big Bang définissait une frontière… à l’esprit ? Mais alors, où ? Quoi ? Comment ? Qui était le détonateur du premier évènement ? * Le cuisinier ne pensait qu’à se nourrir à la vue des milliers de poissons qu’il avait vus… Pas une seconde l’idée ne lui était venue que les poissons ne soient pas l’essentiel de la nourriture… Il ne pouvait pas imaginer que les substances dont se nourrissaient les poissons, avaient été avant tout, la cible des nutritionnistes d’Atlantide… Son appétit permanent lui faisait rechercher la zone des cuisines… * Adam le Singulier avait prié l’équipe d’Aristide Adhémar Prasigarett de le suivre pour faire un tour des installations. Certaines avaient déjà été remises en état ou en service par Takamaki, Childéric, Luan, et lui-même. Gérard ne disait plus rien, écrasé par le poids de son ignorance… Il se sentait petit, ignare devant cet amas de découvertes… Il suivait l’équipe à distance, ayant pour objectif son éternel leitmotiv : la bouffe…
  72. 72. 81 . Complotseden Son regard furetait à droite et à gauche… le nez en alerte… * Le passage sur le promontoire avait donné une idée de l’immensité de l’accès côté mer… Adam avait montré les baleines de mer, immenses sous-marins, plus grosses que les navettes et prévues pour les sorties fréquentes des êtres vivants sur Atlantide : ces géants qui apparaissaient de temps en temps sur la Terre et qui étaient cités dans l’ancien testament (Genèse 6) au début de la vie… avant le déluge. Adam le Singulier les guide dans les étages supérieurs et aboutit à la zone de traitement des nourritures aquatiques. Le président aurait aimé avoir gardé dans son équipe Helena MC Donagh, la spécialiste dans ce domaine, mais elle avait été effrayée par les annonces du président… De grands bacs circulaires assemblés par rangées semblaient agités par des grouillements incessants : des poissons aux couleurs d’argent faisaient rutiler leur dos brillant lors de sauts spectaculaires… D’autres récipients présentaient une couleur étrange mais étaient totalement inertes sauf aux rares moments où des glougloutements étranges apparaissaient en surface. De surprenants bras préhenseurs, plongeaient dans chacun des bacs et ressortaient soit des poissons frétillants, soit de grandes feuilles brillantes et molles qu’ils déversaient, selon le cas, dans de grandes bassines de tailles et de natures différentes… Arrivé à ce point, Adam précise que l’essentiel des équipements a été remis en route, pointant de son doigt de
  73. 73. 82 . Complotseden géant plusieurs machines qui transformaient les algues en les compactant… sous différentes formes… A quelques mètres de là, de longues bandes transportaient et envoyaient directement dans d’immenses containers, les algues qui n’étaient pas compressées… Ces gigantesques récipients étaient équipés d’immenses bras qui tournaient en malaxant une matière qui dégageait une odeur fétide, si l’on se penchait vers l’intérieur… Adam se retourne vers les membres de l’équipe : « Les gaz de décomposition des algues sont comprimés et mis en stockage et approvisionnent les chaudières qui nous alimentent en chauffage. Nos besoins en éclairage et force électrique sont donnés par des réactions de fission froide de n’importe quels atomes… Toutes ces « matières premières fissiles » ont été transportées par le vaisseau Atlantis et mises en application sur ce site Atlantide… Cette greffe sur la planète Terre bénéficiait évidemment de l’aboutissement de recherches scientifiques faites sur d’autres planètes… ». Il reprend, avec un brin de nostalgie, son humanité résultat de ses séjours successifs sur la Terre, transparaissant dans les paroles qu’il égrène : « Notre mission a été planifiée trop tôt… La Terre n’était pas mûre… Ses soubresauts ont fait périr notre peuple… Heureusement le ferment pouvait être reconstitué… ». Il contrôle son émotion en observant successivement Eon et Alexus, puis Takamaki, Childéric et Luan…

×