Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Conspirational Cold War

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 8 Publicité

Conspirational Cold War

Télécharger pour lire hors ligne

Such conspiracy theory, scientifically proved as the only solution for the future by some mathematics, is the most enslaving dystopia. Good morning Ukraine. And the idea that a few dozen people are controlling the whole world that follows a route that was determined - by whom? - a long long time ago and can't be derailed is nothing but absolute fascism. What is surprising is that a Jewish author can so easily defend all sorts of genocides, not to mention ecocides and culturocides. rue enough, one year later, in the light of the defeat in Korea such a fable became absurd. Strangely enough, this utter propaganda was never filmed in Hollywood. There must be a reason for this rejection.

Such conspiracy theory, scientifically proved as the only solution for the future by some mathematics, is the most enslaving dystopia. Good morning Ukraine. And the idea that a few dozen people are controlling the whole world that follows a route that was determined - by whom? - a long long time ago and can't be derailed is nothing but absolute fascism. What is surprising is that a Jewish author can so easily defend all sorts of genocides, not to mention ecocides and culturocides. rue enough, one year later, in the light of the defeat in Korea such a fable became absurd. Strangely enough, this utter propaganda was never filmed in Hollywood. There must be a reason for this rejection.

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Plus par Editions La Dondaine (20)

Plus récents (20)

Publicité

Conspirational Cold War

  1. 1. ISAAC ASIMOV – FOUNDATION, 1951 – FOUNDATION AND EMPIRE, 1952 – SECOND FOUNDATION, 1953 In many ways as an action science-fiction trilogy, it is very interesting and fascinating. It reads like sweet lemonade though it contains no emotions at all, no feelings, no real love, no nothing humane. It is the most dehumanized science-fiction I know and at this level, it competes with Lafayette Ronald Hubbard who is by far oriented on more warlike situations, machines or robots fostering substitutes, or mechanical soldiers and torturers having no taste or distaste for blood and thus, are able to cut a prisoner into small cubes for aperitifs. Asimov is definitely more human but in no way humanistic or humane. He is a cold frozen vision of a future that will never ever be able to even be born. With this limitation in mind, you can get into it and enjoy the developments, the U-turn dramas, and the Z-slithering-slaloming direct non-straight lines of intrigue and plot. I will give a global comment now on the project of these three novels. The three novels came out in the USA in the early 1950s. The author is a refugee in the USA who is both Jewish and Russian by origin. He has some education and thus can lure us into some sciences that he gathers and merges under the title of psychohistory. History is following a line that is absolutely unchangeable though we do not know who or what initiated it – except maybe the Big Bang – but any attempt from one individual, one particular group of people, or one specific country to disrupt this line will be countered and defeated to go back to the line itself. He wants us to believe it is the invention of one particular scientist (who was the psychologist who invented psychohistory), specifically Hari Seldon. The general idea – though it is never made explicit, just asserted – is that we consider the masses of people in the world, and only, absolutely only, these people, as one unique and sole mass to be acknowledged (this is becoming circular like Hitler in Munich). If we reduce them all to one mass of people that have the mass psychology that goes along with this massive blended and chipped existence, then there is no choice, no detour, no deviation, no hole in the hedge, not even a rabbit hole, or even a wormhole. We are in one galaxy and that galaxy is entirely self-contained, and we know nothing about the rest of the universe, and we do not even envisage the possibility to shift from one level of reality to another, from one world to another, from one universe to another. No wormholes, I said. So, remain concentrated on the storyline which is as straight as a straight line, which does not exist in space, when psychohistory is speaking but is as straight as my arm when I blow my nose or scratch my backside when we consider the illusions some groups of people may have about the ”real” history of the world, meaning their own experiential, existential, and circumstantial nibbling and snacking on the fruit of the loom of the psychohistorical universe. But the whole trilogy is based on a fable that is so directly pulled out of the Old Testament if not the reduced version for Jewish adoration, the Thora, “this superstitious fear on the part of the pygmies of the present for the relics of the giants of the past.” (page 569) That was a time when the Biblical kings and prophets lived several and even many hundred years while humanity was considered as having a 29-year life expectancy. A fable I said. No giants in the past. No extraterrestrials in the past. No mythical supermen if not superheroes in the past.
  2. 2. This assertion of some giant force, here community, clandestine and secret, known as the Second Foundation, leads to some pangs of fearful fright among humans who are confronted with this assertion. “When can a man know he is not a puppet? How can a man know he is not a puppet?” (page 601). But this is only a little bit of parsley sprinkled on a steamed potato for breakfast, I guess. That means nothing. These two questions are rhetorical. One never knows he/she/it/they is/are no puppets. And then we have the last sentence of the last book when the Second Foundation has recaptured its full control of the foolish men who pretended they could manage their own history: “Now there was a somber satisfaction on the round and ruddy face of X.Y – the First Speaker” of the Second Foundation. I have anonymized his name for you not to know it before reading. It sounds like Patrician Pelosi traveling to Taiwan and trying to provoke China into a Taiwan Straight war. But that’s where we meet reality, and the historically positioned ideology – if not religious belief – of this trilogy. Written and published in the early 50s when the Cold War was expanding its full wings over the world in order to contain the USSR known as the Russian Empire and the Chinese Empire known as Mao Zedong. That was the time when the USA tried to stop the communists in Korea and was bound to fail because there are stronger and deeper forces in humanity that oppose, always and forever, all imperialistic ambitions. This trilogy is the dramatic construction of the total global absolute homogenized victory of the Monroe Doctrine of the Manifest Destiny of the USA. From two competing entities only, the Old Empire and the First Foundation – which is a lie since there are at least the Second Foundation and the entities beyond the periphery of the Empire – there will rise in the future the New Empire when the Second Foundation has eliminated or put under control all hostile or simply critical elements when they have established their absolute control and dictatorship over the whole universe, galaxy, cosmos, or whatever their ambition may agitate their troubled neurons. The belief that there is a group of few or even ten dozen people controlling in total clandestinity and anonymity the whole psychohistorical process that guarantees the eternal existence of this totally unified, merged, homogenized, etc., Second Empire, is the most horrifying imperialistic ideology I, we, you, they can imagine.
  3. 3. This is a rewriting of the Messianic Jerusalem phantasm that at the end of time, after the Apocalypse, when all the hostile forces and the unworthy individuals or groups or even nations – one genocide or two are not out of the mind of these authors of apocalyptic predictions – will have been eliminated, there will be a Jerusalem in the sky that will receive and host all the free and true believers. And remember it is neglectable to have a few million people killed if it saves the rest of the few, and too many by the way, billion people of humanity. Genocide is a basic concept in this trilogy, and it is accepted, when necessary, as if this necessity made it pure and divine. And it is all in mathematics, and the implementation of absolutely true and truthful mathematics, to the mass psychology of psychohistory that can determine exactly the targeted final destination of humanity, as if such a homogenized and blended humanity could be the objective and could survive its final blending. That’s a pure follow-up expansion, that rewrite at the same time, the Marxist myth of the final communism to be reached sometime when all bourgeoisies and profiteering pirates will have been eliminated from this earth. Welcome to Ukraine, where Thora and Marxism confront each other with the weapons coming from the imperialistic Monroe Doctrine animating the Manifest Destiny of a totally standardized world. Scorpions are crawling on my backbone. Dr. Jacques COULARDEAU VERSION FRANÇAISE À bien des égards, en tant que trilogie de science-fiction d'action, elle est très intéressante et fascinante. Elle se lit comme on boit une limonade sucrée bien qu'elle ne contienne aucune émotion, aucun sentiment, aucun amour réel, rien d'humain. C'est la science-fiction la plus déshumanisée que je connaisse et à ce niveau, elle rivalise avec Lafayette Ronald Hubbard qui est de plus orienté vers des situations plus guerrières, des machines ou des robots favorisant les forces de substitution où des soldats et des tortionnaires mécaniques n'ayant aucun goût ou dégoût pour le sang et donc, capables de découper un prisonnier en petits cubes pour l'apéritif, peuvent opérer sans aucun spasme moral. Asimov est définitivement plus humain mais en aucun cas humaniste ou
  4. 4. empathique. Il est une vision froide et figée d'un futur qui ne pourra jamais naître. En gardant cette limitation à l'esprit, vous pouvez vous y plonger et apprécier les développements, les drames à rebondissements et les lignes directes non droites et toutes tordues de l'intrigue et du complot. Je vais maintenant faire un commentaire global sur le projet de ces trois romans. Les trois romans sont sortis aux Etats-Unis au début des années 1950. L'auteur est un réfugié aux Etats-Unis qui est à la fois juif et russe d'origine. Il a un peu d'éducation et peut ainsi nous entraîner dans certaines sciences qu'il rassemble et fusionne sous le titre de psychohistoire. L'histoire suit une ligne qui est absolument immuable bien que nous ne sachions pas qui ou quoi l'a initiée – sauf peut-être le Big Bang – mais toute tentative d'un individu, d'un groupe particulier de personnes ou d'un pays spécifique de perturber cette ligne sera contrée et vaincue pour revenir à la ligne elle-même. Il veut nous faire croire qu'il s'agit de l'invention d'un scientifique particulier (qui est le psychologue qui a inventé la psychohistoire), plus précisément Hari Seldon. L'idée générale - bien qu'elle ne soit jamais explicitée, juste affirmée - est que nous considérons les masses de personnes dans le monde, et seulement, absolument seulement, ces personnes, comme une seule et unique masse à reconnaître (cela devient circulaire comme Hitler à Munich). Si nous les réduisons tous à une masse de gens qui sont gouvernés par la psychologie de masse qui va avec cette existence massive pulvérisée et broyée, alors il n'y a pas de choix, pas de détour, pas de déviation, pas de trou dans la haie, pas même un trou de lapin, ou même un trou de ver. Nous sommes dans une galaxie et cette galaxie est entièrement autonome, et nous ne savons rien du reste de l'univers, et nous n'envisageons même pas la possibilité de passer d'un niveau de réalité à un autre, d'un monde à un autre, d'un univers à un autre. Pas de trous de ver, disais-je. Alors, reste à se concentrer sur l'intrigue qui est aussi droite qu'une ligne droite, qui n'existe pas dans l'espace, quand la psychohistoire parle, mais qui est aussi droite que mon bras quand je me mouche ou que je me gratte le derrière, quand on considère les illusions que certains groupes de personnes peuvent avoir sur la "vraie" histoire du monde, c'est-à-dire leur propre grignotage expérientiel, existentiel et circonstanciel du pagne en plus pur coton Ouïghour qui cache la virilité de l'univers psychohistorique, virilité excitante qui devient alors notre poire de la soif, notre pain de la faim, notre effervescence de la jouissance. Mais toute la trilogie repose sur une affabulation directement tirée de l'Ancien Testament, sinon de la version réduite pour l'adoration juive, la Thora, "cette crainte
  5. 5. superstitieuse de la part des pygmées du présent pour les reliques des géants du passé." (page 569) C'était une époque où les rois et prophètes bibliques vivaient une paire et même une poignées de centaines d'années alors que l'humanité était – et est toujours – considérée comme ayant une espérance de vie de 29 ans. Une fable, disais-je. Pas de géants dans le passé. Pas d'extraterrestres dans le passé. Pas de surhommes mythiques, encore moins de super-héros, dans le passé. Cette affirmation d'une certaine force géante, ici communautaire, clandestine et secrète, connue sous le nom de Seconde Fondation, entraîne quelques frayeurs chez les humains qui sont confrontés à cette affirmation, frayeur existentielle en ce sens que la situation est vue comme un viol, un vrai viol, une viol, un viol à la fois pénétrant et hormonalement lubrifiant, même si les humains effrayés de ce viol le décarnalise – opération religieuse et rituelle s’il en est – jusqu’au moment où éventuellement l’histoire de la Seconde Fondation prend la forme d’un soldat robotique et robotisé devenu lubrique au goût du sang dont il est aspergé de la tête aux pieds. "Quand un homme peut-il savoir qu'il n'est pas une marionnette ? Comment un homme peut-il savoir qu'il n'est pas une marionnette ?" (page 601) Mais de telles questions ne sont qu'un peu de persil saupoudré sur une pomme de terre vapeur – en chemise de nuit bien sûr – au petit déjeuner, je suppose. Cela ne veut rien dire. Ces deux questions sont rhétoriques. Personne ne sait jamais s’il/elle/ils/ elles est-ou-n’est-pas/sont-ou-ne-sont-pas des marionnettes. Et puis nous avons la dernière phrase du dernier livre, lorsque la Seconde Fondation a repris le contrôle total des hommes stupides qui prétendaient pouvoir gérer leur propre histoire : "Maintenant, il y avait une satisfaction sombre sur le visage rond et rougeaud de X.Y - le Premier Président" de la Seconde Fondation. J'ai anonymisé son nom pour que vous ne le connaissiez pas avant de lire les trois livres dans l’ordre des pages. On dirait que la Patricienne Pelosi, Première Présidente de la Chambre des Représentants, se rend à Taïwan et tente de provoquer la Chine dans une guerre de Détroit de Taïwan. Mais c'est là que nous rencontrons la réalité, et l'idéologie - sinon la croyance religieuse – historiquement positionnée de cette trilogie. Écrite et publiée au début des années 50, lorsque la guerre froide déployait toutes ses ailes sur le monde afin de contenir l'URSS, connue sous le nom d'Empire russe, et l'Empire chinois, connu sous le nom de Mao Zedong. C'était l'époque où les États-Unis tentaient d'arrêter les communistes en Corée et étaient voués à l'échec car il existe des forces plus fortes et plus profondes dans l'humanité qui s'opposent, toujours et pour toujours, à toutes les ambitions impérialistes. Cette trilogie est la construction dramatique de la victoire totale, globale, absolue et homogénéisée de la Doctrine Monroe de la Destinée Manifeste des USA. De deux entités concurrentes seulement, l'Ancien Empire et la Première Fondation - ce qui est un mensonge puisqu'il y a au moins la Deuxième Fondation et les entités au-delà de la périphérie de l'Empire – s'élèvera dans le futur le Nouvel Empire lorsque la Deuxième Fondation aura éliminé ou mis sous contrôle tous les éléments hostiles ou simplement critiques, lorsqu'ils auront établi leur contrôle absolu et leur dictature sur l'ensemble de l'univers, de la galaxie, du cosmos, ou de tout ce que leur ambition peut agiter dans leurs neurones troublés. La croyance qu'il existe un groupe de quelques ou même de dix douzaines de personnes contrôlant, dans la clandestinité et l'anonymat, les processus psychohistoriques qui garantissent l'existence éternelle de ce Second Empire totalement unifié, fusionné, homogénéisé, etc., est l'idéologie impérialiste la plus horrible que je/nous/vous/ils/ON puissent imaginer.
  6. 6. Il s'agit d'une réécriture du fantasme de la Jérusalem messianique selon lequel, à la fin des temps, après l'Apocalypse, lorsque toutes les forces hostiles et les individus ou groupes indignes ou même les nations – un génocide ou deux ne dépareillent pas dans l'esprit de ces auteurs de prédictions apocalyptiques – auront été éliminés, il y aura une Jérusalem dans le ciel qui recevra et accueillera tous les libres et vrais croyants. Et n'oubliez pas qu'il est négligeable de faire tuer quelques millions de personnes si cela permet de sauver le reste des quelques, et trop nombreux d'ailleurs, milliards de personnes de l'humanité. Écoutez ce qu’en dite l’Apocalypse de la Bible, estampillé Saint Jean : Apocalypse 14:8-11 : Apocalypse 14-8:11, Nouvelle Edition de Genève 8 Un autre, un second ange suivit, en disant: Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, qui a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de sa débauche! 9 Et un autre, un troisième ange les suivit, en disant d’une voix forte: Si quelqu’un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main, 10 il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l’Agneau. 11 Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles ; et ils n’ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom. Le génocide est un concept de base dans cette trilogie, et il est accepté, quand il est nécessaire, comme si cette nécessité le rendait pur et divin. Et tout est dans les mathématiques, et la mise en œuvre de mathématiques absolument vraies et véridiques dans la psychologie de masse de la psychohistoire qui peut déterminer exactement la destination finale ciblée – par qui, Grands Dieux ? – de l’humanité, comme si une telle
  7. 7. humanité homogénéisée et passée au mixeur pouvait être l'objectif et pouvait survivre à sa pulvérisation finale. C'est une suite en pure extension et expansion qui réécrit en même temps, le mythe marxiste du communisme final à atteindre le jour où toutes les bourgeoisies et les pirates profiteurs auront été éliminés de cette terre. Bienvenue en Ukraine, où Thora et marxisme s'affrontent avec les armes de l’impérialiste Doctrine Monroe qui proclame la Destinée Manifeste d'un monde totalement uniformisé sous la houlette de qui vous savez, Que Dieu bénisse l’Amérique. Des scorpions frileux rampent sur ma colonne vertébrale à la recherche de quelque moelle sirupeuse. Dr Jacques COULARDEAU

×