ECO DESIGN-Tendance 2009 : Introduction

1 044 vues

Publié le

Dans le sillage de la réflexion sur les nouvelles perspectives, nous avons pu identifier 4 grandes tendances majeures pouvant illustrer la notion d’eco design : le design sensé, découlant de l’émergence des nouvelles préoccupations ; le design économique, ou la tendance à vouloir faire mieux avec moins ; le design positif, qui prône une gestion des cycles optimale ; et enfin le design de système, porteur de solutions globales.
La définition initiale du design est celle d’un concept alliant une intention à sa réalisation matérielle. Cette conception première a progressivement laissé place à une discipline qui a délaissé le fond pour ne s’intéresser qu’à la forme, s’inscrivant dans une logique marketing et industrielle, oubliant la théorie du design comme intention première, comme alliance de l’idée et de sa représentation.
En cela, les enjeux actuels liés aux problématiques environnementales et sociétales ont permis la renaissance d’un design approprié, au service du développement humain. Le designer apparaît donc comme un des acteurs majeurs de la mutation en cours, comme un artisan au service du progrès, porteur de solutions globales. D’où une nécessaire extension du domaine du design, ce dernier se préoccupant désormais non plus seulement de conceptions matérielles mais surtout de la fourniture de services centrés sur l’expérience utilisateur, intégrés en une logique systémique dans des « scénarios de vie » à la mesure de l’homme.

L'effacement de l’objet des préoccupations centrales de la démarche eco design laisse donc place à une vision qui privilégie la dimension systémique des affaires humaines.

Appréhender les choses selon cette nouvelle pensée systémique, c’est abandonner la conception traditionnelle par trop linéaire qui fût longtemps l’unique modèle valable de compréhension du monde et œuvrer pour la valorisation des cycles, qu’ils soient naturels, industriels ou humains. L’entreprise, tout d’abord, se doit d’intégrer les différents cycles qui la composent en un cycle global dont l’ambition est de générer non plus du profit mais du développement humain. Du côté de l’industrie, un nouveau modèle émerge dont la vision cyclique tend à faire disparaître les impacts négatifs sur l’écosystème naturel. Se dirige-t-on vers un modèle économique générateur d’externalités positives ?

Enfin, le design de solutions globales nous amène à nous questionner sur l’émergence d’écosystèmes intégrés, au niveau de l’activité économique d’un part, concernant les relations entre collaborateurs dans le milieu professionnel, mais aussi concernant de nouvelles façons de vivre ensembles au sein d’une société viable et durable. Ces nouveaux modes de vie signifient au niveau local une revalorisation des territoires par la mise en place de projets de développement durable et approprié. Au final, il est aujourd’hui urgent de penser l’écosystème global, favorisant la diversité et l’enrichissement réciproque des sphères économique, écologique et sociale en un équilibre indispensable à la préservation et au développement approprié de la vie sous toutes ses formes.

Aussi, ce rapport d'innovation a pour tâche d’explorer les développements en cours, les pistes à suivre, les innovations qui nous indiquent les voies du progrès, qui bouleversent notre époque, tant dans le domaine de la création que dans celui de l’entreprise, de l’économie, et au niveau de la société dans son ensemble.

Un rapport issu du cercle d'innovation Courts-Circuits, à l'initiative de Pourquoi tu cours (l'agence des idées), encadré par les planneurs stratégiques Jérémy Dumont et Nicolas Marronnier.
--

Publié dans : Business, Technologie
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 044
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

ECO DESIGN-Tendance 2009 : Introduction

  1. 1. TENDANCES 2009 Crédits photo : GREEN IS BEAUTIFUL® ECO DESIGN TENDANCE
  2. 2. un rapport issu du cercle d’innovation courts circuits www.courtscircuits.fr
  3. 3. courts circuits Courts circuits est un cercle d’innovation transversal composé de 500 professionnels des médias, de la communication, du marketing et de la créativité. En petit groupe, en fonction de leurs compétences, ils partagent leur point de vue et leur expérience sur un thème d’innovation clefs pendant deux mois. Le résultat de leur échange est ensuite compilé dans un rapport d’innovation largement diffusé et mit a disposition de tous. Une initiative de Pourquoi tu cours? (l’agence des idées) www.pourquoitucours.fr
  4. 4. Les contributeurs de ce rapport d’innovation : <ul><li>Anne-Marie Sargueil, Institut Français du Design </li></ul><ul><li>Jocelyn Bonhomme, consultant </li></ul><ul><li>Olivier Méresse, consultant </li></ul><ul><li>Laurence Vittet, ART TERRE </li></ul><ul><li>Christian Guellerin, Ecole de design de Nantes </li></ul><ul><li>David L’Hôte, Strate Collège Designers </li></ul><ul><li>François Laurent, designer </li></ul><ul><li>Maximilien Rouer, BeCitizen </li></ul><ul><li>Alexandre Pasche, Eco and Co </li></ul><ul><li>Maud Sibaud, Design Pool </li></ul><ul><li>Alban Petit, CCI Strasbourg </li></ul><ul><li>Encadrés par : Jérémy Dumont, planneur stratégique chez Pourquoi tu cours ? (l’agence des idées) et Nicolas Marronnier, planneur stratégique junior chez Pourquoi tu cours ? (l’agence des idées) </li></ul>en partenariat avec l’ Institut Français du Design www.institutfrancaisdudesign.com
  5. 5. Crédits photographiques : GREEN IS BEAUTIFUL GREEN IS BEAUTIFUL® est aujourd’hui la seule agence conseil en Développement Durable & communication éco-responsable à combiner une expertise en accompagnement de stratégie RSE et biodiversité, à une expertise en esthétique verte et en éducation à la préservation de l’environnement. green-is-beautiful.com
  6. 6. Une définition de l’eco design : ce que l’eco design n’est pas L’eco design ne se résume pas seulement : À l’eco-packaging , qui se cantonne à l’emballage À l’eco-conception , qui ne s’intéresse qu’à la phase de fabrication du produit Au design écologique , qui ne cherche qu’à minimiser son impact sur l’environnement Au design durable , dont l’objectif est de s’inscrire dans la durée, de ne pas nuire aux générations futures
  7. 7. Eco Du grec ancien οἶκος , qui signifie l’habitat, mais aussi ses richesses et les personnes qui y vivent. Design Le design doit être imaginé comme une conception , une intention , un projet ( dessein ). Ce n’est pas seulement une esthétique mais c’est un mouvement créatif alliant une idée à sa représentation . Une définition de l’eco design : eco + design
  8. 8. Une définition de l’eco design : un design centré sur l’homme La notion d’eco design apparaît donc comme la conception adaptée à l’habitat, à l’environnement humain. Mais au-delà de la recherche d’un impact minimal sur l’écosystème, ce concept incarne un design approprié à l’homme qui contribue à la préservation de son environnement mais surtout au développement humain .
  9. 9. Le contexte : un nécessaire travail sur le sens pour répondre aux nouvelles attentes en matière de développement durable Au moment où l’économie, l’entreprise, les individus sont en manque de repères, face aux enjeux mondiaux auxquels nous sommes actuellement confrontés, le designer porteur d’éco-innovation devient l’artisan de ce travail sur le sens pour que l’économie soit enfin et définitivement appropriée à l’environnement et au service de l’individu , mais aussi pour que l’individu lui-même retrouve la voie d’un développement, d’un mode de vie approprié, et qu’ainsi de façon globale les hommes refondent ce « vivre ensemble » qui définit la vie en société .
  10. 10. Le développement durable est reconnu par nos lois comme un principe d'action fondamental et s'affirme comme un objectif mondial qui doit guider la prise de décision, que celle-ci soit de nature politique ou économique. Difficile à appréhender et diversement appréciée, parfois même de manière contradictoire, l'idée du développement durable implique en tout cas la reconnaissance de l' interdépendance des systèmes constitutifs de la société humaine - système social, infrastructures, activités économiques …- et de l'environnement qui les englobe . Cette interdépendance implique qu'il existe des liens et des échanges entre la société et son environnement. Le contexte : l’interdépendance des systèmes
  11. 11. L’homme, la société, l’économie, les entreprises vont devoir s’adapter aux prochaines révolutions : réchauffement climatique, gestion des déchets, gestion de l’énergie, répartition des richesses, de la nourriture, de l’eau, des territoires...toutes ces évolutions vont déterminer un nouvel ordre social et économique mondial. Le design en tant que discipline de création et d’innovation a la responsabilité d’intégrer cet enjeu comme élément fondateur de sa pratique. Le design est devenu indispensable, la perspective économique et sociétale de créer une « société durable » devrait confirmer le rôle du designer comme artisan du progrès à venir, à l’origine des éco-innovations indispensables à la refondation de l’ordre économique et social. Les solutions : encourager l’éco-innovation pour refonder l’ordre économique et social
  12. 12. L'enjeu politique n'est pas un retour vers le passé mais le développement de notre autonomie de sujet et de citoyen, à l'opposée d'une expertocratie écologiste et d'une écologie scientifique nous réduisant à l'animal ou à la simple survie. En cela notre vision sera ici celle d’une écologie humaniste. C'est cette dimension qu'il faut ajouter à l'écologie afin d'en faire une écologie politique, à hauteur d'homme, nous amenant à nous questionner sur nos fins dernières. L'écologie politique ne peut se limiter à la défense de l'environnement et du monde de la vie : la question fondamentale, posée à tous les hommes, reste de donner sens à notre existence, en l'absence d'un sens préalable et d'une vérité déjà donnée. Les solutions : la mise en place d’une écologie-politique ne se limitant pas à la défense de l’environnement, une écologie humaniste
  13. 13. Le design de demain ne s’attachera donc plus tant aux objets qu’à la fourniture d’une solution globale . Le design devient porteur d’innovation dans les centres de recherche, porteur de valeur pour le marketing stratégique, créateur de différenciation, représentant du futur et de l’imaginaire de l’entreprise... Cette extension du domaine du design est la conséquence des profondes attentes de la société et des consommateurs qui ne se reconnaissent plus dans les offres telles qu’elles nous sont proposées aujourd’hui. En ce sens, l’eco design apparaît comme une vision globale allant bien au-delà de la simple conception. Les solutions : une nécessaire extension du domaine du design
  14. 14. <ul><li>Face aux nouveaux enjeux environnementaux et sociétaux, l’Institut Français du Design décide d’apporter sa pierre à l’édifice d’une nouvelle société, pensant qu’il est important de : </li></ul><ul><li>guider les entreprises dans la conception de produits et la fourniture de solutions appropriés au contexte actuel. </li></ul><ul><li>guider les consommateurs pour qu’ils comprennent ce qui est important et ne soient pas déçus par un achat qu’ils pensaient « plus responsable » </li></ul><ul><li>- sélectionner et offrir des solutions nouvelles, dénicher les éco-innovations qui permettront de refonder l’ordre économique et social. </li></ul>Les solutions : l’Institut Français du Design apporte sa pierre à l’édifice avec la création du Janus de l’eco design
  15. 15. L a démarche eco design ne peut se cantonner au seul champ de la création ou de la production d’objets matériels . L’ approche systémique que cette démarche encourage nous amène à repenser l’organisation, non seulement de nos systèmes productifs et industriels, mais aussi et plus que jamais de notre système économique et social. Ainsi c’est la société toute entière qui est impactée par la remise en cause inhérente à l’adoption de cette démarche novatrice . Les débouchés : une démarche nouvelle impactant la société dans son ensemble
  16. 16.   Les débouchés économiques : vers la croissance verte Les potentiels de développement des (éco)marchés et des (éco)filières sont proportionnels à l’ampleur des enjeux mondiaux de l’énergie, de l’environnement et du climat. En effet, la limitation, la prévention, puis l’adaptation aux phénomènes climatiques, et corrélativement, les mutations profondes d’une économie contrainte de réduire sa dépendance aux énergies fossiles et ses atteintes à la biosphère , constituent autant de gisements d’innovation , de créations de nouveaux métiers , et de transformation des chaînes de valeur dans de très nombreux secteurs. Le potentiel de création d’emplois de tous niveaux de qualification est très important.
  17. 17. • Réduction des pollutions locales, régionales et globales, • Réduction des émissions de gaz à effet de serre, • Développement de solutions environnementales innovantes, • Utilisation plus rationnelle des ressources naturelles, • Amélioration des systèmes de management environnementaux, • Maintien des écosystèmes naturels, • Limitation de l'impact environnemental des flux et des stocks de matière et d'énergie, • Valorisation des ressources locales, • ... Les débouchés pour l’environnement
  18. 18. • Connaissance et meilleure maîtrise des flux physiques du territoire, • Réduction des pollutions locales (bénéfices de santé publique), • Production d'indicateurs territoriaux de développement et de pollution, • Valorisation des ressources locales, • Création d'emplois stables et diversifiés, • Réduction des risques naturels, • Meilleure connaissance du tissu économique local (interaction et partenariats avec les entreprises), • Attraction de nouvelles activités dites « durables », • Développement de nouveaux métiers liés à la gestion environnementale, • Relocalisation d'activités à proximité de ressources nouvellement identifiées, • Recrutement d'entreprises innovantes, • Diminution des coûts de traitement des déchets (mise en décharge et incinération), • Promotion de nouvelles filières de recyclage et de valorisation, • Attractivité du territoire augmentée, • Contribution au développement d'activités de réinsertion. Les débouchés pour les collectivités territoriales
  19. 19. • Amélioration de la qualité de vie , • Meilleure cohésion sociale , • Création d'activités de réinsertion, • Réduction des risques sanitaires, • Amélioration des infrastructures collectives, • Développement d'une main d'oeuvre locale et qualifiée, • Mise en œuvre opérationnelle du développement durable. Les débouchés pour la communauté
  20. 20. Plan du rapport d’innovation PARTIE 1 : DE NOUVELLES PERSPECTIVES PARTIE 2 : ECO DESIGN : LES 4 TENDANCES MAJEURES ILLUSTREES
  21. 21. Plan du rapport d’innovation PARTIE 1 : DE NOUVELLES PERSPECTIVES 0. Une écologie au service de l’humain 1. Le sens retrouvé du design 2. Une approche cyclique 3. Vers des écosystèmes intégrés ?
  22. 22. Plan du rapport d’innovation PARTIE 1 : DE NOUVELLES PERSPECTIVES 0. Une écologie au service de l’humain L'écologie a des significations radicalement différentes selon l'utilisation politique qui en est faite. La conception dont il est question dans ce rapport est celle d’une écologie dont l'enjeu politique n'est pas un retour vers le passé mais le développement de notre autonomie de sujet et de citoyen, à l'opposée d’un environnementalisme réducteur ou d'une écologie scientifique nous réduisant à l'animal ou à la simple survie. L'objectif de l'écologie doit rester l'autonomie de l'individu et le développement humain dans un monde préservé.
  23. 23. Plan du rapport d’innovation PARTIE 1 : DE NOUVELLES PERSPECTIVES 1. Le sens retrouvé du design La définition initiale du design est celle d’un concept alliant une intention à sa réalisation matérielle. Cette conception première a progressivement laissé place à une discipline qui a délaissé le fond pour ne s’intéresser qu’à la forme, s’inscrivant dans une logique marketing et industrielle, oubliant la théorie du design comme intention première, comme alliance de l’idée et de sa représentation. En cela, les enjeux actuels liés aux problématiques environnementales et sociétales ont permis la renaissance d’un design approprié, au service du développement humain. Le designer apparaît donc comme un des acteurs majeurs de la mutation en cours, comme un artisan au service du progrès, porteur de solutions globales. D’où une nécessaire extension du domaine du design, ce dernier se préoccupant désormais non plus seulement de conceptions matérielles mais surtout de la fourniture de services centrés sur l’expérience utilisateur, intégrés en une logique systémique dans des « scénarios de vie » à la mesure de l’homme.
  24. 24. Plan du rapport d’innovation PARTIE 1 : DE NOUVELLES PERSPECTIVES 2. Une approche cyclique Cet effacement de l’objet des préoccupations centrales de la démarche eco design laisse donc place à une vision qui privilégie la dimension systémique des affaires humaines. Appréhender les choses selon cette nouvelle pensée systémique, c’est abandonner la conception traditionnelle par trop linéaire qui fût longtemps l’unique modèle valable de compréhension du monde et œuvrer pour la valorisation des cycles, qu’ils soient naturels, industriels ou humains. L’entreprise, tout d’abord, se doit d’intégrer les différents cycles qui la composent en un cycle global dont l’ambition est de générer non plus du profit mais du développement humain. Du côté de l’industrie, un nouveau modèle émerge dont la vision cyclique tend à faire disparaître les impacts négatifs sur l’écosystème naturel. Se dirige-t-on vers un modèle économique générateur d’externalités positives ?
  25. 25. Plan du rapport d’innovation PARTIE 1 : DE NOUVELLES PERSPECTIVES 3. Vers des écosystèmes intégrés ? Enfin, le design de solutions globales nous amène à nous questionner sur l’émergence d’écosystèmes intégrés, au niveau de l’activité économique d’un part, concernant les relations entre collaborateurs dans le milieu professionnel, mais aussi concernant de nouvelles façons de vivre ensembles au sein d’une société viable et durable. Ces nouveaux modes de vie signifient au niveau local une revalorisation des territoires par la mise en place de projets de développement durable et approprié. Au final, il est aujourd’hui urgent de penser l’écosystème global, favorisant la diversité et l’enrichissement réciproque des sphères économique, écologique et sociale en un équilibre indispensable à la préservation et au développement approprié de la vie sous toutes ses formes.
  26. 26. Plan du rapport d’innovation PARTIE 2 : ECO DESIGN : LES 4 TENDANCES MAJEURES ILLUSTREES 1. La prévalence de l’intention : le design sensé 2. Faire mieux avec moins : le design économe 3. Une gestion des cycles optimale: le design positif 4. Vers des solutions globales : le design de système
  27. 27. Plan du rapport d’innovation PARTIE 2 : ECO DESIGN : LES 4 TENDANCES MAJEURES ILLUSTREES Dans le sillage de la réflexion sur ces nouvelles perspectives, nous avons donc pu identifier 4 grandes tendances majeures pouvant illustrer la notion d’eco design : le design sensé , découlant de l’émergence des nouvelles préoccupations ; le design économe , ou la tendance à vouloir faire mieux avec moins ; le design positif , qui prône une gestion des cycles optimale ; et enfin le design de système , porteur de solutions globales.
  28. 28. Ce rapport d’innovation sur l’ECO DESIGN a été introduit lors de l’évènement « Le grand nettoyage de printemps » le jeudi 26 Mars au Pavillon des Arts, qui fût l’occasion de lancer les Janus de l’eco design avec l’Institut Français du Design www.courtscircuits.fr
  29. 29. Le rapport finalisé ECO DESIGN – TENDANCES 2009 a été présenté mardi 26 mai Galerie Déborah Zafman à l’occasion de l’exposition En vert (et contre tout) www.courtscircuits.fr

×