15 balafon janvier 2013

409 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
409
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
71
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

15 balafon janvier 2013

  1. 1. 1 LE BALAFON Janvier 2013/ Numéro-15 MINI ÉDITO… BONNE ANNÉE 2013! Cette nouvelle année accuse déjà un mois. Que les onze à venir vous apporte une fin d’hiver en douceur, un printemps de résurrection, un été magnifique. Mais n’anticipons pas, d’après les dernières nouvelles, l’hiver n’est pas terminé. Au Burkina, la saison froide est terminée. La chaleur s’installe de jour en jour et atteindra son apogée dans les prochaines semaines. Mais, avec le temps, on s’y fait et ça devient confortable et supportable. Il s’agit d’activer son ventilo et de remiser la petite couverture, comme celle utilisée sur les vols d’Air France qui nous empêche de grelotter sur les vols de nuit. Et ce fut la reprise. Dans le calme le plus total, les élèves sont revenus en classe. La plupart heureux d’une relâche bienfaisante, quelques-uns résignés d’une relâche trop courte. Le bonheur parfait n’est pas sur cette terre. En ce début janvier, nous avons reçu la visite d’un <ancien>. Pascal Paradis, qui a vécu trois années avec nous à Ouaga, nous a rendu visite quelques semaines. Il a donc renoué avec des lieux connus, des amitiés retrouvés et, mine de rien, évité quelques bonnes tempêtes, pendant qu’on commentait la météo du Québec, assis sur la terrasse en bermuda en fin de soirée. Il y a des petits bonheurs qu’il ne faut pas échapper au passage! La rédaction.
  2. 2. 2 HOMMAGE AU PÈRE RAOUL JOMPHE… La revue <Viateurs en Mission> de décembre 2012 annonçait le retrait du Père Raoul Jomphe comme responsable de cette magnifique revue. Le Balafon désire, à son tour, rendre hommage à ce confrère qui, depuis plusieurs années, fut au service de cette publication consacrée aux fondations des Viateurs canadiens, comme assistant du Père Jean Chaussé, puis comme premier responsable. A temps et à contre temps, comme dirait St-Paul, le Père Jomphe n’a cessé d’être à la recherche de nouvelles, chroniques et photos pour agrémenter cette revue de grande qualité. Les Viateurs du Burkina ont essayé de collaborer le plus fidèlement possible à ses demandes. La qualité de la présentation de chaque numéro, la mise en page soignée démontraient tout le soin, l’attention et le dévouement que mettait le Père Jomphe à présenter une revue de grande classe. Merci Père Jomphe pour toutes ces années au service de nos fondations. Vive reconnaissance des Viateurs de la fondation du Burkina Faso! LES NOVICES DE BOASSA RECOIVENT LES POSTULANTS DE BANFORA… De 26 décembre au 02 janvier, les quatre postulants ont vécu un séjour avec les trois novices de Boassa et le père maître Julien. Les postulants sont revenus enchantés de leur voyage au point qu’ils espèrent tous se retrouver à Boassa en septembre prochain. Bien des activités étaient au programme, dont une visite à la famille du postulant, Fulbert Sam, qui vient justement de Boassa. On procéda à la plantation de trois manguiers greffés, amenés de Banfora, sur le terrain du noviciat, sous le regard attentif du maître des novices, Julien. Au Burkina Faso, Banfora est le pays des mangues. Après une activité aussi épuisante, il fallait bien de détendre un peu. On procéda à la cérémonie du thé.
  3. 3. 3 Le partage du thé, entre amis, est une activité importante au Faso. On peut passer des heures à discuter tout en dégustant un thé, bien sucré et mousseux. Une fois bien revigoré, une partie de foot attendait novices et postulants. J’ignore si le maître des novices, le Père Julien, fut l’arbitre tout comme le résultat de la partie. Le novice Michel Pio Da était derrière la caméra. A voir les sourires, possiblement que le résultat fut nul! Présentation : 1ère rangée François, novice Irénée, postulant Fulbert, postulant Ghislain, postulant 2ème rangée : Herman, novice Donatien, postulant Les postulants ont ensuite rencontré un monsieur bien important pour le Père Macaire. Ce dernier dit, que c’est grâce à ce monsieur s’il porte le même nom : Macaire. Son papa était du même partie politique que ce vieux Macaire Ouédraogo. Et comme notre confrère naît au même moment, son père tenait à ce que son petit porte le nom de son candidat favori. Ce qui fut fait! Photos de gauche à droite : Donatien, postulant, Macaire Ouédraogo, Macaire Sandouidi, maître des postulants, Irénée, postulant, Fulbert, postulant et Ghislain, postulant. Par respect du vieux qui impose, on cache ses dents, en lieu et place, un léger sourire…
  4. 4. 4 LES RELIGIEUX ET RELIGIEUSES DE LA PAROISSE EN RÉUNION… Le 24 janvier dernier, la communauté des Viateurs de Banfora recevait les religieux et religieuses de la paroisse St-Viateur. Après la messe de 18h00, la rencontre commençait sur la grande terrasse circulaire de la résidence. Il était question de l’implication des différentes communautés dans les comités de la paroisse : chorale, liturgie, malades, communautés de base, veuves et vierges consacrées, les jeunes, (MEJ-JTC), CV-AV, les vocations, le groupe Samuel (servants de messe), sacristie, décorations, Ocades, etc. L’occasion était bonne pour présenter au curé, le Père Jean-Marc Provost, nos vœux de bonne année 2013. Le Père Macaire, vicaire de la paroisse, se chargea des vœux. Après la rencontre, un repas fut partagé au salon des Viateurs. Chaque communauté est invitée à apporter un plat. Les religieuses de la paroisse sont : les sœurs de la Présentation de Marie du Sénégal, les sœurs de Badema, communauté diocésaine et les sœurs Sabre de Bobo. Pour les religieux, les Viateurs sont, pour l’instant, la seule communauté masculine de la paroisse. LA COUPE DU CURÉ… La paroisse St-Viateur compte cinq CCB (Communautés chrétiennes de bases). Afin d’impliquer les jeunes de la paroisse, un tournoi de foot fut organisé entre ces jeunes des différents CCB, sur le terrain de l’école primaire Tatana, à ½ kilomètre de la résidence des Viateurs. On décida que ces parties de foot porteraient le nom de la <coupe du curé>! Il fallait bien un parrain. Les responsables des jeunes ont sollicité le frère
  5. 5. 5 Tonton (Valmont) pour jouer ce rôle, et bien entendu, prévoir une petite enveloppe pour l’équipe gagnante au moment venu. Cette première partie mettait en vedette, la CCB Ste-Thérèse-de-l ’Enfant-Jésus contre la CCB St- Kizito. Donc, ce 27 janvier, le curé Jean-Marc, tel un Don Camilo, la barrette en moins, s’élança, tel un <étalon>, nom de l’équipe nationale de foot burkinabé, sur le ballon. L’effort engagé n’a pas donné le résultat escompté, malgré les encouragements des joueurs avant la prestation de leur curé, le ballon roula sur quelques mètres. Le parrain Valmont, qui s’attendait à un botté en règle, resta bouche-bée. Le soleil ardent de 16h00 obligea les deux aînés à regagner la maison. Pour les jeunes, ce n’est pas un mercure de +35 qui peut interrompe une partie de foot. <On n’a pas tous les jours vingt ans…>! Résultat : Ste-Thérèse-0, St-Kizito-O. Mes connaissances en football m’autorisent à dire qu’on appelle ça : une partie nulle! Sur la gauche, vous avez la photo des deux équipes en présence. Il fallait bien encourager tous les joueurs avant le début de la partie. Le curé et le parrain de la coupe, dans la plus pure neutralité, souhaitèrent la bonne chance aux deux équipes. Bonne chance à tous, même aux arbitres!
  6. 6. 6 APRÈS AVOIR DÉCORÉ, ON DOIT REMISER… C’est toujours plus agréable de décorer que de remiser le stock. Mais il le fallait bien. A leur retour du noviciat, les postulants enlevèrent ce qu’ils avaient élevés du haut de la grande échelle. A défaut du sapin nordique, le pin local accepta volontiers qu’on suspende quelques <boules d’oreille> au bout de ses branches, au risque de paraître idiot pour quelques jours. Ce sont surtout Jean-Marc et Valmont qui profitèrent de ce climat des fêtes, car ils demeurèrent, tel un vieux couple, à la maison du 26 décembre au 2 janvier, alors que les autres viateurs et postulants étaient à Ouaga et Boassa pour des réunions et temps de repos. Il y a vraiment un temps pour chaque chose. A défaut de la neige, on aurait dit que la fraîcheur de la soirée aidait, l’imagination bien branchée, à se croire à Noël. La lune magnifique, bien allumée; imaginez le spectacle, avec quelques centimètres de neige. Mais, heureusement, il y avait la <fraîche> pour compenser et prolonger le rêve, une fois le sommeil venu! A présent, on entend déjà parler de l’organisation du Carême qui vient : chemin de la Croix à chaque vendredi en fin de journée, soleil oblige! Une dévotion très appréciée ici. Mais pour l’instant, vivons liturgiquement en Église, ce qu’on appelle maladroitement : <le temps ordinaire>!
  7. 7. 7 MARC DANS SON POTTAGÉ… Notre employé de jour, Marc Sompougdou, qui travaille pour les Viateurs de Banfora depuis plusieurs années, a pris l’initiative de faire un petit jardin sur le terrain de la communauté. Ici on voit Marc dans son champ d’haricots, qui a produit du 100 pour un. Tout juste à côté, Ghislain, un postulant de la maison, a fait la semence de pastèques. Le prochain Balafon vous présentera les résultats. Sur ce même espace, plusieurs petits manguiers greffés, bien arrosés chaque matin à l’aube par Ghislain, présentent des magnifiques bouquets de fleurs rosées. Bientôt, nous mangerons, a n’en pas douter, les premières mangues de notre jardin. Merci Marc et Ghislain pour cette belle initiative…! ON ATTEND DE LA GRANDE VISITE… Les Viateurs du Burkina recevront la visite des membres du conseil général du 25 février au 11 mars prochain. La première visite officielle du nouveau conseil aura donc lieu pour notre fondation burkinabé. Déjà, nous leur souhaitons la plus cordiale bienvenue <au pays des hommes intègres>. Nous souhaitons également que l’implication de l’armée burkinabé dans le conflit au Mali, pays frontalier du Burkina, ne vienne pas compromettre leur voyage. L’ambassade du Canada au Burkina a envoyé un avis aux ressortissants canadiens, les invitant à la prudence et d’éviter tous déplacements vers la frontière malienne. Souhaitons que d’ici-là, le conflit malien soit terminé. Mais, certaines sources affirment que le conflit peut s’étirer dans le temps… ET POUR CONCLURE… La sérénité de temps des fêtes a fait place, en début janvier, à l’inquiétude que vit le Mali, pays frontalier du Burkina. Pour l’instant, la paix et la sécurité règnent ici. Plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest sont impliqués dans le règlement de ce conflit, y compris le Burkina. Nous prions que bientôt, la paix, la sécurité et la fraternité reviennent dans cet immense Mali, pays de culture, dont certaines régions sont reconnues par l’UNESCO comme patrimoine mondial. Bonne réception et bonne lecture! La rédaction.

×