02 balafon octobre 2011

268 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
268
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

02 balafon octobre 2011

  1. 1. 1 LE BALAFON Octobre 2011/ Numéro-2 MINI ÉDITO : Le numéro d’octobre du BALAFON vous arrive. C’est drôle comme les mois se succèdent rapidement quand on doit écrire un bulletin mensuel de nouvelles. Pendant ce temps, les couleurs d’automne allument les forêts québécoises, avant le grand dénuement. Ici c’est l’arrivée de la saison sèche, après huit mois de pluies généreuses et bienfaisantes. Le temps des récoltes est là : maïs, mil, sorgo, arachides, sésame et haricots. Pour les plus chanceux, situés près des marigots et marécages, la culture pourra se continuer sur 12 mois. La longueur du jour demeure sensiblement la même avec la saison d’hiver, à peine 10 à 15 minutes s’ajoutent sur la pénombre. Et la température sera invariable ou presque, entre 30° à 35° le jour, et la nuit, environ 25°, de quoi favoriser un sommeil réparateur. Avis aux intéressés en recherche de beau temps, de chaleur et d’un ciel bleu acier le jour et bien étoilé la nuit. L’équipe de rédaction vous souhaite un bel automne. Bonne réception et bonne lecture du BALAFON-2. MESSE DE LA RENTRÉE A L’ÉTABLISSEMENT LOUIS-QUERBES: Ce 1er octobre dernier, l’amphithéâtre de l’Établissement Louis-Querbes affichait complet. C’était la messe de la rentrée scolaire 2011-2012. Rappelons au passage que cet amphithéâtre sert d’église de la paroisse Saint-Viateur pour chaque rassemblement dominical, d’ici à ce que le diocèse ait les fonds nécessaires pour la construction de la nouvelle église, à proximité de notre école.
  2. 2. 2 Tous les élèves et le personnel, de toutes religions confondues, étaient rassemblés dans ce magnifique amphithéâtre pour demander qui, à Dieu, à Allah, aux ancêtres, les grâces nécessaires pour la nouvelle année scolaire. La chorale, aidée des jambés, balafons, clavier électronique, y alla de chants rythmés et entraînants. Le curé de la paroisse, le Père Jean-Marc Provost, assisté de l’aumônier du l’ÉLOQ, le Frère Macaire Sandouidi, ont su soutenir l’attention et motiver l’assistance sur les bienfaits de la connaissance, autant scientifique que spirituelle. La célébration s’est terminée par un chant qui exprimait bien l’esprit de cette liturgie :<Ceux qui sèment dans les larmes, moissonnent en chantant>! A voir la ferveur de l’assistance, nul doute que toutes les prières, autant chez les membres de la direction que chez les professeurs et les élèves, seront exaucées. Il reste à attendre les résultats des prochains examens! CHASSE AU SERPENT : Nos deux chiens nous ont sorti d’une sieste bienfaisante par des hurlements inhabituels. Dans un premier réflexe, on pense toujours à un intrus ou à des voleurs. Ce jour-là, l’intrus était rampant, d’un mètre de long et de 10cm de diamètre. Un serpent <cracheur>, bien installé à la fraîche dans un bananier, à deux pas de notre terrasse. Je croyais qu’une personne était en détresse respiratoire, tellement ce reptile émettait des soupirs et des râlements. Une fois les chiens calmés, j’ai appelé Jean-Marc à l’aide. C’est alors qu’une tête sortait à la base du bananier et nous regardaient en ronflant. Je me suis précipité dans ma chambre pour revenir avec une bonbonne de vaporisateur de <région sauvage> que j’avais acheté, avant mon départ, chez Jean Coutu. Le pauvre reptile fut vaporisé copieusement, mais sans succès. Il était plus agité que jamais. Craignant le pire, un catéchiste dans les parages, accouru à notre secours. Armé d’un gros bâton, il n’a fallu que quelques bons coups pour l’étourdir et enfin l’achever. L’émotion
  3. 3. 3 fut plus forte une fois le serpent mort. Car on nous a dit que ce reptile crache son venin à plus d’un mètre, d’où son nom, et qu’il rend ses victimes aveugles. Cette pauvre bête aura sans doute appris, avant de mourir, que les humains peuvent également cracher de la <région sauvage>! Je me suis promis plus de prudence la prochaine fois et de ménager mon vaporisateur pour son usage normale: les moustiques. NOUVEAU SUPÉRIEUR ET ÉCONOME LOCAL: Lors d’un récent sondage des religieux de la communauté locale de Banfora, le Frère Désiré Legma fut nommé supérieur de la communauté et le Frère Valmont Parent, économe. Il aura fallu deux confrères pour remplacer le Père Jean-Marc qui, depuis trois ans, cumulait ces deux fonctions, en plus d’être supérieur de notre fondation et curé de la paroisse St-Viateur. Nous espérons qu’à la suite de ce délestage, notre confrère curé reprendra les quelques grammes qui l’avaient consumé par tant de fonctions accumulées. Le conseil local fut complété par l’ajout Frère Macaire Sandouidi. NOUVEAU SIGLE VIATORIEN : Il est d’usage chez les Viateurs de s’identifier par notre sigle bien connu: CSV. Les viateurs de la communauté Louis-Querbes de Banfora ne voulaient pas être en reste. Ainsi, le constructeur de notre résidence a respecté fidèlement la création du Frère Jocelyn. Le ferblantier a exécuté fort habilement, en métal, ce nouveau logo qui nous identifie comme Viateurs, en l’intégrant dans le grillage protecteur des portes, fenêtres et portails de la résidence. UN CULTIVATEUR / PRÉDICATEUR : Les Grands Carmes de Bobo-Dioulasso cherchaient un animateur pour la retraite annuelle de leurs scolastiques. L’aumônier de l’ÉLOQ, le Frère Macaire donna au supérieur le nom du nouveau responsable de la Ferme du Centre de Formation Professionnel, le Frère Valmont. Ce dernier s’est dit : <après tout, il n’y a pas que les brebis qui ont besoin d’un berger>! La retraite eut lieu au CAF (Centre d’Animation et de formation diocésain de Banfora). Huit jeunes moines et leur supérieur, dans un silence édifiant, ont vécu ce temps de désert, du 3 au 8 octobre dernier. Les retraitants, voulant sans doute vérifier les dires de leur prédicateur, ont visité notre campus et la Ferme à la fin de leur retraite et l’ont invité au
  4. 4. 4 repas de clôture. Des petits discours furent au menu, en plus du poulet bicyclette et des bonnes frites. Depuis, les moines ont retrouvé le silence de leur monastère, et Valmont, les bêlements des brebis et cabris, ainsi que la récolte du maïs. Dans quelques temps, ce sera l’arrachage des arachides, semées entre chaque plan de maïs. La récolte s’annonce bonne! LES VIATEURS ET L’ÉLOQ RECOIVENT : Ce mois d’octobre fut pour nous un temps de visite, autant pour nos œuvres que pour la communauté locale. Voici un bref aperçu. Le 6 octobre dernier, un responsable de la Direction du Ministère de l’Agriculture et de l’Hydraulique des Cascades, accompagné de 5 personnes de la Direction des Écoles et Centre de Formation sont venus collecter les données du notre Centre de Formation professionnelle. Le Frère Kingsley était tout heureux de leur faire connaître le département dont il est le responsable. Le 9 octobre, nous recevions pour le repas du midi, Madame Ake, son mari et sa belle-fille. Ces visiteurs sont français, mais ils viennent au Burkina régulièrement et logent dans une villa, à proximité de l’ermitage de Boassa. Le 10 octobre, 4 jeunes d’OXFAM/Québec assistaient à la levée des couleurs à l’école. Une jeune fille du groupe, Stéphanie, sera stagiaire à notre école pour une période de 6 mois, à titre de coopérante à la vie parascolaire. Le même jour, une <vierge consacrée>, originaire du Bénin, employée du diocèse au niveau des médias, rendait visite au curé Jean-Marc et à son vicaire Macaire. Elle venait faire la promotion de son film <LA TENTATION>, qui fut présenté à la cathédrale, le 16 octobre dernier. Afin d’éviter toute confusion et/ou interprétation chez le lecteur, précisons ici que le sujet du film est: <Comment éviter de retourner vers les religions traditionnelles, en offrant des sacrifices aux génies, afin de solutionner ses problèmes>. L’Amphithéâtre de l’école a reçu plus de 800 élèves de la ville de Banfora, ce 13 octobre. Nous étions l’hôte d’une conférence du Ministère de la Justice et des Droits Humains, dont le thème était : LE CIVISME EN MILIEU SCOLAIRE. L’ouverture officielle de la rencontre fut donnée par le Gouverneur des Cascades, représentant officiel du président de la république dans notre région. Le samedi 29 octobre, nous recevions à notre table 5 responsables de l’ASAP (Association for small africain projects). Cette association allemande soutient la scolarisation de jeunes par des bourses d’excellences. Nous avons 30 élèves de notre Établissement qui bénéficient de leur aide. Cette rencontre nous a permis de mieux nous connaître et, pourquoi pas, établir éventuellement un plus grand partenariat.
  5. 5. 5 LA SAINT-VIATEUR À BANFORA : La fête de notre saint patron Viateur ne passe pas inaperçue à Banfora. Elle fut célébrée en trois temps : en communauté le 21, avec nos élèves le 22 et avec la communauté chrétienne de la paroisse Saint-Viateur le 23, présidée par notre évêque, Mgr Luka Sanou. Ce fut un temps fort de piété, de réjouissance, de reconnaissance et de connaissance de la communauté: son fondateur, son patron, sa mission et son charisme. La célébration la plus animée fut celle des élèves, le samedi, de 8H00 à 10H30. Les touts petits de l’école primaire Anne Marie Rivier, à deux pas de chez nous, occupaient les premières loges. On profita de la présence de tous les élèves pour présenter le bureau des élèves et les présidents de chaque classe. A la fin de la célébration, le bureau des parents a offert des prix aux élèves les plus méritants de l’an 2010- 2011. Plusieurs directeurs et directrices d’établissements scolaires de Banfora furent invités, ainsi qu’un représentant d’Oxfam/Québec. Après la célébration liturgique, plusieurs activités culturelles furent au programme, ainsi que le repas du midi pour environ 1000 personnes. En après-midi, une partie de foot opposait les élèves au corps professoral. La pluie est venue mettre fin à la rencontre sportive! Heureuse coïncidence, car le match était nul quand la flotte est arrivée. Le dimanche, 23, ce fut le rassemblement dominical, présidée par Mgr Luka Sanou, évêque du diocèse de Banfora, accompagné de 4 prêtres et du diacre Macaire, à l’amphithéâtre/église de l’école. Le balafon et le jambé accompagnèrent la chorale, car une coupure de courant a rendu muet le clavier électronique. Mgr a profité de son homélie pour rendre hommage à notre saint Patron comme véritable catéchiste et du service auprès de la jeunesse que rend la communauté viatorienne dans son diocèse, autant au niveau scolaire qu’à la paroisse. Avant la bénédiction finale, le curé, le Père Jean-Marc Provost, fit venir près de l’autel tous les papas et mamans catéchistes afin de les bénir et d’annoncer le début de leur activité catéchétique dans la paroisse pour l’année en cours. Après la messe, la communauté a reçu l’évêque, les prêtres, religieuses et religieux présents à la célébration au salon de la communauté pour un pot et quelques gâteries préparées par notre cuisinier et le bureau de l’UDR (Union des religieuses et religieux). Les 40 invités étaient bien à l’aise dans le salon/gymnase de la communauté. A 13H00, les paroissiens de Saint-Viateur et leur évêque étaient convoqués à l’amphithéâtre pour le
  6. 6. 6 repas du midi. Il fut servi environ 400 repas. C’est ainsi que se terminaient les festivités de la Saint-Viateur 2011. La sieste fut bienfaisante ce dimanche après midi. LES FRUITS DE NOTRE JARDIN : La récolte des bananes et de noix de coco sera exceptionnelle dans notre petit jardin. Nous devons attacher les plans des bananiers, les uns aux autres, pour éviter leur chute sous le poids des régimes. Il est étonnant, bien que petits, que ces plans donnent autant de fruits. Ici, il ne faut pas attendre les bananes bien dorées du marché Jean-Talon. Bien que l’écorce soit verte, elles sont délicieuses et bien mûres. Pour les noix de coco, on mange la chair à la cuillère, une fois l’extraction du lait. L’écorce est coupée à la machette, et quel délice! Nous avons également sur notre terrain des papayes, noix de cajou, citronniers, pommes cannelle, jacquier et manguiers. J’imagine qu’Adam et Ève auraient été bienheureux dans notre petit <paradis banforien>! Et les conséquences auraient peut-être été bien différentes. Nous avons deux chiens bien dressés et un gardien de nuit bien musclé. ET POUR CONCLURE : Nous avions bien d’autres nouvelles à vous raconter. Elles seront dans le prochain numéro de novembre. Elles vous apporteront, peut-être, la consolation de quelques rayons de soleil et de chaleur du Burkina. Nous avons souvenance que le mois de novembre n’est pas nécessairement le mois le plus apprécié dans l’hémisphère nord, et plus particulièrement au Québec. Bientôt la neige sera là pour le bonheur des petits et de <certains grands> qui n’émigrent pas vers le sud pour les six mois d’hiver! Bonne réception et bonne lecture de ce BALAFON-2 d’octobre 2011.

×