COURS DE FORMATION CONTINUE           COMENIUS/GRUNDTVIG Le Grand Tour en Europe: Art, Paysage, Jardins,              Créa...
Je suis une historienne de lart et une critique d’art, experte de services didactiques des musées et de lenvironnementet j...
À mon activité en qualité déducatrice et à celle de recherche – par exemple, la découverte dœuvres dart et dedocuments iné...
Cité du Vatican (vue aérienne).
Ce même désir de connaissance ma encouragée à participer à la sélection pour le « Cours de formation » à Paris avecces con...
Des vues pittoresques et charmantes, source d’inspiration pour Stendhal, qui pendant son séjour à Rome en 1827, varévéler:...
*Comparer nos systèmes éducatifs – des établissements denseignement secondaireaux cours de formation pour les adultes, des...
ROME est considérée par beaucoup lune des villes les plus belles du monde; sonpatrimoine artistique – y compris les monume...
Commencé par Vespasien en 72 après J.-C. a été inauguré                                                           par Titu...
L’Arc, construit en 203                                                                                                   ...
En fait Rome, comme la soutenu en 1796 Quatremère de Quincy – anticipant avec une compréhension profondedes discussions mo...
Parmi les nombreux voyageurs célèbres qui ont visité Rome il y avait aussi le poète anglais John Keats (Londres 1795 -Rome...
Ces dernières années, mon travail ma mise en contact avec tant dœuvresdart à Rome, dont des peintures, des sculptures, des...
Thermes de Caracalla (ou Antonine), 212-217 après J. C. Leocares (restauré par Giovanni Angelo Montorsoli), Apollo del Bel...
Michelangelo, La Pietà, 1497-1499, marbre, Cité du Vatican,                      Basilique de Saint-Pierre.
Raffaello Sanzio, Le Triomphe de Galatée, Loggia de Galatée, 1511-1512,                                fresque, Villa Farn...
Michelangelo Merisi da Caravaggio, La Déposition du Christ de la Croix,   Gian Lorenzo Bernini et ses collaborateurs, Bald...
Antonio Canova, Paolina Borghese Bonaparte come Venere vincitrice,Alessandro Specchi, Francesco De Sanctis,               ...
Giuseppe Sacconi (et G. Koch, M. Manfredi et P. Piacentini), Autel de la Patrie (Il Vittoriano), 1878-1935, marbre bottici...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Présentazion m.a.nocco, Association Italia Nostra Roma, Italie

842 vues

Publié le

Desription des participants cours Grand Tour en Europe: Paris 2013

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
842
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
307
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Présentazion m.a.nocco, Association Italia Nostra Roma, Italie

  1. 1. COURS DE FORMATION CONTINUE COMENIUS/GRUNDTVIG Le Grand Tour en Europe: Art, Paysage, Jardins, Créativité, Innovation. PARIS 17 – 23 Mars 2013 Présentation: Maria Antonia Nocco
  2. 2. Je suis une historienne de lart et une critique d’art, experte de services didactiques des musées et de lenvironnementet je suis né dans le Salento (Puglia) à Lecce, mais depuis de nombreuses années que je vis à Rome, capitale de lItalieet capitale de la région du Latium. Jai obtenu une laurea (DEUG+2) en Lettres et Philosophie, mention spécialisation enHistoire de l‘Art, à lUniversité de Rome 3, où je suis devenue titulaire dun « Master en Médiation Culturelle dans lesMusées » aussi. Je possède également des certificats attestant la fréquence de plusieurs Cours Professionnels,notamment: « Cours National dÉducation au Patrimoine Culturel et au Paysage » (Italia Nostra -MIUR), « Cours pourles Organisateurs d’Expositions » et « Cours de Perfectionnement des Éducateurs, des Responsables et des Opérateursde Musées Locaux de la Province de Rome » (Université de Rome 3). J’ai un certificat d’aptitude à l’enseignement delHistoire de l’Art (III fascia, MIUR) dans les écoles secondaires (premier et deuxième cycle) et je suis inscrite auRegistre des enseignants des « Écoles des Arts et Métiers de la ville de Rome » pour les disciplines suivantes : Histoirede lArt Moderne, Histoire des Techniques Artistiques, Muséologie et Histoire du Collectionnisme, Histoire de lArtContemporain, Histoire sociale de l’Art, Histoire de la Critique dArt, Histoire du Costume et du Design). Pendant dix ans, jai été professeure assistante et titulaire de contrats de recherche en Histoire de la Critique dArt, et Histoire de lArt Moderne (Université de Rome 3). Ainsi jai pu développer mes compétences dans la formation en tenant des séminaires, ainsi que par la conception et la réalisation de visites dans les musées, les églises, les expositions dart permanentes et itinérantes, et des sites de prestige historique, artistique et architectural. Le Latium et Rome (marqués en rouge sur la gauche) dans le plan du cartographe flamand Gerardus Mercator (Gerhard Kremer). Par Gerardus Mercator, "Latium nunc Campagna di Roma" de "Italiae, Sclavoniae et Graeciae tabulae geographicae", Duisburg 1589.
  3. 3. À mon activité en qualité déducatrice et à celle de recherche – par exemple, la découverte dœuvres dart et dedocuments inédits relatifs à lhistoire de lItalie Centrale des XVII e et XVIIIe siècles, y compris des attributions à Gian ​Lorenzo Bernini dans la Basilique Vaticane – est associé aussi mon engagement sur les questions environnementaleset sur la Protection, la Promotion et lÉducation artistiques, démo-ethno-anthropologiques et du Paysage, qui maamené à travailler pendant plusieurs années avec des institutions et des organisations telles que lICOM (InternationalCouncil of Museum) dans le secteur « Éducation et Médiation dans les musées », et ‘Italia Nostra’ (AssociationNationale pour la protection du Patrimoine Historique, Artistique et Naturel). Jai aussi un projet en cours sur « LaCiviltà Salentina: connaissance, conscience et diffusion ». Les étudiants qui suivaient les cours universitairesappartenaient à de différents groupes dâge: 18 à 30 ans, mais aussi de nombreux adultes – y compris les travailleurs,les professionnels et les retraités – de 30 à 60 ans et même plus âgés, tous unis par leur passion pour lart et un granddésir dapprendre, comme dailleurs ceux qui suivent actuellement mes visites et mes séminaires que jorganisehabituellement et qui sont liés à l’Éducation à lart, l‘Observation, la Compréhension et l‘Appréciation de lœuvredart, le rôle social de lobjet dart et de larchitecture, la peinture des paysages et le paysage réel et bien dautressujets. ROME, avec son aire métropolitaine couvre 1.285 km², compte environ 2.650.000 habitants (estimation pour les résidents seulement) et est traversée par les fleuves Tevere, Aniene et Almone. Selon la légende elle fut fondée le 21 avril 753 après Christ par Romulus, le frère jumeau de Remus, et se situe sur sept collines, dont lidentité est encore lobjet de débats parmi les érudits. Celles qui ont mentionnés les historiens Cicéron et Plutarque sont: Quirinalis, Viminalis, Capitolin, Esquilinus, Palatinus, Caelius et Aventin, toutes situées à la droite du Tevere. L’emplacement de Rome au centre de la Méditerranée et ses inestimables richesses historiques et artistiques en ont fait, dans le passé, un centre politique, économique, culturel et spirituel - en particulier pour la présence du VATICAN et du gouvernement papal - non seulement pour lEurope mais pour le monde entier. Vue de la ville de Rome.
  4. 4. Cité du Vatican (vue aérienne).
  5. 5. Ce même désir de connaissance ma encouragée à participer à la sélection pour le « Cours de formation » à Paris avecces convictions :*Améliorer mes compétences, à travers la recherche proposée dans le cours, Le Grand Tour en Europe: art,paysage, jardins, créativité, innovation; un sujet de grand intérêt pour moi qui, en partie, ai rencontré dans monactivité de collaboration avec Italia Nostra, à la fois par des recherches, par la participation au « Projet dÉducation auPatrimoine Culturel et du Paysage », et notamment par une communication sur Arts et sources du paysage de lacampagne et de lAgro romano à partir du XVe jusqu’au XIXe siècle, qui propose un aperçu des peintres, des écrivainset des voyageurs européens de lère moderne, qui ont visité Rome et illustré dans leur œuvres l’Agro romano et lacampagne du Latium.En fait, ces territoires ont été souvent les destinations préférées des visiteurs du Grand Tour qui ont illustré lesétendues infinies de plaines, collines verdoyantes et même les grandes zones abandonnées par lhomme, marquéespar les vestiges classiques – entre les ruines des colonnes, les pierres tombales, les chapiteaux et les architraves quiémergent du sol et les décombres des aqueducs romains majestueux, qui en marquent fortement le paysage –comme le montre aussi une peinture évocatrice de Thomas Cole qui a pour sujet la campagne romaine. Thomas Cole, La Campagne Romaine, huile sur toile, 1843, LAthénée, Wadsworth Athaneum.
  6. 6. Des vues pittoresques et charmantes, source d’inspiration pour Stendhal, qui pendant son séjour à Rome en 1827, varévéler: James Trécourt, Portrait de Stendhal, c. 1845, huile sur toile, Collection privée «Rome, 3 août, 1827. – C’est pour la sixtième fois que j’entre dans la ville éternelle, et pourtant mon coeur est profondément agité. C’est un usage immémorial parmi les gens affectés d’être ému en arrivant à Rome, et j’ai presque honte de ce que je viens d’écrire». (Promenades dans Rome, par M. de Stendhal (Henri Beyle), Tome I, Paris, Delaunay Libraire 1829, p. 10).
  7. 7. *Comparer nos systèmes éducatifs – des établissements denseignement secondaireaux cours de formation pour les adultes, des cours universitaires aux servicespédagogiques des Musées – avec les méthodes denseignement adoptées pardautres pays en dehors de la Communauté européenne. En outre, compte tenu demon adhésion à lICOM, les stages que nous effectuerons dans les musées les plusimportants de Paris - Musée Delacroix, Maison Victor Hugo, Musée de la Ville de Paris,Musée Carnavalet, le Musée de lHistoire de Paris, Musé Départemental MauriceDenis «Le Prieuré», Musée dOrsay, Musée de lOrangerie, Musée du Louvre et leMusée du Quai Branly - seront certainement cruciaux pour le développement de mescompétences professionnelles.*Comprendre les différentes identités culturelles internationales par la langue, laculture, lart et le patrimoine du paysage appartenant aux expériences des autresétudiants et collègues européens. Comme l’on a dit déjà, lactivité avec lesAssociations environnementalistes minvite à attirer lattention sur la protection et lavalorisation du patrimoine artistique et des paysages et leur diffusion dans le domainede léducation, mais pas seulement au niveau national (pour les instituts secondairesde deuxième cycle, jai conçu des projets POF sur « Art et Paysage »), mais aussi enEurope, en me servant des dispositions de la Convention Européenne du Paysage et ensuivant les questions de politique environnementaliste et les « bonnes pratiques » del’association internationale Europa Nostra.
  8. 8. ROME est considérée par beaucoup lune des villes les plus belles du monde; sonpatrimoine artistique – y compris les monuments, les musées, les archives, lesbibliothèques, les immeubles, les biens architecturaux et archéologiques – est sans fin.Vous pouvez compter 148 musées et environ 400 églises et basiliques où sontconservées des œuvres dart: peintures, fresques, sculptures, architectures et objetsdune valeur inestimable, dartistes tels que Michelangelo, Raffaello, Bernini,Caravaggio, Rubens, Poussin, Canova et beaucoup d’autres.Même pour ceux qui sont nés dans cette ville ou y ont vécu longtemps et, parconséquent, sont en contact quotidiennement avec le patrimoine artistique - du Coliséeet du Forum Romain avec lArc de Constantin et la Colonne de Trajan, les places Navona,Spagna et del Popolo, les fontaines des rivières, Trevi et Tritone, de la Basilique Saint-Pierre, un véritable trésor dart et dhistoire au Panthéon, les palais de la noblesse et degaleries dart telles que la Colonna, Spada, Borghese, Doria Pamphili et la NationalGallery of Modern Art (GNAM) pour les villas que La Farnesina, Médeci et Torlonia, lesespaces verts aux œuvres plus contemporaines comme lAutel de la Patrie, de laconception complexe urbain et architectural de lEUR et musées, le MACRO et le MAXXI- il est impossible de rester détachés et impassibles face à la Magnificence de Romerépandue de façon capillaire et sans égal ; donc en fait a été illustré en 1758, certainesde ces œuvres et de ces monuments, dans le Guide de Giuseppe Vasi (Dellemagnificenze di Roma Antica e Moderna... nella stamperia del Chracas presso S. Marcoal corso, in Roma, MDCCXLVII). Le Colisée, le symbole de Rome et de lItalie, aparticulièrement fasciné Stendhal, qui le décrit de cette façon :
  9. 9. Commencé par Vespasien en 72 après J.-C. a été inauguré par Titus en 80 après J.-C. et a subi dautres transformations au cours du règne de Domitien. Avec dautres monuments de Rome - comme la basilique de Saint-Paul-hors-les-Murs, le Centre Historique de la ville et de la Cité du Vatican territoire extraterritorial de la ville - le Colisée depuis 1980, ​ est inclus dans le site du Patrimoine Mondial et dans la liste des Sept Nouvelles Merveilles du Monde, telle qu’elle a été rédigée par New Open World Corporation (NOWC).LAmphithéâtre Flavien ou Colisée (vue aérienne). « Le monde n’a rien vu d’aussi magnifique que ce monument: sa hauteur totale est de cent cinquante-sept pieds, et sa circonférence exteriéure de mille six cent quarante-un. […] Que de matinées heureuses j’ai passées au Colysée, perdu qualque coin de ces ruines immenses! Des étages supérieurs on voit en bas, dans l’arène, les galériens du pape travaillee en chantant. Le bruit de leurs chaînes se mêle au chant des oiseaux, tranquilles habitans du Colysée. » (Promenades dans Rome …, cit., pp. 25, 36).
  10. 10. L’Arc, construit en 203 après J.-C. pour célébrer lempereur Septime Sévère et sa victoire sur les Parthes, est revêtu de marbre, avec trois arcs avec des colonnes de lordre composito. Derrière l‘Arc il y a une base circulaire sur laquelle dès les temps anciens on pensait que l’épicentre symbolique de Rome était situé, dit Umbilicus Urbis. Ici on trouvait aussi le « jalon d’or » ou Miliarum aureum, une colonne de marbre recouverte de bronze et considérée comme le point de départ des rues principales. Dans lEmpire romain toutes les distances ont été calculées à partir de cet endroit.Le Forum romain avec larc de Septime Sévère, 203 AD et le Temple de la Concorde, (vue de nuit).
  11. 11. En fait Rome, comme la soutenu en 1796 Quatremère de Quincy – anticipant avec une compréhension profondedes discussions modernes sur les questions liées à la Protection du Patrimoine Historique et Artistique et duPaysage – peut être considéré sans aucun doute un ‘Musée en plain-air’: «Le véritable museum de Rome, celui dont je parle, se compose, il est vrai, de statues, de colonnes triomphales, de thermes, de cirques, d’ampithéatres, d’arcs de triomphe, de tombeaux, de stucs, de fresques, de bas- reliefs, d’inscriptions, de fragmens d’ornemens, de matériaux de contruction, de meubles, d’ustensiles, etc., etc., mais il ne se compose pas moins des lieux, des sites, des montagnes, des carrières, des routes antiques, des positions respectives des villes ruinées, des rapports géographiques, des relations de tous les objets entre eux, des souvenirs, des traditions locales, des usages encore existans, des parallèles et des rapprochemens qui ne peuvent se faire que dans le pays même». (Lettres sur le préjudice qu’occasioneroient Aux Arts et à la Science, le déplacement des monumens de l’art de l’Italie, le démembrement de ses Ecoles, et la spoliation de ses Collections, Galeries, Musée… par A. Quatremère, a Paris, Desenne-Quatremère, An IV, 1796, pp. 21-22). Cependant, nous devons considérer que la circulation intense et chaotique, dont la ville et ses monuments sont assiégés depuis des décennies, ainsi que les phénomènes de pollution atmosphérique et sonore, ne permettent pas de profiter pleinement des attraits fascinants de la caput mundi.
  12. 12. Parmi les nombreux voyageurs célèbres qui ont visité Rome il y avait aussi le poète anglais John Keats (Londres 1795 -Rome 1821) qui a vécu à Rome et mort de la tuberculose précocement, le 24 Février 1821. Bien que dans la vie il n’eûtpas cette gloire qui lui parvint après sa mort, il peut être considéré comme lun des plus grands poètes du romantismeanglais. Preuves de son séjour à Rome sont un monument situé sur le côté latéral du Musée Keats-Shelley (le bâtimentoù il a passé ses derniers jours) et le tombeau placé dans le Cimetière non catholique de Rome.William Hilton, Joseph Severn, Portrait de John Keats, Plaque commémorative du poète John Keats, Épitaphe pour le poète John Keats.1822 env., huile sur toile, Londres, National Portrait Rome, Keats-Shelley Musée Rome, Cimetière Protestant,Gallery.Ainsi il est célébré dans les versets de la pierre recouvrant sa tombe dans ce Cimetière – également appelé « desdartistes et de poètes », pour la plupart des ressortissants étrangers – à quelques pas de la Pyramide de Cestius et laBasilique de Saint-Paul-hors-les-Murs: « This grave contains all that was mortal, of a young English poet, who on his death bed, in the bitterness of his heart, at the malicious power of his enemies, desired these words to be engraven on his tombstone: Here lies one whose name was writ in water ».
  13. 13. Ces dernières années, mon travail ma mise en contact avec tant dœuvresdart à Rome, dont des peintures, des sculptures, des architectures, desmonuments classiques et des objets, dont certains sont très familiers etcélébrés, tandis que dautres sont moins connus au public, mais non moinsimportants pour connaître la richesse historique et artistique de la villeéternelle. Cest pourquoi il peut être utile de proposer un « récit parimages » de Rome et de son histoire, avec quelques-unes des œuvres quiont marqué le plus la ville dans limaginaire collectif. De lAntiquité classiqueau Moyen Age, de la Renaissance au Catholicisme dominant, du Classicismeau Naturalisme et au Baroque, de lidéologie du Fascisme aux expressionsdu Structuralisme moderne et contemporain. Traverser Rome, en marchantdans ses rues anciennes, parmi les ruines de la civilisation classique devientun voyage unique à travers les siècles, une expérience visuelle, de lintellectet de lâme que peu dautres endroits dans le monde peuvent offrir.
  14. 14. Thermes de Caracalla (ou Antonine), 212-217 après J. C. Leocares (restauré par Giovanni Angelo Montorsoli), Apollo del Belvedere,ca. 350 avant J.C., le marbre, la Cité du Vatican, Musées du Vatican.
  15. 15. Michelangelo, La Pietà, 1497-1499, marbre, Cité du Vatican, Basilique de Saint-Pierre.
  16. 16. Raffaello Sanzio, Le Triomphe de Galatée, Loggia de Galatée, 1511-1512, fresque, Villa Farnesina.
  17. 17. Michelangelo Merisi da Caravaggio, La Déposition du Christ de la Croix, Gian Lorenzo Bernini et ses collaborateurs, Baldacchino de Saint-Pierre, 1602-1604, huile sur toile, Cité du Vatican, Musées du Vatican. 1624-1633, bronze, bronze doré, bois, marbre, la Cité du Vatican, Basilique de Saint-Pierre.
  18. 18. Antonio Canova, Paolina Borghese Bonaparte come Venere vincitrice,Alessandro Specchi, Francesco De Sanctis, 1804-1808, marbre, Galleria Borghese Échelle de Trinità dei Monti, Place dEspagne, 1721-1735
  19. 19. Giuseppe Sacconi (et G. Koch, M. Manfredi et P. Piacentini), Autel de la Patrie (Il Vittoriano), 1878-1935, marbre botticino. Zaha Hadid, MAXXI (Musée national des arts du XXIe siècle), 2010.

×