Preparation physique du chien de sport

2 268 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 268
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
17
Actions
Partages
0
Téléchargements
26
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Preparation physique du chien de sport

  1. 1. PRÉPARATION PHYSIQUE DU CHIEN DE SPORT ● Analyse des composantes de la performance sportive ● Entraînement physique adapté ● Alimentation raisonnée
  2. 2. Composantes de la performance sportive
  3. 3. Composantes de la performance sportive ● Facteurs morphologiques : – Potentiel génétique et variations individuelles ● Conformation générale ● Angles articulaires ● Rapport masse musculaire/poids du corps ● Conformation des voies respiratoires
  4. 4. Composantes de la performance sportive ● Facteurs physiologiques : ● Production d'énergie : ajustements métaboliques, puissance et capacité des différentes voies de production d'ATP ● Distribution de l'énergie : adaptations cardio- vasculaires et respiratoires
  5. 5. Composantes de la performance sportive ● Facteurs alimentaires : ● Niveau énergétique de l'aliment ● Digestibilité ● Nature des matières premières et appétence ● Volume de l'aliment
  6. 6. Composantes de la performance sportive ● Facteurs psychologiques : ● Motivation ● Résistance à l'effort, aptitude au surpassement ● Résistance aux perturbations de l'environnement ● Aptitudes sociales (avec hommes et congénères)
  7. 7. Composantes de la performance sportive ● Facteurs environnementaux : ● Nature du terrain (parcours, déclivité, altitude, état...) ● Facteurs météorologiques (température, pluie, vent, neige...) ● Facteurs d 'ambiance (transport, niveau sonore, comportement du public, présence d'autres animaux..)
  8. 8. Composantes de la performance sportive
  9. 9. Assurer un entraînement physique raisonné ● Généralités ● Métabolisme énergétique de l'effort ● Anaérobie alactique ● Anaérobie lactique ● Aérobiose ● Modifications cardio-vasculaires ● Pratique de l'entraînement physique ● Principes ● Échauffement ● Exercices ● Récupération ● Contrôles ● Evolution des entraînements
  10. 10. Assurer un entraînement physique raisonné ● Généralités
  11. 11. Assurer un entraînement physique raisonné ● Généralités
  12. 12. Assurer un entraînement physique raisonné ● Métabolisme énergétique de l'effort – Énergie de la contraction musculaire = ATP (Adénosine Tri Phosphate) ATP ADP + P + ÉNERGIE – ATP cellulaire est rapidement épuisé, les muscles nécessitent un approvisionnement durant l'effort. – 3 voies métaboliques principales sont mises en jeux pour synthétiser de l'ATP au sein des cellules musculaires
  13. 13. Assurer un entraînement physique raisonné ● Anaérobie alactique : – Production d'ATP en l'absence d'oxygène et sans production d'acide lactique. – Survient au début d'efforts violents, épuisé en quelques secondes. Ex : sauts – Facteur limitant = stock d'ATP – Système non amélioré par l'entraînement. Métabolisme énergétique de l'effort
  14. 14. Assurer un entraînement physique raisonné ● Anaérobie lactique : – Production d'ATP à partir de glycogène, en l'absence d'oxygène avec production d'acide lactique. – Acide lactique = déchet toxique qui s'accumule dans le muscle et dans la circulation (fatigue, courbatures, crampes...) – Efforts intenses, lorsque le muscle n'est pas ou plus sufsamment approvisionné en oxygène. Métabolisme énergétique de l'effort ● Maximum après 10 secondes d'effort et prépondérant durant 60 secondes. Ex : attaque de face ring ● Facteur limitant = accumulation d'acide lactique. L'entraînement physique améliore l'activité enzymatique, et la tolérance des muscles à l'acide lactique.
  15. 15. Assurer un entraînement physique raisonné ● Aérobiose : – Production d'ATP à partir de lipides ou de glucose, en présence d'oxygène, avec production de CO2. Métabolisme énergétique de l'effort ● Système qui intervient dès que l'effort dépasse 2 minutes. Un effort d'intensité modérée peut être maintenu pendant plusieurs heures. Efforts d'endurance, attaques longues. ● Facteur limitant = approvisionnement en oxygène. L'entraînement physique améliore les capacités cardio-respiratoires (approvisionnement en O2 et élimination du CO2) ● Chez le chien ce sont les lipides sous forme d'acides gras libres plasmatiques (AGLP) qui sont majoritairement utilisés dans cette voie.
  16. 16. Assurer un entraînement physique raisonné Métabolisme énergétique de l'effort
  17. 17. Assurer un entraînement physique raisonné Métabolisme énergétique de l'effort Type de sport Aérobiose Saut +++ + #0 Attaque courte +++ ++ + Course de lévrier (sprint) +++ +++++ ++ Agility #0 ++++ ++ Concours en Ring #0 +++ +++ Field Trial #0 ++ +++ Pistage #0 #0 ++++ Campagne #0 ++ +++ Travail à l'eau #0 + ++++ Troupeau #0 #0 ++++ Course traîneau longue #0 #0 +++++ Course traîneau vitesse #0 + à ++ +++++ Anaérobiose alactique Anaérobiose lactique
  18. 18. Assurer un entraînement physique raisonné Modifications cardio-vasculaires ● L'effort physique entraîne une adaptation du système cardio-vasculaire visant à : – Améliorer la distibution de O2 aux tissus – Optimiser l'évacuation et le recyclage des déchets (CO2 et acide lactique ● Ces adaptations sont: – Augmentation du débit sanguin (favorise les échanges), vasodilatation – Augmentation du débit et de la fréquence cardiaque – Contraction éventuelle de la rate pour augmenter le nombre de globules rouges.
  19. 19. Assurer un entraînement physique raisonné ● L'entraînement physique va permettre d'optimiser ces adaptations en modifiant de façon importante le système cardio-vasculaire : ● Au niveau cardiaque : – Diminution de l'énergie nécessaire à fournir un travail donné – Augmentation des capacités de pompe du coeur – Diminution de la fréquence cardiaque de repos ● Au niveau vasculaire : – Augmentation du nombre et de la densité des vaisseaux sanguins capillaires des muscles. ● Au niveau respiratoire : – Augmentation de la capacité globale de l'organisme à consommer de l'oxygène. Modifications cardio-vasculaires
  20. 20. Assurer un entraînement physique raisonné ● Principes : – Augmenter la masse et la force musculaire. – Développer les voies métaboliques impliquées dans le travail que doit fournir le chien. Pratique de l'entraînement physique améliorer la tolérance à l'effort ● Entraînement éprouvant pour le chien, physiquement et psychologiquement : ● Débuter lorsque la croissance est finie. ● Privilégier le jeu pour conserver la motivation du chien à exécuter des exercices répétitifs.
  21. 21. Assurer un entraînement physique raisonné ● Principes : – Principe de surcharge : Exposer l'organisme à une charge de travail d'intensité, de durée et de fréquence sufsantes pour induire une amélioration des fonctions soumises à l'entraînement, et donc des performances. La charge d'entraînement doit être ● Croissante : augmentation progressive de l'intensité, de la durée et de la fréquence. ● Continue : succession régulière d'entraînements, entrecoupés de phases de récupération. Pratique de l'entraînement physique
  22. 22. Assurer un entraînement physique raisonné Pratique de l'entraînement physique – Principes : ● 3-4 puis 5 séances hebdomadaires (partie technique comprise) ● Jamais plus de 2 jours consécutifs de repos ● Jamais plus de 4 jours consécutifs de travail
  23. 23. ● Échauffement : – Buts : ● Augmenter la température du corps et surtout celle des muscles pour les préparer à l'effort. ● Augmenter l'activité enzymatique pour améliorer le métabolisme énergétique. ● Activer le débit sanguin et donc la disponibilité en oxygène ● Accroître la souplesse articulaire et musculaire pour améliorer la stabilité motrice et diminuer l'incidence des traumatismes et des courbatures. Assurer un entraînement physique raisonné Pratique de l'entraînement physique
  24. 24. Assurer un entraînement physique raisonné ● Échauffement : – Pratique : ● 1/ Détente du chien : marche, trot ● 2/ Mobilisations articulaires douces – Des membres en extension-flexion et abduction-adduction – Du train postérieur et de la région dorso-lombaire en hyper- extension – De la tête en rotation. ● 3/ Exécution, à faible intensité, de mouvements de l'activité sportive à laquelle on le prépare. Pratique de l'entraînement physique
  25. 25. Assurer un entraînement physique raisonné ● Exercices : – Développement de la force musculaire : ● Activité intense de quelques secondes pour ne pas mettre en oeuvre le système anaérobie lactique. ● Course avec un harnais lesté (2 ou 3 kg) ou course en côte (pente proche de 25%) sur de courtes distance (50 à 100 m) ● Série de 4 à 6 courses entrecoupées de récupération courte d'1 à 2 minutes. ● 2 séances / semaines durant le premier mois d'entraînement annuel Pratique de l'entraînement physique
  26. 26. Assurer un entraînement physique raisonné ● Exercices : – Développement de la puissance anaérobie lactique: ● Exercices intenses pendant 1 à 2 minutes, entrecoupés de phases de repos actif de 3 à 4 minutes ● Lancé d'une balle sur terre ou dans l'eau (la natation permet un excellent travail cardio-respiratoire) et récupération en faisant marcher ou trotter doucement le chien. ● 1 à 2 séances par semaine, sauf en période de compétition intense Pratique de l'entraînement physique
  27. 27. Assurer un entraînement physique raisonné ● Exercices : – Développement de l'aérobiose : 2 méthodes d'entraînement ● FRACTIONNÉ : Exercices relativement intenses pendant 4 à 5 minutes, entrecoupés de récupération active pendant le même temps. Développement de la puissance aérobie ● CONTINU : activité modérée pendant une durée croissante au fil des semaines, jusqu'à 45 minutes à 1 heure. Développement de l'aptitude à l'effort d'endurance Pratique de l'entraînement physique
  28. 28. Assurer un entraînement physique raisonné ● Récupération : – Récupération active : exercice léger (marche, petit trot) permet d'éliminer activement l'acide lactique (débit sanguin musculaire 6 fois plus important lors de travail léger qu'au repos). Diminution de la sensation de fatigue et des courbatures ● Entre chaque série d'exercice et en fin de séance d'entraînement, le chien est promené jusqu'à ce qu'il retrouve son soufe et une fréquence cardiaque proche de celle de repos. ● Elle peut se compléter d'un massage. – Récupération passive : chien mis au repos dans sa cage de transport. De façon exceptionnelle, permet de travailler les voies métaboliques d'élimination de l'acide lactique. Pratique de l'entraînement physique
  29. 29. Assurer un entraînement physique raisonné ● Contrôles de la validité de l'entraînement physique: – Épreuve test : La transformation de l'énergie chimique en énergie mécanique produit de la chaleur. Un chien non entraîné a un rendement énergétique moindre qu'un chien entraîné (10 % de moins); pour un même effort, la différence entre sa température avant et après l'effort sera plus élevée que celle d'un chien entraîné. Environ deux fois par mois on peut réaliser une épreuve standard, la différence entre la température avant et après l'effort doit diminuer au fil des entraînements. Pratique de l'entraînement physique
  30. 30. Assurer un entraînement physique raisonné ● Contrôles de la validité de l'entraînement physique: – Tests biologiques ● L'entraînement physique amène une augmentation du nombre de globules rouges, et donc du taux d'hématocrite. Ces paramètres sont révélateurs de l'intensité du stress cumulatif d'entraînement et du bon ajustement de l'apport protéique alimentaire. ANÉMIE DU CHIEN SPORTIF : animal surentraîné avec apports protéiques alimentaire trop faible ● Contrôle de la teneur sanguine en Magnésium et Fer . Les besoins sont accrus à l'effort et une chute de leur niveau plasmatique peut être responsable respectivement de phénomènes d'excitation tétaniforme post-effort et d'une augmentation du risque d'anémie du sportif . Pratique de l'entraînement physique
  31. 31. Assurer un entraînement physique raisonné ● Evolution des entraînements : – Objectif : période de compétition ou d'utilisation maximale avec un chien en pleine possessions de ses moyens. – Entraînement début de saison : ● Commence 2 à 3 mois avant période d'activité maximale. ● Augmentation de la durée, de l'intensité et de la fréquence des exercices. ● Musculation et augmentation des capacités métaboliques. – Entraînement en saison : ● Avec une compétition par semaine 1 ou 2 séances d'entraînement physique hebdomadaires sufsent à maintenir le chien en forme ● Adapter le rythme au rythme de compétition du chien, afin d'éviter toute fatigue physique et mentale. – Entraînement hors-saison : ● Niveau d'activité permettant un maintient du poids de forme, de la force et de l'endurance musculaire. ● Course à faible intensité ou natation 1 fois / semaine et un maximum de jeux. Pratique de l'entraînement physique
  32. 32. Assurer un entraînement physique raisonné Pratique de l'entraînement physique
  33. 33. Procurer une alimentation adaptée ● Apports recommandés ● Énergétiques et lipidiques ● Glucidiques ● Protéiques ● Minéraux et vitamines ● Soutien nutritionnel ergogène de l'effort ● L-Carnitine ● Chondroïtine sulfate et glycosaminoglycanes ● Rationnement du chien de sport ● Choix du type d'alimentation ● Distribution des repas.
  34. 34. Procurer une alimentation adaptée ● Apports recommandés ● L'eau : 1er des nutriments. Corps = 80% d'eau ● Apports de l'alimentation : – Favoriser une bonne santé, – Mettre à disposition du chien l'énergie nécessaire pour assurer des efforts physiques, – Fournir assez de protéines pour permettre le développement de la masse musculaire, – Procurer vitamines, minéraux et oligo-éléments en rapport avec des besoins élevés. ● Ration appétente et adaptée à la digestion du chien
  35. 35. Procurer une alimentation adaptée ● Apports énergétiques et lipidiques : – Augmentation des besoins de 50 à 200 % par rapport à un chien à l'entretien. – Energie apportée essentiellement par les lipides : 9 kcal/g (protéines et les glucides :4 kcal/g), très appétents, très digestes, bien tolérés et valorisés par le chien (si aliments bien conservés). – Rôles des lipides : ● Apports énergétiques : – graisses saturées (suif, saindoux) pas d'autres rôle – Graisses de coco, coprah et palmiste (acides gras courts ou moyens) sont plus intéressantes car digestion passive sans intervention des sels biliaires ● Rôle structural : composent en partie les membranes cellulaires. Apports recommandés
  36. 36. Procurer une alimentation adaptée ● Apports énergétiques et lipidiques : ● Rôle fonctionnel : les Acides Gras Essentiel (AGE) – AGE oméga-6 : ● Responsables de la bonne santé de la peau et du poil. ● Trouvés dans les huiles végétales (tournesol, maïs) – AGE oméga-3 : ● Nombreux rôles (intégrité des membranes cellulaires, fonctionnement des système nerveux et immunitaires) dont des vertus anti-inflammatoires (effet connu sur les démangeaisons cutanées de type allergique) et oxygénatrices en améliorant le passage de l'oxygène dans les cellules. ● Trouvés dans les huiles de poisson et en quantité moindre dans les huiles de soja de colza et de pépin de raisin. Apports recommandés
  37. 37. Procurer une alimentation adaptée ● Apports énergétiques et lipidiques : Les apports lipidiques sont parmi les plus importants pour le chien de sport Doivent représenter en moyenne : 25 % de la ration, soit 20 à 30 % de la matière sèche (MS) de l'aliment Exemple : composition de croquettes 31% protéines brutes (PB) , 21% matières grasse (MG) , 7% cendres, 1,5 % cellulose et 8% humidité Pour comparer des croquettes, raisonner sur matière sèche (teneur en eau variable) . Ici 21% de MG dans une croquette contenant 8% d'eau, soit 20 g de MG dans 92g de matière sèche soit 21,7 % de MG dans la matière sèche de ces croquettes. Apports recommandés
  38. 38. Procurer une alimentation adaptée ● Apports glucidiques : ● Pas rigoureusement indispensable pour chien de sport (synthèse de glucose par le foie à partir d'acides aminés) ● Le chien digère mal l'amidon (manque d'efcacité des amylases pancréatiques) qui doit donc être très cuit. ● Valeur calorique moins élevée que lipides => ils augmentent le volume de la ration et donc diminuent sa digestibilité globale. ● Seules les fibres alimentaires (cellulose) sont indispensables à petites doses (1,5 à 2 % de la MS) . Elles servent de lest pour réguler le transit intestinal. Pour le chien de sport : glucides sélectionnés, en quantité restreinte et traités pour assurer une digestibilité optimale. Apports recommandés
  39. 39. Procurer une alimentation adaptée ● Apports protéiques : – Protéine = molécule constituée d'acides aminés (AA). Certains acides aminés sont dits essentiels , c'est-à-dire que l'organisme du chien est incapable de les synthétiser. La valeur biologique d'une protéine dépend de sa composition en AA essentiels. – Rôle des protéines : servent à construire et réparer les tissus (os, muscles, structures nerveuses..).=> leur apport augmente dès le début de l'entraînement pour favoriser le développement de la masse musculaire. – Eviter les protéines de mauvaise qualité (tendon, aponévroses => sous produits animaux) qui ne sont pas bien digérées et mal assimilées. – Eviter les excès protéiques responsables de surcharge rénale et hépatique. – Apports recommandés : 70 à 90 g de PB / 1000 kcal d'aliment et teneur en PB proche de 35% à 40 % de la MS. Apports recommandés
  40. 40. Procurer une alimentation adaptée ● Apports protéiques : ● La teneur en protéines de l'aliment n'est pas une garantie de qualité . Il faut tenir compte des matières première utilisées qui seules garantissent la bonne digestibilité des protéines et leur valeur biologique. – Aliment 1 : Analyse moyenne: 30%PB et 20% MG Ingrédients : Céréales, viandes et sous-produits animaux (min 4% de poulet), extraits de protéines végétales ... – Aliment 2 : analyse moyenne : 31% PB et 20 % MG Ingrédients : Poulet (22%), protéines de volaille déshydratées, riz (17%)... Apporter des protéines de bonne qualité biologique, riches en AA essentiels et respecter un rapport optimal protéines/énergie. Apports recommandés
  41. 41. Procurer une alimentation adaptée ● Apports minéraux et vitamines : ● Macro-éléments : – Besoins accrus en magnésium et calcium 1,5 à 3% de la MS en Ca et 0,15% de la MS en Mg. – Limiter les apports en phosphore dont les excès nuisent à la calcémie et à la magnésémie: 1 à 1,2 % max de la MS en P ● Oligo-éléments : Proportions multipliées par 2 par rapport aux besoins d'entretien. – Surveiller les apports en ZINC (participe au métabolisme musculaire) : 210 mg/kg d'aliment, – en SELENIUM (anti-oxydant) : 0,4 mg/kg d'aliment, – en CUIVRE (constituant de la trame osseuse et du cartilage, prévient aussi certaines anémies) : 35 mg/kg d'aliment – en FER : 210 mg/kg d'aliment Apports recommandés
  42. 42. Procurer une alimentation adaptée ● Apports minéraux et vitamines : ● Vitamines : les apports seront multipliés par 2 ou 3 par rapport à l'entretien. – On veillera particulièrement aux apports en : ● Vitamine C et E importantes chez le sportif car elles ont un rôle anti- oxydant – Vit. C : 0,25 mg/ kcal d'aliment consommé – Vit. E : 400 UI (mg) / kcal d'aliment consommé. L'effort physique est à l'origine de la production de radicaux libres dans le muscle : c'est le STRESS OXYDATIF CELLULAIRE, responsable de lésions sur l'ensemble des composants cellulaires et sur les acides gras membranaires en particulier. ● Vitamine B12 (synthèse des globules rouges) : 40 µg/kg de PV Apports recommandés
  43. 43. Procurer une alimentation adaptée Apport de substances dans l'alimentation afin d'améliorer la performance et/ou la récupération physique. Ces substances non-médicamenteuses, assimilables à des nutriments, sont d'une innocuité totale pour le chien. ● La L-Carnitine : – Acide aminé qui assure le transport des acides gras au travers des membranes cellulaires où ils sont oxydés pour fournir de l'énergie. Lors d'efforts aérobies la L-Carnitine devient un facteur limitant du travail musculaire. – Apport de 50 mg/kg PV par voie orale, suft seul à améliorer la réponse de l'organisme à un effort prolongé ainsi que ses capacités de récupération. – Pratique : apport quotidien durant la semaine précédant un concours. Soutien nutritionnel ergogène de l'effort
  44. 44. Procurer une alimentation adaptée ● La chondroïtine sulfate et les glycosaminoglycanes : – Molécules dérivées de l'acide hyaluronique, constituant fondamental du cartilage. – Intéressantes chez le chien de sport où les articulations sont mises à rude épreuve. – Apports en chondroïtine sulfate : ● 50 mg/kg/jour pendant le premier mois d'entraînement puis ● 25 à 30 mg/kg durant toute la période d'entraînement et de compétition. Soutien nutritionnel ergogène de l'effort
  45. 45. Procurer une alimentation adaptée ● Choix du type d'alimentation : – Couvrir des besoins accrus sans surcharger le tube digestif et sans multiplier les repas => aliments secs de bonne qualité très concentrés en énergie (conçus pour les chiens à activité intense) – Lire l'étiquette de l'aliment : ● Liste des ingrédients : par ordre décroissant de quantité dans l'aliment => informations sur la valeur nutritionnelles. ● Analyse moyenne : informations sur la valeur énergétique ● Exemple de 2 aliments croquettes : Rationnement du chien de sport
  46. 46. Procurer une alimentation adaptée ● Choix du type d'alimentation : ● Valeur énergétique = ( 9 x MG) + (4 x ENA) + (4 x PB) ENA = 100 - (PB - MG – cendres brutes – cellulose brute – humidité) soit ici 439 kCal/ 100 g d'aliment. ● Valeur nutritionnelle : les ingrédients majoritaires (3 premiers) sont d'excellente qualité. Rationnement du chien de sport
  47. 47. Procurer une alimentation adaptée ● Choix du type d'alimentation : ● Valeur énergétique = 402 kcal/ 100 g d'aliment. ● Valeur nutritionnelle : les ingrédients majoritaires (3 premiers) ne sont pas d'excellente qualité. Rationnement du chien de sport
  48. 48. Procurer une alimentation adaptée ● Distribution des repas : – En plusieurs fois pour minimiser l'encombrement stomacal, favoriser la digestion et diminuer le risque de torsion d'estomac et de diarrhée de stress. – Jours de concours ou d'entraînement : ● Distribuer ¼ de la ration journalière, très hydraté (3 à 4 fois plus d'eau que de croquettes) au moins 3 heures avant l'effort. ● Si impossible : donner le matin et au moment de l'échauffement un complément nutritionnel lipidique à haute teneur en énergie Rationnement du chien de sport
  49. 49. Procurer une alimentation adaptée ● Distribution des repas : – Jours de concours ou d'entraînement : ● Abreuver le chien de façon fractionnée pendant et après l'effort. ● Possibilité d'utiliser des réhydratants oraux pour chien (pas pour chevaux car trop riches en NaCl) qui stimulent l'abreuvement et améliorent la récupération. ● Attendre au moins 2 heures après l'effort pour réalimenter le chien. – Maintenir la stabilité pondérale du chien en adaptant les quantités distribuée en fonction du travail demandé (aliment effort en saison de compétition et d'entraînement, aliment entretien en période de repos). Rationnement du chien de sport
  50. 50. Procurer une alimentation adaptée ● Travail intense et compétition génèrent un stress physique et psychologique. ● L'alimentation doit couvrir des besoins énergétiques liés au travail musculaire, et des besoins nutritionnels relatifs au stress. ● Contraintes de l'alimentation chez le chien sportif : – Apports en énergie nécessaires à l'activité – Bolus intestinal de faible volume – Hydratation de l'ensemble de l'organisme – Apports ergogènes – Apports en anti-oxydants pour lutter contre le stress oxydatif cellulaire.

×