27 JUIN 09
                                                                                                               ...
27 JUIN 09
                                                                                                               ...
27 JUIN 09
                                                                                                               ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Eric Delannoy le monde 27 juin 2009

462 vues

Publié le

Publié dans : Business, Économie & finance
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
462
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
32
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Eric Delannoy le monde 27 juin 2009

  1. 1. 27 JUIN 09 Quotidien Paris OJD : 300522 80 BOULEVARD AUGUSTE-BLANQUI Surface approx. (cm²) : 567 75707 PARIS CEDEX 13 - 01 57 28 20 00 N° de page : 27 Page 1/3 Les difficultés des « LBO » pèsent sur les banques Les experts estiment que les établissements financiers français pourraient perdre jusqu'à 28 milliards d'euros JEU DES 7 DIFFÉRENCES SUB PRIME Une technique financière Chiffres Les premieres opera née dans les années 1980 tions de LBO ont debute dans les annees 1980, dans les pays anglo- Lexique Le Leverage Buy Out saxons La plus célèbre et la plus (LBO) est une technique financie- décriée étant le rachat par le re utilisée par les fonds d'investis- fonds américain KKR du groupe sement qui permet de racheter RJR Nabisco, a l'origine du livre une sociéte en ayant un fort Barbarian are at the gate (ed recours a l'emprunt Un « effet de Arrow, 2004) En Europe, elles se levier » dope les profits. Le rem sont multipliées au début des boursement de la dette est sup- annees 2000 En France, en porté par l'entreprise elle-même. 2008,1 500 societes ont éte rachetées avec cette technique, dont 20 % seraient en difficulté à cause de leur fort endettement. WEAVE Eléments de recherche : WEAVE : cabinet de conseil en management, toutes citations 5288840200506/GRT/MKP/1
  2. 2. 27 JUIN 09 Quotidien Paris OJD : 300522 80 BOULEVARD AUGUSTE-BLANQUI Surface approx. (cm²) : 567 75707 PARIS CEDEX 13 - 01 57 28 20 00 N° de page : 27 Page 2/3 es« LBO » (Leverage Buy Out) L ficile encore » seront-ils la prochaine bom- Conscients de leur impopulari- be financiere a l'origine té, en particulier vis a-vis des syn- d'énormes pertes pour le secteur dicats, les fonds ont décide d'un bancaire ? Plus la crise economi- code de bonne conduite « pour rap- que s'étire, plus l'inquiétude gran peler aux acteurs de LBO, auxfonds dit envers cette technique financie- et aux banques, qu'ils doivent re consistant a racheter des entre- regler leurs problèmes entre eux et prises « a credit », plus exacte préserver en priorité l'entreprise », ment avec un fort recours a l'em- souligne M de Bernardy « S'il y a prunt Apres avoir fragilise des cen- une "bombe LBO ', les victimes doi- taines de PME en France, ce mode vent être les banques et les fonds et de financement tres prise dans les surtout pas les entreprises et leurs annees 2000, en période d'argent employes, martelé t il Le LBO est facile, menacerait la stabilité des un jeu entre adultes consentants, banques les fonds et les banques savent les A tm 2008, les etablissements risques qu'ils prennent » avaient en stock 60 milliards Reste que les intérêts de ces pro- d'euros de prets accordes a des ope tagonistes sont opposes Pourpre- rations de LBO dont 8,9 milliards server leurs profits, les fonds sont d'euros sont inscrits au bilan de prets a renflouer l'entreprise sous BNP Paribas et 5,4 milliards a celui reserve que les banques renoncent de la Societe generale Sur cet a une grosse part de leur dette encours, les experts estiment que « Les banques sont aussi coupables, pres de 50 % seraient « en dan- certaines nous ont incites a ger », soit 28 milliards de pertes emprunter des sommes excessi potentielles pour les banques et ves », argue le patron d'un grand plus que le montant de l'aide de fonds europeen l'Etat au secteur bancaire pour pas Maîs le secteur bancaire, déjà ser le cap de la crise des subpnmes ébranle par la crise des subpnmes, Comment en est-on arrive la ? n'est pas prét a un tel sacrifice En 2008,1500 entreprises ont ete Pour les cas extrêmes, il privilégie, rachetées par des fonds d'investis le reechelonnement dè la dette ou sèment dits de LBO, qui ont sa conversion en actions « ll faut emprunte 50 %, 70 %, parfois jouer la duree pour soulager les So % et plus de la mise nécessaire entreprises », plaide aussi Rene Les entreprises étaient censées Ricol, le médiateur du credit, rembourser elles mêmes cette dénonçant la « froideur gestionnai énorme dette grace a leurs profits, re » des patrons de fonds Cepen aidées par la croissance Ces fonds dani, même si elles parviennent a entendaient ainsi profiter du cre- echanger leur dette, les banques ne dit bon marche, et revendre les sont pas protégées Car nul ne sait societes avec une confortable plus- combien de temps durera la crise value quatre ou cinq ans plus tard Certaines, a l'image de BNP Pan- Maîs la crise a change la donne bas, se disent pourtant sereines Les entreprises sont a la peine, « Notre portefeuille LBO ne doit sus leurs benefices chutent, la dette citer ni défausses attentes, ni de jusqu'ici acceptable devient inte fausses inquiétudes, a récemment nable Mois apres mois, des dos- déclare son directeur general, Bau- siers délicats sont portes a la douin Pret II se repartit entre 400 connaissance du public Desjon- dossiers, a gs % sur de la dette queres, Monier, Matens, et même senior (garantie), a 46% en France Kaufmann & Broad C'est un portefeuille de qualite » Des intérêts opposés « Les LBO ne sont pas les nou- Selon l'AFIC, ['association qui veaux subpnmes », avertit aussi représente les fonds d'investisse- Eric Delannoy de la societe de ment en France, 20 % des entrepn conseil Weave, pour qui moins de ses sous LBO auraient des difficul- 10 % de la dette LBO est en risque tés a rembourser leur dette « Ces Même si le danger LBO existe chiffres sont peut-être sous estimes, pour M Delannoy, il est en fait avoue Jean-Louis de Bernardy, pre bien moindre que celui des sident de l'AFIC et fondateur d'un défauts de paiement des menages des premiers fonds de LBO en Fran- frappes par la récession et le chô- ce En 2009, la situation est plus dif- mage ll Claire Gatinois et Anne Michel. WEAVE Eléments de recherche : WEAVE : cabinet de conseil en management, toutes citations 5288840200506/GRT/MKP/1
  3. 3. 27 JUIN 09 Quotidien Paris OJD : 300522 80 BOULEVARD AUGUSTE-BLANQUI Surface approx. (cm²) : 567 75707 PARIS CEDEX 13 - 01 57 28 20 00 N° de page : 27 Page 3/3 Etranglé par la dette, le fabricant des tuiles Monier change de propriétaire Reportage de quatre enfants Graffitis com salaries dans 46 pays sera rebapti rester en 2009 largement positif a ne parmi 140 prêteurs qui rejet me « Lafarge ma tue > vitres cas sec Menier «Lafarge nous avait no millions d euros tent la solution de PAI Partners et Seyssuel (Isere) sees traces dincendie témoignent promis d intervenir en cas de coup Ce qui fait basculer la situation propose de convertir 40 % de sa Envoyée speciale de la colere de la quarantaine de dur maîs ta lin y a plus person aujourd hui e est la dette de 2 mil créance en titres Menier et d appor salaries promis au chomage dans ne» souligne Steve < Ils ont f ait lards d euros liee a I acquisition ter 950 millions d euros de hquidi L usine Monier de Seyssuel (Isere) une region ou le tissu industriel une bonne affaire et maintenant par PAI Partners Dans ce type te sous la forme d un pret rem qui fabnquait des tuiles en beton est mis a mal « On ne peut pas pas ils se tirent résume lean Michel d operation par LBO (Leverage Buy boursable en cinq ans divisant par est arrêtée depuis le i" janvier sercette societe pur pertes et profits Rabut delegue syndical (CGT) Out) I acquéreur engage peu de deux la dette I es prêteurs devien Pourtant devant le portail clos et laisser 40 familles dans la nata fonds propres emprunte le reste nent ainsi les nouveaux propnetai dans cette zone industrielle une re I ai demande au prefet de reunir Montages complexes et compte suri entreprise cible res de Monier évinçant PAI Par douzaine d ouvriers se retrouvent une table ronde quia ]usqu a main Deux ans plus tard 58 postes pour rembourser en quatre ou tners qui perd au passage sa mise chaque matin pour i ne passe per tenant toujours ete reportée w sur 961 en France sont supprimes cinq ans Maîs des fm 2008 avec la de 250 millions d euros dredevue pour se soutenir i Pier déplore jacques Remilher députe Le site de Seyssuel est ferme < La dégradation de la rentabilité PAI Ces montages complexes mobi re Steve lean Francois Wilfned maire (UMP) de Vienne construction en France a chute cle Partners se tourne vers les crean lisent une centaine de financiers et Michelont < entre sept et quinze Pour savoir comment on en est 20 % et la reprise n interviendra ciers pourqu ils abandonnent une de juristes qui touchent plusieurs ans de maison > et perçoivent tou arnve la il faut remonter en 2007 de maniere tres faible qu au partie de la dette quitte a remjec dizaines de millions d euros d ho jours leur salaire soit entre i zoo et lorsque le cimentier Lafarge cede deuxieme semestre 2010 > justifie ter des fonds Aujourd hui la socie noraires a la charge de Monier L ac 1600 euros par mois prime de sa branche «toiture) pour24mil Stephane Lecat PDG de Monier te ne vaut plus que i milliard cord doit etre maintenant entérine nuitmduse Ilsnetravaillentplus harris d euros au fonds d inveblib France Pourtant les resultats d euros Lafarge en profite alors par les banques ct le nouveau depuis six mois et seront bientôt sèment francais PAI Partners qui sont lom d etre alarmants Le chif pour se retirer du tour de table conseil d administration ou siege officiellementlicencies en acquiert 65 % Le PDG de Lafar fre d affaires en France est reste Maîs la négociation se compli rent des representants des fonds « On se sent trahis écœures ge Bruno Lafont affirmait vouloir quasi stable en 2008 a 177 mil que lorsque 20 % de cette dette est opportunistes dont nul ne connaît maîs solidaires Nous demandons rester associe a hauteur de 35 % au lions d euros En 2009 I entrepn rachetée a prix casse par trois les intentions Face a ces enjeux le minimum de quoi se retourner capital de la nouvelle entité pour se anticipe un recul de 5 % de son fonds opportunistes américains que peuvent faire une quarantaine le temps que la reprise arrive carie « conserver un lien avec cette activ/ activite apres - 4 % en 2008 Le Apollo Tower Group et York Capi de familles d ouvriers a part « se chômage dans la region e est tutus te et participer a ses futurs succes resultat d exploitation est lui aus lai Le reste des emprunts soit retrouver pour se soutenir ? lm trophique> explique Hassen pere L entreprise qui compte 12 DOO si en repli sensible maîs devrait 17 milliard d euros a ete dissemi Isabelle Rey Lefebvre WEAVE Eléments de recherche : WEAVE : cabinet de conseil en management, toutes citations 5288840200506/GRT/MKP/1

×