Business models de l'internet

596 vues

Publié le

Ces transparents servent de support au cours de Business models de l'internet, donnés par David Chelly auprès des participants de l'executive MBA e-business de l'ESG

Publié dans : Marketing
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
596
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
17
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Business models de l'internet

  1. 1. 1 OBJECTIFS DU COURS  Présenter les données théoriques et pratiques nécessaires pour appréhender les business models de l’internet  Faciliter la professionnalisation des participants en abordant :  Les enjeux et débats des praticiens ;  Les stratégies des acteurs majeurs du domaine ;  Les sources d'information et événements professionnels incontournables.
  2. 2. 2 EVALUATION DU COURS « BUSINESS MODELS D’INTERNET »  Une note est attribué pour la matière « Business models de l’internet »  Un dossier est à rendre pour le vendredi 13 mars. Les sujets seront communiqués le 6 mars  Environ 5 pages, possibilité d’adjoindre des annexes Consignes : indication des sources, forme soignée, copié collé accepté
  3. 3. 3 TESTS DE CONNAISSANCES : QCM http://bit.ly/webfrancais
  4. 4. 4 PARTICULARITÉS DE L’ÉCONOMIE NUMÉRIQUE
  5. 5. 5 PLAN DE L’INTERVENTION BUSINESS MODELS DE L’INTERNET Introduction à la nouvelle économie Le contexte en 2015 Facteurs-clés de succès sur internet Business models
  6. 6. 6 EXERCICE 1. Parmi les 20 personnes les plus riches au monde, quel secteur d’activité est le plus représenté ? 2. Quelle est l’âge moyen des milliardaires de ce secteur ? 3. Comment ont-ils obtenu leur fortune ?
  7. 7. 7 LA NOUVELLE ÉCONOMIE : 3E RÉVOLUTION INDUSTRIELLE  Qu’est-ce qu’une Révolution Industrielle ?  Une période de forte croissance née d’une innovation permettant des gains de productivité à croissance géométrique  Les Trois Révolutions Industrielles  Textile et machine à vapeur  Acier, chemin de fer, électricité et chimie  Traitement de l’information
  8. 8. 8 LA RÉVOLUTION DE L’INFORMATION  Une productivité décuplée grâce au traitement de l’information  Fin de la société de consommation de masse  Nouveaux modes de production  L’épuisement des ressources Source : PWC, 2014 & FT 500
  9. 9. 9 EN QUOI « LA NOUVELLE ÉCONOMIE » SE DISTINGUE- T-ELLE DES AUTRES SECTEURS D’ACTIVITÉ ?  Le savoir est le facteur principal de production  La loi des rendements décroissants, base de la théorie économique moderne, ne s’applique pas  La valorisation des sociétés et les modèles économiques sont différents
  10. 10. 10 LA VALORISATION DES SOCIÉTÉS DE LA NOUVELLE ÉCONOMIE  Une start-up n’a pas vocation à devenir une entreprise familiale, transmise de génération en génération.  Sa destinée est soit l’introduction en bourse, soit le rachat par un grand groupe.
  11. 11. 11 LE CONTEXTE EN 2015
  12. 12. 12 EXERCICE EN ÉQUIPE Vous avez décidé d’organiser à l’ESG une conférence visant à faire la promotion de votre formation. 1. 1. Choisissez les 6 principaux thèmes actuels qui seront développés dans les ateliers 2. 2. Identifiez les 10 principaux relais (médias, influenceurs…) que vous allez solliciter
  13. 13. 13 UN SECTEUR SANS FRONTIÈRES  Internet supprime les distances  Les sites et services internet ont une vocation de diffusion globale Que manque-t-il à ces grands noms pour devenir de réels succès ?
  14. 14. 14 THING GLOBAL, ACT LOCAL  La gestion des différences culturelles et linguistiques  relativité des symboles, des couleurs, des formes, etc.  Les marques internationales Google, Facebook, eBay… ont-ils besoin de s’adapter aux particularités locales ?
  15. 15. 15 LES OBJETS CONNECTÉS  Web²: tous les objets peuvent être connectés et envoyer des données
  16. 16. L’ÈRE DU BIG DATA  Big data: vitesse, volume, variété  1 année sur internet équivaut à 5 ans dans les autres secteurs  Multiplication des points d’accès à l’internet : smartphones, tablettes, télévision connectée et, prochainement, automobiles et autres objets connectés  audience dispersée : réseaux sociaux, mobilité, comportement cross canal…
  17. 17. DÉCENTRALISATION DU POUVOIR  Le pouvoir de l’information  L’Union fait la force
  18. 18. 19 DE L’ANALOGIQUE AU DIGITAL  Tous les médias deviennent numériques
  19. 19. CLOUD COMPUTING  L’essor des offres « as a service »
  20. 20. 21 DE NOUVEAUX CONSOMMATEURS
  21. 21. 22
  22. 22. 23 LE MULTI-ÉCRANS . 1/4 des internautes ont déjà commenté sur Internet un programme TV qu’ils étaient en train de regarder
  23. 23. 24 CUSTOMER EMPOWERMENT  Les consommateurs ne croient plus les marques  Ils cherchent l’information et savent décrypter les messages publicitaires  Les internautes achètent seuls des produits (pas de vendeur), impriment leurs documents, écrivent des commentaires et des avis...
  24. 24. LA LONGUE TRAÎNE  Dans les rayons, la place est limitée  Distribution en masse d’un nombre limité de produits  Internet révolutionne la loi de l’offre et de la demande  “Selling less of more”
  25. 25. L’ÉCONOMIE COLLABORATIVE  L’usage prime sur la propriété
  26. 26. 28 VERS UN MARKETING CENTRÉ SUR LES VALEURS
  27. 27. 29 SPONSORING : UN INVESTISSEMENT RENTABLE ?  Efficace pour les professions réglementées  Une visibilité qui dépasse les frontières d’un pays et … du temps  Au delà du sponsorship : le naming Est-il rentable de dépenser 20 millions par an pour sponsoriser le Real Madrid ?
  28. 28. 30 L’EXEMPLE DU TOUR DE FRANCE  L’un des événements sportifs les plus suivis au monde, avec €100M de budget, dont 35 % des sponsors  L’équipe FDJ a été renommée fdjeux.com entre 2002 et 2004  La caravane est la principale attraction du Tour
  29. 29. 31 MÉCÉNAT  Le mécénat traditionnel est absent du web  Un mécenat particulier et désintéressé : Ecole 42, Halle Freyssinet, Kima Ventures
  30. 30. 32 LES CAUSES HUMANITAIRES  Google.org, internet.org et beaucoup d’autres
  31. 31. 33 L’ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES
  32. 32. 34 UNE JUNGLE AU NIVEAU MONDIAL  Un marché mondial peu contrôlé et où les mauvaises pratiques courantes  Fraudes, hacking, spam, phishing…
  33. 33. 35 L’ENVIRONNEMENT EN FRANCE  L’internet et France : Fortes contraintes fiscales, juridiques et administratives  Les Français champions de l’internet… à l’étranger il est évident que le fait qu'un entrepreneur puisse tout perdre en cas d'échec et se faire prélever près de 60% en cas de succès donne à réfléchir sur l'idée de se lancer dans une aventure entrepreneuriale en France. Jeff Clavier
  34. 34. 36 LEADERS ET CHALLENGERS DE L’INTERNET DANS LE MONDE
  35. 35. 37 EXERCICE (ENVIRON 4 PERSONNES)  Etablissez la liste des 5 pays leaders de l’internet mondial, avec un ou deux exemples phare pour chacun d’entre eux
  36. 36. 38 LES FRANÇAIS : DES CHAMPIONS DE L’INTERNET… À L’ÉTRANGER  L’internet et France : Fortes contraintes fiscales, juridiques et administratives  Les Français champions de l’internet : il est évident que le fait qu'un entrepreneur puisse tout perdre en cas d'échec et se faire prélever près de 60% en cas de succès donne à réfléchir sur l'idée de se lancer dans une aventure entrepreneuriale en France. Jeff Clavier
  37. 37. 39 D’OÙ VIENNENT LES LEADERS MONDIAUX DE L’INTERNET ?  Les deux premières puissances mondiales aux deux premières places  La deuxième division : Japon, Inde, Allemagne, Corée, Russie, Grande-Bretagne, Israël, Scandinavie…
  38. 38. 40 FACTEURS-CLÉS DE SUCCÈS DANS LE WEB
  39. 39. 41 EXERCICE EN ÉQUIPE L’ESG DÉCIDE D’OUVRIR UNE BRANCHE E- LEARNING, QUI SERA GÉRÉE DE MANIÈRE INDÉPENDANTE DE L’ECOLE DE COMMERCE. VOUS PARTICIPEZ AU BOARD DE LA NOUVELLE STRUCTURE ET VOTRE PREMIÈRE RÉUNION CONCERNE L’ÉLABORATION DE LA STRATÉGIE. Question : quelles seront les 5 différences principales en termes de fonctionnement opérationnel entre la gestion du programme physique et celle du programme online.
  40. 40. 42 LE MODÈLE DE LA SILICON VALLEY La majorité des leaders de l’internet sont nés dans la Silicon Valley Particularités de la région : - mélange de culture américaine (esprit d’entreprise US), - culture technologique (innovation) - culture régionale (orientation court-terme).
  41. 41. 43 L’ORIENTATION À COURT TERME  Planification stratégique vs. orientation court terme  Prime à l’antériorité  Agir vite : visibilité à 1 an environ
  42. 42. 44 QUALITÉ TOTALE VS. PRAGMATISME  Démarche par essais et erreurs « Mieux vaut avoir approximativement raison que précisément tort » - Warren Buffett “It's fine to celebrate success but it is more important to heed the lessons of failure”. Bill Gates “Mieux vaut fait que parfait”. T. Petit (Showroomprive.com)
  43. 43. 45 FLEXIBILITÉ ET LÉGÈRETÉ DES STRUCTURES  Sous-traitance de ce qui n’est pas stratégique  Agilité & adaptation à l’environnement changeant
  44. 44. 46 L’INNOVATION  Disruption : un projet web doit apporter un plus : technologie innovante, service innovant...  Stratégie contraire : le copycat
  45. 45. 47 RECHERCHE DE CROISSANCE  Equilibre budgétaire et croissance sont-ils compatibles ?  L’autofinancement : une fausse bonne solution  Dépenses de communication  Essentiellement en ligne  Incomparablement supérieures à celles des sociétés traditionnelles « Dans les stratégies de marketing de masse, il n'y a pas de place pour les seconds mais uniquement pour ceux qui savent se créer très vite un seuil significatif au regard des prestations commercialisées » Marc Simoncini, créateur de Meetic.
  46. 46. IMPORTANCE DES JEUNES  Tous les grands succès de l’internet sont portés par des jeunes, le plus souvent sans expérience 48
  47. 47. 49 BONNES PRATIQUES
  48. 48. 50 RACHAT DE SITES INTERNET  Comment et où racheter ?  prix de vente des sites de l’ordre de 12 à 36 mois de chiffre d’affaires  Facteur à prendre en compte pour décider d’un rachat = Revenu marginal – coût marginal *  * le prix d’achat doit être pris en tant que charge financière (au taux de l’emprunt le cas échéant ou au coût du capital)
  49. 49. 51 DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL  Maîtrise d’un marché principal (en général marché d’origine) avant le développement international  Les frontières sur internet : la langue Faut-il viser une présence globale ou un seul marché dans un premier temps ?
  50. 50. 52 L’INFORMATION ET LA COMMUNICATION AU CENTRE DE L’ORGANISATION  Knowledge management, veille, formation…  Communication ouverte : open space, circulation de l’information au sein et hors de l’entreprise « Les activités qui occupent la place centrale ne sont plus celles qui visent à produire et à distribuer des objets, mais celles qui produisent et distribuent du savoir et de l’information » Peter DRUCKER Au delà du capitalisme
  51. 51. 53 ORGANISATION ET MANAGEMENT : À L’OPPOSÉ DU MODÈLE BUREAUCRATIQUE FRANÇAIS -Décentralisation du pouvoir -Structures plates et non hiérarchiques -Relations informelles (communication, code vestimentaire…) En France, il existe une vision de l’hyperpatron, qui sait tout et qui est le meilleur en tout. Alors qu’aux Etats-Unis, un bon patron, c’est celui qui s’entoure de personnes meilleures que lui. J. Benassaya, fondatur de Deezer
  52. 52. 54 LES RESSOURCES HUMAINES Fonctions clé : community manager, traffic manager… Hauts salaires & incitations à la performance Ranking interne et turnover Forte culture d’entreprise Environnement de travail et gestion du stress « La principale valeur de Microsoft ne se trouve pas dans le bilan comptable de l’entreprise, elle monte et descend chaque jour dans les ascenseurs de l’entreprise ». Bill Gates
  53. 53. 55 LES PRINCIPAUX BUSINESS DE L’INTERNET
  54. 54. 56 EXERCICE EN ÉQUIPE Vous avez entendu parler d’excellents taux de retour sur investissement dans l’internet Vous décidez d’accompagner financièrement de jeunes entreprises dans quatre domaines porteurs : Logiciels et applications, Places de marché, Comparateurs et guides, E- commerce Expliquer les moyens de monétisation que vous allez privilégier et l’horizon visé pour le retour sur investissement et dans quelles conditions
  55. 55. 57 MISE EN RELATION D’OFFREURS ET DE DEMANDEURS DE BIENS OU SERVICES  Places de marché BtoB, BtoC, CtoC, monnaie virtuelle (ie. micropaiement)  Modalités : prix fixe, enchères, propositions libres de prix, achats groupés…  Monétisation : paiement à la consommation, abonnements, publicités, marques blanches…
  56. 56. 58 LE CAS DES ANNONCES CLASSÉES  Marché porteur marqué par une forte concurrence, la course à la croissance externe et l’absence de groupe français  Le marché de la presse d’annonces est en voie d’extinction, alors qu’il se portait très bien jusqu’en 2007, année de son apogée  Forte concurrence, l’un des secteurs les plus porteurs  Business model : le modèle payant domine (l’annonceur paie), mais le freemium progresse
  57. 57. 59 PORTAILS D’INTERMÉDIATION : COMPARATEURS & SITES DE DEVIS  Devenus incontournables, il s’agit de guides qui prennent la forme de comparateurs (produits) et de sites de devis (services)  Particularité : la curation et la production de contenus
  58. 58. 60 MÉDIAS EN LIGNE  Les pure players occupent une place considérable  Échec des médias traditionnels : la qualité des contenus n’est pas une condition de réussite suffisante sur le Web  Faiblesse : modèle d’affaires axé essentiellement sur la publicité
  59. 59. 61 PRESTATION DE SERVICES WEB  FAI  agences (web design, big data…), régies publicitaires et affiliation (marketing à la performance)  hébergeurs internet et bureaux d’enregistrement de noms de domaine  Infogérance  édition de logiciels…
  60. 60. 62 E-MARCHANDS  Principal atout : vente directe (ou location, cession de licence, abonnements…), en s’afranchissant des réseaux de distribution classiques  Sociétés concernées : pure players, brick & mortar…  Modes de livraison : livraison physique, livraison digitale…
  61. 61. 63 COMMUNAUTÉS  Open source, open content (ie. MMOC), réseaux sociaux  Monétisation : abonnements, publicités, conseil et maintenance (open source)
  62. 62. 64 LES MODÈLES FINANCIERS
  63. 63. 65 EXERCICE EN ÉQUIPE VOUS AVEZ DÉCIDÉ DE LANCER UN BLOG COLLABORATIF SUR LA STRATÉGIE INTERNET, À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DU WEB. Définissez dans un tableau les principales sources de revenus (environ 5), avec les montants mensuels espérés (hypothèse hausse et basse, en utilisant les unités de mesure du métier, cad CPM, €/mois, etc.) et les actions à mener pour y parvenir
  64. 64. 66 LA MONÉTISATION  Abonnements  Bannières publicitaires  Marketing à la performance  vente de liens, entretiens/infos sponsorisés
  65. 65. 67 LES DIFFÉRENTS MODÈLES DU GRATUIT  Produit gratuit en apparence mais dont les recharges nécessaires à son utilisation sont coûteuses  Financement indirect  par la publicité : ie. Radio, télévision…  la commercialisation de produits ou services  La collecte de données  Le don
  66. 66. 68 FREMIUM  Freemium : business model le plus populaire pour les start-up  Une large majorité des utilisateurs possèdent un produit de base gratuit et une petite partie payent et optent pour une version premium  Permet de poursuivre l’objectif de croissance, sans négliger la monétisation
  67. 67. 69 LA LEVÉE DE FONDS  Après le love money et le bootstrapping : tours de table  Business angel  Fonds d’amorçage  Fonds d’investissement ou Actionnaire industriel  De lourdes contraintes  Conditions restrictives d’obtention des fonds  Obligation de rendre des comptes « Plus personne ne finance de one man show aujourd'hui. Le capital risque mise sur une équipe, jamais sur l'entrepreneur seul », Jean-David Chamboredon
  68. 68. 70 LA SORTIE  Introduction en bourse  Peu courant pour les sociétés technologiques  Revente de la société  Rachat en cash, en actions, OPE
  69. 69. 72 LES MODES DE VALORISATION  Les sociétés internet ne sont pas valorisées par rapport à leurs actifs ni à leur rentabilité  Trafic, parts de marché, base de clientèle  Taux de transformation commercial  Menaces concurrentielles
  70. 70. 73 FIN

×