Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Generalites_sur_les_grands_solutes_injectables_V-Bouche_2008_.ppt

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 51 Publicité

Plus De Contenu Connexe

Plus récents (20)

Publicité

Generalites_sur_les_grands_solutes_injectables_V-Bouche_2008_.ppt

  1. 1. Sommaire • Définitions – d’un soluté – d’une préparation parentérale • Phénomène d’osmose/application à la cellule • Différents types de solutés (en terme de concentration) • Indications principales – dilution, – hypovolémie, – déshydratation • Solutés cristalloïdes • Solutés nutritifs • Solutés colloïdes
  2. 2. Définition d’un soluté • En règle générale, une solution est un mélange liquide et homogène, formée – par la substance dissoute qui est le soluté (solide ou gaz) – et le solvant, liquide qui représente l'essentiel du mélange
  3. 3. Définition d’une préparation parentérale • Préparation stérile destinée à être injectée, perfusée, ou implantée dans le corps humain ou animal • Préparée par des méthodes visant à assurer – Sa limpidité (qui doit pouvoir être vérifiée par transparence au niveau du récipient) – Sa stérilité = absence de microorganismes – Son apyrogénicité = absence de pyrogène = substance susceptible de provoquer par injection une brusque élévation de T°, substance produite par des bactéries (=endotoxines), des champignons, des levures – L’absence de contaminants – Un pH aussi proche que possible de la neutralité – Une pression osmotique qui doit se rapprocher de celle du plasma = isotonicité
  4. 4. Définition d’une préparation parentérale • Différents types de préparation parentérale – Préparation injectable – Préparation pour perfusion – Préparation à diluer pour injection/perfusion – Poudres pour injection/perfusion • Etiquettage : – Contenu : principe actif/solvant – Voie d’administration – Mention « Préparation stérile » – Date de péremption – Numéro de lot
  5. 5. Phénomène d’osmose • Pour comprendre comment on prépare les solutions utilisées en perfusion, il faut connaître les lois de l'osmose • L'osmose est le mouvement de l'eau (ou d'un autre solvant) vers une région de plus faible potentiel aqueux, où la concentration des molécules dissoutes ou des ions est plus élevée. • L’osmolarité est donc la concentration d’un milieu (en osm/l) => Le milieu de plus forte concentration est hypertonique par rapport au milieu de plus faible concentration qui lui est hypotonique. • On peut aussi rencontrer le terme d’osmolalité : concentration en osm/kg • La pression oncotique est la pression osmotique avec les éléments dissous correspondant à des proteines
  6. 6. Schéma de l’osmose
  7. 7. Phénomène d’osmose dans une cellule • Dans le contexte d'une cellule, le milieu intracellulaire et extracellulaire sont séparés par une membrane plasmique, qui est semi-perméable. • Pour les solutés qui ne peuvent traverser passivement la membrane plasmique, s'applique alors le phénomène d'osmose. • L'eau va diffuser vers le compartiment (intracellulaire ou extra-cellulaire) qui est le plus concentré pour diluer le soluté qui ne peut traverser la membrane plasmique et pour remédier à la différence de concentrations en soluté qui existe de part et d'autre de la membrane
  8. 8. Equilibre hydrique dans les cellules animales En fonction de ce que nous venons de voir, une cellule peut être placée dans • Un milieu isotonique : milieu de même pression osmotique que le milieu intracellulaire, donc pas de mouvement net d'eau au travers de la membrane plasmique. • Un milieu hypotonique : milieu dont la pression osmotique est plus faible que la pression intracellulaire car la concentration totale en solutés est plus faible dans le milieu extracellulaire par rapport au milieu intracellulaire. • Un milieu hypertonique : milieu de pression osmotique plus forte que la pression intracellulaire car la concentration totale en solutés est plus élevée dans le milieu extracellulaire par rapport au milieu intracellulaire.
  9. 9. Equilibre hydrique dans les cellules animales •Dans une solution isotonique les globules rouges demeurent inchangés •Dans une solution hypotonique les globules rouges deviennent turgescents et finissent par éclater = hémolyse •Dans une solution hypertonique les globules rouges se déshydratent et deviennent crénelés. .
  10. 10. 3 types de solutés • Soluté – isotonique – hypertonique – hypotonique • Les voies d’administration peuvent être de 2 types : – Voie veineuse périphérique (VVP) • osmolarité < 800 mosm/l. • administration < 20 jours – voie veineuse centrale (VVC) • osmolarité > 800 mosm/l. • traitement continu lourd de longue durée (réanimation, oncologie …). • pose d’un cathéter au niveau de la veine jugulaire, sous- clavière, fémorale
  11. 11. 3 types de solutés • Chez les humains et la plupart des autres mammifères, une solution isotonique correspond à 0,9 % en poids (ou 9 g/L) de chlorure de sodium en solution aqueuse. Cette solution, appelée solution ou sérum physiologique, est en général administrée par voie intra-veineuse. • Dans les perfusions par voie intraveineuse, les solutés doivent être isotoniques au plasma, pour éviter tout accident d'hémolyse (rupture de la paroi des cellules sanguines).
  12. 12. Différents types de solutés • Présentation : – ampoules (10, 20 ml), – flacons (50 à 1000 ml) – ou poches (50 à 1000 ml) • Exemples : • NaCl ou Chlorure de Sodium 0,9% (isotonique), 10%, 20% – Ampoules de 2 ml, de 5 ml, de 10 ml et de 20 ml – Flacons de 125 ml, de 250 ml, de 500 ml, de 1000 ml – Poches suremballées de 50 ml, de 100 ml, de 250 ml, de 500 ml, de 1000 ml • Glucosé 5% (isotonique) ou 10% – Ampoules de 10 ml et de 20 ml – Flacons de 125 ml, de 250 ml, de 500 ml, de 1000 ml – Poches suremballées de 50 ml, de 100 ml, de 250 ml, de 500 ml et de 1000 ml .
  13. 13. Exemple de poche de NaCl
  14. 14. Indications • Ces solutés peuvent être utilisés – en cas • d’hypovolémie • de déshydratation – ou permettre la dilution d’un principe actif après vérification de leur compatibilité. Dans ce cas, le dosage et le débit seront dictés par la nature et la dose du médicament prescrit.
  15. 15. Indications : Hypovolémie • Volémie normale = 65 ml / kg. Maintient de la volémie nécessaire à l’oxygénation tissulaire • Les échanges hydriques sont régis par – la pression osmotique entre secteur intra et extra cellulaire – la pression oncotique entre secteur vasculaire et interstitiel • Hypovolémie : diminution du volume total du sang circulant et de celui qui est immobilisé dans le réservoir sanguin. 2 formes : – hypovolémie absolue : diminution de la masse sanguine ou pertes plasmatiques (digestives, rénales, cutanées) – hypovolémie relative par diminution du retour veineux, vasodilation excessive (choc septique, anaphylactique, AG, intox par des depresseurs du SNC …) • Etiologie : – Choc (les organes principaux ne sont plus susceptibles d'assurer leur fonction principale) – Hémorragie – Brûlure sur une surface étendue – Déshydratation – vasodilatation excessive – Œdèmes – hypertension
  16. 16. Indication : Hypovolémie • Signes cliniques : – baisse de la pression artérielle qui peut mener au collapsus cardio-vasculaire ou choc hypovolémique, – tachycardie, paleur de la peau – nausées, vertiges, soif, perte de connaissance. – Les symptômes cliniques peuvent ne pas apparaître jusqu'à une perte de 10 à 20% du volume sanguin. • La rapidité d'intervention est très importante lors d'un choc hypovolémique. Indication : restauration et maintien du volume de sang circulant lorsqu'un déficit volumique a été établi et que l'utilisation d'un colloïde est appropriée. Le choix de l'albumine préférentiellement à un colloïde de synthèse sera fonction de l'état clinique de chaque patient, en se basant sur les recommandations officielles.
  17. 17. Solutés de remplissage : recommandations pour la pratique clinique • Pour le remplissage : – Cristalloïdes isotoniques en première intention – Colloïdes si hémorragie > 20% masse sanguine et/ou TAS < 80 mmHg. – Surveillance essentiellement clinique. • Recommandations selon contexte – Hémorragie : • pertes sg < 20 % : cristalloïdes • pertes sg > 20 % ou PAS < 80 : colloides • CG ssi Hb < 7 g/dl (1 CG 1 pt) – Déshydratation (EC) : cristalloïdes – Choc anaphylactique : adré + cristalloïdes – Brûlés : cristalloïdes isotoniques au départ, colloides après 24 h
  18. 18. Solutés de remplissage : recommandations pour la pratique clinique Objectifs du remplissage • Maintenir une PA suffisante pour avoir une perfusion tissulaire adéquate • Ne pas oublier le traitement de la cause : tt chirurgical en cas de choc hémorragique, et transfusion CG pour maintenir une PAM ~ 45-50 mmHg
  19. 19. Indications : déshydratation • La déshydratation aiguë est l'ensemble des troubles engendrés par une perte d'eau importante et rapide, non compensée. • Origine d’une déshydratation : – 90% des déshydratations sont liées à des pertes digestives, notamment des diarrhées ou l’association de diarrhées à des vomissements, en particulier dans le cadre des gastro-entérites aiguës. – Elles peuvent être dues aussi à un coup de chaleur ou un défaut d’apports
  20. 20. Indications : déshydratation • Mécanisme de la déshydratation : – Pertes d'eau égales aux pertes de sel, cas le plus fréquent : deshydratation isonatrémique globale. – Pertes de sel (Chlorure de Sodium NaCl) supérieures aux pertes d'eau: deshydratation hyponatrémique, à prédominance extra-cellulaire (hyperhydratation intra- cellulaire). – Pertes d'eau supérieures aux pertes de sel: déshydratation hypernatrémique, à prédominance intra-cellulaire. • Troubles de l'équilibre acido-basique associés : – L'acidose métabolique par pertes digestives de bicarbonates (diarrhée) et souffrance cellulaire est fréquente. – L'alcalose métabolique par pertes d'ion H+ est plus rare (vomissements)..
  21. 21. Indications : déshydratation • Signes de déshydratation intracellulaire – soif vive – sécheresse des muqueuses (langue, bouche) – hypotonie des globes oculaires – hyperthermie – troubles de la conscience et du tonus • Signes de déshydratation extracellulaire – conservation du pli cutané – hypotonie des globes occulaires, cernes – perte de poids – oligurie, baisse de la diurèse – troubles hémodynamiques périphériques ou centraux (hypotension artérielle, orthostatique, tachycadie) – dépression de la fontanelle antérieure chez les nourrissons
  22. 22. Indications : déshydratation • Si la déshydratation est manifeste, l'objectif thérapeutique est de restaurer le volume normal de liquide si possible par voie orale. • Si le patient est incapable de boire 2,5 à 3 litres en 24 heures, l'eau et les électrolytes doivent être apportés par d'autres voies : les liquides peuvent être administrés par voie intraveineuse, sous-cutanée ou par sonde jusqu'à ce que le patient soit correctement hydraté et puisse absorber et conserver suffisamment de liquide par voie orale. • Dans tous les cas, la réhydratation doit se faire de façon progressive. Elle est constituée, – d'une part de l'apport quotidien normal (soit 1,5 litre) – et d'autre part, d'une supplémentation en soluté hypo, iso ou hypertonique selon le type de déshydratation. – Il convient d'être très attentif au cours des 24 premières heures de prise en charge • en surveillant la diurèse, le pouls, le poids • et en recherchant tout signe de survenue d'œdème aigu du poumon mais aussi de complication centrale à type d'œdème ou d'infarctus cérébral, le volume de la supplémentation se situant entre 30 et 50 % du déficit hydrique et la correction de la perte hydrique devant s'étaler sur 48 voire 72 heures.
  23. 23. Indications : déshydratation • Le protocole de réhydratation est fonction du type de déshydratation à prendre en charge : – Prise en charge de la déshydratation intra-cellulaire : En plus des besoins quotidiens du patient en eau, la compensation proprement dite est constituée d'une solution de glucose à 5 % avec du chlorure de sodium, du chlorure de potassium, et 0,5 litre d'eau par degré de fièvre au-dessus de 38°C. – Prise en charge de la déshydratation extra-cellulaire : Si la déshydratation est peu sévère, une réhydratation par du chlorure de sodium à 0,9%, ou une solution de glucose à 5 % suffit. En cas de choc, le recours à la voie intraveineuse est impératif. Aux besoins quotidiens en eau, on ajoute une supplémentation à hauteur de 30 à 50 % du volume des pertes le premier jour. En cas de choc, il peut être nécessaire de perfuser, à grand débit, en 15 mn, des macromolécules de type plasmion.
  24. 24. Solutés : Catégories • 2 grandes catégories : – Les cristalloides iso, hypo ou hypertoniques – Les solutés nutritifs – Les colloides naturels ou de synthèse
  25. 25. Cristalloides
  26. 26. Eau pour préparation injectable • Indication : dilution ou dissolution extemporanée de préparations destinées à être administrées par voie parentérale. • Posologie et mode d’administration : fonction des spécialités dissoutes dans l'eau pour préparations injectables. • Précautions d'emploi : – L'eau pour préparations injectables étant une solution hypotonique, destinée à la préparation de solution pour administration parentérale, elle ne doit pas être injectée seule. – La préparation du mélange doit se faire extemporanément avec du matériel stérile et dans des conditions d'asepsie rigoureuses. – Avant emploi, vérifier la limpidité de la solution. – Pour les flacons : avant emploi, vérifier l'intégrité du bouchage et désinfecter le bouchon – Avant dissolution d'un médicament, vérifier sa solubilité et/ou sa stabilité dans l'eau. – Dans le cas d'un mélange de plusieurs principes actifs, vérifier la compatibilité entre eux
  27. 27. NaCl 0,9% • Le soluté isotonique est à 0,9%, soit 9 grammes de NaCl (chlorure de sodium) par litre d'eau. A cette concentration, cette solution est dite "physiologique". Le sodium a pour synonyme natrium (Na) • Associé au chlore (NaCl), c'est le sel de table.
  28. 28. NaCl 0,9% • Mode d’administration : Voie intraveineuse pour perfusion. • Avant administration,vérifier • l’intégrité du contenant, • la limpidité du soluté, • un éventuel changement de couleur et/ou une éventuelle formation de précipité, de complexe insoluble ou de cristaux, • La compatibilité avec les médicaments dissouts • Opérer dans des conditions d’asepsie rigoureuse
  29. 29. NaCl 0,9% • Indications – Rééquilibration ionique par apport de chlorure et de sodium. – Déshydratations extracellulaires. – Véhicule pour apport thérapeutique. – Hypovolémie. • Posologie adulte : selon le poids et l'état du malade : de 500 à 3000 ml par 24 heures. 1 g de chlorure de sodium correspond à 17mmol d'ion sodium. • Surveillance : les paramètres cliniques et biologiques, en particulier l'ionogramme, doivent être surveillés.
  30. 30. Bicarbonate • Hypertonique 4,2% (4,2g/100ml) ou isotonique 1,4% (1,4g/100ml) • Indication : Correction des acidoses métaboliques • Posologie : La posologie est variable et doit être adaptée en quantité selon l'étiologie, l'état du malade et l'importance des perturbations de l'équilibre acido-basique • Surveillance : ionogramme plasmatique (en particulier HOK+, HRNa) et équilibre acido- basique sanguin
  31. 31. Ringer lactate • Très utilisé du fait de sa composition en ions et éléments dissous qui est très proche de celle du plasma sanguin. sodium chlorure 6 g potassium chlorure 400 mg calcium chlorure hexahydrate 400 mg sodium lactate solution à 60 % 5,33 g Soit sodium lactate 3,2 g Soit sodium 130,3 mmol Soit potassium 5,4 mmol Soit calcium 1,8 mmol Soit lactate 28,5 mmol Soit chlorure 111,7 mmol •Voie d'administration : perfusion intraveineuse lente, dans des conditions rigoureuses d'asepsie.
  32. 32. Ringer lactate • Indications - Déshydratations à prédominance extracellulaire (quelle qu'en soit la cause : vomissement, diarrhée ...). - Hypovolémie (quelle qu'en soit la cause : chocs hémorragiques, brûlures, pertes hydroélectrolytiques périopératoires). - Acidose.
  33. 33. Eléments minéraux présentés en ampoules • Ca = Calcium • Mg = Magnésium • Ph = Phosphate • K+ = Potassium
  34. 34. Solutés nutritifs
  35. 35. Solutés nutritifs • Soluté nutritif : il en existe une grande variété, qui mélangent glucides (glucose), lipides et protides (acides aminés) dans des proportions très variables en fonction des besoins du patient. • Ils sont utilisés en perfusion = nutrition parentérale
  36. 36. Glucose 5% • Contient 5% de glucose = 50 grammes par litre d'eau • Glucide simple dont la formule est C6H12O6 • Présent dans toutes les cellules vivantes car c'est le nutriment le plus important du catabolisme. Dans le tube digestif, tous les féculents, la cellulose, le glycogène sont hydrolysés en glucose • Dans notre sang, sa concentration (la glycémie) est située entre 0,80 et 1,20g/L de sang – En dessous de 0,8 g/L, c'est l'hypoglycémie, – au-dessus de 1,2 g/L, le patient présente une hyperglycémie
  37. 37. Glucose 5% • Mode d’administration (RCP) : Voie intraveineuse stricte, en perfusion IV lente. • Avant administration,vérifier – l’intégrité du contenant, – la limpidité du soluté, – un éventuel changement de couleur et/ou une éventuelle formation de précipité, de complexe insoluble ou de cristaux – Compatibilité du médicament en mélange. Ne pas ajouter de médicaments dans le récipient sans avoir préalablement vérifié la compatibilité avec la solution et le contenant. • Opérer dans des conditions d’asepsie rigoureuse
  38. 38. Glucose 5% • Indications Ce médicament est préconisé dans les cas suivants : - Réhydratation lorsqu'il existe une perte d'eau supérieure à la perte en chlorure de sodium. - Prévention des déshydratations. - Véhicule pour apport thérapeutique en période • préopératoire, • peropératoire • postopératoire immédiate. • Posologie : à adapter selon l'état clinique du malade, en fonction – du poids, – de l'alimentation – et des thérapeutiques complémentaires éventuelles. Le débit de perfusion ne doit pas dépasser un volume correspondant à 0,5 g de glucose par minute.
  39. 39. Glucose 5% • Surveillance pendant le traitement – de l'ionogramme plasmatique – de la glycosurie – de la kaliémie – de la phosphatémie – de la glycémie – du bilan lipidique • Chez le diabétique, surveillance biologique accrue (glycémie et glycosurie) et adaptation éventuelle des doses d'insuline ou du traitement hypoglycémiant.
  40. 40. Acides Aminés • 3 présentations : – Seuls – Associés aux glucides – Associés aux glucides + lipides
  41. 41. Acides Aminés • Seul : Ex. : Dipeptiven® : N(2)-L-alanyl-L-glutamine à 20g/100ml • Mode d’administration : Voie veineuse centrale après dilution dans une solution pour nutrition parentérale (1/5) • La vitesse de perfusion est fonction de celle de la solution associée et ne doit pas dépasser 0,1 g d'acides aminés par kg de poids corporel et par heure • Indication : nutrition parentérale en complément à une solution standard d'acides aminés ou à d'autres mélanges utilisés en nutrition parentérale chez des patients de réanimation nécessitant un apport en glutamine • Posologie : fonction de la sévérité de l'état catabolique et du besoin en acides aminés. 1,5 à 2 ml / kg de poids corporel . • Il est conseillé de ne pas dépasser une posologie maximale quotidienne de 2 g d'acides aminés par kg de poids corporel lors de l'administration d'une nutrition parentérale. L'apport d'alanine et de glutamine par Dipeptiven ne doit pas dépasser environ 20 % de l'apport total en acides aminés. • Surveillance : – Les enzymes telles que phosphatases alcalines, ASAT, ALAT, le taux de bilirubine et le bilan acidobasique doivent être régulièrement contrôlés. – Surveillance accrue en cas : d'insuffisance rénale, d'insuffisance hépatique, d'acidose métabolique.
  42. 42. Acides Aminés • + glucides : Ex. : Amminomix® = association de différents AA (5g/100ml) + glucose (12g/100ml) • Mode d'administration : Voie veineuse centrale. • Modalités de manipulation : Rompre la soudure séparant les deux chambres (1 compartiment pour les AA + 1 pour le glucose) en appuyant fermement du plat de la main sur une des chambres • Indication : Apport d'acides aminés et de glucose lorsque l'alimentation orale ou entérale est impossible ou insuffisante • Posologie : fonction du niveau du catabolisme azoté (estimé ou mesuré) du malade. Posologie moyenne chez l'adulte est de 20 à 40 ml/kg/jour • Surveillance : – de l'ionogramme plasmatique – de la balance hydroélectrolytique et de l'osmolarité sérique
  43. 43. Acides Aminés • + glucides + lipides + électrolytes : Ex. : Kabiven®, poche tricompartimentée • Mode d'administration : en perfusion intraveineuse exclusivement par voie veineuse centrale. • Indication : Nutrition parentérale chez l'adulte et l'enfant de plus de 2 ans quand la nutrition orale ou entérale est impossible, insuffisante ou contre-indiquée • Posologie : La dose administrée doit être individualisée et le choix de la présentation doit être fait en fonction de l'état clinique du patient, du poids corporel et des besoins nutritionnels • Surveillance : – La glycémie, les électrolytes et l'osmolarité ainsi que la balance hydroélectrolytique, l'équilibre acidobasique et les tests de la fonction hépatique (phosphatases alcalines, ASAT, ALAT) doivent être surveillés régulièrement. – La numération globulaire et les facteurs de coagulation devront être surveillés si les lipides sont administrés sur une longue période
  44. 44. Lipides • Ex : Intralipide® = huile de soja purifiée à 10% (10g/100ml), 20% (20g/100ml), 30% (30g/100ml) • Mode d’administration : voie intraveineuse en perfusion lente et progressive, par veine centrale ou périphérique, fonction de l'osmolarité finale de l'émulsion en cas d'utilisation en mélange nutritif (ajouts d'acides aminés et/ou d'électrolytes et/ou d'oligoéléments) • Indication : apport calorique lipidique au cours d'une nutrition parentérale, lorsque l'alimentation orale ou entérale est impossible, insuffisante ou contre-indiquée. • Posologie : la posologie doit être adaptée aux capacités individuelles d'élimination des triglycérides • Surveillance : – Une surveillance biologique hépatique est recommandée. – La surveillance des triglycérides plasmatiques est nécessaire pour les posologies élevées et en cas de durée de traitement supérieure à une semaine. Cette surveillance permet de vérifier la capacité de l'organisme à éliminer les lipides perfusés.
  45. 45. Les colloides
  46. 46. L’albumine à 4 et 20% Albumine d’origine humaine • Indication : en créant un transfert d’eau du secteur interstitiel vers le secteur vasculaire, on obtient une expansion volémique de 400 ml pour 500 ml d’Alb à 4 % ou 100 ml d’alb à 20 % • La durée d’efficacité est de 6 à 8 h. • Le choix de l'albumine préférentiellement à un colloïde de synthèse sera fonction de l'état clinique de chaque patient • Posologie : La dose nécessaire dépend de la taille du patient, de la sévérité du traumatisme ou de l'affection et de la persistance des pertes liquidiennes et protéiques • Mode d’administration : directement par voie intraveineuse ou diluée dans une solution isotonique (par exemple glucose à 5 % ou chlorure de sodium à 0,9 %). Le débit de perfusion doit être adapté à chaque cas particulier et aux différentes indications
  47. 47. Les dextrans Les Dextrans : polymères glucidiques d’origine bactérienne • Ils ne sont plus utilisés en raison de leur effet secondaires (troubles de l’hémostase, IRA, anaphylaxie) • Leur pouvoir d’expansion volémique » 1, avec une durée d’efficacité de l’ordre de 4 à 8 h. • Mode d’administration : Voie intraveineuse stricte. Administration d'une dose unique de 250 ml, comme traitement initial après le contrôle primaire de la respiration et des saignements. Cette solution doit être administrée par perfusion intraveineuse rapide, soit 250 ml en deux à cinq minutes. II est recommandé d'administrer immédiatement après la perfusion de Dextran, une solution isotonique en fonction des besoins du patient. • Modalités de manipulation Avant administration, inspecter visuellement le médicament pour vérifier l'absence de particules et de coloration/décoloration. Usage unique.
  48. 48. Les gélatines Les Gélatines : polypeptides d’origine animale, il en existe 2 types – G fluides modifiées : ( plasmion, gélofusine, plasmagel ) riche en Ca – G à pont d’urée : haemacel • Leur pouvoir d’expansion vol est » 0.8 et leur durée d’action de 4 à 5 h. • La dose max. est normalement de 1,5 L / 24h • Mode d’administration : Voie intraveineuse stricte. Administration d'une dose unique de 250 ml, comme traitement initial après le contrôle primaire de la respiration et des saignements. Cette solution doit être administrée par perfusion intraveineuse rapide, soit 250 ml en deux à cinq minutes. II est recommandé d'administrer immédiatement après la perfusion de Rescueflow, une solution isotonique en fonction des besoins du patient. • Modalités de manipulation Avant administration, inspecter visuellement le médicament pour vérifier l'absence de particules et de coloration/décoloration. Usage unique. • Surveillance : hémostase • Effets 2d : anaphylaxie, diminution de l’agrégation plaquettaires • CI : hypersensibilité, choc anaphylactique, HK, tbles de coagulation, accouchement ou grossesse
  49. 49. Les polysaccharides naturels HEA : HydroxyEthylAmidon : extrait d’amidon de mais • Pouvoir d’expansion volémique de 100 à 140 %, 1g d’HEA retient 30 ml d’eau dans le compartiment vasculaire avec une durée d’action de 4 à 8 h pour esteril et 12 à 18 h pour voluven. • Mode d’administration : Voie intraveineuse stricte. Administration d'une dose unique de 250 ml, comme traitement initial après le contrôle primaire de la respiration et des saignements. Cette solution doit être administrée par perfusion intraveineuse rapide, soit 250 ml en deux à cinq minutes. II est recommandé d'administrer immédiatement après la perfusion de Rescueflow, une solution isotonique en fonction des besoins du patient. • Modalités de manipulation Avant administration, inspecter visuellement le médicament pour vérifier l'absence de particules et de coloration/décoloration. • Effets 2daires : troubles de l’hémostase • CI : hémophilie et maladie de willebrand, hypersensibilité, accouchement et grossesse. • Le mieux, le moins toxique : voluven 6%
  50. 50. Surveillance du remplissage Surveillance du remplissage • PA, FC, Diurèse horaire avec objectif de 1 ml/kg/h, état de conscience • Hb : valeur seuil de 7 g/dl chez le sujet sain et de 10g/dl chez la PA, coronarienne, ou TC ou AVC • plaquettes et hémostase.
  51. 51. Conclusion • Lors de l’utilisation d’un soluté par voie parentérale, toujours – manipuler dans les conditions d’asepsie stricte – et vérifier la compatibilité des différents médicaments utilisés

×