SlideShare une entreprise Scribd logo
TRAITEMENT DE SUFFISANCE RENALE CHRONIQUE
Alain BIRBES
5 mai 2009
PRESENTATION REALISEE A PARTIR DU SUPPORT DE FORMATION DE LA SOCIETE IPSORESO
Sommaire :

Le rein et les maladies du rein

L’insuffisance rénale chronique

Présentation des traitements

L’hémodialyse

Hémodialyse

La dialyse péritonéale

La DPCA
 La DPA

La transplantation

LES REINS

2 reins = organes vitaux

rôle :

Purification du sang : ils éliminent les
déchets qui proviennent du
fonctionnement de l’organisme

Maintien de l'équilibre chimique du
sang : régulation du milieu intérieur
(électrolytes)

Ils exercent cette fonction par la
fabrication de l'urine.

Production d’hormones

Si les reins ne fonctionnent plus, les
déchets s'accumulent dans le sang et
deviennent toxiques.
Artère
VeineUretère
Chaque néphron comporte :

un glomérule : c'est un peloton de
très petits vaisseaux (capillaires)
provenant des ramifications de
l'artère rénale. C'est à travers les
parois de ces vaisseaux que
s'effectue l'action de filtration du
sang pour former l'urine: la filtration
glomérulaire

un tube : conduit très fin (0,1
millimètre de largeur maxi) où va
cheminer le liquide filtré par le
glomérule, pour déboucher dans un
calice jusqu'au bassinet
Le rein est un filtre constitué d'environ
1 million d'éléments appelés néphron
(d'où le nom de néphrologie)

Le rein forme l'urine (dite primitive)
 Cette urine "primitive" sera ensuite transformée tout au
long de son cheminement à travers les différents
segments du tube

Le rein élimine les déchets : urée, créatinine

Le rein régule le milieu intérieur : volume hydrique, Na, Ca, K, ….

Le rein fabrique des hormones :

l'érythropoïétine (EPO) qui stimule la formation des globules
rouges par la moelle osseuse

le rénine qui intervient dans la régulation de la tension artérielle

les prostaglandines qui règlent les circulations locales

les enzymes
Diurèse =
quantité d’urine. Elle
varie chaque jour de 1
à 2,5 litres.

La plupart des maladies rénales peuvent
détruire de manière irréversible les différentes
structures des reins, donc d'évoluer vers
l'Insuffisance Rénale Chronique (IRC).

Etiologies les plus fréquentes :

les glomérulonéphrites : inflammation des
reins souvent d'origine infectieuse

le diabète sucré,

et l'atteinte des vaisseaux par
l'hypertension artérielle.

Autres causes :

les malformations (reflux vésico-urétéral),

les calculs du rein,

les maladies héréditaires (reins
polykystiques)

et certaines maladies générales
Maladies propres au rein
ou néphropathies glomérulaires
tubulaires interstitielles
Les maladies de
l’arbre urinaire
peuvent entraîner
la destruction du rein
•
Augmentation des affections liées auxAugmentation des affections liées aux
maladies vasculaires et au diabètemaladies vasculaires et au diabète
•
6 500 nouveaux patients atteint d’insuffisance rénale terminale6 500 nouveaux patients atteint d’insuffisance rénale terminale
en 2002en 2002
•
42 000 patients traités par une des méthodes en 200242 000 patients traités par une des méthodes en 2002
Néphropathies
vasculaires
Diabètes Glomérulo-
néphrites
Néphropathie
interstitielle
Polykystose
0 %
5 %
10 %
15 %
20 %
25 %
30 %
Environ 400 cas
d’IRC sont décelés par
million d’habitants
avec une progression
de 3 à 5,5% chaque
année (source ANAES,
septembre 2002) .
Biologie de l’IRC :
Créatinine sanguine
> 120µmol/l
Clearance de la
créatinine < 80ml/m

L'insuffisance rénale chronique (IRC) est due à la
destruction progressive et irréversible des deux reins.

Les éléments chiffrés :

l'urée provient de la destruction des protéines : son taux
sanguin reflète le fonctionnement global des reins.

Valeur normale = entre 2,5 et 7,5 mmol/l (0,15 et 0,45 g/l)

La créatinine sanguine, constituant des protéines musculaires,
éliminée uniquement par les reins, n'est pas affectée comme l'urée
par des facteurs extra-rénaux.
Le taux sanguin est donc un meilleur marqueur de la fonction
rénale.

Valeur normale = entre 80 et 105 micromol/l (9 à 12 mg/l).

Clairance de la créatinine : Rapport entre le taux sanguin de la
créatinine et son débit urinaire.

Valeur normale = 125 ml/mn.

Avec 20 à 30 % des 2 reins,
on peut mener une vie normale sans symptôme !
 C’est l’insuffisance rénale modérée

A ce stade, il faut être suivi régulièrement pour
prévenir les complications

Traitement conservateur

Régime approprié : pauvre en protéines mais riche en calories

médicaments : réduire les œdèmes, la tension artérielle, et
corriger le diabète

Puis, lorsque l’insuffisance rénale progresse ou s’aggrave,
les déchets s'accumulent

la quantité de créatinine excrétée dans l’urine est à peu près constante
et équivalente à environ 0,2 mmol/jour/kg de masse maigre.

Ainsi chez un homme de 70 kg, la quantité urinaire de créatinine
excrétée dans l’urine est :

Ucr x V = 0,2 x 70, soit environ 14 ml/jour.

Pour une femme de 60 kg, la valeur est de :

Ucr x V = 0,2 x 60 x 0,85, c’est-à-dire environ 10,2 ml/jour.

L'hypertension artérielle survient chez 75% des malades

L'anémie (diminution des globules rouges du sang) est constante, sauf chez
les malades atteints de polykystose. Elle explique le teint pâle du malade, sa
fatigue physique et intellectuelle.

Les troubles du calcium et du phosphore : les glomérules étant lésés, le
phosphore n'est plus assez filtré et il s'élève > 1,45 mmol/l. D'autre part le
calcium sanguin s'abaisse ( < 2,20 mmol/l)

Lorsque le patient est à un stade avancé insuffisance rénale terminale
-IRT-), deux modes de traitements sont possibles :

L’épuration extra rénale » :

l'hémodialyse : le support est artificiel, sous forme de membranes
plastiques organisées en "dialyseur" : la membrane sépare d'un
côté le sang, de l'autre côté un liquide "dialysat" de composition
déterminée, et l'échange entre ces deux compartiments permet au
sang d'être filtré et épuré.

Ou la dialyse péritonéale
Le support est ici naturel,
grâce au Péritoine, membrane
qui entoure les organes de
l' abdomen et qui délimite une
cavité « virtuelle » à l'état normal :
cette membrane, qui contient de
très nombreux vaisseaux
sanguins, va faire fonction de
dialyseur, séparant d'un côté
le sang à épurer, de l'autre un
liquide "dialysat"qui aura été
injecté dans la cavité abdominale
 Ou la transplantation rénale.
•
Le sang du patient est dérivé par l'intermédiaire
d'un circuit extra-corporel vers un filtre appelé
hémodialyseur à l'intérieur duquel une membrane
le sépare d'un liquide appelé dialysat

Il faut piquer une veine pour aspirer le sang et le rendre ensuite quand
il est épuré

La création de cet abord vasculaire conditionne l'hémodialyse :
pendant la séance de dialyse, le sang du malade, aspiré par une pompe,
est amené au dialyseur, puis, une fois épuré dans le dialyseur, il est
restitué au malade.

Pour que la dialyse soit efficace, il faut donc que le débit sanguin soit
au minimum de 250 ml/min : cela signifie qu'en 2O minutes, la majeure
partie du sang du malade sera passée à travers le rein artificiel.

Pour transporter de telles quantités de sang, le malade doit disposer de
vaisseaux d'un diamètre important et d'abord facile pour pouvoir être
ponctionné de manière répétée trois ou quatre fois par semaine.

Pour cela, on crée ce qu’on appelle une « fistule artério-veineuse »

La fistule est créée chirurgicalement
en connectant une artère et une veine du bras.

La veine (superficielle, donc facilement accessible)
sera ainsi artérialisée,
son débit augmentera,
son calibre également,
et elle pourra supporter la
ponction par les aiguilles de dialyse
VEINEVEINE
ARTEREARTERE
Durée de vie
d’une fistule :
Elle est variable mais
60% des fistules sont
encore OK à la 6ème
année de dialyse
•
Deux piqûres sont nécessaires :
Une aiguille artérielle
pour aspirer le sang à épurer
•
Une aiguille (veineuse)
pour rendre le sang épuré
Temps de latence :
La fistule doit être
assez développée pour
être efficace ; il faut
donc généralement
attendre quelques
semaines avant de
l’utiliser.
cathéter jugulaire
cathéter sous-clavière

Le pontage artério-veineux sera utilisé en
2nde intention, en cas d'échec de la fistule

En général utilisé de manière temporaire
(quelques semaines ou quelques mois),
lorsque la dialyse doit être débutée avant
que la FAV n'ait pu être créée
ou si elle n'est pas suffisamment développée

Débit sanguin obtenu en général moins bon
que celui d'une fistule
= dialyse moins efficace

Partie externe du KT extrêmement sensible
aux infections
= conséquences dramatiques
car accès direct au cœur
Doit donc être manipulée
avec précaution
SommaireSommaire

Le liquide de dialyse qui circule dans le dialyseur, séparé du sang par
la membrane semi-perméable, est composé d'eau et de sels minéraux
à une concentration très proche de celle du liquide extracellulaire
normal.

Le liquide de dialyse doit corriger l'acidose du malade

Certaines variations de ces compositions ‘type’ ont été proposées
dans le but de corriger de manière plus précise l'équilibre hydro-
électrolytique du malade.
8,33 Glucose
438Acétate
31 Bicarbonate
112112Chlore
0,750,75Magnésium
1,751,75Calcium
22Potassium
140143Sodium
Dialyse au bicarbonateDialyse à l'acétate 
SommaireSommaire

C’est le rein artificiel du patient dialysé

La machine assure par l'intermédiaire d'une pompe
à sang la circulation du sang contenu
dans le circuit extra-corporel

Des alarmes de pression, de débit, de température, un
détecteur d'air assurent la sécurité de son utilisation
Le filtre ou « dialyseur »
(qui filtre le sang)
La pompe
La tubulure artérielle (qui aspire le sang à épurer)
La tubulure veineuse
(qui rend le sang épuré)
Le circuit
du bain
de dialyse
(qui récupère
les déchets
filtrés)
SommaireSommaire

Parfaitement adaptée pour :
•
les dialysés âgés en perte d'autonomie
•
les dialysés autonomes qui présentent une maladie sévère en plus de
l'insuffisance rénale
•
les dialysés recevant des soins médicaux lourds ou après une chirurgie

La technique d’Autodialyse fait participer le patient à la réalisation de sa
séance dans un local non médicalisé, sous la surveillance d’une infirmière
diplômée

Selon ses possibilités, le patient effectue les gestes simples de mise en
place du circuit extra-corporel, rinçage du dialyseur, préparation du
générateur avec l’aide de l’infirmier

Parfois, le patient est capable de ponctionner lui-même sa fistule et
maîtriser les paramètres de base de sa séance de dialyse

Le patient doit être volontaire,
formé à la technique par
une équipe soignante
entraînée à cet apprentissage

Les séances d'hémodialyse se déroulent au domicile du patient

L’hémodialyse à domicile suppose :

une autonomie complète du patient

une participation de son conjoint ou d'un membre de sa famille

un local adapté

La dialyse à domicile est la solution la plus performante pour le
confort des séances, le confort de vie

Des critères objectifs de dialyse adéquate sont actuellement largement
utilisés, basés sur la relation directe entre l'extraction de l'urée et
l'évolution clinique. Plusieurs index peuvent être utilisés pour
déterminer la "dose" , ou durée, de dialyse :

l'index Kt / V, où K est la clairance de l'urée du dialyseur, t la durée
effective de dialyse et V le volume de diffusion de l'urée (60% du poids
corporel) est le plus utilisé. L'analyse modélisée montre qu'en pratique
:

Kt/V = concentration urée en début de séance / concentration urée en
fin de séance
La dialyse « idéale » :
Débit sanguin > 300 ml/min
Dialysat tampon bicarbonate
dose de dialyse Kt/v de l'urée > 1,2
Durée hebdomadaire minimum 12 heures
par semaine
Apport protidique (PCR) > 1,2 g/kg/j
Apport calorique 30-35 kCal/kg/j
SommaireSommaire

Des critères objectifs de dialyse adéquate sont actuellement largement
utilisés, basés sur la relation directe entre l'extraction de l'urée et
l'évolution clinique. Plusieurs index peuvent être utilisés pour
déterminer la "dose" , ou durée, de dialyse :

l'index Kt / V, où K est la clairance de l'urée du dialyseur, t la durée
effective de dialyse et V le volume de diffusion de l'urée (60% du poids
corporel) est le plus utilisé. L'analyse modélisée montre qu'en pratique
:

Kt/V = concentration urée en début de séance / concentration urée en
fin de séance
La dialyse « idéale » :
Débit sanguin > 300 ml/min
Dialysat tampon bicarbonate
dose de dialyse Kt/v de l'urée > 1,2
Durée hebdomadaire minimum 12 heures
par semaine
Apport protidique (PCR) > 1,2 g/kg/j
Apport calorique 30-35 kCal/kg/j
SommaireSommaire

accidents au niveau du compartiment sanguin

ouverture de la ligne sanguine par défaut de fixation des tubulures
ou par rupture de la membrane du dialyseur

Conséquences : hémorragie externe, collapsus, entrée d'air
dans le circuit et embolie gazeuse

anticoagulation : surdosage en héparine

pétéchies et hémorragies cutanéo-muqueuses, hémorragie
digestive ou sur foyer opératoire récent

Héparinisation insuffisante avec coagulation totale ou partielle du
circuit sanguin, embolie de fibrine

accidents au niveau du dialysat :

mauvais fonctionnement du système de mélange ou des moniteurs
de contrôle : dialysat hypotonique avec hémolyse ou hypertonique
avec hypernatrémie

température trop élevée avec hémolyse

contaminants de l'eau : aluminium, cuivre, chloramines

contaminations bactérienne du dialysat : réaction
pyrogène,septicémies
saturation de l'adoucisseur : à l'origine du syndrome de l'eau
"dure" avec hypercalcémie aigue

Le sang qui circule dans
les vaisseaux du péritoine
va pouvoir libérer ses déchets
si l’on remplit le ventre avec
un liquide appelé « dialysat »
qui va les récupérer

Lorsque le liquide a récupéré
les déchets du sang,
on l’évacue puis on le remplace par
du liquide neuf

La purification du sang se fait
ainsi en permanence, de façon
continue et douce

Pour introduire dans le ventre le dialysat,
on met en place un tuyau de plastique
très souple appelé « cathéter »
qui va plonger dans le ventre

Le cathéter sort à travers la paroi
du ventre et une partie
reste à l’extérieur du corps
SommaireSommaire

La manipulation pour effectuer les échanges est très simple et peut
être faite sans habileté particulière

Cette méthode se pratique donc à domicile.

Il suffit d’avoir un local propre et
un point d’eau à proximité
pour se laver les mains
correctement

Etape 1 : Une poche de plastique souple contenant
le liquide de dialyse est suspendue en hauteur
pour faire couler le liquide naturellement à l’intérieur
du ventre

Etape 2 : Le liquide doit rester en contact avec le sang
dans le péritoine pendant un temps assez long
(entre 3 et 12H)

Etape 3 : Au bout de quelques heures, on vidange
le liquide en mettant la poche par terre en position
assise ou couchée

Etape 4 : puis on remplit à nouveau avec un liquide
propre
1
3
4
SomaireSomaire

Etape 5 : Ensuite, on pèse la poche pour connaître
la quantité de liquide recueilli

Etape 6 : Recueil d’informations
Le patient est responsable de son suivi,
conjointement au travail des praticiens ;
il relève ses données vitales sur un cahier de suivi
ou via un logiciel informatique.
SommaireSommaire

L’utilisation de telle ou telle solution dépend de l’analyse faite par le
médecin et de la pathologie du patient. Les % de Caclcium, Glucose,
etc… varient et sont à aménager selon les pathologies.

Les principales solutés utilisés sont les produits BAXTER :

Solution à 1,1 % d’acides aminés : 25 % des apports
protéiques journaliers

Solution au bicarbonate et à pH physiologique 7,4 :
une solution naturelle pour une membrane naturelle

Solution à 7,5 % d’icodextrine : la solution de stase longue

Diffusion (du Dialysat)
 Lorsque les concentrations de
l’urée sont les mêmes dans le
sang et le dialysat, il faut
renouveler le dialysat en
changeant la poche

Osmose
 Le glucose permet de pomper
l’eau en excès, du sang vers la
cavité péritonéale
 Si on laisse la poche trop
longtemps, le glucose va passer
dans le sang et l’eau repartira
avec lui
Les outils pour la DPA/DPCA
(Baxter)

Carte PRO pour recueil de données du HomeChoice PRO.
La carte se lit avec le logiciel PD Link.

Adaptateur utilisé pour lire / écrire la carte PRO
avec le logiciel PD Link

Quantum, système pour un échange automatisé
supplémentaire en DPCA : pour la 5ème poche
ou pour une meilleure répartition
des poches de jour

UV-Flash Compact : système d'aide à la manipulation
pour la DP qui décontamine

Réchauffeur de poches
Transplantation rénale

La transplantation rénale est une opération chirurgicale au cours de
laquelle le chirurgien va mettre dans la partie inférieure de votre
abdomen un nouveau rein normal qui fonctionnera à la place de vos
reins malades. Ce rein est prélevé chez un donneur, qui peut être une
personne vivante ou une personne qui vient de mourir

Le plus souvent en France,
il s’agit d’un rein en provenance
d’une personne décédée.
SommaireSommaire

Très souvent les maladies rénales évoluent insidieusement et
détruisent une grande partie des fonctions rénales avant d'entraîner
des signes reconnaissables par le malade. Lorsqu'ils apparaissent, les
signes les plus fréquents qui donneront l'alerte sont :

élévation de la tension artérielle ( > 150/90 mmHg )

modification de la teinte des urines : rouge en cas de sang
(hématurie), troubles en cas d'infection (pyurie)

enflure (oedème) autour des yeux, au niveau des mains et des
pieds

besoins fréquents d'uriner surtout la nuit

Etant donné cette évolution silencieuse, il est fortement
recommandé aux sujets à risque de voir leur médecin et de faire
pratiquer des examens complémentaires :

Les sujets à risque :

ceux qui ont une tension artérielle élevée

ceux qui sont diabétiques

ceux qui ont dans leur famille un parent atteint de maladie rénale

Une légère diminution de la fonction rénale n'entraîne pas de problème, on peut même
vivre normalement avec seulement la moitié de la fonction des 2 reins. Les difficultés
commencent si la fonction rénale s'abaisse au dessous des 50%, et un traitement dit de
"suppléance" devient nécessaire à partir de 15-10%.

Or on peut actuellement ralentir la dégradation de la fonction rénale, et peut-être même la
stabiliser, avec les nouveaux traitements :

Faire vérifier votre pression artérielle régulièrement : l'hypertension non controlée va
aggraver une maladie rénale latente; votre pression artérielle doit être non seulement
améliorée, mais complètement normalisée : < 150 pour la "systolique",< 90 pour la
"diastolique"

Si vous êtes diabétique,

être sûr que votre maladie est correctement contrôlée : un diabète sucré bien équilibré
n'entrainera pas de complications, ni au niveau des reins, ni au niveau des yeux.

vérifiez que votre médecin a bien demandé une recherche de "microalbuminurie", test très
précis qui permet de détecter une atteinte rénale au tout début, à un stade où des
médicaments permettront d'éviter l'aggravation de l'atteinte rénale.

Ne pas faire d'automédication

vérifiez auprès de votre médecin que la dose du médicament que vous voulez prendre est
bien adaptée .

Se méfier en particulier des médicaments antidouleur, les "anti inflammatoires non
stéroïdiens" (AINS) qui risquent de précipiter l'évolution d'une maladie rénale jusque là bien
tolérée.

La dialyse n'apporte pas de guérison, elle permet seulement de limiter les effets de
l'insuffisance rénale de façon à ce que vous puissiez mener une vie aussi normale que
possible.

Mais l'équilibre reste fragile et votre médecin devra régulièrement contrôler toute une série
de critères cliniques et biologiques plus ou moins compliqués pour s'assurer que la dialyse
est efficace.

Il est important que vous compreniez les grandes lignes de cette surveillance, et que vous
y participiez activement en étant attentif aux critères suivants :

contrôle de votre tension artérielle (TA) : une tension artérielle élevée abîme les vaisseaux
et le coeur. Il est nécessaire que votre TA soit normale, c'est à dire que le premier chiffre, la
"systolique", soit inférieure à 160mm Hg, et que le deuxième chiffre, la "diastolique", soit
inférieure à 95 mm Hg.

surveillance de l'abord vasculaire :

vous devez signaler à l'infirmière la moindre anomalie (douleur, rougeur, suintement,
diminution de la vibration ou "thrill" à la palpation de la fistule) et veiller à ce qu'aucune prise
de sang ou mesure de la TA soit faite à ce bras.

Eviter de porter des vêtements trop serrés, ne pas comprimer la fistule en dormant…

protéger la fistule par un bandage en cas de travail manuel exposé ou de sport "de contact« 

Eviter de porter des poids trop lourd avec ce bras.

connaissance des chiffres qui définissent la dialyse adéquate, en fonction des techniques
utilisées par l'équipe qui vous soigne (taux d'albumine, chiffre de Kt/v,...).

prise régulière des médicaments prescrits pour lutter contre l'anémie, régulariser le taux de
cholesterol, normaliser les taux de calcium et phosphore.

L'insertion de l'aiguille peut entraîner une douleur, mais temporaire, et qui peut être
atténuée par l'utilisation d'une crème anesthésique.

Pendant les premières séances de dialyse, les sujets peuvent présenter des nausées, des
crampes, qui sont dues au fait que l'eau en excès dans le corps est retirée trop
rapidement, entraînant une baisse de la pression artérielle.

Peu à peu, ces troubles disparaîtront, et pendant la séance vous pourrez lire, regarder la
télévision, voire travailler.

Le rythme d'épuration le mieux adapté à votre organisme sera progressivement trouvé, et la
sensation de fatigue, souvent notée en fin de séance, deviendra de moins en moins
importante.

Mais si le régime alimentaire est mal suivi, si la prise de poids entre chaque séance est
trop importante (>2 kgs) nécessitant une énergique soustraction d'eau, le confort de la
séance sera naturellement troublé, la fatigue en fin d'épuration sera importante (le sujet se
dira véritablement "lessivé"...).

Pour que tout se passe aussi bien que possible, il sera important de suivre les prescriptions
diététiques.


L'insertion de l'aiguille peut entraîner une douleur, mais temporaire, et qui peut être
atténuée par l'utilisation d'une crème anesthésique.

Pendant les premières séances de dialyse, les sujets peuvent présenter des nausées, des
crampes, qui sont dues au fait que l'eau en excès dans le corps est retirée trop
rapidement, entraînant une baisse de la pression artérielle.

Peu à peu, ces troubles disparaîtront, et pendant la séance vous pourrez lire, regarder la
télévision, voire travailler.

Le rythme d'épuration le mieux adapté à votre organisme sera progressivement trouvé, et la
sensation de fatigue, souvent notée en fin de séance, deviendra de moins en moins
importante.

Mais si le régime alimentaire est mal suivi, si la prise de poids entre chaque séance est
trop importante (>2 kgs) nécessitant une énergique soustraction d'eau, le confort de la
séance sera naturellement troublé, la fatigue en fin d'épuration sera importante (le sujet se
dira véritablement "lessivé"...).

Pour que tout se passe aussi bien que possible, il sera important de suivre les prescriptions
diététiques.


L'insertion de l'aiguille peut entraîner une douleur, mais temporaire, et qui peut être
atténuée par l'utilisation d'une crème anesthésique.

Pendant les premières séances de dialyse, les sujets peuvent présenter des nausées, des
crampes, qui sont dues au fait que l'eau en excès dans le corps est retirée trop
rapidement, entraînant une baisse de la pression artérielle.

Peu à peu, ces troubles disparaîtront, et pendant la séance vous pourrez lire, regarder la
télévision, voire travailler.

Le rythme d'épuration le mieux adapté à votre organisme sera progressivement trouvé, et la
sensation de fatigue, souvent notée en fin de séance, deviendra de moins en moins
importante.

Mais si le régime alimentaire est mal suivi, si la prise de poids entre chaque séance est
trop importante (>2 kgs) nécessitant une énergique soustraction d'eau, le confort de la
séance sera naturellement troublé, la fatigue en fin d'épuration sera importante (le sujet se
dira véritablement "lessivé"...).

Pour que tout se passe aussi bien que possible, il sera important de suivre les prescriptions
diététiques.


Lorsqu'il s'agit d'une personne vivante, c'est le plus souvent un
membre de votre famille ("donneur vivant apparenté"), qui n'a jamais
été malade et qui s'est spontanément proposé pour donner un rein.

Des examens sont réalisés pour s'assurer qu'il y a le plus de
compatibilité possible entre vous et le donneur

Les suites sont en général simples, et 10 années après la greffe les
3/4 des sujets mènent une vie normale

Les autres sont repris en dialyse du fait de complications, la
plupart d'entre eux attendant une nouvelle transplantation.

Le plus souvent en France, le rein a été prélevé chez un sujet décédé
des suites d'un accident atteignant brutalement son cerveau ("mort
cérébrale")

Les résultats de ces transplantations à partir de "reins de cadavre"
sont à court terme, c'est à dire après la première année, presque
aussi bons que ceux obtenus avec un donneur vivant

correction de tous les signes dus à la maladie rénale

reprise d'une vie normale

A long terme le % de sujets qui sera repris en dialyse est plus
important, du fait de la survenue d'un rejet chronique difficile à
traiter.

Lorsqu'il s'agit d'une personne vivante, c'est le plus souvent un
membre de votre famille ("donneur vivant apparenté"), qui n'a jamais
été malade et qui s'est spontanément proposé pour donner un rein.

Des examens sont réalisés pour s'assurer qu'il y a le plus de
compatibilité possible entre vous et le donneur

Les suites sont en général simples, et 10 années après la greffe les
3/4 des sujets mènent une vie normale

Les autres sont repris en dialyse du fait de complications, la
plupart d'entre eux attendant une nouvelle transplantation.

Le plus souvent en France, le rein a été prélevé chez un sujet décédé
des suites d'un accident atteignant brutalement son cerveau ("mort
cérébrale")

Les résultats de ces transplantations à partir de "reins de cadavre"
sont à court terme, c'est à dire après la première année, presque
aussi bons que ceux obtenus avec un donneur vivant

correction de tous les signes dus à la maladie rénale

reprise d'une vie normale

A long terme le % de sujets qui sera repris en dialyse est plus
important, du fait de la survenue d'un rejet chronique difficile à
traiter.

Contenu connexe

Tendances

insuffisance rénale aiguë obsétricale
insuffisance rénale aiguë obsétricale insuffisance rénale aiguë obsétricale
insuffisance rénale aiguë obsétricale
Khalfaoui Mohamed Amine
 
La cytologie urinaire
La cytologie urinaire La cytologie urinaire
La cytologie urinaire
S/Abdessemed
 
Interprétation de l'hémogramme
Interprétation de l'hémogrammeInterprétation de l'hémogramme
Interprétation de l'hémogramme
Dr Riyadh Essefi
 
Les bases de l'hémodialyse pour l'infirmier
Les bases de l'hémodialyse pour l'infirmierLes bases de l'hémodialyse pour l'infirmier
Les bases de l'hémodialyse pour l'infirmier
Fatimezzahra Moun
 
Les anticoagulants
Les anticoagulantsLes anticoagulants
Les anticoagulantsS/Abdessemed
 
Les indices érythrocytaires
Les indices érythrocytairesLes indices érythrocytaires
Les indices érythrocytaires
S/Abdessemed
 
Osmose inverse et traitement de l'eau pour hemodialyse ensig 1999
Osmose inverse et traitement de l'eau pour hemodialyse ensig 1999Osmose inverse et traitement de l'eau pour hemodialyse ensig 1999
Osmose inverse et traitement de l'eau pour hemodialyse ensig 1999
Alain Birbes
 
L'hémogramme
L'hémogrammeL'hémogramme
L'hémogramme
S/Abdessemed
 
Numeration des gr
Numeration des grNumeration des gr
Numeration des gr
S/Abdessemed
 
Rituximab in Minimal Change
Rituximab in Minimal Change Rituximab in Minimal Change
Rituximab in Minimal Change
Khalfaoui Mohamed Amine
 
Le syndrome pneumo rénal
Le syndrome pneumo rénalLe syndrome pneumo rénal
Le syndrome pneumo rénal
Khalfaoui Mohamed Amine
 
Les prélèvements_de_sang
Les  prélèvements_de_sangLes  prélèvements_de_sang
Les prélèvements_de_sang
S/Abdessemed
 
Akik ivs elain
Akik ivs elainAkik ivs elain
Akik ivs elain
Khalfaoui Mohamed Amine
 
Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B
 Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B
Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B
Anis Ben Brahim
 
Poly semiologie-cardiologique
Poly semiologie-cardiologiquePoly semiologie-cardiologique
Poly semiologie-cardiologique
Egn Njeba
 
Bases de la dialyse ab 2013
Bases de la dialyse ab 2013Bases de la dialyse ab 2013
Bases de la dialyse ab 2013
Alain Birbes
 
Uniponcture formation a birbes 04 2014
Uniponcture formation a birbes 04 2014Uniponcture formation a birbes 04 2014
Uniponcture formation a birbes 04 2014
Alain Birbes
 
Respirateur de réanimation
Respirateur de réanimationRespirateur de réanimation
Respirateur de réanimation
MOHAMED ZARBOUBI
 
Ventilation-en-reanimation.docx
Ventilation-en-reanimation.docxVentilation-en-reanimation.docx
Ventilation-en-reanimation.docx
SidahmedZerroukisba
 

Tendances (20)

insuffisance rénale aiguë obsétricale
insuffisance rénale aiguë obsétricale insuffisance rénale aiguë obsétricale
insuffisance rénale aiguë obsétricale
 
La cytologie urinaire
La cytologie urinaire La cytologie urinaire
La cytologie urinaire
 
Interprétation de l'hémogramme
Interprétation de l'hémogrammeInterprétation de l'hémogramme
Interprétation de l'hémogramme
 
Les bases de l'hémodialyse pour l'infirmier
Les bases de l'hémodialyse pour l'infirmierLes bases de l'hémodialyse pour l'infirmier
Les bases de l'hémodialyse pour l'infirmier
 
Les anticoagulants
Les anticoagulantsLes anticoagulants
Les anticoagulants
 
Les indices érythrocytaires
Les indices érythrocytairesLes indices érythrocytaires
Les indices érythrocytaires
 
Osmose inverse et traitement de l'eau pour hemodialyse ensig 1999
Osmose inverse et traitement de l'eau pour hemodialyse ensig 1999Osmose inverse et traitement de l'eau pour hemodialyse ensig 1999
Osmose inverse et traitement de l'eau pour hemodialyse ensig 1999
 
L'hemodialyse
L'hemodialyseL'hemodialyse
L'hemodialyse
 
L'hémogramme
L'hémogrammeL'hémogramme
L'hémogramme
 
Numeration des gr
Numeration des grNumeration des gr
Numeration des gr
 
Rituximab in Minimal Change
Rituximab in Minimal Change Rituximab in Minimal Change
Rituximab in Minimal Change
 
Le syndrome pneumo rénal
Le syndrome pneumo rénalLe syndrome pneumo rénal
Le syndrome pneumo rénal
 
Les prélèvements_de_sang
Les  prélèvements_de_sangLes  prélèvements_de_sang
Les prélèvements_de_sang
 
Akik ivs elain
Akik ivs elainAkik ivs elain
Akik ivs elain
 
Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B
 Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B
Générateur Hémodialyse FRESENIUS 4008B
 
Poly semiologie-cardiologique
Poly semiologie-cardiologiquePoly semiologie-cardiologique
Poly semiologie-cardiologique
 
Bases de la dialyse ab 2013
Bases de la dialyse ab 2013Bases de la dialyse ab 2013
Bases de la dialyse ab 2013
 
Uniponcture formation a birbes 04 2014
Uniponcture formation a birbes 04 2014Uniponcture formation a birbes 04 2014
Uniponcture formation a birbes 04 2014
 
Respirateur de réanimation
Respirateur de réanimationRespirateur de réanimation
Respirateur de réanimation
 
Ventilation-en-reanimation.docx
Ventilation-en-reanimation.docxVentilation-en-reanimation.docx
Ventilation-en-reanimation.docx
 

En vedette

Google Scholar : un moteur de recherche pour l'information scientifique
Google Scholar : un moteur de recherche pour l'information scientifiqueGoogle Scholar : un moteur de recherche pour l'information scientifique
Google Scholar : un moteur de recherche pour l'information scientifique
Julien Sicot
 
Le manuel du généraliste 2 urologie néphrologie
Le manuel du généraliste 2 urologie   néphrologieLe manuel du généraliste 2 urologie   néphrologie
Le manuel du généraliste 2 urologie néphrologiedrmouheb
 
253 insuf ren-chron
253 insuf ren-chron253 insuf ren-chron
253 insuf ren-chronlaamlove
 
La prévention des risques psychosociaux
La prévention des risques psychosociauxLa prévention des risques psychosociaux
La prévention des risques psychosociaux
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Diaporama type EPU
Diaporama type EPUDiaporama type EPU
Diaporama type EPU
jrlarue
 
Memoire
MemoireMemoire
MemoireDJOOOO
 
Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...
Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...
Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...
MUTACTION
 
Le vécu des fentes labio palatines chez l'enfant
Le vécu des fentes labio palatines chez l'enfantLe vécu des fentes labio palatines chez l'enfant
Le vécu des fentes labio palatines chez l'enfantAmineBenjelloun
 
Le vécu du cancer chez l 'enfant
Le vécu du cancer chez l 'enfantLe vécu du cancer chez l 'enfant
Le vécu du cancer chez l 'enfantAmineBenjelloun
 
La responsabilité du pédiatre.ppt;bioethique
La responsabilité du pédiatre.ppt;bioethiqueLa responsabilité du pédiatre.ppt;bioethique
La responsabilité du pédiatre.ppt;bioethiqueAmineBenjelloun
 
Le vécu de la douleur chez l’enfant cancéreux m
Le vécu de la douleur chez l’enfant cancéreux mLe vécu de la douleur chez l’enfant cancéreux m
Le vécu de la douleur chez l’enfant cancéreux mAmineBenjelloun
 
HAS - Déploiement de la bientraitance en établissement de santé et en EHPAD -...
HAS - Déploiement de la bientraitance en établissement de santé et en EHPAD -...HAS - Déploiement de la bientraitance en établissement de santé et en EHPAD -...
HAS - Déploiement de la bientraitance en établissement de santé et en EHPAD -...
Haute Autorité de Santé
 

En vedette (12)

Google Scholar : un moteur de recherche pour l'information scientifique
Google Scholar : un moteur de recherche pour l'information scientifiqueGoogle Scholar : un moteur de recherche pour l'information scientifique
Google Scholar : un moteur de recherche pour l'information scientifique
 
Le manuel du généraliste 2 urologie néphrologie
Le manuel du généraliste 2 urologie   néphrologieLe manuel du généraliste 2 urologie   néphrologie
Le manuel du généraliste 2 urologie néphrologie
 
253 insuf ren-chron
253 insuf ren-chron253 insuf ren-chron
253 insuf ren-chron
 
La prévention des risques psychosociaux
La prévention des risques psychosociauxLa prévention des risques psychosociaux
La prévention des risques psychosociaux
 
Diaporama type EPU
Diaporama type EPUDiaporama type EPU
Diaporama type EPU
 
Memoire
MemoireMemoire
Memoire
 
Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...
Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...
Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...
 
Le vécu des fentes labio palatines chez l'enfant
Le vécu des fentes labio palatines chez l'enfantLe vécu des fentes labio palatines chez l'enfant
Le vécu des fentes labio palatines chez l'enfant
 
Le vécu du cancer chez l 'enfant
Le vécu du cancer chez l 'enfantLe vécu du cancer chez l 'enfant
Le vécu du cancer chez l 'enfant
 
La responsabilité du pédiatre.ppt;bioethique
La responsabilité du pédiatre.ppt;bioethiqueLa responsabilité du pédiatre.ppt;bioethique
La responsabilité du pédiatre.ppt;bioethique
 
Le vécu de la douleur chez l’enfant cancéreux m
Le vécu de la douleur chez l’enfant cancéreux mLe vécu de la douleur chez l’enfant cancéreux m
Le vécu de la douleur chez l’enfant cancéreux m
 
HAS - Déploiement de la bientraitance en établissement de santé et en EHPAD -...
HAS - Déploiement de la bientraitance en établissement de santé et en EHPAD -...HAS - Déploiement de la bientraitance en établissement de santé et en EHPAD -...
HAS - Déploiement de la bientraitance en établissement de santé et en EHPAD -...
 

Similaire à Traitement de suffisance renale chronique mai 2009

ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt
ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).pptColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt
ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt
Yahya Tfeil
 
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...Université de kinshasa
 
Adenome de prostate
Adenome de prostateAdenome de prostate
Adenome de prostate
RimaGuemriche
 
5 URINAIRE (1).docx
5 URINAIRE (1).docx5 URINAIRE (1).docx
5 URINAIRE (1).docx
Salmalamraoui
 
LES ABORDS VASCULAIRES CHEZ LES PATIENTS DIABÉTIQUES EN HÉMODIALYSE
LES ABORDS VASCULAIRES CHEZ LES PATIENTS DIABÉTIQUES EN HÉMODIALYSELES ABORDS VASCULAIRES CHEZ LES PATIENTS DIABÉTIQUES EN HÉMODIALYSE
LES ABORDS VASCULAIRES CHEZ LES PATIENTS DIABÉTIQUES EN HÉMODIALYSE
Dept of Kidney disease, HCA Hospital, Algiers
 
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenAscite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenArbaoui Bouzid
 
Anatomie de l'appareil urinaire.pdf
Anatomie de l'appareil urinaire.pdfAnatomie de l'appareil urinaire.pdf
Anatomie de l'appareil urinaire.pdf
SidahmedZerroukisba
 
Hydrocéphalie Nurse Course Première partie
Hydrocéphalie Nurse Course Première partie Hydrocéphalie Nurse Course Première partie
Hydrocéphalie Nurse Course Première partie
Michel Triffaux
 
Pcc
PccPcc
Dr soualhi l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)
Dr soualhi  l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)Dr soualhi  l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)
Dr soualhi l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)
Islem Soualhi
 
Comment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdf
Comment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdfComment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdf
Comment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdf
Khadija Moussayer
 
Ascite
AsciteAscite
choc anaphylactique, cliniques, diagnostic, thérapeutique.pptx
choc anaphylactique, cliniques, diagnostic, thérapeutique.pptxchoc anaphylactique, cliniques, diagnostic, thérapeutique.pptx
choc anaphylactique, cliniques, diagnostic, thérapeutique.pptx
nocentguerson199
 
Generalites_sur_les_grands_solutes_injectables_V-Bouche_2008_.ppt
Generalites_sur_les_grands_solutes_injectables_V-Bouche_2008_.pptGeneralites_sur_les_grands_solutes_injectables_V-Bouche_2008_.ppt
Generalites_sur_les_grands_solutes_injectables_V-Bouche_2008_.ppt
BOUKFAD
 
Anurie calculeuse
Anurie calculeuseAnurie calculeuse
Anurie calculeuse
RimaGuemriche
 
Urgences en soins palliatifs, cours.pptx
Urgences en soins palliatifs, cours.pptxUrgences en soins palliatifs, cours.pptx
Urgences en soins palliatifs, cours.pptx
ngeejy1234
 
Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017
Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017
Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017
Ali Jendoubi, MD
 
Minimum quarante caractères requis pour c
Minimum quarante caractères requis pour cMinimum quarante caractères requis pour c
Minimum quarante caractères requis pour c
BenJohnsonJUSTE1
 
transfusion sanguine
transfusion sanguinetransfusion sanguine
transfusion sanguine
Imane Adrar
 

Similaire à Traitement de suffisance renale chronique mai 2009 (20)

ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt
ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).pptColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt
ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt
 
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
 
Curs 3 franceza
Curs 3   francezaCurs 3   franceza
Curs 3 franceza
 
Adenome de prostate
Adenome de prostateAdenome de prostate
Adenome de prostate
 
5 URINAIRE (1).docx
5 URINAIRE (1).docx5 URINAIRE (1).docx
5 URINAIRE (1).docx
 
LES ABORDS VASCULAIRES CHEZ LES PATIENTS DIABÉTIQUES EN HÉMODIALYSE
LES ABORDS VASCULAIRES CHEZ LES PATIENTS DIABÉTIQUES EN HÉMODIALYSELES ABORDS VASCULAIRES CHEZ LES PATIENTS DIABÉTIQUES EN HÉMODIALYSE
LES ABORDS VASCULAIRES CHEZ LES PATIENTS DIABÉTIQUES EN HÉMODIALYSE
 
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenAscite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
 
Anatomie de l'appareil urinaire.pdf
Anatomie de l'appareil urinaire.pdfAnatomie de l'appareil urinaire.pdf
Anatomie de l'appareil urinaire.pdf
 
Hydrocéphalie Nurse Course Première partie
Hydrocéphalie Nurse Course Première partie Hydrocéphalie Nurse Course Première partie
Hydrocéphalie Nurse Course Première partie
 
Pcc
PccPcc
Pcc
 
Dr soualhi l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)
Dr soualhi  l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)Dr soualhi  l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)
Dr soualhi l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)
 
Comment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdf
Comment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdfComment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdf
Comment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdf
 
Ascite
AsciteAscite
Ascite
 
choc anaphylactique, cliniques, diagnostic, thérapeutique.pptx
choc anaphylactique, cliniques, diagnostic, thérapeutique.pptxchoc anaphylactique, cliniques, diagnostic, thérapeutique.pptx
choc anaphylactique, cliniques, diagnostic, thérapeutique.pptx
 
Generalites_sur_les_grands_solutes_injectables_V-Bouche_2008_.ppt
Generalites_sur_les_grands_solutes_injectables_V-Bouche_2008_.pptGeneralites_sur_les_grands_solutes_injectables_V-Bouche_2008_.ppt
Generalites_sur_les_grands_solutes_injectables_V-Bouche_2008_.ppt
 
Anurie calculeuse
Anurie calculeuseAnurie calculeuse
Anurie calculeuse
 
Urgences en soins palliatifs, cours.pptx
Urgences en soins palliatifs, cours.pptxUrgences en soins palliatifs, cours.pptx
Urgences en soins palliatifs, cours.pptx
 
Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017
Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017
Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017
 
Minimum quarante caractères requis pour c
Minimum quarante caractères requis pour cMinimum quarante caractères requis pour c
Minimum quarante caractères requis pour c
 
transfusion sanguine
transfusion sanguinetransfusion sanguine
transfusion sanguine
 

Plus de Alain Birbes

Le disconnecteur en hemodialyse alain birbes 2014
Le disconnecteur en hemodialyse alain birbes 2014Le disconnecteur en hemodialyse alain birbes 2014
Le disconnecteur en hemodialyse alain birbes 2014
Alain Birbes
 
Tele alerte te & prevention indisponibilite unite de dialyse
Tele alerte te & prevention indisponibilite unite de dialyseTele alerte te & prevention indisponibilite unite de dialyse
Tele alerte te & prevention indisponibilite unite de dialyse
Alain Birbes
 
Uad fonctionnement eau rejets ab 2008
Uad fonctionnement eau rejets ab 2008Uad fonctionnement eau rejets ab 2008
Uad fonctionnement eau rejets ab 2008
Alain Birbes
 
Formation materiovigilance-alain-birbes-v3-20-11-07
Formation materiovigilance-alain-birbes-v3-20-11-07Formation materiovigilance-alain-birbes-v3-20-11-07
Formation materiovigilance-alain-birbes-v3-20-11-07
Alain Birbes
 
Desinfection globale ab 2005
Desinfection globale ab  2005Desinfection globale ab  2005
Desinfection globale ab 2005
Alain Birbes
 
Traitement eau dialyse domicile autodialyse conference journees neprho sare 1...
Traitement eau dialyse domicile autodialyse conference journees neprho sare 1...Traitement eau dialyse domicile autodialyse conference journees neprho sare 1...
Traitement eau dialyse domicile autodialyse conference journees neprho sare 1...
Alain Birbes
 
Role traitement eau hemodialyse formation gbm 1990
Role traitement eau hemodialyse formation gbm 1990Role traitement eau hemodialyse formation gbm 1990
Role traitement eau hemodialyse formation gbm 1990
Alain Birbes
 
Precaution conception realisation te analyse risques cttm 1998 birbes
Precaution  conception realisation te analyse risques  cttm 1998 birbesPrecaution  conception realisation te analyse risques  cttm 1998 birbes
Precaution conception realisation te analyse risques cttm 1998 birbes
Alain Birbes
 
La desinfection des equipements de traitement d'eau de dialyse par les chloro...
La desinfection des equipements de traitement d'eau de dialyse par les chloro...La desinfection des equipements de traitement d'eau de dialyse par les chloro...
La desinfection des equipements de traitement d'eau de dialyse par les chloro...
Alain Birbes
 
Evolution osmose inverse ab 2011
Evolution osmose inverse ab 2011Evolution osmose inverse ab 2011
Evolution osmose inverse ab 2011
Alain Birbes
 
Evaluation couteauhemodialyseab
Evaluation couteauhemodialyseabEvaluation couteauhemodialyseab
Evaluation couteauhemodialyseab
Alain Birbes
 
Epuration extra renal et ultrafiltration reunion gambro 1997
Epuration extra renal et ultrafiltration reunion gambro 1997Epuration extra renal et ultrafiltration reunion gambro 1997
Epuration extra renal et ultrafiltration reunion gambro 1997
Alain Birbes
 
Creation installation traitement eau cahier charges
Creation installation traitement eau cahier chargesCreation installation traitement eau cahier charges
Creation installation traitement eau cahier charges
Alain Birbes
 
Eau ccrevi 11 2006 ab b
Eau ccrevi 11 2006 ab bEau ccrevi 11 2006 ab b
Eau ccrevi 11 2006 ab b
Alain Birbes
 
Conductivite ab atd 2006
Conductivite ab atd 2006Conductivite ab atd 2006
Conductivite ab atd 2006
Alain Birbes
 
Desinfection du traitement d’eau et des generateurs de dialyse atd 2003
Desinfection du traitement d’eau et des generateurs de dialyse atd 2003Desinfection du traitement d’eau et des generateurs de dialyse atd 2003
Desinfection du traitement d’eau et des generateurs de dialyse atd 2003
Alain Birbes
 
Transferts de solutes et de solvants formation atd 1995
Transferts de solutes et de solvants formation atd 1995Transferts de solutes et de solvants formation atd 1995
Transferts de solutes et de solvants formation atd 1995
Alain Birbes
 

Plus de Alain Birbes (17)

Le disconnecteur en hemodialyse alain birbes 2014
Le disconnecteur en hemodialyse alain birbes 2014Le disconnecteur en hemodialyse alain birbes 2014
Le disconnecteur en hemodialyse alain birbes 2014
 
Tele alerte te & prevention indisponibilite unite de dialyse
Tele alerte te & prevention indisponibilite unite de dialyseTele alerte te & prevention indisponibilite unite de dialyse
Tele alerte te & prevention indisponibilite unite de dialyse
 
Uad fonctionnement eau rejets ab 2008
Uad fonctionnement eau rejets ab 2008Uad fonctionnement eau rejets ab 2008
Uad fonctionnement eau rejets ab 2008
 
Formation materiovigilance-alain-birbes-v3-20-11-07
Formation materiovigilance-alain-birbes-v3-20-11-07Formation materiovigilance-alain-birbes-v3-20-11-07
Formation materiovigilance-alain-birbes-v3-20-11-07
 
Desinfection globale ab 2005
Desinfection globale ab  2005Desinfection globale ab  2005
Desinfection globale ab 2005
 
Traitement eau dialyse domicile autodialyse conference journees neprho sare 1...
Traitement eau dialyse domicile autodialyse conference journees neprho sare 1...Traitement eau dialyse domicile autodialyse conference journees neprho sare 1...
Traitement eau dialyse domicile autodialyse conference journees neprho sare 1...
 
Role traitement eau hemodialyse formation gbm 1990
Role traitement eau hemodialyse formation gbm 1990Role traitement eau hemodialyse formation gbm 1990
Role traitement eau hemodialyse formation gbm 1990
 
Precaution conception realisation te analyse risques cttm 1998 birbes
Precaution  conception realisation te analyse risques  cttm 1998 birbesPrecaution  conception realisation te analyse risques  cttm 1998 birbes
Precaution conception realisation te analyse risques cttm 1998 birbes
 
La desinfection des equipements de traitement d'eau de dialyse par les chloro...
La desinfection des equipements de traitement d'eau de dialyse par les chloro...La desinfection des equipements de traitement d'eau de dialyse par les chloro...
La desinfection des equipements de traitement d'eau de dialyse par les chloro...
 
Evolution osmose inverse ab 2011
Evolution osmose inverse ab 2011Evolution osmose inverse ab 2011
Evolution osmose inverse ab 2011
 
Evaluation couteauhemodialyseab
Evaluation couteauhemodialyseabEvaluation couteauhemodialyseab
Evaluation couteauhemodialyseab
 
Epuration extra renal et ultrafiltration reunion gambro 1997
Epuration extra renal et ultrafiltration reunion gambro 1997Epuration extra renal et ultrafiltration reunion gambro 1997
Epuration extra renal et ultrafiltration reunion gambro 1997
 
Creation installation traitement eau cahier charges
Creation installation traitement eau cahier chargesCreation installation traitement eau cahier charges
Creation installation traitement eau cahier charges
 
Eau ccrevi 11 2006 ab b
Eau ccrevi 11 2006 ab bEau ccrevi 11 2006 ab b
Eau ccrevi 11 2006 ab b
 
Conductivite ab atd 2006
Conductivite ab atd 2006Conductivite ab atd 2006
Conductivite ab atd 2006
 
Desinfection du traitement d’eau et des generateurs de dialyse atd 2003
Desinfection du traitement d’eau et des generateurs de dialyse atd 2003Desinfection du traitement d’eau et des generateurs de dialyse atd 2003
Desinfection du traitement d’eau et des generateurs de dialyse atd 2003
 
Transferts de solutes et de solvants formation atd 1995
Transferts de solutes et de solvants formation atd 1995Transferts de solutes et de solvants formation atd 1995
Transferts de solutes et de solvants formation atd 1995
 

Traitement de suffisance renale chronique mai 2009

  • 1. TRAITEMENT DE SUFFISANCE RENALE CHRONIQUE Alain BIRBES 5 mai 2009 PRESENTATION REALISEE A PARTIR DU SUPPORT DE FORMATION DE LA SOCIETE IPSORESO Sommaire :  Le rein et les maladies du rein  L’insuffisance rénale chronique  Présentation des traitements  L’hémodialyse  Hémodialyse  La dialyse péritonéale  La DPCA  La DPA  La transplantation
  • 2.  LES REINS  2 reins = organes vitaux  rôle :  Purification du sang : ils éliminent les déchets qui proviennent du fonctionnement de l’organisme  Maintien de l'équilibre chimique du sang : régulation du milieu intérieur (électrolytes)  Ils exercent cette fonction par la fabrication de l'urine.  Production d’hormones  Si les reins ne fonctionnent plus, les déchets s'accumulent dans le sang et deviennent toxiques. Artère VeineUretère
  • 3.
  • 4. Chaque néphron comporte :  un glomérule : c'est un peloton de très petits vaisseaux (capillaires) provenant des ramifications de l'artère rénale. C'est à travers les parois de ces vaisseaux que s'effectue l'action de filtration du sang pour former l'urine: la filtration glomérulaire  un tube : conduit très fin (0,1 millimètre de largeur maxi) où va cheminer le liquide filtré par le glomérule, pour déboucher dans un calice jusqu'au bassinet Le rein est un filtre constitué d'environ 1 million d'éléments appelés néphron (d'où le nom de néphrologie)
  • 5.  Le rein forme l'urine (dite primitive)  Cette urine "primitive" sera ensuite transformée tout au long de son cheminement à travers les différents segments du tube  Le rein élimine les déchets : urée, créatinine  Le rein régule le milieu intérieur : volume hydrique, Na, Ca, K, ….  Le rein fabrique des hormones :  l'érythropoïétine (EPO) qui stimule la formation des globules rouges par la moelle osseuse  le rénine qui intervient dans la régulation de la tension artérielle  les prostaglandines qui règlent les circulations locales  les enzymes Diurèse = quantité d’urine. Elle varie chaque jour de 1 à 2,5 litres.
  • 6.  La plupart des maladies rénales peuvent détruire de manière irréversible les différentes structures des reins, donc d'évoluer vers l'Insuffisance Rénale Chronique (IRC).  Etiologies les plus fréquentes :  les glomérulonéphrites : inflammation des reins souvent d'origine infectieuse  le diabète sucré,  et l'atteinte des vaisseaux par l'hypertension artérielle.  Autres causes :  les malformations (reflux vésico-urétéral),  les calculs du rein,  les maladies héréditaires (reins polykystiques)  et certaines maladies générales Maladies propres au rein ou néphropathies glomérulaires tubulaires interstitielles Les maladies de l’arbre urinaire peuvent entraîner la destruction du rein
  • 7. • Augmentation des affections liées auxAugmentation des affections liées aux maladies vasculaires et au diabètemaladies vasculaires et au diabète • 6 500 nouveaux patients atteint d’insuffisance rénale terminale6 500 nouveaux patients atteint d’insuffisance rénale terminale en 2002en 2002 • 42 000 patients traités par une des méthodes en 200242 000 patients traités par une des méthodes en 2002 Néphropathies vasculaires Diabètes Glomérulo- néphrites Néphropathie interstitielle Polykystose 0 % 5 % 10 % 15 % 20 % 25 % 30 % Environ 400 cas d’IRC sont décelés par million d’habitants avec une progression de 3 à 5,5% chaque année (source ANAES, septembre 2002) .
  • 8. Biologie de l’IRC : Créatinine sanguine > 120µmol/l Clearance de la créatinine < 80ml/m  L'insuffisance rénale chronique (IRC) est due à la destruction progressive et irréversible des deux reins.  Les éléments chiffrés :  l'urée provient de la destruction des protéines : son taux sanguin reflète le fonctionnement global des reins.  Valeur normale = entre 2,5 et 7,5 mmol/l (0,15 et 0,45 g/l)  La créatinine sanguine, constituant des protéines musculaires, éliminée uniquement par les reins, n'est pas affectée comme l'urée par des facteurs extra-rénaux. Le taux sanguin est donc un meilleur marqueur de la fonction rénale.  Valeur normale = entre 80 et 105 micromol/l (9 à 12 mg/l).  Clairance de la créatinine : Rapport entre le taux sanguin de la créatinine et son débit urinaire.  Valeur normale = 125 ml/mn.
  • 9.  Avec 20 à 30 % des 2 reins, on peut mener une vie normale sans symptôme !  C’est l’insuffisance rénale modérée  A ce stade, il faut être suivi régulièrement pour prévenir les complications  Traitement conservateur  Régime approprié : pauvre en protéines mais riche en calories  médicaments : réduire les œdèmes, la tension artérielle, et corriger le diabète  Puis, lorsque l’insuffisance rénale progresse ou s’aggrave, les déchets s'accumulent
  • 10.  la quantité de créatinine excrétée dans l’urine est à peu près constante et équivalente à environ 0,2 mmol/jour/kg de masse maigre.  Ainsi chez un homme de 70 kg, la quantité urinaire de créatinine excrétée dans l’urine est :  Ucr x V = 0,2 x 70, soit environ 14 ml/jour.  Pour une femme de 60 kg, la valeur est de :  Ucr x V = 0,2 x 60 x 0,85, c’est-à-dire environ 10,2 ml/jour.
  • 11.  L'hypertension artérielle survient chez 75% des malades  L'anémie (diminution des globules rouges du sang) est constante, sauf chez les malades atteints de polykystose. Elle explique le teint pâle du malade, sa fatigue physique et intellectuelle.  Les troubles du calcium et du phosphore : les glomérules étant lésés, le phosphore n'est plus assez filtré et il s'élève > 1,45 mmol/l. D'autre part le calcium sanguin s'abaisse ( < 2,20 mmol/l)
  • 12.  Lorsque le patient est à un stade avancé insuffisance rénale terminale -IRT-), deux modes de traitements sont possibles :  L’épuration extra rénale » :  l'hémodialyse : le support est artificiel, sous forme de membranes plastiques organisées en "dialyseur" : la membrane sépare d'un côté le sang, de l'autre côté un liquide "dialysat" de composition déterminée, et l'échange entre ces deux compartiments permet au sang d'être filtré et épuré.  Ou la dialyse péritonéale Le support est ici naturel, grâce au Péritoine, membrane qui entoure les organes de l' abdomen et qui délimite une cavité « virtuelle » à l'état normal : cette membrane, qui contient de très nombreux vaisseaux sanguins, va faire fonction de dialyseur, séparant d'un côté le sang à épurer, de l'autre un liquide "dialysat"qui aura été injecté dans la cavité abdominale  Ou la transplantation rénale.
  • 13.
  • 14. • Le sang du patient est dérivé par l'intermédiaire d'un circuit extra-corporel vers un filtre appelé hémodialyseur à l'intérieur duquel une membrane le sépare d'un liquide appelé dialysat  Il faut piquer une veine pour aspirer le sang et le rendre ensuite quand il est épuré  La création de cet abord vasculaire conditionne l'hémodialyse : pendant la séance de dialyse, le sang du malade, aspiré par une pompe, est amené au dialyseur, puis, une fois épuré dans le dialyseur, il est restitué au malade.  Pour que la dialyse soit efficace, il faut donc que le débit sanguin soit au minimum de 250 ml/min : cela signifie qu'en 2O minutes, la majeure partie du sang du malade sera passée à travers le rein artificiel.  Pour transporter de telles quantités de sang, le malade doit disposer de vaisseaux d'un diamètre important et d'abord facile pour pouvoir être ponctionné de manière répétée trois ou quatre fois par semaine.  Pour cela, on crée ce qu’on appelle une « fistule artério-veineuse »
  • 15.  La fistule est créée chirurgicalement en connectant une artère et une veine du bras.  La veine (superficielle, donc facilement accessible) sera ainsi artérialisée, son débit augmentera, son calibre également, et elle pourra supporter la ponction par les aiguilles de dialyse VEINEVEINE ARTEREARTERE Durée de vie d’une fistule : Elle est variable mais 60% des fistules sont encore OK à la 6ème année de dialyse
  • 16. • Deux piqûres sont nécessaires : Une aiguille artérielle pour aspirer le sang à épurer • Une aiguille (veineuse) pour rendre le sang épuré Temps de latence : La fistule doit être assez développée pour être efficace ; il faut donc généralement attendre quelques semaines avant de l’utiliser.
  • 17. cathéter jugulaire cathéter sous-clavière  Le pontage artério-veineux sera utilisé en 2nde intention, en cas d'échec de la fistule  En général utilisé de manière temporaire (quelques semaines ou quelques mois), lorsque la dialyse doit être débutée avant que la FAV n'ait pu être créée ou si elle n'est pas suffisamment développée  Débit sanguin obtenu en général moins bon que celui d'une fistule = dialyse moins efficace  Partie externe du KT extrêmement sensible aux infections = conséquences dramatiques car accès direct au cœur Doit donc être manipulée avec précaution SommaireSommaire
  • 18.
  • 19.  Le liquide de dialyse qui circule dans le dialyseur, séparé du sang par la membrane semi-perméable, est composé d'eau et de sels minéraux à une concentration très proche de celle du liquide extracellulaire normal.  Le liquide de dialyse doit corriger l'acidose du malade  Certaines variations de ces compositions ‘type’ ont été proposées dans le but de corriger de manière plus précise l'équilibre hydro- électrolytique du malade. 8,33 Glucose 438Acétate 31 Bicarbonate 112112Chlore 0,750,75Magnésium 1,751,75Calcium 22Potassium 140143Sodium Dialyse au bicarbonateDialyse à l'acétate  SommaireSommaire
  • 20.  C’est le rein artificiel du patient dialysé  La machine assure par l'intermédiaire d'une pompe à sang la circulation du sang contenu dans le circuit extra-corporel  Des alarmes de pression, de débit, de température, un détecteur d'air assurent la sécurité de son utilisation
  • 21. Le filtre ou « dialyseur » (qui filtre le sang) La pompe La tubulure artérielle (qui aspire le sang à épurer) La tubulure veineuse (qui rend le sang épuré) Le circuit du bain de dialyse (qui récupère les déchets filtrés) SommaireSommaire
  • 22.  Parfaitement adaptée pour : • les dialysés âgés en perte d'autonomie • les dialysés autonomes qui présentent une maladie sévère en plus de l'insuffisance rénale • les dialysés recevant des soins médicaux lourds ou après une chirurgie
  • 23.  La technique d’Autodialyse fait participer le patient à la réalisation de sa séance dans un local non médicalisé, sous la surveillance d’une infirmière diplômée  Selon ses possibilités, le patient effectue les gestes simples de mise en place du circuit extra-corporel, rinçage du dialyseur, préparation du générateur avec l’aide de l’infirmier  Parfois, le patient est capable de ponctionner lui-même sa fistule et maîtriser les paramètres de base de sa séance de dialyse  Le patient doit être volontaire, formé à la technique par une équipe soignante entraînée à cet apprentissage
  • 24.  Les séances d'hémodialyse se déroulent au domicile du patient  L’hémodialyse à domicile suppose :  une autonomie complète du patient  une participation de son conjoint ou d'un membre de sa famille  un local adapté  La dialyse à domicile est la solution la plus performante pour le confort des séances, le confort de vie
  • 25.  Des critères objectifs de dialyse adéquate sont actuellement largement utilisés, basés sur la relation directe entre l'extraction de l'urée et l'évolution clinique. Plusieurs index peuvent être utilisés pour déterminer la "dose" , ou durée, de dialyse :  l'index Kt / V, où K est la clairance de l'urée du dialyseur, t la durée effective de dialyse et V le volume de diffusion de l'urée (60% du poids corporel) est le plus utilisé. L'analyse modélisée montre qu'en pratique :  Kt/V = concentration urée en début de séance / concentration urée en fin de séance La dialyse « idéale » : Débit sanguin > 300 ml/min Dialysat tampon bicarbonate dose de dialyse Kt/v de l'urée > 1,2 Durée hebdomadaire minimum 12 heures par semaine Apport protidique (PCR) > 1,2 g/kg/j Apport calorique 30-35 kCal/kg/j SommaireSommaire
  • 26.  Des critères objectifs de dialyse adéquate sont actuellement largement utilisés, basés sur la relation directe entre l'extraction de l'urée et l'évolution clinique. Plusieurs index peuvent être utilisés pour déterminer la "dose" , ou durée, de dialyse :  l'index Kt / V, où K est la clairance de l'urée du dialyseur, t la durée effective de dialyse et V le volume de diffusion de l'urée (60% du poids corporel) est le plus utilisé. L'analyse modélisée montre qu'en pratique :  Kt/V = concentration urée en début de séance / concentration urée en fin de séance La dialyse « idéale » : Débit sanguin > 300 ml/min Dialysat tampon bicarbonate dose de dialyse Kt/v de l'urée > 1,2 Durée hebdomadaire minimum 12 heures par semaine Apport protidique (PCR) > 1,2 g/kg/j Apport calorique 30-35 kCal/kg/j SommaireSommaire
  • 27.  accidents au niveau du compartiment sanguin  ouverture de la ligne sanguine par défaut de fixation des tubulures ou par rupture de la membrane du dialyseur  Conséquences : hémorragie externe, collapsus, entrée d'air dans le circuit et embolie gazeuse  anticoagulation : surdosage en héparine  pétéchies et hémorragies cutanéo-muqueuses, hémorragie digestive ou sur foyer opératoire récent  Héparinisation insuffisante avec coagulation totale ou partielle du circuit sanguin, embolie de fibrine  accidents au niveau du dialysat :  mauvais fonctionnement du système de mélange ou des moniteurs de contrôle : dialysat hypotonique avec hémolyse ou hypertonique avec hypernatrémie  température trop élevée avec hémolyse  contaminants de l'eau : aluminium, cuivre, chloramines  contaminations bactérienne du dialysat : réaction pyrogène,septicémies saturation de l'adoucisseur : à l'origine du syndrome de l'eau "dure" avec hypercalcémie aigue
  • 28.  Le sang qui circule dans les vaisseaux du péritoine va pouvoir libérer ses déchets si l’on remplit le ventre avec un liquide appelé « dialysat » qui va les récupérer  Lorsque le liquide a récupéré les déchets du sang, on l’évacue puis on le remplace par du liquide neuf  La purification du sang se fait ainsi en permanence, de façon continue et douce
  • 29.  Pour introduire dans le ventre le dialysat, on met en place un tuyau de plastique très souple appelé « cathéter » qui va plonger dans le ventre  Le cathéter sort à travers la paroi du ventre et une partie reste à l’extérieur du corps SommaireSommaire
  • 30.  La manipulation pour effectuer les échanges est très simple et peut être faite sans habileté particulière  Cette méthode se pratique donc à domicile.  Il suffit d’avoir un local propre et un point d’eau à proximité pour se laver les mains correctement
  • 31.  Etape 1 : Une poche de plastique souple contenant le liquide de dialyse est suspendue en hauteur pour faire couler le liquide naturellement à l’intérieur du ventre  Etape 2 : Le liquide doit rester en contact avec le sang dans le péritoine pendant un temps assez long (entre 3 et 12H)  Etape 3 : Au bout de quelques heures, on vidange le liquide en mettant la poche par terre en position assise ou couchée  Etape 4 : puis on remplit à nouveau avec un liquide propre 1 3 4 SomaireSomaire
  • 32.  Etape 5 : Ensuite, on pèse la poche pour connaître la quantité de liquide recueilli  Etape 6 : Recueil d’informations Le patient est responsable de son suivi, conjointement au travail des praticiens ; il relève ses données vitales sur un cahier de suivi ou via un logiciel informatique. SommaireSommaire
  • 33.  L’utilisation de telle ou telle solution dépend de l’analyse faite par le médecin et de la pathologie du patient. Les % de Caclcium, Glucose, etc… varient et sont à aménager selon les pathologies.  Les principales solutés utilisés sont les produits BAXTER :  Solution à 1,1 % d’acides aminés : 25 % des apports protéiques journaliers  Solution au bicarbonate et à pH physiologique 7,4 : une solution naturelle pour une membrane naturelle  Solution à 7,5 % d’icodextrine : la solution de stase longue
  • 34.  Diffusion (du Dialysat)  Lorsque les concentrations de l’urée sont les mêmes dans le sang et le dialysat, il faut renouveler le dialysat en changeant la poche  Osmose  Le glucose permet de pomper l’eau en excès, du sang vers la cavité péritonéale  Si on laisse la poche trop longtemps, le glucose va passer dans le sang et l’eau repartira avec lui
  • 35. Les outils pour la DPA/DPCA (Baxter)  Carte PRO pour recueil de données du HomeChoice PRO. La carte se lit avec le logiciel PD Link.  Adaptateur utilisé pour lire / écrire la carte PRO avec le logiciel PD Link  Quantum, système pour un échange automatisé supplémentaire en DPCA : pour la 5ème poche ou pour une meilleure répartition des poches de jour  UV-Flash Compact : système d'aide à la manipulation pour la DP qui décontamine  Réchauffeur de poches
  • 36. Transplantation rénale  La transplantation rénale est une opération chirurgicale au cours de laquelle le chirurgien va mettre dans la partie inférieure de votre abdomen un nouveau rein normal qui fonctionnera à la place de vos reins malades. Ce rein est prélevé chez un donneur, qui peut être une personne vivante ou une personne qui vient de mourir  Le plus souvent en France, il s’agit d’un rein en provenance d’une personne décédée. SommaireSommaire
  • 37.  Très souvent les maladies rénales évoluent insidieusement et détruisent une grande partie des fonctions rénales avant d'entraîner des signes reconnaissables par le malade. Lorsqu'ils apparaissent, les signes les plus fréquents qui donneront l'alerte sont :  élévation de la tension artérielle ( > 150/90 mmHg )  modification de la teinte des urines : rouge en cas de sang (hématurie), troubles en cas d'infection (pyurie)  enflure (oedème) autour des yeux, au niveau des mains et des pieds  besoins fréquents d'uriner surtout la nuit  Etant donné cette évolution silencieuse, il est fortement recommandé aux sujets à risque de voir leur médecin et de faire pratiquer des examens complémentaires :  Les sujets à risque :  ceux qui ont une tension artérielle élevée  ceux qui sont diabétiques  ceux qui ont dans leur famille un parent atteint de maladie rénale
  • 38.  Une légère diminution de la fonction rénale n'entraîne pas de problème, on peut même vivre normalement avec seulement la moitié de la fonction des 2 reins. Les difficultés commencent si la fonction rénale s'abaisse au dessous des 50%, et un traitement dit de "suppléance" devient nécessaire à partir de 15-10%.  Or on peut actuellement ralentir la dégradation de la fonction rénale, et peut-être même la stabiliser, avec les nouveaux traitements :  Faire vérifier votre pression artérielle régulièrement : l'hypertension non controlée va aggraver une maladie rénale latente; votre pression artérielle doit être non seulement améliorée, mais complètement normalisée : < 150 pour la "systolique",< 90 pour la "diastolique"  Si vous êtes diabétique,  être sûr que votre maladie est correctement contrôlée : un diabète sucré bien équilibré n'entrainera pas de complications, ni au niveau des reins, ni au niveau des yeux.  vérifiez que votre médecin a bien demandé une recherche de "microalbuminurie", test très précis qui permet de détecter une atteinte rénale au tout début, à un stade où des médicaments permettront d'éviter l'aggravation de l'atteinte rénale.  Ne pas faire d'automédication  vérifiez auprès de votre médecin que la dose du médicament que vous voulez prendre est bien adaptée .  Se méfier en particulier des médicaments antidouleur, les "anti inflammatoires non stéroïdiens" (AINS) qui risquent de précipiter l'évolution d'une maladie rénale jusque là bien tolérée.
  • 39.  La dialyse n'apporte pas de guérison, elle permet seulement de limiter les effets de l'insuffisance rénale de façon à ce que vous puissiez mener une vie aussi normale que possible.  Mais l'équilibre reste fragile et votre médecin devra régulièrement contrôler toute une série de critères cliniques et biologiques plus ou moins compliqués pour s'assurer que la dialyse est efficace.  Il est important que vous compreniez les grandes lignes de cette surveillance, et que vous y participiez activement en étant attentif aux critères suivants :  contrôle de votre tension artérielle (TA) : une tension artérielle élevée abîme les vaisseaux et le coeur. Il est nécessaire que votre TA soit normale, c'est à dire que le premier chiffre, la "systolique", soit inférieure à 160mm Hg, et que le deuxième chiffre, la "diastolique", soit inférieure à 95 mm Hg.  surveillance de l'abord vasculaire :  vous devez signaler à l'infirmière la moindre anomalie (douleur, rougeur, suintement, diminution de la vibration ou "thrill" à la palpation de la fistule) et veiller à ce qu'aucune prise de sang ou mesure de la TA soit faite à ce bras.  Eviter de porter des vêtements trop serrés, ne pas comprimer la fistule en dormant…  protéger la fistule par un bandage en cas de travail manuel exposé ou de sport "de contact«   Eviter de porter des poids trop lourd avec ce bras.  connaissance des chiffres qui définissent la dialyse adéquate, en fonction des techniques utilisées par l'équipe qui vous soigne (taux d'albumine, chiffre de Kt/v,...).  prise régulière des médicaments prescrits pour lutter contre l'anémie, régulariser le taux de cholesterol, normaliser les taux de calcium et phosphore.
  • 40.  L'insertion de l'aiguille peut entraîner une douleur, mais temporaire, et qui peut être atténuée par l'utilisation d'une crème anesthésique.  Pendant les premières séances de dialyse, les sujets peuvent présenter des nausées, des crampes, qui sont dues au fait que l'eau en excès dans le corps est retirée trop rapidement, entraînant une baisse de la pression artérielle.  Peu à peu, ces troubles disparaîtront, et pendant la séance vous pourrez lire, regarder la télévision, voire travailler.  Le rythme d'épuration le mieux adapté à votre organisme sera progressivement trouvé, et la sensation de fatigue, souvent notée en fin de séance, deviendra de moins en moins importante.  Mais si le régime alimentaire est mal suivi, si la prise de poids entre chaque séance est trop importante (>2 kgs) nécessitant une énergique soustraction d'eau, le confort de la séance sera naturellement troublé, la fatigue en fin d'épuration sera importante (le sujet se dira véritablement "lessivé"...).  Pour que tout se passe aussi bien que possible, il sera important de suivre les prescriptions diététiques. 
  • 41.  L'insertion de l'aiguille peut entraîner une douleur, mais temporaire, et qui peut être atténuée par l'utilisation d'une crème anesthésique.  Pendant les premières séances de dialyse, les sujets peuvent présenter des nausées, des crampes, qui sont dues au fait que l'eau en excès dans le corps est retirée trop rapidement, entraînant une baisse de la pression artérielle.  Peu à peu, ces troubles disparaîtront, et pendant la séance vous pourrez lire, regarder la télévision, voire travailler.  Le rythme d'épuration le mieux adapté à votre organisme sera progressivement trouvé, et la sensation de fatigue, souvent notée en fin de séance, deviendra de moins en moins importante.  Mais si le régime alimentaire est mal suivi, si la prise de poids entre chaque séance est trop importante (>2 kgs) nécessitant une énergique soustraction d'eau, le confort de la séance sera naturellement troublé, la fatigue en fin d'épuration sera importante (le sujet se dira véritablement "lessivé"...).  Pour que tout se passe aussi bien que possible, il sera important de suivre les prescriptions diététiques. 
  • 42.  L'insertion de l'aiguille peut entraîner une douleur, mais temporaire, et qui peut être atténuée par l'utilisation d'une crème anesthésique.  Pendant les premières séances de dialyse, les sujets peuvent présenter des nausées, des crampes, qui sont dues au fait que l'eau en excès dans le corps est retirée trop rapidement, entraînant une baisse de la pression artérielle.  Peu à peu, ces troubles disparaîtront, et pendant la séance vous pourrez lire, regarder la télévision, voire travailler.  Le rythme d'épuration le mieux adapté à votre organisme sera progressivement trouvé, et la sensation de fatigue, souvent notée en fin de séance, deviendra de moins en moins importante.  Mais si le régime alimentaire est mal suivi, si la prise de poids entre chaque séance est trop importante (>2 kgs) nécessitant une énergique soustraction d'eau, le confort de la séance sera naturellement troublé, la fatigue en fin d'épuration sera importante (le sujet se dira véritablement "lessivé"...).  Pour que tout se passe aussi bien que possible, il sera important de suivre les prescriptions diététiques. 
  • 43.  Lorsqu'il s'agit d'une personne vivante, c'est le plus souvent un membre de votre famille ("donneur vivant apparenté"), qui n'a jamais été malade et qui s'est spontanément proposé pour donner un rein.  Des examens sont réalisés pour s'assurer qu'il y a le plus de compatibilité possible entre vous et le donneur  Les suites sont en général simples, et 10 années après la greffe les 3/4 des sujets mènent une vie normale  Les autres sont repris en dialyse du fait de complications, la plupart d'entre eux attendant une nouvelle transplantation.  Le plus souvent en France, le rein a été prélevé chez un sujet décédé des suites d'un accident atteignant brutalement son cerveau ("mort cérébrale")  Les résultats de ces transplantations à partir de "reins de cadavre" sont à court terme, c'est à dire après la première année, presque aussi bons que ceux obtenus avec un donneur vivant  correction de tous les signes dus à la maladie rénale  reprise d'une vie normale  A long terme le % de sujets qui sera repris en dialyse est plus important, du fait de la survenue d'un rejet chronique difficile à traiter.
  • 44.  Lorsqu'il s'agit d'une personne vivante, c'est le plus souvent un membre de votre famille ("donneur vivant apparenté"), qui n'a jamais été malade et qui s'est spontanément proposé pour donner un rein.  Des examens sont réalisés pour s'assurer qu'il y a le plus de compatibilité possible entre vous et le donneur  Les suites sont en général simples, et 10 années après la greffe les 3/4 des sujets mènent une vie normale  Les autres sont repris en dialyse du fait de complications, la plupart d'entre eux attendant une nouvelle transplantation.  Le plus souvent en France, le rein a été prélevé chez un sujet décédé des suites d'un accident atteignant brutalement son cerveau ("mort cérébrale")  Les résultats de ces transplantations à partir de "reins de cadavre" sont à court terme, c'est à dire après la première année, presque aussi bons que ceux obtenus avec un donneur vivant  correction de tous les signes dus à la maladie rénale  reprise d'une vie normale  A long terme le % de sujets qui sera repris en dialyse est plus important, du fait de la survenue d'un rejet chronique difficile à traiter.