SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  71
Colique néphrétique
Lithiases rénales
Syndromes
obstructifs urinaires
Cours IFSI
Septembre 2017
Dr Hocine ZAIDI
Néphrologue
Service de Néphrologie, CHG Carcassonne
Situation anatomique
- Dans la partie arrière de l’abdomen en rétro péritonéal
- De part et d’autre de la colonne vertébrale
- Plaqués contre la paroi abdominale postérieure, dans un espace
fait de tissu fibreux et de graisse appelé la loge rénale.
fosse lombaire : Espace compris entre la dernière côte et la crête
iliaque. C’est à ce niveau que les reins sont examinés par la
palpation.
Situation anatomique des reins
1. La vessie comporte:
• un dôme souple qui sert de
réservoir, constituée par le muscle
détrusor,
• une base dont la forme se modifie
lorsque la vessie se contracte.
• aplatie lorsque la vessie se
remplit
• en entonnoir ou trigone, au
moment de la miction.
2. L'urètre est le conduit évacuateur de
l'urine. Il comporte
• un sphincter lisse, ou col vésical,
qui est le prolongement de fibres
musculaires lisses du détrusor,
• le sphincter strié qui prolonge le
muscle releveur de l'anus, soutien
du plancher périnéal
Anatomie vésico-urètrale
Dome vésical
détrusor
Col vésical
Urètre
Chez l’homme, la prostate
entoure l’urètre en dessous de la
vessie
La miction
•C’est l'évacuation des urines déclenchée par la vidange de la vessie.
•Le déroulement de la miction normale est sous la dépendance du système nerveux.
La continence
C’est la possibilité de retenir ses urines assurée par un double sphincter qui entoure
l'urètre postérieur :
•Un sphincter lisse commandé par des centres médulaires. Permet le remplissage et la
rétention d'urine.
•Un sphincter strié soumis à la volonté.
Le rein=2 parties
1) LE CORTEX
(glomérules)
2) LA MEDULLAIRE
(tubes collecteurs)
URINE
SANG
= eau + « déchets »
= coupe au microscope
(biopsie rénale)
Que font les reins ?
• Maintien de l’ HOMEOSTASIE (eau, Na, K,…)
homéostasie = équilibre dynamique entre le milieu intérieur et le milieu extérieur
• Excrétion des déchets :
– déchets du métabolisme (urée, créatinine…)
– toxiques, médicaments…
• Régulation de la pression artérielle
• Sécrétion endocrine :
– synthèse d’EPO
– activation de la vitamine D
Mécanismes impliqués ?
Sang (Plasma + protéines)
Urine Primitive (120 ml/min ; 180 l/j)
Urine définitive adaptée ou non adaptée
(composition/quantité)
FILTRATION du
plasma ou filtration
glomérulaire
Réabsorption/sécrétion
12
Barrière de filtration
13
Tube Prox
(bordure
en brosse)
T.Distal
cpt
a
Artère
Interstitium
cellules de l’interstitium
EPO
1-α-hydroxylase
cellules tubulaires
rénine
Cellules des artérioles
(A retenir : EPO, rénine, 1-alfa-hydroxylase)
Un seul rein suffit !
Il faut que les 2 reins
soient GLOBALEMENT abîmés
pour développer une IR !
>> Colique néphrétique : de quoi s’agit-il ?
Crise de colique néphrétique
• Quand un obstacle empêche le passage des urines, la
pression des urines augmente alors en amont et produit des
douleurs (par mise en tension des voies urinaires) : la colique
néphrétique.
• Il s’agit d’une mise sous tension brutale des cavités rénales
en amont d’un obstacle (généralement un calcul, mais aussi :
caillot, tumeur, …)
• Douleur brutale, continue avec paroxysmes, de siège
lombaire irradiant vers l’avant en direction des OGE.
• Pas de position antalgique.
• Signes associés : signes de « cystite », hématurie,
vomissements.
• Circonstances de survenue : fortes chaleurs, déshydratation,
efforts physiques, voyage (voiture++) = facteurs de
précipitations ou de formation des lithiases !! (cf lithiases)
>> Colique néphrétique : quels examens ?
ASP en 1ere intention :
Seuls les calculs
CALCIFIES
sont radio-opaques !
(bien regarder,
des reins à la vessie !)
(acide urique :
classiquement
non visibles
à l’ASP)
échographie rénale : obligatoire en urgence
Un calcul intra-rénal
…ne fait pas mal !
Scanner (au moindre doute écho) : apporte
des précisions par rapport à l’écho
- Malformation ou tumeur sous-jacente
- Maladie de Cacci-Richi (« rein éponge »)
Sans injection…
…et avec injection (clichés tardifs pour voir les voies urinaires)
visualise
les voies
urinaires
visualise
les calculs
Calcul du méat
Urétéral…
…responsable d’une dilatation
des cavités rénales en amont
C’est la dilatation des cavités pyélocalicielles qui fait mal, pas le calcul !
Urographie intra-veineuse (UIV) :
ne se fait quasiment plus
(remplacé par les clichés tardifs de l’uro-scanner)
« lacune »
intra-pyélique
droite
Calculs (« cailloux ») = lithiases
• Concrétion de sels minéraux dans les voies urinaires
• Cause n°1 de colique néphrétique (mais parfois
silencieux, quand intra-rénal ++)
• Fréquent : 3 à 10 % de la population (2h/1f)
• 50% de récidive dans les cinq ans !
• Les calculs sont de nature oxalo-calcique dans 2/3 des
cas.
• Quelques malades célèbres : Montaigne, Isaac Newton,
Martin Luther, Napoléon III, l'écrivain Isaac Asimov…
• La formation des calculs survient par cristallisation des
minéraux des urines dans les reins.
• Ces petites pierres sont la 1ere cause de colique
néphrétique.
• Elles peuvent parfois être responsables de saignement
(urines rouges)
• Elles peuvent également favoriser le développement
d’une infection urinaire.
• Si les calculs induisent une dilatation chronique et
indolore, ou si les concrétions « envahissent » le
parenchyme rénal, cela peut aboutir à la destruction du /
des reins (insuffisance rénale si plus aucun rein
fonctionnel)…risque de dialyse au final !!!
Calculs oxalo-calciques = n°1 !!!
Calculs d’acide urique
Causes des lithiases
• Urines pas assez diluées
• Taux élevé de certains sels minéraux (qui précipitent),
soit par apports exogènes trop élevés (acide urique++)
soit par hyper-production endogène (*) :
– Calculs oxalo-calciques = 70%
– Struvite (lithiase phospho-ammoniaco-magnésienne) 20%
– Acide urique (soluble en milieu alcalin = eau de Vichy) = 4%
– Rares (cystine,…)
• Stase de l’urine (obstacle chronique)
• Certaines infections comme proteus mirabilis (calculs
coralliformes)
(*) Hérédité + pathologies…
Hérédité + pathologies…
• Hypercalciurie : maladies diverses du métabolisme du
calcium, à dépister par bilan sang + urines (par ex :
hyperparathyroïdie primitive, intoxication à la vit D…)
(régime excessif > 2g de calcium = rare)
• Hyper-oxalurie : maladies de l’intestin, maladie héréditaire du
métabolisme (hyper-oxalurie primitive)…
(régime excessif = rare)
• Hypocitraturie : le citrate inhibe la cristallisation de l’oxalate et
du calcium ! (obésité, régime riche en protéines)
• Hyper-uricurie : régime riche en purine (produits de
dégradation des acides nucléiques) = 1ère cause (+goutte
associée !), diurétiques thiazidiques, syndrome de lyse
(chimiothérapies, hémopathies)
• Struvite : favorisé par infections urinaires, par ph alcalin.
Diagnostic de la nature d’un calcul
• L’aspect « radio-transparent » à l’ASP est très
évocateur d’une lithiase d’acide urique « pure »
(mais toutes les lithiases finissent +/- par se
calcifier, deviennent « mixtes » !)
• Bilan biologique « minimal » à faire (pour certains,
seulement en cas de récidive) : sang et urines
• Analyse du sang : arguments pour une maladie
pourvoyeuse de lithiase ?
– Bilan phosphocalcique
– Uricémie
– Acidose métabolique (réserve alcaline < 22 mmol/l)
– Toujours vérifier la créatininémie +++ (IR secondaire ?)
• Analyse des urines :
– étude biochimique des sels minéraux des urines/24h
recueillies sur 3j (calciurie, phosphaturie, uricurie)
(Cas particuliers, ex : lithiases de l’enfant : recherche
cystinurie)
– ECBU
• dans l’analyse cytologique au microscopique, on peut voir les
cristaux, qui sont typiques selon leur nature
• L’analyse bactériologique élimine une infection favorisante
• Analyse spectrophotométrique (technique
biophysique de référence, si on récupère le
calcul = intérêt de filtrer les urines !!) : détermine
la nature des composants
Cristaux d’acide urique dans un ECBU (au microscope)
Cristaux d’oxalates
Traitement général
(=pour toutes les lithiases !)
1) TTT de la douleur
• Hospitalisation seulement si douleur ne cède
pas au TTT entrepris au domicile / aux urgences
• Restriction hydrique 500 cc/j (jusqu’à « dés-
obstruction »)
• Antispasmodiques (Spasfon ou débridat)
• AINS (en l’absence d’insuffisance rénale, de rein
unique, de contre-indication)
• Tous les antalgiques jusqu’à la morphine !
Traitement (suite)
2) Lever l’obstacle
• URGENCE si rein unique / anurie / fièvre
• Le plus souvent : le calcul s’évacue
spontanément quand < 5mm (FILTRER les
urines +++ pour récupérer le calcul)
• Techniques « urologiques » : l’indication de
chaque technique dépend de la taille, de la
situation, de la nature du calcul et des
caractéristiques propres du patient (lithotritie,
sondes JJ ou néphrostomie, urétéroscopie,
extraction chirurgicale par laparotomie ou
coelioscopie)
En 2e intention : lithotriptie extra-corporelle
(fragmentation par ondes de choc, possible si calcul
< 2 cm), généralement associé à une sonde JJ
lithotritie extracorporelle
• méthode extracorporelle qui permet de fragmenter le
calcul grâce à des ondes de choc générées par un
lithotriteur.
• Le contact de la tête de traitement avec la peau du
patient (à travers un matelas d’eau) permet de propager
et de focaliser les ondes de choc sur le calcul.
• Celui-ci est ainsi réduit en fragments qui seront ensuite
éliminés dans la majorité des cas.
• Cette élimination se fait par les voies urinaires (risque de
colique néphrétique, d’hématurie, d’hématome du rein,
de fièvre/frissons)
• La mise en place d’une sonde urétérale entre le rein et la
vessie (dite sonde « JJ ou double J») peut être
nécessaire.
• En fonction de la taille, de la résistance du calcul et de la
réponse au traitement, une ou plusieurs séances
(d’environ 1h) peuvent être nécessaires.
Sonde double J :
Posée par voie
antérograde
(per-cutanée,
comme une
Néphrostomie)
ou par voie
rétrograde
(endoscopique)
++++
Néphrostomie
En cas de calcul
« infranchissable »
par la JJ
Sonde de
néphrostomie
En 3e intention : urétéroscopie
(extraction endoscopique du calcul)
En 4e intention : exerèse chirurgicale
(lithiase corraliforme ++)
Régime
• Hydratation abondante +++ > 2-3l/j dans tous les cas !!!
• Acide urique : éviter les abats-crustacés-charcuterie / les
régimes riches en viandes, boire des boissons
« alcalines » (vichy) si possible (attention riche en sel !
Préférer des cp d’Alcafor® citrate de K+, par exemple, si
HTA). Objectif pH urinaire > 6,5 (évite la cristallisation)
• Lithiases oxalo-calciques :
– surtout pas de régime sans calcium (appauvrirait l’os, et
favoriserait l’absorption intestinale d’oxalate) mais apport
suffisant en calcium (pour « chélater » l’oxalate dans l’intestin)
– limiter le sel et pas d’excès en protéines (aggravent la calciurie
et diminuent la citraturie)
• En cas d’hyper-oxalurie : éviter cacao, thé, rhubarbe,
oseille, betterave….
Autres TTT éventuellement associés
• Traiter une malformation locale, une infection
favorisante,…
• Traiter une cause sous-jacente (hypercalcémie ou
hyper-uricémie d’origine néoplasique = traiter le cancer,
etc…)
• Certains traitements empêchent (zyloric®), voire
« dissolvent » des lithiases débutantes (Fasturtec®
(urico-lytique !) prescrit en préventif ou curatif dans les
Sd de lyse post-chimio +++)
• Attention aux diurétiques thiazidiques
– Indiqué dans hyper-calciurie idiopathique (diminue l’excrétion
rénale de calcium)
– Contre-indiqué dans les lithiases uriques (augmente l’excrétion
rénale d’acide urique)
COMPLICATIONS des lithiases
• Infection (« nid » à germes, stase d’urine en
amont de l’obstacle)
• Anurie (si rein unique ++)
• Hématurie
• Rupture des voies urinaires (urinome)
• Insuffisance rénale obstructive (aigue ou
chronique), jusqu’à la dialyse ! (IR terminale)
• Calcul corraliforme (détruit le rein à bas bruit !)
Attention : lithiases / infections
• Lithiases >>> infections
• Infections (proteus mirabilis…)>>>
lithiases (corraliformes !)
Calcul corraliforme
Urinome
• Collection d’urine suite à une rupture des
voies urinaires
Interrogatoire IDE
• Bonne hydratation ? Facteur déclenchant ? (voiture ++)
• Erreurs de régime ? (hyper-protéiné, abats,…)
• Atcdts personnels (lithiases, malformation rénale,
infections urinaires…)
• Atcdts familiaux (10 % des malades ont des atcdts
familiaux !)
• Goutte ?
• TTT ? (allopurinol = zyloric® contre l’hyper-uricémie,
diurétiques pouvant favoriser lithiases…)
Tophus goutteux
Surveillance IDE
• Température +++
• FC, TA
• EVA : le meilleur antalgique = AINS (effet anti-spasmes
urétéraux), mais attention aux effets secondaires…
• Labstix (signes d’infection ++, ph urinaire)
• Aspect des urines (hématurie…voire caillots !)
• Diurèse (abondance ?)
• Restriction hydrique 500 cc/j en pleine crise (risque
d’aggraver la dilatation en amont d’un obstacle !)
• hyperhydratation en l’absence de douleur ou quand le
calcul est passé
• Filtrer les urines (récupérer le calcul pour analyse)
Obstacle tumoral
Sonde en double JJ
Obstacle du bas appareil urinaire
Complications du Sondage
vésicale
• Traumatisme: hématurie macroscopique
• Infection urinaire +++
• syndrome de lever d'obstacle, réhydratation intraveineuse en
compensant les entrées aux sorties
• Hématurie a Vacuo: clamper la sonde quelques minutes tous
les 500 mL
• Vessie claquée: la vessie perd ses capacités contractiles d’où
échec de désondage.
• Sonde à 3 voies ++++
Cathétérisme sus-pubien
Cathétérisme sus-pubien
Cas clinique
• Vous êtes IDE en néphrologie. Vous suivez une patiente qui
avait été sondée aux urgences (inutile si patiente compliante
et autonome !) pour une insuffisance rénale aiguë secondaire
à une déshydratation. Elle va mieux rapidement mais elle est
hospitalisée 8 jours (en attente d’une place au SSR car elle
est âgée et fatiguée…)
• La veille de sa sortie, l’IDE rigoureu(se) que vous êtes
s’interroge sur l’intérêt de la SU…! Celle-ci est enlevée
rapidement, d’autant plus que la patiente se plaint de celle-
ci…
• Le SSR de Limoux téléphone 48 h après sa sortie pour
indiquer que la patiente est fébrile et se plaint « d’aller aux
toilettes pour rien toutes les 10 minutes »…
Cas 1
• Quel diagnostic évoquez vous…?
• Comment le confirmer?
Cas 1
• Quel diagnostic évoquez vous…?
• Infection urinaire iatrogène
• Comment le confirmer?
• Labstix = résultats immédiats ! Sensibilité > 90%
• ECBU
• Dans l’après-midi, la patiente se plaint d’une
douleur lombaire gauche intense survenue
brutalement ce jour qu’elle connaît bien…
• En effet, elle a déjà fait plusieurs crises de
colique néphrétique !
>> L’interne prévoit l’échographie demain…qu’en
pensez-vous ?
• Dans l’après-midi, la patiente se plaint d’une
douleur lombaire gauche intense survenue
brutalement ce jour qu’elle connaît bien…
• En effet, elle a déjà fait plusieurs crises de
colique néphrétique !
>> L’interne prévoit l’échographie demain…qu’en
pensez-vous ?
>> Trop tard !! Infection urinaire fébrile sur
obstacle = urgence ! (antibiotiques et
« drainage » en urgence)
• La patiente bénéficie de l’échographie rénale dès son
admission…
• L’échographie ne retrouve aucune lithiase, mais une dilatation
franche du bassinet.
• La patiente vous montre une ancienne UIV…
• Syndrome de la jonction pyélo-urétérale !
• Facteur de risque de pyélonéphrite, de lithiase, de
néphrite interstitielle chronique (unilatérale)…car stase
d’urine !
• Diagnostic ici : colique néphrétique probablement
secondaire à l’aggravation de la rétention d’urine
(« spasme urétéral » secondaire à l’infection)…Traiter
l’infection, puis traiter le Sd de jonction :
– TTT par sonde JJ à poser en urgence si dilatation franche
persistante malgré antibiothérapie ou si sepsis menaçant
– réimplantation pyélo-urétérale à distance de l’infection (ou JJ à
demeure)

Contenu connexe

Similaire à ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt

Les ictères-fébriles-2013
Les ictères-fébriles-2013Les ictères-fébriles-2013
Les ictères-fébriles-2013
Hassan HAMALA
 
10 physiologie digestive 18.pdf
10 physiologie digestive 18.pdf10 physiologie digestive 18.pdf
10 physiologie digestive 18.pdf
ssuiam588
 
Atelier echo doppler arteres
Atelier echo doppler arteresAtelier echo doppler arteres
Atelier echo doppler arteres
sfa_angeiologie
 
Atelier echo doppler arteres mi final samedi
Atelier echo doppler arteres mi final samediAtelier echo doppler arteres mi final samedi
Atelier echo doppler arteres mi final samedi
sfa_angeiologie
 
Atelier echo doppler arteres
Atelier echo doppler arteresAtelier echo doppler arteres
Atelier echo doppler arteres
sfa_angeiologie
 
Thm dijon dfasm3_24072015
Thm dijon dfasm3_24072015Thm dijon dfasm3_24072015
Thm dijon dfasm3_24072015
AP-HP
 

Similaire à ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt (20)

Bases de la dialyse ab 2013
Bases de la dialyse ab 2013Bases de la dialyse ab 2013
Bases de la dialyse ab 2013
 
Anatomie de l'appareil urinaire.pdf
Anatomie de l'appareil urinaire.pdfAnatomie de l'appareil urinaire.pdf
Anatomie de l'appareil urinaire.pdf
 
LITHIASE INTRA-HEPATIQUE : PRIMITIVE (Syndrome LPAC) ou SECONDAIRE
LITHIASE INTRA-HEPATIQUE : PRIMITIVE (Syndrome LPAC) ou SECONDAIRELITHIASE INTRA-HEPATIQUE : PRIMITIVE (Syndrome LPAC) ou SECONDAIRE
LITHIASE INTRA-HEPATIQUE : PRIMITIVE (Syndrome LPAC) ou SECONDAIRE
 
Physiologie renale (2)
Physiologie renale (2)Physiologie renale (2)
Physiologie renale (2)
 
CAT devant une hyponatrémie
CAT devant une hyponatrémieCAT devant une hyponatrémie
CAT devant une hyponatrémie
 
Diu gynecologie medicale Rennes partie 2
Diu gynecologie medicale Rennes partie 2Diu gynecologie medicale Rennes partie 2
Diu gynecologie medicale Rennes partie 2
 
Colectomie gauche et droite
Colectomie gauche et droite Colectomie gauche et droite
Colectomie gauche et droite
 
Hernies internes : types, diagnostic et traitements
Hernies internes : types, diagnostic et traitementsHernies internes : types, diagnostic et traitements
Hernies internes : types, diagnostic et traitements
 
ECHINOCOCCOSE KYSTIQUE Dr BENLARIBI I H ACTUALITE 2024.pptx
ECHINOCOCCOSE KYSTIQUE Dr BENLARIBI I H ACTUALITE 2024.pptxECHINOCOCCOSE KYSTIQUE Dr BENLARIBI I H ACTUALITE 2024.pptx
ECHINOCOCCOSE KYSTIQUE Dr BENLARIBI I H ACTUALITE 2024.pptx
 
Occlusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguësOcclusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguës
 
Les ictères-fébriles-2013
Les ictères-fébriles-2013Les ictères-fébriles-2013
Les ictères-fébriles-2013
 
10 physiologie digestive 18.pdf
10 physiologie digestive 18.pdf10 physiologie digestive 18.pdf
10 physiologie digestive 18.pdf
 
Cat ascite
Cat asciteCat ascite
Cat ascite
 
Doc 10149
Doc 10149Doc 10149
Doc 10149
 
Vessie-neurologique-Dr-Meyer.pdf
Vessie-neurologique-Dr-Meyer.pdfVessie-neurologique-Dr-Meyer.pdf
Vessie-neurologique-Dr-Meyer.pdf
 
Atelier echo doppler arteres
Atelier echo doppler arteresAtelier echo doppler arteres
Atelier echo doppler arteres
 
Atelier echo doppler arteres mi final samedi
Atelier echo doppler arteres mi final samediAtelier echo doppler arteres mi final samedi
Atelier echo doppler arteres mi final samedi
 
Atelier echo doppler arteres
Atelier echo doppler arteresAtelier echo doppler arteres
Atelier echo doppler arteres
 
Ascite non cirrhotique
Ascite non cirrhotiqueAscite non cirrhotique
Ascite non cirrhotique
 
Thm dijon dfasm3_24072015
Thm dijon dfasm3_24072015Thm dijon dfasm3_24072015
Thm dijon dfasm3_24072015
 

ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt

  • 1. Colique néphrétique Lithiases rénales Syndromes obstructifs urinaires Cours IFSI Septembre 2017 Dr Hocine ZAIDI Néphrologue Service de Néphrologie, CHG Carcassonne
  • 3.
  • 4. - Dans la partie arrière de l’abdomen en rétro péritonéal - De part et d’autre de la colonne vertébrale - Plaqués contre la paroi abdominale postérieure, dans un espace fait de tissu fibreux et de graisse appelé la loge rénale. fosse lombaire : Espace compris entre la dernière côte et la crête iliaque. C’est à ce niveau que les reins sont examinés par la palpation. Situation anatomique des reins
  • 5. 1. La vessie comporte: • un dôme souple qui sert de réservoir, constituée par le muscle détrusor, • une base dont la forme se modifie lorsque la vessie se contracte. • aplatie lorsque la vessie se remplit • en entonnoir ou trigone, au moment de la miction. 2. L'urètre est le conduit évacuateur de l'urine. Il comporte • un sphincter lisse, ou col vésical, qui est le prolongement de fibres musculaires lisses du détrusor, • le sphincter strié qui prolonge le muscle releveur de l'anus, soutien du plancher périnéal Anatomie vésico-urètrale Dome vésical détrusor Col vésical Urètre Chez l’homme, la prostate entoure l’urètre en dessous de la vessie
  • 6. La miction •C’est l'évacuation des urines déclenchée par la vidange de la vessie. •Le déroulement de la miction normale est sous la dépendance du système nerveux. La continence C’est la possibilité de retenir ses urines assurée par un double sphincter qui entoure l'urètre postérieur : •Un sphincter lisse commandé par des centres médulaires. Permet le remplissage et la rétention d'urine. •Un sphincter strié soumis à la volonté.
  • 7. Le rein=2 parties 1) LE CORTEX (glomérules) 2) LA MEDULLAIRE (tubes collecteurs)
  • 8.
  • 9.
  • 10. URINE SANG = eau + « déchets » = coupe au microscope (biopsie rénale)
  • 11. Que font les reins ? • Maintien de l’ HOMEOSTASIE (eau, Na, K,…) homéostasie = équilibre dynamique entre le milieu intérieur et le milieu extérieur • Excrétion des déchets : – déchets du métabolisme (urée, créatinine…) – toxiques, médicaments… • Régulation de la pression artérielle • Sécrétion endocrine : – synthèse d’EPO – activation de la vitamine D
  • 12. Mécanismes impliqués ? Sang (Plasma + protéines) Urine Primitive (120 ml/min ; 180 l/j) Urine définitive adaptée ou non adaptée (composition/quantité) FILTRATION du plasma ou filtration glomérulaire Réabsorption/sécrétion 12
  • 14.
  • 15.
  • 16.
  • 17. Tube Prox (bordure en brosse) T.Distal cpt a Artère Interstitium cellules de l’interstitium EPO 1-α-hydroxylase cellules tubulaires rénine Cellules des artérioles (A retenir : EPO, rénine, 1-alfa-hydroxylase)
  • 18. Un seul rein suffit ! Il faut que les 2 reins soient GLOBALEMENT abîmés pour développer une IR !
  • 19. >> Colique néphrétique : de quoi s’agit-il ?
  • 20. Crise de colique néphrétique • Quand un obstacle empêche le passage des urines, la pression des urines augmente alors en amont et produit des douleurs (par mise en tension des voies urinaires) : la colique néphrétique. • Il s’agit d’une mise sous tension brutale des cavités rénales en amont d’un obstacle (généralement un calcul, mais aussi : caillot, tumeur, …) • Douleur brutale, continue avec paroxysmes, de siège lombaire irradiant vers l’avant en direction des OGE. • Pas de position antalgique. • Signes associés : signes de « cystite », hématurie, vomissements. • Circonstances de survenue : fortes chaleurs, déshydratation, efforts physiques, voyage (voiture++) = facteurs de précipitations ou de formation des lithiases !! (cf lithiases)
  • 21. >> Colique néphrétique : quels examens ?
  • 22. ASP en 1ere intention : Seuls les calculs CALCIFIES sont radio-opaques ! (bien regarder, des reins à la vessie !) (acide urique : classiquement non visibles à l’ASP)
  • 23. échographie rénale : obligatoire en urgence Un calcul intra-rénal …ne fait pas mal !
  • 24. Scanner (au moindre doute écho) : apporte des précisions par rapport à l’écho - Malformation ou tumeur sous-jacente - Maladie de Cacci-Richi (« rein éponge ») Sans injection… …et avec injection (clichés tardifs pour voir les voies urinaires) visualise les voies urinaires visualise les calculs
  • 25. Calcul du méat Urétéral… …responsable d’une dilatation des cavités rénales en amont C’est la dilatation des cavités pyélocalicielles qui fait mal, pas le calcul !
  • 26. Urographie intra-veineuse (UIV) : ne se fait quasiment plus (remplacé par les clichés tardifs de l’uro-scanner) « lacune » intra-pyélique droite
  • 27. Calculs (« cailloux ») = lithiases • Concrétion de sels minéraux dans les voies urinaires • Cause n°1 de colique néphrétique (mais parfois silencieux, quand intra-rénal ++) • Fréquent : 3 à 10 % de la population (2h/1f) • 50% de récidive dans les cinq ans ! • Les calculs sont de nature oxalo-calcique dans 2/3 des cas. • Quelques malades célèbres : Montaigne, Isaac Newton, Martin Luther, Napoléon III, l'écrivain Isaac Asimov…
  • 28. • La formation des calculs survient par cristallisation des minéraux des urines dans les reins. • Ces petites pierres sont la 1ere cause de colique néphrétique. • Elles peuvent parfois être responsables de saignement (urines rouges) • Elles peuvent également favoriser le développement d’une infection urinaire. • Si les calculs induisent une dilatation chronique et indolore, ou si les concrétions « envahissent » le parenchyme rénal, cela peut aboutir à la destruction du / des reins (insuffisance rénale si plus aucun rein fonctionnel)…risque de dialyse au final !!!
  • 31. Causes des lithiases • Urines pas assez diluées • Taux élevé de certains sels minéraux (qui précipitent), soit par apports exogènes trop élevés (acide urique++) soit par hyper-production endogène (*) : – Calculs oxalo-calciques = 70% – Struvite (lithiase phospho-ammoniaco-magnésienne) 20% – Acide urique (soluble en milieu alcalin = eau de Vichy) = 4% – Rares (cystine,…) • Stase de l’urine (obstacle chronique) • Certaines infections comme proteus mirabilis (calculs coralliformes) (*) Hérédité + pathologies…
  • 32. Hérédité + pathologies… • Hypercalciurie : maladies diverses du métabolisme du calcium, à dépister par bilan sang + urines (par ex : hyperparathyroïdie primitive, intoxication à la vit D…) (régime excessif > 2g de calcium = rare) • Hyper-oxalurie : maladies de l’intestin, maladie héréditaire du métabolisme (hyper-oxalurie primitive)… (régime excessif = rare) • Hypocitraturie : le citrate inhibe la cristallisation de l’oxalate et du calcium ! (obésité, régime riche en protéines) • Hyper-uricurie : régime riche en purine (produits de dégradation des acides nucléiques) = 1ère cause (+goutte associée !), diurétiques thiazidiques, syndrome de lyse (chimiothérapies, hémopathies) • Struvite : favorisé par infections urinaires, par ph alcalin.
  • 33. Diagnostic de la nature d’un calcul • L’aspect « radio-transparent » à l’ASP est très évocateur d’une lithiase d’acide urique « pure » (mais toutes les lithiases finissent +/- par se calcifier, deviennent « mixtes » !) • Bilan biologique « minimal » à faire (pour certains, seulement en cas de récidive) : sang et urines • Analyse du sang : arguments pour une maladie pourvoyeuse de lithiase ? – Bilan phosphocalcique – Uricémie – Acidose métabolique (réserve alcaline < 22 mmol/l) – Toujours vérifier la créatininémie +++ (IR secondaire ?)
  • 34. • Analyse des urines : – étude biochimique des sels minéraux des urines/24h recueillies sur 3j (calciurie, phosphaturie, uricurie) (Cas particuliers, ex : lithiases de l’enfant : recherche cystinurie) – ECBU • dans l’analyse cytologique au microscopique, on peut voir les cristaux, qui sont typiques selon leur nature • L’analyse bactériologique élimine une infection favorisante • Analyse spectrophotométrique (technique biophysique de référence, si on récupère le calcul = intérêt de filtrer les urines !!) : détermine la nature des composants
  • 35. Cristaux d’acide urique dans un ECBU (au microscope) Cristaux d’oxalates
  • 36. Traitement général (=pour toutes les lithiases !) 1) TTT de la douleur • Hospitalisation seulement si douleur ne cède pas au TTT entrepris au domicile / aux urgences • Restriction hydrique 500 cc/j (jusqu’à « dés- obstruction ») • Antispasmodiques (Spasfon ou débridat) • AINS (en l’absence d’insuffisance rénale, de rein unique, de contre-indication) • Tous les antalgiques jusqu’à la morphine !
  • 37. Traitement (suite) 2) Lever l’obstacle • URGENCE si rein unique / anurie / fièvre • Le plus souvent : le calcul s’évacue spontanément quand < 5mm (FILTRER les urines +++ pour récupérer le calcul) • Techniques « urologiques » : l’indication de chaque technique dépend de la taille, de la situation, de la nature du calcul et des caractéristiques propres du patient (lithotritie, sondes JJ ou néphrostomie, urétéroscopie, extraction chirurgicale par laparotomie ou coelioscopie)
  • 38. En 2e intention : lithotriptie extra-corporelle (fragmentation par ondes de choc, possible si calcul < 2 cm), généralement associé à une sonde JJ
  • 39. lithotritie extracorporelle • méthode extracorporelle qui permet de fragmenter le calcul grâce à des ondes de choc générées par un lithotriteur. • Le contact de la tête de traitement avec la peau du patient (à travers un matelas d’eau) permet de propager et de focaliser les ondes de choc sur le calcul. • Celui-ci est ainsi réduit en fragments qui seront ensuite éliminés dans la majorité des cas. • Cette élimination se fait par les voies urinaires (risque de colique néphrétique, d’hématurie, d’hématome du rein, de fièvre/frissons) • La mise en place d’une sonde urétérale entre le rein et la vessie (dite sonde « JJ ou double J») peut être nécessaire. • En fonction de la taille, de la résistance du calcul et de la réponse au traitement, une ou plusieurs séances (d’environ 1h) peuvent être nécessaires.
  • 40. Sonde double J : Posée par voie antérograde (per-cutanée, comme une Néphrostomie) ou par voie rétrograde (endoscopique) ++++
  • 42. En cas de calcul « infranchissable » par la JJ Sonde de néphrostomie
  • 43. En 3e intention : urétéroscopie (extraction endoscopique du calcul)
  • 44. En 4e intention : exerèse chirurgicale (lithiase corraliforme ++)
  • 45. Régime • Hydratation abondante +++ > 2-3l/j dans tous les cas !!! • Acide urique : éviter les abats-crustacés-charcuterie / les régimes riches en viandes, boire des boissons « alcalines » (vichy) si possible (attention riche en sel ! Préférer des cp d’Alcafor® citrate de K+, par exemple, si HTA). Objectif pH urinaire > 6,5 (évite la cristallisation) • Lithiases oxalo-calciques : – surtout pas de régime sans calcium (appauvrirait l’os, et favoriserait l’absorption intestinale d’oxalate) mais apport suffisant en calcium (pour « chélater » l’oxalate dans l’intestin) – limiter le sel et pas d’excès en protéines (aggravent la calciurie et diminuent la citraturie) • En cas d’hyper-oxalurie : éviter cacao, thé, rhubarbe, oseille, betterave….
  • 46. Autres TTT éventuellement associés • Traiter une malformation locale, une infection favorisante,… • Traiter une cause sous-jacente (hypercalcémie ou hyper-uricémie d’origine néoplasique = traiter le cancer, etc…) • Certains traitements empêchent (zyloric®), voire « dissolvent » des lithiases débutantes (Fasturtec® (urico-lytique !) prescrit en préventif ou curatif dans les Sd de lyse post-chimio +++) • Attention aux diurétiques thiazidiques – Indiqué dans hyper-calciurie idiopathique (diminue l’excrétion rénale de calcium) – Contre-indiqué dans les lithiases uriques (augmente l’excrétion rénale d’acide urique)
  • 47. COMPLICATIONS des lithiases • Infection (« nid » à germes, stase d’urine en amont de l’obstacle) • Anurie (si rein unique ++) • Hématurie • Rupture des voies urinaires (urinome) • Insuffisance rénale obstructive (aigue ou chronique), jusqu’à la dialyse ! (IR terminale) • Calcul corraliforme (détruit le rein à bas bruit !)
  • 48. Attention : lithiases / infections • Lithiases >>> infections • Infections (proteus mirabilis…)>>> lithiases (corraliformes !)
  • 50. Urinome • Collection d’urine suite à une rupture des voies urinaires
  • 51. Interrogatoire IDE • Bonne hydratation ? Facteur déclenchant ? (voiture ++) • Erreurs de régime ? (hyper-protéiné, abats,…) • Atcdts personnels (lithiases, malformation rénale, infections urinaires…) • Atcdts familiaux (10 % des malades ont des atcdts familiaux !) • Goutte ? • TTT ? (allopurinol = zyloric® contre l’hyper-uricémie, diurétiques pouvant favoriser lithiases…) Tophus goutteux
  • 52. Surveillance IDE • Température +++ • FC, TA • EVA : le meilleur antalgique = AINS (effet anti-spasmes urétéraux), mais attention aux effets secondaires… • Labstix (signes d’infection ++, ph urinaire) • Aspect des urines (hématurie…voire caillots !) • Diurèse (abondance ?) • Restriction hydrique 500 cc/j en pleine crise (risque d’aggraver la dilatation en amont d’un obstacle !) • hyperhydratation en l’absence de douleur ou quand le calcul est passé • Filtrer les urines (récupérer le calcul pour analyse)
  • 54.
  • 56.
  • 57. Obstacle du bas appareil urinaire
  • 58.
  • 59.
  • 60. Complications du Sondage vésicale • Traumatisme: hématurie macroscopique • Infection urinaire +++ • syndrome de lever d'obstacle, réhydratation intraveineuse en compensant les entrées aux sorties • Hématurie a Vacuo: clamper la sonde quelques minutes tous les 500 mL • Vessie claquée: la vessie perd ses capacités contractiles d’où échec de désondage. • Sonde à 3 voies ++++
  • 61.
  • 64. Cas clinique • Vous êtes IDE en néphrologie. Vous suivez une patiente qui avait été sondée aux urgences (inutile si patiente compliante et autonome !) pour une insuffisance rénale aiguë secondaire à une déshydratation. Elle va mieux rapidement mais elle est hospitalisée 8 jours (en attente d’une place au SSR car elle est âgée et fatiguée…) • La veille de sa sortie, l’IDE rigoureu(se) que vous êtes s’interroge sur l’intérêt de la SU…! Celle-ci est enlevée rapidement, d’autant plus que la patiente se plaint de celle- ci… • Le SSR de Limoux téléphone 48 h après sa sortie pour indiquer que la patiente est fébrile et se plaint « d’aller aux toilettes pour rien toutes les 10 minutes »…
  • 65. Cas 1 • Quel diagnostic évoquez vous…? • Comment le confirmer?
  • 66. Cas 1 • Quel diagnostic évoquez vous…? • Infection urinaire iatrogène • Comment le confirmer? • Labstix = résultats immédiats ! Sensibilité > 90% • ECBU
  • 67. • Dans l’après-midi, la patiente se plaint d’une douleur lombaire gauche intense survenue brutalement ce jour qu’elle connaît bien… • En effet, elle a déjà fait plusieurs crises de colique néphrétique ! >> L’interne prévoit l’échographie demain…qu’en pensez-vous ?
  • 68. • Dans l’après-midi, la patiente se plaint d’une douleur lombaire gauche intense survenue brutalement ce jour qu’elle connaît bien… • En effet, elle a déjà fait plusieurs crises de colique néphrétique ! >> L’interne prévoit l’échographie demain…qu’en pensez-vous ? >> Trop tard !! Infection urinaire fébrile sur obstacle = urgence ! (antibiotiques et « drainage » en urgence)
  • 69. • La patiente bénéficie de l’échographie rénale dès son admission… • L’échographie ne retrouve aucune lithiase, mais une dilatation franche du bassinet. • La patiente vous montre une ancienne UIV…
  • 70.
  • 71. • Syndrome de la jonction pyélo-urétérale ! • Facteur de risque de pyélonéphrite, de lithiase, de néphrite interstitielle chronique (unilatérale)…car stase d’urine ! • Diagnostic ici : colique néphrétique probablement secondaire à l’aggravation de la rétention d’urine (« spasme urétéral » secondaire à l’infection)…Traiter l’infection, puis traiter le Sd de jonction : – TTT par sonde JJ à poser en urgence si dilatation franche persistante malgré antibiothérapie ou si sepsis menaçant – réimplantation pyélo-urétérale à distance de l’infection (ou JJ à demeure)

Notes de l'éditeur

  1. 3
  2. 4