Les années 90 s’ouvrent
sur une bonne nouvelle
dès le 11 février 1990, avec la fin
de l’apartheid en Afrique du Sud
et la ...
Les années 90 s’ouvrent
sur une bonne nouvelle
dès le 11 février 1990, avec la fin
de l’apartheid en Afrique du Sud
et la ...
B Octobre 2014
cahier spécial cahier spécial COctobre 2014
La décennie
des révolutionszoom. Evolutions sociales, politique...
Supplémentencartéenoctobre2014etréalisépourLeParisienetAujourd’huienFranceparleservicesuppléments.n Éditeur:ChristineGogue...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Fox Channel Les Annees 90

17 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
17
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fox Channel Les Annees 90

  1. 1. Les années 90 s’ouvrent sur une bonne nouvelle dès le 11 février 1990, avec la fin de l’apartheid en Afrique du Sud et la libération de Nelson Man- dela. Elle fait suite à l’une des grandes dates historiques de la fin du siècle avec la chute du mur de Berlin, le 10 novembre 1989. Mais les années 90 s’inaugurent aussi par la Guerre du Golfe, pre- mier conflit armé d’un genre nouveau dit chirurgical. Pour François Cusset* , historien des idées et professeur de civilisation américaineàl’UniversitédeParis Ouest, « les années 90 sont un prolongementdesgrandesmuta- tions des années 80 que l’on nous présente souvent comme la pé- riode des grandes transitions : l’arrivée prochaine du nouveau millénaire, le retour de la démo- cratie triomphant dans les ex- pays communistes, l’émergence de l’internet, le nouvel avenir radieux. Mais tout cela est atté- nué par la réalité des guerres et des crises économiques majeures qui s’enchaînent. Et du capita- lisme financier à l’islamophobie, c’est dans cette période-là que prennent naissance nos pro- blèmes d’aujourd’hui. » Cette décennie est marquée par la propagation de la victoire idéo- logique du néolibéralisme, de la globalisation financière et de la mondialisation. « Pendant la pre- mière moitié de cette décennie, c’est un rouleau compresseur néolibéral qui s’impose dans les institutions internationales, à la tête des Etats et chez les acteurs économiques, explique François Cusset. La deuxième partie voit surgir les premières résistances majeures depuis 25 ans, avec des formes de contestation sociales nouvelles. On se souvient des grèves de 1995, mais aussi de l’insurrection zapatiste au Chia- pas, fin 1994. Et l’émergence de l’altermondialisme à la fin de la décennie. Ces formes de contestation perdurent encore aujourd’hui. » Les années 2000, comme une parenthèse La décennie 90 est aussi domi- née par la pensée de l’effondre- ment où le mur de Berlin ouvre la période et où celui des tours jumelles du World Trade Center la termine. « La décennie est obsédée par la fin, à la fois l’échéance du siècle et le compte- à-rebours du nouveau millé- naire, poursuit François Cusset. C’est aussi l’apparition d’internet qui ouvre les débats sur le post- humain. En fin de compte, comme le montre la production intellectuelle de la période, elle est marquée à la fois par de nouveaux conservatismes, et en face une critique sociale d’un genre nouveau. » Que reste t-il des années 90 ? Que reste-t-il des RETRO.Coincéesentreles«annéesfric»etl’an2000,lesannées90 représentent une époque charnière et la décennie de toutes les transitions. Huit rendez-vous à la télé La série documentaire « 90’s la décennie des connexions » sera diffusée à partir du 1er novembre tous les samedis et dimanches à 20h40 sur National Geographic Channel* . En huit épisodes de 52 minutes, la chaîne vous propose de revivre les grands moments des années 90 qui ont façonné le monde actuel. Racontée par Patrick Poivre d’Arvor, cette série événement met à l’honneur les personnalités, innovations et grandes décisions de la décennie en s’appuyant sur des images d’archives impressionnantes. Enintroductiondechacundesdocumentaires, des personnalités françaises prennent la parolepourtémoignersurlessujetsabordés: Lilian Thuram revient sur la Coupe du monde 98, le réalisateur Jean-Pierre Jeunet évoque le succès cinématographique de Toy Story, Bernard Kouchner se souvient notamment de la tempête médiatique provoquée par la Guerre du Golfe. Une série qui informe et questionne… était-ce 10 ans d’exubérance assumée ou d’avertissements ignorés ? 90 années ? * Disponible pour les abonnés à Canalsat, Numericable, Free et Orange. « Tout ! Les années 2000 auront été une sorte de parenthèse : c’est comme si l’on reprenait aujourd’hui le fil de la décennie 90 », conclut François Cusset. Matthieu Marcos *L’ouvrage collectif dirigé par François Cusset, « Une histoire (critique) des années 90 » (La Découverte/Centre Pompidou-Metz) © Thinkstock/iStock - DR ©Thinkstock/iStock-DR
  2. 2. Les années 90 s’ouvrent sur une bonne nouvelle dès le 11 février 1990, avec la fin de l’apartheid en Afrique du Sud et la libération de Nelson Man- dela. Elle fait suite à l’une des grandes dates historiques de la fin du siècle avec la chute du mur de Berlin, le 10 novembre 1989. Mais les années 90 s’inaugurent aussi par la Guerre du Golfe, pre- mier conflit armé d’un genre nouveau dit chirurgical. Pour François Cusset* , historien des idées et professeur de civilisation américaineàl’UniversitédeParis Ouest, « les années 90 sont un prolongementdesgrandesmuta- tions des années 80 que l’on nous présente souvent comme la pé- riode des grandes transitions : l’arrivée prochaine du nouveau millénaire, le retour de la démo- cratie triomphant dans les ex- pays communistes, l’émergence de l’internet, le nouvel avenir radieux. Mais tout cela est atté- nué par la réalité des guerres et des crises économiques majeures qui s’enchaînent. Et du capita- lisme financier à l’islamophobie, c’est dans cette période-là que prennent naissance nos pro- blèmes d’aujourd’hui. » Cette décennie est marquée par la propagation de la victoire idéo- logique du néolibéralisme, de la globalisation financière et de la mondialisation. « Pendant la pre- mière moitié de cette décennie, c’est un rouleau compresseur néolibéral qui s’impose dans les institutions internationales, à la tête des Etats et chez les acteurs économiques, explique François Cusset. La deuxième partie voit surgir les premières résistances majeures depuis 25 ans, avec des formes de contestation sociales nouvelles. On se souvient des grèves de 1995, mais aussi de l’insurrection zapatiste au Chia- pas, fin 1994. Et l’émergence de l’altermondialisme à la fin de la décennie. Ces formes de contestation perdurent encore aujourd’hui. » Les années 2000, comme une parenthèse La décennie 90 est aussi domi- née par la pensée de l’effondre- ment où le mur de Berlin ouvre la période et où celui des tours jumelles du World Trade Center la termine. « La décennie est obsédée par la fin, à la fois l’échéance du siècle et le compte- à-rebours du nouveau millé- naire, poursuit François Cusset. C’est aussi l’apparition d’internet qui ouvre les débats sur le post- humain. En fin de compte, comme le montre la production intellectuelle de la période, elle est marquée à la fois par de nouveaux conservatismes, et en face une critique sociale d’un genre nouveau. » Que reste t-il des années 90 ? Que reste-t-il des RETRO.Coincéesentreles«annéesfric»etl’an2000,lesannées90 représentent une époque charnière et la décennie de toutes les transitions. Huit rendez-vous à la télé La série documentaire « 90’s la décennie des connexions » sera diffusée à partir du 1er novembre tous les samedis et dimanches à 20h40 sur National Geographic Channel* . En huit épisodes de 52 minutes, la chaîne vous propose de revivre les grands moments des années 90 qui ont façonné le monde actuel. Racontée par Patrick Poivre d’Arvor, cette série événement met à l’honneur les personnalités, innovations et grandes décisions de la décennie en s’appuyant sur des images d’archives impressionnantes. Enintroductiondechacundesdocumentaires, des personnalités françaises prennent la parolepourtémoignersurlessujetsabordés: Lilian Thuram revient sur la Coupe du monde 98, le réalisateur Jean-Pierre Jeunet évoque le succès cinématographique de Toy Story, Bernard Kouchner se souvient notamment de la tempête médiatique provoquée par la Guerre du Golfe. Une série qui informe et questionne… était-ce 10 ans d’exubérance assumée ou d’avertissements ignorés ? 90 années ? * Disponible pour les abonnés à Canalsat, Numericable, Free et Orange. « Tout ! Les années 2000 auront été une sorte de parenthèse : c’est comme si l’on reprenait aujourd’hui le fil de la décennie 90 », conclut François Cusset. Matthieu Marcos *L’ouvrage collectif dirigé par François Cusset, « Une histoire (critique) des années 90 » (La Découverte/Centre Pompidou-Metz) © Thinkstock/iStock - DR ©Thinkstock/iStock-DR
  3. 3. B Octobre 2014 cahier spécial cahier spécial COctobre 2014 La décennie des révolutionszoom. Evolutions sociales, politiques, culturelles, sportives… La dernière décennie du XXe siècle est placée sous le signe de la transition permanente. Le 26 décembre 1991 marque la dissolution de l’URSS et sa dislocation qui reconnaît l’indépendance des républiques baltes (Lettonie, Lituanie et Estonie). La Guerre Froide est terminée. Un monde multipolaire voit ainsi le jour où le communisme est tombé alors que le capitalisme est resté debout. Ce tournant est aussi marqué par la montée du danger islamiste. Après huit ans de guerre en Afghanistan, les Russes battent en retraite en 1989. Cet épisode sera décisif dans la vie de Ben Laden qui a mis sa fortune et sa légion de volontaires arabes au service de la guerre contre la coalition antitaliban. En 1996, les talibans prendront Kaboul et instau- reront un régime islamiste, dirigé par le mollah Omar. Lors de sa première interview télévisée sur la chaîne américaine CNN en mars 1997, Oussama Ben Laden annonce sa principale cible : l’Amérique. Il devient l’ennemi public N°1 du monde. On connaît la suite : le 11 septembre 2001… 515,3 km/h… Le 18 mai 1990 le TGV devient le train le plus rapide du monde sur la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Atlantique. Mis en service en 1981, le fleuron de l’industrie ferroviaire est devenu depuis une vitrine du savoir-faire fran- çais en matière d’innovation, comme l’expliquait Jacques Chirac en 2007, en parlant de la nouvelle ligne Est : « Le TGV-Est, c’est une réussite industrielle majeure. C’est une admirable démonstration des capacités de la France en matière de recherche, de développement et d’innovation ». Les années 90 ont également été marquées, au niveau ferroviaire, par l’ouverture du Tunnel sous la manche reliant par des TGV spécialement conçus pour s’adapter aux gabarits des lignes françaises et britanniques le sud de l’Angleterre et le nord de la France. Le monde des transports allait également connaître une mini-révolution avec la mise en service du GPS. Initialement conçu pour un usage militaire, le GPS a évolué bien au-delà de ses objectifs initiaux pour devenir une ressource dont on ne peut plus se passer. Des industries du transport et des services aux concurrents des grandes courses au large. Des vacances en voiture détendues au moyen le plus facile et le plus écono- mique en carburant pour arriver à destination. En février 1997, les journaux et télés du monde entier font leur Une sur Dolly, une jeune agnelle née 7 mois plus tôt, en juillet 1996, dans les locaux de l’institut Roslin, en Ecosse. Et pour cause : l’animal n’est pas le fruit de l’accouplement d’une brebis et d’un mouton, elle n’a pas de père et est la copie génétique de sa mère, autrement dit son clone ! Ce que l’on pensait impossible quelques années aupara- vant est maintenant concret et l’annonce de l’événement déclenche une vague de polémiques se concentrant sur le clonage humain présenté comme imminent. Scienti- fiques, philosophes, politiques… tout le monde prend position jusqu’à ce que les comités d’éthique en France, en Angleterre, aux États-Unis, ainsi que ceux du Conseil de l’Europe, de l’Unesco et de l’ONU se prononcent pour l’interdiction, au moins provisoire, de toute recherche sur le clonage humain. Dolly sera euthanasiée en 2003 après avoir donné naissance à quatre brebis, preuve qu’un animal cloné n’est pas stérile. Depuis, une dou- zaine d’espèces ont été clonées, et le clonage humain n’est toujours pas une réalité, la recherche se concentrant sur le clonage thérapeutiques de cellules souches desti- nées à soigner des maladies graves. Le décès de la rock star Freddy Mercury, chanteur du groupe Queen, a un retentissement planétaire, l’opinion publique s’inquiète et de nombreuses asso- ciations voient le jour et se réunissent lors d’une grande soirée télévisuelle : c’est le début du Sidaction. Pour quelques générations, le préservatif se banalise, la prévention se structure et les consciences se réveillent. En 1996, le bilan est lourd. Le sida a déjà tué plus de 30 000 personnes en France. 20 ans après la maladie recule, les progrès médicaux sont importants avec la généralisation des trithérapies mais le Sida tue encore, avec 1,6 millions de morts dans le monde en 2012. Mais les années 90 ne sont pas toujours inquiétantes… La découverte accidentelle du Viagra va révolutionner les rapports sexuels de nombreux patients atteints de disfonctionnements érectiles. Initialement conçu pour lutter contre l’angine de poitrine, ce médicament va se démarquer par des effets secondaires spectacu- laires avec une amélioration considérable de la fonc- tion érectile. Dès son autorisation de Mise sur le Marché (AMM) en 1999, les ventes ont explosé, et la petite pilule bleue est aujourd’hui un des médicaments les plus rentables et les plus contrefaits au monde. L’Afghanistan au centre de tous les enjeux Dolly, un mouton pas comme les autres TGV, GPS : aller vite et partout Le foot change de galaxie Sida, Viagra… l’amour en question En 1995, le cinéma connaît un saut technologique qui aura une influence considérable sur le 7e art pour la décennie à venir. Toy Story propulse le cinéma dans un monde où les ordinateurs vont occuper une place prépondérante. Ce film d’animation raconte l’histoire d’Andy, un jeune garçon dont les jouets se mettent à vivre leur propre vie… Une aventure menée tambour battant par Woody le cow-boy et Buzz l’éclair, intrépide aventurier de l’espace dont l’arrivée va semer la zizanie dans ce petit monde. Porté par deux ambassadeurs vocaux prestigieux (Tom Hanks et Tim Allen), ce premier long métrage entièrement généré par ordinateur va rencontrer un succès mondial extraordinaire avec plus de 360 millions de dollars de recettes. Les grands succès des années à venir (Matrix, Avatar…) s’inspireront largement des technologies développées par le studio Pixar car il y a désormais un avant et un après Toy Story dans l’industrie du cinéma. Toy Story : le cinéma vers l’infini et au-delà La scène musicale française prend de plein fouet l’émergence des raves parties électroniques venues d’Angleterre. En quelques années, une nouvelle génération de DJs aux influences très variées s’approprie cette musique et s’impose peu à peu dans les soirées branchées des clubs de la capitale. En 1995, l’album « Boulevard » de St Germain, puis en 1996 « Homework » de Daft Punk, rencontrent un succès international et font souffler sur la musique électronique un vent de fraîcheur revigorant. D’autres artistes suivent, et la très créative « patte française », nourrie de funk, de hip-hop, de jazz et de soul éblouie la presse musicale anglo- saxonne qui la qualifie de « French Touch ». En 1998, emblématique du genre, le titre « Music sounds better with you » de Stardust, se vend à plus de 2 millions d’exemplaires, avant que le début des années 2000 ne marque le déclin du genre. Et pourtant, la musique électro qui s’impo- sera définitivement quelques années plus tard, n’en finit pas, aujourd’hui encore, de se nourrir des influences de ce mouvement fondateur. Daft Punk, voilà la French Touch Les ordinateurs qui étaient au- paravant coûteux et réservés à un usage professionnel vont envahir progressivement les foyers pour être utilisés comme un loisir avec l’apparition de jeux et de divertissements qui leurs sont dédiés. Mais la vraie révolution arrive en 1998 avec la sortie de l’Imac d’Apple qui va d’emblée marquer sa diffé- rence en proposant un ordinateur dont le design rompt avec la sobriété de ses concurrents. Avec sa coque tout en rondeurs et ses couleurs vibrantes, l’Imac a marqué les esprits… Par ail- leurs, la simplicité d’usage pour les particuliers et d’accès à Internet (une pub d’Apple expliquait que deux clics suffi- saient pour se connecter) vont creuser un avantage considé- rable de la marque à la pomme sur ses concurrents. 13 ans après, en 2011, le monde comptait 2,23 milliards d’internautes alors que 352,8 millions d’ordinateurs personnels ont été vendus au cours de l’année… La révolution était en marche, elle est aujourd’hui totalement intégrée à notre mode de vie. Tous connectés ! Dans les fast-foods, le burger s’érige en objet culturel, la nourriture surgelée, les plats préparés et les produits light envahissent les assiettes. Décidemment, la décennie jette, au pays de la gastronomie, un bien gros pavé dans la mare. Mais si ces nouvelles pratiques se développent à grand pas, elles commencent à susciter en réaction à cette « malbouffe », un réel besoin d’authenticité chez les consommateurs. D’autant plus qu’en 1996, les premiers maïs OGM germent sur le sol français. La même année, la maladie de la vache folle, qui effraie les éleveurs européens depuis quatre ans, se révèle être transmissible à l’homme et mortelle. Trois ans plus tard, l’affaire des poulets à la dioxine finit de jeter le doute sur les pratiques de l’industrie agro-alimentaire. Sonné par tant de dérives, le public réclame trans- parence et traçabilité. La notion de sécurité alimentaire apparait. Tous les ingrédients sont là pour que le bio, jusque-ici à la marge, commence son irrésistible ascension. Ce n’est pas pour autant que les scandales cesseront. Scandales alimentaires au menu 90 années 90 années Il a donné son nom à l’une des plus grandes réformes de l’histoire du football international. Et pourtant qui connaît aujourd’hui Jean-Marc Bosman ? Début 1990, cet ancien joueur professionnel belge n’hésite pas à s’engager dans un combat judiciaire parce que son club, Liège, exige une indemnité de transfert l’empêchant ainsi de s’engager avec Dunkerque alors qu’ilestenfindecontrat.Résultat?Cinqansplustard, la Cour de justice des communautés européennes tranche en sa faveur. Le foot moderne est né avec la libéralisation des transferts et l’interdiction de limiter le nombre de joueurs étrangers dans une même équipe ! Les meilleurs joueurs français vont évoluer sans tarder dans les meilleurs championnats européens. Plus forts que jamais, le 12 juillet 1998, ils remportent la Coupe du monde pour la première fois dans l’histoire du pays. Cette victoire secoue l’Hexagone : plus d’un million de personnes sepressentsurlesChamps-ElyséesoùlaFranceBlack- blanc-beur salue ses héros devenant de véritables stars comme l’éternel Zizou. Merci qui ? Bosman, bien sûr ! Repères 1990 11 février : libération de Nelson Mandela 1991 À partir du 17 janvier : début de l’offensive Tempête du désert, qui mènera à la neutralisation de l’armée irakienne et à la fin de la Guerre du Golfe, par une victoire de la coalition. 1992 7 février : signature du traité de Maastricht également appelé traité de l’Union européenne. 1993 26 mai : l’Olympique de Marseille devient Champion d’Europe de football. 1994 6 avril et jours suivants : au Rwanda, un attentat coûte la vie aux présidents rwandais et burundais. C’est le début du génocide des Tutsi et des Hutu modérés par des extrémistes Hutu au Rwanda (fin en juillet). 1995 10 au 15 janvier : les Journées mondiales de la jeunesse 1995 ont lieu à Manille, aux Philippines. La messe de clôture, célébrée par Jean-Paul II, rassemble entre quatre et cinq millions de personnes, ce qui en fait le plus grand rassemblement humain de toute l’histoire. 1996 26 septembre : en Afghanistan les talibans s’emparent de Kaboul, le nord du pays résiste encore. 1997 1er juillet : rétrocession de Hong Kong à la République populaire de Chine. 1er décembre : conférence des Nations unies sur l’effet de serre à Kyōto. 160 pays décident une réduction de 5,2 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2012. 1998 12 juillet : la France est sacrée Championne du monde de football pour la 1ère fois de son histoire. 8 octobre : ouverture d’une procédure d’impeachment contre Bill Clinton, dans le cadre de l’affaire Lewinski. 1999 1er janvier : introduction de l’euro dans 11 pays de l’Union européenne pour former l’Union Economique et Monétaire, ou encore zone euro. ParBenoitCharbonneau ©Thinkstock/iStock ©Thinkstock/iStock ©DR ©Thinkstock/iStock-DR ©Thinkstock/iStockEditorial ©Thinkstock/iStock ©Thinkstock/iStock ©Thinkstock/iStock-DR ©Thinkstock/iStock
  4. 4. Supplémentencartéenoctobre2014etréalisépourLeParisienetAujourd’huienFranceparleservicesuppléments.n Éditeur:ChristineGoguet.n Rédactionenchefdessuppléments:Jean-LouisPicot. n Fabrication:FrançoiseMalou. n Photosdespagesintérieures:DRsaufmentionsobligatoires. « En tant que présentateur du 20h de TF1, vous avez vécu les années 90 en première ligne. Quel regard portez-vous sur cette décennie ? Avec le recul, je dirais que c’était la décenniedutoutestpossible.Onsor- tait tout juste de l’apartheid en Afrique du Sud avec la libération de Nelson Mandela qui allait devenir cetteicônemondialedelaréconcilia- tion. A son tour, la chute du mur de Berlin offrait la possibilité aux na- tions de l’Est d’un autre avenir plus démocratique. Il n’y avait plus la peur de la confrontation nucléaire entre les deux grands blocs. C’était la fin du monde bipolaire et ce fut in- contestablement une belle décennie à commenter qui s’est achevée le 11 septembre 2001… Y a t-il un événement qui vous a plus particulièrement marqué ? Je ne peux m’empêcher de penser àl’espèced’indifférencecoupablede la communauté internationale sur le génocide des Tutsis au Rwanda, en 1994.Troisansplustôt,uneimmense coalition est allée châtier Saddam Hussein, en Irak, en y mettant les moyens,alorsquelà,auRwanda,des centaines de milliers de personnes sont mortes de la haine, mais aussi de notre indifférence. « Mandela, un héros de notre temps » ENTRETIEN• Patrick Poivre d’Arvor, journaliste et présentateur vedette du journal de TF1, animateur de télévision et écrivain, raconte comment il a vécu les années 90 comme grand témoin de cette décennie. D Octobre 2014 cahier spécial ©JulieFaucherNGC  témoignages Quel événement retenez-vous des années 90 ? Avez-vous fait une rencontre inoubliable ? MarencontreavecNelsonMandela a été majeure. Je l’ai interviewé trois joursaprèssasortiedeprison.J’aipu réaliser un duplex qui a étonné tout le monde tellement il était dans une telle mansuétude et dans le pardon alors qu’il avait sacrifié sa liberté pour celle des autres. Je l’ai retrouvé une dernière fois, le 14 juillet 1998, alors que Jacques Chirac le recevait àl’Elyséedeuxjoursseulementaprès la victoire en coupe du monde de l’équipe de France de football. La grande leçon qu’il nous a donnée est quel’onpeutchangerleschosessans violence, sans être dans la revanche ou la vengeance. C’est un véritable héros de notre temps ! Pourquoi avez-vous accepté de participer aux 8 films documen- taires consacrés aux années 90 sur la chaîne National Geographic Channel ? Par curiosité d’abord. L’approche est très américaine, mais, en même temps, cela m’a intéressé de voir ce montagetrèsnerveux,autocentrésur leurs propres préoccupations. D’ail- leurs,onseraitbieninspiréenFrance de développer la même aventure sur les années 2000… En 2014, que pensez-vous qu’il reste des années 90 ? Il reste cette impression que les gens étaient encore dans une espèce de liesse généralisée. La décennie s’achève dans un véritable élan pa- triotique avec la belle victoire de l’équipe de France de football en 1998. Tout le monde était persuadé que l’on pouvait être les rois du monde, mais aujourd’hui si vous interrogez les Français, je pense qu’ils ne vous répondraient pas la même chose. » ProposrecueillisparGillesGirot Sylvie Marcos 62ans,assistantededirection Paris(XXe ) « Si je repense aux années 90, ce qui me vient en premier c’est la guerre du golfe et le conflit en ex-Yougoslavie. Ce sont les premièresguerresmodernesavec des moyens sophistiqués. Pour l’Irak, c’est ce qui a marqué le début des conflits futurs dans les pays d’Extrême-Orient. Et pour l’Ex-Yougoslavie,c’estlapremière fois que l’on assistait à des mas- sacres de grande ampleur en Europedepuislafindela2e guerre mondiale. » Loïc Rottenfus 45ans,coach Pontoise(95) « Si je ne devais retenir qu’une année de la décennie 90, ce serait pour moi 98 et ce à double titre, celui de champion du monde et de père. Père pour la première fois, c’est une victoire en soi qui vaut tous les trophées. Et pour notreéquipedeFrance,c’estpara- doxalement la demi-finale contre la Croatie, les deux seuls buts en équipe de France de Thuram, un moment hors du temps, avec ce geste où il semble se demander ce qu’il lui arrive, un peu comme moi cette année-là finalement... » Olivier Burbure 42ans,assistantsocial Paris(XIIe ) « Pour moi, les années 90 ont été marquées par de nombreuses innovationsmaislaprincipaleest sûrement l’avènement de l’ADN dans la recherche mais surtout en matière judiciaire. L’ADN est devenulapreuveincontestableet permet de résoudre des affaires comme celle de Perpignan que l’on voit actuellement dans les journaux. » FranckPaquet-Durand 40ans,consultant, Alfortville(94) « Le concert à Wembley en hom- mage aux 70 ans de Nelson man- dela. Tracy Chapman, une jeune africaine alors inconnue crève l’écran avec Talkin’Bout a Revo- lutionpourréclamersalibération. Ilestrelâchéen1990,reçoitlePrix NobeldelaPaixen1993etdevient le premier président noir de l’Afrique du Sud en 1994 ! C’est ce que j’ai envie de retenir des années 90, l’espoir que les choses changent un jour. » ©DR ©DR ©DR ©DR

×