STEWARD Newsletter Oct 2105

284 vues

Publié le

STEWARD Program

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
284
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

STEWARD Newsletter Oct 2105

  1. 1. Bulletin d’octobre 2015 Le Programme STEWARD a mené des campagnes de sensibilisation au niveau des activités participatives de WASH dans les zones prioritaires du Programme (ZPs) du 20 au 31 Juillet 2015, en ciblant plus de 30 communautés. Les campagnes ont été conçues afin d’améliorer les connaissances des communautés quant aux activités WASH du programme et aux relations cruciales entre WASH et la conservation de la biodiversité. Ces campagnes ont été l’occasion d’une interaction et d’un engagement de la communauté quant à la mise en œuvre des activités de WASH. Les groupes de théâtre communautaires ayant été mis en place par le Programme ont donné naissance à une activité de sensibilisation, en élaborant des pièces théâtrales autour du thème: «La Sauvegarde de la Forêt Accroît l’Approvisionnement en Eau et Améliore la Santé”. Afin d’amplifier l’activité de sensibilisation et de renforcer les communiqués positifs, les groupes théâtraux ont rendu visite à diverses communautés ciblées avec comme moyens de travail des annonces d’intérêt public enregistrées sur un système de sonorisation. Le public a beaucoup apprécié ces annonces, d’autant plus que le concept leur était familier, suite à l’écoute durant les précédentes émissions radiophoniques de STEWARD. à protéger la forêt, car elle est la clé quant à l’approvisionnement durable en eau potable au sein des communautés. Durant toutes ces activités, les coordinateurs sur le terrain ont souligné le lien entre la conservation forestière et l’approvisionnement en installations WASH au sein des communautés. De bonnes procédures WASH ainsi que le sujet de la conservation des forêts afin de fournir un approvisionnement durable en eau au service de la collectivité ont été mis en exergue. Ces campagnes ont constitué une occasion importante pour les communautés afin de mieux comprendre la nécessité de se laver les mains et d’utiliser des pratiques sanitaires améliorées. Ces communautés se sont engagé à continuer à protéger leurs forêts ainsi qu’à constituer des équipes de surveillance afin de surveiller de près les familles pratiquant encore la défécation en plein air. La récente incitation à ce mode d’existence a été remémorée durant la campagne afin d’encourager les communautés à construire des latrines familiales. Rédigée par Abdul Kaprr Doumbouya Coordinateur de la Communication, STEWARD Les Campagnes de Sensibilisation Mobilisent les Communautés au Niveau des Activités Participatives WASH au sein des Zones Prioritaire Tam-tam assourdis, mimes et chants ont accompagnés les représentations théâtrales et le public a été ravi de participer. Des foules immenses issues de diverses communautés ont assistés aux représentations. «J’écoute ces tintements tous les soirs, et je veux encourager tout le monde, en particulier mes collègues femmes à les écouter à leur tour et à partager ce que nous apprenons ensemble”, a déclaré Madame Zenaba Camara, Présidente du Comité de Gestion des Points d’Eau de Sekou Soriyah dans la ZP1 en Guinée. Elle a également exhorté les gens à protéger leurs sources d’eau et à entretenir toutes les installations de stockage d’eau. Elle ajouta que le respect des statuts communautaires afférents aux sources d’eau et à leur entretien les aiderait à conserver la santé. Les chefs religieux livrèrent de brèves allocutions sur les bonnes pratiques d’hygiène durant les intermèdes. Le Cheikh Mohamed Kamara, Chef Imam Adjoint pour Fintonia en ZP1 - Sierra Leone, encouragea les participants à maintenir les normes d’hygiène les plus élevées afin que Dieu soit attentif à leurs prières. « En tant que musulman je suis très heureux de participer à ce forum afin d’aider à diffuser des messages de meilleures pratiques d’hygiène à mes frères dans la foi”, a déclaré le Chef ImamAdjoint. Il a également demandé à tous de continuer Protégeons les forêts ensemble
  2. 2. Echos sur leTerrain : Cultures Commerciales et Pépinières Améliorent les Moyens de Subsistance au Sein de la Communauté de Fintonia Je me nomme Alikalie Musa Kamara. Je suis le chef de village de la communauté de Fintonia, dans la chefferie de Tambaka. J’ai été un paysan très pauvre avec un revenu pratiquement nul jusqu’à ce que je reçoive une aide technique en gestion de pépinières en 2011. Auparavant j’avais pour habitude de cultiver des oignons mais n’obtenais que de faibles rendements à cause de méthodes agricoles traditionnelles telles que l’agriculture sur brûlis et la rotation des cultures, ce qui avait pour effet de détruire la forêt. En 2011, j’ai commencé à prendre conscience de changements dans ma vie, après avoir été invité par le Programme STEWARD à participer avec un groupe d’agriculteurs à une formation de sept jours sur la gestion des pépinières à Mamou en Guinée. La formation a porté sur des séances quotidiennes et sur le travail de groupe qui ont grandement amélioré nos connaissances quant à la culture commerciale et aux pépinières. L’amélioration de techniques en ce qui concerne les pépinières a par la suite conduit à une augmentation du rendement de mes pépinières. J’ai débuté avec 100 arbres de différentes variétés de plants ; aujourd’hui, je possède près de 2000 arbres de différentes variétés sur ma parcelle. Les revenus de mon entreprise ont depuis augmenté de Le 500,000 (USD 100 USD) à Le 2,000,000 (USD 400). Grâce à ma plantation, j’ai été en mesure de reconstruire ma maison familiale qui avait brûlé durant la guerre de rébellion. Bien que n’ayant reçu que peu d’éducation l’ai pu fournir des pépinières à des organisations telles que CARE International et Biodiversity Conservation Project (BCP). Cela a été possible grâce à l’intervention de STEWARD. Trois de mes enfants sont actuellement à l’école ; Je suis en mesure de payer leurs frais de scolarité et des frais connexes grâce aux revenus de ma pépinière . Je peux maintenant dire avec certitude que STEWARD représente un élément vital au sein de ma famille ; j’en suis reconnaissant à la fois à STEWARD et au peuple américain. Nous avons été formés sur de meilleures pratiques de cultures de pépinières comme la gestion de l’humidité, la lutte contre les animaux nuisibles et les maladies, l’application d’engrais organiques, le paillage, le bourgeonnement, le greffage et le contrôle des mauvaises herbes. Nous avons également reçu toute une variété de cultures commerciales telles que la mangue, la noix de cajou, les orangers et les palmiers à huile; ainsi que des semis d’arbres forestiers comme le moringa, l’acacia et le tectonia afin de nous permettre de démarrer nos pépinières personnelles. Des arbres provenant de différents sites de pépinières ont été plantés dans plusieurs forêts communautaires au sein de la chefferie de Tambaka afin d’améliorer encore la capacité de résistance de nos forêts communautaires, tout en atténuant les changements climatiques. Etant conscient des complexités du reportage de récits scientifiques concernant le changement climatique dans les médias pouvant être facilement comprise par le grand public, le Programme STEWARD a récemment dispensé des formations de renforcement des capacités ayant pour sujet l’environnement et les rapports de WASH auprès de journalistes à la fois en Côte d’Ivoire (Abidjan) et en Guinée ( Conakry). L’objectif de ces formations était de donner accès à ces journalistes à d’importantes compétences afin de leur permettre d’obtenir des renseignements et des outils et, ce faisant, contribuer à la protection des écosystèmes par le biais de rapports concernant le changement climatique dans les médias de leurs pays respectifs. Auparavant le programme avait mené des activités similaires pour les journalistes en Sierra Leone et au Libéria en Mars 2014. La formation à Abidjan a eu lieu les 28 et 29 Juillet 2015 auprès de douze (12) participants (2 femmes, 10 hommes) et celle de Conakry le 31 Août 2015 avec quatorze (14) participants (3 femmes et 11 hommes). Les formations ont été rendu possibles grâce à de la documentation pré-emballée, aux présentations PowerPoint, à la remise de documents, le tout suivi de séances de questions- réponses interactives ainsi que de plusieurs exercices de groupe. Les animateurs ont crée des liens entre le développement global de la région et l’implication des journalistes dans la promotion d’un environnement sain. Les participants ont été encouragés à toujours chercher à comprendre les faits et les tendances du réchauffement à l’échelon de la planète ainsi que les changements STEWARD Enseigne à des Journalistes la Conservation de la Biodiversité, le Changement Climatique ainsi que le Reportage WASH climatiques dans le monde et en Afrique de l’Ouest afin d’être à même de fournir des rapports précis. À la fin de la formation en Côte d’Ivoire, les participants ont réalisé que le changement climatique était tributaire de l’évolution des conditions météorologiques telles que la réduction de la pluviométrie, ce qui conduit à une régression au niveau du choix dans les diverses variétés de nourriture. Ils ont également exprimé un engagement fort quant à l’utilisation de leurs nouvelles connaissances acquises au niveau du changement climatique, de la conservation de la biodiversité et du programme WASH afin de remettre des rapports plus précis quant à l’environnement et de sensibiliser le public en ce qui concerne les changements de comportement. Un des participants à Abidjan, Kaunan Khan Frank, a reconnu le niveau de soutien fourni par STEWARD. Il déclara : « Je tiens à rassurer STEWARD en ce qui concerne l’usage de ces connaissances dans notre effort au niveau de la mise en avant de la protection de l’environnement et de la réduction de l’impact du changement climatique sur notre peuple.” En Guinée, l’un des participants, LansanaTraoré déclara : “Ceci représente un soutien appréciable en ce qui nous concerne, nous journalistes, et qui va nous permettre de contribuer au processus de réalisation des changements souhaités au niveau des attitudes et des pratiques de nos communautés en ce qui à trait à l’environnement». Il ajouta : ’’ Avant le séminaire de formation, l’environnement n’était pas vraiment ma priorité. Mais à partir d’aujourd’hui, à la lumière de ce que j’ai appris, je vais m’impliquer dans les rapports ayant pour thème la conservation des forêts dans les médias en développant une émission de télévision sur ce sujet. Je suis sûr que les leçons apprises durant ce séminaire me seront d’une aide précieuse “. Rédigé par Abdul Kaprr Doumbouya Chargé de communication STEWARD
  3. 3. A la fois en Sierra Leone et en Guinée, les femmes et les enfants ramassent généralement du bois de chauffage dans les champs afin de préparer la nourriture. A cet effet, les arbrisseaux sont abattus au sein des forêts, séchés et charriés en grandes quantités vers des marchés. Au fil du temps, ce type d’exploitation a un impact négatif sur la biodiversité et détraque le climat. En outre, aller chercher du bois est l’une des principales causes de la dégradation forestière. Afin de réduire cette pratique, le Programme STEWARD a organisé une formation de six jours pour 360 femmes provenant de douze communautés (30 femmes par communauté) dans la ZP1 de Sierra Leone. Ces femmes ont été sélectionnés parmi les Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit (AVEC) au Les feux de brousse sont une des principales causes de la dégradation des terres et des émissions de carbone et présentent une grave menace pour la biodiversité. Dans le cadre de son intervention, le Programme STEWARD a déjà dialogué avec des communautés afin de contrôler et de maîtriser les feux de brousse dans la chefferie de Tambaka en Sierra Leone. Au cours de ces discussions, plusieurs recommandations visant à contrôler les feux de brousse et autres activités destructrices dans les forêts communautaires ont été formulées. sein de communautés ciblées. La formation vise à améliorer la production de poêles à l’aide de la technologie locale, ceci afin de réduire la quantité de bois de chauffage utilisé pour la cuisson et de minimiser les risques pour la forêt. Durant les séances de formation, les animateurs ont fait état des différents processus utilisés dans la production de foyers améliorés en utilisant le dialecte local, le Susu, le tout suivi d’exercices pratiques. Les déchets animaux, les fourmilières, l’herbe à éléphant et des boites de tomate ont été présentés comme matériaux alternatifs pouvant être utilisés pour la cuisson, tout en étant disponibles au niveau local. Par exemple, il est possible d’utiliser une boite Les Femmes Bénéficient d’une Formation Accrue en ce qui concerne la Fabrication de Poêles en Zone Prioritaire 1. Communautés Prises en Charge afin de Prévenir et Contrôler les Feux de Brousse en ZP1, Sierra Leone. de tomates percée de deux trous afin de contrôler les émissions de fumée et de réduire la quantité de bois utilisé à la préparation des repas. Les participants ont été divisés en petits groupes et ont été chargés de fabriquer un poêle. Les participants ainsi que les autres membres de la communauté ont remercié le Programme STEWARD qui leur a donné la possibilité d’acquérir d’utiles compétences. Madame Kadiatu Bangura, une participante, a déclaré, “Je me sens maintenant hautement qualifiée; Je vais partager ces connaissances avec mes collègues femmes au sein de ma communauté ». Rédigé par: Musa Kamara Nabie STEWARD Chargé de communication, PZ1 - Sierra Leone “Ce poêle est beaucoup plus rapide que la méthode à bois traditionnelle que nos femmes ont utilisé jusqu’à présent afin de préparer nos repas. Nos femmes et nos enfants ne risquent plus leur vie à chercher du bois dans la forêt puisque la quantité de bois de chauffage nécessaire pour préparer des repas avec ce poêle est maintenant bien réduite. Nous sommes heureux et continuerons toujours à bénir STEWARD dans notre communauté ” Momodu Kamara Membre du Comité de Gestion Forestière dans la communauté Sumatay L’amélioration du système d’irrigation au sein des communautés, la préservation des forêts, et la promotion du développement socio- économique dans un avenir proche ont fait partie de l’ordre du jour. Parmi les diverses suggestions proposées, les institutions de gestion des forêts communautaires tels les comités de gestion des incendies (CGI), les groupes de produits forestiers non ligneux (PNL) et les Surveillants Forestiers ont été mises en place dans toutes les communautés. Chacun de ces groupes a convenu de protéger les forêts communautaires contre toutes activités catastrophiques. En dehors de leur responsabilité consistant à construire des ceintures pare feu, les groupes se sont également engagés à surveiller toutes les activités forestières au sein de leurs communautés. Suite à l’élaboration des plans de gestion des incendies, les CGI des communautés de Kortor, de Yanah, de Sanya, de Samaya et de Fondokhorie ont reçu des outils de prévention des incendies tels que des bottes de pluie et des coutelas. Cette aide permettra aux communautés de construire des ceintures pare feu et d’anticiper l’apparition de feux de brousse. Les membres des CGI ont été formés à l’utilisation des coutelas à cet effet, et il a été clairement entendu que les coutelas ne devraient pas être utilisés afin de déboiser davantage. Les membres de la communauté ont exprimé leur satisfaction lors de la remise des outils, et ont affirmé leur soutien continu quant à la lutte contre les feux de brousse et à la promotion de la conservation de la biodiversité dans leurs communautés respectives. “Ces outils sont une aide remarquable que STEWARD a fourni à nos communautés. Nous allons continuer à travailler avec ce programme afind’augmenterlesgainsquenousavonsobtenus au cours des ans, en particulier dans l’orientation de la gestion de nos forêts et la promotion des moyens de subsistance en Tambaka ». Bobson Mansary Membre des CGI à Samaya
  4. 4. STEWARD et l’Union du Fleuve Mano Encouragent REDD + et la Gestion des Ressources Naturelles dans le Contexte Forestier de Haute Guinée (PNAA), à la salle de conférences Miatta sur le thème, “Une stratégie pour la Propriété Communautaire de REDD + en Sierra Leone». Cet événement a attiré 89 participants, y compris l’Ambassadeur des Etats-Unis en Sierra Leone, Son Excellence John F. Hoover, des responsables de l’USAID-Sierra Leone, les ministères concernés, les institutions de l’environnement, le milieu universitaire, les organisations de la société civile, le secteur privé ainsi que des communautés. Au cours de son allocution, l’Ambassadeur Américain en Sierra Leone déclara: «Grâce à l’USAID, le Gouvernement Américain continuera à travailler avec le gouvernement de Sierra Leone, avec d’autres partenaires de développement ainsi qu’avec les communautés locales afin de faire de REDD + une réalité dans le pays.” Le Dr Kolleh Bangura, Directeur Exécutif du PNAA, a fait une présentation photographique illustrant les zones dégradées à l’intérieur du pays. Il a également décrit les zones encore entretenues et sous la protection du PNAA, ce qui fait de la Sierra Leone un pays idéal pour la mise en œuvre de REDD +. Il mentionna en outre le développement progressif du processus REDD + en Sierra Leone ainsi que le soutien reçu de l’Union Européenne. Abidjan Le 27 Juillet 2015, STEWARD collabora avec le Secrétariat National de Côte d’Ivoire REDD + afin d’organiser un Dialogue Politique à Abidjan, réunissant 50 participants provenant de diverses institutions, y compris le Ministère de la Planification et du Développement, l’Observatoire Côte-Ivoirien pour la Gestion Durable des Ressources Naturelles (OI REN) ainsi que les autres parties prenantes dans la sylviculture et l’environnement en Côte d’Ivoire. Au cours du dialogue, le représentant résident de l’UFM en Côte d’Ivoire, Henri Anghuy Assoikon exprima sa satisfaction concernant le processus REDD + en déclarant que l’approche régionale de l’UFM par rapport à REDD + pourrait jeter les bases d’une protection plus efficace de la zone qu’il appelle, le «Quatrième réservoir écologique du monde. ». Qui plus est, le Dr Egnankou des OI REN, a mis en exergue les attentes des organisations delasociétéciviledansleprocessus.Ildéclara: « Une bonne organisation interne, l’implication de la société civile par des activités conjointes, et le renforcement des capacités des différents acteurs aideraient à assurer le succès attendu par les intervenants. REDD + ne devrait pas être l’image d’une administration dictant ses règles, mais plutôt un mécanisme au travers d’un véritable dialogue où chacun prend véritablement part “. Conakry Animé par le Ministère de l’Environnement de la Guinée, sous le thème «Accélérer l’action REDD + en Guinée”, le dialogue politique a eu lieu à Conakry le 1er Septembre 2015, et a impliqué 51 participants, dont des experts en conservation ainsi que des membres de la communauté. Lors de son allocution d’ouverture, le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement, Souleymane Camara, annonça que le récemment constitué, Bureau Guinéen des Parcs et Réserves Naturelles (OGUIPAR) est responsable de toutes les aires protégées et guidera le processus REDD + dans le pays. Bien que le processus de mise en œuvre de REDD + en Guinée s’accélère afin de parvenir au rythme requis, les participants ont indiqué au cours du dialogue leur ferme engagement afin de s’assurer que les stratégies voulues soient mises en place dans le but d’atteindre l’objectif global de la résolution. Séminaire Régional à Freetown Après la mise en œuvre réussie de Dialogues de Politiques Nationales de REDD + dans les quatre États Membres de l’UFM, le Programme STEWARD, en collaboration avec Le Programme STEWARD et le Secrétariat de l’Union du Fleuve Mano (UFM), en collaboration avec les institutions nationales compétentes ont élaboré plusieurs dialogues politiques dans chacun des États Membres de l’Union du Fleuve Mano. Les dialogues visaient à promouvoir la conservation des forêts par le biais du discours public concernant la mise en œuvre de la Réduction des Emissions Dues à la Déforestation et à la Dégradation des Forêts (REDD +) dans la région. Des Forums de Dialogues Politiques se sont déroulés à Monrovia, au Libéria; à Freetown, en Sierra Leone; à Abidjan, en Côte d’Ivoire et à Conakry, en Guinée. Les dialogues ont catalysé l’intérêt public et galvanisé le soutien de ce même public quant à la mise en œuvre de REDD +.. Monrovia Un Dialogue Politique d’une journée s’est tenu à Monrovia le 29 mai 2015, attirant 54 participants. Au cours de ce forum, Saah David, Coordinateur de REDD + au Niveau National du Liberia, basé auprès de l’Autorité du Développement Forestier, a fait un exposé au nom du gouvernement du Libéria intitulé, «Le statut de REDD + au Libéria”. La présentation fit état de toutes les mesures prises par le Libéria depuis 2008, étapes qui ont conduit à la signature d’un accord de conservation de la forêt avec le gouvernement norvégien en 2014, d’un montant de 15 millions de dollars US. Les législateurs, les membres de la communauté de la forêt et les intervenants de la société civile ont également participé au dialogue et ont préconisé que pour que REDD + réussisse une conscience suffisante doit être colportée au niveau des communautés forestières et les avantages en découlant et concernant la conservation de la forêt doivent être mis en évidence. Freetown Parlasuite,leDialoguePolitiqueFreetowna été organisé le 23 Juillet 2015 en collaboration avec l’Autorité Nationale des Aires Protégées
  5. 5. ECHOS SUR LE TERRAIN : Les Cultures Maraîchères Améliorent la Subsistance de Jacqueline à Bossou Je suis Jacqueline Zogbela et suis âgée de 40 ans. Je suis mariée et mère de cinq enfants. Je vis à Bossou, un village situé dans la préfecture de Lola en Guinée. Avant que STEWARD ne commence ses opérations en Zone Prioritaire 2, je cultivais la terre en obtenant que de faibles rendements. En Juillet 2014, STEWARD a organisé un séminaire de formation dans la communauté de Serengbara sur les techniques de base en cultures maraîchères. Comme que je voulais améliorer ma situation, j’ai contacté les personnes compétentes et ai pu heureusement assister à cette formation. Ce stage a réuni 33 participants, dont 26 femmes provenant de diverses communautés. Bien qu’ayant eu tout d’abord des difficultés financières afin de démarrer le processus de développement de ma parcelle, j’ai pu obtenir 600 000 GNF (86USD) de la part de notre groupe Association de Villages d’Epargne et de Crédit» (AVEC) et je cultive maintenant une parcelle de 0,30 hectares avec diverses espèces de légumineuses, y compris le chou, le poivron, l’aubergine et les épinards. J’ai gagné la somme de 250 000 GNF (35 USD) suite à la vente d’une partie de ma le Secrétariat de l’UFM, organisa un atelier régional de deux jours sur REDD + et sur la Gestion des Ressources Naturelles (GRN) à Freetown, en Sierra Leone, les 15 et 16 septembre 2015. Cet événement a réuni 50 participants provenant des Gouvernements de Guinée, de Côte d’Ivoire, du Libéria et de la Sierra Leone, ainsi que les parties prenantes non gouvernementales et les partenaires associés au développement. L’objectif du séminaire était de coordonner les efforts des États Membres de l’UFM dans leur mise en œuvre de l’agenda du changement climatique et de créer un cadre pour la Gestion des Ressources Naturelles au sein du Paysage Forestier de Haute Guinée. Au nom du Secrétariat de l’UFM, le Secrétaire Général Adjoint, Siméon Moriba, a ouvert le séminaire en présentant les membres des hautes sphères et autres invités de marque. Parmi les conférenciers invités à cette ouverture, la Directrice du Programme STEWARD, Destina Samani, a formulé des commentaires au nom du Service des Forêts des USA. “Tout d’abord, nous tenons à remercier l’USAID pour son soutien financier et technique. Nous espérons que ce séminaire va nous offrir la possibilité d’épurer davantage ces enseignements utiles, de développer des stratégies d’apprentissage efficaces et d’adapter ces leçons à nos propres contrées« déclara t’elle. L’Ambassadeur Américain en Sierra Leone, Son Excellence John F. Hoover fit des commentaires au nom du Gouvernement des États-Unis d’Amérique “Nous savons que l’un des plus grands défis de notre temps et le plus grand défi de tous les temps est le changement climatique. Nous sommes ici aujourd’hui non seulement parce que cela est juste, mais parce qu’il est urgent que nous travaillions ensemble afin de gérer et d’atténuer les effets du changement climatique ici en Sierra Leone et en Afrique de l’Ouest “. La Ministre Adjointe à l’Agriculture, aux Forêts et à la Sécurité Alimentaire de Sierra Leone, Madame Marie Jalloh a également fait des commentaires au nom du gouvernement de Sierra Leone. “Le défi pour nous tous est de faire de notre environnement un lieu plus propre, plus verdoyant et plus sûr pour les générations à venir. Si nous ne réagissons pas aujourd’hui, il sera peut être trop tard demain pour nos familles « déclara t’elle. Patrick Apoya, Conseiller Politique de STEWARD, a animé le séminaire de deux jours, sous le thème «Accélération des efforts de REDD + au sein des États Membres de l’UFM”. Le Jour 1 du séminaire fut consacré à l’examen des questions afférentes à REDD + dans une perspective régionale et au renforcement de l’information recueillie à partir des Dialogues Politiques et précédemment détenue par chaque État Membre de l’UFM. Nicodeme Tchamou, Responsable pour le Programme STEWARD de la Zone USAID Afrique de l’Ouest, fit une présentation sur le paysage général de la Région Afrique de l’Ouest avec des références clés quant à la couverture végétale et à l’utilisation des terres sur une durée déterminée. Ont suivi des discussions de groupe et des présentations axées sur l’identification de cinq goulots d’étranglement confrontant REDD + et de la capacité de soutien nécessaire afin de faire face aux dits goulots d’étranglement. Jour 2 du séminaire a été axé sur la Gestion des Ressources Naturelles dans la sous-région et sur la création d’un cadre afin de guider l’Union du Fleuve Mano dans l’élaboration de sa Stratégie de Gestion des Ressources Naturelles. production initiale et j’espère maintenant obtenir 1,200,000 GNF (171 USD) lors de ma prochaine vente, dans deux mois. Aujourd’hui, beaucoup de femmes se sont engagées dans cette activité. Nous ne pillions plus la forêt pour notre subsistance et remercions STEWARD pour tout cela. Trouvez plus d’information à www.stewardprogram.org Retrouvez nous sur Facebook: facebook.com/stewardprogram Pour plus d’information sur STEWARD et pour savoir comment y participer, contactez Darius Barrolle: dbarrolle@mediaimpact.org

×