SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  10
Télécharger pour lire hors ligne
Chapitre -I
L’émergence
des politiques
de santé
II-Les principes
d’intervention en santé
publique
1. Veille et sécurité sanitaire
1- Quelles sont les
raisons qui ont fait
émerger la notion
de “sécurité
sanitaire”?
2. Relevez les
définitions de
“sécurité
sanitaire”. Quel
commentaire
pouvez-vous
Doc. 1
3- Décrivez le rôle
prédominant de
l’Invs dans la
veille sanitaire.
Doc. 2
2. Les différents niveaux de
prévention de la santé
Doc.3	
  
	
  
La	
  préven/on	
  primaire	
  veille	
  à	
  prévenir	
  l'appari/on	
  de	
  certaines	
  maladies	
  par	
  la	
  réduc/on	
  des	
  risques,	
  soit	
  en	
  modifiant	
  les	
  comportements	
  
ou	
  les	
  exposi/ons	
  qui	
  peuvent	
  entraîner	
  des	
  maladies,	
  soit	
  en	
  améliorant	
  la	
  résistance	
  aux	
  agents	
  infec/eux.	
  L'arrêt	
  du	
  tabac	
  et	
  la	
  vaccina/on	
  
en	
   sont	
   des	
   exemples.	
   La	
   préven/on	
   primaire	
   réduit	
   l'incidence	
   des	
   maladies	
   en	
   abordant	
   leurs	
   facteurs	
   de	
   risque	
   ou	
   en	
   améliorant	
   la	
  
résistance.	
  Certaines	
  approches	
  prévoient	
  une	
  par/cipa/on	
  ac/ve,	
  comme	
  se	
  brosser	
  les	
  dents	
  régulièrement	
  ou	
  se	
  passer	
  la	
  soie	
  dentaire	
  
pour	
  prévenir	
  les	
  caries.	
  D'autres	
  approches	
  sont	
  passives	
  :	
  ajouter	
  du	
  fluorure	
  à	
  l'eau	
  potable	
  municipale	
  pour	
  durcir	
  l'émail	
  des	
  dents	
  et	
  
prévenir	
  les	
  caries.	
  La	
  préven/on	
  primaire	
  cible	
  généralement	
  les	
  causes	
  spécifiques	
  et	
  les	
  facteurs	
  de	
  risque	
  de	
  certaines	
  maladies,	
  mais	
  elle	
  
cherche	
  également	
  à	
  promouvoir	
  les	
  comportements	
  sains,	
  à	
  améliorer	
  la	
  résistance	
  des	
  hôtes	
  et	
  à	
  favoriser	
  des	
  environnements	
  sécuritaires	
  
qui	
  réduisent	
  le	
  risque	
  de	
  maladie,	
  par	
  exemple	
  en	
  neIoyant	
  les	
  salles	
  d'opéra/on	
  pour	
  prévenir	
  les	
  infec/ons	
  postopératoires.	
  	
  
	
  
La	
  préven/on	
  secondaire	
  comprend	
  les	
  méthodes	
  de	
  détec/on	
  et	
  de	
  traitement	
  des	
  changements	
  pathologiques	
  précliniques	
  afin	
  d’enrayer	
  
l'évolu/on	
  des	
  maladies.	
  Les	
  méthodes	
  de	
  dépistage	
  (comme	
  la	
  mammographie	
  pour	
  dépister	
  le	
  cancer	
  du	
  sein	
  à	
  un	
  stade	
  précoce)	
  sont	
  
souvent	
   la	
   première	
   étape.	
   Elles	
   favorisent	
   l’interven/on	
   précoce,	
   ce	
   qui	
   est	
   plus	
   économique	
   que	
   d’intervenir	
   après	
   l’appari/on	
   des	
  
symptômes.	
  Les	
  tests	
  de	
  glycémie	
  réguliers	
  administrés	
  aux	
  personnes	
  de	
  plus	
  de	
  40	
  ans	
  sont	
  un	
  exemple	
  per/nent	
  de	
  dépistage	
  précoce	
  
dans	
   le	
   cas	
   du	
   diabète	
   de	
   Catherine.	
   Le	
   dépistage	
   est	
   habituellement	
   effectué	
   par	
   des	
   professionnels	
   de	
   la	
   santé	
   lors	
   de	
   rencontres	
  
individuelles	
  médecin-­‐pa/ent	
  (comme	
  pour	
  les	
  tests	
  réguliers	
  de	
  la	
  tension	
  artérielle)	
  ou	
  par	
  des	
  programmes	
  de	
  dépistage	
  de	
  santé	
  publique	
  
(comme	
  les	
  mammographies).	
  	
  
	
  
Une	
  fois	
  qu'une	
  maladie	
  se	
  développe	
  et	
  qu'elle	
  est	
  traitée	
  en	
  phase	
  clinique	
  aiguë,	
  la	
  préven/on	
  ter/aire	
  veille	
  à	
  réduire	
  l'impact	
  de	
  la	
  
maladie	
  sur	
  les	
  fonc/ons,	
  la	
  longévité	
  et	
  la	
  qualité	
  de	
  vie	
  du	
  pa/ent.	
  La	
  réadapta/on	
  cardiaque	
  après	
  un	
  infarctus	
  du	
  myocarde	
  en	
  est	
  un	
  
exemple	
   :	
   on	
   cherche	
   à	
   modifier	
   les	
   comportements	
   du	
   pa/ent	
   pour	
   réduire	
   la	
   probabilité	
   de	
   récurrence.	
   La	
   préven/on	
   ter/aire	
   peut	
  
comprendre	
  la	
  modifica/on	
  des	
  facteurs	
  de	
  risque,	
  comme	
  aider	
  un	
  pa/ent	
  cardiaque	
  à	
  perdre	
  du	
  poids	
  ou	
  apporter	
  des	
  changements	
  à	
  
l'environnement	
   d'un	
   pa/ent	
   asthma/que	
   pour	
   réduire	
   son	
   exposi/on	
   aux	
   allergènes.	
   Dans	
   le	
   cas	
   de	
   Catherine	
   Richards,	
   elle	
   pourrait	
  
comprendre	
  des	
  suivis	
  réguliers	
  de	
  son	
  état	
  de	
  santé,	
  y	
  compris	
  des	
  examens	
  de	
  la	
  vue	
  pour	
  dépister	
  d’éventuels	
  effets	
  indésirables	
  du	
  
diabète.	
  Si	
  l'affec/on	
  est	
  irréversible,	
  la	
  préven/on	
  ter/aire	
  est	
  axée	
  sur	
  la	
  réadapta/on	
  pour	
  aider	
  le	
  pa/ent	
  à	
  vivre	
  avec	
  son	
  incapacité.	
  Si	
  
l'affec/on	
  est	
  réversible,	
  comme	
  c’est	
  le	
  cas	
  de	
  nombreuses	
  maladies	
  cardiaques,	
  la	
  préven/on	
  ter/aire	
  peut	
  en	
  réduire	
  la	
  prévalence	
  dans	
  la	
  
popula/on,	
  mais	
  si	
  l'affec/on	
  ne	
  peut	
  être	
  guérie,	
  la	
  préven/on	
  peut	
  en	
  augmenter	
  la	
  prévalence	
  en	
  prolongeant	
  la	
  survie.	
  L'objec/f	
  principal	
  
de	
  la	
  préven/on	
  ter/aire	
  est	
  d'améliorer	
  la	
  qualité	
  de	
  vie.	
  
www.	
  afmc.ca	
  
1.  A partir du
document, dégagez
une définition
générale de la
prévention.
2.  Pour chaque niveau
de prévention
identifiez:
➔  l’objectif visé
➔  un exemple.
3. La restauration de la santé
1.  A quoi correspondent la
couleur verte et la couleur rose
sur ce schéma?
2.  Que faut-il faire pour maintenir
la santé?
3.  Que faut-il faire pour restaurer
la santé?
4.  Justifiez le titre du schéma.
doc 4
4. La promotion et l’éducation à la
santé
1.  Qu’est ce qui distingue la “prévention” de la promotion de la santé?
Doc.5
2. A partir des actions d’éducation présentées dans les documents 6 et 7 (diapo suivante), dégagez les
objectifs recherchés par l'éducation à la santé.
3. Déterminez:
➔  à qui s’adresse l’éducation à la santé,
➔  par qui elle est mise en oeuvre
➔  quels sont les outils utilisés.
Doc. 6
source: www.onsexprime.fr
Doc.7
5. L’éducation thérapeutique du
patient.
Doc 8
L’éducation thérapeutique du patient dans la loi HPST
(...) l’éducation thérapeutique du patient s’inscrit dans le parcours de soins. « Elle a pour
but de rendre le patient plus autonome en facilitant son adhésion aux traitements prescrits et
en améliorant sa qualité de vie ». « Les actions d’accompagnement font partie de l’éducation
thérapeutique. Elles ont pour objet d’apporter une assistance et un soutien aux malades, ou
à leur entourage, dans la prise en charge de la maladie. Elles sont conformes à un cahier
des charges national dont les modalités d’élaboration et le contenu sont définis par arrêté du
ministre chargé de la santé ».
Si l’éducation thérapeutique bénéficie d’un intérêt particulier, cela est en grande partie lié au
nombre constant de personnes atteintes de maladies chroniques : 15 millions, soit un quart
de la population en France. Ces maladies nécessitent une surveillance particulière et des
changements d’habitudes de vie (alimentation, activité physique…). L’éducation
thérapeutique formalise ainsi une activité qui était considérée comme allant de soi par les
soignants : dans leur pratique quotidienne, ils délivrent aux patients des conseils.
L. Caritoux Cahiers de la Puéricultrice - novembre 2009
A partir des documents 8 et 9:
1.  Montrez que l’éducation
thérapeutique du patient
(ETP) participe à la
restauration de la santé.
2.  Que pouvez-vous en
déduire sur la place de
l’ETP par rapport à
l’éducation pour la santé?
3.  Pour quelles raisons
l’ETP est considérée
comme une priorité par
les pouvoirs publics?
Doc 9

Contenu connexe

Similaire à Chapitre I. II les principes d'intervention en santé publique

presentation de Bernard Guy-Grand (2)
presentation de Bernard Guy-Grand (2)presentation de Bernard Guy-Grand (2)
presentation de Bernard Guy-Grand (2)tsoret1
 
3 cau hoi ve YHGD tai VN
3 cau hoi ve YHGD tai VN3 cau hoi ve YHGD tai VN
3 cau hoi ve YHGD tai VNThanh Liem Vo
 
Réflexions et propositions alternatives sur le système de soins français
Réflexions et propositions alternatives sur le système de soins françaisRéflexions et propositions alternatives sur le système de soins français
Réflexions et propositions alternatives sur le système de soins françaisPelouze Guy-André
 
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007Marie Campistron
 
Interview PR Benoit Vallet
Interview PR Benoit ValletInterview PR Benoit Vallet
Interview PR Benoit ValletRachel Bocher
 
La prévention dans le système de soins
La prévention dans le système de soinsLa prévention dans le système de soins
La prévention dans le système de soinsFrance Stratégie
 
Linnovation en sante_lespoir_des_francais
Linnovation en sante_lespoir_des_francaisLinnovation en sante_lespoir_des_francais
Linnovation en sante_lespoir_des_francaisAssociation LIR
 
alimentation et cancer .pptx de licence 3eme année
alimentation et cancer .pptx de licence 3eme annéealimentation et cancer .pptx de licence 3eme année
alimentation et cancer .pptx de licence 3eme annéessuser2b3ffd
 
Y a t-il un intérêt à doser la vitamine d chez l’adulte
Y a t-il un intérêt à doser la vitamine d chez l’adulte  Y a t-il un intérêt à doser la vitamine d chez l’adulte
Y a t-il un intérêt à doser la vitamine d chez l’adulte Réseau Pro Santé
 
Renutrition avant une chirurgie lourde jepu 2013
Renutrition avant une chirurgie lourde jepu 2013Renutrition avant une chirurgie lourde jepu 2013
Renutrition avant une chirurgie lourde jepu 2013pquentin
 
Présentation définitive du 26 décembre 2023 (1).pdf
Présentation définitive du 26 décembre 2023 (1).pdfPrésentation définitive du 26 décembre 2023 (1).pdf
Présentation définitive du 26 décembre 2023 (1).pdfMohamedKarra2
 
Mémoire natacha-laurent
Mémoire natacha-laurentMémoire natacha-laurent
Mémoire natacha-laurentnatachalaurent
 
Etre hepatant 04 nouvelle version
Etre hepatant 04 nouvelle versionEtre hepatant 04 nouvelle version
Etre hepatant 04 nouvelle versionsoshepatites
 
Propositions jalma sur l'observance dans le Parisien !
Propositions jalma sur l'observance dans le Parisien !Propositions jalma sur l'observance dans le Parisien !
Propositions jalma sur l'observance dans le Parisien !Daniel Szeftel
 
Le régime hypertensif Principes et pratiques clés pour la gestion de lhype...
Le régime hypertensif  Principes et pratiques clés pour la gestion de lhype...Le régime hypertensif  Principes et pratiques clés pour la gestion de lhype...
Le régime hypertensif Principes et pratiques clés pour la gestion de lhype...Pill Reminder
 
Liou lebray du etp et vhc du16
Liou lebray du etp et vhc  du16Liou lebray du etp et vhc  du16
Liou lebray du etp et vhc du16odeckmyn
 

Similaire à Chapitre I. II les principes d'intervention en santé publique (20)

presentation de Bernard Guy-Grand (2)
presentation de Bernard Guy-Grand (2)presentation de Bernard Guy-Grand (2)
presentation de Bernard Guy-Grand (2)
 
3 cau hoi ve YHGD tai VN
3 cau hoi ve YHGD tai VN3 cau hoi ve YHGD tai VN
3 cau hoi ve YHGD tai VN
 
Réflexions et propositions alternatives sur le système de soins français
Réflexions et propositions alternatives sur le système de soins françaisRéflexions et propositions alternatives sur le système de soins français
Réflexions et propositions alternatives sur le système de soins français
 
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
 
Interview PR Benoit Vallet
Interview PR Benoit ValletInterview PR Benoit Vallet
Interview PR Benoit Vallet
 
Aaa synthese ou_4pages_vfinale
Aaa synthese ou_4pages_vfinaleAaa synthese ou_4pages_vfinale
Aaa synthese ou_4pages_vfinale
 
La prévention dans le système de soins
La prévention dans le système de soinsLa prévention dans le système de soins
La prévention dans le système de soins
 
Linnovation en sante_lespoir_des_francais
Linnovation en sante_lespoir_des_francaisLinnovation en sante_lespoir_des_francais
Linnovation en sante_lespoir_des_francais
 
alimentation et cancer .pptx de licence 3eme année
alimentation et cancer .pptx de licence 3eme annéealimentation et cancer .pptx de licence 3eme année
alimentation et cancer .pptx de licence 3eme année
 
Diplomado
DiplomadoDiplomado
Diplomado
 
Interieur032014
Interieur032014Interieur032014
Interieur032014
 
Y a t-il un intérêt à doser la vitamine d chez l’adulte
Y a t-il un intérêt à doser la vitamine d chez l’adulte  Y a t-il un intérêt à doser la vitamine d chez l’adulte
Y a t-il un intérêt à doser la vitamine d chez l’adulte
 
Renutrition avant une chirurgie lourde jepu 2013
Renutrition avant une chirurgie lourde jepu 2013Renutrition avant une chirurgie lourde jepu 2013
Renutrition avant une chirurgie lourde jepu 2013
 
Présentation définitive du 26 décembre 2023 (1).pdf
Présentation définitive du 26 décembre 2023 (1).pdfPrésentation définitive du 26 décembre 2023 (1).pdf
Présentation définitive du 26 décembre 2023 (1).pdf
 
Mémoire natacha-laurent
Mémoire natacha-laurentMémoire natacha-laurent
Mémoire natacha-laurent
 
ESCP163-msd-02
ESCP163-msd-02ESCP163-msd-02
ESCP163-msd-02
 
Etre hepatant 04 nouvelle version
Etre hepatant 04 nouvelle versionEtre hepatant 04 nouvelle version
Etre hepatant 04 nouvelle version
 
Propositions jalma sur l'observance dans le Parisien !
Propositions jalma sur l'observance dans le Parisien !Propositions jalma sur l'observance dans le Parisien !
Propositions jalma sur l'observance dans le Parisien !
 
Le régime hypertensif Principes et pratiques clés pour la gestion de lhype...
Le régime hypertensif  Principes et pratiques clés pour la gestion de lhype...Le régime hypertensif  Principes et pratiques clés pour la gestion de lhype...
Le régime hypertensif Principes et pratiques clés pour la gestion de lhype...
 
Liou lebray du etp et vhc du16
Liou lebray du etp et vhc  du16Liou lebray du etp et vhc  du16
Liou lebray du etp et vhc du16
 

Dernier

Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxMartin M Flynn
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneTxaruka
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Gabriel Gay-Para
 
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfRiDaHAziz
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfbdp12
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfRiDaHAziz
 
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdfBibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdfBibdoc 37
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxJCAC
 
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 37
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfSylvianeBachy
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursStagiaireLearningmat
 
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...NaimDoumissi
 
Cours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'informationCours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'informationpapediallo3
 
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
Bernard Réquichot.pptx   Peintre françaisBernard Réquichot.pptx   Peintre français
Bernard Réquichot.pptx Peintre françaisTxaruka
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 37
 

Dernier (18)

Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film français
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
 
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
 
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdfBibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film français
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
 
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceurs
 
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
 
Cours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'informationCours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'information
 
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
Bernard Réquichot.pptx   Peintre françaisBernard Réquichot.pptx   Peintre français
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
 

Chapitre I. II les principes d'intervention en santé publique

  • 1. Chapitre -I L’émergence des politiques de santé II-Les principes d’intervention en santé publique
  • 2. 1. Veille et sécurité sanitaire 1- Quelles sont les raisons qui ont fait émerger la notion de “sécurité sanitaire”? 2. Relevez les définitions de “sécurité sanitaire”. Quel commentaire pouvez-vous Doc. 1
  • 3. 3- Décrivez le rôle prédominant de l’Invs dans la veille sanitaire. Doc. 2
  • 4. 2. Les différents niveaux de prévention de la santé Doc.3     La  préven/on  primaire  veille  à  prévenir  l'appari/on  de  certaines  maladies  par  la  réduc/on  des  risques,  soit  en  modifiant  les  comportements   ou  les  exposi/ons  qui  peuvent  entraîner  des  maladies,  soit  en  améliorant  la  résistance  aux  agents  infec/eux.  L'arrêt  du  tabac  et  la  vaccina/on   en   sont   des   exemples.   La   préven/on   primaire   réduit   l'incidence   des   maladies   en   abordant   leurs   facteurs   de   risque   ou   en   améliorant   la   résistance.  Certaines  approches  prévoient  une  par/cipa/on  ac/ve,  comme  se  brosser  les  dents  régulièrement  ou  se  passer  la  soie  dentaire   pour  prévenir  les  caries.  D'autres  approches  sont  passives  :  ajouter  du  fluorure  à  l'eau  potable  municipale  pour  durcir  l'émail  des  dents  et   prévenir  les  caries.  La  préven/on  primaire  cible  généralement  les  causes  spécifiques  et  les  facteurs  de  risque  de  certaines  maladies,  mais  elle   cherche  également  à  promouvoir  les  comportements  sains,  à  améliorer  la  résistance  des  hôtes  et  à  favoriser  des  environnements  sécuritaires   qui  réduisent  le  risque  de  maladie,  par  exemple  en  neIoyant  les  salles  d'opéra/on  pour  prévenir  les  infec/ons  postopératoires.       La  préven/on  secondaire  comprend  les  méthodes  de  détec/on  et  de  traitement  des  changements  pathologiques  précliniques  afin  d’enrayer   l'évolu/on  des  maladies.  Les  méthodes  de  dépistage  (comme  la  mammographie  pour  dépister  le  cancer  du  sein  à  un  stade  précoce)  sont   souvent   la   première   étape.   Elles   favorisent   l’interven/on   précoce,   ce   qui   est   plus   économique   que   d’intervenir   après   l’appari/on   des   symptômes.  Les  tests  de  glycémie  réguliers  administrés  aux  personnes  de  plus  de  40  ans  sont  un  exemple  per/nent  de  dépistage  précoce   dans   le   cas   du   diabète   de   Catherine.   Le   dépistage   est   habituellement   effectué   par   des   professionnels   de   la   santé   lors   de   rencontres   individuelles  médecin-­‐pa/ent  (comme  pour  les  tests  réguliers  de  la  tension  artérielle)  ou  par  des  programmes  de  dépistage  de  santé  publique   (comme  les  mammographies).       Une  fois  qu'une  maladie  se  développe  et  qu'elle  est  traitée  en  phase  clinique  aiguë,  la  préven/on  ter/aire  veille  à  réduire  l'impact  de  la   maladie  sur  les  fonc/ons,  la  longévité  et  la  qualité  de  vie  du  pa/ent.  La  réadapta/on  cardiaque  après  un  infarctus  du  myocarde  en  est  un   exemple   :   on   cherche   à   modifier   les   comportements   du   pa/ent   pour   réduire   la   probabilité   de   récurrence.   La   préven/on   ter/aire   peut   comprendre  la  modifica/on  des  facteurs  de  risque,  comme  aider  un  pa/ent  cardiaque  à  perdre  du  poids  ou  apporter  des  changements  à   l'environnement   d'un   pa/ent   asthma/que   pour   réduire   son   exposi/on   aux   allergènes.   Dans   le   cas   de   Catherine   Richards,   elle   pourrait   comprendre  des  suivis  réguliers  de  son  état  de  santé,  y  compris  des  examens  de  la  vue  pour  dépister  d’éventuels  effets  indésirables  du   diabète.  Si  l'affec/on  est  irréversible,  la  préven/on  ter/aire  est  axée  sur  la  réadapta/on  pour  aider  le  pa/ent  à  vivre  avec  son  incapacité.  Si   l'affec/on  est  réversible,  comme  c’est  le  cas  de  nombreuses  maladies  cardiaques,  la  préven/on  ter/aire  peut  en  réduire  la  prévalence  dans  la   popula/on,  mais  si  l'affec/on  ne  peut  être  guérie,  la  préven/on  peut  en  augmenter  la  prévalence  en  prolongeant  la  survie.  L'objec/f  principal   de  la  préven/on  ter/aire  est  d'améliorer  la  qualité  de  vie.   www.  afmc.ca   1.  A partir du document, dégagez une définition générale de la prévention. 2.  Pour chaque niveau de prévention identifiez: ➔  l’objectif visé ➔  un exemple.
  • 5. 3. La restauration de la santé 1.  A quoi correspondent la couleur verte et la couleur rose sur ce schéma? 2.  Que faut-il faire pour maintenir la santé? 3.  Que faut-il faire pour restaurer la santé? 4.  Justifiez le titre du schéma. doc 4
  • 6. 4. La promotion et l’éducation à la santé 1.  Qu’est ce qui distingue la “prévention” de la promotion de la santé? Doc.5
  • 7. 2. A partir des actions d’éducation présentées dans les documents 6 et 7 (diapo suivante), dégagez les objectifs recherchés par l'éducation à la santé. 3. Déterminez: ➔  à qui s’adresse l’éducation à la santé, ➔  par qui elle est mise en oeuvre ➔  quels sont les outils utilisés. Doc. 6
  • 9. 5. L’éducation thérapeutique du patient. Doc 8 L’éducation thérapeutique du patient dans la loi HPST (...) l’éducation thérapeutique du patient s’inscrit dans le parcours de soins. « Elle a pour but de rendre le patient plus autonome en facilitant son adhésion aux traitements prescrits et en améliorant sa qualité de vie ». « Les actions d’accompagnement font partie de l’éducation thérapeutique. Elles ont pour objet d’apporter une assistance et un soutien aux malades, ou à leur entourage, dans la prise en charge de la maladie. Elles sont conformes à un cahier des charges national dont les modalités d’élaboration et le contenu sont définis par arrêté du ministre chargé de la santé ». Si l’éducation thérapeutique bénéficie d’un intérêt particulier, cela est en grande partie lié au nombre constant de personnes atteintes de maladies chroniques : 15 millions, soit un quart de la population en France. Ces maladies nécessitent une surveillance particulière et des changements d’habitudes de vie (alimentation, activité physique…). L’éducation thérapeutique formalise ainsi une activité qui était considérée comme allant de soi par les soignants : dans leur pratique quotidienne, ils délivrent aux patients des conseils. L. Caritoux Cahiers de la Puéricultrice - novembre 2009 A partir des documents 8 et 9: 1.  Montrez que l’éducation thérapeutique du patient (ETP) participe à la restauration de la santé. 2.  Que pouvez-vous en déduire sur la place de l’ETP par rapport à l’éducation pour la santé? 3.  Pour quelles raisons l’ETP est considérée comme une priorité par les pouvoirs publics?
  • 10. Doc 9