SlideShare une entreprise Scribd logo
Présenté par
Mr Sow Thierno Abdoul Rahim
1. Introduction aux Base de données et SGBD
CHAPITRE
2. Algèbre relationnel et les requêtes SQL
3. Application avec Microsoft office Access
Objectif
• Savoir qu’est ce qu’un SGBD;
• Comprendre l’apport des bases de données;
• Connaître le modèle de données;
• Connaître le modèle relationnel;
• Mettre en œuvre une base de données : prise en compte
des problème d’optimisation, de gestion des droits
d’accès.
• Comprendre les problème liés à la conception de gros
systèmes d’information.
BASE DE DONNÉES
Cours 1: Introduction au Base de
données et SGBD
I. LES INSUFFISANCES DE L’APPROCHE
TRADITIONNELLE « Fichiers classiques »
Dans une approche traditionnelle d’une application
informatique, la structure, le contenu, ainsi que les supports de
fichiers sont définis dans un ou plusieurs programmes et sont
fonction de ceux-ci.
Mais ces fichiers qui ont été construits pour répondre aux besoins
de l’application, possèdent la plupart du temps des éléments
communs.
Ainsi, toute modification d’une donnée doit être opérée
plusieurs fois, afin de maintenir la cohérence entre différents
fichiers.
Exemple :
Saisie de données Traitements Résultats
L’utilisation de cette approche comporte les principaux défauts
suivants :
1. Il y’a redondance d’informations dans les fichiers.
2. A chaque mise à jour un programme s’exécute.
3. Les programmes exigent des enregistrements dont la
structure est fonction de la nature de l’application.
CONCEPT DE BASE DE DONNÉES
A cause des insuffisances de l’approche traditionnelle, une
tendance s’est développée, pour combiner toutes les
informations importantes de l’entreprise dans un seul
« réservoir de données, qui n’est en fait qu’un ensemble
organisé et intégré de données. Cette base de données servira au
stockage des données et sera entièrement centralisée.
Dans l’idéal il n’existe qu’un exemplaire de chaque élément de
données.
La principale caractéristique de cette nouvelle approche de
gestion de donnée est le renversement de la hiérarchie
« Traitement – Donnée » ; c’est-à-dire le fait de briser la
dépendance entre les traitements et les données.
Saisie de données Stockage Extraction Utilisation
L’apport des concepts de base de données devra assurer les
grandes fonctions suivantes :
1. L’intégration des données afin d’éviter l’incohérence de
données dupliquées.
2. La séparation entre les moyens de stockage physique des
données et la logique des programmes.
3. Un contrôle unique de toutes les données afin de permettre
l’utilisation simultanée par plusieurs utilisateurs.
4. Des facilités pour le stockage, la modification, la
réorganisation, la consultation … , sans restriction aux
utilisateurs.
5. Des contrôles de sécurité afin d’empêcher l’accès illégal à
certaines données.
6. Des contrôles d’intégrité pour prévenir de fausses
manipulations.
7. La compatibilité avec les principaux langages de
programmation.
III. Définitions :
On définit une base de données comme un ensemble de
données structuré, enregistrées sur les support accessibles par
l’ordinateur, pour satisfaire simultanément plusieurs
utilisateurs de façon sélective et en temps opportun.
Autrement, base de données (BD) = ensemble de données
accessibles et exploitables au moyen d’un ensemble de
programmes.
Une BD est faite pour enregistrer des faits, des opérations au
sein d'un organisme (administration, banque, université,
hôpital, ...).
Quelles données ?
Les données sont omniprésentes autour de nous ...
• Base de données sur des films.
• Base de données bibliothécaire.
• Location de voitures / Réservation de place d’avion
• Sécurité sociale (carte Chifa), Hôpitaux, ...
• Communications téléphoniques (opérateurs).
• Systèmes d’information géographique.
Exemple :
Les données sont omniprésentes autour de nous ... dans l’entreprise
•Les clients
•Les produits
•Les commandes
•Les factures
IV. Fonctions d’un SGBD
Le logiciel qui permet à un utilisateur d’inter-agir avec une telle base de données est
un système de gestion de base de données (SGBD) qui permet principalement
d’organiser les données sur le support périphérique (disque, disquette, bande etc.) et
fournit les procédures de recherche et de sélection de ces mêmes données.
1. La fonction description
Le SGBD doit mettre à la disposition de l’utilisateur un outil pour décrire l’ensemble
des données qui seront stockées dans la base.
2. La fonction utilisation
Elle a pour but d’offrir à l’utilisateur une interaction avec la base de données sous
forme de dialogue pour sélectionner et mettre à jour les données.
3. La fonction intégrité
Le SGBD doit offrir à l’utilisateur la possibilité de définir des règles qui permettent de
maintenir l’intégrité de la base de données.
4. La fonction confidentialité
Le SGBD doit offrir des mécanismes permettant de vérifier les droits d’accès des
utilisateurs.
5. La fonction concurrence d’accès
Le SGBD doit offrir des mécanismes qui permettent de détecter les cas où il y’aurait
conflit d’accès pour une même donnée par
des utilisateurs différents et de traiter ces cas de conflits.
V. Les différents niveaux de représentation d’une base de données
Il existe 3 niveaux de représentation d’une base de données
• Le niveau interne avec le schéma physique.
• Le niveau conceptuel avec le schéma conceptuel.
• Le niveau externe avec les schémas externes qui correspondent à
différents groupes d’utilisateurs.
6. La fonction sécurité de fonctionnement
En cas d’incident ayant pour origine le matériel ou le logiciel la base de
données n’est plus opérationnelle ; afin d’assurer le redémarrage du système
lorsque l’incident a été supprimé, le SGBD doit permettre la prise de point de
contrôle pour remettre la base de données dans un état correct.
Méthodologie de conception d’une BD
DIFFERENTS TYPES DE MODELES DE DONNEES
Modèles de données
Un modèle de données est un ensemble de concepts pour décrire les
données du monde réel, les liens entre les données et la sémantique
des données.
Qu’est-ce qu’un modèle de données ? Tout SGBD est conçu
autour d’un modèle de données bien défini. Il s’agit de la
combinaison de trois éléments :
– Une structure, qui correspond à l’organisation logique des
données, la forme sous laquelle les utilisateurs vont les percevoir ou
les représenter.
– Des contraintes d’intégrité, que l’on peut définir sur les données,
afin d’en assurer l’intégrité et la cohérence avec le monde réel et les
besoins des applications.
– Des langages de manipulation des données, pour les mises à
jour et les interrogations.
On distingue généralement deux catégories de modèles de données :
 Les modèles orientés information ->définition du schéma conceptuel
modèle entité-association et ses dérivés (MERISE, ...)
 les modèles orientés données ->mise-en-œuvre du SGBD
modèle relationnel, modèle hiérarchique, modèle réseau
2.2 Modèle Conceptuel de données (MCD)
Après la phase d’analyse, nous pouvons commencer à représenter les
informations sous forme conceptuelle. Le modèle Conceptuel de données
(MCD) que nous allons construire contient deux éléments principaux: les
entités et les relations.
Le modèle Entité-Association
EA en français, ER en anglais (pour Entity Relationship), c’est un
formalisme retenu par l'ISO pour décrire l'aspect conceptuel des données à
l’aide d’entités et d’associations.
– Structure : Entités (avec des attributs) et associations entre des entités.
– Contraintes d’intégrité : identifiants, cardinalités sur les associations.
– Manipulation : aucun.
La construction du MCD se fait en quatre étapes:
a. repérage des entités,
b. construction des entités, choix des propriétés,
c. Construction des relations,
d. Choix des cardinalités.
1. Entité et type d’entité
Entité : représentation d’un objet du monde réel ayant une existence propre
Type d’entités (TE) : représentation d’un ensemble d’entités perçues comme
similaires et ayant les mêmes caractéristiques
Repérage des entités :
Une entité est un composant du problème : une personne, une facture,
un livre, ... C'est la représentation d'un objet matériel ou immatériel
pourvu d'une existence propre et conforme aux choix de gestion de
l'entreprise. Comme dit plus haut, ce que l'on considère comme entité
est un type général (ex : l'entité personne représente toutes les
personnes) à ne pas confondre avec une occurrence d'entité (Jean
Martin étant une personne, on le considère comme une occurrence de
l'entité personne). Une entité doit avoir une existence
indépendamment de toute autre entité.
Association et type d’associations
 Association : représentation d’un lien entre plusieurs objets
 Type d’associations (TA) : représentation d’un ensemble
d’associations ayant la même sémantique et décrites par les
mêmes caractéristiques.
3. Attributs
décrivent les propriétés associées à :
 un type d’entités
 une association
Une association est caractérisée par :
 Un rôle pour chacun des types d’entités;
 Un nom éventuellement suivi d’une flèche précisant le sens de
lecture;
 Des cardinalités indiquant le nombre d’objets li´es par une
association;
Dans une association chaque objet joue un rôle déterminé,
association binaire : 2 rôles
4. Cardinalité:
Elles expriment le nombre de fois ou l’occurrence d’une entité
participe aux occurrences de la relation.
La cardinalité minimale (0 ou 1) exprime le nombre de fois
minimum qu’une occurrence d’une entité participe aux
occurrences d’une relation.
La cardinalité maximale (1 ou n) exprime le nombre de fois
maximal qu’une occurrence d’une entité participe aux
occurrences de la relation.
Contraintes de cardinalité
 Une personne peut ne pas avoir de voiture, en avoir 1, 2,· · ·
,n : 0 :n
 Une voiture a un et un seul propriétaire : 1 :1
Deux rôles (au moins) lient le même type d’entité
Une personne femme est mariée à personne Marie
L’identifiant
Une de ces propriétés a un rôle bien précis, c’est l’identifiant
nommé aussi la clé.
L’identifiant permet de connaître de façon sûre et unique
l’ensemble des propriétés qui participent à l’entité. Par exemple,
le fait de connaître la ville d’un client permet il de connaître son
nom ? La réponse est non. La connaissance du nom du client
permet elle de connaître sa ville ? La réponse est toujours non,
car en cas d’homonymie la confusion entre un Durand Max et un
Durand Raymond est totale.
Il faut donc trouver, ou inventer, une propriété qui lorsque sa
valeur est connue permet la connaissance de l’ensemble des
valeurs qui s’y rattachent de façon formelle.
Ainsi, lorsque le numéro du client est connu, son nom, son
prénom et toutes les valeurs des autres propriétés qui s’y
rattachent sont connues de façon sûre et unique.
Introduction au Modèle Logique des Données
Le Modèle Logique des Données (MLD) est la suite normale du processus
Merise. Son but est de nous rapprocher au plus près du modèle physique.
Pour cela, nous partons du Modèle Conceptuel des Données et nous lui
enlevons les relations, mais pas n’importe comment, il faut en effet respecter
certaines règles. Voici la procédure à suivre.
1. Cas (0, n), (1,1) ou (1,n), (0,1)
Voici un modèle conceptuel de départ :
Nous devons supprimer la relation Elever, cela se réalise de façon tout à fait
mécanique. L’entité ayant la cardinalité
de type 1,1 ou 0,1 absorbe l’identifiant de l’entité la plus forte (0, n ou 1, n).
Cet identifiant est alors appelé la clé étrangère.
Voici le Modèle Logique des Données découlant du Modèle conceptuel
précédent :
2. Cas (0,n), (0,n) ou (1,n), (1,n)
Illustrons ce cas sur le Modèle Conceptuel des Données suivant :
Dans le cas où la cardinalité maximale est n de chaque côté de la relation,
celle-ci se transforme en entité et absorbe les identifiants de chaque entité
reliée. Les identifiants ainsi absorbés forment la nouvelle clé de l’entité.
Cette nouvelle clé est donc formée par la concaténation des clés étrangères
des entités reliées.
4. Règles simples de passage du MCD au MLD
• L’entité qui possède la cardinalité maximale égale à 1,
recevra l’identifiant ou les identifiants des entités ayant les
cardinalités maximales les plus fortes.
• Les relations ayant toutes leurs entités reliées avec des
cardinalités maximales supérieures à 1, se transformeront
en entité en absorbant les identifiants des entités jointes.
• Toute relation porteuse de propriétés se transformera en
entité et absorbera comme clé étrangère les identifiants
des entités qui lui sont liées.
Modèle Physique des Données
Construire le Modèle Physique des Données consiste à
transformer le Modèle Logique des Données en une suite
de
relations. Cette étape finalise le processus de traitement
des données. L’implémentation des bases de données
peut
Exercice d’Application
• On veut représenter la gestion de la SACEM :
Nous devons représenter :
 Des livres avec : numéro du livre (ISBN), Titre du livre
 Des auteurs avec : Numéro de l’auteur, nom de l’auteur
 Des éditeurs avec : Numéro d’éditeur, nom de l’éditeur
 Des dépôts avec : Numéro de dépôt, nom du dépôt
• Attention : ici un « livre » n’est pas le « livre physique » (un
exemplaire) mais plutôt une « édition »
• L’investigation du domaine a permis de définir les règles
suivantes :
 un livre peut être :
 Écrit par plusieurs auteurs
 Édité par plusieurs éditeurs, mais une seul fois par chacun
d’entre eux. Pour distinguer, on donne alors l’année éditions
 Stocké dans plusieurs dépôts, et cela pour chaque éditeur.
• Chaque livre stocké est stocké avec une quantité définie.
• Donner le schéma entité-association et les éventuels contraintes
d’intégrité correspondant à cet énoncé.
Exercice:
Un historien souhaite établir des statistiques sur des soldats de
la Première Guerre mondiale. Pour chaque soldat, outre l'état-
civil, il souhaite avoir la trace :
 de la date de son décès si celui-ci est survenu suite aux
combats
 des blessures reçues (type et date de la blessure, en plus de la
bataille où elle a été infligée. Les batailles seront référencées
dans une liste comportant le lieu, les dates de début et de fin)
 des grades obtenus (avec les dates)
 de l'unité de rattachement (avec les dates)
Etablir le MCD, le MLD et le MPD adéquats.
• Schéma : description des données selon un modèle
(ensemble de concepts qui permettent de décrire la structure
de la BD et ses contraintes)
• Instance de BD : Etat de la BD à un instant donné (données
dont la description est réalisé par le schéma)
• Modèles de données de différents niveaux :
– Conceptuel (description du SI)
– Logique (interface avec le SGBD)
– Physique (fichiers),
Au niveau logique, les modèles proposent :
• Un langage de définition du données (structure et
contraintes) (LDD);
• Un langage de manipulation de données (LMD) (Langage
de requêtes);
Les SGBD permettent de construire des interfaces
graphiques, à formulaires,
Modèle relationnel
• Les principaux concepts :
– Relation / Table
– Identifiant / Clé primaire
– Identifiant externe / Clé étrangère
– Domaine
–
Dans un schéma relationnel, on a besoin de systèmes spécifiques pour
conserver et manipuler les données.
- Les données sont représentées dans des tables
• Les lignes sont des entités
• Les colonnes sont des propriétés
- Le découpage en tables demande une analyse et une optimisation
- L’analyse doit aller au-delà des besoins immédiats (abstraction)
Base de données = ensemble de tables
- Chaque table a un nom unique (ex : Film)
- Chaque table contient les données relatives à des entités de même nature.
- Chaque ligne (enregistrement) d’une table décrit les données relatives à
une entité.
- Chaque colonne d’une table décrit une propriété des entités (ex : Prix).
- Les lignes d’une table sont distinctes.
- Les noms de table et de colonnes constituent le schéma de la base.
- Les lignes (entités) constituent le contenu de la base.
DESCRIPTION DES DONNÉES – CONCEPTS DE BASE
DESCRIPTION DES DONNÉES – RÈGLES
IDENTIFICATION DES DONNÉES – CLÉ PRIMAIRE
• identifiant unique
• pas de valeur nulle
Il ne peut y avoir deux tuples
ATTRIBUTS COMPLEXES MONOVALUÉS
ATTRIBUTS SIMPLES MULTIVALUÉS

Contenu connexe

Tendances

Chp3 - Diagramme de Classes
Chp3 - Diagramme de ClassesChp3 - Diagramme de Classes
Chp3 - Diagramme de Classes
Lilia Sfaxi
 
Conception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIRE
Conception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIREConception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIRE
Conception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIRE
Ghizlane ALOZADE
 
Analyse merise Prof. Khalifa MANSOURI
Analyse merise Prof. Khalifa MANSOURIAnalyse merise Prof. Khalifa MANSOURI
Analyse merise Prof. Khalifa MANSOURI
Mansouri Khalifa
 
La persistance des données : ORM et hibernate
La persistance des données : ORM et hibernateLa persistance des données : ORM et hibernate
La persistance des données : ORM et hibernate
Youness Boukouchi
 
Cours bases de données partie 1 Prof. Khalifa MANSOURI
Cours bases de données partie 1 Prof. Khalifa MANSOURICours bases de données partie 1 Prof. Khalifa MANSOURI
Cours bases de données partie 1 Prof. Khalifa MANSOURI
Mansouri Khalifa
 
Chp2 - Diagramme des Cas d'Utilisation
Chp2 - Diagramme des Cas d'UtilisationChp2 - Diagramme des Cas d'Utilisation
Chp2 - Diagramme des Cas d'Utilisation
Lilia Sfaxi
 
Exercices uml-corrige
Exercices uml-corrigeExercices uml-corrige
Exercices uml-corrige
AmineMouhout1
 
Base de données distribuée
Base de données distribuéeBase de données distribuée
Base de données distribuée
kamar MEDDAH
 
BigData_Chp1: Introduction à la Big Data
BigData_Chp1: Introduction à la Big DataBigData_Chp1: Introduction à la Big Data
BigData_Chp1: Introduction à la Big Data
Lilia Sfaxi
 
exercices Corrigées du merise
exercices Corrigées du  meriseexercices Corrigées du  merise
exercices Corrigées du merise
Yassine Badri
 
Présentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clients
Présentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clientsPrésentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clients
Présentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clients
Mohamed Ayoub OUERTATANI
 
exercices business intelligence
exercices business intelligence exercices business intelligence
exercices business intelligence
Yassine Badri
 
TP2-UML-Correction
TP2-UML-CorrectionTP2-UML-Correction
TP2-UML-Correction
Lilia Sfaxi
 
Cours bases de données partie 2 Prof. Khalifa MANSOURI
Cours bases de données partie 2 Prof. Khalifa MANSOURICours bases de données partie 2 Prof. Khalifa MANSOURI
Cours bases de données partie 2 Prof. Khalifa MANSOURI
Mansouri Khalifa
 
Merise
MeriseMerise
Ecole ESMA : Projet Fin de semestre - Application de gestion d'une école
Ecole ESMA : Projet Fin de semestre - Application de gestion d'une école Ecole ESMA : Projet Fin de semestre - Application de gestion d'une école
Ecole ESMA : Projet Fin de semestre - Application de gestion d'une école
Mehdi Hamime
 
Chap1 systéme d'information
Chap1 systéme d'informationChap1 systéme d'information
Chap1 systéme d'informationGhita Benabdellah
 
Support de cours technologie et application m.youssfi
Support de cours technologie et application m.youssfiSupport de cours technologie et application m.youssfi
Support de cours technologie et application m.youssfi
ENSET, Université Hassan II Casablanca
 
Introduction aux systèmes répartis
Introduction aux systèmes répartisIntroduction aux systèmes répartis
Introduction aux systèmes répartis
Heithem Abbes
 

Tendances (20)

Chp3 - Diagramme de Classes
Chp3 - Diagramme de ClassesChp3 - Diagramme de Classes
Chp3 - Diagramme de Classes
 
Conception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIRE
Conception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIREConception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIRE
Conception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIRE
 
Analyse merise Prof. Khalifa MANSOURI
Analyse merise Prof. Khalifa MANSOURIAnalyse merise Prof. Khalifa MANSOURI
Analyse merise Prof. Khalifa MANSOURI
 
La persistance des données : ORM et hibernate
La persistance des données : ORM et hibernateLa persistance des données : ORM et hibernate
La persistance des données : ORM et hibernate
 
Cours bases de données partie 1 Prof. Khalifa MANSOURI
Cours bases de données partie 1 Prof. Khalifa MANSOURICours bases de données partie 1 Prof. Khalifa MANSOURI
Cours bases de données partie 1 Prof. Khalifa MANSOURI
 
Chp2 - Diagramme des Cas d'Utilisation
Chp2 - Diagramme des Cas d'UtilisationChp2 - Diagramme des Cas d'Utilisation
Chp2 - Diagramme des Cas d'Utilisation
 
Sgbdr merise
Sgbdr meriseSgbdr merise
Sgbdr merise
 
Exercices uml-corrige
Exercices uml-corrigeExercices uml-corrige
Exercices uml-corrige
 
Base de données distribuée
Base de données distribuéeBase de données distribuée
Base de données distribuée
 
BigData_Chp1: Introduction à la Big Data
BigData_Chp1: Introduction à la Big DataBigData_Chp1: Introduction à la Big Data
BigData_Chp1: Introduction à la Big Data
 
exercices Corrigées du merise
exercices Corrigées du  meriseexercices Corrigées du  merise
exercices Corrigées du merise
 
Présentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clients
Présentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clientsPrésentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clients
Présentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clients
 
exercices business intelligence
exercices business intelligence exercices business intelligence
exercices business intelligence
 
TP2-UML-Correction
TP2-UML-CorrectionTP2-UML-Correction
TP2-UML-Correction
 
Cours bases de données partie 2 Prof. Khalifa MANSOURI
Cours bases de données partie 2 Prof. Khalifa MANSOURICours bases de données partie 2 Prof. Khalifa MANSOURI
Cours bases de données partie 2 Prof. Khalifa MANSOURI
 
Merise
MeriseMerise
Merise
 
Ecole ESMA : Projet Fin de semestre - Application de gestion d'une école
Ecole ESMA : Projet Fin de semestre - Application de gestion d'une école Ecole ESMA : Projet Fin de semestre - Application de gestion d'une école
Ecole ESMA : Projet Fin de semestre - Application de gestion d'une école
 
Chap1 systéme d'information
Chap1 systéme d'informationChap1 systéme d'information
Chap1 systéme d'information
 
Support de cours technologie et application m.youssfi
Support de cours technologie et application m.youssfiSupport de cours technologie et application m.youssfi
Support de cours technologie et application m.youssfi
 
Introduction aux systèmes répartis
Introduction aux systèmes répartisIntroduction aux systèmes répartis
Introduction aux systèmes répartis
 

Similaire à Cours BDD.pptx

base de données -note de cours
base de données -note de cours base de données -note de cours
base de données -note de cours
Yassine Badri
 
CSI_COURS_diapo_part1...............ppsx
CSI_COURS_diapo_part1...............ppsxCSI_COURS_diapo_part1...............ppsx
CSI_COURS_diapo_part1...............ppsx
FUR7
 
Visite guidée au pays de la donnée - Du modèle conceptuel au modèle physique
Visite guidée au pays de la donnée - Du modèle conceptuel au modèle physiqueVisite guidée au pays de la donnée - Du modèle conceptuel au modèle physique
Visite guidée au pays de la donnée - Du modèle conceptuel au modèle physique
Gautier Poupeau
 
bases des données relationnelles pour les ue nfa008
bases des données relationnelles pour les ue nfa008bases des données relationnelles pour les ue nfa008
bases des données relationnelles pour les ue nfa008
AliHusseini14
 
Chap1Concepts-FondamentauxBD.pdf
Chap1Concepts-FondamentauxBD.pdfChap1Concepts-FondamentauxBD.pdf
Chap1Concepts-FondamentauxBD.pdf
BoubakerMedanas
 
Bd relationnelles
Bd relationnellesBd relationnelles
Bd relationnelles
makram05
 
java BDD jdbc
java BDD jdbcjava BDD jdbc
java BDD jdbcvangogue
 
Cours_BD_M1-EAI-2023.pdf
Cours_BD_M1-EAI-2023.pdfCours_BD_M1-EAI-2023.pdf
Cours_BD_M1-EAI-2023.pdf
stephanecoulibaly3
 
Conception des bases de données relationelles
Conception des bases de données relationellesConception des bases de données relationelles
Conception des bases de données relationelles
Yassine Badri
 
presentationcoursbd.pdf
presentationcoursbd.pdfpresentationcoursbd.pdf
presentationcoursbd.pdf
AabidiHafid
 
cours base de données
cours base de donnéescours base de données
cours base de données
Yassine Badri
 
cours1-INTRODUCTION.ppt
cours1-INTRODUCTION.pptcours1-INTRODUCTION.ppt
cours1-INTRODUCTION.ppt
MOUSSABARMOUAboubaca
 
BDRO.pdf
BDRO.pdfBDRO.pdf
BDRO.pdf
GermainANANOU
 
4 ModeleRelationnel.pdf
4 ModeleRelationnel.pdf4 ModeleRelationnel.pdf
4 ModeleRelationnel.pdf
AzedineSariye
 
Intro_modul_et_SI_chapt0.ppt
Intro_modul_et_SI_chapt0.pptIntro_modul_et_SI_chapt0.ppt
Intro_modul_et_SI_chapt0.ppt
Idriss22
 

Similaire à Cours BDD.pptx (20)

Si bdd
Si bddSi bdd
Si bdd
 
base de données -note de cours
base de données -note de cours base de données -note de cours
base de données -note de cours
 
Cours1 2 gdmm
Cours1 2 gdmmCours1 2 gdmm
Cours1 2 gdmm
 
CSI_COURS_diapo_part1...............ppsx
CSI_COURS_diapo_part1...............ppsxCSI_COURS_diapo_part1...............ppsx
CSI_COURS_diapo_part1...............ppsx
 
Visite guidée au pays de la donnée - Du modèle conceptuel au modèle physique
Visite guidée au pays de la donnée - Du modèle conceptuel au modèle physiqueVisite guidée au pays de la donnée - Du modèle conceptuel au modèle physique
Visite guidée au pays de la donnée - Du modèle conceptuel au modèle physique
 
bases des données relationnelles pour les ue nfa008
bases des données relationnelles pour les ue nfa008bases des données relationnelles pour les ue nfa008
bases des données relationnelles pour les ue nfa008
 
sgbd
sgbdsgbd
sgbd
 
Chap1Concepts-FondamentauxBD.pdf
Chap1Concepts-FondamentauxBD.pdfChap1Concepts-FondamentauxBD.pdf
Chap1Concepts-FondamentauxBD.pdf
 
Bd relationnelles
Bd relationnellesBd relationnelles
Bd relationnelles
 
java BDD jdbc
java BDD jdbcjava BDD jdbc
java BDD jdbc
 
Cours_BD_M1-EAI-2023.pdf
Cours_BD_M1-EAI-2023.pdfCours_BD_M1-EAI-2023.pdf
Cours_BD_M1-EAI-2023.pdf
 
Conception des bases de données relationelles
Conception des bases de données relationellesConception des bases de données relationelles
Conception des bases de données relationelles
 
presentationcoursbd.pdf
presentationcoursbd.pdfpresentationcoursbd.pdf
presentationcoursbd.pdf
 
cours base de données
cours base de donnéescours base de données
cours base de données
 
cours1-INTRODUCTION.ppt
cours1-INTRODUCTION.pptcours1-INTRODUCTION.ppt
cours1-INTRODUCTION.ppt
 
Intro SQL
Intro SQL Intro SQL
Intro SQL
 
BDRO.pdf
BDRO.pdfBDRO.pdf
BDRO.pdf
 
4 ModeleRelationnel.pdf
4 ModeleRelationnel.pdf4 ModeleRelationnel.pdf
4 ModeleRelationnel.pdf
 
Intro_modul_et_SI_chapt0.ppt
Intro_modul_et_SI_chapt0.pptIntro_modul_et_SI_chapt0.ppt
Intro_modul_et_SI_chapt0.ppt
 
Intro merise
Intro meriseIntro merise
Intro merise
 

Plus de IbrahimaBarry49

VOIP.pptx
VOIP.pptxVOIP.pptx
VOIP.pptx
IbrahimaBarry49
 
2 ORBITES.pptx
2  ORBITES.pptx2  ORBITES.pptx
2 ORBITES.pptx
IbrahimaBarry49
 
Psychologie du travail.pptx
Psychologie du travail.pptxPsychologie du travail.pptx
Psychologie du travail.pptx
IbrahimaBarry49
 
MANAGEMENT .pptx
MANAGEMENT .pptxMANAGEMENT .pptx
MANAGEMENT .pptx
IbrahimaBarry49
 
4 c TRANSMISSION PAR SATELLITE.pptx
4 c TRANSMISSION PAR SATELLITE.pptx4 c TRANSMISSION PAR SATELLITE.pptx
4 c TRANSMISSION PAR SATELLITE.pptx
IbrahimaBarry49
 
Developpement Web.pptx
Developpement Web.pptxDeveloppement Web.pptx
Developpement Web.pptx
IbrahimaBarry49
 

Plus de IbrahimaBarry49 (6)

VOIP.pptx
VOIP.pptxVOIP.pptx
VOIP.pptx
 
2 ORBITES.pptx
2  ORBITES.pptx2  ORBITES.pptx
2 ORBITES.pptx
 
Psychologie du travail.pptx
Psychologie du travail.pptxPsychologie du travail.pptx
Psychologie du travail.pptx
 
MANAGEMENT .pptx
MANAGEMENT .pptxMANAGEMENT .pptx
MANAGEMENT .pptx
 
4 c TRANSMISSION PAR SATELLITE.pptx
4 c TRANSMISSION PAR SATELLITE.pptx4 c TRANSMISSION PAR SATELLITE.pptx
4 c TRANSMISSION PAR SATELLITE.pptx
 
Developpement Web.pptx
Developpement Web.pptxDeveloppement Web.pptx
Developpement Web.pptx
 

Dernier

Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La JeunesseConseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Oscar Smith
 
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
mrelmejri
 
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupeCours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Yuma91
 
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et auditMémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
MelDjobo
 
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
IES Turina/Rodrigo/Itaca/Palomeras
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
BenotGeorges3
 
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
Exame DELF - A2  Francês pout tout publicExame DELF - A2  Francês pout tout public
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
GiselaAlves15
 
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
cristionobedi
 
Système de gestion des fichiers de amine
Système de gestion des fichiers de amineSystème de gestion des fichiers de amine
Système de gestion des fichiers de amine
sewawillis
 
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdfCalendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
frizzole
 
SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdfSYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
Moukagni Evrard
 
Contrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinéeContrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinée
bangalykaba146
 
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdfEdito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
WarlockeTamagafk
 
Iris et les hommes.pptx
Iris      et         les      hommes.pptxIris      et         les      hommes.pptx
Iris et les hommes.pptx
Txaruka
 
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Formation
 

Dernier (15)

Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La JeunesseConseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
 
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
 
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupeCours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
 
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et auditMémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
 
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
 
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
Exame DELF - A2  Francês pout tout publicExame DELF - A2  Francês pout tout public
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
 
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
 
Système de gestion des fichiers de amine
Système de gestion des fichiers de amineSystème de gestion des fichiers de amine
Système de gestion des fichiers de amine
 
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdfCalendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
 
SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdfSYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
 
Contrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinéeContrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinée
 
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdfEdito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
 
Iris et les hommes.pptx
Iris      et         les      hommes.pptxIris      et         les      hommes.pptx
Iris et les hommes.pptx
 
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
 

Cours BDD.pptx

  • 1. Présenté par Mr Sow Thierno Abdoul Rahim
  • 2. 1. Introduction aux Base de données et SGBD CHAPITRE 2. Algèbre relationnel et les requêtes SQL 3. Application avec Microsoft office Access
  • 3. Objectif • Savoir qu’est ce qu’un SGBD; • Comprendre l’apport des bases de données; • Connaître le modèle de données; • Connaître le modèle relationnel; • Mettre en œuvre une base de données : prise en compte des problème d’optimisation, de gestion des droits d’accès. • Comprendre les problème liés à la conception de gros systèmes d’information.
  • 4. BASE DE DONNÉES Cours 1: Introduction au Base de données et SGBD
  • 5. I. LES INSUFFISANCES DE L’APPROCHE TRADITIONNELLE « Fichiers classiques » Dans une approche traditionnelle d’une application informatique, la structure, le contenu, ainsi que les supports de fichiers sont définis dans un ou plusieurs programmes et sont fonction de ceux-ci. Mais ces fichiers qui ont été construits pour répondre aux besoins de l’application, possèdent la plupart du temps des éléments communs. Ainsi, toute modification d’une donnée doit être opérée plusieurs fois, afin de maintenir la cohérence entre différents fichiers.
  • 6. Exemple : Saisie de données Traitements Résultats
  • 7. L’utilisation de cette approche comporte les principaux défauts suivants : 1. Il y’a redondance d’informations dans les fichiers. 2. A chaque mise à jour un programme s’exécute. 3. Les programmes exigent des enregistrements dont la structure est fonction de la nature de l’application. CONCEPT DE BASE DE DONNÉES A cause des insuffisances de l’approche traditionnelle, une tendance s’est développée, pour combiner toutes les informations importantes de l’entreprise dans un seul « réservoir de données, qui n’est en fait qu’un ensemble organisé et intégré de données. Cette base de données servira au stockage des données et sera entièrement centralisée. Dans l’idéal il n’existe qu’un exemplaire de chaque élément de données.
  • 8. La principale caractéristique de cette nouvelle approche de gestion de donnée est le renversement de la hiérarchie « Traitement – Donnée » ; c’est-à-dire le fait de briser la dépendance entre les traitements et les données. Saisie de données Stockage Extraction Utilisation
  • 9. L’apport des concepts de base de données devra assurer les grandes fonctions suivantes : 1. L’intégration des données afin d’éviter l’incohérence de données dupliquées. 2. La séparation entre les moyens de stockage physique des données et la logique des programmes. 3. Un contrôle unique de toutes les données afin de permettre l’utilisation simultanée par plusieurs utilisateurs. 4. Des facilités pour le stockage, la modification, la réorganisation, la consultation … , sans restriction aux utilisateurs. 5. Des contrôles de sécurité afin d’empêcher l’accès illégal à certaines données. 6. Des contrôles d’intégrité pour prévenir de fausses manipulations. 7. La compatibilité avec les principaux langages de programmation.
  • 10. III. Définitions : On définit une base de données comme un ensemble de données structuré, enregistrées sur les support accessibles par l’ordinateur, pour satisfaire simultanément plusieurs utilisateurs de façon sélective et en temps opportun. Autrement, base de données (BD) = ensemble de données accessibles et exploitables au moyen d’un ensemble de programmes. Une BD est faite pour enregistrer des faits, des opérations au sein d'un organisme (administration, banque, université, hôpital, ...).
  • 11. Quelles données ? Les données sont omniprésentes autour de nous ... • Base de données sur des films. • Base de données bibliothécaire. • Location de voitures / Réservation de place d’avion • Sécurité sociale (carte Chifa), Hôpitaux, ... • Communications téléphoniques (opérateurs). • Systèmes d’information géographique. Exemple : Les données sont omniprésentes autour de nous ... dans l’entreprise •Les clients •Les produits •Les commandes •Les factures
  • 12. IV. Fonctions d’un SGBD Le logiciel qui permet à un utilisateur d’inter-agir avec une telle base de données est un système de gestion de base de données (SGBD) qui permet principalement d’organiser les données sur le support périphérique (disque, disquette, bande etc.) et fournit les procédures de recherche et de sélection de ces mêmes données. 1. La fonction description Le SGBD doit mettre à la disposition de l’utilisateur un outil pour décrire l’ensemble des données qui seront stockées dans la base. 2. La fonction utilisation Elle a pour but d’offrir à l’utilisateur une interaction avec la base de données sous forme de dialogue pour sélectionner et mettre à jour les données. 3. La fonction intégrité Le SGBD doit offrir à l’utilisateur la possibilité de définir des règles qui permettent de maintenir l’intégrité de la base de données. 4. La fonction confidentialité Le SGBD doit offrir des mécanismes permettant de vérifier les droits d’accès des utilisateurs. 5. La fonction concurrence d’accès Le SGBD doit offrir des mécanismes qui permettent de détecter les cas où il y’aurait conflit d’accès pour une même donnée par des utilisateurs différents et de traiter ces cas de conflits.
  • 13. V. Les différents niveaux de représentation d’une base de données Il existe 3 niveaux de représentation d’une base de données • Le niveau interne avec le schéma physique. • Le niveau conceptuel avec le schéma conceptuel. • Le niveau externe avec les schémas externes qui correspondent à différents groupes d’utilisateurs. 6. La fonction sécurité de fonctionnement En cas d’incident ayant pour origine le matériel ou le logiciel la base de données n’est plus opérationnelle ; afin d’assurer le redémarrage du système lorsque l’incident a été supprimé, le SGBD doit permettre la prise de point de contrôle pour remettre la base de données dans un état correct.
  • 15. DIFFERENTS TYPES DE MODELES DE DONNEES
  • 16. Modèles de données Un modèle de données est un ensemble de concepts pour décrire les données du monde réel, les liens entre les données et la sémantique des données. Qu’est-ce qu’un modèle de données ? Tout SGBD est conçu autour d’un modèle de données bien défini. Il s’agit de la combinaison de trois éléments : – Une structure, qui correspond à l’organisation logique des données, la forme sous laquelle les utilisateurs vont les percevoir ou les représenter. – Des contraintes d’intégrité, que l’on peut définir sur les données, afin d’en assurer l’intégrité et la cohérence avec le monde réel et les besoins des applications. – Des langages de manipulation des données, pour les mises à jour et les interrogations.
  • 17. On distingue généralement deux catégories de modèles de données :  Les modèles orientés information ->définition du schéma conceptuel modèle entité-association et ses dérivés (MERISE, ...)  les modèles orientés données ->mise-en-œuvre du SGBD modèle relationnel, modèle hiérarchique, modèle réseau
  • 18. 2.2 Modèle Conceptuel de données (MCD) Après la phase d’analyse, nous pouvons commencer à représenter les informations sous forme conceptuelle. Le modèle Conceptuel de données (MCD) que nous allons construire contient deux éléments principaux: les entités et les relations. Le modèle Entité-Association EA en français, ER en anglais (pour Entity Relationship), c’est un formalisme retenu par l'ISO pour décrire l'aspect conceptuel des données à l’aide d’entités et d’associations. – Structure : Entités (avec des attributs) et associations entre des entités. – Contraintes d’intégrité : identifiants, cardinalités sur les associations. – Manipulation : aucun. La construction du MCD se fait en quatre étapes: a. repérage des entités, b. construction des entités, choix des propriétés, c. Construction des relations, d. Choix des cardinalités.
  • 19. 1. Entité et type d’entité Entité : représentation d’un objet du monde réel ayant une existence propre Type d’entités (TE) : représentation d’un ensemble d’entités perçues comme similaires et ayant les mêmes caractéristiques
  • 20. Repérage des entités : Une entité est un composant du problème : une personne, une facture, un livre, ... C'est la représentation d'un objet matériel ou immatériel pourvu d'une existence propre et conforme aux choix de gestion de l'entreprise. Comme dit plus haut, ce que l'on considère comme entité est un type général (ex : l'entité personne représente toutes les personnes) à ne pas confondre avec une occurrence d'entité (Jean Martin étant une personne, on le considère comme une occurrence de l'entité personne). Une entité doit avoir une existence indépendamment de toute autre entité.
  • 21. Association et type d’associations  Association : représentation d’un lien entre plusieurs objets  Type d’associations (TA) : représentation d’un ensemble d’associations ayant la même sémantique et décrites par les mêmes caractéristiques.
  • 22. 3. Attributs décrivent les propriétés associées à :  un type d’entités  une association
  • 23. Une association est caractérisée par :  Un rôle pour chacun des types d’entités;  Un nom éventuellement suivi d’une flèche précisant le sens de lecture;  Des cardinalités indiquant le nombre d’objets li´es par une association; Dans une association chaque objet joue un rôle déterminé, association binaire : 2 rôles
  • 24. 4. Cardinalité: Elles expriment le nombre de fois ou l’occurrence d’une entité participe aux occurrences de la relation. La cardinalité minimale (0 ou 1) exprime le nombre de fois minimum qu’une occurrence d’une entité participe aux occurrences d’une relation. La cardinalité maximale (1 ou n) exprime le nombre de fois maximal qu’une occurrence d’une entité participe aux occurrences de la relation. Contraintes de cardinalité  Une personne peut ne pas avoir de voiture, en avoir 1, 2,· · · ,n : 0 :n  Une voiture a un et un seul propriétaire : 1 :1
  • 25.
  • 26. Deux rôles (au moins) lient le même type d’entité Une personne femme est mariée à personne Marie
  • 27. L’identifiant Une de ces propriétés a un rôle bien précis, c’est l’identifiant nommé aussi la clé. L’identifiant permet de connaître de façon sûre et unique l’ensemble des propriétés qui participent à l’entité. Par exemple, le fait de connaître la ville d’un client permet il de connaître son nom ? La réponse est non. La connaissance du nom du client permet elle de connaître sa ville ? La réponse est toujours non, car en cas d’homonymie la confusion entre un Durand Max et un Durand Raymond est totale. Il faut donc trouver, ou inventer, une propriété qui lorsque sa valeur est connue permet la connaissance de l’ensemble des valeurs qui s’y rattachent de façon formelle. Ainsi, lorsque le numéro du client est connu, son nom, son prénom et toutes les valeurs des autres propriétés qui s’y rattachent sont connues de façon sûre et unique.
  • 28. Introduction au Modèle Logique des Données Le Modèle Logique des Données (MLD) est la suite normale du processus Merise. Son but est de nous rapprocher au plus près du modèle physique. Pour cela, nous partons du Modèle Conceptuel des Données et nous lui enlevons les relations, mais pas n’importe comment, il faut en effet respecter certaines règles. Voici la procédure à suivre. 1. Cas (0, n), (1,1) ou (1,n), (0,1) Voici un modèle conceptuel de départ : Nous devons supprimer la relation Elever, cela se réalise de façon tout à fait mécanique. L’entité ayant la cardinalité de type 1,1 ou 0,1 absorbe l’identifiant de l’entité la plus forte (0, n ou 1, n). Cet identifiant est alors appelé la clé étrangère. Voici le Modèle Logique des Données découlant du Modèle conceptuel précédent :
  • 29. 2. Cas (0,n), (0,n) ou (1,n), (1,n) Illustrons ce cas sur le Modèle Conceptuel des Données suivant :
  • 30. Dans le cas où la cardinalité maximale est n de chaque côté de la relation, celle-ci se transforme en entité et absorbe les identifiants de chaque entité reliée. Les identifiants ainsi absorbés forment la nouvelle clé de l’entité. Cette nouvelle clé est donc formée par la concaténation des clés étrangères des entités reliées.
  • 31. 4. Règles simples de passage du MCD au MLD • L’entité qui possède la cardinalité maximale égale à 1, recevra l’identifiant ou les identifiants des entités ayant les cardinalités maximales les plus fortes. • Les relations ayant toutes leurs entités reliées avec des cardinalités maximales supérieures à 1, se transformeront en entité en absorbant les identifiants des entités jointes. • Toute relation porteuse de propriétés se transformera en entité et absorbera comme clé étrangère les identifiants des entités qui lui sont liées. Modèle Physique des Données Construire le Modèle Physique des Données consiste à transformer le Modèle Logique des Données en une suite de relations. Cette étape finalise le processus de traitement des données. L’implémentation des bases de données peut
  • 32. Exercice d’Application • On veut représenter la gestion de la SACEM : Nous devons représenter :  Des livres avec : numéro du livre (ISBN), Titre du livre  Des auteurs avec : Numéro de l’auteur, nom de l’auteur  Des éditeurs avec : Numéro d’éditeur, nom de l’éditeur  Des dépôts avec : Numéro de dépôt, nom du dépôt • Attention : ici un « livre » n’est pas le « livre physique » (un exemplaire) mais plutôt une « édition » • L’investigation du domaine a permis de définir les règles suivantes :  un livre peut être :  Écrit par plusieurs auteurs  Édité par plusieurs éditeurs, mais une seul fois par chacun d’entre eux. Pour distinguer, on donne alors l’année éditions  Stocké dans plusieurs dépôts, et cela pour chaque éditeur. • Chaque livre stocké est stocké avec une quantité définie. • Donner le schéma entité-association et les éventuels contraintes d’intégrité correspondant à cet énoncé.
  • 33. Exercice: Un historien souhaite établir des statistiques sur des soldats de la Première Guerre mondiale. Pour chaque soldat, outre l'état- civil, il souhaite avoir la trace :  de la date de son décès si celui-ci est survenu suite aux combats  des blessures reçues (type et date de la blessure, en plus de la bataille où elle a été infligée. Les batailles seront référencées dans une liste comportant le lieu, les dates de début et de fin)  des grades obtenus (avec les dates)  de l'unité de rattachement (avec les dates) Etablir le MCD, le MLD et le MPD adéquats.
  • 34. • Schéma : description des données selon un modèle (ensemble de concepts qui permettent de décrire la structure de la BD et ses contraintes) • Instance de BD : Etat de la BD à un instant donné (données dont la description est réalisé par le schéma) • Modèles de données de différents niveaux : – Conceptuel (description du SI) – Logique (interface avec le SGBD) – Physique (fichiers), Au niveau logique, les modèles proposent : • Un langage de définition du données (structure et contraintes) (LDD); • Un langage de manipulation de données (LMD) (Langage de requêtes); Les SGBD permettent de construire des interfaces graphiques, à formulaires,
  • 35. Modèle relationnel • Les principaux concepts : – Relation / Table – Identifiant / Clé primaire – Identifiant externe / Clé étrangère – Domaine –
  • 36. Dans un schéma relationnel, on a besoin de systèmes spécifiques pour conserver et manipuler les données. - Les données sont représentées dans des tables • Les lignes sont des entités • Les colonnes sont des propriétés - Le découpage en tables demande une analyse et une optimisation - L’analyse doit aller au-delà des besoins immédiats (abstraction) Base de données = ensemble de tables - Chaque table a un nom unique (ex : Film) - Chaque table contient les données relatives à des entités de même nature. - Chaque ligne (enregistrement) d’une table décrit les données relatives à une entité. - Chaque colonne d’une table décrit une propriété des entités (ex : Prix). - Les lignes d’une table sont distinctes. - Les noms de table et de colonnes constituent le schéma de la base. - Les lignes (entités) constituent le contenu de la base.
  • 37. DESCRIPTION DES DONNÉES – CONCEPTS DE BASE
  • 39. IDENTIFICATION DES DONNÉES – CLÉ PRIMAIRE • identifiant unique • pas de valeur nulle Il ne peut y avoir deux tuples