SlideShare une entreprise Scribd logo
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Remerciements
i
UNIVERSITE ALASSANE OUATTARA
BOUAKE (CÔTE D’IVOIRE)
------------
UFR SCIENCES ECONOMIQUES
ET DEVELOPPEMENT (SED)
-----------
MEMOIRE DE RECHERCHE MASTER 2 :
ECONOMIE DE DEVELOPPEMENT
THEME :
LE CONSENTEMENT A PAYER DE L’ATTIEKE
DE CÔTE D’IVOIRE
CAS DES DEPARTEMENTS DE GRAND-LAHOU, DABOU,
JACQUEVILLE, YAMOUSSOUKRO ET ABIDJAN
PRESENTE PAR :
AMANZOU NOGBOU ANDETCHI
AUBIN
JURY:
PRESIDENT :PROFESSEUR AKA BEDIA
DIRECTEUR DE RECHERCHE : PROFESSEUR BALLO ZIE
CODIRECTEUR DE RECHERCHE : DOCTEUR YOUAN BI ATHANASE
ASSESSEUR 1 :DOCTEUR TROUPA FLAVIEN
DECEMBRE 2014
ANNEE ACADEMIQUE 2013-2014
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Introduction
ii
Résumé
Ce mémoire étudie les attributs du produit attiéké pour lesquels le consommateur à une plus
grande sensibilité et établit l’ordre de priorité de ces attributs. Dans cette optique, les études
empiriques ont montré que les consommateurs sont plus sensibles au prix tout en accordant une
importance plus grande à la granulométrie du produit. L’analyse conjointe est utilisée et montre
un consentement à payer de plus en plus croissant à chaque fois que les exigences des
consommateurs sont satisfaites.
Mots clés : attiéké, développement rural, consentement à payer, préférence des consommateurs
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Introduction
iii
REMERCIEMENTS
Les premiers mots de remerciement vont à l’endroit de l’université de Bouaké : au professeur
Aka BEDIA et au professeur-doyen d’UFR ANASSE Augustin. Ils ont permis que les étudiants
puissent finir le master dans les meilleures conditions. Un grand merci, aussi, à l’équipe
d’administration de l’école doctorale avec à sa tête Mlle DIABATE Salimata et l’ainé Ibrahima
OUATTARA.
Je remercie le centre suisse de recherches scientifiques en côte d’ivoire (CSRS) qui, grâce à
son projet FIRCA-IG dans lequel s’inscrit le thème de ce mémoire, aura été d’un grand soutien
à la richesse du contenu de ce travail pour avoir mis à notre disposition le cadre, le matériel,
les hommes et les moyens financiers nécessaires et suffisants pour une recherche de qualité. Le
projet est financé par le FIRCA (Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil
Agricoles) et le PASRES (Projet d’Appui Stratégique à la Recherche Scientifique). Parmi les
personnes qui auront été déterminant dans l’élaboration de ce projet, nous pouvons mentionner
le directeur du CSRS professeur BONFOH, le sous-directeur du centre et économiste en chef
docteur DAO Daouda, mon encadreur principal le Dr YOUAN Bi, le Dr NINDJIN coordinateur
et chef de projet, le doctorant KOUASSI Benal et toute l’équipe IG.
Je n’oublie pas mes enseignants, docteurs et professeurs en général. J’aimerais rendre
principalement un hommage soutenu au professeur BALLO Zié, superviseur et encadreur de
mon mémoire, et aux docteurs, TROUPA et YOUAN bi. Ils continuent de participer à ma
formation par des échanges, des conseils et la mise à disposition de documents importants pour
la suite de mon parcours.
Je ne saurais finir sans dire merci à toute ma famille. Elle m’a soutenu tout le long de ma vie
en me prodiguant des conseils, en m’orientant et surtout en mettant une foi inébranlable en mes
capacités et ce depuis le primaire à Adjamé en passant par le secondaire à Divo, le supérieur
à Bouaké pour finir à Abidjan. Merci à tous ceux qui ont suivi ce parcours de près ou de loin
avec un grand intérêt.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Sommaire
iii
SOMMAIRE
TABLE DES ILLUSTRATIONS..........................................................................................................v
Figures..................................................................................................................................................v
Tableaux...............................................................................................................................................v
SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................................................vi
INTRODUCTION................................................................................................................................. 1
CHAPITRE I : L’ATTIEKE, UN OUTIL DE DEVELOPPEMENT .............................................. 5
I. L’attiéké de Côte d’Ivoire ........................................................................................................... 5
1. Généralité sur le produit.......................................................................................................... 5
2. Les variétés d’attiéké............................................................................................................... 7
3. Les étapes de la production d’attiéké ...................................................................................... 8
4. Analyse du secteur industrielle.............................................................................................. 10
II. Les enjeux de de la valorisation au produit attiéké ................................................................... 11
1. Les premières tentatives d’analyse de la filière attiéké ......................................................... 12
2. Un nouveau paradigme de développement rural : Les indications géographiques (IG)........ 13
3. Stratégie de dissémination de l’indication géographique en côte d’ivoire............................ 16
CHAPITRE 2 : FONDEMENTS THEORIQUES DE L’EVALUATION DES BIENS ............... 19
I. Du concept de mesure de l’utilité à celui du consentement à payer.......................................... 19
1. La mesure de l’utilité dans la littérature économique............................................................ 19
2. Le surplus du consommateur et les variations de la demande............................................... 23
3. Variation équivalente et variation compensatrice ................................................................. 24
4. Application du Surplus du consommateur et du consentement à payer sur l’Attiéké suivant
l’exemple de M. Bouissou et portier en économie du bien-être.................................................... 24
II. Lien entre consentement à payer et analyse conjointe .............................................................. 29
1. Le consentement à payer ....................................................................................................... 29
2. Méthodologies de l’Analyse conjointe.................................................................................. 30
CHAPITRE 3 : APPROCHE METHODOLOGIQUE.................................................................... 33
I. Cadre d’étude et Méthodologie d’enquête ................................................................................ 33
1. Choix des villages à enquêter................................................................................................ 33
2. Taille des consommateurs à enquêter.................................................................................... 34
3. Le questionnaire .................................................................................................................... 35
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Sommaire
iv
4. Les variables de l’Analyse économique................................................................................ 35
II- l’analyse en profil complet........................................................................................................... 36
1. Le plan orthogonal................................................................................................................. 36
2. L’affichage du plan ............................................................................................................... 36
3. L’exécution de l’analyse ....................................................................................................... 37
CHAPITRE 4 : DESCRIPTION DES DONNEES ET ESTIMATION DU CONSENTEMENT A
PAYER................................................................................................................................................. 39
I. Description de la population étudiée ......................................................................................... 39
1. Répartition par sexe............................................................................................................... 39
2. Répartition par niveau d’étude .............................................................................................. 40
3. La répartition par âge ............................................................................................................ 41
II. Exécution de l’analyse conjointe................................................................................................... 42
1. Analyse des non-réponses ..................................................................................................... 42
2. Analyse des réponses............................................................................................................. 44
3. Interprétations........................................................................................................................ 50
CONCLUSION.................................................................................................................................... 53
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUE ........................................................................................ 54
ANNEXES ............................................................................................................................................ 56
Annexe 1 : liste des produits à potentiel IG dans les pays membre de l’OAPI................................. 56
Annexe 2: les procédés et technologies de conservation et de transformation du manioc (FIRCA) 57
Annexe 3 : les inversements par facteur et par sujet ......................................................................... 57
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin table des Illustrations
v
TABLE DES ILLUSTRATIONS
Figures
Figure 1: Données tirées de FAOSTAT 2014............................................................................ 5
Figure 2 : la courbe de demande de la boule d’attiéké............................................................. 26
Figure 3: le surplus du consommateur d'attiéké....................................................................... 27
Figure 4: la variation équivalente ou consentement à payer de l’attiéké ................................. 28
Figure 5: répartition des enquêtés par sexe .............................................................................. 39
Figure 6: répartition des enquêtés par niveau d'étude .............................................................. 40
Figure 7: répartition des consommateurs par classe d'âge ....................................................... 42
Figure 8: le facteur identification............................................................................................. 45
Figure 9: le facteur emballage.................................................................................................. 46
Figure 10: le facteur lieu .......................................................................................................... 46
Figure 11:le facteur type de produit ......................................................................................... 46
Figure 12:le facteur prix........................................................................................................... 47
Figure 13: l'histogramme des valeurs importantes................................................................... 48
Tableaux
Tableau 1: la disponibilité à payer du consommateur.............................................................. 25
Tableau 2: la demande du consommateur................................................................................ 25
Tableau 3: les villages de Grand-Lahou retenus ...................................................................... 33
Tableau 4: la catégorie par sexe des enquêtés.......................................................................... 39
Tableau 5: le niveau d'étude des enquêtés................................................................................ 40
Tableau 6: l'âge des consommateurs par classe ....................................................................... 41
Tableau 7: tableaux des scores des outils................................................................................. 44
Tableau 8: le coefficient linéaire.............................................................................................. 44
Tableau 9: l'importance des facteurs ........................................................................................ 48
Tableau 10: le test de corrélation ............................................................................................. 49
Tableau 11: les valeurs inverses............................................................................................... 49
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Sigles et Abréviations
vi
SIGLES ET ABREVIATIONS
ADPIC : Accord de l’OMC sur les Aspects des Droits de Propriété Intellectuelle qui touchent
au Commerce
AO : Appellation d’Origine
AOC : Appellation d’Origine Contrôlée
AOP : Appellation d’Origine Protégée
CERNA (Centre Régional de Nutrition et d’Alimentation Appliquées)
CNRA : Centre National de Recherche Agronomique
CSRS : Centre Suisse de Recherches Scientifiques
CUKAN : Centre Universitaire de Kananga
FAO : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture
FAOSTAT : les Statistiques de la base de données de l’Organisation des Nations Unies pour
l’alimentation et l’agriculture
IG : Indication Géographique
IGP : Indication Géographique Protégée
INRA : Institut National de la Recherche Agronomique
OAPI : Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle
OMC : Organisation Mondiale du Commerce
OMPI : Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle
ONG : Organisation non gouvernementale
PI : Propriété Intellectuelle
PNUE : Programme des Nations Unies pour l’Environnement
UNESCO : Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Introduction
1
INTRODUCTION
Les populations ivoiriennes souffrent de plus en plus de la pauvreté bien que les indicateurs
économiques soient des plus dynamiques au monde. Le taux de croissance a fait un bond de
14.5% points en passant de -4,7% en 2011 à 9,8% en 2012 (Fmi ,2014) puis une légère récession
de -1,8% en 2013 avec un taux de 8% (Factbook, 2014). L'indice de développement humain
(IDH) est passé de 0,401 en 2010 à 0,400 en 2011, situant la Côte d'Ivoire à la 170ème
position
sur 187 pays (PNUD, 2011) puis 0,432 en 2013 pour une position de 168e
sur 187 pays
(Factbook, 2014). L’on remarque que l’IDH a du mal à suivre l’évolution du taux de croissance.
Cette situation rend compte de la difficulté pour les pouvoirs publics de faire profiter la
population des fruits de la croissance qui sont aptes à l’émergence d’une croissance inclusive.
Le secteur informel représente 89,4% de l’emploi en Côte d’Ivoire dont 44% de femmes
employées selon le rapport (PNUD, 2013). La prépondérance du secteur informel résulte
généralement de la difficulté des acteurs à rentabiliser les investissements afin de concevoir un
plan d’expansion de leurs activités. Par ailleurs, les produits de ce secteur reflètent le plus
souvent une accumulation de savoir-faire traditionnel unique qui n’est pas toujours pris en
compte par le marché et qu’il faudra considérer pour sortir les populations de l’état de pauvreté
actuel.
Dans le cadre de ce secteur informel, l’activité de production de l’attiéké, une semoule de
manioc cuite à la vapeur, occupe une place importante (Diop, 1992). Traditionnellement
exercée par les groupes lagunaires (Ebrié, Avikam, Alladian Adjoukrou…) pour leur propre
consommation, la production de l’attiéké est également pratiquée par plusieurs autres groupes
ethniques nationaux et communautés étrangères (80,6%) (CSRS, 2010). Cette production est
estimée à 450.000 tonnes pour un chiffre d’affaire de 70 milliards de francs CFA par an (CNRA
INFO, 2003).
A la faveur d’une demande croissante de l’Attiéké avec l’urbanisation, la stratégie de
production de cet aliment est de plus en plus destinée à la commercialisation. En effet, l’Attiéké
Garba, un type d’Attiéké dont la qualité est reconnue inférieure, représente toutefois à elle seule,
environ 50 % (CSRS, 2010) de la production totale d’Attiéké commercialisé à Abidjan, face
aux autres sortes d’Attiéké de qualité moyenne et supérieure.
Pourtant un type d’attiéké de qualité originel provenant de la région de Grand-Lahou a fait
l’objet de description (Baggal M, et Vittori M. 2010) par le Ministère de l’Industrie et de la
Promotion du secteur privé de Côte d’Ivoire et figure dans la liste des produits ivoiriens à
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Introduction
2
potentiel Indications Géographique Protégée1
(IGP) élaborée par la Commission
Interministérielle pour la Promotion et la Protection des Indications Géographiques de Côte
d’Ivoire.
L’adoption de l’attiéké en tant que produit de la culture nationale ivoirienne et la demande
croissante dont il fait l’objet, conduisent les productrices à développer des stratégies de vente
qui privilégient la production en masse au détriment de la qualité originelle de l’Attiéké. La
présence sur le marché de types d’attiéké de qualité jugée inférieure - au vu des normes de
procédés de production - est croissante, en concurrence aux autres sortes d’Attiéké. Cela
pourrait constituer une source de démotivation pour la production d’Attiéké de qualité, et une
perte de revenus pour les productrices concernées.
Dans des pays voisins de la Côte d’Ivoire, lorsque la fabrication de l’Attiéké s’effectue
localement, la qualité du produit est souvent reconnue inférieure à celle de l’Attiéké importé de
Côte d’Ivoire. Ainsi, la méconnaissance et l’indisponibilité d’un attiéké de qualité originelle de
Côte d’Ivoire dans un pays étranger, contribue à positionner l’Attiéké produit localement et
l’image du produit attiéké de façon générale est quelque peu ternie : c’est le cas au bénin où
une étude du CERNA montre que 90% des responsables d’établissement affirment rechercher
la qualité concernant l’attiéké (rapport CERNA, 2001). Au niveau national, la couverture du
territoire en produit de qualité reste un défi à relever à cause spécifiquement de l’asymétrie
d’information sur le marché et de l’anarchie qui règne dans le circuit de distribution.
La survie des produits de qualité et des producteurs qui sont minutieux dans leurs activités est
dès lors menacée par le biais que constituent les signaux traditionnels du marché à savoir le
binôme prix – quantités. Comment intégrer la valeur du savoir-faire local dans le prix de
l’attiéké de bonne qualité sans risquer une éviction de l’attiéké par d’autres produits ? Une
meilleure rémunération du prix de l’attiéké de côte d’ivoire ne présente-t-elle pas un atout pour
le développement local, l’emploi et la survie des producteurs de plus en plus menacée ?
L’objectif principal de cette étude est d’identifier les caractéristiques du produit attiéké qui
répondent aux besoins du consommateur et pour lesquelles il est prêt à payer un prix maximal
supérieur à celui en vigueur sur le marché. Il s’agit de façon spécifique de :
1
Indication géographique protégée: label collectif utilisé après la certification de produits justifiant d’une
qualité, d’une réputation et de caractéristiques économies, culturelles et sociales.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Introduction
3
 Analyser les facteurs susceptibles d’influencer de manière significative les préférences
du consommateur ;
 Faire une classification par ordre d’importance de ces facteurs.
Les hypothèses du modèle sont formulées comme suit :
 La relation entre le prix et l’utilité est négative.
 Les facteurs critère et produit soit très important dans la détermination de l’utilité totale ;
Aucune hypothèse n’est formulée sur les facteurs conditionnement, vente et distribution quant
à leur sens ou leur probable liaison à l’utilité.
Notre étude permettra de disposer d’un document ayant une valeur économique spécifique dans
le domaine de la transformation du manioc. Elle permettra principalement de ressortir les
attributs significatifs pour lesquels les consommateurs sont prêts à payer un prix variable pour
voir leur satisfaction croitre. Ce nouveau prix fixé à l’équilibre est généralement supérieur au
prix de base. Il ressort un profit élevé qui permet de maximiser les fonctions objectives des
producteurs et des consommateurs à la fois. La méthode utilisé laisse entrevoir la lucarne d’une
étude de ciblage pour le choix du marché le plus porteur et une amélioration des processus de
production. Cette méthode de ciblage mise en place sur un marché offre une plus grande
possibilité de valorisation des produits du terroir, d’accroissement des marges bénéficiaires et
surtout de réduction de la pauvreté rurale.
L’étude s’inscrit dans le cadre du projet FIRCA-IG conduit par le Centre Suisse de Recherches
Scientifiques (CSRS) de Côte d’Ivoire. Il sera traité en quatre chapitres. Le premier chapitre
sera consacré à l’analyse de l’attiéké en tant que outil de développement. Ensuite, nous
aborderons les fondements théoriques de l’évaluation des biens. Le troisième chapitre est
consacré à l’approche méthodologique et le dernier chapitre permettra de décrire les données et
d’estimer le consentement à payer.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement
5
CHAPITRE I : L’ATTIEKE, UN OUTIL DE DEVELOPPEMENT
I. L’attiéké de Côte d’Ivoire
1. Généralité sur le produit
Classé cinquième au niveau continental, le manioc occupe le deuxième rang des cultures
vivrières après l'igname en Côte d’Ivoire, pour une production annuelle estimée à 2,5 millions
de tonnes en 2013 (Fao stat, 2013). Avec une énorme capacité à s’adapter et se contenter des
sols épuisés, le manioc peut être qualifié selon mollard de « plantes du pauvre » (mollard, 1992).
Cet assertion est corroboré par son utilisation massive dans les pays en développement (PD) en
général et dans les zones rurales de ces pays en particulier.
Figure 1: Evolution de la production de manioc en Côte d’Ivoire de 1961 à 2013
Source : FAOSTAT 2014
La production en 1961 était de 460000 tonnes, elle est passée à 2,5 million de tonnes en 2013
soit une variation annuelle moyenne de 3,3% de tonnes par an. Une évolution tendancielle de
la production autour d’un trend sans perturbations majeur au cours du temps.
La prépondérance du manioc dans les campagnes des pays en développement face aux autres
produits alimentaires s’explique non seulement par la formidable facilité de culture qu’il offre
mais aussi par toute la prise de conscience du monde scientifique quant aux enjeux économiques
qui entourent sa promotion dans la résolution de l’autosuffisance alimentaire. La conjugaison
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement
6
de ces deux valeurs confère au manioc une identité autour de laquelle les Pays en
Développement peuvent fonder les espoirs d’une stratégie durable de développement.
En côte d’ivoire, le manioc est cultivé sur toute l’étendue du territoire du sud au nord et de l’est
à l’ouest. Le manioc peut être cultivé seul (monoculture) ou associé à d’autres cultures
(polyculture). L’espace agricole est souvent utilisé pour la rotation ou pour une seule culture
jusqu’à ce que la terre utilisée s’appauvrisse. Dans le cadre de la culture de rotation qui est plus
présente dans le centre du pays, le manioc est en fonction dual avec l’igname qui est la
nourriture ancestrale de base dans cette région. Généralement le manioc est introduit lorsque
les tubercules d’ignames sont aptes à la récolte. Cette technique n’est pas une exclusivité car
elle est utilisée dans d’autres pays comme la république démocratique du Congo où le manioc
occupe très souvent la fin de la rotation après les céréales (pistaches, arachide, …) et avant la
jachère (CUKAN, 2010). Le manioc et ses dérivées constituent les mets transversaux de toutes
les cultures locales ivoiriennes.
Les centres de recherche agricoles africains rivalisent de compétence dans la mise au point de
boutures améliorées au point où le secteur connait depuis des décennies l’une des plus grandes
mutations que pourrait connaitre un produit alimentaire. Ces phénomènes de mutation des
techniques culturales et d’apparition de boutures datent de si longtemps que les populations
s’en sont appropriés et rechignent moins à l’adoption. Les noms scientifiques des nouvelles
boutures se muent en des noms plus locaux (noms de personnes, de villes ou de choses). Cette
appropriation des noms s’explique généralement par la complexité des noms scientifiques
originels attribués aux nouvelles variétés de boutures crées (IM84, IM89, IM93, TMS4(2)1425,
TMS30572...). Des noms qui ne font pas forcement vendre car difficiles à retenir, les
populations les substituent donc par des noms plus accrochant comme M’Bossi Dédé, eknefou,
soklo pour ne citer que ceux-là. Heureusement, de plus en plus cet état est prise en compte par
les chercheurs qui au-delà des noms de formule donnent désormais des noms plus communs
comme le Bocou et le Yavo.
L’actualité du secteur est tant mieux que mal suivie par les populations. Malgré la politique de
vulgarisation énorme que mettent en place les structures étatiques en la matière, les agriculteurs
n’ont pas toujours la lucidité nécessaire pour comprendre la portée des innovations qui leurs
sont proposées. Le dilemme est constaté par le cas des variétés de boutures Bocou 2 introduites
dans la région de Dabou pour phase expérimentale par le CNRA.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement
7
Le manioc peut être utilisé dans trois sens : la consommation humaine, celle du bétail et entant
que matière première pour l’industrie (Assanvo et al 2000). La transformation du manioc dans
le cadre de la consommation humaine nous donne plusieurs produits dérivés tels que : attiéké,
foutou, gari, toh, ragoût, tapioca, placali, liqueur, etc. Au niveau industriel, amidon, farine, pain,
granulé, textile, colle, etc. (CNRA, Aout, 2005). En côte d’ivoire, parmi les produits
domestiques obtenus à partir du manioc, l’attiéké est le mets le plus consommé (Kouassi et al,
2010) avec une production de 450.000 tonnes pour un chiffre d’affaire de 70.000.000 F CFA
par an (CNRA INFO, 2003).
L’attiéké est perçu généralement comme une semoule de manioc cuite à la vapeur (Assanvo et
al, 2002) ou à la micro-onde originaire de la côte d’ivoire. Cependant, aucune mention n’a été
observée dans les dictionnaires récents du Larousse et du Littré visant à en donner une définition
exacte. Aussi, la localisation de l’origine du mot attiéké reste une bataille culturelle qui ne
semble plus pouvoir se résoudre compte tenu des enjeux économiques qui occultent
l’objectivité des acteurs.
En effet, chez les « Avikams », mot attiéké veut dire « ce que l’on met de côté » pour l’étranger
ou pour le marché (OAPI-FAO, 2012) alors que l’origine du mot, selon d’autres sources, serait
située chez le peuple Ebrié et proviendrait de l’expression 'adjèkè' qui aurait été transformée
par des commerçants bambaras en 'atchèkè' puis écrit ‘attiéké’ par le colon (source Wikipédia).
Version complaisante ou réelle, des études plus scientifiques sont menée par le CSRS en côte
d’ivoire depuis février 2014 pour essayer de trancher sur le sujet et appliquer une stratégie
valorisation des produits du terroir compilée sous le vocable « indication géographique ».
Aucun doute n’est cependant émit quant à la localisation originelle de l’attiéké parmi certains
peuples lagunaires du Sud de la Côte d'Ivoire (Ebrié, Adjoukrou, Alladian, Avikam, Attié,
Ahizi...). La lutte interne de la paternité du produit éloigne ceux-ci du vrai danger qui guette
l’emploi dans ces régions : la fraude internationale et ses enjeux économiques.
2. Les variétés d’attiéké
Mosso et al., 1991 distinguent plusieurs variétés d’attiéké : L’attiéké à grains extrêmement fins,
l’attiéké à grains moyenne et l’« Agbodjama »2
.
2
N’goran Poh Konan dans son mémoire de validation de son master 2 en science de la technologie alimentaire à
l’université Nangui Abrogoua sur le thème : « Comparaison des Procédés traditionnelles de production de
l’Attiéké chez les Adjoukrou, Alladjan, Ebrié. » Pp7
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement
8
L’attiéké de grain extrêmement fin précisément appelé « Ahité » et l’ « Agbodjama » sont
communément attribués au peuple ébriés et nécessite un savoir-faire et un travail méticuleux
de tri (grains homogènes). Ils sont utilisés pour une consommation familiale et surtout lors
d’évènements sociaux comme les funérailles. Dans ce dernier cas, la production est faite sous
fond de solidarité par un panel de femmes expertes dans le domaine.
Les grains moyens sont les plus répandus dans le commerce car il nécessite relativement une
technique différente de tri (grains hétérogènes) pour les grains. Cet attiéké est plus connu dans
les régions des grands ponts par les peuples adjoukrous, Avikam, Alladian et autres.
Il s’est développé, dans le commerce, une variété d’attiéké communément appelée « Garba »
constituée de particules de pulpe de manioc non agglomérés en grains (Assanvo et al., 2002).
Cette variété se distingue par le raccourcissement et le non-respect des étapes traditionnelles.
En plus, le nom Garba est généralement attribué à un mets composé effectivement de trois
entités psychologiques: l’attiéké Garba, du poisson thon et la commercialisation par des
hommes sous des hangars. Le succès de cette combinaison fait du Garba la variété consommée
à plus de 50 % (CSRS, 2010) de la production totale d’Attiéké commercialisé à Abidjan.
3. Les étapes de la production d’attiéké
L’attiéké suit un certain nombre d’étapes principales qui sont essentielles à l’obtention du
produit. Il s’agit des 19 étapes identifiées par le CNRA dans une étude commanditée par le
FIRCA dénommée « les procédés et technologies de conservation et de transformation du
manioc ». Ces étapes sont scindées en deux grandes qui sont la préparation du ferment (levain)
communément appelé « magnan » par les productrices (07 étapes) et la préparation proprement
dite de l’attiéké (12 étapes). Les dites étapes sont les suivantes :
Préparation du levain :
 Eplucher 15 kg de racines de manioc
 Laver les racines épluchées
 Cuire
 Laisser refroidir
 Envelopper les racines cuites et refroidies dans un sac en polypropylène
 Laisser, les racines, au repos pendant 2 à 3 jours pour obtenir le levain
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement
9
 Défibrer et laver, les racines couvertes de mycélium, au moment de l’utilisation
Production de l’attiéké frais :
 Equeuter, éplucher et laver les racines de manioc (100 kg)
 Râper manuellement le manioc (65 à 70 kg) et le levain (7 à 8 kg)
 Ajouter, au mélange (pulpe et levain), environ 150 ml d’huile de palme
désodorisée et décolorée
 Malaxer le mélange (pulpe, levain et huile)
 Mettre le mélange (pulpe râpée, levain et huile de palme) dans des bassines en
fibres végétaux tressées pour la fermentation avec égouttage pendant 2 à 3 jours
 Presser, à l’aide de bloc de pierre, la pâte contenue dans les sacs
 Emotter la pâte essorée à l’aide de tamis en éliminant une partie des fibres
 Semouler la pâte fermentée et pressée
 Exposer la semoule étalée sur les vans, aux rayons du soleil pour une
déshydratation partielle
 Vanner la semoule pour éliminer les fibres micronisées
 Cuire la semoule dans un couscoussier
 Conditionner l’attiéké frais dans des cuvettes, des sachets ou des paniers, tressés,
tapissés de feuilles de thaumatococcus danielli.
Toutefois, une brève incursion dans le monde de la production nous révèle une certaine
particularité dans le respect de certaines étapes selon le savoir-faire des peuples et le type de
produits commercialisé. Généralement ces spécificités sont internes aux grands groupes
ethniques. D’un côté les Adjoukrous et Alladians ont un attiéké de granulométrie de 2 mm alors
que les Ebriés ont seulement 16% de leur attiéké qui mesure 2 mm3
(N’Goran Poh Konan,
2013). Le prolongement de la spécificité est interne à chaque peuple suivant la dextérité des
transformatrices ou le niveau de savoir-faire dont elles ont hérité. Au nombre de ces
3
N’Goran Poh Konan dans son mémoire de validation de son master 2 de l’année 2013 en science de la
technologie alimentaire à l’université Nangui Abrogoua sur le thème: « Comparaison des Procédés
traditionnelles de production de l’Attiéké chez les Adjoukrous, Alladians, Ebriés. » Pp30
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement
10
particularités, nous avons le type d’huile utilisé ( huile rouge ou raffinée), le degré et le temps
de cuisson de l’huile rouge, l’ordre d’apparition des étapes, le type de manioc préféré pour la
cuisson, le niveau de connaissance sur l’influence de la qualité du manioc sur la qualité de
l’attiéké, le répertoire des étapes à suivre, la compréhension de l’influence de ces étapes sur le
produit final, le maitrise de l’application des étapes retenues. A ces critères, s’ajoutent certains
d’ordre naturel et techniques comme la qualité du sol, la disponibilité des sols, la pluviométrie,
les techniques de cultures, l’utilisation ou non de l’engrais etc.
4. Analyse du secteur industrielle
L’ONUDI grâce au financement de l’Union Européenne a entrepris un projet PACIR
(programme d’appui au commerce et à l’intégration régionale) en novembre 2010 pour
l’amélioration de la compétitivité des entreprises ivoiriennes des secteurs d’exportation non
traditionnels. L’issu de ce projet devait voir trois filières sélectionnées après analyses des
industries en exercice de ces filières afin de booster les secteurs à forte employabilité. Le secteur
de l’attiéké figurait parmi les secteurs retenus. Sur les cinq entreprises retenues, deux étaient
trop petites (TATA LOBO et ITMA) ou dans des conditions d’hygiène inadéquate (PROTINA).
Quant à la quatrième RAMA CEREAL, elle commençait déjà à se structurer avec un schéma
directeur bien établit. La dernière entreprise sans doute la meilleure du lot dénommée PKL est
certifiée ISO et bien structurée, elle est bien lancée dans sa conquête de la sous-région selon le
rapport.
Ce rapport met en évidence l’état embryonnaire du secteur en matière de transformation et de
potentielle de couverture de la demande externe. Cela conduit à toutes les dérives de fraudes
constatées çà et là dans des pays qui peinent à s’approvisionner. Toutefois, le secteur dérivés
de manioc et de céréale avec l’attiéké pour leader fut classé deuxième après le secteur de
l’anacarde et avant celui de la confection-habillement sur la base de la potentialité.
Le potentiel que regorge la production de l’attiéké et la demande de plus en plus progressive du
produit conduisent les autorités à se saisir de la question pour éviter l’éviction du produit
ivoirien par des produits frauduleux qui pointe à l’horizon du marché sous régional et
international. En effet, depuis son accession à la tête du district autonome d’Abidjan, le
gouverneur Beugré Mambé n’a cessé d’affirmer son plan de lutte contre la pauvreté. Ce plan
consiste simplement à doter les productrices d’unité de production capables de répondre à la
demande de produits attiéké sur le plan national et international. Cette initiative a vu naitre la
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement
11
réalisation de deux unités de production d’attiéké : celle de Songon-Kassemblé (Songon) et
d’Akouê-Adjamé (Bingerville). Trois autres unités ouvriront à Ebimpé, Brofodoumé (Anyama)
et Anono (Cocody-Abidjan) selon le programme du district et chaque unité dispose d’une
capacité de 800 kg par jour et coutent 72 millions de francs CFA avec l’allocation d’un fonds
de roulement de 5 millions.
Ayant pour ambition de certifier cette nouvelle génération d’attiéké appelée "Attiéké du district
d’Abidjan" qui se veut de bonne qualité, le gouverneur et son district mènent des actions de
lobbying auprès des bailleurs pour accélérer le projet et offrir un attiéké de qualité aux ivoiriens.
A ce titre, Le gouverneur a déclaré que : "L’attiéké est très prisé à l’extérieur. Surtout, s’il est
de bonne qualité… » 4
. Le lien à la qualité demeure un indice très significatif dans le choix des
consommateurs et ne réside pas uniquement dans la standardisation généralisée des produits
manufacturés mais aussi dans le savoir-faire local. Cette dernière option de qualité à bien été
entendue et prise en compte par le FIRCA et le PASRES à travers un projet nommé « FIRCA-
IG » et réalisé par le centre suisse de recherche scientifique (CSRS). Projet selon lequel, la
qualité n’est pas indépendante de la culture locale des populations qui incluent leurs savoir-
faire et certaines conditions naturelles et géographiques des lieux de production. Deux visions
justifiées qui gagneraient à se rencontres pour affiner leurs objectifs et leurs champs
d’application.
Aussi, une étude scientifique comme celle de l’indication géographique permettrait aux actions
du district d’avoir moins d’effets pervers sur l’emploi. En effet, l’attiéké, plus qu’un simple
aliment de base apparait comme un puissant moyen de résorber le chômage en milieu rural. Le
secteur offre au moins sept(7) emplois principaux et au moins neuf (9) emplois subsidiaires
dans le secteur non structuré ou dit informel (Bouabre Gnoka Modete, 2012). En plus, le secteur
est dominé par les femmes qui sont employés à près de 56,6% (RGPH, 1998) dans le secteur
agricole. Cette prépondérance des femmes dans un secteur qui ne demande pas une trop grande
qualification est un atout non négligeable pour le pays. Une action même de bonne foi peut être
source de déséquilibre par un politique économique trop objective (vision financière).
II. Les enjeux de de la valorisation au produit attiéké
4
Extrrait du discours du gouverneur Mambé, à l’issue d’une visite de l’unité de production d’attiéké d’Akouê-
Adjamé, dans la commune de Bingerville déjà fonctionnelle, avant son inauguration officielle.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement
12
1. Les premières tentatives d’analyse de la filière attiéké
Domaine méconnu et dont la portée est souvent mal comprise, la filière artisanale de l’attiéké
bénéficie de peu d’intérêt de la part des économistes ivoiriens. Ce manque d’intérêt est
observable grâce au nombre d’auteurs et de publications qui abordent la question. Toutefois, la
situation et le contexte des rares publications nous laissent entrevoir un désintéressement de la
part des autorités publiques ivoiriennes elles-mêmes.
Jusqu’en 1975, aucunes études, ni de statistique ne mentionnaient la production d’attiéké. Le
CODERDA (COopérative pour le DEveloppement de la Région de DAbou) va sortir les
premières statistiques sur la production régionale de l’attiéké au niveau de sa région. Selon cette
statistique, la ville d’Abidjan consommait 50 tonnes d’attiéké frais dont 70% viendrait de la
ville de Dabou. Cette initiative à entrainer une série d’étude sur la question, en occurrence celle
relative aux célèbres mémoires de Essoh Georges en 1980 et de Kanga N’zoré 1985.
Le mémoire de Essoh Georges intitule “filière artisanale de l’attiéké de Dabou à Abidjan” parut
en 1980 seulement cinq années après la publication de CODERDA. Il avait pour objectif de
présenter les produits ruraux comme de potentiels pôles de développement autocentrés locales
et durables en se basant sur le cas de Dabou. L’étude s’est intéressée particulièrement à l’attiéké
en visant plutôt la chaine des valeurs et le circuit de commercialisation. Les conclusions de
l’étude ont montré que la production annuelle défalquée serait de l’ordre de 1500 tonnes avec
un revenu annuel de 91400 f à 110350 f et aurait aboutie à la confirmation de la destination
Abidjan comme le principal débouché des 98% de femmes échantillonnées. Le manque de
données et l’unicité de la zone étudiée combinés au désert statistique de la filière semblaient
être des freins à cet ambitieux projet. Surement dans un contexte avant-gardiste, la
problématique de ce mémoire est la même qui conduira 34 ans après le projet dans lequel
s’inscrit cette étude.
A la suite, Kanga N’Zoré dans une étude parut cinq années à la suite de celle de Essoh Georges
dénommée « la transformation du manioc en attiéké, une étude économique en milieu
traditionnel ». Le principal reproche de cette étude vis à vis de celle ESSOH est d’être
vaguement positif et largement démonstratif. L’objectif affiché était de déceler les éléments qui
grevaient le prix de vente de l’attiéké par une étude de filière. Elle va s’intéresser aussi au circuit
de commercialisation pour dégager la chaine de valeur à chaque étape et par acteurs. Deux
peuples ont été choisis pour cette étude : les ébriés et les adjoukrous. L’étude montre que la
différence de processus de production entraine une différence dans la répartition des valeurs.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement
13
Ainsi donc, le gain mensuel des productrices était estimé à 15291 f par mois et 193500 f par an
en moyenne. Cependant, le coefficient moyen de transformation du manioc en attiéké différait
d’un peuple à un autre : 0,426 chez les adjoukrous et 0,439 chez les adjoukrous ce qui engendre
une marge de 35,35f par kg chez les adjoukrous et 38,35 kg chez les ébriés. Cette étude a atteint
son objectif qui était de comprendre la répartition de la chaine de valeur dans la filière.
Une étude non moins scientifique fut menée par Anoma née Say N’gombra sur le mode de
financement du secteur attiéké avec une approche contributive des microfinances. Cette étude
se dénomme « contribution de la microfinance à l’augmentation des revenus des femmes
exerçant dans le secteur de l’attiéké ».
2. Un nouveau paradigme de développement rural : Les indications géographiques (IG)
Selon l’Article 1e Annexe VI de l’Accord de Bangui de 1999 : « Une indication géographique
(IG) est une indication qui sert à identifier un produit comme étant originaire d’un territoire, ou
d’une région, ou localité de ce territoire, dans les cas où une qualité, réputation ou autre
caractéristique déterminée du produit peuvent être attribués essentiellement à cette origine
géographique ». L’article 22.1 de l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle
qui touchent au commerce (ADPIC) de 1994 ne dit pas en ses termes autres chose que cela. Ces
accords visent surtout au-delà de la définition de l’IG à protéger les produits reconnus à travers
des droits de propriétés au niveau régional et mondial contre la fraude et les usurpations.
La notion d’IG est à nuancer avec celle de quelques notions voisines qui pourraient prêter à
confusion telles l’indication de provenance (IP) et l’appellation d’origine (AO). Une indication
de provenance peut-être définie selon M. GEUZE comme « une mention indiquant qu’un pays
ou un lieu situé dans ce pays est le pays ou le lieu d’origine d’un produit. La mention des IPs
sur un produit est le nom d’un pays ou une formule telle que « made in… ». Cette définition
nous renseigne simplement sur l’origine territoriale de la production du produit et ses
composantes sans aucune autre information qualitative ou typique. L’article 2 de l’Arrangement
de Lisbonne contient la définition suivante : « On entend par appellation d’origine, la
dénomination géographique d’un pays d’une région ou d’une localité servant à désigner un
produit qui en est originaire et dont la qualité ou les caractères sont dus exclusivement ou
essentiellement au milieu géographique, comprenant les facteurs naturels et les facteurs
humains. ». Il ressort de cette définition que le produit lié à la nature et à la culture du territoire
dont la dénomination fait office de référence. Cet aspect culturel et historique est moins prit en
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement
14
compte dans la définition de l’indication géographique qui privilégie plutôt la notoriété dans le
pays d’origine et la qualité pour les consommateurs du monde. L’IG fait, dès lors, dénomination
de produit de synthèse qui ambitionne de rassurer le consommateur sur la valeur ajoutée liée à
un savoir-faire local et justifiant d’une réputation naturelle dans le pays d’origine.
L’information commerciale est transmise grâce à un label ou une marque. Le label et la marque
commercial joue le même rôle économique dans la mesure où celle-ci permet de mettre en
lumière un produit parmi un panier des produits homogènes en donnant des informations sur
l’origine et la qualité associée au produit. Toutefois, il convient de faire une différence entre
ces deux concepts. Le label joue un rôle initial différent de celui de la marque commercial du
produit. Les marques sont des propriétés privées et individuelles cessibles tandis que le label
est une propriété privée collective qui ne peut être cédée car elle est liée à un territoire. De plus
en plus, les deux notions tendent à se rapprocher par des dénominations complémentaires
(marques collectives, de certification communautaire…)
Selon le document SCT/10/4, de l’Organisation Mondial de la Propriété Intellectuelle (OMPI),
les critères d’obtention de la protection pour les indications géographiques et leur appréciation
dans les différents systèmes de protection les utilisant sont : la qualité, la réputation et d’autres
caractéristiques (le lien entre le produit et l’origine géographique, les facteurs humains et
naturels…)
La qualité peut être liée aux normes de production, à la présentation du produit, à la texture, à
l’arôme, au gout, à la forme, au procédé de production, au lien entre le produit et son climat…,
autant de déterminants qui rendent la notion subjective et moins pertinente pour une analyse
scientifique comparative. Un caractère principal dans l’analyse de la qualité d’un produit peut-
être secondaire dans celle d’un autre produit.
La réputation : c’est ce que pensent et disent les consommateurs à propos d’un produit. Elle
peut être positive ou négative mais est fonction du temps. Un produit joui d’une bonne
réputation lorsque ce dernier collecte le maximum d’opinions positives à l’intérieur comme à
l’extérieur de la localité de production pendant une période assez longue. La réputation est la
raison d’être principale du processus d’indication géographique dans la mesure où l’objectif
final reste la promotion des meilleurs produits du terroir.
Les autres caractéristiques : il s’agit du lien entre le produit et l’origine géographique de celui-
ci, des facteurs humains et naturels. C’est une analyse socioculturelle de la représentation que
les consommateurs et les producteurs se font du produit à toutes les étapes de la filière. A terme,
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement
15
l’analyse devrait permettre d’expliquer objectivement les caractéristiques intrinsèques comme
la couleur, la texture, l’arôme, la forme et/ou le gout. La mise en évidence des autres
caractéristiques peut se faire par l’usage culturel qui en est fait et les récits (traditions orales)
qui seront recueillis.
L’objet de l’indication géographique se divise en deux volets (Matthijs Geuze, 2009) :
 Ces termes informent le consommateur du caractère typique des produits résultant de
ce rapport ;
L’IG permet de valoriser un produit dans un environnement de concurrence monopolistique en
informant le consommateur sur la typicité de ce dernier. L’attiéké à cause de sa réputation
auprès des ivoiriens de toutes régions est produit sur toute l’étendue du territoire. Au centre par
les baoulés, au sud par les Ebriés et les Adjoukrous (Chalearda, 1988). Depuis lors, cette
stratification de la production a connu une mutation, les positions ont dû se modifier à cause de
la migration interne forte et surtout du melting-pot entre populations qui complexifie les
classifications des activités économiques par catégorie. L’illustration de ce partage culturel des
activités est donnée par le programme de nutrition et sécurité alimentaire institué par le centre
suisse de côte d’ivoire (CSRS) et ses partenaires pour contribuer au processus de réconciliation
en côte d’ivoire. Programme de formation des femmes baoulés du centre (Bouaké) et senoufos
du nord (Korhogo) par celles du sud à savoir les adjoukrous de Dabou et les ébriés de d’Azito
relativement à la production de l’attiéké dans les régions de Korhogo (CSRS newsletter no6,
p2).
 ils représentent la notoriété collective et la réputation résultant de cette typicité.
L’IG permet la représentation de la notoriété collective et de la réputation d’un bien. Les
producteurs du territoire ne sont pas tous pris en compte par cette notion de collectivité dans la
mesure où seuls ceux qui se conforment à un ensemble de normes défini par l’autorité de
certification sont aptes à bénéficier de ce privilège. La notoriété sera aussi un moyen de réduire
l’asymétrie d’information en donnant aux consommateurs les informations relatives au gout, à
la qualité, l’hygiène et le niveau de propreté qui entoure la production du bien. Quant à la
réputation, elle est constatée grâce aux consommateurs puisque l’une des conditions de
l’indentification est la réputation du produit. Ensuite, elle est assurée dans une seconde phase
par l’IG. L’IG vient stabiliser cette réputation en y ajoutant toutes les garanties normées par une
structure reconnue qui est généralement un panel d’acteurs concernés par la filière.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement
16
3. Stratégie de dissémination de l’indication géographique en côte d’ivoire
L’identification géographique (IG) est un outil de valorisation de l’activité économique
régionale. Il se situe dans le champ des politiques territoriales et permet d’améliorer les
conditions de vie des populations locales par la labélisation des produits issus de leurs activités
principales. La démarche IG consiste à trouver des produits ayant une forte notoriété, justifiant
de qualité nutritionnelle et facteurs de développement socioéconomique et culturel pour en faire
des outils puissants de développement rural. Pour ce faire, les moyens utilisés par les initiateurs
sont : la promotion, la protection du produit et l’encadrement des acteurs. L’IG est protégée
dans le cadre international par l’Organisation Mondial de la Propriété Intellectuelle (OMPI) et
dans celui régional de l’Afrique par l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle
(OAPI). Selon l’OAPI, les causes du bien-fondé de l’IG dans ses pays membres s’énumèrent
en ces termes : la lutte contre la concurrence déloyale et le renforcement de la confiance du
consommateur, la maîtrise des marchés, le développement rural et la préservation du patrimoine
culturel (OAPI-FAO, 2012).
Les indications géographiques permettent à de nombreux produits d’origine d’être davantage
reconnus et valorisés pour leur qualité. Cette pratique est largement diffusée entre pays de
l’Europe et de plus en plus de pays africains et asiatiques soumettent leurs produits à la
reconnaissance (INAO, 2009). En Afrique, une seule organisation régionale gère la propriété
intellectuelle : l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI). 16 pays membre
de l’OAPI dont la côte d’ivoire ont entrepris de soumettre leurs produits à l’initiative IG soit 29
produits IG en cours (OAPI-FAO, 2012) qui sont énumérés dans annexe 1. Seuls deux produits
ont été reconnus le 13 septembre 2013 en tant que les deux premières Indications géographiques
protégées (IGP) dans l’espace OAPI. Il s’agit du miel d’Oku et le café Ziama Macenta présentés
par le Cameroun (magazine OAPI n°021 décembre 2013). La reconnaissance internationale de
ces produits qui a motivé l’initiative s’est réalisée finalement au Salon international de
l’Agriculture de Paris du 23 février 2013 afin de permettre aux produits de jouer le rôle d’outil
de développement qui a motivé l’initiative.
En côte d’Ivoire particulièrement, nous avons 09 produits IG engagés dans la course de la
certification. L’ensemble de ces produits se situent de manière équilibrée sur le territoire
ivoirien et révèle la pluralité ethnique et la richesse spécifique liée à chacun de ses peuples. En
effet, nous avons quatre produits au nord (Mangue de Côte d’Ivoire, Toiles de Fakaha, Noix de
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement
17
cajou des Savanes, Poteries de Katiola), 1 produit au sud (Attiéké de Grand-Lahou), 1 produits
au centre (Pagnes de Tiébissou) et 2 produit à l’ouest (Riz des Montagnes, Café des Montagnes
de Man et Cacao Trinatorio), 1 à l’est (Igname kponan de Bondoukou).
Les centres de recherche du pays se saisissent individuellement du problème en introduisant
chacun un certain nombre de produits sans créer véritablement un panel d’expert. Une saine
compétition qui permettra d’obtenir les premiers produits IG nécessaire pour relever le niveau
de vie des populations rurales. L’aboutissement des procédures pour les indications
géographiques sera pour la Côte d’Ivoire un puissant facteur de développement rural équilibré
dans la mesure où chaque partie du pays sera concernée et aurait son propre produit labélisé.
Ce développement s’annonce durable car basé sur la culture et les habitudes sociales des
populations locales.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation
19
CHAPITRE 2 : FONDEMENTS THEORIQUES DE L’EVALUATION DES BIENS
I. Du concept de mesure de l’utilité à celui du consentement à payer
1. La mesure de l’utilité dans la littérature économique
Les économistes ne se sont pas de tout temps intéressés à la définition du concept d’utilité. Ils
étaient plutôt pour la majorité fixés sur la possibilité et l’opportunité qu’il y avait à mesurer la
valeur d’un bien. Toutefois, selon J. Baptiste SAY : « l’utilité, c’est(…) la faculté qu’ont les
choses à satisfaire nos besoins. Ces besoins dépendent de la nature physique et morale de
l’homme, de ces habitudes, de ces gouts, du degré de civilisation dont il jouit, de l’éducation
qu’il a reçue, de la religion qu’il professe5
». Dans leur approche sur la définition et les
déterminants du besoin ainsi que sa hiérarchisation, les économistes considèrent ces paramètres
comme relevant des domaines comme la sociologie et la psychologie.
Adam Smith, le père fondateur de l’économie moderne fut le premier à se saisir de la question
de la valeur en reprenant la distinction entre valeur morale et valeur d’échange d’Aristote. Il
définit la valeur d’usage comme l'utilité d'un objet particulier et la valeur d'échange comme la
faculté que donne la possession de cet objet d'en acheter d'autres marchandises6
. Sa définition
révèle une ambiguïté dans la compréhension des termes valeur et utilité. Cette ambigüité sera
éclaircie par Mac Culloch en ces termes « pour éviter de méconnaitre le sens d’un mot aussi
important que la valeur, il serait mieux de ne l’appliquer qu’à la valeur échange et de réserver
le mot utilité pour exprimer le pouvoir et la faculté que possède un article de satisfaire à nos
besoins ou de répondre à nos désirs »7
. La notion de valeur ne recouvrait donc plus que
l’expression « valeur d’échange » tandis que l’utilité s’adressait à « la valeur d’usage ». La
précision étant faite, à la question de savoir quelle est l’unité de mesure de la valeur, Adam
Smith répond que c’est le travail qui est la mesure réelle de la valeur de toute
marchandise. Quant à la précision sur le type de travail, il affirme que : « c'est avec du travail
que toutes les richesses du monde ont été achetées originairement; et leur valeur pour ceux qui
5
Say ; traité d’économie politique ; 1841 ; pp 606. Ce passage extrait de l’article de Dupuit : De la mesure de
l’utilité des travaux publics. Edition republiée par Mario de Berbardi en 1934 pp36-37
6
Adam SMITH (1776); Recherches sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations; Livre I; pp33
7
Passage extrait de l’article de Dupuit : De la mesure de l’utilité des travaux publics. Edition republiée par
Mario de Berbardi en 1934 pp36-37.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation
20
les possèdent et qui cherchent à les échanger contre de nouvelles productions, est précisément
égale à la quantité de travail qu'elles les mettent en état d'acheter ou de commander »8
. Parlant
de la notion d’utilité, comme tous les classiques, il pense que la subjectivité de la notion
empêche sa mesure et que « les règles que les hommes observent naturellement, en échangeant
les marchandises l'une contre l'autre, ou contre de l'argent (…) déterminent ce qu'on peut
appeler la Valeur relative ou échangeable des marchandises »9
. La prépondérance de la valeur
d’échange sera reconduite et améliorée par son illustre prédécesseur David Ricardo. Pour
Ricardo, c’est le travail incorporé qui donne la vraie valeur et non le travail commandé comme
l’affirmait Adam Smith.
La notion d’utilité va connaitre un tournant avec Jeremy Bentham10
qui consacre tout un
chapitre à son évaluation. Il affirme que le plaisir ou la douleur varient avec certaines
circonstances qu’il estime à sept11
. Quant à l’évaluation, Bentham essaie d’établir une
procédure non intentionnelle et automatique au bout de laquelle les individus étaient capables
d’évaluer leurs plaisirs ou douleurs causées pour une seule action. Cette procédure se décline
en six étapes. Deux concernent la prise de conscience de l’apparition du plaisir et de la douleur,
deux pour la prise de conscience de la seconde manifestation des plaisirs et douleurs déjà
réalisés puis il établit une balance comptable pour voir le solde d’apparition entre le plaisir et
la douleur d’une seule action. Enfin, la sixième étape concerne la répétition pour plusieurs
individus afin de l’appliqué à une communauté et mettre au point un jugement car comme tous
les classiques de son époque, Bentham pense que les individus cherchent d’abord à satisfaire
leur propre intérêts. En cherchant à mettre à la disposition du législateur une norme d’évaluation
de l’utilité, il ouvre avec sa théorie une nouvelle lucarne qui permet à ses précurseurs de creuser
le champ d’étude de l’utilité qui avait été abandonné par les premiers classiques.
L’utilité relative de Dupuit, fut révélée par L. Walras au monde de l’économie. Jusqu’à
l’apparition de son œuvre en 1844, les économistes cherchaient à trouver un étalon fixe de
mesure universel. Dupuit, introduit sa notion de multiplicité des prix de vente d’une même
marchandise en basant sa théorie sur la variabilité de l’utilité que les individus accordent à un
bien. Il fit son raisonnement en équilibre partiel et sa théorie de l’«utilité relative » fut reprise
8
Adam SMITH (1776); Recherches sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations; Livre I; pp35
9
Adam SMITH (1776); Recherches sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations; Livre I; pp35
10
An Introduction to the Principles of Morals and Legislation 1789 republié par Jonathan Bennett en 2010
11
Bentham a désigné dans son œuvre des circonstances comme l’intensité, la durée, la certitude ou
l’incertitude, le rapprochement ou l’éloignement, la fécondité, la pureté ou l’extension (An Introduction to the
Principles of Morals and Legislation 1789 Pp22)
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation
21
plus tard par Marshall sous le nom de « surplus du consommateur ». l’utilité relative ou
définitive d’un produit, selon Dupuit, a pour expression la différence entre le sacrifice que
l’acquéreur consentira à faire pour se procurer le bien et le prix et le prix d’acquisition qu’il est
obligé de donner en échange. Sa théorie toute entière se résume en cette phrase « il n’y’a
d’utilité réelle que celle qu’on consent à payer » (Dupuit, 1844). Julien Milanesi12
affirme dans
sa thèse que « Dupuit ne vit pas les problèmes soulevés par la mesure de ce qu’il appelait «
l’utilité relative ». Variabilité de l’utilité marginale de la monnaie, agrégation des surplus
individuels, utilité cardinale et problème d’interdépendance entre les biens furent par contre des
thèmes traités par Marshall ».
Considéré par le monde économique comme un marginaliste, Menger pense d’abord que la
connaissance humaine sur les différents besoins et sur les multiples actes de satisfaction de ces
besoins constituent la première cause de différenciation de la valeur du bien. Pour cela, il se
lance dans le champ inexploré de la psychologie à la recherche des déterminants du besoin.
Cette quête aboutie à la conclusion que l’utilité qu’un individu accorde à un bien dépend de la
satisfaction des niveaux de besoin13
les plus important (aspect subjectif) et de notre emprise sur
certains biens économiques particuliers (aspect objectif). Pour mettre en évidence l’objectivité
de l’utilité, Menger donne l’exemple du biscuit pour un marin en pleine mer dont la survie
dépend de la quantité de biscuit posséder qui se trouve en quantité rationnée. Pour rien au
monde, il n’échangera une infirme partie de ce bien contre de l’or bien que l’opportunité
d’affaire à lui présentée est belle. Quant à la subjectivité de l’utilité, elle indique que plus un
niveau de satisfaction du besoin (niveau considéré comme prioritaire par le consommateur) est
réalisé par un bien, plus l’utilité qu’il accorde à la satisfaction de ce besoin décroit dans la
chaine de hiérarchisation de ses besoins et ce dans un contexte précis : c’est le principe de
l’utilité marginal décroissante. Ce principe fut simultanément découvert par les trois
marginalistes que sont Menger, Jevons et Walras. L’utilité marginale est définie comme la
satisfaction qu’un individu retire de la consommation d’une unité additionnelle d’un bien
donnée dans un contexte précis.
12
Julien MILANESI, LA MÉTHODE D’ÉVALUATION CONTINGENTE EN QUESTION. Critique, requalification et
illustration par la mesure de la demande en assainissement à Moshi (Tanzanie) THÈSE pour le Doctorat ès
Sciences économiques présentée et soutenue publiquement le 7 juillet 200 7.
13
Menger s’est lance dans une tentative de classification des besoins. Pour lui, les individus sont plus regardant
sur les besoins vitaux fasse à celle du plus important niveau de besoin, ensuite ils choisiront de satisfaire le plus
haut niveau de leur besoins. Pour des biens de même intensité, ils choisiront celui qui est plus permanent et
pour la même durée, ils choisiront les biens ayant la plus grande intensité.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation
22
Pour Jevons et Walras, le consommateur maximise son utilité à l’équilibre du marché lorsque
le prix relatif des biens possédés est égal à l’évaluation subjective de son utilité marginale.
Autrement, le consommateur maximise sa satisfaction lorsque son utilité marginale est égale
au prix du marché du bien considéré. Lorsque le prix relatif d’un bien est inférieur à la valeur
de l’utilité marginale relative d’un autre bien, le consommateur sous évalue la qualité de l’autre
bien au détriment du premier et vice versa. Cette formulation conduit au fait que la quantité
demandée d’un bien particulier baisse avec le prix en vigueur sur le marché et la quantité offerte
du même bien augmente avec ce prix. Un seul prix d’équilibre du marché est obtenu pour un
bien particulier : c’est la loi du prix unique. Dans un environnement de concurrence, la quantité
de bien échangée à l’équilibre est supérieur à celle demandée ou offerte par acteurs sur le
marché.
La conception générale de l’équilibre selon Walras fut de traiter l’utilité individuelle de manière
séparée et additive. Séparée de sorte que l’utilité retirée d’un bien ne provienne que de la
quantité de ce bien consommé et non d’un facteur externe. Additive de sorte que l’utilité totale
retirée de la consommation d’un panier de bien ne soit que la somme de l’utilité des biens qui
le compose. En considérant la dérivée première de chaque bien comme l‘utilité marginale de ce
bien, le prix du marché en concurrence pure et parfaite est obtenu par une égalisation de ces
utilités marginales. l’équilibre général qui en résulte pour chaque bien et pour chaque
consommateur est obtenu par leur équivalence avec un bien numéraire. le processus qui permet
l’ajustement de l’offre et de la demande globale sur le marché par le prix est appelé tâtonnement
walrasien et se fait sous la supervision d’un régulateur appelé commissaire-priseur identifiable
au marché.
Menger dans son développement à privilégier la subjectivité de la valeur (utilité) alors que
Jevons lui n’occulte pas l’aspect objectif qu’est la valeur d’échange détermine par le cout de
production tout en privilégiant l’influence du premier sur le dernier. Jevons se rapproche plus
d’une position médiane dans conception de l’utilité car il affirme : « le coût de production
détermine l’offre, l’offre détermine le degré d’utilité finale et le degré d’utilité final détermine
la valeur » 14
[Notre traduction]. La valeur est dans une moindre mesure dépendante du travail
fourni mais majoritairement dépendante de la variabilité des niveaux d’utilité dû à
l’augmentation ou à la baisse de l’offre de biens ou services. Il propose donc de comprendre
14
W. Stanley Jevons in Theory of Political Economy (1871) Pp179
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation
23
attentivement les lois naturelles de variations de l’utilité comme dépendant de la quantité de
biens et services en notre possession.
Marshall, au chapitre VI de son livre 3 sur les Principles of Economics (8th ed.), se tourne vers
les raisons qui guident la détermination du prix sur un marché donné. Cette quête l’entraine
dans une compréhension particulière des concepts de valeur et d’utilité : celle de la conciliation
de la valeur et de l’utilité. Marshall pense que le prix ne peut venir que de la prise en compte
de la valeur d’échange et de la valeur d’usage sous un concept unique qu’il baptise « surplus
du consommateur ».
Pour Marshall, que lorsque le prix baissait, l’utilité marginale était aussi réduite et la demande
suivait cette tendance. Selon Hicks, Marshall, a oublié de prendre en compte l’influence du
revenu sur la demande. La variation du revenu agit sur la quantité de biens demandés et donc
sur la demande. Ensuite, une variation du prix entraine deux effets, l’effet de substitution et
l’effet revenu, la somme de ces effets constitue l’effet total.
2. Le surplus du consommateur et les variations de la demande
Pour Alfred Marshall, L’excès de prix que le consommateur voudrait payer au lieu de partir
sans l’objet sur le prix effectivement payer est la mesure économique du surplus de la
satisfaction qu’il nomme surplus du consommateur. La satisfaction étant variable avec certaine
considérations sociologiques, l’évaluation du surplus du consommateur est relativement
variable. Le surplus issu de certains biens est supérieur à celui de d’autres biens. Les utilités
sont additionnelles et le surplus est la somme des utilités marginales obtenues dans la zone au-
dessus du prix et peut être quantifiée par la somme des prix complets de la liste de la demande
à partir du prix de la vente effective du produit. Le prix de la demande de chaque bien sur lequel
cette estimation est faite entraine la stabilité des autres déterminants et évolue avec la rareté
pendant que l’utilité marginale de la monnaie est maintenue constante.
Hicks rebondit sur certains aspects de la théorie de Marshall sur le surplus du consommateur.
Le concept de surplus du consommateur reste valide selon lui tant que l’utilité marginale de la
monnaie est constante et les effets revenus négligés. Cependant, l’objectif le plus important de
ce concept est de percevoir le surplus comme un moyen d’expression monétaire du revenu et
montrer que le gain du consommateur est le résultat d’une baisse des prix. Hicks mise ensuite
au point sa théorie des variations compensatrices ou équivalentes grâce à cette approche.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation
24
3. Variation équivalente et variation compensatrice
Le calcul du consentement à payer se justifie par une fluctuation des prix en cas d’aléas de
l’environnement économique (rareté ou abondance des matières premières, variation des couts
de transports) et par le fait que la consommation ne prend pas en en compte les seuls
déterminants que sont le prix et la quantité. D’autres déterminants influencent de manière
significatives sa disponibilité à payer des produits surtout alimentaires comme l’hygiène,
l’information, les labels, l’origine. La négligence de ces paramètres dans l’évaluation du surplus
du consommateur entraine une sous-évaluation de ce surplus. La correction de ce biais conduit
à une estimation de la valeur que les consommateurs déjà présents sur le marché consentent à
payer ou à recevoir pour corriger l’évaluation déjà effectuée de leur surplus.
Les consommateurs disposent d’un revenu m0
et le prix en vigueur sur le marché s’établit à p0
.
Supposons qu’après l’enquête sur le consentement à payer de l’attiéké, les consommateurs
décident de payer un nouveau prix p1
sous certaines conditions et il dispose désormais d’un
revenu nouveau m1
à affecter à l’achat après la réévaluation du prix. Le changement de prix et
de revenus sur le marché traduit la variation de l’utilité du consommateur. Cette variation peut
être positive : on parle de variation équivalente ou négative : on parle de variation
compensatrice.
La variation équivalente est la mesure de la valeur du revenu nécessaire au consommateur au
prix p0
pour être aussi satisfait que s’il était au prix p1
avec un revenu m1
. Elle est utilisée pour
une mesure de la disposition à payer un bien.
Quant à la variation compensatrice, elle mesure la valeur du revenu nécessaire au
consommateur au prix p1
pour être aussi satisfait que s’il était au prix p0
et au revenu m0
. Elle
est utilisée pour l’établissement des systèmes de compensation.
4. Application du Surplus du consommateur et du consentement à payer sur l’Attiéké
suivant l’exemple de M. Bouissou et portier en économie du bien-être
Le surplus du consommateur = consentement à payer – dépense effective. Si cette variation est
positive, le changement est bénéfique pour le consommateur.
Supposons que les consommateurs, qu’on nomme monsieur Benal monsieur Phillips, monsieur
Mobio, monsieur Amanzou et mademoiselle N’Cho soient disposés à payer pour une boule
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation
25
d’attiéké de qualité standard, respectivement les montants suivants : 150f, 200f, 250,300f et
350f. On obtient le tableau suivant :
Tableau 1: la disponibilité à payer du consommateur
Acheteurs Disponibilité en FCFA
Monsieur Benal 150
Monsieur Phillips 200
Monsieur Mobio 250
Monsieur Amanzou 300
Mademoiselle N’Cho 350
Source : l’auteur
La demande d’attiéké sera le résumé de la quantité que chaque acheteur sera disposé à payer
pour un niveau de prix donné. Supposons que les quantités offertes sur le marché soient
indivisibles c'est-à-dire que le consommateur n’a le choix qu’entre une boule d’attiéké ou rien15
.
Sa fonction de demande en fonction de la variation du prix qui sera fixé sur le marché se
présente comme suit :
Tableau 2: la demande du consommateur
15
Cette hypothèse n’est pas vraiment généraliste car dans le commerce d’attiéké, seules les quantités offertes
sur le marché par les grossistes répondent à cette hypothèse. Les quantités offertes par les détaillantes sont
parfaitement divisibles et accessibles à toutes les bourses par intervalle de 25f.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation
26
Source : l’auteur
Les quantités demandées varient de 1 à 5 selon le prix effectif sur le marché. La courbe de
demande qui étant l’illustration de cette demande sur un graphique, on dit que la courbe de
demande décrit les quantités que les acheteurs désirent acquérir en fonction du prix. Cette
courbe se présente ainsi :
Figure 2 : la courbe de demande de la boule d’attiéké
Source : l’auteur
Le surplus du consommateur d’attiéké sera l’aire sous la courbe de demande et au-dessus du
prix pour un prix effectif fixé sur le marché. Ainsi pour un prix fixé à 250 f puis à 200, le surplus
du producteur évolue comme suit :
0 1 2 3 4 5 Quantité de boules demandées
PRIX
350 et +
350
250
200
150
DISPO À PAYER DE N’CHO
DISPO À PAYER DE AMANZOU
DISPO À PAYER DE MOBIO
DISPO À PAYER DE PHILLIPS
DISPO À PAYER DE BENAL
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation
27
Figure 3: le surplus du consommateur d'attiéké
Source : l’auteur
Lorsque le prix est fixé à 350, le surplus du consommateur est désigné par le carré de couleur
verte. Lorsque l’on baisse le prix, le surplus du consommateur devient la figure formée par le
carré vert et le carré rouge. Cette illustration démontre bien que la baisse du prix sur le marché
entraine une augmentation du surplus du consommateur.
Sur la figure 2, au prix effectif de 250, mademoiselle N’Cho et monsieur Amanzou sont les
deux personnes à pouvoir se procurer le bien sur le marché. Seule mademoiselle N’Cho
bénéficie d’un surplus de 50 f car monsieur Amanzou est dans une position d’équilibre entre sa
disponibilité à payer et le prix du marché. Le surplus total du consommateur d’attiéké est de
50f sur le marché.
Si le prix passe de 250 à 200f, la boule d’attiéké est accessible désormais à monsieur Mobio en
plus de monsieur Amanzou et de mademoiselle n’Cho. A ce prix, le surplus de monsieur
Amanzou varie donc de 0 à 50f et celui de Mademoiselle N’Cho passe de 50 à 100 f. le nouveau
surplus du consommateur est de 50f+100f =150f
Que ce soit par la méthode graphique ou par la méthode linéaire, on remarque que le surplus du
consommateur croit avec la baisse du prix. On remarque aussi que la baisse des prix engendre
une augmentation de la quantité de boule d’attiéké demandée sur le marché. Cette tendance est
plutôt salutaire dans la mesure où elle peut permettre une grande économie d’échelle pour les
producteurs.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation
28
Cependant, le surplus du consommateur, est une évaluation du bénéfice subjectif que l’acheteur
pense acquérir en achetant ce bien. Les déterminants de cette évaluation sont le prix et la
quantité en maintenant les autres déterminants fixes (le gout, le revenu, les prix des autres
biens…).
Dans le cas de l’attiéké, d’autres facteurs peuvent affecter plus significativement le prix. Parmi
ces facteurs, nous avons l’hygiène, le gout, la qualité, la texture … ces facteurs sont liés à un
savoir-faire qui n’est pas perçu dans le prix et dont l’ignorance entraine une désutilité chez le
consommateur. Cette situation conduit à une réévaluation du surplus du consommateur qui ne
peut être qu’une variation équivalente ou consentement à payer.
Supposons que suite à notre enquête, les consommateurs consentent à payer un prix p= 250 au
lieu du prix de 200 f qui prévaut sur le marché.
Un consommateur qui à deux biens dans son panier à savoir l’attiéké et un autre bien que nous
nommerons biens 1. Sur la figure 3, on remarque simplement que la droite de budget a oscillé
à cause de la variation du prix de l’attiéké qui est passé de 200 à 250f. Cette variation du prix
entraine dans un premier temps une baisse de la demande et une désutilité chez le
consommateur. Ce phénomène est traduit par le pivot de la droite de budget vers le bas. La prise
en compte de certaines caractéristiques par le producteur entraine une hausse de l’utilité qui se
traduit par une nouvelle droite de budget qui est parallèle (droite en pointillé vert) à la première
droite de budget et qui permet d’affirmer la constance de l’utilité malgré la hausse du prix. La
différence entre l’ancien budget et le nouveau budget est la variation équivalente du
consommateur. En définitif tout se passe comme si les individus sont toujours aussi satisfaits
de la consommation du bien tout en payant un prix nouveau supérieur à celui qui prévalait sur
le marché.
Figure 4: la variation équivalente ou consentement à payer de l’attiéké
BIEN1
250
Attiéké
EV
200
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation
29
Source : l’auteur
II. Lien entre consentement à payer et analyse conjointe
1. Le consentement à payer
Le surplus du consommateur est le gain que ce dernier retire de l’échange d’un bien sur le
marché grâce à la différence entre son prix de réservation et le prix du marché. Au fur et à
mesure que l’agent va sur le marché, il ne considère plus le surplus comme un gain mais plus
comme une variation du revenu qui peut être alloué à d’autres usages et qui pourraient
augmenter son utilité. Toute variation du prix à la hausse signifie que le consommateur doit
baisser la consommation d’un produit autre lorsque les autres composantes de sa demande
restent disponibles au prix initial (la fameuse clause céleris partibus). La réaction du
consommateur à une variation du prix traduit son consentement à payer (CAP) pour le bien
dont le prix à varier.
Le concept de consentement à payer (CAP) ou prix de réserve est défini comme le prix maximal
qu’un consommateur donné consent à payer pour un produit ou service donnée (Kalis et Nelson,
1991; Kohli et Mahajan, 1991; Wertenbroch et Skiera, 2002). Le CAP inclut l’ensemble des
consommateurs qui consentent à payer le prix P et/ou le prix supérieur à P. Il permet de fixer
un prix qui maximise le profit du producteur sans pour autant menacer la part de marché de
l’entreprise. En d’autres termes, Le CAP permet de fixer un prix supérieur au prix du marché
pour lequel on a l’approbation du consommateur en échange d’une réduction de l’incertitude
d’information entourant la production et la prise en compte de certaines de leurs aspirations.
Toutefois, la mesure du CAP requiert plusieurs méthodes pour son évaluation. Le consentement
à payer peut être calculé de différentes manières selon la source des données et/ou les résultats
attendus. Lorsque les sources sont des données réelles qui proviennent du marché, on utilise la
méthode des élasticités et les prix hédoniques. Lorsque les prix sont inexistants et qu’on doit
recourir à une enquête pour la fixation du prix, on utilise les méthodes d’évaluation conjointe,
évaluation contingente, prix psychologique et achats simulés. Enfin, s’il s’agit d’incitation, les
enchères de Vickrey et la méthode BDM ou loterie de Becker Degroot et Marschak sont
utilisées.
Dans le cas de cette étude, les sources sont inexistantes donc nous sommes face à une palette
de choix qui s’articule autour de l’évaluation contingente, l’évaluation conjointe, prix
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation
30
psychologique et achats simulés. L’évaluation contingente est une évaluation directe du
montant maximal que le consommateur veut débourser pour l’acquisition d’un bien.
L’évaluation par achat simulé consiste à poser des questions sur plusieurs hypothèses du prix
d’achat d’un échantillon de produits, le prix des produits concurrents restant inchangé.
L’évaluation contingente permet une évaluation directe du prix maximal consenti et fourni aussi
des informations sur le prix acceptable des attributs d’un produit par comparaison deux à deux.
C’est une analyse qui ne permet pas la prise en compte des facteurs extérieurs qui pourraient
influencer les décisions des consommateurs et dont l’analyse permettrait de valider la
pertinence des réponses donnés et donc de séparer les influences altruistes de celles égoïstes.
La méthode d’évaluation conjointe est de plus en plus usitée dans les travaux de recherche car
elle permet une évaluation plus réaliste des consentements. Elle offre une palette plus large de
possibilité d’étude sociologique, psychologique nécessaires à une évaluation parfaite.
2. Méthodologies de l’Analyse conjointe
Le consentement à payer peut-être obtenu par différentes méthodes qui ont été énumérées ci-
dessus. La méthode la plus usité et la plus appropriée reste sans doute celle de l’analyse
conjointe. L’analyse conjointe est la combinaison de facteur économique (l’analyse contingente
par exemple), démographiques et de facteurs sociologiques. La prise en compte de ces facteurs
résulte de leur capacité à justifier ou non le prix consenti.
L’analyse contingente est purement économique et permet une expression directe du prix
maximal que le consommateur est prêt à payer pour bénéficier du bien ou du service. D’autres
facteurs comme le revenu total que le consommateur consacre à son alimentation journalière
permettent de connaitre la part de revenu consacrée à l’attiéké. En d’autres termes le poids
économique de l’attiéké dans le panier de consommation des enquêtés.
Le facteur démographique concerne la situation matrimonial de l’enquêté, son âge, son genre.
La situation matrimoniale est très importante dans une enquête car elle permet de comprendre
si la proportion de consommation est liée au genre, au statut de marié ou de célibataire. Ce qui
peut être une première source de ciblage.
L’aspect sociologique vient du fait que certains peuples ont une plus grande préférence pour
l’attiéké que d’autres. Est-ce que le consentement à payer serait lié à une plus grande la
réputation ou simplement à une connaissance plus approfondie des conditions de production ?
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation
31
L’analyse conjointe est évaluée par deux principales méthodes à savoir l’analyse conjointe du
profil complet inspiré des travaux de Paul green et ses coauteurs et l’analyse conjointe
adaptative (ACA) inventée par Richard Johnson à travers son entreprise Sawtooth software en
1985. L’analyse en profil complet est une analyse instantanée et requiert une plus grande
sagacité intellectuelle afin de concevoir l’importance des profils proposé et les ordonnés de
manière cohérente tandis que l’analyse adaptative suit une évolution dynamique et à un aspect
ludique qui permet aux interviewers de prendre leur temps dans l’expression de leur réponses
avec un enregistrement automatique de ces réponses. Nous choisirons la méthode de l’analyse
conjointe en profile complet pour réaliser notre opération afin de pouvoir échanger directement
les consommateurs et écouter les préoccupations qui les animent.
Plusieurs études sur la détermination du consentement à payer ont vu le jour ces dernières
années en Afrique et précisément à l’ouest. Certaines utilisent la méthode d’évaluation
contingente notamment dans l’évaluation de la valeur des arbres au Zimbabwe (Campbell et al,
1991), le consentement à payer CAP pour la protection de l’environnement en Ethiopie
(Tegegne, 1999), le consentement à payer pour une protection contre l’invasion des sauterelles
en Ethiopie (Waroline, 1998).d’autres plus élaborées utilisent l’analyse conjointe comme dans
le cadre de l’évaluation conjointe des opérations d’aide budgétaire au mali (Eva, 2007).
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Approche méthodologique et modèle
33
CHAPITRE 3 : APPROCHE METHODOLOGIQUE
I. Cadre d’étude et Méthodologie d’enquête
1. Choix des villages à enquêter
Les départements qui abritent l'étude étant prédéfinis par le projet (Grand-Lahou, Dabou,
Jacqueville, Abidjan et Yamoussoukro), le choix des villages s’est fait de manière aléatoire en
tenant compte de la taille de chaque village et du critère exclusif dans chaque département des
villages distants de plus de 45 km de la ville. Deux villages ont été sélectionnés par département
pour la réalisation des enquêtes. Le choix de ces villages a été fait par un sondage à probabilité
inégale dans un répertoire de villages retenus à la suite de l’enquête exploratoire. Les critères
de sélection des villages de ce répertoire sont la distance par rapport au chef-lieu de département
(moins de 45 km du Chef-lieu de département) et la présence de groupements de producteurs
d'attiéké et/ ou de manioc dans ces villages.
Le choix des deux villages dans chaque département s'est fait de la façon suivante: les villages
ont été classés par ordre alphabétique et leurs populations numérotées de 1 à N. Puis un pas de
tirage p=N/n a été déterminé, avec "n" le nombre de villages à enquêter, donc 2. Le premier
individu a été tiré de manière aléatoire et le deuxième en appliquant le pas. Ensuite, il faut voir
à quel village appartiennent les individus tirés.
Exemple de la localité de Grand-Lahou
Tableau 3: les villages de Grand-Lahou retenus
Villages Effectifs effectifs cumulés
Braffedon 803 803
Lahou-Kpanda 578 1 381
Nandibo 2 736 2 117
N'Zida Zoukouboli 47 2 164
Source : RGPH, 1998
P = 1 082
X1 = 413, 178 appartient à Braffedon
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Approche méthodologique et modèle
34
X1 + P = X2 = 1 495,178 appartient à Nandibo 2
X1 est donc le premier village qui est Braffedon
X2 est le second village qui est Nandibo 2. Ce même exemple a été appliqué aux autres localités
concernées par l'étude. Ainsi on a pour
 Dabou: les villages d’Akradio et Opoyounem (devenu Okpoyou)
 Jacqueville: les villages d’Addah et Sassako-Begnin
 Yamoussoukro: les villages de Lolobo et Seman
 Abidjan: les villages d’Anoumambo, Djibi village
2. Taille des consommateurs à enquêter
La taille minimale des individus à enquêter a été calculée selon la formule décrite par François
Daniel Giezendanner en 2012 pour un échantillon indépendant non exhaustif.
n=
𝐭 𝟐
𝐩(𝟏−𝐩)
𝐞 𝟐
Équation 1: formule de Giezendanner sur les échantillons indépendants non exhaustifs
Avec n: la taille de l’échantillon, e: la marge d’erreur, t: le coefficient de marge déduit du taux
de confiance, p: la proportion des éléments de la population-mère qui présente une propriété
donnée.
On peut affirmer que l’attiéké est consommé dans toutes les régions de la côte d’ivoire et par
tous les peuples. Cette caractéristique nous conduit à un choix conventionnelle du p= 0.9 et 1-
p= 0.1 avec un seuil de confiance de s= 99%. Aussi, la marge d’erreur tolérable sera e = 0,05
et t = 1,96. Donc:
n=
(2,575)
2
𝑥 0,9 𝑥 (1−0,9)
(0,05)
2 = 238
La taille minimum de notre échantillon sera donc de 238 consommateurs d’attiéké. Le choix du
nombre d'enquêtés dans chaque village s'est fait équitablement dans les villages et dans le
département à raison de 20 personnes par localité. Cette procédure nous a permis d’interroger
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Approche méthodologique et modèle
35
en somme 254 consommateurs après traitement. Les individus à enquêter ont été choisis de
manière aléatoire dans chaque localité.
3. Le questionnaire
Le questionnaire a été élaboré selon des thématiques confinées en sections. Section1 :
Caractéristiques sociodémographique de l'enquêté, section 2 : Réputation de l'attiéké,
Attachement à l'attiéké, section 3 : Distinction de l'attiéké de Grand-Lahou, section 4 :
Evaluation du prix de l'attiéké et la section 5 est consacrée au Consentement à payer.
La section 1 décrit l’enquêté et ses caractéristiques sociologiques. La section 2 nous permet de
jauger la réputation de l’attiéké et le niveau de connaissance des consommateurs sur le produit.
La section 3 permet une confirmation ou une infirmation de l’attiéké de Grand-Lahou comme
référence parmi les différents types que propose le marché ivoirien. L’avant dernière section
nous permet une évaluation de l’attiéké en tant que produit et permet de récolter des
informations sur la perception du consommateur vis-à-vis du produit. La dernière section est
consacrée au consentement à payer qui permet de voir le prix maximal que le consommateur
est prêt à débourser pour l’amélioration de certains aspect de l’attiéké.
Le mémoire n’aborde que deux sections : 1 et 5 et ce de manière non exhaustive. Un exemplaire
du questionnaire est fourni en annexe pour de plus amples informations.
4. Les variables de l’Analyse économique
Nous avons utilisé des analyses descriptives et économétriques pour mener cette étude à bien.
Les données qualitatives et quantitatives ont servi à faire les analyses économétriques du
consentement à payer. Le logiciel utilisé est le SPSS, logiciel libellé en français et adapté aux
traitements pour une analyse conjointe. La version choisie est le SPSS 17.
La moyenne attribue la même pondération à toutes les valeurs d’une distribution. Elle suppose
que les populations étudiées sont homogènes et ont les mêmes fonctions objectifs. Nous avons
les moyennes arithmétiques, géométriques, harmoniques. La moyenne arithmétique est la
meilleure valeur qui minimise les erreurs par la méthode des moindres carrés ce qui fait d’elle
la moyenne à retenir.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Approche méthodologique et modèle
36
Le mode est la variable ayant la plus grande fréquence. Il nous donne une idée sur la valeur
ayant la plus grande probabilité d’être réalisée. C’est un référent économique du cout moyen
d’une entreprise qui serait averse au risque. Le mode n’est pas obligatoirement unique.
II- l’analyse en profil complet
Pour mesurer les préférences des consommateurs avec la méthode d’évaluation en analyse
conjointe, deux solutions s’offrent : traiter les caractéristiques deux à deux et de manière
simultanée que nous appellerons la méthode des « facteurs duos » et traiter plusieurs
caractéristiques pour ressortir les caractéristiques les plus significatives : on parle de méthode
d’analyse en profil complet.
L’analyse en profil complet a fait l’objet de notre étude car elle est celle qui se rapproche le
plus de la situation réelle du produit. Elle se décline généralement en 3 séquences : générer un
plan orthogonal, affichage de ce plan et l’exécution de l’analyse conjointe à travers des modèles
économétriques.
1. Le plan orthogonal
Pour générer un plan orthogonal, il faut prédéfinir des attributs pertinents, l’étiquette
correspondante et la valeur que vous voulez lui associé. Le choix des attributs pertinents et leurs
niveaux sont laissés à l’appréciation du chercheur. Celui-ci décide de la valeur de ces critères
suite à une pré-enquête auprès des consommateurs. Les attributs que nous jugeons pertinents
sont les informations sur les caractéristiques (provenance, qualité organoleptique, niveau
d’hygiène), le prix (200, 250, 300), le conditionnement (avec emballage sophistiqué ou
emballage ordinaire), lieu de distribution (marché ordinaire ou supermarché). Les stimuli
expérimentaux16
sont automatiquement générés avec le plan orthogonal.
2. L’affichage du plan
L’affichage de ce plan orthogonal est possible aux stimuli crée et peut se faire en tableau simple
ou en multiples tableaux. Dans ce dernier cas, les tableaux représentent des profils de nouveaux
produits qui sont présentés aux enquêtés sur des cartons. Chaque carton est un produit
16
Les stimuli expérimentaux permettent de confiner tous les profils crées dans un seul tableau
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Approche méthodologique et modèle
37
particulier qu’il doit choisir selon ses préférences. Ici 5 préférences seront retenues et utilisés
comme base de données pour la suite de l’analyse.
3. L’exécution de l’analyse
L’exécution de l’analyse conjointe permet de trouver les scores des outils, les coefficients,
l’importance relative, les corrélations et les inversements. Cette analyse est inspirée des travaux
de Green P.E. et Srinavasan V. (1978).
a) Le modèle de détermination de l’utilité partielle
Les scores des outils sont les valeurs des attributs du produit qui permettent de faire une mesure
ordinale des préférences. Compte tenu de l’harmonisation des unités de mesure, il est possible
de les additionner pour avoir l’utilité totale d’un produit. Les coefficients ne concernent que les
facteurs considérés comme présentant une relation linéaire entre les facteurs et les scores.
Le modèle additif de l’utilité est défini ainsi :
avec :
= l’utilité totale estimée de la motivation K
= l’utilité partielle de valeur m du facteur j
= le terme d’erreur du modèle
a) La détermination des variables
1 si la motivation K a une valeur m pour le facteur j
=
0 si autre
Le terme d’erreur est obtenue la différence entre les valeurs empiriques et les valeurs
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Approche méthodologique et modèle
38
Les variables sont obtenues par la méthode des moindres carrés ordinaires.
b) La fonction de détermination des attributs importants
Le facteur qui obtient la plus faible utilité est considéré comme un facteur de référence ce qui
permet d’obtenir de nouvelles valeurs de relatives des facteurs par la différence entre les valeurs
effectives et la valeur de référence.
Les attributs importants s’obtiennent grâce à la relation entre facteur obtenue par la formule
suivante :
Les inversements permettent de déterminer les consommateurs qui raisonnent à contre-courant
de nos hypothèses sur les attributs. Les simulations sont exécutés afin de prévoir les préférences
des produits non évalués par les enquêtés et des probabilités leurs sont assignés.
Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Analyses économiques
39
CHAPITRE 4 : DESCRIPTION DES DONNEES ET ESTIMATION DU
CONSENTEMENT A PAYER
I. Description de la population étudiée
1. Répartition par sexe
La population étudiée se repartie de manière démographique en hommes et en femmes. Elle est
se dénombre à 254 individus dont 165 hommes soit un pourcentage de 64, 96 % et 89 femmes
soit un pourcentage de 35%. Cette répartition inégale est principalement due au caractère
aléatoire de l’enquête et secondairement au faite que la majeure partie des femmes abordées
étaient méfiantes vis-à-vis des enquêteurs.
Tableau 4: la catégorie par sexe des enquêtés
Source : la base de données
Figure 5: répartition des enquêtés par sexe
Source : la base de données
65%
35%
repartition des consommateur par sexe
homme
femme
effectif proportion
homme 165 64,96%
femme 89 35,04%
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développement

Contenu connexe

Tendances

Etude de cas de la Banque de Financement de la PME en Tunisie
Etude de cas de la Banque de Financement de la PME en TunisieEtude de cas de la Banque de Financement de la PME en Tunisie
Etude de cas de la Banque de Financement de la PME en Tunisie
Mondher Khanfir
 
Dimensionnement d’une installation photovoltaïque raccordée au réseau
Dimensionnement d’une installation photovoltaïque  raccordée au réseauDimensionnement d’une installation photovoltaïque  raccordée au réseau
Dimensionnement d’une installation photovoltaïque raccordée au réseau
RAMZI EL IDRISSI
 
présentation soutenance PFE 2016
présentation soutenance PFE 2016présentation soutenance PFE 2016
présentation soutenance PFE 2016
Mohsen Sadok
 
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
proviseur
 
Rapport Dimensionnement BA
Rapport Dimensionnement BARapport Dimensionnement BA
Rapport Dimensionnement BA
Clément Lay
 
Gestion de chantier ct btp_def 18-10-13
Gestion de chantier   ct btp_def 18-10-13Gestion de chantier   ct btp_def 18-10-13
Gestion de chantier ct btp_def 18-10-13
OURAHOU Mohamed
 
PERTES DE CHARGE
PERTES DE CHARGEPERTES DE CHARGE
PERTES DE CHARGE
sarah Benmerzouk
 
Cours barrages procedes-generaux-de-construction
Cours barrages procedes-generaux-de-constructionCours barrages procedes-generaux-de-construction
Cours barrages procedes-generaux-de-construction
HassanDamoumat1
 
GESTION BUDGETAIRE MASTER (1).ppt
GESTION BUDGETAIRE MASTER (1).pptGESTION BUDGETAIRE MASTER (1).ppt
GESTION BUDGETAIRE MASTER (1).ppt
DavidKCophie
 
Etude amdec d’un système automatisé
Etude amdec d’un système automatiséEtude amdec d’un système automatisé
Etude amdec d’un système automatisé
Rapport de Stage
 
Mini Projet C gestion d'une location de voiture
Mini Projet C gestion d'une location de voitureMini Projet C gestion d'une location de voiture
Mini Projet C gestion d'une location de voiture
Oussama Bessrour
 
Cours de gestion de projet Pr Falloul
Cours de gestion de projet Pr FalloulCours de gestion de projet Pr Falloul
Cours de gestion de projet Pr Falloul
Professeur Falloul
 
Gestion de tresorerie
Gestion de tresorerieGestion de tresorerie
Gestion de tresorerie
Samir Belahsen
 
SOUTENANCE : Dimensionnement Tripode KB-NORTH
SOUTENANCE : Dimensionnement Tripode KB-NORTHSOUTENANCE : Dimensionnement Tripode KB-NORTH
SOUTENANCE : Dimensionnement Tripode KB-NORTH
Njeugna
 
Réalisation d’un site web pour la Clinique des Oasis Ghardaïa
Réalisation d’un site web pour la Clinique des Oasis GhardaïaRéalisation d’un site web pour la Clinique des Oasis Ghardaïa
Réalisation d’un site web pour la Clinique des Oasis Ghardaïa
Bachir Benyammi
 
Rapport se stage LEONI BSK
Rapport se stage LEONI BSKRapport se stage LEONI BSK
Rapport se stage LEONI BSK
Chàimaà Mhjr
 
Etude d'installation électrique et réalisation de l'armoire électrique TGBT
Etude d'installation électrique et réalisation de l'armoire électrique TGBTEtude d'installation électrique et réalisation de l'armoire électrique TGBT
Etude d'installation électrique et réalisation de l'armoire électrique TGBT
SadokZgolli
 
Organisation des chantiers 01
Organisation des chantiers 01Organisation des chantiers 01
Organisation des chantiers 01
Sami Sahli
 

Tendances (20)

Etude de cas de la Banque de Financement de la PME en Tunisie
Etude de cas de la Banque de Financement de la PME en TunisieEtude de cas de la Banque de Financement de la PME en Tunisie
Etude de cas de la Banque de Financement de la PME en Tunisie
 
Dimensionnement d’une installation photovoltaïque raccordée au réseau
Dimensionnement d’une installation photovoltaïque  raccordée au réseauDimensionnement d’une installation photovoltaïque  raccordée au réseau
Dimensionnement d’une installation photovoltaïque raccordée au réseau
 
présentation soutenance PFE 2016
présentation soutenance PFE 2016présentation soutenance PFE 2016
présentation soutenance PFE 2016
 
Rapport de stage
Rapport de stageRapport de stage
Rapport de stage
 
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
Rapport de stage complet sur la planification et la gestion budgetaire d'une ...
 
Rapport Dimensionnement BA
Rapport Dimensionnement BARapport Dimensionnement BA
Rapport Dimensionnement BA
 
Gestion de chantier ct btp_def 18-10-13
Gestion de chantier   ct btp_def 18-10-13Gestion de chantier   ct btp_def 18-10-13
Gestion de chantier ct btp_def 18-10-13
 
PERTES DE CHARGE
PERTES DE CHARGEPERTES DE CHARGE
PERTES DE CHARGE
 
Cours barrages procedes-generaux-de-construction
Cours barrages procedes-generaux-de-constructionCours barrages procedes-generaux-de-construction
Cours barrages procedes-generaux-de-construction
 
GESTION BUDGETAIRE MASTER (1).ppt
GESTION BUDGETAIRE MASTER (1).pptGESTION BUDGETAIRE MASTER (1).ppt
GESTION BUDGETAIRE MASTER (1).ppt
 
Etude amdec d’un système automatisé
Etude amdec d’un système automatiséEtude amdec d’un système automatisé
Etude amdec d’un système automatisé
 
Mini Projet C gestion d'une location de voiture
Mini Projet C gestion d'une location de voitureMini Projet C gestion d'une location de voiture
Mini Projet C gestion d'une location de voiture
 
Cours de gestion de projet Pr Falloul
Cours de gestion de projet Pr FalloulCours de gestion de projet Pr Falloul
Cours de gestion de projet Pr Falloul
 
Mémoire sur les micro entreprises
Mémoire sur les micro entreprisesMémoire sur les micro entreprises
Mémoire sur les micro entreprises
 
Gestion de tresorerie
Gestion de tresorerieGestion de tresorerie
Gestion de tresorerie
 
SOUTENANCE : Dimensionnement Tripode KB-NORTH
SOUTENANCE : Dimensionnement Tripode KB-NORTHSOUTENANCE : Dimensionnement Tripode KB-NORTH
SOUTENANCE : Dimensionnement Tripode KB-NORTH
 
Réalisation d’un site web pour la Clinique des Oasis Ghardaïa
Réalisation d’un site web pour la Clinique des Oasis GhardaïaRéalisation d’un site web pour la Clinique des Oasis Ghardaïa
Réalisation d’un site web pour la Clinique des Oasis Ghardaïa
 
Rapport se stage LEONI BSK
Rapport se stage LEONI BSKRapport se stage LEONI BSK
Rapport se stage LEONI BSK
 
Etude d'installation électrique et réalisation de l'armoire électrique TGBT
Etude d'installation électrique et réalisation de l'armoire électrique TGBTEtude d'installation électrique et réalisation de l'armoire électrique TGBT
Etude d'installation électrique et réalisation de l'armoire électrique TGBT
 
Organisation des chantiers 01
Organisation des chantiers 01Organisation des chantiers 01
Organisation des chantiers 01
 

Similaire à Master 2 economie de développement

Food security baseline survey french
Food security baseline survey frenchFood security baseline survey french
Food security baseline survey french
maxgib
 
Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance
Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenanceMémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance
Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance
sarmodou
 
Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...
Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...
Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...
FloreBretonniere
 
Diagnostic et alternatives pour une gestion optimale des inondations dans la ...
Diagnostic et alternatives pour une gestion optimale des inondations dans la ...Diagnostic et alternatives pour une gestion optimale des inondations dans la ...
Diagnostic et alternatives pour une gestion optimale des inondations dans la ...
Raïknan Tamdjim
 
mémoire la légitimité des ONGs vue à travers la question de l'eau
mémoire la légitimité des ONGs vue à travers la question de l'eaumémoire la légitimité des ONGs vue à travers la question de l'eau
mémoire la légitimité des ONGs vue à travers la question de l'eau
Robin Abric
 
RECHERCHE MINIÈRE EN CÔTE D'IVOIRE
RECHERCHE MINIÈRE EN CÔTE D'IVOIRERECHERCHE MINIÈRE EN CÔTE D'IVOIRE
RECHERCHE MINIÈRE EN CÔTE D'IVOIRE
LS-Elearning
 
Projet de fin étude ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...
Projet de fin étude  ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...Projet de fin étude  ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...
Projet de fin étude ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...
Ramzi Noumairi
 
barrages
barragesbarrages
barrages
toufik kaidi
 
Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...
Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...
Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...
Pavell KEMBEU
 
Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...
Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...
Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...
Pavell KEMBEU
 
Etude de Faisabilité d'une Médiathèque en Chirurgie Orthopédique et Traumatol...
Etude de Faisabilité d'une Médiathèque en Chirurgie Orthopédique et Traumatol...Etude de Faisabilité d'une Médiathèque en Chirurgie Orthopédique et Traumatol...
Etude de Faisabilité d'une Médiathèque en Chirurgie Orthopédique et Traumatol...
SOKHNA FALL
 
Mémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en Hydraulique
Mémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en HydrauliqueMémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en Hydraulique
Mémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en Hydraulique
Charafa Olahanmi
 
Denhard 2004
Denhard 2004Denhard 2004
Denhard 2004
Miguel Gonzalez
 
Aspects épidémiologique et clinique de l’asthme bronchique à Heal Africa.pdf
Aspects épidémiologique et clinique de l’asthme bronchique à  Heal Africa.pdfAspects épidémiologique et clinique de l’asthme bronchique à  Heal Africa.pdf
Aspects épidémiologique et clinique de l’asthme bronchique à Heal Africa.pdf
Rodriguez Vyatsuka
 
Rapport PFE Ingénieurs - ULT-2016 - Hamza Mefteh fini
Rapport PFE Ingénieurs - ULT-2016 - Hamza Mefteh finiRapport PFE Ingénieurs - ULT-2016 - Hamza Mefteh fini
Rapport PFE Ingénieurs - ULT-2016 - Hamza Mefteh fini
Hamza Mefteh
 
Rapport sur la condition de vie et de santé des étudiants
Rapport sur la condition de vie et de santé des étudiantsRapport sur la condition de vie et de santé des étudiants
Rapport sur la condition de vie et de santé des étudiants
rennesmetropole
 
Torkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitorin...
Torkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitorin...Torkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitorin...
Torkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitorin...
Karima Torkhani
 
Pfe master fst_final_decembre2015
Pfe master fst_final_decembre2015Pfe master fst_final_decembre2015
Pfe master fst_final_decembre2015
Ghali Rahma
 
Torkhani karima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitori...
Torkhani karima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitori...Torkhani karima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitori...
Torkhani karima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitori...
karimatorkhani
 
orkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitoring...
orkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitoring...orkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitoring...
orkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitoring...
Karima Torkhani
 

Similaire à Master 2 economie de développement (20)

Food security baseline survey french
Food security baseline survey frenchFood security baseline survey french
Food security baseline survey french
 
Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance
Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenanceMémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance
Mémoire mfh2 sarr version corrigée après soutenance
 
Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...
Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...
Il était une fois l'entreprise: le storytelling, un enjeu stratégique de la c...
 
Diagnostic et alternatives pour une gestion optimale des inondations dans la ...
Diagnostic et alternatives pour une gestion optimale des inondations dans la ...Diagnostic et alternatives pour une gestion optimale des inondations dans la ...
Diagnostic et alternatives pour une gestion optimale des inondations dans la ...
 
mémoire la légitimité des ONGs vue à travers la question de l'eau
mémoire la légitimité des ONGs vue à travers la question de l'eaumémoire la légitimité des ONGs vue à travers la question de l'eau
mémoire la légitimité des ONGs vue à travers la question de l'eau
 
RECHERCHE MINIÈRE EN CÔTE D'IVOIRE
RECHERCHE MINIÈRE EN CÔTE D'IVOIRERECHERCHE MINIÈRE EN CÔTE D'IVOIRE
RECHERCHE MINIÈRE EN CÔTE D'IVOIRE
 
Projet de fin étude ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...
Projet de fin étude  ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...Projet de fin étude  ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...
Projet de fin étude ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...
 
barrages
barragesbarrages
barrages
 
Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...
Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...
Optimisation d'un filtre Meura 2001 : MAÎTRISE DE LA DURÉE DES ÉTAPES ET RÉDU...
 
Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...
Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...
Optimisation d'un filtre MEURA 2001 : Maitrise de la durée des étapes et rédu...
 
Etude de Faisabilité d'une Médiathèque en Chirurgie Orthopédique et Traumatol...
Etude de Faisabilité d'une Médiathèque en Chirurgie Orthopédique et Traumatol...Etude de Faisabilité d'une Médiathèque en Chirurgie Orthopédique et Traumatol...
Etude de Faisabilité d'une Médiathèque en Chirurgie Orthopédique et Traumatol...
 
Mémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en Hydraulique
Mémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en HydrauliqueMémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en Hydraulique
Mémoire charafa olahanmi Licence Professionnelle en Hydraulique
 
Denhard 2004
Denhard 2004Denhard 2004
Denhard 2004
 
Aspects épidémiologique et clinique de l’asthme bronchique à Heal Africa.pdf
Aspects épidémiologique et clinique de l’asthme bronchique à  Heal Africa.pdfAspects épidémiologique et clinique de l’asthme bronchique à  Heal Africa.pdf
Aspects épidémiologique et clinique de l’asthme bronchique à Heal Africa.pdf
 
Rapport PFE Ingénieurs - ULT-2016 - Hamza Mefteh fini
Rapport PFE Ingénieurs - ULT-2016 - Hamza Mefteh finiRapport PFE Ingénieurs - ULT-2016 - Hamza Mefteh fini
Rapport PFE Ingénieurs - ULT-2016 - Hamza Mefteh fini
 
Rapport sur la condition de vie et de santé des étudiants
Rapport sur la condition de vie et de santé des étudiantsRapport sur la condition de vie et de santé des étudiants
Rapport sur la condition de vie et de santé des étudiants
 
Torkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitorin...
Torkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitorin...Torkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitorin...
Torkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitorin...
 
Pfe master fst_final_decembre2015
Pfe master fst_final_decembre2015Pfe master fst_final_decembre2015
Pfe master fst_final_decembre2015
 
Torkhani karima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitori...
Torkhani karima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitori...Torkhani karima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitori...
Torkhani karima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitori...
 
orkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitoring...
orkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitoring...orkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitoring...
orkhanikarima-MémoireMastereProRx&telecom-FST2015-, Supervision et Monitoring...
 

Master 2 economie de développement

  • 1. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Remerciements i UNIVERSITE ALASSANE OUATTARA BOUAKE (CÔTE D’IVOIRE) ------------ UFR SCIENCES ECONOMIQUES ET DEVELOPPEMENT (SED) ----------- MEMOIRE DE RECHERCHE MASTER 2 : ECONOMIE DE DEVELOPPEMENT THEME : LE CONSENTEMENT A PAYER DE L’ATTIEKE DE CÔTE D’IVOIRE CAS DES DEPARTEMENTS DE GRAND-LAHOU, DABOU, JACQUEVILLE, YAMOUSSOUKRO ET ABIDJAN PRESENTE PAR : AMANZOU NOGBOU ANDETCHI AUBIN JURY: PRESIDENT :PROFESSEUR AKA BEDIA DIRECTEUR DE RECHERCHE : PROFESSEUR BALLO ZIE CODIRECTEUR DE RECHERCHE : DOCTEUR YOUAN BI ATHANASE ASSESSEUR 1 :DOCTEUR TROUPA FLAVIEN DECEMBRE 2014 ANNEE ACADEMIQUE 2013-2014
  • 2. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Introduction ii Résumé Ce mémoire étudie les attributs du produit attiéké pour lesquels le consommateur à une plus grande sensibilité et établit l’ordre de priorité de ces attributs. Dans cette optique, les études empiriques ont montré que les consommateurs sont plus sensibles au prix tout en accordant une importance plus grande à la granulométrie du produit. L’analyse conjointe est utilisée et montre un consentement à payer de plus en plus croissant à chaque fois que les exigences des consommateurs sont satisfaites. Mots clés : attiéké, développement rural, consentement à payer, préférence des consommateurs
  • 3. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Introduction iii REMERCIEMENTS Les premiers mots de remerciement vont à l’endroit de l’université de Bouaké : au professeur Aka BEDIA et au professeur-doyen d’UFR ANASSE Augustin. Ils ont permis que les étudiants puissent finir le master dans les meilleures conditions. Un grand merci, aussi, à l’équipe d’administration de l’école doctorale avec à sa tête Mlle DIABATE Salimata et l’ainé Ibrahima OUATTARA. Je remercie le centre suisse de recherches scientifiques en côte d’ivoire (CSRS) qui, grâce à son projet FIRCA-IG dans lequel s’inscrit le thème de ce mémoire, aura été d’un grand soutien à la richesse du contenu de ce travail pour avoir mis à notre disposition le cadre, le matériel, les hommes et les moyens financiers nécessaires et suffisants pour une recherche de qualité. Le projet est financé par le FIRCA (Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricoles) et le PASRES (Projet d’Appui Stratégique à la Recherche Scientifique). Parmi les personnes qui auront été déterminant dans l’élaboration de ce projet, nous pouvons mentionner le directeur du CSRS professeur BONFOH, le sous-directeur du centre et économiste en chef docteur DAO Daouda, mon encadreur principal le Dr YOUAN Bi, le Dr NINDJIN coordinateur et chef de projet, le doctorant KOUASSI Benal et toute l’équipe IG. Je n’oublie pas mes enseignants, docteurs et professeurs en général. J’aimerais rendre principalement un hommage soutenu au professeur BALLO Zié, superviseur et encadreur de mon mémoire, et aux docteurs, TROUPA et YOUAN bi. Ils continuent de participer à ma formation par des échanges, des conseils et la mise à disposition de documents importants pour la suite de mon parcours. Je ne saurais finir sans dire merci à toute ma famille. Elle m’a soutenu tout le long de ma vie en me prodiguant des conseils, en m’orientant et surtout en mettant une foi inébranlable en mes capacités et ce depuis le primaire à Adjamé en passant par le secondaire à Divo, le supérieur à Bouaké pour finir à Abidjan. Merci à tous ceux qui ont suivi ce parcours de près ou de loin avec un grand intérêt.
  • 4. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Sommaire iii SOMMAIRE TABLE DES ILLUSTRATIONS..........................................................................................................v Figures..................................................................................................................................................v Tableaux...............................................................................................................................................v SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................................................vi INTRODUCTION................................................................................................................................. 1 CHAPITRE I : L’ATTIEKE, UN OUTIL DE DEVELOPPEMENT .............................................. 5 I. L’attiéké de Côte d’Ivoire ........................................................................................................... 5 1. Généralité sur le produit.......................................................................................................... 5 2. Les variétés d’attiéké............................................................................................................... 7 3. Les étapes de la production d’attiéké ...................................................................................... 8 4. Analyse du secteur industrielle.............................................................................................. 10 II. Les enjeux de de la valorisation au produit attiéké ................................................................... 11 1. Les premières tentatives d’analyse de la filière attiéké ......................................................... 12 2. Un nouveau paradigme de développement rural : Les indications géographiques (IG)........ 13 3. Stratégie de dissémination de l’indication géographique en côte d’ivoire............................ 16 CHAPITRE 2 : FONDEMENTS THEORIQUES DE L’EVALUATION DES BIENS ............... 19 I. Du concept de mesure de l’utilité à celui du consentement à payer.......................................... 19 1. La mesure de l’utilité dans la littérature économique............................................................ 19 2. Le surplus du consommateur et les variations de la demande............................................... 23 3. Variation équivalente et variation compensatrice ................................................................. 24 4. Application du Surplus du consommateur et du consentement à payer sur l’Attiéké suivant l’exemple de M. Bouissou et portier en économie du bien-être.................................................... 24 II. Lien entre consentement à payer et analyse conjointe .............................................................. 29 1. Le consentement à payer ....................................................................................................... 29 2. Méthodologies de l’Analyse conjointe.................................................................................. 30 CHAPITRE 3 : APPROCHE METHODOLOGIQUE.................................................................... 33 I. Cadre d’étude et Méthodologie d’enquête ................................................................................ 33 1. Choix des villages à enquêter................................................................................................ 33 2. Taille des consommateurs à enquêter.................................................................................... 34 3. Le questionnaire .................................................................................................................... 35
  • 5. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Sommaire iv 4. Les variables de l’Analyse économique................................................................................ 35 II- l’analyse en profil complet........................................................................................................... 36 1. Le plan orthogonal................................................................................................................. 36 2. L’affichage du plan ............................................................................................................... 36 3. L’exécution de l’analyse ....................................................................................................... 37 CHAPITRE 4 : DESCRIPTION DES DONNEES ET ESTIMATION DU CONSENTEMENT A PAYER................................................................................................................................................. 39 I. Description de la population étudiée ......................................................................................... 39 1. Répartition par sexe............................................................................................................... 39 2. Répartition par niveau d’étude .............................................................................................. 40 3. La répartition par âge ............................................................................................................ 41 II. Exécution de l’analyse conjointe................................................................................................... 42 1. Analyse des non-réponses ..................................................................................................... 42 2. Analyse des réponses............................................................................................................. 44 3. Interprétations........................................................................................................................ 50 CONCLUSION.................................................................................................................................... 53 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUE ........................................................................................ 54 ANNEXES ............................................................................................................................................ 56 Annexe 1 : liste des produits à potentiel IG dans les pays membre de l’OAPI................................. 56 Annexe 2: les procédés et technologies de conservation et de transformation du manioc (FIRCA) 57 Annexe 3 : les inversements par facteur et par sujet ......................................................................... 57
  • 6. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin table des Illustrations v TABLE DES ILLUSTRATIONS Figures Figure 1: Données tirées de FAOSTAT 2014............................................................................ 5 Figure 2 : la courbe de demande de la boule d’attiéké............................................................. 26 Figure 3: le surplus du consommateur d'attiéké....................................................................... 27 Figure 4: la variation équivalente ou consentement à payer de l’attiéké ................................. 28 Figure 5: répartition des enquêtés par sexe .............................................................................. 39 Figure 6: répartition des enquêtés par niveau d'étude .............................................................. 40 Figure 7: répartition des consommateurs par classe d'âge ....................................................... 42 Figure 8: le facteur identification............................................................................................. 45 Figure 9: le facteur emballage.................................................................................................. 46 Figure 10: le facteur lieu .......................................................................................................... 46 Figure 11:le facteur type de produit ......................................................................................... 46 Figure 12:le facteur prix........................................................................................................... 47 Figure 13: l'histogramme des valeurs importantes................................................................... 48 Tableaux Tableau 1: la disponibilité à payer du consommateur.............................................................. 25 Tableau 2: la demande du consommateur................................................................................ 25 Tableau 3: les villages de Grand-Lahou retenus ...................................................................... 33 Tableau 4: la catégorie par sexe des enquêtés.......................................................................... 39 Tableau 5: le niveau d'étude des enquêtés................................................................................ 40 Tableau 6: l'âge des consommateurs par classe ....................................................................... 41 Tableau 7: tableaux des scores des outils................................................................................. 44 Tableau 8: le coefficient linéaire.............................................................................................. 44 Tableau 9: l'importance des facteurs ........................................................................................ 48 Tableau 10: le test de corrélation ............................................................................................. 49 Tableau 11: les valeurs inverses............................................................................................... 49
  • 7. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Sigles et Abréviations vi SIGLES ET ABREVIATIONS ADPIC : Accord de l’OMC sur les Aspects des Droits de Propriété Intellectuelle qui touchent au Commerce AO : Appellation d’Origine AOC : Appellation d’Origine Contrôlée AOP : Appellation d’Origine Protégée CERNA (Centre Régional de Nutrition et d’Alimentation Appliquées) CNRA : Centre National de Recherche Agronomique CSRS : Centre Suisse de Recherches Scientifiques CUKAN : Centre Universitaire de Kananga FAO : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture FAOSTAT : les Statistiques de la base de données de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture IG : Indication Géographique IGP : Indication Géographique Protégée INRA : Institut National de la Recherche Agronomique OAPI : Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle OMC : Organisation Mondiale du Commerce OMPI : Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle ONG : Organisation non gouvernementale PI : Propriété Intellectuelle PNUE : Programme des Nations Unies pour l’Environnement UNESCO : Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture
  • 8. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Introduction 1 INTRODUCTION Les populations ivoiriennes souffrent de plus en plus de la pauvreté bien que les indicateurs économiques soient des plus dynamiques au monde. Le taux de croissance a fait un bond de 14.5% points en passant de -4,7% en 2011 à 9,8% en 2012 (Fmi ,2014) puis une légère récession de -1,8% en 2013 avec un taux de 8% (Factbook, 2014). L'indice de développement humain (IDH) est passé de 0,401 en 2010 à 0,400 en 2011, situant la Côte d'Ivoire à la 170ème position sur 187 pays (PNUD, 2011) puis 0,432 en 2013 pour une position de 168e sur 187 pays (Factbook, 2014). L’on remarque que l’IDH a du mal à suivre l’évolution du taux de croissance. Cette situation rend compte de la difficulté pour les pouvoirs publics de faire profiter la population des fruits de la croissance qui sont aptes à l’émergence d’une croissance inclusive. Le secteur informel représente 89,4% de l’emploi en Côte d’Ivoire dont 44% de femmes employées selon le rapport (PNUD, 2013). La prépondérance du secteur informel résulte généralement de la difficulté des acteurs à rentabiliser les investissements afin de concevoir un plan d’expansion de leurs activités. Par ailleurs, les produits de ce secteur reflètent le plus souvent une accumulation de savoir-faire traditionnel unique qui n’est pas toujours pris en compte par le marché et qu’il faudra considérer pour sortir les populations de l’état de pauvreté actuel. Dans le cadre de ce secteur informel, l’activité de production de l’attiéké, une semoule de manioc cuite à la vapeur, occupe une place importante (Diop, 1992). Traditionnellement exercée par les groupes lagunaires (Ebrié, Avikam, Alladian Adjoukrou…) pour leur propre consommation, la production de l’attiéké est également pratiquée par plusieurs autres groupes ethniques nationaux et communautés étrangères (80,6%) (CSRS, 2010). Cette production est estimée à 450.000 tonnes pour un chiffre d’affaire de 70 milliards de francs CFA par an (CNRA INFO, 2003). A la faveur d’une demande croissante de l’Attiéké avec l’urbanisation, la stratégie de production de cet aliment est de plus en plus destinée à la commercialisation. En effet, l’Attiéké Garba, un type d’Attiéké dont la qualité est reconnue inférieure, représente toutefois à elle seule, environ 50 % (CSRS, 2010) de la production totale d’Attiéké commercialisé à Abidjan, face aux autres sortes d’Attiéké de qualité moyenne et supérieure. Pourtant un type d’attiéké de qualité originel provenant de la région de Grand-Lahou a fait l’objet de description (Baggal M, et Vittori M. 2010) par le Ministère de l’Industrie et de la Promotion du secteur privé de Côte d’Ivoire et figure dans la liste des produits ivoiriens à
  • 9. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Introduction 2 potentiel Indications Géographique Protégée1 (IGP) élaborée par la Commission Interministérielle pour la Promotion et la Protection des Indications Géographiques de Côte d’Ivoire. L’adoption de l’attiéké en tant que produit de la culture nationale ivoirienne et la demande croissante dont il fait l’objet, conduisent les productrices à développer des stratégies de vente qui privilégient la production en masse au détriment de la qualité originelle de l’Attiéké. La présence sur le marché de types d’attiéké de qualité jugée inférieure - au vu des normes de procédés de production - est croissante, en concurrence aux autres sortes d’Attiéké. Cela pourrait constituer une source de démotivation pour la production d’Attiéké de qualité, et une perte de revenus pour les productrices concernées. Dans des pays voisins de la Côte d’Ivoire, lorsque la fabrication de l’Attiéké s’effectue localement, la qualité du produit est souvent reconnue inférieure à celle de l’Attiéké importé de Côte d’Ivoire. Ainsi, la méconnaissance et l’indisponibilité d’un attiéké de qualité originelle de Côte d’Ivoire dans un pays étranger, contribue à positionner l’Attiéké produit localement et l’image du produit attiéké de façon générale est quelque peu ternie : c’est le cas au bénin où une étude du CERNA montre que 90% des responsables d’établissement affirment rechercher la qualité concernant l’attiéké (rapport CERNA, 2001). Au niveau national, la couverture du territoire en produit de qualité reste un défi à relever à cause spécifiquement de l’asymétrie d’information sur le marché et de l’anarchie qui règne dans le circuit de distribution. La survie des produits de qualité et des producteurs qui sont minutieux dans leurs activités est dès lors menacée par le biais que constituent les signaux traditionnels du marché à savoir le binôme prix – quantités. Comment intégrer la valeur du savoir-faire local dans le prix de l’attiéké de bonne qualité sans risquer une éviction de l’attiéké par d’autres produits ? Une meilleure rémunération du prix de l’attiéké de côte d’ivoire ne présente-t-elle pas un atout pour le développement local, l’emploi et la survie des producteurs de plus en plus menacée ? L’objectif principal de cette étude est d’identifier les caractéristiques du produit attiéké qui répondent aux besoins du consommateur et pour lesquelles il est prêt à payer un prix maximal supérieur à celui en vigueur sur le marché. Il s’agit de façon spécifique de : 1 Indication géographique protégée: label collectif utilisé après la certification de produits justifiant d’une qualité, d’une réputation et de caractéristiques économies, culturelles et sociales.
  • 10. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Introduction 3  Analyser les facteurs susceptibles d’influencer de manière significative les préférences du consommateur ;  Faire une classification par ordre d’importance de ces facteurs. Les hypothèses du modèle sont formulées comme suit :  La relation entre le prix et l’utilité est négative.  Les facteurs critère et produit soit très important dans la détermination de l’utilité totale ; Aucune hypothèse n’est formulée sur les facteurs conditionnement, vente et distribution quant à leur sens ou leur probable liaison à l’utilité. Notre étude permettra de disposer d’un document ayant une valeur économique spécifique dans le domaine de la transformation du manioc. Elle permettra principalement de ressortir les attributs significatifs pour lesquels les consommateurs sont prêts à payer un prix variable pour voir leur satisfaction croitre. Ce nouveau prix fixé à l’équilibre est généralement supérieur au prix de base. Il ressort un profit élevé qui permet de maximiser les fonctions objectives des producteurs et des consommateurs à la fois. La méthode utilisé laisse entrevoir la lucarne d’une étude de ciblage pour le choix du marché le plus porteur et une amélioration des processus de production. Cette méthode de ciblage mise en place sur un marché offre une plus grande possibilité de valorisation des produits du terroir, d’accroissement des marges bénéficiaires et surtout de réduction de la pauvreté rurale. L’étude s’inscrit dans le cadre du projet FIRCA-IG conduit par le Centre Suisse de Recherches Scientifiques (CSRS) de Côte d’Ivoire. Il sera traité en quatre chapitres. Le premier chapitre sera consacré à l’analyse de l’attiéké en tant que outil de développement. Ensuite, nous aborderons les fondements théoriques de l’évaluation des biens. Le troisième chapitre est consacré à l’approche méthodologique et le dernier chapitre permettra de décrire les données et d’estimer le consentement à payer.
  • 11. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement 5 CHAPITRE I : L’ATTIEKE, UN OUTIL DE DEVELOPPEMENT I. L’attiéké de Côte d’Ivoire 1. Généralité sur le produit Classé cinquième au niveau continental, le manioc occupe le deuxième rang des cultures vivrières après l'igname en Côte d’Ivoire, pour une production annuelle estimée à 2,5 millions de tonnes en 2013 (Fao stat, 2013). Avec une énorme capacité à s’adapter et se contenter des sols épuisés, le manioc peut être qualifié selon mollard de « plantes du pauvre » (mollard, 1992). Cet assertion est corroboré par son utilisation massive dans les pays en développement (PD) en général et dans les zones rurales de ces pays en particulier. Figure 1: Evolution de la production de manioc en Côte d’Ivoire de 1961 à 2013 Source : FAOSTAT 2014 La production en 1961 était de 460000 tonnes, elle est passée à 2,5 million de tonnes en 2013 soit une variation annuelle moyenne de 3,3% de tonnes par an. Une évolution tendancielle de la production autour d’un trend sans perturbations majeur au cours du temps. La prépondérance du manioc dans les campagnes des pays en développement face aux autres produits alimentaires s’explique non seulement par la formidable facilité de culture qu’il offre mais aussi par toute la prise de conscience du monde scientifique quant aux enjeux économiques qui entourent sa promotion dans la résolution de l’autosuffisance alimentaire. La conjugaison
  • 12. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement 6 de ces deux valeurs confère au manioc une identité autour de laquelle les Pays en Développement peuvent fonder les espoirs d’une stratégie durable de développement. En côte d’ivoire, le manioc est cultivé sur toute l’étendue du territoire du sud au nord et de l’est à l’ouest. Le manioc peut être cultivé seul (monoculture) ou associé à d’autres cultures (polyculture). L’espace agricole est souvent utilisé pour la rotation ou pour une seule culture jusqu’à ce que la terre utilisée s’appauvrisse. Dans le cadre de la culture de rotation qui est plus présente dans le centre du pays, le manioc est en fonction dual avec l’igname qui est la nourriture ancestrale de base dans cette région. Généralement le manioc est introduit lorsque les tubercules d’ignames sont aptes à la récolte. Cette technique n’est pas une exclusivité car elle est utilisée dans d’autres pays comme la république démocratique du Congo où le manioc occupe très souvent la fin de la rotation après les céréales (pistaches, arachide, …) et avant la jachère (CUKAN, 2010). Le manioc et ses dérivées constituent les mets transversaux de toutes les cultures locales ivoiriennes. Les centres de recherche agricoles africains rivalisent de compétence dans la mise au point de boutures améliorées au point où le secteur connait depuis des décennies l’une des plus grandes mutations que pourrait connaitre un produit alimentaire. Ces phénomènes de mutation des techniques culturales et d’apparition de boutures datent de si longtemps que les populations s’en sont appropriés et rechignent moins à l’adoption. Les noms scientifiques des nouvelles boutures se muent en des noms plus locaux (noms de personnes, de villes ou de choses). Cette appropriation des noms s’explique généralement par la complexité des noms scientifiques originels attribués aux nouvelles variétés de boutures crées (IM84, IM89, IM93, TMS4(2)1425, TMS30572...). Des noms qui ne font pas forcement vendre car difficiles à retenir, les populations les substituent donc par des noms plus accrochant comme M’Bossi Dédé, eknefou, soklo pour ne citer que ceux-là. Heureusement, de plus en plus cet état est prise en compte par les chercheurs qui au-delà des noms de formule donnent désormais des noms plus communs comme le Bocou et le Yavo. L’actualité du secteur est tant mieux que mal suivie par les populations. Malgré la politique de vulgarisation énorme que mettent en place les structures étatiques en la matière, les agriculteurs n’ont pas toujours la lucidité nécessaire pour comprendre la portée des innovations qui leurs sont proposées. Le dilemme est constaté par le cas des variétés de boutures Bocou 2 introduites dans la région de Dabou pour phase expérimentale par le CNRA.
  • 13. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement 7 Le manioc peut être utilisé dans trois sens : la consommation humaine, celle du bétail et entant que matière première pour l’industrie (Assanvo et al 2000). La transformation du manioc dans le cadre de la consommation humaine nous donne plusieurs produits dérivés tels que : attiéké, foutou, gari, toh, ragoût, tapioca, placali, liqueur, etc. Au niveau industriel, amidon, farine, pain, granulé, textile, colle, etc. (CNRA, Aout, 2005). En côte d’ivoire, parmi les produits domestiques obtenus à partir du manioc, l’attiéké est le mets le plus consommé (Kouassi et al, 2010) avec une production de 450.000 tonnes pour un chiffre d’affaire de 70.000.000 F CFA par an (CNRA INFO, 2003). L’attiéké est perçu généralement comme une semoule de manioc cuite à la vapeur (Assanvo et al, 2002) ou à la micro-onde originaire de la côte d’ivoire. Cependant, aucune mention n’a été observée dans les dictionnaires récents du Larousse et du Littré visant à en donner une définition exacte. Aussi, la localisation de l’origine du mot attiéké reste une bataille culturelle qui ne semble plus pouvoir se résoudre compte tenu des enjeux économiques qui occultent l’objectivité des acteurs. En effet, chez les « Avikams », mot attiéké veut dire « ce que l’on met de côté » pour l’étranger ou pour le marché (OAPI-FAO, 2012) alors que l’origine du mot, selon d’autres sources, serait située chez le peuple Ebrié et proviendrait de l’expression 'adjèkè' qui aurait été transformée par des commerçants bambaras en 'atchèkè' puis écrit ‘attiéké’ par le colon (source Wikipédia). Version complaisante ou réelle, des études plus scientifiques sont menée par le CSRS en côte d’ivoire depuis février 2014 pour essayer de trancher sur le sujet et appliquer une stratégie valorisation des produits du terroir compilée sous le vocable « indication géographique ». Aucun doute n’est cependant émit quant à la localisation originelle de l’attiéké parmi certains peuples lagunaires du Sud de la Côte d'Ivoire (Ebrié, Adjoukrou, Alladian, Avikam, Attié, Ahizi...). La lutte interne de la paternité du produit éloigne ceux-ci du vrai danger qui guette l’emploi dans ces régions : la fraude internationale et ses enjeux économiques. 2. Les variétés d’attiéké Mosso et al., 1991 distinguent plusieurs variétés d’attiéké : L’attiéké à grains extrêmement fins, l’attiéké à grains moyenne et l’« Agbodjama »2 . 2 N’goran Poh Konan dans son mémoire de validation de son master 2 en science de la technologie alimentaire à l’université Nangui Abrogoua sur le thème : « Comparaison des Procédés traditionnelles de production de l’Attiéké chez les Adjoukrou, Alladjan, Ebrié. » Pp7
  • 14. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement 8 L’attiéké de grain extrêmement fin précisément appelé « Ahité » et l’ « Agbodjama » sont communément attribués au peuple ébriés et nécessite un savoir-faire et un travail méticuleux de tri (grains homogènes). Ils sont utilisés pour une consommation familiale et surtout lors d’évènements sociaux comme les funérailles. Dans ce dernier cas, la production est faite sous fond de solidarité par un panel de femmes expertes dans le domaine. Les grains moyens sont les plus répandus dans le commerce car il nécessite relativement une technique différente de tri (grains hétérogènes) pour les grains. Cet attiéké est plus connu dans les régions des grands ponts par les peuples adjoukrous, Avikam, Alladian et autres. Il s’est développé, dans le commerce, une variété d’attiéké communément appelée « Garba » constituée de particules de pulpe de manioc non agglomérés en grains (Assanvo et al., 2002). Cette variété se distingue par le raccourcissement et le non-respect des étapes traditionnelles. En plus, le nom Garba est généralement attribué à un mets composé effectivement de trois entités psychologiques: l’attiéké Garba, du poisson thon et la commercialisation par des hommes sous des hangars. Le succès de cette combinaison fait du Garba la variété consommée à plus de 50 % (CSRS, 2010) de la production totale d’Attiéké commercialisé à Abidjan. 3. Les étapes de la production d’attiéké L’attiéké suit un certain nombre d’étapes principales qui sont essentielles à l’obtention du produit. Il s’agit des 19 étapes identifiées par le CNRA dans une étude commanditée par le FIRCA dénommée « les procédés et technologies de conservation et de transformation du manioc ». Ces étapes sont scindées en deux grandes qui sont la préparation du ferment (levain) communément appelé « magnan » par les productrices (07 étapes) et la préparation proprement dite de l’attiéké (12 étapes). Les dites étapes sont les suivantes : Préparation du levain :  Eplucher 15 kg de racines de manioc  Laver les racines épluchées  Cuire  Laisser refroidir  Envelopper les racines cuites et refroidies dans un sac en polypropylène  Laisser, les racines, au repos pendant 2 à 3 jours pour obtenir le levain
  • 15. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement 9  Défibrer et laver, les racines couvertes de mycélium, au moment de l’utilisation Production de l’attiéké frais :  Equeuter, éplucher et laver les racines de manioc (100 kg)  Râper manuellement le manioc (65 à 70 kg) et le levain (7 à 8 kg)  Ajouter, au mélange (pulpe et levain), environ 150 ml d’huile de palme désodorisée et décolorée  Malaxer le mélange (pulpe, levain et huile)  Mettre le mélange (pulpe râpée, levain et huile de palme) dans des bassines en fibres végétaux tressées pour la fermentation avec égouttage pendant 2 à 3 jours  Presser, à l’aide de bloc de pierre, la pâte contenue dans les sacs  Emotter la pâte essorée à l’aide de tamis en éliminant une partie des fibres  Semouler la pâte fermentée et pressée  Exposer la semoule étalée sur les vans, aux rayons du soleil pour une déshydratation partielle  Vanner la semoule pour éliminer les fibres micronisées  Cuire la semoule dans un couscoussier  Conditionner l’attiéké frais dans des cuvettes, des sachets ou des paniers, tressés, tapissés de feuilles de thaumatococcus danielli. Toutefois, une brève incursion dans le monde de la production nous révèle une certaine particularité dans le respect de certaines étapes selon le savoir-faire des peuples et le type de produits commercialisé. Généralement ces spécificités sont internes aux grands groupes ethniques. D’un côté les Adjoukrous et Alladians ont un attiéké de granulométrie de 2 mm alors que les Ebriés ont seulement 16% de leur attiéké qui mesure 2 mm3 (N’Goran Poh Konan, 2013). Le prolongement de la spécificité est interne à chaque peuple suivant la dextérité des transformatrices ou le niveau de savoir-faire dont elles ont hérité. Au nombre de ces 3 N’Goran Poh Konan dans son mémoire de validation de son master 2 de l’année 2013 en science de la technologie alimentaire à l’université Nangui Abrogoua sur le thème: « Comparaison des Procédés traditionnelles de production de l’Attiéké chez les Adjoukrous, Alladians, Ebriés. » Pp30
  • 16. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement 10 particularités, nous avons le type d’huile utilisé ( huile rouge ou raffinée), le degré et le temps de cuisson de l’huile rouge, l’ordre d’apparition des étapes, le type de manioc préféré pour la cuisson, le niveau de connaissance sur l’influence de la qualité du manioc sur la qualité de l’attiéké, le répertoire des étapes à suivre, la compréhension de l’influence de ces étapes sur le produit final, le maitrise de l’application des étapes retenues. A ces critères, s’ajoutent certains d’ordre naturel et techniques comme la qualité du sol, la disponibilité des sols, la pluviométrie, les techniques de cultures, l’utilisation ou non de l’engrais etc. 4. Analyse du secteur industrielle L’ONUDI grâce au financement de l’Union Européenne a entrepris un projet PACIR (programme d’appui au commerce et à l’intégration régionale) en novembre 2010 pour l’amélioration de la compétitivité des entreprises ivoiriennes des secteurs d’exportation non traditionnels. L’issu de ce projet devait voir trois filières sélectionnées après analyses des industries en exercice de ces filières afin de booster les secteurs à forte employabilité. Le secteur de l’attiéké figurait parmi les secteurs retenus. Sur les cinq entreprises retenues, deux étaient trop petites (TATA LOBO et ITMA) ou dans des conditions d’hygiène inadéquate (PROTINA). Quant à la quatrième RAMA CEREAL, elle commençait déjà à se structurer avec un schéma directeur bien établit. La dernière entreprise sans doute la meilleure du lot dénommée PKL est certifiée ISO et bien structurée, elle est bien lancée dans sa conquête de la sous-région selon le rapport. Ce rapport met en évidence l’état embryonnaire du secteur en matière de transformation et de potentielle de couverture de la demande externe. Cela conduit à toutes les dérives de fraudes constatées çà et là dans des pays qui peinent à s’approvisionner. Toutefois, le secteur dérivés de manioc et de céréale avec l’attiéké pour leader fut classé deuxième après le secteur de l’anacarde et avant celui de la confection-habillement sur la base de la potentialité. Le potentiel que regorge la production de l’attiéké et la demande de plus en plus progressive du produit conduisent les autorités à se saisir de la question pour éviter l’éviction du produit ivoirien par des produits frauduleux qui pointe à l’horizon du marché sous régional et international. En effet, depuis son accession à la tête du district autonome d’Abidjan, le gouverneur Beugré Mambé n’a cessé d’affirmer son plan de lutte contre la pauvreté. Ce plan consiste simplement à doter les productrices d’unité de production capables de répondre à la demande de produits attiéké sur le plan national et international. Cette initiative a vu naitre la
  • 17. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement 11 réalisation de deux unités de production d’attiéké : celle de Songon-Kassemblé (Songon) et d’Akouê-Adjamé (Bingerville). Trois autres unités ouvriront à Ebimpé, Brofodoumé (Anyama) et Anono (Cocody-Abidjan) selon le programme du district et chaque unité dispose d’une capacité de 800 kg par jour et coutent 72 millions de francs CFA avec l’allocation d’un fonds de roulement de 5 millions. Ayant pour ambition de certifier cette nouvelle génération d’attiéké appelée "Attiéké du district d’Abidjan" qui se veut de bonne qualité, le gouverneur et son district mènent des actions de lobbying auprès des bailleurs pour accélérer le projet et offrir un attiéké de qualité aux ivoiriens. A ce titre, Le gouverneur a déclaré que : "L’attiéké est très prisé à l’extérieur. Surtout, s’il est de bonne qualité… » 4 . Le lien à la qualité demeure un indice très significatif dans le choix des consommateurs et ne réside pas uniquement dans la standardisation généralisée des produits manufacturés mais aussi dans le savoir-faire local. Cette dernière option de qualité à bien été entendue et prise en compte par le FIRCA et le PASRES à travers un projet nommé « FIRCA- IG » et réalisé par le centre suisse de recherche scientifique (CSRS). Projet selon lequel, la qualité n’est pas indépendante de la culture locale des populations qui incluent leurs savoir- faire et certaines conditions naturelles et géographiques des lieux de production. Deux visions justifiées qui gagneraient à se rencontres pour affiner leurs objectifs et leurs champs d’application. Aussi, une étude scientifique comme celle de l’indication géographique permettrait aux actions du district d’avoir moins d’effets pervers sur l’emploi. En effet, l’attiéké, plus qu’un simple aliment de base apparait comme un puissant moyen de résorber le chômage en milieu rural. Le secteur offre au moins sept(7) emplois principaux et au moins neuf (9) emplois subsidiaires dans le secteur non structuré ou dit informel (Bouabre Gnoka Modete, 2012). En plus, le secteur est dominé par les femmes qui sont employés à près de 56,6% (RGPH, 1998) dans le secteur agricole. Cette prépondérance des femmes dans un secteur qui ne demande pas une trop grande qualification est un atout non négligeable pour le pays. Une action même de bonne foi peut être source de déséquilibre par un politique économique trop objective (vision financière). II. Les enjeux de de la valorisation au produit attiéké 4 Extrrait du discours du gouverneur Mambé, à l’issue d’une visite de l’unité de production d’attiéké d’Akouê- Adjamé, dans la commune de Bingerville déjà fonctionnelle, avant son inauguration officielle.
  • 18. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement 12 1. Les premières tentatives d’analyse de la filière attiéké Domaine méconnu et dont la portée est souvent mal comprise, la filière artisanale de l’attiéké bénéficie de peu d’intérêt de la part des économistes ivoiriens. Ce manque d’intérêt est observable grâce au nombre d’auteurs et de publications qui abordent la question. Toutefois, la situation et le contexte des rares publications nous laissent entrevoir un désintéressement de la part des autorités publiques ivoiriennes elles-mêmes. Jusqu’en 1975, aucunes études, ni de statistique ne mentionnaient la production d’attiéké. Le CODERDA (COopérative pour le DEveloppement de la Région de DAbou) va sortir les premières statistiques sur la production régionale de l’attiéké au niveau de sa région. Selon cette statistique, la ville d’Abidjan consommait 50 tonnes d’attiéké frais dont 70% viendrait de la ville de Dabou. Cette initiative à entrainer une série d’étude sur la question, en occurrence celle relative aux célèbres mémoires de Essoh Georges en 1980 et de Kanga N’zoré 1985. Le mémoire de Essoh Georges intitule “filière artisanale de l’attiéké de Dabou à Abidjan” parut en 1980 seulement cinq années après la publication de CODERDA. Il avait pour objectif de présenter les produits ruraux comme de potentiels pôles de développement autocentrés locales et durables en se basant sur le cas de Dabou. L’étude s’est intéressée particulièrement à l’attiéké en visant plutôt la chaine des valeurs et le circuit de commercialisation. Les conclusions de l’étude ont montré que la production annuelle défalquée serait de l’ordre de 1500 tonnes avec un revenu annuel de 91400 f à 110350 f et aurait aboutie à la confirmation de la destination Abidjan comme le principal débouché des 98% de femmes échantillonnées. Le manque de données et l’unicité de la zone étudiée combinés au désert statistique de la filière semblaient être des freins à cet ambitieux projet. Surement dans un contexte avant-gardiste, la problématique de ce mémoire est la même qui conduira 34 ans après le projet dans lequel s’inscrit cette étude. A la suite, Kanga N’Zoré dans une étude parut cinq années à la suite de celle de Essoh Georges dénommée « la transformation du manioc en attiéké, une étude économique en milieu traditionnel ». Le principal reproche de cette étude vis à vis de celle ESSOH est d’être vaguement positif et largement démonstratif. L’objectif affiché était de déceler les éléments qui grevaient le prix de vente de l’attiéké par une étude de filière. Elle va s’intéresser aussi au circuit de commercialisation pour dégager la chaine de valeur à chaque étape et par acteurs. Deux peuples ont été choisis pour cette étude : les ébriés et les adjoukrous. L’étude montre que la différence de processus de production entraine une différence dans la répartition des valeurs.
  • 19. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement 13 Ainsi donc, le gain mensuel des productrices était estimé à 15291 f par mois et 193500 f par an en moyenne. Cependant, le coefficient moyen de transformation du manioc en attiéké différait d’un peuple à un autre : 0,426 chez les adjoukrous et 0,439 chez les adjoukrous ce qui engendre une marge de 35,35f par kg chez les adjoukrous et 38,35 kg chez les ébriés. Cette étude a atteint son objectif qui était de comprendre la répartition de la chaine de valeur dans la filière. Une étude non moins scientifique fut menée par Anoma née Say N’gombra sur le mode de financement du secteur attiéké avec une approche contributive des microfinances. Cette étude se dénomme « contribution de la microfinance à l’augmentation des revenus des femmes exerçant dans le secteur de l’attiéké ». 2. Un nouveau paradigme de développement rural : Les indications géographiques (IG) Selon l’Article 1e Annexe VI de l’Accord de Bangui de 1999 : « Une indication géographique (IG) est une indication qui sert à identifier un produit comme étant originaire d’un territoire, ou d’une région, ou localité de ce territoire, dans les cas où une qualité, réputation ou autre caractéristique déterminée du produit peuvent être attribués essentiellement à cette origine géographique ». L’article 22.1 de l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) de 1994 ne dit pas en ses termes autres chose que cela. Ces accords visent surtout au-delà de la définition de l’IG à protéger les produits reconnus à travers des droits de propriétés au niveau régional et mondial contre la fraude et les usurpations. La notion d’IG est à nuancer avec celle de quelques notions voisines qui pourraient prêter à confusion telles l’indication de provenance (IP) et l’appellation d’origine (AO). Une indication de provenance peut-être définie selon M. GEUZE comme « une mention indiquant qu’un pays ou un lieu situé dans ce pays est le pays ou le lieu d’origine d’un produit. La mention des IPs sur un produit est le nom d’un pays ou une formule telle que « made in… ». Cette définition nous renseigne simplement sur l’origine territoriale de la production du produit et ses composantes sans aucune autre information qualitative ou typique. L’article 2 de l’Arrangement de Lisbonne contient la définition suivante : « On entend par appellation d’origine, la dénomination géographique d’un pays d’une région ou d’une localité servant à désigner un produit qui en est originaire et dont la qualité ou les caractères sont dus exclusivement ou essentiellement au milieu géographique, comprenant les facteurs naturels et les facteurs humains. ». Il ressort de cette définition que le produit lié à la nature et à la culture du territoire dont la dénomination fait office de référence. Cet aspect culturel et historique est moins prit en
  • 20. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement 14 compte dans la définition de l’indication géographique qui privilégie plutôt la notoriété dans le pays d’origine et la qualité pour les consommateurs du monde. L’IG fait, dès lors, dénomination de produit de synthèse qui ambitionne de rassurer le consommateur sur la valeur ajoutée liée à un savoir-faire local et justifiant d’une réputation naturelle dans le pays d’origine. L’information commerciale est transmise grâce à un label ou une marque. Le label et la marque commercial joue le même rôle économique dans la mesure où celle-ci permet de mettre en lumière un produit parmi un panier des produits homogènes en donnant des informations sur l’origine et la qualité associée au produit. Toutefois, il convient de faire une différence entre ces deux concepts. Le label joue un rôle initial différent de celui de la marque commercial du produit. Les marques sont des propriétés privées et individuelles cessibles tandis que le label est une propriété privée collective qui ne peut être cédée car elle est liée à un territoire. De plus en plus, les deux notions tendent à se rapprocher par des dénominations complémentaires (marques collectives, de certification communautaire…) Selon le document SCT/10/4, de l’Organisation Mondial de la Propriété Intellectuelle (OMPI), les critères d’obtention de la protection pour les indications géographiques et leur appréciation dans les différents systèmes de protection les utilisant sont : la qualité, la réputation et d’autres caractéristiques (le lien entre le produit et l’origine géographique, les facteurs humains et naturels…) La qualité peut être liée aux normes de production, à la présentation du produit, à la texture, à l’arôme, au gout, à la forme, au procédé de production, au lien entre le produit et son climat…, autant de déterminants qui rendent la notion subjective et moins pertinente pour une analyse scientifique comparative. Un caractère principal dans l’analyse de la qualité d’un produit peut- être secondaire dans celle d’un autre produit. La réputation : c’est ce que pensent et disent les consommateurs à propos d’un produit. Elle peut être positive ou négative mais est fonction du temps. Un produit joui d’une bonne réputation lorsque ce dernier collecte le maximum d’opinions positives à l’intérieur comme à l’extérieur de la localité de production pendant une période assez longue. La réputation est la raison d’être principale du processus d’indication géographique dans la mesure où l’objectif final reste la promotion des meilleurs produits du terroir. Les autres caractéristiques : il s’agit du lien entre le produit et l’origine géographique de celui- ci, des facteurs humains et naturels. C’est une analyse socioculturelle de la représentation que les consommateurs et les producteurs se font du produit à toutes les étapes de la filière. A terme,
  • 21. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement 15 l’analyse devrait permettre d’expliquer objectivement les caractéristiques intrinsèques comme la couleur, la texture, l’arôme, la forme et/ou le gout. La mise en évidence des autres caractéristiques peut se faire par l’usage culturel qui en est fait et les récits (traditions orales) qui seront recueillis. L’objet de l’indication géographique se divise en deux volets (Matthijs Geuze, 2009) :  Ces termes informent le consommateur du caractère typique des produits résultant de ce rapport ; L’IG permet de valoriser un produit dans un environnement de concurrence monopolistique en informant le consommateur sur la typicité de ce dernier. L’attiéké à cause de sa réputation auprès des ivoiriens de toutes régions est produit sur toute l’étendue du territoire. Au centre par les baoulés, au sud par les Ebriés et les Adjoukrous (Chalearda, 1988). Depuis lors, cette stratification de la production a connu une mutation, les positions ont dû se modifier à cause de la migration interne forte et surtout du melting-pot entre populations qui complexifie les classifications des activités économiques par catégorie. L’illustration de ce partage culturel des activités est donnée par le programme de nutrition et sécurité alimentaire institué par le centre suisse de côte d’ivoire (CSRS) et ses partenaires pour contribuer au processus de réconciliation en côte d’ivoire. Programme de formation des femmes baoulés du centre (Bouaké) et senoufos du nord (Korhogo) par celles du sud à savoir les adjoukrous de Dabou et les ébriés de d’Azito relativement à la production de l’attiéké dans les régions de Korhogo (CSRS newsletter no6, p2).  ils représentent la notoriété collective et la réputation résultant de cette typicité. L’IG permet la représentation de la notoriété collective et de la réputation d’un bien. Les producteurs du territoire ne sont pas tous pris en compte par cette notion de collectivité dans la mesure où seuls ceux qui se conforment à un ensemble de normes défini par l’autorité de certification sont aptes à bénéficier de ce privilège. La notoriété sera aussi un moyen de réduire l’asymétrie d’information en donnant aux consommateurs les informations relatives au gout, à la qualité, l’hygiène et le niveau de propreté qui entoure la production du bien. Quant à la réputation, elle est constatée grâce aux consommateurs puisque l’une des conditions de l’indentification est la réputation du produit. Ensuite, elle est assurée dans une seconde phase par l’IG. L’IG vient stabiliser cette réputation en y ajoutant toutes les garanties normées par une structure reconnue qui est généralement un panel d’acteurs concernés par la filière.
  • 22. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement 16 3. Stratégie de dissémination de l’indication géographique en côte d’ivoire L’identification géographique (IG) est un outil de valorisation de l’activité économique régionale. Il se situe dans le champ des politiques territoriales et permet d’améliorer les conditions de vie des populations locales par la labélisation des produits issus de leurs activités principales. La démarche IG consiste à trouver des produits ayant une forte notoriété, justifiant de qualité nutritionnelle et facteurs de développement socioéconomique et culturel pour en faire des outils puissants de développement rural. Pour ce faire, les moyens utilisés par les initiateurs sont : la promotion, la protection du produit et l’encadrement des acteurs. L’IG est protégée dans le cadre international par l’Organisation Mondial de la Propriété Intellectuelle (OMPI) et dans celui régional de l’Afrique par l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI). Selon l’OAPI, les causes du bien-fondé de l’IG dans ses pays membres s’énumèrent en ces termes : la lutte contre la concurrence déloyale et le renforcement de la confiance du consommateur, la maîtrise des marchés, le développement rural et la préservation du patrimoine culturel (OAPI-FAO, 2012). Les indications géographiques permettent à de nombreux produits d’origine d’être davantage reconnus et valorisés pour leur qualité. Cette pratique est largement diffusée entre pays de l’Europe et de plus en plus de pays africains et asiatiques soumettent leurs produits à la reconnaissance (INAO, 2009). En Afrique, une seule organisation régionale gère la propriété intellectuelle : l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI). 16 pays membre de l’OAPI dont la côte d’ivoire ont entrepris de soumettre leurs produits à l’initiative IG soit 29 produits IG en cours (OAPI-FAO, 2012) qui sont énumérés dans annexe 1. Seuls deux produits ont été reconnus le 13 septembre 2013 en tant que les deux premières Indications géographiques protégées (IGP) dans l’espace OAPI. Il s’agit du miel d’Oku et le café Ziama Macenta présentés par le Cameroun (magazine OAPI n°021 décembre 2013). La reconnaissance internationale de ces produits qui a motivé l’initiative s’est réalisée finalement au Salon international de l’Agriculture de Paris du 23 février 2013 afin de permettre aux produits de jouer le rôle d’outil de développement qui a motivé l’initiative. En côte d’Ivoire particulièrement, nous avons 09 produits IG engagés dans la course de la certification. L’ensemble de ces produits se situent de manière équilibrée sur le territoire ivoirien et révèle la pluralité ethnique et la richesse spécifique liée à chacun de ses peuples. En effet, nous avons quatre produits au nord (Mangue de Côte d’Ivoire, Toiles de Fakaha, Noix de
  • 23. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin L’attiéké, un outil de développement 17 cajou des Savanes, Poteries de Katiola), 1 produit au sud (Attiéké de Grand-Lahou), 1 produits au centre (Pagnes de Tiébissou) et 2 produit à l’ouest (Riz des Montagnes, Café des Montagnes de Man et Cacao Trinatorio), 1 à l’est (Igname kponan de Bondoukou). Les centres de recherche du pays se saisissent individuellement du problème en introduisant chacun un certain nombre de produits sans créer véritablement un panel d’expert. Une saine compétition qui permettra d’obtenir les premiers produits IG nécessaire pour relever le niveau de vie des populations rurales. L’aboutissement des procédures pour les indications géographiques sera pour la Côte d’Ivoire un puissant facteur de développement rural équilibré dans la mesure où chaque partie du pays sera concernée et aurait son propre produit labélisé. Ce développement s’annonce durable car basé sur la culture et les habitudes sociales des populations locales.
  • 24. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation 19 CHAPITRE 2 : FONDEMENTS THEORIQUES DE L’EVALUATION DES BIENS I. Du concept de mesure de l’utilité à celui du consentement à payer 1. La mesure de l’utilité dans la littérature économique Les économistes ne se sont pas de tout temps intéressés à la définition du concept d’utilité. Ils étaient plutôt pour la majorité fixés sur la possibilité et l’opportunité qu’il y avait à mesurer la valeur d’un bien. Toutefois, selon J. Baptiste SAY : « l’utilité, c’est(…) la faculté qu’ont les choses à satisfaire nos besoins. Ces besoins dépendent de la nature physique et morale de l’homme, de ces habitudes, de ces gouts, du degré de civilisation dont il jouit, de l’éducation qu’il a reçue, de la religion qu’il professe5 ». Dans leur approche sur la définition et les déterminants du besoin ainsi que sa hiérarchisation, les économistes considèrent ces paramètres comme relevant des domaines comme la sociologie et la psychologie. Adam Smith, le père fondateur de l’économie moderne fut le premier à se saisir de la question de la valeur en reprenant la distinction entre valeur morale et valeur d’échange d’Aristote. Il définit la valeur d’usage comme l'utilité d'un objet particulier et la valeur d'échange comme la faculté que donne la possession de cet objet d'en acheter d'autres marchandises6 . Sa définition révèle une ambiguïté dans la compréhension des termes valeur et utilité. Cette ambigüité sera éclaircie par Mac Culloch en ces termes « pour éviter de méconnaitre le sens d’un mot aussi important que la valeur, il serait mieux de ne l’appliquer qu’à la valeur échange et de réserver le mot utilité pour exprimer le pouvoir et la faculté que possède un article de satisfaire à nos besoins ou de répondre à nos désirs »7 . La notion de valeur ne recouvrait donc plus que l’expression « valeur d’échange » tandis que l’utilité s’adressait à « la valeur d’usage ». La précision étant faite, à la question de savoir quelle est l’unité de mesure de la valeur, Adam Smith répond que c’est le travail qui est la mesure réelle de la valeur de toute marchandise. Quant à la précision sur le type de travail, il affirme que : « c'est avec du travail que toutes les richesses du monde ont été achetées originairement; et leur valeur pour ceux qui 5 Say ; traité d’économie politique ; 1841 ; pp 606. Ce passage extrait de l’article de Dupuit : De la mesure de l’utilité des travaux publics. Edition republiée par Mario de Berbardi en 1934 pp36-37 6 Adam SMITH (1776); Recherches sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations; Livre I; pp33 7 Passage extrait de l’article de Dupuit : De la mesure de l’utilité des travaux publics. Edition republiée par Mario de Berbardi en 1934 pp36-37.
  • 25. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation 20 les possèdent et qui cherchent à les échanger contre de nouvelles productions, est précisément égale à la quantité de travail qu'elles les mettent en état d'acheter ou de commander »8 . Parlant de la notion d’utilité, comme tous les classiques, il pense que la subjectivité de la notion empêche sa mesure et que « les règles que les hommes observent naturellement, en échangeant les marchandises l'une contre l'autre, ou contre de l'argent (…) déterminent ce qu'on peut appeler la Valeur relative ou échangeable des marchandises »9 . La prépondérance de la valeur d’échange sera reconduite et améliorée par son illustre prédécesseur David Ricardo. Pour Ricardo, c’est le travail incorporé qui donne la vraie valeur et non le travail commandé comme l’affirmait Adam Smith. La notion d’utilité va connaitre un tournant avec Jeremy Bentham10 qui consacre tout un chapitre à son évaluation. Il affirme que le plaisir ou la douleur varient avec certaines circonstances qu’il estime à sept11 . Quant à l’évaluation, Bentham essaie d’établir une procédure non intentionnelle et automatique au bout de laquelle les individus étaient capables d’évaluer leurs plaisirs ou douleurs causées pour une seule action. Cette procédure se décline en six étapes. Deux concernent la prise de conscience de l’apparition du plaisir et de la douleur, deux pour la prise de conscience de la seconde manifestation des plaisirs et douleurs déjà réalisés puis il établit une balance comptable pour voir le solde d’apparition entre le plaisir et la douleur d’une seule action. Enfin, la sixième étape concerne la répétition pour plusieurs individus afin de l’appliqué à une communauté et mettre au point un jugement car comme tous les classiques de son époque, Bentham pense que les individus cherchent d’abord à satisfaire leur propre intérêts. En cherchant à mettre à la disposition du législateur une norme d’évaluation de l’utilité, il ouvre avec sa théorie une nouvelle lucarne qui permet à ses précurseurs de creuser le champ d’étude de l’utilité qui avait été abandonné par les premiers classiques. L’utilité relative de Dupuit, fut révélée par L. Walras au monde de l’économie. Jusqu’à l’apparition de son œuvre en 1844, les économistes cherchaient à trouver un étalon fixe de mesure universel. Dupuit, introduit sa notion de multiplicité des prix de vente d’une même marchandise en basant sa théorie sur la variabilité de l’utilité que les individus accordent à un bien. Il fit son raisonnement en équilibre partiel et sa théorie de l’«utilité relative » fut reprise 8 Adam SMITH (1776); Recherches sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations; Livre I; pp35 9 Adam SMITH (1776); Recherches sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations; Livre I; pp35 10 An Introduction to the Principles of Morals and Legislation 1789 republié par Jonathan Bennett en 2010 11 Bentham a désigné dans son œuvre des circonstances comme l’intensité, la durée, la certitude ou l’incertitude, le rapprochement ou l’éloignement, la fécondité, la pureté ou l’extension (An Introduction to the Principles of Morals and Legislation 1789 Pp22)
  • 26. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation 21 plus tard par Marshall sous le nom de « surplus du consommateur ». l’utilité relative ou définitive d’un produit, selon Dupuit, a pour expression la différence entre le sacrifice que l’acquéreur consentira à faire pour se procurer le bien et le prix et le prix d’acquisition qu’il est obligé de donner en échange. Sa théorie toute entière se résume en cette phrase « il n’y’a d’utilité réelle que celle qu’on consent à payer » (Dupuit, 1844). Julien Milanesi12 affirme dans sa thèse que « Dupuit ne vit pas les problèmes soulevés par la mesure de ce qu’il appelait « l’utilité relative ». Variabilité de l’utilité marginale de la monnaie, agrégation des surplus individuels, utilité cardinale et problème d’interdépendance entre les biens furent par contre des thèmes traités par Marshall ». Considéré par le monde économique comme un marginaliste, Menger pense d’abord que la connaissance humaine sur les différents besoins et sur les multiples actes de satisfaction de ces besoins constituent la première cause de différenciation de la valeur du bien. Pour cela, il se lance dans le champ inexploré de la psychologie à la recherche des déterminants du besoin. Cette quête aboutie à la conclusion que l’utilité qu’un individu accorde à un bien dépend de la satisfaction des niveaux de besoin13 les plus important (aspect subjectif) et de notre emprise sur certains biens économiques particuliers (aspect objectif). Pour mettre en évidence l’objectivité de l’utilité, Menger donne l’exemple du biscuit pour un marin en pleine mer dont la survie dépend de la quantité de biscuit posséder qui se trouve en quantité rationnée. Pour rien au monde, il n’échangera une infirme partie de ce bien contre de l’or bien que l’opportunité d’affaire à lui présentée est belle. Quant à la subjectivité de l’utilité, elle indique que plus un niveau de satisfaction du besoin (niveau considéré comme prioritaire par le consommateur) est réalisé par un bien, plus l’utilité qu’il accorde à la satisfaction de ce besoin décroit dans la chaine de hiérarchisation de ses besoins et ce dans un contexte précis : c’est le principe de l’utilité marginal décroissante. Ce principe fut simultanément découvert par les trois marginalistes que sont Menger, Jevons et Walras. L’utilité marginale est définie comme la satisfaction qu’un individu retire de la consommation d’une unité additionnelle d’un bien donnée dans un contexte précis. 12 Julien MILANESI, LA MÉTHODE D’ÉVALUATION CONTINGENTE EN QUESTION. Critique, requalification et illustration par la mesure de la demande en assainissement à Moshi (Tanzanie) THÈSE pour le Doctorat ès Sciences économiques présentée et soutenue publiquement le 7 juillet 200 7. 13 Menger s’est lance dans une tentative de classification des besoins. Pour lui, les individus sont plus regardant sur les besoins vitaux fasse à celle du plus important niveau de besoin, ensuite ils choisiront de satisfaire le plus haut niveau de leur besoins. Pour des biens de même intensité, ils choisiront celui qui est plus permanent et pour la même durée, ils choisiront les biens ayant la plus grande intensité.
  • 27. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation 22 Pour Jevons et Walras, le consommateur maximise son utilité à l’équilibre du marché lorsque le prix relatif des biens possédés est égal à l’évaluation subjective de son utilité marginale. Autrement, le consommateur maximise sa satisfaction lorsque son utilité marginale est égale au prix du marché du bien considéré. Lorsque le prix relatif d’un bien est inférieur à la valeur de l’utilité marginale relative d’un autre bien, le consommateur sous évalue la qualité de l’autre bien au détriment du premier et vice versa. Cette formulation conduit au fait que la quantité demandée d’un bien particulier baisse avec le prix en vigueur sur le marché et la quantité offerte du même bien augmente avec ce prix. Un seul prix d’équilibre du marché est obtenu pour un bien particulier : c’est la loi du prix unique. Dans un environnement de concurrence, la quantité de bien échangée à l’équilibre est supérieur à celle demandée ou offerte par acteurs sur le marché. La conception générale de l’équilibre selon Walras fut de traiter l’utilité individuelle de manière séparée et additive. Séparée de sorte que l’utilité retirée d’un bien ne provienne que de la quantité de ce bien consommé et non d’un facteur externe. Additive de sorte que l’utilité totale retirée de la consommation d’un panier de bien ne soit que la somme de l’utilité des biens qui le compose. En considérant la dérivée première de chaque bien comme l‘utilité marginale de ce bien, le prix du marché en concurrence pure et parfaite est obtenu par une égalisation de ces utilités marginales. l’équilibre général qui en résulte pour chaque bien et pour chaque consommateur est obtenu par leur équivalence avec un bien numéraire. le processus qui permet l’ajustement de l’offre et de la demande globale sur le marché par le prix est appelé tâtonnement walrasien et se fait sous la supervision d’un régulateur appelé commissaire-priseur identifiable au marché. Menger dans son développement à privilégier la subjectivité de la valeur (utilité) alors que Jevons lui n’occulte pas l’aspect objectif qu’est la valeur d’échange détermine par le cout de production tout en privilégiant l’influence du premier sur le dernier. Jevons se rapproche plus d’une position médiane dans conception de l’utilité car il affirme : « le coût de production détermine l’offre, l’offre détermine le degré d’utilité finale et le degré d’utilité final détermine la valeur » 14 [Notre traduction]. La valeur est dans une moindre mesure dépendante du travail fourni mais majoritairement dépendante de la variabilité des niveaux d’utilité dû à l’augmentation ou à la baisse de l’offre de biens ou services. Il propose donc de comprendre 14 W. Stanley Jevons in Theory of Political Economy (1871) Pp179
  • 28. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation 23 attentivement les lois naturelles de variations de l’utilité comme dépendant de la quantité de biens et services en notre possession. Marshall, au chapitre VI de son livre 3 sur les Principles of Economics (8th ed.), se tourne vers les raisons qui guident la détermination du prix sur un marché donné. Cette quête l’entraine dans une compréhension particulière des concepts de valeur et d’utilité : celle de la conciliation de la valeur et de l’utilité. Marshall pense que le prix ne peut venir que de la prise en compte de la valeur d’échange et de la valeur d’usage sous un concept unique qu’il baptise « surplus du consommateur ». Pour Marshall, que lorsque le prix baissait, l’utilité marginale était aussi réduite et la demande suivait cette tendance. Selon Hicks, Marshall, a oublié de prendre en compte l’influence du revenu sur la demande. La variation du revenu agit sur la quantité de biens demandés et donc sur la demande. Ensuite, une variation du prix entraine deux effets, l’effet de substitution et l’effet revenu, la somme de ces effets constitue l’effet total. 2. Le surplus du consommateur et les variations de la demande Pour Alfred Marshall, L’excès de prix que le consommateur voudrait payer au lieu de partir sans l’objet sur le prix effectivement payer est la mesure économique du surplus de la satisfaction qu’il nomme surplus du consommateur. La satisfaction étant variable avec certaine considérations sociologiques, l’évaluation du surplus du consommateur est relativement variable. Le surplus issu de certains biens est supérieur à celui de d’autres biens. Les utilités sont additionnelles et le surplus est la somme des utilités marginales obtenues dans la zone au- dessus du prix et peut être quantifiée par la somme des prix complets de la liste de la demande à partir du prix de la vente effective du produit. Le prix de la demande de chaque bien sur lequel cette estimation est faite entraine la stabilité des autres déterminants et évolue avec la rareté pendant que l’utilité marginale de la monnaie est maintenue constante. Hicks rebondit sur certains aspects de la théorie de Marshall sur le surplus du consommateur. Le concept de surplus du consommateur reste valide selon lui tant que l’utilité marginale de la monnaie est constante et les effets revenus négligés. Cependant, l’objectif le plus important de ce concept est de percevoir le surplus comme un moyen d’expression monétaire du revenu et montrer que le gain du consommateur est le résultat d’une baisse des prix. Hicks mise ensuite au point sa théorie des variations compensatrices ou équivalentes grâce à cette approche.
  • 29. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation 24 3. Variation équivalente et variation compensatrice Le calcul du consentement à payer se justifie par une fluctuation des prix en cas d’aléas de l’environnement économique (rareté ou abondance des matières premières, variation des couts de transports) et par le fait que la consommation ne prend pas en en compte les seuls déterminants que sont le prix et la quantité. D’autres déterminants influencent de manière significatives sa disponibilité à payer des produits surtout alimentaires comme l’hygiène, l’information, les labels, l’origine. La négligence de ces paramètres dans l’évaluation du surplus du consommateur entraine une sous-évaluation de ce surplus. La correction de ce biais conduit à une estimation de la valeur que les consommateurs déjà présents sur le marché consentent à payer ou à recevoir pour corriger l’évaluation déjà effectuée de leur surplus. Les consommateurs disposent d’un revenu m0 et le prix en vigueur sur le marché s’établit à p0 . Supposons qu’après l’enquête sur le consentement à payer de l’attiéké, les consommateurs décident de payer un nouveau prix p1 sous certaines conditions et il dispose désormais d’un revenu nouveau m1 à affecter à l’achat après la réévaluation du prix. Le changement de prix et de revenus sur le marché traduit la variation de l’utilité du consommateur. Cette variation peut être positive : on parle de variation équivalente ou négative : on parle de variation compensatrice. La variation équivalente est la mesure de la valeur du revenu nécessaire au consommateur au prix p0 pour être aussi satisfait que s’il était au prix p1 avec un revenu m1 . Elle est utilisée pour une mesure de la disposition à payer un bien. Quant à la variation compensatrice, elle mesure la valeur du revenu nécessaire au consommateur au prix p1 pour être aussi satisfait que s’il était au prix p0 et au revenu m0 . Elle est utilisée pour l’établissement des systèmes de compensation. 4. Application du Surplus du consommateur et du consentement à payer sur l’Attiéké suivant l’exemple de M. Bouissou et portier en économie du bien-être Le surplus du consommateur = consentement à payer – dépense effective. Si cette variation est positive, le changement est bénéfique pour le consommateur. Supposons que les consommateurs, qu’on nomme monsieur Benal monsieur Phillips, monsieur Mobio, monsieur Amanzou et mademoiselle N’Cho soient disposés à payer pour une boule
  • 30. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation 25 d’attiéké de qualité standard, respectivement les montants suivants : 150f, 200f, 250,300f et 350f. On obtient le tableau suivant : Tableau 1: la disponibilité à payer du consommateur Acheteurs Disponibilité en FCFA Monsieur Benal 150 Monsieur Phillips 200 Monsieur Mobio 250 Monsieur Amanzou 300 Mademoiselle N’Cho 350 Source : l’auteur La demande d’attiéké sera le résumé de la quantité que chaque acheteur sera disposé à payer pour un niveau de prix donné. Supposons que les quantités offertes sur le marché soient indivisibles c'est-à-dire que le consommateur n’a le choix qu’entre une boule d’attiéké ou rien15 . Sa fonction de demande en fonction de la variation du prix qui sera fixé sur le marché se présente comme suit : Tableau 2: la demande du consommateur 15 Cette hypothèse n’est pas vraiment généraliste car dans le commerce d’attiéké, seules les quantités offertes sur le marché par les grossistes répondent à cette hypothèse. Les quantités offertes par les détaillantes sont parfaitement divisibles et accessibles à toutes les bourses par intervalle de 25f.
  • 31. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation 26 Source : l’auteur Les quantités demandées varient de 1 à 5 selon le prix effectif sur le marché. La courbe de demande qui étant l’illustration de cette demande sur un graphique, on dit que la courbe de demande décrit les quantités que les acheteurs désirent acquérir en fonction du prix. Cette courbe se présente ainsi : Figure 2 : la courbe de demande de la boule d’attiéké Source : l’auteur Le surplus du consommateur d’attiéké sera l’aire sous la courbe de demande et au-dessus du prix pour un prix effectif fixé sur le marché. Ainsi pour un prix fixé à 250 f puis à 200, le surplus du producteur évolue comme suit : 0 1 2 3 4 5 Quantité de boules demandées PRIX 350 et + 350 250 200 150 DISPO À PAYER DE N’CHO DISPO À PAYER DE AMANZOU DISPO À PAYER DE MOBIO DISPO À PAYER DE PHILLIPS DISPO À PAYER DE BENAL
  • 32. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation 27 Figure 3: le surplus du consommateur d'attiéké Source : l’auteur Lorsque le prix est fixé à 350, le surplus du consommateur est désigné par le carré de couleur verte. Lorsque l’on baisse le prix, le surplus du consommateur devient la figure formée par le carré vert et le carré rouge. Cette illustration démontre bien que la baisse du prix sur le marché entraine une augmentation du surplus du consommateur. Sur la figure 2, au prix effectif de 250, mademoiselle N’Cho et monsieur Amanzou sont les deux personnes à pouvoir se procurer le bien sur le marché. Seule mademoiselle N’Cho bénéficie d’un surplus de 50 f car monsieur Amanzou est dans une position d’équilibre entre sa disponibilité à payer et le prix du marché. Le surplus total du consommateur d’attiéké est de 50f sur le marché. Si le prix passe de 250 à 200f, la boule d’attiéké est accessible désormais à monsieur Mobio en plus de monsieur Amanzou et de mademoiselle n’Cho. A ce prix, le surplus de monsieur Amanzou varie donc de 0 à 50f et celui de Mademoiselle N’Cho passe de 50 à 100 f. le nouveau surplus du consommateur est de 50f+100f =150f Que ce soit par la méthode graphique ou par la méthode linéaire, on remarque que le surplus du consommateur croit avec la baisse du prix. On remarque aussi que la baisse des prix engendre une augmentation de la quantité de boule d’attiéké demandée sur le marché. Cette tendance est plutôt salutaire dans la mesure où elle peut permettre une grande économie d’échelle pour les producteurs.
  • 33. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation 28 Cependant, le surplus du consommateur, est une évaluation du bénéfice subjectif que l’acheteur pense acquérir en achetant ce bien. Les déterminants de cette évaluation sont le prix et la quantité en maintenant les autres déterminants fixes (le gout, le revenu, les prix des autres biens…). Dans le cas de l’attiéké, d’autres facteurs peuvent affecter plus significativement le prix. Parmi ces facteurs, nous avons l’hygiène, le gout, la qualité, la texture … ces facteurs sont liés à un savoir-faire qui n’est pas perçu dans le prix et dont l’ignorance entraine une désutilité chez le consommateur. Cette situation conduit à une réévaluation du surplus du consommateur qui ne peut être qu’une variation équivalente ou consentement à payer. Supposons que suite à notre enquête, les consommateurs consentent à payer un prix p= 250 au lieu du prix de 200 f qui prévaut sur le marché. Un consommateur qui à deux biens dans son panier à savoir l’attiéké et un autre bien que nous nommerons biens 1. Sur la figure 3, on remarque simplement que la droite de budget a oscillé à cause de la variation du prix de l’attiéké qui est passé de 200 à 250f. Cette variation du prix entraine dans un premier temps une baisse de la demande et une désutilité chez le consommateur. Ce phénomène est traduit par le pivot de la droite de budget vers le bas. La prise en compte de certaines caractéristiques par le producteur entraine une hausse de l’utilité qui se traduit par une nouvelle droite de budget qui est parallèle (droite en pointillé vert) à la première droite de budget et qui permet d’affirmer la constance de l’utilité malgré la hausse du prix. La différence entre l’ancien budget et le nouveau budget est la variation équivalente du consommateur. En définitif tout se passe comme si les individus sont toujours aussi satisfaits de la consommation du bien tout en payant un prix nouveau supérieur à celui qui prévalait sur le marché. Figure 4: la variation équivalente ou consentement à payer de l’attiéké BIEN1 250 Attiéké EV 200
  • 34. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation 29 Source : l’auteur II. Lien entre consentement à payer et analyse conjointe 1. Le consentement à payer Le surplus du consommateur est le gain que ce dernier retire de l’échange d’un bien sur le marché grâce à la différence entre son prix de réservation et le prix du marché. Au fur et à mesure que l’agent va sur le marché, il ne considère plus le surplus comme un gain mais plus comme une variation du revenu qui peut être alloué à d’autres usages et qui pourraient augmenter son utilité. Toute variation du prix à la hausse signifie que le consommateur doit baisser la consommation d’un produit autre lorsque les autres composantes de sa demande restent disponibles au prix initial (la fameuse clause céleris partibus). La réaction du consommateur à une variation du prix traduit son consentement à payer (CAP) pour le bien dont le prix à varier. Le concept de consentement à payer (CAP) ou prix de réserve est défini comme le prix maximal qu’un consommateur donné consent à payer pour un produit ou service donnée (Kalis et Nelson, 1991; Kohli et Mahajan, 1991; Wertenbroch et Skiera, 2002). Le CAP inclut l’ensemble des consommateurs qui consentent à payer le prix P et/ou le prix supérieur à P. Il permet de fixer un prix qui maximise le profit du producteur sans pour autant menacer la part de marché de l’entreprise. En d’autres termes, Le CAP permet de fixer un prix supérieur au prix du marché pour lequel on a l’approbation du consommateur en échange d’une réduction de l’incertitude d’information entourant la production et la prise en compte de certaines de leurs aspirations. Toutefois, la mesure du CAP requiert plusieurs méthodes pour son évaluation. Le consentement à payer peut être calculé de différentes manières selon la source des données et/ou les résultats attendus. Lorsque les sources sont des données réelles qui proviennent du marché, on utilise la méthode des élasticités et les prix hédoniques. Lorsque les prix sont inexistants et qu’on doit recourir à une enquête pour la fixation du prix, on utilise les méthodes d’évaluation conjointe, évaluation contingente, prix psychologique et achats simulés. Enfin, s’il s’agit d’incitation, les enchères de Vickrey et la méthode BDM ou loterie de Becker Degroot et Marschak sont utilisées. Dans le cas de cette étude, les sources sont inexistantes donc nous sommes face à une palette de choix qui s’articule autour de l’évaluation contingente, l’évaluation conjointe, prix
  • 35. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation 30 psychologique et achats simulés. L’évaluation contingente est une évaluation directe du montant maximal que le consommateur veut débourser pour l’acquisition d’un bien. L’évaluation par achat simulé consiste à poser des questions sur plusieurs hypothèses du prix d’achat d’un échantillon de produits, le prix des produits concurrents restant inchangé. L’évaluation contingente permet une évaluation directe du prix maximal consenti et fourni aussi des informations sur le prix acceptable des attributs d’un produit par comparaison deux à deux. C’est une analyse qui ne permet pas la prise en compte des facteurs extérieurs qui pourraient influencer les décisions des consommateurs et dont l’analyse permettrait de valider la pertinence des réponses donnés et donc de séparer les influences altruistes de celles égoïstes. La méthode d’évaluation conjointe est de plus en plus usitée dans les travaux de recherche car elle permet une évaluation plus réaliste des consentements. Elle offre une palette plus large de possibilité d’étude sociologique, psychologique nécessaires à une évaluation parfaite. 2. Méthodologies de l’Analyse conjointe Le consentement à payer peut-être obtenu par différentes méthodes qui ont été énumérées ci- dessus. La méthode la plus usité et la plus appropriée reste sans doute celle de l’analyse conjointe. L’analyse conjointe est la combinaison de facteur économique (l’analyse contingente par exemple), démographiques et de facteurs sociologiques. La prise en compte de ces facteurs résulte de leur capacité à justifier ou non le prix consenti. L’analyse contingente est purement économique et permet une expression directe du prix maximal que le consommateur est prêt à payer pour bénéficier du bien ou du service. D’autres facteurs comme le revenu total que le consommateur consacre à son alimentation journalière permettent de connaitre la part de revenu consacrée à l’attiéké. En d’autres termes le poids économique de l’attiéké dans le panier de consommation des enquêtés. Le facteur démographique concerne la situation matrimonial de l’enquêté, son âge, son genre. La situation matrimoniale est très importante dans une enquête car elle permet de comprendre si la proportion de consommation est liée au genre, au statut de marié ou de célibataire. Ce qui peut être une première source de ciblage. L’aspect sociologique vient du fait que certains peuples ont une plus grande préférence pour l’attiéké que d’autres. Est-ce que le consentement à payer serait lié à une plus grande la réputation ou simplement à une connaissance plus approfondie des conditions de production ?
  • 36. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Fondements théoriques de l’évaluation 31 L’analyse conjointe est évaluée par deux principales méthodes à savoir l’analyse conjointe du profil complet inspiré des travaux de Paul green et ses coauteurs et l’analyse conjointe adaptative (ACA) inventée par Richard Johnson à travers son entreprise Sawtooth software en 1985. L’analyse en profil complet est une analyse instantanée et requiert une plus grande sagacité intellectuelle afin de concevoir l’importance des profils proposé et les ordonnés de manière cohérente tandis que l’analyse adaptative suit une évolution dynamique et à un aspect ludique qui permet aux interviewers de prendre leur temps dans l’expression de leur réponses avec un enregistrement automatique de ces réponses. Nous choisirons la méthode de l’analyse conjointe en profile complet pour réaliser notre opération afin de pouvoir échanger directement les consommateurs et écouter les préoccupations qui les animent. Plusieurs études sur la détermination du consentement à payer ont vu le jour ces dernières années en Afrique et précisément à l’ouest. Certaines utilisent la méthode d’évaluation contingente notamment dans l’évaluation de la valeur des arbres au Zimbabwe (Campbell et al, 1991), le consentement à payer CAP pour la protection de l’environnement en Ethiopie (Tegegne, 1999), le consentement à payer pour une protection contre l’invasion des sauterelles en Ethiopie (Waroline, 1998).d’autres plus élaborées utilisent l’analyse conjointe comme dans le cadre de l’évaluation conjointe des opérations d’aide budgétaire au mali (Eva, 2007).
  • 37. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Approche méthodologique et modèle 33 CHAPITRE 3 : APPROCHE METHODOLOGIQUE I. Cadre d’étude et Méthodologie d’enquête 1. Choix des villages à enquêter Les départements qui abritent l'étude étant prédéfinis par le projet (Grand-Lahou, Dabou, Jacqueville, Abidjan et Yamoussoukro), le choix des villages s’est fait de manière aléatoire en tenant compte de la taille de chaque village et du critère exclusif dans chaque département des villages distants de plus de 45 km de la ville. Deux villages ont été sélectionnés par département pour la réalisation des enquêtes. Le choix de ces villages a été fait par un sondage à probabilité inégale dans un répertoire de villages retenus à la suite de l’enquête exploratoire. Les critères de sélection des villages de ce répertoire sont la distance par rapport au chef-lieu de département (moins de 45 km du Chef-lieu de département) et la présence de groupements de producteurs d'attiéké et/ ou de manioc dans ces villages. Le choix des deux villages dans chaque département s'est fait de la façon suivante: les villages ont été classés par ordre alphabétique et leurs populations numérotées de 1 à N. Puis un pas de tirage p=N/n a été déterminé, avec "n" le nombre de villages à enquêter, donc 2. Le premier individu a été tiré de manière aléatoire et le deuxième en appliquant le pas. Ensuite, il faut voir à quel village appartiennent les individus tirés. Exemple de la localité de Grand-Lahou Tableau 3: les villages de Grand-Lahou retenus Villages Effectifs effectifs cumulés Braffedon 803 803 Lahou-Kpanda 578 1 381 Nandibo 2 736 2 117 N'Zida Zoukouboli 47 2 164 Source : RGPH, 1998 P = 1 082 X1 = 413, 178 appartient à Braffedon
  • 38. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Approche méthodologique et modèle 34 X1 + P = X2 = 1 495,178 appartient à Nandibo 2 X1 est donc le premier village qui est Braffedon X2 est le second village qui est Nandibo 2. Ce même exemple a été appliqué aux autres localités concernées par l'étude. Ainsi on a pour  Dabou: les villages d’Akradio et Opoyounem (devenu Okpoyou)  Jacqueville: les villages d’Addah et Sassako-Begnin  Yamoussoukro: les villages de Lolobo et Seman  Abidjan: les villages d’Anoumambo, Djibi village 2. Taille des consommateurs à enquêter La taille minimale des individus à enquêter a été calculée selon la formule décrite par François Daniel Giezendanner en 2012 pour un échantillon indépendant non exhaustif. n= 𝐭 𝟐 𝐩(𝟏−𝐩) 𝐞 𝟐 Équation 1: formule de Giezendanner sur les échantillons indépendants non exhaustifs Avec n: la taille de l’échantillon, e: la marge d’erreur, t: le coefficient de marge déduit du taux de confiance, p: la proportion des éléments de la population-mère qui présente une propriété donnée. On peut affirmer que l’attiéké est consommé dans toutes les régions de la côte d’ivoire et par tous les peuples. Cette caractéristique nous conduit à un choix conventionnelle du p= 0.9 et 1- p= 0.1 avec un seuil de confiance de s= 99%. Aussi, la marge d’erreur tolérable sera e = 0,05 et t = 1,96. Donc: n= (2,575) 2 𝑥 0,9 𝑥 (1−0,9) (0,05) 2 = 238 La taille minimum de notre échantillon sera donc de 238 consommateurs d’attiéké. Le choix du nombre d'enquêtés dans chaque village s'est fait équitablement dans les villages et dans le département à raison de 20 personnes par localité. Cette procédure nous a permis d’interroger
  • 39. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Approche méthodologique et modèle 35 en somme 254 consommateurs après traitement. Les individus à enquêter ont été choisis de manière aléatoire dans chaque localité. 3. Le questionnaire Le questionnaire a été élaboré selon des thématiques confinées en sections. Section1 : Caractéristiques sociodémographique de l'enquêté, section 2 : Réputation de l'attiéké, Attachement à l'attiéké, section 3 : Distinction de l'attiéké de Grand-Lahou, section 4 : Evaluation du prix de l'attiéké et la section 5 est consacrée au Consentement à payer. La section 1 décrit l’enquêté et ses caractéristiques sociologiques. La section 2 nous permet de jauger la réputation de l’attiéké et le niveau de connaissance des consommateurs sur le produit. La section 3 permet une confirmation ou une infirmation de l’attiéké de Grand-Lahou comme référence parmi les différents types que propose le marché ivoirien. L’avant dernière section nous permet une évaluation de l’attiéké en tant que produit et permet de récolter des informations sur la perception du consommateur vis-à-vis du produit. La dernière section est consacrée au consentement à payer qui permet de voir le prix maximal que le consommateur est prêt à débourser pour l’amélioration de certains aspect de l’attiéké. Le mémoire n’aborde que deux sections : 1 et 5 et ce de manière non exhaustive. Un exemplaire du questionnaire est fourni en annexe pour de plus amples informations. 4. Les variables de l’Analyse économique Nous avons utilisé des analyses descriptives et économétriques pour mener cette étude à bien. Les données qualitatives et quantitatives ont servi à faire les analyses économétriques du consentement à payer. Le logiciel utilisé est le SPSS, logiciel libellé en français et adapté aux traitements pour une analyse conjointe. La version choisie est le SPSS 17. La moyenne attribue la même pondération à toutes les valeurs d’une distribution. Elle suppose que les populations étudiées sont homogènes et ont les mêmes fonctions objectifs. Nous avons les moyennes arithmétiques, géométriques, harmoniques. La moyenne arithmétique est la meilleure valeur qui minimise les erreurs par la méthode des moindres carrés ce qui fait d’elle la moyenne à retenir.
  • 40. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Approche méthodologique et modèle 36 Le mode est la variable ayant la plus grande fréquence. Il nous donne une idée sur la valeur ayant la plus grande probabilité d’être réalisée. C’est un référent économique du cout moyen d’une entreprise qui serait averse au risque. Le mode n’est pas obligatoirement unique. II- l’analyse en profil complet Pour mesurer les préférences des consommateurs avec la méthode d’évaluation en analyse conjointe, deux solutions s’offrent : traiter les caractéristiques deux à deux et de manière simultanée que nous appellerons la méthode des « facteurs duos » et traiter plusieurs caractéristiques pour ressortir les caractéristiques les plus significatives : on parle de méthode d’analyse en profil complet. L’analyse en profil complet a fait l’objet de notre étude car elle est celle qui se rapproche le plus de la situation réelle du produit. Elle se décline généralement en 3 séquences : générer un plan orthogonal, affichage de ce plan et l’exécution de l’analyse conjointe à travers des modèles économétriques. 1. Le plan orthogonal Pour générer un plan orthogonal, il faut prédéfinir des attributs pertinents, l’étiquette correspondante et la valeur que vous voulez lui associé. Le choix des attributs pertinents et leurs niveaux sont laissés à l’appréciation du chercheur. Celui-ci décide de la valeur de ces critères suite à une pré-enquête auprès des consommateurs. Les attributs que nous jugeons pertinents sont les informations sur les caractéristiques (provenance, qualité organoleptique, niveau d’hygiène), le prix (200, 250, 300), le conditionnement (avec emballage sophistiqué ou emballage ordinaire), lieu de distribution (marché ordinaire ou supermarché). Les stimuli expérimentaux16 sont automatiquement générés avec le plan orthogonal. 2. L’affichage du plan L’affichage de ce plan orthogonal est possible aux stimuli crée et peut se faire en tableau simple ou en multiples tableaux. Dans ce dernier cas, les tableaux représentent des profils de nouveaux produits qui sont présentés aux enquêtés sur des cartons. Chaque carton est un produit 16 Les stimuli expérimentaux permettent de confiner tous les profils crées dans un seul tableau
  • 41. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Approche méthodologique et modèle 37 particulier qu’il doit choisir selon ses préférences. Ici 5 préférences seront retenues et utilisés comme base de données pour la suite de l’analyse. 3. L’exécution de l’analyse L’exécution de l’analyse conjointe permet de trouver les scores des outils, les coefficients, l’importance relative, les corrélations et les inversements. Cette analyse est inspirée des travaux de Green P.E. et Srinavasan V. (1978). a) Le modèle de détermination de l’utilité partielle Les scores des outils sont les valeurs des attributs du produit qui permettent de faire une mesure ordinale des préférences. Compte tenu de l’harmonisation des unités de mesure, il est possible de les additionner pour avoir l’utilité totale d’un produit. Les coefficients ne concernent que les facteurs considérés comme présentant une relation linéaire entre les facteurs et les scores. Le modèle additif de l’utilité est défini ainsi : avec : = l’utilité totale estimée de la motivation K = l’utilité partielle de valeur m du facteur j = le terme d’erreur du modèle a) La détermination des variables 1 si la motivation K a une valeur m pour le facteur j = 0 si autre Le terme d’erreur est obtenue la différence entre les valeurs empiriques et les valeurs
  • 42. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Approche méthodologique et modèle 38 Les variables sont obtenues par la méthode des moindres carrés ordinaires. b) La fonction de détermination des attributs importants Le facteur qui obtient la plus faible utilité est considéré comme un facteur de référence ce qui permet d’obtenir de nouvelles valeurs de relatives des facteurs par la différence entre les valeurs effectives et la valeur de référence. Les attributs importants s’obtiennent grâce à la relation entre facteur obtenue par la formule suivante : Les inversements permettent de déterminer les consommateurs qui raisonnent à contre-courant de nos hypothèses sur les attributs. Les simulations sont exécutés afin de prévoir les préférences des produits non évalués par les enquêtés et des probabilités leurs sont assignés.
  • 43. Le consentement à payer de l’attiéké Amanzou Aubin Analyses économiques 39 CHAPITRE 4 : DESCRIPTION DES DONNEES ET ESTIMATION DU CONSENTEMENT A PAYER I. Description de la population étudiée 1. Répartition par sexe La population étudiée se repartie de manière démographique en hommes et en femmes. Elle est se dénombre à 254 individus dont 165 hommes soit un pourcentage de 64, 96 % et 89 femmes soit un pourcentage de 35%. Cette répartition inégale est principalement due au caractère aléatoire de l’enquête et secondairement au faite que la majeure partie des femmes abordées étaient méfiantes vis-à-vis des enquêteurs. Tableau 4: la catégorie par sexe des enquêtés Source : la base de données Figure 5: répartition des enquêtés par sexe Source : la base de données 65% 35% repartition des consommateur par sexe homme femme effectif proportion homme 165 64,96% femme 89 35,04%