Bio=VIE
La BiodiversitéLa Biodiversité
LA BIOSPHÈRE
Bio==VIE
LOGOS == SCIENCE
BIOLOGIE
Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigita...
La BiodiversitéLa Biodiversité
LES BIOMES
Un biome
est un vaste écosystème occupé par un type
de végétation dominant. Des ...
La BiodiversitéLa Biodiversité
L'ÉVOLUTION
sortir de l'eau
Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
L’évolution
correspo...
La BiodiversitéLa Biodiversité
DIVERSITÉS
Rio 1992...
Aujourd'hui !
demain ?
Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
Pl...
La BiodiversitéLa Biodiversité
LES GÈNES
Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
origines,
OGM
Le gène
Du grec Genos, o...
La BiodiversitéLa Biodiversité
L'ESPÈCE
Le loup
est classé sous le nom de
Canis lupus
Canis désigne le nom du genre
(le ch...
La BiodiversitéLa Biodiversité
CLASSIFICATION
FAUNE, FLORE,
CHAMPIGNONS
Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
La syst...
La BiodiversitéLa Biodiversité
L'ÉCOSYSTÈME
Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
La maison
L’écosystème
Éco, du grec...
La BiodiversitéLa Biodiversité
BIOCÉNOSE
ALIMENTATION,
BIOMASSE
Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
Une biocénose
e...
La BiodiversitéLa Biodiversité
BIOTOPE...
ENVIRONNEMENT,
paysages
Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
Un biotope
es...
La BiodiversitéLa Biodiversité
MILIEUX
AQUATIQUES
Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
Mers et océans, lacs et cours...
La BiodiversitéLa Biodiversité
L'ÉCOLOGIE
Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
DES RELATIONS
COMPLEXES
L’écologie sc...
La BiodiversitéLa Biodiversité
ENDÉMISME
Les espèces endémiques
Certaines espèces ont une aire de
répartition très étendue...
La BiodiversitéLa Biodiversité
L'ÊTRE HUMAIN
cultures,
industries,
pharmacie...
Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision...
La BiodiversitéLa Biodiversité
DÉGRADATION
Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
L’érosion
de la biodiversité
Durant ...
La BiodiversitéLa Biodiversité
PROTECTION
Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
Durable
Développement durable
L’intér...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Biodiversite

355 vues

Publié le

biodiversité

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
355
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Biodiversite

  1. 1. Bio=VIE La BiodiversitéLa Biodiversité LA BIOSPHÈRE Bio==VIE LOGOS == SCIENCE BIOLOGIE Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision La biosphère est une partie de la sphère terrestre constituée d'organismes vivants qui évoluent dans des espaces terrestres, aquatiques et atmosphériques. La biosphère comprend de multiples écosystèmes de tailles variées. Son fonctionnement complexe dépend de transferts permanents d’énergie et de matière : • d’une part, entre le milieu (biotope) et les organismes (biocénose), • d’autre part, entre les divers organismes entre eux. La biologie réunit l’ensemble des disciplines scientifiques (écologie, éthologie, zoologie, botanique…) qui étudient le monde vivant. Les chercheurs peuvent, par exemple, mettre en évidence des liens entre un détail morphologique d’un animal et son régime alimentaire, comme chez les flamants ci-dessus. Les flamants sont dotés d’un bec capable de draguer les fonds vaseux, d’aspirer et de filtrer les boues liquides. L’eau, la boue, les proies les plus petites et les particules les plus comestibles sont rejetées par les côtés lamellés du bec. Un système de tamis retient les proies qui forment une purée composée d’algues, d’invertébrés (bactéries, protozoaires), de crustacés, de mollusques, de larves d’insectes et de graines de végétaux aquatiques.
  2. 2. La BiodiversitéLa Biodiversité LES BIOMES Un biome est un vaste écosystème occupé par un type de végétation dominant. Des facteurs de température et de pluviométrie permettent de distinguer différents types de biomes et de déterminer leur étendue. Chaque biome est constitué par divers écosystèmes. La toundra (photo de fond) est composée de pelouses, tourbières, petits arbustes, arbres nains et lichens. Sa flore ne compte pas plus d’un millier d’espèces. Ce milieu est arrosé par 20 à 30 cm d’eau par an. La forêt tropicale ombrophile (ci-dessus) reçoit pour sa part entre 180 et 400 cm d’eau chaque année. Chaud et humide, ce macro-écosystème permet à de multiples espèces végétales et animales de se développer. D’autres biomes composent la biosphère : • la forêt tempérée, caractérisée par les végétaux à feuilles caduques, • les océans et les mers, représentent 363 millions de km2 , • les forêts boréales de conifères, constituées d’un sol pauvre, • le biome regroupant les écosystèmes méditerranéens qui subissent jusqu’à trois mois de sécheresse, • les steppes et les prairies, où les arbres ne disposent pas de précipitations suffisantes pour se développer, • les déserts, qui reçoivent moins de 20 cm d’eau par an, • la savane tropicale, qui héberge de nombreux carnivores et des troupeaux d’herbivores migrant vers les sites humides à la saison sèche, • la calotte glacière polaire, également considérée comme un grand biome terrestre. avec ou sans arbres Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
  3. 3. La BiodiversitéLa Biodiversité L'ÉVOLUTION sortir de l'eau Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision L’évolution correspond au processus qui a conduit à l’apparition et la transformation des espèces vivantes au sein de la biosphère. Les premiers vertébrés terrestres dépendaient de l’eau pour le développement de leur progéniture. Aujourd’hui encore, chez les amphibiens, un têtard ressemble à un poisson à ses premières heures de vie : il respire grâce à des branchies et se propulse avec sa queue. Progressivement, ses branchies disparaissent et sa queue diminue. La grenouille peut respirer hors de l’eau lorsque ses poumons se développent et peut alors se déplacer sur la terre ferme avec l’apparition de ses pattes. Les extinctions Selon les lois de l’évolution, les espèces apparaissent et disparaissent. Cinq extinctions ont été recensées au cours des temps géologiques dont les causes restent hypothétiques (chute d’astéroïdes, volcanisme, dérive des continents...) : • la plus dévastatrice a eu lieu il y a 245 millions d’années, 95% des espèces se seraient éteintes, • la plus célèbre s’est déroulée il y 66 millions d’années, lorsque les dinosaures ont disparu. Nous sommes peut-être les témoins de la sixième extinctionsixième extinction, mais la première liée aux activités humaines : depuis quelques dizaines d’années, le rythme de disparition des espèces s’est accéléré. La grande faune est particulièrement menacée.
  4. 4. La BiodiversitéLa Biodiversité DIVERSITÉS Rio 1992... Aujourd'hui ! demain ? Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision Plusieurs niveaux de diversité biologique ou biodiversité sont distingués : • la diversité des espèces, • la diversité génétique (y compris au sein d’une même espèce), • la diversité des écosystèmes. À l’occasion de la Conférence internationale de Rio en 1992, 175 pays ont ratifié une convention sur la protection de la diversité biologique. Cette convention offre à chaque État la propriété et la responsabilité des espèces qui vivent sur territoire. L’étude de la diversité spécifique (des espèces) met en évidence : • le nombre d’espèces vivantes, • leur position dans la classification, • la répartition en nombre d’espèces par unités de surface et les effectifs de chaque espèce.
  5. 5. La BiodiversitéLa Biodiversité LES GÈNES Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision origines, OGM Le gène Du grec Genos, origine. C'est un segment de l’ADN contenu dans nos cellules. Il contient les informations caractérisant un individu (la couleur de ses yeux ou de ses cheveux, par exemple). Le gène est l’unité de base relative à l’hérédité. Le génome correspond à l’ensemble de l’ADN présent dans le noyau de chacune des cellules d’un organisme. Il réunit l’ensemble des chromosomes (éléments du noyau cellulaire). Un OGM (Organisme Génétiquement Modifié) est un animal, un végétal ou un micro-organisme, dont le génome est doté d’un ou de plusieurs gènes étrangers issus d’une autre espèce. Cette technique permet de donner des caractères particuliers par le gène transféré. Les banques de gènes sont des lieux de conservation de semences, de populations, de tissus et de cellules végétales et animales. Ce capital biologique est stocké dans le but d’une reproduction future des organismes vivants.
  6. 6. La BiodiversitéLa Biodiversité L'ESPÈCE Le loup est classé sous le nom de Canis lupus Canis désigne le nom du genre (le chacal appartient au même genre), lupus désigne le nom de l’espèce. Cette espèce appartient : • à la famille des CANIDÉS (comme le renard), • à l’ordre des CARNIVORES (comme l’ours), • à la classe des MAMMIFÈRES, • à l’embranchement des VERTÉBRÉS, • au règne ANIMAL. Une espèce réunit un ensemble d'organismes vivants qui se ressemblent physiquement et possèdent des caractères génétiques en commun. Dans ce groupe de populations, les individus peuvent se reproduire entre eux pour donner des descendants interféconds. L'espèce est l'unité majeure choisie pour classifier les plantes et les animaux. Les bactéries et les virus sont uniquement identifiables à partir de critères génétiques. se reproduire Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
  7. 7. La BiodiversitéLa Biodiversité CLASSIFICATION FAUNE, FLORE, CHAMPIGNONS Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision La systématique et la taxinomie ou taxonomie sont les disciplines qui permettent de décrire, de nommer et de classifier les êtres vivants, de déterminer des groupes ou taxons. Le travail des scientifiques met en évidence la diversité biologique (ou biodiversité) et les degrés de parentés entre les espèces. Élaboré au XVIIIe siècle, le système de classification de Linné est encore utilisé aujourd’hui et basé sur des critères d’identification morphologiques et anatomiques. Aujourd'hui, les virus et les bactéries sont également identifiés sur la base de critères génétiques. 1 700 000 espèces sont répertoriées actuellement, dont les trois quarts sont des insectes. 10 millions d’espèces seraient présentes sur la planète, selon certaines estimations.
  8. 8. La BiodiversitéLa Biodiversité L'ÉCOSYSTÈME Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision La maison L’écosystème Éco, du grec oikos qui signifie maison. C'est un ensemble d’organismes vivants qui occupent une même aire géographique caractérisée par des conditions écologiques particulières. La faune, la flore et les autres organismes (ou biocénose) entretiennent dans ce milieu (ou biotope) des relations les uns avec les autres et avec leur environnement (physico- chimique). Un biome est un macro-écosystème composé de divers écosystèmes constitués de micro-écosystèmes (ou synusies). Une communauté d’espèces exploitant un arbre mort à l’intérieur d’une forêt représente un micro-écosystème intégré dans un écosystème plus vaste…
  9. 9. La BiodiversitéLa Biodiversité BIOCÉNOSE ALIMENTATION, BIOMASSE Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision Une biocénose est une communauté, un groupement d’êtres vivants interdépendants, soigneusement répartis dans un milieu (biotope) : utilisant le mieux possible les conditions et ressources offertes par celui-ci. Un écosystème met en relation les différentes composantes d’une biocénose au sein d’une chaîne alimentaire : producteurs primaires (plantes à chlorophylle), consommateurs de premier ordre (animaux herbivores), consommateurs de second ordre (carnivores) et décomposeurs… Les différentes chaînes alimentaires d’une biocénose constituent un ensemble interconnecté, désigné sous le terme de réseau trophique. La biomasse correspond à la masse de la matière organique des communautés de plantes ou d’animaux. Cette masse est calculée par les scientifiques (écologues) sur une unité de surface (ou de volume) estimée à un moment donné.
  10. 10. La BiodiversitéLa Biodiversité BIOTOPE... ENVIRONNEMENT, paysages Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision Un biotope est un milieu physique dont les ressources sont suffisantes pour répondre aux besoins d’une communauté d’êtres vivants. Dans un biotope, une espèce dispose d’un espace qu’elle exploite particulièrement pour sa survie, c’est son domaine vital. Son habitat correspond à son adresse : par exemple, un terrier ou une caverne. Une espèce délimite un territoire (d’une superficie variable) qu’elle défend contre ses congénères. L’espèce tient une place au sein de l’écosystème : sa niche écologique. Ce concept définit le rôle, la « profession » de l’espèce à travers son habitat, son comportement alimentaire, ses rythmes d’activité et ses relations avec les autres espèces. Une espèce occupe une aire de répartition géographique plus ou moins étendue : elle peut être présente sur des continents différents ou limitée uniquement à une île. Un être vivant perçoit un paysage grâce à son « équipement » sensoriel, propre à son espèce. L’environnement peut être défini ainsi : C’est, à un moment donné, l’ensemble des agents chimiques, physiques, biologiques et des facteurs sociaux qui peuvent avoir un effet, une influence sur les êtres vivants et sur les activités humaines. Le concept d’environnement se concrétise à différents niveaux : immédiat (tout proche), local (une ville, par exemple), global (la biosphère).
  11. 11. La BiodiversitéLa Biodiversité MILIEUX AQUATIQUES Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision Mers et océans, lacs et cours d’eau Les mers des océans sont actuellement peu protégés et l’inventaire de leur biodiversité est encore très loin d’être terminé. Les lacs et les cours d’eau, qui ne représentent qu’une infime partie de la biosphère, hébergent également une faune diversifiée : sur les 10 000 espèces de poissons présentes sur la planète, 40% vivent dans des milieux d’eau douce. • De nombreuses espèces de poissons, crustacés, mollusques et autres organismes marins vivent autour des récifs coralliens. • La Grande barrière de corail (Australie) est la formation de ce type la plus célèbre. La biodiversité de ces milieux est estimée à 450 000 espèces mais 10% environ ont été décrites à ce jour ; 4 000 espèces de poissons sont liés à cet écosystème. MILIEUX MARINS ET D'EAU DOUCE
  12. 12. La BiodiversitéLa Biodiversité L'ÉCOLOGIE Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision DES RELATIONS COMPLEXES L’écologie scientifique est une discipline qui étudie les inter-relations entre les organismes vivants, entre eux et avec leur environnement. Les animaux et les plantes entretiennent divers types de relations : coopération, symbiose, compétition… Atta (photo ci-dessus), les fourmis coupeuses de feuilles stockent sous terre des morceaux de feuilles malaxées pour constituer un terreau nutritif sur lequel elles cultivent des champignons dont elles se nourrissent. Au Brésil, 20% des plantes sont fécondées par les oiseaux (comme le colibri, sur la photo de fond). Des chauves-souris, des insectes et des rongeurs contribuent aussi à la reproduction des plantes.
  13. 13. La BiodiversitéLa Biodiversité ENDÉMISME Les espèces endémiques Certaines espèces ont une aire de répartition très étendue, comme le renard Vulpes vulpes, présent sur une grande partie de la planète ; d’autres espèces, dites endémiques, n’existent que dans un lieu unique. Les îles sont dotées d’un fort taux d’endémisme : Corse (30%), Hawaï (80%), Madagascar (85%), Australie (90%), Île Sainte-Hélène (100%). Le koala (photo de fond) est l'une des espèces endémiques d'Australie. Plusieurs espèces de baobabs (photo ci-dessus) n'existent qu'à Madagascar. Quelques espèces sont particulièrement adaptées aux conditions climatiques de l’étage alpin des Alpes : 31% des espèces végétales sont endémiques à ce niveau. L’Europe compte 20% d’espèces endémiques. L’endémisme est plus élevé à mesure que l’on descend dans le sud de l’Europe : 2 espèces endémiques en Norvège et 676 espèces de ce type en Grèce. AUSTRALIE, MADAGASCAR... Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision
  14. 14. La BiodiversitéLa Biodiversité L'ÊTRE HUMAIN cultures, industries, pharmacie... Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision L’Homme exploite depuis toujours les ressources diverses du vivant pour se nourrir, s’abriter, se chauffer, se soigner, se vêtir… Le choix des ressources naturelles a largement contribué à créer la diversité des sociétés humaines. Parmi les 19 espèces de végétaux comestibles fournissent actuellement 80% des denrées alimentaires pour les êtres humains ! L’homme a domestiqué des animaux et cultivé des plantes depuis le néolithique. Il a sélectionné des espèces et des variétés, puis il a introduit des OGM pour optimiser la résistance des êtres vivants aux insectes ravageurs ou herbicides… 60% des médicaments sont issus du règne végétal. Certains spécialistes estiment qu’une espèce sur 1 000 à 10 000 offre des propriétés pharmaceutiques remarquables ! L’intérêt de la biodiversité présente pour les êtres humains repose notamment sur des motifs économiques et écologiques : • Utilisée dans les biotechnologies, la biodiversité procure notamment des ressources alimentaires et des matières premières utilisées dans l’industrie. Elle permet d’envisager des perspectives dans les biotechnologies et elle représente un atout pour l’activité touristique. • La biodiversité assure le maintien des processus d’évolution du monde vivant et joue un rôle de régulation des équilibres physico-chimiques de la biosphère (cycle du carbone, cycle de l’eau…). Elle contribue également à la qualité des sols (fertilité, stabilité…) et favorise l'absorption et la décomposition de polluants minéraux et organiques. ... Les biotechnologies utilisent divers constituants du vivant pour tenter d’améliorer les espèces existantes et créer de nouvelles variétés de plantes cultivées ou de races d’animaux domestiques.
  15. 15. La BiodiversitéLa Biodiversité DÉGRADATION Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision L’érosion de la biodiversité Durant les trois derniers siècles, l’explosion démographique des sociétés humaines a été accompagnée d’une véritable « érosion » du patrimoine biologique de la planète. Certaines espèces se sont éteintes, d’autres sont menacées d’extinction ou se raréfient. La disparition et la raréfaction de la faune sur la planète sont principalement liées à la destruction des habitats, à la surexploitation des espèces et aux introductions accidentelles ou volontaires d’animaux. La déforestation et l’expansion des activités agricoles entraînent obligatoirement l’extinction des espèces végétales et animales. Certains animaux sont particulièrement menacés par la chasse et le commerce international d’espèces sauvages : 40% des espèces de vertébrés (tigres, baleines, rhinocéros…) risquent de disparaître pour cette raison. La forêt tropicale héberge environ la moitié des espèces présentes sur la planète. Ce réservoir exceptionnel de biodiversité ne couvre aujourd’hui que 7% de la surface terrestre et diminue très rapidement sous la pression des activités humaines. destruction DES HABITATS Espèces en danger Les chiffres ne manquent pas pour illustrer les menaces pesant sur la biodiversité, parmi ceux-là : • 15 589 espèces figurent dans la Liste rouge publiée par l’UICN (Union Internationale de Conservation de la Nature) : elles sont considérées comme menacées d’extinction à des degrés différents (de vulnérable à en danger critique d’extinction). • 844 espèces répertoriées se sont éteintes durant ces 500 dernières années ; ces disparitions sont liées aux activités humaines. Source : UICN, www.redlist.org
  16. 16. La BiodiversitéLa Biodiversité PROTECTION Conceptionwww.comvv.fr-PhotosDigitalVision Durable Développement durable L’intérêt écologique et économique de la biodiversité pour les êtres humains est démontré. Pourtant les actions de préservation de ce capital biologique restent insuffisantes. Dans une démarche de développement durable, des économistes ont réalisé une évaluation monétaire des services rendus par les écosystèmes aux sociétés humaines : les chercheurs ont évalué que sur 17 tâches (résistance à l’érosion, régulation du climat , pollinisation…) le travail de la nature représentait entre 16 000 et 54 000 milliards de dollars ! L’inventaire des espèces et des espaces à protéger doit être suivi de mesures, comme la création de parcs et de réserves. La lutte contre le trafic des animaux et des plantes doit aussi s’accentuer : 2 350 000 perroquets et 344 000 orchidées ont été notamment vendus en 1997, ainsi que de nombreux primates et reptiles. Les industries pharmaceutiques et cosmétiques tirent aussi, souvent sans scrupules, des profits gigantesques de la biodiversité. Les méthodes et technologies durables peuvent contribuer à la gestion de la biodiversité en fixant, notamment, des indicateurs et des seuils d’exploitation des multiples ressources pour prendre en compte les besoins des générations futures. Conservation ex-situ Conservation de la diversité des espèces en dehors de l’environnement naturel : par exemple, dans des banques de gènes ou dans des parcs zoologiques. Conservation in-situ Conservation de la diversité des espèces dans le milieu naturel : elle limite l'extinction massive d'espèces et de variétés. Ce type de conservation répond à la nécessité de sauvegarder des espèces dans leur écosystème et ainsi de leur permettre de poursuivre leur évolution avec leurs prédateurs et leurs parasites.

×