Marines 
Je me suis pris à caresser 
La mer qui hume les orages 
Paul Eluard
Bleus 
La mer est comme un ciel bleu bleu bleu 
Par au-dessus le ciel est comme le Lac Léman 
Bleu-tendre 
Blaise Cendrars
L'Equateur 
L'océan est d'un bleu noir et le ciel bleu est pâle à coté 
La mer se renfle tout autour de l'horizon 
On dira...
Marine 
L'océan sonore 
Palpite sous l'oeil 
De la lune en deuil 
Et palpite encore, 
Tandis qu'un éclair 
Brutal et sinis...
Poisson 
Les poissons, les nageurs, les bateaux 
Transforment l'eau. 
L'eau est douce et ne bouge 
Que pour ce qui la touc...
Dans un petit bateau 
Dans un petit bateau 
Une petite dame 
Un petit matelot 
Tient les petites rames 
Ils s’en vont voya...
Le printemps au fond de la mer 
Le fond de la mer a ses saisons. Comme sur 
la terre, le printemps est une des plus belles...
Iles 
Iles 
Iles 
lles où l’on ne prendra jamais terre 
Iles où l’on ne descendra jamais 
Iles couvertes de végétations 
I...
Complainte de la mer 
Complainte de la mer 
dans le fracas du vent 
Tout ce qu’elle vocifère 
et qu’elle chante en rêvant ...
La mer s'est retirée 
La mer s’est retirée, 
Qui la ramènera ? 
La mer s’est démontée, 
Qui l’a remontera ? 
La mer s’est ...
Plongée 
Au soleil la mer est douce 
comme un écran de satin 
à sa surface je me pousse 
nageant comme un poussin 
mais le...
L'Albatros 
Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage 
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers, 
Qui suivent, i...
11 poèmes sur la mer
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

11 poèmes sur la mer

10 700 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
10 700
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4 149
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

11 poèmes sur la mer

  1. 1. Marines Je me suis pris à caresser La mer qui hume les orages Paul Eluard
  2. 2. Bleus La mer est comme un ciel bleu bleu bleu Par au-dessus le ciel est comme le Lac Léman Bleu-tendre Blaise Cendrars
  3. 3. L'Equateur L'océan est d'un bleu noir et le ciel bleu est pâle à coté La mer se renfle tout autour de l'horizon On dirait que l'Atlantique va déborder sur le ciel Tout autour du paquebot c'est une cuve d'outremer pur Blaise Cendrars, Au coeur du monde.
  4. 4. Marine L'océan sonore Palpite sous l'oeil De la lune en deuil Et palpite encore, Tandis qu'un éclair Brutal et sinistre Fend le ciel de bistre D'un long zigzag clair, Et que chaque lame En bonds convulsifs Le long des récifs Va, vient, luit et clame Et qu'au firmament, Où l'ouragan erre, Rugit le tonnerre Formidablement. Paul Verlaine
  5. 5. Poisson Les poissons, les nageurs, les bateaux Transforment l'eau. L'eau est douce et ne bouge Que pour ce qui la touche. Le poisson avance Comme un doigt dans un gant, Le nageur danse lentement Et la voile respire. Mais l’eau douce bouge Pour ce qui la touche, Pour le poisson, pour le nageur, pour le bateau Qu'elle porte Et qu’elle emporte. P a u l Eluard
  6. 6. Dans un petit bateau Dans un petit bateau Une petite dame Un petit matelot Tient les petites rames Ils s’en vont voyager Sur un ruisseau tranquille Sous un ciel passager Et dormir dans une île C’est aujourd’hui Dimanche Il fait bon s’amuser Se tenir par la hanche Échanger des baisers C’est ça la belle vie Dimanche au bord de l’eau Heureux ceux qui envient Le petit matelot Robert Desnos
  7. 7. Le printemps au fond de la mer Le fond de la mer a ses saisons. Comme sur la terre, le printemps est une des plus belles. Le corail bourgeonne et les éponges respirent l’eau bleue à pleins poumons. Une forêt de cerfs rouges écoute un bruit d’hélice. Il arrive de très haut dans les cieux de la mer. Quelquefois, un aéronaute tombe des cieux de la mer. Il tombe lentement et se roule dans le sable. Les fleurs dorment debout et il y en a une foule qui disent adieu. Les poissons manchots se posent dessus. Ils donnent de gros baisers à la mer. A cause de l’éclairage et du décor on se croirait souvent chez le photographe. Un panache de globules gazouille dans le coin. Il s’échappe du petit robinet qui change l’eau salée. Jean Cocteau
  8. 8. Iles Iles Iles lles où l’on ne prendra jamais terre Iles où l’on ne descendra jamais Iles couvertes de végétations Iles tapies comme des jaguars Iles muettes Iles immobiles Iles inoubliables et sans nom Je lance mes chaussures par-dessus bord car je voudrais bien aller jusqu’à vous Blaise Cendrars, Feuilles de route.
  9. 9. Complainte de la mer Complainte de la mer dans le fracas du vent Tout ce qu’elle vocifère et qu’elle chante en rêvant dans les sables mouvants Tout ce qu’elle tait soudain Silencieuse étale et plate calmement. Jacques Prévert
  10. 10. La mer s'est retirée La mer s’est retirée, Qui la ramènera ? La mer s’est démontée, Qui l’a remontera ? La mer s’est emportée, Qui la rapportera ? La mer est déchaînée, Qui la rattachera ? Un enfant qui joue sur la plage Avec un collier de coquillages. J. Charpentreau
  11. 11. Plongée Au soleil la mer est douce comme un écran de satin à sa surface je me pousse nageant comme un poussin mais le poussin gagne ses ailes et le poussin devient poisson et je m'envole hirondelle vers les rochers au plus profond je regarde mes congénères se déplaçant vifs ou lents ils sont à l'aise et me tolèrent à leurs côtés barbotant des herbes couvrent la rocaille le paysage est délicieux mais à la fin vaille que vaille je dois remonter vers le ciel Raymond Queneau
  12. 12. L'Albatros Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers, Qui suivent, indolents compagnons de voyage, Le navire glissant sur les gouffres amers. A peine les ont-ils déposés sur les planches, Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux, Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches Comme des avirons traîner à côté d'eux. Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule ! Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid ! L'un agace son bec avec un brûle-gueule, L'autre mime en boitant, l'infirme qui volait ! Le Poète est semblable au prince des nuées Qui hante la tempête et se rit de l'archer ; Exilé sur le sol au milieu des huées, Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. Charles Baudelaire

×