lettre mensuelle BKB du mois d’Avril 2011

1 506 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 506
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
194
Actions
Partages
0
Téléchargements
36
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

lettre mensuelle BKB du mois d’Avril 2011

  1. 1. www.bourse-maroc.forume.biz Mensuel Avril 2011 ANALYSE & RECHERCHE
  2. 2. Mensuel avril 2011 Commentaire de marché 3 • Une évolution en dents de scie 3 • Un marché en manque de profondeur 4 • Les minières à l’honneur 5 Classement du mois 6 • Screening de la liquidité de la Bourse de Casablanca 6 • Le triptyque des Top 20 7 Analyse technique 8 • Une évolution en Trading Range 8 Aperçu économique 9 • Une économie toujours résiliente 9 Faits marquants 11 • Eco-News 11 • Nouveautés sectorielles 16 • Nouvelles de sociétés 21 • Opérations sur le capital 22 • Publication des résultats 25 Sélection de valeurs BMCE Capital Bourse 38 Tableau de bord 40ANALYSE & RECHERCHE 2
  3. 3. Mensuel avril 2011 Commentaire de Marché Une évolution en dents de scie Après un mois de mars plutôt morose, les deux indices de référence poursuivent leur trend baissier subissant de plein fouet l’impact des attentats de Marrakech en fin de mois. Dans ce sillage, le Moroccan All Shares Index, le Moroccan Most Active Shares Index et le BCEI 20 affichent des contre-performances respectives de –5,11% à 11 551,5 points, de –5,18% à 9 431,99 points et de –5,66% à 1 190,71 points respectivement. Toutefois, cette évolution recouvre cinq phases distinctes : MASI, MADEX et BCEI 20 depuis le 31/12/2010 Durant le mois d’avril 2011 Base 100 MASI MADEX BCEI 20 Base 100 MASI MADEX BCEI 20 109 102 107 105 Phase II Phase I Phase V 103 Phase III 100 Phase IV 101 99 97 98 95 93 91 96 89 87 85 94 31-12 13-01 26-01 08-02 21-02 06-03 19-03 01-04 14-04 27-04 31-03 05-04 10-04 15-04 20-04 25-04 • Une première phase de forte baisse s’étalant du 1er au 4 avril, où l’indice de toutes les valeurs cotées, le baromètre des Blue Chips et le BCEI 20 se délestent respectivement de –3,25%, de –3,30% et de –3,46% à 11 777,84 points pour le MASI, à 9 618,91 points pour le MADEX et à 1 218,58 points pour le benchmark de BMCE CAPITAL ; • Une seconde phase de rebond technique allant jusqu’au 7 avril au terme de laquelle le MASI, le MADEX et le BCEI 20 s’établissent à 12 174,22 points, à 9 945,34 points et à 1 258,90 points, déterminant des contre-performances year-to-date de –3,80%, de –3,77% et de –5,01% respectivement ; • S’ensuit une troisième séquence entre le 8 et le 14 avril où le MASI perd –2,73% à 11 841,44 points, tandis que le MADEX et le BCEI 20 se contractent de -2,76% chacun à 9 670,64 points et à 1 224,13 points ; • Une quatrième phase de reprise, dénotant d’un regain de confiance des investisseurs où le MASI, le MADEX et le BCEI 20 s’apprécient de +1,80% à 12 064,47 points, de +1,83% à 9 854,74 et de +1,87% à 1 245,95 points ; • Enfin, une dernière étape de forte baisse suite notamment à l’effet de l’attentat de Marrakech. Dans ce contexte, le MASI, le MADEX et le BCEI 20 clôturent le mois sur des contre-performances respectives de –8,72% à 11 551,5 points, de –8,74% à 9 431,99 points et de –10,15% à 1 190,71 points.ANALYSE & RECHERCHE 3
  4. 4. Mensuel avril 2011 Commentaire de Marché Dans ce sillage, la capitalisation boursière recule de MAD 17,8 Md à MAD 529,6 Md. A ce niveau de valorisation, le Marché traite à 15,9x et à 14,5x ses résultats prévisionnels 2011 et 2012 et offre un Dividend Yield estimé à 4,1% en 2011. Hors E P immobilier, le PER du marché s’établit à 15,5x en 2011 et à 14,4x en 2012 .E P Un marché en manque de profondeur Peu dynamique, le volume des transactions s’établit à MAD 2,3 Md (sens unique), contre MAD 3,3 Md en mars 2011. Drainé exclusivement sur le Marché Central, ce flux a été accaparé par les échanges sur les valeurs BCP, ITISSALAT AL-MAGHRIB et ADDOHA lesquelles concentrent conjointement 52% du négoce global avec des volumes respectifs de M MAD 464,9 Md (20,0%), de M MAD 394,8 (17,0%) et de M MAD 348,0 (15,0%). Volumes traités au cours du mois d’avril 2011 M M AD 300 250 200 150 100 50 0 01-04 06-04 11-04 14-04 19-04 22-04 27-04 Volume M C Volume M BANALYSE & RECHERCHE 4
  5. 5. Mensuel avril 2011 Commentaire de Marché Les minières à l’honneur En tête d’affiche, et porté par les performances de SMI, l’indice du secteur des mines s’affermit de 12,8% à 19 992,95 points, affichant, de facto, l’unique performance positive durant ce mois d’Avril. En revanche, le secteur des « Services aux collectivités » demeure plombé par le repli du titre LYDEC (-15,6%). Pour sa part, l’indice des « Logiciels et services informatiques » se contracte de 10% à 835,9 points. Non loin derrière, le secteur de « l’industrie pharmaceutique » s’effrite de 9,4% à 2 048,35 points, suite notamment aux pertes accusées par le titre SOTHEMA (-13,4%). Par valeur et portée par la flambée des cours d’argent SMI affiche la plus forte hausse avec une performance mensuelle de 34,2% à MAD 2 950. A ce niveau de cours, la filiale Mines du Groupe MANAGEM traite à 16,3x et à 15,5x ses capacités bénéficiaires prévisionnelles en 2011 et en 2012. Loin derrière, SCE se bonifie de 8,9% à MAD 306. De son côté, ACRED s’affermit de 6,2% à MAD 828. En bas du tableau, et suite aux difficultés financières que connaît la société, MEDIACO se détériore de 19,7% à MAD 65,32. Dans une proportion similaire, ENNAKL perd 19,7% à MAD 37,6, en raison des incertitudes sur l’avenir de la société notamment avec la révolution tunisienne. Enfin, SOFAC subit l’impact de ses réalisations financières décevantes et se déleste de 16,6% à MAD 250, traitant à 32,4x sa capacité bénéficiaire prévisionnelle en 2012. Les plus fortes variations du mois d’avril 2011 M ED IA C O M A R OC E N N A KL SOFA C C IH LY D E C M 2 M G r o up S O T HE M A LE S I E U R C R I S T A L HO LC I M ( M ar o c) IB M A R OC .C OM A U T O N E JM A EQD OM T A S LI F M IC R OD A T A U N IM ER M A N A GEM Z E LLI D JA S . A A C R ED SC E SM I -30% -20% -10% 0% 10% 20% 30% 40%ANALYSE & RECHERCHE 5
  6. 6. Mensuel avril 2011 Screening de la liquidité de la Bourse de Casablanca* Volume MC+ MB CapitalisationRang Valeur Tx de Cotation Tx de Rotation du Flottant En M MAD 1 CGI 22 602,6 133 666,4 100,0% 298,3% 2 ATTIJARIWAFA BANK 18 203,7 70 829,5 100,0% 267,5% 3 MAROC TELECOM 9 568,2 36 972,1 100,0% 214,3% 4 ADDOHA 9 129,8 29 767,5 100,0% 192,8% 5 BCP 7 591,1 28 125,3 100,0% 159,5% 6 BMCE BANK 6 720,0 26 232,2 100,0% 159,3% 7 LAFARGE CIMENTS 3 113,0 24 372,2 100,0% 141,3% 8 CNIA 2 897,6 14 796,9 100,0% 129,5% 9 CIMENTS DU MAROC 2 251,1 12 375,9 99,2% 115,9%10 MANAGEM 1 987,9 9 975,0 99,2% 110,0%11 ALLIANCES 1 801,2 9 262,0 99,2% 109,6%12 CIH 1 382,1 8 300,6 98,8% 107,9%13 LABELVIE 1 220,6 7 569,0 98,8% 96,9%14 SONASID 1 203,5 7 398,2 98,8% 76,3%15 ATLANTA 1 180,1 7 027,4 98,8% 71,8%16 HOLCIM MAROC 1 100,4 6 747,1 98,0% 70,4%17 DELTA HOLDING 1 073,5 5 791,5 96,0% 67,4%18 CMT 1 023,2 5 788,4 95,6% 65,1%19 WAFA ASSURANCE 1 023,0 5 462,2 94,8% 64,2%20 BMCI 1 000,6 4 853,0 94,8% 56,5%21 SAMIR 963,3 4 615,0 94,0% 54,9%22 SMI 905,6 3 852,2 92,8% 51,7%23 ENNAKL 881,6 3 728,8 91,6% 51,7%24 AUTO HALL 877,8 3 328,8 91,2% 50,6%25 MAROC LEASING 788,1 3 039,5 90,5% 49,9% * Données à fin avril 2011 sur une année glissante. ANALYSE & RECHERCHE 6
  7. 7. Mensuel avril 2011 Le triptyque des Top 20 P/E 2011E NEXANSMAROC 5, 5x LYDEC 7, 5x IB MAROC.COM 7, 5x MINIERE TOUISSIT 8, 3x COLORADO 8, 3x CARTIER SAADA 8, 6x MAGHREBAIL 8, 7x SAMIR 9, 4x BERLIET MAROC 9, 4x TIMAR 9, 6x DISWAY 9, 6x MICRODATA 9, 8x M2M Gr oup 10, 7x ALUMINIUM DU MAROC 10, 9x MAGHREB OXYGENE 10, 9x REALIS. MECANIQUES 10, 9x EQDOM 11, 5x SNEP 12, 1x PROMOPHARM S.A. 12, 3x COSUMAR 12, 3x TOTAL MARCHE 15, 9x P/B 2011E NEXANSMAROC 0, 9x BERLIET MAROC 0, 9x CARTIER SAADA 1, 0x RISMA 1, 0x MAGHREB OXYGENE 1, 1x CIH 1, 1x MED PAPER 1, 1x INVOLYS 1, 2x IB MAROC.COM 1, 2x SAMIR 1, 2x REALIS. MECANIQUES 1, 3x TIMAR 1, 3x DISWAY 1, 3x SNEP 1, 4x STOKVISNORD AFRIQUE 1, 4x CTM 1, 4x MAGHREBAIL 1, 4x MAROC LEASING 1, 5x LYDEC 1, 6x BCP 1, 6x TOTAL MARCHE 2, 8x D/Y 2011E IB MAROC.COM 11, 5% MICRODATA 9, 4% LYDEC 7, 7% ALUMINIUM DU MAROC 7, 6% M2M Gr oup 7, 5% MAGHREB OXYGENE 7, 5% AGMA LAHLOU-TAZI 7, 3% MINIERE TOUISSIT 7, 3% ITISSALAT AL-MAGHRIB 7, 2% MAGHREBAIL 7, 1% EQDOM 6, 5% LESIEUR CRISTAL 6, 2% COLORADO 6, 0% DISWAY 5, 5% ATLANTA 5, 5% CTM 5, 4% PROMOPHARM S.A. 5, 3% DELTA HOLDING S.A 5, 1% HOLCIM ( Mar oc ) 5, 0% SALAFIN 4, 9% TOTAL MARCHE 4, 1%ANALYSE & RECHERCHE 7
  8. 8. Mensuel avril 2011 Analyse technique Une évolution en Trading Range Le MASI accélère au cours du mois d’avril son downward trend, clôturant la séance du 4 avril à son plus bas depuis le début de l’année de 11 778 points. Après avoir rebondi la séance d’après sur les 11 700 points, seuil correspondant au retracement à 50,0% de la vague corrective entamée depuis le 13 janvier, le baromètre de toutes les valeurs cotées s’oriente vers les 12 100 points, avant de corriger sévèrement les 28 et 29 avril à 11 552 points, consécutivement à l’attentat perpétré à Marrakech. Par la suite, le MASI enregistre une reprise de forte amplitude, clôturant la séance du 4 mai à 11 950 points, soit une contre-performance annuelle de –5,58% . MASI Index En termes de prévisions, les indicateurs mathématiques ressortent globalement mitigés, ne permettant pas de confirmer la reprise enregistrée depuis le 2 mai. Dans ces conditions, le MASI devrait continuer d’évoluer à court terme dans un Trading Range compris entre 11 700 points et 12 100 points, soit des performances respectives de –2,09% et de +1,26% par rapport au cours du 04 mai.ANALYSE & RECHERCHE 8
  9. 9. Mensuel avril 2011 Aperçu économique Une économie toujours résiliente Evolution mensuelle du taux dutilisation des capacités Evolution mensuelle de lIndic e des prix à la consommation de production à fin mars 2011 à fin mars 2011 120 77% +1,7% 76% 76% 118 -1,6% 75% +2,6 1,8% -0,3% 75% 75% 116 -0,7% +0,0% -2,1% +0,4% +2,2% 74% 114 -2,3% -1,2% 73% 74% 112 73% +0,8% 72% +1,4% -0,6% 110 0,8% -0,1% 72% -0,3% +0,0% +0,9% -0,9% +0,2% 71% -1,0%-0,6% 71% 71% 108 106 69% +0,0 +0,1% -0,1% 0,0% 0,0% +0,0% 104 % +0,1% +0,1% +0,1% +0,0% +0,1% +0,4% 67% 102 100 65% a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 n-10 d-10 j-11 f-11 m-11 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 n-10 d-10 j-11 f-11 m-11 Alimentation Produits Non Alimentaires Indice Général Evolution des flux extérieurs à fin mars 2011 Evolution mensuelle de lIndice des prix à la production M AD M d industrielle à fin mars 2011 8 160 +2,9% 155 5,6% 7 150 0,9% 6 145 -0,3% 1,3% 5 +0,3% -0,1% +2,1% 140 +1,2% -1,2% -0,3% -1,1% 4 135 3 130 125 2 +0,1% -0,1% +0,1% -0,3% 0,3% +0,6% 120 1 0,3% -0,2% +0,0% -0,1% 0,2% +0,1% 115 0 110 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 n-10 d-10 j-11 f-11 m-11 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 n-10 d-10 j-11 f-11 m-11 Recettes M RE Recettes voyages IDE Industries Extractives Industries M anufacturières Variation de lagrégat de monnaie M3 et de ses contreparties Evolution mensuelle de la balanc e commerciale M AD M d M AD M d à fin mars 2011 à fin mars 2011 20 30 60% 15 25 55% 10 20 49,6% 49,4% 48,3% 50% 48,9% 46,9% 49,9% 5 15 46,0% 48,9% 48,3% 48,6% 45,9% 47,4% 45% 0 10 -5 40% 5 -10 0 35% a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 n-10 d-10 j-11 f-11 m-11 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 n-10 d-10 j-11 f-11 m-11 Importations CAF Exportations FOB Taux de couverture Avoirs extérieurs nets Concours à léconomie Agrégat de monnaie M 3ANALYSE & RECHERCHE 9
  10. 10. Mensuel avril 2011 Aperçu économique En dépit de la persistance des tensions géopolitiques dans la région MENA combinée à une reprise toujours apathique pour ses principaux partenaires économiques, le Maroc semble avoir fait preuve d’une résilience confirmée, enregistrant au terme des trois premiers mois de l’année un taux de croissance honorable de son économie. Ainsi et selon le haut Commissariat au Plan –HCP-, le PIB national aurait progressé au T1 2011 de 4,6% en glissement annuel, compte tenu dune hausse de 4,7% de la valeur ajoutée agricole et d’un élargissement de 4,5% du PIB non agricole. Les perspectives du HCP demeurent globalement favorables pour le deuxième trimestre, avec une croissance escomptée de 4,5% en T2 2011. L’orientation favorable de l’économie marocaine est notamment redevable à la bonne tenue des exportations en ce début d’année (+23,1%) et ce, grâce à la poursuite de la reprise des écoulements de phosphates et dérivées (+55,6% à MAD 10,2 Md). L’amélioration des ventes à l’étranger ont permis de compenser la hausse des importations de 23,9% en raison principalement de l’alourdissement des achats de produits alimentaires et énergétiques (+66,9% et 30,3% respectivement). Dans ce sillage, le taux de couverture CAF/FOB de la Balance Commerciale ressort à 48,6%, en quasi-stagnation comparativement aux trois premiers mois de 2010. Au volet paiements, les conflits politiques que connaissent les pays du Maghreb ne semblent pas avoir dissuader les touristes à se rendre au Maroc, puisque les recettes de voyages s’améliorent de 6,9% d’un mois à l’autre et de 26,9% par rapport au trois premiers mois de 2010. Même constat pour les transferts MRE et les Investissements et prêts privés étrangers qui s’apprécient de 13,9% et de 18,8% comparativement à la même période une année auparavant. Dans ces conditions et après avoir accusé une baisse de 8,9% la même période une année auparavant, les avoirs extérieurs ressortent en hausse à fin mars 2011 attribuable à l’augmentation de 4,5% des avoirs extérieurs de la Banque Centrale. La résilience de l’économie marocaine a été également étayée par l’enquête de conjoncture de BANK AL-MAGHRIB, laissant apparaitre un taux d’utilisation des capacités de production en amélioration de 2 points d’un mois à l’autre à 76%. Seul bémol, l’indicateur de création monétaire M3 ressort en quasi-stagnation à MAD 909,6 Md, tandis qu’au niveau de ses contreparties, l’encours des crédits bancaires se hisse de +1,5% seulement par rapport à fin décembre 2010. Le ralentissement de la croissance des crédits bancaires reflète ainsi la prudence des opérateurs bancaires face aux mutations politiques que connaît le pays, dans un contexte de persistance des pressions sur les liquidités bancaires. Pour sa part, la baisse de 0,1% qu’a enregistré l’indice des prix à la consommation résulte principalement du repli de 4,3% des prix des légumes .ANALYSE & RECHERCHE 10
  11. 11. Mensuel avril 2011 Faits marquants Eco-News ECONOMIE : Un taux de croissance de 3,2% en 2010 selon le HCP ... Selon le Haut Commissariat au Plan –HCP- l’économie marocaine aurait progressé, au terme du quatrième trimestre 2010, de 2,8% contre 8,7% une année auparavant. Ce ralentissement de la croissance tient compte d’un élargissement de 4,4% du PIB hors agriculture (+5,3% précédemment) contre un repli de la Valeur Ajoutée agricole de 7,5% (+31,1% en T4-2009). A prix courant, le PIB augmente de 4,4% par rapport au même trimestre de l’année précédente et ce, compte tenu d’un taux d’inflation de 1,6%. Par composantes, (i) les dépenses de consommation finale des ménages se sont accrues de 2,2% (vs. une baisse de 0,6% en T4-2009), (ii) celles des administrations publiques reculent de 2,4% (vs. une hausse de 9,6% précédemment) tandis que (iii) la Formation Brute de Capital Fixe –FBCF- se défait de 0,2% (vs. une augmentation de 6,7% une année auparavant). Dans ces conditions, le PIB 2010 aurait enregistré une progression de 3,2%, en repli de 1,7 points comparativement à 2009. L’inflation se serait bonifiée, quant à elle, de 0,8% d’une année à l’autre. … Un taux de croissance estimé à 3,9% du PIB en 2011 selon le FMI ... D’après le Fonds Monétaire International –FMI-, le Maroc devrait enregistrer des taux de croissance de 3,9% en 2011 et de 4,6% en 2012, contre 4,5% en 2011 et en 2012 pour l’économie mondiale. Au cours de cette même période, le PIB des pays émergents et en voie de développement devrait progresser en moyenne de 6% (dont 4,1% pour la région MENA) tandis que celui des pays avancés devrait augmenter de 2,5% seulement. Sur le plan de l’inflation, le Fonds Monétaire table pour le Maroc sur un taux de 2,9% en 2011 et en 2012 au moment où le taux de chômage devrait se fixer à 8,9% et à 8,7% respectivement. … Et, une croissance escomptée de 4,5% en variation annuelle pour le second trimestre 2011 selon le HCP Au premier trimestre 2011 et selon le HCP, le PIB du Maroc aurait progressé de 4,6% en glissement annuel, compte tenu dune hausse de 4,7% de la valeur ajoutée agricole et d’un élargissement de 4,5% du PIB non agricole. Pour le deuxième trimestre, les perspectives du HCP demeurent globalement favorables. En effet, l’économie marocaine devrait s’accroître de 4,5% en T2-2011, profitant de la croissance escomptée de 4,5% des activités non-agricoles, lesquelles devraient bénéficier de la bonne orientation du secteur tertiaire ainsi que de la reprise des activités de BTP.ANALYSE & RECHERCHE 11
  12. 12. Mensuel avril 2011 Faits marquants BANK AL-MAGHRIB : Des investissements de MAD 106 Md prévus en 2011 pour les établissements publics Sur la base du dernier rapport de BANK AL-MAGHRIB publié durant le mois de mars 2011, les investissements des établissements publics devraient se hisser de 60% à MAD 106 Md en 2011 et ce, comparativement à la moyenne des investissements du secteur durant ces cinq dernières années. Signalons que ce montant global devrait être alloué principalement aux secteurs des phosphates et des énergies renouvelables. En parallèle, les investissements privés devraient également afficher un trend haussier sur la même période, capitalisant principalement sur le renforcement de l’activité dans les principaux secteurs porteurs, notamment le bâtiment et les travaux publics. BUDGET : Un déficit de MAD 3,4 Md en janvier 2011 Selon le Ministère des Finances, l’exécution de la Loi de Finances à fin janvier 2011 laisse apparaître une progression de 2,4% à MAD 15,9 Md des recettes ordinaires comparativement au même mois de l’année précédente (dont MAD 13,6 Md de recettes fiscales, en légère hausse de 1,9%). Cette évolution tient compte du repli de 18,1% à MAD 4,1 Md des impôts directs, en raison de la baisse de 52,2% à M MAD 884 des recettes de l’IS, ayant été partiellement compensée par la hausse de 2,3% à MAD 3,0 Md de celles de l’IR. Les recettes des impôts indirects ressortent, quant à elles, à MAD 8,2 Md, en augmentation de 5,3% en glissement annuel. En tête d’affiche, les recettes de la TVA progressent de 8% à MAD 6,4 Md tandis que les recettes des TIC accusent une baisse de 3,5% à MAD 1,8 Md. De leur côté, les dépenses ordinaires inscrivent une augmentation de 18,9% à MAD 18,5 Md (dont MAD 13,0 Md pour les dépenses de biens et services, en hausse de 5,1%). Cet alourdissement provient de la hausse de 5,4% des dépenses du personnel et de 4,6% de celles des autres biens et services. Les charges en intérêts marquant un bond de 62,2%, sous l’effet de l’alourdissement de 58,4% du service de la dette intérieure et de 120,8% de celui de la dette extérieure. Talon d’Achille du budget 2011, les dépenses de compensation atteignent MAD 3,4 Md, en progression de 80,2% en glissement annuel suite à la flambée des cours internationaux des matières premières tandis que les dépenses d’investissement atteignent MAD 7,3 Md, en amélioration de 4,9%, pour un taux de réalisation de 15,2%. Dans ces conditions, le déficit budgétaire ressort à MAD 3,4 Md, contre MAD 2,4 Md un an auparavant.ANALYSE & RECHERCHE 12
  13. 13. Mensuel avril 2011 Faits marquants BALANCE COMMERCIALE : Un déficit en aggravation de 33,3% à MAD 25,6 Md à fin février 2011 Au terme du mois de février 2011, les exportations marocaines de marchandises totalisent MAD 26,2 Md, en hausse de près de 28% comparativement à une année auparavant. Hors phosphates, les exportations enregistrent une progression de 17,5% à MAD 19,7 Md tandis que les ventes de phosphates et dérivées se sont établies à MAD 6,5 Md, réalisant un bond de 75,8% à fin février 2011. Cette performance est notamment redevable à la bonne tenue des produits finis d’équipements (+40,2%), des produits bruts (+39,1%) et des produits de consommation (+13%). A contrario, les exportations des produits alimentaires reculent de 10,2%. Plus dynamique, les importations de marchandises affichent une croissance de 30,5% à MAD 51,8 Md, contre MAD 39,6 Md en février 2010. Hors pétrole, les importations se hissent de 27,8% à MAD 47 Md tandis que les achats de pétrole s’élargissent de 67,9% à MAD 4,7 Md (vs. MAD 2,8 Md en février 2010). Dans ce sillage, le taux de couverture ressort à 50,7%, contre 51,7% une année auparavant. Par conséquent, le déficit de la balance commerciale ressort en aggravation de 33,3% à MAD 25,6 Md, contre MAD 19,2 Md en février 2010. IDE : Repli de 14,7% des recettes des investissements et prêts privés étrangers à MAD 3,19 Md à fin février 2011 Selon l’Office des Changes, les recettes au titre des investissements et prêts privés étrangers s’établissent à MAD 3,19 Md à fin février 2011, en baisse de 14,7% par rapport à une année auparavant. Comparativement à la moyenne des deux premiers mois des années 2006 à 2010, qui se monte à MAD 4,84 Md, ces recettes enregistrent un repli plus important de 34,1%. La ventilation des investissements et prêts privés étrangers laisse apparaître une prédominance des investissements directs avec 80,3%, suivis des investissements de portefeuille avec 11,6% et des prêts privés étrangers avec 8,1%. Sur la même période, les dépenses d’investissements reculent de 87,8% à MAD 1,64 Md et sont constituées à hauteur de 66% des cessions d’investissements directs étrangers. INDICE DES PRIX A LA CONSOMMATION : Léger repli de 0,1% en mars 2011 comparativement à un mois auparavant D’après le HCP, l’Indice des Prix à la Consommation –IPC- aurait accusé, au cours du mois de mars 2011, une baisse de 0,1% par rapport au mois précédent. Cette évolution tient compte d’un repli de 0,3% de l’indice des produits alimentaires contre une hausse de 0,1% de celui des produits non alimentaires. En effet, les prix des légumes reculent de 4,3% tandis que ceux des poissons et fruits de mer augmentent de 2,3% et ceux des viandes se hissent de 0,5%.ANALYSE & RECHERCHE 13
  14. 14. Mensuel avril 2011 Faits marquants Par région, les baisses les plus importantes ont été enregistrées à Oujda avec -1,4%, à Fès et Béni Mellal avec -0,5% et à Al-Hoceima avec -0,4%. A l’opposé, l’IPC ressort stable dans plusieurs villes du Royaume dont Casablanca. Il affiche une progression de 0,5% à Marrakech, à Laâyoune et à Guelmim et de 0,4% à Settat. Comparé à mars 2010, l’indice des prix à la consommation enregistre une hausse de 0,6% suite à l’élargissement de 0,3% de l’indice des produits alimentaires et de 0,8% de celui des produits non alimentaires. Dans ces conditions, l’inflation sous-jacente, excluant les produits à prix volatiles et les produits à tarifs publics, se bonifie de 0,2% par rapport à février 2011 et de 1,6% par rapport à mars 2010. CREDITS A L’ECONOMIE : Quasi-stagnation des crédits à fin mars 2011 comparativement au 31/12/2010 Selon la presse économique, les crédits à l’économie marquent à fin mars 2011 une progression limitée de 0,76% comparativement au 31/12/2010. Cette quasi-stagnation intègre essentiellement : • Une amélioration de 9,12% des comptes chèques débiteurs ; • Une hausse de 5,5% des comptes courants débiteurs ; • Un repli de 4,5% des crédits de trésorerie ; • Une contraction de 0,83% des crédits à l’équipement ; • Une progression de 2,44% des crédits immobiliers particuliers ; • Et, une quasi-stagnation des crédits immobiliers promoteurs. Sur une année glissante, les crédits bancaires cantonnent leur évolution à +2,6%, recouvrant notamment un accroissement de 19,45% des comptes chèques débiteurs, une expansion de 12,37% des crédits immobiliers particuliers et une quasi-stagnation des crédits immobiliers promoteur. SMIG : Une hausse prévue de 15% à horizon 2012 selon la presse économique Suite à des discussions avec les partenaires sociaux dans un contexte de pression politique intense, le Gouvernement aurait décidé de : • Augmenter le Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti -SMIG- de 15% en deux temps : 10% en 2011 et 5% en 2012 ; • Accroître le Salaire Minimum Agricole Garanti -SMAG- de 15% en trois temps : 10% en 2011 et 2,5% en 2012 et en 2013 ; • Rajouter un nouveau grade au niveau de l’administration publique, lié à un éventuel rallongement du départ à la retraite à 62 ans.ANALYSE & RECHERCHE 14
  15. 15. Mensuel avril 2011 Faits marquants ACCORD DE LIBRE-ECHANGE : Hausse de 51% des exportations américaines en produits agricoles au Maroc à M USD 766 Au terme de l’année 2010, les exportations américaines en produits agricoles vers le Maroc se hissent de 51% à M USD 766 (et de près de 4x comparativement à l’année 2005), capitalisant principalement sur les accords de libre échange établis entre les deux pays. Par produits, l’huile de soja, le tourteau de soja et le blé accaparent conjointement plus de 60% de ses achats, à respectivement M MAD 197,6, M MAD 164,9 et M MAD 101,4. Les produits agricoles américains représentent ainsi en 2010 près de 19% des importations agricoles du Maroc contre seulement 8% en 2005. En parallèle, les exportations marocaines de produits agricoles vers les États-Unis ressortent à M USD 168 contre M USD 90 à fin 2005 et concernent principalement l’huile d’olive, les produits de la mer et les agrumes frais. RISQUE PAYS : Maintien de la notation COFACE pour le Maroc Le Groupe Français d’Assurance Crédit à l’Exportation COFACE a maintenu la notation du Maroc inchangée à A4. En effet et dans un contexte régional marqué par la persistante des tensions géopolitiques, la COFACE justifie la notation du Maroc par la stabilité politique dont bénéficie le Pays ainsi que par les progrès effectués en matière denvironnement des affaires. Parallèlement, la COFACE a revu à la baisse les notes de plusieurs pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord notamment le Bahreïn et la Libye. Les notes concernant la Tunisie et l’Égypte et la Syrie ont été, quant à elles, placées sous surveillance négative. Notons que la COFACE a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour l’économie mondiale en 2011 à 3,2%, contre 3,4% précédemment.ANALYSE & RECHERCHE 15
  16. 16. Mensuel avril 2011 Faits marquants Nouveautés Sectorielles Banques CREDITS BANCAIRES : Hausse annuelle de 6,6% à MAD 625,0 Md à fin février 2011 Au terme du deuxième mois de l’année 2011, les crédits bancaires s’inscrivent en hausse de 6,6% comparativement à février 2010 pour s’établir à MAD 625,0 Md. Sur un mois, ces derniers progressent de 1,5% entre janvier 2011 et février 2011. Par type, les crédits immobiliers s’apprécient de 8,9% à MAD 192,0 Md par rapport à février 2011 (dont +12,4% pour les crédits à l’habitat et +2,3% pour les crédits promoteurs) tandis que les crédits à l’équipement se bonifient de 14,6% à MAD 133,7 Md. Les comptes débiteurs/crédits de trésorerie et les crédits à la consommation s’élargissent, quant à eux, de 7,1% à MAD 144,6 Md et de 7,7% à MAD 32,7 Md respectivement. En revanche, les créances diverses sur la clientèle enregistrent une baisse de 5,7% à MAD 91,7 Md à fin février 2011. Pour leur part, les créances en souffrance ressortent en quasi-stagnation (-0,7%) à MAD 30,2 Md sur la même période (vs. MAD 29,4 Md en janvier 2010). Assurances Des pouvoirs plus élargis pour la nouvelle autorité de régulation Le projet de Loi réglementant l’autorité de contrôle et de régulation des assurances et de la prévoyance sociale devrait être soumis incessamment au Secrétariat Général du Gouvernement –SGG-. Ce projet devrait avoir pour objectif premier de garantir un équilibre des pouvoirs au sein de l’autorité de régulation afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle et surtout d’assurer son indépendance par rapport au Ministère des Finances. Ce projet prévoit également l’octroi davantage de liberté au Président, qui selon le texte, devrait trancher en matière des sanctions disciplinaires. De même, l’octroi ou le retrait d’agrément relèverait désormais de l’autorité et non plus du Ministère des Finances. Enfin, le projet vise l’extension des attributions de l’autorité de régulation aux secteurs des mutuelles et de la retraite. Capital investissement Une levée de près de MAD 7,2 Md sur la période 1999-2010 A fin 2010 et selon l’Association Marocaine des Investisseurs en Capital –AMIC-, le montant cumulé des capitaux levés depuis 1999 totalise MAD 7,2 Md, dont MAD 3 Md (soit 42%) collectés par des fonds transrégionaux, principalement dans les secteurs de l’agriculture, l’agroalimentaire, la santé et les NTIC.ANALYSE & RECHERCHE 16
  17. 17. Mensuel avril 2011 Faits marquants Pour la seule année 2010, une enveloppe de M MAD 665 a été investie dans 32 actes d’investissement (19 entreprises nouvellement investies dont 6 co-investies et 7 réinvesties). Notons que la durée moyenne d’accompagnement sur 36 entreprises désinvesties est de 4,5 ans pour un taux de rentabilité interne moyen de 17% à fin 2010. Pour 2011, l’AMIC table sur la réalisation d’un montant d’investissement de MAD 1,5 Md pour les fonds en phase d’investissement. Tourisme Amélioration de 7,2% des arrivées à 1,83 millions de touristes à fin mars 2011 Au titre du premier trimestre 2011, les recettes générées par les touristes non-résidents s’élèvent à MAD 11,1 Md, en accroissement de 7,2% comparativement à une année auparavant. Cette performance demeure attribuable à l’amélioration de 6% de la fréquentation touristique à 1,83 millions. Concernant les nuitées dans les établissements d’hébergement classés, celles-ci ont progressé de 7%. Par ville, les plus fortes augmentations ont été enregistrées à Agadir (+22%), à Ouarzazate (+7%) et à Casablanca (+4%). En revanche, Tanger et Fès affichent des contre-performances de -5% et de -7% respectivement. Il en ressort un taux d’occupation moyen de 41%, en appréciation de 2 points comparativement au T1-2010. Sur le seul mois de mars, les nuitées s’affaissent de 5% par rapport à la même période en 2010, suite notamment au repli des touristes non-résidents. Le taux moyen d’occupation des chambres a connu, quant à lui, une baisse de 3 points à 42%. Télécoms Accroissement de 4,36% du parc abonnés à 33,3 millions à fin mars 2011 ... Selon les dernières statistiques de l’Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications –ANRT-, le parc global de la téléphonie mobile s’est apprécié de 4,36% à 33,3 millions de clients à fin mars 2011 comparativement à fin décembre 2010 (contre une évolution significative de 23,4% par rapport à fin mars 2010), établissant le taux de pénétration à 104,78% contre 101,49% à fin 2010 et 85,82% une année auparavant. La structure de ce parc demeure quasiment inchangée avec 96% en prépayé contre seulement 4% en post payé. Par opérateur, et en dépit de la perte de près de 3 points comparativement à fin décembre 2010 et de 7,7 points par rapport à une année auparavant, MAROC TELECOM maintient son leadership avec un total de 16,655 millions d’abonnés (-235 000 comparativement à fin 2010 et +1,076 millions par rapport à fin mars 2010), correspondant à une market share de 49,9%. Sur la seconde marche du podium, MEDITELECOM affiche une part de marché de 33,3% contre 33,7% à fin décembre 2010ANALYSE & RECHERCHE 17
  18. 18. Mensuel avril 2011 Faits marquants et 37,6% une année auparavant. A contrario, WANA voit sa part de marché se hisser durant cette période, passant de 4,8% en mars 2010, à 13,5% à fin 2010 et à 16,8% à fin mars 2011 (+1,296 millions d’abonnées en séquentiel et +4,309 millions par rapport à fin mars 2010). Pour sa part, le parc global de la téléphonie fixe se replie de 2,8% à 3,643 millions de clients et ce, comparativement à fin décembre 2010, contre une évolution de +5,8% comparativement à une année auparavant. Par conséquent, le taux de pénétration s’établit à 11,44% à fin mars 2011 contre 11,90% à fin 2010 et 10,93% une année auparavant. Par opérateur, WANA CORPORTE accapare une part de marché de 65,5% contre 34,02% pour MAROC TELECOM et 0,48% pour MEDITELECOM. En parallèle, le nombre de publiphone recule à fin mars 2011 de 3,6% comparativement à fin 2010, pour se fixer à 175 090 unités, dont 79,40% détenus par MAROC TELECOM et 20,6% par MEDITELECOM. Concernant le segment Internet, le nombre total des abonnés à l’ensemble des services enregistre une hausse significative de 16,4% à 2 172 903 connexions à fin mars 2011 contre +59,5% comparativement à une année auparavant. MAROC TELECOM confirme sa position de leader avec une part de marché de 57,46%, suivi par WANA CORPORATE avec 26,21% et MEDI TELECOM avec 16,33%. Par type d’accès, l’Internet 3G représente 76,2% du parc global contre 23,72% pour l’ADSL. Signalons que MAROC TELECOM affiche une hausse de 4,05 points sur ce segment à fin mars 2011 comparativement à fin décembre 2010, établissant sa market share à 44,23%, au détriment de WANA CORPORATE dont la part de marché s’affaisse de 6,35 points à 34,33% sur la même période. De son côté, MEDITELECOM voit sa part de marché s’apprécier 2,3 points à 21,44%. … Et, davantage d’attributions pour le régulateur Dans le cadre de la nouvelle vision du secteur à horizon 2013, l’ANRT a remis un avant-projet de loi et trois avants-projets de décrets auprès du Secrétariat Général du Gouvernement. Le premier texte concerne la modification et la complétion de la loi n° 24-96 relative à la poste et aux télécommunications. Pour leur part, les avants-projets de décrets concernent principalement l’interconnexion, les conditions générales d’exploitation des réseaux publics de Télécoms, la procédure à suivre devant l’ANRT en matière de litiges et de pratiques concurrentielles ainsi que l’élargissement des attributions du régulateur. Automobiles Des écoulements de 26 625 unités en progression de 9,52% à fin mars 2011 Au terme des trois premiers mois de l’année 2011, les ventes des véhicules toutes catégories confondues (Voiture Particulière –VP- et Véhicule Utilitaire Léger –VUL-)ANALYSE & RECHERCHE 18
  19. 19. Mensuel avril 2011 Faits marquants enregistrent une progression de 9,52% à 26 625 immatriculations comparativement à la même période en 2010 dont 23 130 unités VP (+9,88%) et 3 495 unités VUL (+7,24%). Pour le seul mois de mars, les écoulements ressortent à 10 231 unités, en augmentation de 19,03% comparativement à la même période en 2010. Par segment, la commercialisation des VP s’élargit de 17,64% à 8 855 voitures, portée principalement par le bon comportement des ventes de (i) DACIA avec 1 974 unités (+37,47%), (ii) RENAULT avec 1 659 unités (+20,13%), (iii) FORD avec 509 unités (+32,21%), (iv) TOYOTA avec 322 unités (+55,56%) et (v) CITROEN avec 526 (+13,12%). Les ventes VUL se hissent, quant à elle, de 28,84% à 1 376 unités grâce à l’accroissement des écoulements des marques (i) FORD de 2,5x à 206 unités, (ii) RENAULT de 3,0x à 157 unités et (iii) PEUGEOT de 3,2x à 149 unités. Transports TRAFIC AERIEN : Hausse de 2,7% en mars 2011 à 1 265 379 passagers par rapport à mars 2010 Selon les dernières statistiques de l’Office National des Aéroports –ONDA-, le trafic global de passagers s’est apprécié de 2,7% en mars 2011 pour s’établir à 1 265 379 personnes et ce, comparativement à une année auparavant. L’aéroport de Casablanca Mohamed V arrive à la première place du podium avec 565 247 passagers, suivi par l’aéroport de Marrakech-Ménara avec 303 343 passagers, en quasi-stagnation comparativement à la même période 2010. De son côté, l’aéroport Agadir-Al Massira affiche une légère baisse de 0,59% à 138 751 passagers. En parallèle, le trafic international commercial s’est hissé de 5,81% à 1 127 422 passagers sur la même période contre une contraction de 18,67% du trafic domestique commercial. TANGER MED : Hausse de 106% du trafic à 8 millions de tonnes à fin mars 2011 A fin mars 2011 et selon l’Autorité Portuaire de TANGER MED –TMPA-, le port aurait enregistré un trafic de 8 millions de tonnes, en augmentation de 106% par rapport au premier trimestre de 2009. En effet, 602 000 conteneurs auraient transité par les quais du port de transbordement, en hausse de 48% par rapport à la même période de 2010. Par région, les lignes desservant l’Afrique de l’Ouest arrivent en tête de peloton avec une progression de 70%, suivie de celles à destination de l’Amérique avec une amélioration de 30%. Pour sa part, l’activité import-export poursuit son orientation favorable avec 15 000 conteneurs transités, en bonification de 31% (vs. une moyenne nationale de 4% seulement), tandis que le trafic TIR transféré sur le port de TANGER MED depuis mai 2010 ressort à 48 563 unités, en élargissement de 15% par rapport à mars 2010.ANALYSE & RECHERCHE 19
  20. 20. Mensuel avril 2011 Faits marquants Au volet passagers, près de 266 814 passagers et 101 812 véhicules ont transité par le port au cours du premier trimestre 2011. Dans ces conditions, le chiffre d’affaires généré par le port au cours des trois premiers mois de l’année s’établit à M MAD 234,8, en expansion de 124% par rapport à la même période de 2010. BTP & Matériaux de Construction VENTES DE CIMENTS : Accroissement de 11,46% des ventes à près 3,7 millions de tonnes à fin mars 2011 Au terme des trois premiers mois de l’année 2011, la consommation du ciment ressort en expansion de 11,46% par rapport à la même période en 2010, s’établissant à 3,7 millions de tonnes. Par région, la plus importante hausse a été relevée à Tadla-Azilal (+66,9% à 156 496 tonnes) qui profite notamment de la construction du tronçon autoroutier Berrechid-Azilal. Non loin derrière, les ventes de ciments au niveau de la région Fès-Boulemane s’apprécient de 53,4% à 190 449 tonnes, grâce au lancement de plusieurs projets de logements sociaux ainsi qu’à la construction de l’autoroute Fès-Oujda. Enfin, la région du Grand Casablanca marque une amélioration de 13,9% à 573 954 tonnes. En revanche, Marrakech-Tensift-Al Haouz affiche une évolution négative de -10,8%, suite essentiellement à la crise immobilière que connaît la ville.ANALYSE & RECHERCHE 20
  21. 21. Mensuel avril 2011 Faits marquants Nouvelles de Sociétés Infrastructures DITEMA MAROC : Lancement des travaux de construction d’un parc entrepreneurial et résidentiel prévu en juillet dans la région de Settat Selon la presse économique, la société DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TECHNOLOLOGIQUE MAROC –DITEMA- MAROC SA, filiale de DITEMA Espagne, devrait lancer en juillet 2011 les travaux de construction d’un parc entrepreneurial et résidentiel baptisé ENTRETRÉS dans la région de Settat. Ce projet consiste en la réalisation d’une ville industrielle, technologique, logistique et résidentielle intégrée sur une superficie de 4 000 000 m². Il devrait également comprendre un centre d’affaires, un palais des congrès, des hôtels, etc. Cette nouvelle citée serait inspirée du modèle développé à la ville de Grenade par la Société PARQUE METROPOLITANO INDUSTRIAL Y TECHNOLOGICO DE GRENADA créée en 2001. L’actionnariat de DITEMA MAROC est composé de près de 200 sociétés, dont 150 espagnoles et le reste marocaines, qui devraient s’implanter sur le site du projet.ANALYSE & RECHERCHE 21
  22. 22. Mensuel avril 2011 Faits marquants Opérations sur le Capital Augmentation de capital AUTO HALL : Convocation à l’Assemblée Générale Mixte du 31 mai 2011 Au terme de la réunion du Conseil d’Administration du Groupe AUTO HALL, tenue le 25 avril courant, il a été décidé de proposer aux Assemblées Générales Ordinaire et Extraordinaire convoquées le 31 mai 2011 : • De se prononcer sur l’attribution, outre d’un dividende de MAD 3,5, d’un dividende exceptionnel de MAD 2,5 (soit un total de MAD 6) ; • Et, de décider d’une augmentation du capital (d’après nos estimations d’un maximum de M MAD 118), en laissant à chaque actionnaire une option de paiement du dividende exceptionnel soit en numéraire soit en actions ou les deux à la fois. Rappelons qu’à fin 2010, la filiale du Groupe AMANA draine un chiffre d’affaires consolidé de M MAD 2 627,0 pour un résultat net consolidé de M MAD 191,9. En terme de performances boursières, AUTO HALL affiche des gains annuels en 2010 de +28,19% à MAD 90,50 et une contre performance year-to-date de –12,71% à MAD 79 en date du 29 avril 2011. Fusions / Acquisitions CELLULOSE DU MAROC : Prise de contrôle par le Groupe SAUDI PAPER COMPANY CDG DEVELOPPEMENT, filiale de la CAISSE DE DEPOT ET DE GESTION –CDG-, a signé un mémorandum d’entente avec le Groupe SAUDI PAPER COMPANY, à travers sa filiale SAUDI INVESTMENT AND INDUSTRIAL DEVELOPMENT COMPANY. Au terme de cet accord, le Groupe saoudien devrait prendre le contrôle de CELLULOSE DU MAROC tandis que CDG DEVELOPPEMENT devrait maintenir une participation minoritaire dans cette société. Cette opération, qui valorise 100% des fonds propres de CELLULOSE DU MAROC à un montant variant entre M MAD 505 et M MAD 620, devrait être achevée à fin juillet 2011. L’entrée de SAUDI PAPER COMPANY dans le capital de CELULLOSE DU MAROC devrait permettre à cette dernière d’accélérer son développement dans un contexte de fortes tensions concurrentielles sur le marché. Pour CDG DEVELOPPEMENT, cette opération traduit sa volonté de se recentrer sur ses métiers de base, à savoir (i) l’aménagement et le développement urbain, (ii) la promotion et le développement immobilier, (iii) les services aux collectivités et (iv) les infrastructures. Créé en 1989, le Groupe saoudien SAOUDI PAPER est leader dans la fabrication de mouchoirs en papier au niveau du monde arabe et important producteur de papier mouchoirs haut de gamme sur les marchés national et international. Parmi les principales marques du Groupe (i) MANADEEL, (ii) EXCELLENCE, (iii) MOUCHOIR,ANALYSE & RECHERCHE 22
  23. 23. Mensuel avril 2011 Faits marquants (iv) ZAMAN, (v) CITY, (vi) PURE et (vii) WEEKEND. Le Groupe dispose également de plusieurs filiales, opérant dans le recyclage et dans la collecte de papiers, implantées notamment aux Émirats Arabes Unis, au Maroc (AL MADAR PAPER TRADING), au Bahreïn, en Jordanie et en Algérie. Enfin, le Groupe saoudien détient un fonds d’investissement baptisé SAUDI INVESTMENT AND INDUSTRIAL DEVELOPMENT COMPANY dont l’objectif et d’optimiser les opportunités d’investissements du Groupe dans le Royaume d’Arabie Saoudite et dans le Monde. INGELIANCE : Renforcement de sa participation dans sa filiale marocaine Selon la presse économique, INGELIANCE, l’ingénieriste français, vient de renforcer sa participation dans sa filiale marocaine INTERFACE INGENIERIE MAROC –IIM- pour un contrôle à 100%. Basée à Mohammedia, IIM a été créée en 2007 pour accompagner certains clients de la maison mère présents au Maroc à savoir le Groupe SAFRAN (notamment ses filiales SNECMA, et AIRCELLE), DAHER ainsi que EADS. Active dans l’ingénierie documentaire destinée principalement aux sociétés opérant dans les secteurs de l’aéronautique, des équipements industriels, de l’automobile et de l’industrie ferroviaire, IIM réalise un chiffre d’affaires de M MAD 3 à fin 2009. Depuis 2005, INGELIANCE, fruit du regroupement d’INTERFACE France et d’autres cabinets d’ingénierie industrielle, dispose de plusieurs implantations en Europe notamment dans l’Hexagone, en Roumanie, en Espagne et en Allemagne. A fin 2009, le Groupe français affiche des revenus de M EUR 35 soit près de M MAD 400. Programme de rachat MAROC TELECOM : Reconduction du programme de rachat de ses propres actions Désirant mieux réguler l’évolution du cours de son titre en Bourse, MAROC TELECOM a lancé un programme de rachat de ses propres actions dont les caractéristiques sont les suivantes : • Nombre maximum d’actions à détenir : 16 000 000 actions, soit 1,82% du capital ; • Prix maximum d’achat : MAD 210 par action ou sa contre-valeur en Euro ; • Prix minimum de vente : MAD 135 par action ou sa contre-valeur en Euro ; • Somme maximale à engager : La valeur de l’ensemble des actions MAROC TELECOM détenues par la société, ne pourrait être supérieure au montant des réserves, autres que la réserve légale, soit M MAD 2 564. Toutefois, dans le cas où la société procéderait, pendant la durée du présent programme de rachat, à l’augmentation de ses réserves autres que légales, elle pourrait accroître la valeur globale de ses actions propres en conséquence, sans pour autant dépasser MAD 3,4 Md, montant maximum du programme de rachat ;ANALYSE & RECHERCHE 23
  24. 24. Mensuel avril 2011 Faits marquants • Durée du programme : Une période maximale de 18 mois, du 13 juin 2011 au 13 décembre 2012 ; • Mode de financement du programme : par ses ressources propres. BMCI : Renouvellement de son programme de rachat d’actions BMCI a obtenu le visa du Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières -CDVM- pour le renouvellement du programme de rachat de ses propres actions, afin de régulariser le cours de son titre en Bourse. Les caractéristiques de ce programme sont fixées comme suit : • Nombre maximum d’actions à détenir : 663 942 actions, soit 5% du capital ; • Prix maximum d’achat : MAD 1 250 par action ; • Prix minimum de vente : MAD 900 par action ; • Somme maximale à engager : M MAD 829,9 ; • Durée du programme : 12 mois à compter du 2 mai 2011 ; • Mode de financement du programme : par la trésorerie disponible.ANALYSE & RECHERCHE 24
  25. 25. Mensuel avril 2011 Faits marquants Publication des résultats Sociétés cotées AFRIQUIA GAZ : Progression du RNPG 2010 de 17,3% à M MAD 333,9 A l’instar des comptes sociaux, les indicateurs consolidés de la société AFRIQUIA GAZ ressortent en progression en 2010, bénéficiant principalement d’un effet prix favorable ainsi que de la hausse des écoulements. Les produits des activités de la société s’établissent ainsi à M MAD 3 245,6, en appréciation de 24,6% comparativement à une année auparavant. De son côté et suite principalement à l’alourdissement de 30,6% à M MAD 2 288,3 des coût des biens et services vendus, le résultat d’exploitation consolidé limite sa hausse à 17,4% à M MAD 480,5, réduisant néanmoins la marge opérationnelle de près de 1 point à 14,8%. Dans une proportion quasi-identique, le RNPG augmente de 17,3% à M MAD 333,9, établissant la marge nette à 10,3% contre 10,9% à fin décembre 2009. Rappelons que les comptes sociaux laissent apparaître un chiffre d’affaires de M MAD 3 447,2 (+23,5%), un résultat d’exploitation de M MAD 429,7 (+13%) et un résultat net de M MAD 329,3 (+12%). MAGHREB OXYGENE : Bonification du RNPG 2010 de 2,4% à M MAD 17,0 pour des revenus consolidés en quasi-stagnation à M MAD 208,9 En 2010 et après intégration des comptes des filiales PROACTIS (25%), TAFRAOUTI (24%) et SODEGIM (50%), MAGHREB OXYGENE affiche des réalisations consolidées en quasi-stagnation et ce, au même titre que les comptes sociaux. Ainsi, le chiffre d’affaires consolidé de la filiale fluide du Groupe AKWA se stabilise en 2010 à M MAD 208,9 contre M MAD 207,2 une année auparavant. Dans une proportion quasi-identique, le résultat d’exploitation ressort à M MAD 30,1 (contre M MAD 30 une année auparavant), établissant la marge opérationnelle à 14,4% contre 14,5% à fin décembre 2009. Néanmoins et suite principalement à la baisse de l’impôt sur les sociétés de 6,3% à M MAD 6,9, le RNPG de la société s’apprécie légèrement de 2,4% à M MAD 17,0, fixant la marge nette à 8,2% contre 8,0% à fin 2010. Rappelons que les comptes sociaux laissent apparaître un chiffre d’affaires de M MAD 208,2 (en quasi-stagnation), un résultat d’exploitation de M MAD 30,5 (+4,5%) et un résultat net de M MAD 18 (+3,9%).ANALYSE & RECHERCHE 25
  26. 26. Mensuel avril 2011 Faits marquants SAMIR : Un RNPG 2010 de M MAD 727,1 contre un déficit de M MAD –145,9 en 2009 La filiale marocaine du Groupe CORRAL affiche, au terme de l’année 2010, un chiffre d’affaires consolidé de M MAD 37 Md en progression de 37,3% comparativement à une année auparavant, capitalisant tant sur la hausse des cours du pétrole au niveau international que sur l’augmentation de 4% des écoulements de la société à 6,8 mil- lions de tonnes. Intégrant des autres produits de l’activité de M MAD 2 417,9 (contre M MAD 952,7 une année auparavant), le résultat d’exploitation s’apprécie de 12,6x à M MAD 1 410,6 en dépit de l’alourdissement de 36,6% à MAD 37,2 Md des achats et autres charges externes. Par conséquent, la marge opérationnelle se bonifie de 3,4 points pour se fixer à 3,8%. De son côté, le résultat financier creuse son déficit à M MAD -563,7 contre M MAD -328,2 une année auparavant, suite probablement à l’alourdissement des charges d’intérêts et à la détérioration du bilan de change. Compte tenu (i) de l’élargissement de 37,4% à M MAD 93,4 de l’IS, (ii) d’un impôt différé de M MAD 120,5 et de (iii) l’appréciation de 36,6% de la part dans les résultats des sociétés mises en équivalence, le RNPG ressort à M MAD 725,1 contre M MAD -145,9 une année auparavant, portant la marge nette à près de 2%. Rappelons que les comptes sociaux laissent apparaître un chiffre d’affaires de MAD 37 Md, un résultat d’exploitation de M MAD 1 451 et une capacité bénéficiaire de M MAD 836. ENNAKL AUTOMOBILES : Repli du chiffre d’affaires de 64,7% à M TND 36,9 à fin mars 2011 Suite aux événements survenus en Tunisie au cours du mois de Janvier 2011 affectant l’activité économique globale du pays, la société ENNAKL AUTOMOBILES affiche, au terme des trois premiers mois de l’année en cours, un chiffre d’affaires de M TND 36,9 (soit M MAD 211,0), en régression de 64,7% comparativement à la même période une année auparavant. Ce repli est imputable notamment au : • Ralentissement de la demande sur le marché tunisien qui a enregistré une baisse de près de 52% en terme de nouvelles immatriculations sur la même période ; • Déblocage courant mars de l’avance sur quota d’importation des véhicules neufs au titre de l’année 2011 ; • Et, à la non-récurrence des revenus de l’activité véhicules industriels, qui a été transférée en avril 2010 à la société ENNAKL VEHICULES INDUSTRIELS –EVI-. Retraité de ces revenus, le chiffre d’affaires d’ENNAKL ressortirait en repli de 47,5%.ANALYSE & RECHERCHE 26
  27. 27. Mensuel avril 2011 Faits marquants Dans une proportion plus importante, le résultat opérationnel brut (hors autres charges externes, impôts et taxes et dotations d’exploitation) se contracte de 76,1% à M TND 2,2 (soit M MAD 12,4) et ce, en dépit de la diminution des charges salariales suite au (i) transfert du personnel affecté à l’activité véhicules industriels à la société EVI, (ii) départ de 3 hauts cadres de la société en fin d’année 2010 et (iii) à la baisse de la prime sur revenus octroyée aux commerciaux. De ce fait, la marge brute s’effrite de 2,8 points à 5,9%. Pour sa part, le résultat financier recule de 61,2% à K TND 375,5 (soit M MAD 2,1). Dans ce contexte difficile, la société a comptabilisé une provision de M TND 1,7 (soit M MAD 9,7) relative aux dégâts constatés sur son stock de véhicules neufs notamment (i) la disparition de 20 véhicules (8 PORSCHE et 12 SEAT) pour une valeur estimée à M TND 1,5 et (ii) les divers dommages constatés sur d’autres véhicules stationnés au port pour près de M TND 0,2. La trésorerie nette s’élève, quant à elle, à M TND 37,1 contre M TND 9,9 au 31/03/2010. HPS : Hausse de 16,4% à M MAD 188,0 des revenus consolidés à fin 2010 Au terme de l’année 2010, le Groupe HPS affiche un chiffre d’affaires consolidé de M MAD 188,0, en appréciation de 16,4% comparativement à une année auparavant, bénéficiant principalement de son dynamisme commercial matérialisé par : • Le lancement en France du projet avec CEDICAM (centre opérationnel monétique du Groupe Crédit Agricole, gérant toute la chaîne des flux ainsi que l’activité de personnalisation des cartes bancaires) d’une taille de M EUR 5,2 ; • La consolidation de la présence en Asie à travers le lancement des activités monétiques de SHINSEI BANK au Japon (pour M USD 1,8) et la signature d’un contrat important avec CHINA TRUST aux Philippines ; • Le démarrage avec succès de l’activité monétique d’EMBRATEC sur la plate-forme POWERCARD ; • La signature d’un nouveau contrat avec FIRST CARIBBEAN INTERNATIONAL BANK (née de la fusion en 2002 entre BARCLAYS et CIBC) pour M MAD 1,6 ; • La conclusion d’un contrat d’envergure avec BMCE BANK au Maroc pour la gestion de l’ensemble de l’activité monétique sur GAB ; • L’adjudication d’un premier contrat au Ghana pour équiper son switch monétique GHIPSS (pour M USD 1,0) ; • La signature d’un troisième contrat au Nigeria avec GUARANTY TRUST BANK (pour M USD 1,0) ; • Et, l’acquisition de 100% du capital de ACP QUALIFE.ANALYSE & RECHERCHE 27

×