Cuisine traditionelle au vietnam

169 vues

Publié le

Décernée du titre “la nouvelle star culinaire d’Asie”, la cuisine vietnamienne est devenue dans ces derniers temps une nouvelle tendance dans le monde occidental.

Publié dans : Alimentation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
169
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cuisine traditionelle au vietnam

  1. 1. HORIZON VIETNAM TRAVEL Adresse : No 8.4, Building A4, rue Tran Dang Ninh, Hanoi Tel: (0084) 4 37 93 80 51 – Fax: (0084) 4 37 92 12 09 Mobile: (0084) 978.90.05.90/ (0084) 168.415.35.69 Email: info@horizon-vietnamvoyage.com Website : www.horizon-vietnamvoyage.com La cuisine Vietnamienne traditionnelle Décernée du titre “la nouvelle star culinaire d’Asie”, la cuisine vietnamienne est devenue dans ces derniers temps une nouvelle tendance dans le monde occidental. On trouve de plus en plus des plats vietnamiens dans les listes de « Top food » de grands magazines comme celle de CNN sur « 50 meilleurs mets dans le monde » (avec Pho et Goi cuon _ rouleaux de printemps) ; notre banh-mi s’est trouvé dans la liste des 11 meilleurs street-foods par National Geographic, aussi celle des 10 meilleurs sandwichs dans le monde par le Huffington post… Tout cela vous mène probablement à cette question dont nous essayerons aujourd’hui de vous fournir la réponse: Qu’est-ce que la cuisine vietnamienne ? Le cha gio vietnamien
  2. 2. Comme toute autre gastronomie dans le monde entier, la cuisine vietnamienne met en œuvre une culture qui tire le meilleur parti de son milieu naturel. La riziculture aquatique s’est interprétée dans une cuisine ayant la base du riz avec toute une gamme de produits variés : du riz bouillit ou frit, aux différents pâtes comme le pho, le Nem, le vermicelle ; les banh (gâteaux) et les galettes… Le repas quotidien peut varier de famille en famille, de région en région au niveau des mets, mais ce qui reste invariable, c’est le bol de riz. Le riz se mange avec de la viande, des végétaux, du poisson, avec ou sans soupe…et même seul, avec qu’un mélange de cacahuète écrasé, des grains de sésames et du sel, appelé muối-vừng. Pour le petit-déjeuner, les soupes composants des pâteset de différents bouillons comme le pho, le bun-rieu, le mi-quang, le hu-tiu…sont très préférés. Ces pâtes sont tous les produits à base du riz, ou plus précisément de la farine du riz, traités différemment selon les régions ou les saisons, pour créer de très variés saveurs et textures. Le nem – top des meilleurs mets de la cuisine vietnamienne Un autre trait identifiant de notre cuisine préférée est son odeur subtile, venant de l’utilisation d’une grande diverse d’épices et des herbes odoriférantes. Chef Didier Corlou, l’ancien chef exécutif du Sofitel Métropole d’Hanoï, considère les épices et les
  3. 3. herbes odoriférantes comme le patrimoine culinaire du Vietnam. Il y existe non seulement des épices et herbes rares, mais aussi les épices habituels de qualité excellente : curry d’Halong, badiane, cardamome noire, clous de girofle, vanille, curcuma, thé vert, poivre des Cimes, poivre de Phu Quoc, fleur de sel de nuoc-mam, cannelle de Yen Bai, coriandre, talauma, poivres sauvages, piments, gingembre… Si le goût apporté par la cuisine indienne_ qui utilise également beaucoup d’épices_ est énergique et explosant comme un feu d’artifice, celui de la cuisine vietnamienne ressemble plus tôt à un des spectacles des Grandes Eaux du château de Versailles, où l’on savoure simultanément léchant des eaux, de la lumière et de la musique en même temps. Elle est une gastronomie d’équilibre et d’harmonie. Parlant de l’équilibre, il ne faut pas oublier la balance entre les éléments du Yin et ceux du Yang dans la cuisine vietnamienne. Dans la philosophie vietnamienne, le Yin et le Yang sont les deux aspects indécomposables d’un fait ou d’un objet, et la perfection ne peut atteindre qu’avec l’existence de ces deux éléments dans un même être. Pourtant, les ingrédients et les épices dans la cuisine vietnamiens sont censés d’être attaché soi au Yin (viande de canard, poissons, crustacés, des haricots, du soja, aubergine, aloie verra..), soi au Yang (piment, citronnelle, ailes, gingembre, poivre, feuille de laksa, du poulet, de la chèvre, du bœuf, de l’alcool…). On peut trouver dans la cuisine vietnamienne les plats parfaitement combinés de ces deux éléments comme : le canard avec la sauce de saumure au gingembre ; les crevettes à vapeur aux citronnelles ; des aubergines flambées au caramel… Pourtant, ce qui emporte cette balance à chaque plat vietnamien, c’est la sauce aigre-douce de saumure de poisson dans laquelle on met du piment, du jus de citron et du sucre _ éléments de Yang pour compenser au fort élément de Yin : le jus du poisson de mer.
  4. 4. Gastronomie vietnamienne La fraicheur est aussi un des traits accentués de la cuisine vietnamienne. Favorisé par la nature, le Vietnam possède un climat nourrissant pour les végétaux, et aussi un système fluvial qui fournit une source colossale de divers types de poissons. Différemment à la cuisine chinoise et celles des autres pays du Sud-est d’Asie, la nourriture vietnamienne est très fine: au niveau des techniques culinaires, on ne frit que rarement les ingrédients car il est difficile de consommer des plats frits, trempés dans l’huile dans un climat tropical et humide. Souvent, on trouve les plats sautés, bouillis, mijotés, cuit à l’étouffée, au bain-marie… Spécialement, la gamme des salades dans la cuisine vietnamienne est quasi-infinie. Quoique ce soit une salade fruitée ou celle de fruit de mer, combiné avec le goût des 5 épices de la sauce saumure offre une fraicheur parfaite pour échapper à la chaleur d’un midi estival. La finesse de notre cuisine s’exprime aussi par la complexité des plats. On ne rencontre jamais un ingrédient qui se mange seul : chacun est toujours accompagné par au moins une certaine épice.
  5. 5. Le Pho – le symbol de la cuisine nationale La star de la cuisine vietnamienne est, bien sur, la sauce saumure du poisson, ou puisqu’elle a gagné son entrée dans le dictionnaire français, rendons-nous son nom propre : le nuoc-mam. Le nuoc-mam consiste la spécialité qui différencie la cuisine du Vietnam à celle occidentale. Tout comme le riz, il est un des plats Vietnamiens populaires et indispensables d’un repas, quelque soit un repas quotidien, un repas de mariage ou un repas diplomatique. La tasse de sauce que l’on utilise ensemble est le symbole de l’esprit communautaire du repas des Viets.
  6. 6. Si la cuisine française a été élevée au niveau d’un art sophistiqué, qui exige l’art de la table, du vin et des mets d’accompagnement… surtout un certain niveau de connaissance pour pouvoir l’apprécier, la gastronomie vietnamienne est beaucoup plus accueillante. Dans le temps, la cuisine était, et reste toujours une affaire de famille, et non pas un art de restauration. De plus, l’esprit communautaire dans le repas vietnamien s’exprime aussi par le fait où ils partagent le même bol de soupe, la même tasse de sauce d’où une ambiance très accueillante durant le repas. Continuons dans cette comparaison, nous trouverons que le repas français se sert plat par plat : on fini l’un avant de servir l’autre. Tandis qu’au Vietnam, tout est servi en même temps : chaque bouchée est un mariage_ elle peut contenir du riz, du potage, des légumes, de la viande…tout ensemble. Un plateau complet “un mâm” qui contient tous les plats en même temps est visuellement très amusant. Cela n’exige plus une présentation complexe de chaque plat individuel. La cuisine vietnamienne est aussi marquée par les baguettes vietnamiennes. Dès 2 ans, les petits enfants apprennent déjà à manger avec des baguettes ; et il est super facile de capter l’image des touristes qui, eux aussi, apprennent à les utiliser.
  7. 7. Repas royal Hue Une autre spécialité de la cuisine vietnamienne, c’est les marchands ambulants. Dans les rues de Hanoï et de Ho-chi-minh ville, on trouvera des femmes qui vendent de divers mets, disons street-food, des “bia hoi” la bière en pression ou du thé ; et les gens mangent directement sur les trottoirs sans distinction de classe ou de rang. Ce qui marque un trait identifiant _ une autre preuve de l’accès facile de la cuisine vietnamienne. Un des plus grands écrivains de la littérature contemporaine du Vietnam a dit : « Manger, c’est beaucoup plus qu’un art ! C’est toute une culture. » Il est donc impossible de vous présenter une conception complète sur la cuisine vietnamienne à travers quelques ligne. Nous vous invitons à découvrir nos articles qui suivent, présentant les spécialités gastronomiques du Vietnam dans cette rubrique.

×