Les grandes questions éthiques et la       prévention de la santé             Pascal Nouvel       Département de philosoph...
Quest-ce que léthique ?Réflexion critique sur le comportement humain.Définition qui englobe tous les comportements humains...
Léthique en un sens plus précisPourtant, il existe des aspects de la vie humaine qui font, plus que dautres, lobjet dune a...
Importance du regret pour léthiqueLe regret : marque la plus évidente dun échec de lanticipation éthique.Regretter quelque...
Espèces du regretIl y a tout dabord le regret lié à une étourderie, à un   manque dattention. Regret dinattention.Il y a e...
Troisième sorte de regretIl y a une troisième sorte de regret qui est bien plus   intriguant au point de vue éthique.Il co...
DistinctionLà encore, il convient de distinguer deux cas :Cas du regret problématique : le regret est lié à lexamen de la ...
Kierkegaard – Ou bien... ou bien (1843)« Ramasse ton chapeau, tu le regretteras. Ne le  ramasse pas, tu le regrettera auss...
Conflit dimpulsionsLe conflit se présente entre une impulsion « raisonnable » mais présentant peu dattraits immédiat et un...
Le regret instantanéSi on opte malgré tout pour la vengeance, on sengage  dans un acte quon regrette instantanément.  Lind...
Médée furieuse de Delacroix (1862)
Optimisme de léthiqueAu point de vue de léthique, il sagit là de situations particulièrement difficiles à aborder.En effet...
Agir contre soiCette situation ne concerne pas seulement le personnage mythique de Médée. Ni même seulement les cas de col...
AkrasiaOn parlera dakrasia pour désigner, par exemple, les situations dans lesquelles un individu ne suit pas les résoluti...
PlanDans cette conférence, je voudrais mintéresser à une situation dakrasia particulièrement évidente : la colère.Je le fe...
ProblématiqueDonc, deux parties dans lesquelles je suivrai plus particulièrement :Le couple passion-raison dans lantiquité...
Médée« Je vois le meilleur, je lapprouve, et je fais le pire ».« Video meliora, proboque, deteriora sequor ».Emblème de la...
De la passion à la raisonLa passion = maladie de lâme.Philosophe = médecin de lâme.Paradigme de la passion = la colère.La ...
Aristote vs StoïciensDerrière cet ensemble de notions cohérentes, qui fonctionnent comme un système, on trouve néanmoins d...
Valeur de la colèreChez Aristote : il existe de bonnes colères. Lindignation, quand elle est justifiée, est une colère bon...
Akrasia = passionMais le point commun, cest que lakrasia est pensée comme une des propriétés de la passion.La passion nous...
Stoïcisme : Sénèque (-4, 65), De iraSénèque, De la colère  (entre 41 et 49).Origine de la colère.La question de la colère ...
Réponse de Sénèque« La colère est inconnue des bêtes sauvages et de tous  les êtres à lexception de lhomme. En effet,  quo...
De la passion à lémotionJe passe à lanalyse de la situation contemporaine.Elle se caractérise par le remplacement du coupl...
Place de Darwin dans lanalyse des                affectsLexpression des émotions chez lhomme et chez  lanimal (1872).Darwi...
Phylogenèse du sentimentHomo sapiens : 200 000 ans.Homo : 2 000 000 ans.Plus proche ancêtre commun avec le chimpanzé :  en...
Antonio Damasio (2003)« Les sentiments de douleur ou de plaisir, ou de toute  autre qualité, forment le soubassement de no...
Culturel vs biologiqueIl sagit là du fond commun de la réflexion sur le   sentiment.Mais il y aussi dimportantes différenc...
La question de la colère2007 : Sloterdjik, Colère et temps  > Anthropologie culturelle.2009 : The biological basis of ange...
Conflit des anthropologiesLanthropologie culturelle a mis laccent sur la  diversité des cultures humaines et des émotions....
Anthropologie culturelle de la colèreLe livre de Peter Sloterdjik, Colère et temps.Montre que notre culture, depuis ses or...
Le premier mot de la littératureHomère, Illiade (850-750   « Déesse chante-nous la av JC)                      colère dAch...
Les colèresColère divine : Dieu et   Colère humaine : un des ses prophètes ont des     péchés capitaux ; celui colères qui...
Eskimo UtkuLes Eskimo Utku qui, selon Jean Briggs ne se mettent jamais en colère.Never in anger : portrait of an eskimo fa...
Les siouxRoyal B. Hassrick, Les Sioux : Vie et coutumes dune société guerrière, Albin Michel, 1993.Conclusion : la colère ...
Anthropologie culturelleSloterdijk passe en revue lensemble des  manifestations de la colère.Sa conclusion est que notre c...
Coléro-centrismeMais aussi contre la colère car la colère apparaît comme la grande école éthique de loccident.Cest en déve...
Biological basis of anger – Center for Economics and        neuroscience – Université de Bonn. Martin Reuter             T...
Behavioural Brain Research (2009)The biological basis of anger.« La colère est une des émotions fondamentales quon  trouve...
Place dans la littérature scientifiqueLarticle se rattache à un vaste ensemble de  productions qui, depuis environ 15 ans,...
Gène de la violence ?Couverture : revue Science, 28 juillet 2000.Un dossier y est consacré à la génétique de la violence e...
Imposture possibleIl est rare que les scientifiques   parlent de « gène de la   violence ».Ils savent quun comportement  n...
Conflit didéologiesCe nest pas parce quil y a des charlatans parmi les médecins que tous les médecins sont des charlatans....
MéthodeIl faut donc examiner en détail ces résultats pour juger   adéquatement de leur pertinence.En ce qui concerne larti...
DARPP-32Ils se tournent vers un gène déjà connu pour être  impliqué dans certaines pathologies (en  l’occurrence : addicti...
Données connuesCe gène existe sous deux formes qui sont identifiées par un polymorphisme sur un nucléotide unique qui peut...
Question posée par léquipeEst-ce que le même génotype nest pas associé à des comportements non pathologiques, comme la col...
Les trois paramètres testésLe test psychologique est le test de personnalité élaboré par Jaak Panksepp (ANPS : Affective N...
Panksepp - ANPS
RésultatsSur les 838 personnes testées, une corrélation statistiquement significative apparaît entre :1) Propension à la c...
ConclusionLe tempérament colérique est, en partie, sous la dépendance dun déterminisme génétique.Ce que les philosophes cl...
Hypothèse sur le coléro-centrismeLà nous trouvons une esquisse de réponse à la question de savoir pourquoi la culture occi...
Valeur de la colèreLes auteurs se demandent finalement si la colère est bonne ou mauvaise.Ils remarquent que la colère peu...
Retour sur lakrasiaLakrasia nest plus pensée comme conflit entre la  raison et la passion mais comme conflit entre la  nat...
Problématique contemporaineLes uns disent : « la personnalité de chacun est déterminée par sa culture ».Les autres disent ...
Expérience de penséeAvant den venir à lintérêt que peut avoir la prise en compte de certains éléments de la problématisati...
Origine du « colérique »Supposons que nous trouvions le résultat que nous pouvons attendre ayant lu larticle de Reuter et ...
Réponse : non. Pourquoi ?Parce que même si les deux jumeaux ont été élevés  ensemble, dans les mêmes conditions, le fait q...
Limites de lopposition nature/cultureLes deux éléments – propension naturelle et expérience de vie – vont produire des dif...
Dépassement de loppositionPour sortir du cadre dans lequel ces questions se sont posées, il faut tenir compte de lhistoire...
Principe de lexpérienceCest ce que nous allons faire dans le cadre dune  expérimentation qui est en cours dans le laborato...
ConcrètementDes personnes porteuses des deux allèles (T et C) de DARPP-32 seront invitées à lire un texte antique sur la c...
ConclusionJe vous donne rendez-vous dans quelque mois pour  discuter des résultats.Et pour voir de quelle manière ces résu...
Héraclite (VI ème siècle av JC)Le caractère, pour lhomme, cest son démon – Le  caractère, pour lhomme, cest son destin.« I...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la prévention santé

745 vues

Publié le

L'éthique est le domaine de réflexion qui traite de l'agir humain. Elle est souvent considérée comme l'aboutissement de la philosophie. Cependant, certains grandes questions de l'éthique se voient éclairées d'une manière neuve et inattendue par les progrès récents des sciences biologiques et psychologiques. C'est un de ces progrès qu'on s'attachera plus particulièrement à suivre dans cette conférence. On montrera ainsi que la question que posaient les philosophes stoïciens dans l'antiquité ¨C Sénèque, notamment, dans son De la colère, De Ira ¨C (« qu'est-ce que la colère et comment la contrôler ? ») est aujourd'hui reprise avec des accents différents par certains courants de la biologie et de la psychologie qui demandent : « Les comportements colériques sont-ils sous la dépendance d'un déterminisme génétique ou d'un déterminisme culturel ? Comment distinguer la part respective de chacune de ces deux contributions possibles dans un comportement donné ¨C colérique ou autre ? Et, le cas échéant, comment prévenir certains des effets de ces comportements ? »

Derrière une différence évidente de formulation se laisse apercevoir une même préoccupation. Toutefois l'introduction du thème de l'opposition entre nature et culture, si typique de la philosophie scientifique dont nous sommes les héritiers, modifie aussi considérablement le point de vue sur les questions que posaient les philosophes stoïciens. On analysera ces différences à la lumière de deux contributions récentes : l'une, qui plaide en faveur d'une origine culturelle des comportements colériques, a été développée par le philosophe Peter Sloterdijk dans son livre Colère et temps paru en 2007 (Sloterdijk, 2007)`. Sloterdjik y explique que la civilisation occidentale, dans son ensemble, est coléro-centrique : la culture occidentale a toujours, selon lui, accordé une place centrale à la colère (qu'elle soit divine ou humaine). L'autre, qui plaide en faveur d'une explication en partie génétique des comportements colériques, a été développée par une équipe de chercheurs de l'Université de Bonn et a été publiée en 2009 (Reuter, Weber, Fiebach, Elger, & Montag, 2009)`. Elle affirme qu'un des gènes du génome humain peut se présenter sous plusieurs formes et que l'une de ces formes se trouve être majoritaire chez des personnes au tempérament notoirement colérique (ce que les média résument volontiers en parlant de « gène de la colère »).

Le rapprochement de ces deux contributions, celle du philosophe et celle des scientifiques, sera l'occasion d'ouvrir le débat très controversé entre les explications génétiques et culturelles d'un comportement, de peser les arguments qui sont présentés en faveur de chacune des deux thèses et de présenter, finalement, les travaux qui sont en cours de réalisation, dans le laboratoire Epsylon (en collaboration avec Nathalie Blanc), pour contribuer à éclairer ce débat.

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
745
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la prévention santé

  1. 1. Les grandes questions éthiques et la prévention de la santé Pascal Nouvel Département de philosophie Université Montpellier 3 Centre d’Éthique Contemporaine Équipe Epsylon
  2. 2. Quest-ce que léthique ?Réflexion critique sur le comportement humain.Définition qui englobe tous les comportements humains, leurs causes et leurs conséquences.En ce sens très général, léthique est concernée par tous les aspects de la vie humaine.
  3. 3. Léthique en un sens plus précisPourtant, il existe des aspects de la vie humaine qui font, plus que dautres, lobjet dune attention éthique.Ce sont ceux dans lesquels un individu dit quelque chose ou sengage dans une action quil va regretter ensuite.En un sens, le sentiment du regret est le point de départ du questionnement éthique.
  4. 4. Importance du regret pour léthiqueLe regret : marque la plus évidente dun échec de lanticipation éthique.Regretter quelque chose, cest découvrir les conséquences de quelque chose que nous avons dit ou fait et les juger néfastes.Mais il y a plusieurs sortes de regrets. Et toutes nont pas le même intérêt éthique.
  5. 5. Espèces du regretIl y a tout dabord le regret lié à une étourderie, à un manque dattention. Regret dinattention.Il y a ensuite le regret qui naît dune action dont on découvre plus tard les conséquences et dont le caractère regrettable napparaît quau moment de cette découverte. Regret différé.Ces deux genres de regret ont quelque chose en commun : au moment où on commet laction, on na pas lidée quon la regrettera ensuite.
  6. 6. Troisième sorte de regretIl y a une troisième sorte de regret qui est bien plus intriguant au point de vue éthique.Il correspond aux cas où le regret se présente dans le temps de laction elle-même.Cas où on accompli quelque chose en sachant quon va le regretter.
  7. 7. DistinctionLà encore, il convient de distinguer deux cas :Cas du regret problématique : le regret est lié à lexamen de la situation. Cet examen nous montre quil ny a pas dissue favorable à une situation donnée.Cas du regret instantané : sanalyse comme un rapport de force interne entre des impulsions contraires.
  8. 8. Kierkegaard – Ou bien... ou bien (1843)« Ramasse ton chapeau, tu le regretteras. Ne le ramasse pas, tu le regrettera aussi. Et maintenant, tu peux choisir ! »Deux options apparaissent, mais chacune se présente comme funeste.Cas de lhomme qui pense au mariage, par exemple.
  9. 9. Conflit dimpulsionsLe conflit se présente entre une impulsion « raisonnable » mais présentant peu dattraits immédiat et une impulsion « déraisonnable » mais présentant un puissant attrait immédiat.Cest le cas lorsque, par exemple, nous subissons un affront et que nous désirons nous venger tout en sentant ce que cette vengeance peut avoir de néfaste pour nous.
  10. 10. Le regret instantanéSi on opte malgré tout pour la vengeance, on sengage dans un acte quon regrette instantanément. Lindividu agit contre lui-même.Comme si il était mu par une force qui le subjuguait. Emporté par une puissance qui le dépassait.Il ne peut empêcher un mouvement, un geste, une parole alors même quil pressent ses conséquences néfastes.
  11. 11. Médée furieuse de Delacroix (1862)
  12. 12. Optimisme de léthiqueAu point de vue de léthique, il sagit là de situations particulièrement difficiles à aborder.En effet, léthique se fonde sur lidée, optimiste dans son fond, que réfléchir sur une situation permet de modifier un comportement.Or, on a là un cas qui se présente comme une sorte de défi à cet optimisme de léthique.
  13. 13. Agir contre soiCette situation ne concerne pas seulement le personnage mythique de Médée. Ni même seulement les cas de colère ou de vengeance.Elle se présente dans un ensemble de cas où les individus « agissent contre eux-mêmes ».Cest ce que les Grecs nommaient lakrasia – qui peut se traduire par : « paradoxe de la volonté ».
  14. 14. AkrasiaOn parlera dakrasia pour désigner, par exemple, les situations dans lesquelles un individu ne suit pas les résolutions quil a prises lui-même et quil sait être bonnes pour lui : sa volonté paraît divisée.Le non-respect dun traitement médical, par exemple (non observance) est un cas dakrasia. Son analyse est décisive pour la prévention.La procrastination, etc.
  15. 15. PlanDans cette conférence, je voudrais mintéresser à une situation dakrasia particulièrement évidente : la colère.Je le ferai en suivant, dans une première partie, la façon dont ces phénomènes furent conceptualisés et compris dans lantiquité.Je suivrai ensuite la façon dont nous les comprenons aujourdhui.
  16. 16. ProblématiqueDonc, deux parties dans lesquelles je suivrai plus particulièrement :Le couple passion-raison dans lantiquité.Le couple nature-culture à lépoque contemporaine.Lanalyse de la différence entre ces deux couples permet de faire ressortir les problématiques contemporaines.
  17. 17. Médée« Je vois le meilleur, je lapprouve, et je fais le pire ».« Video meliora, proboque, deteriora sequor ».Emblème de la servitude des passions.Platon, Protagoras : « connaître ce qui est le meilleur et ne pas le faire, bien quon le puisse, et faire le contraire. »
  18. 18. De la passion à la raisonLa passion = maladie de lâme.Philosophe = médecin de lâme.Paradigme de la passion = la colère.La passion, en tant que maladie, soppose à laction. Une passion est une servitude = elle entrave laction.La passion soppose à la raison.
  19. 19. Aristote vs StoïciensDerrière cet ensemble de notions cohérentes, qui fonctionnent comme un système, on trouve néanmoins des oppositions. Grande opposition :La colère est une passion. Elle est donc mauvaise.Mais nexiste-t-il pas de bonnes colères ?La colère est-elle parfois utile ou toujours nuisible ?
  20. 20. Valeur de la colèreChez Aristote : il existe de bonnes colères. Lindignation, quand elle est justifiée, est une colère bonne.Un homme qui ne serait pas capable déprouver de la colère ne serait pas même un homme pour Aristote.Pour les stoïciens, au contraire, la colère est toujours mauvaise. Cest la vertu qui fait quon réagit à un affront.
  21. 21. Akrasia = passionMais le point commun, cest que lakrasia est pensée comme une des propriétés de la passion.La passion nous fait faire des choses que nous regrettons ensuite.Il importe donc de décrire la passion en détail.Ceci pour mieux parvenir à la maîtriser.
  22. 22. Stoïcisme : Sénèque (-4, 65), De iraSénèque, De la colère (entre 41 et 49).Origine de la colère.La question de la colère chez lanimal : les animaux connaissent-ils la colère ?
  23. 23. Réponse de Sénèque« La colère est inconnue des bêtes sauvages et de tous les êtres à lexception de lhomme. En effet, quoiquelle soit lennemie de la raison, elle ne peut naître pourtant que là où il y a place pour la raison. Les bêtes ont de lemportement, de la rage, de la sauvagerie, des dispositions agressives, mais elles ne sont pas plus susceptibles de colère que de luxure, et pourtant pour certaines voluptés elles sont plus ardentes que lhomme. »« Les animaux nont que des semblants de colère. »
  24. 24. De la passion à lémotionJe passe à lanalyse de la situation contemporaine.Elle se caractérise par le remplacement du couple passion/raison par le couple nature/culture.Et aussi par le déplacement du concept de passion qui va être progressivement abandonné au profit du terme démotion.A lorigine de cette transition : la question de lémotion chez les animaux.
  25. 25. Place de Darwin dans lanalyse des affectsLexpression des émotions chez lhomme et chez lanimal (1872).Darwin met laccent sur le fait que les émotions existent déjà chez lanimal. Lhomme présente des caractères qui prolongent ceux de lanimal.Phylogenèse implique ontogenèse : l’ontogenèse des émotions se comprend par leur phylogenèse.
  26. 26. Phylogenèse du sentimentHomo sapiens : 200 000 ans.Homo : 2 000 000 ans.Plus proche ancêtre commun avec le chimpanzé : environ 8 Millions dannées.Plus proche ancêtre commun avec les mammifères : 220 millions dannées.Premiers vertébrés : 400 millions dannées.Huître : 600 millions dannées.
  27. 27. Antonio Damasio (2003)« Les sentiments de douleur ou de plaisir, ou de toute autre qualité, forment le soubassement de notre esprit. Bien souvent nous ne remarquons même pas cette réalité élémentaire parce que les images mentales des objets et des événements qui nous entourent, ainsi que les images associées aux mots et aux phrases qui les décrivent, absorbent une grande partie de notre attention. Mais il sont là. Ils sont la musique qui habite sans cesse notre esprit. »
  28. 28. Culturel vs biologiqueIl sagit là du fond commun de la réflexion sur le sentiment.Mais il y aussi dimportantes différences. Deux grandes tendances de lanthropologie contemporaine :Anthropologie culturelle et anthropologie biologique.Que devient la question de la colère ?
  29. 29. La question de la colère2007 : Sloterdjik, Colère et temps > Anthropologie culturelle.2009 : The biological basis of anger (les fondements biologiques de la colère) > Anthropologie biologique.Deux contributions représentatives de létat actuel de la question.
  30. 30. Conflit des anthropologiesLanthropologie culturelle a mis laccent sur la diversité des cultures humaines et des émotions.Lanthropologie biologique a mis laccent sur lunité des cultures humaines.La première nous montre la relativité des cultures, la seconde nous montre lunité sous-jacente à cette diversité.
  31. 31. Anthropologie culturelle de la colèreLe livre de Peter Sloterdjik, Colère et temps.Montre que notre culture, depuis ses origines, a entretenu une réflexion constante sur la colère.
  32. 32. Le premier mot de la littératureHomère, Illiade (850-750 « Déesse chante-nous la av JC) colère dAchille, de ce fils de Pélée, colèreΜῆνιν ἄειδε, θεὰ, détestable qui valut aux Πηληιάδεω Ἀχιλῆος Argiens dinnombrables οὐλομένην, ἣ μυρί’ malheurs, et jeta dans Ἀχαιοῖς ἄλγε’ ἔθηκε lHadès tant dâmes de πολλὰς δ’ ἰφθίμους héros... » ψυχὰς Ἄϊδι προῒαψεν ἡρώων
  33. 33. Les colèresColère divine : Dieu et Colère humaine : un des ses prophètes ont des péchés capitaux ; celui colères qui, par qui est, par ailleurs, définition, sont analysé par les « saintes ». philosophes.Colère des peuples : Colère culturelle : la scande lhistoire colère nexiste pas en politique des nations. tant que telle. Elle est Partis politiques = constamment redéfinie banques de la colère. par les cultures.
  34. 34. Eskimo UtkuLes Eskimo Utku qui, selon Jean Briggs ne se mettent jamais en colère.Never in anger : portrait of an eskimo family, Harvard University Press, 1970.
  35. 35. Les siouxRoyal B. Hassrick, Les Sioux : Vie et coutumes dune société guerrière, Albin Michel, 1993.Conclusion : la colère est un comportement culturellement (ou socialement) construit.
  36. 36. Anthropologie culturelleSloterdijk passe en revue lensemble des manifestations de la colère.Sa conclusion est que notre civilisation sest construite à la fois par et contre la colère.Par la colère parce que les grands moments qui lont façonnée sont des moments de colère collective.
  37. 37. Coléro-centrismeMais aussi contre la colère car la colère apparaît comme la grande école éthique de loccident.Cest en développant des techniques contre la colère que lhomme occidental a appris à devenir maître de lui-même avant de se proposer de devenir, comme le dira Descartes, « maître et possesseur de la nature ».Conclusion : la culture occidentale est coléro- centrique. Mais pourquoi lest-elle ?
  38. 38. Biological basis of anger – Center for Economics and neuroscience – Université de Bonn. Martin Reuter Travail dirigé par Christian Montag Weber Berndt Christian Fiebach Christian Elger
  39. 39. Behavioural Brain Research (2009)The biological basis of anger.« La colère est une des émotions fondamentales quon trouve autant chez les animaux que chez les humains, et, chez ces derniers, dans tous les groupes ethniques. »« On saccorde sur le fait quil existe des variations individuelles de la propension à la colère qui vont du normal au pathologique. »
  40. 40. Place dans la littérature scientifiqueLarticle se rattache à un vaste ensemble de productions qui, depuis environ 15 ans, est généralement désigné sous lintitulé « génétique du comportement ».Le principe en est le suivant : on caractérise un type de comportement. On cherche ensuite à identifier un gène qui lui est associé de façon statistiquement significative.Exemples : violence, fidélité, homosexualité, etc.
  41. 41. Gène de la violence ?Couverture : revue Science, 28 juillet 2000.Un dossier y est consacré à la génétique de la violence et ses conséquences sociales prévisibles.
  42. 42. Imposture possibleIl est rare que les scientifiques parlent de « gène de la violence ».Ils savent quun comportement nest jamais « déterminé » par un gène unique.Voir : B Jordan, 2000, Les imposteurs de la génétique.
  43. 43. Conflit didéologiesCe nest pas parce quil y a des charlatans parmi les médecins que tous les médecins sont des charlatans.De même : ce nest pas parce que certains discours peuvent être des impostures quil faut rejeter tout tous les résultats qui sont évoqués dans ces discours.Ce serait rejeter une idéologie pour tomber dans une autre. On passerait dune idéologie de lexplication biologique à un refus non moins idéologique de ces explications.
  44. 44. MéthodeIl faut donc examiner en détail ces résultats pour juger adéquatement de leur pertinence.En ce qui concerne larticle sur les fondements biologiques de la colère, comment les auteurs ont-ils procédé ?Ils partent de lidée générale que des gènes pourraient être associés à certains traits de caractère (non pathologiques).
  45. 45. DARPP-32Ils se tournent vers un gène déjà connu pour être impliqué dans certaines pathologies (en l’occurrence : addiction aux drogues et schizophrénie).Ce gène : DARPP-32, est situé sur le chromosome 17 chez lhomme (11 chez la souris).Il code pour une protéine qui régule le niveau de réponse à la dopamine (neurotransmetteur).
  46. 46. Données connuesCe gène existe sous deux formes qui sont identifiées par un polymorphisme sur un nucléotide unique qui peut être C ou T.On a donc trois génotypes possibles : TT, TC ou CC (génome diploïde).La présence de lallèle T : associé à des pathologies (schizophrénie, addiction).
  47. 47. Question posée par léquipeEst-ce que le même génotype nest pas associé à des comportements non pathologiques, comme la colère ?Léquipe a procédé de la façon suivante :838 volontaires sains. Sur chacun deux ils ont effectués trois tests différents : un test psychologique, un test biologique, un test génétique.
  48. 48. Les trois paramètres testésLe test psychologique est le test de personnalité élaboré par Jaak Panksepp (ANPS : Affective Neuroscience Personality Scale) consistant en un questionnaire présentant 110 entrées auquel il est répondu sur une échelle de Likert en 4 points.Le test génétique repère le génotype de la personne (TT, CT ou CC) > extrait de salive.Le test biologique consiste à déterminer le volume de lamygdale de la personne > RMN.
  49. 49. Panksepp - ANPS
  50. 50. RésultatsSur les 838 personnes testées, une corrélation statistiquement significative apparaît entre :1) Propension à la colère (paramètre ANGER du test ANPS).2) Génotype TT ou TC vs CC.3) Volume de lamygdale (obtenu par résonance magnétique).
  51. 51. ConclusionLe tempérament colérique est, en partie, sous la dépendance dun déterminisme génétique.Ce que les philosophes classiques appelaient notre « nature » peut être plus précisément déterminée comme « nature génétique ».Les auteurs complètent leur étude de considérations sur la génétique des populations humaines.
  52. 52. Hypothèse sur le coléro-centrismeLà nous trouvons une esquisse de réponse à la question de savoir pourquoi la culture occidentale est « coléro-centrique ».Les auteurs ont déterminé la fréquence des allèle TT, CT et CC dans les populations humaines.Ils trouvent quelle est plus élevée dans les populations européennes (85 % TT + CT, 15 % CC) quailleurs.
  53. 53. Valeur de la colèreLes auteurs se demandent finalement si la colère est bonne ou mauvaise.Ils remarquent que la colère peut avoir une certaine utilité et ils posent (sans le savoir apparemment) le problème que posaient déjà Aristote : existe-t-il des bonnes colères ?Donc : la génétique na en rien fait progresser le débat éthique.
  54. 54. Retour sur lakrasiaLakrasia nest plus pensée comme conflit entre la raison et la passion mais comme conflit entre la nature et la culture.Cest parce que le contexte (au sens large : environnement + culture) dans lequel je me trouve présente un désaccord avec ma nature que cette dernière se comporte dune manière akratique.On a entièrement changé de référentiel.
  55. 55. Problématique contemporaineLes uns disent : « la personnalité de chacun est déterminée par sa culture ».Les autres disent : « cest notre être biologique - qui est ultimement le produit de nos gènes - qui détermine notre comportement ».Les deux thèses ne sont pas incompatibles, mais selon quon prête plus attention à la première ou à la seconde, on va regarder les comportements humains de façons différentes.
  56. 56. Expérience de penséeAvant den venir à lintérêt que peut avoir la prise en compte de certains éléments de la problématisation antique de la colère, je voudrais montrer quil est impossible de trancher entre ces deux thèses.Supposons deux jumeaux vrais qui différeraient sur un seul point : lun deux serait porteur de lallèle T et lautre porteur de lallèle C du gène DARPP-32.On pratique un test ANPS vers 25 ans.
  57. 57. Origine du « colérique »Supposons que nous trouvions le résultat que nous pouvons attendre ayant lu larticle de Reuter et al.Le plus « colérique » des deux est celui qui porte lallèle T. Supposons que nous renouvelions lexpérience un grand nombre de fois et que nous trouvions chaque fois la même chose.Pourrait-on en conclure que lallèle T de DARPP-32 est responsable du caractère colérique ?
  58. 58. Réponse : non. Pourquoi ?Parce que même si les deux jumeaux ont été élevés ensemble, dans les mêmes conditions, le fait que lun deux ait simplement tendance à se mettre un peu plus facilement en colère va faire que, très vite, il va se mettre dans des situations spécifiques qui vont elles-mêmes laisser leur empreinte sur sa personnalité (repérables sous la forme de « souvenirs personnels »).Donc : impossible dassigner lorigine de différence.
  59. 59. Limites de lopposition nature/cultureLes deux éléments – propension naturelle et expérience de vie – vont produire des différences sans quil soit possible den déterminer lorigine.Cest ce caractère inextricable quil sagirait détablir de façon rigoureuse.Il est possible de le faire. Mais on ne peut le faire si on reste dans le cadre de la problématique actuelle dont on a désormais perçu les limites.
  60. 60. Dépassement de loppositionPour sortir du cadre dans lequel ces questions se sont posées, il faut tenir compte de lhistoire de ces questions.Cest-à-dire : percevoir derrière le plan de lopposition nature/culture (qui caractérise la problématisation contemporaine) lopposition raison/passion (qui caractérise la problématisation antique).
  61. 61. Principe de lexpérienceCest ce que nous allons faire dans le cadre dune expérimentation qui est en cours dans le laboratoire Epsylon en collaboration avec Nathalie Blanc.Nous allons suivre dun côté ce qui est le plus déterminé par la nature (gène), de lautre une activité qui est fortement déterminée par la culture (en loccurrence lactivité de lecture dun texte).Puis examiner les liens « nature/culture » avec « raison/passion » et les souvenirs personnels.
  62. 62. ConcrètementDes personnes porteuses des deux allèles (T et C) de DARPP-32 seront invitées à lire un texte antique sur la colère et à relater les expériences personnelles.Le résultat attendu est le suivant : les personnes porteuses de lallèle T vont décrire plus dexpériences personnelles en rapport avec le texte.Conclusion : On ne peut pas plus dire dune personne quelle est colérique à cause de ses gènes quà cause de ses expériences personnelles. CQFD.
  63. 63. ConclusionJe vous donne rendez-vous dans quelque mois pour discuter des résultats.Et pour voir de quelle manière ces résultats peuvent être utilisés dans le cadre de la prévention de la santé.Du point de vue de la méthode : on mobilise des savoirs qui appartiennent à des domaines généralement traités de façon séparée (littérature, philosophie, science). Donc : interdisciplinarité.
  64. 64. Héraclite (VI ème siècle av JC)Le caractère, pour lhomme, cest son démon – Le caractère, pour lhomme, cest son destin.« Il ny a, pour chacun, pas dautre démon que son caractère même. Si le choses, les événements, prennent pour nous bonne ou mauvaise tournure, ce nest pas dû à lintervention dun démon : cest notre caractère même qui est notre « démon », cest-à-dire qui fait que les choses « tournent » pour nous favorablement ou non. De sorte que le caractère, pour lhomme, est son destin. »

×