Budget previsionnel

628 vues

Publié le

La démarche budgétaire consiste à établir les programmes d’action chiffrés (budget).
Les budgets sont établis dans un certain ordre. Ainsi, le budget des ventes est le premier
construit. C’est en effet les prévisions de vente qui conditionnent les prévisions de production,
et éventuellement, de nouveaux investissements.
1. L’établissement des budgets
11. Les budgets d’exploitation
Le PCG définit les budgets d’exploitation comme « la prévision chiffrée de tous les éléments
correspondant à une hypothèse d’exploitation donnée pour une période déterminée ».
Les budgets d’exploitation présentent :
- à la fois des objectifs à atteindre (quantité à produire ou à vendre, qualité à atteindre,
etc.)
- les ressources mise en œuvre pour atteindre les objectifs (PM, MO, machines, etc.)
 Le budget des ventes et des frais de distribution
Le budget des ventes traduit le programme prévisionnel des ventes. Il peut être présenté par
produit, par représentation, par région, etc. C’est un budget essentiel, car c’est à partir de lui
que seront déterminés les quantités à produire et les besoins en approvisionnement.
Il peut comporter plusieurs rubriques :
- quantité à vendre
- coefficients saisonniers
- prix de vente
- montant de la TVA
- CA TTC
- Etc.
Le budget de distribution présente les moyens mis en œuvre pour réaliser le programme des
ventes. Il peut comporter les rubriques suivantes :
- salaires et charges sociales de la force de vente
- commission des représentants
- frais de publicité
- etc.
 Le budget de production
Il valorise le programme de production. Ce dernier repose sur les prévisions des ventes mais il
tient compte des contraintes liées à la capacité de production.
La valorisation est faite au coût préétabli.
Le budget de production détermine le budget des approvisionnements, le budget des
investissements et celui de autres charges.

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
628
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
19
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Budget previsionnel

  1. 1. Processu Rappels : La démarche budgétaire consiste à établir les programmes d’action chiffrés (budget). Les budgets sont établis dans un certain ordre. Ainsi, le budget des ventes est le premier construit. C’est en effet les prévisions de vente qui conditionnent les prévisions de production, et éventuellement, de nouveaux investissements. 1. L’établissement des budgets 11. Les budgets d’exploitation Le PCG définit les budgets d’exploitation comme « la prévision chiffrée de tous les éléments correspondant à une hypothèse d’exploitation donnée pour une période déterminée ». Les budgets d’exploitation présentent : - à la fois des objectifs à atteindre (quantité à produire ou à vendre, qualité à atteindre, etc.) - les ressources mise en œuvre pour atteindre les objectifs (PM, MO, machines, etc.) Le budget des ventes et des frais de distribution Le budget des ventes traduit le programme prévisionnel des ventes. Il peut être présenté par produit, par représentation, par région, etc. C’est un budget essentiel, car c’est à partir de lui que seront déterminés les quantités à produire et les besoins en approvisionnement. Il peut comporter plusieurs rubriques : - quantité à vendre - coefficients saisonniers - prix de vente - montant de la TVA - CA TTC - Etc. Le budget de distribution présente les moyens mis en œuvre pour réaliser le programme des ventes. Il peut comporter les rubriques suivantes : - salaires et charges sociales de la force de vente - commission des représentants - frais de publicité - etc. Le budget de production Il valorise le programme de production. Ce dernier repose sur les prévisions des ventes mais il tient compte des contraintes liées à la capacité de production. La valorisation est faite au coût préétabli. Le budget de production détermine le budget des approvisionnements, le budget des investissements et celui de autres charges. C HAPI TR E 5 Les budgets et documents de synthèse
  2. 2. Processu Le budget des approvisionnements Il repend les achats de matières/approvisionnements nécessaires à la production. Le budget est établi en fonction du programme d’approvisionnement. Schématiquement, les différents budgets d’exploitation s’articulent de la façon suivante : Budget des Ventes Budget de production Budget des frais de distribution Budget des approvisionnements Budget prévisionnel d’exploitation 12. Le budget des investissements C’est un budget hors exploitation. Il recense les prévisions de dépenses à court terme liées aux projets d’investissement de l’entreprise. Il a une influence sur la trésorerie et la présentation des états financiers prévisionnels. 13. Le budget des frais généraux Les frais généraux recouvrent des frais non liés au volume d’activité. Il s’agit pour l’essentiel de charges liées à la fonction « administration générale » (frais de la direction général, des services administratif, comptable, financier, informatique, etc.). Schématiquement, les différents budgets s’articulent de la façon suivante : Budget des Ventes & Distribution Budget des approvisionnements Budget de production Budget FG et des investissements Budget prévisionnel d’exploitation Budget prévisionnel hors exploitation Budget Trésorerie Bilan prévisionnel Compte de résultat prévisionnel
  3. 3. Processu 2. Le budget de trésorerie L’équilibre de la trésorerie est primordial. Deux objectifs sont sous-jacents à l’établissement de la trésorerie prévisionnelle : assurer la solvabilité à court terme et/ou optimiser les placements de trésorerie. Combler aux insuffisances de trésorerie Placer les excédents de trésorerie Escompte Affacturage Cession de créances professionnelles Crédit de mobilisation de créances commerciales Découvert bancaire Crédit de trésorerie Etc. Dépôt à terme OPCVM, SICAV, FCP Certificats de dépôt négociables Billets de trésorerie Bons de caisse Bons du trésor Etc. Le budget de trésorerie se construit à partir - du bilan de l’exercice précédent (pour la trésorerie initiale, les créances et les dettes en cours) ; - des budgets approuvés pour l’exercice à venir ; - des conditions de paiement des fournisseurs et de règlements des clients. Le budget de trésorerie se décompose en : - budget des encaissements (montants TTC) : ensemble des prévisions de ventes en tenant compte des conditions de règlement, des créances en cours l’exercice précédent ; - budget des décaissements (montant TTC) : ensemble des dépenses prévisionnelles d’exploitation et hors exploitation en tenant compte des différentes modalités de paiement des fournisseurs, caisses sociales, Trésor public. Le budget de trésorerie ne prend en compte que les flux de trésorerie, les amortissements sont donc exclus ; les montants retenus sont les montants TTC. Préalablement au budget des décaissements, il est nécessaire d’établir le budget de TVA. 3. L’élaboration des documents prévisionnels de synthèse Divers documents de synthèse sont établis à la suite du budget de trésorerie. Ils constituent des documents d’information financière et prévisionnelle que doivent établir annuellement certaines entreprises. Deux documents peuvent être construits : - le compte de résultat prévisionnel : sa présentation peut varier de celle préconisée par le PCG. - le bilan prévisionnel : son élaboration s’effectue à partir du bilan N-1, du budget de trésorerie, du compte de résultat prévisionnel et des autres budgets partiels. Applications : Elaboration du budget de trésorerie et des documents de synthèse.
  4. 4. Processu Application – Elaboration d’un budget de trésorerie L’entreprise MIRONTON, PME de 9 personnes, est spécialisée dans la vente à domicile de produits de beauté. Son dirigeant, Monsieur MIRONTON, souhaite réorganiser son service commercial. Cette réorganisation s’accompagne d’investissements destinés à améliorer la productivité des commerciaux. Désireux de réunir les conditions du bon déroulement de cette opération d’investissement, Monsieur MIRONTON souhaiterait analyser les répercussions sur la trésorerie de l’entreprise. Il veut chiffrer l’incidence de cette acquisition sur la trésorerie de son entreprise dans l’hypothèse où le règlement de la facture interviendrait par tiers les 15 février, 15 mars et 15 avril. Travail à faire 1 - À l’aide de l’annexe, présentez le budget de trésorerie des trois premiers mois de l’année N+1. 2 - Commentez l’évolution prévisible des disponibilités et conseillez Monsieur MIRONTON quant à la gestion de sa trésorerie au cours du premier trimestre N+1. ANNEXE: EXTRAIT DE LA BALANCE DES COMPTES AU 31/12/N (en euros) Extrait de la balance des comptes au 31/12/N (en euros) - Fournisseurs de biens et de services 200 000 - Clients 460 000 - Sécurité sociale et autres organismes sociaux 75 000 - TVA à décaisser 31 360 - Banque 30 000 - Caisse 4 000 Prévisions Les ventes s’élèveraient à 400 000 € HT pour le mois de janvier, à 470 000 € HT en février puis à 500000 € HT les mois suivants. Les achats s’élèveraient à 220 000 € HT en janvier, puis progresseraient de 5 % par mois. Les charges de personnel représenteraient 180 000 € par mois. Ce poste serait stable au premier trimestre N+1. Les fournisseurs de biens et services sont payés à 30 jours fin de mois. Les clients règlent à 30 jours fin de mois. Les charges sociales concernant les salaires du quatrième trimestre N-1 seront payées le 15 janvier. La TVA est calculée au taux de 19,6 %. On estime la TVA à décaisser à 20 477 € au titre du mois de janvier, 49 234€ au titre du mois de février et 53 035 € au titre du mois de mars; ces valeurs prennent en compte l’incidence des acquisitions d’immobilisations prévues. L’investissement prévu entraînera un décaissement de 32400 € en février et 32400 € en mars. C HAPI TR E 5 Les budgets et documents de synthèse
  5. 5. Processu Application – Elaboration des documents de synthèse L’entreprise LOOK fabrique des accessoires de navigation pour bateaux de plaisance et a une activité fortement saisonnière. Ses fournisseurs et ses clients sont exclusivement situés en France. L’entreprise LOOK a systématiquement depuis plusieurs années des problèmes de trésorerie; aussi, on vous demande d’établir au 31 décembre N, les prévisions de trésorerie pour le 1er semestre N+1, à partir des informations fournies en annexes 1, 2 et 3. Travail à faire : 1 - Présentez le budget de TVA pour le premier semestre N+1. 2 - Présentez le budget de trésorerie pour le premier semestre N+1. 3 - Établissez le compte de résultat et le bilan prévisionnel, avant impôt sur les sociétés, au 30 juin N+1. ANNEXE 1: BILAN SIMPLIFIE AU 31 DECEMBRE N Immobilisations Stocks Matière première (400 kg) Produits finis (1 000 unités) Clients et comptes rattachés (1) Autres créances Disponibilités 1 100 000 16 000 350 000 325 000 60 000 9 000 Capitaux propres Emprunts et dettes (2) Fournisseurs et comptes rattachés Dettes fiscales et sociales (3) 1 065 000 400 000 185 000 210 000 1 860 000 1 860 000 (1) 10 000 € de créances douteuses nettes - 315 000 € d’effets à recevoir (2) dont 20 000 € d’intérêts courus (3) dont : - 50 000 € de TVA à décaisser - 125 000 € d’impôt sur les bénéfices - 35 000 € de charges à payer en janvier Renseignements sur le bilan au 31 décembre N: - les effets à recevoir seront encaissés en janvier, - les fournisseurs seront réglés, moitié en janvier, moitié en février, - le poste « emprunts et dettes » concerne un seul emprunt dont l’échéance est au 30 juin et qui est remboursé par annuités constantes de 80 000 €, - les autres créances seront encaissées en janvier.
  6. 6. Processu ANNEXE 2: RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L’EXPLOITATION COURANTE POUR LE PREMIER SEMESTRE N+ 1 - Le taux de TVA applicable à l’ensemble des opérations est le taux normal (0,196). - L’entreprise utilise la méthode « Premier Entré Premier Sorti » pour la valorisation des stocks. 1 - Prévisions des ventes: 24 000 articles à 400 € HT pour l’année N+1. Les coefficients saisonniers trimestriels déterminés statistiquement sont les suivants: - premier trimestre: 0,5 - deuxième trimestre: 1,8 - troisième trimestre: 1 - quatrième trimestre: 0,7 À l’intérieur de chaque trimestre, le rythme des ventes est régulier. Les conditions de règlement des clients sont les suivantes: 50% au comptant et 50 % par traite à 30 jours fin de mois. 2 - Prévisions des achats de matières premières: - 9 000 kg par mois au cours du premier trimestre, - 12 500 kg par mois au cours du deuxième trimestre. Prix d’achat au kg: 40 € hors taxes. Les fournisseurs sont réglés à raison de 50 % à 30 jours, et 50 % à 60 jours. 3 - Renseignements concernant la production: - premier trimestre: 1 800 articles par mois, - deuxième trimestre: 2 500 articles par mois. Le coût de production d’un article se décompose de la façon suivante: - matière première: 5 kg, - frais variables de fabrication: 100 € hors taxes dont le règlement s’effectue le mois même, - frais fixes de fabrication: ils sont estimés à 516 000 € pour le semestre et comprennent 50 % d’amortissements. Les frais décaissés régulièrement sur le semestre, ne sont pas soumis à la TVA. 4 - Autres renseignements: - les frais administratifs non soumis à TVA s’élèvent à 60 000€ par mois et sont réglés pour 2/3 le mois même et pour 1/3 le mois suivant, - les représentants perçoivent une commission, décaissée le mois suivant, de 5 % du montant des ventes hors taxes, - les deux premiers acomptes d’impôt sur les sociétés versés aux dates limites s’élèvent respectivement à 50 000 € et 70 000 €.
  7. 7. Processu Application – Elaboration des documents de synthèse 1. Budget de trésorerie Décembre Janvier Février Mars Clients Fournisseurs Personnel Charges sociales TVA Immobilisations 460000 200000 180000 75000 31360 478 400 263 120 180000 20477 32400 562 120 276 276 180000 49234 32400 Variation Disponibilités 34000 - 26360 7640 - 17 597 -9957 24 210 14253 2. Commentaires et conseils La trésorerie est influencée par l’investissement. Elle devient négative en février. Néanmoins la hausse des ventes permet en mars de rétablir la situation. Pour le mois de février, l’entreprise peut négocier avec sa banque les conditions d’un découvert, essayer d’encaisser une créance client prématurément ou de retarder le règlement d’un fournisseur. Pour ceci, elle doit comparer le montant des intérêts que la banque exigerait sur le découvert avec le montant de l’escompte accordé à un client pour que celui-ci paie en avance et le montant des intérêts de retard (ou tout autre dédommagement) versé au fournisseur pour décaler le règlement. Application – Elaboration d’un budget de trésorerie 1 – Budget de TVA J F M A M J TVA collectée TVA deductible s/ABS Crédit de TVA 78 400 (1) 70 560 35 280 78 400 70 560 35 280 27 440 78 400 70 560 35 280 54 880 282 240 98 000 49 000 82 320 282 240 98 000 49 000 282 240 98 000 49 000 TVA due ou crédit de TVA - 27 440 - 54 880 - 82 320 52 920 135 240 135 240 1) 78 400 = [(24 000 * 400)/4] * 0,5 * 1/3 * 0,196
  8. 8. Processu 2 - Budget des encaissements J F M A M J Bilan Clients du bilan Effets à R. Autres créances Ventes comptant 30 jours 315 000 60 000 239 200 239 200 239 200 239 200 239 200 861 120 239 200 861 120 861 120 861 120 861 120 10 000 861 120 Total 614 200 478 400 478 400 1100 320 1 722 240 1 722 240 871 120 Budget des décaissements J F M A M J Bilan Fournisseurs bilan Achats: - à 30 jours - à 60 jours Frais variables fabrication Frais fixes fabrication Frais administratifs Commissions TVA Emprunt Dettes du bilan Impôts Sté 92 500 215 280 43 000 40 000 50 000 35 000 92 500 215280 215 280 43 000 40 000 20 000 20 000 - 215 280 215 280 215 280 43 000 40 000 20 000 20 000 - 50 000 215 280 215 280 299 000 43 000 40 000 20 000 20 000 - 12 5000 299 000 215 280 299 000 43 000 40 000 20 000 72 000 52 920 299 000 299 000 299 000 43 000 40 000 20 000 72 000 135 240 80 000 70 000 299 000 598 000 20 000 72 000 135 240 Totaux 475 780 646 060 818 840 977 560 1 041 200 1 357 240 1 124 240 Budget de trésorerie J F M A M J Trésorerie initiale Encaissements Décaissements 9 000 614 200 475 780 147 420 478 400 646 060 - 20 240 478 400 818 840 - 360 680 1100 320 977 560 - 237 920 1 722 240 1 041 200 443 120 1 722 240 1 357 240 Trésorerie fin de mois 147 420 - 20 240 - 360 680 - 237 920 443 120 808 120
  9. 9. Processu 3 - Bilan et résultats prévisionnels Bilan prévisionnel au 30/06/N+1 avant S Immobilisations (1100 000 - 258 000) (1) Stocks Matières premières (1) Produits finis Clients douteux Clients et effets IS (acomptes) Disponibilités 842 000 16 000 34 000 10 000 861 120 120 000 808 120 Capitaux propres Résultat Emprunt (2) Fournisseurs TVA à décaisser Autres dettes (72 000 + 20 000) 1 065 000 162 000 340 000 897 000 135 240 92 000 2 691 240 2 691 240 (1) Calcul des stocks Matières premières SF = SI + entrées - sorties SF = 400 kg + 64 500 kg - 64 500 kg = 400 kg à 40 €. Produits finis SF 1 000 + 12 900 - 13 800 = 100 unités Coût de production 340 €: 5 kg à 40 € 200 € C. variables 100 € C. fixes 51 600/12 900 = 40 € (2) Emprunt Intérêt courus 20 000 € au 31/12/N , intérêt annuel 40 000 € d’où amortissement 40 000 € 340 000 = 400 000 - 20 000 - 40 000 Compte de résultat prévisionnel avant IS au 30/06/N+1 Achats Variation Stocks MP Frais variables fabric. Frais fixes fabric. (hors dotations) Frais adm. Frais commerciaux Frais financiers Dotations Résultat 2 580 000 - 1 290 000 258 000 360 000 276 000 20 000 258000 Ventes Production stockée 5 520 000 - 316 000 5 204 000 5 204 000

×