Pascal pensées sur la politique-marie foulquié

1 068 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 068
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pascal pensées sur la politique-marie foulquié

  1. 1. fiche de lecture Novembre 2010Pensées sur la politiquePASCAL<br />Marie Foulquié<br />Terminale ES2<br />
  2. 2. Recueil d’André Comte-Sponville et gravure de l’auteur: Blaise Pascal<br />
  3. 3. Courte biographie de l’auteur:Blaise Pascal (19 juin 1623, Clermont (Auvergne) - 19 août 1662, Paris) <br />Enfant précoce, éduqué par son père<br />Il se consacre tout d’abord aux sciences naturelles et appliquées, clarifiant par exemple les concepts de pression et de vide.<br />Après son expérience mystique « La Nuit de Feu » à la fin de l’année 1654 , il délaisse les mathématiques et la physique pour la réflexion philosophique et religieuse.<br />Les Pensées, œuvre majeure de l’auteur ne sera publiée qu’ après sa mort qui succède à une vie courte (39 ans) et marquée par la maladie.<br />
  4. 4. Pensées sur la politique<br /> « Je ne crains rien, je n’espère rien. » Pascal, fragment 116<br /> Cette œuvre est un recueil de fragments extraits des Pensées de Pascal, sélectionnés par André Comte- Sponville. Il souhaite mettre en lumière la pensée politique de l’auteur en regroupant les fragments consacrés au pouvoir, à la justice ou à la force<br />
  5. 5. Fondement théologique de la doctrine politique pascalienne<br />Société parfaite = société divine qui ne peut être celle des Hommes, vouloir une société parfaite mènerait le monde « à la catastrophe ».<br />
  6. 6. Pour Pascal, mieux vaut une société inégale, imparfaite mais pacifiée.<br />
  7. 7. Pascal, refus de la tyrannie dans un monde de concupiscence<br />
  8. 8. Pour Pascal la société réside sur des faits régis par:<br />la force des acteurs<br />Les rapports entre ces forces<br />Fragment 84: « La force est la reine du Monde. »Fragment 51: «La force règle tout, il y en a partout et toujours ».<br />
  9. 9. Le positivisme pascalien<br />« Toutes nos lois établies seront tenues pour justes sans être examinées puisqu’elles sont établies. » (fragment 78)<br />
  10. 10. Fragment 59: « Comme la mode fait l’agrément, elle fait aussi la justice. »<br />La nature selon Pascal est voué (fragment 3) à un « continuel changement » , il serait donc impossible d’obtenir une justice véritable et immuable.<br />
  11. 11.
  12. 12. Vision plus proche de Machiavel que de Rousseau dans le domaine politique.<br />Fragment 79: « Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fut, on a fait que ce qui est fort fut juste. » <br />
  13. 13. Justice et force, complémentaires dans la pratique?<br />
  14. 14. Ordre politique et juridique<br />Il constitue un « règlement admirable », « un tableau de charité » (fragment 113) – permettant de restreindre les pires maux.<br />Mais c’est « une fausse image » (fragment 14), c’est une fausse charité dont la concupiscence est la force. <br />Il est pourtant nécessaire car il nous protège des pires maux et pour « conserver le bien du peuple. » (fragment 118)<br />
  15. 15. Disjonction des ordres<br />Fragment 109: « Il y a trois ordres de choses: la chair, l’esprit la volonté. »<br />Chaque ordre pris en lui-même est complet et clos –  « principe de l’indépendance, de l’incommunicabilité des ordres » de Jean Mesnard<br />
  16. 16. On ne peut ni se passer d’un ni se contenter d’un ordre.<br />L’homme ne trouve la vérité qu’en Dieu.<br />
  17. 17. L’homme,« un être misérable, qui se complaît dans des basses occupations, indignes des créatures de dieu. »<br />L’homme tente d’échapper à sa condition par le divertissement mais le bonheur qu’il en retire n’est pas véritable, puisqu’il repose sur la vacuité. Seule une vie consacrée à la quête de Dieu peut mener au vrai bonheur libérateur de l’homme.<br />
  18. 18. Pascal dit que jusqu’à nos folies, nous restons soumis à « son ordre », à Dieu <br /> « Dieu n’ayant ni parties, ni bornes. » 418-233<br />
  19. 19. La « Cité Celeste » de saint Augustin: « Deux ont fait deux cités: l’amour de soi jusqu'au mépris de Dieu la cité terrestre, l’amour de Dieu jusqu’au mépris de soi la cité céleste. », Cité de Dieu.<br />
  20. 20. « L ’homme sans la foi ne peut connaître le vrai bien ni la justice. »<br />Pascal, Les Pensées<br />

×