Dafor paris -réforme collège - juin 2015

586 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
586
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dafor paris -réforme collège - juin 2015

  1. 1. Refonder, réformer l’École, le collège, les programmes… Mais, enfin, qu’est-ce qui bloque ? Paris 5 juin 2015 (Ph. Watrelot) DAFOR-Paris
  2. 2. 3 casquettes... Professeur de Sciences Économiques et Sociales (depuis 1981) Président du CRAP-Cahiers Pédagogiques (depuis 2008) https://www.facebook.com/philippe.watrelot @phwatrelot http://philippe-watrelot.blogspot.fr expert en rien, spécialiste en tout (ou l'inverse...) http://fr.slideshare.net/PhilippeWatrelot/presentations
  3. 3. Réforme(s) • Regard dans le rétroviseur • La réforme du collège et des programmes en détail • Critiques, blocages et ripostes…
  4. 4. I-Retour vers le passé...
  5. 5. 70 000 postes supprimés en cinq ans
  6. 6. Concertation durant l'été 2012
  7. 7. 25 juin 2013
  8. 8. Les enjeux de la refondation “Redonner à l'école les moyens de son ambitio Priorité à l'école maternelle et primaire Repenser le temps scolaire Formation des enseignants Evolution du métier enseignant Evolution des contenus d'enseignement (Faire évoluer la gouvernance de l’E.N ?) (re)création de postes
  9. 9. “Socle commun de connaissances, de compétences et de culture” + Continuité école collège
  10. 10. le lundi 09 décembre 2013
  11. 11. Curriculum néo-zélandais pour l'ensemble de la scolarité obligatoire Logique curriculaire ? En général, le curriculum renvoie d’abord à l’idée de plan et d’organisation, de construction intellectuelle qui englobe tout le processus d’enseignement- apprentissage : intentions, contenus, organisations, méthodes, environnement, évaluation... (Audigier, Crahay & Dolz, 2006). Des chercheurs belges proposent une définition voisine : « un curriculum consiste en un plan d’action. Il s’inspire des valeurs qu’une société souhaite promouvoir ; ces valeurs s’expriment dans les finalités assignées à l’ensemble du système d’éducation » (Demeuse, Strauven & Roegiers, 2006, p. 11).
  12. 12. Ils développent une conception large du curriculum, considéré comme une vision d’ensemble des directives pédagogiques comprenant : – les apprentissages à installer ; – les stratégies pédagogiques et les processus didactiques à mettre en œuvre ; – les supports didactiques ou les aides pédagogiques (dont les documents et manuels scolaires) ; – les contenus-matières ou contenus disciplinaires ; – les résultats attendus et les modalités d’évaluation ; – les modalités de gestion du curriculum. Le curriculum s’organise donc autour de trois pôles : les apprentissages visés, les processus didactiques mis en œuvre pour les atteindre et les situations d’évaluation. Dossier d’actualité de la VST, n° 53 – avril 2010
  13. 13. Parution en décembre 2013
  14. 14. L’enquête PISA a été publiée en décembre 2013 et a nourri le débat sur la refondation servi Février 2013
  15. 15. Le 8 mars 2015
  16. 16. 15 mai 2015
  17. 17. Que s’est-il passé entre temps ?
  18. 18. Le 13 avril le CSP publie les projets de programmes pour les cycles 2, 3 et 4
  19. 19. Introduction du politique itiq
  20. 20. Pastiche… La presse se déchaîne
  21. 21. Tout le monde a un avis… Pseudo-experts plutôt que “pseudo-intellectuels”…
  22. 22. Ça s’excite sur les réseaux sociaux…
  23. 23. Une riposte qui tarde à venir… (tribune du 12 mai)
  24. 24. (tribune du 12 mai)
  25. 25. Mardi 12 mai 2015
  26. 26. Grève intersyndicale le 19 mai
  27. 27. Mercredi 20 mai
  28. 28. Par votre courrier du 27 mai 2015, Vous vous faites l’écho de la réticence d’une partie des enseignants sur la réforme du collège qui s’est exprimé lors de la journée de grève du 19 mai 2015. Vous souhaitez poursuivre les discussions sur l’avenir du collège en posant comme préalable le retrait des textes publiés. Comme vous, je souhaite vivement que les discussions se poursuivent. Elles peuvent être l’occasion de lever des incompréhensions et de préciser les orientations fixées par les textes publiés.Lors de vos interventions au conseil supérieur de l’éducation ou vos récents courriers, vous avez insisté sur la nécessité une réforme des collèges et vous avez défendu certaines solutions avancées : le renforcement de l’enseignement en groupe à effectif réduit, l’introduction d’une interdisciplinarité progressive et ancrée dans les programmes disciplinaires dans le cycle 4, la mise en place d’un meilleur accompagnement des élèves à l’entrée au collège. Néanmoins vous avez exprimé des réserves sur des points essentiels : sur la marge de manœuvre données au collège dans la gestion de leur dotation tout d’abord avec la crainte de voir une forme de hiérarchie imposer l’organisation des enseignements aux équipes pédagogiques ; sur l’interdisciplinarité ensuite pour laquelle vous souhaitez que les contenus soient précisés et articulés avec les programmes disciplinaires ; sur le devenir de certains enseignements ; sur la modulation possible des horaires disciplinaires dont vous craignez qu’elle puisse être source d’inégalités ; sur la formation et l’accompagnement des enseignants enfin sur lesquels vous souhaitez avoir des garanties. Sur tous ces sujets, je pense que des discussions sont nécessaires pour préciser le cadre donné actuellement par le décret et l’arrêté sur l’organisation des enseignements au collège et apporter les réponses aux interrogations des enseignants. C’est pourquoi je vous propose de participer au groupe de travail que je vais mettre en place dans la semaine du 8 juin et qui permettra d’élaborer des textes complémentaires. Votre présence me semble essentielle pour que des réponses soient apportées aux réserves que vous avez émises. Je vous prie de croire, Madame la secrétaire générals,
  29. 29. Consultation sur les programmes du 11 mai au 12 juin
  30. 30. La réforme du collège et des programmes…
  31. 31. Accompagnement personnalisé Interdisciplinarité et travail en équipe Climat scolaire Autonomie et marges de manœuvres Enseignement + précoce des langues 4000 postes d’enseignants supplémentaires seront créés pour accompagner la réforme. Liaison école/collège
  32. 32. Autonomie… Le cœur de la réforme du collège consiste à donner de l’autonomie aux établissements, autorisés « à moduler la répartition du volume horaire hebdomadaire par discipline ». Avec deux garde-fous : respecter « le volume horaire global dû à chaque discipline d’enseignement obligatoire pour la durée du cycle » et « le volume horaire dû à chaque élève ». “Confiance” (empowerement)
  33. 33. Enseignements Pratiques Interdisciplinaires Huit thèmes : • développement durable ; • sciences et société ; • corps, santé et sécurité ; • information, communication, citoyenneté ; • culture et création artistiques ; • monde économique et professionnel ; • langues et cultures de l'Antiquité ; • langues et cultures régionales et étrangères. Co-intervention Pédagogie de projet Évaluation dans le cadre du brevet ? Développer l’oral
  34. 34. Pause méridienne d’1h30 systématiser des moments forts dans l’établissement renforcer la démocratie collégienne “un média est développé dans chaque collège” mieux associer les parents
  35. 35. Les enjeux… • Poursuivre l’oeuvre du collège unique • faire évoluer les postures professionnelles et les pratiques pédagogiques • donner plus de souplesse à un système rigide “faire confiance” • différencier les approches • logique curriculaire • lutter contre l’échec et les inégalités
  36. 36. René Haby 1975 Réforme du collège unique dite “réforme Haby” La loi HABY du 11 Juillet 1975 met fin à la ventilation des élèves à la sortie de l'école primaire entre les premiers cycles des lycées, les collèges, les collèges d'enseignement (CEG) et prévoie que tous les élèves issus du cours moyen seconde année (CM2) doivent entrer en sixième dans un collège unique et dans des classes hétérogènes destinées à éviter les effets de ségrégation, souvent sociale. Une démocratisation s'opère au plan qualitatif. Article 4 : "Tous les enfants reçoivent dans les collèges une formation secondaire. Celle-ci succède sans discontinuité à la formation primaire en vue de donner aux élèves une culture accordée à la société de leur temps. Elle repose sur un équilibre des disciplines intellectuelles, artistiques, manuelles, physiques et sportives et permet de révéler les aptitudes et les goûts". Article 7 : "Des aménagements particuliers et des actions de soutien sont prévues au profit des élèves qui éprouvent des difficultés"
  37. 37. Elle s'inscrit dans le prolongement des réformes qui affectent la durée de la scolarité obligatoire et l'unification des enseignements post-primaire . La prolongation de la scolarité obligatoire jusqu'à 16 ans, une des grandes orientations de la réforme Berthoin (59), ne devient effective qu'en 1967; supprimant l'examen d'entrée en sixième, elle est à l'origine de la démocratisation de l'accès à l'enseignement secondaire. La réforme Fouchet (1963) organise l'orientation dans les collèges d'enseignement secondaire (CES) par la mise en place des classes de quatrième et troisième pratiques, qui constituent avec les classes de sixème et de cinquième de transition une filière de ségrégation scolaire et sociale. La réforme Haby se caractérise d'abord par la suppression des filières de relégation : "les nouveaux collèges, qui se substituent aux classes de premier cycle des lycées, aux collèges d'enseignement secondaire et aux collèges d'enseignement général, sont désormais investis d'un double mission : donner à tous les jeunes français une même culture de base et préparer leur orientation". L'orientation se fera désormais par le jeu des options choisies en quatrième, options d'enseignement général ou à caractère préprofessionnel. une évolution plus égalitaire dans sa forme que dans dans sa mise en oeuvre concrète : supprimant les filières de l'intérieur, elle souligne les disparités entre collèges. 1975 Réforme du collège unique
  38. 38. Le 20 avril 2015
  39. 39. Critiques et blocages et comment les dépasser…
  40. 40. Comme les musiciens du Titanic… On peut travailler du mieux que l'on peut dans un système qui dysfonctionne... Difficulté à dissocier la critique de sa personne et du fonctionnement de l’institution
  41. 41. Les langues anciennes sont menacées ! L’allemand va disparaitre !
  42. 42. il y a moins de temps pour les disciplines ! avec les “marges” et les EPI, ça va être la guerre des disciplines… De toutes façons, cette réforme est faite pour faire des économies
  43. 43. L’interdisciplinarité fait perdre de vue les apprentissages fondamentaux On la pratique déjà ! Pourquoi l’imposer ?
  44. 44. La réforme conduit au pouvoir des petits chefs ! L’autonomie des établissements c’est la rupture de l’égalité républicaine !!!
  45. 45. « plus d’Etat, plus de pilotage, moins de bureaucratie » Philippe Meirieu 1eres assises de la pédagogie organisée par le CRAP en 2007 Empowerement « Quand on peut, on veut » Françoise Lantheaume 4ème assises de la pédagogie organisée par le CRAP en 2014
  46. 46. Faire confiance aux enseignants... autonomie des équipes? Liberté pédagogique ? Plus clair et plus ferme sur les finalités Plus souple sur les procédures et les modalités
  47. 47. Prouvez nous que la réforme va réduire les inégalités !
  48. 48. Une réforme qui répond aux critiques ? •Le collège unique a engendré de la raideur et un manque de capacité à s’adapter tous ces élèves. •L’ambition et les objectifs du collège unique étaient flous, mal adaptés à l’hétérogénéité. Trop généraliste et théorique. •Trop d’échecs et de décrochage scolaire •Le collège unique peine à donner une formation solide notamment en maîtrise de la langue et en LV •Le nivellement par le bas
  49. 49. Une réforme “modeste” mais qui touche à des questions identitaires • L’identité est fondée sur la discipline • Tout ce qui n’est pas directement lié aux heures d’enseignement est jugé annexe • la culture enseignante reste marquée encore par l’individualisme et une culture anti-hiérarchique • l’égalitarisme est une valeur forte
  50. 50. Quelques questions… • A quelles conditions la réforme peut-elle être efficace ? • Comment les différents dispositifs (accompagnement, interdisciplinarité, …) peuvent- ils être mis en oeuvre ? • Quel rôle pour la formation continue ?

×