SlideShare une entreprise Scribd logo
Travailler par
compétences en SES
Qu’est-ce qu’évaluer ? - Mieux évaluer en SES
- Compétences - Autonomie - Oral
Philippe Watrelot 3 octobre 2018
Stage SES - Rectorat de Besançon
Conférence (diaporama)
•Présentation générale
•Problématique ?
•Sensibilisation avec un petit test
•Évaluation(s)
•Evaluer et travailler par compétences
•Tâches complexes
•Et en SES : d’où partons nous ? Que savons nous
faire ?
•Définir des critères de réussite et un programme
d’apprentissage
Matinée (9h-12h)
Un petit exercice
pour commencer
et lancer la réflexion
F.-M. Gerard
Evaluer des compétences
Guide pratique
De Boeck 2008
1. Évaluation (s)
Évaluer...
(dans le dictionnaire)
Mesure à l'aide de critères déterminés des acquis d'un
élève, de la valeur d'un enseignement, etc.
Le Petit Larousse illustré 1999
29
Définition de
J-M. DE KETELE
J-M. DE KETELE
•Évaluer signifie...
• recueillir un ensemble d’informations suffisamment
pertinentes, valides et fiables
• et examiner le degré d’adéquation entre cet
ensemble d’informations et un ensemble de critères
adéquats aux objectifs fixés au départ ou ajustés en
cours de route,
• en vue de prendre une décision.
3 formes
d'évaluation
Evaluation formative
(ou formatrice)
Evaluation Sommative
(quelquefois certificative)
(B.Bloom 1971)
Evaluation diagnostique
(ou pronostique)
Quand évaluer ?
Avant la
formation
Évaluation
diagnostique orienter l’action
Pendant la
formation
Évaluation
formative
réguler les
apprentissages
Après la
formation
Evaluation
sommative
Vérifier
certifier
Programme
Objectifs de contenu
Objectifs de compétences
Pré-requis
Représentations
Évaluation diagnostique
Stratégie
pédagogique
- Déterminer les objectifs
- Structurer les objectifs dans une progression
- Choix des supports et des outils
- Choix des activités
- Choix des modalités de travail (dispositifs)
- Remédiation
Évaluation formative
Évaluation Sommative
Les fonctions de
l'évaluation
Enquête réalisée en 2008 auprès de 1200 enseignants de lycée et collège
Une activité chronophage
Une activité chronophage
Une activité chronophage…
Pour quel résultat ?
Finalités de
l'évaluation
Évaluation normative
(Référence aux autres)
Évaluation critériée
(Référence à des critères
de performance)
La note etLa note et
lesles
classementsclassements
Petite histoire de
l'évaluation et de la
notation
Questions pour un...
De quand date la création du
baccalauréat ?
De quand date la note chiffrée ?
1808
1890
le Bac...
décret du 17 mars 1808
21 bacheliers en 1808
(1ère femme en 1861)
Pas de système de notation
Des boules blanches et noires pour exprimer
l'avis des professeurs
De quand datent les notes?
Pendant la 1ère moitié du XIXe siècle, il n'y a donc pas de note au
Baccalauréat...
Bac = entretien oral (reçu ou non reçu...)
basé sur le principe jésuite de l'émulation (individuelle et collective)
2ème moitié du XIXe : C'est la nécessité d'un classement liée au
développement des concours qui aboutit au développement de la
notation sur 20.
En 1890, il était établi par un arrêté du 5 juin que « dans les
compositions, chaque copie aura sa note chiffrée de 0 à 20 »
Merle Pierre, « L’école française et l’invention de la note. Un éclairage historique sur les
polémiques contemporaines », Revue française de pédagogie, 4/2015 (n° 193), p. 77-88.
Instaurée en 1852 [à Polytechnique],
l’évaluation par une échelle de notation sur 20 à
laquelle s’ajoutent des coefficients selon la
discipline ne sera jamais remise en cause. De
1794 à 1852, plus d’un demi-siècle a été
nécessaire pour élaborer des règles d’évaluation
à l’École polytechnique désormais intériorisées
sur le mode de l’évidence alors même qu’elles
manifestent la maîtrise d’une réelle technologie
de la mesure des compétences scolaires. Pour
préparer leurs élèves, les professeurs des
classes préparatoires scientifiques vont
progressivement recourir à partir des
années 1850 à la notation sur 20. Cette
diffusion des règles d’évaluation du concours
vers les classes préparatoires a une origine
fonctionnelle : « l’enseignement donné dans les
[classes] préparatoires est dominé par les
exigences du concours d’admission »
Si des recherches monographiques (concours de la Marine, École des ponts et
chaussées, École polytechnique) ont permis de connaître les premières formes
d’évaluation, par lettres et par chiffres, des compétences des élèves, les
modalités de diffusion de la note chiffrée dans l’enseignement secondaire sont
a contrario mal connues. C’est par un arrêté ministériel du 5 juillet 1890
« relatif au régime disciplinaire et aux récompenses dans les collèges et
lycées » que la notation des compositions pour les collèges et lycées est fixée
sur une échelle de vingt points (article 21). La même année, un arrêté du
8 août 1890 relatif à la réforme du baccalauréat instaure une notation sur 20,
limitée aux seules compositions écrites. La relation fonctionnelle entre
normes de notation à l’examen et pratiques d’évaluation en classe est
clairement établie par la réglementation de 1890.
Pour les enseignements primaires, les textes réglementaires de 1880 et 1890
relatifs à la réforme de l’organisation du certificat d’études primaires
constituent des jalons nécessaires à la connaissance des modalités de diffusion
de la note chiffrée. L’arrêté du 16 juin 1880 a en effet pour objet « de
soumettre le certificat d’études à une réglementation uniforme, du moins de
poser certains principes communs qui déterminent la valeur du certificat et
préviennent des divergences d’appréciation par trop considérables » (Buisson,
1911). Les épreuves écrites sont désormais évaluées par un système de points,
10 points maximum, que les candidats peuvent gagner dans chacun des quatre
types d’exercices (dictée, écriture, calcul, rédaction). À partir de 20 points (qui
correspondent à la moyenne dans les quatre épreuves), les candidats sont
autorisés à présenter l’oral.
Merle Pierre, « L’école française et l’invention de la note. Un éclairage historique sur les
polémiques contemporaines », Revue française de pédagogie, 4/2015 (n° 193), p. 77-88.
Faute de recherches historiques sur les pratiques d’évaluation mises en œuvre
par les instituteurs dans les années 1880-1890 et au-delà, il est difficile de
savoir à partir de quelle période et pour quelles raisons les pratiques
d’évaluation mises en œuvre aux épreuves du CEP se sont diffusées dans le
quotidien des classes primaires. Il est toutefois possible de présenter une
hypothèse. Dans le cadre de la préparation de leurs meilleurs élèves aux
épreuves du CEP, les instituteurs auraient eu recours aux pratiques de notation
en vigueur à l’examen. […]
Le même mécanisme de diffusion est susceptible d’avoir été à l’œuvre pour les
écoles primaires supérieures, équivalent des futurs collèges. […]
L’analyse de Savoie (2000) présente une logique argumentaire similaire :
« lorsqu’un cycle d’études débouche sur un examen ou un concours, la
préparation à ce débouché tend à devenir un des objectifs, voire l’objectif
essentiel, de ce cycle d’études […]. À ce moment-là, les conditions sont
réunies pour que le débouché influence, voire modifie profondément le
contenu, les méthodes et l’esprit des études ». De la même façon, pour mieux
préparer les élèves, la préparation aux examens ou concours aurait intégré
aussi les modalités d’évaluation de ceux-ci.
Merle Pierre, « L’école française et l’invention de la note. Un éclairage historique sur les
polémiques contemporaines », Revue française de pédagogie, 4/2015 (n° 193), p. 77-88.
Petite histoire de
l'évaluation
• Le classement précède la note
• le système d'évaluation français est
construit pour sélectionner et pour créer
de l'émulation
• "La France est un pays de concours" (Claude
Lelièvre)
Alain Peyrefitte et Edgar Faure
68 et après…
Le colloque d'Amiens en mars 1968
(donc avant mai !) propose de supprimer
les notes chiffrées pour “lutter contre un
système élitiste”. Cette réforme est
appuyée par Alain Peyrefitte.
En 1969, la circulaire du 6 janvier évoque la relativité de la note et
l'illusion de sa précision
« les études docimologiques dont l'origine est antérieure à 1930 et qui se sont
multipliés dans les 20 dernières années ne laissent aucun doute sur le caractère
illusoire d'un tel raffinement dans la précision de la note et du classement
obtenu »
Le ministre de l'Éducation nationale de l'époque Edgar Faure décrète
dans cette circulaire que « la notation chiffrée peut être abandonnée sans
regrets ».
C'est le 9 juillet 1971 (circulaire 71-228) que  les notes sur 20 sont à
nouveau prônées dans les classes qui comportent un examen (3ème,
terminale).  
Le ministre de l'Éducation nationale de l'époque Edgar Faure
décrète dans cette circulaire que « la notation chiffrée peut être
abandonnée sans regrets ».
Les années 70
"Une échelle convenue d'appréciation, libérée d'une minutie excessive,
sera moins prétentieuse. En indiquant la zone dans laquelle l'élève se
situe, on cerne déjà la réalité d'assez près, on évite de multiplier
systématiquement des différences qui ne seraient pas confirmées par
d'autres correcteurs, ni par le même correcteur à une autre époque."
C'est le 9 juillet 1971 (circulaire 71-228) que  les notes sur 20 sont à
nouveau prônées dans les classes qui comportent un examen (3ème,
terminale).  
Passage à une notation par lettres (A, B, C, D, E,...).
C'est  en juillet 1971 dans un arrêté que  les notes sur 20 sont à
nouveau prônées dans les classes qui comportent un examen (3ème,
terminale).  
Mais disparition du classement...
Depuis...
Évaluation
Logique du classement
(Sélection, certification)
(question de l'objectivité de la mesure)
Logique de la régulation
ouvrir "la boîte noire"
(comprendre le processus d'apprentissage
pour mieux aider à apprendre)
L’évaluation est une pratique sociale et donc soumise à des
normes (culture d'établissement, de la discipline, de la
génération,...) et sous-tendue par des valeurs.
L’évaluation renvoie donc chacun à sa propre conception de la
justice et à ses représentations du travail, du niveau, des
apprentissages, du pouvoir, …
C’est aussi ce qui la rend si difficile à faire évoluer car elle s’appuie
sur notre propre échelle de valeurs...
Noter pour se dispenser
d'évaluer les acquis ?
« Mais il est bon de rappeler que l’évaluation, qui est une
évaluation de la partie, ne doit pas faire oublier le tout, le long
chemin de culture où l’école a la responsabilité de conduire chaque
personne à un moment de sa vie ; que l’évaluation, qui produit des
signes sociaux nécessaires tels que les notes ou les diplômes, doit
être au service des acquis, pour aider à les mesurer, pour leur
donner visibilité, et pas le contraire. »r
Rapport de l’IGEN « Les acquis des élèves, pierre de touche de la valeur de
l’école » (juillet 2005)
Ph w  stage besancon (matinee) oct-18
Ph w  stage besancon (matinee) oct-18
Faire de l'évaluation un
réel outil pour
l'apprentissage
Ph w  stage besancon (matinee) oct-18
Travailler par
compétences
2ème partie
 Ce qui rend la maîtrise du concept difficile
c’est qu’il est utiliser dans le langage courant,
la compétence à charger un lave-vaisselle par
exemple.
 Il est aussi utilisé dans le monde
professionnel. L’utiliser dans l’école de la
république rend ses défenseurs suspects de
pactiser avec le diable.
 Mais en science de l’éducation et à l’école il
prend un sens spécifique.
A la recherche d’une
définition de la
compétence…
5 objections aux
compétences
• ca vient du monde de l'entreprise
• Halte aux livrets avec 565 items !
• Les compétences oublient les
connaissances
• C'est une révolution dans l'EN...
• C'est inadapté au lycée et au SES...
"Bilan de compétences", slogan d'agence d'intérim,
employabilité...
Certes, la notion de compétences est très utilisée
dans le monde de l'entreprise et en particulier dans les
ressources humaines.
Une notion qui
vient de
l'entreprise ?
"Durant les années 1950 à 1970, la “pédagogie
par objectifs” a tenté de standardiser les
processus d'éducation afin de les rendre plus
transparents et évaluables, ce qui par la suite a
donné lieu à une "pédagogie des
compétences"[...]
A dimension spécifiquement professionnelle, le
courant managérial développe une conception
moderniste de la gestion des ressources
humaines (GRH) basée sur les compétences. Il
apparaît dans les années 70 aux États-Unis avec
les études du psychologue dy travail Mac
Clelland. [...] Pour la première fois, le terme de
“compétence” est introduit dans la littérature
consacrée au management pour être défini
comme “la caractéristique intrinsèque d'un individu
en corrélation causale à une performance efficace
ou supérieure dans la tâche”
Page 76
• “récupération” du concept pédagogique
par le monde de l'entreprise
• un enjeu de définition...
• doit-on abandonner cette notion ?
• est-ce que parce qu'un terme est utilisé par
l'entreprise qu'on doit s'interdire de
l'utiliser?
Abandon ou
ré-appropriation?
ré-appropriation?
Les compétences
sont-elles une forme
de parcellisation des
tâches ?
Le taylorisme
appliqué à l'éducation
?
Les compétences
oublient-elles les
connaissances ?
Est-ce que ça
bouleverse
l'organisation de l'école?
Est-ce une révolution ?
Est-ce que ça
remet en cause
l'“esprit des SES” ?
Approche pédagogique
des compétences
des compétences
Une double filiation
Une origine institutionnelle
(comparaisons internationales,
...)
Une origine pédagogique
(héritage de la pédagogie par
objectifs, ...)
« la compétence est en général interprétée comme un
système spécialisé d'aptitudes, de maîtrises ou de
savoir-faire nécessaire ou suffisants pour atteindre un
objectif spécifique » .
Définition retenue par l'OCDE
OCDE-PISA
8 compétences clés
Du conseil de l’Europe
Du conseil de l’Europe
• Communication dans la
langue maternelle
• Communication dans une
langue étrangère
• Culture mathématique et
compétences de base en
sciences et technologie
• Culture numérique
• Apprendre à
apprendre
• Compétences
interpersonnelles,
interculturelles et
compétences sociales
et civiques
• Esprit d’entreprise
• Sensibilité culturelle
Remplacé parRemplacé par
“Autonomie et“Autonomie et
initiative”initiative”
Remplacé parRemplacé par
“Autonomie et“Autonomie et
initiative”initiative”
« la scolarité obligatoire doit au
moins garantir à chaque élève les
moyens nécessaires à l'acquisition
d'un socle commun constitué d'un
ensemble de connaissances et de
compétences qu'il est
indispensable de maîtriser pour
accomplir avec succès sa scolarité,
poursuivre sa formation,
construire son avenir personnel et
professionnel et réussir sa vie en
société ».
Loi n°2005-380 du 23 avril 2005 d’orientation et de
programme pour l’avenir de l’école
48
Les 7 compétences du socle
1 maîtrise de la langue française
2 pratique d’une langue vivante étrangère
3 compétences de base en mathématiques et
culture scientifique et technologique
4 maîtrise des techniques usuelles
d’information et de communication
5 culture humaniste
6 compétences sociales et civiques
7 autonomie et initiative
Le projet de loi de
programmation et
d'orientation portant sur
la refondation de l'école
conserve le principe du
socle commun
2013 : “Socle commun de connaissances, de
compétences et de culture”
Ph w  stage besancon (matinee) oct-18
Ph w  stage besancon (matinee) oct-18
Définir les
compétences sur le
plan pédagogique
Travailler par
compétences
Évaluer par
compétences
Ce que ce n'est pas...
Travailler par
compétences
Pédagogie par
objectifs (PPO)
(pas seulement...!)
même si la PPO est un PPO (point de passage obligé)...!
Pédagogie par
objectifs (PPO)
découpages en
“rondelles de saucisson”
Démarche behavioriste
Usines à cases (grilles)
un saucisson n'est pas la somme des rondelles...
le tout n'est pas la somme des parties...
behaviorisme ≠ constructivisme
mais la pédagogie par objectifs a rendu bien des services et a été
une étape importante dans l'histoire de la pédagogie...
3 grandes
approches
"La connaissance
se transmet"
"La connaissance
s'acquiert"
"La connaissance
se construit"
Modèle transmissif
Modèle behavioriste
Modèle constructiviste
"Alors que la tradition encyclopédique accumule les
savoirs sans trop se demander quand, où et pourquoi
les élèves pourront s’en servir, l’approche par
compétences estime :
1. que les savoirs sont des outils pour l’action ;
2.que leur usage s’apprend, comme le reste."
Philippe Perrenoud in Le socle commun… mais comment faire ? N° spécial des
Cahiers Pédagogiques Novembre 2007
(Article paru dans le N°408 Savoir, c’est pouvoir transférer ? de novembre
2002)
Qu'est-ce qu'une
compétence ?
Compétence = savoirs en action
Pas de compétences sans savoirs !
“Maîtriser un concept”
Qu’est ce que j’attends de l’élève ?
Comment le vérifier ?
Si enseigner une
connaissance s’est
permettre à l’élève
de :
Maîtriser une
connaissance ne
devient-il pas une
compétence ?
Définir
Définir une notion c’est à dire
être capable de l’expliquer avec
ses propres mots
Illustrer
Donner des exemples
Donner des contre-exemples
(ne correspondant pas à la
définition)
Distinguer
Distinguer des notions proches
(ex : culture et acculturation)
Ne pas la confondre avec
d’autres notions (ex : VA et
profit)
Utiliser (transférer)
S'en servir pour comprendre un
document
Savoir l’adapter à un exemple
développé dans un document Savoir
l’utiliser dans un raisonnement /
pour argumenter
La situer dans un contexte : à quoi
sert-elle
Savoir l’utiliser dans des contextes
différents
Travaux de profs de SES dans l'académie de Grenoble
62
Perrenoud
« Je propose de réserver la notion de
compétences à des savoir-faire de haut niveau, qui
exigent l’intégration de multiples ressources
cognitives dans le traitement de situations
complexes. »
Définir la
compétence
compétence
La compétence est la possibilité, pour un individu,
de mobiliser de manière intériorisée un
ensemble intégré de ressources en vue de
résoudre une famille de situations problèmes.
Xavier Roegiers (2000)
cité par Scallon
Définir la
compétence
compétence« Une compétence est un ensemble de savoirs, de savoir-
faire et de savoir être permettant de mobiliser à bon
escient des ressources internes ou externes dans le but de
répondre de façon appropriée à une situation complexe et
inédite. »
Vincent Guédé Cahiers Pédagogiques n°476, nov 2009
Tâche complexe
CompétencesCompétences
Mobiliser
différentes
ressources
Dans un contexte
donné
En fonction de ce
que l’on est
Pour résoudre une
situation -problème
(D’après
Pierre Montfraix)
savoirs
savoirs-faire
savoir-être
stratégies
Habiletés
"Ressources"
Distinguer tâche, capacité et compétence
(D’après Pierre Montfraix formation de formateurs dans l’académie de Besançon)
RessourcesRessources
internesinternes
RessourcesRessources
externesexternes
Connaissances Capacités
Ressources humaines
Ressources
matérielles
Attitudes
Habiletés
SituationSituation
Mobilisation
Intégration
- Complexe
- Intégrée
- Motivante
- Significative
- Inédite
ProductionProduction
(évaluation sommative)(évaluation sommative)
Apprentissages
ponctuels
(+évaluations
formatives)
Remédiation
2 types
d’évaluation!
Les opérations engagées dans
l'exercice d'une compétence
• Mobiliser
• savoir-intégrer
• savoir transférer
Réussir uneRéussir une
actionaction
Expliciter laExpliciter la
compétencecompétence
Adapter laAdapter la
compétencecompétence
3 phases dans la construction des compétences
traitement
compétent dans
une action
mise en mots de
ce qui a permis
cette réussite
Utilisation de cette
compétence pour une
nouvelle situation
❝Être compétent ne consiste pas à rajouter un savoir-faire et un savoir-
être à des savoirs mais de savoir ce que l'on sait, comment on le sait,
avec quel pouvoir d'agir pour faire face à des situations nouvelles.❞
Françoise Clerc
Ph w  stage besancon (matinee) oct-18
Questions pédagogiques...
• Bien identifier les différentes ressources
• créer des situations et un programme
d'apprentissage.
• baliser une progression
• bien définir les objectifs
• utiliser les outils appropriés de l'évaluation
• alterner évaluation des ressources et évaluation
par tâches complexes
Échelles
descriptives
Les tâches complexes
La grande majorité des écrits sur l'évaluation des compétences
renvoient à la notion de situation-problème ou à celle de tâche
complexe.
L’idée de base est de demander à l’étudiant de démontrer qu’il est
capable de mobiliser ses ressources ou des ressources externes, et
ce, dans des situations précises et à plusieurs occasions. En d’autres
termes, il s’agit d’observer chaque étudiant ou chaque étudiante dans
l’action :
-Le talent d’un pianiste est jugé à ses performances en concert.
-En médecine, la compétence clinique est évaluée lorsqu’il y a des
patients à traiter.
-La capacité à écrire est inférée à partir de plusieurs productions
écrites....
(Scallon Évaluation des apprentissages dans une approche par compétences. De Boeck)
Tâche complexe et évaluation
Une situation
d'évaluation c'est...
1.Une production attendue
2....réaliste (authentique, contextualisée)
3....exigeant la mobilisation de plusieurs
ressources
4.... bien précisées
5.... s'appuyant sur l'autonomie de l'élève en
un temps limité (Scallon)
Situation complexe
Situation
compliquée !
Une situation complexe n'est pas un piège !
Auparavant, les élèves ont identifié avec l'aide de l'enseignant les différentes
ressources dont ils pourraient avoir besoin, il y a eu un apprentissage et même un
entraînement.
Une situation complexe est une situation “inédite” mais pas un piège...
“Savoir c'est transférer”
Avantages et
inconvénients
des compétences
des compétences
Vos récentes positions sur les compétences ont été attaquées par certains de vos amis
pédagogues qui y ont vu une sorte de trahison, tandis que vos adversaires, parmi les plus
virulents comme Jean-Paul Brighelli, ont volé à votre secours, ou fait mine de le faire, en
affirmant qu’ « il faut sauver le soldat Meirieu ». Comment avez-vous vécu une telle
situation à front renversé ?
Tristement. Il est toujours difficile d’être considéré comme un traître par certains de ceux et celles
avec qui l’on se sent solidaire et défendu par ceux et celles qui, de manière particulièrement
condescendante et méprisante, viennent vous féliciter de les avoir ralliés. […] La situation actuelle dans
laquelle je me trouve, sur cette question des compétences, est d’autant plus étrange que c’est un point
sur lequel mes analyses ont très peu varié. J’ai toujours dit que la notion de compétence avait deux
avantages : d’une part, s’opposer à l’ « idéologie des dons » par son caractère volontariste (les dons, on
les a, mais les compétences, on peut les acquérir) et, d’autre part, attirer notre attention sur la
question du transfert des connaissances, c’est-à-dire de la possibilité d’utiliser des savoirs en dehors du
contexte de leur acquisition.
Mais je me suis aussi toujours méfié de la totémisation des compétences et, a fortiori, de leur
hégémonie, pour plusieurs raisons fondamentales. D’abord, parce que le pilotage de l’enseignement ou
de la formation par les référentiels de compétences me paraît porter en lui la dérive de l’atomisation
des savoirs en une multitude de « comportements observables ». Dès lors, en effet, que l’on veut
absolument vérifier l’acquisition des compétences de manière « parfaitement objective », on est 
amené à découper cette acquisition en unités sur lesquelles aucune hésitation ne sera possible et à
propos desquelles on pourra dire sans hésitation « acquis » ou « non acquis ».
Philippe Meirieu
“Un pédagogue dans la cité, conversations avec Luc Cédelle”
DDB 2012
Dangers…
La pédagogie par compétences peut
permettre surtout de rendre plus explicites
les objectifs de l'enseignement et les
modalités d'évaluation.
Mais les dérives existent. On peut réduire le
travail par compétences à la seule logique
technocratique d'une évaluation d'habiletés,
de “micro-compétences” dans des
référentiels “usines à cases”.
+ explicite
La pédagogie par compétences peut
permettre surtout de rendre plus explicites
les objectifs de l'enseignement et les
modalités d'évaluation.
Mais les dérives existent. On peut réduire le
travail par compétences à la seule logique
technocratique d'une évaluation d'habiletés,
de “micro-compétences” dans des
référentiels “usines à cases”.
Se méfier des caricatures
Mais il faut se méfier tout autant des
caricatures. Ceux qui dénoncent les
compétences en y voyant un complot libéral
visant à réduire les exigences nient la
fécondité de cette approche et défendent
surtout le modèle transmissif traditionnel.
Le travail par compétences remet au centre
du débat la question des apprentissages et
d'une évaluation aux services de ceux-ci et
pas uniquement destinée à sélectionner.
Identifier les
compétences en SES
Quelques rappels de l'existant...
“esprit des SES, es-tu là...?”
Objectifs des SES
Dans un BOEN de 1966, les fondateurs de l'enseignement des
SES, Marcel Roncayolo et Guy Palmade, affirment que "l'originalité
d'un tel enseignement est de conduire à la connaissance et à
l'intelligence des économies et des sociétés d'aujourd'hui et
d'intégrer cette acquisition à la formation générale des élèves, à
leur culture. (...). Il s'agit d'assurer l'application correcte d'un
esprit expérimental à l'étude des réalités en cause, de
fournir les premiers éléments d'une perception de ces
réalités, de développer des habitudes intellectuelles
propres à leur analyse. L'entreprise ne va pas sans risques, elle
n'offre pas le confort d'un enseignement clos sur lui-même".
déjà une compétence ?
Le BOEN n°30 du 4 septembre 1997 définit la
structure des épreuves de SES au baccalauréat.
 
L’évaluation finale vise à apprécier les capacités des
élèves à répondre à une question de façon
structurée, à argumenter en mobilisant des
savoirs et en utilisant les informations fournies
par un dossier documentaire ainsi qu’à
problématiser.
4 compétences à construire
au bac...
au bac...
La dissertation au bac a pour objectif d'évaluer quatre grandes compétences :
-la capacité à élaborer une problématique permettant de répondre à la
question posée et à construire un plan adapté, cohérent et équilibré ;
-la capacité à mobiliser les connaissances portant sur les faits, concepts, outils
et mécanismes économiques et sociaux élémentaires ;
-la capacité à conduire un raisonnement rigoureux s'appuyant sur une
confrontation raisonnée des grilles de lecture théorique et des données
empiriques ;
- la capacité à utiliser les informations documentaires pertinentes par rapport
à la problématique choisie. 
Collecter des informations :
Se poser des questions
Chercher et trouver des informations
Utiliser une documentation
Prendre des notes
Traiter des informations
Extraire des informations d’un texte
Extraire des informations d’un document statistiques ou graphique
Connaître, utiliser des outils de mesure
Connaître, utiliser des outils statistiques ou graphiques
Traduire des informations d’une forme en une autre
Acquérir et maîtriser des connaissances
Situer un terme par rapport à d’autres
Associer un concept à des exemples et contre-exemples
Définir des termes et des concepts
Utiliser convenablement termes, concepts, des ordres de grandeur
Connaître, maîtriser mécanismes et relations
Analyser et commenter des informations
Séparer l’essentiel de l’accessoire
Mettre en évidence une relation simple
Mettre en évidence des relations complexes
Examiner de façon critique des documents
Produire une synthèse
Classer des informations
Mettre en relation des informations
Vérifier la cohérence des relations
Exprimer son raisonnement
Source : Ministère de l’Education Nationale, Utiliser les objectifs de référence en classe de Seconde, CRDP de Poitou-Charentes, 1993.
Objectifs de référence 
L'apport de la
pédagogie par
objectifs
Les objectifs de
référence en
1993
Ph w  stage besancon (matinee) oct-18
Quelques exemples de travail par compétences
Dissertations
Enquêtes Jeux sérieux
TPE ou grand
entretien
Articles de
journal lycéen
Semaine à
thèmes
Mini-
entreprises
Organisation
de visites
Etc…
Construire des grilles
d’évaluation
Fiche d'évaluation et d'auto-évaluation
Jocelyne El Amiri, Vannes, Morbihan
Travaux réalisés
dans l'académie
d'Orléans-Tours
en 2007
Ph w  stage besancon (matinee) oct-18
Lycée
Olympe de
Gouges
Noisy le Sec
Ph w  stage besancon (matinee) oct-18
Production
d'IPR
Production d'IPR en charge des EE (suite)
Ph w  stage besancon (matinee) oct-18
Ph w  stage besancon (matinee) oct-18
Quelques principes de
construction d’une “grille”
• Éviter les “usines à cases” limiter le nombre d’items
• Distinguer “compétence”/critères de réussite/
indicateurs
• Ne jamais avoir un nombre de colonnes impair !!!!
• Se garder de la souplesse dans la notation…
CompétencesCompétences
Situation évaluéeSituation évaluée
(complexe)(complexe)
Indicateurs observablesIndicateurs observables
(contextualisés)(contextualisés)
Critères de réussiteCritères de réussite
(décontextualisés)(décontextualisés)
Les critères correspondent à une famille de situations complexes qui permettent
de vérifier une compétence. Ils sont pertinents, indépendants, pondérés, peu
nombreux. Ils sont communiqués aux élèves (voire trouvés par eux).
Les indicateurs peuvent être qualitatifs (présence ou absence d’un élément ou
degré d’une qualité donnée) ou quantitatifs (précision sur les seuils de réussite du
critère). Leur liste n’est pas exhaustive.
Chaque critère peut alors être décrit sous forme d’échelle permettant d’une part
à l’élève de suivre sa progression (évaluation formative) et d’autre part de valider
l’acquisition d’une compétence en choisissant le seuil de validation
Compétences Critères de réussite Indicateurs Note?
Un exemple (travaux académie de Grenoble)
Ph w  stage besancon (matinee) oct-18
Que faire
après
l'évaluation ?
L'évaluation
est-elle une
fin en soi ?
Le travail par compétences (et
l’évaluation critériée) peuvent-ils
être des outils pour différencier ?
CompétencesCompétences
Situation évaluéeSituation évaluée
(complexe)(complexe)
Indicateurs observablesIndicateurs observables
(contextualisés)(contextualisés)
Critères de réussiteCritères de réussite
(décontextualisés)(décontextualisés)
Définir un programmeDéfinir un programme
d’apprentissage pour chacun desd’apprentissage pour chacun des
critèrescritèresRemédiationsRemédiations
Ph w  stage besancon (matinee) oct-18

Contenu connexe

Tendances

Ph w évaluation-fdf:espé-janvier 2017 -séance 1
Ph w  évaluation-fdf:espé-janvier 2017 -séance 1Ph w  évaluation-fdf:espé-janvier 2017 -séance 1
Ph w évaluation-fdf:espé-janvier 2017 -séance 1
Philippe Watrelot
 
Ph w eval-ses-lyon-nov17-séance 3
Ph w eval-ses-lyon-nov17-séance 3Ph w eval-ses-lyon-nov17-séance 3
Ph w eval-ses-lyon-nov17-séance 3
Philippe Watrelot
 
Evaluationdoctorantsjuin2014 150614203430-lva1-app6891
Evaluationdoctorantsjuin2014 150614203430-lva1-app6891Evaluationdoctorantsjuin2014 150614203430-lva1-app6891
Evaluationdoctorantsjuin2014 150614203430-lva1-app6891
Elodie Gaultier
 
Ph w présentation formation stagiaires 17
Ph w  présentation formation stagiaires 17Ph w  présentation formation stagiaires 17
Ph w présentation formation stagiaires 17
Philippe Watrelot
 
Ph w evaluation-ses-lyon-nov17-séance2
Ph w  evaluation-ses-lyon-nov17-séance2Ph w  evaluation-ses-lyon-nov17-séance2
Ph w evaluation-ses-lyon-nov17-séance2
Philippe Watrelot
 
Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4
Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4
Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4
Philippe Watrelot
 
PhW- évaluation-lyon 2017 -séance 1
PhW- évaluation-lyon 2017 -séance 1PhW- évaluation-lyon 2017 -séance 1
PhW- évaluation-lyon 2017 -séance 1
Philippe Watrelot
 
Gd c2019 1 moi-enseigt
Gd c2019 1 moi-enseigtGd c2019 1 moi-enseigt
Gd c2019 1 moi-enseigt
Philippe Watrelot
 
Mémoire m2 meef-ses-2016
Mémoire m2 meef-ses-2016Mémoire m2 meef-ses-2016
Mémoire m2 meef-ses-2016
Philippe Watrelot
 
Enseigner les ses 2019 -docs+inductif:deductif
Enseigner les ses   2019 -docs+inductif:deductifEnseigner les ses   2019 -docs+inductif:deductif
Enseigner les ses 2019 -docs+inductif:deductif
Philippe Watrelot
 
M1 du pg au cours-2016
M1 du pg au cours-2016M1 du pg au cours-2016
M1 du pg au cours-2016
Philippe Watrelot
 
M1 s1- devenir enseignant - moi, enseigt - 2015
M1  s1- devenir enseignant - moi, enseigt - 2015M1  s1- devenir enseignant - moi, enseigt - 2015
M1 s1- devenir enseignant - moi, enseigt - 2015
Philippe Watrelot
 
M2-Construire progression cours (14-15)
M2-Construire progression cours (14-15)M2-Construire progression cours (14-15)
M2-Construire progression cours (14-15)
Philippe Watrelot
 
Evaluer en ses savigny-vauréal-2014
Evaluer en ses   savigny-vauréal-2014Evaluer en ses   savigny-vauréal-2014
Evaluer en ses savigny-vauréal-2014
Philippe Watrelot
 
ÉValuation-I-sgen provence-alpes -avril 2013
ÉValuation-I-sgen provence-alpes -avril 2013ÉValuation-I-sgen provence-alpes -avril 2013
ÉValuation-I-sgen provence-alpes -avril 2013
Philippe Watrelot
 
L'engagement et la persévérance en enseignement supérieur
L'engagement et la persévérance en enseignement supérieurL'engagement et la persévérance en enseignement supérieur
L'engagement et la persévérance en enseignement supérieur
Christelle Lison
 
Evaluation-II-sgen provence-alpes -avril 2013
Evaluation-II-sgen provence-alpes -avril 2013Evaluation-II-sgen provence-alpes -avril 2013
Evaluation-II-sgen provence-alpes -avril 2013
Philippe Watrelot
 
Évaluation doctorants decembre 2013
Évaluation doctorants decembre 2013Évaluation doctorants decembre 2013
Évaluation doctorants decembre 2013
Philippe Watrelot
 
M1 2016 - devenir enseigt - syst educ
M1 2016 - devenir enseigt - syst educM1 2016 - devenir enseigt - syst educ
M1 2016 - devenir enseigt - syst educ
Philippe Watrelot
 
Module evaluation
Module evaluationModule evaluation
Module evaluation
DFIE Lyon
 

Tendances (20)

Ph w évaluation-fdf:espé-janvier 2017 -séance 1
Ph w  évaluation-fdf:espé-janvier 2017 -séance 1Ph w  évaluation-fdf:espé-janvier 2017 -séance 1
Ph w évaluation-fdf:espé-janvier 2017 -séance 1
 
Ph w eval-ses-lyon-nov17-séance 3
Ph w eval-ses-lyon-nov17-séance 3Ph w eval-ses-lyon-nov17-séance 3
Ph w eval-ses-lyon-nov17-séance 3
 
Evaluationdoctorantsjuin2014 150614203430-lva1-app6891
Evaluationdoctorantsjuin2014 150614203430-lva1-app6891Evaluationdoctorantsjuin2014 150614203430-lva1-app6891
Evaluationdoctorantsjuin2014 150614203430-lva1-app6891
 
Ph w présentation formation stagiaires 17
Ph w  présentation formation stagiaires 17Ph w  présentation formation stagiaires 17
Ph w présentation formation stagiaires 17
 
Ph w evaluation-ses-lyon-nov17-séance2
Ph w  evaluation-ses-lyon-nov17-séance2Ph w  evaluation-ses-lyon-nov17-séance2
Ph w evaluation-ses-lyon-nov17-séance2
 
Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4
Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4
Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4
 
PhW- évaluation-lyon 2017 -séance 1
PhW- évaluation-lyon 2017 -séance 1PhW- évaluation-lyon 2017 -séance 1
PhW- évaluation-lyon 2017 -séance 1
 
Gd c2019 1 moi-enseigt
Gd c2019 1 moi-enseigtGd c2019 1 moi-enseigt
Gd c2019 1 moi-enseigt
 
Mémoire m2 meef-ses-2016
Mémoire m2 meef-ses-2016Mémoire m2 meef-ses-2016
Mémoire m2 meef-ses-2016
 
Enseigner les ses 2019 -docs+inductif:deductif
Enseigner les ses   2019 -docs+inductif:deductifEnseigner les ses   2019 -docs+inductif:deductif
Enseigner les ses 2019 -docs+inductif:deductif
 
M1 du pg au cours-2016
M1 du pg au cours-2016M1 du pg au cours-2016
M1 du pg au cours-2016
 
M1 s1- devenir enseignant - moi, enseigt - 2015
M1  s1- devenir enseignant - moi, enseigt - 2015M1  s1- devenir enseignant - moi, enseigt - 2015
M1 s1- devenir enseignant - moi, enseigt - 2015
 
M2-Construire progression cours (14-15)
M2-Construire progression cours (14-15)M2-Construire progression cours (14-15)
M2-Construire progression cours (14-15)
 
Evaluer en ses savigny-vauréal-2014
Evaluer en ses   savigny-vauréal-2014Evaluer en ses   savigny-vauréal-2014
Evaluer en ses savigny-vauréal-2014
 
ÉValuation-I-sgen provence-alpes -avril 2013
ÉValuation-I-sgen provence-alpes -avril 2013ÉValuation-I-sgen provence-alpes -avril 2013
ÉValuation-I-sgen provence-alpes -avril 2013
 
L'engagement et la persévérance en enseignement supérieur
L'engagement et la persévérance en enseignement supérieurL'engagement et la persévérance en enseignement supérieur
L'engagement et la persévérance en enseignement supérieur
 
Evaluation-II-sgen provence-alpes -avril 2013
Evaluation-II-sgen provence-alpes -avril 2013Evaluation-II-sgen provence-alpes -avril 2013
Evaluation-II-sgen provence-alpes -avril 2013
 
Évaluation doctorants decembre 2013
Évaluation doctorants decembre 2013Évaluation doctorants decembre 2013
Évaluation doctorants decembre 2013
 
M1 2016 - devenir enseigt - syst educ
M1 2016 - devenir enseigt - syst educM1 2016 - devenir enseigt - syst educ
M1 2016 - devenir enseigt - syst educ
 
Module evaluation
Module evaluationModule evaluation
Module evaluation
 

Plus de Philippe Watrelot

Ph w outils-pour_enseigner_a_distance
Ph w outils-pour_enseigner_a_distancePh w outils-pour_enseigner_a_distance
Ph w outils-pour_enseigner_a_distance
Philippe Watrelot
 
Diapo chap 1- tes5-2019 sources croissance eco
Diapo chap 1- tes5-2019 sources croissance ecoDiapo chap 1- tes5-2019 sources croissance eco
Diapo chap 1- tes5-2019 sources croissance eco
Philippe Watrelot
 
Chap2 tes 2018_diapo_fluctuations_(ph_w)
Chap2 tes 2018_diapo_fluctuations_(ph_w)Chap2 tes 2018_diapo_fluctuations_(ph_w)
Chap2 tes 2018_diapo_fluctuations_(ph_w)
Philippe Watrelot
 
Diapo chap03 devt durable (18-19)
Diapo chap03 devt durable (18-19)Diapo chap03 devt durable (18-19)
Diapo chap03 devt durable (18-19)
Philippe Watrelot
 
Ph w stage besancon (apres-midi) oct-18
Ph w  stage besancon (apres-midi) oct-18Ph w  stage besancon (apres-midi) oct-18
Ph w stage besancon (apres-midi) oct-18
Philippe Watrelot
 
Diapo chap 1- tes4-2018 sources croissance eco
Diapo chap 1- tes4-2018 sources croissance ecoDiapo chap 1- tes4-2018 sources croissance eco
Diapo chap 1- tes4-2018 sources croissance eco
Philippe Watrelot
 
Diapo chap11 union europeenne
Diapo chap11 union europeenneDiapo chap11 union europeenne
Diapo chap11 union europeenne
Philippe Watrelot
 
Diapo chap10 devt durable (17-18)
Diapo chap10 devt durable (17-18)Diapo chap10 devt durable (17-18)
Diapo chap10 devt durable (17-18)
Philippe Watrelot
 
Diapo chap 09-travail-emploi-chomage(17-18)
Diapo chap 09-travail-emploi-chomage(17-18)Diapo chap 09-travail-emploi-chomage(17-18)
Diapo chap 09-travail-emploi-chomage(17-18)
Philippe Watrelot
 
Tes4 17 18-ch_8_justice sociale
Tes4 17 18-ch_8_justice sociale Tes4 17 18-ch_8_justice sociale
Tes4 17 18-ch_8_justice sociale
Philippe Watrelot
 
2018 diapo chap-7-conflictualite
2018 diapo chap-7-conflictualite2018 diapo chap-7-conflictualite
2018 diapo chap-7-conflictualite
Philippe Watrelot
 
Diapo chap 6 integration_individualisme_2018
Diapo chap 6 integration_individualisme_2018Diapo chap 6 integration_individualisme_2018
Diapo chap 6 integration_individualisme_2018
Philippe Watrelot
 
2eme version - Ap lettre de motivation (PhW)
2eme version - Ap lettre de motivation (PhW)2eme version - Ap lettre de motivation (PhW)
2eme version - Ap lettre de motivation (PhW)
Philippe Watrelot
 
Ap lettre de motivation (ph w)
Ap lettre de motivation (ph w)Ap lettre de motivation (ph w)
Ap lettre de motivation (ph w)
Philippe Watrelot
 
Diapo chap 5 mobilite_sociale_2018
Diapo chap 5 mobilite_sociale_2018Diapo chap 5 mobilite_sociale_2018
Diapo chap 5 mobilite_sociale_2018
Philippe Watrelot
 
Diapo chap 4 structure sociale tes4_17-18
Diapo chap 4  structure sociale tes4_17-18Diapo chap 4  structure sociale tes4_17-18
Diapo chap 4 structure sociale tes4_17-18
Philippe Watrelot
 
2017 diapo chap 3 mondialisation-partie 2
2017 diapo chap 3 mondialisation-partie 22017 diapo chap 3 mondialisation-partie 2
2017 diapo chap 3 mondialisation-partie 2
Philippe Watrelot
 
2017 diapo chap 3 mondialisation-partie 1
2017 diapo chap 3 mondialisation-partie 12017 diapo chap 3 mondialisation-partie 1
2017 diapo chap 3 mondialisation-partie 1
Philippe Watrelot
 
Chap2 tes 2017_diapo_fluctuations_(ph_w)
Chap2 tes 2017_diapo_fluctuations_(ph_w)Chap2 tes 2017_diapo_fluctuations_(ph_w)
Chap2 tes 2017_diapo_fluctuations_(ph_w)
Philippe Watrelot
 
Évaluation bac 2017
Évaluation bac 2017Évaluation bac 2017
Évaluation bac 2017
Philippe Watrelot
 

Plus de Philippe Watrelot (20)

Ph w outils-pour_enseigner_a_distance
Ph w outils-pour_enseigner_a_distancePh w outils-pour_enseigner_a_distance
Ph w outils-pour_enseigner_a_distance
 
Diapo chap 1- tes5-2019 sources croissance eco
Diapo chap 1- tes5-2019 sources croissance ecoDiapo chap 1- tes5-2019 sources croissance eco
Diapo chap 1- tes5-2019 sources croissance eco
 
Chap2 tes 2018_diapo_fluctuations_(ph_w)
Chap2 tes 2018_diapo_fluctuations_(ph_w)Chap2 tes 2018_diapo_fluctuations_(ph_w)
Chap2 tes 2018_diapo_fluctuations_(ph_w)
 
Diapo chap03 devt durable (18-19)
Diapo chap03 devt durable (18-19)Diapo chap03 devt durable (18-19)
Diapo chap03 devt durable (18-19)
 
Ph w stage besancon (apres-midi) oct-18
Ph w  stage besancon (apres-midi) oct-18Ph w  stage besancon (apres-midi) oct-18
Ph w stage besancon (apres-midi) oct-18
 
Diapo chap 1- tes4-2018 sources croissance eco
Diapo chap 1- tes4-2018 sources croissance ecoDiapo chap 1- tes4-2018 sources croissance eco
Diapo chap 1- tes4-2018 sources croissance eco
 
Diapo chap11 union europeenne
Diapo chap11 union europeenneDiapo chap11 union europeenne
Diapo chap11 union europeenne
 
Diapo chap10 devt durable (17-18)
Diapo chap10 devt durable (17-18)Diapo chap10 devt durable (17-18)
Diapo chap10 devt durable (17-18)
 
Diapo chap 09-travail-emploi-chomage(17-18)
Diapo chap 09-travail-emploi-chomage(17-18)Diapo chap 09-travail-emploi-chomage(17-18)
Diapo chap 09-travail-emploi-chomage(17-18)
 
Tes4 17 18-ch_8_justice sociale
Tes4 17 18-ch_8_justice sociale Tes4 17 18-ch_8_justice sociale
Tes4 17 18-ch_8_justice sociale
 
2018 diapo chap-7-conflictualite
2018 diapo chap-7-conflictualite2018 diapo chap-7-conflictualite
2018 diapo chap-7-conflictualite
 
Diapo chap 6 integration_individualisme_2018
Diapo chap 6 integration_individualisme_2018Diapo chap 6 integration_individualisme_2018
Diapo chap 6 integration_individualisme_2018
 
2eme version - Ap lettre de motivation (PhW)
2eme version - Ap lettre de motivation (PhW)2eme version - Ap lettre de motivation (PhW)
2eme version - Ap lettre de motivation (PhW)
 
Ap lettre de motivation (ph w)
Ap lettre de motivation (ph w)Ap lettre de motivation (ph w)
Ap lettre de motivation (ph w)
 
Diapo chap 5 mobilite_sociale_2018
Diapo chap 5 mobilite_sociale_2018Diapo chap 5 mobilite_sociale_2018
Diapo chap 5 mobilite_sociale_2018
 
Diapo chap 4 structure sociale tes4_17-18
Diapo chap 4  structure sociale tes4_17-18Diapo chap 4  structure sociale tes4_17-18
Diapo chap 4 structure sociale tes4_17-18
 
2017 diapo chap 3 mondialisation-partie 2
2017 diapo chap 3 mondialisation-partie 22017 diapo chap 3 mondialisation-partie 2
2017 diapo chap 3 mondialisation-partie 2
 
2017 diapo chap 3 mondialisation-partie 1
2017 diapo chap 3 mondialisation-partie 12017 diapo chap 3 mondialisation-partie 1
2017 diapo chap 3 mondialisation-partie 1
 
Chap2 tes 2017_diapo_fluctuations_(ph_w)
Chap2 tes 2017_diapo_fluctuations_(ph_w)Chap2 tes 2017_diapo_fluctuations_(ph_w)
Chap2 tes 2017_diapo_fluctuations_(ph_w)
 
Évaluation bac 2017
Évaluation bac 2017Évaluation bac 2017
Évaluation bac 2017
 

Dernier

Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale  La famille de Sophie (12).pdfCompréhension orale  La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
lebaobabbleu
 
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGESGUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
DjibrilToure5
 
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdfMÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
lebaobabbleu
 
1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x
NadineHG
 
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
NadineHG
 
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Auguste   Herbin.pptx Peintre   françaisAuguste   Herbin.pptx Peintre   français
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Txaruka
 
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
Editions La Dondaine
 
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdfA1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
lebaobabbleu
 
Techno Revo et nations (1789-1848) ).pdf
Techno Revo et nations (1789-1848) ).pdfTechno Revo et nations (1789-1848) ).pdf
Techno Revo et nations (1789-1848) ).pdf
NadineHG
 

Dernier (9)

Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale  La famille de Sophie (12).pdfCompréhension orale  La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
 
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGESGUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
 
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdfMÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
 
1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x
 
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
 
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Auguste   Herbin.pptx Peintre   françaisAuguste   Herbin.pptx Peintre   français
Auguste Herbin.pptx Peintre français
 
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
 
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdfA1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
 
Techno Revo et nations (1789-1848) ).pdf
Techno Revo et nations (1789-1848) ).pdfTechno Revo et nations (1789-1848) ).pdf
Techno Revo et nations (1789-1848) ).pdf
 

Ph w stage besancon (matinee) oct-18

  • 1. Travailler par compétences en SES Qu’est-ce qu’évaluer ? - Mieux évaluer en SES - Compétences - Autonomie - Oral Philippe Watrelot 3 octobre 2018 Stage SES - Rectorat de Besançon
  • 2. Conférence (diaporama) •Présentation générale •Problématique ? •Sensibilisation avec un petit test •Évaluation(s) •Evaluer et travailler par compétences •Tâches complexes •Et en SES : d’où partons nous ? Que savons nous faire ? •Définir des critères de réussite et un programme d’apprentissage Matinée (9h-12h)
  • 3. Un petit exercice pour commencer et lancer la réflexion F.-M. Gerard Evaluer des compétences Guide pratique De Boeck 2008
  • 5. Évaluer... (dans le dictionnaire) Mesure à l'aide de critères déterminés des acquis d'un élève, de la valeur d'un enseignement, etc. Le Petit Larousse illustré 1999 29
  • 6. Définition de J-M. DE KETELE J-M. DE KETELE •Évaluer signifie... • recueillir un ensemble d’informations suffisamment pertinentes, valides et fiables • et examiner le degré d’adéquation entre cet ensemble d’informations et un ensemble de critères adéquats aux objectifs fixés au départ ou ajustés en cours de route, • en vue de prendre une décision.
  • 7. 3 formes d'évaluation Evaluation formative (ou formatrice) Evaluation Sommative (quelquefois certificative) (B.Bloom 1971) Evaluation diagnostique (ou pronostique)
  • 8. Quand évaluer ? Avant la formation Évaluation diagnostique orienter l’action Pendant la formation Évaluation formative réguler les apprentissages Après la formation Evaluation sommative Vérifier certifier
  • 9. Programme Objectifs de contenu Objectifs de compétences Pré-requis Représentations Évaluation diagnostique Stratégie pédagogique - Déterminer les objectifs - Structurer les objectifs dans une progression - Choix des supports et des outils - Choix des activités - Choix des modalités de travail (dispositifs) - Remédiation Évaluation formative Évaluation Sommative
  • 10. Les fonctions de l'évaluation Enquête réalisée en 2008 auprès de 1200 enseignants de lycée et collège
  • 14. Finalités de l'évaluation Évaluation normative (Référence aux autres) Évaluation critériée (Référence à des critères de performance) La note etLa note et lesles classementsclassements
  • 15. Petite histoire de l'évaluation et de la notation
  • 16. Questions pour un... De quand date la création du baccalauréat ? De quand date la note chiffrée ? 1808 1890
  • 17. le Bac... décret du 17 mars 1808 21 bacheliers en 1808 (1ère femme en 1861) Pas de système de notation Des boules blanches et noires pour exprimer l'avis des professeurs
  • 18. De quand datent les notes? Pendant la 1ère moitié du XIXe siècle, il n'y a donc pas de note au Baccalauréat... Bac = entretien oral (reçu ou non reçu...) basé sur le principe jésuite de l'émulation (individuelle et collective) 2ème moitié du XIXe : C'est la nécessité d'un classement liée au développement des concours qui aboutit au développement de la notation sur 20. En 1890, il était établi par un arrêté du 5 juin que « dans les compositions, chaque copie aura sa note chiffrée de 0 à 20 »
  • 19. Merle Pierre, « L’école française et l’invention de la note. Un éclairage historique sur les polémiques contemporaines », Revue française de pédagogie, 4/2015 (n° 193), p. 77-88. Instaurée en 1852 [à Polytechnique], l’évaluation par une échelle de notation sur 20 à laquelle s’ajoutent des coefficients selon la discipline ne sera jamais remise en cause. De 1794 à 1852, plus d’un demi-siècle a été nécessaire pour élaborer des règles d’évaluation à l’École polytechnique désormais intériorisées sur le mode de l’évidence alors même qu’elles manifestent la maîtrise d’une réelle technologie de la mesure des compétences scolaires. Pour préparer leurs élèves, les professeurs des classes préparatoires scientifiques vont progressivement recourir à partir des années 1850 à la notation sur 20. Cette diffusion des règles d’évaluation du concours vers les classes préparatoires a une origine fonctionnelle : « l’enseignement donné dans les [classes] préparatoires est dominé par les exigences du concours d’admission »
  • 20. Si des recherches monographiques (concours de la Marine, École des ponts et chaussées, École polytechnique) ont permis de connaître les premières formes d’évaluation, par lettres et par chiffres, des compétences des élèves, les modalités de diffusion de la note chiffrée dans l’enseignement secondaire sont a contrario mal connues. C’est par un arrêté ministériel du 5 juillet 1890 « relatif au régime disciplinaire et aux récompenses dans les collèges et lycées » que la notation des compositions pour les collèges et lycées est fixée sur une échelle de vingt points (article 21). La même année, un arrêté du 8 août 1890 relatif à la réforme du baccalauréat instaure une notation sur 20, limitée aux seules compositions écrites. La relation fonctionnelle entre normes de notation à l’examen et pratiques d’évaluation en classe est clairement établie par la réglementation de 1890. Pour les enseignements primaires, les textes réglementaires de 1880 et 1890 relatifs à la réforme de l’organisation du certificat d’études primaires constituent des jalons nécessaires à la connaissance des modalités de diffusion de la note chiffrée. L’arrêté du 16 juin 1880 a en effet pour objet « de soumettre le certificat d’études à une réglementation uniforme, du moins de poser certains principes communs qui déterminent la valeur du certificat et préviennent des divergences d’appréciation par trop considérables » (Buisson, 1911). Les épreuves écrites sont désormais évaluées par un système de points, 10 points maximum, que les candidats peuvent gagner dans chacun des quatre types d’exercices (dictée, écriture, calcul, rédaction). À partir de 20 points (qui correspondent à la moyenne dans les quatre épreuves), les candidats sont autorisés à présenter l’oral. Merle Pierre, « L’école française et l’invention de la note. Un éclairage historique sur les polémiques contemporaines », Revue française de pédagogie, 4/2015 (n° 193), p. 77-88.
  • 21. Faute de recherches historiques sur les pratiques d’évaluation mises en œuvre par les instituteurs dans les années 1880-1890 et au-delà, il est difficile de savoir à partir de quelle période et pour quelles raisons les pratiques d’évaluation mises en œuvre aux épreuves du CEP se sont diffusées dans le quotidien des classes primaires. Il est toutefois possible de présenter une hypothèse. Dans le cadre de la préparation de leurs meilleurs élèves aux épreuves du CEP, les instituteurs auraient eu recours aux pratiques de notation en vigueur à l’examen. […] Le même mécanisme de diffusion est susceptible d’avoir été à l’œuvre pour les écoles primaires supérieures, équivalent des futurs collèges. […] L’analyse de Savoie (2000) présente une logique argumentaire similaire : « lorsqu’un cycle d’études débouche sur un examen ou un concours, la préparation à ce débouché tend à devenir un des objectifs, voire l’objectif essentiel, de ce cycle d’études […]. À ce moment-là, les conditions sont réunies pour que le débouché influence, voire modifie profondément le contenu, les méthodes et l’esprit des études ». De la même façon, pour mieux préparer les élèves, la préparation aux examens ou concours aurait intégré aussi les modalités d’évaluation de ceux-ci. Merle Pierre, « L’école française et l’invention de la note. Un éclairage historique sur les polémiques contemporaines », Revue française de pédagogie, 4/2015 (n° 193), p. 77-88.
  • 22. Petite histoire de l'évaluation • Le classement précède la note • le système d'évaluation français est construit pour sélectionner et pour créer de l'émulation • "La France est un pays de concours" (Claude Lelièvre)
  • 23. Alain Peyrefitte et Edgar Faure 68 et après… Le colloque d'Amiens en mars 1968 (donc avant mai !) propose de supprimer les notes chiffrées pour “lutter contre un système élitiste”. Cette réforme est appuyée par Alain Peyrefitte. En 1969, la circulaire du 6 janvier évoque la relativité de la note et l'illusion de sa précision « les études docimologiques dont l'origine est antérieure à 1930 et qui se sont multipliés dans les 20 dernières années ne laissent aucun doute sur le caractère illusoire d'un tel raffinement dans la précision de la note et du classement obtenu » Le ministre de l'Éducation nationale de l'époque Edgar Faure décrète dans cette circulaire que « la notation chiffrée peut être abandonnée sans regrets ». C'est le 9 juillet 1971 (circulaire 71-228) que  les notes sur 20 sont à nouveau prônées dans les classes qui comportent un examen (3ème, terminale).  
  • 24. Le ministre de l'Éducation nationale de l'époque Edgar Faure décrète dans cette circulaire que « la notation chiffrée peut être abandonnée sans regrets ». Les années 70 "Une échelle convenue d'appréciation, libérée d'une minutie excessive, sera moins prétentieuse. En indiquant la zone dans laquelle l'élève se situe, on cerne déjà la réalité d'assez près, on évite de multiplier systématiquement des différences qui ne seraient pas confirmées par d'autres correcteurs, ni par le même correcteur à une autre époque."
  • 25. C'est le 9 juillet 1971 (circulaire 71-228) que  les notes sur 20 sont à nouveau prônées dans les classes qui comportent un examen (3ème, terminale).   Passage à une notation par lettres (A, B, C, D, E,...). C'est  en juillet 1971 dans un arrêté que  les notes sur 20 sont à nouveau prônées dans les classes qui comportent un examen (3ème, terminale).   Mais disparition du classement... Depuis...
  • 26. Évaluation Logique du classement (Sélection, certification) (question de l'objectivité de la mesure) Logique de la régulation ouvrir "la boîte noire" (comprendre le processus d'apprentissage pour mieux aider à apprendre)
  • 27. L’évaluation est une pratique sociale et donc soumise à des normes (culture d'établissement, de la discipline, de la génération,...) et sous-tendue par des valeurs. L’évaluation renvoie donc chacun à sa propre conception de la justice et à ses représentations du travail, du niveau, des apprentissages, du pouvoir, … C’est aussi ce qui la rend si difficile à faire évoluer car elle s’appuie sur notre propre échelle de valeurs...
  • 28. Noter pour se dispenser d'évaluer les acquis ? « Mais il est bon de rappeler que l’évaluation, qui est une évaluation de la partie, ne doit pas faire oublier le tout, le long chemin de culture où l’école a la responsabilité de conduire chaque personne à un moment de sa vie ; que l’évaluation, qui produit des signes sociaux nécessaires tels que les notes ou les diplômes, doit être au service des acquis, pour aider à les mesurer, pour leur donner visibilité, et pas le contraire. »r Rapport de l’IGEN « Les acquis des élèves, pierre de touche de la valeur de l’école » (juillet 2005)
  • 31. Faire de l'évaluation un réel outil pour l'apprentissage
  • 34.  Ce qui rend la maîtrise du concept difficile c’est qu’il est utiliser dans le langage courant, la compétence à charger un lave-vaisselle par exemple.  Il est aussi utilisé dans le monde professionnel. L’utiliser dans l’école de la république rend ses défenseurs suspects de pactiser avec le diable.  Mais en science de l’éducation et à l’école il prend un sens spécifique. A la recherche d’une définition de la compétence…
  • 35. 5 objections aux compétences • ca vient du monde de l'entreprise • Halte aux livrets avec 565 items ! • Les compétences oublient les connaissances • C'est une révolution dans l'EN... • C'est inadapté au lycée et au SES...
  • 36. "Bilan de compétences", slogan d'agence d'intérim, employabilité... Certes, la notion de compétences est très utilisée dans le monde de l'entreprise et en particulier dans les ressources humaines. Une notion qui vient de l'entreprise ?
  • 37. "Durant les années 1950 à 1970, la “pédagogie par objectifs” a tenté de standardiser les processus d'éducation afin de les rendre plus transparents et évaluables, ce qui par la suite a donné lieu à une "pédagogie des compétences"[...] A dimension spécifiquement professionnelle, le courant managérial développe une conception moderniste de la gestion des ressources humaines (GRH) basée sur les compétences. Il apparaît dans les années 70 aux États-Unis avec les études du psychologue dy travail Mac Clelland. [...] Pour la première fois, le terme de “compétence” est introduit dans la littérature consacrée au management pour être défini comme “la caractéristique intrinsèque d'un individu en corrélation causale à une performance efficace ou supérieure dans la tâche” Page 76
  • 38. • “récupération” du concept pédagogique par le monde de l'entreprise • un enjeu de définition... • doit-on abandonner cette notion ? • est-ce que parce qu'un terme est utilisé par l'entreprise qu'on doit s'interdire de l'utiliser? Abandon ou ré-appropriation? ré-appropriation?
  • 39. Les compétences sont-elles une forme de parcellisation des tâches ? Le taylorisme appliqué à l'éducation ?
  • 41. Est-ce que ça bouleverse l'organisation de l'école? Est-ce une révolution ?
  • 42. Est-ce que ça remet en cause l'“esprit des SES” ?
  • 44. Une double filiation Une origine institutionnelle (comparaisons internationales, ...) Une origine pédagogique (héritage de la pédagogie par objectifs, ...)
  • 45. « la compétence est en général interprétée comme un système spécialisé d'aptitudes, de maîtrises ou de savoir-faire nécessaire ou suffisants pour atteindre un objectif spécifique » . Définition retenue par l'OCDE OCDE-PISA
  • 46. 8 compétences clés Du conseil de l’Europe Du conseil de l’Europe • Communication dans la langue maternelle • Communication dans une langue étrangère • Culture mathématique et compétences de base en sciences et technologie • Culture numérique • Apprendre à apprendre • Compétences interpersonnelles, interculturelles et compétences sociales et civiques • Esprit d’entreprise • Sensibilité culturelle Remplacé parRemplacé par “Autonomie et“Autonomie et initiative”initiative” Remplacé parRemplacé par “Autonomie et“Autonomie et initiative”initiative”
  • 47. « la scolarité obligatoire doit au moins garantir à chaque élève les moyens nécessaires à l'acquisition d'un socle commun constitué d'un ensemble de connaissances et de compétences qu'il est indispensable de maîtriser pour accomplir avec succès sa scolarité, poursuivre sa formation, construire son avenir personnel et professionnel et réussir sa vie en société ». Loi n°2005-380 du 23 avril 2005 d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école
  • 48. 48 Les 7 compétences du socle 1 maîtrise de la langue française 2 pratique d’une langue vivante étrangère 3 compétences de base en mathématiques et culture scientifique et technologique 4 maîtrise des techniques usuelles d’information et de communication 5 culture humaniste 6 compétences sociales et civiques 7 autonomie et initiative
  • 49. Le projet de loi de programmation et d'orientation portant sur la refondation de l'école conserve le principe du socle commun
  • 50. 2013 : “Socle commun de connaissances, de compétences et de culture”
  • 53. Définir les compétences sur le plan pédagogique
  • 54. Travailler par compétences Évaluer par compétences Ce que ce n'est pas... Travailler par compétences Pédagogie par objectifs (PPO) (pas seulement...!) même si la PPO est un PPO (point de passage obligé)...!
  • 55. Pédagogie par objectifs (PPO) découpages en “rondelles de saucisson” Démarche behavioriste Usines à cases (grilles) un saucisson n'est pas la somme des rondelles... le tout n'est pas la somme des parties... behaviorisme ≠ constructivisme mais la pédagogie par objectifs a rendu bien des services et a été une étape importante dans l'histoire de la pédagogie...
  • 56. 3 grandes approches "La connaissance se transmet" "La connaissance s'acquiert" "La connaissance se construit" Modèle transmissif Modèle behavioriste Modèle constructiviste
  • 57. "Alors que la tradition encyclopédique accumule les savoirs sans trop se demander quand, où et pourquoi les élèves pourront s’en servir, l’approche par compétences estime : 1. que les savoirs sont des outils pour l’action ; 2.que leur usage s’apprend, comme le reste." Philippe Perrenoud in Le socle commun… mais comment faire ? N° spécial des Cahiers Pédagogiques Novembre 2007 (Article paru dans le N°408 Savoir, c’est pouvoir transférer ? de novembre 2002) Qu'est-ce qu'une compétence ?
  • 58. Compétence = savoirs en action Pas de compétences sans savoirs !
  • 59. “Maîtriser un concept” Qu’est ce que j’attends de l’élève ? Comment le vérifier ?
  • 60. Si enseigner une connaissance s’est permettre à l’élève de : Maîtriser une connaissance ne devient-il pas une compétence ?
  • 61. Définir Définir une notion c’est à dire être capable de l’expliquer avec ses propres mots Illustrer Donner des exemples Donner des contre-exemples (ne correspondant pas à la définition) Distinguer Distinguer des notions proches (ex : culture et acculturation) Ne pas la confondre avec d’autres notions (ex : VA et profit) Utiliser (transférer) S'en servir pour comprendre un document Savoir l’adapter à un exemple développé dans un document Savoir l’utiliser dans un raisonnement / pour argumenter La situer dans un contexte : à quoi sert-elle Savoir l’utiliser dans des contextes différents Travaux de profs de SES dans l'académie de Grenoble
  • 62. 62 Perrenoud « Je propose de réserver la notion de compétences à des savoir-faire de haut niveau, qui exigent l’intégration de multiples ressources cognitives dans le traitement de situations complexes. »
  • 63. Définir la compétence compétence La compétence est la possibilité, pour un individu, de mobiliser de manière intériorisée un ensemble intégré de ressources en vue de résoudre une famille de situations problèmes. Xavier Roegiers (2000) cité par Scallon
  • 64. Définir la compétence compétence« Une compétence est un ensemble de savoirs, de savoir- faire et de savoir être permettant de mobiliser à bon escient des ressources internes ou externes dans le but de répondre de façon appropriée à une situation complexe et inédite. » Vincent Guédé Cahiers Pédagogiques n°476, nov 2009 Tâche complexe
  • 65. CompétencesCompétences Mobiliser différentes ressources Dans un contexte donné En fonction de ce que l’on est Pour résoudre une situation -problème (D’après Pierre Montfraix)
  • 67. Distinguer tâche, capacité et compétence (D’après Pierre Montfraix formation de formateurs dans l’académie de Besançon)
  • 68. RessourcesRessources internesinternes RessourcesRessources externesexternes Connaissances Capacités Ressources humaines Ressources matérielles Attitudes Habiletés SituationSituation Mobilisation Intégration - Complexe - Intégrée - Motivante - Significative - Inédite ProductionProduction (évaluation sommative)(évaluation sommative) Apprentissages ponctuels (+évaluations formatives) Remédiation 2 types d’évaluation!
  • 69. Les opérations engagées dans l'exercice d'une compétence • Mobiliser • savoir-intégrer • savoir transférer
  • 70. Réussir uneRéussir une actionaction Expliciter laExpliciter la compétencecompétence Adapter laAdapter la compétencecompétence 3 phases dans la construction des compétences traitement compétent dans une action mise en mots de ce qui a permis cette réussite Utilisation de cette compétence pour une nouvelle situation ❝Être compétent ne consiste pas à rajouter un savoir-faire et un savoir- être à des savoirs mais de savoir ce que l'on sait, comment on le sait, avec quel pouvoir d'agir pour faire face à des situations nouvelles.❞ Françoise Clerc
  • 72. Questions pédagogiques... • Bien identifier les différentes ressources • créer des situations et un programme d'apprentissage. • baliser une progression • bien définir les objectifs • utiliser les outils appropriés de l'évaluation • alterner évaluation des ressources et évaluation par tâches complexes Échelles descriptives
  • 74. La grande majorité des écrits sur l'évaluation des compétences renvoient à la notion de situation-problème ou à celle de tâche complexe. L’idée de base est de demander à l’étudiant de démontrer qu’il est capable de mobiliser ses ressources ou des ressources externes, et ce, dans des situations précises et à plusieurs occasions. En d’autres termes, il s’agit d’observer chaque étudiant ou chaque étudiante dans l’action : -Le talent d’un pianiste est jugé à ses performances en concert. -En médecine, la compétence clinique est évaluée lorsqu’il y a des patients à traiter. -La capacité à écrire est inférée à partir de plusieurs productions écrites.... (Scallon Évaluation des apprentissages dans une approche par compétences. De Boeck) Tâche complexe et évaluation
  • 75. Une situation d'évaluation c'est... 1.Une production attendue 2....réaliste (authentique, contextualisée) 3....exigeant la mobilisation de plusieurs ressources 4.... bien précisées 5.... s'appuyant sur l'autonomie de l'élève en un temps limité (Scallon)
  • 76. Situation complexe Situation compliquée ! Une situation complexe n'est pas un piège ! Auparavant, les élèves ont identifié avec l'aide de l'enseignant les différentes ressources dont ils pourraient avoir besoin, il y a eu un apprentissage et même un entraînement. Une situation complexe est une situation “inédite” mais pas un piège... “Savoir c'est transférer”
  • 78. Vos récentes positions sur les compétences ont été attaquées par certains de vos amis pédagogues qui y ont vu une sorte de trahison, tandis que vos adversaires, parmi les plus virulents comme Jean-Paul Brighelli, ont volé à votre secours, ou fait mine de le faire, en affirmant qu’ « il faut sauver le soldat Meirieu ». Comment avez-vous vécu une telle situation à front renversé ? Tristement. Il est toujours difficile d’être considéré comme un traître par certains de ceux et celles avec qui l’on se sent solidaire et défendu par ceux et celles qui, de manière particulièrement condescendante et méprisante, viennent vous féliciter de les avoir ralliés. […] La situation actuelle dans laquelle je me trouve, sur cette question des compétences, est d’autant plus étrange que c’est un point sur lequel mes analyses ont très peu varié. J’ai toujours dit que la notion de compétence avait deux avantages : d’une part, s’opposer à l’ « idéologie des dons » par son caractère volontariste (les dons, on les a, mais les compétences, on peut les acquérir) et, d’autre part, attirer notre attention sur la question du transfert des connaissances, c’est-à-dire de la possibilité d’utiliser des savoirs en dehors du contexte de leur acquisition. Mais je me suis aussi toujours méfié de la totémisation des compétences et, a fortiori, de leur hégémonie, pour plusieurs raisons fondamentales. D’abord, parce que le pilotage de l’enseignement ou de la formation par les référentiels de compétences me paraît porter en lui la dérive de l’atomisation des savoirs en une multitude de « comportements observables ». Dès lors, en effet, que l’on veut absolument vérifier l’acquisition des compétences de manière « parfaitement objective », on est  amené à découper cette acquisition en unités sur lesquelles aucune hésitation ne sera possible et à propos desquelles on pourra dire sans hésitation « acquis » ou « non acquis ». Philippe Meirieu “Un pédagogue dans la cité, conversations avec Luc Cédelle” DDB 2012
  • 79. Dangers… La pédagogie par compétences peut permettre surtout de rendre plus explicites les objectifs de l'enseignement et les modalités d'évaluation. Mais les dérives existent. On peut réduire le travail par compétences à la seule logique technocratique d'une évaluation d'habiletés, de “micro-compétences” dans des référentiels “usines à cases”.
  • 80. + explicite La pédagogie par compétences peut permettre surtout de rendre plus explicites les objectifs de l'enseignement et les modalités d'évaluation. Mais les dérives existent. On peut réduire le travail par compétences à la seule logique technocratique d'une évaluation d'habiletés, de “micro-compétences” dans des référentiels “usines à cases”.
  • 81. Se méfier des caricatures Mais il faut se méfier tout autant des caricatures. Ceux qui dénoncent les compétences en y voyant un complot libéral visant à réduire les exigences nient la fécondité de cette approche et défendent surtout le modèle transmissif traditionnel. Le travail par compétences remet au centre du débat la question des apprentissages et d'une évaluation aux services de ceux-ci et pas uniquement destinée à sélectionner.
  • 82. Identifier les compétences en SES Quelques rappels de l'existant...
  • 83. “esprit des SES, es-tu là...?”
  • 84. Objectifs des SES Dans un BOEN de 1966, les fondateurs de l'enseignement des SES, Marcel Roncayolo et Guy Palmade, affirment que "l'originalité d'un tel enseignement est de conduire à la connaissance et à l'intelligence des économies et des sociétés d'aujourd'hui et d'intégrer cette acquisition à la formation générale des élèves, à leur culture. (...). Il s'agit d'assurer l'application correcte d'un esprit expérimental à l'étude des réalités en cause, de fournir les premiers éléments d'une perception de ces réalités, de développer des habitudes intellectuelles propres à leur analyse. L'entreprise ne va pas sans risques, elle n'offre pas le confort d'un enseignement clos sur lui-même".
  • 85. déjà une compétence ? Le BOEN n°30 du 4 septembre 1997 définit la structure des épreuves de SES au baccalauréat.   L’évaluation finale vise à apprécier les capacités des élèves à répondre à une question de façon structurée, à argumenter en mobilisant des savoirs et en utilisant les informations fournies par un dossier documentaire ainsi qu’à problématiser.
  • 86. 4 compétences à construire au bac... au bac... La dissertation au bac a pour objectif d'évaluer quatre grandes compétences : -la capacité à élaborer une problématique permettant de répondre à la question posée et à construire un plan adapté, cohérent et équilibré ; -la capacité à mobiliser les connaissances portant sur les faits, concepts, outils et mécanismes économiques et sociaux élémentaires ; -la capacité à conduire un raisonnement rigoureux s'appuyant sur une confrontation raisonnée des grilles de lecture théorique et des données empiriques ; - la capacité à utiliser les informations documentaires pertinentes par rapport à la problématique choisie. 
  • 87. Collecter des informations : Se poser des questions Chercher et trouver des informations Utiliser une documentation Prendre des notes Traiter des informations Extraire des informations d’un texte Extraire des informations d’un document statistiques ou graphique Connaître, utiliser des outils de mesure Connaître, utiliser des outils statistiques ou graphiques Traduire des informations d’une forme en une autre Acquérir et maîtriser des connaissances Situer un terme par rapport à d’autres Associer un concept à des exemples et contre-exemples Définir des termes et des concepts Utiliser convenablement termes, concepts, des ordres de grandeur Connaître, maîtriser mécanismes et relations Analyser et commenter des informations Séparer l’essentiel de l’accessoire Mettre en évidence une relation simple Mettre en évidence des relations complexes Examiner de façon critique des documents Produire une synthèse Classer des informations Mettre en relation des informations Vérifier la cohérence des relations Exprimer son raisonnement Source : Ministère de l’Education Nationale, Utiliser les objectifs de référence en classe de Seconde, CRDP de Poitou-Charentes, 1993. Objectifs de référence 
  • 88. L'apport de la pédagogie par objectifs Les objectifs de référence en 1993
  • 90. Quelques exemples de travail par compétences Dissertations Enquêtes Jeux sérieux TPE ou grand entretien Articles de journal lycéen Semaine à thèmes Mini- entreprises Organisation de visites Etc…
  • 92. Fiche d'évaluation et d'auto-évaluation Jocelyne El Amiri, Vannes, Morbihan
  • 98. Production d'IPR en charge des EE (suite)
  • 101. Quelques principes de construction d’une “grille” • Éviter les “usines à cases” limiter le nombre d’items • Distinguer “compétence”/critères de réussite/ indicateurs • Ne jamais avoir un nombre de colonnes impair !!!! • Se garder de la souplesse dans la notation…
  • 102. CompétencesCompétences Situation évaluéeSituation évaluée (complexe)(complexe) Indicateurs observablesIndicateurs observables (contextualisés)(contextualisés) Critères de réussiteCritères de réussite (décontextualisés)(décontextualisés) Les critères correspondent à une famille de situations complexes qui permettent de vérifier une compétence. Ils sont pertinents, indépendants, pondérés, peu nombreux. Ils sont communiqués aux élèves (voire trouvés par eux). Les indicateurs peuvent être qualitatifs (présence ou absence d’un élément ou degré d’une qualité donnée) ou quantitatifs (précision sur les seuils de réussite du critère). Leur liste n’est pas exhaustive. Chaque critère peut alors être décrit sous forme d’échelle permettant d’une part à l’élève de suivre sa progression (évaluation formative) et d’autre part de valider l’acquisition d’une compétence en choisissant le seuil de validation
  • 103. Compétences Critères de réussite Indicateurs Note?
  • 104. Un exemple (travaux académie de Grenoble)
  • 107. Le travail par compétences (et l’évaluation critériée) peuvent-ils être des outils pour différencier ?
  • 108. CompétencesCompétences Situation évaluéeSituation évaluée (complexe)(complexe) Indicateurs observablesIndicateurs observables (contextualisés)(contextualisés) Critères de réussiteCritères de réussite (décontextualisés)(décontextualisés) Définir un programmeDéfinir un programme d’apprentissage pour chacun desd’apprentissage pour chacun des critèrescritèresRemédiationsRemédiations