Travail aiapec juin 2010

1 051 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 051
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Travail aiapec juin 2010

  1. 1. AIAPEC - MACONRené de VOS29 juin 2010 LE GLISSEMENT DU TRAVAIL DU TAYLORISME AU TOYOTISME Les rapports de force entre le salariat et le patronat sont étouffés par les manipulations de l’organisation du travail qu’imaginent les théoriciens de la reproduction du capital. Le taylorisme était censé permettre aux salariés non qualifiés de participer pleinement à la technicité de la production de masse. Le patronat conquérant de l’industrie automobile en a fait le fordisme qui a privé le salariat de toute autonomie et l’a rivé à la contrainte horaire du temps de travail. Aux résistances et aux révoltes salariales qui s’en sont suivies dans la décennie 60, les théoriciens du patronat ont répliqué par une nouvelle forme de l’organisation censée apporter de l’humain dans un travail devenu purement mécanique. Les industriels du nord de l’Europe et du Japon en ont fait le « toyotisme », qui sous le prétexte de la responsabilisation et de l’autonomie données aux travailleurs a abouti à la mise en coupe réglée des salariés sous la pression de la clientèle et de la contractualisation généralisée fondée sur des objectifs purement mercantiles et financiers. La condition salariale n’a jamais cessé d’être une condition de subordination.
  2. 2. LE « PRE-TAYLORISME »L’ORGANISATION DES CHANTIERS ET DES ATELIERS Xénophon (426-355 av J.C.) étudie la production des vêtements et l’organisation du travail domestique On possède une étude de la méthodologie pour l’élévation de l’obélisque du Vatican en 1586 : 800 hommes, 140 chevaux  L’opération est divisées en 52 mouvements  Chacun des mouvements est commandé par une sonnerie de trompettes Vauban (1633-1707)  fait procéder au chronométrage global des opérations de terrassement dans les travaux de fortification  Constate que la surveillance coûte moins cher que la diminution du travail qui résulte de son absence J.-R. Perronet (1708-1794) analyse la division des tâches dans une fabrique d’épingles à Laigle,  procédé considéré comme fondateur de la modernité par Adam Smith en 1776 On cite aussi C.A. Coulomb (1736-1806) et Lavoisier (1743-1794) 2
  3. 3. LE TAYLORISMEFrédéric Winslow Taylor (1856-1915)l’exposé de la théorie : « Shop Management » paru en 1903 Quatre idées maîtresses :  La « flânerie systématique » : lorsqu’on affecte un certain nombre d’ouvriers à un travail similaire et qu’on les paie à un tarif journalier uniforme, les meilleurs ralentissent leur vitesse d’exécution jusqu’à ce qu’elle rejoigne celle des moins productifs.  Le chronométrage de chaque opération est le moyen d’appliquer un coefficient multiplicateur au salaire de base de l’ouvrier.  L’ouvrier doit être sélectionné en fonction de sa capacité à se conformer strictement à la méthode de la tâche à effectuer.  Pour préparer le travail et l’amener au rendement maximal, il est nécessaire de constituer une « maîtrise fonctionnelle ». 3
  4. 4. LA REPRODUCTION DU CAPITALLes crises périodiques de surproduction
  5. 5. LA CHUTE TENDANCIELLE DU TAUX DE PROFITValeur ajoutée Plus valuedéterminante dans la décisiondéterminante dans la Valeur ajoutée = valeur de sortie – valeur d’entréedécision coûts fixes Rendement Plus value = coûts variables David RICARDO (1772-1823) agriculture Karl MARX (1818- 1883) industrie Cycle de vie d’un produit TRAVAIL Investissement TECHNICITE INNOVATION PRODUCTIVITE SUBSTITUTION5
  6. 6. CE N’EST QU’EN VENDANT CE QU’ON PRODUIT QU’ON S’ENRICHIT LE PROFIT ET SON ACCUMULATION 6/17
  7. 7. LE FORDISMEL’homme - animal
  8. 8. LE FORDISME EST UNE CONCEPTION DE LA SOCIETE Henry Ford (1863-1947) a) Conception instrumentale de l’homme b) L’individu est au service de la collectivité Un objectif clairement énoncé : abaisser les coûts de production a) Organisation minutieuse du processus de production b) Système de monoproduction c) Division du travail et système de chaîne d) Préparation taylorienne du travail Une procédure méthodiquement mise en œuvre : « expropriation » du savoir ouvrier et séparation conception - exécution a) L’ouvrier spécialisé plutôt que l’ouvrier qualifié b) L’ouvrier n’est maître ni de son travail ni de son temps de travail c) Le salaire est déterminé par le temps de travail 8
  9. 9. LA « PRODUCTION DE MASSE » POUR UNE « CONSOMMATION DE MASSE » L’application fordiste de la conception taylorienneLa formule référence La rémunération par le salaire « à la prime » S = salaire effectif S= S0.t + k(T-t)S0 S0 = salaire horaire de base T = temps de travail alloué K = 0,5 pour répartir le bénéfice du temps t = temps de travail effectif entre l’employé et l’employeur k = coefficient modérateur 1. Le chronométrage est lié à un temps établi expérimentalement à partir de méthodes cinématographiques 2. La maîtrise fonctionnelle intervient au moyen d’organismes structurés : a) bureau des méthodes : gammes d’opération et feuilles d’instructions b) bureau d’ordonnancement : dossiers de fabrication c) bureau de lancement et de planning : mise en œuvre et suivi 3. Les agents de maîtrise ont des fonctions de discipline générale et de surveillance des fabrications 9
  10. 10. L’ORGANISATION SCIENTIFIQUE DES ENTREPRISES Henri Fayol ( 1841-1925)  Un postulat : « l’autorité qui commande doit toujours être présente ou représentée »  Six fonctions en deux groupes :  Le groupe créateur de ressources : technique, commercialisation, finances  Le groupe conservateur des moyens : sécurité, comptabilité, administration Cinq impératifs dans l’administration d’une entreprise :  Prévoir  Organiser  Commander  Coordonner  Contrôler Un système « bureaucratique »  Un règlement + un organigramme  Des risques de rigidité due à la nécessaire réorganisation à chaque imprévu  Une séparation très forte entre la conception et l’exécution  Déresponsabilisation des niveaux intermédiaires 10
  11. 11. Il faut éliminer les coûts budgétaires et sociaux du travail humain Automatiser la production Restaurer l’autonomie patronale 11
  12. 12. ORGANISER SCIENTIFIQUEMENT LE TRAVAIL HUMAIN  Des structures pour fonctionner avec le maximum d’efficacité  Imiter les performances de la machine  Des méthodes de travail adaptées aux structures 12
  13. 13. LA REACTION SOCIETALE AU FORDISMEUn constat : le temps devenu l’unité de mesure du travail humain 1. C’est le temps qu’on rémunère a) Salaire minimum garanti (le SMIG est créé en 1950) b) Le travail est évalué dans sa durée : les 40 h de 1936 2. De profonds changements dans les relations entre le patronat et le salariat : l’Etat doit protéger les peuples contre l’avidité des patrons a) Instauration du salaire indirect : assurances sociales, allocations familiales, assurance chômage, caisses de retraite b) Contractualisation de l’indexation des salaires sur l’évolution des gains de productivité (conventions collectives en 1936)Des formes spécifiques à l’expression des contestations et des conflits 1. Conditions matérielles du travail : sécurité, bruit, odeur, cadences, répétitivité dans le prétaylorisme, c’est le temps de travail qui faisait conflit 2. Malfaçons, retards, grèves 3. Le « refus du travail » : absentéisme, sabotage et « turn over » 4. Mobilisations collectives par le moyen syndical : l’épreuve de force 13
  14. 14. Considération + bon climat = productivitéL’ENRICHISSEMENT DES TACHES Les nouveaux alliés du patronat Georges Elton MAYO (1880 - 1949) Frederick Irving HERZBERG (1923 - 2000) 14
  15. 15. LE « SYSTEME DE MANAGEMENT »Une innovation managériale de Alfred Pritchard SLOAN, Jr. (1875 –1966) à la têtede la General Motors en 1923 à 1956TROIS PRINCIPES : I. Des structures décentralisées a. Adaptation permanente des moyens aux besoins b. Coordination souple au sommet c. Contrôle de gestion de la situation financière II. La direction participative par objectifs comme principe de management a. Réalisme et souplesse pour faire face aux situations mouvantes b. La réalisation des objectifs est confiée aux responsables directs et la direction générale enregistre les résultats III. La coordination est assurée par des regroupements d’activités a. Recherche b. Achats c. Stocks d. Fabrications 15
  16. 16. proposé par l’ingénieur TaiishiOhno à la fin des années 1970  « autonomation » = autonomie + automation  flux tendus, just in time, : on ne met en fabrication que ce qui est vendu  le « teamwork » ou système de travail en groupe  l’enrichissement des tâches  cercles de qualité  responsabilisation dans la séquence de production  sous-traitance  management participatif : suppression des contremaîtres  les 5 zéros :  zéro stock,  zéro défaut,  zéro papier,  zéro panne,  zéro délai. Taiishi Ohno (1912-1990)LE TOYOTISME ou MODE DE PRODUCTIONINTEGREE 16
  17. 17. LA DIRECTION PAR OBJECTIFS OU MANAGEMENT PARTICIPATIF Les chefs donnent à leurs « collaborateurs » (subordonnés) des objectifs à atteindre les collaborateurs gèrent les moyens humains et matériels mis à leur disposition Les objectifs sont hiérarchisés  Direction générale : objectifs à long terme (rentabilité, taux d’expansion, etc…)  Divisions spécialisées : stratégies à moyen terme applicables à certains produits  Services : objectifs par fonctions ou par unités de production  Ateliers : qualité, prix de revient Les cadres prennent une place considérable  Autonomie dans le choix des moyens de réaliser les objectifs  Mise en place d’un système d’autocontrôle pour juger des résultats atteints et les déviations éventuelles  Nécessité de l’adhésion des cadres à la fixation des objectifs et des moyens de contrôle qui seront mis en place L’entreprise se subdivise en unités autonomes Individualisation des objectifs, des budgets et des produits 17
  18. 18. LES DEUX MODELES EN PERSPECTIVE TAYLORISME / FORDISME TOYOTISME Modalités du travail  Modalités du travail  Division verticale  Responsabilisation des opérateurs  Parcellisation des tâches  Enrichissement des tâches  Travail à la chaîne  Groupes autonomes de production  Internalisation des processus  Externalisation des processus Effets sur la main d‘œuvre  Effets surla main d‘œuvre  Séparation entre conception et  Polyvalence exécution  Flexibilité et adaptabilité  Faible qualification  Compétence  Soumission aux ordres  Coopération et implication  Épuisement physique  Stress et anxiété Gestion de la main d’œuvre  Gestion de la main d’œuvre  Encadrement disciplinaire  Management participatif  Salaire au rendement  Contractualisation  Variation uniforme de la rémunération  Individualisation des rémunérations en fonction de la productivité 18
  19. 19. Dernière nouvelle trouvaille : les vieux ou anciens travailleurs coûtent trop cher ! CET HOMME EST DANGEREUX ! 19

×