Mathilde CHAMBON 5°4
Alice STUCKELBERGER 5°4
Johan ZERBIB 5°4
Margot HAAS 3°
Laura TRUCCHI 3°

LE THEATRE DANS L’ANTIQUITE...
REMERCIEMENTS

Nous remercions Laura TRUCCHI et Margot HAAS de l’aide qu’ elles nous ont
apportée dans l’élaboration de ce...
SOMMAIRE:

1- Introduction

2- Le théâtre Grec Antique:
2-1
2-2
2-3
2-4
2-5
2-6
2-7
2-8

les acteurs
les décors
les costum...
Introduction

Le théâtre grec a une forte composante religieuse, comme toutes les manifestations
antiques.
Son origine exp...
2- Le théâtre Grec Antique
2-1 Les acteurs
Les acteurs sont au maximum trois pour effectuer les représentations. Le seul a...
2-2 Les décors
L' action se situe dans un temple pour la tragédie, dans un palais ou dans une maison pour la
comédie.
Les ...
Le masque tragique est plutôt réaliste. Le masque du drame satyrique porte une barbe, des
oreilles pointues et un crâne ch...
2-5 La représentation
La troupe qui va jouer la pièce de théâtre défile devant le public avant la représentation.
Celle-ci...
2-7 Lieu du spectacle
Le théâtre, en Grèce, n'a aucun rapport avec le théâtre moderne; c'est un édifice à ciel ouvert.
Les...
3- Le théâtre Romain Antique

3-1 Les origines
Au départ, les romains ne connaissaient que les satires rurales : des jeux ...
3-3 La troupe théâtrale
Elle est composée d’esclaves ou d’affranchis. Dans la plupart des cas, on y trouve 5 histrions
(ac...
3-5 Les masques et les costumes
Au début, les histrions se maquillent simplement avec du suc de plantes. Les masques
appar...
3-6 Le jeu de l’acteur
Tout comme les costumes et les masques, le jeu de l’acteur est réglementé. Il y avait plusieurs
sor...
4- Les différences entre les théâtres grec et romain
Le théâtre grec a « fait » le théâtre romain. Mais, la spécificité du...
Le théâtre romain modifie cette architecture. En effet, l’orchestra n’est plus occupée par le
chœur mais réservée aux spec...
Plan du
théâtre de
Marcellus

Plan du
théâtre de
Pompéi

16
4-2 Le rôle du théâtre : deux conceptions différentes.
Si les romains ont adapté l’architecture des théâtres grecs à leurs...
6- Sources documentaires
Livres :

-

Encyclopédie Universalis
Dictionnaire Larousse
Entrez chez… les Grecs
Entrez chez… l...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Theatre dans l'antiquité greque et romaine 01

2 106 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 106
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
16
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Theatre dans l'antiquité greque et romaine 01

  1. 1. Mathilde CHAMBON 5°4 Alice STUCKELBERGER 5°4 Johan ZERBIB 5°4 Margot HAAS 3° Laura TRUCCHI 3° LE THEATRE DANS L’ANTIQUITE GRECQUE ET ROMAINE ANNEE 2005 - 2006
  2. 2. REMERCIEMENTS Nous remercions Laura TRUCCHI et Margot HAAS de l’aide qu’ elles nous ont apportée dans l’élaboration de ce dossier.
  3. 3. SOMMAIRE: 1- Introduction 2- Le théâtre Grec Antique: 2-1 2-2 2-3 2-4 2-5 2-6 2-7 2-8 les acteurs les décors les costumes les masques la représentation les récompenses les lieux du spectacle le public 3- Le théâtre Romain Antique 3-1 3-2 3-3 3-4 3-5 3-6 3-7 3-8 Les origines Le lieu du spectacle La troupe théâtrale Les différentes sortes de pièces Les masques et les costumes Le jeu de l’acteur Les décors et la machinerie Les auteurs 4- La différence entre le théâtre Grec et le théâtre Romain 4-1 4-2 Les différences architecturales Le rôle du théâtre 5- Conclusion 6- Sources documentaires
  4. 4. Introduction Le théâtre grec a une forte composante religieuse, comme toutes les manifestations antiques. Son origine explique cet aspect. Il est né des hymnes célébrées en l'honneur du dieu Dionysos ( dieu du vin et de la fertilité ) dont les trois principaux festivals sont les Dionysies champêtres ( de décembre à janvier ), les lénéennes ( de janvier à février ) et les grandes Dionysies ( de mars à avril ). Ces hymnes célébraient les aventures tristes ou gaies du dieu. Les membres du chœur, les choreutes, prenaient part à sa joie ou à sa douleur. Il y eut d’abord un chœur de 12 choreutes puis de 15. Au chœur, on ajouta d’abord un acteur, puis un autre et enfin un troisième. Peu à peu, le chant diminua au profit du dialogue. A partir de cette origine religieuse, le théâtre a conservé des scènes rituelles: deuil, sacrifice et supplications ainsi que des chants religieux.
  5. 5. 2- Le théâtre Grec Antique 2-1 Les acteurs Les acteurs sont au maximum trois pour effectuer les représentations. Le seul acteur célèbre et mentionné dans les inscriptions est le "protagoniste", les deux autres se mettent en retrait et n'ont que des rôles secondaires. Ils sont payés pour leur prestation. Il est important de dire que les femmes ne jouaient jamais de rôle dans les représentations, les rôles de femmes étaient joués par des hommes. Pour que les costumes soient visibles de loin, ils étaient riches et voyants. Les accessoires devaient permettre au public de reconnaître les personnages. Les masques servaient à jouer les rôles féminins ainsi que les autres rôles car même s'il n'y avait que trois acteurs, il y avait beaucoup plus de trois personnages. Les masques servaient aussi comme amplificateur de voix. Sur les masques, les traits sont grossis pour permettre aux spectateurs de deviner aisément le statut du personnage ( vieillard, esclave, roi, ...) ou ses émotions ( haine, colère, pitié, ...). Pour les rôles importants, comme ceux de Roi ou de héros de la mythologie, les acteurs chaussaient des cothurnes, constituées d’une épaisse semelle en bois, qui leur permettaient de se donner un air majestueux et dominateur. Statue en terre cuite - Pompéi Statue d’une héroïne 5
  6. 6. 2-2 Les décors L' action se situe dans un temple pour la tragédie, dans un palais ou dans une maison pour la comédie. Les murs sont peints sur la skénè. Il y avait peu de changements de lieu: un récit de messager racontait les évènements extérieurs ( batailles, meurtres, scènes de violence,...). Rochers, statues de dieux, tombeaux… étaient d’autres éléments servant au décor. Les décors étaient réutilisés plusieurs fois. L'apparition ou la disparition dans le ciel de certains personnages étaient effectués à l’aide d’une machinerie. 2-3 Les costumes La notion de costume de théâtre est connu par la Grèce Antique: les acteurs portent des vêtements qui ne sont pas ceux de la vie quotidienne. Les costumes varient selon l'époque et le genre ( tragédie, comédie, drame satyrique ) mais leur rôle reste identique: il s’agit de faciliter l’identification des acteurs. En effet, un acteur peut jouer plusieurs rôles au sein d'une même pièce, ces rôles sont parfois très différents. Il n'y avait pas d'indications pour les costumes dans les textes des pièces, mais il était possible de relever des allusions pertinentes dans le texte lui-même. Il existait également de très nombreuses représentations figurées pour la comédie : peintures sur vase, figurines,... Les acteurs vont pieds nus ou chaussés de kothornoi, sorte de bottines, parfois lacées, parfois dotées de bouts pointus. Elles ne possèdent pas de semelles compensées. Le costume comique masculin consiste souvent en un chiton ( tunique ) et un manteau courts. Il arrive que l’acteur utilise également des rembourrages au niveau des fesses et du ventre. Dans la comédie, le costume est agrémenté d’accessoires : de petites ailes, par exemple, pour le chœur des Guêpes d’Aristophane 2-4 Les masques Toute la troupe porte un masque. Au départ, les masques ne couvrent que le visage. Ensuite, ils s’agrandissent vers le haut du crâne afin de pouvoir fixer une perruque ou au contraire de représenter un crâne chauve. Le masque est percé aux yeux et à la bouche pour laisser à l’acteur la possibilité de se déplacer sans risque et de s’exprimer. Masque de théâtre représentant Dionysos – musée du Louvre 6
  7. 7. Le masque tragique est plutôt réaliste. Le masque du drame satyrique porte une barbe, des oreilles pointues et un crâne chauve. Le masque comique peut être très varié. C’est souvent une caricature d’une personne bien connue des spectateurs. Très vite, des types de masques sont apparus suivant le personnage. Au 2ème siècle ap. J.C., on a pu recenser une liste de 76 masques : 44 modèles comiques, 28 modèles tragiques et 4 modèles de drame satyrique. Les masques sont fabriqués en bois, en cuir, en cire… Ils sont donc fragiles. Les masques originaux ont presque tous disparus. Cependant, il existe des reproductions en terre cuite de plus petite dimension qui permettent d’avoir une idée assez proche de l’apparence des véritables masques. Ces reproductions pouvaient servir d’ex-voto ( remerciement ) dans des temples ou être utilisés en tant qu’ objets de décoration. Masque grec Masque de paysan musée du Louvre Masque de théâtre - fresque de Pompéi 7
  8. 8. 2-5 La représentation La troupe qui va jouer la pièce de théâtre défile devant le public avant la représentation. Celle-ci commence peu après le lever du jour. Comme pour une cérémonie religieuse, on s' y rend la tête couronnée. Le spectateur reçoit un jeton à l'entrée portant une lettre de l'alphabet qui désigne la section des gradins où se trouve sa place; chaque tribu a sa section. Le prix de l'entrée est très modique ( deux oboles ). Celui-ci permet d'assister à toutes les représentations de la journée, avant le coucher du soleil: quatre ou cinq pièces, chacune jouée sans entracte. Chaque poète tragique présente trois tragédies appelées " tétralogie" et un drame satyrique. Une tragédie comporte un prologue, l' arrivée du chœur ( parodos ), des épisodes ou actes séparés par des chants du chœur ( stasima ) et un acte final avec sortie du chœur ( exodos ). Au total, cinq "actes" sont à l' origine des divisions des tragédies modernes ( Corneille, Shakespeare, Racine…. ). Cinq poètes présentaient chacun une pièce pour les comédies. Donc les spectateurs assistaient à quinze, voire dix-sept représentations en quatre jours. Durant d’aussi longues séances, il arrivait quelques incidents dans le public. C’est pourquoi il existait une police spéciale : les rhabdouques. Il existait une machinerie rudimentaire. Un machine mise en mouvement par une poulie et une corde permettait à un personnage de monter au ciel ou à un Dieu d’apparaître pour dire une tirade. Le bronteion, baril plein de pierres qui roulait sur un feuille de métal, imitait le bruit du tonnerre. Les acteurs récitent leur rôle mais les membres du chœur , les choreutes, chantent avec un accompagnement musical. Le jeu des acteurs est limité à des gestes du corps, particulièrement des mains et des doigts. 2-6 Les récompenses A la fin du concours , dix juges sont tirés au sort et votent. Sur leurs dix votes, cinq sont tirés au sort et constituent le jugement définitif. Mais les votes ne sont pas toujours acceptés du public. Dans chaque catégorie, tragique et comique, sont décernés trois prix: au poète, au chorège et au protagoniste. Les vainqueurs reçoivent chacun une couronne de lierre et dédient à Dionysos un ex-voto. Il en subsiste un à Athènes : le monument de Lysicrate. Relief votif célébrant une victoire dans une dionysie 8
  9. 9. 2-7 Lieu du spectacle Le théâtre, en Grèce, n'a aucun rapport avec le théâtre moderne; c'est un édifice à ciel ouvert. Les représentations sont donc données quand le temps le permet et en plein jour. Le théâtre comprend, en son centre, un disque de terre battue où se placent le chœur, les danseurs, chanteurs et musiciens, celui-ci s'appelle l'orchestra. Au centre de l'orchestra se trouve "la thymèlè" ( autel en l'honneur de Dionysos ). L'ensemble des gradins qui s'appelle koïlon est installé au creux d'une colline, adossé au relief naturel. Ils sont disposés en hémicycle, divisés en paliers horizontaux et comportant des escaliers. Aux premiers rangs, sont installés les sièges d'honneur. Les gradins étant souvent orientés au sud, les spectateurs étaient donc éblouis par le soleil plusieurs heures de suite. Face au koïlon, se dresse un bâtiment qui sert de coulisses aux acteurs : la skéné. Le proskénion est le lieu où jouent les acteurs : c’est une estrade étroite et longue, légèrement surélevée par rapport à l'orchestra. 2-8 Le public L’importance accordée au théâtre dans la Grèce Antique est indéniable. Pour les Grecs anciens, le centre de la vie culturelle était les tragédies, les comédies et les satires. Le public participait aux représentations, captivé par les pièces de Sophocle, Eschyle, Euripide, Aristophane et plus tard, Ménandre, à travers lesquelles il pouvait expérimenter les différentes situations vécues par les personnages de la pièce. Le prix des places était très peu cher et même les plus pauvres pouvaient assister gratuitement au spectacle en recevant parfois de l’argent pour compenser la perte de leur journée de travail. Le théâtre n’est donc pas un spectacle réservé à certaines classes sociales. C’est une cérémonie qui rassemble toute la cité, il en fait partie intégrante. C’est pourquoi une des façons de s’acquitter de ses impôts est la chorégie : recrutement et entretien du chœur, des acteurs, des musiciens, achat des costumes et des masques. Les chorèges sont nommés par un des magistrats qui dirigent la république. Les chorèges fournissent quelquefois du vin et de la nourriture aux spectateurs. Ils sont parfois récompensés et reçoivent des trépieds qu’ils posent souvent sur des colonnes dans des endroits fréquentés. 9
  10. 10. 3- Le théâtre Romain Antique 3-1 Les origines Au départ, les romains ne connaissaient que les satires rurales : des jeux comiques s’inspirant de la vie de la campagne et des expéditions guerrières. Ces scènes étaient jouées par de jeunes hommes masqués par des écorces d’arbre ou maquillés grâce au suc des plantes. Ils chantaient, dansaient, caricaturaient les expéditions guerrières en faisant ressortir les incidents dramatiques. Le théâtre grec, qui fascinait les Romains par ses intrigues et ses histoires, a contribué au changement du théâtre romain. 3-2 Le lieu du spectacle A l’origine, les spectacles avaient lieu en plein air sur des estrades provisoires souvent démolies à la fin de la représentation. Puis, les romains construisirent peu à peu des théâtres permanents mais le Sénat s’y opposa longtemps car il pensait que cela favoriserait la corruption des mœurs. Ce n’est quand 56 avant J.C que Rome a eu son premier théâtre permanent sur le champs de Mars. Il comportait plus de 2700 places assises. Le théâtre romain antique est disposé en demi-cercle. Il comporte : - la cavea où les spectateurs prenaient place et qui était conçue de manière à favoriser l’acoustique. - La scaena ( la scène ) où les acteurs jouaient - Un décor permanent, la frons scaenae, qui était fait de colonnes, de fausses fenêtres, de fronton orné de statues qui représentait la façade d’un palais, - Les coulisses, postscaenum, sont cachées derrière le mur de scène, - Au sous-sol, se trouvent les machineries. Les spectateurs accédaient au théâtre par des couloirs d’accès souterrains. Il étaient protégés du soleil ou de la pluie par un Velum ( une toile ). Les romains ont largement répandu leur mode de vie autour de la Méditerranée. En France, par exemple, on peut trouver : - Le théâtre Antique d’Orange ( Vaucluse ) - Le théâtre Antique de Fourvière ( Lyon ) - Le théâtre Antique de Vienne ( Isère ) Théâtre antique d’Orange 10
  11. 11. 3-3 La troupe théâtrale Elle est composée d’esclaves ou d’affranchis. Dans la plupart des cas, on y trouve 5 histrions (acteurs), des tibicines ( flûtistes ), des cantares ( chanteurs ), des danseurs, des musiciens, des figurants, des machinistes. Elle est dirigée par un chef que l’on nomme dominus gregis. L’acteur, esclave ou affranchi, n’est pas un citoyen. Si un citoyen romain voulait être acteur, il était frappé d’infamie et exclu de sa famille. Les citoyens romains ne devaient pas se mêler aux acteurs. Paradoxalement, les acteurs étaient de vraies stars. Riches et célèbres, ils étaient socialement acceptés et devenaient les favoris des Grands. C’est la pantomine qui permet ce phénomène car tout est organisé autour de l’acteur qui joue tous les personnages. 3-4 Les différentes sortes de pièce - L’ atellane est courte farce improvisée par des acteurs portant un masque et incarnant des personnages de convention, par exemple : Maccus : personnage idiot, rustre, dupé et souvent battu Bucco : le « gros joufflu » Dossenus : philosophe parasite, bossu et ventru Manducus : ogre Lamia : ogresse - Le mime est un spectacle de danse, mettant en scène des sujets légers. - La pantomine est un spectacle typiquement romain, ballet à sujet mythologique, de tonalité tragique et est accessible à tous. 11
  12. 12. 3-5 Les masques et les costumes Au début, les histrions se maquillent simplement avec du suc de plantes. Les masques apparaissent plus tard. Ils étaient faits à partir d’écorces d’arbres peintes de couleur vive ou de tissus compressés. Ils devaient être vus des spectateurs même très éloignés. Ils servaient à faire ressortir les expressions des personnages et leur classe sociale et permettaient de différencier le bon du méchant, par exemple, « l’idiot » était doté d’un nez immense et le vieux philosophe d’une énorme bosse. Les costumes permettent également de reconnaître les personnages. Les acteurs portent de longues robes flottantes et de hautes chaussures ( cothurne ) s’ils jouent des tragédies. En revanche, ils portent des tuniques et des chaussures plates ( socus ) s’ils jouent des comédie. Fresque d’une scène théâtrale - Pompéi 12
  13. 13. 3-6 Le jeu de l’acteur Tout comme les costumes et les masques, le jeu de l’acteur est réglementé. Il y avait plusieurs sortes de gestuelles : les jeux de doigts et les mimiques corporelles. Il existait 14 jeux de doigts, en voici 2 exemples : - le petit doigt dressé à hauteur des cheveux signifie : « j’attends une réponse » - le pouce et l’index liés montraient que le personnage accueillait quelqu’un. 3-7 Les décors et la machinerie Le décor varie peu d’une pièce à l’autre car le principal décor est le mur de la scène qui est fixe. Sa décoration doit montrer la richesse de l’organisateur et aider à l’imagination des spectateurs. Les Romains innovent beaucoup du point de vue technique. Ils reprennent et développent des techniques mises au point par les Grecs tels que la tempête, l’orage ou le tremblement de terre. Les Romains inventent par ailleurs des grues et des trappes mais ils créent aussi des trucages ou des décors à double face. Les spectateurs désirent de plus en plus voir des spectacles sensationnels, hilarants et spectaculaires. Dés lors, les nouvelles techniques permettent d’assouvir ce désir. 3-8 Les auteurs On distingue les auteurs comiques des auteurs dramatiques. Parmi les grands auteurs comiques, on peut citer Plaute et Terence. Les comédies d’intrigue, de caractère et de mœurs ont plus de vérité humaine chez Terence mais la force comique de Plaute est plus grande. Il fait rire aux éclats alors que Terence, plus retenu, fait seulement sourire. Plaute plaît aux milieux populaires tandis que Terence a un public venant plutôt du milieu aristocratique. Les auteurs comiques conduisent les spectateurs à prendre conscience des problèmes majeurs de l’existence non par la peur mais par le rire. Les auteurs tragiques tels Livius, Andronimus et Naovius imitent les Grecs. On distingue deux sortes de pièces, celles dont le sujet est tiré des légendes et histoires grecques et celles qui traitent d’un sujet romain. Il ne reste de ces œuvres que des fragments. Plusieurs auteurs enrichissent le genre, le plus célèbre est Accius. Mais c’est avec Sénèque qui écrivit des tragédies imitées de Sophocle, Eschyle et Euripide que le genre prendra toute sa grandeur. Ses tragédies sont encore jouées de nos jours. 13
  14. 14. 4- Les différences entre les théâtres grec et romain Le théâtre grec a « fait » le théâtre romain. Mais, la spécificité du théâtre romain a modifié l’architecture du monument ainsi que la structure et le contenu des spectacles dramatiques. 4-1 Les différences de constructions A l’origine, le théâtre grec est un espace circulaire en terre battue et en plein air avec au centre un autel autour duquel chantaient et dansaient les choristes. Peu à peu, des places ont été attribuées aux participants. Le chœur et le récitant prennent place dans l’orchestra. Les acteurs jouent devant un édifice rectangulaire contenant la machinerie : la skéné. Le public est installé sur des gradins en bois puis en pierre adossés à la pente de la colline. Il pouvait y avoir de 5000 ( Théâtre de Délos ) à 15000 places ( Théâtre d’Athènes -Théâtre d’Epidaure ). Théâtre d’Epidaure 14
  15. 15. Le théâtre romain modifie cette architecture. En effet, l’orchestra n’est plus occupée par le chœur mais réservée aux spectateurs de marque. La scène est plus profonde et plus basse que celle du théâtre grec. Le décor est formé d’un immense mur de scène : le frons scaeneae. Au théâtre antique d’Orange, celui-ci atteignait 36 mètres de haut et 103 mètres de large. Le public accède aux étages par des passages voûtés rendus possible par la structure de l ‘édifice qui est construit sur un terrain plat. La capacité des théâtres romains est importante : 30000 places dans le théâtre de Pompéi, 17000 dans celui de Marcellus. Plans comparés d’un théâtre grec ( à gauche ) et d’un théâtre romain ( à droite ) Légende : 123456- Théâtre grec Theatron Thumelê Orchestra Parodos Proskenion Skênê 78910111213- Théâtre romain Cavea Vomitoria Sièges d’honneur Vomitorium principal Proscenium Frons scaenae Scena 15
  16. 16. Plan du théâtre de Marcellus Plan du théâtre de Pompéi 16
  17. 17. 4-2 Le rôle du théâtre : deux conceptions différentes. Si les romains ont adapté l’architecture des théâtres grecs à leurs propres besoins, cette adaptation relève d’une conception totalement différente du spectacle et de son rôle dans la vie de la cité. Le théâtre grec est un lieu ouvert. Il est adossé à une colline. Les spectateurs voient le décor naturel du paysage. Sur le plan social et politique, c’est un édifice à caractère religieux et démocratique dont toutes les places sont bonnes, un lieu de pédagogie lié à la vie de la cité. Le théâtre romain est un lieu fermé. Les innovations techniques ( par exemple, le béton à la fin du 3ème siècle) permettent de construire des théâtres qui reposent sur un sous-sol constitué d’un réseau de galeries. La pente des gradins est créée artificiellement par une série d’arcs et de voûtes. Le public accède aux différentes places par des galeries qui évitent le contact entre les différentes classes sociales. Le regard des spectateurs est arrêté par le mur de scène. Parfois, un velum est tendu au dessus de l’hémicycle isolant totalement les spectateurs du reste de la ville. La distribution du public dans la cavea reproduit la hiérarchie sociale. Les loges d’honneur sont réservés aux personnalités. L’orchestra et la première couronne des gradins sont attribuées aux sénateurs et aux chevaliers. Les citoyens romains sont installés dans la couronne du milieu. En haut des gradins, le peuple prend place. Les esclaves et les étrangers restent debout sous le portique qui surmonte le dernier rang des gradins. Les sujets politiques ne sont pas abordés. La licentia, droit d’expression libre, permise lors de la procession inaugurale n’est pas tolérée au théâtre. 5- Conclusion Il reste aujourd’hui des traces matérielles du théâtre romain dans l’organisation des salles de spectacles. En effet, leur forme circulaire reproduit celles des théâtres romains. La fonction première de l’orchestra des grecs se retrouve dans les salles d’Opéra où cet espace est consacré à l’orchestre . On retrouve également l’organisation de la cavea : le parterre et les loges, le premier et le deuxième balcon et tout en haut, les moins bonnes places : le « paradis » ou le « poulailler ». Quelques fragments de la vie théâtrale antique nous sont parvenus : des monuments plus ou moins bien conservés, des pièces, quelques écrits théoriques. Mais, on n’a jamais cessé de jouer le répertoire antique surtout grec. Les auteurs de théâtre, de la renaissance au 20ème siècle n’ont jamais arrêté d’adapter, transformer le théâtre grec. On peut citer, pour le théâtre français, Giraudoux ( Amphitryon 38, la Guerre de Troie n’aura pas lieu, Electre ), Anouilh ( Antigone ) et Sartre ( Les Mouches ). 17
  18. 18. 6- Sources documentaires Livres : - Encyclopédie Universalis Dictionnaire Larousse Entrez chez… les Grecs Entrez chez… les Romains Editions Gründ Editions Gründ Internet : - http://fr.wikipedia.org http://www.ac-versailles.fr http://users.skynet.be/horore/theatre.htm http://www3.dfj.vd.ch/~latin/Exposes/Viviane/theatre-a-rome.htm#3 http://college.belrem.free.fr/thlat/thgrecrom/thgrecrom.htm 18

×