L'AGEFI Hebdo140416

130 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
130
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'AGEFI Hebdo140416

  1. 1. DOSSIER Le séminaire GestionAlternative 2016 de L ' Agefi a lieu le jeudi 14 avril de 17h à 19h30 au Park Hyatt Paris Vendôme- Paris28 www .agefiir GESTION ALTERNATIVE Des investisseurs à convaincre Pourtant aidées par le format Ucits , les stratégies hedge funds sont de plus en plus concurrencées par les actifs réels. httpiltwww .agefi fridossiers PARVALÉRIE RIOCHET ou désabusé ? Le profil type de l ' investisseuren gestion alternative dessiné par notre enquête annuelle « Investisseurs , quel poids accorder à la gestion alternative ? » pourrait , à première vue, laisser perplexe . Pour les répondants investis dans desfonds de gestion alternatifs , seulement%% d ' entre eux en attendent . .. de la surperformance . Les pieux espoirs d ' alpha autrefois tant vanté appartiennentaux désillusions du passé. Il faut dire que les relevés des compteurs sont implacables « Entre 2009 et 2014 , le segment des ' hedge funds' a sous-per advisors' , NDLR) et les fonds de ' merger arbitrage ont été les seuls segments de l ' industrie capables de générer des performancespositives au premier trimestre » . Desrendements jugés insuffisants au regard de tarifications réputées trop élevées. Dès2014 , de grands institutionnels tel CalPers, fonds de pension californien , avaient pris la mesure de pratiques tarifaires estiméesincohérentes (rémunération du gérant sur la surperformance , même en cas de performance négative du fonds . .. )pour setourner versdesmandats de gestion passive, délivrant le rendement d ' un marché alors dans le vert. Apporter une décorrélation au coeur des portefeuilles institutionnels formé les marchés traditionnels dans les phases de hausse », résume un gérant de portefeuille . Une tendance qui semble serépéter en cepremier trimestre , Lyxor signalant dans une récente lettre élaborée par son équipe de managed accounts que « les ' hedge funds' ont accusé un repli de 2 %% sur les trois premiers mois de l ' année, selon indice Lyxor Hedge Fund . Les CTA commodity trading Pour les lecteurs sondés par I2Agefi Hebdo , l ' apport essentiel de la gestion alternative est ailleurs . Elle doit offrir un couple rendement/ risque amélioré (52 %% des répondants) mais pas seulement. « La véritable gestion alternative est celle qui apporte une décorrélation (33 %% des réponses, NDLR) au coeur desportefeuilles institutionnels, généralement obligataire », lance cet investisseur. En la matière , le périmètre de la gestion alternative sevoit année après année étendu à d ' autres expertises . A la question« qu' est-ce-que la gestion alternative pour vous ? », qui appelait plusieurs réponses, si les hedge funds pèsent Tous droits de reproduction réservés PAYS : France PAGE(S) : 26-28 SURFACE : 267 % PERIODICITE : Hebdomadaire DIFFUSION : (20000) 14 avril 2016 - N°513
  2. 2. Un investissement pleinement acté pour les uns Etes-vous investi en hedge Non Oui Encore jugé trop risqué pour les autres Si non, pourquoi ? Risque Contrainteinterne Réglementation Frais Performance liquidité Autres naturellement pour 96 %% desréponses, les fonds de privateequity (33 %%) , les véhiculesd ' infrastructures (30 %%) et lesinvestissementsen immobilier (26 %%) rejoignent la classed ' actifs, considéréscomme véritablesdiversifications aux marchéscotés. Conséquenced' unedéfinition du bedge fund élargie ils sont 78 %% desrépondantsà être exposés à la gestion alternative, contre 22 %% à s' en tenir éloignés. Parmi les premiers, 38 %% d ' entre eux y sont investispour au moins 10 %% deleur portefeuille , 33 %% entre 2 %% et %% ou encore 14 %% de %% à 10 %% .Et si 38 %% nepensentpas renforcer leur allocation cetteannée, 33 %% anticipent dele faire àhauteurde %% ,24 %% veulentreleverle curseurpour un renforcementdela poche alternativede 10 %% à 20 %% , et %% desrépondantsanticipent mêmed ' augmentercette allocation deplus de20 %%. Ceux qui, aucontraire, s' en détournent, expliquent leur désaffectionpar différentesraisons. Lerisquequecomportent cesstratégiesagitcommeunrepoussoir(50 %% desréponses, en réponsesmultiples), au même titre que lescontraintes internes (réglementationpropre à l' investisseur), ou encore lesfraispratiqués(17%%) par cesgestionnaires. Pourcertains investisseurs, « une transparenceinsuffisanteet desrisques non intégrablesdans uneanalyse globale» plaident pour l ' exclusion de la gestionalternativedeleur allocation. Sortie du purgatoire En France, la venuetardive des institutionnelssur cemarchéajoutéeà un calendrier malheureux a sansdoute joué en défaveur de son développement. « Rapidementaprèsavoir goûté aux ' bedgefunds' , la crise de 2008 estarrivée », retraceMarc Romano, directeurgénéral de Rothschild HDF lnvestmentSolutions. Mais le temps a les completsde fait son oeuvre , et il sembleraitque lestheclgefunds' sortentdeleurpurga- notre surwiegagefie toire », poursuit-il. Même la multigesbonparaît regagnerdu terrain. Longtempspointéedu doigt pour son manquede transparence, réputéetrop coûteuseet n' apportant pasla preuvede sa pertinence, cetteapproche sembleregagnerlesfaveursdesinvestisseurs. Picteta collecté un milliard d ' eurosen 2015 sur son expertisedefonds de Notre enquête enquêteaétéréaliséeparintemet du22marsau10ravril,auprèsdes professionnelsdelafinancecibléspar L ' AgefiHebdo. Parmilesrépondants, 48%%sontdessociétésdegestion, 15%% descaissesderetraite, 11%% des compagniesd ' assurances, autantdes mutuelles, 7%% desbanques..Leur portefeuillesousgestionestinférieur àunmilliardd ' eurospour33 de cesétablissements,4%% affichentdes actifssousgestionsituésentre1et 2milliards,56%% entre2 et50milliards d ' euroset7 %% gèrententre100et 500milliardsd ' euros. Tous droits de reproduction réservés PAYS : France PAGE(S) : 26-28 SURFACE : 267 % PERIODICITE : Hebdomadaire DIFFUSION : (20000) 14 avril 2016 - N°513
  3. 3. Unerenaissance en partie dueà la performanceabsolue fonds alternatifs , tandis que AM affiche 7 fonds defonds et autant demandats pou au total, milliards defrancs suisses à fin décembre. Mais pas question pour les investisseursderenouer avecles fonds defonds anciennegénération. « Ils veulent désormaisdesstratégiessous-jacentestrès spécifiques, noteNorbert Buffard, responsabledesmandatsalternatifs chezMirabaud AM , commedesgérantsactionsspécialisésdans dessecteurs, desrégions, desthématiques. Ainsi, pour répondre à la demandede nos clients d ' une gestion active, nous avons lancéfin 2014 uneapproche dédiéeaux gérantsactivistesqui n' hésitentpas, si nécessaire, à intégrer le conseild ' administrationdesgrandesentreprisesdanslesquellesils sont investis. » A cela s' ajoute une pressionsur lesduediligenceopérationnelles: « Solidité desbanquesdépositaires, vérification du ' cash' nécessaireaux opérationsderèglement-livraisondetitres.. lesclients nous mandatentenquelquesortepour vérifier quela qualité des servicesprovtiiers des gestionnairessélectionnésdansnosfonds defonds, estirréprochable », détailleVaqarZuberi, responsable recherchesur lesfonds alternatifs chez Mirabaud AM . Autre Suprématie du label Ucits Au travers de quels véhicules investissez-vous? Offshore -FIA (fonds formatAIFM) élémentayantcontribuéà la renaissancedela multigestion alternative: « D ' excellentsrésultatsfournis par la gestionflexibleen 2014, et une déceptionpatente l ' annéesuivante, soulèveHervé Thiard, directeurgénéraldePictetAssetManagementFrance& Benelux. Du coup, lesinvestisseurssesontreportéssurl ' approche performanceabsolue, que ce soit au travers d ' enveloppesUcits ou dela multigestionalternative. » Côtéstratégiessélectionnées, l' enquêtelecteursrévèlequelesstratégiesdelong/short equitysont privilégiées(81 %%) , au mêmetitre que lesfonds equity market neutral (62 %%) , lesglobal macro (48 %%) , lesfonds desituations spéciales(48 ... « Nous sommespassésd ' unephase depur beta, avecunevalorisation de tous lesactifs à la faveurde politiquesaccommodantesmenéespar lesbanques centrales,relèveHervéThiard,à uneépoquede forte différenciationentrelesmarchés, comme entémoigneleréveildesmatièrespremièresou desmarchésémergents. Un contexteplus typé qui convientdavantageauxstratégiesde long/ shore oucrevent driven' L ' AVISDE... ChristopheCattoir, responsabledela gestiond ' actifs deM commeMutuelle « Lesactifs dits réas, dansun OPCVM, apportent une nécessairedécorrélation » Commentabordez-vouslagestionalternative? Elleentredanslapoche fondsdiversifiés" denotreportefeuillequi pèsepour10%% desonallocation(100millionsdouros). La gestionalternativese/dosensu représente 4 pointsdepourcentagedecettepocheet retientessentiellementdesstratégiesg/oba/ macrequi profitentdesgrandsdéséquilibres macroéconomiquesdemarchésurtoutesles classesd ' actifs,ouencoredesfondslong/short qui prennentdespositionsà l ' achatet à lavente. Lanaturedessupportsachangépuisquenous sommespassésdefondsmultigestionnaires alternatifsàdessinglehedgefonds.Nousavons estiméqu' ils n' étaientplusadaptésà lavolatilité extrêmedesmarchéset décidédereprendre enmainnoueallocation«alternative».A côté decetteexposition, nousavonsprivilégiédes supportsenimmobilier(10%%),en capitalinvestissement(2,5%%)ouencoredesfondsde dettesprivées(1,5%%),certesmoinsliquidesque leurspendantsobligatairesmaisaurendement plusrégulier. Uneallocationen«hedgefunds suppose-telledescapitauxpropresimportants sousSolvabilité2? C' estselonlesstratégies.Lesvéhiculesglobal macre oarexemplesontcomolexesàtraiter entransparence. Certainsd ' entreeuxsont investisenmonétaireet nourrissentenréalité desstratégiesoptionnellesqui figurentdans leurhorsbilan. Pardéfaut,nousleuradjoignons leSCR(SolvencyCapitalRequirement)le plus élevé. Pourlesfondslong/short, souventinvestis enactions, l ' opérationestplussimple.Nous retenonsleurexpositionnettequi appelleun SCRmoindre. Lagestionalternativea-t-elleapporté la preuvedesapertinence? Toutdépends' il s' agit d ' unestratégiecyclique ounoncar, à monsens, bonnombrede hedgefonds restentcorrélésauxmarchés ouà desfacteursderisquespécifiques. Il estnécessairededresserunesortede cartographiedesstratégies, delesmettreen regardavecleurniveaudeliquidité,avecnotre objectifrendement/risque,delesconfronter à notreproprerégulation(Solvabilité2)et aumarchéauxprisesaveclavolatilité. Il faut bienadmettrequepasgrand-chosene fonctionnedepuisledébutdel ' année. Pour preuve le reportde nombreuxinvestisseurs surlesOPCVMmonétaires... Dansce contexte, lesactifsdits réels, s' ils intègrent l ' enveloppeOPCVM, apportentunenécessaire décorrélation. Impérieuse liquidité Et surtoutcesstratégiessontréputéesliquides. « Unélémentqui resteessentiel», attesteMarc Romano dont la Sicav irlandaise accueille, hormis un fonds crédit haut rendement, des expertisesassurant la liquidité : long/short, risk premia, etprochainementunfondsglobal macro. Pour recueillir cesexpertises, l ' enveloppeUcits reste la plus optimale... parfois pour desraisons irrationnelles. Elle permet certesunevalorisation fréquente(quotidienne ou hebdomadaire), « maisest surtout perçue commeunemarqueet rassurela gouvernance des investisseurs», poursuit-il . La directive Ucits 3 aeneffetdonnéuncadreclairet normé aux OPCVM sophistiqués. « Le gérant peut être netvendeurdetitres short' ) à traversdes dérivés, décrypte Hervé Thiard , et utiliser le levier à hauteur de 200 %% ou en équivalent VaR de20 %% . » Ainsi naissaientlesfameux Newcits. Sanssurprise, la structure Ucits est retenuepar 76 %% de nos panelistes, les FIA (fonds d ' investissement alternatifs) étant privilégiés dans 14 %% des cas, notamment pour regrouper des actifs réelsou desstratégiesdelong tem e. Le succèsdeshedgefimds « édulcorés» sembleacté. SelonHFR, cesfonds labellisésauformat Ucits croissentde24 %% chaqueannéeet atteignaient endécembredernier158milliardsdedollars. Tous droits de reproduction réservés PAYS : France PAGE(S) : 26-28 SURFACE : 267 % PERIODICITE : Hebdomadaire DIFFUSION : (20000) 14 avril 2016 - N°513

×