2SOMMAIRECONTEXTE3PRÉSENTATION DE LA CLÉ 4L’ENQUÊTE DE SUIVI 8PLAN DE FORMATION  9L’ENQUÊTE DE TERRAIN ÀL’ORIGINE DU PROJE...
3En 2011, le Réseau Information Jeunesse (RIJ), les services déconcentrés de l’État et le Conseil Régional de Picardieont ...
4PRÉSENTATION DE LA CLÉPrésentation de l’outil numériquede recherches collaboratives liéesà l’orientation, les formations,...
5•• Une démarche éducativeL’outil est remis suite à un temps de formation qui permet à l’utilisateur de s’en servir de faç...
6CHARTE D’UTILISATION DE LA « CLÉ »DU RÉSEAU INFORMATION JEUNESSE DE PICARDIEOBJECTIFLa CLÉ a pour objectif de faciliter l...
7IL EST ENSUITE CONVENU CE QUI SUITL’UtilisateurAprès le suivi de la formation et l’acceptation de la charte, l’Utilisateu...
8•• Une enquête pour mieux connaître les attentes des publicsPour améliorer l’outil, en fonction des besoins que les publi...
9PLAN DE FORMATIONComme il a été décidé par le groupe-projet, les clés sont délivrées à l’issue d’une formation au publicp...
10•• Présentation de la cléLa clé est un outil personnel et confidentiel destiné a avoir sur soi tous les éléments utiles ...
11L’écran d’accueil de la clé se présente en 3 zones dynamiques : à gauche, un bandeau qui permet de sélectionnerpar rubri...
12L’onglet « Internet » permet de lancer un navigateur, et un client mail. On voit ici qu’un antivirus a été ajouté. (voir...
13•• Ajouter/retirer des applicationsLa clé est paramétrable, car elle offre la possibilité d’enlever ou d’ajouter des app...
14Puis, la fenêtre d’ajout d’application apparaît :Les programmes déjà installés apparaissent cochés en vert (comme ici 7z...
15Pour ajouter une application, il faut :1. La sélectionner dans la page centrale (ici « Notepad 2 »), cliquer sur « Appli...
16Le logiciel est prêt à être utilisé.Si le logiciel que vous souhaitez installer n’appartient pas à une rubrique déjà exi...
17Pour mettre à jour les applications, il faut à nouveau partir de l’onglet « Configuration », « Ajout automatiques d’appl...
18Pour éviter une confusion au départ, la solution est de personnaliser le navigateur de la clé en utilisant unthème au ch...
19MODULE 2Création d’une adresse mail au for-mat professionnel - Utilisation duWeb mail - Création de CV/motivation(mobamo...
20•• Création de CV / lettre de motivationLe module deux peut être aussi l’occasion de faire le point avec les participant...
21Pour enregistrer des fichiers dans la clé depuis les applications de celle-ci, il faut veiller la première fois à spécif...
22MODULE 3Sécurité : les usages - les réseausociaux – identité numérique - par-tager un lien avec les utilisateursde la cl...
23Il possible, pour tous, de partager un lien avec les autres utilisateurs de la clé, de façon très simple. Cette disposit...
24•• Origine géographique des questionnaires :18 % Aisne,50 % Somme32 % Oise.Le public répondant aux questionnaires est co...
25•• Connaissance de la structure17 % des jeunes trouvent la structure par une démarche volontaire.40 % ont été conseillés...
26Les animateurs font remonter :•	 Que les jeunes sont surtout intéressés par les questions relatives à la formation, l’em...
27•• Support d’informationsLe support papier reste le support de référence.La dématérialisation de l’information n’est pas...
28•• Critères pour juger qu’une information est fiableCritère fiable Critère non fiable Critère « moyen »Les sources de l’...
29•• Documents papier59 % des jeunes utilisent les supports papiers.50 % des jeunes demandent de l’aide à l’animateur pour...
30•• Besoin en formationLes animateurs regrettent qu’il n’y ait pas eu de réunions de réseau depuis un certain temps. Ils ...
31ConclusionCompte tenu des besoins exprimés au travers de cette enquête, le plan de formation de base des animateurs quie...
32REVUE DE PRESSEPublié le vendredi 18 janvier 2013 à 11H00Pauline et Sophie sont les deux premières jeunes de Picardieà r...
33Publié le mardi 22 janvier 2013 à 14h00L’adjointe à l’enseignement, Josiane Guffroy, a remis les deux pre-mières clés US...
34•• L’enquête initiale http://www.picardie.drjscs.gouv.fr/Enquete-sur-les-publics.html•• La présentation de l’outil http:...
la CLE du Réseau IJ picard, axée sur la recherche d'emploi en mode coopération
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

la CLE du Réseau IJ picard, axée sur la recherche d'emploi en mode coopération

657 vues

Publié le

une live clé, en open source, qui aide à la recherche d'emploi, et est axée sur la coopération entre les usagers.

Publié dans : Technologie
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
657
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
51
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

la CLE du Réseau IJ picard, axée sur la recherche d'emploi en mode coopération

  1. 1. 2SOMMAIRECONTEXTE3PRÉSENTATION DE LA CLÉ 4L’ENQUÊTE DE SUIVI 8PLAN DE FORMATION 9L’ENQUÊTE DE TERRAIN ÀL’ORIGINE DU PROJET 25REVUE DE PRESSE 33QUELQUES LIENS POUR ALLERPLUS LOIN 35
  2. 2. 3En 2011, le Réseau Information Jeunesse (RIJ), les services déconcentrés de l’État et le Conseil Régional de Picardieont mené une enquête relative aux publics fréquentant le RIJ.Cette enquête a mis en exergue deux points :D’une part, les jeunes viennent dans le RIJ pour des questions relatives à l’orientation et à l’insertion professionnelle(46 %).D’autre part, une forte proportion (près de 15 %) n’est pas équipé en outils TIC et n’ont ni ordinateur ni Internet à domi-cile.Pour répondre à ces besoins, le groupe projet a conçu un outil pédagogique adapté, qui répond spécifiquement auxobjectifs suivants :Une démarche éducative : l’accent est mis sur l’utilisation d’Internet dans une perspective de professionnalisation, desensibilisation à la gestion d’un profil « public », d’éducation à l’identité numérique.Une démarche pédagogique de formation : axée sur une « obligation » de résultat, la clé IJ n’est remise aux jeunes quelorsqu’ils savent s’en servir, et après 3 demi journées de formation.Un accompagnement par des professionnels : l’adresse professionnelle créée lors de la formation et le questionnaireinitial permettent de mieux cibler les informations selon les profils d’utilisateurs, que ce soit en termes de formationcontinue aux outils TIC ou par des propositions d’offres type service civique ou emploi d’avenir.Cet outil permet également de repositionner les professionnels des structures IJ comme partenaires forces de proposi-tions, créateurs d’outils innovants, adaptés au contexte économique ;Une démarche d’éducation populaire : l’originalité et la force de cet outil est d’être basée sur une démarche coopéra-tive. Les usagers peuvent partager le fruit de leurs recherches, notamment en diffusant les nouveaux sites relatifs àl’insertion.Le CRIJ de Picardie se propose désormais de former les autres CRIJ à cet outil, pour permettre une diffusion nationale,adaptée aux enjeux territoriaux.Un plan de communication est à l’oeuvre pour sensibiliser les partenaires du RIJ (MEF, mission locale, CIO ...) à cet outilet permettre une massification de son usage.CONTEXTE
  3. 3. 4PRÉSENTATION DE LA CLÉPrésentation de l’outil numériquede recherches collaboratives liéesà l’orientation, les formations, etl’emploi développé en Picardie.La DRJSCS, les DDCS, le Conseil régional de Picardie et le Réseau Information Jeunesse (RIJ) ont construit un outilnomade axé sur la recherche collaborative de recherche d’emploi, de formation et de stages.Cet outil est une clé USB dynamique, sur laquelle sont installés les logiciels libres incontournables permettant unerecherche liée à l’orientation, la formation et l’emploi. Les logiciels se mettent automatiquement à jour lors du branche-ment de la clé sur un support ayant accès à Internet. Une extraction des fiches du CIDJ et du CRIJ sur ces thématiquesest présente sur la clé.Le coeur du projet repose sur la démarche collaborative mise en oeuvre par la clé : chaque jeune qui dispose de cetoutil peut partager les sites Internet qui favorisent ces recherches, après validation par un modérateur du réseau IJ.Ce n’est pas un jeune seul qui recherche un emploi, c’est, pour la phase de lancement, 150 jeunes qui peuvent coopérerdans leurs recherches.Cette clé est donnée au jeune lorsqu’il a suivi un plan de formation de 3 fois 2 heures, permettant de comprendre lefonctionnement de l’outil en lui-même, et la démarche qui fonde ce projet.•• Une concertation État, collectivités territoriales, animateurs de terrains et usagersFin 2011, la DRJSCS a impulsé un travail de recherche pour mieux connaître les publics fréquentant le Réseau Infor-mation Jeunesse (RIJ). Cette démarche d’enquête construite avec les 3 DDCS de Picardie, le CRIJ, l’ensemble du RIJet les collectivités territoriales avait pour objectif de confronter les besoins et potentiels des publics fréquentant le RIJavec les politiques publiques éducatives mises en place par les Services Déconcentrées et les collectivités territoriales.•• Les résultats significatifs de l’enquêteUne cinquantaine de jeunes, d’animateurs et de responsables de service jeunesse de collectivités territoriales ont étérencontrés dans le cadre d’entretien semi directif et 160 questionnaires ont été remplis par les publics fréquentant les40 structures labellisées Information Jeunesse.On constate que 46 % des publics viennent pour des questions liées à l’emploi et à la formation.Dans le même temps, 14 % n’ont ni ordinateur de bureau, ni ordinateur portable. 12.5 % se connectent uniquement auCyber. La médiane est de 6 heures passées sur Internet. Certains publics en sont donc très loin.Une part significative a des difficultés d’accès aux outils TIC. Le « fossé numérique » est présent chez le public quifréquente le RIJ. Ces publics jeunes (85 % ont moins de 25 ans) n’ont quasiment aucune connaissance en informa-tique et en multimédia.
  4. 4. 5•• Une démarche éducativeL’outil est remis suite à un temps de formation qui permet à l’utilisateur de s’en servir de façon autonome et de contacterun éducateur du RIJ en cas de difficulté. C’est un outil qui vise à accompagner les jeunes pour favoriser leur autonomie.Le bénéficiaire de la clé crée une adresse mail de format professionnel lors de la formation. L’accent est alors mis surla notion d’identité numérique, de responsabilité dans les usages d’Internet. Cette adresse mail offre également la pos-sibilité par la suite de garder contact avec les jeunes, de façon à proposer des actions d’information ou de formationciblées en fonction de ses besoins.•• Vers l’égalité des chancesPar la lutte contre la fracture numérique :Les publics ciblés sont ceux qui sont les plus éloignés de l’utilisation des ressources offertes par le numérique. Sansoutil personnel, ni accès à Internet, ils n’ont pas la possibilité d’acquérir l’aisance nécessaire à l’utilisation des outils enligne qui permettent d’être dans une démarche active et réactive de recherche d’emploi ou de formation. C’est l’objectifde la formation.Par la lutte contre le manque d’accès à l’information :L’outil ne peut pas influencer la structure du marché de l’emploi, mais rendre l’accès à l’emploi plus lié aux compétencesqu’à des questions de connaissance des réseaux de l’emploi.Par une démarche coopérative :L’inscription dans une démarche de coopération a également pour but de favoriser la circulation d’offres qui peuventles intéresser. Elle permet également de réunir de façon ciblée des jeunes, pour leur présenter un outil, un site, despartenaires, Chacun pouvant partager le fruit de ses recherches, c’est une démarche de cohésion sociale qui est miseen oeuvre.Indirectement, au travers de cet outil, ce sont les différents acteurs de l’insertion professionnelle qui travaillent de façonconcertée, au delà des clivages possibles liés à leur structure.•• Un outil évolutif, basé sur les besoins des utilisateursL’outil, volontairement sobre, sert avant tout à pallier la méconnaissance en termes d’utilisation d’outils TIC. Il est doncvolontairement très simple, très dépouillé.Une enquête de suivi et des contacts réguliers sont prévus dans la charte d’utilisation. Ceci permettra de créer desmodules de formation spécifiques à des outils facilitant les recherches, mais basées sur les pratiques réelles des utili-sateurs.•• Un coût insignifiantLa clé en elle-même a été pensée dans le cadre d’une période économique difficile, qui oblige encore plus qu’aupa-ravant à trouver une meilleure rentabilité à l’action publique. La clé en elle-même, hors temps de formation, coûte 25euro.Les enjeux de la Clé
  5. 5. 6CHARTE D’UTILISATION DE LA « CLÉ »DU RÉSEAU INFORMATION JEUNESSE DE PICARDIEOBJECTIFLa CLÉ a pour objectif de faciliter l’insertion sociale et professionnelle des jeunes. C’est un outil proposé par le RéseauInformation jeunesse de Picardie pour permettre aux Utilisateurs d’optimiser et mutualiser leurs recherches de stages,d’emploi, d’orientation et de formations...La CLÉ est un outil permettant à l’Utilisateur d’avoir ses applications et son dossier personnel en tous lieux afin d’yretrouver ses liens utilisés, de stocker son CV , sa lettre de motivation, de partager ses recherches... La CLÉ permetd’accéder à un espace collaboratif de partage de liens.CONFIDENTIALITEL’utilisation de la CLÉ implique la création d’une adresse email de format professionnel ; celle-ci servira de contact entrele Diffuseur et l’Utilisateur.Le Diffuseur s’engage à respecter l’identité et l’adresse email de l’Utilisateur, il s’engage à ne pas les diffuser ni lescommuniquer à des tiers, conformément à Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et auxlibertés. L’utilisation de la CLÉ implique une inscription volontaire et nominative de l’Utilisateur.L’usage de la clé est réservé à un utilisateur et à un seul. En cas de session à un tiers, le diffuseur doit en être avertiafin d’assurer le suivi et la pertinence de l’opération.RAPPEL DE LA LOILes ressources informatiques liées au dispositif « La CLÉ » ne doivent en aucune manière être utilisées à des fins dereproduction, de représentation, de mise à disposition ou de communication au public d’oeuvres ou d’objets protégéspar un droit d’auteur ou par un droit voisin, tels que des textes, images, photographies, oeuvres musicales, oeuvresaudiovisuelles, logiciels et jeux vidéo, sans l’autorisation des titulaires des droits prévus aux livres Ier et II du code dela propriété intellectuelle lorsque cette autorisation est requise. Cette responsabilité du titulaire de la clé n’exclut en riencelle de l’utilisateur qui peut se voir reprocher un délit de contrefaçon (article L. 335-3 du code de la propriété intellec-tuelle) ».L’Utilisateur (représentant légal si mineur)M. Mme...............................................................Adresse ...............................................................CP : _ _ _ _ _ Ville ......................................Tél : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _E-mail .......................................@.........................Ci-après dénommé « l’Utilisateur » D’UNEPARTETLe CRIJ Picardie50, rue Riolan80000 AmiensTél : 03 22 50 02 70E-mail : contact@reflexe-crij.orgCi-après dénommé «  le Diffuseur » D’AUTREPART
  6. 6. 7IL EST ENSUITE CONVENU CE QUI SUITL’UtilisateurAprès le suivi de la formation et l’acceptation de la charte, l’Utilisateur bénéficie du service de la CLÉ. Pour les mineurs,la signature de la charte est subordonnée à l’accord du représentant légal.L’Utilisateur s’engage à respecter la loi indiqué à l’article ci-dessus et les lois relatives à l’informatique, aux fichiers etaux libertés, aux respects des bonnes mœurs et des valeurs démocratiques.L’Utilisateur s’engage à ne pas perturber volontairement le fonctionnement du service.Il s’engage à informer le Diffuseur de toute perte, anomalie ou tentative de violation de ses codes d’accès personnels.L’Utilisateur s’engage à participer à l’amélioration de la CLÉ :en partageant des liens vers les sites sur les thématiques liées à l’orientation, la formation, l’emploi ;en indiquant les liens ne fonctionnant plus ;en participant aux réunions organisées par le Diffuseur pour améliorer l’usage de cet outil.Il accepte que le Diffuseur dispose des informations nécessaires pour faire fonctionner la CLÉ et prenne toutes me-sures urgentes pour stopper une mauvaise utilisation de cet outil.­Le DiffuseurLe Diffuseur s’engage à maintenir le service accessible en permanence, avec les mises à jour.Le Diffuseur s’engage autant que possible à tenir les Utilisateurs informés des interruptions sur l’accès notammenttechniques, il ne pourra pas être tenu pour responsable des conséquences de ces interruptions pour l’Utilisateur.Le Diffuseur n’exerce aucune surveillance ni contrôle sur les messages envoyés et reçus dans la messagerie élec-tronique : ni sur le contenu ajouté par l’Utilisateur à postériori. Il ne pourra, de ce fait, être tenu pour responsable desmessages échangés ni en cas de perte ou de vol de la CLÉ.Fait àLeL’Utilisateur Le Diffuseur(Nom, Prénom + « lu et accepté , bon pour accord») (Cachet et signature)
  7. 7. 8•• Une enquête pour mieux connaître les attentes des publicsPour améliorer l’outil, en fonction des besoins que les publics vont faire remonter ;Pour proposer des actions de formations spécifiques, liées aux outils d’Internet et également à l’éducation à la citoyen-neté numérique ;Pour cibler l’information en fonction des profils d’utilisateurs.•• Pour étudier l’évolution des usagesRégulièrement, les bénéficiaires de l’outil seront sollicités, pour faire un point sur leur démarche. Ainsi, il sera possibled’établir s’il y a une évolution entre la demande initiale et actuelle.•• Elle est axée sur 4 pointsUn axe relatif aux caractéristiques socio économiques des usagers ;Un axe relatif aux réseaux accompagnant le jeune dans ses démarches d’orientation et d’insertion ;Une partie porte sur les démarches effectuées par l’usager dans le cadre de ses recherches ;Le dernier point cible l’équipement en TIC et les compétences en termes d’utilisation de ces outils par les bénéficiairesde la clé.•• Standardisée, elle permettra d’évaluer l’impact de l’outil sur les pratiques des publics, dans unedémarche scientifiqueCette démarche d’évaluation de l’action publique, fortement sollicitée par les informateurs jeunesse, participe égale-ment à l’inscription du RIJ dans une démarche qui va au-delà de l’information à destination des jeunes.Il positionne le RIJ comme un réseau de professionnels de la jeunesse en capacité de développer des outils adaptésaux usages et aux publics, et qui a pour vocation de participer à une meilleure connaissance des jeunesses.Le RIJ devient alors un réseau qui peut former les professionnels des autres réseaux de l’insertion des jeunes.L’ENQUÊTE DE SUIVI
  8. 8. 9PLAN DE FORMATIONComme il a été décidé par le groupe-projet, les clés sont délivrées à l’issue d’une formation au publicpréalablement identifié. Ce document décrit le contenu et les objectifs de celle-ci.La formation préalable s’articule en 3 modules estimés à deux heures chacun, pour un total de 6heures. Ces contingences sont indicatives et peuvent être adaptées aux publics en fonction de leurniveau de départ. Chaque structure a toute liberté pour organiser et planifier les formations. Lespré-requis pour les formateurs sont une bonne connaissance des outils de bureautique et des usagesTIC (navigation, mails, etc.) La formation décrite ici est supposée s’adresser à un public novice. L’ex-périence montre qu’il est parfois nécessaire d’appliquer quelques paramétrages.SOMMAIREMODULE 1 pages 2 à 10•• Branchement de la clé, ouverture de environnement logiciel page 2•• Parcours de applications, initialisation, personnalisation pages 3 à 4•• Ajouter / supprimer une application/mettre à jour - page 5 à 9•• Bugs et solution pages 9 à 10MODULE 2 pages 11 – 12 - 13•• Création d’une adresse mail au format professionnel•• Utilisation du Web mail•• Création de CV en ligne / hors ligne – outils de lettre de motivationMODULE 3 pages 14 – 15 - 16•• Sécurité : les usages•• les réseau sociaux – identité numérique•• partager un lien avec les utilisateurs de la clé
  9. 9. 10•• Présentation de la cléLa clé est un outil personnel et confidentiel destiné a avoir sur soi tous les éléments utiles non seulement à la recherched’emploi : CV, lettres de motivation, contacts professionnels, documentation, etc. mais aussi tout ce qui peut aider àl’orientation, l’insertion, le logement... Cet outil est indépendant des ordinateurs sur lequel on le connecte et contient sespropres logiciels, configurés par l’utilisateur. C’est un bureau portable.•• La charteLe module 1 débute par une lecture de la charte d’utilisation avec le groupe formé et un temps d’échange sur celle-ci.Les participants signent la charte.•• Explorer la cléLa clé est un dispositif matériel de stockage externe, qui se branche sur un port USB. Il est important ici d’expliquer que :Le travail réalisé avec la clé sera enregistré sur la clé, pas sur l’ordinateur qui ne sert que de support,Les programmes utilisés sont présents seulement dans la clé, ils peuvent êtres personnalisés et seront toujours iden-tiques quelque soit l’ordinateur. Ils se mettent à jour (presque) automatiquement.•• Brancher la cléÀ la connexion de la clé, une fenêtre d’option s’ouvre automatiquement. Il faut ici sélectionner l’option « ouvrir les dos-siers ». Si ça n’est pas le cas, il faut aller dans le menu « démarrer » ou équivalent en bas à gauche, ouvrir le dossier« ordinateur », et double-cliquer sur « disque amovible » correspondant. L’environnement logiciel de la clé s’exécute àpartir de ‘framakey.exe’.Une fois que l’environnement de la clé est ouvert, il est recommandéde l’afficher en plein écran.MODULE 1Présentation de la clé – La charte –Explorer la clé – ajouter/supprimerune application.
  10. 10. 11L’écran d’accueil de la clé se présente en 3 zones dynamiques : à gauche, un bandeau qui permet de sélectionnerpar rubrique la liste des applications disponibles, au centre, la liste des applications. Ici, l’onglet « Accueil ». En haut àgauche, une barre de raccourcis disponibles.Un simple clic gauche sur la liste des rubriques à gauche ouvre la liste des logiciels. Ici, la rubrique « Bureautique »propose la suite bureautique Libre office. Un simple clic sur l’icône du programme souhaité exécute celui-ci. Parexemple « Traitement de texte ».
  11. 11. 12L’onglet « Internet » permet de lancer un navigateur, et un client mail. On voit ici qu’un antivirus a été ajouté. (voir larubrique « ajouter/retirer des applications »)La clé utilise le navigateur Firefox. Si ce logiciel est déjà installé sur l’ordinateur support, il peut arriver que l’icône‘Internet’de la clé lance le programme local. Il faut donc vérifier que le navigateur ouvert est bien celui de la clé. Celui-cia pour pages d’accueil le portail dédié à la clé et le site du CRIJ (ceci est modifiable). Si ça n’est pas le cas, il suffit dequitter Firefox et de relancer le navigateur de la clé. Il peut être utile de se rendre sur le deuxième onglet, le portail dela clé, et de visionner avec le groupe la présentation rapide en vidéo.
  12. 12. 13•• Ajouter/retirer des applicationsLa clé est paramétrable, car elle offre la possibilité d’enlever ou d’ajouter des applications. Pour ces opérations, il fautsélectionner l’onglet « Configuration ». La page centrale propose alors un choix parmi 3 entrées : personnalisation,mettre à jour les menus, ajout automatique d’applications.Le choix qui nous intéresse ici est l’ajout automatique d’applications.Un clic sur l’option « Ajout automatique d’applications » va d’abord ouvrir une petite fenêtre de notification de mise à jour.La clé vérifie les mises à jour disponibles de tous ses logiciels, il n’y a pas d’actions particulière à effectuer.
  13. 13. 14Puis, la fenêtre d’ajout d’application apparaît :Les programmes déjà installés apparaissent cochés en vert (comme ici 7zip). Le bandeau de navigation de gauchepropose de visualiser les programmes disponibles, par rubrique. Ce menu se comporte comme un explorateur, on peutréduire ou développer les arborescences pour naviguer.Il propose également un dossier des logiciels installés et un dossier des logiciels à mettre à jour.
  14. 14. 15Pour ajouter une application, il faut :1. La sélectionner dans la page centrale (ici « Notepad 2 »), cliquer sur « Appliquer » en bas à droite.Confirmer en cliquant sur « Appliquer » dans la fenêtre qui s’ouvre alors :Attendre la fin du téléchargement, dont la vitesse dépend de la connexion Internet... Lorsque la mise à jour des dépôtsest finie, fermer la fenêtre « Synapps ». Un message apparaît : « Rafraichissement du Kiosque ». Le logiciel est installé,une nouvelle icône est apparue dans la rubrique correspondante, ici : « bureautique »-- « éditeur de texte ».
  15. 15. 16Le logiciel est prêt à être utilisé.Si le logiciel que vous souhaitez installer n’appartient pas à une rubrique déjà existante, il faudra aller dans l’onglet« Configuration », cliquer sur l’icône « Mettez à jour les menus ». L’icône apparaitra dans la rubrique « Autre ». Parexemple, s’il s’agit d’un jeu.Pour enlever une application, il faut :Sélectionner l’onglet « Configuration », cliquer sur « ajout automatique d’application ». Dans la fenêtre « SynApps »,cocher l’application que vous souhaitez retirer, ici : 7-zip, valider avec le bouton « Appliquer », fermer la fenêtre « Sy-nApps ».
  16. 16. 17Pour mettre à jour les applications, il faut à nouveau partir de l’onglet « Configuration », « Ajout automatiques d’applica-tions ». La fenêtre « SynApps » s’ouvre. Dans le bandeau de gauche, réduire toute l’arborescence, sélectionner « Misesà jour disponibles », cocher les applications listées et valider avec le bouton « Appliquer ». ici, il n’y a pas d’applicationsà mettre à jour, elles seraient apparues dans la partie centrale.•• Bugs et solutionsLors du premier lancement de la clé commence une courte phase d’initialisation. Cette phase permet à l’utilisateur derégler quelques variables d’environnement et adapte la clé à chaque nouvel ordinateur sur lequel on la connecte.Ainsi :• Si la suite Open Office ou Libre Office est en démarrage rapide sur l’ordinateur, il faut quitter le démarragerapide (clic-droit sur l’icône de la barre des taches du PC).• Il est possible que l’antivirus ou un autre programme résident de l’ordinateur souhaite installer ses pluginssur le navigateur de la clé, il est recommandé d’accepter.Par ailleurs, la clé met à jour l’ensemble des logiciels qu’elle contient, en tâche de fond. Cette opération est automatiqueet ne nécessite pas d’intervention de l’utilisateur. Il se peut toutefois que cette opération soit bloquée. (Voir solution dubug de mise à jour).La clé utilise le navigateur Firefox. Si ce logiciel est déjà installé sur l’ordinateur support, il peut arriver quel’icône ‘Internet’ de la clé lance le programme local. Il faut donc vérifier que le navigateur ouvert est bien celuide la clé. Celui-ci a pour pages d’accueil le portail dédié à la clé et le site du CRIJ (ceci est modifiable). Si çan’est pas le cas, il suffit de quitter Firefox et de relancer le navigateur de la clé.
  17. 17. 18Pour éviter une confusion au départ, la solution est de personnaliser le navigateur de la clé en utilisant unthème au choix de l’utilisateur. (voir les thème firefox.)Lorsque la clé met à jour sa logithèque, ou depuis le menu « configuration » et « ajout automatique d’ap-plications » il se peut qu’un message d’alerte apparaisse et demande de supprimer le fichier ‘session.lock~’Solution du bug de mise à jour : cliquer sur l’icône ‘Documents’ en haut à gauche, puis suivre le chemin :Framakey 2 (ou racine de la clé) --Framakey--SynApps Portable--App--Synapps--cache-- suppri-mer ici le fichier ‘session.lock~’. Fermer la fenêtre.
  18. 18. 19MODULE 2Création d’une adresse mail au for-mat professionnel - Utilisation duWeb mail - Création de CV/motivation(mobamotiv)•• E-mailsIl est important que chaque participant, futur détenteur de la clé, créé une adresse e-mail à la norme professionnelle« prénom.nom@exemple.com » ou approchant si il ne l’a pas déjà fait.Cette adresse va servir à communiquer, mais aussi à être identifié par de futur contacts professionnels ou officiels. Legroupe recommande l’utilisation de services gratuit, parmi cette liste :• Gmail (Google)• Yahoo• Hotmail (Microsoft)• Laposte.net (La Poste)Le service qui apparaît aujourd’hui comme le plus complet et d’un usage professionnel est Gmail. Il est cependant pos-sible d’utiliser d’autres fournisseurs. À éviter absolument : les pseudos, les chiffres, les noms d’emprunts pour la partieidentifiant de l’adresse e-mail.La création d’une adresse e-mail gratuite ne requiert pas de connaissances particulières ; le formateur doit simplements’assurer que le candidat utilise un mot de passe confidentiel de 8 caractères contenant des lettres et des chiffres. (plus,idéalement, des caractères spéciaux).Il existe deux solutions de mails : en ligne (webmail) ou avec un client de mail, pré-installé sur la clé, dans l’onglet« Internet »-- »courrier électronique ». La solution la plus simple, retenue par le groupe, est celle du webmail. Rienn’empêche toutefois d’utiliser les deux méthodes lorsque cela est possible.Le formateur communiquera la mailing list des utilisateurs de la clé qu’il aura formé aux membres du groupe-projet, quis’engage à ne pas divulguer les adresses à des tiers. (cet aspect apparaît dans la charte)Une fois les comptes mail créé, i l faut apprendre à l’utiliser. Un mail se compose toujours de 3 champs principaux :• Destinataire,• Objet,• Corps du message.Le champ destinataire doit contenir une ou plusieurs adresses email valides du ou des destinataires du message. Lorsd’envoi multiples, (à plusieurs destinataires simultanés) l’usage est :• D’utiliser le champ CC (Copie Carbone) qui laisse apparaître touts les adresses en clair si l’on veutinformer tous les destinataires des autres interlocuteurs,• D’utiliser le champ CCI (copie carbone invisible) si le nombre de destinataires est important. On risquede saturer ou alourdir l’entête du message et rendre sa lecture difficile sur des terminaux mobiles.Le champ objet ne doit pas rester vide et doit être suffisamment précis pour évoquer en quelques mots le contenu dumessage.Le corps du message est un courrier à part entière, il commence et finit par les formules de politesse d’usage. La signa-ture et éventuellement le contact téléphonique de l’expéditeur doivent apparaître en fin de message.
  19. 19. 20•• Création de CV / lettre de motivationLe module deux peut être aussi l’occasion de faire le point avec les participants sur la rédaction de CV et de lettre demotivation. Le groupe projet a retenu un outil gratuit d’aide à la création de lettre de motivation : « Moba motiv » Uneversion portable pourra être ajoutée sur la clé, depuis : http://mobamotiv.mobatek.net/fr/MobaMotiv_v1.2.exeLes structures Information Jeunesse ont déjà pour la plupart des ateliers sur ces thèmes. Le même travail peut êtreeffectué directement dans la clé. Il est important de veiller à ce que ces documents soient bien enregistrés dans la clé,il faudra donc veiller aux point suivants :importer des documents sur la clé : par défaut, les documents utilisés par la clé se trouvent dans le dossier « Data »--« Documents », accessible depuis le raccourci « Documents » en haut à gauche de l’écran d’accueil, avant dernièreicône en partant de la gauche.Pour importer des fichier sur la clé, Il suffit de les glisser-déposer de l’ordinateur vers la clé, dans la fenêtre Ordina-teur--Framakey2--Data--Documents
  20. 20. 21Pour enregistrer des fichiers dans la clé depuis les applications de celle-ci, il faut veiller la première fois à spécifier leschemin avec l’option « enregistrer sous », typiquement : Ordinateur-- Framakey 2--Data--DocumentsAttention, l’option Fichier--Derniers documents utilisés disponible dans Libre Office sur la clé, par exemple, peut nepas fonctionner : en effet, le chemin enregistré par le logiciel portable peut être caduque du fait que la lettre attribuéeautomatiquement par les différents systèmes à la clé (H ou L, etc.) peut varier.
  21. 21. 22MODULE 3Sécurité : les usages - les réseausociaux – identité numérique - par-tager un lien avec les utilisateursde la cléLa sécurité et la confidentialité des données sont des notions souvent mises de coté par un public jeune ou peu expé-rimenté. Cette partie a pour but de rappeler quelques règles simples pour éviter de trop s’exposer à ces problèmes.Les mots de passe, idéalement, comportent au moins 8 caractères et sont composés de minuscules, majuscules, ca-ractères spéciaux (é,»,’,¤, Í,â, $,ù etc.) et de chiffres. Le problème de ces mots est qu’ils sont trop difficiles à retenir, outrop fastidieux à entrer. Un astuce consiste à prendre le premier caractère de chaque ligne d’un livre et le numéro depage, par exemple. En cas d’oubli, on peut aisément retrouver le mot formé par la première lettre de chaque ligne de lapage 18 de son livre de chevet préféré... On peut, pour remédier au coté fastidieux de taper ce mot, l’enregistrer dansle navigateur, mais le niveau de sécurité décroit brusquement ! Il vaut mieux alors protéger le navigateur par un mot depasse pour accéder au trousseaux de mots de passe enregistrés.Par ailleurs, il est préférable de ne pas utiliser le même mot de passe pour tous les services, et garder les mots depasse compliqués pour des services importants : email, banque, etc.La clé offre une solution assez efficace pour la confidentialité des données, dans la mesure où l’activité qu’elle génèren’est pas enregistré dans l’ordinateur hôte.Attention toutefois, même avec la clé, la navigation Web est enregistrée par le fournisseur d’accès ou l’Espace PublicNumérique utilisé. En tant qu’EPN, nous avons l’obligation de garder les logs de connexion pendant 1 an, au mêmetitre que les FAI.Il est par ailleurs utile, au cours de ce module, de rappeler aux utilisateurs de réseaux sociaux comme Facebook ouTwitter que tout ce que l’on publie sur le Web, même dans un compte paramétré sur « privé », a vocation à être rendupublic.La notion d’identité numérique peut également être évoquée, c’est une empreinte que les internautes laissent sur latoile, consciemment ou non, qui peut être durable et parfois problématique si elle n’est pas maitrisée.Pour illustrer ces questions, les formateurs peuvent utiliser les supports vidéo existant, dont  : http://www.dailymotion.com/video/xtulqh_telepathe-devoile-son-secret_newsLa CNIL, avec le projet « Share the Party », a récemment publié des vidéos sur ces thèmes, elles sont un excellentsupport de sensibilisation : http://www.youtube.com/user/LACNIL/videos?view=0
  22. 22. 23Il possible, pour tous, de partager un lien avec les autres utilisateurs de la clé, de façon très simple. Cette disposition apour but de développer le caractère participatif du projet .À partir de la page d’accueil du navigateur de la clé, cliquer sur le bouton bleu en bas à gauche : « Soumettre un lien ».Ce lien pointe sur http://studiocrij.eu/info/la-cle qui est un formulaire de soumission de lien (encore un peu en anglais),mais fonctionnel. L’utilisateur ayant trouvé une page web qui lui semble intéressante et souhaite la partager, peut :• Copier l’adresse depuis la barre d’adresse du navigateur dans le presse papier (ctrl/c)• La coller (ctrl/v) dans le champ URL (« uniform ressource locator », autrement dit : adresse de siteinternet.)• Renseigner, si il le souhaite, son nom, ou pseudo, son adresse e-mail, et le titre de la page (dans URLtitle) ou quelques mots qui la décrivent.• Clique sur le bouton « submit ».Le lien proposé va être soumis à validation car cette action envoie un email directement au modérateur (le CRIJ ou autremembre du groupe qui le souhaite). Le modérateur approuve ou désaprouve.  En cas d’accord, le lien apparaitra dansla « Liste des liens utilisateurs de la clé ». l’adresse email et le nom des contributeurs restent confidentiels et n’appa-raissent pas sur la page.Ces manipulations impliquent de connaître le copier/coller, et savoir reconnaître une adresse de page Web, au formathttp://www.nomdedomaine.extention
  23. 23. 24•• Origine géographique des questionnaires :18 % Aisne,50 % Somme32 % Oise.Le public répondant aux questionnaires est composé à 40 % de femmes et à 60 % d’hommes.•• Le Réseau Information Jeunesse :12 % des jeunes qui fréquentent le RIJ sont d’une autre ville que celle dans laquelle il est implanté.Autrement dit, s’il n’y a pas de structure, les jeunes n’ont pas accès à l’information. Il y a peu de mobilité. Il s’agit d’unservice local. Ceci pose la question de la répartition géographique du RIJ. Dans les villes où il n’y a pas de structure IJ,les jeunes n’ont pas accès à ce service. Il faut donc rencontrer ses villes. Il est aussi possible d’étudier un rapproche-ment avec les points Picardie en Ligne (PEL), et de faire une sorte de premier accueil.30 % estiment que la structure est mal située par rapport à leurs trajets habituels. La raison invoquée est souvent liéeau transport.Propositions  :• Schéma de territorialisation du RIJ : cartographier le réseau information jeunesse, pour accentuerl’effort sur les zones mal couvertes.• Diversification des supports : dans les zones à faible densité humaine, il serait utile d’établir un label« allégé » pour permettre une information des jeunes par des structures déjà existantes, du type PEL,bibliothèque municipale ...•• Le public 85 % ont moins de 25 ans.22 % des jeunes sont à la recherche d’un emploi. 46 % viennent pour des questions liées à l’emploi et à la for-mation. (La période de juin peut influencer cette réponse, compte tenu des vacances scolaires propices à un emploisaisonnier.)Aucun apprenti ne fréquente le RIJ. 65 % des jeunes sont scolarisés.•• Catégorie Socio Professionnelle47 % des mères des jeunes sont ouvrières, au foyer ou au chômage.38 % des pères des jeunes sont ouvriers ou au chômage. (Pas d’homme au foyer)54 % des mères des jeunes sont en activité professionnelle et 67 % des hommes.40 % des mères des jeunes n’ont aucun diplôme.33 % des pères des jeunes n’ont aucun diplôme.L’ENQUÊTE DE TERRAIN À L’ORIGINE DU PROJET160 questionnaires sur la périodede juin 2011
  24. 24. 25•• Connaissance de la structure17 % des jeunes trouvent la structure par une démarche volontaire.40 % ont été conseillés par leurs amis.30 % viennent sur les conseils de structures partenaires du RIJ.2 % ont découvert la structure par le biais de la publicité.45 % des jeunes sont accompagnés :Dans ce cadre :67 % sont accompagnés par des amis.22 % par de la famille.55 % savent qu’ils sont dans un PIJ. Par contre, à la question « de qui dépend cette structure », les réponses sontextrêmement variées...95 % ont l’intention de revenir. Les jeunes viennent 4 fois par mois en valeur médiane.48 % ne connaissent pas les animations mises en place par la structure IJ.Commentaire :Cela ressemble à une structure de socialisation par les paires. Le rôle de l’animateur y est d’autant plus délicat. Alorsque les jeunes viennent une fois par semaine en valeur médiane, les informateurs jeunesse ont souvent l’im-pression que les jeunes ne reviennent pas. Ceci est dû au fait que les jeunes ne viennent pas tous pour un projet,certains viennent pour « le lieu de vie », et n’ont donc pas de projet ou de question à poser à l’animateur IJ.Bien que fréquentant régulièrement la structure, les jeunes ne savent pas exactement dans quelle structureils sont, ni les actions qu’elle met en oeuvre.Propositions :• Fournir les visuels aux structures IJ, pour que le logo soit visible et identique sur le territoire.• Lors de la formation initiale des animateurs, indiquer qu’il faut que l’animateur présente la structure auxjeunes lors de la première visite.• Planifier les actions du RIJ sur un an au moins. (ex : journées job d’été, journées service civique …)• Travailler avec les jeunes sur l’organisation de ces journées.•• Demandes des jeunes46 % viennent pour des questions liées à l’emploi et à la formation.21 % viennent sans but précis.Le reste (33 %) concerne des demandes variées : santé, loisirs, association...61 % se sont déjà renseigné auparavant sur ce même projet.52 % des jeunes prévoient leur projet.18 % sont dans l’urgence. (ex typique : ils viennent faire un CV pour un RDV dans l’heure suivante)22 % n’ont pas de date de projet. (mais 20 % n’ont pas de projet ...)83 % des jeunes sont satisfaits des informations obtenues.
  25. 25. 26Les animateurs font remonter :• Que les jeunes sont surtout intéressés par les questions relatives à la formation, l’emploi et l’orienta-tion. Ceci est à prendre au sens large : les autres aspects évoqués sont également souvent en lienavec cette thématique : logement, langue, mobilité, permis de conduire...• Les jeunes viennent pour « consommer » des activités mises en place par la structure.• De nouvelles questions émergent, notamment autour des réfugiés politiques.• Enfin, ils viennent également pour des demandes liées à la vie courante.Il y a concordance entre les demandes exprimées par les jeunes et par les animateurs. Pour l’anticipation du projet,souvent c’est le caractère urgent de la demande qui ressort, mais ce caractère est plus visible. Les questions relativesà l’emploi au sens large prennent de plus en plus de place.Le Service Public de l’Orientation doit aider à construire une réponse adaptée à ces demandes liées à l’emploi. Cepen-dant les autres demandes représentent une part non négligeable, à visée généraliste, variées.Dans une recherche d’information, c’est Internet qui est questionné en premier lieu (44 %), suivi des amis (43 %).Aucun n’interroge les numéros de téléphone spécifique.Les avantages de la structure : 75 % pour Internet et 56 % pour la gratuité (75 % des 160 jeunes citent l’accès à In-ternet). C’est d’abord le caractère agréable du lieu (49 % des réponses) qui est mis en avant (comme un lieu de vie),puis l’aspect éducatif (29 %) et enfin les services (22 %).•• Attentes des jeunes vis-à-vis des animateursIl y a 3 catégories :1) Un aspect relatif aux qualités professionnelles de l’informateur jeunesse : confiance, confidentiali-té, fiabilité, écoute et reformulation : 61 % des réponses2) Une catégorie relative à l’aspect pratique (facilité et rapidité d’obtention de l’information) : 23 %3) Un aspect relatif à l’accueil : convivialité et interactivité : 16 % des réponses.28 % des jeunes expriment un besoin de confidentialité.Commentaire :Si la structure semble être avant tout un lieu de vie, lorsque les jeunes s’adressent à l’animateur, c’est avant tout pourses compétences professionnelles. On est dans une relation éducative qui mérite d’être mise en avant.
  26. 26. 27•• Support d’informationsLe support papier reste le support de référence.La dématérialisation de l’information n’est pas une pratique privilégiée et doit être préparée progressivement.•• Outils informatiques14 % n’ont ni ordinateur de bureau, ni ordinateur portable95 % utilisent Windows25 % ont des difficultés pour avoir accès à Internet dans leur vie courant77 % ont Internet à domicile.34 % se connectent au Cyber (12.5 % se connectent uniquement au Cyber)La médiane est de 6 heures passées sur Internet.Une part significative a des difficultés d’accès aux outils TIC. Le « fossé numérique » est présent chez le public quifréquente le RIJ.Propositions :• En 2012, un groupe projet spécifique sera constitué, pour créer une clé numérique de travail, princi-palement axée sur la recherche d’emploi et de formations.• Initier les jeunes aux logiciels libres, qui permettent de réduire les couts liés aux prix des logiciels etd’aborder les questions relatives à l’éducation aux TIC.Comment gardez-vous trace des informations ?Vous les notez sur papierVous demandez à photocopier / numériser le documentVous emportez les documents disponibles dans la structureVous enregistrez l’adresse internet du site dans des favoris / marques pages / signetsVous enregistrez le document sur un support amovible (clef usb, disque dur externe ...)Vous enregistrez des messages sur votre téléphone portableTOTAL46%41%29%16%22%13%
  27. 27. 28•• Critères pour juger qu’une information est fiableCritère fiable Critère non fiable Critère « moyen »Les sources de l’information sont citées 15% Selon le designet graphisme dusite4% L’information confortemes connaissances37%Selon le contenu 42% Pas de critères 11% Le contenu est payant 6%En croisant l’information15% L’information provient depersonnes, de médiasque je juge fiables14%Selon la date de mise à jour 32%Selon la source du site 20%Par quels moyens vousinformez-vous sur Internet ?TOTAL Plusieurs réponsespossiblesPar abonnement(s) (flux rss, mailing liste ...) 19 12%En accédant directement aux sites 98 61%En envoyant la question par mail 19 8%En recevant l’information sans la solliciter (par des amis, contacts ...) 23 14%En faisant des recherches par mots clés 67 41%Internet n’est pas utilisé pour la précision de l’information, ni pour l’anonymat, ni pour la fiabilité de l’information :Abondance (53 %) et gratuité (45 %) sont en premières lignes.Seuls 41 % des jeunes font une recherche par mots-clésPropositions :• Développer, en 2012, un module d’apprentissage à la recherche d’informations sur Internet.• Affiner la méthodologie de la recherche d’information par les jeunes.•• Comment accéder vous aux informations recherchées sur Internet ?
  28. 28. 29•• Documents papier59 % des jeunes utilisent les supports papiers.50 % des jeunes demandent de l’aide à l’animateur pour choisir un document papier.67 % relisent les documents papiers qu’ils ont déjà consultés.62 % emportent les documents en accès libre.60 % demandent des photocopies des documents lus.Encore une fois, le support papier reste incontournable.Contrairement à ce qu’on entend, Internet n’a pas encore supplanté le support papier.L’accompagnement dans la recherche d’information est une démarche à part entière.•• Pour les animateurs :La documentation fait l’unanimité. Elle est très appréciée.Pour l’améliorer, certains pensent qu’elle pourrait être réalisée avec le RIJ, d’autres demandent à ce que la navigationsur le CD ROM soit améliorée. La documentation pourrait être réalisée dans d’autres langues.De nombreux animateurs souhaitent avoir la liste des expositions consultable via le Net.Ils proposent également de faire des fiches très spécifiques (ex : accueil de jeunes SDF, comment faire une web-tv...).Ils notent également que les jeunes ne sauraient pas se servir de la documentation et que l’animateur ne sait pas tou-jours quand la doc n’est plus bonne.Propositions :• Développer l’activité de documentation du CRIJ, en réalisant des recherches spécifiques sur lesbesoins exprimés par les animateurs.• Créer des fiches spécifiques, sur les nouvelles demandes des jeunes.• Auditer le RIJ pour vérifier que l’information présente est toujours à jour, puis former les animateurs àla méthode documentaire.• Inclure les jeunes dans la constitution de ces fiches. Autrement dit, les jeunes sont-ils en mesure decomprendre comment fonctionne la documentation du RIJ ?•• Métier animateurLa demande principale est liée à la reconnaissance de leur métier. Il n’existe pas de diplôme obligatoire pour être ani-mateur IJ, ce qui permet de diversifier les profils, mais qui nuit à l’identité professionnelle.L’animateur est amené à rencontrer les parents des jeunes.Dans leur relation avec les jeunes, ils indiquent plusieurs objectifs : faciliter les relations avec le jeune, évaluer et orien-ter les demandes, rendre autonome dans la recherche, aider à faire le premier pas (en accompagnant le jeune lors d’unpremier RDV à la mission locale par exemple).La nécessité d’organiser des évènements est rappelée régulièrement, pour sortir, aller au devant des jeunes. Les ani-mateurs se questionnent sur les moyens de fidéliser les jeunes, pour partir sur une démarche de projet.Enfin, ils expriment des difficultés : « besoin de formation en psychologie », rôle d’ « éducateur spécialisé », des publicsqui ont de grandes difficultés (ex : ne savent pas lire, jeunes à la rue ...)Plus inattendu peut être, ils évoquent régulièrement des jeunes qui ne savent pas chercher seul sur le Net, ni se servird’un poste informatique.Pour faire venir les jeunes, ils mettent en avant des pédagogies actives, en incitant les jeunes à débattre sur des thé-matiques préparées. Ou ils font réaliser des outils pour le PIJ, par les jeunes.
  29. 29. 30•• Besoin en formationLes animateurs regrettent qu’il n’y ait pas eu de réunions de réseau depuis un certain temps. Ils insistent sur le carac-tère départemental de ces réunions, et des différences de populations suivant la ville d’implantation de la structure IJ.Ils souhaitent des formations généralistes (comment faire connaitre la structure, méthodologie de projet par exemple)ou spécifiques (liées au programme à destination des jeunes : sac ados, service civique, mobilité européenne ...)Des demandes sont exprimées en ce qui concerne les outils TIC (facebook, veille informative, création de sites, édu-cation aux médias ...)Enfin, les questions prioritaires sont elles aussi liées à l’emploi, la formation et l’orientation.•• RéseauIl ressort très peu d’actions communes au réseau. Evoquant des contraintes de temps, ils sont nombreux à ne jamaisaller sur l’extranet. Régulièrement, ils disent se sentir seul, sans collègue.•• Autres besoinsD’autres besoins se font sentir, notamment en matériel informatique et surtout, presque toutes les structures, en outilsde communication (totem , flyers ...).
  30. 30. 31ConclusionCompte tenu des besoins exprimés au travers de cette enquête, le plan de formation de base des animateurs quientrent dans le réseau information jeunesse, et le plan de formation continue doivent être mis à jour, pour mieux cor-respondre aux besoins des jeunes.Les deux plans suivants sont des propositions qui peuvent être complétées.Pour la formation continue, il sera proposé en 2012 des réunions thématiques, ouvertes à l’ensemble des structureslabellisées en région, et non des réunions départementales. Ceci aura pour but de permettre aux animateurs qui tra-vaillent sur les mêmes thématiques de se rencontrer et de confronter leurs projets.•• Plan de formation de base et de formation continue des animateursProgramme de formation de base• 1 journée sur la documentation / Accueil des publics : connaissance des jeunes, accueil de groupes, accueilindividuel...• 1 journée sur la communication• 2 journées sur la veille informative, notamment avec la présentation des outils du CRIJ• 1 journée sur l’optimisation de l’environnement numérique de travail (sécurité des postes, mise à niveau in-formatique, confidentialité des données...)• 1 journée sur l’orientation• 1 journée sur l’emploi• 1 journée sur la connaissance du Réseau (RIJ, DR/DD, CRP, Fédération d’Education populaire, DIVA ...)Plan de formation continue• Demandes des animateurs :• Responsabilité juridique en EPN• Mobilité européenne• Entretien d’embauche• Journée sur dispositif précis (ex : sac ados)• Création page web, réseaux sociaux• Formation emploi / apprentissage• Pas de demandes : mais de nombreuses interventions sur la santé ...• • Demandes extérieures au RIJ• Service civique• Mobilité• Bénévolat• Diplôme Jeunesse Sports et Cohésion Sociale• Job d’été• Service Public de l’Orientation• Soutien aux projets de jeunes• Présentation de la mallette santé
  31. 31. 32REVUE DE PRESSEPublié le vendredi 18 janvier 2013 à 11H00Pauline et Sophie sont les deux premières jeunes de Picardieà recevoir cette clé USB, en présence de Josiane Guffroy, ad-jointe chargée de l’enseignement et de l’enfance.Le réseau Information jeunesse met à disposition desjeunes n’étant pas équipé d’Internet une clé USB pourfaciliter leurs démarches de recherche d’emploi.Alors que l’emploi s’avère être la première préoccupation desFrançais, le Point information jeunesse (PIJ) est entré dans unnouveau dispositif d’aide et d’accompagnement à la recherched’emploi en faveur des jeunes. Le projet est porté par les services de l’État, la Direction régionale jeunesse et sport etde la cohésion sociale, représenté mercredi dans les locaux du PIJ par Étienne Détré.•• Partager les infosLe conseiller d’Éducation populaire et de jeunesse était venu lancer le dispositif et remettre aux premiers jeunes picards,en l’occurrence des Chaunois « la clé USB ». Grâce à cet outil qui leur est personnel, ils peuvent conserver en perma-nence à disposition les documents nécessaires à leur recherche d’emploi : les offres, leur lettre de motivation, CV... etéviter, comme cela fut le cas pour Sophie, tout problème de compatibilité de logiciels, au moment d’envoyer son CV.Les jeunes Chaunois peuvent venir avec cette clé USB se connecter sur l’ordinateur du PIJ mais également en d’autrespoints de la ville, comme la Maison de la communication. L’avantage qu’offre le PIJ est qu’ils peuvent bénéficier de l’ap-pui de Séverine Guyot, l’animatrice, formée au même titre que les jeunes à l’utilisation des logiciels libres installés dansla clé USB. Etienne Detre insiste, l’un des avantages de ce système est de permettre la mise en commun d’informationsqui peuvent être utiles à d’autres jeunes du territoire. Car le dispositif vit à l’échelon de la Région, cinq structures ouassociations (1) engagées dans l’insertion, la formation ou l’emploi des jeunes ayant participé au processus de miseen place.Chacune des structures dispose donc de trente clés USB pour équiper des jeunes de son territoire. Le PIJ les des-tine prioritairement aux jeunes habitants de Chauny puisque la collectivité finance la structure. Les jeunes intéresséspeuvent donc se rapprocher de Séverine Guyot pour être recensé. Les structures ou collectivités n’ayant pas adhéré auprojet peuvent néanmoins faire l’acquisition de clés, au prix de 25 euros l’unité.Graziella BASILE1. Les autres structures sont situées à Laon, Gauchy, Amiens et Creil. Contact : PIJ : tél. 03.23.38.70.90.http://www.lunion.presse.fr/article/societe/recherche-demploi-pour-les-jeunes-plus-facile-avec-la-cleRecherche d’emploi pour les jeunes :plus facile avec « la clé ».
  32. 32. 33Publié le mardi 22 janvier 2013 à 14h00L’adjointe à l’enseignement, Josiane Guffroy, a remis les deux pre-mières clés USB il y a quelques jours seulement.Pauline et Sophie sont les deux premières picardes à bénéficier dunouveau dispositif mis en place par le réseau régional des Pointsd’information jeunesse.Il consiste à attribuer des clés USB « en priorité aux jeunes qui nedisposent ni d’Internet ni d’un ordinateur. » L’idée étant de com-battre la fracture numérique. Les deux Chaunoises correspon-daient aux critères requis.Avant de se voir remettre cette clé « qui va leur permettre notam-ment de se connecter sur Internet et d’utiliser divers logiciels dontcelui du traitement de texte », elles ont dû suivre une formation,histoire de mieux appréhender l’outil informatique. Cette clé devraitleur faciliter leur recherche d’emploi sur le web et, espérons-le, leur ouvrir quelques portes...Le PIJ de Chauny dispose de trente clés offertes gracieusement par le réseau régional. Les personnes pouvant pré-tendre au dispositif peuvent joindre Séverine Guyot au 03 23 40 07 06.http://www.aisnenouvelle.fr/article/chauny/une-cle-pour-ouvrir-des-portesUne clé pour ouvrir des portes
  33. 33. 34•• L’enquête initiale http://www.picardie.drjscs.gouv.fr/Enquete-sur-les-publics.html•• La présentation de l’outil http://www.picardie.drjscs.gouv.fr/La-CLE-dispositif-innovant-de.htmlhttp://www.picardie.drjscs.gouv.fr/IMG/pdf/lacle_presentation.pdfhttp://www.studiocrij.eu/lacle•• La presse en parle http://www.aisnenouvelle.fr/article/chauny/une-cle-pour-ouvrir-des-porteshttp://www.lunion.presse.fr/article/societe/recherche-demploi-pour-les-jeunes-plus-facile-avec-la-cleQUELQUES LIENS POUR ALLER PLUS LOIN

×